Navigation – Plan du site
Handicaps, malformations et infirmités dans l’Antiquité

Handicaps, malformations et infirmités dans l’Antiquité

Introduction
Annie Allély
p. 167-171

Texte intégral

1Depuis plusieurs années le corps au sens large est devenu un thème majeur de la recherche historique pour toutes les périodes grâce notamment aux recherches anthropologiques et sémiologiques. Le corps est étudié désormais sous toutes ses composantes, ses normes, ses usages, ses transformations et il s’intègre parfaitement dans une Histoire des représentations.

  • 1 Ce terme était utilisé dans le cadre d’un troc de biens entre deux personnes quand il fallait rétab (...)
  • 2 Dans le cadre des courses de chevaux, on imposait des difficultés supplémentaires aux meilleurs che (...)
  • 3 Définition de l’OMS : « est handicapée toute personne dont l’intégrité physique ou mentale est pass (...)
  • 4 C’est le terme employé par Caroline Husquin dans sa thèse soutenue en décembre 2016 : Penser le cor (...)

2Parmi les thèmes étudiés, il y a celui du corps handicapé, malformé, et infirme. Le mot handicap est un néologisme pour exprimer la différence physique. Créé au xixe siècle, ce mot vient de l’anglais « hand in cap », que l’on traduit par « main dans le chapeau » et qui s’appliquait quand il y avait un troc entre deux personnes1, puis l’expression s’est transformée et déplacée dans le domaine sportif, plus particulièrement dans le cadre de la course de chevaux2. Il faut attendre le xxe siècle pour que la notion de handicap soit mise en relation avec le domaine médical et qu’une définition officielle soit donnée en 1980 par l’OMS3. Le handicap désigne une limitation des possibilités d’interaction d’un individu avec son environnement causé par une déficience provoquant une incapacité permanente ou non, de naissance ou acquise ultérieurement. C’est donc par commodité que nous avons utilisé ce mot pour parler de la « différence physique » ou de « l’atteinte physique »4 en n’oubliant pas d’autres termes comme la malformation ou l’infirmité pour parler des anomalies physiques. Les Anglo-Saxons pour traiter ces questions emploient les termes de « disability studies » en faisant la différence entre la diminution physique (impairment) et l’incapacité (disability). Le sujet est complexe car il n’existe pas dans les mondes grec et romain de définition unique du handicap et de l’infirmité. On ne traite pas de la même manière les enfants monstrueux, les esclaves souffrant de défauts physiques invalidants, les soldats estropiés, le corps des citoyens, des magistrats et des prêtres. A Rome, par ailleurs, les juristes, par ailleurs n’ont jamais établi de définition et proposent une solution appropriée selon chaque cas.

  • 5 Collard, 2010, p. 5.
  • 6 Metzler, 2006 ; Turner et al., 2010 ; Nolte, 2011.

3Ce champ de recherche a commencé à se développer dans les années 70-80 et a concerné d’abord l’histoire contemporaine5. Mais aujourd’hui Médiévistes6 et Antiquisants, en étudiant les sources les plus variées, essaient de comprendre à la fois les aspects physiques du handicap et ses répercussions sociales et culturelles.

  • 7 Stiker, 2013 ; Collard et al., 2010.

4Ce champ de recherche s’est à la fois développé en France7 et chez les Anglo-Saxons avec les disability studies. Il nous semble ici opportun de rappeler les travaux les plus marquants de ces dernières années.

  • 8 Delattre et al., 2010.

5En France, on retiendra dans les années 80 l’ouvrage de H.-J Sticker, réédité en 2013 pour la 4e fois et qui, inspiré par les travaux de M. Foucault, décrit l’évolution des représentations et des traitements des personnes handicapées en Occident de l’Antiquité à nos jours. En 2010 F. Collard et d’E. Samama ont publié Handicaps et sociétés dans l’Histoire : l’estropié, l’aveugle et le paralytique de l’Antiquité aux temps modernes. Les auteurs s’interrogent sur les causes et les formes de l’infirmitas, sur ces aspects juridiques et sur la perception de l’être handicapée par la société. Ainsi, pour le monde grec et romain ont été étudiés les invalides de guerre en Grèce et à Rome (E, Samama, M. de Franchis), l’intégrité du corps du magistrat et des sénateurs romains (C. Baroin), le point de vue des juristes à Rome sur les malformations (M. Ducos) et l’étude des tombes grecques à Argos (Ph. Charlier). Également en 2010, l’approche archéologique du handicap et des comportements qui en découlent a été prise en compte sous la direction de l’archéologue Valérie Delattre8 avec Décrypter la différence : lecture archéologique et historique de la place des personnes handicapées dans les communautés du passé. Par exemple, l’étude du matériel funéraire d’enfants handicapés semble confirmer leur non exclusion et le respect dans la mort de leur « corps différent ».

6Chez les Anglo-Saxons, il faut retenir en 1995 l’ouvrage de R. Garland, réédité en 2010, The Eye of the Beholder. Deformity and Disability in the Graeco-Roman World. R. Garland, comme H.-J. Sticker auparavant, considère que les disability studies sont un champ de l’Histoire à part entière. C’est aujourd’hui l’ouvrage classique et incontournable pour traiter les différentes questions liées au handicap et à l’infirmité dans toute l’Antiquité grecque et latine. L’auteur présente à partir de sources essentiellement littéraires et iconographiques, différents thèmes comme celui de l’exclusion de l’infirme, la relation qui existe avec les dieux, les traitements envisagés ou encore les représentations iconographiques. Puis, les études se sont ensuite spécialisées chronologiquement et géographiquement tout en s’approfondissant thématiquement. Ainsi, M. Lynn Rose en 2003, dans The Staff of Oedipus : Transforming Disability in Ancient Greece utilise à la fois des sources littéraires, papyrologiques, archéologiques, épigraphiques et iconographiques et traite différents sujets qui lui paraissent significatifs pour analyser les disabilities dans le monde grec. Elle analyse à la fois la vie quotidienne des handicapés, le bégaiement de Démosthène, le nanisme ou encore le cas des aveugles. En 2013, dans l’ouvrage collectif, Disabilities in Roman Antiquity : Disparate Bodies A Capite ad Calcem. sous la direction de C. Laes, C. F. Goodey, et de M. Lynn Rose, on insiste sur les nouvelles méthodes utilisées comme celles qui concernent par exemple la médecine. Ce renouveau méthodologique a permis la reprise de dossiers comme la définition du monstre (B. Gevaert et C. Laes) ou des hermaphrodites (L. A. Graumann), des troubles de la vue (L. Trentin) ou du langage (C. Laes), tandis que d’autres explorent des champs moins connus comme les cas d’alcoolisme (D. Gourevitch et C. Demigneux), le traitement des corps post-mortem (E. J. Graham), les questions liées à la déficience intellectuelle ( C. F. Goodey et M. Lynn Rose) et aux problèmes psychiatriques (P. A. Clarket M. Lynn Rose).

7Enfin, on ne saurait oublier deux ouvrages publiés en 2015 et 2016. Le premier, Infirmity in Antiquity and the Middle Ages : Social and Cultural Approaches to Health, Weakness and Care sous la direction de C. Krötzl​, K. Mustakallio, J. Kuuliala, s’intéresse plus à l’infirmité (infirmity) en se référant à la notion d’infirmitas chez les Romains, qu’à la diminution physique (impairment). Trois axes sont retenus : celui de la définition de l’infirmitas, puis de sa place dans la société et dans la culture et enfin celui de la guérison. Sept contributions concernent les mondes grec et romain (une pour la Grèce, six pour Rome). À titre d’exemples, V. Dasen s’interroge pour savoir si les nains à Athènes peuvent être considérés comme des infirmi ? Elle explique clairement qu’ils ont un rôle important dans la vie sociale et religieuse à Athènes. De même, pour Rome, le rôle des bains dans le soin est étudié dans deux articles. Dans le premier, A. Griffith démontre que dans l’Italie pré-romaine et républicaine, le bain a plus une fonction religieuse que thérapeutique. Au contraire, dans le second, R. Berg, à partir de documents iconographiques et archéologiques, suggère que les bains ont une fonction apparemment curative.

  • 9 Laes, 2017. On notera également, Laes, 2014, ainsi que la bibliographie en ligne (5e et dernière en (...)

8Le second, Disability in Antiquity sous la direction de Christian Laes9 est un ouvrage ambitieux où trente-cinq chercheurs examinent les malformations et les incapacités dans le monde grec et romain, mais également dans les mondes orientaux anciens et dans l’Inde et la Chine anciennes. C. Laes explique dans son introduction, que la grande variété des approches (philosophiques, médicales, juridiques, théatrales et autres) pour les mondes grec et romain correspond aux différents niveaux de ce que M. Vovelle a appelé « la maison de l’Histoire des mentalités ». Il y a dans cet ouvrage une très grande diversité de thèmes. Par exemple, pour le monde grec, E. Salama analyse le vocabulaire grec des disabilities et R. Garland les disabilities dans la tragédie et la comédie grecques. Pour le monde romain, B. Gevaert traite les aspects philosophiques du corps parfait dans la philosophie stoïcienne et P. Toohey les questions juridiques de l’infirmitas dans le Digeste.

9L’ensemble de ces travaux, tous de grande qualité, montre le dynanisme de la recherche dans ce domaine et la grande variété de sujets évoqués.

10Notre journée d’études est dans le prolongement de ces différents travaux en privilégiant plus particulièrement le corps. Nous avons choisi deux axes. Le premier est consacré aux embryons, nouveau-nés et enfants malformés, le second au corps handicapé. Notre réflexion porte sur le vocabulaire utilisé pour nommer la différence physique et sur l’attitude des anciens devant le handicap, celle-ci oscillant entre le rejet, élimination et l’acceptation et l’intégration.

11Dans un premier temps, V. Dasen traite de l’embryologie et de la tératologie pour en montrer les différents aspects qui vont du rejet jusqu’au spectacle. A. Allély s’intéresse au dossier des enfants handicapés et malformés à Rome et dans le monde romain dans l’Antiquité tardive. J.-B. Bonnard reprend le dossier très controversé de l’exposition des nouveau-nés dans le monde grec pour bien montrer ce qui relève du mythe d’une part et de la réalité de l’autre. Enfin, J. Boëldieu-Trévet s’interroge sur les nouveau-nés malformés à Sparte et sur le roi boiteux Léonidas. Cette dernière communication sert de transition avec le second axe qui concerne le corps handicapé, malformé et infirme. Pour le monde romain, C. Husquin aborde la cécité et les déficiences visuelles à Rome, tandis que C. Baroin analyse les cas de boiterie et les boiteux. J. Wilgaux reprend et met en lumière le lien existant entre handicaps et malformations et religion dans la Méditerranée antique en analysant le corps du prêtre. Enfin, Y. Muller s’intéresse à la mutilation corporelle avec l’infirmité par l’étude anthropologique des emplois de la famille étymologique de péroô à l’époque classique.

Haut de page

Bibliographie

Collard, F. et Samama, E. (éd.), 2010, Handicaps et sociétés dans l’histoire : l’estropié, l’aveugle et le paralytique de l’Antiquité aux temps modernes, Paris.

Delattre, V. et Sallem, R. (ed.), 2010, Décrypter la différence : lecture archéologique et historique de la place des personnes handicapées dans les communautés du passé, Paris.

Garland, R., 1995, The Eye of the Beholder. Deformity and Disability in the Graeco-Roman World, Londres (2e éd. 2010).

Husquin, C., 2016, Penser le corps social en situation à Rome et dans le monde romain : perceptions et représentations de l’atteinte physique du ier siècle avant notre ère au ive siècle de notre ère, Thèse en cotutelle, Lille-Fribourg.

Krötzl, C., Mustakallio, K. et Kuuliala, J. (dir.), 2015, Infirmity in Antiquity and the Middle Ages: Social and Cultural Approaches to Health, Weakness and Care, Burlington.

Laes, Chr., 2014, Beperkt ? Gehandicapten in het Romeinse Rijk, Louvain.

Laes, Chr. (dir.), 2017, Disability in Antiquity, Londres-New-York.

Metzler, I., 2006, Disability in Medieval Europe, Thinking about Physical Impairment during the High Middle Ages, c. 1100-1400, Londres-New-York.

Nolte, C. (éd.), 2011, Homo debilis. Behinderte–Kranke---Versehrte in de Gesellschaft des Mittelalters, Korb.

Rose, M.-L., 2003, The Staff of Oedipus: Transforming Disability in Ancient Greece, Ann Arbor.

Stiker, H.-J. 1982, Corps infirmes et sociétés, Essais d’anthropologie historique, Paris
(4e éd. 2013).

Turner, W.-J. et Vandeventer Pearman, T., 2010, The Treatment of Disabled Persons in Medieval Europe. Examining Disability in the Historical, Legal, Literary, Medical and Religious Discourses of the Middle Ages, New-York.

En ligne

https://www.academia.edu/31221058/Disability_History_and_the_Ancient_World_ca._3000_BCE_-ca._700_CE_._A_bibliography

Haut de page

Notes

1 Ce terme était utilisé dans le cadre d’un troc de biens entre deux personnes quand il fallait rétablir une égalité de valeur entre ce qui était donné et ce qui était reçu. La personne qui recevait un objet de valeur supérieure devait mettre dans un chapeau une somme d’argent pour rétablir l’équité.

2 Dans le cadre des courses de chevaux, on imposait des difficultés supplémentaires aux meilleurs chevaux pour rétablir l’égalité entre eux.

3 Définition de l’OMS : « est handicapée toute personne dont l’intégrité physique ou mentale est passagèrement ou définitivement diminuée, soit congénitalement, soit sous l’effet de l’âge ou d’un accident, en sorte que son autonomie, son aptitude à fréquenter l’école ou à occuper un emploi s’en trouvent compromises ». En France, la loi du 11 février 2005 dans son Article 114 donne la définition suivante : « Constitue un handicap, au sens de la présente loi, toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant ».

4 C’est le terme employé par Caroline Husquin dans sa thèse soutenue en décembre 2016 : Penser le corps social en situation à Rome et dans le monde romain : perceptions et représentations de l’atteinte physique du ier siècle avant notre ère au ive siècle de notre ère et en cours de publication.

5 Collard, 2010, p. 5.

6 Metzler, 2006 ; Turner et al., 2010 ; Nolte, 2011.

7 Stiker, 2013 ; Collard et al., 2010.

8 Delattre et al., 2010.

9 Laes, 2017. On notera également, Laes, 2014, ainsi que la bibliographie en ligne (5e et dernière en janvier 2017).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Allély, « Handicaps, malformations et infirmités dans l’Antiquité », Pallas, 106 | 2018, 167-171.

Référence électronique

Annie Allély, « Handicaps, malformations et infirmités dans l’Antiquité », Pallas [En ligne], 106 | 2018, mis en ligne le 23 août 2018, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/pallas/5572

Haut de page

Auteur

Annie Allély

Maître de conférences HDR en Histoire romaine
Université du Maine
CReAAH, UMR 6566
Annie.allely[at]univ-lemans.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals