Navigation – Plan du site

AccueilNuméros103Les préverbes et les prépositionsL’intensification de l’adjectif e...

Les préverbes et les prépositions

L’intensification de l’adjectif en latin : le cas des préfixes per- et prae-

L’intensification de l’adjectif en latin : le cas des préfixes per- et prae-
Intensification of adjectives in Latin: The case of the prefixes per- and prae-
Sophie Van Laer
p. 129-138

Résumés

Les préfixes per- et prae- servent à former le très haut degré d’intensité de l’adjectif, généralement analysé comme équivalant au superlatif absolu. L’objet de cet article est d’expliquer comment se construit, pour chacun de ces préfixes, ce haut degré, en prenant appui sur la structuration du « domaine notionnel » (Culioli, 1999). Il apparaît alors que per- fonctionne par rapport au « type », ce qui fait que son rôle intensif peut être expliqué par la scalarité. Prae-, au contraire, relève de l’« attracteur », construisant une occurrence qui n’est repérée que par rapport à ellemême ; elle est perçue comme singulière dans le lien insécable que la qualité entretient avec l’entité qualifiée ; c’est un mode de fonctionnement dont la scalarité ne semble pas permettre de rendre compte et qui paraît plutôt relever cognitivement de la saillance.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Avec le superlatif absolu, the quality expressed by the adjective is described as being at a very h (...)

1Plusieurs formations coexistent, en latin, pour le degré d’intensité de l’adjectif que l’on appelle traditionnellement le ‘superlatif absolu’1 :

  • utilisation d’un suffixe spécifique ;

    • 2 Arias-Abellán, 1984, p. 134, évoque un exemple chez Plaute avec le préfixe ad-.

    préfixation (per- ou prae-)2 ;

  • formation analytique avec un adverbe.

2Nous nous attacherons dans cette étude aux seules formations par préfixation. L’hypothèse qui sous-tend cet article est qu’il est possible de rendre compte de la différence de valeur entre les deux préfixes.

3Le sujet n’est pas nouveau, et l’étude d’André (1951) continue à faire autorité. Mais elle ne propose pas véritablement d’explication à la coexistence des deux préfixes, évoquant le « goût personnel » (p. 145) ou la « fantaisie des auteurs » (p. 152). Un constat d’aporie figure également dans l’étude récente de Cuzzolin :

The actual meanings of the two prefixes are not easy to determine ; an intrinsic sociolinguistic nuance is probable […]. The prefix per- (not to mention prae-) does not usually occur either in works that are of high literary register or in authors who do not admit traces of low variety of Latin, such as Caesar. It seems to relate to stylistic reasons rather than grammatical constraints (Cuzzolin, 2011, p. 645-646).

  • 3 Prefijos ‘intensificadores’ (Tarriño Ruiz, 2009, p. 268) ; voir aussi Cuzzolin, 2011, p. 643.
  • 4Parameter marker’ selon la terminologie utilisée par Cuzzolin, 2011, p. 555.
  • 5 Cf. Anscombre et Tamba, 2013, p. 4.

4Le terme même d’‘intensificateurs’3, utilisé pour des préfixes qui pourraient s’appeler ‘marqueurs de degré’4, ouvre des perspectives vers une notion linguistique encore difficile à définir : celle de l’intensité, appelée également ‘haut degré’ ou ‘intensification’ et qui entretient des liens avec la quantification et avec la scalarité sans pouvoir s’y réduire5.

5Les adjectifs, « encodeurs naturels des qualités » (Bertocchi et Maraldi, 2012, p. 1), se prêtent à une étude en termes de scalarité. Mais envisager leurs degrés dans la perspective de l’intensité semble permettre, en adoptant une autre représentation que celle de l’échelle, de s’attacher au rapport entre haut degré et catégorisation prototypique, à travers un représentant de la qualité envisagé comme le meilleur exemplaire.

  • 6 Corpus établi d’après un relevé dans la base LLT-A, complété par le TLL.

6L’étude systématique des occurrences, depuis les premiers textes latins jusqu’au viiie s.6 laisse apparaître une différence de fonctionnement entre les deux sous-types d’intensifs préfixés (désormais Iper- et Iprae-) dont nous allons tenter de rendre compte en prenant appui sur la structuration du domaine notionnel telle qu’elle est définie par Culioli (1999, p. 9-15).

2. Les données du corpus

7Le tableau 1 pourrait laisser penser de prime abord que les Iprae- ont plus d’occurrences que les Iper-. Mais ces données brutes masquent une grande disparité dans la fréquence d’emploi des différents intensifs. Praeclarus à lui seul représente plus de la moitié des occurrences des Iprae- (55,3 %), ce qui fausse le calcul de la fréquence moyenne.

Tableau 1 : Lemmes et occurrences

lemmes

occurrences

moy. occ./lemme

per-

261

1644

6,3

prae-

99

2618

26,4

Tableau 2 : Répartition des lemmes en fonction de leur nombre d’occurrences

1

 %

2-5

 %

6-10

 %

11-50

 %

51-100

 %

+ de 100

 %

total

per-

128

49,0

89

34,1

16

6,1

23

8,8

3

1,2

2

0,8

261

prae-

44

44,4

26

26,3

8

8,1

13

13,1

5

5,1

3

3,0

99

8 Iper- les plus usuels : permultus (228 occ.), perpaucus (174 occ.) et permagnus (94 occ.).

9 Iprae- les plus usuels : praeclarus (1449 occ.), praecelsus (190 occ.) et praepotens (157 occ.).

10La répartition des lemmes selon leur nombre d’occurrences permet un reflet plus exact des données (tableau 2) :

  • 49 % des lemmes des Iper- (soit environ la moitié) sont des hapax. Si l’on ajoute les lemmes qui atteignent au plus 5 occurrences, on arrive à plus des 3/4 des lemmes (83,1 %). Il s’agit donc généralement de créations isolées, souvent propres à un auteur.

  • La situation n’est pas réellement différente pour les Iprae- : 70,7 % des lemmes ont au plus 5 occurrences.

  • 7 Cf. Corbin, 1991, p. 40-42 : les Iper- et les Iprae- constituent des ‘mots possibles’ au sens où il (...)

11Autrement dit, il existe une filière de formation lexicale prégnante, tant pour les Iprae- que pour les Iper-, qui apparaissent comme des ‘mots possibles’7.

12La principale différence entre les deux formations apparaît si l’on s’intéresse à leur répartition par période et par auteur. Les données du corpus corroborant les analyses d’André (1951, p. 144145 et 151-152), nous nous contenterons de quelques remarques :

  • La formation en per- domine à l’époque archaïque et connaît son apogée à la fin de la République. Elle est largement dominée par Cicéron (31 % soit presque 1/3 des attestations de lemmes et 28,8 % soit plus du quart des occurrences).

  • La formation en prae-, qui se développe plutôt à partir de l’époque augustéenne, est particulièrement bien représentée chez Pline l’Ancien (13,3 % des occurrences, si l’on exclut les occurrences de praeclarus).

  • Si les Iper- se rencontrent chez les Comiques et chez Lucrèce, ils sont ensuite quasiment bannis de la poésie, tandis que les Iprae- se rencontrent fréquemment en poésie. La création lexicale à partir du iiie s. apr. J.-C. confirme cette tendance. C’est le poète Juvencus qui crée le plus grand nombre d’Iprae- (souvent des doublets tardifs d’Iper-), tandis que Rufin et Pierre Chrysologue se distinguent pour les Iper-.

3. Une variante expressive ?

  • 8 Selon Cuzzolin, 2011, p. 641, les emplois absolus du superlatif sont beaucoup plus fréquents que le (...)

13La faiblesse des occurrences va dans le sens d’une formation qui apparaît comme une variante : l’expression du haut degré d’intensité de l’adjectif se fait beaucoup plus souvent avec un adjectif pourvu du suffixe de superlatif, c’est-à-dire avec un superlatif absolu8. L’expressivité viendrait du caractère plus rare de la forme préfixée.

14Il semble d’ailleurs malaisé d’établir une différence entre le fonctionnement du superlatif en emploi absolu et celui de l’Iper- correspondant :

(1) a. Themistocles […] ut apud nos, perantiquus, ut apud Athenienses, non ita sane uetus. (Cic. Brut. 41)

  • 9 Les traductions sont celles de la CUF, des SC ou d’autres éditions françaises. Elles sont personnel (...)

b. « Thémistocle […] est par rapport à nous quelqu’un de très ancien, au lieu que par rapport aux Athéniens il n’est pas tellement vieux. »9

Et antiquissimus ille Lycurgus eadem uidit fere. (Cic. Rep. 2, 42)

« À une époque très ancienne, Lycurgue aussi a considéré les choses presque de la même façon. »

(2) a. Cogitanti mihi saepenumero […] perbeati fuisse […] illi uideri solent qui in optima re publica (Cic. De orat. 1, 1)

« Bien souvent, lorsque j’y pense, ils me paraissent singulièrement heureux […] ces hommes qui, au sein d’une cité bien gouvernée. »

b. Quibus rem publicam tuentibus beatissimos esse populos necesse est. (Cic. Rep. 1, 52)

« Il en résulte nécessairement que, si les meilleurs veillent sur l’État, les peuples sont au comble du bonheur. »

  • 10 En § 4.2. La différence de fonctionnement entre le superlatif absolu et l’Iprae- correspondant semb (...)

15Tout au plus peut-on constater qu’en (2a), nous avons l’unique occurrence actuellement connue de perbeatus, ce qui, en renouvelant l’expression, donne sans doute une charge plus expressive à la plénitude du bonheur. Nous reviendrons ultérieurement sur (1a)10.

16Peut-on, pour préciser les faits, prendre appui sur les tendances évoquées, opposant le caractère plus prosaïque des Iper- à l’emploi fréquent des Iprae- en poésie ? Y a-t-il, comme le suggère Cuzzolin (cité en § 1), une différence d’ordre sociolinguistique justifiant l’emploi des Iper ?

3. 1. Les Iper- relèvent-ils de la langue familière ?

  • 11 Cf. Tarriño Ruiz, 2009, p. 268. Pour les différents arguments avancés, voir la discussion menée par (...)

17Un argument semble permettre de récuser l’hypothèse rattachant les Iper- à style relevant du sermo cottidianus11.

18La tendance à coordonner deux Iper- (symétrie formelle provoquant une allitération) est un procédé fréquent chez Cicéron et qui semble relever d’une certaine emphase. Ce procédé se rencontre dans tous les types d’ouvrage, les discours aussi bien que les traités rhétoriques ou philosophiques :

(3) a. Num tibi perturpe aut perflagitiosum esse uideatur ? (Cic. Cael. 50)

« Y verrais-tu le comble de la honte et du scandale ? »

b. quodque difficile est, idem et perornatus et perbreuis (Cic. Brut. 158)

« enfin, chose difficile, un style à la fois très oratoire et très concis »

c. Perdifficilis […] et perobscura quaestio est de natura deorum. (Cic. Nat. deor. 1, 1)

« La question de la nature divine est très difficile et très obscure. »

  • 12 Pour un relevé complet des cas de tmèse, cf. André, 1951, p. 153.

L’emploi de la tmèse va également en ce sens12 :

(4) Nobis uero […] ista sunt pergrata perque iucunda. (Cic. De orat. 1, 205)

« Tes paroles nous ravissent, nous comblent d’aise. »

19De manière comparable, les Iprae- ne peuvent simplement être considérés comme poétiques, comme le montre leur fréquence chez Pline l’Ancien.

3. 2. Une confrontation entre les deux sous-types d’intensifs est-elle possible ?

20Alors même que ce qui fait la spécificité des intensifs préfixés semble difficile à établir, peuton espérer retirer un enseignement de la confrontation entre les Iper- et les Iprae ?

  • 13 Cf. Prisc. Gramm. III 50, 10 et III 115, 14 ; Bonifat. Ars, praep. 129 (non référencé par le TLL) e (...)

21Rien n’indique en effet une quelconque différence de valeur entre eux. Il est même un argument fort dans le sens contraire : les grammairiens anciens proposent exactement la même paraphrase pour les Iper et pour les Iprae-, en utilisant l’adverbe ualde13.

  • 14 Certains cas sont d’ailleurs incertains, per- et prae- étant souvent confondus dans les manuscrits (...)

22Facteur aggravant : si 46 bases adjectivales sont concernées, dans 78,3 % des cas, l’un des sous-types (voire les deux) est représenté par un hapax14. L’entreprise semble néanmoins possible, malgré une assise étroite, notamment dans le domaine de la prose technique où les deux sous-types d’intensifs se rencontrent également.

4. Recours au modèle de Culioli

23Nous prendrons appui sur le ‘domaine notionnel’, tel qu’il a été défini par Culioli. Structuré autour d’une propriété « être P », ce domaine notionnel, à partir duquel se construit une occurrence, connaît deux ‘modes de centrage’ :

  • le type : c’est par rapport à lui que s’établit la double opération d’identification/ différenciation ; il permet d’organiser la fragmentation de la notion en construisant une occurrence représentative.

  • l’attracteur : il s’agit de construire une origine qui n’a d’autre référence possible que le prédicat lui-même. Ce n’est donc pas une valeur relative. Une occurrence devient maximalement singulière par le simple fait qu’elle n’est repérée que par rapport à elle-même.

24« Il y a donc une différence essentielle entre le type, qui correspond à une occurrence représentative, et l’attracteur qui renvoie à une représentation abstraite et absolue » (Culioli, 1999, p. 11-13).

25Or, il nous semble que l’Iper- relève du ‘type’, tandis que l’Iprae- relève de l’‘attracteur’.

4. 1. Application du modèle aux Iper- et aux Iprae-

  • 15 Cf. Pottier, 1962, p. 282.
  • 16 Cette valeur intensive liée à la gradation se rencontre aussi avec des bases verbales : cf. Van Lae (...)

26Un Iper- permet de construire une occurrence représentative. Son rôle est d’apporter une délimitation ‘qualitative’ (de l’ordre du vraiment P) à une entité déjà individuée. Il opère par identification (au domaine notionnel) et par différenciation (par le recours au haut degré). Cette possibilité d’exprimer le haut degré est liée à la valeur de per- qui exprime un parcours orienté15, ici dans le domaine d’une qualité. Le fonctionnement d’un Iper- relève de la gradation (et de la scalarité)16.

  • 17 Benveniste, 1966, p. 133 : position qui, dit-il, peut-être comprise comme une « position extrême » (...)

27Le fonctionnement de prae- est plus difficile à appréhender. Le préfixe marque la position « en avant »17, ce qui, cognitivement, est susceptible de traduire une certaine saillance. Mais la qualité n’est appréhendée qu’à travers sa manifestation dans une entité. Corollairement, l’entité qualifiée n’est appréhendée qu’à travers la relation étroite qu’elle entretient avec l’Iprae-. Nous sommes alors dans un cas de délimitation purement ‘qualitative’, d’une occurrence repérée par rapport à elle-même : le haut degré n’est envisagé que dans sa manifestation en lien avec une entité, l’un et l’autre constituant solidairement une occurrence singulière.

  • 18 Voir Culioli, 1999, p. 15 et p. 55. Ce fonctionnement ‘compact’ explique l’effet de sens « contact (...)

28C’est un mode de fonctionnement que la scalarité ne semble pas permettre de décrire. Il relève de ce que Culioli appelle le ‘compact’18, qui rend la qualité étroitement intriquée à son support.

(5) a. Cercyrus nauis est Asiana pergrandis. (Non. p. 533, 25)

« Le cercyrus est un très grand bateau d’Asie. »

b. Claudius Caesar […] praegrandi illa domo uerius quam naue intrauit Hadriam (Plin. Nat. 3, 119)

« L’empereur Claude […] entra dans l’Adriatique sur cette chose énorme qui était un palais plutôt qu’un bateau. »

29(5a) peut être expliqué en ces termes : il existe un ensemble d’entités relevant du nauis (Asiana). Parmi ces entités, la taille du cercyrus lui permet de relever du haut degré de la qualité “grand”, du pergrandis.

30En (5b), le bateau est envisagé comme un objet singulier de par sa grandeur même. Cette taille paraît anormale, au point que Pline hésite sur la dénomination à donner à l’objet. Autrement dit, c’est à la fois quelque chose de très grand et un bateau, mais qui ne peut être comparé à aucun autre bateau.

(6) a. Tria oua mittis in aceto, donec testa ipsarum permollis fiat. (Oribas. Syn. 7, 8 add. Aa, p. 139)

« Tu mets trois œufs dans du vinaigre, jusqu’à ce que leur coquille devienne très molle. »

b. Torpedo […] intra se parit, oua praemollia in alium locum uteri transferens. (Plin. Nat. 9, 165)

« (La torpille) les ( = ses petits) engendre à l’intérieur de son corps, faisant passer ses œufs très mous dans une autre partie de ses organes génitaux. »

31(6a) envisage un œuf ordinaire, une occurrence quelconque d’un objet ayant la propriété « être œuf », dont on va amollir la coquille, tandis que ce qui caractérise les œufs du poisson torpille (6b), ce qui en fait un objet remarquable, c’est leur substance molle qui permet un mode de gestation particulier.

32À la différence des Iprae-, les Iper- présupposent une entité préalablement existante, c’est-à dire individuée, délimitée quantitativement par un ancrage spatio-temporel et qualitativement en tant qu’élément d’un ensemble d’entités désignables par ce nom : des livres, même très courts, n’en gardent pas moins la propriété « être livre » :

(7) Nam etsi sunt in eis aliqui perbreues, tamen libri sunt. (Aug. Retract. 2, 7, 1)

« Bien que, parmi eux, quelques-uns soient très courts, ce sont pourtant des livres. » La différence ainsi établie peut prendre une valeur discursive :

(8) a. Natus est […] cubiculo uero perparuo et obscuro. (Suet. Tit. 1, 1)

« (Titus) naquit […] dans une chambre très petite et très sombre. »

b. Hospitio […] fuerant praeparua habitacula. (Iuvenc. 1, 154)

« Une très petite bâtisse leur avait servi d’auberge. »

33(8a) ne vise qu’à souligner les origines modestes de Titus. Les enjeux de (8b) sont autrement plus complexes. Chez un poète chrétien, la naissance de Jésus représente l’incarnation de la divinité et repose sur un contraste entre puissance divine et humilité de l’incarnation. Autrement dit, le lieu de naissance est à envisager comme un tout (il n’y a pas au préalable une bâtisse, que l’on peut qualifier de praeparua) et reflète le dessein que Juvencus prête à Dieu.

34Elle peut conduire à des emplois très distincts des intensifs formés sur une même base adjectivale :

  • 19 Cet emploi, présent dans 27 occurrences (sur un total de 36), ne se trouve jamais avec le superlati (...)

35perlongus s’emploie essentiellement19 au neutre (perlongum est) dans des formules de prétérition :

(9) quos enumerare perlongum est (Hier. In Tit. 1, 12, p. 572B)

« qu’il est trop long d’énumérer »

36praelongus s’emploie surtout pour des armes ou des parties du corps, afin de montrer leur singularité :

(10) a. praelongae hastae (Liv. 38, 7, 12)

« des lances très longues »

b. lingua praelonga (Plin. Nat. 11, 173) « une langue très longue ».

4. 2. Vers une réinterprétation de la valeur des Iper- et des Iprae-

37L’on comprend alors mieux la prédilection de Pline pour les Iprae- : brouillant les frontières de la délimitation notionnelle, ils mettent le lecteur en contact avec des objets étranges, inédits, qui n’existent que par la singularité de leurs propriétés.

38Du côté de per-, une piste s’amorce : celle d’une valeur argumentative liée à une appréciation subjective. Tel est le cas du tour perlongum est, tel est le cas de (1a) qui confronte deux points de vue, ou de (2a) qui représente une appréciation subjective de Cicéron.

5. Autres éléments de différence entre per- et prae-

39Ces éléments apparaissent hors de la confrontation, nécessairement restreinte, des bases adjectivales associés aux deux préfixes.

5. 1. Le cas des figures de style

  • 20 Cf. Fugier, 1972, p. 290.

40Les Iper- et les Iprae- donnent lieu à deux figures de styles distinctes. Exprimant le haut degré envisagé dans une perspective scalaire, per- se prête bien à l’antithèse (d’autant que, comme le superlatif absolu, il peut être soumis à la négation20) tandis que prae-, mettant en place une saisie en bloc de l’entité et de sa qualité, peut donner lieu à des oxymores :

(11) a. Haec […] est non uerborum parua sed rerum permagna dissensio. (Cic. Nat. deor. 1, 16)

« Cela fait non un petit désaccord sur les termes, mais un grand sur le fond. »

b. Luxuries, praedulce malum (Claud. 22, 132)

  • 21 « Sweet curse » dans la traduction Loeb. Voir aussi Paul. Nol. Epist. 5, 5 (humilitate praecelsa « (...)

« la Volupté, funeste séductrice »21

5. 2. Aptitude de per- à exprimer le dénombrement ou la quantification

41Per- apporte une délimitation à une (ou plusieurs) entité(s) déjà individuée(s) et porteuse(s) de la propriété « être P ». Cette délimitation peut s’appliquer au dénombrement d’entités discrètes. C’est ce que manifeste la fréquence de permulti et de perpauci :

  • 22 Référence LLT-A. L’orientation vers la quantité nulle ou vers la totalité se justifie par le signif (...)

(12) multos noui numerarios aut numeratores […], sapientes autem perpaucos aut forsitan neminem (Aug. Lib. arb. 2, 11, l. 7)22

« connaissant un grand nombre d’ ‘arithméticiens’, ou de ‘calculateurs’ […] et, d’autre part, ne connaissant que peu de sages ou même aucun »

5. 3. Une entité envisagée dans sa singularité pour les intensifs en prae-

  • 23 En conformité avec le signifié fondamental de prae-, cette saillance explique peut-être la fréquenc (...)

42Prae- présente l’objet dans sa singularité du fait même du caractère inextricable de la qualité qui lui est appliquée, d’où une certaine saillance23 :

(13) a. (sc. chamaelenonis) oculi in recessu cauo […] praegrandes (Plin. Nat. 8, 121)

« ses yeux ( = du caméléon) […] enfoncés dans l’orbite, très grands »

b. cum praegrandibus oculis et qui, quod mirum esset, noctu etiam et in tenebris uiderent (Suet. Tib. 68, 2)

« des yeux très grands, qui, chose extraordinaire, voyaient même la nuit et dans les ténèbres »

43La taille des yeux du caméléon (13a), rapportée à leur position dans l’orbite, constitue leur spécificité et en fait une entité singulière. Cette description n’est pas sans rappeler celle des yeux de Tibère (13b) dotés, selon Suétone, d’une propriété exceptionnelle.

5. 4. Vers un différence entre Iprae- et superlatif absolu

44Il semble possible de l’établir selon le même raisonnement :

(14) a. immolans uitulum praeopimum (Tert. Paenit. 8, 6)

« immolant le veau gras »

  • 24 Référence LLT-A.

b. illos boues septem opimissimos […] ubertatem significare (Tert. Nat. 2, 8, p. 54, 5)24 « les sept bœufs très gras indiquent l’abondance »

45Le veau gras sacrifié pour le retour du fils prodigue (14a) illustre le caractère indissociable de la qualité et de son support. La saillance de la qualité permet le repérage de l’occurrence sur le plan linguistique et sa singularité sur le plan textuel : l’entité est envisagée, non en tant que veau, mais comme objet de réjouissance et de bombance.

  • 25 Les intensifs préfixés sont réputés inaptes à exprimer un degré de comparaison : Cuzzolin, 2011, p. (...)

46Les sept vaches grasses du songe de Pharaon, chez le même Tertullien (14b), s’opposent bien sûr aux vaches maigres (<boues> septem enecti). Mais l’argument de la comparaison implicite25 ne suffit pas. Les bovins sont d’abord envisagés comme bovins, et, à ce titre, susceptibles d’avoir une corpulence plus ou moins grande.

6. Conclusion

47La différence entre per- et prae- peut s’expliquer par la structuration du domaine notionnel, tel que le définit Culioli. Les occurrences étudiées montrent la consistance de la distinction entre ‘type’ et ‘attracteur’, qui permet plus particulièrement d’éclairer le rôle de prae-.

48L’aptitude à la poésie de prae- semble s’expliquer par le même principe que sa fréquence chez Pline : portant son propre repérage, dépourvu de toute délimitation quantitative, l’intensif en prae- est propre à décrire des mirabilia, tout comme à effectuer un brouillage temporel souvent à l’œuvre dans la poésie.

  • 26 Il conviendrait de prolonger cette étude en envisageant la place occupée par les intensifs dans le (...)

49La spécificité de per- est plus malaisée à définir : il permet la construction du haut degré dans une perspective scalaire, de manière assez comparable au superlatif26. Ce fonctionnement en quelque sorte transparent explique peut-être qu’un Iper- ait souvent été perçu comme une variante familière, alors qu’il nous semble plus exactement relever d’une variante dotée d’une charge argumentative reposant sur une appréciation subjective.

Haut de page

Bibliographie

André, J., 1951, Les adjectifs et adverbes à valeur intensive en per- et prae-, REL 29, p. 121-147. Anscombre, J.-C. et Tamba, I., 2013, Autour du concept d’intensification, Langue française 177, p. 3-8.

Arias-Abellán, C, 1984, Notas sobre la intensificación del adjetivo en la obra de Plauto, Habis 15, p. 125-140.

Benveniste, E., 1966, Le système sublogique des prépositions en latin, Problèmes de linguistique générale, vol. 1, Paris, p. 132-139.

Bertocchi, A. et Maraldi, M., 2012, La scalarité : application à certains phénomènes de la langue latine », Revue de Linguistique Latine du Centre Alfred Ernout De lingua Latina 8 (revue en ligne).

Corbin, D., 1991, Morphologie dérivationnelle et structuration du lexique, vol. 1, Lille.

Culioli, A., 1999, Pour une linguistique de l’énonciation, tome 3, Paris.

Cuzzolin, P., 2011, Comparative and superlative, dans Ph. Baldi et P. Cuzzolin (éd.), New Perspectives on Historical Latin Syntax, vol. 4, Berlin / Boston, p. 549-660.

Cuzzolin, P. et Lehmann, Ch., 2004, Comparison and gradation, dans G. Booij (éd.), Morphologie. Ein internationales Handbuch zur Flexion und Wortbildung, Berlin / New York, p. 1212-1220.

Fruyt, M., 2005, La (dés)-intensification des adjectifs latins : les morphèmes de degré, dans G. Calboli (éd.), Latina lingua !, Rome, p. 231-243.

Fugier, H., 1972, Le système latin des comparatifs et des superlatifs, REL 50, p. 272-294.

Pottier, B., 1962, Systématique des éléments de relation, Paris.

Tarriño Ruiz, E., 2009, El adjetivo, dans J.-M. Baños (dir.), Syntaxis del latín clásico, Madrid, p. 251-272.

Van Laer, S., 2005, Per- et les procès gradables, dans C. Moussy (éd.), La composition et la préverbation en latin, Paris, p. 321-343.

Van Laer, S., 2010, La préverbation en latin : étude des préverbes ad-, in-, ob- et per- dans la poésie républicaine et augustéenne, Bruxelles.

Van Laer S., 2011, The Discrete-Dense-Compact Categorization in Latin, dans R. Oniga,

R. Iovino et G. Giusti (éd.), Formal Linguistics and the Teaching of Latin, Newcastle upon Tyne, p. 279-299.

Haut de page

Notes

1 Avec le superlatif absolu, the quality expressed by the adjective is described as being at a very high, possibly the highest degree (Cuzzolin et Lehmann, 2004, p. 1213). Il relève donc du degré d’intensité (Fugier, 1972, p. 277).

2 Arias-Abellán, 1984, p. 134, évoque un exemple chez Plaute avec le préfixe ad-.

3 Prefijos ‘intensificadores’ (Tarriño Ruiz, 2009, p. 268) ; voir aussi Cuzzolin, 2011, p. 643.

4Parameter marker’ selon la terminologie utilisée par Cuzzolin, 2011, p. 555.

5 Cf. Anscombre et Tamba, 2013, p. 4.

6 Corpus établi d’après un relevé dans la base LLT-A, complété par le TLL.

7 Cf. Corbin, 1991, p. 40-42 : les Iper- et les Iprae- constituent des ‘mots possibles’ au sens où il s’agit de ‘mots construits’ (définis p. 6). Il existe néanmoins certaines contraintes limitant la création d’Iprae-, liées à des facteurs phonétiques ou sémantiques : cf. André, 1951, p. 138-139.

8 Selon Cuzzolin, 2011, p. 641, les emplois absolus du superlatif sont beaucoup plus fréquents que leurs emplois relatifs.

9 Les traductions sont celles de la CUF, des SC ou d’autres éditions françaises. Elles sont personnelles lorsqu’il n’y avait pas de traduction française disponible.

10 En § 4.2. La différence de fonctionnement entre le superlatif absolu et l’Iprae- correspondant semble plus aisée à établir (§ 5.4).

11 Cf. Tarriño Ruiz, 2009, p. 268. Pour les différents arguments avancés, voir la discussion menée par Cuzzolin, 2011, p. 645-646. Cette analyse a déjà été récusée par André, 1951, p. 141-145, notamment p. 143-144 : « Les intensifs en per- ne sont donc pas plus caractéristiques de la langue familière que ceux en prae- ».

12 Pour un relevé complet des cas de tmèse, cf. André, 1951, p. 153.

13 Cf. Prisc. Gramm. III 50, 10 et III 115, 14 ; Bonifat. Ars, praep. 129 (non référencé par le TLL) et André, 1951, p. 136.

14 Certains cas sont d’ailleurs incertains, per- et prae- étant souvent confondus dans les manuscrits : Cuzzolin, 2011, p. 645. Un autre facteur de confrontation réside sans doute dans le lien entre le choix du préfixe et le signifié de la base, mais l’étude systématique reste à faire.

15 Cf. Pottier, 1962, p. 282.

16 Cette valeur intensive liée à la gradation se rencontre aussi avec des bases verbales : cf. Van Laer, 2005 et 2010, p. 241-249.

17 Benveniste, 1966, p. 133 : position qui, dit-il, peut-être comprise comme une « position extrême » mais « sans solution de continuité ».

18 Voir Culioli, 1999, p. 15 et p. 55. Ce fonctionnement ‘compact’ explique l’effet de sens « contact étroit » avec le référent du sujet grammatical dans le cas des verbes fréquentatifs : Van Laer, 2011, p. 296.

19 Cet emploi, présent dans 27 occurrences (sur un total de 36), ne se trouve jamais avec le superlatif chez les mêmes auteurs.

20 Cf. Fugier, 1972, p. 290.

21 « Sweet curse » dans la traduction Loeb. Voir aussi Paul. Nol. Epist. 5, 5 (humilitate praecelsa « par une humilité très élevée ») et Carm. 24, 792 (praedulce iugum « le joug très doux »).

22 Référence LLT-A. L’orientation vers la quantité nulle ou vers la totalité se justifie par le signifié lexical de la base adjectivale (cf. Fruyt, 2005, p. 235). Elle a partie liée avec la valeur de « parcours ». Les Iper- permettent également la quantification d’une entité massive : pergrandis pecunia (Cic. Verr. II, 2, 20).

23 En conformité avec le signifié fondamental de prae-, cette saillance explique peut-être la fréquence de praeclarus, praecelsus et praepotens, qualités qui permettent à un individu d’occuper le premier rang et de se distinguer de la masse de ses semblables.

24 Référence LLT-A.

25 Les intensifs préfixés sont réputés inaptes à exprimer un degré de comparaison : Cuzzolin, 2011, p. 643.

26 Il conviendrait de prolonger cette étude en envisageant la place occupée par les intensifs dans le système des comparatifs et des superlatifs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Van Laer, « L’intensification de l’adjectif en latin : le cas des préfixes per- et prae- »Pallas, 103 | 2017, 129-138.

Référence électronique

Sophie Van Laer, « L’intensification de l’adjectif en latin : le cas des préfixes per- et prae- »Pallas [En ligne], 103 | 2017, mis en ligne le 04 avril 2019, consulté le 04 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/pallas/4089 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pallas.4089

Haut de page

Auteur

Sophie Van Laer

Université de Nantes

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search