Navigation – Plan du site

AccueilNuméros115L’affichage de la parenté dans le...La parenté revendiquée. La visibi...

L’affichage de la parenté dans les mondes grec et romain

La parenté revendiquée. La visibilité des femmes dans les réseaux de parenté à Athènes1

Claimed kinship. Women’s visibility in kinship networks in Athens
Karine Karila-Cohen
p. 235-242

Résumés

Notre connaissance des individus du passé est tributaire des traces qu’ils laissèrent de leur nom dans les sources. L’accès à ces noms est désormais facilité par l’existence de bases en ligne qui permettent de récupérer rapidement les données. Comment dès lors mettre à profit ce nouveau mode d’enquête, qui part d’une lecture distante des sources ? Combinant lecture distante et rapprochée, cet article s’interroge sur la visibilité des noms féminins en Attique. Plus exactement, la mise en œuvre de l’analyse de réseaux appliquée aux noms liés par la filiation, permet de replacer noms masculins et féminins dans des réseaux de parenté. Dès lors, il est possible de s’interroger sur le rôle que jouent les revendications de parenté dans la visibilité des femmes dans les sources athéniennes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier Anna Heller, Pascal Chareille, Christian Rico et Jérôme Wilgaux pour leurs re (...)
  • 2 Ma, 2013 ; Biard, 2017. Les deux ouvrages ne proposent cependant aucune analyse statistique, comme (...)
  • 3 Vestergaard et al., 1985 ; Rubinstein et al., 1991 ; Rubinstein, 1993.
  • 4 Il n’est pas possible de renvoyer à la multitude d’études de prosopographie attique qui remplissen (...)
  • 5 Moretti, 2008 ; Moretti, 2013.

1Plusieurs approches sont possibles pour étudier les liens de parenté tels qu’ils sont revendiqués par les protagonistes eux-mêmes, du moins dans les sources que nous pouvons encore lire. Le renouveau de l’étude des bases inscrites de statues a permis de mettre en valeur, aux périodes hellénistique et romaine, les proclamations d’appartenance familiale2. L’examen des inscriptions funéraires permet également de souligner combien les modes de nomination expriment les liens de parenté, et l’étude a été menée en particulier pour les femmes ou les adoptés3. À cette approche documentaire, focalisée sur un type de sources, on peut adjoindre les multiples enquêtes prosopographiques de détail qui ne manquent pas de montrer quelles pratiques spécifiques certains groupes de parents adoptent4. On soulignera à ce titre que bien des arbres généalogiques, en particulier à partir de la basse époque hellénistique, sont construits grâce aux bases honorifiques ou aux inscriptions funéraires : le travail prosopographique reste donc tributaire des proclamations de parenté faites par les intéressés eux-mêmes. Les travaux micro-analytiques, propres à la prosopographie, sont indispensables pour rassembler de nombreuses études de cas nécessaires à notre compréhension du monde social. L’étude systématique de grands corpus de sources est également souhaitable. L’une et l’autre approche reposent cependant sur des enquêtes de longue haleine. Néanmoins, le développement de plus en plus important de grandes bases de données disponibles en ligne permet que l’on puisse envisager des sondages préliminaires à l’exploration des sources, dans une démarche que les humanités numériques appellent la lecture à distance. L’opposition entre une lecture à distance (distant reading) et une lecture de près (close reading) est un débat qui touche les études littéraires, tout comme elle semble opposer, en histoire, les approches quantitatives et micro-historiques. Traditionnellement, l’analyse littéraire repose sur une lecture linéaire, au plus près du texte, permettant de bâtir une interprétation. Franco Moretti, qui entend importer dans les études littéraires des pratiques forgées par l’histoire quantitative, a popularisé le terme de distant reading, qui caractérise une étude qui se fonde sur l’analyse par l’ordinateur de grandes masses de textes prises dans leur globalité5. Les deux formes de lecture, adoptant deux focales distinctes, peuvent surtout être des démarches complémentaires, dans des temps parallèles de l’enquête. La possibilité de leur mise en œuvre respective dépend aussi des corpus que l’on est en mesure de traiter, en fonction du temps qu’il est possible de consacrer à l’enquête, et de l’accessibilité aux données. Or, le contexte actuel de mise à disposition de données en ligne permet d’avoir accès plus rapidement à de grandes masses, et peut favoriser par conséquent les lectures à distance.

  • 6 Duby et al., 1990 ; Boehringer, Sebillotte Cuchet, 2011.
  • 7 Boehringer et al., 2015.
  • 8 La structure de la base de données est évoquée par Karila-Cohen, 2016 ; le projet Prosopographie A (...)
  • 9 http://www.lgpn.ox.ac.uk/.

2Longtemps laissées à l’écart des travaux historiques, les femmes sont depuis plusieurs décennies au centre de nombreuses études relevant de courants historiographiques différents mais complémentaires. Sans distinguer les spécificités de l’histoire des femmes, de l’histoire du genre, de l’histoire du corps, de l’histoire de la sexualité, de l’histoire de la famille ou de l’anthropologie de la parenté, je me contenterai de souligner que de nombreux chercheurs, souvent des chercheuses, ont contribué à porter une attention nouvelle aux sources concernant les femmes et à proposer de nouveaux objets d’étude qui ont modifié le discours historique6. L’étude de la visibilité des actrices féminines dans les sources est menée dans le cadre du projet Eurykleia7 ; elle est aussi un corollaire de l’établissement de grandes bases de données prosopographiques accessibles en ligne, comme celle du projet PA-NUM8. Mais l’un comme l’autre sont des projets en cours qui ne permettent donc pas à court terme de mener une enquête exhaustive. Il existe pour le monde grec une base de données onomastiques accessible en ligne, qui, commencée dans les années 70, tend maintenant à l’exhaustivité. Il s’agit du Lexikon of Greek Personal Names (LGPN), utile au-delà des études onomastiques dans la mesure où les noms sont enregistrés sous l’identité des personnes qui les portent9. En partant d’une lecture à distance des données enregistrées dans le LGPN, je propose d’étudier le rôle que jouent les revendications de parenté quant à la visibilité des femmes dans les sources athéniennes. Après avoir exposé la méthode choisie, l’analyse de réseaux, l’étude se focalisera sur la place des noms féminins dans les réseaux onomastiques de dèmes tests que l’on peut construire en récupérant les données accessibles en ligne. Pour finir, une étude de cas permettra de mieux comprendre les mécanismes qui conduisent à rendre visibles les parentes féminines dans un groupe familial déjà bien étudié par l’historiographie.

1. L’outil de l’analyse de réseaux comme mode de lecture distante des données onomastiques disponibles

1.1. Qu’est-ce que l’analyse de réseaux ?

  • 10 Pour les sens courants du mot, on peut consulter le site du Centre National de Ressources Textuell (...)
  • 11 Sur cette distinction, voir Lemercier, 2005 ; Lemercier, 2015.

3Le terme de réseau s’est fortement répandu dans les recherches historiques depuis les années 2000 et l’avènement d’Internet qui a popularisé l’idée d’un monde « en réseau », c’est-à-dire en interrelation. Aux sens premiers du mot – qui renvoient au filet, à l’entrecroisement, au maillage, se sont ajoutés des significations métaphoriques qui désignent un système complexe de relations, tout particulièrement sociales10. Le mot a gagné un sens technique dans diverses disciplines des sciences humaines et sociales pour désigner cet ensemble relationnel complexe, quelles que soient les entités qui entrent en relation. Il faut cependant distinguer l’analyse quantitative de réseaux, à laquelle j’aurai ici recours, des études qui font l’usage du concept pour décrire, sans la mesurer, une structure relationnelle et son action au sein de son environnement, quel qu’il soit (une société, un écosystème…)11. Les diverses disciplines qui analysent quantitativement des réseaux (chronologiquement, les premières ont été la sociologie et la géographie), s’appuient sur la théorie des graphes et le calcul matriciel pour visualiser et mesurer les propriétés des réseaux étudiés.

  • 12 Pour les définitions et le vocabulaire de base, voir Beauguitte, 2016.

4Un réseau, dans cette optique, est un ensemble d’entités qui entretiennent entre elles des relations appelées des liens12. La nature des entités et des relations étudiées est très variable selon les disciplines et les chercheurs : il peut s’agir de personnes (traditionnellement en sociologie dont les études historiques sont les héritières), de lieux (en géographie ou en archéologie par exemple), mais aussi de mots de n’importe quel texte, ce qui ouvre considérablement le champ des études de réseaux. Les entités sont appelées nœuds ou sommets et les relations arrêtes ou flèches selon que les liens sont orientés ou non. Le réseau est figuré sous forme de graphe dans lequel les nœuds/sommets, représentés par des formes géométriques, sont liés les uns aux autres par des lignes ou des flèches. On peut choisir de spécifier les attributs des nœuds (le sexe ou le statut des personnes par exemple) et des liens (leur type, leur ancrage chrono-géographique…) par des formes, des couleurs ou des styles différents.

  • 13 Voir par exemple Cellier, Cocaud, 2012, p. 435-461.

5On analyse quantitativement les propriétés globales du réseau, comme sa densité qui mesure le nombre de relations observées par rapport à toutes les relations possibles, ou sa connexité, c’est-à-dire le fait qu’il existe ou non un chemin entre les différents points du réseau. Un graphe est dit connexe si aucun noeud ou groupe de nœuds n’est isolé du reste. Dans le cas contraire, le graphe se répartit en plusieurs composantes connexes. Graphiquement, le graphe se sépare alors en plusieurs morceaux, comme c’est le cas dans les exemples étudiés ici. On analyse aussi la place des nœuds dans le réseau : leur centralité ou l’existence de groupes très cohésifs, c’est-à-dire des groupes dont les nœuds entretiennent entre eux un grand nombre de relations sans en avoir beaucoup avec l’extérieur du groupe. Le groupe le plus cohésif est appelé une clique et se caractérise par le fait que tous les nœuds sont en relation les uns avec les autres. Arrêtons-nous un instant sur la mesure de la centralité qui sera utilisée plus loin. La centralité d’un nœud se décline de plusieurs façons, selon que l’on mesure le nombre de liens directs d’un nœud avec ses voisins (centralité de degré), le nombre de liens qui le relient à tous les autres nœuds du graphe, c’est-à-dire sa capacité à les atteindre par un nombre minimal d’arrêtes (centralité de proximité), sa position sur les chemins minimaux qui relient les autres nœuds du graphe (centralité d’intermédiarité, qui fait du nœud un point d’articulation du graphe), ou encore ses liens avec les nœuds les plus centraux du graphe (centralité de vecteur propre, qui rend un nœud d’autant plus central que ses voisins directs le sont). Il faut bien sûr s’interroger sur la traduction de ces propriétés mathématiques dans les disciplines de sciences humaines et sociales qui les utilisent. Chaque analyse de réseau doit préciser les interprétations qu’elle fait des mesures obtenues. Par exemple, la centralité peut être interprétée en termes de pouvoir, d’influence ou de prestige, mais aussi de vulnérabilité du réseau dont la cohésion repose sur l’existence de nœuds centraux (le réseau se brise si on les supprime)13.

  • 14 Pour le réseau comme paradigme, voir Constantakopoulou, Malkin, Panagopoulou, 2009 ; Malkin, 2011  (...)

6En histoire ancienne, le concept de réseau est au cœur de plusieurs publications depuis plus de dix ans, mais les études quantitatives restent rares14. Les méthodes quantitatives en général sont pensées comme mal adaptées à des sources qui offrent peu de séries régulières. L’analyse de réseaux peut néanmoins être un outil très utile dans ce contexte, en particulier pour traiter les milliers de noms personnels que livrent les sources et sur lesquels s’appuient les reconstitutions généalogiques.

1.2. Le « réseau onomastique de filiation » comme mode de lecture des données en ligne

  • 15 Bresson, 1981 ; Bresson, 1983 ; Golden, 1986 ; Golden, 1990 ; Wilgaux, 2008.
  • 16 Vernier, 1991.
  • 17 Bresson, 1985.

7Bien qu’il n’existât pas de nom rattachant un individu à une lignée, les Grecs marquaient l’identité familiale par le choix de l’idionyme de l’enfant qu’ils puisaient dans les noms portés par les ascendants paternels et maternels15. Plusieurs mentions dans les sources de la tradition manuscrite l’évoquent et certains types d’inscriptions honorifiques ou funéraires livrent des groupes familiaux assez importants qui permettent de constater cet usage qui a partiellement survécu jusqu’à l’époque contemporaine comme en attestent les travaux de B. Vernier sur l’île de Karpathos16. Ce retour des noms est l’argument principal qui permet aux prosopographes de reconstituer des généalogies à partir des paires de noms « enfant/parent » connues dans les sources, même quand la ligne de parenté plus longue n’est pas mentionnée. Le principe même de la démarche prosopographique repose donc sur l’analyse de réseaux onomastiques, comme l’a bien montré Alain Bresson17. En effet, l’usage de nommer un individu en rappelant, principalement, le nom de son père (patronyme), livre de nombreux segments de parenté qui, traités ensemble, peuvent mettre sur la voie de réseaux de parenté plus larges dans la mesure où les noms sont puisés dans un stock familial.

  • 18 Karila-Cohen, 2018.
  • 19 Pour une analyse de la chronologie du réseau, voir Karila-Cohen, 2018, p. 809-811.
  • 20 Sur la figure 1, les composantes A, A’ et B sont des groupes familiaux bien indentifiés. Voir Kari (...)

8J’ai montré que nous pouvions utiliser les données accessibles sur le site du LGPN pour étudier des réseaux onomastiques de filiation, qui permettent de détecter des composantes connexes de noms que l’enquête prosopographique peut reconnaître comme des groupes de parenté réels18. De tels réseaux sont construits à partir des noms masculins et féminins liés par la filiation : le réseau enregistre un lien entre un nom A et un nom B quand A est fils ou fille de B. Pour constituer ce réseau, je me suis servie des données mises en ligne par le LGPN, en récupérant les informations relatives à la filiation, et à l’inscription civique et chronologique de la personne qui porte le nom : deux noms sont liés par la filiation dans un cadre civique (dème, cité…) et à une date donnée. Même si toutes les composantes connexes que livrent les réseaux onomastiques de filiation ne peuvent pas être reconnues comme de vrais groupes de parenté, la détection de ces composantes par le réseau aide à reconstituer des généalogies. Les premiers essais ont été réalisés à partir des dèmes homonymes d’Oion Dekeleikon et Kerameikon. Dans les graphes obtenus (voir figure 1), le genre des noms est indiqué par des formes et des couleurs différentes des nœuds. La date à laquelle le lien de filiation est attesté entre les noms est notée par un dégradé de couleur allant des couleurs chaudes pour les dates hautes (IVa indique le ive av. J.-C.) et froides pour les dates basses (IIp, le iie apr. J.-C.)19. Le réseau d’Oion se compose de 86 composantes connexes, qui forment les îlots séparés sur le graphe (voir figure 1). La position des nœuds dans le graphe dépend de l’algorithme de placement du logiciel qui rapproche les nœuds voisins, c’est-à-dire quand les noms qu’ils représentent sont liés par la filiation. En bas du graphe, se trouvent les composantes formées d’un petit nombre de nœuds. Certaines de ces composantes ne sont formées que d’un nœud, relié à lui-même par une boucle : cela transcrit une paire de noms dans laquelle le nom de l’enfant est identique à celui du parent, comme par exemple pour Dêmêtrios Dêmêtriou. Les autres composantes du bas du graphe sont souvent des composantes de deux nœuds, ce qui traduit des paires de noms qui ne se trouvent qu’une fois dans les dèmes d’Oion. En haut du graphe, le logiciel a placé les composantes qui mettent en relation un plus grand nombre de nœuds. Ce sont ces composantes qu’il faut étudier pour voir si elles cachent des groupes de parents, de « vraies familles »20. L’étude en revient alors aux analyses prosopographiques classiques, mais l’analyse de réseaux, en lisant à distance les données du LGPN, a suggéré des pistes.

9J’aimerais utiliser ces graphes de noms, obtenus relativement rapidement une fois que l’on est rodé à la méthode, comme point d’entrée pour étudier conjointement la visibilité des noms et l’affichage des liens de parenté dans les sources, en me focalisant sur les femmes.

Fig. 1. Réseau onomastique de filiation des dèmes d’Oion, réalisé sous Visone (layout : stress minimization).URL : https://pum.univ-tlse2.fr/​IMG/​pdf/​Fig1_Pallas115_KarilaCohen.pdf.

Fig. 1. Réseau onomastique de filiation des dèmes d’Oion, réalisé sous Visone (layout : stress minimization).URL : https://pum.univ-tlse2.fr/​IMG/​pdf/​Fig1_Pallas115_KarilaCohen.pdf.

Fig. 2. Réseau onomastique de filiation du dème de Melitê, réalisé sous Visone (layout : stress minimization).URL : https://pum.univ-tlse2.fr/​IMG/​pdf/​Fig2_Pallas115_KarilaCohen.pdf.

Fig. 2. Réseau onomastique de filiation du dème de Melitê, réalisé sous Visone (layout : stress minimization).URL : https://pum.univ-tlse2.fr/​IMG/​pdf/​Fig2_Pallas115_KarilaCohen.pdf.

Fig. 3. Réseau de filiation des lignées d’Apolêxis d’Oion et de Mêdeios du Pirée, marquant la centralité d’intermédiarité par la taille des nœuds, réalisé sous Visone (layout : stress minimization).URL : https://pum.univ-tlse2.fr/​IMG/​pdf/​Fig3_Pallas115_KarilaCohen.pdf.

Fig. 3. Réseau de filiation des lignées d’Apolêxis d’Oion et de Mêdeios du Pirée, marquant la centralité d’intermédiarité par la taille des nœuds, réalisé sous Visone (layout : stress minimization).URL : https://pum.univ-tlse2.fr/​IMG/​pdf/​Fig3_Pallas115_KarilaCohen.pdf.

10Ces graphes présentent néanmoins plusieurs biais qu’il est important de souligner.

  • 21 Sur ces questions de configuration des bases de données prosopographiques, voir Karila-Cohen, 2016
  • 22 Pour une étude statistique des inscriptions funéraires, voir Vestergaard et al., 1985.

11Le premier est une conséquence de la réutilisation de données qui ne sont pas configurées autour des attestations de noms personnels dans les sources, mais des personnes porteuses de ces noms déduites par reconstitution prosopographique21. Les paires de noms « enfant/parent » qui sont récupérées sur le site sont souvent celles qui sont connues par la dénomination de l’individu, c’est-à-dire par l’attestation du nom personnel dans la source quand elle est formée de l’idionyme et du patronyme. Le LGPN enregistre également la filiation maternelle, mais elle est moins fréquente, en partie parce que les dénominations qui affichent un matronyme sont peu nombreuses. En dehors de la mention de la filiation dans les dénominations d’un individu, les sources peuvent faire connaître explicitement des liens de filiation paternelle comme maternelle (telle personne est désignée comme le père ou la mère d’une autre). Enfin, le LGPN enregistre également les liens de filiation déduits par le rapprochement de plusieurs sources par le prosopographe. Pour mener à bien une étude statistique comparée sur les dénominations féminines et masculines, il serait important de distinguer tous ces cas en partant non pas des reconstitutions prosopographiques livrées par le LGPN mais des attestations des noms personnels dans les sources22.

  • 23 McLean, 2002, p. 93-96.

12La présence d’un patronyme, si elle est l’origine d’un très grand nombre de liens enregistrés dans le réseau, n’est pas uniforme ni dans le temps ni dans les différents corpus documentaires23. Il serait utile de pouvoir mesurer l’écart entre hommes et femmes porteurs d’un patronyme afin de mesurer plus précisément la place effective des femmes dans les réseaux que l’on construit. Cependant, je ne crois pas que le décompte ait déjà été fait et je n’ai pas trouvé de moyen d’interroger la base de données du LGPN pour répondre à cette question. Il est essentiel de rappeler que l’absence de patronyme, surtout quand elle est couplée à l’absence de démotique, entraîne des difficultés à identifier le porteur du nom et, par conséquent, à le replacer dans un cercle de parents. Il est évident en effet que nous parvenons à reconstituer d’autant plus facilement les familles que nos sources livrent des formes anthroponymiques complexes, composées de nombreux éléments du nom : la présence d’un démotique en particulier permet d’émettre des hypothèses plus solides sur l’appartenance à une lignée masculine.

13On peut essayer d’évaluer la part des individus pour lesquels on connaît soit un démotique soit un phylétique grâce à la base de données Athenian Onomasticon, dans laquelle Sean Byrne met régulièrement à jour les données du LGPN24. Comme le LGPN, l’Athenian Onomasticon réduit les attestations de noms personnels aux personnes identifiées. Le résultat obtenu n’est donc pas le nombre d’occurrences de noms personnels connus avec un démotique ou un phylétique dans les sources, mais le nombre d’individus rattachés par la tradition prosopographique à un dème ou à une tribu. Il donne tout de même un ordre de grandeur. On peut sélectionner certains critères de recherche sur le site Athenian Onomasticon : le sexe de la personne, son rattachement à la communauté civique (en sélectionnant « Athenians only »), mais aussi son dème. Si on sélectionne « Athens », dans le champ « Place », on obtient la liste de tous les individus enregistrés sans démotique ni phylétique mais reconnus membres de la communauté civique25. Par soustraction, on obtient donc le nombre d’individus enregistrés dans les listes de dème ou de tribu. Je conserve dans le tableau les intitulés des champs de recherche du site pour souligner l’origine des chiffres obtenus.

  "all" % d’individus selon le sexe "Athenians only" % d’individus selon le sexe
femmes 7558 10,4% 6084 9,2%
hommes 65140 89,6% 59712 90,8%
Total 72698 100,0% 65796 100,0%

Hommes et femmes connus dans les sources attiques

  • 26 Aucune des deux bases de données ne permet d’établir des statistiques selon le type de sources. Le (...)

14Les femmes forment 10,4 % du total des individus connus dans les sources attiques26. Si l’on ne tient compte que des individus identifiés comme Athéniens, le pourcentage reste sensiblement le même (9, 2 %).

  "all" "Athenians only" % de membres de la communauté civique
femmes 7558 6084 80,5%
hommes 65140 59712 91,7%
Total 72698 65796 90,5%
  • 27 Je n’entends pas entrer ici dans le débat autour de la définition de la citoyenneté ni de la place (...)

Hommes et femmes de la communauté civique27

15Le pourcentage d’hommes identifiés comme Athéniens (91,7 %) est plus fort néanmoins que le pourcentage de femmes que l’on considère comme Athéniennes (80,5 %), mais les deux groupes restent très majoritaires parmi les individus connus dans les sources attiques.

  "Athenians only" "Athens" % d'individus enregistrés sans démotique ni phylétique Présence d'un démotique, ou phylétique (par déduction entre les col. « Athenians only » et « Athens ») % d'individus rattachés à un dème ou une tribu
femmes 6084 4568 75,1% 1516 24,9%
hommes 59712 23903 40,0% 35809 60,0%
Total 65796 28471 43,3% 37325 56,7%

Hommes et femmes rattachés aux cadres civiques (dèmes et tribus)

16L’écart se creuse toutefois entre les individus enregistrés avec des démotiques ou des phylétiques : seules 24,9 % des femmes reconnues comme Athéniennes sont rattachées à un cadre civique, quand 60% des Athéniens le sont. La différence pourrait s’expliquer par le nombre d’idionymes seuls que l’on trouve dans les sources, plus importants pour les noms féminins que pour les noms masculins. Pour les femmes en outre, puisqu’elles ne portent que rarement un démotique rattaché directement à leur nom, l’absence de patronyme empêche de les rattacher à un cadre civique. Il sera par conséquent très difficile de « faire leur prosopographie », c’est-à-dire de les rapprocher d’homonymes et de les rattacher à des groupes familiaux.

17Le choix de travailler à partir des réseaux onomastiques de filiation à l’échelle du dème qui permet de suivre les lignées paternelles réduit donc la population d’étude de façon plus marquée pour les femmes que pour les hommes, ce qui est un biais important. Bien que l’on parte d’une lecture à distance des noms, l’analyse des effets de la parenté requiert que l’on ne néglige pas les enquêtes prosopographiques rapprochées, plus assurées quand on connaît un démotique. L’échelle du dème reste alors pertinente comme point de départ.

2. Ce que la parenté fait aux femmes

18Les réseaux onomastiques de filiation centrés sur le dème sont un outil provisoire, mais ils peuvent être un laboratoire pour savoir s’il y a une spécificité des noms féminins par lesquels nous pouvons chercher à appréhender la place sociale des femmes.

2.1. La place des noms féminins dans quelques dèmes attiques

  • 28 Le genre grammatical des noms renvoie au sexe des individus qui les portent : même en l’absence d’ (...)
  • 29 Le seuil est déduit empiriquement de ma pratique de l’enquête prosopographique : trois noms ne con (...)

19Quelle est la proportion des noms féminins par rapport aux noms masculins dans les réseaux construits automatiquement à partir du LGPN ? Dans quelles parties du graphe se situent-ils les uns et les autres ? La première question permet de mesurer la visibilité des noms dans les sources, dans les limites de notre échantillon. La seconde conduit à s’interroger sur la place des femmes dans de potentiels réseaux de parenté. Pour y répondre, après avoir étudié le rapport entre les noms selon leur genre28, je m’intéresserai également à la proportion de noms qui sont présents dans des composantes connexes de petite ou de grande taille. Comme je l’ai rappelé plus haut, une composante reliant de façon continue un ensemble de noms peut cacher un groupe de parents. Compte tenu de l’état lacunaire de nos sources et de la taille maximale limitée à laquelle arrivent nos arbres généalogiques reconstitués par la prosopographie, il m’a semblé que l’on pouvait distinguer les composantes formées d’un à trois noms et celles qui comportent au moins quatre noms. Si ces dernières sont bien la trace, dans le réseau onomastique, d’une vraie famille, plus le nombre de noms de la composante est grand, plus le groupe de parents qu’elle cache sera étendu29. Les femmes sont-elles majoritairement rattachées à des groupes restreints ou larges ?

  • 30 Karila-Cohen, 2018. Oion fait partie des dèmes homonymes de l’Attique. J’ai donc traité à la fois (...)
  • 31 Ackermann, 2018
  • 32 Cet échantillon est choisi comme un « grand ier siècle » qui englobe les groupes familiaux traités (...)

20Je suis partie des dèmes d’Oion qui ont déjà fait l’objet d’une première étude et qui forment le seul corpus pour lequel des analyses rapprochées ont pu être menées pour le moment30. Trois autres dèmes ont servi de comparaison : Aixonê, le Pirée et Melitê. Le premier a été choisi parce qu’il vient de donner lieu à une analyse détaillée31. Les deux autres font partie de ceux pour lesquels nous connaissons le plus de démotes enregistrés par le LGPN ; ils sont en outre concernés par l’exemple développé dans la troisième partie. Pour le rapport entre noms féminins et masculins, j’ai également ajouté une population délimitée chronologiquement et non par dème, composée de toutes les paires de noms connues à Athènes, avec ou sans démotique, entre 130 et 1 av. J.‑C, qui m’a servi à tester un réseau construit à l’échelle de la cité32.

  • 33 Les tableaux sont composés à partir des fichiers de codage composés pour l’analyse de réseaux, qui (...)

Fig. 4. Répartition des noms féminins et masculins de l’échantillon test33

Fig. 4. Répartition des noms féminins et masculins de l’échantillon test33
  • 34 Il faudra sans doute procéder pour tous les dèmes homonymes de la même façon que pour les dèmes d’ (...)
  • 35 Le calcul de l’intervalle de confiance conforte l’idée que la fréquence des noms féminins est cons (...)

21Il serait intéressant de procéder au même comptage pour les plus de cent trente dèmes attiques34. Les données rassemblées ici témoignent néanmoins d’une belle constance dans la présence des noms féminins enregistrés avec des patronymes. Pour les cinq groupes de l’échantillon test, ces noms représentent entre 9 et 14% environ du stock, comparables aux 9% obtenus à partir des données du site Athenian Onomasticon (cf. supra)35. Nettement moins fréquents que les noms masculins, les noms féminins forment cependant une part visible de la population de chacun des groupes test.

22Quelle est la place des noms féminins dans ces réseaux ?

  • 36 Les tableaux sont composés à partir des fichiers de codage de réseaux : les noms au genre indéfini (...)

Fig. 5. Répartition des noms féminins et masculins dans les composantes connexes de l’échantillon test36 

Fig. 5. Répartition des noms féminins et masculins dans les composantes connexes de l’échantillon test36 
  • 37 On peut distinguer deux groupes : Oion (composite) et Aixonê qui livrent entre 400 et 450 personne (...)
  • 38 Voir figure 2 : elle est composée de 196 nœuds, sur les 401 que compte le réseau.
  • 39 Pour un traitement statistique possible des noms formant ces grandes composantes, voir Karila-Cohe (...)

23Dans chacun des quatre dèmes, malgré le volume différent de population identifiée37, les petites composantes restent fortement majoritaires (elles représentent au moins 84.7 % environ des composantes connexes). Mais elles concentrent une part des noms variables selon le sexe et selon de dème. Peut-on déceler des valeurs remarquables dans ces résultats, dont la plupart sont issus de très petits échantillons ? Le calcul des intervalles de confiance permet de dire qu’ils ne sont statistiquement significatifs que dans certains cas : si l’on veut retenir uniquement les dèmes pour lesquels on peut exploiter les résultats pour les noms féminins et masculins, on ne peut alors conserver que les résultats de Melitê. Dans ce dème, noms féminins et noms masculins sont sur-représentés dans les grandes composantes, de façon plus marquée pour les noms féminins (85,5 % des noms féminins, pour 59,1 % des noms masculins). Ce sont des études au cas par cas, appuyées sur les reconstitutions prosopographiques, qui pourront permettre d’avancer des hypothèses sur l’interprétation de ces résultats. Cependant, visuellement, la présence d’une énorme composante connexe à Melitê est frappante38. Résulte-t-elle seulement d’une diminution du stock onomastique indépendante de la visibilité des lignées paternelles dans nos sources ? Autrement dit, les grandes composantes connexes font-elles seulement le lien entre peu de noms portés par beaucoup d’individus n’ayant pas de relations de parenté entre eux, ou bien mettent-elles sur la piste de vrais groupes de parents39 ? Si ces composantes cachent de vraies familles, au moins partiellement, que signifie que la part des noms féminins dans les grandes composantes connexes augmente plus fortement que celle des hommes ? Est-ce le signe de mariages plus fréquents au sein du dème ? Est-ce le signe que les femmes de certaines lignées sont plus visibles dans les sources ? Serait-ce donc lié à des stratégies différentes des élites de chaque dème ?

  • 40 Le LGPN recense plus de 400 démotes d’Oion, en comptabilisant les individus connus uniquement par (...)

24Si la lecture à distance génère de multiples questions, seule une lecture rapprochée du corpus peut permettre d’esquisser des réponses. La masse de la documentation interdit que l’enquête soit menée rapidement pour l’ensemble du matériel rassemblé pour les réseaux onomastiques construits automatiquement à partir du LGPN. Elle interdit aussi, dans le cadre de cet article, d’étudier dans le détail à la fois les noms masculins et les noms féminins d’Oion40. Je me concentrerai donc sur ces derniers seulement.

2.2. Des sources qui affichent la parenté

  • 41 Comme je ne fais pas une étude prosopographique complète, je n’ai pas intégré les noms au genre in (...)
  • 42 Voir le tableau en annexe 1 : références et texte grec y sont précisés.

25J’ai relevé toutes les occurrences de noms personnels féminins attestés comme filles de démotes d’Oion, collectées par le LGPN41. Il s’agit d’une table d’attestations, mais j’ai indiqué celles qui renvoyaient à la même personne42.

  • 43 Ce n’est pas exactement la même population que dans le graphe onomastique : Polustratê, Laodameia (...)

26Le corpus compte vingt‑cinq occurrences, identifiées à vingt-et-une personnes, portant vingt noms différents43.

  • 44 ID_Oc 19, 20, 21.
  • 45 De nombreuses études s’intéressent au sujet. On citera, entre autres, Thompson, 1976 ; Humphreys,  (...)
  • 46 Karila-Cohen, 2017.

27Trois des noms44 apparaissent dans une source littéraire, que je ne traiterai pas ici dans le détail : il s’agit des Bousélides, qui se disputent l’héritage d’Hagnias45. La grande majorité des noms sont donc livrés par des sources épigraphiques. Ce sont essentiellement des inscriptions funéraires (treize inscriptions), complétées par des inscriptions honorifiques (sept inscriptions) ou des listes mentionnant des charges religieuses (deux inscriptions). Ce constat n’étonnera aucun épigraphiste et on est tenté de parier que cette répartition pourrait bien être représentative de ce qu’un examen de toutes les inscriptions attiques nommant des femmes pourrait donner, si l’on y ajoutait quelques décrets honorifiques. Avant même d’examiner attentivement ces inscriptions, leur typologie permet de supposer qu’elles feront bonne place à l’affichage des liens de parenté, en particulier en ce qui concerne les inscriptions funéraires et honorifiques qui sont la quasi-totalité de ce petit corpus46.

  • 47 Vestergaard et al., 1985.

28Les dénominations peuvent être reconnues comme une première forme de proclamation de la parenté. Si les femmes, comme les hommes, sont identifiées par leur patronyme, elles peuvent aussi être identifiées par le nom de leur mari47.

  • 48 ID_Oc 9, 19, 22. Je ne traite pas Oinanthê (n° 19), connue par le Ps.‑Démosthène.
  • 49 ID_22.
  • 50 ID_Oc 9.
  • 51 McLean, 2002, p. 99-100.
  • 52 Byrne, 2003, p. 352.

29Vingt-deux des occurrences de noms personnels féminins sont porteuses de patronyme. Comme on l’a dit à plusieurs reprises, c’est principalement lié à la sélection dans le cadre du dème. Il est par conséquent plus intéressant de se pencher ici sur celles qui n’en portent pas48. On trouve deux attestations épigraphiques sans patronyme. Il sera question de Flavia Sophia plus bas49. La seconde, « Pôlla Maikia Laudikê, qui est aussi <?> d’Oion, femme de Leukios d’Oion », fait partie des quelques cas où le démotique est accolé au nom féminin50. La formule onomastique semble incomplète ici puisqu’on attend un second nom après le hê kai « qui est aussi »51. Si le lapicide n’a rien oublié (il n’y a pas de lacune indiquée par l’éditeur), la liaison peut souligner que le mariage se fait bien au sein du dème, puisque cette citoyenne romaine rattachée à l’un des dèmes d’Oion est également la femme d’un démote d’Oion52.

  • 53 ID_Oc 12.

30Un second nom personnel est connu avec le nom du mari accompagnant le nom du père, il s’agit de « Nakô (fille de) Phanias d’Oion, femme d’Alexias d’Oion »53. Cette fois encore le mariage s’est fait au sein du dème.

  • 54 ID_Oc 7.
  • 55 On trouve par exemple la formule Σωστράτη Εὐδήμου Χο[λ]αργέως θυ│γάτηρ, γόνωι δὲ Ἡρακλείδου Φλυέως (...)
  • 56 IG II² 10948.

31Il est possible, enfin, que nous ayons affaire à une mention, plus rare, du nom de la mère bien que cela ne soit pas assuré. Il s’agit d’« Euphaina fille d’Apellikôn d’Oion et de Bebaion/os »54. Il n’y a pas de terme de parenté après le génitif Bebaiou. Implicitement, c’est le terme « fille », thugatêr, qui semble omis, la conjonction de coordination permettant de rattacher Bebaiou au mot qui le précède. Il pourrait dès lors s’agir d’une mère ou d’un père adoptif. La formule la plus fréquente, dans les sources attiques, pour signaler la parenté naturelle, ne juxtapose pas sans précision père juridique et père naturel55. Par ailleurs, si Bebaios est un nom masculin attesté cinq fois dans l’ensemble du monde grec, il ne l’est pas à Athènes en dehors de cette restitution, tandis que le féminin Bebaion, inconnu partout ailleurs, est attesté par une autre inscription funéraire en Attique56. Il semble plus juste de penser que Bebaion est la mère d’Euphaina.

32Au-delà du patronyme, ce qui est plus remarquable, dans ce petit corpus, c’est que de nombreux noms personnels féminins sont insérés dans un ensemble plus large de parents.

  • 57 ID_Oc 1, 2, 5.
  • 58 Marchiandi, 2011, p. 35-46.

33Trois des inscriptions funéraires font en réalité partie d’un péribole concernant entre quatre et sept parents, ce qui donne une profondeur généalogique plus importante que celle qui est affichée par l’usage du seul patronyme57. Comme l’a montré l’étude de Daniela Marchiandi, c’est bien la perpétuation des familles dans le temps que symbolisent ces enclos funéraires58.

  • 59 Ma, 2013, p. 202-239 n’a fait aucune étude statistique sur la fréquence des proclamations généalog (...)
  • 60 ID_Oc 14, 15-16 (=ID_Per 15), 22-23-24-25 (=ID_Per 21).
  • 61 ID_Per 15.
  • 62 Follet, 1976, p. 179-186.
  • 63 Byrne, 2003.

34De véritables tableaux de famille peuvent aussi se trouver sur les bases de statues59. Les sept inscriptions honorifiques concernent en réalité uniquement trois femmes de l’époque romaine60. Ce sont les seuls cas où une même femme est mentionnée individuellement dans plus d’une source. Ces honneurs sont en effet fréquemment répétés : une même personne élève plusieurs statues ou se voit élever à son tour une statue par un parent. Il n’est donc pas étonnant que ce soit les seuls cas où un même nom féminin apparaisse sur plusieurs monuments. De Lamidion, il sera question dans la troisième partie de cet article61. Les deux autres femmes sont également membres de familles des élites de l’Athènes romaine : elles sont mentionnées par Simone Follet comme parentes d’archontes éponymes du iie s. apr. J.-C.62. Il n’est pas question de reprendre ici la prosopographie complète de ces familles ayant la citoyenneté romaine63, mais quelques précisions quant aux inscriptions qui font connaître les deux femmes ne sont pas sans intérêt.

  • 64 ID_OC 14.
  • 65 Voir Annexe 2.
  • 66 IG II² 3592 = I Eleusis, 483.
  • 67 Sarrazanas, à paraître, vol. 1, n° 88. Je tiens à remercier l’auteur de m’avoir permis de consulte (...)
  • 68 IG II² 3591.
  • 69 IG II² 3593
  • 70 A. Heller me suggère qu’ils sont peut-être encore trop jeunes pour les avoir exercées.
  • 71 Sur les Flavii de Paiania, voir Byrne, 2003, n° 127-136.

35Vitellia Isidôra, fille de Sabinos d’Oion, est honorée par la cité pour sa vertu : l’inscription précise qu’elle est mère de Titos Flavios Leosthenês, Titos Flavios Alkibiadês et Flavia Phila de Paiania64. Selon les reconstitutions proposées par S. Follet, Titos Fl. Leosthenês serait l’un des nombreux archontes rattachés à la famille, qui cumule par ailleurs diverses fonctions politiques et religieuses65. Parmi elles, on trouve celle de hiérophante à Éleusis, assumée par Titos Flavios Leosthenês de Paiania pendant le règne d’Antonin le pieux, entre 138 et 161, et jusqu’en 167/8 apr. J.-C. : c’est son inscription honorifique qui indique les charges tenues par son frère (Titos Fl. Alkibiadês), son père (Titos Fl. Alkibiadês) et son grand-père (Titos Fl. Leosthenês)66 ; ce dernier est identifié par S. Follet à Titos Fl. Leosthenês, fils de Vitellia Isidôra : il a été archonte éponyme, panégyriarque, héraut de l’Aréopage, stratège des hoplites trois fois, agonothète des Panathénées désigné par le dieu Hadrien67. On voit par-là que l’inscription des honorandi dans un réseau familial n’est pas propre aux femmes. Ce Titos Flavios Leosthenês serait également identique à un stratège et gymnasiarque à trois reprises, honoré pour sa vertu68. Le second fils de Vitellia Isidôra, Titos Fl. Alkibiadês, est identifié par S. Follet à un archonte, stratège, gymnasiarque et prêtre de la Victoire de l’Acropole, honoré par la cité69. L’inscription honorifique de la mère ne précise pas les fonctions prestigieuses des fils70 ; l’on ne sait en outre pas à quelles dates chacune de ces trois inscriptions a été érigée. Mais elles finissent par former un ensemble honorifique familial important, d’autant que plusieurs autres parents sont également honorés. La mère n’est pas oubliée par la cité dans les honneurs accordés à cette famille influente, et c’est cette qualité procréatrice qui est mise en relief71.

  • 72 ID_Per 21. Voir Byrne, 2003, n° 64 et 65‑68
  • 73 IG II² 3953 = I Eleusis, 366.
  • 74 IG II² 3954 = I Eleusis, 367.
  • 75 IG II² 3552 = I Eleusis, 365.
  • 76 Fl. Sophoklês, ID 2535, 49-50.
  • 77 FGrHist 257 F36.
  • 78 Follet, 1976, p. 180.
  • 79 IG II² 3952.
  • 80 Clinton, 2008, n° 366.
  • 81 Byrne, 2003, no 64.

36L’autre femme rattachée à Oion par son père, Flavia Sophia, fille de Poplios Likinnios Attikos d’Oion, appartient, par son mariage, à une autre famille importante72. L’activité honorifique de Fl. Sophia a laissé plusieurs traces. Elle a dédié à Éleusis trois bases de statues à Déméter et Coré : une pour chacun de ses fils, TI. Fl. Konôn73 et Ti. Fl. Sophoklês74, fils de Konôn de Sounion ; une dernière pour son petit-fils, initié du foyer, Titos Flavios Sophoklês de Sounion, fils de Titos Flavios Konôn75. Ce dernier est sans doute l’archonte éponyme mentionné par une inscription délienne76, tandis que son grand-père, mari de Flavia Sophia, serait l’archonte Konôn mentionné par le chroniqueur du iie siècle apr. J.-C. Phlégon77, comme le suggère Simone Follet78. Une autre statue a été élevée sur l’Acropole par Flavia Sophia, en l’honneur de son fils Ti. Fl. Konôn, sur décision de l’Aréopage79. Kevin Clinton émet l’idée que ces honneurs rendus par Flavia Sophia à ses fils et son petit-fils pourraient commémorer l’acquisition récente de la citoyenneté romaine80. Comme le rappelle en effet Sean Byrne, elle a acquis son nomen à l’époque où son mari et ses fils recevaient la citoyenneté romaine, son père à elle n’ayant reçu cette citoyenneté qu’après son mariage, ce qui explique qu’ils portent des nomina différents81. Ce serait donc encore les rôles d’épouse et de mère de nouveaux citoyens romains, qui seraient ainsi implicitement mis en valeur.

  • 82 Je n’ai pas compté celles qui sont connues par une source littéraire (ID_per 18, 19, 20) ; il rest (...)
  • 83 Deux listes de prêtresses mentionnent à l’époque impériale des filles de démotes d’Oion : ID_Oc 17 (...)

37Au total, les mentions de parenté plus larges que la simple mention du nom du père concernent presque les deux tiers des femmes rattachées à Oion dans les sources épigraphiques82. Ces femmes sont visibles au sein d’une partie de leur parentèle. C’est certes le cas pour les hommes également, que ce soit dans les inscriptions funéraires ou honorifiques. Mais les hommes apparaissent aussi davantage, seuls, dans toutes ces inscriptions qui rappellent les fonctions au sein de la cité et qui, si elles n’ignorent pas les femmes pour les fonctions religieuses essentiellement83, font la plus grande place aux hommes.

38Ce tour d’horizon des sources permet-il d’esquisser une spécificité de la visibilité des femmes athéniennes ?

  • 84 Je laisse de côté les Bousélides, en indiquant cependant que les noms féminins de la famille ne so (...)
  • 85 Voir Karila-Cohen, 2018, p. 809-811. Le nom répété peut être celui d’un unique individu ou de plus (...)

39Dans le corpus d’Oion, seuls deux noms féminins se retrouvent dans plus d’une source, ce qui a conduit à identifier ces homonymes. Si l’on inverse le point de vue, on peut dire que ces femmes sont citées par plus d’une inscription84. Que peut signifier la non-réitération des noms féminins dans plus d’une source ? Il faudrait bien sûr pouvoir comparer avec le nombre de noms masculins réitérés. Le résultat serait intéressant car la réitération d’un nom permet de mesurer ce que j’appelle l’empreinte sociologique d’une personne : plus la place dans la cité d’un individu est importante, plus il y a de chances qu’il ait laissé des traces visibles dans l’épigraphie, son nom y étant répété85. On connaît plus de noms d’hommes, comme le montrent les statistiques, et peut-être plus souvent répétés dans plus d’une source. La visibilité des femmes dans la cité est donc moins importante globalement. Certains cas de femmes particulièrement visibles, comme on vient d’en voir, sont, dans ce contexte, très intéressants à étudier.

  • 86 ID_Per 1, 2, 5, 7, 10, 12, 14, 15, 16, 17, 21. La liste n’est pas identique à celle de la note 80  (...)
  • 87 Karila-Cohen, 2003, p. 379. La taille très différente des deux échantillons ne permet pas la compa (...)

40Les femmes visibles à Oion semblent cependant totaliser un fort score prosopographique. Ce que je nomme ainsi est la possibilité de « faire la prosopographie d’une personne », c’est-à-dire de retrouver soit une attestation homonyme soit un parent dans une autre source que celle qui a fait connaître l’individu en première instance. Sur les dix-huit femmes identifiées dans les sources épigraphiques, onze génèrent ce type de résultats prosopographiques86. On aimerait comparer ce score de 61 % aux 41 % que j’ai obtenus en étudiant la liste des Pythaïstes athéniens, c’est-à-dire des neuf cent quatre-vingt-onze hommes et trente-trois femmes envoyés à Delphes honorer Apollon Pythien à la basse époque hellénistique87. Il me semble que ce qui amène le bon score des femmes d’Oion, c’est qu’elles sont nommées dans des sources qui les intègrent dans une parenté large : chacune des sources uniques faisant connaître plusieurs noms, mécaniquement, le prosopographe a plus de chance de les retrouver ailleurs. La parenté rend ainsi les femmes visibles parce qu’elle intègre leur nom à leur groupe familial. Ainsi, les familles ne négligeaient pas les parentes féminines, qui prenaient parfois l’initiative, puisque dans le cas des inscriptions honorifiques, les femmes agissaient individuellement en offrant elles‑mêmes des statues. La parenté rend donc les femmes visibles pour nous, parce que la visibilité des parentes pour ceux qui choisirent de laisser ces traces pour l’éternité semblait importante.

  • 88 Pour une analyse descriptive, sans usage des outils quantitatifs, de cette position d’intermédiair (...)
  • 89 Ce qui ne signifie pas forcément qu’il n’y a pas de lien de parenté maternelle entre les époux. Su (...)

41L’étude de réseau bâtie sur un seul dème ne permettait pas d’arriver à des conclusions aussi fines car elle rendait invisible la position d’intermédiaires qu’ont les femmes entre deux lignées masculines88. Si, chez les Bousélides et dans deux inscriptions funéraires, les mariages se firent au sein du dème, les alliances connues par les trois périboles et toutes les inscriptions honorifiques se nouèrent dans un autre dème89. Il s’agit donc, pour étudier la position des femmes, de construire des réseaux qui prennent en compte plusieurs dèmes et jusqu’à la cité entière, ce qui permettrait de dépasser l’absence de démotique pour les noms féminins. Les essais effectués à ce jour n’ont pas abouti à une méthodologie pertinente quant à la sélection de la population et au choix des mesures.

42Il est néanmoins possible de dépasser le cadre du dème en partant de données codées manuellement. J’étudierai maintenant l’un de groupes familiaux détectés par le réseau onomastique d’Oion, celui d’Apolêxis et ses alliés.

3. Rendre et se rendre visibles : les femmes dans le réseau de parenté d’Apolêxis d’Oion

43Le terme de réseau est d’abord utilisé dans son sens courant, renvoyant à un ensemble de relations au sein d’un groupe défini, ici un groupe familial. Il évoque en outre la méthode employée pour faire ressortir les actrices féminines de ce groupe. En effet, j’ajouterai aux représentations classiques sous forme d’arbres généalogiques les graphes construits à l’aide d’un logiciel d’analyse de réseau, dans le but de m’interroger à la fois sur la place occupée par les noms féminins dans les sources, et la place dévolue aux parentes dans le réseau d’Apolêxis d’Oion, c’est-à-dire ses parents, ses alliés et les alliés de ses alliés.

3.1. La place des noms féminins dans le réseau

  • 90 Figure 1, composante B.
  • 91 Je n’ai pas seulement enregistré le lien issu de la formule onomastique, mais tous les liens de fi (...)
  • 92 L’étude complète est en cours de réalisation : pour le moment n’ont été sélectionnées que les occu (...)

44Pour un cas particulier révélé par le graphe complet d’Oion, la composante connexe construite autour du nom Apolêxis90, j’ai commencé à bâtir un réseau onomastique de filiation en n’enregistrant que les informations lues dans les sources pour chaque attestation d’une paire de noms enfant/parent, sans tenir compte des hypothèses prosopographiques contenues dans le LGPN91. Ces paires ont été sélectionnées sur la base des stemmata admis par la tradition prosopographique qui a reconnu une alliance matrimoniale entre la famille d’Apolêxis d’Oion et celle de Mêdeios du Pirée, elle-même alliée à la famille de Sarapiôn de Melitê, alliée à son tour à celle de Themistoklês d’Hagnonte92. Cependant, comme la saisie et le codage n’ont tenu compte que des occurrences de noms personnels dans les sources, sans importer les reconstitutions prosopographiques, les hypothèses quant aux alliances ne peuvent qu’être déduites des relations entre les noms. Le réseau onomastique peut alors servir à détecter les alliances.

  • 93 Une des alliances est détaillée plus bas. Le graphe a permis d’en détecter une plus ancienne, voir (...)

45Le système graphique adopté permet en effet de faire apparaître visuellement l’inscription des noms dans les différentes lignées paternelles, dans la mesure où chaque dème est marqué par une couleur et un style de trait distincts (la chronologie n’a pas été prise en compte dans le graphe dans la mesure où elle est moins étendue). Comme je n’ai enregistré que les démotiques connus dans les sources, de nombreux liens restent incertains quant à leur localisation. Mais, même en se retreignant aux localisations certaines, on peut voir se matérialiser les alliances autour des noms qui forment des points d’articulation entre des parties colorées distinctes des graphes93. Sur ce point, on ne constate pas de différence notable entre noms masculins et noms féminins, qui peuvent les uns comme les autres se trouver aux points d’articulation entre deux lignées paternelles et deux dèmes.

46Le plus remarquable est la place générale occupée par les noms féminins dans ce réseau de parenté. On peut l’évaluer en utilisant certains calculs de centralité : la centralité de degré et la centralité d’intermédiarité. La première calcule le nombre de voisins directs de chaque nœud, donc, dans notre cas, le nombre de fois où un nom est porté par un enfant ou son parent dans notre corpus provisoire. La centralité d’intermédiarité calcule quant à elle la place qu’un nœud occupe dans les chemins les plus courts entre les autres nœuds du graphe. Cela signifie, dans notre cas, la possibilité qu’un nom fasse le lien entre deux autres qui ne sont pas liés entre eux par un lien direct de filiation.

Noms Genre Nb
ind
Degré (standardisé) Rang Noms Genre Intermédiarité (standardisé) Rang
Mêdeios m 3 1,306 1 Apolêxis m 0,182 1
Apolêxis m 6 0,444 2 Dioklês m 0,152 2
Dioklês m 3 0,306 3 Laodameia f 0,145 3
Laodameia f 2 0,278 4 Lusandros m 0,141 4
Timothea f 2 0,278 4 Philokratês m 0,13 5
Glaukos m 2 0,25 5 Mêdeios m 0,118 6
Aropos m 1 0,194 6 Philipê f 0,099 7
Lusandros m 4 0,167 7 Timothea f 0,095 8
Philippê f 2 0,167 7 Diphila f 0,071 9
Philokratês m 2 0,167 7 Nikostratê f 0,06 10

Centralité de degré et centralité d’intermédiarité

47Le tableau permet de comparer le palmarès des dix noms qui arrivent en tête pour les deux formes de centralité. J’ai indiqué en gras les noms communs aux deux palmarès (huit sur dix).

  • 94 Sa fréquence d’apparition dans des paires, dans la mesure où les idionymes seuls n’ont pas été pri (...)
  • 95 On se rend assez facilement compte de ce biais si on rapproche la place qu’a le nom de Mêdeios, le (...)
  • 96 Voir Karila-Cohen, 2018.

48La centralité de degré indiquant la visibilité du nom dans les sources94 doit être mise en relation avec ce que j’ai appelé l’empreinte sociologique des personnes. Notre réseau, construit à partir des occurrences et non des personnes, ne réduit certes pas les attestations mentionnant un même individu95. Mais, si l’on tient compte du nombre d’individus homonymes distingués par la tradition prosopographique (Nb_ind.), on constate néanmoins que ces personnalités prééminentes n’expliquent pas à elles seules les résultats élevés, puisque le nom est porté par plusieurs parents homonymes, ce qui peut être un indice de la place d’un nom dans la mémoire généalogique96. Bien que les noms masculins soient les plus nombreux, on constate que deux noms féminins en particulier (Laodameia et Timothea) se placent bien dans le palmarès. La part des noms féminins présents dans celui qui relève de la centralité d’intermédiarité est encore plus importante. Elle s’explique par le rôle de passeuses de noms qu’assument les femmes entre deux lignées paternelles, faisant ainsi le lien entre des noms masculins qui ne sont pas forcément liés directement entre eux.

49Cette fois encore la lecture à distance ne peut suffire, mais elle permet d’évaluer comparativement la place des noms féminins et met sur la voie des rôles que tiennent les parentes dans ce réseau familial.

3.2. Le rôle social des parentes

  • 97 Perrin-Saminadayar, 2005 ; voir également, Karila-Cohen, 2007, p. 376-377 ; Settipani, 2017, p. 31 (...)

50L’étude prosopographique complète serait trop longue à reprendre dans le cadre d’un article. Je ne pourrai donc m’attacher qu’à quelques exemples pour essayer de comprendre pourquoi les femmes, ou plutôt certaines d’entre elles en particulier, prennent une place importante dans la visibilité de ces familles. Je peux néanmoins m’appuyer sur l’étude d’Éric Perrin-Saminadayar qui a mis en relief le rôle que jouaient les appartenances aux plus prestigieuses lignées sacerdotales de la cité dans les stratégies matrimoniales de ces familles dont il a proposé un stemma renouvelé97.

  • 98 Pausanias, I, 37, 2.

51L’armature de ce stemma, si je puis dire, est formée par deux sources littéraires qui détaillent les alliances qui permirent la transmission de diverses prêtrises gentilices. La citation de Pausanias concernant les descendants de Thémistocle, le héros de Salamine, ne retiendra pas mon attention ici dans la mesure où cette partie du stemma n’a pas été prise en compte pour le moment98. Celle de l’auteur de la Vie des dix orateurs, le Ps.-Plutarque, qui a été codée pour former notre réseau, précise les descendants de Lycurgue. Des trois fils qu’il eut de Kallistô, fille d’Habrôn de Batê, seul Lukophrôn eut une fille nommée Kallistô, dont le fils d’un premier mariage, Lukophrôn, mourut sans enfant :

  • 99 μετὰ δὲ τὴν Λυκόφρονος τελευτὴν ἔγημε (843b) τὴν Καλλιστὼ Σωκράτης καὶ ἔσχεν υἱὸν Σύμμαχον· τοῦ δ´ (...)

« Après la mort de Lukophrôn, Kallistô épousa Sôcratês et eut pour fils Summachos ; de lui naquit Aristônumos, de lui (naquit) Charmidês, de lui (naquit) Philippê ; de celle-ci et de Lusandros (naquit) Mêdeios, qui, descendant des Eumolpides, fut exégète ; ses enfants, à lui et à Timothea la fille de Glaukos, furent Laodameia et Mêdeios, qui obtint la prêtrise de Poséidon Érechthée, et Philippê, laquelle fut prêtresse d’Athéna ultérieurement ; auparavant, ayant épousé Dioklês de Melitê, elle eut Dioklês le stratège des hoplites ; celui-ci ayant épousé Hêdistê fille d’Habrôn, il eut Philippidês et Nikostratê ; Themistoklês fils de Theophrastos le dadouque ayant épousé Nikostratê eut Theophrastos et Dioklês ; il hérita aussi de la prêtrise de Poséidon Érechthée. »99

  • 100 Voir Annexe 3 : mon stemma reprend pour l’essentiel celui d’É. Perrin-Saminadayar.
  • 101 Blok, Lambert, 2009.

52Un seul chemin généalogique est donc choisi par le Ps.-Plutarque parmi l’ensemble des parents que l’on peut rattacher à la descendance de Lycurgue, membre du genos des Étéoboutades. Si l’on en juge par le stemma établi par É. Perrin-Saminadayar, il suit le chemin qui relie les différents titulaires d’une prêtrise dévolue aux membres de ce genos, sans se priver de nommer au passage celles des autres grands genê de la cité100. Et si l’auteur peut noter les charges politiques importantes exercées par un parent, ce ne sont pas elles qui attirent principalement son attention, si l’on en juge par toutes celles qu’il oublie dans ce groupe de familles alliées. Au travers des mariages légitimes consciemment rappelés, le Ps.‑Plutarque semble donc bien surtout sélectionner ceux des parents qui, au titre de leur appartenance au genos des Étéoboutades, exercèrent les prêtrises d’Athéna Polias et de Poséidon Érechthée. Comme l’ont montré Josine Blok et Stephen Lambert, la transmission de la dignité gentilice se faisant au sein de l’anchisteia, elle passe également par les femmes101. Dans cette optique gentilice, les femmes ont alors autant d’importance que les hommes dans le groupe de parents.

  • 102 Ce qui explique les bons scores du nom dans les calculs de centralité, c’est que ces inscriptions (...)

53Les sources épigraphiques qui permettent de faire connaître les femmes de ce stemma très fourni font partie de celles qui affichent les liens de parenté : elles relèvent presque toutes de la catégorie des inscriptions honorifiques ou des dédicaces pour les cas, fréquents à cette époque, où les statues sont dédiées à des divinités. Sans reprendre l’ensemble du corpus, je me focaliserai cette fois sur les parentes nommées Laodameia dont le nom est resté particulièrement visible dans nos sources. En dehors de la citation du Ps.‑Plutarque, le nom apparaît dans plusieurs inscriptions qui sont toutes des inscriptions honorifiques102.

  • 103 ID, 1869.
  • 104 Mercuri, 2008.
  • 105 Bruneau, 1970, p. 76-93, pour les Apollonia et les Dêlia ; p. 195-198 pour le personnel du culte d (...)

54Une seule de ces inscriptions est relativement bien datée grâce à la mention de l’artiste qui signe son œuvre103. Il s’agit d’une « grande plaque de marbre blanc, provenant sans doute d’une exèdre triangulaire », dédiée, à Délos, à la triade apollinienne par Mêdeios (I) du Pirée et Timothea (I) fille de Glaukos (I) du Pirée en l’honneur de leurs trois enfants : Philippê (II), Mêdeios (II) et Laodameia (I). Le monument, érigé sur l’agora de Theophrastos104, commémore la participation de chacun des enfants à divers cultes de l’île : sont mentionnés les Dêlia, les Apollonia et la sous-prêtrise d’Artémis105. Comme on le constate par le retour des noms, ce monument fait allusion aux individus nommés par le Ps.‑Plutarque. On connaît des descendants pour Mêdeios et Philippê, mais le stemma tel qu’il est établi aujourd’hui ne donne pas de descendance à Laodameia. C’est par ailleurs la seule pour laquelle le Ps.‑Plutarque ne mentionne pas de prêtrise.

  • 106 IG II² 3909, 4 : Σωστράτη Εὐδήμου Χο[λ]αργέως θυ│γάτηρ, γόνωι δὲ Ἡρακλείδου Φλυέως,│τὸν ἑαυτῆς ἄνδ (...)
  • 107 Kirchner, PA, s.v., suivi par Reinmuth, 1966, p. 97-100.
  • 108 Kapetanopoulos, 1974.
  • 109 I Eleusis 299 : Λαμίδι[ον Ἀπ]ολήξιδος ἐξ [Οἴου] │θυγατέ[ρα] ὁ̣ πατὴρ καὶ ἡ μή̣[τηρ] │Λαδάμει[α Λ]υ (...)
  • 110 Agora 18, H 341 : [Λ]αδάμεια Λ̣υ[σάνδρ]ου Πειραιέως [θυγ]άτηρ τὴν │[θ]υγατέρα Λ[αμίδι]ον καὶ τὸν υ (...)
  • 111 Pour un exemple des divers raisonnements, voir Kapetanopoulos, 1974 ; Clinton, 1974.
  • 112 Voir Annexe 3, Laodameia II.

55Plusieurs autres attestations du nom de Laodameia, fille de Lusandros du Pirée sont celles qui ont fait déduire depuis longtemps une alliance avec la famille d’Apolêxis d’Oion. Cette déduction s’appuie sur l’existence de trois bases de statues, sur la datation desquelles les différents commentateurs ne s’accordent pas. Puisque leurs hypothèses de datation dépendent en grande partie de la prosopographie, je propose d’écarter pour le moment ce point de l’argumentation. Une première base est celle que Sostratê offre de son époux Lusandros Apolexi[d]os ex Oiou106. Cette première apparition du nom Lusandros à Oion a d’abord été interprétée comme le résultat d’une adoption d’un membre de la famille de Mêdeios du Pirée107. Mais le rapprochement des deux bases suivantes a incité Elias Kapetanopoulos à supposer une alliance108. Ces deux bases sont chacune composées de plusieurs fragments, ce qui rend la lecture plus difficile. La moins mutilée, provenant d’Éleusis, est la base de la statue de Lamidi[on Ap]olêxidos ex [Oiou], offerte par son père et sa mère Laodamei[a L]usandrou Peiraieôs pour rappeler qu’elle fut « initiée du foyer »109. La seconde est celle dont la restitution repose le plus sur les hypothèses prosopographiques110 : [L]aodamia Lu[---]ou Peiraieôs a dédié les statues de ses enfants L[---]on et Phi[lo]kratês A[---]. Le nom et le dème du père sont donc restitués par le rapprochement avec la base éleusinienne qui nomme également Laodameia et Lamidion. Si l’on suit les usages habituels de la reconstitution prosopographique, en évitant en particulier de créer trop de personnes à partir des attestations des noms dans les sources, on aura tendance à associer tous les individus concernés par ces bases et de à déduire ainsi leur date de ces rapprochements prosopographiques. Nous aurions donc un couple, formé de Laodameia fille de Lusandros du Pirée et d’Apolexis d’Oion, accompagné de trois enfants, Lamidion, Philokratês et Lusandros. Le nom du fils, Philokratês, serait une conséquence de la règle de la papponymie et permettrait « d’accrocher » le père, Apolêxis, à une partie du stemma de la branche d’Oion. Malheureusement, il y a plusieurs candidats nommés Philokratês d’Oion pour tenir le rôle du grand-père. L’impossibilité de dater précisément les bases en s’appuyant sur des critères plus sûrs que la paléographie, le style de la dédicace, la variante des noms ne permettent pas de trancher facilement et assez rapidement dans le cadre de cet article111. Si le rapprochement des trois bases est confirmé après réexamen de la prosopographie de la famille d’Oion, il ne fera cependant que compléter la descendance d’une Laodameia déjà intégrée dans le stemma de la famille du Pirée112.

  • 113 IG II3 1990 = IG II² 5123, restitué par les éditeurs en « |² Λαδαμή|³ας τῆς Μ|⁴η[δήου] ». Selon la (...)
  • 114 IG II3 2004 = IG II² 5104, « Φι|²λίπ|³πης Μη|⁴δήου θυγα|⁵τρός. vacat ». Selon la disposition de Cu (...)
  • 115 Maass, 1972, p. 77-95.
  • 116 Pour une synthèse très utile sur les inscriptions des sièges du théâtre, voir Mercuri, 2010.
  • 117 La datation est proposée par Kirchner dans les IG II², reprise par Mercuri, 2010, p. 173. Je n’exp (...)
  • 118 Connelly, 2007, p. 205‑213 sur la proédrie en général ; p. 210 sur Philippê et Laodameia. Voir Ann (...)
  • 119 I Eleusis, 273. Sur ces enfants « initiés du foyer » et leurs relations aux cultes d’Éleusis, voir (...)
  • 120 Sur la liste des prêtrises jusqu’à la fin du ier s. av. J.-C., voir Blok, Lambert, 2009, p. 105-10 (...)

56Le codage des occurrences pour construire le graphe a enfin permis de faire ressortir deux paires de noms qu’il est possible de rattacher à ce groupe familial. Deux inscriptions honorifiques du théâtre de Dionysos font connaître Ladamêa tês Mê[--]113 et Philippê Mêdêou thugatros114. La combinaison des noms rend très probable une identification à la famille du Pirée, dont on sait qu’elle a fourni plusieurs prêtrises gentilices. Avoir son nom gravé sur un siège du théâtre relève de l’honneur de la proédrie, qui récompense magistrat, prêtres ou bienfaiteurs de la cité. Dans certains cas, ce sont les charges qui sont inscrites et non le nom de l’honorandus115. Dans les cas où c’est un nom qui apparaît, on ne peut connaître de façon certaine les causes qui ont conduit la cité à voter les honneurs. Les deux femmes mentionnées ci-dessus ont pu être prêtresses, mais elles ont pu aussi avoir été honorées pour un bienfait particulier, qui devait alors être important. Les deux inscriptions n’appartiennent pas au groupe des sièges du premier rang, mais aux gradins et bancs inscrits à proximité quand le nombre des honneurs s’est accru116. Les fouilles gardent la trace de sièges honorifiques dès le ve siècle av. J.-C., mais les inscriptions encore visibles sont essentiellement datées après le iie siècle av. J.-C., et beaucoup de la période impériale. La graphie des noms, qui remplace la diphtongue « ei » par la voyelle longue hêta, permet de dater les noms de la période d’Auguste117. Les deux sièges nommant Philippê et Laodameia appartiennent à deux sections de gradins distinctes mais qui se touchent ; l’on ne peut savoir cependant quand ils ont été respectivement gravés. Tout cela rend difficile l’identification précise des deux femmes et leur rattachement au stemma établi118. Philippê (II) et Laodameia (I) filles de Mêdeios (I) et Timothea (I) ont été canéphores à Délos ca. 115 av. J.-C. : elles sont donc nées entre 130 et 125 av. J.-C. Elles ont par conséquent aux alentours de 80 ans au milieu du ier av. J.-C. Si les deux sièges datent, au mieux, de la fin du ier av. J.-C., il semble difficile qu’ils puissent concerner les deux femmes. Il doit donc s’agir de descendantes nées dans le courant du ier av. J.-C. Le père, Mêdeios, pourrait être identifié à Mêdeios (III), fils de Mêdeios (II) le frère de Philippê (II) et Laodameia (I) ; on connaissait déjà une fille de Mêdeios (III), Timothea (II), honorée comme enfant du foyer119. Si l’on ne veut pas « inventer » un Mêdeios inconnu par ailleurs dans les sources, Timothea aurait ainsi deux sœurs honorées par la cité d’un siège au théâtre. Si l’honneur récompense la tenue de la prêtrise d’Athéna Polias, alors il faut penser qu’elle continue à être encore assumée au ier av. J.-C par des femmes de la branche du Pirée120. Il est cependant très difficile de savoir pour quelle raison les honneurs ont été rendus, et très aléatoire d’en conclure la tenue d’une prêtrise non attestée ailleurs.

  • 121 IG II3 1988 = IG II² 5121, « reliquiae |² κατὰ ψήφισμα |³ ΓΛ[. . . . . .] |⁴ Α[. . . . .]ΗΑ vacat (...)
  • 122 Le LGPN met en ligne cette statistique pour les noms à Athènes : http://www.lgpn.ox.ac.uk/publicat (...)

57Sans que l’on puisse tirer de conclusions certaines en l’absence de patronyme, il est pour le moins frappant de voir que deux sièges à proximité de celui de Laodameia portent le nom de Lamidion121. Le nom n’est porté que par neuf femmes différentes identifiées par le LGPN, ce qui ne le classe pas parmi les plus rares même s’il n’atteint pas les plus portés122. Il est difficile en outre de savoir s’il s’agit ou non de deux personnes distinctes, mais si l’une des deux Lamidion honorées par la cité d’un siège au théâtre, est bien la fille d’Apolêxis d’Oion et de Laodameia fille de Lusandros du Pirée, on peut dire que plusieurs femmes du réseau familial d’Apolêxis et de Mêdeios sont particulièrement visibles dans la sphère publique. Elles ont, à côté des hommes, joué un rôle important dans la cité.

58Les sources mettraient donc sur la voie de trois Laodameia distinctes, dont l’une pourrait avoir exercé un sacerdoce important. Deux sont honorées par leur famille ou la cité. L’une des Laodameia (Laodameia I dans le stemma), fille de Mêdeios I et de Timothea I, est une pièce des stratégies d’affichage d’une famille athénienne installée à Délos qui gagne en importance précisément au moment où le monument est érigé sur l’île pour les trois enfants, dont l’un, Mêdeios II, deviendra épimélète et cumulera diverses charges de premier plan. Une autre (Laodameia III), s’il faut bien rattacher Laodameia fille de Mê[--] à la lignée du Pirée, fait rejaillir sur ses parents l’honneur de recevoir un siège dans le théâtre. La dernière (Laodameia II), la mère de Lamidion et de Philokratês, est à l’origine des honneurs rendus au fruit de son union avec Apolêxis d’Oion. À cette époque, les parents masculins de la branche du Pirée semblent moins visibles dans les sources que ceux de la branche d’Oion. En élevant la statue des enfants nés du mariage avec Apolêxis, Laodameia contribue en partie à garder la trace d’un nom porteur de l’identité de sa famille paternelle. Elle est donc active dans les stratégies d’affichage de son groupe familial d’origine.

59L’étude prosopographique de détail, orientée par la position centrale du nom Laodameia dans le réseau, permet ainsi de mieux comprendre la place, dans le groupe des parents, des femmes qui ont porté ce nom.

Conclusion

  • 123 Boehringer et al., 2015.

60Comme on l’a vu aussi bien à propos des graphes construits automatiquement qu’à propos de ceux qui sont issus d’une sélection manuelle de données, la lecture à distance ne remplace pas la lecture rapprochée mais elle est un guide utile, source de questions et d’hypothèses. Elle est particulièrement bénéfique dans une étude qui, partant des noms féminins, s’interroge sur la place des femmes dans la société athénienne. En effet, elle permet de rassembler les approches onomastique, prosopographique et documentaire, sans isoler les femmes du reste des configurations sociales. Compte tenu de l’aspect encore partiel des données utilisées, ce sont des pistes de réponses qui sont suggérées en ce qui concerne le poids global des femmes dans les sources. Mais ces pistes orientent majoritairement la réflexion autour de la question de la parenté. La majeure partie des sources exploitées dans cet article replacent en effet les femmes dans leur réseau, plus ou moins large, de parents. Loin de les cantonner à une sphère secondaire de la vie sociale, ce phénomène contribue à faire des parentes des pièces majeures des stratégies familiales. Une étude quantitative sur les femmes athéniennes reste à mener et les études prosopographiques doivent être poursuivies, mais l’on peut déjà souligner la visibilité particulière des femmes. Particulière car elle peut échapper au regard de prime abord si l’on se cantonne à une pesée globale. Elles sont moins nombreuses que les hommes dans nos sources, c’est un fait indéniable. Elles ont sans doute également une présence individuelle moins importante, probablement parce qu’elles apparaissent dans des types documentaires moins variés, ce qui suppose qu’elles agissent dans des sphères plus limitées de la vie de la cité. Pourtant, celles qui ont finalement laissé un nom, comme le rappelle un récent dossier de recherche123, sont des pièces essentielles dans la construction des positions sociales. Ces dernières sont perceptibles grâce aux revendications des liens de parenté affichées par les acteurs eux-mêmes et dont les sources gardent la trace.

Annexes

Annexe 1 : Table d’attestation des noms féminins d’Oion

61Les champs retenus sont les suivants :

62ID_LGPN, qui permet une consultation du site. Je note entre crochet l’ID_LGPN quand il ne renvoie pas directement à l’occurrence mais à un nom lié.

63ID_Oc, qui indique chaque attestation de nom personnel dans une source.

64ID_Per, qui réduit les homonymes que j’ai identifiés à une même personne.

65Occurrence, qui reproduit la lecture du nom grec sur la pierre. Cela permet de mesurer les hypothèses prosopographiques faites, bien qu’elles ne soient pas systématiquement étudiées ici.

66Idionyme, nom romain, patronyme, nom_mari, nom_mère : ces items renvoient à la formule onomastique, qui peut varier. Pour le nom du père, quel que soit le sexe de l’enfant, il est souvent mentionné uniquement au génitif ; parfois le lien de parenté est précisé (thugatêr, plus rarement huios), tandis que le nom du mari, et éventuellement celui de la mère, sont généralement accompagnés du terme de parenté (gunê, thugatêr). Pour cette raison, je n’ai pas employé dans le tableau les expressions de gamonyme et de matronyme, bien que je considère que ces précisions entrent dans la formule onomastique.

67Mention_parents : compte tenu de la problématique de cet article, j’ai distingué des mentions de filiation évoquées précédemment les cas où des parents sont mentionnés dans l’inscription comme personne active à part entière (ils partagent l’épitaphe, ils offrent ou se voient offrir la statue…). Cette parenté est parfois explicite quand les liens sont précisés, comme dans les inscriptions honorifiques, mais elle peut être déduite prosopographiquement par le chercheur à partir de la co-présence des noms dans l’inscription et des liens onomastiques entre les individus, comme dans les inscriptions funéraires. Je précise entre parenthèse le nombre de parents possiblement nommés et les dèmes ou autres cités auxquels ils appartiennent.

68Dème_père : j’ai traité ensemble les deux dèmes homonymes, Oion Kerameikon et Oion Dekeleikon, ainsi que la mention incertaine.

69Pas avant / Pas après : la fourchette chronologique importée sans discussion du LGPN.

70Réf_source : j’ai repris les références indiquées par le LGPN, sans étendre les recherches bibliographiques.

71Type_source, classe les inscriptions en fonction des grands types habituellement reconnus.

72Description : permet de se faire une idée du contenu, sans consulter la source.

Annexe 1. Table d’attestation des noms féminins d’Oion

Annexe 1. Table d’attestation des noms féminins d’Oion

Annexe 2 : Stemma de la famille de Vitellia Isidôria, d’après S. Follet124.

  • 124 Follet, 1976, p. 181‑186

Annexe 2. Stemma de la famille de Vitellia Isidôria, d’après S. Follet

Annexe 2. Stemma de la famille de Vitellia Isidôria, d’après S. Follet

73Individus non placés dans le stemma :

IG II² 3591: Titos Fl. Leosthenês stratège et gymnasiarque à trois reprises, honoré par la cité. + IG II² 3589, 3590.

IG II² 3593 : Titos Fl. Alkibiadês archonte, stratège, gymnasiarque et prêtre de la Victoire de l’Acropole, honoré par la cité.

I Eleusis 254 : […11-12...]a fille de T. Fl. Leôsthe[nês de Paiania], initiée du foyer, honorée par son grand-père T. Fl. […7-8…]s de Paiania.

Annexe 3 : stemma provisoire de la famille de Mêdeios du Pirée

Annexe 3. Stemma provisoire de la famille de Mêdeios du Pirée

Annexe 3. Stemma provisoire de la famille de Mêdeios du Pirée

74J’ai conservé en l’état le stemma publié précédemment auquel j’ai ajouté les personnes mentionnées à la fin de cette étude, dont les noms sont en gras. L’étude prosopographique devant être systématiquement mise à jour, je n’ai pas repris les références que l’on pourra consulter dans Karila-Cohen, 2007. Celles des individus ajoutés sont discutées dans l’article et inscrites directement dans l’arbre. Un individu a été supprimé de l’ancien stemma ([Apolêxis Lusa]ndrou Peiraieu[s]), agonothète des Panathénées de 140/39 av. J.-C., dont le nom provenait d’une restitution abusive de la lacune (voir Sarrazanas, 2013).

Haut de page

Bibliographie

Sources épigraphiques (abréviations)

Agora 18 = Geagan, D. J., 2011, The Athenian Agora, volume XVIII. Inscriptions: The Dedicatory Monuments, Princeton.

CAT = Clairmont, C.W., 1993, Classical Attic tombstones, Kilchberg.

I Eleusis = Clinton, K., 2005 et 2008, Eleusis, the inscriptions on stone: documents of the Sanctuary of the Two Goddesses and public documents of the deme. Texts (2005) et Commentary (2008), Athènes.

ID = Inscriptions de Délos, 1926-1972, 7 vol., Paris.

IG II² = Kirchner, J., 1913-1940, Inscriptiones Atticae Euclidis anno posteriores. Editio minor. Pars I-IV, Berlin.

IG II3 = Curbera, J., 2019, Inscriptiones Atticae Euclidis anno posteriores. Editio tertia. Pars IV. Dedicationes et tituli sacri. Fasc. 3. Tituli sacri. Tituli theatri Bacchi, Berlin.

SEMA = Bardani, V.N., Papadópoulos, G.K., Petrákos, B.C., 2006, Συμπλήρωμα των επιτυμβίων μνημείων της Αττικής, Athènes.

Articles et ouvrages

Ont également été abrégés :

PA = Kirchner, J., 1901-1903, Prosopographia attica, Berlin.

APF = Davies, J.K., 1971, Athenian propertied families 600-300 B.C., Oxford.

Ackermann, D., 2018, Une microhistoire d’Athènes. Le dème d’Aixônè dans l’Antiquité, Athènes.

Beauguitte L., 2016, L’analyse de réseaux en sciences sociales et en histoire : vocabulaire, principes et limites, dans R. Letricot, M. Cuxac, M. Uzcategui Moncada, A. Cavaletto (dir.), Le réseau. Usages d’une notion polysémique en sciences humaines et sociales, Louvain-La-Neuve, p. 9‑24.

Biard, G., 2017, La représentation honorifique dans les cités grecques aux époques classique et hellénistique, Athènes.

Blok, J. H., 2017, Citizenship in Classical Athens, Cambridge.

Blok, J. H. et Lambert, S. D., 2009, The appointment of priests in Attic gene, Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 169, p. 95-121.

Boehringer, S., Grand-Clément, A., Péré-Noguès, S. et Sebillotte Cuchet, V., 2015, Celles qui avaient un nom. Eurykléia ou comment rendre les femmes visibles, Pallas, 99, p.11-19.

Boehringer, S. et Sebillotte Cuchet, V., 2011, Hommes et femmes dans l’Antiquité grecque et romaine : le genre méthode et documents, Paris.

Bresson, A., 1981, Règles de nomination dans la Rhodes antique, Dialogues d’histoire ancienne, 7, p. 345-362.

Bresson, A., 1983, Nomination et règles de droit dans l’Athènes classique, L’Uomo, 7 (1-2), p. 39-49.

Bresson, A., 1985, Graphes et réseaux de parenté en Grèce antique, dans H. Millet (dir.), Informatique et prosopographie. Actes de la table ronde du CNRS, Paris, 25-26 octobre 1984, Paris, p. 261-277.

Bruit-Zaidman, L., 2018, « L’enfant du foyer ». Des statues pour les filles et les garçons initiés à Éleusis au nom de la cité, Archimède [En ligne], 5, p. 113-123.

Bruneau, P., 1970, Recherches sur les cultes de Délos à l’époque hellénistique et à l’époque impériale, Paris.

Byrne, S. G., 2003, Roman citizens of Athens, Leuven.

Cellier J. et Cocaud M., 2012, Le traitement des données en Histoire et Sciences sociales : méthodes et outils, Rennes.

Clinton, K., 1974, The sacred officials of the Eleusinian mysteries, Philadelphie.

Connelly, J. B., 2007, Portrait of a priestess: women and ritual in ancient Greece, Princeton-Oxford.

Constantakopoulou, C., Malkin, I. et Panagopoulou, K. (dir.), 2009, Greek and Roman networks in the Mediterranean, Londres.

Cox, C.A., 1998, Household interests: property, marriage strategies, and family dynamics in ancient Athens, Princeton.

Dana, M. et Savalli-Lestrade, I. (dir.), 2019, La cité interconnectée dans le monde gréco-romain (ive siècle a.C.- ive siècle p.C.), Bordeaux.

Duby, G., Perrot, M. et Schmitt-Pantel P. (dir.), 1990, Histoire des femmes en Occident. I, l’Antiquité, Paris.

Faguer, J., 2018, compte rendu de J. Blok, Citizenship in Classical Athens, Topoi, 21, p. 489-499.

Follet, S., 1976, Athènes au iie et au iiie siècle : études chronologiques et prosopographiques, Paris.

Fröhlich, P., 2016 [2017], La citoyenneté grecque entre Aristote et les modernes, Cahiers du Centre Gustave Glotz, XXVII, p. 91-136.

Golden, M., 1986, Names and Naming at Athens: Three Studies, Échos du monde Classique, 30, p. 245-269.

Golden, M., 1990, Children and Childhood in Classical Athens, Baltimore.

Humphreys, S. C., 2018, Kinship in ancient Athens: an anthropological analysis, Oxford.

Kapetanopoulos, E., 1974, Apolexis ex Oiou, Athenaeum : studi periodici di letteratura e storia dell’antichità, 52, p. 343-347.

Karila-Cohen, K., 2003, Les pythaïstes athéniens et leurs familles : Étude sur la religion à Athènes à la basse époque hellénistique (iie et ier siecle avant J.-C.), Thèse de doctorat.

Karila-Cohen, K., 2007, La Pythaïde et la socialisation des élites athéniennes au iie et ier siècle avant notre ère, dans J.-C. Couvenhes et S. Milanezi (dir.), Individus, groupes et politique à Athènes de Solon à Mithridate : actes du colloque international, Tours, 7 et 8 mars 2005, Tours, p. 365-383.

Karila-Cohen, K., 2016, Prosopographia Attica 2.0. Base de données et raisonnement prosopographique, Revue historique, 680, p. 869-904.

Karila-Cohen, K., 2017, Quand les familles s’affichent sur les pierres (à partir de l’exemple athénien), dans M. Coltelloni-Trannoy et É. Parmentier (éd.), Famille et société dans le monde grec, en Italie et à Rome du ve au iie siècle av. J.-C. Actes du colloque de la SoPHAU, Université Paris Sorbonne 17 juin 2017, Pallas, HS, p. 91-117.

Karila-Cohen, K., 2018, Le graphe, la trace et les fragments : l’apport des méthodes quantitatives et des outils numériques à l’étude des élites civiques athéniennes, Annales. Histoire, Sciences Sociales, 73, 4, p. 785-815.

Lemercier, C., 2005, Analyse de réseaux et histoire, Revue d’histoire moderne et contemporaine, 52, 2, p. 88-112.

Lemercier, C., 2015, Formal network methods in history: why and how?, dans G. Fertig (ed.), Social Networks, Political Institutions, and Rural Societies, Turnhout, p. 281-310.

Ma, J., 2013, Statues and cities: honorific portraits and civic identity in the Hellenistic world, Oxford.

Maass, M., 1972, Die Prohedrie des Dionysostheaters in Athen, Munich.

Malkin I., 2011, A small Greek world: networks in the Ancient Mediterranean, Oxford  - New York  - Aukland [etc.].

Marchiandi, D., 2011, I periboli funerari nell’Attica classica : lo specchio di una « borghesia », Paestum.

McLean, B. H., 2002, An introduction to Greek epigraphy of the Hellenistic and Roman periods from Alexander the Great down to the reign of Constantine (323 B.C.-A.D. 337), Ann Arbor (Mich.).

Mercklé, P., 2016, Sociologie des réseaux sociaux, Paris.

Mercuri, L., 2008, Contributi allo studio degli spazi pubblici Delii : l’agora di Teofrasto, Annuario della Scuola Archeologica di Atene e delle Missioni Italiane in Oriente, 86, Ser. 3a 8, p. 193-214.

Mercuri, L., 2010, La proedria del teatro di Dioniso e le sue iscrizioni, dans E. Greco (éd.), Topografia di Atene : sviluppo urbano e monumenti dalle origini al iii secolo d. C. 1, Acropoli, Areopago, tra Acropoli e Pnice, Capaccio Paestum, p. 173-179.

Moretti, F., 2008, Graphes, cartes et arbres : modèles abstraits pour une autre histoire de la littérature, tr. fr., Paris.

Moretti, F., 2013, Distant reading, Londres.

Osborne, M.J., Byrne, S.G., 1996, The foreign residents of Athens : an annex to the « Lexicon of Greek personal names : Attica », Leuven.

Perrin-Saminadayar, É., 2005, Traditions religieuses et stratégies familiales : sur quelques familles sacerdotales athéniennes de l’époque hellénistique, dans M.-F. Baslez et F. Prévot (dir.), Prosopographie et histoire religieuse, Actes du colloque tenu en l’Université Paris XII-Val de Marne les 27 & 28 octobre 2000, Paris, p. 51-67.

Perrin-Saminadayar, É., 2018, Les femmes de l’entourage d’Hérode Atticus, Dialogues d’histoire ancienne, Supplément 18, p. 155-168.

Reinmuth, O. W., 1966, The Attic archons named Apolexis, Bulletin de correspondance hellénique, 90, 1, p. 93-100.

Rubinstein, L., 1993, Adoption in iv. century Athens, Copenhague.

Rubinstein, L., Bjerstrup, L. et Hansen, M. H., 1991, Adoption in Hellenistic and Roman Athens, Classica et mediaevalia, 42, p. 139-151.

Sarrazanas C., 2013, L’agonothète des Théséia de IG II2 961 et le “fantôme” Apolèxis I du Pirée », Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 186, p. 127‑133.

Sarrazanas, C., à paraître, La cité des spectacles permanents. Organisation et organisateurs des concours civiques dans l'Athènes hellénistique et impériale, Bordeaux, Bulletin épigraphique, Revue des études grecques, XXXX.

Sebillotte Cuchet, V., 2018, Gender studies et domination masculine. Les citoyennes de l’Athènes classique, un défi pour l’historien des institutions, Cahiers du Centre Gustave Glotz, XXVIII, p. 7-30.

Settipani, C., 2017, Les prétentions généalogiques en Grèce : de l’époque byzantine à l’époque archaïque, Paris.

Strong, E., 1903, Three Sculptured Stelai in the Possession of Lord Newton at Lyme Park, The Journal of Hellenic Studies, 23, p. 356‑359.

Taylor, C., 2013, Women’s social networks and female friendship in the ancient Greek city, Gender & History, 23, 3, p. 703-720.

Thompson, W. E., 1976, De Hagniae hereditate. An Athenian inheritance case, Leiden.

Vérilhac, A.-M., et Vial, C., 1998, Le mariage grec : du vie siècle av. J.-C. à l’époque d’Auguste, Paris.

Vernier, B., 1991, La genèse sociale des sentiments : aînés et cadets dans l’île grecque de Karpathos, Paris.

Vestergaard, T., Bjerstrup, L., Hansen, M. H., Nielsen, T. H. et Rubinstein, L., 1985 [1993], A typology of the Women Recorded on Gravestones from Attica, American journal of ancient history, 10, p. 178-190.

Wilgaux, J., 2008, Transmission et distinction en Grèce ancienne : une étude des règles de nomination, dans Th. Piel (dir.), Figures et expressions du pouvoir dans l’Antiquité. Hommage à Jean-René Jannot, Rennes, p. 35-48.

Haut de page

Notes

1 Je tiens à remercier Anna Heller, Pascal Chareille, Christian Rico et Jérôme Wilgaux pour leurs relectures et leurs conseils.

2 Ma, 2013 ; Biard, 2017. Les deux ouvrages ne proposent cependant aucune analyse statistique, comme le fait Anna Heller dans ce dossier.

3 Vestergaard et al., 1985 ; Rubinstein et al., 1991 ; Rubinstein, 1993.

4 Il n’est pas possible de renvoyer à la multitude d’études de prosopographie attique qui remplissent ce programme. Je me contenterai de mentionner l’article récent de Perrin-Saminadayar, 2018, non seulement parce qu’il prend place dans un dossier consacré aux femmes grecques de l’Orient romain, mais également parce qu’il aboutit à des conclusions très proches de celles auxquelles aboutit cet article.

5 Moretti, 2008 ; Moretti, 2013.

6 Duby et al., 1990 ; Boehringer, Sebillotte Cuchet, 2011.

7 Boehringer et al., 2015.

8 La structure de la base de données est évoquée par Karila-Cohen, 2016 ; le projet Prosopographie Attique NUMérique (PA-NUM) accueille les travaux de plusieurs spécialistes d’Athènes : Delphine Ackermann, Karine Karila-Cohen, Axel Neau, Eric Perrin-Saminadayar et Clément Sarrazanas.

9 http://www.lgpn.ox.ac.uk/.

10 Pour les sens courants du mot, on peut consulter le site du Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales, https://www.cnrtl.fr/definition/réseau ; Mercklé, 2004, p. 6-7.

11 Sur cette distinction, voir Lemercier, 2005 ; Lemercier, 2015.

12 Pour les définitions et le vocabulaire de base, voir Beauguitte, 2016.

13 Voir par exemple Cellier, Cocaud, 2012, p. 435-461.

14 Pour le réseau comme paradigme, voir Constantakopoulou, Malkin, Panagopoulou, 2009 ; Malkin, 2011 ; Dana, Savalli-Lestrade, 2019.

15 Bresson, 1981 ; Bresson, 1983 ; Golden, 1986 ; Golden, 1990 ; Wilgaux, 2008.

16 Vernier, 1991.

17 Bresson, 1985.

18 Karila-Cohen, 2018.

19 Pour une analyse de la chronologie du réseau, voir Karila-Cohen, 2018, p. 809-811.

20 Sur la figure 1, les composantes A, A’ et B sont des groupes familiaux bien indentifiés. Voir Karila-Cohen, 2018.

21 Sur ces questions de configuration des bases de données prosopographiques, voir Karila-Cohen, 2016.

22 Pour une étude statistique des inscriptions funéraires, voir Vestergaard et al., 1985.

23 McLean, 2002, p. 93-96.

24 http://www.seangb.org/formPage.php.

25 Les hommes peuvent être rattachés à leur tribu dans certaines sources, même s’ils ne portent pas de démotique. Pour les femmes, cela ne me semble pas possible. Certaines portent des démotiques, mais, comme le rappellent Vestergaard et al., 1985, p. 179, ces cas, attestés essentiellement à l’époque impériale, ne sont pas fréquents.

26 Aucune des deux bases de données ne permet d’établir des statistiques selon le type de sources. Le calcul a été proposé pour les inscriptions funéraires par Vestergaard et al., 1985, p. 178 : parmi les individus que les auteurs ont enregistrés comme citoyens, 34% sont des femmes ; le pourcentage augmente pour le groupe des métèques et étrangers (41%). Ce type d’inscriptions fait donc connaître plus de femmes que d’autres puisque, quand la typologie des sources n’est pas prise en compte, on connaît 10% de femmes.

27 Je n’entends pas entrer ici dans le débat autour de la définition de la citoyenneté ni de la place qu’y tiennent les femmes. Voir Blok, 2017 et les comptes rendus de cet ouvrage par Faguer, 2017 et Savalli-Lestrade, 2019 ; Fröhlich, 2016, contra Sébilotte Cuchet, 2018.

28 Le genre grammatical des noms renvoie au sexe des individus qui les portent : même en l’absence d’indications précises, la grammaire peut permettre d’identifier le sexe des individus.

29 Le seuil est déduit empiriquement de ma pratique de l’enquête prosopographique : trois noms ne conduisent pas à un stemma très fourni. Il serait intéressant de tester les effets de seuil (3 noms, 5 noms) dans les tableaux qui suivent et qui sont une première expérimentation visant à souligner les questions posées par une approche quantitative des données onomastiques à notre disposition.

30 Karila-Cohen, 2018. Oion fait partie des dèmes homonymes de l’Attique. J’ai donc traité à la fois les données enregistrées pour le dème d’Oion Kerameikon, les plus nombreuses, pour le dème d’Oion Dekeleikon, mais également pour la mention incertaine « Oion » qui rassemble les démotes pour lesquels on ne peut connaître précisément le dème. Voir figure 1.

31 Ackermann, 2018

32 Cet échantillon est choisi comme un « grand ier siècle » qui englobe les groupes familiaux traités en dernière partie de cet article. Il permet de suivre a priori certaines familles qui émergent à la fin du iie s. et que j’ai étudiées dans ma thèse sur les Pythaïstes, Karila-Cohen, 2003.

33 Les tableaux sont composés à partir des fichiers de codage composés pour l’analyse de réseaux, qui excluent par conséquent tous les noms qui n’entrent pas dans des paires : il ne s’agit pas de l’ensemble des noms attestés dans les différents groupes tests.

34 Il faudra sans doute procéder pour tous les dèmes homonymes de la même façon que pour les dèmes d’Oion dans la mesure où les démotiques ne permettent pas de discriminer le dème.

35 Le calcul de l’intervalle de confiance conforte l’idée que la fréquence des noms féminins est constante dans les cinq groupes.

36 Les tableaux sont composés à partir des fichiers de codage de réseaux : les noms au genre indéfini ne sont pas pris en compte. Le logiciel de réseaux permet d’exporter un fichier qui précise, pour chaque composante connexe, l’identifiant et les attributs des nœuds ; à partir de cet export, il est possible de composer un nouveau fichier qui indique la répartition des nœuds dans les composantes, selon le genre et le seuil choisi (4 nœuds ou plus dans une composante).

37 On peut distinguer deux groupes : Oion (composite) et Aixonê qui livrent entre 400 et 450 personnes selon le LGPN, et le Pirée et Melitê, entre 700 et 900 personnes.

38 Voir figure 2 : elle est composée de 196 nœuds, sur les 401 que compte le réseau.

39 Pour un traitement statistique possible des noms formant ces grandes composantes, voir Karila-Cohen, 2018.

40 Le LGPN recense plus de 400 démotes d’Oion, en comptabilisant les individus connus uniquement par le patronyme de leur enfant. Cela doit représenter un corpus de deux à trois cents sources à lire.

41 Comme je ne fais pas une étude prosopographique complète, je n’ai pas intégré les noms au genre incertain. Je n’ai pas inclus non plus les femmes des démotes d’Oion si elles sont issues d’une lignée qui n’y est pas attachée.

42 Voir le tableau en annexe 1 : références et texte grec y sont précisés.

43 Ce n’est pas exactement la même population que dans le graphe onomastique : Polustratê, Laodameia et Telesippê, enregistrées comme mères dans le LGPN, mais n’étant pas filles d’un démote d’Oion sont exclues. Sont réintégrées Pôlla Maikia Laudikê qui est enregistrée sans patronyme mais intégrée à Oion, cf. infra ; un nom incomplet -agora ; et une seconde Phulomachê, dans la mesure où le fichier tient compte des occurrences des noms personnels.

44 ID_Oc 19, 20, 21.

45 De nombreuses études s’intéressent au sujet. On citera, entre autres, Thompson, 1976 ; Humphreys, 2018. Plusieurs procès sont connus par deux discours judiciaires, Isée, Sur la succession d’Hagnias et Ps.-Démosthène, Contre Macartatos. Je prépare une étude sur les Bousélides.

46 Karila-Cohen, 2017.

47 Vestergaard et al., 1985.

48 ID_Oc 9, 19, 22. Je ne traite pas Oinanthê (n° 19), connue par le Ps.‑Démosthène.

49 ID_22.

50 ID_Oc 9.

51 McLean, 2002, p. 99-100.

52 Byrne, 2003, p. 352.

53 ID_Oc 12.

54 ID_Oc 7.

55 On trouve par exemple la formule Σωστράτη Εὐδήμου Χο[λ]αργέως θυ│γάτηρ, γόνωι δὲ Ἡρακλείδου Φλυέως, IG II² 3909, 4.

56 IG II² 10948.

57 ID_Oc 1, 2, 5.

58 Marchiandi, 2011, p. 35-46.

59 Ma, 2013, p. 202-239 n’a fait aucune étude statistique sur la fréquence des proclamations généalogiques dans ces inscriptions. Pour une étude quantifiée de ce type d’inscriptions, voir l’article d’A. Heller dans ce dossier.

60 ID_Oc 14, 15-16 (=ID_Per 15), 22-23-24-25 (=ID_Per 21).

61 ID_Per 15.

62 Follet, 1976, p. 179-186.

63 Byrne, 2003.

64 ID_OC 14.

65 Voir Annexe 2.

66 IG II² 3592 = I Eleusis, 483.

67 Sarrazanas, à paraître, vol. 1, n° 88. Je tiens à remercier l’auteur de m’avoir permis de consulter son travail avant publication.

68 IG II² 3591.

69 IG II² 3593

70 A. Heller me suggère qu’ils sont peut-être encore trop jeunes pour les avoir exercées.

71 Sur les Flavii de Paiania, voir Byrne, 2003, n° 127-136.

72 ID_Per 21. Voir Byrne, 2003, n° 64 et 65‑68

73 IG II² 3953 = I Eleusis, 366.

74 IG II² 3954 = I Eleusis, 367.

75 IG II² 3552 = I Eleusis, 365.

76 Fl. Sophoklês, ID 2535, 49-50.

77 FGrHist 257 F36.

78 Follet, 1976, p. 180.

79 IG II² 3952.

80 Clinton, 2008, n° 366.

81 Byrne, 2003, no 64.

82 Je n’ai pas compté celles qui sont connues par une source littéraire (ID_per 18, 19, 20) ; il reste onze femmes sur dix-huit : ID_Per 1, 2, 4, 5, 7, 10, 11, 12, 14, 15, 21. Je n’ai pas compté celle qui est identifiée par le nom de son mari, sans le nom de son père (ID_Per 9).

83 Deux listes de prêtresses mentionnent à l’époque impériale des filles de démotes d’Oion : ID_Oc 17 et 18.

84 Je laisse de côté les Bousélides, en indiquant cependant que les noms féminins de la famille ne sont connus que par le Ps.-Démosthène et qu’ils sont absents chez Isée.

85 Voir Karila-Cohen, 2018, p. 809-811. Le nom répété peut être celui d’un unique individu ou de plusieurs membres de la même famille, l’idionyme devenant ainsi un marqueur identitaire de la famille.

86 ID_Per 1, 2, 5, 7, 10, 12, 14, 15, 16, 17, 21. La liste n’est pas identique à celle de la note 80 : la mention de parents dans la même inscription ne permet pas automatiquement d’enrichir l’enquête prosopographique.

87 Karila-Cohen, 2003, p. 379. La taille très différente des deux échantillons ne permet pas la comparaison des deux pourcentages obtenus.

88 Pour une analyse descriptive, sans usage des outils quantitatifs, de cette position d’intermédiaire, voir Taylor, 2013.

89 Ce qui ne signifie pas forcément qu’il n’y a pas de lien de parenté maternelle entre les époux. Sur cette question, voir Vérilhac, Vial, 1998, p. 83-87 et 119-124 ; voir également Cox, 1998, p. 38-67.

90 Figure 1, composante B.

91 Je n’ai pas seulement enregistré le lien issu de la formule onomastique, mais tous les liens de filiation explicites, soit dans la formule onomastique, soit parce que le lien de parenté est clairement exprimé par la source. Voir la figure 3.

92 L’étude complète est en cours de réalisation : pour le moment n’ont été sélectionnées que les occurrences des noms mentionnés par les sources indiquées dans les stemmata de Karila-Cohen, 2007 et Reinmuth, 1966. Ces stemmata doivent être modifiés : Settipani, 2017, p. 313-351 propose de nouvelles hypothèses, mais toutes les familles alliées devront être traitées ensemble pour plus de lisibilité. Les noms des familles de Sarapiôn de Melitê, et de Themistoklês d’Hagnonte étant mentionnés par le Ps.-Plutarque sont présents dans le tableau dans lequel les données ont été codées pour construire le réseau, mais de façon encore incomplète car je n’ai pas ajouté toutes les mentions épigraphiques. Seules les parties du graphe rattachées aux dèmes d’Oion et du Pirée sont donc complètes. Pour plus de lisibilité, bien que le stemma doive être repris, je donne en Annexe 3 mon arbre de 2007, auquel ont été ajoutés les parents mentionnés à la fin de cette partie.

93 Une des alliances est détaillée plus bas. Le graphe a permis d’en détecter une plus ancienne, voir Karila-Cohen, 2018 ; Settipani, 2017, 324-331 arrive aux mêmes conclusions. De cette alliance est né l’éphèbe de 117/6, Apolêxis fils de L[--]ndros du Pirée, IG II² 1009, III, 96 : Ἀπόληξις Λ[υσά]νδρου Πειραιεύς.

94 Sa fréquence d’apparition dans des paires, dans la mesure où les idionymes seuls n’ont pas été pris en compte ici.

95 On se rend assez facilement compte de ce biais si on rapproche la place qu’a le nom de Mêdeios, le plus central si l’on tient compte du nombre de ses voisins directs, de l’arbre généalogique : Mêdeios (II) du Pirée, et dans une moindre mesure son fils Mêdeios III, ayant cumulé les charges, apparaissent ainsi très fréquemment dans la documentation. Voir Annexe 3.

96 Voir Karila-Cohen, 2018.

97 Perrin-Saminadayar, 2005 ; voir également, Karila-Cohen, 2007, p. 376-377 ; Settipani, 2017, p. 317-347.

98 Pausanias, I, 37, 2.

99 μετὰ δὲ τὴν Λυκόφρονος τελευτὴν ἔγημε (843b) τὴν Καλλιστὼ Σωκράτης καὶ ἔσχεν υἱὸν Σύμμαχον· τοῦ δ´ ἐγένετο Ἀριστώνυμος, τοῦ δὲ Χαρμίδης, τοῦ δὲ Φιλίππη· ταύτης δὲ καὶ Λυσάνδρου Μήδειος, ὁ καὶ ἐξηγητὴς ἐξ Εὐμολπιδῶν γενόμενος· τούτου δὲ καὶ Τιμοθέας τῆς Γλαύκου παῖδες Λαοδάμεια καὶ Μήδειος, ὃς τὴν ἱερωσύνην Ποσειδῶνος Ἐρεχθέως εἶχε, καὶ Φιλίππη, ἥτις ἱεράσατο τῆς Ἀθηνᾶς ὕστερον· πρότερον δ´ αὐτὴν γήμας Διοκλῆς ὁ Μελιτεὺς ἐγέννησε Διοκλέα τὸν ἐπὶ τοὺς ὁπλίτας στρατηγήσαντα· γήμας δ´ οὗτος Ἡδίστην Ἅβρωνος (843c) Φιλιππίδην καὶ Νικοστράτην ἐγέννησε· γήμας δὲ τὴν Νικοστράτην Θεμιστοκλῆς ὁ Θεοφράστου ὁ δᾳδοῦχος ἐγέννησε Θεόφραστον καὶ Διοκλέα· διετάξατο δὲ καὶ τὴν ἱερωσύνην τοῦ Ποσειδῶνος Ἐρεχθέως.

100 Voir Annexe 3 : mon stemma reprend pour l’essentiel celui d’É. Perrin-Saminadayar.

101 Blok, Lambert, 2009.

102 Ce qui explique les bons scores du nom dans les calculs de centralité, c’est que ces inscriptions nommant toutes plusieurs parents ont généré plusieurs lignes dans le tableau d’encodage du réseau. Mécaniquement, un nom féminin inscrit dans sa parenté gagne en visibilité dans le graphe.

103 ID, 1869.

104 Mercuri, 2008.

105 Bruneau, 1970, p. 76-93, pour les Apollonia et les Dêlia ; p. 195-198 pour le personnel du culte d’Artémis.

106 IG II² 3909, 4 : Σωστράτη Εὐδήμου Χο[λ]αργέως θυ│γάτηρ, γόνωι δὲ Ἡρακλείδου Φλυέως,│τὸν ἑαυτῆς ἄνδρα Λύσανδρον│Ἀπολήξι[δ]ος ἐξ Οἴου ἀνέθηκε.

107 Kirchner, PA, s.v., suivi par Reinmuth, 1966, p. 97-100.

108 Kapetanopoulos, 1974.

109 I Eleusis 299 : Λαμίδι[ον Ἀπ]ολήξιδος ἐξ [Οἴου] │θυγατέ[ρα] ὁ̣ πατὴρ καὶ ἡ μή̣[τηρ] │Λαδάμει[α Λ]υσάνδρου Πειραιέ[ως] │θυγάτηρ ἀ̣φ’ ἑστίας μυηθεῖσ[αν] │Δήμητρ[ι κ]αὶ Κόρηι ἀνέθηκ[αν], Lamidi[on] fille d’[Ap]olêxis d’[Oion], initiée du foyer, son père et sa mère Ladamei[a] fille de [L]usandros du Pirée ont dédié (sa statue) à Déméter et Coré. Les variantes des noms (Ladameia/Laodameia) ne sont pas prises en compte dans cette étude. Sur les enfants initiés du foyer et leurs relations aux cultes d’Éleusis, voir Bruit-Zaidman, 2018. On ne sait pas réellement de quel foyer il s'agissait : celui de la cité (probablement), d'Éleusis, de l’oikos de l’enfant ?

110 Agora 18, H 341 : [Λ]αδάμεια Λ̣υ[σάνδρ]ου Πειραιέως [θυγ]άτηρ τὴν │[θ]υγατέρα Λ[αμίδι]ον καὶ τὸν υἱὸν Φι[λο]κράτην Ἀ[πο│λήξιδος ἐξ Οἴου], [L]adameia fille de Lu[----]os du Pirée [a dédié (la statue de)] sa fille L[---]on et de son fils Phi[lo]kratês fils d’A[----]. J’ai conservé pour exemple les restitutions du grec proposées par Daniel Geagan, l’éditeur du volume Agora 18, mais j’ai traduit par les noms tels qu’ils ont été encodés pour construire le réseau.

111 Pour un exemple des divers raisonnements, voir Kapetanopoulos, 1974 ; Clinton, 1974.

112 Voir Annexe 3, Laodameia II.

113 IG II3 1990 = IG II² 5123, restitué par les éditeurs en « |² Λαδαμή|³ας τῆς Μ|⁴η[δήου] ». Selon la disposition de Curbera : section 5, rang 10.

114 IG II3 2004 = IG II² 5104, « Φι|²λίπ|³πης Μη|⁴δήου θυγα|⁵τρός. vacat ». Selon la disposition de Curbera : section 6, rang10.

115 Maass, 1972, p. 77-95.

116 Pour une synthèse très utile sur les inscriptions des sièges du théâtre, voir Mercuri, 2010.

117 La datation est proposée par Kirchner dans les IG II², reprise par Mercuri, 2010, p. 173. Je n’explique pas la datation de l’inscription relative à Laodameia par Curbera dans les IG II3 1990 (fin du ier-début du ie apr. J.-C.) alors qu’il date le siège de Philippê dont il fait une sœur possible du ier apr. J.-C.

118 Connelly, 2007, p. 205‑213 sur la proédrie en général ; p. 210 sur Philippê et Laodameia. Voir Annexe 3.

119 I Eleusis, 273. Sur ces enfants « initiés du foyer » et leurs relations aux cultes d’Éleusis, voir Bruit-Zaidman, 2018.

120 Sur la liste des prêtrises jusqu’à la fin du ier s. av. J.-C., voir Blok, Lambert, 2009, p. 105-109. On connaît une prêtresse en fonction entre 27 et 18 av. J.-C. : Megistê fille d’Asklêpiadês d’Halai.

121 IG II3 1988 = IG II² 5121, « reliquiae |² κατὰ ψήφισμα |³ ΓΛ[. . . . . .] |⁴ Α[. . . . .]ΗΑ vacat 0,46 Λαμιδίου », section 5, rang 8 ; IG II3 1991 = IG II² 5124, « |² Λαμιδίου [κα]τὰ [ψ]ή[φισμα] », section 5, rang 11.

122 Le LGPN met en ligne cette statistique pour les noms à Athènes : http://www.lgpn.ox.ac.uk/publications/vol2/topf_s.html. Pour les femmes, un seuil à vingt porteurs est choisi, mais le nom le plus fréquent, Dêmêtria, est porté par cinquante-et-une femmes.

123 Boehringer et al., 2015.

124 Follet, 1976, p. 181‑186

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Réseau onomastique de filiation des dèmes d’Oion, réalisé sous Visone (layout : stress minimization).URL : https://pum.univ-tlse2.fr/​IMG/​pdf/​Fig1_Pallas115_KarilaCohen.pdf.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/20470/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 6,6M
Titre Fig. 2. Réseau onomastique de filiation du dème de Melitê, réalisé sous Visone (layout : stress minimization).URL : https://pum.univ-tlse2.fr/​IMG/​pdf/​Fig2_Pallas115_KarilaCohen.pdf.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/20470/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 7,0M
Titre Fig. 3. Réseau de filiation des lignées d’Apolêxis d’Oion et de Mêdeios du Pirée, marquant la centralité d’intermédiarité par la taille des nœuds, réalisé sous Visone (layout : stress minimization).URL : https://pum.univ-tlse2.fr/​IMG/​pdf/​Fig3_Pallas115_KarilaCohen.pdf.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/20470/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 5,7M
Titre Fig. 4. Répartition des noms féminins et masculins de l’échantillon test33
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/20470/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Fig. 5. Répartition des noms féminins et masculins dans les composantes connexes de l’échantillon test36 
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/20470/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Annexe 1. Table d’attestation des noms féminins d’Oion
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/20470/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 398k
Titre Annexe 2. Stemma de la famille de Vitellia Isidôria, d’après S. Follet
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/20470/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Annexe 3. Stemma provisoire de la famille de Mêdeios du Pirée
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/20470/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karine Karila-Cohen, « La parenté revendiquée. La visibilité des femmes dans les réseaux de parenté à Athènes »Pallas, 115 | 2021, 235-242.

Référence électronique

Karine Karila-Cohen, « La parenté revendiquée. La visibilité des femmes dans les réseaux de parenté à Athènes »Pallas [En ligne], 115 | 2021, mis en ligne le 24 août 2022, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/pallas/20470 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pallas.20470

Haut de page

Auteur

Karine Karila-Cohen

Université de Rennes 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search