Navigation – Plan du site

AccueilNuméros103Le style et le lexiqueMatris animula « serpolet » : méd...

Le style et le lexique

Matris animula « serpolet » : médecine et folklore autour d’un phytonyme

Matris animula ‘creeping thyme’, a phytonym between medicine and folklore
Alain Christol
p. 219-227

Résumés

Le nom usuel du serpolet en latin est serpillum mais Isidore de Séville cite un autre nom, matris animula « petite âme de mère », qu’il explique par les vertus du thym en gynécologie. Ce nom n’est pas attesté ailleurs dans la littérature latine mais on trouve une désignation comparable dans les langues slaves (tchèque mateřídouška, etc.). La présente étude essaie de préciser quels peuvent être les liens entre un nom du serpolet isolé en latin et des formes modernes vivantes qui ont donné naissance à des contes et des mythes.

Haut de page

Texte intégral

1. Une terminologie foisonnante et instable1

  • 1 Je tiens à remercier Olga Spevak qui a bien voulu lire une première version de ce texte ; ses remar (...)
  • 2 Pour la place du thym dans la cuisine romaine, on renvoie à Christol, 2016, p. 191-195.

1Pour l’étude du lexique botanique en latin comme pour celle de la place des herbes et aromates dans la cuisine et la pharmacopée, il faut souvent travailler sur un groupe de plantes2 ; il n’existe pas en effet de correspondance biunivoque entre les désignations anciennes et les désignations modernes ; en outre, chacune de ces plantes peut avoir plusieurs désignations dans un même domaine linguistique et à une même époque ; on a souvent concurrence entre un nom latin et un emprunt grec, entre un nom latin et des variantes régionales. Un paragraphe de Pline sur la livèche illustre ces flottements :

(1) Ligusticum siluestre est in Liguriae suae montibus, seritur ubique ; suauius satiuum sed sine uiribus. Panacem aliqui uocant ; Crateuas apud Graecos cunilam bubulam eo nomine appellat, ceteri uero conuzam, id est cunilaginem, thymbram uero quae sit cunila. (Plin. Nat. 19, 165)

  • 3 Cunilago « inule visqueuse ». Cunila est un nom latin de la sarriette, en concurrence avec l’emprun (...)

« La livèche sauvage pousse dans les montagnes de sa Ligurie (d’origine) ; partout ailleurs elle est semée. La variété semée est plus douce mais manque de vigueur. Certains l’appellent panax ; Crateuas, chez les Grecs, l’appelle du nom de corona bubula, mais d’autres conuza, ce qui est (le nom de) la cunilago, ou même thymbra qui est (le nom de) la cunila3. »

2D’autre part il existe des variétés sauvages et des variétés cultivées, dont les différences, minimes au départ, ont pu s’accroître avec les efforts des herboristes. Le serpolet est souvent présenté comme une variété sauvage du thym domestique, d’où l’un de ses noms anglais, wild thyme. Il en résulte que, pour l’étude des noms du serpolet, il faut utiliser les informations transmises sur le serpolet, bien sûr, mais aussi sur le thym et la sarriette, voire l’origan.

3Serpillus « serpolet » est un mot latin, malgré la graphie hellénisante serpyllus ; une explication plausible en ferait le diminutif d’un *serpulus « (thym) qui rampe », avec le suffixe d’agent -ulus (pour le sens, on comparera anglais creeping thyme). Thymus « thym » est emprunté au grec θύμoν (Eupolis, ve s. av. J.-C.) ou θύμoς (Dioscoride), qui désigne une variété de sarriette ou de thym, différente de celle qui pousse en Méditerranée occidentale (Bonet, 1993, p. 12).

2. Deux notices d’Isidore de Séville

4Isidore de Séville donne deux notices étymologiques sur le thym et le serpolet :

(2) Timum appellatum quod flos eius odorem refert. (Isid. Etym. 17, 9, 12)

« Le thym doit son nom au fait que sa fleur dégage une odeur forte. »

(3) Erpillos quod apud nos serpillus uocatur pro eo quod radices ipsius longe serpiant, eadem et matris animula propter quod menstrua moueat. (Isid. Etym. 17, 9, 51)

« La plante ἕρπυλλoν (« serpolet »), qui est appelée chez nous serpillus, doit son nom au fait que ses racines serpentent au loin ; la même (est appelée) aussi matris animula parce qu’elle facilite les menstrues. »

  • 4 Thymiama (gr. θυμίαμα) « encens, fumigation » est à l’origine d’all. Thymian « thym », slovaque tym (...)

5La première notice est inexplicable à l’intérieur du latin ; elle s’éclaire en grec où θύμoν « thym » est proche phonétiquement de θύω « brûler en offrande aux dieux », proximité renforcée par l’emploi ancien du thym dans les offrandes aux dieux4.

« Pour Philochore d’Athènes (frg. 194) [...], c’est le ‘thym’ (thúmos) qui aurait fourni l’aliment des sacrifices les plus anciens… Pourquoi le ‘thym’, qui désigne en grec une espèce de sarriette [...] si ce n’est parce que son nom, thúmos, le désigne clairement comme l’espèce arbustive la plus apte à produire de la fumée (thumiân), principe et fondement de l’acte sacrificiel » (Détienne, 1972, p. 75).

6Pour la seconde notice, la source d’Isidore est inconnue. Matris animula ne se retrouve ailleurs que dans des gloses qu’on ne peut affirmer indépendantes d’Isidore :

(4) Erpillo id est matris animula. (CGL III, 538, 61)

Erpillum id est <matris> animola. (CGL III, 561, 3)

7Après propter quod, causal, on s’attendrait à l’étymon, qui n’est pas là. Menstrua moueat est une explication complémentaire qui précise les vertus de la plante, mais ne justifie pas l’appellation, contrairement à serpere pour serpillus.

  • 5 On citera petrapium = πετρoσέλινoν (Isid. Etym. 17, 11, 2) ou nucalis = καρυωτή « datte » (Isid. Et (...)

8À l’intérieur du latin, une explication possible serait de lire, sous mouere, animare « donner la vie, animer » ; la petite plante qui « anime » peut être considérée comme une « petite âme » (animula). Mais le chaînon manquant du raisonnement peut se trouver aussi en grec, dans l’homonymie de θύμoς « thym » et θυμός « énergie vitale ». Chez Isidore, l’étymologie latine est tributaire du grec et, pour illustrer son propos, il lui arrive de créer des néologismes-calques latins5.

  • 6 Byl, 1989, p. 55-56 ; Bonet, 1993, p. 20.

9Pour le mot qui nous intéresse, animula serait une traduction acceptable de θυμός. En effet, dans la pensée médicale ancienne, l’utérus était considéré comme un être vivant et mobile6 ; l’homonymie de θύμoς avec θυμός peut donc avoir joué un rôle dans la quête étymologique :

(6) « Il reste à dire qu’à un accent près, le nom du thym, en grec, θύμoς est aussi celui du souffle de vie, de l’âme et de la force morale : θυμός. Cela est significatif même s’il est reconnu que les deux mots n’ont pas la même étymologie » (Bonet, 1993, p. 21).

3. Le thym, l’énergie vitale et le sacrifice

  • 7 La première édition date de 1596 ; citations d’après l’édition de 1623 (Bâle), reproduite sur le si (...)

10Le double lien de θύμoς « thym » avec θύω « brûler en offrande » et θυμός « énergie vitale », implicite dans les notices d’Isidore, fait partie du savoir hérité chez les Modernes. On peut citer, à titre d’exemple, le botaniste suisse Gaspar Bauhin qui mentionne ces étymologies dans son tableau des plantes (Pinax Theatri Botanici)7 :

(7) Satureia : Θύμβρα forte ἀπὸ τοῦ θύειν ob fragrantiam dicitur ipsa satureia. At satureia aliis a saturando dicta quod cibis loco condimenti addatur. Alii a Satyris nomen traxisse putant eo quod coitus marcescentes stimulat. (Pinax, p. 218)

« Satureia : θύμβρα (peut-être du grec θύειν à cause de son parfum) est un nom de la sarriette. Mais pour d’autres le nom satureia est dérivé de saturare « rassasier » parce qu’on l’ajoute aux mets comme condiment. D’autres pensent qu’elle tire son nom des Satyres, du fait qu’elle stimule ceux qui manquent de tonus dans le coït. »

(8) Thymus : θύμoς ἀπὸ τοῦ θυμoῦ quod iis qui animi deliquium patiuntur adhibeatur ; alii ἀπὸ τῆς θυμ<ι>άσεως καὶ τῆς θυῆς deducunt, quod hoc veteres in sacris quae igne accenso fiebant primum usi sint. (Pinax, p. 219)

  • 8 Θυμίασις chez Dioscoride (1, 98) à propos d’un bois (ebenus) dont l’odeur est agréable quand il est (...)

« Thymus vient de θυμός parce qu’il est administré à ceux qui souffrent d’un manque d’énergie ; d’autres le dérivent de θυμίασις « fumigation (sacrificielle) » et de θυή « offrande dans le feu » parce que les Anciens l’utilisèrent d’abord pour les rites qu’on accomplissait dans les flammes d’un feu8. »

4. Mater comme femme – les vertus du thym

11Isidore est un compilateur qui n’utilise pas des données de première main ; il est probable, vu l’étymologie qu’il donne, qu’il a trouvé matris animula dans l’œuvre d’un médecin. Mais l’absence d’autres attestations dans le corpus médical latin semble indiquer que l’origine de la lexie est à chercher plutôt dans une tradition populaire tardive, ignorée des mythographes mais recueillie par un médecin à qui elle semblait pertinente.

  • 9 Voir le texte (24). F. Gaide (1996, p. 88) est plutôt favorable à cette explication mais les exempl (...)
  • 10 Hensłowa (1977, p. 165) cite Isidore. Brückner (1957, p. 326, s. v. matka) justifie ainsi cette dés (...)

12La première explication qui vient à l’esprit est de voir en mater un équivalent métonymique de matrix ; le thym serait l’animateur de la matrice, son θυμός. Si une telle métonymie n’est guère attestée, elle est en accord avec le rôle du thym en gynécologie9. Les médecins antiques évoquent les bienfaits des infusions de thym ou de serpolet comme tonifiant et régulateur des fonctions corporelles, en particulier pour les femmes10 :

(9) Tὸ δὲ ἀφέψημα αὐτοῦ (θύμου) ἀπὸ μέλιτος [...] ἔλμινθάς τε καὶ ἔμμηνα ἐξάγει καὶ δεύτερα καὶ ἔμβρυα ἄγει... (Ἕρπυλλος) ἔμμηνά τε γὰρ ἄγει [...] πινόμενος. (Dioscoride, 3, 36-38)

« A decoction (of thyme) with honey [...] expels worms and the menstrual flow, is an abortifacient, expels the afterbirth [...]. Taken in drink it ( = herpyllum) expels the menstrual flow. » (trad. Osbaldeston-Wood, p. 415 et 416)

(10) Prodest (thymum) [...] mulierumque mensibus retardatis uel si emortui sint in utero partus, decoctum in aqua ad tertias. (Plin. Nat. 21, 156)

« (Le thym), en décoction dans de l’eau réduite au tiers, est bon pour les retards des femmes ou si le fetus est mort dans l’utérus. »

(11) In cibo sumptum [...] (thymus) menstrua feminis prouocat, uteri reliquias uuluae inhaerentes uel ipsos partus emortuos extrahit. (Garg. Mart. Med. 36)

« Pris dans la nourriture [...] (le thym) provoque les menstrues chez les femmes, fait sortir les restes (de placenta) restés collés à l’utérus et même les fétus mort-nés. »

(12) Thymum tritum et cum uino potatum accelerat partum. (Cass. Fel. 81, 1)

« Le thym pilé et bu avec du vin accélère l’accouchement. »

5. Les noms slaves du serpolet et du thym

13Plus de 1000 ans après Isidore, la même plante est toujours désignée par la même lexie. Les langues slaves appellent le thym et/ou le serpolet « petite âme maternelle » :

  • 11 Sofer, 1930, p. 117 ; Kolosova, 2009, p. 82.

(13) serbe, croate : majčina dušica
tch. : mateřídouška
slovaque : materina dúška
pol. arch. : macierza duszka (mod. macierzanka)
russe (dialectal) : materinka, etc.11

14Sachant que l’imaginaire des locuteurs fonctionne indépendamment de l’origine historique des désignations, on peut poser la question : dans ces dénominations, que représente « mère » pour les locuteurs ? Les données suggèrent que trois interprétations étaient en concurrence :

  1. la mère est femme et reproductrice,

  2. la mère est mère de famille et éducatrice, entourée de ses enfants,

  3. la Mère est une divinité protectrice, Déesses Mères, Vierge Marie ou Bogorodica des Orthodoxes.

  • 12 Hensłowa, 1977, p. 173-175.

15Jusqu’à l’époque moderne, la médecine populaire a utilisé le thym à des fins thérapeutiques ; dans son enquête sur les traditions médicales des campagnes polonaises, M. Hensłowa a noté le rôle important de la macierzanka (thymum serpyllum) dans la médecine des femmes12 ; elle est le remède de la matrice par excellence ; elle stimule les règles (macierzanka miesiące pobudza), ce qui rejoint la justification étymologique d’Isidore : propter quod menstrua moueat (§ 2).

6. Mater comme mère de famille – une légende tchèque

16Si les vertus médicales du thym sont bien connues dans les campagnes, les locuteurs semblent avoir interprété mateřídouška et ses équivalents dans un autre cadre, celui des légendes qui font naître les plantes des souffrances humaines ou du corps de défunts. Dans le recueil de contes tchèques recueillis et réécrits par Karel Jaromír Erben, le récit initial (Kytice « Bouquet ») explique pourquoi une plante est appelée mateřídouška « petite âme maternelle » :

(14) « Une mère mourut et fut mise en terre. / Elle laissait des orphelins. Ils venaient chaque matin, / Cherchant leur mère chérie. La mère eut alors pitié de ses chers enfants, / Son âme (duše) revint et prit la forme d’une plante aux petites feuilles, / dont elle couvrit sa tombe.

17 Les enfants reconnurent leur mère au parfum (poznaly po dechu). Ils la reconnurent et se réjouirent. / Et l’humble plante qui les consolait ils l’appelèrent ‘petite âme maternelle’ (mateřídouškou nazvaly). » (Erben, 1901, p. 23, trad. A. C.)

18On a un jeu fondé sur la famille de slave dŭxŭ « souffle », soit en tchèque dech « souffle », duch « esprit », duše « âme » ; l’exhalaison (dech) du serpolet est son parfum, fort et persistant. Serpolet et thym, comme la lavande dans les maisons françaises, étaient utilisés pour parfumer la literie et la désinfecter en chassant les parasites (§ 5), donnant leur odeur aussi à celle qui s’en servait, la mère de famille. On peut alors se demander si les enfants n’ont pas reconnu leur mère au parfum qu’elle utilisait de son vivant. Ce qui expliquerait pourquoi ils font immédiatement le lien entre le parfum du serpolet et leur mère, point sur lequel le conte reste muet.

19Le lien lexical entre « souffle, âme » et « arôme », rencontré pour latin animula et tchèque dech / duše, existe aussi en russe :

(15) « En russe dialectal, dušica (‘petite âme’) désigne des plantes odorantes, en particulier l’origan » (Merkulova, 1967, p. 138).

  • 13 Voir Hensłowa, 1977, p. 165 ; Kolosova, 2009, p. 82.

20On évoquera pour finir l’explication métaphorique que proposait Syreniusz (Symon Syreński), botaniste polonais du xvie siècle13 : dans les maladies graves où l’âme pourrait quitter le corps, la macierzanka retient l’âme et (re)donne la vie, comme le ferait une mère.

7. Mater comme mère divine

  • 14 Vieux russe čębĭrŭ « hysope » (AT, Lev. 14, 51) ; pol. dial. čąber, r. čaber, čabrec « serpolet » ; (...)
  • 15 On a une substitution onomastique comparable (mère —> Marie) dans le provençal mariarmo « hysope, s (...)

21Une troisième interprétation, qui ferait de mater la mère de Dieu, est attestée en Russie. Dans cette langue, à côté de tim’jan « thym » emprunté à l’allemand, il existe de nombreuses dénominations locales, dont des représentants du thème est-européen *kimbro-14. Une désignation relève plus particulièrement du champ lexical qui fait l’objet de cette étude, à savoir bogorodskaja trava, bogorodničnaja travka « herbe de la Mère de Dieu (Bogorodica) »15 :

(16) « Parmi les herbes de la Mère de Dieu (Bogorodica) la première place est occupée, de toute évidence, par le ‘thym rampant’ (timi’jan polzučij) ou čabrec, Thymus serpyllum L » (Kolosova 2010, p. 98).

22Bogorodskaja trava est probablement l’adaptation chrétienne d’un forme comparable à matris animula. Certains rites, inséparables des vertus thérapeutiques et magiques du thym, sont probablement des rites païens christianisés, comme le fait d’orner de thym ou de serpolet les icones de la mère de dieu le jour de la Dormition (Uspenie).

  • 16 Hensłowa, 1977, p. 176-179 ; Kolosova, 2010, p. 99.
  • 17 Hensłowa, 1977, p. 181.
  • 18 En Grèce, la plante nommée ἑλένιoν serait née des larmes versées par Hélène, abandonnée sur une île (...)

23On utilisait aussi le pouvoir désinfectant du serpolet, perçu comme magique, dans la vie courante : lors d’un décès, on bénissait des herbes de la Bogorodica, qui servaient ensuite à purifier la maison16 ; on en faisait aussi des fumigations pour les vaches qui venaient de vêler, pour les pots à lait afin d’éviter que le lait ne tourne17. Cette place de la plante dans le rituel a engendré un récit étiologique : le serpolet est né des larmes versées par Marie18 ; d’où le nom régional plakun :

(17) « Plakun ‘thym’ est dérivé de plakat’ ‘pleurer’ : diverses plantes, dont le thym, seraient nées des larmes versées par la Vierge devant le corps de son fils » (Kolosova, 2010, p. 99).

24V. Kolosova (ibid.) cite un poème où est posée la question : « Pourquoi la plante plakun estelle appelée la mère des plantes ? ». Une réponse est donnée : « Des larmes que la Mère a versé sur son fils est née la plante plakun, la mère des plantes. » La plante associée à la Mère devient la mère des plantes, cheminement sémantique qui pourrait éclairer l’anglais mother of thyme.

8. Mother of thyme – mother of herbs

25On retrouve en effet la mère dans un nom anglais du serpolet, mother of thyme, attesté au xviie siècle :

(18) Serpolet : m. running time, wild time, creeping time, mother of time, Puliall mountaine, Our Ladies Bedstraw (Cotgrave, 1611).

26N. Culpeper, botaniste du xviie siècle, distingue le thym (common garden thyme) et le serpolet (wild thyme, mother of thyme). Les vertus médicales qu’il prête au thym sont celles que mentionnent les médecins antiques (§ 4) :

(19) (Thyme) being a notable herb of Venus, provokes the terms, gives safe and speedy delivery to women in travail, and brings away the after-birth (Culpeper, 1880, p. 371).

27Un autre nom de plante contient le nom de la mère, motherwort « agripaume (Leonurus cardiaca) », plante dont on pensait qu’elle pouvait apaiser les douleurs de l’enfantement, nouvel exemple des liens entre médecine et onomastique :

(20) ‘Mother of Thyme’ was probably derived from the use of the plant in uterine disorders, in the same way that ‘Motherwort’ (Leonurus cardiaca) has received its popular name for use in domestic medicine (Grieve, 1931, online).

  • 19 Il est nommé en premier chez le pseudo-Apulée.

28À date plus ancienne, dans une formule magique contre le poison (vieil anglais du ixe siècle), le plantain est appelé « mère des herbes », peut-être en raison de son importance dans la pharmacopée antique19 :

(21) Ond þu, wegbrade, wyrta modor... (Nine Herbs Charms, v. 7)20

« And, you, Waybread (Plantain), mother of herbs... »

29Il y a eu convergence entre un calque de matris animula, *mother’s thymethyme vaut à la fois θύμoς et θυμός, et une épithète « mère de plantes », qui souligne l’importance d’une plante, peut-être dans ses liens avec une Mère divine, comme en Russie (§ 7).

9. Isidore comme source des formes slaves

30Les noms slaves sont considérés par la plupart des lexicologues comme des calques probables de la forme latine. C’est l’opinion de Novotný (1964, p. 36) : « mateřídouška est sans aucun doute la traduction du latin matris animula » ; il rejette l’explication de ceux qui, se fondant sur les données russes, glosent mateřídouška par duše (dech) Panny Marie « l’âme (l’esprit) de la Vierge Marie ».

31Les dictionnaires étymologiques slaves mentionnent la forme latine :

(22) « Pour cette plante (macierzanka) on retrouve des noms comparables dans d’autres langues (slaves) [...] voir aussi le latin médiéval (viie s.) matris animula [...] qui pourrait avoir été calqué par les Slaves » (Borys, 2008, p. 309).

32Une autre approche insiste sur l’ancienneté du conte, considéré comme la source de la lexie « âme maternelle » :

(23) « L’expression mateřídouška [...] est née d’un conte populaire (voir la Kytice d’Erben) qui raconte la réincarnation dans cette plante d’une mère éteinte prématurément [...]. La forme matris animula attestée en latin médiéval (viie s.) pourrait témoigner en faveur de l’ancienneté de ce conte, forme qui correspond presque exactement aux noms slaves » (Rejzek, 2001, p. 367-368).

10. Calque du latin et traditions populaires

33L’enquête a montré que le nom de plusieurs plantes faisait référence à la mère, soit parce que la plante avait des vertus médicales en gynécologie, soit parce que leur pouvoir était attribué à leur relation avec une Mère divine. En latin, matris animula est isolé chez Isidore et n’apparaît pas ailleurs, ni dans le corpus médical, ni dans les mythes relatifs à la naissance des plantes. Au contraire, dans le domaine slave, on a une grande créativité populaire dans le lexique botanique avec parallèlement des mythes qui semblent étiologiques. Kolosova, reprenant les remarques de M. Hensłowa (1977, p. 165), résume bien le problème historique :

(24) « De toute évidence, le nom du serpolet (i. e. pol. arch. macierzaduszka), à l’origine une traduction (du latin matris animula), a pénétré profondément dans la culture des Slaves ; le second terme du nom, mis en relation avec duša, a été interprété comme signifiant ‘plante odorifère’ ; au premier terme on a donné aussi le sens de ‘matrice’. Ainsi, selon Vasmer, macierzaduszka désigne une plante qui, par son parfum, exerce une influence calmante sur la matrice » (Kolosova, 2009, p. 82).

34Le fait le plus étrange dans ce dossier est l’isolement de matris animula en latin ; on ne connaît pas la source d’Isidore et même si, comme le suggère le contexte, il a trouvé la lexie chez un médecin, celle-ci pourrait provenir de la phytonymie populaire de ses contemporains. On a en fait le choix entre deux hypothèses :

    • 21 Quenula chez Hildegarde de Bingen (xiie s.)..

    La culture romaine a exporté le serpolet pour ses vertus médicales et magiques (rituelles), nommant cette plante cunila, nom ancien de la sarriette (all. Quendel « serpolet »)21, puis serpillum « (thym) rampant » (forme classique, langues romanes) et enfin matris animula (forme tardive, langues slaves) ; la distribution géographique reflèterait la chronologie de l’emprunt.

  1. Dans la médecine populaire, le serpolet et le thym étaient appréciés pour leurs vertus gynécologiques ; ils étaient par excellence le remède de la matrice. Il en est né une désignation populaire métaphorique. Il est difficile de faire la part de la création spontanée et de l’emprunt. On peut comparer avec la désignation du serpolet comme « thym rampant », qu’on trouve en grec, en latin, en anglais ou en russe. Chacun peut vérifier cette propriété du serpolet et la transposer dans l’onomastique mais un bilingue transférera volontiers ce nom pertinent d’une langue à l’autre, amorce de l’emprunt.

35Il reste un point, indépendant de ces deux hypothèses : une désignation métaphorique stimule l’imagination des locuteurs, qui apprécient les signifiants motivés. On voit naître des récits étiologiques, comme la légende recueillie par Erben (§ 6) ou le mythe des plantes qui naissent des larmes de la Mère de Dieu (§ 7).

36Quand le signifiant contient un mot polysémique comme « mère », il est susceptible de plusieurs interprétations ; on a ainsi trois niveaux de justification pour matris animula « serpolet » : vertu médicale de la plante, incarnation d’une mère morte prématurément, relation cultuelle avec une Mère divine.

37Le témoignage isolé d’Isidore de Séville ne permet malheureusement pas de connaître le contexte où est née la lexie latine matris animula et donc d’établir une hiérarchie entre ces trois niveaux.

Haut de page

Bibliographie

Adams, J. N., 1982, The Latin Sexual Vocabulary, Londres.

Amigues, S., 1990, Un conte étymologique. Hélène et les serpents, Journal des savants 3, p. 177-198.

Bonet, V., 1993, Le thym médicinal antique : un cadeau divin, dans M.-Cl. Amouretti et G. Comet (éd.), Des hommes et des plantes, Aix-en-Provence, p. 11-21.

Borys, W., 2008, Słownik etymologiczny języka polskiego [Dictionnaire étymologique de la langue polonaise], Cracovie.

Brückner, A., 1957, Słownik etymologiczny języka polskiego, Varsovie.

Byl, S., 1989, L’odeur végétale dans la thérapeutique gynécologique du Corpus hippocratique, RBPh 67 (1), p. 53-64.

Christol, A., 2016, Le latin des cuisiniers. L’alimentation végétale (étude lexicale), Paris.

CGL : Corpus Glossariorum Latinorum III, Leipzig, 1892.

Cotgrave, R., 1611, A Dictionarie (sic) of the French and English Tongues, Londres. Culpeper, N., 1880, Complete Herbal, Consisting of a Comprehensive Description of Nearly all Herbs with their Medicinal Properties, Londres / New York (première édition en 1653).

Détienne, M., 1972, Les jardins d’Adonis, Paris.

Dioscorides, De materia medica, a new indexed version in modern English by T. A. Osbaldeston and R. Wood, Johannesburg, 2000.

Erben, K. J., 1901, Kytice z pověstí národních [Le bouquet des contes populaires], Prague (première édition en 1853).

FEW : Französisches etymologisches Wörterbuch, 1922-1967, Bâle.

Gaide, F., 1996, Les noms des ‘plantes des femmes’ dans les textes médicaux latins, lexicologie et ethnologie, dans M. Fruyt et Cl. Moussy (éd.), Structures lexicales du latin, Paris, p. 85-95.

Grieve, M., 1931, A Modern Herbal (online) : http://www.botanical.com/botanical/mgmh/t/thygar16.html (consulté le 21 août 2015)

Hensłowa, M., 1977, Z badań nad wiedzą ludową o roślinach, II. Thymus serpyllum L. – macierzanka piaskowa [Recherches sur les connaissances populaires relatives aux plantes], Slavia Antiqua 24, p. 163-181.

Kolosova, V. B., 2009, Leksika i simbolika slavjanskoj narodnoj botaniki. Etnolingvoičeskij aspekt [Lexique et symbolique de la botanique populaire slave. Aspect ethnolinguistique], Moscou.

Kolosova, V. B., 2010, Bogorodničnye travy v russkoj kul’ture [Les herbes de la Mère de Dieu dans la culture russe], Russkaja Reč´ 4, p. 98-104.

Merkulova V. A., 1967, Očerki po russkoj narodnoj nomenklature rastenij [Notes sur les noms populaires russes des plantes], Moscou.

Novotný, F., 1964, Mateří douškaMatris animula, Sborník Filosofické Fakulty Brněnské University A 12, p. 35-36.

Rejzek, J., 2001, Český etymologický slovník [Dictionnaire étymologique tchèque], Prague. Sofer, J., 1930, Lateinisches und romanisches aus den Etymologiae des Isidorus von Sevilla, Göttingen.

Haut de page

Notes

1 Je tiens à remercier Olga Spevak qui a bien voulu lire une première version de ce texte ; ses remarques m’ont été précieuses pour l’analyse des formes tchèques aussi bien que latines.

2 Pour la place du thym dans la cuisine romaine, on renvoie à Christol, 2016, p. 191-195.

3 Cunilago « inule visqueuse ». Cunila est un nom latin de la sarriette, en concurrence avec l’emprunt grec satureia et la lexie corona bubula « couronne des bœufs ».

4 Thymiama (gr. θυμίαμα) « encens, fumigation » est à l’origine d’all. Thymian « thym », slovaque tymián, etc. Il existe une variante tchèque, dymián, qui a subi l’influence de dým « fumée ».

5 On citera petrapium = πετρoσέλινoν (Isid. Etym. 17, 11, 2) ou nucalis = καρυωτή « datte » (Isid. Etym. 7, 1), dérivé de κάρυoν « noix ».

6 Byl, 1989, p. 55-56 ; Bonet, 1993, p. 20.

7 La première édition date de 1596 ; citations d’après l’édition de 1623 (Bâle), reproduite sur le site http://gallica.bnf.fr. (consulté le 10 mars 2015).

8 Θυμίασις chez Dioscoride (1, 98) à propos d’un bois (ebenus) dont l’odeur est agréable quand il est brûlé : ἐν τῇ θυμιάσει εὐῶδες. Θύoν ou θύα désigne un arbre proche du cyprès, qui pousse dans la région de Cyrène (Théophraste, Hist. Plant. 5, 3,7) mais ici θυή semble être un déverbatif, nom d’action de θύω.

9 Voir le texte (24). F. Gaide (1996, p. 88) est plutôt favorable à cette explication mais les exemples d’une telle métonymie sont très rares (voir Adams, 1982, p. 106, n. 2).

10 Hensłowa (1977, p. 165) cite Isidore. Brückner (1957, p. 326, s. v. matka) justifie ainsi cette désignation : « herbe dont l’infusion parfumée (napar wonny) est bonne pour la matrice », sans référence à un prototype latin. Il donne duch « esprit, âme » comme glose de wonny.

11 Sofer, 1930, p. 117 ; Kolosova, 2009, p. 82.

12 Hensłowa, 1977, p. 173-175.

13 Voir Hensłowa, 1977, p. 165 ; Kolosova, 2009, p. 82.

14 Vieux russe čębĭrŭ « hysope » (AT, Lev. 14, 51) ; pol. dial. čąber, r. čaber, čabrec « serpolet » ; en baltique : lit. čiobrẽlis « thym ». Au même thème pourrait appartenir roum. cimbru « thym (cimbrude-grădină), serpolet (cimbru-de-câmp), sarriette (cimbru mirositor) ».

15 On a une substitution onomastique comparable (mère —> Marie) dans le provençal mariarmo « hysope, sarriette » cité par Sofer (1930, p. 117), si le mot vient bien de *Mariae anima (étymologie non mentionnée dans le FEW, s. v. hysope ou Maria).

16 Hensłowa, 1977, p. 176-179 ; Kolosova, 2010, p. 99.

17 Hensłowa, 1977, p. 181.

18 En Grèce, la plante nommée ἑλένιoν serait née des larmes versées par Hélène, abandonnée sur une île déserte (Plin. Nat. 21, 59). Théophraste (Hist. Plant. 2, 1, 3) donne ce nom à une plante voisine du serpolet. Sur l’ensemble du dossier, voir Amigues, 1990, p. 178-181.

19 Il est nommé en premier chez le pseudo-Apulée.

20 Texte et traduction anglaise selon l’édition de B. Slade (2002), sur le site : http://www.heorot.dk/woden-9herbs-i.html

21 Quenula chez Hildegarde de Bingen (xiie s.)..

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Christol, « Matris animula « serpolet » : médecine et folklore autour d’un phytonyme »Pallas, 103 | 2017, 219-227.

Référence électronique

Alain Christol, « Matris animula « serpolet » : médecine et folklore autour d’un phytonyme »Pallas [En ligne], 103 | 2017, mis en ligne le 30 mai 2018, consulté le 14 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/pallas/4196 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pallas.4196

Haut de page

Auteur

Alain Christol

Université de Rouen

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search