Navigation – Plan du site

AccueilNuméros121Étudier les terres cuites antique...3. Regards croisés sur les figuri...Les figurines de Tarse. Partie I....

Étudier les terres cuites antiques aujourd'hui. Nouvelles approches, nouveaux outils
3. Regards croisés sur les figurines de Tarse

Les figurines de Tarse. Partie I.
Contexte historique et spécificités techniques

The Tarsus’ figurines. Part I:
Historical background and technical specificities
Isabelle Hasselin Rous
p. 99-112

Résumés

Le site du mont Gözlükule à Tarse (en Cilicie) a livré depuis le milieu du xixe siècle plus de 2000 figurines en contextes d’habitat, de tombes et d’ateliers artisanaux. L’étude des figurines conservées au Louvre et dans la maison de fouilles de Tarse a permis d’observer des spécificités techniques propres à ces ateliers de production coroplathique (usage de moules en plâtre, ajouts d’éléments en plâtre sur des exemplaires en argile, revers lisses, riche polychromie débordante…). Ces particularités observées à l’œil nu nécessitaient d’être enrichies par des analyses archéométriques, techniques et de polychromie réalisées par le Centre de recherches et de restauration des musées de France sur une vingtaine de figurines du Louvre.

Haut de page

Texte intégral

1Les premières traces d’occupation de la cité de Tarse en Cilicie (au sud-est de la Turquie) remontent à l’âge du bronze. Jusqu’à la conquête de l’Asie mineure par Alexandre le Grand, la production artisanale de cette cité était purement de tradition orientale. L’avènement du royaume hellénistique des Séleucides au début du iiie siècle av. J.-C., voit alors l’introduction des types iconographiques grecs et l’adoption du panthéon grec dans la religion de la cité. Cependant, les figurines en terre cuite produites à partir de l’époque hellénistique témoignent toujours d’un fort syncrétisme avec les religions orientales ainsi que de l’apparition de certaines divinités égyptiennes. La situation géographique de cette cité-carrefour au croisement des routes reliant les cités grecques de la côte méditerranéenne à celles orientales d’Anatolie centrale et de Syrie, explique aisément ce mélange des cultures transparaissant dans l’art de la coroplathie. Grâce à son port, elle a aussi entretenu des relations commerciales étroites avec l’ensemble du monde méditerranéen et en particulier avec l’Égypte. Tarse connaît son plus grand développement à l’époque romaine car elle devint alors la capitale de la province romaine de Cilicie. Aux environs de l’ère chrétienne, Strabon dans son livre XIV de la Géographie, décrit la cité comme étant un important centre religieux et philosophique de la région. Plusieurs écoles philosophiques, dont celle des stoïciens y rayonnaient. Elle accueillait ainsi de nombreux étudiants étrangers venus recevoir leur enseignement. C’était donc une cité cosmopolite à l’instar d’autres grandes cités de l’époque telles que Smyrne ou Alexandrie.

  • 1 Voir à propos de l’historique des fouilles : Hasselin Rous, 2019, p. 90-93.

2C’est donc sur le mont Gözlükule situé au sud de l’agglomération de Tarse que les fouilles menées depuis le milieu du xixe siècle ont livré en grand nombre des figurines en terre cuite1. La mission d’exploration de la région menée par Victor Langlois en 1852 et 1853, à la demande de Napoléon III, a été l’occasion de fouiller une partie de la nécropole ainsi que 3 puits dans lesquels près de 900 figurines notamment ont été découvertes et envoyées au Louvre où elles sont conservées depuis. Puis au xxe siècle, Hetty Goldman professeur à Princeton, réalisa les premières fouilles scientifiques sur le mont de 1934 à 1949. Elle fouilla deux secteurs, l’un d’habitation et l’autre de sanctuaire avec des installations artisanales ainsi qu’un certain nombre de tombes. 1200 figurines proviennent de ces fouilles et sont conservées pour la plupart dans la maison de fouilles de Tarsus-Gözlükule. Enfin, depuis 2007, Aslı Ozyar de l’université de Boğaziçi à Istanbul a repris la fouille au sommet du mont et explore les vestiges du temple hittite et les installations artisanales situées autour. La fouille en cours et prometteuse d’un puits situé près d’un four a commencé à livrer en grand nombre des fragments de figurines de dieux et héros, des masques de théâtre, des abattis de bras, jambes et ailes, ainsi que des ex-voto de grappes de raisin et de petits gâteaux.

3Nous laisserons de côté les questions de typologie, de style et de datation des figurines de Tarse pour nous concentrer sur la problématique de leurs spécificités techniques. L’observation à l’œil nu de celles-ci nous a conduit à pointer un certain nombre de détails techniques spécifiques à Tarse que nous exposons dans cette première partie. Ainsi, ces figurines de Tarse se distinguent assez nettement du reste de la production coroplathique d’Asie Mineure et sont aisément reconnaissables.

4C’est dans le cadre de l’étude des figurines de Tarse du Louvre en vue de la re-publication de la collection que j’ai sollicité l’expertise du Centre de recherche et de restauration des Musées de France (C2RMF) afin de pousser plus loin mes observations techniques. Ma demande portait sur la caractérisation des argiles utilisées, sur l’observation fine des traces de fabrication des figurines, et sur la mise en couleur de celles-ci. C’est ainsi que le regard croisé des ingénieurs, restaurateurs et conservateurs s’est porté sur un corpus de 22 figurines du Louvre sélectionnées parmi une typologie représentative de figurines allant de l’époque hellénistique à l’époque romaine impériale.

1. L’argile des figurines de Tarse

5L’argile utilisée pour fabriquer ces figurines varie du beige orangé, à l’orange et allant jusqu’au brun rouge (fig. 1). De manière plus isolée, certaines figurines montrent l’usage d’une argile beige claire tirant sur le jaune. Cette variété de couleur des argiles utilisées nous a incité à lancer cette étude physico-chimique des pâtes. Nous verrons donc avec l’étude d’Anne Bouquillon dans ce même volume la caractérisation chimique des pâtes utilisées à Tarse.

Fig. 1. Couleur de l’argile de Tarse: détail d’une figurine d’Aphrodite (CA 28, Louvre)
© 2016 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle

Fig. 1. Couleur de l’argile de Tarse: détail           d’une figurine d’Aphrodite (CA 28, Louvre)© 2016 RMN-Grand           Palais (musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle
  • 2 Voir Besques, 1972, p. 269.

6L’argile des figurines est extrêmement épurée et de très bonne qualité, toujours très bien cuite et présente une surface douce et « soyeuse » selon l’expression de Simone Besques2. On le voit particulièrement bien sur la figurine du petit garçon mordant le cou d’une oie.

7Toutes les figurines observées sont creuses et sont donc obtenues à l’aide d’un moule bivalve.

2. L’outil de production : le moule bivalve

8À l’instar de toutes les figurines créées à partir de l’époque hellénistique, l’outil de production utilisé pour les réaliser est le moule bivalve. Ce dernier entraîne de ce fait une forme d’industrialisation de la production coroplathique puisque l’on peut tirer autant d’exemplaires que l’on veut de ces moules. Cette possibilité de duplications à l’infini des tirages à partir d’un même moule a cependant été limitée dans l’usage des coroplathes de Tarse puisque nous n’avons pu noter, dans l’état actuel de l’étude de notre matériel, que quelques exemples de tirages à 2 ou 3 exemplaires identiques.

9Parmi les centaines de figurines que j’ai pu voir, je n’ai pas trouvé de figurine pleine ayant servi de prototype initial à la prise d’empreinte d’un moule sur ce dernier. Ces prototypes sont d’ailleurs assez rares parmi l’ensemble des corpus de figurines en terre cuite connus car ils ont été rarement conservés.

  • 3 Goldman, 1950, p. 382, 383, fig. 254.
  • 4 Anthologie Palatine, 7, 491 (éd. P. Walz, tr. E. Des Places, M ; Dumitrescu, H. Lemaitre (...)

10Les fouilles d’Hetty Goldman des années 1930-1940 ont permis l’heureuse découverte de 16 moules en plâtre. La plupart étaient en mauvais état de conservation si bien que seuls deux moules ont pu être photographiés pour être publiés3. Sur ces 16 moules, un seul subsiste aujourd’hui dans la maison de fouilles, celui d’une sirène au visage grotesque (fig. 2). Les 15 autres, en mauvais état dès leur découverte, ont sans doute dû disparaître lors de l’inondation des réserves du musée d’Adana, musée où ils ont été conservés entre les années 1950 et 2000. Ces moules ont été découverts dans le complexe dit 5m20 du secteur A datant de l’époque romaine, contigu à la zone des fondations du temple hittite et comprenant les vestiges d’ateliers artisanaux (avec des restes de fours). Hetty Goldman précise bien que lors de leur découverte, ils n’étaient plus à leur emplacement initial et qu’ils pourraient très bien dater d’avant l’époque romaine et provenir sûrement d’ateliers coroplathiques. Ils attestent clairement de la présence en tout cas d’un atelier coroplathique. La fouille menée par Aslı Ozyar depuis 2007 dans cette zone du temple hittite a commencé à mettre au jour dans la tranchée C7 17 les restes d’une fosse remplie de figurines et de lampes, située à côté des restes d’un four. Il doit donc s’agir des vestiges de l’atelier d’un coroplathe fabriquant des figurines et des lampes. La poursuite de la fouille dans les années à venir révélera peut-être de nouveaux moules ? Le moule en plâtre de la sirène mesure 20 cm de haut et est réalisé dans un plâtre dense et très lourd ; on discerne au microscope de petites bulles dans la matière désignant clairement le matériau comme du gypse. Seule la valve avers du moule est conservée mais il s’agissait bien d’un moule bivalve car l’on voit clairement au milieu du moule l’encoche servant de contre-clef afin d’ajuster les deux valves du moule. Il est probable que la valve du revers devait sans doute présenter un revers lisse, à la manière de la plupart des revers visibles sur les figurines de Tarse. Ce thème de la sirène au visage grotesque n’est pas fréquent dans la coroplathie. Ces traits caricaturaux ne sont pas sans rappeler certaines représentations de sirènes funéraires dont les marques d’affliction ont déformé le visage. De démons maléfiques dans l’épopée homérique, elles deviennent dès le ve siècle av. J.-C. secourables et leurs représentations sur la tombe du défunt lui assurent leur protection. C’est à ce type de représentation que renvoie une épigramme funéraire donnant la parole aux sirènes de pierre : « … pleurant sur toi, les joues ravagées de larmes, nous nous tenons ici près de ton tertre, belles statues de sirènes »4.

Fig. 2. Moule en plâtre d’une sirène grotesque (Goldman 633) © 2019/ Isabelle Hasselin Rous

Fig. 2. Moule en plâtre d’une sirène           grotesque (Goldman 633) © 2019/ Isabelle Hasselin Rous
  • 5 Hasselin Rous, 2019, p. 95, fig. 11.

11L’usage des moules en plâtre en Asie Mineure n’est pas si fréquent ; or il est remarquable qu’à Tarse son usage soit bien attesté tant par ces moules découverts que par les traces laissées par ces moules en plâtre sur les tirages en argile avec de petites billes en argile révélant les irrégularités du moule en plâtre. Ces petites billes d’argile n’ont curieusement pas été lissées après le démoulage et avant la cuisson de la figurine. Une tête féminine flavienne montre une bille d’argile conséquente dans l’angle interne de l’œil droit liée à l’usage d’un moule en plâtre5.

  • 6 Voir l’article de Burkhalter, 1992, p. 346, 347 dans lequel elle évoque l’exis (...)

12L’usage de moules en plâtre naît et est bien attesté en Égypte et ils peuvent apparaître dès l’époque hellénistique mais ont tendance à se généraliser à l’époque impériale6. Peut-être est-ce la même chose à Tarse mais le faible nombre de moules trouvés ne nous permet guère de trancher la question ? Les coroplathes de Tarse ont probablement appris des ateliers égyptiens cet usage du moulage en plâtre. Quelques figurines nous montrent clairement qu’elles ont été tirées de moules en plâtre car de petites billes d’argile sur le tirage subsistent et témoignent donc des bulles présentes dans le moule en plâtre.

  • 7 Inédite. Citée dans les carnets de fouilles conservés au Bryn Mawr College.
  • 8 Inédite.

13L’exemple d’une tête d’enfant (T105)7 dont le côté gauche du visage est couvert de ces verrues d’argile et d’un coup de spatule sur la joue droite est intéressant car il provient de la maison hellénistique (secteur B fouillé par H. Goldman en 1935) et d’une fosse où ont été mis au jour des restes de figurines, de lampes et de moules en plâtre de lampes (fig. 3). L’hypothèse d’un atelier de fabrication de lampes et de figurines, datant de l’époque hellénistique, a été avancée par le fouilleur. Cette tête serait-elle un raté de fabrication jeté au rebut dans cette fosse ? Ceci est fort probable si l’on cite également une autre tête de femme aux traits grotesques (T 103) issue du même contexte et dont le moulage/démoulage a été raté, d’où un visage grossier aux traits indéfinis8. Au revers, les empreintes du coroplathe ayant pressé la terre dans le moule sont bien visibles.

Fig. 3. Billes d’argile témoignant de l’usage d’un moule en plâtre sur une tête d’enfant (raté de fabrication?) (T 105, mission de fouilles de Tarsus-Gözlükule, inédite) © 2019/ Isabelle Hasselin Rous

Fig. 3. Billes d’argile témoignant de l’usage           d’un moule en plâtre sur une tête d’enfant (raté de fabrication?) (T           105, mission de fouilles de Tarsus-Gözlükule, inédite) © 2019/           Isabelle Hasselin Rous
  • 9 Inédite.

14Les moules en terre cuite étaient bien sûr aussi utilisés à Tarse comme l’attestent quelques découvertes faites par Hetty Goldman. Un moule de revers de figurine présente ces fameuses coques lisses convexes qui pouvaient s’adapter indifféremment et quelle que soit l’iconographie de l’avers de la figurine (fig. 4)9. On remarque la rainure en creux tout autour du moule, sans doute univalve, permettant après que la feuille d’argile ait été pressée dans le moule, de faciliter le démoulage de ce revers. Le surplus d’argile du tirage sur les bords pouvait être découpé ensuite après le démoulage et former le boudin d’argile venant s’adapter et être pressé contre le tirage de l’avers. Après démoulage, on découpait bien sûr le trou d’évent dans l’argile fraîche. Le tenon présent au sommet du moule permettait de tenir ce dernier sans doute.

Fig. 4. Valve de revers lisse d’un moule de figurine et tenon de préhension (inv. 698, mission de fouilles de Tarsus-Gözlükule) © 2019/ Isabelle Hasselin Rous

Fig. 4. Valve de revers lisse d’un moule de           figurine et tenon de préhension (inv. 698, mission de fouilles de           Tarsus-Gözlükule) © 2019/ Isabelle Hasselin Rous

3. L’exemplaire issu du moule

3.1. Les exemplaires en argile

  • 10 Hasselin Rous, 2019, p. 94, fig. 7.
  • 11 Base noire inédite, mission de fouilles de Tarsus-Gözlükule. Pour d’autres exemples de (...)

15Les figurines tirées de ces moules en argile ou en plâtre ont souvent des parois assez fines du fait aussi de l’excellente qualité plastique de l’argile utilisée. Les figurines sont donc issues de moules bivalves, la face étant complètement travaillée tandis que le revers présente dans 90 % des cas une coque lisse et bombée avec un trou d’évent circulaire découpé au centre (comme le montre bien une rare figurine entière d’Aphrodite-Ariane du Louvre, CA 2810). Lorsque les bases sont conservées, elles sont le plus souvent circulaires étant donné la courbure du revers et sont toujours ouvertes. On remarque qu’elles sont souvent assez hautes et lorsque la polychromie est préservée, celle-ci tranche nettement par l’usage de couleurs très contrastées (voir l’exemple d’une base peinte en noir, fig. 511).

Fig. 5. Détail d’une base peinte en noir d’une figure masculine debout (mission de fouilles de Tarsus-Gözlükule) © Isabelle Hasselin Rous

Fig. 5. Détail d’une base peinte en noir             d’une figure masculine debout (mission de fouilles de             Tarsus-Gözlükule) © Isabelle Hasselin Rous

16L’absence de revers travaillé dans la coroplathie des époques hellénistique et romaine est assez rare ce qui en fait un trait distinctif de la production des ateliers de Tarse. La coroplathie égyptienne de ces mêmes périodes présente aussi fréquemment ces revers lisses, élément technique rapprochant les deux centres de production. Quant aux abattis (bras, jambes, ailes), rares sont ceux à avoir été rapportés car ils sont la plupart du temps moulés avec les corps. On a ainsi souvent l’impression d’avoir affaire à des reliefs du fait de ces zones pleines et lisses d’argile reliant les bras et jambes au corps. Ce recours limité à l’utilisation d’abattis simplifiait en quelque sorte le travail des officines qui pouvaient donc tirer directement des moules les œuvres complètes et intensifier de ce fait le rythme de la production. Si cet usage des abattis est limité, il n’est cependant pas exclu. Certaines figurines présentent une lacune à l’endroit de l’abattis qui devait être rapporté. La figurine est-elle restée incomplète, ou bien l’abattis s’est-il détaché dans le four au moment de la cuisson ? Les abattis retrouvés non utilisés montrent clairement des traces de guillochage afin d’accroître l’adhérence de l’élément à rapporter sur le corps à l’aide de barbotine liquide.

  • 12 Hasselin Rous, 2019, p. 94, fig. 8.
  • 13 Ibid., p. 94, fig. 9.

17Le cas d’une figure d’Attis dansant (Tarse 56)12 et d’un avant-bras gauche du Louvre (Tarse 453)13 témoignent d’un accident survenu lors de la cuisson avec des abattis insuffisamment bien collés à la barbotine et s’étant détachés dans le four. Si l’on a pu évoquer le fait que la finesse de l’argile de Tarse entraînait ce genre d’accident à la cuisson et incitait peu les artisans à avoir recours à l’utilisation des abattis, il faut peut-être minimiser ce problème et insister plutôt sur le choix fait par les coroplathes de privilégier des figurines en quasi-bas-relief plutôt que des œuvres totalement tridimensionnelles.

  • 14 Inv. 38-1024. Inédite, mission de fouilles de Tarsus-Gözlükule.
  • 15 Tarse 90, Louvre. Voir Besques, 1972, p. 297, E/D 2426, pl. 370 i.
  • 16 Tarse 523, Louvre. Ibid., p. 298, E/D 2435, pl. 371 b.

18Pour illustrer la question de la finesse des parois des figurines et donc leur fragilité, on peut citer l’exemple d’une figurine d’Aphrodite voilée portant l’enfant Éros14 (fig. 6) dont seul le revers s’est conservé car la paroi était plus épaisse, tandis que la face avant plus fine s’est brisée nette au-delà du boudin d’argile consolidant la suture entre les deux faces du tirage. Nous verrons davantage avec l’article de Julie Abbou et de Clara Bernard la question de ces ajouts de boulettes d’argile lissées au doigt ou à la spatule à l’intérieur des figurines afin de suturer les deux parties moulées de la figurine et de les consolider mais on peut déjà en donner deux témoignages avec une figurine d’enfant au diptyque15 et un acteur comique du Louvre16.

Fig. 6. Aphrodite portant Éros à l'avers brisé (Inv. 38-1024, mission de fouilles de Tarsus-Gözlükule) © 2019/ Isabelle Hasselin Rous

Fig. 6. Aphrodite portant Éros à l'avers             brisé (Inv. 38-1024, mission de fouilles de Tarsus-Gözlükule) ©             2019/ Isabelle Hasselin Rous

3.2. Les exemplaires en plâtre ou avec compléments en plâtre

  • 17 Voir à propos des figurines en plâtre gréco-romaines d’Égypte l’article de D. Kassab T (...)
  • 18 Tarse 531, Louvre. Voir Besques, 1972, p. 348, E/D 2994, pl. 428 g.
  • 19 Tarse 190, Louvre. Inédit.

19Nous avons vu que les coroplathes de Tarse ont utilisé à l’instar des artisans égyptiens des moules en plâtre mais ils ont également réalisé des tirages en plâtre de figurines. Ces derniers sont cependant en nombre bien plus restreint qu’en Égypte17 mais ils affirment bien encore le lien étroit existant entre ces deux régions avec cet usage du plâtre. Voici deux beaux exemples de figurines avec une tête masculine de grotesque conservant des traces de polychromie 18 ainsi qu’un relief de femme drapée peut-être une ménade19 (fig. 7). Ce relief est sans doute tiré d’un moule en plâtre également du fait des petites billes visibles à la surface.

Fig. 7. Relief en plâtre de femme drapée, ménade (?)(Tarse 190, Louvre) © 2020/ Isabelle Hasselin Rous

Fig. 7. Relief en plâtre de femme drapée,             ménade (?)(Tarse 190, Louvre) © 2020/ Isabelle Hasselin Rous
  • 20 Tarse 293, Louvre. Voir Besques, 1972, p. 332, E/D 2853, pl. 410 f.
  • 21 Tarse 315, Louvre. Ibid., p. 300, D 2453, pl. 374 a. Voir, dans ce même volume, l’arti (...)
  • 22 Inédite.
  • 23 Besques, 1972, p. 283, D 2293, pl. 354 f.
  • 24 Voir Kassab, op. cit. n. 17.

20Certaines figurines en argile de Tarse révèlent aussi une utilisation ponctuelle du plâtre par petits ajouts présents dans des zones en creux, peut-être de manière accidentelle, et également de manière intentionnelle pour compléter en plâtre une partie de la figurine ou la consolider. Quelques exemples illustrent cette particularité technique mise en œuvre à Tarse comme sur une tête d’Héraclès en argile à l’avers, et en plâtre au revers20. Elle a été intentionnellement complétée en plâtre car il y a de la polychromie rose sur le côté gauche. Sur un relief dionysiaque21 riche en couleurs (bleu et rose), on trouve accolé à la jambe de Dionysos un fragment de plâtre qui semble être intentionnel même si l’on n’en comprend pas la fonction. Une main de figurine tenant une hampe22 comporte deux boules de plâtre aplanies autour de celle-ci et qui pourraient avoir été décoratives même si le motif nous est peu lisible (fig. 8). Enfin, il arrive que des trous d’évent ou de suspension aient été bouchés au plâtre, comme sur l’exemple de cette figurine d’Attis dansant23. Est-ce accidentel ou bien intentionnel ? Quoi qu’il en soit, cette technique mixte de figurine en argile et en plâtre est bien une spécificité propre aux ateliers de Tarse. Elle se fait peut-être l’écho d’une pratique que des ateliers coroplathiques de Mésopotamie proches de la Cilicie employaient également24.

Fig. 8. Attribut rapporté et bouchage en plâtre autour d’une main droite tenant une hampe (mission de fouilles de Tarsus-Gözlükule) © Isabelle Hasselin Rous

Fig. 8. Attribut rapporté et bouchage en             plâtre autour d’une main droite tenant une hampe (mission de             fouilles de Tarsus-Gözlükule) © Isabelle Hasselin Rous

4. La mise en couleur des figurines

  • 25 Tarse 67, Louvre. Voir Besques, 1972, p. 296, D 2417, pl. 370 b.

21La texture presque soyeuse de l’argile des figurines de Tarse n’a peut-être pas toujours été propice à la bonne adhérence et conservation de la polychromie apposée dessus. Une figurine d’enfant à l’oie du Louvre illustre bien cet aspect presque poli de l’argile25. Les artisans utilisaient des pigments naturels pour colorer les figurines. Ces pigments étaient apposés le plus souvent sur une préparation blanche mais ils pouvaient l’être aussi directement sur l’argile.

  • 26 S 3354, Louvre. Ibid., p. 370, D 3239, pl. 208 o. V.

22À Tarse, on remarque que les figurines ont souvent une couche de préparation blanche très épaisse sans doute pour permettre une meilleure adhérence de celle-ci sur l’argile. Une tête de satyre du Louvre (fig. 4f) montre cette épaisse préparation blanche sur laquelle ont été apposés des pigments roses sur les chairs débordant assez largement sur la chevelure qui comporte des pigments rouges26. Il est fréquent d’observer des débordements assez larges dans la pose des couleurs ou une pose à grand trait, sans grand soin de telle ou telle couleur. Il semble que l’effet polychrome l’emportait sur le soin à apposer strictement les couleurs sur les bons motifs. L’habileté du peintre de figurines variait peut-être aussi.

  • 27 Inédite. Hasselin Rous, 2019, p. 96, fig. 13.
  • 28 Tarse 114, Louvre. Voir Besques, 1972, p. 271, D 2150, pl. 339 b.
  • 29 Mission de fouilles de Tarsus-Gözlükule. Inédit.
  • 30 Idem. Inédit.

23Les couleurs à Tarse sont toujours très chatoyantes avec des assemblages parfois très contrastés d’une couleur disposée à côté d’une autre. C’est le cas d’une tête de Dionysos conservée à Tarse (fig. 7)27 montrant un visage couvert de rouge vif et portant une couronne de feuilles de lierre peinte en bleu égyptien. Les lèvres montrent une touche de rose et la préparation blanche sous-jacente ressort sur la couronne. Certaines couleurs plus rares comme l’orange sont présentes sur le manteau d’une Aphrodite du Louvre28. Le rose de garance est fréquent sur les figurines. Un fragment de bras d’un Dionysos29 est un bel exemple de cette juxtaposition de couleurs vives : rose sur l’himation, jaune sur la main et le canthare, bleu égyptien dans le creux près de la main et noir sur la pomme de pin. Le noir apparaît également parfois utilisé curieusement comme sur les lèvres d’un masque comique30 et le contour des narines, ou rehaussant le dessus des paupières avec des glandes lacrymales peintes en bleu égyptien (fig. 9).

Fig. 9. Restes de polychromie sur un masque fragmentaire (mission de fouilles de Tarsus-Gözlükule) © 2019/ Isabelle Hasselin Rous

Fig. 9. Restes de polychromie sur un masque           fragmentaire (mission de fouilles de Tarsus-Gözlükule) © 2019/           Isabelle Hasselin Rous
  • 31 Tarse 64, Louvre. Voir Besques, 1972, p. 284, E/D 2297, pl. 354 h.

24La restauration menée par Frédérique Berson d’une figurine d’Attis dansant du Louvre31 a révélé l’usage sur la chair d’Attis d’une sorte de résine de couleur brune sur laquelle des restes de blanc et de jaune ont été posés (fig. 10). Le fond réservé entre le bras et la tête et sur l’himation montre une peinture rouge posée directement sur l’argile et créant ainsi un contraste de couleur fort. Cette couche résineuse brune a pu être observée sur plusieurs têtes d’Héraclès notamment et semble propre à rehausser des chairs masculines. Il reste à déterminer sa composition. Le revers de cet Attis dénué de toute polychromie, est aussi très caractéristique de la manière dont les artisans de Tarse apposaient la couleur. La plupart du temps, seule la face était peinte et le revers ne l’était pas. Ceci indique bien que seule la vue de face comptait pour être peinte et était donc la seule visible vraisemblablement. Le revers étant lisse la plupart du temps, il n’y avait donc pas d’intérêt à le peindre.

Fig. 10. Attis dansant aux chairs couvertes d’une résine brune (Louvre, Tarse 64) © 2020/ Isabelle Hasselin Rous

Fig. 10. Attis dansant aux chairs couvertes           d’une résine brune (Louvre, Tarse 64) © 2020/ Isabelle Hasselin           Rous
  • 32 Hasselin Rous et al., 2009, p. 192, 193, 197, n° 115.
  • 33 Voir son article dans ce même volume.

25Enfin, la dorure comme la glaçure n’ont été que rarement employées sur les figurines de Tarse, la glaçure plombifère ayant très largement été utilisée en revanche pour la vaisselle romaine en terre cuite dont les formes imitaient l’argenterie32. Des traces d’étain ont pu par contre être observées par Yannick Vandenberghe sur des détails ornementaux de figurines33.

26Si toutes ces observations techniques opérées à l’œil nu permettent de conclure à des spécificités propres aux ateliers de Tarse, nous souhaitons les conforter par les études technologiques menées par les ingénieurs du Centre de recherche et de restauration des musées de France et dont les résultats suivent.

  • 34 Voir les résultats dans la partie III : Vandenberghe, Bouquillon, Doublet, Mai (...)

27Un corpus de 22 figurines leur a été confié dont plus de la moitié sont presque entières, fait assez rare dans la collection du musée du Louvre où la plupart des figurines se réduisent aux seules têtes conservées. Chronologiquement, ce corpus est représentatif de la production des figurines à Tarse entre le iie siècle av. J.-C. et le iie siècle apr. J.-C. Typologiquement, cette sélection a voulu illustrer au mieux l’ensemble des représentations iconographiques attestées sur ce site, qu’il s’agisse des divinités (Aphrodite, Éros, Dionysos et son thiase de satyres, Tyché, Attis), du cycle héroïque d’Héraclès si développé dans la cité (CA 1984, Tarse 293, 301), de scènes de genre tel que l’enfant à l’oie (Tarse 67), de femmes notamment sous la forme de portrait en buste (Tarse 132, 416, 347a), ou encore des masques de théâtre (Tarse 551). Enfin, le choix des figurines a également pris en compte l’état de conservation de leur polychromie et la présence d’un mortier blanc, afin d’effectuer l’analyse des matières colorantes et de ce matériau, très souvent observé sur la production de Tarse34.

Haut de page

Bibliographie

Besques, S., 1972, Catalogue raisonné des figurines et reliefs en terre cuite grecs, étrusques et romains ; époques hellénistique et romaine, Grèce et Asie mineure, t. III.

Burkhalter, F., 1992, Moulages en plâtre antiques et toreutique alexandrine, Alessandria e il mondo ellenistico-romano. Studi in onore di Achille Adriani, Rome, p. 334-347.

Goldman, H., 1950, Excavations at Gözlü Kule, Tarsus. Volume I: The Hellenistic and Roman Periods, Princeton.

Hasselin Rous, I., 2016, Du voyage exploratoire à la fouille archéologique : l’exemple de deux missions françaises en Anatolie, Périples anatoliens, xixe siècle, catalogue de l’exposition à la Fondation Arkas, Izmir, 07/09/2016-18/12/2016, Izmir, p. 132-149.

Hasselin Rous, I., 2019, Les figurines en terre cuite de Tarse en Cilicie à l’époque romaine impériale, Anatolia Antiqua, XXVII, p. 89-107.

Hasselin Rous, I., Laugier, L. et Martinez J.-L., (dir.), 2009, D’Izmir à Smyrne. Découverte d’une cité antique, catalogue de l’exposition au Musée du Louvre, Paris.

Hasselin Rous, I. et Yalçɩn, S. 2018, The Roman city of Tarsus and its terracotta Figurines, Les carnets de l’ACOST, [En ligne], 18 | 2018, en ligne depuis le 10 avril 2018, consulté le 20 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/acost/1258 ; DOI : 10.4 000/acost.1258, p. 1-23.

Kassab Tezgör, D., 1998, Les figurines de plâtre du musée gréco-romain d’Alexandrie, dans J.-Y. Empereur (éd.), Commerce et artisanat dans l’Alexandrie hellénistique et romaine, BCH suppl. 33, Athènes, p. 355-365.

Seif El-Din, M. 1998, The Gayer-Anderson Collection of plaster moulds in the Graeco-roman Museum of Alexandria, dans J.-Y. Empereur (éd.), Commerce et artisanat dans l’Alexandrie hellénistique et romaine, BCH suppl. 33, Athènes, p. 166-204.

Haut de page

Notes

1 Voir à propos de l’historique des fouilles : Hasselin Rous, 2019, p. 90-93.

2 Voir Besques, 1972, p. 269.

3 Goldman, 1950, p. 382, 383, fig. 254.

4 Anthologie Palatine, 7, 491 (éd. P. Walz, tr. E. Des Places, M ; Dumitrescu, H. Lemaitre, G. Soury, Paris, C.U.F. V, 1941, p. 65).

5 Hasselin Rous, 2019, p. 95, fig. 11.

6 Voir l’article de Burkhalter, 1992, p. 346, 347 dans lequel elle évoque l’existence dès l’époque hellénistique de l’usage du moulage en plâtre en particulier pour la toreutique. M. Seif El-Din présente aussi dans son article de 1998 des moules en plâtre de figurines hellénistiques, p. 180 s.

7 Inédite. Citée dans les carnets de fouilles conservés au Bryn Mawr College.

8 Inédite.

9 Inédite.

10 Hasselin Rous, 2019, p. 94, fig. 7.

11 Base noire inédite, mission de fouilles de Tarsus-Gözlükule. Pour d’autres exemples de figurines ayant conservé leur haute base, voir Goldman, 1950, p. 310, n° 14 (Inv. 35-1275 et 3561296) et p. 329, n° 148 (Inv. 35-1207), fig. 213 et 226.

12 Hasselin Rous, 2019, p. 94, fig. 8.

13 Ibid., p. 94, fig. 9.

14 Inv. 38-1024. Inédite, mission de fouilles de Tarsus-Gözlükule.

15 Tarse 90, Louvre. Voir Besques, 1972, p. 297, E/D 2426, pl. 370 i.

16 Tarse 523, Louvre. Ibid., p. 298, E/D 2435, pl. 371 b.

17 Voir à propos des figurines en plâtre gréco-romaines d’Égypte l’article de D. Kassab Tezgör, 1998, p. 363, 364.

18 Tarse 531, Louvre. Voir Besques, 1972, p. 348, E/D 2994, pl. 428 g.

19 Tarse 190, Louvre. Inédit.

20 Tarse 293, Louvre. Voir Besques, 1972, p. 332, E/D 2853, pl. 410 f.

21 Tarse 315, Louvre. Ibid., p. 300, D 2453, pl. 374 a. Voir, dans ce même volume, l’article de J. Abbou et Cl. Bernard.

22 Inédite.

23 Besques, 1972, p. 283, D 2293, pl. 354 f.

24 Voir Kassab, op. cit. n. 17.

25 Tarse 67, Louvre. Voir Besques, 1972, p. 296, D 2417, pl. 370 b.

26 S 3354, Louvre. Ibid., p. 370, D 3239, pl. 208 o. V.

27 Inédite. Hasselin Rous, 2019, p. 96, fig. 13.

28 Tarse 114, Louvre. Voir Besques, 1972, p. 271, D 2150, pl. 339 b.

29 Mission de fouilles de Tarsus-Gözlükule. Inédit.

30 Idem. Inédit.

31 Tarse 64, Louvre. Voir Besques, 1972, p. 284, E/D 2297, pl. 354 h.

32 Hasselin Rous et al., 2009, p. 192, 193, 197, n° 115.

33 Voir son article dans ce même volume.

34 Voir les résultats dans la partie III : Vandenberghe, Bouquillon, Doublet, Maigret.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Couleur de l’argile de Tarse: détail d’une figurine d’Aphrodite (CA 28, Louvre)© 2016 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/26375/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Fig. 2. Moule en plâtre d’une sirène grotesque (Goldman 633) © 2019/ Isabelle Hasselin Rous
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/26375/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 589k
Titre Fig. 3. Billes d’argile témoignant de l’usage d’un moule en plâtre sur une tête d’enfant (raté de fabrication?) (T 105, mission de fouilles de Tarsus-Gözlükule, inédite) © 2019/ Isabelle Hasselin Rous
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/26375/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 417k
Titre Fig. 4. Valve de revers lisse d’un moule de figurine et tenon de préhension (inv. 698, mission de fouilles de Tarsus-Gözlükule) © 2019/ Isabelle Hasselin Rous
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/26375/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 410k
Titre Fig. 5. Détail d’une base peinte en noir d’une figure masculine debout (mission de fouilles de Tarsus-Gözlükule) © Isabelle Hasselin Rous
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/26375/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 433k
Titre Fig. 6. Aphrodite portant Éros à l'avers brisé (Inv. 38-1024, mission de fouilles de Tarsus-Gözlükule) © 2019/ Isabelle Hasselin Rous
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/26375/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 349k
Titre Fig. 7. Relief en plâtre de femme drapée, ménade (?)(Tarse 190, Louvre) © 2020/ Isabelle Hasselin Rous
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/26375/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 603k
Titre Fig. 8. Attribut rapporté et bouchage en plâtre autour d’une main droite tenant une hampe (mission de fouilles de Tarsus-Gözlükule) © Isabelle Hasselin Rous
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/26375/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 334k
Titre Fig. 9. Restes de polychromie sur un masque fragmentaire (mission de fouilles de Tarsus-Gözlükule) © 2019/ Isabelle Hasselin Rous
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/26375/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Titre Fig. 10. Attis dansant aux chairs couvertes d’une résine brune (Louvre, Tarse 64) © 2020/ Isabelle Hasselin Rous
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/26375/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Hasselin Rous, « Les figurines de Tarse. Partie I.
Contexte historique et spécificités techniques »
Pallas, 121 | 2023, 99-112.

Référence électronique

Isabelle Hasselin Rous, « Les figurines de Tarse. Partie I.
Contexte historique et spécificités techniques »
Pallas [En ligne], 121 | 2023, mis en ligne le 07 mars 2024, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/pallas/26375 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pallas.26375

Haut de page

Auteur

Isabelle Hasselin Rous

Conservatrice du patrimoine
Centre des Monuments nationaux

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search