Navigation – Plan du site
Goûts et odeurs dans l’Antiquité
Goût, odorat et santé

L’odeur comme vecteur des épizooties et la mithridatisation des chevaux

When the smell causes epizootics or how to mithridatize horses
Valérie Gitton-Ripoll
p. 153-164

Résumés

L’étiologie de la morve chez Chiron et Végèce, expliquée par le rôle de l’odeur du souffle des malades et l’odeur de la décomposition des corps, est mise en rapport avec son traitement par les fumigations, qui emplissent l’animal d’une autre odeur, efficace dans la prévention de la contagion. Les vétérinaires avaient un terme spécifique pour désigner cette sorte de mithridatisation des bêtes, stagnare, métaphore issue de la langue des bronziers gaulois qui désignaient ainsi l’étamage des chaudrons. On examinera tout particulièrement Chiron 191-194 et ses rapports avec les textes littéraires ou médicaux évoquant la peste d’Athènes, modèle de la maladie épidémique, notamment Thucydide, Virgile, Géorgiques 3, Galien, Justin.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Hippocrate, De la nature de l’homme, 9, trad. M.D. Grmek, 1984.
  • 2 Lucrèce, De rerum natura, VI, 1138-1286, Virgile, Géorgiques 3, 479-566 (épizootie du Norique), Gal (...)
  • 3 Grmek, 1984, p. 57-63, Jouanna, 2000, p. 73-74, Stock, 2000, p. 66.

1En médecine, les Anciens, confrontés au problème de l’explication rationnelle du phénomène épidémique, avaient cherché à le justifier par le rôle de l’air : « Quand une seule maladie atteint plusieurs personnes au même moment, il faut en attribuer la cause à ce qui est le plus commun, à ce que nous utilisons le plus : c’est ce que nous respirons… Quand une seule maladie sévit de manière épidémique, il est évident que la cause n’en est pas le régime ; c’est ce que nous respirons qui en est la cause ; et il est évident que cela est nocif par la présence d’une émanation pathogène1. » Ce type d’explication, qui apparaît dans le corpus hippocratique au ve siècle avant J.-C., remplaçait les conceptions magico-religieuses qui faisaient d’Apollon le dieu déclencheur des épidémies, que l’on voit notamment à l’œuvre dans l’Iliade. Le modèle des médecins pour la réflexion sur les épidémies est la peste d’Athènes, dont le récit de Thucydide II, 48-54 qui décrit les évènements de 430-426 a été abondamment repris et commenté, y compris, nous le verrons, par les vétérinaires2. Sa cause en était diversement expliquée, la plupart du temps par les conditions climatiques et la constitution de l’air3. Mais l’historien Ammien Marcellin nous fait connaître une tendance à attribuer l’épidémie à la pollution de l’air causée par la puanteur des cadavres :

« D’après le récit de Thucydide, cette calamité qui, au début de la guerre du Péloponnèse, tourmenta les Athéniens d’une maladie douloureuse, partit du territoire torride de l’Éthiopie et, progressant insensiblement, s’empara de l’Attique. Mais d’autres croient que les airs, pollués, comme le sont souvent les eaux, par la puanteur des cadavres ou des causes analogues, altèrent très gravement les conditions d’hygiène » (XIX, 4, 4-6, trad. G. Sabbah, CUF).

  • 4 « La morve est une maladie contagieuse affectant essentiellement les Équidés et transmissible à l’H (...)
  • 5 La morve est le sujet du premier chapitre chez Pélagonius et Végèce ; elle est traitée dans le CHG (...)
  • 6 Grmek, 1984, p. 61.

2L’idée qu’une odeur, celle du souffle pestilentiel des malades et celle de la putréfaction des cadavres, puisse corrompre de nouvelles victimes qui en respirent les effluves se trouve aussi chez les vétérinaires latins, à propos de la morve, nommée en latin morbus, d’où le français morve, « la maladie » par excellence, ou encore par l’hellénisme malis (μάλις). Il s’agit d’une maladie épidémique contagieuse, capable de faire périr des troupeaux entiers4. Cette maladie était la première préoccupation des hippiatres gréco-romains ; elle occupe les premiers chapitres de leurs traités5, qui avaient pour objectif la gestion des troupeaux de chevaux de l’armée ou des particuliers. Devant l’évidence de la transmission contagieuse d’une bête à une autre au sein du troupeau, pourtant refusée par la médecine6, les hippiatres ont amendé le discours humoral - qui tendait à attribuer la morve aux humeurs corrompues qui se déposent dans le corps, au lieu d’être évacuées au-dehors-, pour en produire un nouveau, qui mettait en avant la transmission de bête à bête par voie respiratoire. Cette analyse a entraîné une thérapie ad hoc, qui visait à lutter contre l’odeur de putréfaction responsable de la maladie par de nouvelles odeurs plus fortes. Il s’agissait de guérir ou, préventivement, d’immuniser l’animal en l’imprégnant son corps d’une nouvelle odeur, grâce à des fumigations. Ce procédé d’imprégnation et d’immunisation était désigné par le verbe stagnare, dont nous verrons le rapport avec l’étamage des bronziers gaulois.

1. La propagation de la maladie par l’odeur

  • 7 Vég. I, 17, 1-5 ; IV, 2, 15.
  • 8 Le mot catastema (κατάστημα) par exemple, qui signifie « constitution » dans le vocabulaire hippocr (...)

3C’est la Mulomedicina Chironis, un texte vétérinaire anonyme et indatable, qui explique le mieux l’enchaînement des évènements menant à la maladie morveuse ; le texte en est très difficile à établir, car il était corrompu dès avant Végèce (fin du ive siècle ap. J.-C.) qui en le reprenant a éliminé toutes les phrases qui lui étaient déjà incompréhensibles, signalées dans le texte par des cruces7. Il s’agit en fait d’une traduction latine d’un original grec perdu8.

  • 9 qui M : quia B || pestifera M : pestifero B || omnibus Oder : ouibus M || uiresque Oder : uires qua (...)

Chiron 191-194. Propria autem ratio huius morbi nascendi haec est : ex catastemate aeris et coinquinatione pestifera austro uento flante. Statim magis spiritus concipitur a pulmone et in sanguine nascitur hic omnibus. Denique primum inuenitur in uno iumento, non in omnibus. Vel nunc in corporibus eorum, qui iam possessi sunt, morbus increscit, tunc plures coinquinat uiresque adquirit magis. Spiritus eorum pluribus cohaerens maiorem aeris coinquinationem facit et pascuae et aquae fontium a pestifera Africo uento [u]olenti, qui non solum aeris ex oloris herbas, sed et, confuso ampliatoque odore illius morbi calore, coinquinat [sed et] ceteras greges armentorum inferius morantes ab illa grege superius morante, ubi iam se morbus ostendit. Hoc morbo similiter omnia succendit. Ampliatur enim putor calore uel ?ad cadauerum eorum gregis illius superioris?, et increscit morbus. Ex quo in plurimas greges armentorum adhaerens contagium facit et omnia iumenta hoc morbo consumit9.

  • 10 Εxcludit mss est difficilement compréhensible ; il est noté comme locus corruptus dans le ThLL 5.2. (...)
  • 11 Le mot armenta peut désigner aussi bien les troupeaux de chevaux que ceux de bœufs ; les attestatio (...)

« Mais la vraie cause de l’apparition de cette maladie est la suivante : elle vient de la constitution de l’air et de la contamination pestifère quand souffle le vent du sud. Aussitôt, le poumon reçoit plus de souffle et cette maladie naît dans le sang chez tous. Mais elle apparaît d’abord chez un seul cheval, pas chez tous. À ce moment, la maladie croît dans les corps de ceux dont elle s’est emparée, elle contamine alors plus de bêtes et acquiert plus de forces. Le souffle des malades, formant un ensemble qui grossit, produit une plus grande contamination de l’air, du pâturage, des sources d’eau, sous l’influence du vent Africus qui transmet les odeurs mortifères (pestifera olenti), qui non seulement contamine les herbes, à cause de l’odeur de l’air10, mais aussi, en répandant l’odeur de cette maladie amplifiée par la chaleur, les autres troupeaux de chevaux11 séjournant plus bas, à partir du troupeau qui séjourne plus haut, là où la maladie s’est déjà manifestée. De la même manière, elle embrase tout de cette maladie. En effet la chaleur augmente la puanteur, en particulier †venant des cadavres du troupeau au-dessus†, et la maladie progresse. À la suite de quoi, s’attachant à de très nombreux troupeaux de chevaux, elle produit une épidémie et fait périr tous les chevaux de cette maladie. »

  • 12 Jouanna, 2000, p. 71-75.
  • 13 Hippocrate, Nature de l’homme, 9 ; voir aussi la traduction de Jouanna, 2000, p. 64.

4La première explication de la maladie comme résultant d’une mauvaise constitution de l’air (catastemate aeris), qui porte en lui une souillure (coinquinatio = miasma), aggravée par un vent chaud, est traditionnelle dans la médecine et se lit chez Hippocrate et Galien lorsqu’ils évoquent les épidémies12. C’est l’air qui porte en lui la contamination de la maladie. Par conséquent, Hippocrate suggère fort logiquement, pour éviter la maladie, de ne pas respirer trop fort13. Mais cette explication par la mauvaise qualité de l’air que tous respirent se double chez Chiron d’une autre explication, qui celle-ci fait intervenir l’odeur de la maladie (odore illius morbi), transmise par le souffle des malades (spiritus eorum), poussé par le vent chaud de l’Africus, mais aussi l’odeur des cadavres pourrissants qui peut corrompre de nouveaux animaux ; plus la chaleur augmente, plus l’odeur de pourriture s’intensifie, et plus la maladie gagne (ampliatur putor calore et increscit morbus). C’est l’odeur qui fait fonction de germe de la maladie.

5On peut trouver un parallèle de cette idée dans un passage de Galien, à propos de la fièvre ; il proposait une étiologie très semblable à celle que nous avons lue chez Chiron :

  • 14 Galien, De differentiis febrium libri II 7.289 K : κατὰ δὲ τὰς λοιμώδεις καταστάσεις ἡ εἰσπνοὴ μάλι (...)

« Dans une constitution pestilentielle (κατὰ δὲ τὰς λοιμώδεις καταστάσεις), la cause est surtout l’inspiration. La fièvre survient en effet quelquefois aussi à cause des humeurs existantes dans le corps susceptibles de se putréfier, chaque fois que l’être vivant (τὸ ζῶον) reçoit comme léger point de départ l’air qui l’entoure pour débuter une fièvre ; la plupart du temps, elle commence à partir de la respiration de l’air alentour, souillé par une exhalaison à l’odeur putride (σηπεδονώδους). L’origine de la corruption est soit une quantité de cadavres non brûlés, comme cela arrive souvent pendant les guerres ; soit elle vient d’eaux stagnantes, ou d’émanations des marais pendant l’été. Cela se produit quand commence une chaleur excessive de l’air ambiant, comme pendant la peste qui envahit les Athéniens. »14

6Le texte de Galien partage avec celui de Chiron l’explication par la constitution épidémique (catastema - καταστάσις), la référence à la peste d’Athènes, l’explication par l’odeur de putréfaction (σηπεδονώδους), mais surtout l’emploi de τὸ ζῶον qui a pu faciliter le transfert d’un domaine à l’autre.

  • 15 Par exemple, Végèce IV, 3, 16 indique que la subdivision de son dernier livre sur les bœufs obéit à (...)
  • 16 Grmek, 1984, p. 56-57 ; Stock, 2000, p. 66, 72.

7Le texte de Chiron se terminait par le mot contagium auquel on peut attribuer le sens rare de « contagion ». Cette approche de la contagion d’individu à individu est révolutionnaire par rapport à la médecine, qui en niait la possibilité15. Mais il ne faut pas imaginer une quelconque théorie microbienne semblable à la nôtre dans ce passage ; c’est l’odeur en soi qui est mauvaise, et le processus nous est éclairé par Végèce I, 17, 3 : Nam et uiuorum, qui correpti fuerint, et mortuorum odore foetidissimo sana prius iumenta complentur ac pereunt, « Car l’odeur très fétide des vivants qui ont été corrompus ainsi que des cadavres remplit les chevaux auparavant sains et les fait périr. » Le verbe compleo « remplir » sous-entend que le corps des vivants est rempli d’air arrivant par la respiration ; et si l’animal respire un air fétide, cet air altère l’intérieur de son corps au point de le faire périr. Cette imprégnation par l’odeur morbifique est pensée sur le modèle de l’eau qui coule et se répand dans un contenant. Le mouvement descendant est prégnant : à l’odeur qui se répand à l’intérieur de l’animal répondent les sources contaminées par les troupeaux d’alpage, qui en coulant infectent les animaux situés dans des pâturages inférieurs. L’idée du remplissage n’est pas neuve, elle se lit dans Thucydide II, 51, 4 à propos de la peste d’Athènes : ὅτι ἕτερος ἀφ’ ἑτέρου θεραπείας ἀναπιμπλάμενοι ὥσπερ τὰ πρόβατα ἔθνῃσκον : « en soignant les autres on contractait soi-même la maladie et les hommes périssaient comme des troupeaux. » Le verbe ἀναπίμπλημι signifie « remplir », et il est employé ici au sens de « contaminer »16. Les hommes se contaminent mutuellement en se remplissant ; c’est un hapax de Thucydide et il n’est pas anodin qu’il fasse à ce moment-là une comparaison avec les troupeaux.

2. La thérapie par les odeurs

8Puisque l’odeur est cause de la maladie, c’est par l’odeur qu’il faut traiter, et ce de deux manières : en supprimant l’odeur nauséabonde vecteur de la maladie, et en la remplaçant par une odeur plus agréable et thérapeutique. La suppression de l’odeur morbifique s’obtient par la mise à l’écart des bêtes malades, et la fumigation des animaux les entoure d’une odeur protectrice.

9L’éloignement des animaux malades est une recommandation de Chiron et de Végèce :

  • 17 Hic enim maleos si euenerit, ut aliquod iumentum possideat in grege, et hic si non uelocius separet (...)

Chiron 165 : « Si cette morve survient, et qu’elle s’empare de quelque cheval dans le troupeau, et que celui-ci n’en soit pas écarté assez rapidement dans une région de pâture éloignée, elle contamine tous les chevaux de ce troupeau, et ensuite les achève tous de maladie. »17

  • 18 Vnde omni studio, quae semel temptata fuerunt, segreganda sunt animalia et ad ea loca mittenda, ubi (...)

Vég. IV, 3, 5 : « Il en résulte que tout l’effort doit consister à séparer et à amener les animaux aux lieux où aucun animal ne paît, pour éviter qu’ils ne les mettent tous en péril par leur contagion, et que la négligence du maître ne soit imputée par les sots, comme cela se produit, à la défaveur divine. »18

  • 19 Stock, 2000, p. 68.
  • 20 De même Végèce IV, 2, 15 : qui cum semel in gregem uel armentorum uel domitorum incesserit iumentor (...)
  • 21 Chiron 166 : De quo nunquam promittit sanare, sed propter ceterorum magis corpora saluanda.

10Les deux auteurs recommandent de séparer (segregare, au sens étymologique : éloigner du troupeau, grex) les bêtes malades des autres, et d’envoyer au plus vite (uelocius) les animaux atteints « dans une région de pâture éloignée » (longinqua regione pascuae) et complètement isolée (ubi nullum animal pascuatur). Cette mesure doit être prise à partir du premier animal malade (aliquod iumentum), sans attendre que la contagion s’étende aux autres (coinquinat, dont le sens de contagion est présent déjà chez Columelle19 ; contagione), ce qui montre la conscience du danger et suppose un diagnostic scrupuleux, développé très longuement dans les textes vétérinaires20. On pourrait penser que cette recommandation est conforme à la médecine hippocratico-galénique qui recommandait de changer d’air lors des épidémies, puisque c’était le mauvais air qui était en cause ; mais la raison en est ailleurs. Il ne s’agit pas de guérir les animaux atteints, car la maladie est mortelle, mais de préserver les autres : « Par cette mesure on ne promet jamais la guérison, mais c’est plus pour sauver les corps des autres21. » On considère donc comme perdu tout troupeau où se déclare la maladie. Si dur que paraisse ce traitement, c’est en réalité le seul efficace, la maladie étant toujours incurable, et la seule différence entre les politiques modernes et antiques consiste en ce que l’Antiquité laissait périr les animaux dans quelque pré éloigné, tandis que l’époque moderne pratique l’abattage systématique, qui a permis d’éradiquer définitivement la morve en Europe.

  • 22 Chiron 194 : Et eorum tamen cadauera obruenda sunt, qui ab hoc morbo moriuntur, ita ut uires amplia (...)
  • 23 Vég. IV, 2, 15 : Vsque eo etiam mortua cadauera ultra fines uillae proicienda sunt et altissime obr (...)

11Mais on avait conscience que cette mesure d’écartement du troupeau atteint ne suffisait pas ; les textes prévoient également une politique de décontamination des terres de l’exploitation agricole. La contagion passait en effet non seulement par le souffle des vivants, mais aussi par l’odeur de putréfaction des cadavres. Chiron 194 : « Et les cadavres de ceux qui meurent de cette maladie doivent être enterrés, pour que les forces épidémiques de cette maladie diminuent, et que les autres chevaux qui sont sains ne soient pas contaminés par cette odeur22. » Végèce ajoute, à propos des maladies contagieuses des bœufs, que c’est en-dehors de la limite de l’exploitation (uilla) qu’il faut enterrer les cadavres des animaux morts, en dehors des voies de passage, et qu’il faut les enterrer bien profondément, « pour qu’ils ne risquent pas de contaminer (contingantur) les parties internes (interna) des corps de ceux qui sont encore sains et les fassent périr. »23

  • 24 Suffimentum est apparenté à suffire que l’on trouve chez les auteurs classiques. En grec, « fumiger (...)

12Quel traitement appliquer aux animaux encore sains ? La fumigation est la première méthode indiquée dans Chiron 167 pour répondre au défi de la maladie. Elle est présentée comme la thérapie la plus ancienne : il la reprend des ueteres auctores. Le procédé est désigné en latin par les termes fumigare, fumigatio, suffumigare, qui sont bâtis à partir de fumus, « fumée », et par suffimentum, dont l’étymologie n’est pas sûre24. Il ne s’agit pas en principe de guérir les animaux malades, mais de prévenir l’apparition de la maladie chez les autres ; toutefois, les consignes d’application du traitement montrent que les bêtes malades étaient également traitées par ce procédé : il était probablement difficile de se résigner à la perte totale du troupeau sans rien tenter. La lutte par les odeurs est également évoquée par Julius Africanus au début du iiie siècle : « La tête qu’on aura tranchée sur le cadavre d’un chien déjà décomposé débarrassera également de cette terrible maladie le cheval qui en souffre. Il sera guéri par les émanations fétides qui l’envelopperont constamment comme d’une fumée » (Cestes, I, 12 trad. Vieillefond).

  • 25 Vég. I, 19 : nam cum ipsa tabes ex corrupti aeris foetore nascatur et usque in pulmones et uiscera (...)
  • 26 Vég. I, 19 : animaliumque os et caput super fumum tenebis, ut austeritas odoris per os et per nares (...)
  • 27 Vég. IV, 3, 15 : cooperta capita boum supra uas, in quo suffimenta incenderis, diutissime continebi (...)
  • 28 Vég. IV, 3, 11 : Morbi quoque, quod superius nominauimus, amari sunt et non nisi amaris potionibus (...)

13Comment faire une fumigation ? Végèce, à l’extrême fin du passage sur la morve, indique une fumigation « plus efficace » que les onctions, les potions, les clystères, les cautérisations, les saignées qu’il a précédemment préconisées : « car puisque cette épidémie naît de la puanteur de l’air corrompu et qu’elle descend en pénétrant jusqu’aux poumons et aux viscères, il est d’usage de la chasser par l’âpreté de l’odeur (odoris austeritate) non moins que par l’amertume des potions (potionum amaritudine). »25 Il recommande donc d’enfermer les animaux dans un endroit peu élevé (humilem locum), parce que les odeurs ont tendance à descendre, en séparant les animaux malades des bêtes saines, et de faire brûler sur des charbons ardents un mélange d’origan, de bitume, de peucédan, de castoreum et de gomme résine d’opopanax : « tu maintiendras la bouche et la tête des animaux au-dessus de la fumée, pour que l’âpreté de l’odeur, entrée à l’intérieur par la bouche et les naseaux, remplisse tout (omnia compleat), parvienne jusqu’aux poumons, et apporte aux animaux un remède. »26 Dans certains cas, les bœufs fumigés ont la tête recouverte d’une couverture, pour que la fumée ne s’échappe pas27. Le principe selon lequel il faut fumiger avec des odeurs austères et faire boire des potions amères (l’austérité de l’odeur correspond à l’amertume du goût) est celui du très célèbre contraria contrariis curantur, que Végèce rappelle à ce propos : « les maladies que nous avons nommées plus haut sont amères et ne se laissent pas vaincre sans potions amères : car les contraires sont soignés par les contraires, suivant la logique de la médecine. »28 Le contraria contrariis est l’équivalent ici du similia similibus, le même est soigné par le même : à l’odeur forte de la maladie est opposée une odeur plus forte encore, mais ayant la même amertume.

3. Stagnare

  • 29 Le verbe stagnare apparaît sept fois dans la littérature vétérinaire latine. Il est au passif ou à (...)

14Lorsque Chiron et Végèce évoquent les effets de la fumigation, ils emploient un terme rare, stagnare, dont le sens, manifestement spécialisé (stagnata, ut dicuntur, animalia, Vég. I, 18), est au premier abord obscur29.

  • 30 stagnata Bücheler : signata M sic nata B.

Chiron 194. Obseruabitur, non prius in agro prodeant, nec mane ex hac suffumigatione odorem naribus percipiant, ut possint eo odore stagnata hunc morbum continere iumenta, « on fera attention de ne pas les laisser aller au champ avant qu’il n’aient reçu, le matin, l’odeur de cette fumigation dans les naseaux, pour que les chevaux, imprégnés (stagnata) de cette odeur, puissent se garder de cette maladie. »30

  • 31 Le ThLL n’a pas encore édité les s- ; l’Oxford Latin Dictionary omet totalement le deuxième stagnar (...)
  • 32 Stace Théb. 10, 298 ; S. 3, 2, 110 ; Sil. 6, 36.
  • 33 Ov. Mét. 1, 324 ; 15, 269 ; Col. 10, 11 ; Justin 36, 3, 7.

15Quel est le sens de stagnare ? Le dictionnaire Gaffiot donne deux entrées et deux verbes31 : 1 intr. être stagnant, tr. inonder, 2 tr. étamer. Le sens « imprégner » qui pourtant convient à de nombreux exemples32, est oublié. Toutes les occurrences de stagnare dans la littérature non médicale concernent l’eau ou un liquide (sang) qui imprègne la terre (et non un corps). Les auteurs latins reliaient visiblement stagnare à stagnum, « l’étang »33. Cette liaison entre stagnare et l’eau est présente dans nos textes : sur quatre des sept exemples, l’opération qui rend les animaux stagnata est la prise d’une potion que l’on fait boire au cheval. Si l’on suppose que c’est l’idée de l’eau qui inonde le corps qui est à la base du sens de stagnare dans la langue médicale, alors la fumigation qui emplit le corps est une métaphore du liquide avalé qui se répand dans le corps. Il s’agit de lutter contre la maladie (essentiellement la morve) qui se transmet par l’odeur mortifère des cadavres et des malades, en imprégnant l’animal d’une autre odeur, qui remplit son corps comme l’eau remplit le marécage ; elle reste stagnante dans le corps pour préserver l’animal, pendant une durée variable, qui va d’une journée à un an.

  • 34 Exquisitis remediis ThLL 5.2.1821.20 : à l’ablatif Col. 6, 5, 2 ; Pélagon. 115, 216 ; Cod. Theod. 1 (...)

16Il s’agirait donc d’imprégner l’animal, de l’inonder de fumée ou de liquide ; mais ce sens ne convient pas à toutes les occurrences de stagnare dans la littérature médicale, notamment dans un exemple de Justin (37, 2, 6), abréviateur de Trogue Pompée au iie ou iiie siècle après J.-C., à propos du roi Mithridate, inventeur de la mithridatisation : Quod metuens antidota saepius bibit et ita se aduersus inuidias exquisitis tutioribus remediis stagnauit, ut ne uolens quidem senex ueneno mori potuerit, « dans la crainte du poison, il but fréquemment des antidotes et se prémunit contre les embûches par des remèdes recherchés et si sûrs que dans sa vieillesse il tenta vainement de s’empoisonner (trad. E. Chambry et L. Thély-Chambry). » Le roi du Pont prenait des potions (bibit) à base de poisons dilués, qui l’immunisaient contre les prises plus fortes ; ce procédé auquel nous avons donné le nom de son inventeur (mithridatisation) est appelé en latin stagnare. La phrase de Justin possède une iunctura que l’on trouve dans les textes vétérinaires : exquisitis remediis34.

17Ce sens se trouve aussi chez Chiron et Végèce. Dans trois des exemples, stagnare a plutôt le sens de « préserver des maladies », puisqu’il s’agit d’une potion que l’on va faire boire et qui va conférer à l’animal une immunité contre les maladies de façon durable.

Vég. 2, 134, 4 : continuo stagnare creditur uulsos : « (la potion) immunise les animaux atteints de la pousse, croit-on. »

Vég. 4, 2, 5 : quodsi toto anno aduersus omnes aegritudines desperatas boues stagnare uolueris, […] hanc potionem dabis, quae usque adeo salutaris est, ut approbatum sit integro anno boues sic curatos nullius morbi contagione temptari : « Si tu veux rendre imperméables (stagnare) à toutes les maladies pendant une année entière des vaches dont l’état est désespéré [...] tu donneras cette potion, qui est à ce point efficace que pendant une année entière les bœufs ainsi traités ne sont touchés par aucune contagion morveuse ; cela a été prouvé » ; 4, 2, 6 : quae potio ad stagnanda animalia quater in anno facienda est ultimis temporibus ueris, aestatis, autumni et hiemis.

  • 35 Pline, nat. 34, 160 : Stagnum inlitum aereis uasis saporem facit gratiorem ac compescit uirus aerug (...)
  • 36 Col. 12, 42 (in caccabo fictili nouo uel in stagneo) ; Pline, nat. 30, 38 (pyxide stagnea) ; id. 29 (...)
  • 37 Halleux, 1977, p. 569.

18Il s’agit toujours d’imprégnation par un liquide, mais le sème « immuniser » qui s’y ajoute ne s’explique pas par l’image de l’étang. « Immuniser » est très probablement une métaphore issue du deuxième stagnare, dérivé de stagnum/stannum, « l’étain ». Stagnare en métallurgie désigne l’étamage, qui consiste à recouvrir un objet d’une mince couche d’étain. Selon Pline, « une couche de stamnum, appliquée sur les vases de cuivre, les rend plus agréables au goût et empêche le poison du vert-de-gris de s’y former. »35 (trad. Le Bonniec, CUF). Les vases étamés sont fréquents dans la littérature médicale, sous la forme stanneus, stagneus ou stagnata36 ; ils sont utilisés pour faire cuire les préparations médicamenteuses. Le rapport entre les deux sens de stagnare a été mis en lumière par R. Halleux : le « passage est facile de « recouvrir d’une nappe liquide stagnante » à « recouvrir d’une couche de métal fondu », car le procédé d’étamage le plus simple consiste [...] à tremper l’objet de cuivre dans un bain d’étain fondu qui se fige sur le cuivre. »37

19Dans cette perspective, stagnare vétérinaire serait une image issue de l’opération métallurgique de l’étamage : les chevaux sont trempés, non pas dans un bain d’étain, mais dans un milieu liquide (potion) ou gazeux (fumigation) qui les imprègne et constitue une sorte de pellicule qui les recouvre et les empêche d’être en contact désormais avec les miasmes extérieurs. Ils ne sont plus susceptibles de se corrompre, comme le vert-de-gris qui n’apparaît plus sur les chaudrons de cuivre étamés. Il y a donc une métaphore qui superpose le cheval et le chaudron étamé. Or cette superposition est mentionnée par Pline 34, 162 quand il relate l’origine de cette pratique :

« L’étain s’applique à chaud sur les ouvrages de bronze par une invention gauloise, au point qu’on peut à peine les distinguer de l’argent. On appelle ces objets « plaqués par cuisson (incoctilia) ». Ensuite, ils se mirent à appliquer de l’argent de la même manière, surtout sur les ornements de chevaux, de bêtes de somme et de joug dans la place d’Alésia (equorum ornamentis, iumentorumque ac iugorum) : le reste de la gloire en revint aux Bituriges (trad. R. Halleux). »

  • 38 L’équivalent de stagnare « étamer » est γανόω (CGL 2, p. 187, 51-52). Mais il ne s’agit que des cha (...)

20La pratique de l’étamage des chevaux pourrait donc bien être issue des milieux des bronziers gaulois qui produisaient aussi des instruments hippologiques ; l’étamage des ornements de chevaux a pu conduire les hommes de cheval qui les contemplaient à l’idée d’étamer eux aussi leurs animaux vivants par l’imprégnation dans un milieu adéquat. En tout cas, cette pratique ne se retrouve pas en Grèce ni en contexte médical humain38.

  • 39 Pour une étymologie différente (*stanticare) mais avec le même sens « étancher, rendre imperméable  (...)

21Un autre argument en faveur de cette hypothèse peut être tiré de l’orthographe incertaine du mot dans le texte de Chiron 167, stangnada qui conserve la voyelle nasalisée qui se trouve dans étain (<stannum) et étancher ; le verbe étancher viendrait en effet, selon l’étymologie proposée par P. Guiraud39, de *stannicare déverbatif de stannum, « l’étain », et doublet de stagnare, et signifierait selon lui « rendre solide, consolider » ; mais plus vraisemblablement selon nous « recouvrir d’une pellicule d’étain, rendre imperméable ». Il est très probable en tout cas que l’homophonie entre stagnare « être stagnant » et stagnare « étamer » a influencé le mélange des sens entre les deux verbes.

  • 40 Gitton-Ripoll, 2016 ; Guillaumet, 2016.
  • 41 Bien que le DELL ne se prononce pas avec certitude « sans doute emprunt, mais d’origine incertaine  (...)

22Le terme stagnare signifie donc « préserver des maladies, immuniser » en latin médical. Ce sens est attesté pour la médecine humaine seulement chez Justin à propos de la mithridatisation, puis dans la médecine vétérinaire dans Chiron (2 occurrences) et Végèce (5 occurrences). Selon R. Halleux, 1977, stagnare, dont le sens étymologique est « plonger dans l’eau » (de stagnum, marais), a signifié dans la langue technique des métallurgistes l’opération d’étamage qui consiste à recouvrir d’étain (stagnum) un vase métallique, afin d’éviter l’oxydation, en plongeant le vase dans une solution contenant des particules d’étain. Cette image d’un obstacle à l’oxydation aurait conduit à l’idée d’empêchement de la maladie. Nous proposons de voir l’origine de cette pratique dans les habitudes des métallurgistes gaulois, qui selon Pline avaient l’habitude d’étamer les ornements pour chevaux ; c’est sans doute de là que les vétérinaires ont pu concevoir l’idée d’imprégner les animaux d’une substance destinée à maintenir les miasmes à l’écart. L’équivalent ne se rencontre jamais dans la littérature médicale ou hippiatrique grecque, bien que les Grecs aient eux aussi connu l’étamage. Si l’idée d’immuniser les animaux comme on recouvre d’une couche de métal vient bien au départ des vétérinaires d’Alésia, elle a cheminé dans l’empire romain ; d’autres traces de l’hippiatrie gauloise se laissent voir aussi dans le mot gulbia, la gouge, ainsi que dans l’utilisation du fer à cheval clouté40. Le nom de l’étain est lui-même sans doute un mot d’origine gauloise41 ; les Romains auraient emprunté le mot et les pratiques s’y rattachant, avec d’autant plus de facilité que l’image de l’eau stagnante ne s’opposait pas à la compréhension de l’opération, bien au contraire.

4. Virgile

23Ce principe de traitement des maladies contagieuses n’a sans doute pas été inventé au ive siècle, car on en retrouve l’esprit dans la célèbre description de l’épizootie du Norique qui termine le livre 3 des Géorgiques de Virgile, dont l’inspiration est puisée bien sûr dans Lucrèce et dans Thucydide, mais aussi certainement dans un traité vétérinaire. Les points communs entre le livre 3 des Géorgiques et ce que nous venons de voir sont les suivants. Virgile accepte l’idée de contagion animale, à propos de la gale des brebis (469 : Dira per incautum serpant contagia uolgus, « l’affreuse contagion se glisse au milieu du troupeau sans défense » (trad. H. Goelzer, CUF). Il connaît la fumigation des étables : 414 Disce et odoratam stabulis accendere cedrum, « apprends aussi à brûler dans tes étables le bois parfumé du cèdre. » Il recommande de s’en remettre à la pratique médicale plutôt qu’invoquer en vain les divinités, comme le regrettait Végèce : 454-456 « à demeurer caché le mal se nourrit et vit, quand le pâtre se refuse à recourir à la chirurgie (manus medicas) pour soigner les plaies ou que restant inactif il se contente de demander aux dieux des présages meilleurs. »

24L’épizootie du Norique, causée par une mauvaise constitution de l’air (478-479 morbo caeli, miseranda tempestas), jointe à la chaleur (aestu), s’attaque à la fois aux animaux sauvages et aux animaux domestiques : 480 et genus omne neci pecudum dedit, omne ferarum, « il livra au trépas tous les animaux, domestiques ou sauvages » ; or un des traits récurrents de la description des épidémies morveuses chez Chiron et Végèce était la distinction des animaux armenta et domita (voir note 11). Un des symptômes de l’épizootie du Norique est la puanteur du corps (et non du souffle : olentia membra 564-565, et peut-être un jeu sur abolere 560, dans un emploi proche de stagnare : il s’agit d’abolir la corruption, c’est à dire de supprimer l’odeur, comme on le faisait pour la gale en baignant le troupeau entier de moutons dans l’eau v. 445). Elle est si grave que les méthodes de traitement habituelles ne sont plus efficaces, ni le changement de pâturages : 548 Praeterea iam nec mutari pabula refert, « De plus il n’importe en rien de changer de pâturages » ; ni l’enfouissement des cadavres : 558 donec humo tegere ac foueis abscondere discunt « jusqu’au moment où l’on apprend à les couvrir de terre et à les enfouir dans des fosses. » Tout cela ressemble tellement à Chiron qu’on s’étonne à peine de le voir cité comme garant des remèdes habituels, même si Virgile ne se réfère apparemment qu’au Centaure mythique : 549-550 quaesitaeque nocent artes ; cessere magistri / Phillyrides Chiron Amythaoniusque Melampus, « on a beau chercher des remèdes, ils sont nuisibles ; même les maîtres de l’art y renoncent, Chiron fils de Philyra et Mélampe, fils d’Amythaon. »

Conclusion

25L’importance de l’odeur dans la transmission d’une maladie contagieuse, la morve équine, et dans son traitement par des fumigations âcres (austeri) laisse constater l’influence des textes médicaux sur les textes vétérinaires, en particulier l’influence du modèle développé à propos de la peste d’Athènes, et inversement, suppose l’influence des textes vétérinaires sur les textes littéraires comme celui de Virgile dans l’épisode de la peste du Norique. Le principe, accepté par Chiron et Végèce, de la transmission de la contagion par l’odeur a entraîné une thérapeutique visant à immuniser l’animal contre cette mauvaise odeur en l’enfumant ou en lui faisant boire une potion ; cette mithridatisation était conçue sur le modèle de l’étamage des chaudrons de bronze qui imperméabilisent le métal en le soustrayant à la corruption.

Haut de page

Bibliographie

Textes anciens

Corpus Hippiatricorum Graecorum, éd. E. Oder et K. Hoppe, Teubner, Leipzig, 1924-1927.

Les « Cestes » de Julius Africanus, éd. J. R. Vieillefond, Paris, 1970.

Mulomedicina Chironis, éd. E. Oder, Teubner, Leipzig, 1901.

P. Vegeti Renati digestorum artis mulomedicinae libri, éd. E. Lommatzsch, Teubner, Leipzig, 1903.

Pelagonius Ars veterinaria, éd. K. D. Fischer, Leipzig, 1980.

Physica Plinii Bambergensis, éd. Önnerfors, Hildesheim, 1975.

Ouvrages modernes

Fischer, K.-D., 1991, Genera hius morbi maleos numero VII : eine Infektionskrankheit (Malleus) und ihre Unterarten im Spiegel des antiken veterinärmedizinischen Schrifttums, dans G. Sabbah (éd.), Le latin médical. La constitution d’un langage scientifique, Publications de l’Université de Saint-Étienne, Saint-Étienne, p. 351-365.

Gitton-Ripoll, V., 2016, Entre archéologie et littérature : le boutoir et le forfex, dans V. Gitton-Ripoll (éd.), La trousse du vétérinaire dans l’Antiquité et au Moyen Âge. Instruments et pratiques, Pallas, 101, p. 75-97.

Grmek, M.-D., 1984, Les vicissitudes des notions d’infection, de contagion et de germe dans la médecine antique, dans G. Sabbah (éd.), Textes médicaux latins antiques, Publications de l’Université de Saint-Étienne, Saint-Étienne, p. 53-70.

Guillaumet, J.-P., 2016, Le soin aux chevaux à l’époque celtique : trousses de vétérinaires et attestation du fer à cheval, dans V. Gitton-Ripoll (éd.), La trousse du vétérinaire dans l’Antiquité et au Moyen Âge. Instruments et pratiques, Pallas, 101, p. 53-63.

Guiraud, P., 1982, Dictionnaire des étymologies obscures, Paris.

Halleux, R., 1977, De stagnum « étang » à stagnum « étain », contribution à l’histoire de l’étamage et de l’argenture, L’Ant. Cla., 46, 2, p. 557-570.

Holder, A., 1922, Altceltischer Sprachschatz, II, Leipzig, p. 1631-1633.

Jouanna, J., 2000, Miasme, maladie et semence de la maladie. Galien lecteur d’Hippocrate, dans D. Manetti, Studi su Galeno. Scienza, filosofia, retorica e filologia, Florence, p. 59-92.

Lacroix, J., 2005, Les noms d’origine gauloise, 2, Paris, p. 98-103.

Lambert, P.-Y., 1997, La langue gauloise, Paris.

Nutton, V., 1983, The Seeds of Disease. An Explanation of contagion and infection from the Greeks to the Renaissance, MedHist, 27, p. 1-34 (repris dans V. Nutton, 1988, From Democedes to Harvey. Study in the History of Medicine, Londres, XI).

Sabbah, G., 1984, Textes médicaux latins antiques, Saint-Étienne.

Sabbah, G., 1991, Le latin médical, la constitution d’un langage scientifique, Saint-Étienne.

Stock, F., 2000, Il lessico del contagio, dans P. Radici Colace et A. Zumbo, Letteratura scientifica e tecnica greca e latina, Messine, p. 55-89.

Haut de page

Notes

1 Hippocrate, De la nature de l’homme, 9, trad. M.D. Grmek, 1984.

2 Lucrèce, De rerum natura, VI, 1138-1286, Virgile, Géorgiques 3, 479-566 (épizootie du Norique), Galien, Sur la différence des fièvres, VII, p. 289-290 K ; Chiron 191-193.

3 Grmek, 1984, p. 57-63, Jouanna, 2000, p. 73-74, Stock, 2000, p. 66.

4 « La morve est une maladie contagieuse affectant essentiellement les Équidés et transmissible à l’Homme, due à la bactérie Burkholderia mallei. Souvent mortelle, elle se traduit chez les Équidés par le développement de nodules puis d’ulcères à localisation cutanée et respiratoire accompagnés de lymphangite et d’adénite locorégionale. » Écoles nationales vétérinaires françaises - Maladies réglementées : dangers sanitaires de 1re et 2e catégories chez les Équidés, p. 51. En ligne, mise à jour du 30 juin 2016. Sur la morve dans l’Antiquité, voir Fischer, 1991.

5 La morve est le sujet du premier chapitre chez Pélagonius et Végèce ; elle est traitée dans le CHG à partir du chapitre 2, chez Chiron dans le livre 3.

6 Grmek, 1984, p. 61.

7 Vég. I, 17, 1-5 ; IV, 2, 15.

8 Le mot catastema (κατάστημα) par exemple, qui signifie « constitution » dans le vocabulaire hippocratique, est un hapax en latin et ne se trouve que chez Chiron et Végèce. De même, coinquinatio, « souillure », qui n’est employé en latin que par les auteurs chrétiens et Chiron, peut traduire μίασμα.

9 qui M : quia B || pestifera M : pestifero B || omnibus Oder : ouibus M || uiresque Oder : uires quae B || olenti Gitton : uolanti MΒ flanti Oder || ex oloris Gitton : excludit M excludat B || sed et2 MB : secl. Oder || succendit B : succedit M || putor Oder : pudor MB || ad MB : a Bücheler || gregis Oder : greges MB.

10 Εxcludit mss est difficilement compréhensible ; il est noté comme locus corruptus dans le ThLL 5.2.1268.40.

11 Le mot armenta peut désigner aussi bien les troupeaux de chevaux que ceux de bœufs ; les attestations de armenta pour les chevaux sont attestées dans la littérature latine classique (Virgile, Sénèque, Columelle, Pline, Stace, cf. ThLL 2.0.612.58-69). De fait, armenta semble désigner les troupeaux qui paissent en liberté par rapport aux animaux harnachés : Vég. IV, 2, 15 gregem uel armentorum uel domitorum iumentorum, et Vég. I, 18 animalia armentiua uel domita.

12 Jouanna, 2000, p. 71-75.

13 Hippocrate, Nature de l’homme, 9 ; voir aussi la traduction de Jouanna, 2000, p. 64.

14 Galien, De differentiis febrium libri II 7.289 K : κατὰ δὲ τὰς λοιμώδεις καταστάσεις ἡ εἰσπνοὴ μάλιστα αἰτία. γίνεται μὲν γάρ ποτε καὶ διὰ τοὺς ἐν τῷ σώματι χυμοὺς ἐπιτηδείους πρὸς σῆψιν ὑπάρχοντας͵ ὅταν ἀφορμήν τινα βραχεῖαν ἐκ τοῦ περιέχοντος εἰς ἀρχὴν πυρετοῦ λάβῃ τὸ ζῶον· ὡς τὰ πολλὰ δὲ ἐκ τῆς ἀναπνοῆς ἄρχεται τοῦ πέριξ ἀέρος ὑπὸ σηπεδονώδους ἀναθυμιάσεως μιανθέντος. ἡ δὲ ἀρχὴ τῆς σηπεδόνος ἤτοι πλῆθός τι νεκρῶν ἐστι μὴ καυθέντων͵ ὡς ἐν πολέμοις εἴωθε συμπίπτειν· ἢ ἐκ τελμάτων τινῶν͵ ἢ λιμνῶν ἀναθυμιάσεις ὥρᾳ θέρους· ἔστι δ΄ ὅτε κατάρχει μὲν ἄμετρος θερμασία τοῦ περιέχοντος͵ ὡς ἐπὶ τοῦ καταλαβόντος Ἀθηναίους λοιμοῦ͵ καθάφησιν ὁ Θουκυδίδης·

15 Par exemple, Végèce IV, 3, 16 indique que la subdivision de son dernier livre sur les bœufs obéit à la distinction maladies contagieuses / maladies singulières : Generalia igitur remedia aduersus morbos generales contagiososque rettulimus ; nunc aduersus ualetudines, quae singulis animalibus accidunt nec in alia transeunt, remedia subiungemus. De même, Vég. IV, 3, 5 indique la nature contagieuse des différentes sortes de morve : Hi omnes morbi contagione sunt pleni ; et si unum animal apprehenderint, celeriter ad omnia transeunt et sic interdum aut integris armentis aut omnibus domitis afferunt interitus.

16 Grmek, 1984, p. 56-57 ; Stock, 2000, p. 66, 72.

17 Hic enim maleos si euenerit, ut aliquod iumentum possideat in grege, et hic si non uelocius separetur longinqua regione pascuae, illius gregis omnia iumenta coinquinat, et inde morbo omnia consumit.

18 Vnde omni studio, quae semel temptata fuerunt, segreganda sunt animalia et ad ea loca mittenda, ubi nullum animal pascatur, ne contagione sua omnibus periculum generent et negligentia domini sicut solet a stultis diuinae imputetur offensae.

19 Stock, 2000, p. 68.

20 De même Végèce IV, 2, 15 : qui cum semel in gregem uel armentorum uel domitorum incesserit iumentorum, statim omnia animalia, quae uel leuem suspicionem habuerunt, de possessione tollenda sunt et distribuenda illis locis, ubi nullum pecus pascitur, ut nec sibi inuicem nec aliis noceant.

21 Chiron 166 : De quo nunquam promittit sanare, sed propter ceterorum magis corpora saluanda.

22 Chiron 194 : Et eorum tamen cadauera obruenda sunt, qui ab hoc morbo moriuntur, ita ut uires ampliandi huius morbi minuntur, et cetera iumenta, quae sana sunt, non ab eo odore coinquinentur.

23 Vég. IV, 2, 15 : Vsque eo etiam mortua cadauera ultra fines uillae proicienda sunt et altissime obruenda sunt sub terris, ne forte ipsorum corporum interna sanorum contingantur et pereant ; I, 17, 3 : in ea loca, per quae aliis animalibus transitus non sit.

24 Suffimentum est apparenté à suffire que l’on trouve chez les auteurs classiques. En grec, « fumiger » se dit θυμιάω, θυμιάζω, ou καπνίζω.

25 Vég. I, 19 : nam cum ipsa tabes ex corrupti aeris foetore nascatur et usque in pulmones et uiscera penetrando descendat, non minus odoris austeritate quam potionum amaritudine consueuit expelli.

26 Vég. I, 19 : animaliumque os et caput super fumum tenebis, ut austeritas odoris per os et per nares intrinsecus ingressa omnia compleat et usque ad pulmones perueniat, et praestet animalibus medicinam.

27 Vég. IV, 3, 15 : cooperta capita boum supra uas, in quo suffimenta incenderis, diutissime continebis, ita ut fumus eorum, caput ac nares impleat, atque ita ad cerebrum et interna salutare remedium penetret, « tu maintiendras très longtemps les têtes couvertes des bœufs au-dessus du récipient dans lequel tu auras fait brûler la fumigation, afin que la fumée remplisse leur bouche, leur tête et leurs naseaux, et qu’ainsi le remède salutaire pénètre jusqu’au cerveau et aux organes internes. »

28 Vég. IV, 3, 11 : Morbi quoque, quod superius nominauimus, amari sunt et non nisi amaris potionibus superantur : nam contraria contrariis curantus ratione medicinae. De même Chiron 190 : per quam amaritudinem amaritudo morbi expellitur.

29 Le verbe stagnare apparaît sept fois dans la littérature vétérinaire latine. Il est au passif ou à l’actif, est transitif (stagnare boues Vég. IV, 2, 5), se construit avec un ablatif de moyen (suffumigationibus stagnare Vég. II, 87, 5), et avec aduersus (stagnare boues aduersus omnes aegritudines Vég. IV, 2, 5).

30 stagnata Bücheler : signata M sic nata B.

31 Le ThLL n’a pas encore édité les s- ; l’Oxford Latin Dictionary omet totalement le deuxième stagnare issu de stannum, l’étain, sans doute parce que les occurrences ne sont pas nombreuses et techniques : des gloses (voir notamment Holder, 1922, p. 1633-1634 à propos du CGL 2 p. 187, 51-55 ; et comme textes médicaux Justin 37, 2, 6 ; Physica Plinii 1, 31 (mittes in stagnatum) ; id. 3, 4 omnia autem in oleo separatim calefacta in stagnato coques ; Théodore Priscien 4, 1 : in cacabo stannato coquuntur ad tertias ; Antid. Brux. 17.

32 Stace Théb. 10, 298 ; S. 3, 2, 110 ; Sil. 6, 36.

33 Ov. Mét. 1, 324 ; 15, 269 ; Col. 10, 11 ; Justin 36, 3, 7.

34 Exquisitis remediis ThLL 5.2.1821.20 : à l’ablatif Col. 6, 5, 2 ; Pélagon. 115, 216 ; Cod. Theod. 13, 5, 38 ; autres cas Aurelius Victor epist. 13,18 : per exquisita remedia. Justin a pu puiser cette expression dans la littérature vétérinaire, mais peut-être plus simplement dans Trogue Pompée qui a écrit un De animalibus perdu.

35 Pline, nat. 34, 160 : Stagnum inlitum aereis uasis saporem facit gratiorem ac compescit uirus aeruginis.

36 Col. 12, 42 (in caccabo fictili nouo uel in stagneo) ; Pline, nat. 30, 38 (pyxide stagnea) ; id. 29, 35 ; Scrib. Larg. 31 reponitur uase stagneo uel argenteo ; Apul. Met. 10, 21 ; Ulp. dig. 48, 10, 9, 2 ne quis nummos stagneos plumbeos emere uendere dolo malo uellet ; pour les occurrences de stagnatus, voir note 31.

37 Halleux, 1977, p. 569.

38 L’équivalent de stagnare « étamer » est γανόω (CGL 2, p. 187, 51-52). Mais il ne s’agit que des chaudrons étamés, comme dans les trois occurrences où Galien emploie ce verbe, 12, 490, 11 K (χαλκοῦν γεγανωμένον), 12, 491 K (ἀγγεῖον γεγανωμένον et 14, 266, 11 K (λέβητα γεγανωμένον). Ni Hippocrate ni les Hippiatrica n’emploient ce verbe.

39 Pour une étymologie différente (*stanticare) mais avec le même sens « étancher, rendre imperméable » voir Wartburg, 1966, p. 231 ; toutefois, p. 235, ce dictionnaire évoque la possibilité de stagnicare dérivant de stagnum.

40 Gitton-Ripoll, 2016 ; Guillaumet, 2016.

41 Bien que le DELL ne se prononce pas avec certitude « sans doute emprunt, mais d’origine incertaine », Wartburg, 1966, article « stagnum », p. 228, Lambert, 1997 p. 194 et Lacroix, 2005 p. 101 sont plus affirmatifs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Gitton-Ripoll, « L’odeur comme vecteur des épizooties et la mithridatisation des chevaux », Pallas, 106 | 2018, 153-164.

Référence électronique

Valérie Gitton-Ripoll, « L’odeur comme vecteur des épizooties et la mithridatisation des chevaux », Pallas [En ligne], 106 | 2018, mis en ligne le 23 août 2018, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/pallas/5513 ; DOI : 10.4000/pallas.5513

Haut de page

Auteur

Valérie Gitton-Ripoll

Maître de conférences en langue et littérature latines
Université Toulouse Jean Jaurès
PLH-CRATA (EA 4601)
vgitton[at]wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals