Navigation – Plan du site

AccueilNuméros121Per populi nomen (Cic., Flacc., 9...Les dénominations du peuple chez ...

Per populi nomen (Cic., Flacc., 96).
Nommer le peuple romain en latin et en grec
(Ier s. av. – Ier s. apr. J.-C.)

Les dénominations du peuple chez les commentateurs de Tacite à la Renaissance

Naming the Roman People in Neo-Latin Commentaries to Tacitus
Isabelle Cogitore
p. 253-268

Résumés

Une édition de 1608 des Annales de Tacite, présentant les commentaires de Juste Lipse, ainsi que de 21 commentateurs qui l’ont précédé, sert ici de base pour une enquête préliminaire sur la façon dont les différentes dénominations du peuple par Tacite sont perçues au xvie siècle. Cette enquête se concentre sur les passages comprenant les termes populus, plebs, uulgus employés par Tacite : grâce à un site internet en construction, il a été possible de choisir les passages les plus significatifs pour s’interroger sur l’éventuel sens politique des commentaires de la Renaissance.

Haut de page

Texte intégral

1Les réflexions sur les multiples dénominations du peuple peuvent gagner à un pas de côté, en l’occurrence grâce à l’étude des commentaires écrits à la Renaissance sur les Annales de Tacite. En effet, si les désignations du peuple par l’historien latin offrent déjà un beau sujet d’étude, traité dans ce volume par Louis Autin pour les Histoires, il est intéressant de voir comment les commentaires des siècles postérieurs ont réagi à cette diversité. On peut ainsi ouvrir des pistes de réflexion sur la transmission des idées politiques sur le long terme.

  • 1 Claire, 2012, p. 115-128 ; 2022, p. 35-43.
  • 2 Claire, 2022 en fait la démonstration pour ce qui concerne Marc Antoine Muret et sa place (...)
  • 3 En 1574, 1581, 1585, 1588, 1589, 1595, 1600 et 1607.
  • 4 Taciti et C. Velleii Paterculi scripta quae exstant, recognita, emaculata. Additiq (...)
  • 5 Voir http://tacitus.elan-numerique.fr/index.php, site en constante évolution, avec l’aide (...)

2Comme on sait, la redécouverte de Tacite au xve siècle est d’abord passée par un stade où l’établissement du texte a été fondamental1 ; puis les commentaires se sont ouverts à d’autres questions, historiques, géographiques, prosopographiques, etc.2. Avec Juste Lipse et ses éditions successives de Tacite3, les commentaires gagnent en variété, en traitant tous les sujets qui intéressent le philologue – et ils sont nombreux. Dans une édition de 16084, très diffusée en Europe, les œuvres de Tacite sont accompagnées des commentaires de Lipse, placés directement sous le texte, ce qui montre leur importance, mais aussi de commentaires de ses prédécesseurs, placés plus loin dans l’édition et non sous le texte. Cette édition majeure a été choisie comme base d’une édition électronique5 qui permet des recherches renouvelées, comme pour le point que j’aborde ici, c’est-à-dire la façon dont les commentateurs de Tacite à la Renaissance réagissent face aux façons de désigner le peuple dans les Annales.

  • 6 La recherche sera possible en partant des textes des commentateurs, une fois que tous sero (...)

3En partant des occurrences des trois termes le plus couramment utilisés par Tacite pour désigner le peuple, populus, plebs, uulgus, j’ai réuni les commentaires que Juste Lipse ou ses prédécesseurs présents dans l’anthologie de 1608 ont écrits sur ces passages et procédé à des analyses sur le corpus ainsi réuni. Une première remarque méthodologique s’impose ici : ma démarche part de Tacite et non de ses commentateurs ; cela signifie que si un commentateur parle du peuple dans un commentaire qui ne se rapporte pas à un passage où Tacite emploie un des trois mots-clés, c’est-à-dire s’il fait preuve d’autonomie par rapport au texte de Tacite et poursuit par exemple une pensée politique propre, ce mode de dépouillement ne le fait pas apparaître6. Il faut donc rester prudent et tenir compte de ce biais. Autre biais méthodologique important : pour cette étape de l’enquête, je n’ai pris en compte que le début des Annales, pour deux raisons : tout d’abord pour sa cohérence historique et le poids accordé au règne de Tibère par Tacite ; ensuite parce que le site internet qui sert de base à cette recherche ne comporte, pour le moment, que des commentaires aux trois premiers livres : le site a en effet été conçu comme un terrain d’expérimentation volontairement limité, de façon à arriver assez vite à un outil dont les modalités puissent être testées pour être ensuite appliquées à l’ensemble de l’œuvre de Tacite. De ce fait, j’ai, grâce au site internet, mené l’enquête sur les termes sélectionnés, chez les commentateurs déjà encodés pour le site, et j’ai ensuite complété par un dépouillement plus classique, en lisant tous les commentaires (non encodés encore) aux livres 4 à 6, ce qui, de fait, m’a permis de vérifier la validité et l’utilité du site et de son outillage, ne serait-ce que par le gain de temps qu’il rend possible. Enfin, et toujours sur un plan méthodologique, j’ai choisi de présenter ici des analyses et non une synthèse, pour les raisons énoncées ci-dessus, mais aussi pour ouvrir plus nettement la voie à de nouvelles interrogations. Travailler sur les textes antiques et leurs commentaires à la Renaissance amène, de manière pour ainsi dire essentielle, à laisser ouvertes le plus grand nombre de pistes possible.

Texte 1

Tacite, Annales, 1.1.2 : Sed ueteris populi Romani prospera uel aduersa claris scriptoribus memorata sunt.

  • 7 De manière générale, les sources classiques sont ici citées selon les éditions et ave (...)

4Le texte, ici cité selon l’édition de la CUF7, prend place au tout début de l’œuvre, après les splendides phrases qui résument l’histoire de Rome depuis sa fondation et la succession des hommes de pouvoir à sa tête, jusqu’à l’accession d’Auguste à l’empire, qui cuncta, discordiis ciuilibus fessa, nomine principis sub imperium accepit « qui recueillit le monde, fatigué des discordes civiles, sous son pouvoir suprême en prenant le nom de prince ». Le contexte est donc entièrement tissé de lexique politique. La phrase retenue pour notre corpus s’attarde alors sur les conditions d’écriture de l’histoire à Rome et permet à Tacite de s’inscrire dans ce mouvement, qui aboutit à l’affirmation d’une écriture revendiquée comme impartiale, sine ira et studio, « sans colère ni faveur ». Cette histoire, inscrite dans les mémoires, composée d’événements heureux ou malheureux, prospera uel aduersa, est celle du « vieux peuple romain », ueteris populi Romani. L’adjectif uetus sert à désigner le passé sans le définir précisément et semble ainsi faire référence à la longue série de péripéties que la phrase précédente a énumérées.

  • 8 Marcus Vertranius Maurus a édité Tacite en 1569.

5Mais la désignation du peuple pose problème, comme on le voit au fait que l’édition de 1608 donne une lecture, ueteris reip. prospera uel aduersa, qui n’est pas celle retenue par la CUF. Juste Lipse indique que cette proposition vient de Vertranius8 lequel a interverti les deux lettres p.r habituellement lues ici et correspondant à p(opuli) R(omani) :

  • 9 LIPS_1.16 est la référence, sur le site Tacitus on line, pour le commentaire n° 16 de (...)

LIPS_1_169 : Ita Vertranio placitum, traiectis notis, quae uulgo, p.r.

« C’est ce que Vertranius a choisi, en inversant les lettres, qui sont habituellement p.r. »

  • 10 Toutefois, si l’édition de 1608 choisit ueteris reip., elle porte en marge gauche, le (...)
  • 11 Je respecte ici l’alternance entre italiques et romain telle qu’on la trouve dans l’é (...)

Juste Lipse ne prend pas nettement parti, mais semble se rallier à la lecture de Vertranius10. Il convient donc de remonter un peu en arrière et de regarder plus en détail le commentaire de Vertranius11 :

Vert_1.3 : Non solet populus uetus aut nouus dici, qui semper idem est, ut Alfenus lib. VI. Digestorum suorum scripsit : contra, uetus, noua respublica dicitur Velleio et Tacito, ob eam quae retinetur, aut mutatur forma ciuitatis. Quamobrem scripserim hoc in loco, ueteris reipubl. Estque in autoribus huiuscemodi peccatum frequens. De caeteris apud Senecam suasoriam VI. libri omnes habent, Quis non hoc populi Romani statu Ciceronem ut uiuat cogi putat ? ubi scribendum, Quisnam hoc reipublicae statu. Similia quoque alii tam in Cicerone, quam in Liuio obseruauerant. Nos consimile peccatum in Valerio notamus, et libro Memorabilium VI. titu. IV. ubi Scipio Aemilianus dixit, se ex maiestate reipublicae omnia gesturum : imo uero dixit ex maiestate populi Romani : quod haec uerba Romanis solennia essent, illa nusquam usurpata reperiantur. Et enim e literis R.P. significata Republica, facile fuit notarum ordinem inuertere, hoc modo, P.R. quo facto insecutum est, ut pro republica nomen populi Romani exscriptores sine dolo malo subiecerint.

« Habituellement on ne dit pas populus uetus ou nouus, puisqu’il est toujours le même, comme l’a écrit Alfenus au livre 6 de ses Digestes ; en revanche on dit uetus, noua respublica chez Velleius et Tacite, en raison de la forme de gouvernement qui change ou demeure. C’est pourquoi j’écrirais volontiers ici ueteris reipubl. Et c’est une erreur courante chez les auteurs. Du reste, tous les livres donnent chez Sénèque, Suasoires, VI, Quis non hoc populi Romani statu Ciceronem ut uiuat cogi putat ?, où il faut écrire : Quisnam hoc reipublicae statu. D’autres avaient observé semblables faits aussi bien chez Cicéron que chez Tite Live. Nous-même, nous avons remarqué cette erreur chez Valère Maxime, au livre VI de ses Faits et Gestes remarquables, chapitre IV, où Scipion Émilien dit : se ex maiestate reipublicae omnia gesturum. Il aurait dû dire ex maiestate populi Romani ; parce que ces mots étaient solennels pour les Romains, ils ne sauraient être employés à tort. Et en effet, comme les lettres R.P. désignent la République, il était facile d’inverser l’ordre des lettres, pour donner P.R., de sorte qu’à republica les copistes ont substitué le nom populus Romanus,sans penser faire erreur. »

6Vertranius écarte ici la lecture populi pour des raisons qu’on peut dire logiques, l’adjectif uetus ne se rencontrant pas avec ce substantif, alors qu’on trouve des exemples de son accord avec le substantif res publica. Selon lui, la confusion est fréquente et facile entre les lettres p.R., populus Romanus et r.p., res publica, comme il le montre par des exemples avant de conclure que c’est ici le cas.

  • 12 Alfenus, dont on sait peu de choses, est un des élèves du juriste Sulpicius Rufus ; p (...)
  • 13 Picchena p. 275 : sed ueteris reipubl.prospera uel aduersa, etc] Iulius Salierus C. (...)

7On constate que la question qui agite Vertranius et que reprend Lipse est celle de la correction du texte de Tacite. La réflexion est typique des philologues qui, pour appuyer une hypothèse, ici la leçon reip(ublicae), cherchent chez d’autres auteurs les usages de ce mot et tentent de trouver des parallèles. Le recours à une autorité, iciAlfenus12, ainsi que la recherche d’expressions proches, présentées comme plus légitimes, tend à montrer que la confusion (peccatum) est possible, mais qu’il faut la corriger. La question ressort dans le commentaire de Picchena13 qui se fonde sur sa lecture du manuscrit pour aller contre Vertranius et affirme avoir lu le mot populus moins abrégé ; il est le seul des trois à avoir consulté le seul manuscrit connu alors des Annales ; sa démarche est donc sensiblement différente, même si la question qui reste centrale pour les trois est d’établir le texte.

8Or, pour notre réflexion sur la dénomination du peuple, il faut bien reconnaître que la question d’une équivalence de sens entre res publica et populus n’est à aucun moment posée. Les deux termes sont considérés comme interchangeables, et peu importe s’ils ne désignent pas exactement la même chose, ou pas sous la même lumière. Le substrat politique de chacune des désignations n’est pas pris en compte. Peut-être peut-on justifier cela par la prise en compte du temps long, si on donne à l’adjectif uetus un empan chronologique assez large pour couvrir toute l’histoire de Rome depuis sa fondation, telle qu’elle vient d’être survolée par Tacite. La saturation en lexique politique des phrases précédentes, avec les mots reges, potestas, dominatio, potentia, imperium a pu aussi contribuer à créer un brouillage, au profit de réflexions tournées vers l’établissement du texte.

Texte 2

Tacite, Annales, 1.2.1: consulem se ferens et ad tuendam plebem tribunicio iure contentum, ubi militem donis, populum annona, cunctos dulcedine otii pellexit…

  • 14 Gadja, 2009, p. 265-266 souligne la fascination générale pour ces premiers paragraphe (...)
  • 15 La traduction est ici personnelle.
  • 16 Sur le style de Tacite, les indications données par Hellegouarc’h 1991 restent valabl (...)
  • 17 Voir Virlouvet, 1985 (particulièrement le tableau p. 56 sur les désignations des émeu (...)

9Situé luiaussi au tout début des Annales14, ce passage s’inscrit dans l’immense phrase à rebonds qui énumère les événements entre 43 et 27 av. J.-C. ; Tacite détaille ici les étapes de la prise de pouvoir d’Auguste, « se présentant comme consul et comme satisfait du pouvoir tribunicien pour protéger la plèbe, quand il séduisit les soldats par des largesses, le peuple par des distributions de vivres, tout le monde par la douceur de la paix »15. Le passage, toujours central dans les réflexions actuelles sur la nature du pouvoir augustéen, associe pouvoir du consul et puissance tribunicienne, c’est-à-dire le pouvoir qui, sous la République déjà, était destiné à défendre la plèbe et était exercé par les tribuns de la plèbe. Or, la phrase de Tacite combine ici le mot plebs, dans ad tuendam plebem, et le mot populus dans l’énumération tripartite des groupes qu’Auguste séduit par différents moyens : soldats, peuple, et « tous », cunctos. Plusieurs problèmes se posent, devant la densité de cette phrase. Premier point, il est difficile de savoir si cunctos englobe les deux groupes précédemment cités, les soldats et le peuple, ou s’il désigne encore plus largement tous les habitants du monde romain. L’effet de style dans ce rythme ternaire est ici très puissant16, mais aux dépens de la précision du sens. Autre problème : la phrase est si complexe qu’il est impossible de savoir si l’apposition ferens qui gouverne deux attributs du complément d’objet se, consulem et contentum, peut se rapporter à la même période chronologique que la proposition temporelle introduite par ubi, alors que la précision chronologique aurait pu être un indice pour savoir si plebs et populus se recoupent ici. La présence de plebs dans le syntagme qui définit l’objectif de la puissance tribunicienne, ad tuendam plebem, est logique, du fait du vocabulaire institutionnel. L’usage de populus quand il est question de l’annone pose d’autres questions17.

  • 18 VERT_1.5 : Caesar Octauius Triumuiratum Reipubl. Constituendae annis decem administra (...)
  • 19 LVP_1.1 : Appianus scribit Augustum misisse ad Ciceronem, ut pro se peteret Consulatu (...)

10Dans l’édition de 1608, Vertranius18 et Lupanus19 commentent le passage, et même assez longuement, mais sans accorder le moindre intérêt à ces diverses désignations ; tous deux s’intéressent là à des questions historiques, mais pas aux désignations du peuple. On peut, pour résumer leur position, dire qu’ils ne s’intéressent pas au peuple, mais au pouvoir qui s’exerce sur lui. Ainsi Vertranius termine son commentaire par : Octauius ob aliud quiduis potius ius illud recepit, quam ut plebem tueretur : « Octave en raison de quelque autre droit a reçu celui de protéger la plèbe ».

11Juste Lipse quant à lui enrichit son commentaire en citant Aurelius Victor qui transcrit à sa façon, plus directe et peut-être plus critique aussi, l’idée de Tacite :

LIPS_1.13 : Respexit huc Victor cum de eodem Augusto scripsit: Illectis per dona militibus, atque annonae curandae specie uulgo, ceteros haud difficulter subegit.

« Victor a pensé à ce passage quand il écrit à propos d’Auguste [Caes. 1] : Illectis per dona militibus, atque annonae curandae specie uulgo, ceteros haud difficulter subegit. »

  • 20 Voir toutefois Autin, 2019, p. 71-73 sur uulgus comme « foule politique » sans que le (...)

12Plus critique peut-être que Tacite, dans la mesure où l’emploi de specie, « sous l’apparence de soin accordé à l’annone » peut marquer une prise de distance, Aurelius Victor emploie pour désigner le peuple le terme uulgus, et introduit aussi une variation en recourant à ceteros là où Tacite employait cunctos. Vulgus contre populus, ceteros contre cunctos : Aurelius Victor interprète Tacite et force le trait, pourrait-on dire, s’il faut donner à uulgus une connotation péjorative20 et que ceteros désigne la totalité de ceux qui se sont laissés prendre au rêve augustéen.

  • 21 La question des citations est centrale pour la pratique du commentaire humaniste, voi (...)
  • 22 C’est ici que le site Tacitus on line prouve son utilité, puisqu’il est par exemple p (...)

13Mais, notons-le, Juste Lipse ne commente pas cette citation. Il pratique très largement l’art de la citation dans ses commentaires, allant chercher des textes variés, d’historiens, de juristes, de poètes, latins et grecs21 ; mais il est bien rare qu’il pousse la démonstration jusqu’à indiquer à son lecteur ce qu’il doit retirer des textes cités comme parallèles au texte commenté. Les citations ont la fonction de portes ouvertes pour la réflexion du lecteur averti, elles ne sont ni un cours ni une démonstration. Est-ce pour cela que Lipse ne commente pas la variation de vocabulaire introduite par Aurelius Victor ? Dès lors, quelle fonction a cette citation22 ? Pour le passage en question, on peut proposer l’hypothèse que Lipse a pu vouloir souligner, grâce à la citation d’Aurelius Victor, une montée d’Auguste vers le pouvoir, plus brutale que ne le formulent les termes employés par Tacite. La pensée politique de Lipse transparaîtrait ainsi discrètement, à travers l’usage des citations. Mais cette hypothèse est fragile et mériterait d’être envisagée sur l’ensemble du corpus des citations… Au niveau de ce que les commentaires donnent à lire sur ce passage, les différences de sens entre plebs, populus, uulgus ne sont pas commentées, laissant ici aussi entrevoir un éventuel manque d’intérêt pour ce point.

Texte 3

Tacite, Annales, 1.8.2 : Legata non ultra ciuilem modum, nisi quod populo et plebi quadringenties tricies quinquies, praetoriarum cohortium militibus singula nummum milia, <urbanis quingenos>, legionariis aut cohortibus ciuium Romanorum trecenos nummos uiritim dedit.

« Ses legs ne dépassaient pas le niveau d’un simple citoyen, si ce n’est qu’il donna au peuple et à la plèbe quarante-trois millions cinq cent mille sesterces, à chaque soldat des cohortes prétoriennes mille, <aux cohortes urbaines cinq cents>, aux légionnaires et aux cohortes de citoyens romains trois cents par tête. »

  • 23 Cette difficulté est d’ailleurs traitée par Alciat dans son commentaire (ALC_1.1).

14Le contexte est celui de la mort d’Auguste, lors de la lecture de son testament devant le Sénat. La question est rendue complexe par les chiffres employés, fort élevés23, et par un texte qui, très probablement, comporte une lacune que l’édition de la CUF restitue en se fondant sur les passages de Suétone Aug.101 et Dion Cassius 56.32.2 renvoyant au même épisode.

15Juste Lipse commente ainsi (LIPS_1.57) :

Video placere uiro docto, emendari e Suetonio: populo et plebi CCCC. tribubus XXXV. Vt intelligamus, ait, praeter quadrigenties legatum populo, etiam in singulas tribus centena millia relicta esse. Haereo: et e uulgatis Taciti uerbis eruo bonum sane sensum. Coniunctim scilicet extulit noster, quae magis distincte Tranquillus. Ea tamen eius mens, ut populo legatum sit quadringenties, tribubus siue plebi XXXV. Ni esset, non iunxisset duas eas voces, populo et plebi. Sed populus ergo alius a tribubus? Alius, hac quidem in parte. Populo legauit quadrigenties uiritim distribuendum, et καθ’ἕνα tribubus triciesquinquies. id est, corpori tribuum uniuerso. Veluti si collegio legem, et collegis singulis seorsum. Discrimen hoc summamque exactam neglexit Dio, qui satis habet dicere legatum populo CCCC. neglexi uereor et ego, dum in Electis motus haesitatione aliorum tentaui corrigere in Suetonii verbis, tribulibus XXXV.

« Je vois qu’il semble bon à un savant de corriger, à partir de Suétone [Aug.101 “40 millions au peuple et à la plèbe, et aux tribus 3,5 millions” afin que nous comprenions, dit-il, qu’en plus des 40 millions légués au peuple, 100 000 avaient été légués aussi à chacune des tribus. J’hésite, et, à partir des mots connus de Tacite, j’essaie de faire ressortir un sens correct, au moins. Visiblement, notre auteur présente de manière groupée ce que Suétone présente de manière plus divisée. Cependant il est d’avis qu’au peuple ont été légués 40 millions, aux tribus, autrement dit à la plèbe 3,5 millions. Si ce n’était pas le cas, il n’aurait pas réuni les deux mots, populo et plebi. Mais le peuple est-il donc autre chose que les tribus ? C’est autre chose, au moins pour cette partie. Au peuple il a légué 40 millions pour qu’ils soient distribués individuellement, et aux tribus une par une 3,5 millions, c’est-à-dire à l’ensemble du corps des tribus. Comme si je faisais un legs “à un collège” et “à chaque collège indépendamment”. Dion [56.32] a négligé cette distinction et la somme exacte, lui qui se contente de dire 40 millions au peuple. J’ai fait erreur, je le crains, moi aussi, quand dans mes Electa j’ai tenté de corriger les mouvements d’hésitation des autres et de corriger dans les paroles de Suétone en tribulibus 35. »

  • 24 Au point que, sur le site Tacitus on line, nous avons établi une typologie des commen (...)

16Pour notre réflexion ici, l’intéressant est que Lipse se sente en devoir d’expliquer l’association des deux mots populo et plebi par Tacite. Il énonce assez clairement que le peuple, populus, est l’ensemble des citoyens, tandis que la plèbe correspond aux 35 tribus. Mais surtout, la différence est, selon lui, non pas dans la nature ou la composition du groupe (aussi bien peuple que plèbe), mais dans le mode de distribution des sommes : la distribution au peuple s’est faite de manière individuelle, c’est-à-dire citoyen par citoyen, tandis qu’aux 35 tribus, les sommes sont distribuées tribu par tribu, de manière collective. Son commentaire permet donc de comprendre que Tacite donne un total de 43,5 millions, parce que, pour finir, ce sont les citoyens qui reçoivent ces sommes, en partie individuellement, en partie à travers la tribu à laquelle ils appartiennent. On peut en déduire que Lipse écrit ici selon un intérêt pour le fonctionnement des distributions, et pour la définition des groupes. Ce sens pratique, qui transparaît souvent dans ses commentaires24, gouverne sa réflexion, aux dépens peut-être de la réflexion institutionnelle que les modernes que nous sommes attendraient.

  • 25 Vert_1.16 : Augustus ab haeredibus suis multa praedia magnamque pecuniam, plerisq. ho (...)
  • 26 Une enquête serait à mener sur les termes choisis (par l’éditeur ? par le commentateu (...)

17Vertranius de son côté s’intéresse, pour ce passage, au respect ou non de la limite en matière de legs que la loi Falcidia avait imposée25 : ergo ultra modum legis… id legauit Augustus (« Auguste a donc dépassé la limite fixée par la loi […] en faisant ce legs »). Vertranius est, rappelons-le, un juriste ; il a souvent ce regard d’historien du droit, qui cherche à voir l’évolution des lois et leur application. Par ailleurs il reste perplexe sur l’établissement du texte, mais ne commente en rien l’expression populo et plebi. De fait son commentaire est signalé dans l’édition par les mots Legata non ultra ciuilem modo26, ce qui peut signaler son intérêt pour les legs plus que pour la nature du groupe qui reçoit les legs.

18Sur ce passage de Tacite, donc, la démarche des commentateurs est majoritairement philologique, une fois encore, avec, du côté de Juste Lipse, une ouverture un peu plus grande vers les institutions et la pensée de l’historien, quand il s’agit d’expliquer la conjonction des deux mots populo et plebi. Les questions de définition des groupes sociaux intéressent peu nos érudits dans ces commentaires.

Texte 4

Tacite, Annales, 1.41.2 : iam infans in castris genitus, in contubernio legionum eductus, quem militari uocabulo Caligulam appellabant, quia plerumque ad concilianda uulgi studia eo tegmine pedum induebatur.

« […] son enfant né dans le camp, élevé parmi les tentes des légions, qui lui donnaient le nom militaire de Caligula, parce que, pour lui attirer les sympathies de la foule, on lui faisait souvent porter cette chaussure. »

19Le contexte est celui du soulèvement des légions au début du règne de Tibère, lorsque Germanicus est envoyé en Germanie ; accompagné de sa femme Agrippine et de leur plus jeune fils, il est pris à partie par les soldats et décide d’éloigner sa famille pour la mettre à l’abri dans la tribu des Trévires. Cette décision provoque la prise de conscience des mutins, qui énumèrent leurs liens avec Germanicus, son père Agrippa, et son fils Caligula.

20Juste Lipse commente le passage assez longuement, et le commentaire est introduit par ad concilianda uulgi studia :

Lips_1.172 : Ait studia uulgi : militaris scilicet. Nam Tribuni et centuriones dignioresque militum ueste et habitu erant a gregariis distincti, ut alibi dicam acurate. At caliga tegmen uulgi. Infra: Tanquam parum ambitiose filium gregali habitu circumferat, Caligulamque appellari uelit. Non ita plene Dio expressit, qui uertit, ὅτι ἐν τῷ στρατοπέδῳ τὸ πλεῖστον τραφεὶς τοῖς στρατιωτικοῖς ὑποδήμασιν ἀντι τῶν ἀστικῶν ἐχρῆτο ; melius Suetonius, Caligulae cognomen castrensi ioco traxit, quia manipulario habitu inter milites educabatur. Caligatus igitur, manipularis, gregarius, eadem sunt: pro militum plebe, id est qui honorem aut gradum in castris nondum ceperunt. Sueton. in Augusto, cap. XXV. Dona militaria aliquanto facilius phaleras et torques, quidquid auro argentoque constaret, quam uallares ac murales coronas quae honore praecellerent, dabat: has quam parcissime et sine ambitione ac saepe etiam caligatis tribuit. Iurisconsultus, l. IX. De custod. reorum. Qui exercitum accipit, ius animaduertendi in milites caligatos habet. cum exceptione dixit, quia indigniores non habet. Legi in lapide uetusto,
C.OPPIO.C.F.VEL.
OMNIBVS.OFFICIIS.
IN.CALIGA.FVNCTO

Et ab eadem sententia Seneca quinto de Beneficiis scripsit,Marium a caliga ad consulatum peruenisse : id est ab infimis ordinibus. Item Plinius lib. VII. Ventidiuminopem iuuentam in militari caliga tolerasse.Quamquam non abnuam, quin caliga digniorum etiam militum: sed cum discrimine, puta aureis argenteisue clauis distincte.Vnde cum additione speculatoria caliga, apud Suet.etTertullianum.

« Il dit “les sympathies du peuple”, mais assurément il s’agit des soldats. Car les tribuns et les centurions et les soldats gradés se distinguaient des soldats du rang par leur tenue et leur vêtement, comme je l’expliquerai ailleurs en détail. Et la caliga est un élément de la tenue du peuple. Plus bas : [Ann.1.69.4] “comme s’il n’y avait pas assez de brigue à promener le fils d’un général en costume de simple soldat et à désirer pour un César le nom de Caligula”. Dion ne le dit pas aussi nettement, et traduit [57.5] “parce que dans l’armée la plupart des gens se servaient de chaussures militaires au lieu de celles de la ville” ; Suétone dit mieux : [Cal. 9.1] “il dut le surnom de Caligula à une plaisanterie militaire, parce qu’il était élevé au milieu des soldats et portait leur costume”. Caligatus, manipularis, gregarius sont donc synonymes : cela équivaut à la plèbe des soldats, c’est-à-dire ceux qui n’ont encore obtenu aucun honneur ou grade dans le camp. Suétone dans Auguste, chap. 25 : “en fait de récompenses militaires, Auguste décernait beaucoup plus facilement les décorations, les colliers et tous les autres insignes d’or ou d’argent, que les couronnes obsidionales et murales, dont la valeur était purement honorifique. Ces dernières, il les accordait on ne peut plus rarement, sans rechercher la popularité, et souvent même à de simples soldats”. Le jurisconsulte, livre IX, De custode rerum : “qui reçoit le commandement de l’armée a le droit de sévir contre les soldats en caliga”. Il a signalé une exception parce qu’il n’a pas ce droit sur les moins dignes. J’ai lu sur une pierre ancienne : “à Caius Oppius fils de Caius, de la tribu Velina, qui s’est acquitté de toutes ses charges en caliga”. Et semblablement Sénèque a écrit au livre 5 Des bienfaits [5.16] : Marium a caliga ad consulatum peruenisse (“Marius est parvenu au consulat en partant de la caliga”), c’est-à-dire en restant dans les rangs inférieurs. De même Pline, livre 7 [H.N. 7.43], dit Ventidium inopem iuuentam in militari caliga tolerasse (“Ventidius passa sa jeunesse dans le dénuement, chaussé de la caliga militaire”). Cependant je ne refuse pas l’idée que la caliga appartienne aussi à des soldats de plus haut rang ; mais, avec des différences, peut-être des clous d’or ou d’argent. D’où l’expression de caliga speculatoria, avec un adjectif, chez Suétone et Tertullien. »

  • 27 Voir De Landtsheer, 2021, p. 263-283 pour une mise au point sur le De militia, en 200 (...)
  • 28 Cette pratique assez courante m’a amenée à définir, dans la typologie des commentaire (...)
  • 29 Les discours de conciliatio, rattachés au genre délibératif, sont analysés comme type (...)

21Ainsi qu’on le lit, les exemples amenés par Lipse servent à poser l’équivalence caliga/soldat de rang inférieur, qu’il nuance cependant à la fin de son commentaire. Une fois encore, sa réflexion s’articule à un détail concret, ici le type de chaussure, pour en définir la valeur symbolique ; n’oublions que Lipse est l’auteur d’un De militia, énorme somme dont il fait ici la promotion, ut alibi dicam accurate, et qui fait la part belle aux realia, aux marques d’honneurs, aux armes, etc27. En revanche, la question de l’usage des termes plebs et uulgus pour désigner les soldats du rang ne l’amène pas à des réflexions de nature politique, ni à des comparaisons entre le peuple des civils et le peuple des soldats. Lipse ne cite d’ailleurs pas ici les expressions proches studia populi, fauor uulgi, plebis studia, populi amores, présentes notamment au livre 2 des Annales, et qui auraient pu servir de base à un développement sur leurs usages et sens. Une fois posée la phrase d’ouverture du commentaire, Ait studia uulgi: militaris scilicet, Lipse cite les textes, littéraires et épigraphiques, dans lesquels sont mentionnées les chaussures militaires : il donne à voir le matériau qui lui sert à élaborer notamment son De militia, faisant ainsi dialoguer ses œuvres entre elles28. Mais l’approche politique du passage, qui aurait pu être provoquée soit par l’emploi de uulgus, soit par le verbe conciliare29 est inexistante.

Texte 5

Tacite, Annales, 3.6.1 non enim eadem decora principibus uiris et imperatori populo quae modicis domibus aut ciuitatibus

« Car les bienséances n’étaient pas les mêmes pour les grands personnages et le peuple souverain que pour les familles et les cités modestes. »

22Cette réflexion s’inscrit dans le contexte des funérailles de Germanicus, quand ses cendres, rapportées d’Asie par Agrippine, sont portées au tombeau d’Auguste sans que tous les honneurs attendus pour un tel prince soient rendus, ce qui soulève l’indignation du peuple. Tibère rappelle alors par un édit qu’il est temps de sortir du deuil, et que la constance face à la mort est attendue des grands de ce monde. Au sein de l’édit, transmis au style indirect par Tacite, cette phrase est destinée à servir de conclusion avant que Tibère n’intime l’ordre de reprendre les occupations habituelles.

23Le commentaire de Lipse, assez long, est le suivant :

LIPS_3.17 : Sententia commoda. Non eadem decere Principes uiros primoresque in republica, et ipsum Imperatorem ; eadem inquam, quae populum. Huic luctum permitti, at non illis. Plane hoc ipsis Tiberii uerbis quasi expressum uoluit Pedo, illius aeui poeta :

  • 30 Je cite ici le grec tel qu’il est donné dans l’édition qui nous sert de base, selon u (...)

Non eadem uulgusque decent et culmina rerum.
Ennius poeta, apud D. Hieronymum :
Plebs hocce regi antistat ; in loco licet
Lacrimare plebe, regi honeste non licet.
Similia Euripides in Iphigenia, ubi Agammemnon profatur
30:
ἡ δυσγένεια δ´ ὡς ἔχει τι χρήσιμον·
καὶ γὰρ δακρῦσαι ῥαιδίως αὐτοῖς ἔχει
ἅνολβα τ´ εἰπεῖν. Τῷ δὲ γενναίῳ φύσιν
ἅπάντα ταῦτα. Τῷ τ´ ὄχλῳ δουλεύομεν.
Ἐγὼ γὰρ ἐκβαλεῖν μὲν αἰδοῦμαι δάκρυ.
Plebeia sors quam praestat alibi nobili ?
Collacrimare namque iis facile licet,
Et misera fari uerba. Contra, nobili.
Haud facilia ista. Namque plebi non damus,
Ideoque lacrimare uereor et pudet.

At uero in Taciti uerbis, legebam olim : Non enim decora eadem Principibus uiris et imperatori populo. Modicis domibus etc.  Populus imperator et princeps, Romani sunt : ideoque contra, de modicis ciuitatibus mox sequitur. Probat Pichena, sed hoc amplius uellet :  Populo, quae mod. d. a. ciuitatibus. conuenisse etc.

24Lipse développe son commentaire à partir des mots non eadem decora, qu’il qualifie de « maxime utile ». Il glose alors le texte de Tacite puis cite un vers de la Consolatio ad Liuiam, ainsi que deux vers d’Ennius cités par Saint Jérôme (« Diuum Hieronymum » : Lettres, 60.14), et enfin Euripide, traduit en latin. Les citations, de manière cohérente, expriment la même pensée, celle d’une différence selon le rang dans la société, dans la démarche habituelle qui confie aux citations le soin de fonder une interprétation quand le sens peut être obscur ; ainsi s’opposent plebs/rex chez Ennius, plebs/nobilis dans la traduction latine d’Euripide.

25Concernant Euripide, il convient de s’arrêter pour noter un élément important : la traduction latine du grec donne, pour ἡ δυσγένεια, plebeia sors. Il est clair que cette traduction resserre le sens en se fondant sur l’étymologie, puisqu’ensuite τῷ δὲ γενναίῳ est traduit par nobili ; δυσγένεια, par son étymologie commune avec γενναίῳ, a amené à Lipse à chercher ce qui peut être opposé à nobilis et la nuance de difficulté apportée par le préfixe δυς- l’a poussé à traduire par plebeia sors, en donnant à sors une connotation péjorative, ce qui est bel et bien une interprétation. On peut donc dire que, même s’il n’y a pas ici de réflexion politique en bonne et due forme, on devine la pensée sous-jacente que les conditions de vie de la plèbe sont plus difficiles que celles des nobiles. Plus loin dans le même passage, τῷ τ´ ὄχλῳ est d’ailleurs traduit par plebi.

  • 31 Voir Moss, 1998 sur les sententiae dans les Politica.

26Cette première partie du commentaire apporte ainsi, par le biais des citations, des éclairages sur l’opposition entre la plèbe et les élites, qu’elles soient désignées par les termes rex ou nobiles. L’introduction du terme plebs par le biais de la traduction du grec, dans les deux cas que nous venons de voir, là où les deux textes latins cités (Consolation à Livie et Ennius) présentaient les mots uulgus et plebs, nous pousse à penser que Lipse les utilise de manière indifférenciée. Pourtant, on retiendra que malgré l’introduction sententia commoda, Lipse ne trouve point ici matière à ciseler une maxime31.

27La fin du commentaire de Lipse aborde un autre point, un point d’établissement du texte mais qui engage une autre interprétation : « Je lisais jadis chez Tacite : Non enim decora eadem Principibus uiris et imperatori populo. Modicis domibus etc. Le peuple empereur et le prince sont les Romains : et par conséquent, inversement, ce qui suit concerne les petites cités. Picchena est de cet avis, mais voudrait préciser : Populo, quae mod(icis) d(omibus) a(ut) ciuitatibus conuenisse ».

28Ainsi, Lipse accepte ici la dénomination imperator populus, qui est, il faut bien l’avouer, surprenante. Mais il a emporté sur ce point l’adhésion de Picchena, p. 235, qui apporte ce qu’il considère comme des parallèles à cette formulation :

Lipsius legit, imperatori populo, quod uerum existimo. Liuius enim lib.I. in principio, lib.34 et 42 populum Romanum appellat, principem orbis terrarum populum. Suet. in Calig.cap.35. dominum gentium populum. Virg.I. Aen. populum late regem. At idem Lipsius uinclum illud, -que, remouet, quod ego potius leuiter immutarem ac relatiuum, quae, efficerem. Sic itaque totum locum legendum ac distinguendum censeo: non enim eadem decora principibus uiris, et imperatori populo, quae modicis domibus aut ciuitatibus. Conuenisse recenti dolore, luctum, etc. Addo etiam Manuscripti fidem, in quo eandem fere distinctionem postea inueni.

  • 32 Je prends distinguere, distinctio comme des indications de « découpage » de la phrase (...)

« Lipse lit imperatori populo, ce que je crois vrai. En effet, Tite Live au début du livre 1, aux livres 34 et 42 appelle le peuple romain principem orbis terrarum populum. Suétone dans Calig. chap. 35 dominum gentium populum. Virgile. I. Aen. [1.21] populum late regem. Mais le même Lipse supprime la liaison -que, que je préfèrerais changer légèrement pour en faire le relatif quae. C’est pourquoi je pense que tout ce passage doit être lu et ponctué ainsi : non enim eadem decora principibus uiris, et imperatori populo, quae modicis domibus aut ciuitatibus. Conuenisse recenti dolore, luctum, etc. J’ajoute même l’appui du manuscrit, dans lequel j’ai trouvé ensuite à peu près la même ponctuation. »32

29Acidalius de son côté développe sur cette même base (p. 340) :

Lipsius reiecta copula iungit, imperatori populo. Muretus copulam retinet, nec ita uoces iungit, sed insuper aliam inserit, ad hoc exemplum, et imperatores, populoque, quae modicis domibus etc. Vterque recte, neuter satis recte. Etenim iungenda illa imperatori populo, et relatiuum quae non inserendum retenta copula que, sed ex hac ipsa faciendum alterum quae: et totus locus certissima correctione ita scribendus, ita interpungendus : non enim eadem decora principibus uiris, et imperatori populo, quae modicis domibus aut cuitatibus. Conuenisse recenti dolore luctum, et ex moerore solatia ; sed referendum iam animum ad firmitudinem, etc. Opponit principes uiros modicis domibus, imperatorem populum modicis ciuitatibus. Hoc qui non probabit, ille uero uere Morychus. Imperator populus dicitur. Virgilio.

  • 33 Morychus est, dans l’éloge de la folie d’Erasme, un exemple de sot.
  • 34 Je respecte ici la ponctuation aléatoire de l’édition de 1608.

« Lipse, après avoir écarté la copule, associe imperatori populo. Muret garde la copule, et sans associer les deux mots en ajoute un au-dessus, comme ceci : et imperatores, populoque, quae modicis domibus etc. L’un et l’autre ont raison, mais aucun n’a totalement raison. En effet, il faut associer imperatori populo et ne pas insérer le relatif quae tout en gardant la copule -que ; mais il faut tirer de ce mot un deuxième quae : et tout le passage, grâce à cette correction très certaine, doit être écrit et ponctué ainsi : non enim eadem decora principibus uiris, et imperatori populo, quae modicis domibus aut cuitatibus. Conuenisse recenti dolore luctum, et ex moerore solatia ; sed referendum iam animum ad firmitudinem, etc. Il oppose les princes aux maisonnées médiocres, le peuple empereur aux cités médiocres. Celui qui n’approuvera pas cela, est assurément un Morychus33. Le peuple est appelé imperator chez Virgile34. »

  • 35 De fait il déclare dans son adresse au lecteur, en 1581 dans le Liber commentarius : (...)
  • 36 Le colloque Princeps philologorum qui s’est tenu à Grenoble en 2021 (ht (...)
  • 37 Les éditeurs modernes ne s’arrêtent pas davantage sur cette expression, d’après le so (...)

30Ces trois commentaires, Lipse, Picchena, Acidalius, sur imperatori populo portent donc tous sur la lecture et le découpage de la phrase. Or, l’expression imperator populus mérite qu’on s’y attarde car, à ma connaissance, elle est plus que rare et l’enquête que j’ai menée dans toute la littérature latine à l’aide du site PHI Latin Text montre que seules deux autres occurrences se trouvent, toutes deux chez Cicéron. L’une, Dom. 90 : ille populus est, dominus regum, uictor atque imperator omnium gentium est clairement de tonalité emphatique ; l’autre, Rep. 4.7.fgt.8 : nolo enim eundem populum imperatorem et portitorem esse terrarum joue sur une métaphore, là aussi sentie comme une exagération. L’expression est donc rare et d’un emploi délicat. Son emploi chez Tacite aurait pu amener une réflexion des commentateurs, par exemple du fait que ces parallèles sont républicains. Mais Lipse place la discussion au niveau de l’établissement du texte et non de la politique35 : les commentateurs suivants lui emboîtent le pas, fort logiquement, pour entrer dans le mouvement de dialogue qu’on constate fréquemment entre ces érudits36. Ce n’est pas le cas et l’autorité de Tacite, relayée par Lipse, a fait passer le syntagme imperator populus sans question37.

  • 38 Outre le passage de Suétone cité par Picchena, on lit dans la lettre du Pseudo-Sallus (...)

31Les autres rapprochements de populus avec un terme de pouvoir, princeps, dominus, rex,que cite Picchena, trouvent plus d’occurrences38. Mais il est clair que ce point de dénomination n’est pas central dans la réflexion qui est bien davantage, une fois encore, centrée sur l’établissement du texte. Ni réflexion sur la dénomination du peuple ni les pensées politiques qu’elle pourrait susciter ne sont présentes dans ces commentaires.

 

  • 39 Voir Moss, 2002 sur la constitution de recueils de loci communes et la place de Tacite dans (...)

32Pour conclure cette approche, il semble clair que la question des dénominations du peuple et de leurs variations n’attire pas l’attention des commentateurs présents dans l’édition de 1608. Même sur des passages qui présentent les trois termes pris en considération dans cette étude, comme 2.41.3 Sed suberat occulta formido, reputantibus haud prosperum in Druso, patre eius, fauorem uulgi, auunculum eiusdem Marcellum flagrantibus plebis studiis intra iuuentam ereptum, breues et infaustos populi Romani amores, nos commentateurs n’entrent pas en matière. Pas plus que l’expression frappante en 1.29.3 nihil in uulgo modicum ne devient une maxime sous la plume de Lipse39.

  • 40 Comme l’a bien montré Momigliano, 1947, Carlo Pasquali a de son côté proposé une lect (...)
  • 41 Gadja, 2009, p. 259 souligne l’intérêt généralement porté par Lipse au fait monarchiq (...)
  • 42 Fournel, Zancarini, 2009, p. 29 signalent ainsi « le danger de la tyrannie, épouvanta (...)
  • 43 Montaigne, Essais, 3, ch. 8 cité par Momigliano, 1947, p. 100.
  • 44 La bibliographie est sans fin sur ce point capital ; dans les publications récentes, (...)

33On peut certes s’arrêter à l’explication que, nos commentateurs se situant à une période où l’établissement du texte est la question principale, les questions politiques ne viennent qu’au second plan, dans cette anthologie de 1608 du moins40. Toutefois, en lisant l’ensemble des commentaires de Lipse à Tacite, on voit qu’il accepte parfois de se lancer dans des réflexions politiques et on sait par ailleurs, ne serait-ce que par l’usage de Tacite qu’il fait dans les Politica, à quel point la réflexion politique lui est familière. Mais il faut reconnaître que son intérêt se porte sur les princes et les élites, plus que sur le peuple41, comme on le voit aussi chez les autres commentateurs. Le peuple n’est pas un sujet, pour ces grands commentateurs… On peut le comprendre en considérant que beaucoup ont écrit dans des contextes troublés, qui leur faisait craindre l’apparition de tyrannies42. Sans doute aussi faut-il penser que ces commentaires pouvaient être lus comme des miroirs des Princes, ainsi que le souligne Montaigne qui voit dans Tacite une « pépinière de discours éthiques et politiques pour la provision et ornement de ceulx qui tiennent quelque reng au maniment du monde »43. Reste que, sur le bref aperçu proposé à partir des dénominations du peuple, l’importance capitale que prendra le tacitisme ne se décèle pas44.

  • 45 Un point récent sur la prudence nécessaire face aux idées politiques de Tacite, Kapus (...)

34Le peuple n’est donc pas un sujet de réflexion politique pour nos commentateurs, mais leurs commentaires ont malgré tout donné lieu à des développements politiques : ainsi Louis de Beaufort reprend dans La république romaine ou plan général de l’ancien gouvernement de Rome, La Haye 1766, p. 166 le dernier passage que nous avons vu en résumant ainsi la question : « Ce n’est donc pas sans raison que Tacite appelle le peuple romain populus imperator et Virgile populus late rex. Ces épithètes lui conviennent parfaitement, ayant soumis à son empire tant de royaumes et de nations puissantes. Et Cicéron n’outre rien en le qualifiant dominus regum, uictor atque imperator omnium gentium ». Louis de Beaufort, qui accepte la lecture imperator populus, rejoint ainsi Picchena et Lipse, avec les citations de Virgile et Tacite : on peut donc supposer que la lecture des commentaires à Tacite, même s’ils sont principalement orientés vers les questions d’établissement du texte et ne sont pas explicitement politiques, ont été lus « avec un œil politique »45 et utilisés pour appuyer des réflexions qui dépassent l’établissement du texte. La réflexion politique sur la base des textes tacitéens avance ainsi, quelque peu masquée d’abord, et avec plus d’éclat par la suite, sur le terreau si riche que sont les commentaires écrits par ces grands humanistes, au premier rang desquels Juste Lipse.

Haut de page

Bibliographie

Autin, L., 2019, Voix de la foule chez Tacite. Perspectives littéraires et historiques sur la communication collective au début de l’Empire, thèse Université Grenoble Alpes, soutenue le 23 novembre 2019 (publication remaniée à paraître en 2023 à Ausonius sous le titre Sur les lèvres de la foule. Histoire et historiographie des rumeurs tacitéennes).

Bovier, K., 2022, La renaissance de Tacite. Commenter les Annales et les Histoires au xvie siècle, Basel-Berlin.

Claire, L., 2012, Commenter les Annales de Tacite dans la première moitié du xvie siècle : André Alciat, Beatus Rhenanus, Emilio Ferretti, Anabases, 15, p. 115-128.

Claire, L., 2020, Sur quelques évolutions des commentaires aux Annales de Tacite dans les années 1580 : Lipse, Muret, Pasquali, Scotti, dans I. G. Mastrorosa (dir.), Attualizzare il passato. Percorsi della cultura europea moderna fra storiografia e saperi degli antichi, Lecce, p. 249-276.

Claire, L., 2022, Marc-Antoine Muret lecteur de Tacite. Éditer et commenter les Annales à la Renaissance, Genève.

Cogitore, I., 2012, Analyse rhétorique pratique de quelques discours des Annales de Tacite, REL, 90, p. 289-302.

De Landtsheer, J., 2021, Justus Lipsius’ de militia Romana, dans M. Crab et I. François (éd.), In Pursuit of the Muses, The Life and Work of Justus Lipsius, Gand, p. 263-283.

Devillers, O., 2012, Tacite, Annales, I-II. Orientation bibliographique, Vita Latina, 185-186, p. 281-302.

Enenkel, K. A. E., 2014, The Neo-Latin Commentary, dans P. Ford, J. Bloemendal et C. Fantazzi (éd.), Brill’s Encyclopaedia of the Neo-Latin World, Leide-Boston, p. 207-216.

Fournel, J.-L. et Zancarini, J.-C., 2009, La grammaire de la République : langages de la politique chez Francesco Guicciardini (1483-1540), Genève.

Gajda, A., 2009, Tacitus and political Thought in early modern Europe, c.1530-c.1640, dans A.J. Woodman (éd.), The Cambridge companion to Tacitus, p. 253-268.

Hellegouarc’h, J., 1991, Le style de Tacite : bilan et perspectives, ANRW, II.33.4, p. 2385-2453.

Kapust, D., 2012, Tacitus and Political Thought, dans V. Pagan (éd.), A Companion to Tacitus, p. 504-526.

Longrée, D., 2012, Les livres I et II des Annales : un tournant dans le style de Tacite ?, Vita Latina, 185-186, p.  113-125.

Merle, A. et Oïffer-Bomsel, A., Tacite et le tacitisme en Europe à l’époque moderne, Paris, 2017.

Momigliano, A., 1947, The First Political Commentary on Tacitus, JRS, 37, p. 91-101.

Moss, A., 1998, The Politica of Justus Lipsius and the Commonplace-Book, Journal of the History of Ideas, 59, 3, p. 421-436.

Moss, A., 2002, Les recueils de lieux communs, apprendre à penser à la Renaissance, tr.fr Genève.

Oakley, S.P., Style and Language, dans A.J. Woodman (éd.), The Cambridge companion to Tacitus, p. 195-211.

Virlouvet, C., 1985, Famines et émeutes à Rome, des origines de la République à la mort de Néron, collection de l’École française de Rome 87, Rome-Paris.

Virlouvet, C., 2009, La plèbe frumentaire dans les textes épigraphiques, essai d’histoire sociale et administrative du peuple de Rome, collection de l’École française de Rome 414, Rome-Paris.

Haut de page

Notes

1 Claire, 2012, p. 115-128 ; 2022, p. 35-43.

2 Claire, 2022 en fait la démonstration pour ce qui concerne Marc Antoine Muret et sa place dans cette évolution.

3 En 1574, 1581, 1585, 1588, 1589, 1595, 1600 et 1607.

4 Taciti et C. Velleii Paterculi scripta quae exstant, recognita, emaculata. Additique commentarii copiosissimi et notae non antea editae, Paris e typographia Petri Chevalier, in monte diui Hilarii ; la bibliothèque municipale de Lyon, partenaire du projet, nous a gracieusement fourni des photos en très haute définition de cette édition (cote BmL 23955).

5 Voir http://tacitus.elan-numerique.fr/index.php, site en constante évolution, avec l’aide des ingénieurs ELAN de l’UMR 5316 Litt&Arts, et la participation de collègues et d’étudiants.

6 La recherche sera possible en partant des textes des commentateurs, une fois que tous seront encodés. Mais comme seulement une partie des 21 commentateurs de l’anthologie (Lipse, Alciat, Beatus Rhenanus, Beroald, Ferretti, Lupanus, Vertranius) sont encodés pour le moment sur notre site, il faut attendre pour pouvoir procéder ainsi ; en attendant, la solution reste la lecture exhaustive de ces commentaires, ce que je n’ai hélas pas eu le temps de faire pour cette enquête préliminaire.

7 De manière générale, les sources classiques sont ici citées selon les éditions et avec la traduction des Belles Lettres. Les textes de Juste Lipse et des autres commentateurs qui sont traduits l’ont été par mes soins.

8 Marcus Vertranius Maurus a édité Tacite en 1569.

9 LIPS_1.16 est la référence, sur le site Tacitus on line, pour le commentaire n° 16 de Lipse au livre 1 des Annales (même système de référence pour les autres commentateurs). Quand je cite un commentateur non encore encodé sur le site, j’indique le numéro de la page de l’édition 1608.

10 Toutefois, si l’édition de 1608 choisit ueteris reip., elle porte en marge gauche, les mots Populi Romani, appelés par un astérisque placé après ueteris dans le texte de Tacite : on peut supposer que c’est ici le signe d’une difficulté non résolue et la mise en lumière d’une question qui ne faisait pas l’unanimité.

11 Je respecte ici l’alternance entre italiques et romain telle qu’on la trouve dans l’édition de 1608, avec le romain pour les citations et les italiques pour les interventions du commentateur, bien que cela ne corresponde pas à nos usages actuels.

12 Alfenus, dont on sait peu de choses, est un des élèves du juriste Sulpicius Rufus ; plusieurs extraits de lui sont présents dans le Digeste. Marcus Vertranius Maurus est également juriste, actif vers 1560 (Bovier, 2022, p. 73-88). Comme à beaucoup de ces juristes philologues, les citations tirées du Digeste ou d’autres œuvres juridiques lui viennent aisément.

13 Picchena p. 275 : sed ueteris reipubl.prospera uel aduersa, etc] Iulius Salierus C. Sauonensis, uir, ut scripta eius demonstrant, uariae multiplicisque eruditionis, et qui plurimos Taciti locos, etiam deploratos, defendere conatus est, hanc correctionem auersatur, et antiquam scripturam restituit, ueteris populi Rom., cum non absurde populus uetus dici possit. Et quoniam Vertranius Maurus, huius mutationis auctor, existimauit errorem ortum ex duabus illis notis R.P. quae traiectae fuerint, ego qui Medicaeum Manuscriptum diligenter contuli moneo, ibi non concise literas illas referri, imo clare legi, sed ueteris pop. Rom.

14 Gadja, 2009, p. 265-266 souligne la fascination générale pour ces premiers paragraphes des Annales dans les réflexions politiques.

15 La traduction est ici personnelle.

16 Sur le style de Tacite, les indications données par Hellegouarc’h 1991 restent valables, à compléter avec Oakley 2009 ; Devillers 2012 ; Longrée 2012.

17 Voir Virlouvet, 1985 (particulièrement le tableau p. 56 sur les désignations des émeutiers) et 2009.

18 VERT_1.5 : Caesar Octauius Triumuiratum Reipubl. Constituendae annis decem administrauit, quousque caesis collegis, nomen illud deposuit, et IV. Consul a Senatu decretam perpetuo Tribunitiam potestatem accepit : si quae Dioni libro LI. seruata fides est, Pauli Orosii autoritate non minuitur. Hic enim libro VI. cap. XIX. antequam fieret IV. Consul, Caesarem ius adeptum scribit. Quod disquirere, non est hunc locum explicare. Porro consulem se ferens Octauius, Tribunitio iure ad plebem tuendam, ut Cornelius ait, quomodo uti potuit ? Plebem defendere magistratus plebei fuit : in quo alii decernendo, quid licuit patribus, quorum nemo eundem gerere potuisset. Testis mihi et fautor adest Liuius Libro II. Et alibi saepe. Praeterea, Tribuniciam potestatem Imperatores susceperunt, ut iis quae alii contra ipsorum placitum mouerent, pro suo iure intercederent. Gerere autem Tribunatum plebis, nefas ipsi ducere cum utrique patricii sint: omnem uero Tribuniciam potestatem, quanta unquam maxima fuit, accipiant: et quia quotannis eam cum Tribunis pleb. eius anni renouarunt, inde soliti ipsorum principum anni enumerari, autore Dione libro LIII. Neque uero ex Romanis antiquitatibus reperias ullos, praeter Sp. Tarpeium, et A. Aeternium, patricios et consulares, Tribunos plebei fuisse. Quae si tam uera sunt, quam uidentur, Octauius ob aliud quiduis potius ius illud recepit, quam ut plebem tueretur. Qua de re monitos, ingeniosos imprimis cupio.

19 LVP_1.1 : Appianus scribit Augustum misisse ad Ciceronem, ut pro se peteret Consulatum, asserebatque se Consulis nomine dumtaxat contentum fore. Quot Consulatus gesserit Augustus, leges apud Suetonium in eodem, cap.25. ipse quoque Tribunitiam potestatem perpetuam accepit. De vita Caesarum Reddit Dio rationem, quare Augustus, et reliqui post eum Imperatores Tribunitiam potestatem receperint, quae erat sacrosancta, ipsa uero Tribunitia dignitas eos faciebat inuiolabiles.

20 Voir toutefois Autin, 2019, p. 71-73 sur uulgus comme « foule politique » sans que le sens soit constamment péjoratif.

21 La question des citations est centrale pour la pratique du commentaire humaniste, voir Enenkel, 2013. Un colloque est à venir sur ce point, à Lyon en 2023, « Citer les Anciens à la Renaissance. La citation et la fabrique de l’Antiquité dans les éditions des textes classiques. Analyse et exploration numérique » dans lequel j’interviendrai, avec C. Jullion, doctorante, sur les citations grecques par Juste Lipse.

22 C’est ici que le site Tacitus on line prouve son utilité, puisqu’il est par exemple possible de rechercher toutes les citations d’Aurelius Victor par Lipse, pour tenter de dégager une méthode, une valeur des citations de chaque auteur, pour tenter de comprendre l’usage des citations dans le commentaire. Cette immense et passionnante enquête reste à faire, sur l’ensemble des auteurs cités, ou bien auteur par auteur.

23 Cette difficulté est d’ailleurs traitée par Alciat dans son commentaire (ALC_1.1).

24 Au point que, sur le site Tacitus on line, nous avons établi une typologie des commentaires qui comprend le type realia, fréquent chez Lipse, pour des commentaires sur la nature de la toge, le versement de la solde, les symboles des légions, etc.

25 Vert_1.16 : Augustus ab haeredibus suis multa praedia magnamque pecuniam, plerisq. hominibus, propinquis suis, extraneisque legauit : inquit Xiphilinus, at non ultra ciuilem modum, et legitimum lege Falcidia praescriptum : quique modus legis Falcidiae a Iulio Paullo et T. Caio dicitur. I. §. interdum. et LXXXI. D. ad L. Falcidiam. Ea namq. legandi libertatem coangustauit, ne minus quam partem quartam haereditatis testamento haerede capiant : quae olim uerba legis fuere. Sed ciuilis modus hic esto. Subdit Cornelius. “Nisi quod populo et plebi CCCCXXXV.” dedit : ergo ultra modum legis (ne quae sequuntur relicta fuisse enumerem) id legauit Augustus. Qua de re apud Suetonium Augusti extremo, reperio : “Legauit populo Romano quadringenties, Tribubus triciesquinquies H. S.” subaudi, centena milia, et infra : “nec plus peruenturum ad haeredes suos quam milies et quingenties professus.” Quae si uera professio fuit, aut nihil prorsus intelligo aut non sine peccato scriptus sese locus hic habet, in quo aciem ingenii retusam ingenue confitebor. Sic ueram lectionem ignoro, et nescire me fateor, qui receptam esse falsam, paucis indico, Si millies et quingenties centena millia H.S. ad haeredes Augusti peruentura fuerunt, cum certis tum incertis personis relicta, quae hic noster Dio, et Tranq. referunt : aut legando necesse est Augustum extra Falcidiae legis cancellos egressum, aut se intra legis modum continuisse. Si excessit, aut male scriptum a Tacito, aut, quam ab eo, prius ad nos peruenit, Legata non ultra ciuilem modum data. Si legis praescriptum non transiliit, pessime scriptum libri omnes habent, nisi quod populo, et caetera.

26 Une enquête serait à mener sur les termes choisis (par l’éditeur ? par le commentateur ?) pour permettre le rattachement d’un commentaire au texte de Tacite : parfois des coupes sont faites pour obtenir un syntagme court et de signification autonome, parfois des mots sont ajoutés pour que le syntagme soit clair même sans contexte, parfois (comme ici) le choix des mots semble annoncer l’optique du commentaire. À noter ici l’erreur de latin (modo pour modum), qui est celle de l’édition que nous commentons.

27 Voir De Landtsheer, 2021, p. 263-283 pour une mise au point sur le De militia, en 2001 mais toujours fondamentale.

28 Cette pratique assez courante m’a amenée à définir, dans la typologie des commentaires que nous reproduisons sur le site Tacitus on line, le type opera, qui signale les renvois aux autres ouvrages du commentateur. On peut y voir une forme de diffusion des œuvres, pour susciter chez le lecteur l’envie de se procurer d’autres ouvrages ; presque une forme primitive de publicité, en somme !

29 Les discours de conciliatio, rattachés au genre délibératif, sont analysés comme type de discours politique, notamment par certains traités pratiques de rhétorique, voir Cogitore, 2012. La bibliographie sur Tibère et sa quête de la popularité est immense, en voir un état dans Devillers 2012.

30 Je cite ici le grec tel qu’il est donné dans l’édition qui nous sert de base, selon une lecture différente des éditions modernes.

31 Voir Moss, 1998 sur les sententiae dans les Politica.

32 Je prends distinguere, distinctio comme des indications de « découpage » de la phrase par la ponctuation.

33 Morychus est, dans l’éloge de la folie d’Erasme, un exemple de sot.

34 Je respecte ici la ponctuation aléatoire de l’édition de 1608.

35 De fait il déclare dans son adresse au lecteur, en 1581 dans le Liber commentarius : politica non attigi. Cependant, comme l’a montré une journée d’étude organisée par Louis Autin et moi-même en 2021, sur les aspects politiques des commentaires de Lipse à Tacite, cet intérêt est loin d’être absent chez l’humaniste. Il semble plutôt faire le choix de ne pas insister sur la lecture politique, sans pour autant la laisser constamment de côté.

36 Le colloque Princeps philologorum qui s’est tenu à Grenoble en 2021 (https://www.fabula.org/actualites/princeps-philologorum-lautorite-du-philologue-dans-les-editions-de-textes_105142.php ), à paraître, a abordé cette thématique centrale sur une grande variété de textes.

37 Les éditeurs modernes ne s’arrêtent pas davantage sur cette expression, d’après le sondage que j’ai pu mener. H. Furneaux dans son édition de Tacite en 1896 signale seulement l’emploi adjectival du substantif imperator et donne un parallèle chez Tite Live (35.17), liberator populus. C’est donc aussi le point de style qui intéresse ici.

38 Outre le passage de Suétone cité par Picchena, on lit dans la lettre du Pseudo-Salluste à César, 2.5.5 : ita paulatim populus, qui dominus erat, cunctis gentibus imperitabat, dilapsus est.

39 Voir Moss, 2002 sur la constitution de recueils de loci communes et la place de Tacite dans cette démarche.

40 Comme l’a bien montré Momigliano, 1947, Carlo Pasquali a de son côté proposé une lecture politique de Tacite ; il est présent dans l’anthologie de 1608 prise pour base de cette étude et pour le site Tacitus on line ; cependant, ses Axiomata politica ne sont pas sur le même plan que les commentaires à Tacite : on ne les trouve qu’à la page 397, c’est-à-dire après tous les commentateurs cités. Je précise que les Axiomata n’ont pas encore été encodés pour le site Tacitus on line, notre démarche suivant l’ordre des textes dans l’anthologie. Sur l’évolution des commentaires, Claire, 2020.

41 Gadja, 2009, p. 259 souligne l’intérêt généralement porté par Lipse au fait monarchique quand il commente Tacite ; souligné aussi par Jehasse, 2002, p. 414 à propos des dissertiuncula apud Principes de Lipse en 1600, voir aussi Senellart, 1995, p. 230-232 sur les Politica.

42 Fournel, Zancarini, 2009, p. 29 signalent ainsi « le danger de la tyrannie, épouvantail récurrent de la réflexion politique ».

43 Montaigne, Essais, 3, ch. 8 cité par Momigliano, 1947, p. 100.

44 La bibliographie est sans fin sur ce point capital ; dans les publications récentes, voir Merle,
Oïffer-Bomsel, 2017.

45 Un point récent sur la prudence nécessaire face aux idées politiques de Tacite, Kapust, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Cogitore, « Les dénominations du peuple chez les commentateurs de Tacite à la Renaissance »Pallas, 121 | 2023, 253-268.

Référence électronique

Isabelle Cogitore, « Les dénominations du peuple chez les commentateurs de Tacite à la Renaissance »Pallas [En ligne], 121 | 2023, mis en ligne le 18 mars 2024, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/pallas/26763 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pallas.26763

Haut de page

Auteur

Isabelle Cogitore

Professeur de Langue et Littérature latines
Université Grenoble Alpes
UMR 5316 Litt&Arts

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search