Navigation – Plan du site
Goûts et odeurs dans l’Antiquité
Goût, odorat et santé

Des odeurs au service du médecin ? Recherches galéniques sur la perception olfactive

Galen’s research on olfactory perception
Isabelle Boehm
p. 137-151

Résumés

L’olfaction est une des perceptions sensorielles qui posent le plus de problèmes à Galien. Elle est en effet un peu à part, dans la mesure où elle est la seule à être associée à une fonction vitale, la respiration. Les observations anatomiques du médecin de Pergame, toutes précises qu’elles soient, ne suffisent pas à répondre à des questions importantes, en particulier sur la localisation exacte de l’identification des odeurs. Galien répond à la question avec de véritables preuves, en particulier parce qu’il veut démontrer que l’hypothèse d’Aristote n’est pas recevable. C’est par l’expérimentation qu’il démontre que l’identification des odeurs a bien lieu dans le cerveau. Le détail et la variété des expériences décrites dans le traité du De instrumento odoratus sont riches d’informations sur les méthodes de Galien et sur ses capacités d’observation à partir de ce qu’il a à sa disposition.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le manuscrit le plus ancien est le Laurentianus (Cat. Pluteus, 74,3), daté de la fin du xiie ou du (...)

1Parmi les perceptions sensorielles, celle de l’olfaction est peut-être une de celles qui intéressent le plus Galien, ou plus exactement celle qui l’intrigue le plus. D’ailleurs, il lui consacre un petit traité, Περὶ ὀσφρήσεως ὀργάνου (cité en général sous son titre latin, De instrumento odoratus), qui est un ouvrage particulier dans l’œuvre du médecin de Pergame : il nous a été exceptionnellement conservé par la tradition manuscrite, même si nous n’avons que trois manuscrits grecs de ce texte, pour l’instant en tout cas1. Nous n’avons pas connaissance, dans l’œuvre de Galien, d’un autre ouvrage de ce type qui soit consacré spécifiquement à une opération sensorielle, exception faite d’un traité sur la vision, auquel Galien lui-même renvoie dans la partie consacrée aux organes de la tête (le livre VIII) de son gros ouvrage De l’utilité des parties (cité en général sous son titre latin, De usu partium).

2Si l’authenticité du traité consacré à l’olfaction ne saurait donc être mise en doute, Galien renvoie, dans le livre VIII du De usu partium, au fil de son développement sur les organes sensoriels, à deux autres opuscules : Sur la respiration (De utilitate respirationis) et Sur les causes de la respiration (De causis respirationis), deux petits traités dont le texte nous a été transmis par la tradition manuscrite. Leur existence témoigne d’un des problèmes que pose l’olfaction à Galien : son rapport avec la respiration. En effet, l’olfaction, contrairement aux autres opérations sensorielles, est la seule à être associée à une fonction vitale, la respiration. Aucune opération sensorielle, rappelons-le, n’est vitale en soi, et ni la vue, ni l’ouïe, ni le toucher, ni le goût ne sont associés à une autre fonction, qu’elle soit vitale ou non. Cette dépendance de l’olfaction soumise à la respiration engage le médecin à s’interroger sur le rapport entre les deux facultés, respirer de l’air et respirer une odeur.

3Il va donc tout particulièrement expérimenter l’odorat pour essayer de répondre à plusieurs questions :

  • où est situé exactement le lieu de l’olfaction ? À quel organe correspond-il ? Est-ce vraiment le nez ?

  • quels sont les liens entre le nez et les organes auxquels on peut rapporter un rôle dans le processus de l’olfaction ?

  • comment expliquer la constitution de ces organes qui interviennent dans l’olfaction ?

4Ce ne sont pas les seules questions que se pose Galien en ce qui concerne cette opération sensorielle. En effet, dans la mesure où elle fonctionne avec la respiration, l’olfaction pose un problème bien distinct de ceux qui concernent les autres opérations sensorielles : comment se fait-il que seules les odeurs, semble-t-il, arrivent directement dans le cerveau alors que l’air qui les véhicule passe par les poumons et est transporté dans l’ensemble du corps ?

5Cette dernière interrogation a au moins un corollaire : quelle est la nature de la matière respirée, puisqu’on perçoit des odeurs au moment de l’inspiration tout en étant capable d’expirer des matières ?

  • 2 Voir à ce sujet Eastwood, 1981.

6Galien fait des observations sur l’olfaction dans trois traités au moins, en dehors de l’opuscule qu’il lui consacre2 :

  • au livre VIII du De usu partium, dans le cadre de la description des organes de la tête

  • dans le De placitis Hippocratis et Platonis, au livre VII, § 5 et 6

  • et dans un passage de son commentaire au Timée, Compendium Timaei Platonis.

  • 3 Galien a été médecin des gladiateurs à Pergame entre 158 et 161, puis se trouve chirurgien militair (...)

7Les passages les plus développés se trouvent surtout dans le De usu partium ; c’est donc au livre VIII de ce traité surtout que Galien va décrire certaines expériences, qui, nous le verrons, sont plus courantes et moins spécifiques que d’autres, qui sont, elles, plus originales, voire exceptionnelles, dans l’opuscule consacré à l’odorat. Une dernière précision s’impose ici, d’ordre chronologique : le traité du De instrumento odoratus n’est pas cité au livre VIII du De usu partium, qui sert de repère chronologique post quem, tandis que le traité du De placitis sert de repère ante quem : le traité qui nous intéresse tout particulièrement a été vraisemblablement composé entre 169 et 180 apr. J.-C., c’est-à-dire après l’acquisition de solides bases en anatomie, en particulier dans le domaine respiratoire (poumon, thorax) et en chirurgie3. C’est dire si les préoccupations de Galien sont d’abord d’ordre anatomique et physiologique : quelle est la fonction ‒ quelles sont les fonctions ‒ de tel organe, quel est le rapport entre ses fonctions et sa constitution ? Telles sont les préoccupations qui le guident avant tout dans ses investigations, et orientent son expérimentation de l’olfaction.

1. Anatomie du système olfactif et expérimentation

8Dans le livre VIII du De usu partium, consacré à la tête, à l’encéphale et aux organes des sens, on trouve la présentation suivante :

De usu partium, VIII, c. 6 (K III, p. 639-640 = Helmreich, t. 1, p. 463, l. 16-22) : Τεττάρων οὖν ὄντων κατὰ τὴν κεφαλὴν αἰσθητικῶν ὀργάνων, ὀφθαλμῶν καὶ ὤτων καὶ ῥινὸς καὶ γλώττης, καὶ πάντων ἐξ ἐγκεφάλου τὴν ἀρχὴν τῆς αἰσθήσεως ἐχόντων καὶ ταύτῃ γε δοκούντων ὁμοίων ὑπάρχειν, ἔστιν αὐτοῖς κατ’ εἶδος ἀνομοιότης ἔν τε ταῖς αἰσθητικαῖς δυνάμεσιν αὐταῖς καὶ τοῖς σώμασι, δι’ ὧν ἀφικνοῦνται. Αἱ μὲν γὰρ δυνάμεις, ἡ μὲν ὀσμῶν, ἡ δὲ χυμῶν, ἡ δὲ φωνῶν, ἡ δὲ χρωμάτων ἐστὶ διαγνωστική.

« Quatre organes des perceptions sensorielles (αἰσθητικῶν ὀργάνων) se trouvent dans la tête : yeux, oreilles, nez et langue ; tous tenant de l’encéphale le principe de la perception (τὴν ἀρχὴν τῆς αἰσθήσεως) et paraissant être semblables sous ce rapport, il existe chez eux une différence spécifique eu égard aux facultés de perception (ἔν τε ταῖς αἰσθητικαῖς δυνάμεσιν) elles-mêmes et aux corps par lesquels ces facultés arrivent à l’organe. En effet, parmi les facultés, l’une est celle des odeurs (ὀσμῶν), l’autre des saveurs, celle-ci des sons, celle-là les couleurs. » (trad. Daremberg modifiée).

  • 4 Peut-être suit-il en cela Aristote, De Anima II, 9.

9Quelles distinctions peut faire le médecin, d’un point de vue anatomique, entre ces organes ? Dans la suite de leur présentation générale, Galien précise que les différentes « apophyses (ἀποφύσεις) » se distinguent par leur dureté relative les unes par rapport aux autres, chacun des « nerfs (νεῦρα) » subissant une modification lors de la « sensation ». Galien poursuit sa description en passant en revue chacun des organes des sens, et en conservant l’ultime place pour celui de l’olfaction4, auquel il consacre le plus long développement, comme si c’était celui dont le fonctionnement était le plus difficile à saisir :

De usu partium, VIII, c. 6 (K III, p. 647, l. 8-9 = Helmreich, t. 1, p. 469, l. 8 sq.) : Λοιπὸν δ’ ἔτι τὸ τῶν ὀσμῶν αἰσθητήριον ἔνδον ἐγένετο τοῦ κρανίου, μόνον ἁπάντων ἐν αὐταῖς τοῦ ἐγκεφάλου ταῖς προσθίαις κοιλίαις ἀτμῶδές τι πνεῦμα περιεχούσαις.

« Le dernier sens, celui de l’odorat (τὸ τῶν ὀσμῶν αἰσθητήριον), a été placé, seul entre tous, à l’intérieur du crâne, dans les ventricules mêmes antérieurs de l’encéphale, qui renferment une sorte de pneuma aérien (ἀτμῶδές τι πνεῦμα). » (trad. Daremberg modifiée).

10À partir de ses connaissances anatomiques, qui s’ajoutent à l’héritage scientifique de ses prédécesseurs, Galien fait des organes qui interviennent dans l’olfaction la description suivante :

De instrumento odoratus, c. 2 (Kollesch, c. 2) : Τῆς τοίνυν ῥινὸς ἐχούσης μέσον διάφραγμα καὶ πόρους ἀξιολόγους δύο, τούτους δὴ τοὺς φαινομένους ἕνα καθ’ ἑκάτερον μυκτῆρα χρὴ γινώσκειν ἀνωτέρω τῶν μέσων τῆς ῥινὸς ἑκάτερον αὐτῶν δίχα σχιζόμενον. ἥκει δὲ τῶν μερῶν τὸ μὲν ἕτερον εἰς τὸ τοῦ στόματος ἔνδον, τὸ δ’ ἕτερον ὄρθιον, ὡς ἐξ ἀρχῆς ἐφέρετο, πρὸς αὐτὸν ἀναβαίνει[ν] τὸν ἐγκέφαλον. εἰσὶ γὰρ αὐτῷ[ν] καὶ δύο κατὰ τοῦτο ἀποφύσεις προμήκεις τε καὶ κοῖλαι, τὴν ἀρχὴν μὲν ἐκ τῶν προσθίων ἔχουσαι κοιλιῶν, καθήκουσαι δ’ ἐπ’ ἐκεῖνο τοῦ κρανίου τὸ μέρος, ὅθεν ἡ ῥὶς ἄρχεται.

« Le nez a en son milieu une cloison et deux passages importants, et il faut savoir que ces deux passages, qui paraissent chacun être une narine, plus haut, au milieu du nez, se scindent chacun en deux. L’une de ces parties va vers l’intérieur de la bouche, l’autre monte tout droit, dès le départ, et se dirige vers le cerveau lui-même. En effet il y a aussi deux cavités, allongées et creuses, qui partent des ventricules antérieurs et qui aboutissent dans la partie du crâne où se trouve le départ du nez. Là se trouvent également les os en forme de passoire (les os ethmoïdes). Et la membrane épaisse, là où elle touche ces os, est percée de petites ouvertures. »

  • 5 Il les tire vraisemblablement de l’observation faite à partir de la dissection d’animaux domestique (...)

11Galien exploite ces observations5 pour comprendre d’une part pourquoi la membrane olfactive est poreuse et pourquoi l’os ethmoïde est spongieux, d’autre part pour expliquer la nécessité de la présence de deux organes entre les ventricules et les cavités nasales.

1.1. La porosité de la membrane du sens de l’odorat

12Pour expliquer la qualité poreuse de ce que Galien appelle la « membrane de l’odorat » (τὸ σκέπασμα τοῦ τῶν ὀσμῶν αἰσθητηρίου, De usu partium, VIII, c. 6), et la taille des pores, il utilise deux types d’observation, une observation proprement anatomique, et une observation physiologique, assorties d’expérimentations variées.

13Pour vérifier la qualité poreuse de la membrane olfactive, il suffit d’observer et de manipuler celle d’animaux morts de la façon suivante :

De usu partium, VIII, c. 6 (K III, p. 648-649 = Helmreich, t. 1, p. 470) : Ἀραιότερόν τε χρῆναι τούτων γενέσθαι τὸ σκέπασμα τοῦ τῶν ὀσμῶν αἰσθητηρίου. καὶ μὲν δὴ καὶ φαίνεται τὸ τοιοῦτον ὑπάρχον, εἴ τις ἐπὶ τεθνεῶτος ζῴου λαβὼν αὐτὸ πάντη διατείνειε πρὸς αὐγὴν στρέψας καθαράν. Ἕως μὲν γὰρ ἂν ῥυσὸν ᾖ καὶ χαλαρόν, ἐμπιπτόντων ἀλλήλοις τῶν περὶ τοὺς πόρους σωμάτων, ἀφανεῖς αἱ διατρήσεις γίγνονται· διαστάντων δ’ αὖθις ἐν τῷ τείνεσθαι ῥᾳδίως ἀνακαλύπτονται, πλὴν εἰ διὰ ψῦξιν ἄμετρον ἢ πλείω χρόνον ἤδη κατεσκληκότων ἢ κατεξηρασμένων ἀποπειρῷο τῶν σωμάτων. ἀλλ’ εἰ καὶ πρὸ βραχέος εἴη τεθνεὸς τὸ ζῷον, ἄμεινον ὕδατι θερμῷ καταβρέχοντα τὴν βάσανον τοῦ λεγομένου ποιεῖσθαι.

« La membrane du sens de l’odorat doit avoir des trous plus larges. C’est ce que l’on voit distinctement si l’on prend la membrane d’un animal mort, qu’on la tende dans tous les sens et qu’on la regarde au grand jour. En effet, tant qu’elle est comme dans l’état naturel, rugueuse et lâche, comme les replis retombent les uns sur les autres autour des ouvertures, ces dernières deviennent invisibles, mais quand ces replis disparaissent sous la tension, on les découvre aisément, à moins qu’un froid excessif ou le temps écoulé ne les ait déjà racornis ou desséchés. Si l’animal est mort récemment, le mieux est de faire cette expérience (τὴν βάσανον τοῦ λεγομένου ποιεῖσθαι) en arrosant la membrane d’eau chaude. » (trad. Daremberg modifiée).

14La description est ici particulièrement détaillée. Sont en effet envisagés les différents cas d’expérimentation possibles : l’état de l’organe observé, selon que l’animal est mort récemment ou non, et les conditions extérieures (froid ou chaleur) qui risquent d’altérer cette qualité de porosité de la membrane. Galien donne même une astuce pour éviter à un expérimentateur ces inconvénients : ramollir la membrane avec de l’eau chaude. Toutes ces précisions constituent autant d’indices de la méthode de Galien, qui répète plusieurs fois son expérience, à la fois pour vérifier ses premières observations, sans doute aussi pour la présenter à plusieurs reprises à un public averti. C’est dire le souci qu’il a de comprendre et de faire comprendre le fonctionnement de cette membrane.

  • 6 De usu partium VIII, 6 (K. III, p. 649 = Helmreich, t. 1, p. 470).
  • 7 De usu partium, VIII, 6 (K. III, p. 649 = Helmreich, t. 1, p. 470).

15Une autre preuve de la porosité de la membrane olfactive est donnée au médecin non par l’expérimentation, mais par l’observation : c’est l’évacuation de mucus. Une telle évacuation, qui est « fréquente et subite » (ἡ πολλάκις γιγνομένη τῶν ἄνωθεν περιττωμάτων ἀθρόα κένωσις6), ne saurait se produire si les pores de la membrane n’étaient pas assez larges. La nature est donc bien faite, comme s’attache à le démontrer Galien dans sa description au chapitre 6 du livre VIII du De usu partium : la porosité de la membrane permet le passage par le nez de l’air et des odeurs, ainsi que l’évacuation de mucus, qui, si elle était entravée, risquerait d’entraîner l’apoplexie7 :

De usu partium, VIII, c. 6 (K III, p. 650, l. 1-2 = Helmreich, t. 1, p. 471, l. 11-16) : Ἔσωθεν μὲν οὖν ἔξω διὰ τῶν κατὰ τὰς ῥῖνας πόρων τὰ περιττώματα φέρεται, ἔξωθεν δ’ ἔσω τὰ τῆς ὀσφρητικῆς δυνάμεως αἰσθητά, καὶ δύο ταύταις ταῖς χρείαις ἓν ὄργανον ὑπηρετεῖ, τῇ μὲν εἰς αὐτὸ τὸ ζῆν ἀναγκαίᾳ, τῇ δ’ εἰς τὸ βέλτιον ζῆν.

« Ainsi les sécrétions sont portées de l’intérieur vers l’extérieur par les conduits du nez, tandis que de l’extérieur vers l’intérieur remontent les particules saisies par la faculté olfactive, et un seul organe sert à ces deux usages (χρείαι), l’un nécessaire à la vie même (ἡ εἰς αὐτὸ τὸ ζῆν ἀναγκαία), l’autre la rendant plus agréable (εἰς τὸ βέλτιον ζῆν). » (trad. Daremberg légèrement modifiée).

1.2. L’os ethmoïde spongieux

  • 8 De usu partium, VIII, 6 (K. III, p. 651= Helmreich, t. 1, p. 472).
  • 9 Comme il est dit au début du chap. 7 du livre VIII du De usu partium (K. III, p. 651-652 = Helmreic (...)

16La membrane olfactive, comme l’os ethmoïde placé en amont, au-dessus d’elle (προστίθησιν8), sont des organes de constitution particulière, comparables pour l’un à une sorte de passoire, pour l’autre à une éponge9.

17Galien reprend d’ailleurs cette comparaison entre l’os ethmoïde et une éponge aux traités hippocratiques. On trouve en effet cette description par comparaison par exemple dans Des lieux dans l’homme, 2 : Κατὰ δὲ τὰς ῥῖνας τρῆμα μὲν οὐκ ἔνεστιν, σομφὸν δὲ, οἷον σπογγία. « Aux narines il n’y a pas d’ouverture mais quelque chose de mou comme une éponge. » ; et dans Chairs, 16 :

Προήκει γὰρ ὁ ἐγκέφαλος τῆς ῥινὸς ἐς τὰ κοῖλα· καὶ ταύτῃ αὐτῷ οὐκ ἔστιν ἐπίπροσθεν ὀστέον οὐδὲν, ἀλλὰ χόνδριον μαλακὸν ὅκως περ σπόγγος, οὔτε κρέας οὔτε ὀστέον.

« Le cerveau s’étend dans les cavités des narines (τῆς ῥινὸς ἐς τὰ κοῖλα). De ce côté, aucun os ne lui oppose une barrière, et il n’est borné que par un cartilage mou comme une éponge et qui n’est ni chair ni os (χόνδριον μαλακὸν ὅκως περ σπόγγος, οὔτε κρέας οὔτε ὀστέον). »

18Dans les traités de la Collection hippocratique, on ne trouve pas d’explication associée à ces descriptions. Dans le traité des Chairs, l’olfaction est envisagée dans le cadre de l’opposition sec/humide appliquée au cerveau qui, étant humide, perçoit les substances sèches. Quand les narines deviennent humides, elles ne perçoivent donc pas – ou mal – les odeurs.

19Chez Galien au contraire, l’expérimentation vient servir l’explication de ces particularités anatomiques : c’est le simple usage d’un crible ou d’une éponge qui permet de trouver la raison de leur constitution :

De usu partium, VIII, c. 7 (K. III, p. 653-654 = Helmreich, t. 1, p. 474, l. 5-11) : διὰ γὰρ τῶν σπογγοειδῶν σωμάτων διεξέρχεσθαι ῥᾳδίως οὐδὲν δύναται μόναις ταῖς σωματικαῖς ποδηγούμενον ῥοπαῖς, ἀλλ’ ὕδατός γε πολλάκις ἐν αὐτοῖς περιεχομένου, φύσιν ἔχοντος ἀεὶ κάτω ῥέπειν καὶ ταύτην φέρεσθαι τὴν ὁδόν, ὅμως οὐδὲν ἐκρεῖ, καίτοι τῶν γ’ ἠθμοειδῶν ὀργάνων διεκπίπτει παραυτίκα, κατά τε τῶν ἀτμῶν ἐπιτεθέντα καὶ τούτους ὡσαύτως εἴργει μὲν διεκπίπτειν ἄνω τὰ σπογγοειδῆ, συγχωρεῖ δ’ ἀνιέναι τὰ ἠθμοειδῆ· ταυτὶ μὲν γὰρ μόνην αὐτῶν σχίζει τὴν συνέχειαν, ὅσα δὲ σπογγοειδῆ, καὶ τῆς οἰκείας ἐπέχει φορᾶς.

« En effet, aucune substance ne peut traverser aisément les corps spongieux par la seule impulsion qui lui est propre. Souvent l’eau même qu’ils renferment, et qui de par sa nature a un mouvement vers le bas et s’écoule de ce côté, ne laisse cependant pas tomber une goutte, bien que dans les instruments percés comme des cribles elle s’échappe rapidement. En sens inverse, si des vapeurs arrivent au-dessous de l’os ethmoïde, cet os spongieux arrête leur passage, tandis que les corps percés comme un crible les laissent monter. En effet ceux-ci rompent seulement la continuité des substances, mais les corps spongieux les arrêtent dans leur mouvement propre. »

  • 10 K. III, p. 648.

20Jusqu’ici la description est purement comparative, et Galien fait une présentation du phénomène de passage de l’air et de filtration de mucus à travers ces deux organes sans donner à penser qu’il fait d’expérimentation particulière, mais c’est un phénomène qui fait partie de ce que l’on peut observer tous les jours (ἔνεστι δὲ κἀξ αὐτῶν τῶν φαινομένων ἐναργῶς ἡμῖν ὁσημέραι συνιδεῖν, dit-il à propos du passage des odeurs dans les ouvertures de la membrane10). Cependant il poursuit :

ὥστ’, εἰ μέλλει τι ταχέως ἐκπεσεῖσθαι τοῦ τοιούτου σώματος, ἤτοι θλίβεσθαι πανταχόθεν αὐτὸ χρή, καθάπερ ὑπὸ τῆς χειρὸς ἡ σπογγιά, ἢ ἕλκεσθαι βιαίως, ὥσπερ εἰ προσθεὶς τὰ χείλη σφοδρῶς ἐκμυζήσειας, ἢ ὑπό του προωθεῖσθαι κατόπιν ἐπείγοντος, ὥσπερ ὅταν ἐμφυσῶντες τοῖς τοιούτοις ὀργάνοις ἐκφράττωμεν αὐτά.

« Aussi, pour qu’un semblable corps laisse tomber rapidement son contenu, il faut, ou le comprimer de tous côtés, comme les mains pressent une éponge, (καθάπερ ὑπὸ τῆς χειρὸς ἡ σπογγιά) ou attirer vivement son contenu, comme vous faites en suçant avec vos lèvres, (ὥσπερ εἰ προσθεὶς τὰ χείλη σφοδρῶς ἐκμυζήσειας) ou bien lui imprimer une impulsion brusque en arrière, comme lorsqu’on souffle dans les instruments de cette nature pour les déboucher (ὥσπερ ὅταν ἐμφυσῶντες τοῖς τοιούτοις ὀργάνοις ἐκφράττωμεν αὐτά). » (trad. Daremberg).

21Pour Galien, l’observation reste donc insuffisante si n’y est pas associée l’observation expérimentale : comprimer pour extraire un contenu, souffler pour dégager des conduits. On remarquera d’ailleurs qu’il emploie l’indéfini (« un tel corps », τι τοῦ τοιούτου σώματος), ce qui confère à l’expérimentation une valeur générale de preuve scientifique. La précision des gestes (« comprimer de tous côtés », θλίβεσθαι πανταχόθεν, comme les mains pour l’éponge, « appliquer les lèvres » προσθεὶς τὰ χείλη) et l’expression (le choix de la seconde ou de la première personne pour les verbes) peuvent être interprétées comme la description des modalités d’une expérience que Galien propose ici.

2. Expérimentation de l’olfaction

22Dans le cadre de sa recherche sur le processus de l’olfaction, Galien procède en deux étapes. Il n’est en effet pas possible de répondre directement à la question de la localisation de l’olfaction sans passer par un premier constat :

De usu partium, VIII, c. 7 (K. III, p. 654, l. 13-15 = Helmreich, t. 1, p. 474) : Τῆς μὲν εἰσπνοῆς ἡ τῶν ὀσμῶν γίγνεται διάγνωσις, τῆς δ’ ἐκπνοῆς ἡ τῶν περιττωμάτων ἔκκρισις.

« C’est au moment de l’inspiration qu’a lieu l’identification des odeurs tandis que c’est au moment de l’expiration qu’a lieu l’expulsion des sécrétions. »

  • 11 Sur le détail des éléments anatomiques observés et interprétés par Galien, voir Boehm, 2003.

23Ce constat se trouve, dans le traité du De usu partium, à la suite de la description de la membrane olfactive et de l’os ethmoïde11. Il ne saurait être fait avant le descriptif de leurs capacités respectives de filtration (laisser passer l’air et les odeurs, retenir les mucosités). Mais c’est dans le traité du De instrumento odoratus qu’est présentée une expérience de l’olfaction très simple, se boucher les narines et respirer par la bouche :

De instrumento odoratus, c. 1, 2 (Kollesch, CMG, p. 34) : Δοκεῖ δὲ εἶναι τοῦτο κατὰ τὴν πρώτην ἐπιβολὴν τῆς διανοίας ἡ ῥίς. Ἐν γοῦν τῷ διὰ τοῦ στόματος εἰσπνεῖν στεγνώσαντες αὐτὴν ὁπωσοῦν οὐδενὸς τῶν ὀσφρητῶν ἀντιλαμβανόμεθα, καθάπερ γε κἀπειδὰν ἀνοίξαντες τοὺς μυκτῆρας εἰσπνέωμεν, εὐθέως αἰσθανόμεθα.

« De prime abord cet organe (celui de l’olfaction) semble être le nez. D’ailleurs lorsque nous fermons le nez quand nous respirons par la bouche, nous ne captons aucune odeur (οὐδενὸς τῶν ὀσφρητῶν ἀντιλαμβανόμεθα) alors que nous en percevons immédiatement (εὐθέως αἰσθανόμεθα) lorsque nous respirons avec les narines ouvertes. »

24Cette expérience simple a une certaine importance pour Galien, puisqu’il y revient un peu plus loin, en prenant le soin de proposer une variante dans les moyens de bloquer le passage de l’air par le nez :

De instrumento odoratus, c. 3, 13 (Kollesch, CMG, p. 44) : Σφίγξασι διὰ τῶν δακτύλων τὰ τῆς ῥινὸς πτερύγια καὶ κλείσασιν ἀμφοτέρους τοὺς πόρους, ἀναπνέουσι δὲ ἐν τῷδε διὰ τοῦ στόματος οὐδεμία τῶν ὀσμῶν αἴσθησις γίνεται.

« Pour qui comprime à l’aide des doigts les ailes du nez, en ferme les deux ouvertures et respire par la bouche, il n’y a pas de perception d’odeurs. »

25Si cette petite expérience n’a rien de neuf ni d’original, on soulignera cependant que Galien prend la peine de la mentionner, ce qui correspond à un trait de sa méthode, qui est démonstrative et ne cesse de s’appuyer sur des preuves. Cependant on devra nuancer ce dernier point si on remarque qu’il reprend cette expérience à un passage du traité du Timée, dont l’auteur est cité d’ailleurs dans le De usu partium, VIII, 6 :

De usu partium, VIII, c. 6 (K 3, p. 648, l. 5-8 = Helmreich, t. 1, p. 470) : Ἀντιφραχθέντος γάρ τινος ἐνίοτε πρὸ τῶν ῥινῶν, ὥς που καὶ Πλάτων φησίν, “ὀσμὴ μὲν οὐδεμία ξυνδιηθεῖται, τὸ δὲ πνεῦμα τῶν ὀσμῶν ἐρημωθὲν αὐτὸ μόνον ἕπεται”.

« En effet, si un corps vient à obstruer les narines, comme dit Platon en quelque endroit, aucune odeur n’est tamisée à travers sa substance ; l’air seul, privé des odeurs (τῶν ὀσμῶν ἐρημωθέν), la traverse. » (trad. Daremberg modifiée).

26Dans le dialogue platonicien, l’expérience est décrite de la façon suivante :

Platon, Timée, 66 e-67a : Δηλοῦνται δὲ ὁπόταν τινὸς ἀντιφραχθέντος περὶ τὴν ἀναπνοὴν ἄγῃ τις βίᾳ τὸ πνεῦμα εἰς αὑτόν· τότε γὰρ ὀσμὴ μὲν οὐδεμία συνδιηθεῖται, τὸ δὲ πνεῦμα τῶν ὀσμῶν ἐρημωθὲν αὐτὸ μόνον ἕπεται.

  • 12 La traduction « On applique un linge sur les orifices respiratoires », que l’on trouve en note dans (...)

« Lorsqu’est obturé le passage de l’air (ἀντιφραχθέντος περὶ τὴν ἀναπνοὴν12) et que l’on produit de force une profonde inspiration (ἄγῃ τις βίᾳ τὸ πνεῦμα εἰς αὑτόν) en pareil cas, pas une odeur ne filtre ; l’air inspiré vient seul, dépouillé de toute odeur. »

  • 13 Pour une mise en perspective sur l’ensemble des rapports de Galien avec les théories platoniciennes (...)

27Dans le Timée, l’expérience sert à définir la nature des odeurs, « plus subtiles que l’eau et plus denses que l’air », dit le texte, ce qui ne correspond pas tout à fait au contexte du traité galénique, où il s’agit surtout d’expliquer la porosité de la membrane. Il semble donc assez clair, aussi bien dans le De usu partium que dans le De instrumento odoratus, que la mention de l’obturation des narines est là comme référence au texte platonicien13.

28En revanche on trouve dans le traité de Galien consacré à l’olfaction la description d’une expérience particulière : comment s’y prendre pour répandre dans les narines une odeur puissante afin de prouver que ce n’est que lors de l’inspiration et non pour le temps restant, même si les narines sont pleines, que la perception olfactive se produit. Le but est de faire en sorte que le nez soit rempli d’une odeur forte :

De instrumento odoratus, c. 3, 8-10 (Kollesch, CMG, p. 42-44) : Ἐὰν οὖν τις ἐν οἴκῳ σμικροτάτῳ θυμιάσας ἄσφαλτον ἢ κασίαν ἢ σμύρναν ἢ λιβανωτὸν ἢ στύρακα καὶ πληρώσας ὀσμῆς ἰσχυροτάτης αὐτὸν εἰσελθὼν ἀποπειρῷτο διὰ πολλοῦ χρόνου ποιούμενος τὴν εἰσπνοήν, εἴσεται τοῦ λεγομένου τὴν ἀλήθειαν ἐν μὲν τῷ τῆς εἰσπνοῆς χρόνῳ μόνῳ τῆς ὀσμῆς αἰσθανόμενος, ἐν δὲ τῷ λοιπῷ παντὶ μηδεμίαν ἴσχων αὐτῶν διάγνωσιν, καίτοι γε πεπληρωμένων τῶν πόρων τῆς ῥινός.

  • 14 « une toute petite maison », σμικρότατος οἶκος, dit le texte.
  • 15 Rapprochée dans l’Antiquité du laurier, laurier-casse ou faux-cannelier, dont on utilise l’écorce ((...)

« Que l’on remplisse par exemple un tout petit espace14 en y brûlant du bitume (ἄσφαλτον), de la kassia15, de la myrrhe, de l’encens ou de la résine, avec une odeur extraordinairement forte et que l’on y pénètre. Si l’on fait l’essai et que l’on y respire pendant un long moment, on reconnaîtra la justesse de nos affirmations, à savoir que l’on ne perçoit l’odeur que lors de l’inspiration ; tout le reste du temps, on ne fait l’identification d’aucune odeur, quand bien même les conduits du nez en sont remplis. »

29Le reste du temps, on n’identifie rien (μηδεμία διάγνωσις).

  • 16 Ils les utilisent en particulier en fumigations.

30Cette expérience, mentionnée par Galien uniquement, à ma connaissance, dans ce passage du De instrumento odoratus, ne semble pas reprendre directement une expérience déjà pratiquée avant lui. En revanche il se sert du savoir des parfumeurs et des médecins16, puisqu’il propose de faire brûler des matières réputées pour leurs fortes odeurs et que l’on trouve régulièrement associées. Les détails donnés ici par Galien, sur le choix des matières à brûler et sur les conditions de l’expérience (un espace qui ait le volume le plus réduit possible) correspondent au souci de la démonstration : il faut que les narines soient remplies, et remplies d’une odeur qui ne saurait échapper à la perception, pour prouver que l’olfaction ne se produit pas en dehors de l’inspiration. Galien prend même la peine de préciser, à la suite de cette description :

De instrumento odoratus, c. 3, 10 (Kollesch, CMG, p. 44) : Οὕτω δέ, κἂν ἐνστάξῃς εἰς τοὺς μυκτῆρας ὁτιοῦν ἔχον ἰσχυρὰν ὀδμήν, ἐν ἐκείνῳ μόνῳ τῷ χρόνῳ τὴν διάγνωσιν αὐτοῦ λήψῃ, καθ’ ὃν εἰσπνέομεν.

« De même, si on répand dans les narines une odeur puissante quelconque, c’est à ce moment-là, au moment de l’inspiration, qu’on la distingue. »

  • 17 Pour une étude globale de la question de la perception olfactive et de l’ensemble des éléments de c (...)
  • 18 De plus, les paupières protègent les yeux ; Galien ne voit pas l’utilité d’un « couvercle » pour l’ (...)

31Cette expérience soignée est un peu surprenante puisque le fait à démontrer est déjà admis depuis longtemps. C’est en effet ce qui avait déjà entraîné Aristote à proposer une hypothèse d’ordre anatomique17, basée sur le principe de l’analogie avec les yeux, qui ont les paupières, comme le rappelle Galien (καθάπερ ἐπὶ τῶν ὀφθαλμῶν τὰ μὲν ἔχει βλέφαρα τῶν ζῴων, De instrumento odoratus, c. 5, 4 = Aristote, De sensu et sensibilibus, 444b), pour expliquer ce phénomène : si l’olfaction n’a lieu qu’au moment de l’inspiration, c’est parce que l’air qui pénètre alors a la force de pousser une sorte de couvercle (τὸ πνεῦμα ἀφαιρεῖν τὸ ἐπικείμενον, ὥσπερ πῶμά τι). Ce couvercle, ou bien au moment de l’expiration, ou bien s’il n’y a pas cette poussée, reste fermé et empêche donc les odeurs de passer. Galien n’y croit pas18, et le dit clairement dans le De instrumento odoratus : les recherches d’Aristote n’ont pas été jusqu’au bout (αὗται μὲν αἱ τοῦ <Ἀριστοτέλους> ῥήσεις οὐδ’ ὅλως ἐπιχειρήσαντος ζητῆσαι τὸ μόριον, De instrumento odoratus, c. 5.5). Pour réfuter l’hypothèse d’Aristote, il commence par reprendre le principe de l’analogie avec la vue. La fermeture des paupières est un acte volontaire, ce qui n’est pas le cas pour l’olfaction :

De instrumento odoratus, c. 5, 6 (Kollesch, CMG, p. 50) : συμβεβηκὸς γάρ ἐστι ταῖς εἰσπνοαῖς τὸ κατὰ τὴν ἄνοιξιν τῶν πόρων, οὐχ ἡμέτερον ἔργον.

« Au moment de l’inspiration en effet, l’ouverture des passages qui se produit n’est pas de notre fait. »

  • 19 De Anima II. 9, 421b26-422a7.

32Dans ces conditions, si effectivement le « couvercle » dont Aristote suppose l’existence19 était soulevé par l’impulsion de l’air produite lors de l’inspiration, il serait soulevé aussi sous une impulsion de l’air produite par un moyen extérieur. Galien propose alors l’expérience suivante : produire en direction des narines un mouvement d’air chargé d’odeur forte :

De instrumento odoratus, c. 5, 9 (Kollesch, CMG, p. 50) : σαφῶς ἔνεστί σοι θεάσασθαι· πρῶτον μὲν αὑτῷ τεχνησάμενον κίνησιν ἀέρος ἐν οἴκῳ μεστῷ σφοδροτάτης ὀσμῆς, δεύτερον δὲ καὶ πρὸς ἄνεμον τρέψαντα τοὺς μυκτῆρας ἐν τούτῳ τῷ χωρίῳ, καὶ τρίτον ἐπιθέντα κατὰ τῶν μυκτήρων ἕν τι τῶν ὀργάνων τῶν δυναμένων ὠθεῖν ἀέρα (καλαμίσκοι δ’ εἰσὶ τοιοῦτοι καὶ κύστεις εὐθύτρητα πρὸς ἑαυτῶν ἔχουσαι κέρατα), ἀλλά τοι, τούτων πάντων κινούντων ἀέρα διάγνωσις οὐδεμία γίγνεται τῆς ὀσμῆς.

« <Que l’impulsion de l’air ne soulève pas un “couvercle”>, on peut le voir clairement, premièrement lorsque l’on se trouve dans une maison, qui est remplie d’une odeur très forte et que l’on y fait pénétrer de l’air avec un éventail (en produisant mécaniquement τεχνησάμενον pour soi-même un mouvement d’air αὑτῷ κίνησιν ἀέρος) ; deuxièmement lorsque l’on dirige les narines dans la direction d’où vient le flux d’air ; et troisièmement lorsque l’on place dans les narines un appareil (ἕν τι τῶν ὀργάνων) qui peut déplacer l’air (ces sortes d’appareil sont de petits tubes et des poches avec des embouts percés bien droit). Et effectivement, quand tous ces instruments provoquent des déplacements d’air, il ne se produit aucune identification d’odeur. »

  • 20 Dans le traité du De usu respirations V, 2, on trouve une expérience, devenue célèbre, de l’utilisa (...)

33Étant donné qu’il n’est pas très aisé de prouver qu’Aristote a tort et qu’il est plus difficile encore de comprendre le processus de l’olfaction, qui se produit dans une zone interne, au-delà des narines, donc invisible à l’œil nu, Galien propose successivement trois types d’expérience, qui sont classés par ordre d’importance croissante : le flux d’air est produit de l’extérieur en direction simplement des narines, puis est plus intense si les narines sont placées dans sa direction, et enfin l’air est insufflé directement à l’intérieur des narines, au moyen d’un appareil que Galien décrit (ces sortes d’appareil sont de petits tubes, καλαμίσκοι, et des poches, κύστεις, avec des embouts, κέρατα, percés bien droit, εὐθύτρητα). Ce n’est qu’après le troisième type d’expérience, faite avec un appareil qui ressemble à une sorte de soufflet (les « poches » sont sans doute en peau, à moins que l’on utilise des vessies20, et les embouts sont fins, pointus et creux), dont on trouve, semble-t-il, la seule description dans ce passage, en tout cas chez Galien, que l’on peut conclure que ces différents déplacements d’air vers ou dans les narines ne sauraient entraîner l’identification des odeurs (ἀέρα διάγνωσις οὐδεμία γίγνεται τῆς ὀσμῆς). L’hypothèse d’Aristote est donc réfutée.

34La méthode dans la progression proposée au cours de l’expérimentation est d’une qualité particulièrement développée chez Galien, la rigueur ; elle doit lui permettre de prouver définitivement qu’Aristote a tort. C’est dire aussi l’importance accordée par la communauté scientifique à cette hypothèse du « couvercle ».

3. Expérimentation de l’olfaction et localisation de l’opération sensorielle

35Il est plus difficile encore d’essayer de localiser le lieu de l’olfaction, dont il est clair qu’il se trouve à l’intérieur de l’encéphale, au-delà du nez. Il n’y a guère que l’expérience individuelle à laquelle le médecin peut avoir recours. Cette expérience est basée avant tout sur les dysfonctionnements des sens, envisagés dans leur ensemble, par exemple dans le cas d’apoplexie, où c’est bien l’encéphale qui est touché. Le lieu des sensations est donc bien situé dans cette zone :

De usu partium, VIII, c. 6 (K 3, p. 643, l. 9-13 = Helmreich, t. 1, p. 466, l. 14-20) : Εἰ μὴ γὰρ ἀπὸ τούτου τε κἀπὶ τοῦτον ἡ καθ’ ἕκαστον αἰσθητήριον ἀλλοίωσις ἀφίκοιτο, τὸ ζῷον ἀναίσθητον ἔτι μένει. μάθοις δ’ ἂν ἐπὶ τῶν ἀποπλήκτων, ἅπαντα μὲν ἀπαθῆ τὰ τῶν αἰσθήσεων ὄργανα κεκτημένων, οὐδὲν δ’ εἰς τὴν τῶν αἰσθητῶν διάγνωσιν ἔκ γε τούτου πλέον ἐχόντων.

« Si l’encéphale n’était pas le point de départ et de retour de la modification survenue dans chaque sens, l’animal demeurerait encore privé de sensation. Voyez ceux qui sont frappés d’apoplexie, tous leurs organes des sens sont intacts, mais ils n’ont plus la faculté d’identification des matières sensibles. » (trad. Daremberg modifiée).

  • 21 De instrumento odoratus 6, 1-2 (Kollesch, CMG, p. 60).
  • 22 De instrumento odoratus 6, 4 (Kollesch, CMG, p. 62).
  • 23 De instrumento odoratus 6, 5 (Kollesch, CMG, p. 62). De même De instrumento odoratus 4,8.

36D’autres observations corroborent cette affirmation, comme l’effet des sternutatoires21, qui soulagent les lourdeurs de tête, ou bien encore les odeurs fortes, qui peuvent alourdir le cerveau ou même provoquer des accès de délire22. De même, le cerveau qui souffre de chaleur est soulagé par l’odeur des roses (τὸν ὑπ’ ἐγκαύσεως πονούμενον ἐγκέφαλον ὀνίνασθαι πρὸς τῆς τῶν ῥόδων ὀσμῆς23).

37Ces différentes observations n’ont rien d’original chez Galien ; elles sont largement répandues.

38À l’inverse, un autre exemple d’expérimentation a tout de l’exceptionnel et du remarquable, aussi bien pour le détail de l’expérience, que pour son origine et son développement, sans compter la qualité de la progression, par étapes rigoureuses et, pourrait-on dire, scientifiques au sens plein du terme.

39Cette expérience, comme le rappelle A. Debru dans son article sur l’expérimentation chez Galien (ANRW II, 37.2, 1994), a une origine précise, une expérience fortuite de l’effet produit par une odeur puissante, au moment où justement Galien travaillait sur l’inspiration et ses effets de dilatation dans la poitrine et peut-être, ajoute-t-il prudemment, dans les ventricules du cerveau :

  • 24 Nigella sativa, genre de renonculiacée, appelée aussi « cumin noir », utilisée comme épice. Dans le (...)

De instrumento odoratus, c. 4, 3 (Kollesch, CMG, p. 46) : « Dans la période où jadis nous faisions ces observations, il est arrivé à un homme qui avait perdu la perception olfactive (βεβλαμμένος… τὴν αἴσθησιν ὀσφρητικήν) à cause d’un rhume et d’un catarrhe prolongé d’en venir, par hasard, à se traiter avec de la nielle24 (ἐπὶ τὴν τοῦ μελανθίου βοήθειαν ἀφικέσθαι). »

40Suit la recette de la préparation : on l’écrase pour en faire de la poudre et on la mélange à de l’huile « vieille » (μιχθὲν ἐλαίῳ παλαιῷ). Le mode d’administration de ce « médicament » est lui aussi particulier : on renverse en arrière le plus possible la tête du patient, qui aura auparavant rempli sa bouche d’eau, puis on lui fait inspirer fortement la préparation qui a été introduite dans les narines. Au bout de trois jours de traitement, le malade se porte mieux, avant que, de manière inattendue, le mal de tête ne reprenne plus violemment :

De instrumento odoratus, c. 4, 4 (Kollesch, CMG, p. 46) : Φιλοτιμότερον δ’ εἰσπνεύσας τῇ τετάρτῃ τῶν ἡμερῶν ἰσχυρᾶς ᾔσθετο δήξεως ἐν τῷ βάθει τῆς κεφαλῆς, <ἣ> καὶ [μάλιστ’] αὐτὴ[ς] κατὰ βραχὺ μειουμένη[ς] παντάπασιν ἐπαύσατο κατὰ τὴν ὑστεραίαν.

« Mais après avoir, le quatrième jour, aspiré trop fortement, il sentit une douleur violente au fond de la tête, qui diminua avant de cesser entièrement le lendemain. »

41Galien en conclut que la douleur a été provoquée par la présence de nielle dans le tissu de la membrane, peut-être même aussi dans le cerveau lui-même. Mais, pour en avoir la preuve, Galien reproduit l’expérience :

  • 25 Il s’agit de verser le liquide dans les narines, ἐνεχέαμεν.
  • 26 J. Kollesch, dans son édition de 1964, restitue ὁμοίως à partir d’un ο- qui se trouve à la fin du m (...)

De instrumento odoratus, c. 4, 6 (Kollesch, CMG, p. 46) : « Et, pour en avoir une preuve certaine (βεβαίως πεισθῆναι), nous avons administré25 de ce médicament à un autre individu et à un autre, et successivement à de nombreux esclaves de la même manière26, en leur recommandant d’inspirer fortement (σφοδρῶς ἀναπνεῦσαι). Parmi les sujets, certains n’ont absolument pas senti (οὐδ’ ὅλως… ᾔσθοντο) de douleur au fond de la tête, d’autres vaguement (ἀμυδρῶς), et il s’en est trouvé qui en ont senti nettement (σαφῶς). »

42Alors seulement Galien peut conclure :

De instrumento odoratus, c. 4, 7 (Kollesch, CMG, p. 46) : « Pour nous, en réfléchissant à partir de ces faits (ἔκ τε τούτων ἀναλογιζόμενοι) et d’autres, dont nous avons parlé plus haut, nous avons acquis la certitude (ἐπιστεύομεν) que la perception olfactive (τὴν τῶν ὀσφρητῶν αἴσθησιν) se trouve dans les cavités antérieures du cerveau (ἐν ταῖς προσθίαις κοιλίαις τοῦ ἐγκεφάλου). »

  • 27 Voir le commentaire de A. Debru de cette expérience (Debru, 1994, p. 1727), dont je reprends ici l’ (...)

43Cette expérience est sans conteste la plus remarquable27, au moins dans le domaine de l’olfaction, de la démarche scientifique de Galien :

  • d’abord une observation thérapeutique fortuite est au départ analysée par le médecin qui la présente avec ses résultats. Le patient en effet a inspiré trop fort.

  • ensuite, le médecin essaie d’expliquer, puis teste la validité de son interprétation ;

    • 28 Voir cependant ci-dessus la note 26 à ce sujet.

    de plus, il prend soin de vérifier qu’elle est toujours vraie en multipliant les expériences, et surtout en veillant à les réaliser exactement de la même manière28 ;

  • enfin, l’expérience est faite aussi sur des bien-portants, même si le texte ne le précise pas. L’insistance sur la multiplicité des individus le sous-entend assez clairement.

44De plus, on remarquera que ce récit donne une information sur les conditions de l’expérimentation : on utilise aussi des esclaves.

45En revanche, si les observations faites sur les réactions des individus qui se sont prêtés à l’expérience sont classées en fonction de l’intensité de la douleur éprouvée, Galien, dans le passage du De instrumento odoratus où il relate l’expérience, n’exploite pas la variété de ces résultats. Il ne donne d’ailleurs pas non plus les proportions des trois groupes de patients qu’il distingue.

Conclusion

  • 29 Sur les comparaisons établies par Galien entre l’olfaction et les autres opérations sensorielles, v (...)

46Sur le plan anatomique et fonctionnel, Galien classe les opérations sensorielles en fonction de la nature de la matière perçue, selon qu’elle est volatile, liquide ou solide. C’est en fonction de ce critère que la qualité de l’organe sensoriel sera lui aussi observé et décrit. Ainsi, au chapitre 6 du livre VIII du De usu partium, les conduits (νεῦρα) qui reçoivent l’empreinte des matières perceptibles sont classés selon leur plus ou moins grande souplesse : le « nerf » du goût est « mou » (μαλακόν), le « nerf acoustique » un peu moins mou, celui du toucher « fort et dur » (ἰσχύρον ἀκριβῶς καὶ σκληρόν) ; il correspond précisément, ajoute Galien, au toucher, « plus épais » (παχυμερστέρα ἁφή), qui est donc, suivant le raisonnement de Galien, incapable d’identifier les matières fines (εἰς ἀκριβεστέραν δέ τινα διάγνωσιν […] ἀδύνατον). Sur le plan anatomique, les organes de l’olfaction sont à part. Dans sa présentation hiérarchisée des organes de la perception, c’est à l’oreille que Galien associe la langue, parce qu’elles se trouvent à proximité l’une de l’autre. Il ne fait pas le lien entre olfaction et goût, mais remarque simplement que, s’il doit y avoir une correspondance de nature entre l’organe de la perception et la « matière » ou l’objet perçu, on peut dire qu’il y a rapport entre la lumière et l’œil, entre l’ouïe et la matière « humide », et, pour les odeurs, elles sont considérées comme intermédiaires entre l’humide et l’aérien29. C’est pourquoi le nez, qui a des parois dures et terreuses (σκληρὸν καἰ γεῶδες, De instrumento odoratus, c. 3), ne peut être le lieu de l’olfaction.

  • 30 De usu partium VIII, 2 6 (K 3, p. 618).

47Quelques remarques s’imposent sur les spécificités de l’expérimentation de l’olfaction chez Galien. Cette expérimentation est forcément limitée par des contraintes d’ordre physiologique ; en effet, autant on peut observer et expérimenter une fonction comme la respiration, à la fois par la vivisection et par l’analogie, en particulier avec des corps qui laissent passer l’air, autant, à propos d’une opération sensorielle, l’expérience est plus difficile à faire. Galien, par exemple, constate la chaleur de l’encéphale en le touchant, soit chez un être humain qui a une fracture du crâne, soit, « pour l’expérience, en prenant un animal quelconque, en lui enlevant une partie du crâne et en incisant les méninges. »30. On peut ajouter que la vivisection chez Galien sert souvent à l’expérimentation sur les ventricules du cerveau, sur lesquels on peut exercer des compressions. Ces expériences lui permettent en particulier de faire des observations sur la vision ; l’animal en effet a toujours des battements de paupières en cas de lésion ou de compression d’un des ventricules postérieurs, mais ce n’est pas le cas pour un ventricule antérieur, où les yeux cessent de cligner et ressemblent à ceux d’un « homme aveugle ». Il n’est pas possible, bien sûr, de faire le même type d’observation pour l’odorat.

48L’expérimentation d’une opération sensorielle comme la vision peut passer aussi par le témoignage d’un sujet qui décrit les troubles visuels qui peuvent l’affecter. Évidemment, il est trop dangereux de provoquer des troubles visuels et c’est seulement l’expérience fortuite d’individus devenus aveugles ou ayant subi des altérations importantes de leurs facultés visuelles qui peut servir à Galien. C’est encore plus vrai pour la respiration. Cependant, si la définition que donne Galien de l’olfaction associée à la respiration, la seconde étant vitale, la première du domaine de l’agrément, dans l’expérimentation, ce lien n’est guère présenté. Exception faite de l’odeur des roses, qui allège et rafraîchit, les expériences olfactives sont celles d’odeurs puissantes qui peuvent être douloureuses.

  • 31 Voir à ce sujet Debru, 1994, p. 1726.

49L’expérience de l’olfaction passe, elle, presque uniquement par le témoignage du sujet de la perception. C’est ce qui se produit dans la dernière expérience que nous venons de suivre, d’autant que l’expérimentation peut se faire sans grand danger, en partie au moins, chez l’être humain, les esclaves en particulier, qui sont là pour obéir aux ordres. Or, dans l’expérimentation, le verbe κελεύειν, « ordonner », est un indice lexical d’expérimentation31.

50Le soin remarquable de la précision dans la description de ses expériences, le souci de généralisation à « un individu, un autre, à une masse d’esclaves » correspond exactement à l’expérimentation faite par Galien dans le domaine anatomique, où on observe « un animal quelconque ». Cependant, l’utilité de ces détails n’est pas du même ordre dans les deux types d’expérience : la description d’une expérience dans le domaine anatomique est aussi une leçon d’anatomie pratique, ce qui n’est absolument pas le cas bien sûr dans le domaine sensoriel. En revanche, ces deux types d’expérimentation ont un point commun fondamental, la finalité de l’expérimentation : l’expérimentation a pour objet l’étude des fonctions des organes. De plus, Galien a un souci majeur dans sa pratique : il faut valider l’expérience. Pour ce faire, il la répète et la multiplie, comme nous l’avons constaté.

51Enfin, les expériences de Galien dans le domaine olfactif révèlent aussi le degré de connaissances du médecin de Pergame et les limites mêmes des connaissances accessibles dans ce domaine.

Haut de page

Bibliographie

Textes

Aristote, De sensu, éd. et trad. W. S. Hett, London, Loeb Classical Library, Heinemann, 1955.

Galien, De Instrumento Odoratus, éd., trad. et commentaire J. Kollesch, Berlin, C.M.G., 1964.

Galien, De usu partium corporis humani, t. 1, I-VIII, t. 2, IX-XVII, éd. G. Helmreich, Leipzig, Teubner, 1907-1909, repr. Amsterdam, Hakkert, 1968.

Galien, Œuvres complètes : Claudii Galeni opera omnia, editionem curavit D. Carolus Gottlob Kühn, Lipsiae, in officina C. Cnoblochii, coll. « Medicorum Graecorum opera quae exstant », 1821-1833, 20 vol. [réimpr. : Hildesheim, Olms, 1964-1965 ; reprod. en fac-sim. : Hildesheim, Olms, 1997].

Galien, Œuvres médicales choisies, trad. Ch. Daremberg, choix, présentation, notes A. Pichot, Paris, Gallimard, coll. « Tel », 1994.

Théophraste, De odoribus, éd., trad. et commentaire U. Eigler et G. Wöhrle, Suttgart, Teubner, 1993.

Théophraste, De sensu et sensibilibus, éd. H. Diels, Doxographi Graeci, Berlin, Reimer, 1879, repr. De Gruyter, 1965.

Études

Amigues, S., 2005, Végétaux et aromates de l’Orient dans le monde antique, Topoi 12-13, p. 359-383.

Beare, J. I., 1906, Greek Theories of Elementary Cognition from Alcman to Aristotle, Oxford.

Boehm, I., 2003, Décrire les odeurs ou rationnaliser les sensations ? Comment Galien conçoit le fonctionnement de l’odorat, dans N. Palmieri (éd.), Rationnel et irrationnel dans la médecine ancienne et médiévale, Saint-Étienne, p. 77-97.

Boudon-Millot, V., 2012, Galien de Pergame. Un médecin grec à Rome, Paris.

Debru, A., 1994, L’expérimentation chez Galien, ANRW II, 37, 2, Berlin-New York, p. 1718-1756.

Debru, A., 1996, Le corps respirant. La pensée physiologique chez Galien, Leyde.

Eastwood, Br. St., 1981, Galen on the Elements of Olfactory Sensation, Rheinisches Museum für Philologie, 124, p. 268-290.

Lacy (De), Ph., 1996, Galen. On the Elements according to Hippocrates, Berlin.

Van der Eijk, Ph., 2010, Galens Auseinandersetzung mit Aristoteles’ Ansichten zum Gesichts- und Geruchssinn, dans J. Althoff, S. Föllinger et G. Wöhrle (éd.), Antike Naturwissenschaft und ihre Rezeption, Trèves, p. 81-107.

Siegel, R. E., 1968, Galen’s System of Physiology and Medicine, Basel-New York.

Siegel, R. E., 1970, Galen on the Sense Perception, his Doctrine, Observations and Experiments on Vision, Hearing, Smell, Taste, Touch and Pain, and their Sources, Bâle-New York.

Haut de page

Notes

1 Le manuscrit le plus ancien est le Laurentianus (Cat. Pluteus, 74,3), daté de la fin du xiie ou du début du xiiie siècle. On trouve aussi ce traité dans le Marcianus (App. Cl. V, 4), daté du début du xvie siècle. Le manuscrit le plus récent est le Parisinus graecus 2164, daté du xvie siècle.

2 Voir à ce sujet Eastwood, 1981.

3 Galien a été médecin des gladiateurs à Pergame entre 158 et 161, puis se trouve chirurgien militaire à Aquilée entre 163 et 168. Voir sur ces points de biographie Boudon-Millot, 2012, en particulier le chap. IV.

4 Peut-être suit-il en cela Aristote, De Anima II, 9.

5 Il les tire vraisemblablement de l’observation faite à partir de la dissection d’animaux domestiques, en particulier le bœuf, l’âne ou le cheval (voir Siegel, 1970, p. 142-148). Cependant, Galien ne précise pas de manière explicite, dans les traités qui nous intéressent ici, en tout cas, de quel animal il s’agit.

6 De usu partium VIII, 6 (K. III, p. 649 = Helmreich, t. 1, p. 470).

7 De usu partium, VIII, 6 (K. III, p. 649 = Helmreich, t. 1, p. 470).

8 De usu partium, VIII, 6 (K. III, p. 651= Helmreich, t. 1, p. 472).

9 Comme il est dit au début du chap. 7 du livre VIII du De usu partium (K. III, p. 651-652 = Helmreich, t. 1, p. 472-473) : Ἀλλὰ τὰ προκείμενα τῶν μηνίγγων ὀστᾶ ταῦτα τὰ πολύτρητα καὶ σηραγγώδη, τὰ καλούμενα πρὸς τῶν ἀνατομικῶν ἠθμοειδῆ, τῆς τοιαύτης βλάβης ἀλεξήματα γέγονε. βέλτιον δἦν οὐκ ἠθμοειδῆ καλεῖν αὐτὰ μᾶλλόν περ σπογγοειδῆ (« Mais ces os troués et caverneux établis au-devant des membranes et appelés ethmoïdes par les anatomistes ont été créés pour prévenir un tel accident. Il serait préférable de ne pas les nommer ethmoïdes mais spongoïdes. ») (trad. Daremberg).

10 K. III, p. 648.

11 Sur le détail des éléments anatomiques observés et interprétés par Galien, voir Boehm, 2003.

12 La traduction « On applique un linge sur les orifices respiratoires », que l’on trouve en note dans la traduction Daremberg qui renvoie au passage, est légèrement interprétée (voir la note d’André Pichot, Galien. Œuvres médicales choisies, t. 1, Gallimard, coll. « Tel », 1994, p. 184).

13 Pour une mise en perspective sur l’ensemble des rapports de Galien avec les théories platoniciennes, voir De Lacy, 1996.

14 « une toute petite maison », σμικρότατος οἶκος, dit le texte.

15 Rapprochée dans l’Antiquité du laurier, laurier-casse ou faux-cannelier, dont on utilise l’écorce (Cinnamomum iners). Cf. par ex Hérodote, III, 110. Il semble qu’on utilise l’écorce de l’arbre pour faire de l’encens ; dans la Collection hippocratique, cassia entre dans la préparation de sortes de pastilles ou bien est associée à la myrrhe par exemple et administrée en fumigation (dans Maladies des femmes, I, 51, elle est associée à des feuilles de rose et à de la cinamome et administrée en fumigations contre les inflammations de la matrice). Voir aussi par exemple Théophraste, De odoribus, 30, où on trouve la même association : μιγνὐειν δὲ κασίαν κινάμωμον σμὐρναν. Voir à ce sujet Amigues, 2005, en particulier p. 372-375.

16 Ils les utilisent en particulier en fumigations.

17 Pour une étude globale de la question de la perception olfactive et de l’ensemble des éléments de comparaison entre théorie aristotélicienne et théorie galénique sur cette perception sensorielle, voir van der Eijk, 2010.

18 De plus, les paupières protègent les yeux ; Galien ne voit pas l’utilité d’un « couvercle » pour l’odorat d’autant que, dit-il, certains animaux n’en ont pas besoin. Sur les analogies avec la vision et le rapport entre théories aristotéliciennes et théories galéniques, voir van der Eijk, 2010, en particulier p. 95-96.

19 De Anima II. 9, 421b26-422a7.

20 Dans le traité du De usu respirations V, 2, on trouve une expérience, devenue célèbre, de l’utilisation d’une vessie de bœuf, remplie d’air, que l’on fait respirer à un individu que Galien voit « respirer sans aucune gêne toute la journée ». Sur l’interprétation de cette expérience, voir en particulier A. Debru, 1996, chap. VII.

21 De instrumento odoratus 6, 1-2 (Kollesch, CMG, p. 60).

22 De instrumento odoratus 6, 4 (Kollesch, CMG, p. 62).

23 De instrumento odoratus 6, 5 (Kollesch, CMG, p. 62). De même De instrumento odoratus 4,8.

24 Nigella sativa, genre de renonculiacée, appelée aussi « cumin noir », utilisée comme épice. Dans le domaine médical, on la trouve dans des recettes entre autres avec du vin, pour favoriser la conception (par ex. Des femmes stériles, III, c. 231, Littré VIII, p. 444).

25 Il s’agit de verser le liquide dans les narines, ἐνεχέαμεν.

26 J. Kollesch, dans son édition de 1964, restitue ὁμοίως à partir d’un ο- qui se trouve à la fin du manuscrit le plus ancien du texte (L). Les deux autres manuscrits n’ont pas ὁμοίως. Cette précision, qui correspondrait bien au souci de la précision de Galien, dans ce passage tout particulièrement, ne change rien au fond du propos ici.

27 Voir le commentaire de A. Debru de cette expérience (Debru, 1994, p. 1727), dont je reprends ici l’essentiel.

28 Voir cependant ci-dessus la note 26 à ce sujet.

29 Sur les comparaisons établies par Galien entre l’olfaction et les autres opérations sensorielles, voir Boehm, 2003.

30 De usu partium VIII, 2 6 (K 3, p. 618).

31 Voir à ce sujet Debru, 1994, p. 1726.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Boehm, « Des odeurs au service du médecin ? Recherches galéniques sur la perception olfactive », Pallas, 106 | 2018, 137-151.

Référence électronique

Isabelle Boehm, « Des odeurs au service du médecin ? Recherches galéniques sur la perception olfactive », Pallas [En ligne], 106 | 2018, mis en ligne le 23 août 2018, consulté le 19 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/pallas/5484 ; DOI : 10.4000/pallas.5484

Haut de page

Auteur

Isabelle Boehm

Professeure des universités en langue et littérature grecques
Université Lumière-Lyon 2
UMR 5189-HiSoMA
isabelle.boehm[at]cnrs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals