Navigation – Plan du site
Goûts et odeurs dans l’Antiquité
Archéologie des odeurs

Goûts étrangers et odeurs de fête en Égypte

Foreign Taste and odor of festival in Egypt
Dominique Farout
p. 43-65

Résumés

Deux produits consommés en Égypte ancienne occupent une place particulière : le vin et les parfums, marqueurs d’élite, caractéristiques des fêtes religieuses, de la joie et des plaisirs. Encens et onguents symbolisant le luxe et l’exotisme sont des vecteurs de divinité. À travers les témoignages archéologiques et les images que les Égyptiens nous ont léguées sur les monuments, cet article propose de retracer l’histoire de l’usage de ces produits depuis le IVe millénaire. La plus ancienne représentation d’acclimatation d’arbre pourrait remonter au règne de Scorpion.

Haut de page

Texte intégral

1. Goût du vin, goût de luxe

  • 1 Sur le vin : Montet, 1913 ; Meyer, 1986 ; Poo, 1986 ; Johnson, 1989 ; Lerstrup, 1992 ; Poo, 1995 ; (...)
  • 2 Meeks, 1993, p. 10-35.
  • 3 Par exemple, Hope, 1978 ; Koenig, 1979 ; Tallet, 2003.
  • 4 Mac Govern, 1997 ; Guash Jané et alii, 2004 ; 2006a ; 2006b.

1Nous avons peu d’informations écrites concernant « l’art de vivre » des Égyptiens, cependant, les trouvailles archéologiques et les nombreuses images des tombes de l’élite nous renseignent sur les articles de luxe marqueurs de la qualité des membres de cette classe sociale. S’il est un produit qui est considéré comme prestigieux depuis les prémices de l’histoire égyptienne, c’est bien le vin. L’Égypte est le pays du pain et de la bière, termes génériques pour désigner le repas ; le vin n’y est pas inconnu, mais c’est un produit inhabituel, luxueux, dont la consommation est réservée à l’élite1. Elle est toujours représentée dans des contextes particuliers, surtout rituels. Nous en trouvons les témoignages dans les complexes palatiaux, les magasins des temples et les tombes d’élite2. Il s’agit majoritairement de restes de récipients et de leur étiquetage, dipinti sur la panse qui peuvent livrer des dates et des provenances, ou scellés sur le bouchon d’argile qui informent sur l’institution responsable3. Grâce à la sècheresse du climat, leur contenu peut être préservé. Lorsqu’on l’analyse, il renseigne sur des pratiques parfois étonnantes pour nos contemporains4. À ces informations, s’ajoutent les textes et les images qui couvrent les parois des temples et des tombes. On y constate la présence de cette boisson dans les listes d’offrandes et les scènes de fêtes. Si l’Égypte est productrice de raisin et de vin qu’elle exporte, elle en est aussi importatrice.

Vin du Levant

  • 5 Voir de Miroschevji, 1998 ; 2000 ; de Miroschevji et alii, 2001 ; Nicolle, 2009, p. 33.
  • 6 Sur le serekh, voir par exemple Farout, 2013a, p. 59, fig. 1 ; Vernus, 2011 ; 2016.

2Au ive millénaire, au cours de la période Nagada I-II - Maadi-Bouto, les échanges commerciaux entre l’Égypte et le sud du Levant causent le développement des grands centres urbains du Delta comme Bouto. Plus de deux cent cinquante petits sites sur la côte du Sinaï et d’autres depuis la région du Mont Carmel jusqu’à Byblos, témoignent de relations par cabotage avec l’Égypte5. Ensuite, pendant la période de Nagada III, de la « dynastie zéro » à la fin de la première dynastie (circa 3300-2850), des colonies égyptiennes à but mercantile se développent dans la bande de Gaza. De fait, on trouve des objets égyptiens de cette époque dans tout le Levant sud, en particulier beaucoup de jarres à vin décorées de serekh6, marqueur du pouvoir royal.

3Pendant tout le Prédynastique, les tombes les plus luxueuses contiennent des jarres à vin levantines. Un certain nombre de sépultures du cimetière royal d’Oumm el-Qaab – partie de la nécropole d’Abydos qui deviendra au Moyen Empire le lieu saint où se dérouleront les processions en l’honneur du roi des morts, le dieu Osiris Khentyimentyou – ont livré une quantité notable de vases du Levant Sud.

  • 7 Dreyer, 2011, p. 127-136.
  • 8 Tallet, 2008, p. 41.
  • 9 Braun, 2011, p. 112 ; Porat et Goren, 2001; 2002 ; Mc Govern, 2001 ; Hartung et alii, 2015, p. 295- (...)

4Le paroxysme est atteint avec le mobilier de la tombe U-j découverte en 1988 par une équipe allemande dirigée par Günther Dreyer7. Elle est constituée d’une fosse rectangulaire dans laquelle un ensemble de douze pièces a été construit en terre crue. Elle était couverte de poutres de bois de cèdre du Liban soutenant un tumulus. Datée du xxxiiie siècle avant notre ère, cette tombe a été pillée dès l’Antiquité, mais les fouilleurs y trouvent des objets luxueux, tels une boîte en cèdre, des pions de jeu et un sceptre héqa en ivoire, des tablettes d’ivoire et d’os gravées d’inscriptions hiéroglyphiques, des clous en or, des bijoux, une lame et une magnifique coupe en obsidienne, des vases en quartz rose, en quartz fumé, en dolomite, des onguents, mais aussi de nombreux restes céramiques qui permettent d’estimer la présence de plus de deux mille récipients. Parmi ces trésors, ils mettent au jour sept cents jarres de forme levantine qui devaient contenir à l’origine environ quatre mille cinq cents litres de vin renforcé en sucre par l’adjonction de décoction de figues séchées. Pierre Tallet8 pense que c’était peut-être pour la conservation… En effet, un vin plus sucré et plus alcoolisé supporte mieux le transport et se préserve plus longtemps. En fait, il existe une controverse parmi les céramologues9 concernant la proportion de récipients importés du Levant sud et d’imitations fabriquées en Égypte. Cependant, pour notre propos, la question de l’origine égyptienne ou levantine de ces jarres à vin est périphérique. Il est notable que leur forme levantine leur confère une valeur ajoutée qui constitue un marqueur d’élite identifiable dans tous les cas.

  • 10 Müller, 2014.

5À l’époque thinite, plus particulièrement à la Ire dynastie, circa 3100-2850, les tombes royales sont encore équipées de jarres à vin d’importation10. On trouve dans tout le Levant sud, de nombreuses jarres à vin de fabrication égyptienne portant le nom du roi d’Égypte… Témoignent-elles d’exportations de vin égyptien en direction du Proche-Orient ? S’agit-il d’exportation de récipients égyptiens afin de conditionner la production vinicole levantine ? Par exemple parce que ces vases seraient mieux adaptés pour la conservation ? Pour comparaison, actuellement, les tonneaux de chêne français servent à la maturation du whisky écossais après avoir conservé du sauterne, du cherry ou du porto, ce qui est précisé sur l’étiquette des bouteilles. La marque royale serait alors la preuve du lieu de fabrication de l’objet et de sa qualité. S’agit-il des témoins de la mainmise par le royaume d’Égypte de la production vinicole levantine, d’une colonisation égyptienne, d’envoi de récipients vides par le palais égyptien en vue du conditionnement de la production vinicole levantine destinée à la consommation de l’élite en Égypte ? Quoi qu’il en soit, quelle que soit la réponse à ces questions, il s’agit déjà d’exprimer la traçabilité du produit… cinq millénaires avant que ce soit la mode chez nous. De plus, ces questions révèlent l’importance du commerce du vin lors de la formation du royaume égyptien.

  • 11 Par exemple : Sin. B 81-84 ; voir Grandet, 2005, p. 17-34.
  • 12 « Une terre qui ruisselle de lait et de miel » : Exode 3,8; 13, 5; 33,3 = Lévitique 20,24 = Nombres (...)
  • 13 Sin. B 26-27 ; Sin B 87-92 ; Grandet, 2005, p. 17-34.

6Pendant toute la période pharaonique, l’Égypte importe et exporte du vin. Son élite consomme différentes sortes de vins locaux, de l’Oasis ou étrangers, en particulier du Levant, ce dont témoignent les listes de tributs. L’expression de l’abondance d’une contrée s’exprime régulièrement par la présence de raisin régulièrement associé aux figues, au miel et au lait11, image qu’on retrouve dans la Bible12, dont la valeur symbolique est restée vivace jusqu’à aujourd’hui. Le roman de Sinouhé insiste sur la présence de miel, de lait et de vin dans les mets qu’on prépare au héros au pays du Retenou13.

  • 14 Lesko, 1977 ; Tallet, 2008.
  • 15 Voir Baum, 1988.
  • 16 Brunner, 1977.
  • 17 Tallet, 1995, p. 461.
  • 18 Meeks, 1993, p. 3-10.

7Au Nouvel Empire (circa 1550-1070), le vin14 demeure un produit de consommation de luxe, d’autant plus s’il est importé. C’est aussi le cas des nouveaux produits exotiques15, par exemple les grenades16 ou les pommes de Syrie très prisées des élites dès leur découverte au milieu du deuxième millénaire. À cette époque, la présence du grenadier est habituelle dans le cadre des représentations du jardin « idéal » du Proche-Orient17. Il arrive que de nouvelles cultures soient introduites dans le pays, ainsi les oliviers18 dans le Delta à l’époque ramesside.

  • 19 Harrington, 2016, p. 129-172.
  • 20 Tylor et Griffith, 1894, p. 24-25, pl. VII ; Vernus, 2009-2010, p. 112-114.
  • 21 Meeks, 2000, p. 247.
  • 22 Foucard, 1924 ; Schott, 1953 ; Graefe, 1986 ; Bietak, 2012a, p. 23-35 ; 2012b, p. 135-163.
  • 23 Ainsi, dans la tombe de Neferhotep à Khokha (TT49), fin xviiie dynastie, voir de Garies Davies, 197 (...)
  • 24 Ainsi, l’Enseignement d’Ani 17, 6-11. Vernus, 2001, p. 244-245. Voir aussi la mise en garde de l’ap (...)
  • 25 Sur cette expression dans les tombes, voir Vernus, 2009-2010, p. 82.
  • 26 Sur les chants du harpiste, voir Lichtheim, 1945, p. 178-212 ; Assmann, 1977a ; 1977b, p. 55-84 ; A (...)
  • 27 Brunner, 1966, p. 130-131.
  • 28 Blackman, 1988 ; Grandet, 2005, p. 65-82 ; Mathieu, 2013.

8Le vin est un élément essentiel des fêtes religieuses, ainsi lors des assemblées représentées dans les tombes19 que nous qualifions traditionnellement de banquets alors que l’occupation des protagonistes n’est pas à proprement parler la consommation de nourriture. À El-Kab, dans la tombe de Pahéry (fig. 1), au troisième registre de la scène de banquet un serviteur incite une noble dame mijaurée à boire jusqu’à l’ivresse et à jouir du jour, une autre dame qui esquisse un geste de refus est incitée à s’enivrer par un serviteur et par sa commensale, tandis qu’une autre convive demande 18 coupes de vin car elle a la gorge sèche et veut se souler20. La consommation d’alcool lors de certaines cérémonies, en particulier lors des fêtes hathoriques n’est plus à démontrer21. Ainsi, dans la nécropole thébaine, à l’occasion de la Belle Fête de la Vallée, les convives s’enivrent de conserve22. Il arrive qu’au cours de ces beuveries rituelles, l’un des commensaux, homme ou femme, vomisse23. Assis sur un siège, il est retourné tandis qu’on l’assiste (fig. 2). Pourtant, hors ces contextes religieux, l’abus d’alcool est fortement déconseillé par la littérature sapientiale24. Les légendes de ces banquets précisent qu’il s’agit de jouir du jour (jr.t hrw nfr, litt. « passer une belle journée »)25, ce qu’expriment aussi les chants des harpistes26 qui rappellent à leur auditoire qu’il faut profiter des plaisirs de la vie, parce qu’elle est courte et que nul n’est revenu de l’autre monde pour confirmer l’existence d’une survie27. L’expression jr.t hrw nfr correspond parfaitement au carpe diem d’Horace, il s’agit de profiter de tous les plaisirs, y compris ceux de la chair. Elle est détournée à plusieurs reprises par le recueil satirico-érotique du papyrus Westcar28 pour qualifier un contexte franchement orgiaque. Dans le conte du crocodile de cire, lorsque l’épouse du magicien Sertpierre trompe son mari avec le petit gars et la cellérière : « (…) elles jouirent du jour en compagnie du petit gars » (Westc. 3,9-10). À la fin du conte des rameuses, lorsque Snéfrou se lâche avec les membres de sa cour : « Toute la journée, Sa Majesté fut occupée à jouir du jour en compagnie de la maison du roi vivant, prospère, en bonne santé, au complet, et pour finir, récompensa le prêtre ritualiste en chef Crâneenvie avec toutes sortes de bienfaits. » (Westc. 6,13-15). Enfin, après que Roudedjédit, l’héroïne du dernier conte, qui a mis au monde les enfants de Rê destinés à régner, a raconté à son époux Ouserrê les prodiges qui se produisent chez eux : « Il en fut d’extrême bonne humeur et ils s’installèrent pour jouir du jour. » (Westc. 12,7-8).

Fig. 1. Tombe de Pahéry à El-Kab, scène de banquet.

Fig. 1. Tombe de Pahéry à El-Kab, scène de banquet.

© C. et J.-M. Steyaert.

Fig. 2. Tombe de Neferhotep à Thèbes. Un des convives vomit. D’après de Garries Davies 1973, pl. XVIII.

Fig. 2. Tombe de Neferhotep à Thèbes. Un des convives vomit. D’après de Garries Davies 1973, pl. XVIII.

2. Parfums de fête

  • 29 Sur le parfum dans l’Égypte ancienne, Winand et alii, 1993 ; Shîmy, 1997 ; Warburton, 2008.
  • 30 Ainsi, dans la tombe de Pahéry, voir fig. 1.
  • 31 Cherpion, 1994, p. 79-106 ; Thomson, 1998 ; Rickal, 2008.
  • 32 Sur la conception égyptienne des images, voir Farout, 2013b.
  • 33 Par exemple Ramose, TT55, Laboury, 2010, fig. 4-9, p. 164. Ay et son épouse dans leur tombe à Tell (...)
  • 34 Ainsi dans les tombes d’Amarna, Parênéfer en est dépourvu (TA 7), Laboury, 2010 . fig. 5-13, p. 274 (...)
  • 35 Sur ce type d’artifice, voir Farout, 2013a.
  • 36 Rickal, 2008, p. 265-278.
  • 37 Ainsi le cercueil Musée Rodin Co 871.

9En plus des boissons enivrantes, ces fêtes et ces banquets rituels sont caractérisés par la présence de musiciens et l’abondance de parfums29. En effet, onguents et encens sont des marqueurs de la présence divine et leur fragrance, en aiguisant les sens, sont des vecteurs de joie et de plaisirs. Dans les scènes de banquets du Nouvel Empire, les convives hument des fleurs de lotus et on les parfume. Au-dessus de leur coiffure, souvent associé à une fleur de lotus, se trouve ce qui ressemble à une motte de beurre peinte en blanc ou en orangé30, qui s’élève de plus en plus avec le temps jusqu’à prendre la forme d’un long pain de sucre. Il arrive que les vêtements de lin blanc de ces personnages soient représentés couverts de coulures jaunâtres, ou même que toute la zone supérieure des vêtements soit jaune-orangé31 (fig. 3). Il s’agit d’un artifice destiné à figurer le parfum qui, par définition, embaume mais ne se voit pas. Si de nos jours, nous avions gardé ce mode de pensée hiéroglyphique32, nous remplacerions ce gros cône d’onguent et ces à-plat orangés par un grand flacon de « Chanel N°5 », ou d’une autre marque prestigieuse, placé sur la tête des convives. On retrouve ces cônes d’onguent sur la tête des bénéficiaires dans les scènes de récompenses royales33, bien que ce ne soit pas systématique34. Dans les scènes de temple ou de tombe, des vases sont représentés surmontés de ce qui ressemble à un couvercle bombé ou en pain de sucre coloré en blanc ou en jaune-orangé. Il s’agit évidemment de l’indication du contenu du récipient35, le même idéogramme qui se trouve au sommet de la tête des participants aux banquets des tombes et qu’on retrouve sur les vases utilisés par les serviteurs qui oignent ces derniers à cette occasion (fig. 1, deuxième registre, et fig. 3). Cet artifice hiéroglyphique pour exprimer le parfum existe aussi en trois dimensions. Ainsi des statues de toutes tailles et des chabty sont coiffés de cette motte d’onguent36, de même certains cercueils anthropoïdes en costume des vivants du Nouvel Empire sont stigmatisés par ces coulures orangées37.

Fig. 3. Tombe de Roy à Thèbes. Banquet lors de la Belle Fête de la Vallée.

Fig. 3. Tombe de Roy à Thèbes. Banquet lors de la Belle Fête de la Vallée.

La coiffure de la femme est surmontée d’un « cône » d’onguent et d’une fleur de lotus. Les vêtements des deux convives sont couverts de coulures jaune-orangé.

© C. et J.-M. Steyaert.

2.1. Du vrai parfum dans les tombes

  • 38 Teeter (éd.), 2011, fig. 9.7, p. 86, encensoirs déposés dans des tombes du Groupe-A ; fig. 9.10, p. (...)
  • 39 Petrie, 1900, p. 14. Voir Morris, 2007, p. 17.
  • 40 Lhoyer, 2016.
  • 41 Quibell, 1908.
  • 42 Reeves, 2013, p. 287-323.

10Onguents et encens sont omniprésents dans les tombes d’élite depuis le ive millénaire. On y trouve des inscriptions, et des images, mais aussi des récipients parfois encore pleins, des étiquettes et des encensoirs qui témoignent du goût de l’élite pour ces produits depuis la fin du ive millénaire38. En 1900, Flinders Petrie39 déclare que lorsqu’il a fouillé la sépulture du roi Sémerkhet de la ire dynastie, le sable qui la couvrait était saturé d’onguents sur trois pieds d’épaisseur : « hundredweights of it must have been poured out here, and the scent was so strong when cutting away this sand that it could be smelt over the whole tomb. » Lors des pillages de tombes, les onguents sont les prises privilégiées des voleurs, avant l’or40, car très recherchés, donc chers et faciles à écouler. Ainsi, la tombe de Youya et Touya41 (KV46), beaux-parents du roi Amenhotep III (1388 – 1350 avant J.-C.) située dans la Vallée des Rois, visitée trois fois par les voleurs42, fut d’abord vidée de ses cosmétiques parfumés, peu de temps après l’enterrement.

2.2. Les parfums et le divin

  • 43 Voir Barbotin, 2014, p. 27-28 ; Tatomir, 2016.

11L’importance des parfums se reflète dans le nombre conséquent d’épithètes qui y font référence, divines, royales, mais aussi de membres de l’élite de la société. Les noms des parfums sont nombreux et reflètent la grande variété des ingrédients qui les composent. Certains comme « senteur de fête » sont explicites quant à leur finalité. Le nom générique de ces produits, snṯr, un causatif dérivé de la racine nṯr « dieu », signifie « divinisant », ce qui correspond bien à leur nature43.

  • 44 Voir Cabrol, 2000, p. 55-56.
  • 45 Sur cette traduction, voir Chermette et Goyon, 1996, n. 7, p. 48. Pour la liste complète des différ (...)
  • 46 Contrairement à l’inscription qui figure sur le panneau explicatif (This tree was brought from Punt (...)
  • 47 Traduction Barbotin, 2004, p. 10.
  • 48 La question de cette organisation et de la relation entre l’odeur de l’encens et la reconnaissance (...)

12La théogamie d’Aménophis III au temple de Louqsor est explicite sur ce point. Lors de l’accouplement de la reine Moutemouia et d’Amon apparu sous les traits du roi Thoutmosis IV, les effluves qui réveillent la reine révèlent l’identité du roi des dieux. Elle en atteste en des termes sans équivoque : « Ton parfum traverse ma chair toute entière! ». Le palais se trouve alors inondé de la fragrance issue de Pount44. Au deuxième étage du temple de millions d’années de la reine Hatchepsout (1492-1479) à Deir el-Bahari, se trouve la démonstration la plus élaborée qui soit de l’importance du parfum pour prouver la divinité de la personne royale. Sur les parois du côté sud se déroulent les péripéties d’une expédition au lointain pays de Pount. Des arbres à oliban ântyou45 sont mis en pots, emportés à l’aide de palanches jusqu’aux bateaux qui les convoient sur la mer Rouge, puis transportés par voie de terre jusqu’à Thèbes où ils sont replantés46. Une montagne de feuilles odorantes colorées en rouge est mesurée à l’aide d’un boisseau d’électrum avant d’être offerte à Amon-Rê, ainsi que nombre d’autres richesses, lors du face-à-face entre la reine et le dieu exprimant le pouvoir qu’il a accordé à cette dernière qui s’étend jusqu’en ces lointaines contrées. L’ensemble se conclut par une Königsnovelle où la reine déclare désirer transporter Pount à Karnak pour en faire le jardin d’Amon conformément à la volonté de ce dernier. À l’étage inférieur, une expédition aux carrières de granite de la région d’Éléphantine lui fait échos. La reine ordonne d’extraire de grands obélisques monolithes et de les transporter sur le fleuve jusqu’à Karnak où ils sont érigés. Dans les deux cas, la réussite des desseins de la reine constitue une preuve de sa légitimité. La partie nord du deuxième étage présente la suite logique sinon chronologique du récit de la partie sud, à savoir la théogamie d’Hatchepsout. Amon prit l’aspect de Thoutmosis Ier pour rejoindre la reine Iâhmès. « Elle s’éveilla au parfum du dieu, elle rit à Sa Majesté ! Il alla aussitôt vers elle, il entra en elle, il déposa son désir en elle, il se fit voir d’elle en sa forme de dieu lorsqu’il vint devant elle si bien qu’elle jouit à la contemplation de sa splendeur. L’amour de lui parcourut son corps. [Le palais fut inondé du parfum du dieu, toutes ses fragrances furent celles de Pount (…) [elle l’]avait humé (…) ». La reine Iâmès dit : « Ô mon seigneur, si grande est donc ta puissance! Quelle merveille que de contempler ton front, toi qui as uni Ma Majesté à ton pouvoir, toi dont la senteur irrigue mon corps entier !47 » Hatchepsout est donc bien l’enfant de l’union d’Amon et de la reine Iâhmès, le parfum ne laisse aucun doute, la réussite de l’expédition lointaine et de l’acclimatation des arbres à encens à Karnak confirme la théogamie et le couronnement qui en découle48.

3. Transporter et acclimater des arbres exotiques

  • 49 Pour les informations concernant les arbres, leurs essences et leur culture, je suis redevable à mo (...)

13Il s’agit de la représentation la plus célèbre d’acclimatation d’arbres à encens et la plus détaillée qu’on connaisse pour l’époque pharaonique. Ces arbres sont transportés lors d’un long voyage à travers des environnements difficiles, à l’âge adulte semble-t-il, ce qui implique un savoir-faire notable. En premier lieu, il faut préparer l’arbre longtemps à l’avance. Je ne connais pas la question concernant ces arbres tropicaux, mais en pays tempéré l’opération peut couvrir deux années ou plus en fonction des dimensions et de l’âge de l’arbre. Il faut enlever une partie de la ramure et creuser une tranchée autour de sa base en coupant l’extrémité des racines afin d’obtenir une motte, puis la cercler de planches attachées ou un renfort équivalent suivant les dimensions de l’arbre et la nature de la terre. Lors de la transplantation, il faut savoir tontiner la motte, c’est à dire l’entourer de paille attachée par le collet. Il faut savoir garantir l’humidité adéquate de cette motte pendant tout le transport. Ensuite l’arbre est placé dans un trou deux fois plus grand que la motte et arrosé convenablement. Généralement, il faut haubaner l’arbre pour qu’il se maintienne. Cela demande donc une grande expérience. Nous verrons infra que les Égyptiens l’avaient déjà acquise au plus tard au début de l’Ancien Empire, peut-être même déjà pendant la dynastie zéro. Enfin, ils savaient reproduire artificiellement des arbres, au moins les sycomores, en les marcottant.49

3.1. Les arbres à encens de Sahourê

14L’expression de la divinité du roi par le biais de l’acclimatation d’arbres à encens n’est pas une innovation du Nouvel Empire. Sur la chaussée du complexe funéraire de Sahourê, Ve dynastie, le sujet des arbres à encens est traité sur deux tableaux.

  • 50 El-Awady, 2009, pl. V.
  • 51 Communication personnelle de Patrice Pomey, le 31/08/2012.
  • 52 Farout, 2014, p. 31-42. Ce bâton mdw est à l’origine du bâton mateh de Moïse.

15Le premier50 (fig. 4) est organisé en deux parties. Au registre inférieur, des bateaux sont représentés sur deux rangées, mâts baissés, tournés vers la droite, donc de même orientation que le roi au registre supérieur. Les bateaux de la rangée supérieure sont « caractéristiques des bateaux de mer. Ceux de la rangée inférieure ont une forme nilotique. Mais de telles embarcations aménagées pour la pleine mer existent51. » Les hommes qui accompagnent les bateaux sont des membres de l’appareil judiciaire. La présence de ces témoins dignes de foi valide la valeur performative de l’évènement représenté. Un certain nombre d’éléments iconographiques est destiné à marquer l’exotisme de leur voyage : les singes et les chiens embarqués sont tous attachés par une laisse qui montre la domestication, exprimant la prise de pouvoir sur ces éléments qui fonctionnement comme des déterminatifs du monde exotique. Les personnages qui sont à bord, portent des titres caractéristiques des expéditions. C’est donc cette partie du tableau qui donne le contexte général de la scène : le retour d’un périple maritime vers de lointaines contrées. Au registre supérieur, Sahourê en taille héroïque est entouré des membres de sa famille et de ses courtisans. Portant la barbe droite, et un pagne plissé à devanteau, chaussé de sandales, il se tient debout, jambe en avant devant des arbres exotiques qui ont été transplantés en Égypte. Il manie une herminette afin de les scarifier pour obtenir des larmes d’encens. De l’autre main, il tient une longue canne médou qui lui confère la capacité de parole impérieuse52. Devant le roi, un ami unique – un ritualiste autorisé à toucher le corps du roi – tient d’une main un mouchoir et une sorte de plumeau ou de balais. Il tend l’autre main paume en haut pour recueillir les copeaux qui tombent des arbres sacrés. Les animaux exotiques ramenés vivants et domestiqués de la partie inférieure ainsi que les arbres de même provenance qu’on a transplantés pour les acclimater à la terre d’Égypte de la partie supérieure livrent la même information en miroir : la soumission de contrées lointaines au pouvoir du roi.

Fig. 4. Relief de la chaussée de Sahourê à Abousir. Acclimatation des arbres à encens. El-Awady, 2009, pl. V.

Fig. 4. Relief de la chaussée de Sahourê à Abousir. Acclimatation des arbres à encens. El-Awady, 2009, pl. V.
  • 53 El-Awady, 2009, pl. VI.
  • 54 Farout, 2008, p. 32-34.
  • 55 Farout, 2012, p. 104.

16Le second tableau53 (fig. 5) se déroule dans un lieu nommé « le Support de la perfection de Sahourê » qui est donc un édifice de couronnement royal. À la partie supérieure, le roi siège entouré des mêmes personnages que sur le tableau précédent, membres de la famille royale et de la cour. Derrière lui, le grand éventail appuyé contre un trône marque la solennité de la présence royale, tandis que le râtelier à bâtons signifie qu’il s’agit d’un lieu d’audience judiciaire54. Le repas des chefs des artisans dans un contexte aussi solennel peut surprendre. En premier lieu, il s’agit de l’équivalent d’une signature d’artiste – le fait n’est pas isolé – ensuite, c’est une marque ostensible de la probité du monarque : l’exécution de son monument funéraire est conforme aux règles. Le roi est assis sur un trône placé sur une estrade portant les symboles de sa domination sur le monde. Il est affublé de la barbe droite et de l’uræus et tient dans une main le mouchoir, emblème de magistrature présenté dans la scène précédente par l’ami unique. Le roi tend la main dont le pouce et l’index se rejoignent pour cueillir les larmes d’encens qui couvrent les branches de l’arbre face à lui, qualifié de « sycomore à résine ‘nd »55, au pied duquel l’ami unique tient l’herminette utilisée par le roi dans le tableau précédent. La partie inférieure représente des musiciens du palais et des musiciens de la flotte, confirmant le lien entre musique, parfum et fête, valable pendant toute l’époque pharaonique.

Fig. 5. Relief de la chaussée de Sahourê à Abousir. Récolte des larmes d’encens. El-Awady, 2009, pl. VI.

Fig. 5. Relief de la chaussée de Sahourê à Abousir. Récolte des larmes d’encens. El-Awady, 2009, pl. VI.

17Un certain nombre d’éléments est remarquable sur les deux tableaux. La mère du roi est présente et les mêmes courtisans entourent le roi. Il est notable que dans le deuxième tableau, le roi est assis sur son trône pour récolter les larmes d’encens, ce qui est impossible matériellement, alors que dans le premier, il était debout, tenant la canne médou. Nous sommes désormais dans la salle de couronnement. La partie inférieure du premier tableau était occupée par les bateaux marquant un retour d’expédition, alors que dans le second, le contexte, une ambiance de fête, est marqué par les musiciens qui sont en grande partie des marins, ce qui constitue un lien entre deux activités apparemment différentes. On doit noter aussi la présence du repas ostensible des chefs des artisans qui ont fait le complexe funéraire du roi, son mobilier et surtout son décor...

18Il y a donc une évolution entre les deux scènes, qui correspond à un enchaînement logique : le thème du second tableau résulte de celui du premier. Il y a un lien manifeste entre la récolte de l’encens et l’apparition en gloire du roi sur son trône, avec les régalia, ayant subjugué les pays étrangers, assisté de ses courtisans, son complexe funéraire achevé, et la musique qui l’entoure. Tous ces éléments mettent en valeur la divinité du personnage royal.

19La récolte de l’encens par le roi exprime ses capacités : ses actes produisent l’effet attendu. De même que lorsqu’il a envoyé l’expédition au loin, elle a rapporté les produits escomptés, de même lorsqu’il a scarifié les arbres, ils ont produit de l’encens. De plus, la domestication des animaux et celle de ces plantes provenant d’un « autre monde » en relation avec « la terre du dieu », ces arbres des régions fabuleuses qui obéissent au roi en produisant pour lui l’encens est un vecteur fondamental de divinité. Cet encens que les arbres sujets du dieu ont accepté de produire au bénéfice du roi d’Égypte symbolise la soumission du monde étranger à la volonté du roi avec le consentement du dieu. Par ce truchement, il fournit une double preuve tangible de sa légitimité. On comprend alors pourquoi le roi est représenté sur son trône portant les regalia ainsi que la relation de cet acte avec la légende inscrite sous ses pieds et la représentation des deux lions sous le trône.

  • 56 Il est bien évident qu’on ne plaçait pas une motte de graisse odorante qui dégoulinait sur la tête (...)

20De ce point de vue, l’organisation de ce tableau – avec les musiciens, les membres de la famille et les amis du propriétaire de la tombe assis en registre en assemblée devant lui qui siège face à eux, les personnages qui mangent en sa présence et l’encens – n’est pas sans rappeler l’organisation du banquet funéraire des tombes du Nouvel Empire : face au défunt siégeant, les invités en registre avec le cône de parfum représenté sur leur tête, de dimensions exagérées56, accompagnés de musiciens, etc. Toute proportion gardée, cette ressemblance iconographique doit correspondre à une signification comparable. En effet, musique et parfum sont deux vecteurs de divinité régulièrement associés dans la pensée égyptienne.

3.2. Les plus anciennes attestations d’expéditions à Pount et d’acclimatation d’arbres exotiques

  • 57 Edel, 1996, p. 200-203, fig. 275 p. 201.
  • 58 Tallet et Mahfouz, 2012.
  • 59 Tallet, 2012a, p. 151-153, fig. 1 p. 155, fig. 12-24 p. 161-168 ; Tallet, 2013, p. 195-197.
  • 60 Tallet, 2012c.
  • 61 Abd el-Razid et alii 2016.
  • 62 Datant du Moyen Empire, ce sont peut-être les plus anciens bateaux de mer connus à ce jour.
  • 63 Abd el-Raziq et alii, 2002 ; Tallet, 2012 b.
  • 64 Sur l’emplacement du pays de Pount, voir Meeks, 2003.
  • 65 Bard et Fattovich (éd.), 2007 ; Bard et Fattovich, 2015, p. 4-11.
  • 66 Jasmin, 2005, p. 49-62 ; Tallet, 2013, p. 198-203.
  • 67 Tallet, 2013, p. 198-201, note 31. Sperveslage, 2016, fig. 14.2 p. 306.
  • 68 Sperveslage, 2016.

21Actuellement, la plus ancienne attestation explicite d’acclimatation d’arbres exotiques remonte au règne de Snéfrou, au début de la IVe dynastie. Sur un relief de son complexe funéraire à Dahchour57 (vers 2650 avant J.-C.), le roi est représenté debout, jambe en avant, tenant dans la main gauche la canne qui lui confère la capacité de parole impérieuse, dans la droite, la massue blanche. Coiffé de la perruque courte, avec bandeau et uræus, surmontée de la couronne ibès, il porte le pagne chendjit avec la queue de taureau. Tous ces éléments soulignent l’importance de la scène. Sous les pieds du roi étaient représentés trois arbres, chiffre qui exprime le pluriel. Devant lui une colonne de hiéroglyphes légende : « Regarder pousser les pins âch verts et les arbres à oliban verts ». La provenance de ces essences n’y est pas expressément citée, cependant, les premières sont septentrionales et les secondes méridionales. La réalité d’expéditions maritimes lointaines sur la mer Rouge58 dès le début de la IVe dynastie s’est trouvée confirmée par la découverte au Wadi Jarf, à vingt-cinq kilomètres de Ras Zafarana, d’un port antique comprenant plus de trente galeries pour entreposer les bateaux entre les expéditions, et une jetée en pierres appareillées en forme de L qui avance en mer sur une longueur de près de trois-cents mètres. Les fouilleurs y ont trouvé des céramiques caractéristiques de la IIIe dynastie au début de la IVe dynastie et de nombreuses ancres, inscrites en rouge aux noms des rois Qahédjet et Khéops59. Le port de ‘Ayn Soukhna60, à cinquante-cinq kilomètres au sud de Suez, a livré des installations impressionnantes, comprenant des galeries à bateaux61 qui ont livré les restes de deux navires carbonisés62, un matériel nombreux et de nombreuses inscriptions63 témoignant d’une occupation depuis l’Ancien Empire jusqu’au Nouvel Empire, mais surtout à l’Ancien et au Moyen Empire. L’activité de ces deux sites portuaires était principalement tournée vers le Sinaï et ses mines, mais un nombre conséquent d’indices montre qu’on les empruntait aussi pour des expéditions vers le sud, et donc vers Pount. De plus, les monuments, les nombreux restes de bateaux et des restes céramiques caractéristiques de l’Arabie du sud et du sud de la côte africaine de la mer Rouge64, découverts lors des fouilles de l’installation portuaire de Mersa Gawasis65, à vingt-cinq kilomètres au nord de Safaga, témoignent de navigations vers Pount par la mer Rouge au Moyen Empire et au Nouvel Empire. La dernière attestation d’expédition à Pount date de Ramsès III66 (1183-1152). L’abandon de la route maritime à la fin du Nouvel Empire n’est probablement pas causé par l’émergence de la route caravanière de l’encens à travers la péninsule arabique qui est probablement très ancienne. Sous Ramsès III, elle est contrôlée sur une partie notable de son trajet comme en témoignent les stèles rupestres au nom de ce roi trouvées jusqu’en Arabie saoudite, à soixante kilomètres au nord de l’oasis de Tayma67. Il me semble que l’abandon de la voie maritime à la fin de la XXe dynastie corresponde à l’affaiblissement du pouvoir égyptien et le déclin de nombreux échanges commerciaux liés à la crise économique de la fin de l’âge du Bronze. Quoi qu’il en soit, les témoignages de relations entre Égypte et péninsule arabique par voie de terre ne manquent pas au premier millénaire68.

3.3. Scorpion, la première représentation d’acclimatation d’arbre par le roi ?

  • 69 Chicago, Oriental Institute Museum E24069 ; pierre calcaire, H. 8,9 cm ; Ø max. 15,2 cm, groupe A, (...)
  • 70 Oxford, Ashmolean Museum E 3632. Calcaire, H. 32,5 cm, Ø max. 28 cm. Quibell et Green, 1898, pl. 26 (...)

22L’association parfums, expédition victorieuse, divinité - royauté est clairement exprimée dès la fin du IVe millénaire par le décor de l’encensoir découvert en 1964 dans la tombe 24 du cimetière L de Qustul69. Le décor historié de la tête de massue votive du roi Scorpion provenant de la cachette de Hiérakonpolis70 est en partie perdu. Bien qu’il ait donné lieu à de nombreuses interprétations, nous en proposons ici une nouvelle. Nous le décrivons de haut en bas (voir fig. 6). Au registre supérieur encadré par une ligne supérieure et une ligne inférieure de sol, se trouvent deux groupes d’enseignes divines affrontées. Il en subsiste sept tournées vers notre droite. À chacune d’elles est pendu un vanneau huppé représentant les ennemis du nord vaincus par le roi. Seul les restes de trois des enseignes qui leur faisaient face sont encore identifiables, permettant cependant de conclure qu’à chacun de ces emblèmes divins était attaché un arc représentant probablement les ennemis du sud vaincus. Il s’agit de l’expression de la victoire royale sur l’ensemble du monde, un thème qui sera un poncif de l’iconographie pharaonique. Une figure du roi, aujourd’hui perdue, se trouvait peut-être en connexion avec ce thème. Devant les deux porte-enseignes subsistant au registre sous les vanneaux, ce qui semble l’avant d’un pied de grande taille pourrait en témoigner. Il est cependant possible que ce soit l’extrémité antérieure d’une figure de l’Horus de Hiérakonpolis tourné vers notre gauche…

Fig. 6. Le décor de la tête de massue du roi Scorpion. Montage de B. Lhoyer d’après Gautier et Midant-Reynes, 1995, fig. 1 p. 88 et fig. 12 p. 106.

Fig. 6. Le décor de la tête de massue du roi Scorpion. Montage de B. Lhoyer d’après Gautier et Midant-Reynes, 1995, fig. 1 p. 88 et fig. 12 p. 106.

23Le tableau inférieur très développé comporte deux scènes organisées de façon assez complexe en plusieurs sous-registres délimités par des lignes de sol et par la représentation de bras d’eau.

  • 71 Oxford, Ashmolean Museum E 3631. Calcaire, H. 20 cm. Quibell et Green, 1898, pl. 26 b ; Gautier et (...)

24À notre gauche se trouvent trois registres délimités par une ligne de sol. Le registre inférieur est perdu. Les deux registres supérieurs sont bordés à droite par des touffes de papyrus et portent des personnages tournés vers notre gauche. Au registre central subsistent quatre danseuses tournées vers notre gauche. Au registre supérieur, il ne reste que deux femmes assises dans des chaises à porteurs, suivies par un personnage debout tenant un bâton. La comparaison avec d’autres documents de cette époque, en particulier la tête de massue de Narmer71 incite à reconstituer une image du roi couronné dans un kiosque faisant face à ces personnages. Un fragment déconnecté porte la trace de la rosette qui sert à désigner le roi. Même si la première proposition est la plus probable, on ne peut déterminer s’il s’agit de l’image du roi en relation avec la scène des danseuses et des chaises à porteurs ou si elle était en relation avec les enseignes victorieuses. En effet, on ne peut savoir s’il y avait en tout à l’origine deux ou trois représentations du roi.

25Le dernier tableau est le plus complet. Il est caractérisé par la représentation du roi, debout, jambe en avant, orienté vers la droite, coiffé de la couronne blanche de Haute Égypte, vêtu d’un justaucorps noué sur une épaule, d’un pagne court avec queue de taureau à la ceinture tient une houe. Il est suivi de deux porteurs d’éventail. Devant lui, un homme courbé présente un couffin alors qu’un autre tend des deux mains ce qui ressemble à un balai qui pourrait être l’ancêtre de celui présenté par l’ami unique sur le tableau de la scarification des arbres par Sahourê. Ce dernier porte le costume caractéristique de l’énigmatique ṯt, précurseur probable du prêtre sem qui assiste le roi lors des cérémonies importantes sur les reliefs de l’Ancien Empire. Sous les pieds du roi, le bras d’eau bifurque vers le bas. Deux hommes barbus, portant une ceinture et un cache-sexe pour tout vêtement, sont affrontés de part et d’autre de la branche verticale de ce canal, rappelant les deux personnages qui maintiennent en laisse les serpopards de la scène centrale de la palette de Narmer… Un sanctuaire divin se trouve derrière l’homme de gauche et un autre sous le bras d’eau inférieur. Derrière l’homme de droite un troisième personnage de même nature manie une houe. Derrière eux, se trouve un arbre dont le pied est caché par un grand rectangle suivi de l’extrémité d’un grand bateau.

  • 72 Edwards, 1972, I/2, p. 6 ; Hoffman, 1980, p. 313 ; W. S. Smith, 1981, p. 34.
  • 73 Bard, 1992, p. 303 ; Davies, 1992, p. 224.
  • 74 Gautier et Midant-Reynes, 1995, p. 106-107.
  • 75 Le même signe du sanctuaire per-nou évoque le monde divin sur la palette de la chasse. British Muse (...)
  • 76 Glassner, 2000, p. 26.

26L’interprétation la plus fréquente de cette scène est que le roi creuse un canal72, peut-être pour l’irrigation, pour faire fructifier le pays73. On a proposé que ce soit un canal destiné à la navigation à cause de la présence du bateau74. Cependant, il me semble logique de comprendre l’association des images « arbre » et « bateau » comme « arbre exotique ». Dans ce cas, la voie d’eau évoque le trajet suivi par l’expédition pour rapporter au roi une espèce lointaine. Le roi est donc, à mon avis représenté transplantant un arbre exotique, d’autant plus qu’il est en motte de façon comparable à ceux d’Hatchepsout. À nos yeux modernes, il ressemble à un palmier, mais à y regarder de plus près, ce n’est pas si sûr. Il est en fait impossible, pour l’instant, d’en déterminer la nature, même si on peut supposer qu’elle soit suffisamment remarquable pour servir de prétexte à une scène royale. La présence des deux sanctuaires per-nou me semble suggérer que cet arbre exotique se trouve associé à un espace cultuel ou au monde divin75, ce qui incite à rapprocher cette scène du programme iconographique du complexe d’Hatchepsout à Deir el-Bahari. Ainsi, l’association des thèmes qui décorent la massue de Scorpion – victoire sur les ennemis, acclimatation d’arbres exotiques dans un contexte divin et couronnement du roi – correspond à une expression classique de l’idéologie pharaonique dont nous aurions ici la plus ancienne attestation reconnue. Ils sont clairement destinés à démontrer la splendeur et la puissance du règne de Scorpion ainsi que la divinité de sa nature, mais il est impossible d’y discerner la part d’historicité, même si on peut supposer que la valeur performative du monument soit liée à la réalité de l’évènement. On notera qu’en Mésopotamie aussi, l’arboriculture est une activité royale, comme en témoigne le cycle d’Enmerkar76. Quoi qu’il en soit, la capacité des Anciens Égyptiens à transplanter un arbre sur de telles distances et à l’acclimater à un biotope aussi différent du sien depuis des temps aussi reculés, est admirable. Nous ne saurons probablement jamais quelle est la part des Égyptiens et celle des habitants des régions d’origine de ces arbres concernant la gestation de ce savoir-faire.

Haut de page

Bibliographie

Abd el-Raziq, M., Castel, G., Tallet, P. et Ghica, V, 2002, Les inscriptions d’Ayn Soukhna, MIFAO, 122, Le Caire.

Abd el-Raziq, M., Castel, G. et Tallet, P., 2016, Ayn Soukhna III, Le complexe des galeries-magasins, FIFAO, 74, Le Caire.

Altenmüller, H., 1978, Zur Bedeutung der Harfnerlieder des Alten Reiches, SAK 6, p. 1-24.

Asensi-Amoros, V., 2003, Essences à brûler en Égypte ancienne : une enquête ethnobotanique du côté de la Corne de l’Afrique, Memnonia, Cahier Supplémentaire, Parfums, Onguents et Cosmétiques dans l’Égypte Ancienne, 1, p. 1-19.

Assmann, J., 1977a, Harfnerlieder, II, col. 972-982

Assmann, J., 1977b, Fest des Augenblick - Verheissung der Dauer. Die Kontroverse der ägyptische Harfnerlieder, dans J. Assmann, E. Feucht et R. Grieshammer (éd.), Fragen an die altägyptische Literatur. Studien zum Gedanken an Eberhard Otto, p. 55-84.

Assmann, J., 1979, Harfenlieder und Horussöhne. Zwei Blöcke aus dem verschollenen Grab des Bürgermeisters Amenemhet (Theben NR 163) im British Museum, JEA, 65, p. 54-77.

Barbotin, Chr., 2004, Pount et le mythe de la naissance divine à Deir el-Bahari, CRIPEL, 24, p. 9-14.

Barbotin, Chr., 2014, Couleur, matériau et lumière : la pensée chromatique dans l’Égypte ancienne, Techné, 40, p. 23-29.

Bard, K. A., 1992, Origins of Egyptian Writing, dans R. Friedman et B. Adams (éd.), The Followers of Horus (Mélanges Hoffman), Oxford, p. 297-306.

Bard, K. A. et Fattovich, R. (éd.), 2007, Harbor of the Pharaohs to the Land of Punt, Archaeological Investigations at Mersa Wadi Gawasis, Egypt 2001-2005, Naples.

Bard, K. A. et Fattovich, R., 2015, Mersa / Wadi Gawasis and Ancient Egyptian Maritime Trade in the Red Sea, NEA, 78/1, p. 4-11.

Baum, N., 1988, Arbres et arbustes de l’Égypte ancienne. La liste de la tombe thébaine d’Ineni, OLA 31, Louvain.

Bietak, M. 2012a, Das Schöne Fest vom Wüstentale : Kult zur Vereinigung mit den Toten in der thebanischen Nekropole, dans G. Danek et I. Hellerschmid (éd.), Rituale, Identitätsstiftende Handlungskomplexe. 2. Tagung des Zentrums Archäologie und Altertumswissenschaften. Dph., vol. 437, Vienne, p. 23-35.

Bietak, M. 2012b, La Belle Fête de la Vallée : l’Asasif revisité, dans Chr. Zivie-Coche et I. Germeur (éd.), Parcourir l’éternité, Hommages à Jean Yoyotte, Bibliothèque de l’École des Hautes Études, Section des Sciences religieuses, Paris, p. 135-163.

Blackman, A. M., 1988, The Story of king Kheops and the magicians : transcribes from Papyrus Westcar (Berlin Papyrus 3033) (éd. W. V. Davies), J. V. Books.

Braun, E., 2011, Early Interaction between Peoples of the Nile Valley and the Southern Levant, dans E. Teter (éd.), Before the Pyramids. The Origins of Egyptian Civilization, OIMP, 33, Chicago, p. 105-122.

Brunner, H., 1966, Wiederum die ägyptischen « Make merry » Lieder, JNES, 25 (1966), p. 130-131.

Brunner, H., 1977, Granatapfel, II, col. 891-892.

Cabrol, A., 2000, Amenhotep III le magnifique, éditions du Rocher, Paris.

Chermette, M. et Goyon, J.-Cl., 1996, Le catalogue raisonné des producteurs de styrax et d’oliban d’Edfou et d’Athribis de Haute Égypte, SAK, 23, p. 47-82.

Cherpion, N., 1994, Le « cône d’onguent », gage de survie, BIFAO, 94, p. 79-106.

Davies, W., 1992, Masking the Blow. The Scene of Representation in Late Prehistoric Egyptian Art, Berkeley-Los Angeles-Oxford.

Dayagi-Mendels, M., 1999, Drink and be merry: wine and beer in ancient times (catalogue d’exposition the Spertus Gallery, Israel Museum, Jerusalem, été 1999), Jérusalem.

Dreyer, G., 2011, Tomb U-j: A Royal Burial of Dynasty 0 at Abydos, dans E. Teter (éd.), Before the Pyramids. The Origins of Egyptian Civilization, OIMP 33, Chicago, p. 127-136.

Edel, E., 1996, Studien zu den Relieffragmenten aus dem Taltempel des Königs Snofru, dans P. Der Manuelian (éd.), Studies in Honor of William Kelly Simpson, Boston, p. 199-208.

Edwards, I. E. S., 1972, The Early Dynastic Period in Egypt, dans The Cambridge Ancient History, Cambridge, I/2, p. 1-70.

El-Awady, T., 2009, Sahure - The pyramid causeway History and decoration program in the Old Kingdom (Abusir XVI), Prague.

Farout, D., 2008, Quelques activités artisanales dans la tombe de Ti, ÉA&O, 49, p. 19-36.

Farout, D., 2012, Les déclarations du roi Sahourê, RdE, 63, p. 103-114.

Farout, D., 2013a, Sens dessus dessous ou comment montrer ce qui est caché, Pallas, 92, p. 57-70.

Farout, D., 2013b, Images ou hiéroglyphes ?, Pallas, 93, p. 19-52.

Farout, D., 2014, La canne mdw et le pharaon, ÉA&O, 74 (juin-juillet-août 2014), p. 31-42.

Fischer-Elfert, W., 1994, Vermischtes III. Zum Zusammenhang von Harfnerlied und Beförderung, GM, 147, p. 47-48.

Foucard, G., 1934, La belle fête de la vallée, BIFAO, 24, p. 1-209. 

Fox, M., 1982, The Entertainment Song Genre in Egyptian Literature, dans S. I. Groll (éd.), Egyptological Studies (Scripta Hierosolymitana XXVIII), 1982, p. 268-316.

Garies Davies (de), N., 1908, The Rock Tombs of El Amarna VI.

Garies Davies (de), N., 1973, The Tomb of Nefer-Hotep at Thebes I, New York, 1933 (nouvelle édition 1973).

Gautier, P. et Midant-Reynes, B., 1995, La tête de massue du roi Scorpion, ArchéoNil, 5, p. 87-127.

Glassner, J.-J., 2000, Écrire à Sumer. L’invention du cunéiforme, Paris.

Graefe, E., 1986, Talfest, VI, col. 187-189

Grandet, P., 2005, Contes de l’Égypte ancienne, Hachette Littératures, Paris, 1998, éditions Khéops, Paris.

Guach Jane , M. R., Iberne-Gomez, M. , Andres-Lacueva, Cr., Jauregui, O. et Lamuela-Raventos, R. M., 2004, Liquid Chromatography with Mass Spectrometry in Tandem Mode Applied for the Identification of Wine Markers in Residues from Ancient Egyptian Vessels, Analytical Chemistry 76, 6, p. 1672-1677.

Guash Jané, M. R., 2005, El vi a l’Àntic Egipte, Université de Barcelone.

Guash Jané, M. R., Lamuela-Raventos, R. M., Jauregui, O., Andres-Lacueva, Cr., 2006a, The origin of the ancient Egyptian drink SHEDEH revealed using LC/MS/MS, Journal of archaeological science, 33, 1, p. 98-101.

Guash Jané, M. R., Lamuela-Raventos, R. M., Jauregui, O. et Andres-Lacueva, Cr., 2006b, First evidence of white wine in ancient Egypt from Tutankhamun’s tomb, Journal of archaeological science, 33, 8, p. 1075-1080.

Guash Jané, M. R., 2008, Wine in Ancient Egypt: A cultural and analytical study, BAR International Series 1851, Oxford.

Harrington, N., 2016, The Eighteenth Dynasty Egyptian banquet: ideals and realities, dans C. M. Draycott et M. Stamapoulou (éd.), Dining & Death: Interdisciplinary perspectives on the ‘funerary banquet’ in ancient art, burial and belief, Colloquia Antiqua 16, éd. Peeters, Louvain, p. 129-172.

Hartung, U. et alii, 2015, Imported Pottery from Abydos: a New Petrographic Perspective, Ägypten und Levante, 25, p. 295-333.

Hoffman, M. A., 1980, Egypt before the Pharaohs, Londres, 1980.

Hope, C. A., 1978, Jar sealings and Amphorae of the 18th Dynasty: A Technological Study. Excavations at Malkata and the Birket Habu 1971-1974, Egyptology Today 2, Volume V, Warminster, p. 6-7, 14-15.

James, T. G. H., 1996, The Earliest History of Wine and its Importance in Ancient Egypt, dans The origins and ancient history of wine, Amsterdam, p. 197-213.

Jasmin, M., Les conditions d’émergence de la route de l’encens à la fin du IIe millénaire avant notre ère, Syria, 82, p. 49-62.

Johnson, H., 1989, Une histoire mondiale du vin de l’Antiquité à nos jours, Paris, 1989.

Koenig, Y., 1979, Catalogue des étiquettes de jarres hiératiques de Deir el-Médineh, DFIFAO, XXI/1.

Laboury, D., 2010, Akhénaton, Pygmalion, Paris.

Lerstrup, A., 1992, The Making of Wine in Egypt, GM, 129, p. 61-82.

Lesko, L. H., 1977, King Tut’s Wine Cellar, Berkeley.

Lhoyer, B., 2016, Les traces archéologiques des pillages de tombes, Le Juste et le Sacré. Les territoires de la faute (Égypte ancienne et Mésopotamie), Droit et Cultures, 71, p. 49-81.

Lichtheim, M., 1945, The Songs of the Harpers, JNES, 4, p. 178-212

Mac Govern, P. E., 1997, Wine of Egypt’s Golden Age : an Archaeochemical Perspective, JEA, 83, p. 69-108.

Mac Govern, P. E., 2001, The Origins of the Tomb U-j Syro-Palestinian Type Jars as Determined by Neutron Activation Analysis, dans U. Hartung (éd.), Umm el-Qaab 2. Importkeramik aus dem Friedhof U in Abydos (Umm el-Qaab) und die Beziehungen Ägyptens zu Vorderasien in 4. Jahrtausend v. Chr., DAIK, AV 92, Mayence, p. 407-416.

Mathieu, B., 2013, Les contes du papyrus Westcar ou Khéops et les magiciens, publié sur le site de Bernard Mathieu sur Academia.edu, en novembre 2013.

Meeks, D., 1993, Oléiculture et viticulture dans l’Égypte pharaonique, dans M.-C. Amouretti et J.-P. Brun (éd.), Oil and Wine Production in the Mediterranean Area, BCH Suppl. XXVI, Paris, p. 3-38.

Meeks, D., 2000, Mots sans suite ou notations rituelles? (O. DeM 1696 et O. Petrie 36), dans R. J. Desmarée et A. Egberts, Deir el-Medina in the Third Millenium AD. A Tribute to Jac. J. Janssen, Leyde, p. 235-249.

Meeks, D., 2003, Où chercher le pays de Pount ?, dans M-Chr. Grasse (éd.), L’Égypte parfums d’histoire, Grasse, p. 54-57.

Meyer, Ch. 1986, Wein, VI, col. 1169-1192.

Miroschevji (de), P., 1998, Les Égyptiens au Sinaï du nord et en Palestine au Bronze ancien, dans D. Valbelle et Ch. Bonnet (éd.), Le Sinaï durant l’Antiquité et le Moyen Âge. 4000 ans d’histoire pour un désert, Errance, Paris, p. 20-32.

Miroschevji (de), P., 2000, La Palestine, Gaza et l’Égypte au Bronze ancien, dans J.B. Humbert et alii (présenté par), Gaza méditerranéenne. Histoire et archéologie en Palestine, Paris, p. 27-30.

Miroschevji (de), P. et alii, 2001, Les fouilles de Tell es-Sakan (Gaza) : nouvelles données sur les contacts égypto-cananéens aux IVe-IIIe millénaires, Paléorient, Vol. 27, no 2, p. 75-104.

Montet, P., 1913, La fabrication du vin dans les tombeaux antérieurs au Nouvel Empire, RecTrav Relatifs à la philologie et à l’Archéologie Égyptiennes et Assyriennes, 35, p. 117-124.

Morris, E. F., 2007, Sacrifice for the State: First Dynasty Royal Funerals and the Rites at Macramallah’s Rectangle, dans N. Laneri (éd.), Performing Death. Social Analyses of Funerary Traditions in the Ancient Near East and Mediterranean, Chicago, 2007.

Müller, V., 2014, Relations between Egypt and the Near East during the 1st Egyptian Dynasty as represented by the royal tom of Den at Umm el-Qaa/Abydos, dans F. Höflmayer et R. Eichmann (éd.), Egypt and the Southern Levant in the Early Bronze Age, Orient Archäologie 31, Verlag Marie Leidorf, Rahden/Westf.

Nicolle, Chr., 2009, Aux marges du Levant-sud quelques considérations sur l’expansion “égyptienne” dans la seconde moitié du IVe millénaire, dans J. M. Durand et A. Jacquet (éd.), Centre et périphérie : approches nouvelles des Orientalistes. Actes du colloque organisé par l’Institut du Proche-Orient Ancien du Collège de France, la Société Asiatique et le CNRS (UMR 7192), les 31 mai et 1er juin 2006, Paris, p. 29-46.

Petrie, W. M. F., 1900, The royal tombs of the first Dynasty (EEF 8), Londres.

Poo, M. Ch., 1986, Weinopfer, VI, col. 1185-1190.

Poo, M. Ch., 1995, Wine and Wine Offering in the Religion of Ancient Egypt, Londres.

Porat, N. et Goren, Y., 2001, Petrography of the Naqada IIIa Canaanite Pottery from Tomb U-j in Abydos, dans U. Hartung (éd.), Umm el-Qaab 2. Abydos (Umm el-Qaab) und die Beziehungen Ägyptens zu Vorderasien in 4. Jahrtausend v. Chr., DAIK, AV 92, Mayence, p. 466-481.

Porat, N. et Goren, Y., 2002, Petrography of the Naqada IIIa Canaanite Pottery from Tomb U-j in Abydos, dans E. C. M. van den Brink et Th. E. Levy (éd.), Egypt and the Levant: Interrelations from the 4th through the early 3rd Millennium BC, Leicester University Press, Londres, p. 252-270.

Quibell, J. E., 1908, The Tomb of Yuaa and Thuiu, Catalogue Général du Musée du Caire 51001-51191, IFAO.

Quibell, J. E. et Green, F. W., 1898, Hierakonpolis I, ERA 4, Londres.

Reeves, N., 2013, Love Letters from Luxor : Arthur Weigall and the Tomb of Yuya and Tjuyu, dans P. P. Creasman (éd.), Archaeological Research in the Valley of the Kings & Ancient Thebes, Papers Presented in Honor of Richard H. Wilkinson, Wilkinson Egyptology Series, Volume I, University of Arizona Egyptian Expedition, p. 287-323.

Rickal, E., 2008, La noble Baka ou quand les shaouabtys embaument, dans Chr. Gallois, P. Grandet et L. Pantalacci (éd.), Mélanges offerts à François Neveu par ses amis, élèves et collègues à l’occasion de son soixante-quinzième anniversaire, BdE, 145, p. 265-278.

Schott, S., 1953, Das schöne Fest vom Wüstentale. Festbraüche einer Totenstadt (AAW Mainz 11), Wiesbaden.

Shîmy, M. A., 1997, Parfums et parfumerie dans l’ancienne Égypte, de l’Ancien Empire à la fin du Nouvel Empire, ANRT, Lille.

Smith, W. S., 1981, The Art and Architecture of Ancient Egypt, Harmondsworth (Angleterre), 1958, 1965, 1981.

Sperveslage, G., 2016, Intercultural contacts between Egypt and the Arabian Peninsula at the turn of the 2nd to the 1st millenium BCE, dans J.-C. Moreno Garcia (éd.), Dynamics of Production in the Ancient Near East, Oxbow Books, Oxford et Philadelphie, p. 303-330.

Tallet, P., 1995, Le Shedeh : étude d’un procédé de vinification en Égypte ancienne, BIFAO 95, p. 459-492.

Tallet, P., 1998a, Le vin en Égypte ancienne à l’époque pharaonique, Université de Paris IV.

Tallet, P., 1998b, Quelques aspects de l’Économie du vin en Égypte ancienne, dans N. Grimal et B. Menu (éd.) Le commerce en Égypte ancienne, BdÉ, 121, Le Caire, p. 241-263.

Tallet, P., 2003, Les circuits économiques selon les étiquettes de jarres de Deir el-Médineh, dans G. Andreu (dir.), Deir el-Médineh et la Vallée des Rois, Paris, p. 253-273.

Tallet, P., 2008, Une boisson destinée aux élites : le vin en Égypte ancienne, dans Pratiques et discours alimentaires en Méditerranée de l’Antiquité à la Renaissance. Actes du 18e colloque de la Villa Kérylos à Beaulieu-sur-Mer les 4, 5 & 6 octobre 2007, Cahiers de la Villa Kérylos, 19, Paris, p. 39-51.

Tallet, P., 2012a, Ayn Sukhna and Wadi el-Jarf: Two newly discovered pharaonic harbors on the Suez Gulf, BMSAES, 18, p. 147-168.

Tallet, P., 2012b, New Inscriptions from Ayn Soukhna, 2002-2009, dans P. Tallet et El-S. Mahfouz (éd.), The Red Sea in Pharaonic Times, Recent Discoveries Along the Red Sea Coast, Proceedings of the Colloquium held in Cairo/Ayn Soukhna 11th-12th January 2009, BdE, 155, p. 105-116

Tallet, P., 2012c, A New Pharaonic Harbor in Ayn Sokhna (Gulf of Suez), dans D. A. Agius et al. (éd.), Navigated Spaces, Connected Places, Proceedings of Red Sea Project V held at the University of Exeter, 16-19 Sept. 2010, British Foundation for the Study of Arabia Monographs 12, BAR International Series 2346, p. 33-38.

Tallet, P., 2013, Deux notes sur les expéditions au pays de Pount à la lumière de nouvelles données archéologiques, RdE, 64, p. 189-210.

Tallet, P. et Mahfouz, E., 2012, The Red Sea in Pharaonic Times, BdE 155.

Tatomir, R., 2016, To cause “to make divine” through smoke: ancient Egyptian incense and perfume. An inter- and transdisciplinary re-evaluation of aromatic biotic materials used by the ancient Egyptians, dans A. Panaiten, R. Cîrjan et C. Capita (éd.), Moesica et christiana. Studies in Honor of Professor Alexandru Barnea, Braila, p. 665-678.

Teeter, E. (éd.), 2011, Before the Pyramids. The Origins of Egyptian Civilization, OIMP, 33, Chicago.

Thomson, St. E., 1998, The Significance of Anointing in Ancient Egyptian Funerary Beliefs, dans L. H. Lesko (éd.), Ancient Egyptian and Mediterranean Studies in Memory of William A. Ward, Providence, Rhode Island, p. 229-243.

Tylor, J. J. et Griffith, F. L., 1894, The Tomb of Paheri at El-Kab, (EEF 11), Londres.

Vernus, P., 2001, Sagesses de l’Égypte pharaonique, collection La Salamandre, Imprimerie nationale, Paris.

Vernus, P., 2009-2010, Comment l’élite se donne à voir dans le programme décoratif de ses chapelles funéraires. Stratégie d’épure, stratégie d’appogiature et le frémissement du littéraire, CRIPEL, 28, p. 67-115.

Vernus, P., 2011, Naissance des hiéroglyphes et affirmation iconique du pouvoir : l’emblème du palais dans la genèse de l’écriture, dans P. Vernus (éd.), Les première cités et la naissance de l’écriture. Actes du colloque du 26 septembre 2009, Musée archéologique de Nice-Cemenelum, Actes Sud, p. 27-58.

Vernus, P., 2016, La naissance de l’écriture dans l’Égypte pharaonique : une problématique revisitée, ArchéoNil, 26, p. 105-134.

Warburton, D. A., 2008, Le parfum en Égypte ancienne, érotisme, divinité et commerce, dans Parfums et Odeurs dans l’Antiquité, Presses Universitaires de Rennes, Rennes, p. 217-225.

Williams, B., 1986, The A-Group Royal Cemetery at Qustul. Cemetery L, OINE, 3, Chicago.

Winand, J., Malaise, M., Fontinoy, Ch., Meykskens, M., Laruelle, R. et Hadorn, J., 1993, L’art du parfum, Paris.

Haut de page

Notes

1 Sur le vin : Montet, 1913 ; Meyer, 1986 ; Poo, 1986 ; Johnson, 1989 ; Lerstrup, 1992 ; Poo, 1995 ; James, 1996 ; Tallet, 1998a ; Tallet, 1998b ; Dayagi-Mendels, 1999 ; Guash Jané, 2005 ; Guash Jané, 2008 ; Tallet, 2008.

2 Meeks, 1993, p. 10-35.

3 Par exemple, Hope, 1978 ; Koenig, 1979 ; Tallet, 2003.

4 Mac Govern, 1997 ; Guash Jané et alii, 2004 ; 2006a ; 2006b.

5 Voir de Miroschevji, 1998 ; 2000 ; de Miroschevji et alii, 2001 ; Nicolle, 2009, p. 33.

6 Sur le serekh, voir par exemple Farout, 2013a, p. 59, fig. 1 ; Vernus, 2011 ; 2016.

7 Dreyer, 2011, p. 127-136.

8 Tallet, 2008, p. 41.

9 Braun, 2011, p. 112 ; Porat et Goren, 2001; 2002 ; Mc Govern, 2001 ; Hartung et alii, 2015, p. 295-333.

10 Müller, 2014.

11 Par exemple : Sin. B 81-84 ; voir Grandet, 2005, p. 17-34.

12 « Une terre qui ruisselle de lait et de miel » : Exode 3,8; 13, 5; 33,3 = Lévitique 20,24 = Nombres 16,13 = 16,14 = Deutéronome 6,3; 11,9; 26,9; 26,15; 31,20 = Josué 5,6 = Jérémie 32,22 = Baruch 1,20 = Ezéchiel 20,6.

13 Sin. B 26-27 ; Sin B 87-92 ; Grandet, 2005, p. 17-34.

14 Lesko, 1977 ; Tallet, 2008.

15 Voir Baum, 1988.

16 Brunner, 1977.

17 Tallet, 1995, p. 461.

18 Meeks, 1993, p. 3-10.

19 Harrington, 2016, p. 129-172.

20 Tylor et Griffith, 1894, p. 24-25, pl. VII ; Vernus, 2009-2010, p. 112-114.

21 Meeks, 2000, p. 247.

22 Foucard, 1924 ; Schott, 1953 ; Graefe, 1986 ; Bietak, 2012a, p. 23-35 ; 2012b, p. 135-163.

23 Ainsi, dans la tombe de Neferhotep à Khokha (TT49), fin xviiie dynastie, voir de Garies Davies, 1973, p. 26-27, pl. XVIII.

24 Ainsi, l’Enseignement d’Ani 17, 6-11. Vernus, 2001, p. 244-245. Voir aussi la mise en garde de l’apprenti scribe contre les méfaits de l’alcool, Vernus, 2001, p. 381-382.

25 Sur cette expression dans les tombes, voir Vernus, 2009-2010, p. 82.

26 Sur les chants du harpiste, voir Lichtheim, 1945, p. 178-212 ; Assmann, 1977a ; 1977b, p. 55-84 ; Altenmüller, 1978, p. 1-24 ; Assmann, 1979, p. 54-77 ; Fox, 1982, p. 268-316 ; Fischer-Elfert, 1994, p. 47-48.

27 Brunner, 1966, p. 130-131.

28 Blackman, 1988 ; Grandet, 2005, p. 65-82 ; Mathieu, 2013.

29 Sur le parfum dans l’Égypte ancienne, Winand et alii, 1993 ; Shîmy, 1997 ; Warburton, 2008.

30 Ainsi, dans la tombe de Pahéry, voir fig. 1.

31 Cherpion, 1994, p. 79-106 ; Thomson, 1998 ; Rickal, 2008.

32 Sur la conception égyptienne des images, voir Farout, 2013b.

33 Par exemple Ramose, TT55, Laboury, 2010, fig. 4-9, p. 164. Ay et son épouse dans leur tombe à Tell el-Amarna (TA25), de Garies Davies, 1908, pl. XXVIII et XXIX ; Laboury, 2010, fig. 4-35, p. 226.

34 Ainsi dans les tombes d’Amarna, Parênéfer en est dépourvu (TA 7), Laboury, 2010 . fig. 5-13, p. 274 ; de même que Toutou (TA8), Laboury, 2010, fig. 5-14, p. 276.

35 Sur ce type d’artifice, voir Farout, 2013a.

36 Rickal, 2008, p. 265-278.

37 Ainsi le cercueil Musée Rodin Co 871.

38 Teeter (éd.), 2011, fig. 9.7, p. 86, encensoirs déposés dans des tombes du Groupe-A ; fig. 9.10, p. 88, « vase » de Qustul : encensoir portant un décor royal égyptien gravé.

39 Petrie, 1900, p. 14. Voir Morris, 2007, p. 17.

40 Lhoyer, 2016.

41 Quibell, 1908.

42 Reeves, 2013, p. 287-323.

43 Voir Barbotin, 2014, p. 27-28 ; Tatomir, 2016.

44 Voir Cabrol, 2000, p. 55-56.

45 Sur cette traduction, voir Chermette et Goyon, 1996, n. 7, p. 48. Pour la liste complète des différentes essences, voir Asensi-Amoros, 2003, p. 1-19.

46 Contrairement à l’inscription qui figure sur le panneau explicatif (This tree was brought from Punt by Hatchepsut’s expedition which is depicted on the temple walls), il ne s’agit pas des souches que l’on peut voir de nos jours devant le complexe de Deir el-Bahari, car ce ne sont pas des arbres à encens, mais des acacias.

47 Traduction Barbotin, 2004, p. 10.

48 La question de cette organisation et de la relation entre l’odeur de l’encens et la reconnaissance de la divinité à Deir el-Bahari a été soulevée brillamment par Christophe Barbotin, 2004, p. 9-14.

49 Pour les informations concernant les arbres, leurs essences et leur culture, je suis redevable à mon grand-oncle Louis Guisset qui était horticulteur et m’a appris une foule de choses sur la nature qui me sont utiles aujourd’hui, et plus particulièrement à mon oncle maternel Guy Berthier, ancien jardinier du Luxembourg, ainsi qu’à Victoria Amoros Asensi et Thierry Bardinet qui m’ont fourni des informations considérables sur le sujet.

50 El-Awady, 2009, pl. V.

51 Communication personnelle de Patrice Pomey, le 31/08/2012.

52 Farout, 2014, p. 31-42. Ce bâton mdw est à l’origine du bâton mateh de Moïse.

53 El-Awady, 2009, pl. VI.

54 Farout, 2008, p. 32-34.

55 Farout, 2012, p. 104.

56 Il est bien évident qu’on ne plaçait pas une motte de graisse odorante qui dégoulinait sur la tête et le corps des personnages, mais qu’il s’agit d’un signe idéographique signifiant que le personnage qu’il qualifie a été parfumé.

57 Edel, 1996, p. 200-203, fig. 275 p. 201.

58 Tallet et Mahfouz, 2012.

59 Tallet, 2012a, p. 151-153, fig. 1 p. 155, fig. 12-24 p. 161-168 ; Tallet, 2013, p. 195-197.

60 Tallet, 2012c.

61 Abd el-Razid et alii 2016.

62 Datant du Moyen Empire, ce sont peut-être les plus anciens bateaux de mer connus à ce jour.

63 Abd el-Raziq et alii, 2002 ; Tallet, 2012 b.

64 Sur l’emplacement du pays de Pount, voir Meeks, 2003.

65 Bard et Fattovich (éd.), 2007 ; Bard et Fattovich, 2015, p. 4-11.

66 Jasmin, 2005, p. 49-62 ; Tallet, 2013, p. 198-203.

67 Tallet, 2013, p. 198-201, note 31. Sperveslage, 2016, fig. 14.2 p. 306.

68 Sperveslage, 2016.

69 Chicago, Oriental Institute Museum E24069 ; pierre calcaire, H. 8,9 cm ; Ø max. 15,2 cm, groupe A, vers 3100 avant J.-C. Williams, 1986, p. 138-145, pl. 34 ; Teeter (éd.), 2011, catalogue n° 10, p. 87-88, 162-163.

70 Oxford, Ashmolean Museum E 3632. Calcaire, H. 32,5 cm, Ø max. 28 cm. Quibell et Green, 1898, pl. 26 c ; Gautier et Midant-Reynes, 1995, p. 87-127.

71 Oxford, Ashmolean Museum E 3631. Calcaire, H. 20 cm. Quibell et Green, 1898, pl. 26 b ; Gautier et Midant-Reynes, 1995, p. 89, 90, fig. 2.

72 Edwards, 1972, I/2, p. 6 ; Hoffman, 1980, p. 313 ; W. S. Smith, 1981, p. 34.

73 Bard, 1992, p. 303 ; Davies, 1992, p. 224.

74 Gautier et Midant-Reynes, 1995, p. 106-107.

75 Le même signe du sanctuaire per-nou évoque le monde divin sur la palette de la chasse. British Museum 20790 et musée du Louvre E 11254.

76 Glassner, 2000, p. 26.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Tombe de Pahéry à El-Kab, scène de banquet.
Crédits © C. et J.-M. Steyaert.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/5227/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Titre Fig. 2. Tombe de Neferhotep à Thèbes. Un des convives vomit. D’après de Garries Davies 1973, pl. XVIII.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/5227/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 3. Tombe de Roy à Thèbes. Banquet lors de la Belle Fête de la Vallée.
Légende La coiffure de la femme est surmontée d’un « cône » d’onguent et d’une fleur de lotus. Les vêtements des deux convives sont couverts de coulures jaune-orangé.
Crédits © C. et J.-M. Steyaert.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/5227/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Fig. 4. Relief de la chaussée de Sahourê à Abousir. Acclimatation des arbres à encens. El-Awady, 2009, pl. V.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/5227/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 5. Relief de la chaussée de Sahourê à Abousir. Récolte des larmes d’encens. El-Awady, 2009, pl. VI.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/5227/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Fig. 6. Le décor de la tête de massue du roi Scorpion. Montage de B. Lhoyer d’après Gautier et Midant-Reynes, 1995, fig. 1 p. 88 et fig. 12 p. 106.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/5227/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 481k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Farout, « Goûts étrangers et odeurs de fête en Égypte », Pallas, 106 | 2018, 43-65.

Référence électronique

Dominique Farout, « Goûts étrangers et odeurs de fête en Égypte », Pallas [En ligne], 106 | 2018, mis en ligne le 23 août 2018, consulté le 13 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/pallas/5227 ; DOI : 10.4000/pallas.5227

Haut de page

Auteur

Dominique Farout

École du Louvre, Institut Khéops
PLH-CRATA (EA 4601)
dominique.farout[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals