Navigation – Plan du site

AccueilNuméros111Choisir ses dieux en temps de gue...

Choisir ses dieux en temps de guerre civile. La légitimation religieuse du pouvoir dans le monde romain vue à travers le monnayage

Which gods in time of civil war ? Coinage and religious legitimation of power in the Roman world
Pierre Assenmaker
p. 245-266

Résumés

En raison de l’exceptionnelle diversité des types monétaires (représentant très souvent des divinités) qui caractérise le monnayage romain à partir des années 130 av. J.-C., celui-ci est une source privilégiée pour étudier les références à la sphère religieuse dans la « communication politique » à Rome. La contribution se concentre sur les monnayages frappés durant les guerres civiles qui scandèrent l’histoire romaine du ier siècle av. J.-C. jusqu’à l’époque des Sévères. Quelques exemples illustrent les fonctions et domaines de compétence des divinités représentées et les logiques de composition des « panthéons monétaires ». La conclusion souligne que les dévotions affichées dans les types monétaires ont, dans certains cas, donné lieu au développement de nouveaux cultes, ce qui invite à ne pas créer une séparation trop rigide entre la sphère de la religion stricto sensu et celle des « interprétations libres ».

Haut de page

Texte intégral

1. Monnaie, pouvoir et religion dans le monde romain : quelques considérations générales

  • 1 Sur l’histoire de la monnaie romaine, voir encore les excellentes synthèses de Burnett, 1987 et How (...)

1Traiter de la monnaie dans le cadre d’un volume de synthèse sur « religion et pouvoir dans le monde romain » : vaste sujet, qui se prête à des approches très variées tant les liens entre la monnaie et ces deux sphères, celles de la religion et du pouvoir, sont étroits et nombreux. Le rapport avec le pouvoir est le plus évident puisque le monnayage, dès l’époque grecque, est normalement émis au nom d’une autorité politique, dûment identifiée par une inscription sur l’objet monétaire. Durant la période couverte par ce volume – de la deuxième guerre punique à la fin de la dynastie des Sévères (218 av. J.-C. à 235 apr. J.-C.) –, la monnaie de Rome affiche d’abord, sous la République, les noms de magistrats du peuple romain (principalement les tresuiri monetales, mais occasionnellement aussi d’autres magistrats et, au ier s. av. J.-C., des commandants militaires de plus en plus nombreux) ; sous l’Empire, elle arbore le portrait et la titulature de l’empereur (un usage introduit par Jules César et qui s’est affirmé durant la période triumvirale). Bien que la monnaie soit à la fois un instrument et une expression du pouvoir politique, il faut souligner que l’histoire monétaire, dictée avant tout par des logiques économiques, n’est pas en phase avec l’histoire institutionnelle et politique. Du point de vue du système monétaire, en effet, il n’existe pas de césure entre la République et l’Empire, et si l’on considère plus particulièrement le monnayage en argent, les quatre siècles et demi traités dans ce volume correspondent presque exactement à l’exceptionnelle durée de vie du denier, qui fut créé durant la deuxième guerre punique (entre 214 et 211 av. J.-C.) et cessa d’être frappé dans le courant du iiie siècle apr. J.-C.1 Il n’en reste pas moins vrai que la métamorphose politique de Rome entre République et Principat se reflète dans les types du monnayage (c’est-à-dire l’image et l’inscription qui ornent chaque face d’une monnaie) qui sont une source précieuse pour étudier l’évolution de la vie politique romaine.

  • 2 L’ensemble du monnayage romain républicain (jusqu’à 31 av. J.-C.) est présenté dans le Roman Republ (...)
  • 3 Cf. Assenmaker, 2014b, p. 240 et Amandry (dir.), 2017, p. 173 (chap. rédigé par A. Suspène). On s’é (...)
  • 4 Les volumes du Roman Provincial Coinage (abrégé RPC) sont publiés au format papier (le premier volu (...)
  • 5 Deux ouvrages fondamentaux ont renouvelé dans ce sens la perception du paysage monétaire méditerran (...)
  • 6 Le paysage monétaire du monde romain a fait l’objet de plusieurs synthèses à la faveur de précédent (...)

2C’est donc sur un critère d’ordre institutionnel davantage qu’économique et monétaire qu’est fondée la distinction traditionnelle entre Roman Republican Coinage et Roman Imperial Coinage, pour reprendre les titres des catalogues de référence2. Le problème que pose le classement des émissions d’Octavien frappées dans les années qui précèdent et suivent Actium – les séries aux légendes CAESAR DIVI F et IMP CAESAR, intégrées dans le RIC mais qui auraient tout autant leur place dans le RRC – est cependant révélateur de la difficulté qu’il y a à situer précisément la transition entre monnayages « républicain » et « impérial »3. Le critère de l’autorité émettrice dans la définition du monnayage romain s’avère également problématique dans le cas des émissions (d’importance et de fréquence très variables) frappées en dehors de Rome ou des ateliers impériaux et ne relevant pas du système monétaire romain, mais qui furent produites pour compléter au niveau local le monnayage produit par le pouvoir romain. Pour l’époque impériale, on désigne ces monnayages par l’appellation Roman Provincial Coinage (pour citer à nouveau le catalogue de référence), laquelle rend bien compte de l’intégration dans le paysage monétaire romain de ces numéraires où figurent très souvent le portrait et le nom de l’empereur, ainsi que d’autres références au pouvoir central4. En réalité, dès l’époque tardo-républicaine, de nombreux monnayages du monde grec, mais aussi d’Occident, furent émis pour le compte du pouvoir romain, voire sous sa supervision directe, si bien qu’il convient d’élargir déjà pour le ier siècle av. J.-C. notre définition du monnayage « romain »5. Même si notre contribution ne peut traiter de l’ensemble de ces monnayages (nous nous limiterons à la monnaie romaine stricto sensu), ce rappel s’imposait dans la mesure où l’intitulé du présent volume envisage le lien entre religion et pouvoir à l’échelle du monde romain (et non seulement à Rome même)6.

  • 7 Sur l’évolution de la typologie du monnayage républicain, outre les références données à la n. 1, v (...)

3La monnaie ne fait pas exception au lien étroit qui unit le politique et le religieux dans le monde antique : dès l’époque grecque classique, les types monétaires donnent à voir très régulièrement des divinités qui sont le plus souvent liées à l’autorité émettrice. Lorsqu’elle adopte la monnaie au tournant du iiie siècle av. J.-C., Rome s’inscrit dans cette longue tradition, même si son premier monnayage en argent, les didrachmes « romano-campaniens », représentait différentes divinités, alors que les monnayages civiques grecs se signalaient par leur typologie statique (l’exemple le plus fameux de ce « conservatisme » étant celui du monnayage athénien, dont le droit affiche, des siècles durant, la tête casquée d’Athéna). Les choses changent avec l’introduction du denier durant la deuxième guerre punique : chaque émission du nouveau monnayage en argent de Rome présente désormais la déesse poliade au droit et les Dioscures à cheval au revers (fig. 1). Ces types fixes seront conservés pendant plus de trois quarts de siècle, avec comme seule modification notable l’apparition de deux nouvelles divinités au revers (Luna puis Victoria en bige). Dans les années 140 et 130 av. J.-C. a lieu un phénomène unique dans l’histoire monétaire antique : les tresuiri monetales vont, de façon subite et généralisée, abandonner les types « canoniques » du denier et choisir des types propres à chaque émission qu’ils signent. Cette « libération typologique » – pour reprendre l’heureuse formule de H. Zehnacker – va donner lieu à un paysage monétaire extraordinairement varié, caractérisé notamment par le très grand nombre de divinités représentées7.

Fig. 1. Denier anonyme, vers 211-208 av. J.-C. (RRC 44/5).

Fig. 1. Denier anonyme, vers 211-208 av. J.-C. (RRC 44/5).

© Electronic Auction. Vente 436, n° 407.

  • 8 Williams, 2007, spécialement p. 144-154. Sur les fréquentes représentations du lituus associé à une (...)
  • 9 Ce concept de « réseaux divins » est au cœur des réflexions actuellement menées dans le cadre du pr (...)

4Cette singularité du monnayage romain républicain – dont hérite directement celui de l’époque impériale – en fait une source privilégiée pour étudier les références à la sphère religieuse dans la « communication politique » à Rome, dont la monnaie est le médium dont nous avons la connaissance la plus complète (ce qui autorise de fructueuses analyses quantitatives, cf. infra). On notera que ces références religieuses sont très variées et ne se limitent pas aux représentations de divinités. Le chapitre « Religion and Roman Coins » du Companion to Roman Religion paru en 2007 a très justement insisté sur le fait que la typologie monétaire fait aussi la part belle à la pratique cultuelle et à la culture matérielle qui lui est liée : temples et monuments, instruments cultuels – potentiellement dotés d’une signification symbolique large, tel le lituus – et scènes de sacrifice sont ainsi abondamment représentés dans le monnayage tardo-républicain et impérial8. Il n’en reste pas moins que les figurations de divinités constituent de loin la majorité des représentations liées à la sphère religieuse dans le monnayage. Il nous a donc paru pertinent de centrer notre contribution sur cet aspect, d’autant plus que le rassemblement d’un grand nombre de divinités ou au contraire la focalisation sur quelques dieux dans un paysage monétaire donné peut refléter la faveur particulière dont jouissent certains dieux à telle ou telle époque, voire mettre en lumière les « réseaux divins » constitués par les autorités émettrices dans leur stratégie d’autoreprésentation ou de légitimation9. La documentation numismatique s’avère ainsi une source particulièrement favorable pour appréhender le fonctionnement dynamique du système polythéiste de la religion romaine. Avant d’analyser plus en détail la constitution de ce que l’on peut appeler les « panthéons monétaires », dont il s’agira de se demander dans quelle mesure ils correspondent aux associations de divinités attestées dans le culte, il convient d’abord de faire brièvement le point sur ce que nous savons – et surtout sur ce que nous ignorons – de l’emploi de la monnaie comme vecteur de discours politiques et religieux, et de rappeler les difficultés inhérentes à l’utilisation de cette source historique.

2. La monnaie comme instrument de communication politique

  • 10 La bibliographie relative aux thèmes religieux dans le monnayage du ier siècle av. J.-C. est très a (...)

5Si l’on tente de dégager les lignes de force de l’évolution de l’iconographie monétaire romaine à partir de la « libération typologique » des années 130 av. J.-C., on peut retenir que la typologie est principalement dominée, dans les premières décennies, par l’histoire familiale des tresuiri monetales (qui est parfois une histoire mythique, mettant en scène des divinités ou héros ancestraux) avant que l’actualité politique ne fasse pour ainsi dire irruption au tournant du ier siècle av. J.-C. – sans pour autant faire disparaître la thématique familiale. À partir de l’époque de Marius et Sylla, les magistrats monétaires choisissent de plus en plus souvent de commémorer, par des types très variés, les succès militaires et les honneurs rendus aux chefs des « factions » qui dominent alors la scène politique romaine. Une étape décisive est franchie par Sylla, qui frappe lui-même monnaie, ouvrant la voie aux nombreuses émissions « impératoriales » de la fin de la République, de Pompée et Jules César à Marc Antoine et Octavien. Majoritairement produits durant les conflits civils, les types des monnayages émis par les imperatores et leurs partisans font notamment la part belle aux divinités dont ces chefs de guerre revendiquaient le patronage : leur étude se recommande donc tout particulièrement pour l’analyse des liens qui unissent religion et politique à Rome10.

  • 11 Voir Suspène, 2008.
  • 12 Voir Noreña, 2001 et 2011a, p. 37-177, qui a mené une analyse quantitative sur un important corpus (...)
  • 13 Clark, 2007, spécialement p. 13-27 ; cf Fears, 1981. Sur ce qu’on appelle traditionnellement, dans (...)
  • 14 Sur les qualités attachées à la personne de l’empereur, voir désormais Noreña, 2011a, p. 37-100 ; c (...)

6Après l’assassinat de Jules César, qui avait obtenu en 44 av. J.-C., par décret du Sénat, l’honneur du portrait monétaire11, les protagonistes de la scène politique – Antoine et Octavien, mais aussi le « républicain » Brutus – reprirent très rapidement à leur compte ce type de représentation sans précédent dans le monnayage romain, débutant un usage qui devait perdurer pendant toute l’histoire monétaire de Rome – et de l’Occident. Ainsi les effigies divines, qui avaient occupé le droit de la monnaie romaine sans discontinuer depuis le iiie siècle av. J.-C., cédèrent-elles leur place au portrait de l’empereur ou (plus rarement) d’un membre de sa famille. Sous l’Empire, ce sont donc les types de revers qui donnent à voir, entre autres images très diverses, les représentations nombreuses et variées de divinités en pied ou assises. L’analyse de ce paysage monétaire dans une perspective d’histoire religieuse est cependant compliquée par la présence plus importante encore (à partir de Nerva) des personnifications, parmi lesquelles on peut distinguer celles correspondant aux « vertus » du bon empereur – Aequitas, Pietas, Virtus, Liberalitas et Prouidentia, pour citer les plus fréquentes – et celles personnifiant les « bienfaits » attendus de son bon gouvernement – Pax, Concordia, Fortuna, Salus, Victoria et Felicitas étant les plus attestées12. Parmi cette foule de personnifications, certaines avaient reçu un culte public, mais d’autres (telle Liberalitas) ne semblent avoir eu d’existence que dans l’iconographie et la littérature. C’est là une distinction fondamentale si l’on adopte la définition strictement ritualiste de la religion romaine, qui ne considère comme des dieux romains que les divinités qui possèdent un culte public dans l’Vrbs. Dans son étude sur ce qu’elle a appelé les « qualités divines », A. J. Clark a toutefois insisté sur la nécessité de ne pas opérer une distinction radicale – anachronique – entre la divinité et le concept, ou encore entre les qualités qui reçurent un culte et celles qui n’en reçurent pas13. Les personnifications « plus ou moins divines » qui peuplent les types de revers aux iie et iiie siècles apr. J.-C. brouillent donc les cartes pour l’analyse de l’iconographie monétaire, et plus largement de l’idéologie impériale, du strict point de vue religieux. Une écrasante majorité des types de revers donnait à voir des figures divines ou allégoriques sans que l’iconographie suggère quelque différence de « statut » entre celles-ci ; l’élément significatif était leur lien étroit avec la personne de l’empereur, représenté au droit. L’appropriation de ces divinités et qualités par le Prince – qui pouvait être encore renforcée par l’épithète Augusta ou le génitif Augusti (souvent dans l’abréviation indéterminée AVG) – est l’une des caractéristiques majeures du discours idéologique impérial14.

  • 15 Voir dernièrement Elkins, 2017, p. 7-8 (qui souligne très justement que « proximity does not equate (...)
  • 16 Voir Wolters, 1999, p. 290-291 et Noreña, 2011b, p. 250-251 ; cf. dernièrement Claes, 2014 (avec de (...)
  • 17 Une des principales études à avoir soutenu cette vision est celle de Levick, 1982, selon qui les ty (...)
  • 18 Voir les exemples rassemblés par Wolters, 1999, p. 293-308.
  • 19 Cf. Burnett, 1987, p. 70. Sur l’importance cruciale du portrait monétaire de l’empereur (la frappe (...)

7Une difficulté majeure qui se pose à l’historien qui recourt à la typologie monétaire comme source pour l’étude de l’idéologie impériale et de sa diffusion est l’absence de donnée claire sur le processus de sélection des types des nouvelles émissions et sur les personnes qui en étaient responsables. Sous la République, les types étaient à l’évidence choisis par les tresuiri monetales ou, dans le cas des monnayages impératoriaux, par les commandants militaires et leur entourage. Pour l’époque impériale, la question a donné lieu à des interprétations divergentes. À l’inverse de ce que beaucoup d’études ont admis de façon plus ou moins implicite, on reconnaît aujourd’hui que, dans les périodes de « routine », la conception des types n’était certainement pas opérée par l’empereur ou ses proches, mais sans doute laissée au soin du personnel de l’atelier monétaire, à l’instar des autres étapes de la production monétaire15. Par ailleurs, on sait que celle-ci devait être supervisée, selon des modalités qui nous échappent, par les tresuiri monetales (encore attestés sous les Sévères) ainsi que par un procurator monetae (à partir du début du iie siècle apr. J.-C.), voire aussi par l’a rationibus16. On a donc parfois soutenu que l’empereur et ses proches conseillers n’auraient en aucune manière été impliqués dans le choix des types monétaires, qui ne pourraient dès lors pas être considérés comme un médium de communication du pouvoir central17. S’il semble évident qu’une implication personnelle du Prince ne put être la règle, il est toutefois permis de suspecter dans certains cas précis – par exemple l’interruption de la frappe de certains types ou des modifications de la titulature impériale – une intervention directe sinon du Prince, du moins de personnages qui jouaient un rôle de premier plan dans l’élaboration de « l’autoreprésentation » du souverain18. Il faut enfin souligner un fait assuré, malgré toutes les inconnues : aux yeux des contemporains, toute monnaie était un document officiel dont l’authenticité et la valeur étaient garanties par l’image sacro-sainte de l’empereur figurant au droit. Dans ces conditions, le type de revers ne pouvait être perçu autrement que comme une émanation de cette même autorité émettrice19.

  • 20 Veyne, 2005, p. 401 (cf. toutefois les nuances à la n. 74) ; ces propos s’inscrivent dans le cadre (...)
  • 21 Burnett, 1987, p. 79.
  • 22 Ainsi Noreña, 2001, p. 164. La répétition sur les monnaies des notions clefs de l’idéologie impéria (...)
  • 23 Voir Elkins, 2009 pour un manifeste en faveur d’une « étude contextuelle » de l’iconographie monéta (...)
  • 24 Noreña, 2001 et 2011a.
  • 25 Voir e. a. Metcalf, 1993, à propos des différents types illustrant le thème de la liberalitas du ie (...)
  • 26 Voir déjà Peter, 1996 puis surtout Kemmers, 2006 (cf. Elkins, 2009, p. 43 et id., 2017, p. 13). Par (...)

8Un autre élément a fait mettre en doute que les types monétaires de l’époque impériale aient pu être chargés d’une véritable fonction de communication politique : la répétition, pendant tout le Haut-Empire, d’images standardisées et banales qui manquent d’« expressivité » et suscitent une inévitable impression de monotonie. Comme l’a soutenu P. Veyne, « le monnayage impérial […] n’était ni un moyen d’information, ni une entreprise de propagande, ni l’exposé d’un programme politique : ce sont là des idées trop modernes. Il se réduit le plus souvent à la glorification assez monotone des bienfaits et des victoires de chaque prince20 ». A. Burnett soulignait de même que « constant repetition of abstractions and symbols had rendered them almost meaningless21 ». Ces affirmations méritent toutefois d’être nuancées. D’une part, la banalité même de certaines images monétaires, par exemple la représentation de Liberalitas, est en soi une donnée instructive sur les potentialités de la monnaie comme vecteur d’un discours idéologique dans la mesure où la récurrence de cette personnification dans le paysage monétaire, s’assimilant pratiquement à un message subliminal, faisait pénétrer de plus en plus profondément dans la conscience voire l’inconscient collectif la notion de la générosité impériale22. D’autre part, les études menées durant les dernières décennies ont permis d’affiner à plusieurs égards la perception du paysage monétaire du Haut-Empire, principalement par l’attention accrue accordée aux trouvailles monétaires et à leur contexte archéologique23. L’analyse quantitative des trésors monétaires a mis en évidence, sur la longue durée, des variations significatives dans la fréquence relative des personnifications selon les règnes, ce qui indique une attention particulière pour des thèmes idéologiques différents24 ; par ailleurs, dans une perspective davantage synchronique, on a pris en considération les variations de types selon les dénominations25 ou selon les utilisateurs (militaires ou civils) et les zones géographiques auxquels le monnayage était destiné26, ce qui a permis de mettre en lumière des stratégies de communication différenciées en fonction des publics visés (audience targeting).

  • 27 Dans son chapitre « Designs and Propaganda », Burnett, 1987, p. 66-85 était déjà parvenu à des conc (...)
  • 28 Burnett, 1987, p. 71. Cf. notamment Wolters, 1999, p. 293-294 et 306 ; id., 2003, p. 201 ; Hekster, (...)
  • 29 Même si certaines émissions frappées pendant ces conflits présentent des types rarement ou jamais a (...)

9Les progrès que de telles études ont permis de réaliser dans l’interprétation de l’iconographie monétaire démontrent la nécessité d’analyses ponctuelles approfondies, d’examens « au cas par cas », afin de dépasser les positions manichéennes qui ont longtemps dominé le débat, opposant ceux qui voyaient automatiquement de la « propagande » dans toute émission impériale et ceux qui niaient la possibilité même qu’un type monétaire ait pu être conçu comme vecteur d’un discours politique ou idéologique spécifique27. La fonction de communication politique de la monnaie ne fut pas exploitée avec une égale intensité à tous les moments de la longue histoire monétaire de Rome, et il est indéniable que certaines périodes n’ont donné lieu qu’à des types banals et peu expressifs, sans lien particulier avec l’actualité et la personne de l’empereur. En revanche, il a été mainte fois souligné, y compris par ceux qui ont insisté sur la monotonie du paysage monétaire impérial, que les émissions produites à des moments d’instabilité politique – tels les débuts de règne, et a fortiori les guerres civiles – présentent souvent des types originaux, voire remarquablement expressifs. Pour citer à nouveau A. Burnett, « the clearest instances of the ‘propaganda’use of coin types come at times of severe political crisis or uncertainty »28. Dans la perspective de ce volume, pour appréhender au mieux les rapports entre religion et pouvoir à travers le monnayage, il a donc paru pertinent de concentrer la suite de cette contribution sur les monnayages émis en temps de guerre civile : leurs types, qui se signalent souvent par leur diversité et leur caractère novateur29, sont ceux dont on peut le plus légitimement penser, de toute l’histoire monétaire romaine, que leur conception émane directement de l’autorité émettrice. Les images et légendes de ces monnaies, souvent émises dans l’urgence et en dehors du cadre coutumier et officiel de la production monétaire romaine, véhiculent un discours où les références à la sphère religieuse occupent une place prépondérante et qui a pour fonction de légitimer la position de pouvoir occupée de facto (souvent davantage que de iure) par le personnage qui signe l’émission.

3. Les « panthéons » de guerre civile vus à travers le monnayage

  • 30 Cette approche nous est dictée par l’exposé de Scheid, 1998a, p. 128-132 sur les « fonctions, hiéra (...)

10Quels dieux choisit-on de représenter sur les monnayages frappés au cœur de la tourmente des conflits civils ? Quels sont leurs fonctions et leurs domaines de compétence, et quels effets attend-on de leur patronage ? Souvent, un nombre important de dieux était « convoqué » dans l’iconographie monétaire d’un même chef de guerre ou d’une même faction : comment fonctionne alors l’association de ces différentes puissances divines ? Comment peut être « expliqué » (au sens étymologique de déployer) le réseau divin qu’elles forment30 ? On tentera d’apporter des éléments de réponse à ces questions par la sélection de quelques exemples représentatifs – que l’on pourrait évidemment multiplier dans une étude plus vaste – issus de monnayages frappés pendant les guerres civiles qui scandèrent l’histoire romaine durant la période couverte par ce volume : la lutte armée entre Sylla et les populares à la fin des années 80 av. J.-C. et celle entre Jules César et ses différents adversaires entre 49 et 45 av. J.-C. ; les guerres civiles de l’époque triumvirale (43-30 av. J.-C.) ; la révolte contre Néron et les conflits de « l’année des quatre empereurs » (68-69 apr. J.-C.) ; enfin, les affrontements qui suivirent le court règne de Pertinax jusqu’à la victoire de Septime Sévère (193-197 apr. J.-C.) et ceux qui marquèrent l’intermède du règne de Macrin (217-218 apr. J.-C.).

3.1. Les dieux tutélaires en temps de guerre civile : des fonctions variées et complémentaires

  • 31 Sur la typologie des effigies divines (dans le monnayage républicain), voir Zehnacker, 1973, p. 764 (...)

11Les dieux et déesses représentés dans le monnayage étaient traditionnellement identifiés au moyen de leurs attributs distinctifs, et parfois par l’adjonction d’une légende31. La typologie monétaire permettait en outre de préciser une fonction particulière ou les effets attendus du patronage de la divinité par l’ajout dans le même type d’attributs ou de symboles complémentaires, ou encore – surtout dans le monnayage impérial – par l’inscription dans la légende d’une épithète ou d’un déterminatif. Mais la construction du message ne se limite pas à une seule face de la monnaie et il convient de ne pas interpréter les types de façon isolée : généralement, le droit et le revers sont complémentaires ; il arrive aussi qu’une monnaie s’inscrive dans une série conçue de façon unitaire afin de véhiculer un discours global : chaque type s’apparente alors à une tessère d’une mosaïque idéologique plus ou moins vaste et variée. La « lecture globale » des types du monnayage permet de mettre en lumière des associations de divinités ou d’identifier le domaine précis dans lequel l’action de tel ou tel dieu est attendue. Ainsi, grâce aux opportunités offertes par la typologie monétaire, il était possible de « traduire » dans ces images des conceptions théologiques complexes et d’y exprimer un discours idéologique riche et nuancé, adapté aux situations et aux destinataires des monnaies.

  • 32 Voir Noreña, 2011a, p. 146-165.
  • 33 RRC 359/1-2. En revanche, sur des deniers de Jules César (RRC 458) frappés en 48/47 av. J.-C. en As (...)
  • 34 RIC IV.I, Pescennius Niger, 55-56 et 59-60. L’épiclèse Victor/Victrix est par ailleurs souvent empl (...)
  • 35 RIC IV.I, Clodius Albinus, 7, 54 et 60.

12Sans surprise, les monnayages frappés en temps de guerre civile représentent une foule de dieux porteurs de victoire – le thème central de toute l’idéologie impériale32. Parmi ceux-ci, la divinité dont la fonction propre est le plus directement liée à la sphère du succès militaire est évidemment Victoria, abondamment représentée dans la monnaie républicaine et impériale. D’autres dieux dont la fonction traditionnelle ne concerne pas forcément la victoire peuvent néanmoins aussi être présentés comme des adjuvants dans ce domaine. On peut citer comme exemple la Vénus figurant au droit des deniers et aurei de Sylla, dont l’effigie est complétée par un Cupidon tenant une palme, un attribut qui fait de la déesse une Venus Victrix avant la lettre (fig. 2)33. À l’autre bout de la période couverte par cette contribution, le monnayage émis par Pescennius Niger en 193-194 apr. J.-C. comporte deux émissions qui donnent à voir au revers un Mars et une Minerve dont l’iconographie même indique qu’ils sont – littéralement – des « porteurs de Victoire » : ces deux figures soutiennent de la main droite une Victoriola tendant une couronne ; les légendes MARTI VICTORI et MINER(uae) VICT(rici) confirment la fonction particulière assignée aux divinités (fig. 3-4)34. On notera en passant que sur des monnaies frappées à la même période (194-195 apr. J.-C.) par Clodius Albinus, la même Minerve était représentée tenant un rameau d’olivier au lieu de la Victoriola et se voyait conséquemment « rebaptisée » MINER(ua) PACIF(era) (cf. infra et fig. 6)35. Dans le monnayage républicain, la possibilité de figurer une divinité sur chaque face de la monnaie offrait l’opportunité d’associer au thème de la victoire militaire un dieu dont la fonction ne s’exerçait pas nécessairement dans ce domaine. Ainsi, sur des deniers frappés en 43-42 av. J.-C. par Brutus et un de ses lieutenants, P. Servilius Casca Longus (RRC 507/2), Neptune au droit (identifié par l’attribut traditionnel du trident) est uni à une Victoire au revers (fig. 5) : la présence de la déesse ailée, qui tient entre ses mains un diadème déchiré et foule aux pieds un sceptre, rend évident que l’appui du dieu marin est invoqué dans ce contexte pour favoriser le bon dénouement des opérations militaires – en particulier maritimes – du camp des « Libérateurs ».

Fig. 2. Denier de Sylla, fin 84 - 82 av. J.-C. (RRC 359/2).

Fig. 2. Denier de Sylla, fin 84 - 82 av. J.-C. (RRC 359/2).

© Spink. Vente 7030, n° 5.

Fig. 3. Denier de Pescennius Niger, 193-194 apr. J.-C. (RIC IV.I, Pescennius Niger, 55, variante).

Fig. 3. Denier de Pescennius Niger, 193-194 apr. J.-C. (RIC IV.I, Pescennius Niger, 55, variante).

© Classical Numismatic Group, Inc. Vente Triton XVIII, n° 1149.

Fig. 4. Denier de Pescennius Niger, 193-194 apr. J.-C. (RIC IV.I, Pescennius Niger, 59).

Fig. 4. Denier de Pescennius Niger, 193-194 apr. J.-C. (RIC IV.I, Pescennius Niger, 59).

© Classical Numismatic Group, Inc. Vente 96, n° 821.

Fig. 5. Denier de Brutus et P. Servilius Casca Longus, 43-42 av. J.-C. (RRC 507/2).

Fig. 5. Denier de Brutus et P. Servilius Casca Longus, 43-42 av. J.-C. (RRC 507/2).

© Roma Numismatics Limited. Vente 2, n° 527.

Fig. 6. Denier de Clodius Albinus, 194-195 apr. J.-C. (RIC IV.I, Clodius Albinus, 7).

Fig. 6. Denier de Clodius Albinus, 194-195 apr. J.-C. (RIC IV.I, Clodius Albinus, 7).

© Hess Divo AG. 17th eLive Auction, n° 1096.

  • 36 Voir Noreña, 2011b, p. 256.
  • 37 RIC IV.I, Septimius Severus, 1, 349 (193-194 apr. J.-C.).
  • 38 RIC IV.II, Macrinus, 1, 64-69, 179-184 ; cf. 70 (FIDES PVBLICA). Une autre divinité garante du bon (...)
  • 39 RIC I2, Vitellius, 42, 47, 52-54, 67 (FIDES EXERCITVVM) ; RIC IV.1, Clodius Albinus, 18 et 20 (FIDE (...)
  • 40 RIC IV.1, Pescennius Niger, 18-19 (enseignes et FIDEI EXER./-CITVI) ; Clodius Albinus, 19-20 (aigle (...)

13De nombreux types des monnayages de guerre civile s’adressent explicitement aux soldats, les premiers utilisateurs de ces monnaies. Les chefs d’armée impliqués dans de tels conflits savaient à quel point leurs chances de succès (et leur survie personnelle) dépendaient de la loyauté de leurs troupes. À considérer tous les exemples que l’histoire romaine a laissés d’empereurs renversés ou de prétendants au trône écrasés à la suite d’une défection de leur armée, on ne s’étonne pas que les symboles de fidélité au commandant soient devenus un véritable topos de la typologie monétaire de ces périodes troublées36. La première divinité appelée à garantir cette loyauté envers l’imperator était bien sûr Fides, qui possédait un temple sur le Capitole depuis le milieu du iiie siècle av. J.-C. Les monnaies des guerres civiles précisent le domaine dans lequel la déesse est appelée à intervenir, ou plus exactement les collectivités sur lesquelles doit s’étendre son patronage, par l’ajout d’un déterminatif : les représentations de la déesse sont ainsi accompagnées de la légende FIDEI LEG(ionum) sur des deniers de Septime Sévère – où Fides tient dans la main une Victoriola, puisqu’elle contribue, elle aussi, à l’obtention de la victoire37 –, tandis qu’elle est « labellisée » FIDES MILITVM dans le monnayage de Macrin38. Il faut souligner que de telles légendes – FIDES EXERCITVVM ou LEGION(um) – sont également employées dans des types ne figurant pas la déesse : le mot FIDES peut ainsi accompagner le symbole de la dextrarum iunctio (les deux mains droites serrées qui représentent la fides)39, des enseignes ou une aigle militaire40. Dans de tels cas, il est difficile de voir dans la légende FIDES une référence à la déesse : c’est au concept, à la qualité morale – qui n’est certes pas détachée des conceptions religieuses – que renvoie ce terme répété à l’envi, tel un slogan, dans bon nombre d’émissions.

  • 41 Pax et Concordia comptent parmi les personnifications les plus fréquentes du monnayage impérial : v (...)
  • 42 RIC IV.I, Clodius Albinus, 7, 54 et 60 : MINER(ua) PACIF(era) ; RIC IV.I, Septimius Severus, 45 (MA (...)
  • 43 Le cas paradigmatique est bien sûr celui de la « restauration » augustéenne, qui peut également s’é (...)
  • 44 RIC I2, Civil Wars, 42, 123-125, 127-128. Cette représentation exceptionnelle de « IOM Capitolinus  (...)
  • 45 Selon la définition de Scheid, 1998a, p. 137.

14À côté des dieux porteurs de victoire et garants de la loyauté des armées, les monnayages frappés en temps de guerre civile représentent aussi des divinités appelées à patronner le retour à la paix et à l’ordre – un thème majeur de tous les discours de légitimation conçus par les protagonistes de ces luttes intestines (et qui est loin d’être développé seulement pendant les périodes de conflits41). Outre les représentations de Pax et celles (beaucoup moins fréquentes) de Securitas – la première bénéficiant d’un culte (à partir de l’époque augustéenne), à la différence de la seconde –, il faut mentionner, à propos des monnayages de l’époque sévérienne, des dieux (à nouveau Mars et Minerve) qui reçoivent dans la légende une épiclèse telle que pacator ou pacifer pour signifier que leur action est sollicitée dans le domaine de la « pacification » (fig. 6)42. Au-delà de la fin des conflits armés et du rétablissement de la sécurité, les propagandes des temps de guerre civile ont en commun de promettre la restauration de l’État dans ses fondements politiques et religieux43. Parmi les dieux représentés dans les monnayages des chefs de guerre, certains semblent choisis précisément parce qu’ils sont les bénéficiaires des cultes les plus vénérables de la religion romaine. Ainsi trouve-t-on sur plusieurs monnaies anonymes émises en 68-69 apr. J.-C. la représentation de Jupiter (ou de sa statue dans un temple) accompagnée de la légende – sans précédent dans la documentation numismatique – I(uppiter) O(ptimus) MAX(imus) CAPITOLINVS (fig. 7). La dernière épithète, qui n’est pas une épiclèse cultuelle officielle, souligne par la référence topographique que la figure représentée sur cette monnaie frappée loin de Rome est bien le dieu souverain du panthéon de l’Vrbs44. Dans ces monnayages anonymes où l’absence de portrait impérial au droit permet de représenter une divinité sur chaque face de la monnaie (ce qui confère aux types une allure « républicaine »), ce « IOM Capitolinus » est associé dans un cas au GENIVS P(opuli) R(omani) – l’entité divine qui personnifiait la puissance d’action du peuple romain45 –, mais surtout à une autre divinité particulièrement vénérable du panthéon romain, Vesta, dont l’identité est déclinée par une légende – VESTA P(opuli) R(omani) QVIRITIVM – qui insiste également sur la place fondamentale du culte de la déesse dans la vie du peuple romain.

Fig. 7. Denier anonyme, 69 apr. J.-C. (RIC I2, Civil Wars, 128).

Fig. 7. Denier anonyme, 69 apr. J.-C. (RIC I2, Civil Wars, 128).

© Numismatica Ars Classica NAC AG. Vente 92, n° 2105.

  • 46 Plus largement, l’abondance des ressources est un des lieux communs de la typologie monétaire impér (...)
  • 47 RRC 375/1-2 (sur la datation, voir Assenmaker, 2014a, p. 179-185).
  • 48 RIC IV.I, Pescennius Niger, 7-11A ; Septimius Severus, 370-371, 475-476.
  • 49 RIC IV.I, Clodius Albinus, 8-10, 12, 56, 61 ; Septimius Severus, 19, 655, 664 ; la légende SAECVLO (...)
  • 50 Cette diversité est d’autant plus frappante si l’on songe qu’une émission de Septime Sévère frappée (...)

15La restauration de Rome – ou sa « renaissance », pour reprendre une expression bien attestée dans les légendes monétaires (Roma renascens) –, rendue possible par la victoire de l’imperator dans la guerre civile, s’accompagne aussi de la perspective d’une prospérité universelle, digne d’un nouvel Âge d’or. Tel est du moins le tableau qu’esquissent régulièrement – avec des légendes telles que felicia tempora, felicitas temporum, etc. – les types monétaires émis au cœur de la désolation des conflits civils46. À nouveau, cette promesse d’opulence peut être placée sous le patronage de diverses divinités : Vénus, dans le monnayage frappé en campagne par un questeur de Sylla (dont le revers présente une double corne d’abondance, fig. 8)47, et une Cérès frugifera dans les émissions de Pescennius Niger et de Septime Sévère48. Cette épithète se retrouve dans la légende SAECVLO FRVGIFERO qui figure sur des émissions de Septime Sévère et de son César Clodius Albinus. Cet « âge fertile » y est placé sous le signe de deux divinités singulières (un dieu coiffé d’une tiare et accompagné de sphinx ; une figure divine composite, portant couronne radiée, trident et caducée), en lesquelles on peut reconnaître des dieux d’Hadrumetum, ville d’origine de Clodius Albinus49. Ce dernier cas, qui fournit avec le « bricolage » iconographique de la seconde figure un bel exemple d’interpretatio Romana d’une divinité étrangère (fig. 9), illustre remarquablement la diversité des numina qui pouvaient être rassemblés dans un même « réseau divin »50. Il convient à présent de s’interroger sur les éventuelles logiques de composition de ces réseaux et sur les raisons qui pouvaient dicter le choix de telle ou telle divinité.

Fig. 8. Denier anonyme d’un questeur de Sylla, fin 84 - 82 av. J.-C. (RRC 375/2).

Fig. 8. Denier anonyme d’un questeur de Sylla, fin 84 - 82 av. J.-C. (RRC 375/2).

© Numismatica Ars Classica NAC AG. Vente 63, n° 174.

Fig. 9. Aureus de Septime Sévère, 193-194 apr. J.-C. (RIC IV.I, Septimius Severus, 19).

Fig. 9. Aureus de Septime Sévère, 193-194 apr. J.-C. (RIC IV.I, Septimius Severus, 19).

© Hess Divo AG. Vente 327, n° 129.

3.2. La composition des « panthéons » de guerre civile

  • 51 RIC I2, Augustus, 250-274 (pour les termini chronologiques indiqués ici, cf. Suspène, 2017, p. 9, n (...)

16L’étude « en réseau » des divinités représentées sur le monnayage s’avère particulièrement pertinente dans le cas d’émissions conçues de façon unitaire et frappées dans un même contexte politique. Les célèbres séries monétaires d’Octavien aux légendes CAESAR DIVI F(ilius) et IMP(erator) CAESAR en offrent sans doute le plus bel exemple. Frappées de 36 (après la victoire de Nauloque) à 29, elles se distinguent du reste du monnayage d’Octavien-Auguste par leurs légendes « épurées », plusieurs caractéristiques stylistiques et la grande élaboration de leur programme iconographique (avec des correspondances en « chiasme » entre types de droit et de revers de différentes monnaies)51. Cet ensemble donne à voir pour ainsi dire le panthéon personnel que s’était constitué le jeune César dans les dernières années des guerres civiles : on y trouve Vénus, Pax, Victoria et Mercure (dans la série CAESAR DIVI F), ainsi qu’Apollon, Diane et Mars (sur les monnaies IMP CAESAR). La prise en compte de cette documentation numismatique permet de corriger une vision courante, mais biaisée, de l’idéologie religieuse augustéenne qui, sous l’influence du « mythe d’Actium » élaboré par les poètes, tend à accorder d’emblée une position de prééminence à Apollon. Or ce dieu est certes présent dans le paysage monétaire (cf. supra, n. 43), mais intégré au sein d’un réseau complexe, où il n’occupe qu’une place somme toute modeste – pas plus importante, par exemple, que celle de Diane, qui fut la patronne de la victoire de Nauloque pour la même raison (la proximité géographique d’un sanctuaire) qu’Apollon allait être celui d’Actium cinq ans plus tard.

  • 52 Sur ces émissions, voir Lichtenberger, 2011, p. 43-59 (avec les références).
  • 53 Pour des analyses approfondies de la dévotion sévérienne envers les di patrii, voir Lichtenberger, (...)

17La mise en avant de dieux liés aux victoires ou à la personne même de l’empereur est un phénomène récurrent de l’idéologie religieuse impériale. À la fin de la période traitée dans ce volume, on en trouve encore un exemple significatif dans le monnayage de Septime Sévère, dont plusieurs émissions (à partir de 194 apr. J.-C. et encore après la guerre civile) représentent, ensemble ou séparément, Hercule et Liber Pater (fig. 10)52. C’est la seule fois que sont associées ces deux divinités dans l’histoire de la monnaie romaine, Liber Pater étant d’ailleurs très rare dans le paysage monétaire (à la différence d’Hercule). Elles reçoivent dans les légendes les qualificatifs également exceptionnels de di auspices et di patrii, ce dernier révélant la principale raison de leur présence dans le « panthéon personnel » de Septime Sévère : derrière ces théonymes bien romains, ce sont en fait les deux principaux dieux du panthéon de Leptis Magna, la cité d’origine de l’empereur, qui reçoivent les honneurs de la représentation monétaire – ce qui ne devait pas empêcher « d’activer » aussi les liens que la culture romaine reconnaissait entre Hercule et Liber et la sphère triomphale53.

Fig. 10. Aureus de Septime Sévère, 194 apr. J.-C. (RIC IV.I, Septimius Severus, 25).

Fig. 10. Aureus de Septime Sévère, 194 apr. J.-C. (RIC IV.I, Septimius Severus, 25).

© Numismatica Ars Classica NAC AG. Vente 97, n° 180.

  • 54 RIC I2, Civil Wars, 81-117.
  • 55 Voir Rosso, 2009 ; cf. Serra, 2009. Le procédé avait déjà été mis en œuvre dans le monnayage de Vit (...)
  • 56 Voir Rosso, 2009, p. 231.

18À côté des types sans précédents ou rarissimes, les paysages monétaires de guerre civile (et d’autres périodes) peuvent aussi se caractériser par la reprise de types monétaires antérieurs. À côté des topoi de la typologie monétaire, il s’agit parfois de véritables « citations » numismatiques qui sont une façon, pour l’autorité émettrice, de se réclamer d’une figure ou d’un contexte historique censé légitimer son action. C’est ainsi qu’un groupe d’émissions anonymes frappé pendant la révolte contre Néron affiche au droit le portrait d’Auguste et reprend une série de revers augustéens54 ; par la suite, le monnayage de Vespasien se réappropriera également plusieurs types monétaires du fondateur de l’Empire, des choix typologiques qui s’inscrivent dans une stratégie de légitimation de la nouvelle dynastie, qui se crée pour ainsi dire une généalogie idéologique augustéenne55. C’est dans cette perspective que s’explique la frappe, dans les premières années du règne de Vespasien, de monnaies représentant Neptune et Mars, deux divinités qu’Octavien avait précisément honorées sur le site d’Actium56. Vespasien plaçait ainsi sa victoire sous le patronage des dieux qui, tout juste un siècle auparavant, avaient rendu possible la fin des guerres civiles.

  • 57 Voir Assenmaker, 2015a, p. 224-227 (avec les références des émissions).
  • 58 Voir Rowan, 2012, p. 39-41. Cette interprétation séduisante n’est toutefois valide que si la repris (...)

19Les conflits civils furent aussi des guerres des discours et des images. Dans ce contexte, le choix de représenter certaines divinités pouvait parfois être dicté par la volonté de s’approprier les patronages divins dont se réclamait le camp adverse. On en trouve à nouveau un exemple dans les émissions anonymes frappées par les chefs de la révolte contre Néron. Parmi les nombreuses divinités et personnifications qui peuplent ce paysage monétaire, plusieurs sont déclarées « du peuple romain » : outre le Genius populi Romani, on trouve dans les légendes (par ordre décroissant de fréquence) Pax P R, Libertas P R, Securitas P R, Victoria P R et Fortuna P R (ou publica). Dans le monnayage julio-claudien, toutes ces entités (à l’exception de Fortuna) avaient au moins une fois reçu le qualificatif d’Augusta ou Augusti. Vu que les divinités ou personnifications dites « de l’Auguste » s’étaient multipliées précisément sous Néron, avec notamment l’apparition du Genius Augusti, on peut suspecter que les chefs de la révolte mettaient en œuvre une « euocatio » symbolique des divinités protectrices du pouvoir néronien. Il s’agissait pour ainsi dire de désacraliser les actions et la personne de l’Auguste jugé illégitime en conférant (momentanément) au populus Romanus les « qualités divines » que l’idéologie impériale avait liées à la personne du Prince57. On a proposé d’expliquer de façon similaire le choix des dieux représentés dans le monnayage oriental de Septime Sévère frappé à l’époque de la guerre contre Pescennius Niger : Spes, Fides, Ceres, Felicitas, Fortuna et Moneta figuraient en effet dans les émissions de ce dernier et se retrouvent dans celles de son vainqueur58.

4. En guise de conclusion : des « panthéons monétaires » au culte public

  • 59 Scheid, 1998a, p. 20 ; cf. le chapitre sur « les interprétations de la religion romaine » (ibid., p (...)

20La définition strictement ritualiste de la religion des Romains qui est adoptée aujourd’hui opère une distinction essentielle entre la pratique rituelle et « l’exégèse et la spéculation libres », qui se déroulaient à l’extérieur de la vie religieuse proprement dite59. La représentation de divinités sur des monnaies ne constituant pas un acte rituel, elle ne relève donc pas de la religion stricto sensu. Les « panthéons » mis en scène dans les monnayages de guerre civile nous informent en revanche sur les dévotions affichées par les chefs de guerre. Tout discours idéologique qui sous-tendait une action politique ou militaire ne pouvait en effet se concevoir sans une dimension religieuse – ou, plus précisément, « théologique » – qui visait à identifier les patronages divins les plus efficaces. Mais en tant que telles, ces dévotions « impératoriales » ou impériales ne sortaient pas de la sphère des interprétations personnelles – même si elles pouvaient être partagées par l’ensemble d’un groupe, telle l’armée – et restaient donc en marge de la vie religieuse.

  • 60 Dumézil, 1974, p. 521-544 (citation p. 523).

21Cependant, lorsqu’elles étaient dictées par des personnalités dotées d’un grand poids politique – nous pensons à Sylla, Pompée ou Jules César, pour l’époque tardo-républicaine, et bien sûr à Auguste puis aux empereurs –, les spécificités ou innovations théologiques véhiculées par ces idéologies religieuses pouvaient donner lieu au développement de cultes officiels. G. Dumézil avait déjà analysé dans cette perspective les évolutions religieuses de la fin de la République, qu’il résumait ainsi : « Mise à part la routine des vieux cultes, l’histoire religieuse de Rome se confond dès lors avec son histoire politique ou avec la biographie de quelques individus marquants : c’est au hasard des mouvements des partis, c’est selon les inspirations ou les nécessités des ambitieux que se font réformes ou créations, que tel culte décline, que tel autre monte60. »

  • 61 Voir l’édition et la traduction française du texte, avec des notes, de Scheid, 1998b, p. 99-107.
  • 62 Voir Scheid, 1990.

22Les lacunes de notre documentation empêchent le plus souvent d’observer précisément ce passage de la dévotion personnelle au culte public. Par chance, il est possible de lever un coin du voile sur ce processus grâce à un dossier particulièrement favorable, qui consiste d’une part dans le monnayage anonyme frappé en 68 apr. J.-C. en Gaule et en Espagne durant la révolte contre Néron, dont il a déjà été question à plusieurs reprises, et d’autre part dans les importants fragments de la copie épigraphique du protocole où avaient été consignés les sacrifices effectués en 69 apr. J.-C. par le collège des Frères Arvales – celui de l’année précédente étant malheureusement perdu61. Cette confrérie, responsable du culte de dea Dia, participait également à un certain nombre de rites communs de la religion publique, parmi lesquels les cérémonies (régulières ou exceptionnelles) qui constituent le « culte impérial ». Les activités liturgiques des Arvales reflètent donc directement les décisions prises en matière de culte dans l’entourage de l’empereur62. Le dossier de l’année des quatre empereurs permet ainsi de confronter les dévotions des chefs de la révolte, telles que les monnaies nous les donnent à voir, à un certain nombre de rites célébrés en l’honneur des empereurs qui accédèrent au trône à la faveur de cette guerre civile.

  • 63 Le « panthéon » constitué dans les émissions anonymes de 68 apr. J.-C. est dominé par cinq entités (...)
  • 64 Voir l’analyse détaillée dans Assenmaker, 2015a et 2015b.

23La liste des dieux honorés au cours des services liturgiques communs accomplis par les Frères Arvales en 69 apr. J.-C. révèle des singularités par rapport à ce que nous connaissons des cérémonies célébrées sous les Julio-Claudiens ou par la suite. Durant les quelques mois qui voient se succéder Galba, Othon et Vitellius, les Frères Arvales sacrifient en effet à plusieurs divinités qui, auparavant, n’avaient jamais ou que rarement figuré parmi les destinataires divins des sacrifices effectués par ce collège (en l’état de la documentation) : le Genius populi Romani, Mars Vltor, Victoria, Securitas et Iuppiter Victor. Or, ces divinités, à l’exception de la dernière, figurent plus ou moins fréquemment sur les monnaies anonymes63 ; quant à Iuppiter Victor, qui reçoit des offrandes sous Vitellius, il est certes absent de ce monnayage, mais il apparaît justement dans celui émis au nom de cet empereur64. On ne pourra attribuer au hasard le fait qu’en l’espace de quelques mois et dans un contexte politique singulier, les mêmes divinités apparaissent dans des documents de nature aussi diverse – des types monétaires d’une part, les protocoles d’un collège sacerdotal d’autre part – où leur présence était de surcroît inhabituelle. Une fois mis en lumière, ces points de contact nous permettent d’établir une continuité entre les dévotions manifestées par les commandants de Gaule et d’Espagne, attestées uniquement en dehors du cadre officiel des rites publics, et les actes cultuels effectués sous les trois éphémères empereurs de 68-69 apr. J.-C.

  • 65 Voir Rowan, 2012, p. 50-60. Cf. la contribution de S. Estienne dans ce volume.

24Un cas de figure comparable est offert par la dévotion affichée par Septime Sévère envers Hercule et Liber Pater (cf. supra) : si la représentation de ces deux divinités dans le monnayage émis à l’époque de la guerre civile ne relève pas de la religion officielle, leur présence dans les émissions frappées en 204 apr. J.-C. pour célébrer la tenue des Jeux Séculaires indique une volonté d’associer étroitement les di patrii de l’empereur à la cérémonie publique. Il convient toutefois de souligner que nous n’avons aucune trace explicite d’offrandes faites à Hercule et à Liber Pater durant les sacrifices des Jeux Séculaires : l’iconographie monétaire suggère plutôt que ces divinités assistent à l’accomplissement des rites65. Même si ces dieux restent encore à la marge des actes religieux, leur mise en évidence dans le programme commémoratif des Jeux Séculaires n’en est pas moins remarquable et atteste que la dévotion personnelle de l’empereur pouvait sinon modifier le rite, du moins en dicter une « interprétation officielle » enrichie.

25De tels cas d’étude privilégiés – avant tout le dossier de l’année des quatre empereurs – confirment que les patronages divins revendiqués dans la tourmente des guerres civiles (ou dans d’autres contextes de crise) donnèrent parfois lieu à des innovations cultuelles et purent donc pénétrer la sphère religieuse stricto sensu. Sans extrapoler à l’excès et en se gardant de toute déduction automatique, nous sommes donc invités à reconnaître dans des dévotions telles que celles dont les types monétaires ont conservé la trace le « terreau » duquel purent émerger certaines créations cultuelles. Il apparaît ainsi nécessaire de ne pas créer une séparation radicale et systématique entre la sphère de la religion et celle de « l’interprétation libre », la frontière entre les deux s’avérant moins nette et étanche qu’on ne le soutient parfois.

Haut de page

Bibliographie

Alföldi, A., 1956, The Main Aspects of Political Propaganda on the Coinage of the Roman Republic, dans R. A. G. Carson et C. H. V. Sutherland (éd.), Essays in Roman Coinage Presented to Harold Mattingly, Oxford, p. 63-95.

Amandry, M. (dir.), 2017, La monnaie antique. Grèce et Rome. viie siècle av. J.-C. – ve siècle apr. J.-C., Paris.

Ando, C., 2000, Imperial Ideology and Provincial Loyalty in the Roman Empire, Berkeley-Los Angeles-Londres.

Assenmaker, P., 2008, Monnayage et idéologie dans les années de Nauloque et d’Actium, RBN, 154, p. 55-85.

Assenmaker P., 2014a, De la victoire au pouvoir. Développement et manifestations de l’idéologie impératoriale à l’époque de Marius et Sylla, Bruxelles.

Assenmaker, P., 2014b, La monnaie, instrument et expression d’un pouvoir romain en mutation, dans N. Mathieu (dir.), Le monde romain de 70 av. J.-C. à 73 apr. J.-C. Voir, dire, lire l’empire, Rennes, p. 239-273.

Assenmaker, P., 2015a, ‘Roma restituta’. La rappresentazione dei fondamenti politici e religiosi della rivolta contro Nerone nelle coniazioni monetarie anonime del 68 d.C., dans J.-L. Ferrary et J. Scheid (éd.), Il princeps romano : autocrate o magistrato ? Fattori giuridici e fattori sociali del potere imperiale da Augusto a Commodo, Pavie, p. 203-238.

Assenmaker, P., 2015b, Un panthéon de crise : dévotions et cultes durant l’année des quatre empereurs (68-69 apr. J.-C.), dans M. Cavalieri, R. Lebrun et N. L. J. Meunier (éd.), De la crise naquirent les cultes. Approches croisées de la religion, de la philosophie et des représentations antiques, Turnhout, p. 189-204.

Beckmann, M., 2009, The Significance of Roman Imperial Coin Types, Klio, 91, p. 144-161.

Belayche, N., à paraître, Des dieux romains dans les « panthéons » des cités de l’Anatolie impériale, dans Y. Berthelet et Fr. Van Haeperen (éd.), Dieux de Rome et du monde romin. Nouvelles approches, Bordeaux.

Berthelet, Y., 2013, La crosse et la cruche. Symboles de légitimité de l’imperium ou symboles de l’augurat ?, Cahiers Mondes anciens, 4, en ligne : https://journals.openedition.org/mondesanciens/1037 (consulté le 07/07/2019).

Bocciarelli, D., 2018, L’expression de la légitimité du pouvoir de Vitellius d’après la typologie monétaire, RN, 175, p. 65-100.

Burnett, A., 1987, Coinage in the Roman World, Londres.

Burnett, A. et Crawford, M. H. (éd.), 1987, The Coinage of the Roman World in the Late Republic. Proceedings of a Colloquium Held at the British Museum in September 1985, Oxford.

Carradice, I. et Buttrey, T. V., 2007, The Roman Imperial Coinage. Volume II. Part 1. Second Fully Revised Edition. From AD 69 to AD 96. Vespasian to Domitian, Londres.

Claes, L., 2014, A Note on the Coin Type Selection by the a rationibus, Latomus, 73, p. 163-173.

Clark, A. J., 2007, Divine Qualities. Cult and Community in Republican Rome, Oxford.

Crawford, M. H., 1974, Roman Republican Coinage, 2 vol., Cambridge.

Crawford, M. H., 1985, Coinage and Money under the Roman Republic. Italy and the Mediterranean Economy, Londres.

Depeyrot, G., 2006, La monnaie romaine, 211 av. J.-C. – 476 apr. J.-C., Paris.

Dumézil, G., 1974, La religion romaine archaïque avec un appendice sur la religion des Étrusques, Paris.

Duncan-Jones, R. P., 2005, Implications of Roman Coinage : Debates and Differences, Klio, 87, p. 459-487.

Elkins, N. T., 2009, Coins, Contexts, and an Iconographic Approach for the 21st Century, dans H.-M. von Kaenel et F. Kemmers (éd.), Coins in Context I. New Perspectives for the Interpretation of Coin Finds. Colloquium Frankfurt a. M., October 25-27, 2007, Mayence, p. 25-46.

Elkins, N. T., 2017, The Image of Political Power in the Reign of Nerva, AD 96-98, Oxford.

Fears, J. R., 1981, The Cult of Virtues and Roman Imperial Ideology, dans ANRW, II, 17, 2, Berlin-New York, p. 827-948.

Gradel, I., 2002, Emperor Worship and Roman Religion, Oxford.

Hekster, O., 2003, Coins and Messages : Audience Targeting on Coins of Different Denominations ?, dans L. de Blois, P. Erdkamp, O. Hekster, G. de Kleijn et S. Mols (éd.), The Representation and Perception of Roman Imperial Power. Proceedings of the Third Workshop of the International Network Impact of Empire (Roman Empire, c. 200 B.C. – A.D. 476). Netherlands Institute in Rome, March 20 – 23, 2002, Amsterdam, p. 20-35.

Hollstein, W., 1993, Die stadtrömische Münzprägung der Jahre 78-50 v. Chr. zwischen politischer Aktualität und Familienthematik. Kommentar und Bibliographie, Munich.

Hölscher, T., 1982, Die Bedeutung der Münzen für das Verständnis der politischen Repräsentationskunst der späten römischen Republik, dans T. Hackens et R. Weiller (éd.), Actes du 9e Congrès international de numismatique, Berne, septembre 1979, Louvain-la-Neuve-Luxembourg, p. 269-282.

Hölscher, T., 2014, Historical Representations of the Roman Republic : The Repertory of Coinage in Comparison with Other Art Media, dans N. T. Elkins et S. Krmnicek (éd.), ‘Art in the Round’. New Approaches to Ancient Coin Iconography, Rahden, p. 23-37.

Howgego, Chr., 1995, Ancient History from Coins, Londres.

Kemmers, F., 2006, Coins for a Legion. An Analysis of the Coin Finds from the Augustan Legionary Fortress and Flavian canabae legionis at Nijmegen, Mayence.

Laignoux, R., 2011, L’utilisation de la religion dans la légitimation du pouvoir : quelques pistes de recherche pour les années 44-42 av. J.-C., Cahiers Mondes anciens, 2, en ligne : https://journals.openedition.org/mondesanciens/360 (consulté le 07/07/2019).

Levick, B. M., 1982, Propaganda and the Imperial Coinage, Antichthon, 16, p. 104-116.

Lichtenberger, A., 2011, Severus Pius Augustus. Studien zur sakralen Repräsentation und Rezeption der Herrschaft des Septimius Severus und seiner Familie (193-211 n. Chr.), Leyde-Boston.

Meadows, A. et Williams, J., 2001, Moneta and the Monuments : Coinage and Politics in Republican Rome, JRS, 91, p. 27-49.

Metcalf, W. E., 1993, Whose Liberalitas ? Propaganda and Audience in the Early Roman Empire, RIN, 95, p. 337-346.

Metcalf, W. E., 2006, Roman Imperial Numismatics, dans D. S. Potter (éd.), A Companion to the Roman Empire, Malden, p. 35-44.

Metcalf, W. E. (éd.), 2012, The Oxford Handbook of Greek and Roman Coinage, Oxford.

Noreña, C. F., 2001, The Communication of the Emperor’s Virtues, JRS, 91, p. 146-168.

Noreña, C. F., 2011a, Imperial Ideas in the Roman West. Representation, Circulation, Power, Cambridge.

Noreña, C. F., 2011b, Coins and Communication, dans M. Peachin (éd.), The Oxford Handbook of Social Relations in the Roman World, Oxford, p. 248-268.

Peter, M., 1996, Bemerkungen zur Kleingeldversorgung der westlichen Provinzen im 2. Jahrhundert, dans C. E. King et D. G. Wigg (éd.), Coin Find and Coin Use in the Roman World. The Thirteenth Oxford Symposium on Coinage and Monetary History, 25-27.3.1993, Berlin, p. 309-320.

Pobjoy, M., 2006, Epigraphy and Numismatics, dans N. Rosenstein et R. Morstein-Marx (éd.), A Companion to the Roman Republic, Malden, p. 51-80.

Radnóti-Alföldi, M., 1999, Bild und Bildersprache der römischen Kaiser. Beispiele und Analysen, Mayence.

Rosso, E., 2009, Le thème de la Res publica restituta dans le monnayage de Vespasien : pérennité du « modèle augustéen » entre citations, réinterprétations et dévoiements, dans Fr. Hurlet et B. Mineo (éd.), Le Principat d’Auguste. Réalités et représentations du pouvoir. Autour de la Res publica restituta, Rennes, p. 209-242.

Rowan, C., 2012, Under Divine Auspices. Divine Ideology and the Visualisation of Imperial Power in the Severan Period, Cambridge.

Rowan, C., 2019, From Caesar to Augustus (c. 49 BC-AD 14). Using Coins as Sources, Cambridge.

Scheid, J., 1990, Romulus et ses frères. Le collège des frères arvales, modèle du culte public dans la Rome des empereurs, Rome.

Scheid, J., 1998a, La religion des Romains, Paris (3e éd. 2017).

Scheid, J. (avec la collaboration de P. Tassini et J. Rüpke), 1998b, Commentarii Fratrum Arvalium qui supersunt. Les copies épigraphiques des protocoles annuels de la confrérie arvale (21 av.-304 apr. J.-C.), Rome.

Sear, D. R., 1998, The History and Coinage of the Roman Imperators 49-27 BC, Londres.

Serra, A., 2009, Le monete di « restituzione o imitazione » di Vespasiano : gusto antiquario o esigenza politica ?, dans E. Dettori, C. Braidotti et E. Lanzillotta (éd.), οὐ πᾶν ἐφήμερον. Scritti in memoria di Roberto Pretagostini, Rome, p. 1159-1184.

Suspène, A., 2008, Les effigies monétaires romaines et l’apparition du portrait de César : problèmes légaux et politiques, REA, 110, p. 461-481.

Suspène, A., 2009a, Une monnaie pour un Empire ? Approche monétaire de l’Occident romain de la fin de la deuxième guerre punique à la mort de Commode, dans Fr. Hurlet (dir.), Rome et l’Occident (iie siècle av. J.-C.-iie siècle apr. J.-C.). Gouverner l’Empire, Rennes, p. 229-247.

Suspène, A., 2009b, Aspects numismatiques de la Res publica restituta augustéenne, dans Fr. Hurlet et B. Mineo (éd.), Le Principat d’Auguste. Réalités et représentations du pouvoir. Autour de la Res publica restituta, Rennes, p. 145-167.

Suspène, A., 2014, Des monnayages en révolution : la monnaie à Rome et dans le monde romain entre 70 av. J.-C. et 73 apr. J.-C., dans J.-P. Guilhembet et Y. Roman (dir.), Le monde romain de 70 avant J.-C. à 73 après J.-C., Paris, p. 94-107.

Suspène, A., 2017, Un aperçu de la politique de l’or d’Octavien-Auguste : l’émission triumvirale RIC I2 Augustus 273, RN, 174, p. 7-36.

Sutherland, C. H. V., 1983, The Purpose of Roman Imperial Coin Types, RN, 25, p. 73-82.

Sutherland, C. H. V., 1984, The Roman Imperial Coinage. Volume I. Revised Edition. From 31 BC to AD 69, Londres.

Van Heesch, J., 2016, Le programme iconographique de l’atelier monétaire de Lyon sous Néron (64-68 après J.-C.), BSFN, 71/9, p. 346-352.

Van Heesch, J., 2018, Coin Images in Imperial Rome : The Case of the Emperor Nero, dans P. P. Iossif, Fr. de Callataÿ et R. Veymiers (éd), ΤΥΠΟΙ. Greek and Roman Coins Seen Through Their Images : Noble Issuers, Humble Users ? Proceedings of the International Conference Organized by the Belgian and French Schools at Athens, 26-28 September 2012, Liège, p. 429-445.

Veyne, P., 2005, L’empire gréco-romain, Paris.

Wallace-Hadrill, A., 1981, The Emperor and His Virtues, Historia, 30, p. 298-323.

Wallmann, P., 1989, Triumviri Rei Publicae constituendae. Untersuchungen zur politischen Propaganda im Zweiten Triumvirat (43-30 v. Chr.), Francfort.

Weber, G. et Zimmermann, M. (éd.), 2003, Propaganda – Selbstdarstellung – Repräsentation im römischen Kaiserreich des 1. Jhs. n. Chr., Stuttgart.

Williams, J., 2007, Religion and Roman Coins, dans J. Rüpke (éd.), A Companion to Roman Religion, Malden, p. 143-163.

Wolters, R., 1999, Nummi Signati. Untersuchungen zur römischen Münzprägung und Geldwirtschaft, Munich.

Wolters, R., 2003, Die Geschwindigkeit der Zeit und die Gefahr der Bilder : Münzbilder und Propaganda in der römischen Kaiserzeit, dans G. Weber et M. Zimmermann (éd.), 2003, Propaganda – Selbstdarstellung – Repräsentation im römischen Kaiserreich des 1. Jhs. n. Chr., Stuttgart, p. 175-204.

Woytek, B., 2003, Arma et nummi. Forschungen zur römischen Finanzgeschichte und Münzprägung der Jahre 49 bis 42 v. Chr., Vienne.

Woytek, B. E., 2018, The Depth of Knowledge and the Speed of Thought. The Imagery of Roman Republican Coins and the Contemporary Audience, dans P. P. Iossif, Fr. De Callataÿ et R. Veymiers (éd.), ΤΥΠΟΙ. Greek and Roman Coins Seen Through Their Images : Noble Issuers, Humble Users ? Proceedings of the International Conference Organized by the Belgian and French Schools at Athens, 26-28 September 2012, Liège, p. 355-387.

Zehnacker, H., 1973, Moneta. Recherches sur l’organisation et l’art des émissions monétaires de la République romaine (289-31 av. J.-C.), 2 vol., Rome.

Zehnacker, H., 2006, Religion et politique dans le monnayage des guerres civiles, de Sylla à César, dans A. Vigourt, X. Loriot, A. Bérenger-Badel et B. Klein (dir.), Pouvoir et religion dans le monde romain, en hommage à Jean-Pierre Martin, Paris, p. 51-62.

Haut de page

Notes

1 Sur l’histoire de la monnaie romaine, voir encore les excellentes synthèses de Burnett, 1987 et Howgego, 1995, et plus récemment les chapitres qui y sont consacrés dans les manuels de Metcalf (éd.), 2012 et Amandry (dir.), 2017 ; cf. aussi Depeyrot, 2006 ; Pobjoy, 2006, p. 62-77 (monnayage républicain) ; Metcalf, 2006 (monnayage impérial).

2 L’ensemble du monnayage romain républicain (jusqu’à 31 av. J.-C.) est présenté dans le Roman Republican Coinage, abrégé RRC (Crawford, 1974) ; le monnayage émis par les ateliers impériaux depuis Auguste jusqu’en 491 apr. J.-C. est rassemblé dans les dix volumes du Roman Imperial Coinage (abrégé RIC), une entreprise éditoriale entamée en 1923 et achevée en 1994, aujourd’hui en cours de révision (pour la période allant d’Auguste à Domitien, voir désormais Sutherland, 1984 et Carradice, Buttrey, 2007 ; la parution du nouveau volume II.3, consacré à Hadrien, est annoncée pour septembre 2019).

3 Cf. Assenmaker, 2014b, p. 240 et Amandry (dir.), 2017, p. 173 (chap. rédigé par A. Suspène). On s’étonne de ne trouver aucune remarque sur ce point dans un récent manuel d’introduction au monnayage des années 49 av. J.-C. à 14 apr. J.-C. et à son utilisation comme source historique (Rowan, 2019, spécialement p. 19-20 et 118-123).

4 Les volumes du Roman Provincial Coinage (abrégé RPC) sont publiés au format papier (le premier volume a paru en 1992) et/ou en ligne : voir https://rpc.ashmus.ox.ac.uk/ (consulté le 05/07/2019).

5 Deux ouvrages fondamentaux ont renouvelé dans ce sens la perception du paysage monétaire méditerranéen de la fin de l’époque républicaine : Crawford, 1985 et Burnett, Crawford (éd.), 1987.

6 Le paysage monétaire du monde romain a fait l’objet de plusieurs synthèses à la faveur de précédentes questions au concours de l’agrégation d’histoire : voir notamment Suspène, 2009a (sur l’Occident) ; id., 2014 ; Assenmaker, 2014b ; cf. aussi les études mentionnées à la n. 1.

7 Sur l’évolution de la typologie du monnayage républicain, outre les références données à la n. 1, voir les synthèses de Wolters, 1999, p. 23-37 ; Noreña, 2011b, p. 252-256 ; Woytek, 2018, p. 357-367 (à qui nous reprenons la distinction des trois phases exposées ci-dessus). Sur ce sujet, bien que vieilli à certains égards (en particulier pour la chronologie), l’ouvrage de Zehnacker, 1973 reste précieux (voir spécialement le chap. VI, p. 629-710, sur la « libération typologique »), ainsi que l’étude d’Alföldi, 1956. À propos du paradigm shift opéré dans les années 130 av. J.-C., interprété en termes de « monumentalisation » de l’iconographie monétaire, voir l’étude déterminante de Meadows, Williams, 2001.

8 Williams, 2007, spécialement p. 144-154. Sur les fréquentes représentations du lituus associé à une cruche dans le monnayage tardo-républicain (cf. fig. 2), dont la signification est controversée dans certains cas (symbole de l’augurat ou de la légitimité de l’imperium ?), cf. Berthelet, 2013 et Assenmaker, 2014a, p. 203-213.

9 Ce concept de « réseaux divins » est au cœur des réflexions actuellement menées dans le cadre du programme de recherche « Dieux de Rome et du monde romain » dirigé par Y. Berthelet et Fr. Van Haeperen.

10 La bibliographie relative aux thèmes religieux dans le monnayage du ier siècle av. J.-C. est très abondante ; outre les références données aux n. 1 et 7, citons les études ou synthèses suivantes : Assenmaker, 2014a pour l’époque de Marius et Sylla ; Zehnacker, 2006 pour la période allant de Sylla à César ; Wallmann, 1989, Assenmaker, 2008 et Laignoux, 2011 pour la période triumvirale (à compléter par le monumental ouvrage de Woytek, 2003 sur le monnayage des années 49-42 av. J.-C. et par la synthèse commode de Sear, 1998 sur les émissions des années 49-27 av. J.-C.). Sur la présence conjointe de la thématique familiale et des références à l’actualité dans la typologie monétaire entre 78 et 50 av. J.-C., voir aussi Hollstein, 1993.

11 Voir Suspène, 2008.

12 Voir Noreña, 2001 et 2011a, p. 37-177, qui a mené une analyse quantitative sur un important corpus de deniers contenus dans des trésors allant de Vespasien à Sévère Alexandre (69-235 apr. J.-C.). Il en ressort que les personnifications étaient bien plus fréquentes que les divinités « personnalisées » (respectivement 55 % et 29 % des revers dans le corpus établi dans la première étude : id., 2001, p. 155, tableau 2 ; pace Wolters, 1999, p. 268-269).

13 Clark, 2007, spécialement p. 13-27 ; cf Fears, 1981. Sur ce qu’on appelle traditionnellement, dans la bibliographie francophone, les « abstractions divinisées », voir dans ce volume la contribution de D. Miano, qui propose de les qualifier de « divinités conceptuelles ».

14 Sur les qualités attachées à la personne de l’empereur, voir désormais Noreña, 2011a, p. 37-100 ; cf. Wallace-Hadrill, 1981. À propos de la distinction Augusta/Augusti, généralement négligée, voir Gradel, 2002, p. 103-106 (suivi par Clark, 2007, p. 264). Sur l’idéologie impériale, voir aussi Ando, 2000 ; sur l’iconographie qui la véhicule, Radnóti-Alföldi, 1999, p. 42-171 reste une bonne synthèse ; cf. Wolters, 1999, p. 266-284 ; id., 2003 ; Noreña, 2011b, p. 256-258 spécifiquement sur l’iconographie monétaire.

15 Voir dernièrement Elkins, 2017, p. 7-8 (qui souligne très justement que « proximity does not equate necessarily with imperial agency »).

16 Voir Wolters, 1999, p. 290-291 et Noreña, 2011b, p. 250-251 ; cf. dernièrement Claes, 2014 (avec des arguments en faveur de l’implication de l’a rationibus dans le choix des types).

17 Une des principales études à avoir soutenu cette vision est celle de Levick, 1982, selon qui les types monétaires auraient été conçus comme une forme d’hommage destiné à l’empereur lui-même, et non comme un message à l’attention des utilisateurs de la monnaie ; l’hypothèse a suscité de nombreuses critiques (cf. Wolters, 1999, p. 262-265 et 296-297). Des arguments contre l’emploi de la monnaie comme médium de communication politique ont aussi été avancés par Duncan-Jones, 2005 (mais cf. la réponse de Beckmann, 2009). Il ne nous paraît pas utile d’entrer ici dans les problèmes terminologiques liés à l’emploi (certes souvent peu réfléchi) du terme de « propagande » ; pour de bonnes mises au point, voir Weber, Zimmermann (éd.), 2003 (avec une contribution spécialement consacrée aux images monétaires : Wolters, 2003) ; Noreña, 2011a, p. 15-18 et id., 2011b, p. 264-265.

18 Voir les exemples rassemblés par Wolters, 1999, p. 293-308.

19 Cf. Burnett, 1987, p. 70. Sur l’importance cruciale du portrait monétaire de l’empereur (la frappe monétaire constituant un marqueur de la légitimité impériale), voir Ando, 2000, p. 215-227.

20 Veyne, 2005, p. 401 (cf. toutefois les nuances à la n. 74) ; ces propos s’inscrivent dans le cadre d’une analyse éclairante, p. 399-406, montrant que les types du monnayage impérial ne sont pas des images qui ont une « force didactique, informative », mais qui commémorent ou éternisent les mérites et bienfaits du Prince.

21 Burnett, 1987, p. 79.

22 Ainsi Noreña, 2001, p. 164. La répétition sur les monnaies des notions clefs de l’idéologie impériale, également véhiculées par la littérature et d’autres médias, contribuait à diffuser et renforcer une conception officielle commune du régime : voir Noreña, 2011b, p. 264-265 et dernièrement Elkins, 2017, p. 11-12 (avec bibliographie).

23 Voir Elkins, 2009 pour un manifeste en faveur d’une « étude contextuelle » de l’iconographie monétaire, qui prenne en compte non seulement les contextes historique, numismatique et archéologique, mais inscrive aussi l’analyse des types dans le champ plus large de l’histoire de l’art antique. Sur ce dernier point, les travaux de T. Hölscher ont marqué un tournant et ont permis une meilleure compréhension de la Bildsprache romaine, notamment monétaire (voir e. a. Hölscher, 1982 et 2014 ; cf. la mise en perspective de Woytek, 2018, p. 371-378).

24 Noreña, 2001 et 2011a.

25 Voir e. a. Metcalf, 1993, à propos des différents types illustrant le thème de la liberalitas du ier au iiie s. apr. J.-C. ; Hekster, 2003, qui préconise d’analyser séparément le monnayage de chaque empereur (une approche méthodologiquement plus convaincante que la précédente, cf. la critique exprimée ibid., p. 23) ; Beckmann, 2009, qui met en lumière les considérations pratiques qui pouvaient entraîner l’adoption de différents types.

26 Voir déjà Peter, 1996 puis surtout Kemmers, 2006 (cf. Elkins, 2009, p. 43 et id., 2017, p. 13). Parmi la bibliographie récente, il faut signaler Van Heesch, 2016 et 2018 (avec une importante remarque méthodologique sur l’utilisation des trouvailles monétaires) ; cette comparaison des émissions de Rome et de Lyon sous Néron permet de nuancer les propos de Hekster, 2003, p. 32-33 sur « the near-absence of geographical audience targeting ».

27 Dans son chapitre « Designs and Propaganda », Burnett, 1987, p. 66-85 était déjà parvenu à des conclusions remarquables d’équilibre entre ces deux pôles extrêmes (cf. aussi Sutherland, 1983).

28 Burnett, 1987, p. 71. Cf. notamment Wolters, 1999, p. 293-294 et 306 ; id., 2003, p. 201 ; Hekster, 2003, p. 26 ; Ando, 2000, p. 223-226 ; Veyne, 2005, p. 401, n. 73.

29 Même si certaines émissions frappées pendant ces conflits présentent des types rarement ou jamais attestés auparavant, cela ne signifie pas que tous les types dont il sera question ici ne sont pas attestés en dehors des périodes de guerre civile, loin s’en faut. Plus encore que les éventuelles raretés, c’est l’ensemble des types choisis qui révèle l’attention particulière portée à la construction du message monétaire dans ce contexte. Par ailleurs, même dans le cas des monnayages de guerre civile, on relève une « banalisation » de la typologie monétaire entre les types de 68-69 et ceux de 193 apr. J.-C. : voir Wolters, 1999, p. 302.

30 Cette approche nous est dictée par l’exposé de Scheid, 1998a, p. 128-132 sur les « fonctions, hiérarchies, collaborations » des dieux romains.

31 Sur la typologie des effigies divines (dans le monnayage républicain), voir Zehnacker, 1973, p. 764-821.

32 Voir Noreña, 2011a, p. 146-165.

33 RRC 359/1-2. En revanche, sur des deniers de Jules César (RRC 458) frappés en 48/47 av. J.-C. en Asie Mineure (selon Woytek, 2003, p. 218-225), le fait que l’effigie de Vénus au droit soit accompagnée au revers d’Énée portant Anchise invite à reconnaître dans la déesse la Venus Genetrix – laquelle n’en était pas moins la protectrice de son descendant dans ses diverses entreprises, donc aussi potentiellement une porteuse de victoire.

34 RIC IV.I, Pescennius Niger, 55-56 et 59-60. L’épiclèse Victor/Victrix est par ailleurs souvent employée sans que la divinité représentée ne tienne une Victoire. On notera l’emploi du datif dans la légende (assez fréquent dans le monnayage de cette époque), qui confère pratiquement à la représentation monétaire le statut d’une offrande à la divinité.

35 RIC IV.I, Clodius Albinus, 7, 54 et 60.

36 Voir Noreña, 2011b, p. 256.

37 RIC IV.I, Septimius Severus, 1, 349 (193-194 apr. J.-C.).

38 RIC IV.II, Macrinus, 1, 64-69, 179-184 ; cf. 70 (FIDES PVBLICA). Une autre divinité garante du bon comportement des troupes, en l’occurrence de leur unité, est Concordia : voir par ex. les représentations de la déesse accompagnées des légendes CONCORDIA PRAETORIANORVM (RIC I2, Civil Wars, 118 et Vitellius, 19) ou CONCORDIA MILITVM (RIC IV.I, Didius Julianus, 1, 5, 11 et 14 ; Septimius Severus, 108).

39 RIC I2, Vitellius, 42, 47, 52-54, 67 (FIDES EXERCITVVM) ; RIC IV.1, Clodius Albinus, 18 et 20 (FIDES AVG./LEGION.).

40 RIC IV.1, Pescennius Niger, 18-19 (enseignes et FIDEI EXER./-CITVI) ; Clodius Albinus, 19-20 (aigle et FIDES LEGION.)

41 Pax et Concordia comptent parmi les personnifications les plus fréquentes du monnayage impérial : voir Noreña, 2011a, p. 127-136.

42 RIC IV.I, Clodius Albinus, 7, 54 et 60 : MINER(ua) PACIF(era) ; RIC IV.I, Septimius Severus, 45 (MARS PACATOR) et 113 (MARTI PACIFERO) ; cf. d’autre part 114 (MARTI VICTORI).

43 Le cas paradigmatique est bien sûr celui de la « restauration » augustéenne, qui peut également s’étudier à travers la typologie monétaire : voir Suspène, 2009b. Le monnayage émis par Octavien durant les guerres civiles ne développe toutefois pas encore le thème de la restauration politique, à l’exception d’un type de revers présentant un personnage togatus et capite uelato menant une charrue, symbole d’une (re)fondation placée sous les auspices d’Apollon, qui est représenté au droit de cette monnaie (RIC I2, Augustus, 272).

44 RIC I2, Civil Wars, 42, 123-125, 127-128. Cette représentation exceptionnelle de « IOM Capitolinus » sera ensuite reprise dans le monnayage de Vitellius (RIC I2, Vitellius, 31, 56, 127) ; cf. Bocciarelli, 2018, p. 82. Sur l’emploi de l’épithète Capitolinus à Rome et – plus encore – en dehors, voir Belayche, à paraître.

45 Selon la définition de Scheid, 1998a, p. 137.

46 Plus largement, l’abondance des ressources est un des lieux communs de la typologie monétaire impériale : voir Noreña, 2011a, p. 111-122. Sur les légendes variées développant le thème de la felicitas, voir ibid., p. 168-169.

47 RRC 375/1-2 (sur la datation, voir Assenmaker, 2014a, p. 179-185).

48 RIC IV.I, Pescennius Niger, 7-11A ; Septimius Severus, 370-371, 475-476.

49 RIC IV.I, Clodius Albinus, 8-10, 12, 56, 61 ; Septimius Severus, 19, 655, 664 ; la légende SAECVLO FRVGIFERO figurait déjà sur une émission de Pertinax (RIC IV.I, Pertinax, 12). Pour l’interprétation de ces types, voir Lichtenberger, 2011, p. 99-104 et Rowan, 2012, p. 34-39.

50 Cette diversité est d’autant plus frappante si l’on songe qu’une émission de Septime Sévère frappée en 194 apr. J.-C., quelques mois à peine après celles à la légende SAECVLO FRVGIFERO, donne à voir la divinité éminemment romaine du Genius populi Romani (RIC IV.I, Septimius Severus, 26).

51 RIC I2, Augustus, 250-274 (pour les termini chronologiques indiqués ici, cf. Suspène, 2017, p. 9, n. 11). Pour l’analyse du message véhiculé par ces séries, voir Assenmaker, 2008.

52 Sur ces émissions, voir Lichtenberger, 2011, p. 43-59 (avec les références).

53 Pour des analyses approfondies de la dévotion sévérienne envers les di patrii, voir Lichtenberger, 2011, p. 27-176 et Rowan, 2012, p. 32-109.

54 RIC I2, Civil Wars, 81-117.

55 Voir Rosso, 2009 ; cf. Serra, 2009. Le procédé avait déjà été mis en œuvre dans le monnayage de Vitellius : voir Bocciarelli, 2018, p. 79-84.

56 Voir Rosso, 2009, p. 231.

57 Voir Assenmaker, 2015a, p. 224-227 (avec les références des émissions).

58 Voir Rowan, 2012, p. 39-41. Cette interprétation séduisante n’est toutefois valide que si la reprise des types n’est pas due uniquement à la « routine » des ateliers qui ont frappé successivement pour les deux personnages ; par ailleurs, voir dans la « confiscation » des types par Septime Sévère l’équivalent d’une damnatio memoriae de Pescennius Niger nous semble erroné.

59 Scheid, 1998a, p. 20 ; cf. le chapitre sur « les interprétations de la religion romaine » (ibid., p. 143-156).

60 Dumézil, 1974, p. 521-544 (citation p. 523).

61 Voir l’édition et la traduction française du texte, avec des notes, de Scheid, 1998b, p. 99-107.

62 Voir Scheid, 1990.

63 Le « panthéon » constitué dans les émissions anonymes de 68 apr. J.-C. est dominé par cinq entités divines (qui sont représentées sur le plus grand nombre d’émissions, mais aussi, pour les quatre premières, sur les plus volumineuses) : Victoria, Mars Vltor, Bonus Euentus, Libertas et le Genius populi Romani. Le fait que les autorités émettrices aient donné une visibilité majeure à ces divinités est d’autant moins anodin que celles-ci n’avaient que rarement – ou jamais (dans le cas de Bonus Euentus et du Genius populi Romani) – figuré dans le monnayage julio-claudien.

64 Voir l’analyse détaillée dans Assenmaker, 2015a et 2015b.

65 Voir Rowan, 2012, p. 50-60. Cf. la contribution de S. Estienne dans ce volume.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Denier anonyme, vers 211-208 av. J.-C. (RRC 44/5).
Crédits © Electronic Auction. Vente 436, n° 407.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/18669/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 2. Denier de Sylla, fin 84 - 82 av. J.-C. (RRC 359/2).
Crédits © Spink. Vente 7030, n° 5.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/18669/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 3. Denier de Pescennius Niger, 193-194 apr. J.-C. (RIC IV.I, Pescennius Niger, 55, variante).
Crédits © Classical Numismatic Group, Inc. Vente Triton XVIII, n° 1149.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/18669/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 4. Denier de Pescennius Niger, 193-194 apr. J.-C. (RIC IV.I, Pescennius Niger, 59).
Crédits © Classical Numismatic Group, Inc. Vente 96, n° 821.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/18669/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 5. Denier de Brutus et P. Servilius Casca Longus, 43-42 av. J.-C. (RRC 507/2).
Crédits © Roma Numismatics Limited. Vente 2, n° 527.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/18669/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 6. Denier de Clodius Albinus, 194-195 apr. J.-C. (RIC IV.I, Clodius Albinus, 7).
Crédits © Hess Divo AG. 17th eLive Auction, n° 1096.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/18669/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 7. Denier anonyme, 69 apr. J.-C. (RIC I2, Civil Wars, 128).
Crédits © Numismatica Ars Classica NAC AG. Vente 92, n° 2105.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/18669/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 8. Denier anonyme d’un questeur de Sylla, fin 84 - 82 av. J.-C. (RRC 375/2).
Crédits © Numismatica Ars Classica NAC AG. Vente 63, n° 174.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/18669/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 9. Aureus de Septime Sévère, 193-194 apr. J.-C. (RIC IV.I, Septimius Severus, 19).
Crédits © Hess Divo AG. Vente 327, n° 129.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/18669/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 10. Aureus de Septime Sévère, 194 apr. J.-C. (RIC IV.I, Septimius Severus, 25).
Crédits © Numismatica Ars Classica NAC AG. Vente 97, n° 180.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/18669/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Assenmaker, « Choisir ses dieux en temps de guerre civile. La légitimation religieuse du pouvoir dans le monde romain vue à travers le monnayage »Pallas, 111 | 2019, 245-266.

Référence électronique

Pierre Assenmaker, « Choisir ses dieux en temps de guerre civile. La légitimation religieuse du pouvoir dans le monde romain vue à travers le monnayage »Pallas [En ligne], 111 | 2019, mis en ligne le 29 février 2020, consulté le 14 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/pallas/18669 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pallas.18669

Haut de page

Auteur

Pierre Assenmaker

Professeur en Langue et littérature latines
Université de Namur (Belgique)
Centre Fontes Antiquitatis
pierre.assenmaker[at]unamur.be

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search