Navigation – Plan du site
Handicaps, malformations et infirmités dans l’Antiquité
Embryons, nouveau-nés et enfants malformés

Les enfants handicapés, infirmes et malformés à Rome et dans l’Empire romain pendant l’Antiquité tardive

Malformation, infirmity and disability among children in Rome and the Roman empire in Late Antiquity
Annie Allély
p. 197-211

Résumés

Cette communication a pour but de présenter et de connaître les enfants handicapés et infirmes à Rome et dans le monde romain pendant l’Antiquité tardive (iv-vie siècles ap. J.- C.). Après avoir rappelé quelle était leur condition pour les périodes antérieures, nous nous intéresserons dans un premier temps à la façon dont les auteurs analysent le handicap et la malformation. Nous étudierons ensuite les enfants eux-mêmes en essayant de connaître leur handicap ainsi que leur vie quotidienne.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Allély, 2003, p. 127-156 ; Allély, 2004, 1, p. 73-101.
  • 2 Neumann, 1995, p. 45-43 ; Caroll et Jayne-Graham, 2014 ; Mustakallio et Laes, 2011 ; Kellenberger, (...)

1Il y a une dizaine d’années je me suis intéressée au sort des enfants handicapés et malformés à Rome et dans l’Empire romain depuis l’époque royale jusqu’au iiie siècle apr. J.-C.1. J’avais choisi d’arrêter cette étude à la fin du iiie siècle, car il me semblait qu’à partir de cette date, une conception nouvelle du handicap et de la malformation se faisait jour avec l’arrivée et la mise en place du christianisme dans l’Empire2. Cette journée d’études me donne donc l’occasion de reprendre le dossier de l’étude de l’enfant handicapé, infirme et malformé et de son sort à Rome et dans l’Empire romain pour la période de l’Antiquité tardive.

  • 3 Allély, 2003, p. 128.

2Par enfants handicapés, malformés, nous entendons parler d’enfants souffrant d’une anomalie physique ou d’un vice de conformation congénitale3. C’est cette définition que nous avions retenue pour les périodes précédentes et il nous semble opportun de rappeler rapidement la situation de ces enfants handicapés avant de traiter l’Antiquité tardive.

  • 4 Denys d’Halicarnasse, II, 15. Romulus aurait imposé : « aux habitants d’élever tous leurs enfants m (...)
  • 5 Cicéron, De Legibus, 3, 8, 19 : « …puis qu’on l’eût bien vite fait mourir comme un enfant d’une dif (...)
  • 6 Sénèque, De Ira, 1, 15, 2 : « nous étouffons les petits monstres, nous noyons même les enfants lors (...)

3Dès les époques les plus anciennes, c’est-à-dire dès l’époque royale, selon Denys d’Halicarnasse, les enfants handicapés, malformés ou monstrueux étaient abandonnés après avoir été montrés à un conseil de famille de cinq personnes du voisinage4. À l’époque républicaine, Cicéron5 rappelle dans le De legibus qu’une disposition de la Loi des douze tables prévoyait qu’un enfant difforme devait être mis à mort rapidement. On sait que cette pratique existait encore à l’époque impériale grâce à Sénèque6. Cette réglementation s’explique dans le cadre du Droit de la famille, où le pater familias grâce à sa patria potestas, peut constituer sa famille comme il l’entend. Il peut à la naissance ne pas accepter l’enfant et le faire exposer ou le tuer.

4Mais à l’époque républicaine la principale raison du rejet des enfants anormaux est avant tout religieuse. Les naissances anormales sont considérées comme des prodiges, c’est-à-dire comme des signes montrant la colère des dieux et la rupture de la pax deorum. Un certain nombre d’expiations sont prévues pour les prodiges les plus graves comme ceux concernant par exemple les hermaphrodites. Les enfants souffrant de malformations légères sont laissés en vie. Si sur le plan religieux on connaît bien les expiations mises en place, sur le plan social, nous ne connaissons ni le nom des enfants, ni celui des parents, ni leur origine sociale.

5Pour les trois premiers siècles du Principat, les sources d’information sont plus variées puisque nous avons à la fois des sources qui dépendent du Droit sacré mais également des sources juridiques. Sur le plan religieux, les prodiges sont toujours pris en compte par la religion officielle. Ils restent toujours annonciateurs de maux et de troubles pour la société et pour le pouvoir politique. Toutefois, aucune expiation n’est mise en place.

  • 7 Prenons l’exemple des droits et avantages donnés aux familles qui ont trois enfants. Auguste, par l (...)

6Sur le plan juridique, à partir d’Auguste, les juristes vont s’intéresser à ces enfants, à analyser ces naissances et à distinguer certaines catégories. Ils distinguent les handicaps selon leur gravité. Cet intérêt porté au handicap trouve sa raison dans le Droit familial. Le choix d’élever un enfant dépend toujours du pater familias et le père peut aussi accepter un enfant anormal. Les juristes s’interrogent pour savoir quelle place il faut lui donner au sein de la famille7. Sur le plan social, nous ne sommes pas mieux renseignés qu’à l’époque républicaine.

7Après avoir fait ce rappel nous pouvons nous interroger sur la place des enfants et des enfants handicapés pendant l’Antiquité tardive.

1. La place de l’enfant pendant l’Antiquité tardive

  • 8 Laes, 2010, p. 39.
  • 9 Brown, 1991, p. 217. Voir également, p. 222, 258-259 ; 286-293.
  • 10 Code Justinien, VII, 16, 1.
  • 11 Code Justinien, IV, 10, 12. Pour ces empereurs, ce qui compte d’abord c’est de ne pas transformer d (...)
  • 12 Code Théodosien, IX, 15, 1.
  • 13 Code Justinien, IV, 43, 2 ; Code Théodosien, V, 10, 1.
  • 14 Code Théodosien, XI. 15. 1
  • 15 Code Justinien, IX, 16. 7.
  • 16 Code Théodosien, V, 9.17.
  • 17 Boswell, 1989, p. 122.

8Pour cette période (iv-vie siècles), nos sources sont moins diversifiées qu’aux premiers siècles de l’Empire, au point que l’historien Christian Laes écrit que l’enfance est la « grande oubliée de l’Histoire »8. Sur le plan des mentalités, Peter Brown9, constate qu’en « quatre siècles, entre le règne de Marc-Aurèle (161-180) et celui de Justinien (527-565), le monde méditerranéen traverse une série de mutations profondes qui affectent les rythmes de vie et les sensibilités morales ». Ces changements sont particulièrement significatifs dans le cadre de la famille où, sur le plan du droit, les différents empereurs sont intervenus pour limiter la patria potestas du père de famille en prenant un ensemble de mesures contre l’infanticide, l’abandon, la vente des enfants. Dioclétien, après l’empereur Antonin10, interdit à son tour aux parents de vendre, de mettre en gage ou de donner leurs enfants libres11. La législation constantinienne, quant à elle, est ambigüe. Constantin limite la patria potestas du pater familias12 mais dans le même temps il permet aux pauvres de vendre les nouveau-nés comme esclaves13. L’infanticide est interdit par Constantin14 en 318 et il faut attendre 374, c’est-à-dire l’empereur chrétien Valentinien Ier, pour que le meurtre d’un enfant soit légalement tenu pour un homicide15. La même évolution vaut pour l’exposition des enfants qui est désormais interdite en 374 par le même empereur16. Ce fut le seul texte juridique officiel romain qui oblige les citoyens romains à élever tous leurs enfants, mais comme aucune sanction n’est prévue, il est difficile d’en connaître la portée17.

9Pendant cette période, nous n’avons plus de nouvelles dispositions sur les enfants handicapés. Si nous suivons l’application des réglementations limitant la patria potestas, on peut supposer qu’en théorie ces enfants devaient être élevés.

  • 18 Ammien Marcellin, Tome 2, Livres XVII-XIX, Traduction Guy Sabbah, Les Belles Lettres, Paris, 1989 : (...)

10Pour ce qui concerne la religion romaine traditionnelle, Ammien Marcellin18 (330-395) est un des rares historiens post-classiques qui relate ce qui existait aux premiers siècles du Principat, à savoir que les naissances monstrueuses étaient encore annonciatrices d’événements graves tout en ne faisant plus l’objet de purifications particulières. Voici comment il présente la découverte d’un enfant monstrueux à Daphné, près d’Antioche :

« 19… un monstre horrible à voir et à décrire, un enfant bicéphale : ce nouveau-né si contrefait présageait l’avilissement de la puissance romaine. 20. Des naissances de ce genre se produisent souvent et annoncent le tour que vont prendre différentes affaires, mais comme elles ne sont plus l’objet de purifications officielles, comme elles l’étaient chez nos ancêtres, on n’en parle point et elles passent inaperçues ».

  • 19 Orose, Histoire contre les païens, V, 8-11, à propos d’un androgyne né à Rome.

11On remarque que cet auteur, comme Tite-Live, Tacite, ou l’Histoire Auguste auparavant, rapporte que cette naissance monstrueuse présage l’affaiblissement de l’Empire, mais le ton n’a rien de dramatique et il utilise un vocabulaire qui atténue et affaiblit la portée du prodige, puisqu’il écrit « différentes affaires, rerum uariarum » et il rappelle qu’aucune expiation n’est prévue. Il ne fait que réaffirmer ce qui existe depuis le début du Principat. Orose19 (390-418) ironise d’ailleurs sur l’attention des païens à l’égard des prodiges et des naissances monstrueuses.

12Il faut maintenant prendre en compte l’apparition puis la mise en place du christianisme. Avec la christianisation de l’Empire, se pose la question de l’attitude des auteurs chrétiens, des chrétiens et du pouvoir impérial face aux nouveau-nés et aux enfants handicapés.

2. Les auteurs chrétiens et le handicap

  • 20 Justin, Apologie, I, 27 (PG, V, 373).
  • 21 Justin, Apologie, I, 29.
  • 22 Clément d’Alexandrie, Stromates, II, 18 (PG, VIII, 1033).

13Les auteurs chrétiens interdisent aux chrétiens d’abandonner leurs enfants car cela équivaut à les tuer. Justin20 au iiie siècle énonce : « Nous avons enseigné qu’il est cruel pour un homme d’abandonner son enfant, fût-il nouveau-né ». Ou21 « Nous, chrétiens, si nous nous marions, c’est pour élever nos enfants ; si nous renonçons au mariage, nous gardons la continence parfaite ». De même, Clément d’Alexandrie (150-220) écrit22 : « Quelle cause, a un homme pour exposer un enfant ? S’il est peu enclin à avoir des enfants, il aurait dû commencer par ne point se marier ».

  • 23 « Quiconque recueille un enfant abandonné le rapporte à une église et en obtienne une déclaration [ (...)

14Nous avons déjà évoqué la réglementation de l’empereur Valentinien Ier au sujet de l’infanticide et l’abandon. Il faut aussi tenir compte de la réglementation religieuse par le biais des conciles qui va dans le même sens. Le concile de Vaison23 en 442 cherche à encourager les personnes qui recueillent des enfants abandonnés sans crainte de complications ultérieures.

15Reste à s’interroger sur l’attitude des auteurs chrétiens face au handicap et à la malformation.

2.1. Augustin et le handicap

  • 24 Garland, 2010, p. 166-167.

16Augustin24 (354-430) a beaucoup écrit au sujet des enfants malformés, des monstres. Il a réfléchi sur les intentions de Dieu et a tenté de placer le handicap ou la malformation dans une perspective chrétienne. Il utilise le vocabulaire des auteurs anciens comme Tite-Live, Pline l’Ancien, pour parler des enfants malformés. Il parle de monstre, monstrum, prodige, prodigium, ostentum, portentum ce qui correspond au vocabulaire religieux. Les monstres en général pour l’évêque d’Hippone, à la différence des auteurs païens, ne présentent aucune dimension divinatoire car le créateur sait ce qu’il fait :

  • 25 Augustin, Trinité, 3, 2, 7.

« Les éclipses…, les tremblements de terre, les naissances monstrueuses chez les animaux et mille choses semblables n’arrivent pas sans la volonté de Dieu. »25

17Quant aux races humaines monstrueuses, l’évêque d’Hippone y fait référence dans La Cité de Dieu à deux passages, aux Livres 16, 8 et 21, 8.

18Au Livre 16, 8 Augustin s’interroge sur le fait que « des fils de Noé, ou plutôt du premier homme, dont ils sont eux-mêmes issus, descendent certaines races monstrueuses d’hommes dont l’histoire profane fait mention ». Il distingue nettement entre les races comme celle des cynocéphales, dont la tête de chien et l’aboiement rangent « plutôt parmi les bêtes que parmi les hommes » et celles qui descendent d’Adam ».

« Mais quelque part et de quelque figure que naisse un homme, c’est-à-dire un animal raisonnable et mortel ; quelque insolite que soient nos sens la forme de son corps, sa couleur, ses mouvements, sa voix ; quels que soient la force, les éléments et les propriétés de sa nature ; aucun fidèle ne doutera que cet homme ne tire son origine de l’homme modèle unique et primitif ».

19Augustin fait ensuite référence dans le même paragraphe à des personnes nées avec plus de cinq doigts, d’un homme qui, à Hippone, a la plante des pieds en forme de lune, avec deux doigts seulement, d’androgynes, d’un homme double né en Orient avec deux têtes, deux poitrines, quatre mains, mais un seul ventre et deux pieds. Pour Augustin ces personnes descendent d’Adam. Il considère également à la fin du paragraphe :

« Mais si les êtres sur lesquels on a écrit ces particularités merveilleuses sont des hommes, Dieu n’aurait-il point créé ces races exceptionnelles pour nous détourner de croire que, dans la production de ces monstres que nous voyons naître parmi nous, la sagesse divine, dont la nature humaine est l’ouvrage, se trompe comme pourrait se tromper l’art d’un ouvrier moins parfait ? »

et il conclut :

« Ainsi, pour conclure avec prudence et circonspection, ou ces relations de certaines espèces monstrueuses sont absolument fausses, et ces espèces n’appartiennent pas à l’espèce humaine ; ou si elles dépendent de l’humanité, elles viennent d’Adam ».

20Au Livre 21, 8, il revient sur la définition des monstres :

« Donc, comme il n’a pas été impossible à Dieu de créer les natures qu’il lui a plu, il ne lui est pas impossible de les changer comme il lui plaît. Et de là cette superfétation d’accidents miraculeux, appelés monstres, prodiges et que je ne pourrais énumérer ici sans reculer indéfiniment les bornes de cet ouvrage… Pour nous… ces monstres, en un mot ces prodiges doivent montrer et prédire que Dieu fera des corps humains ce qu’il a prédit ce qu’il en ferait ; et quel obstacle pourrait le retenir ? ».

  • 26 Stainton, 2008, p. 485-496.

21Augustin intègre les monstres dans un plan divin et ne les considère pas comme un accident de la nature26.

  • 27 Œuvres complètes de Saint Augustin, traduites pour la première fois sous la direction de M. Raulx, (...)

22Enfin dans son Manuel ou Traité de la Foi, de l’Espérance et de la Charité27, appelé également Enchiridion, au paragraphe 87, Augustin pense que les enfants monstrueux, anormaux retrouveront un corps normal au moment de la résurrection.

  • 28 Jérôme, Epistola ad Vitalis, Ep. LXXII, 2 PL.22. 674.

« Quant aux monstres qui vivent après leur naissance, ne fût-ce que quelques instants, on ne saurait dire qu’ils ne ressusciteront pas ou croire qu’ils ressusciteront sous leur forme étrange, sans avoir vu disparaître les défauts où les excès de leur organisation. Naguère il est né en Orient, comme l’assurent des témoins oculaires dignes de foi et comme le raconte dans ses lettres le prêtre Jérôme28 de sainte mémoire, un monstre à deux têtes et à quatre mains : loin de nous la pensée qu’il renaîtra avec ce double corps et que les organes destinés à former deux jumeaux ne composent pas deux êtres distincts ! Ainsi donc les enfants qu’on appelle monstres parce qu’ils ont des organes incomplets ou superflus ou démesurément difformes, reprendront les justes proportions du corps humain : chaque âme aura un corps ; tout corps double à sa naissance sera réduit à ses membres essentiels, et n’offrira plus que les organes nécessaires qui composent l’ensemble parfait et harmonieux du corps humain ».

23Ce passage illustre parfaitement l’idée selon laquelle les enfants monstrueux, malformés n’ont pas été exclus de la communauté chrétienne et au jugement dernier retrouveront une forme humaine normale.

  • 29 Isidore de Séville, Etymologies, XI, 3, 1. Chapitre De monstris. Si le monstre existe c’est par per (...)

24Au tout début du Moyen-Âge, Isidore de Séville (570-636)29 suit Augustin quand il explique :

« Les monstres, dit Varron, sont ceux que l’on voit naître contre nature, mais ils ne naissent pas contre nature puisqu’ils sont faits par volonté divine… Les gentils appellent Dieu tantôt Dieu, tantôt nature. Le monstre ne va donc pas à l’encontre de la nature mais simplement de ce que nous nommons nature ».

25Il existe cependant d’autres opinions sur les enfants malformés et infirmes, en particulier celle selon laquelle la déformation physique est vue comme une punition divine et est la conséquence de péchés commis par la personne elle-même ou par ses parents.

2.2. Les auteurs chrétiens et la relation entre le péché et le handicap

  • 30 Jean, 9.1-41, sur l’aveugle de naissance : « 1 En passant, Jésus vit un homme aveugle de naissance. (...)
  • 31 Matthieu, 9. 2-7.

26Les auteurs qui défendent ces points de vue ont analysé et interprété quelques passages des Évangiles comme celui selon Saint Jean30 ou celui selon Saint Matthieu31. Le passage 9.1 de l’Évangile selon Saint Jean, rapporte qu’un homme est né aveugle. Les disciples, après l’avoir rencontré, demandent à Jésus si cet homme a péché ou si ses parents ont péché. Jésus leur répond que ni l’homme a péché, ni ses parents. Au passage 5.14, du même Évangile, Jésus est en présence d’un homme malade depuis plusieurs années. Il le guérit en lui disant de ne plus pécher, car il pourrait lui arriver quelque chose de pire. Le passage 9.1-7 de l’Évangile selon saint Matthieu, fait état d’un homme paralysé auquel Jésus lui dit d’avoir confiance parce que ses péchés seront pardonnés. Jésus explique également aux personnes présentes qu’il a le pouvoir de pardonner les péchés.

  • 32 Irénée de Lyon, Contre les Hérésies V, La guérison de l’aveugle-né, révélation de l’action créatric (...)

27Dès le iie siècle, Irénée de Lyon, dans Contre les hérésies, explique en analysant ces passages, que certains handicaps et malformations sont le résultat d’un péché personnel. Ainsi32 en reprenant le passage 5. 14 de l’Évangile selon saint Jean :

« En effet, tous les autres malades, c’est-à-dire ceux qui se trouvaient frappés de maladies à cause d’une transgression qu’ils avaient commise, le Seigneur les guérissait par une parole. Et c’est pour ce motif qu’il disait : « Te voilà guéri ; ne pêche plus, de peur qu’il ne t’arrive quelque de pire », manifestant par là que c’était à cause du péché de désobéissance que les maladies avaient assailli les hommes ».

  • 33 Matthieu, 9.1-7.
  • 34 Irénée de Lyon, Contre les Hérésies V, 17, 2 ; Kelley, 2009, p. 209.

28Il propose la même analyse en s’appuyant cette fois-ci sur le passage de l’Évangile selon Saint Matthieu33 où la paralysie d’un homme est perçue comme la conséquence de ses péchés (ex peccatis autem paralysis subsecuta est)34.

« Pour que vous sachiez que le Fils a, sur la terre, le pouvoir de remettre les péchés… », et, après avoir ainsi parlé, il ordonnait au paralytique de prendre le grabat sur lequel il gisait et de s’en retourner à sa maison. Par l’accomplissement de ce miracle, il confondait les incrédules et faisait comprendre qu’il était lui-même la voix de Dieu par laquelle, sur la terre, l’homme avait reçu les commandements : c’est pour les avoir transgressés qu’il était devenu pécheur, et la paralysie avait été la conséquence des péchés ».

29Enfin, Irénée admet que la cécité de naissance n’a rien à voir avec un quelconque péché :

  • 35 Irénée de Lyon, Contre les Hérésies V, 15, 2.

« Et c’est pourquoi comme les disciples lui demandaient par la faute de qui, de lui-même ou de ses parents, cet homme était né aveugle, le Seigneur déclara : ni lui n’a péché, ni ses parents, mais c’est afin que les œuvres de Dieu soient manifestées en lui35 ».

30En revanche, les Pseudo-Clémentines, ces textes écrits en grec probablement au ive siècle, rétablissent le péché à l’origine de la malformation. Les Homélies 19 à 22 font très clairement le lien, à partir des Évangiles selon Saint Jean, entre les péchés et les malformations.

  • 36 Les homélies clémentines, traduit du grec introduit et annoté par A. Siouville, Verdier, Paris, 199 (...)

« Au commencement du monde, les hommes vivaient de nombreuses années et étaient exempts de maladies. Mais par négligence, ils abandonnèrent ces observances ; dès lors, leurs fils, dans les générations successives, accomplirent l’union sexuelle, par ignorance, comme il ne faut pas, et c’est ainsi que, maintenant encore, ils exposent leurs enfants à d’innombrables maux. C’est pourquoi notre Maître examinant le cas de l’aveugle-né, à qui il avait rendu la vue, fit cette réponse aux gens qui lui demandaient si c’était cet homme qui avait péché ou ses parents, pour qu’il fût ainsi né aveugle : « Ce n’est pas lui qui a péché, ni ses parents, mais c’est pour que soit manifestée à son occasion la puissance de Dieu qui guérit les péchés d’ignorance ». Et c’est véritablement par ignorance que les malheurs de ce genre arrivent, c’est pour ne pas savoir à quel moment on doit s’unir à son épouse et si elle est purifiée de ses règles36 ».

  • 37 Kelley, 2009, p. 210-211.
  • 38 Lévitique, 15 : 19-24 ; 20, 18.
  • 39 Flandrin, 1981, p. 163. Voir également, Noonan, 1969, p. 65-75 ; Kelley, 2009, p. 199-225.

31Bien que le passage de l’Évangile selon saint Jean élimine complètement le péché comme cause de la cécité de l’aveugle, les Homélies présentent le péché comme source de la malformation. Le fait d’être aveugle de naissance est associé aux « péchés de l’ignorance » qui sont commis par des hommes qui ont eu des relations sexuelles avec des femmes pendant leurs règles37. On retrouve les interdictions du Lévitique et du code de pureté38. La malformation d’un enfant à la naissance dénonce un péché des parents, et plus particulièrement un péché contre la chasteté, car l’enfant est le fruit des relations sexuelles des parents39.

  • 40 Jean Chrysostome, Homélies selon Saint Jean, 56.

32Jean Chrysostome (ca 344-407)40, autre auteur chrétien développe une opinion différente de celles des Homélies. Il rejette le lien entre la cécité de l’homme guéri par Jésus et le péché :

« Ce n’est point qu’il ait péché, ni ceux qui l’ont mis au monde », mais il a ajouté : « Ce qui est cause qu’il est né aveugle, c’est afin que le Fils de Dieu soit glorifié ». Cet homme-ci a péché, et ses parents ont péché aussi, mais ce n’est point-là ce qui est cause de son aveuglement, mais il a ajouté. « Ce qui est cause qu’il est né aveugle, c’est afin que le Fils de Dieu soit glorifié ».

  • 41 Commentaire sur Ézéchiel, 6, 18 ; PL 25, 173, cité par Noonan, 1969, p. 114. Chrysostome reprend la (...)

33Jérôme (331-420), propose d’autres arguments dans ses commentaires sur les paroles des prophètes pour expliquer les malformations et infirmités. Dans son commentaire à Ézéchiel, 18, 641 il développe l’idée suivante :

« Il entre dans la constitution des femmes d’être incommodées chaque mois par une trop grande abondance de sang, et d’en être soulagées par une évacuation sanguine. Si l’homme, dans cette phase anormale de la vie des femmes, cohabite avec l’une d’elles, la conception qui en résulte est viciée, dit-on, par l’impureté de sa source ; de telle sorte que les lépreux proviennent selon l’opinion commune, d’une pareille cohabitation, de même que les enfants affligés dès leur naissance de difformités monstrueuses. Il est donc prescrit à tous les hommes de ne point cohabiter non-seulement avec des femmes étrangères, mais même avec la leur propre, afin d’obéir à ce commandement de l’Écriture : « Croissez et multipliez, et remplissez la terre » et de n’approcher de leur femme qu’aux époques normales et propres à la cohabitation ; sinon de s’en abstenir entièrement, selon ces paroles de l’Apôtre et de l’Ecclésiaste : « Il est un temps destiné aux chastes embrassements, il en est un autre où (651) il faut les fuir ».

  • 42 Ce texte daterait du vie siècle.

34Dans le commentaire à Ésaïe, dont on n’est pas certain qu’il soit de Jérôme42, est repris l’interdit du Lévitique :

  • 43 Flandrin, 1981, p. 163, et note 22, p. 353-354. Pseudo-Jérôme, Glose ordinaire à Ésaïe, 64, 6.

« Alors les hommes doivent s’abstenir. Car alors seront conçus des enfants privés de membres, des aveugles, des boiteux, des lépreux, afin que, les parents n’ayant pas rougi de s’unir dans la chambre conjugale, leurs péchés soient manifestes à tous et dénoncés dans leurs petits »43.

35Les textes de Jérôme et/ou du Pseudo-Jérôme sont des commentaires des prophètes et ils reprennent l’interdiction du Lévitique, selon laquelle il est prohibé pour un homme d’avoir des relations sexuelles avec une femme qui a ses règles et qui est impure

36Il existe également un second interdit, celui d’avoir des relations sexuelles pendant le dimanche, considéré comme jour sanctifié.

  • 44 Grégoire de Tours, Le Livre des miracles de saint Martin, 2, 24, traduction H. L. Bordier, Paleo, S (...)

37Cet interdit est développé par Grégoire de Tours44 (ca 538-594) quand il rapporte le miracle suivant à la fête de saint Martin :

« Il y eut aussi dans le Berry (in Biturigo) une femme qui après avoir conçu, mit au monde un fils, dont les genoux étaient repliés sur l’estomac et la plante des pieds retournée contre les jambes ; ses mains étaient collées à sa poitrine, et ses yeux fermés (cujus poplites ad stomachum, calcanei ad crura contraxerant : manus vero ejus erant adhaerantes pectori, sed et oculi clausi erant) …C’était plutôt un monstre qu’un être imitant la forme humaine. Comme c’était pour beaucoup un objet de moquerie de l’apercevoir et qu’on demandait à la mère comment un tel enfant pouvait être né d’elle, elle confessait en pleurant qu’il avait été procréé pendant une nuit de dimanche. Et n’osant pas le tuer, comme les mères ont coutume de faire, elle l’élevait de même que s’il eût été bien conformé. Lorsqu’il eut atteint l’adolescence, elle le livra à des mendiants qui le prirent, le mirent sur une charrette et le trainèrent pour le montrer au peuple. Ils gagnèrent grâce à lui beaucoup d’argent… Or, comme cela est arrivé aux parents pour leur péché, ainsi que je l’ai dit, et parce qu’ils avaient violé le repos de la nuit dominicale, prenez garde, ô hommes, vous par qui sont scellés les derniers liens du mariage… si des époux unissent des embrassements en ce jour, les enfants qui en naîtront seront ou perclus, ou épileptiques, ou lépreux ».

  • 45 Le Livre des miracles de saint Martin, 2, 26.

38Rappelons aussi que Grégoire de Tours45 s’interroge sur le lien entre le péché et le handicap, même s’il n’apporte pas de réponse au sujet d’un certain Piolus, qui vivait depuis sa naissance avec les mains fermées.

« Étais-ce parce que lui ou ses parents avaient péché qu’il était né ainsi manchot ? Notre jugement ne serait le décider ».

  • 46 Saint Césaire d’Arles, Sermon 292, édité par Migne.

39Les deux interdits, avoir des relations sexuelles avec une femme ayant ses règles et lors d’une fête religieuse ou le dimanche, sont résumés au début du vie siècle par Césaire d’Arles (470-542) dans un sermon46 :

« Si quelqu’un a connu sa femme quand elle est dans ses écoulements, ou s’il n’a pas voulu se contenir le dimanche ou lors de toute autre solennité, ceux qui seront conçus naîtront lépreux ou épileptiques ou peut-être démoniaques ».

  • 47 Manselli, 1977, p. 363-378.
  • 48 Roux, 2008, p. 147-148.
  • 49 Roux, 2008, p. 149.

40Il faut rappeler qu’à partir du ve siècle les autorités ecclésiastiques ont mis en place un certain nombre d’interdits sexuels qui sont énoncés par les prêtres dans leurs sermons, puis à la fin du vie apparaissent les pénitentiels, ces recueils de pénitence élaborés à l’usage du clergé47. Tout écart accompli à l’encontre de ces directives tombe sous le coup de l’accusation de fornication, de concupiscence et de luxure. Les péchés concernent aussi le cadre conjugal légitime et ainsi sont prohibées toutes les positions sexuelles, sauf celle du missionnaire, les périodes comme la période des règles pour les femmes, la grossesse ou le calendrier religieux, samedi et dimanche, fêtes religieuses, carême, les trois jours qui suivent le mariage, en plein jour48. C’est dans ce contexte de pensée qu’il faut analyser les croyances concernant les naissances monstrueuses, stigmates qui inscrivent dans la chair du nouveau-né le péché des parents49.

41Finalement, nous sommes en présence de deux conceptions différentes de la malformation. La première, celle développée par Augustin est de considérer que les naissances monstrueuses font partie du dessein de Dieu, la seconde, au contraire, présentée par un certain nombre de penseurs chrétiens, insiste sur le fait que les handicaps et malformations sont la conséquence du péché de la personne handicapée ou de ses parents.

42Reste à s’interroger sur les enfants eux-mêmes. Qu’en est-il des realia ? Que savons-nous sur ces enfants ? Sur leurs malformations, infirmités et handicaps ? Mais également sur leur environnement social et leur vie quotidienne ?

3. Les realia

43La principale source pour connaître ces enfants reste les vies de saints, de leurs miracles pendant leur vie ou après leur mort. Ces vies nous offrent un certain nombre de renseignements sur des enfants infirmes ou malformés.

  • 50 Sur les saints et les miracles : Labarre, 2015, p. 315-325.
  • 51 Beaujard, 2000.
  • 52 Labarre, 2015.
  • 53 Laes, 2011, p. 41-43. À la note 20, p. 58, Chr. Laes explique les difficultés rencontrées pour fair (...)

44Pour l’Occident prenons l’étude des Huit livres des miracles de Grégoire de Tours (ca 538-594)50. Cet auteur est issu de la grande aristocratie sénatoriale gallo-romaine et est parfaitement intégré dans le nouvel ordre politique mérovingien. Il est thaumaturge et a bénéficié lui-même de guérisons miraculeuses. Il donne son récit et son interprétation des miracles. Au vie siècle, la puissance des saints, leur virtus, se manifeste avant tout par le pouvoir de guérir et ce sont les évêques qui ont ce pouvoir51. La guérison est obtenue grâce à une médiation entre le saint et le malade qui s’exerce dans un lieu précis et un temps fixé par le calendrier liturgique52. Il ressort de l’étude de Christian Laes que les miracles liés à la santé représentent 90 % 100 des miracles dans les Huit livres des miracles53. L’auteur a pris les classifications de Grégoire de Tours et non pas celles issues de la médecine moderne. Par exemple, pour les paralysés ou personnes ayant des problèmes de mobilité, la médecine moderne distingue les personnes handicapées à la suite d’un accident vasculaire cérébral d’une personne handicapée à la suite d’un accident, de rhumatismes ou de problèmes neurologiques. Chez Grégoire de Tours nous n’avons pas ces subdivisions. C’est le même constat pour les problèmes mentaux où la perception de ces derniers à la fin de l’Antiquité ou du Haut-Moyen-Âge est proche de la possession ou de l’épilepsie.

45L’auteur se réfère d’abord à 379 personnes qu’il répartit entre enfants et adultes : enfants : 48 jeunes garçons, 27 filles et un autre enfant impliqué ; adultes : 190 hommes, 57 femmes et 56 autres personnes dont on ne connaît pas le sexe, appelés par exemple multi sanabantur. Puis, il présente les cas d’infirmités et d’incapacités en rappelant que lorsqu’une personne souffre de plusieurs infirmités, chaque infirmité est rappelée. Ainsi, nous avons 74 infirmités répertoriées pour les enfants et 382 cas pour les adultes guéris.

46Pour les enfants, nous avons 26 cas de paralysie, puis 12 cas de cécité et de problèmes oculaires, 2 de surdité, 5 de mutisme, 5 de problèmes mentaux, 8 cas de fièvres et 3 de problèmes de peau. Il y a enfin un cas de tératologie et de résurrection.

47Pour les adultes, nous retrouvons 95 cas de paralysie, 95 cas d’aveugles et de personnes ayant des problèmes visuels, puis 58 exemples de problèmes mentaux, puis 22 de mutisme et 8 de surdité. Enfin 53 personnes souffrent de fièvres.

48Une rapide comparaison entre les enfants et les adultes laisse entrevoir que l’on retrouve dans les deux groupes d’abord des problèmes de mobilité et la paralysie. Il y a évidemment des symptômes variés et ces maladies devaient toucher toutes les populations. Ces occurrences sont peut-être aussi à mettre en relation avec les paralytiques et estropiés des Évangiles.

49Il faut tenir compte ensuite des aveugles et des personnes qui ont des problèmes oculaires. Il y a de fortes présomptions que beaucoup de ces personnes atteintes n’étaient pas de véritables aveugles.

50Pour ce qui concerne les maladies, il existe une différence entre les enfants et les adultes. Chez les enfants, ce sont les fièvres qui viennent après les handicaps et avant les troubles mentaux, alors que chez les adultes ce sont les troubles mentaux que l’on retrouve en troisième position juste avant les fièvres.

51Il existe aussi des enfants polyhandicapés comme l’enfant de Bourges cité et des enfants à la fois sourds et aveugles.

  • 54 Patlagean, 1974. Le pauvre selon le code Justinien (I, 3,48) est celui qui est affligé à la fois pa (...)
  • 55 Patlagean, 1974, p. 74-75.

52La même analyse vaut également pour l’Orient. Évelyne Patlagean54, dans sa thèse consacrée aux pauvres et à la pauvreté en Orient entre le ive et le viie siècles, analyse des vies de saints comme celle de Siméon Stylite (389-459) et de Théodore de Sykéon (mort en 613) et l’on rencontre des personnes atteintes de maladies congénitales, aveugles, sourdes, avec des membres malformés et souffrant de la lèpre55. La maladie, le handicap sont aussi présentés comme une agression démoniaque, comme le châtiment d’une faute morale et la guérison conforme au modèle évangélique.

53Pouvons-nous aller plus loin dans notre analyse ?

  • 56 Grégoire de Tours, Les Huit livres des miracles, L2, 38.
  • 57 Ibid., L2, 26. Piolus… a natiuitate procedens manus clausas laborioso mundo protulit in usu laboris (...)
  • 58 Ibid., L1, 40. Adulescens quidam nomine Securus, ex utero matris egrediens manum aridam pedemque pr (...)
  • 59 Ibid., L2, 38.
  • 60 Ibid., L2, 43.
  • 61 Ibid., L3, 2.

54Il est difficile de savoir si les handicaps étaient congénitaux, même si on peut souvent le supposer pour les sourds-muets. Il est parfois clairement précisé que l’enfant est né handicapé, comme cette petite fille56, dont on ne connaît pas le nom, originaire de Tours, « sortie muette de ventre de sa mère » ou Piolus57, « vivant depuis sa naissance avec les mains fermées » ou encore Securus58 qui avait « quand il est sorti du ventre de sa mère, une main et un pied desséchés », sans oublier l’enfant polyhandicapé de Bourges. Ce dernier cas laisserait penser que, comme pendant l’Antiquité classique, l’on se débarrassait des bébés malformés en les tuant. Toutefois, un bon nombre d’enfants sont élevés comme le prouve les cas présentés et les parents semblent attachés à leurs enfants puisqu’ils recherchent la guérison et l’intercession des saints. C’est la mère59 qui emmène sa fille, originaire de Tours, au tombeau de saint Martin ou le père60, après le décès de son épouse qui s’occupe de son fils qui « était pour lui comme un monument de l’amour qu’il avait eu pour son épouse » ou les deux parents61 qui emmènent leur petite fille très faible au tombeau du saint.

  • 62 Ibid., L2, 38.
  • 63 Ibid., L2, 54.
  • 64 Ibid., L2, 46.

55Nous avons peu de connaissances sur l’origine sociale des enfants. Grégoire de Tours précise simplement qu’il s’agit de la guérison d’une petite fille de Tours62, ou d’une jeune fille aveugle du pays de Lisieux63 ou donne simplement un prénom comme Léodulf, l’enfant « infirme du pied gauche »64. Ces enfants semblent toutefois issus de milieux modestes.

  • 65 Ibid., L2, 46. C’est le cas également de Maurouse (L2, 3) une femme affectée par la goutte « n’avai (...)
  • 66 Plutarque, Moralia, De la curiosité, 10. Allély, 2004, p. 97.

56Reste à s’interroger sur la vie de ces enfants. Comme nous l’avons dit précédemment certains enfants vivent chez leurs parents, mais d’autres doivent dès leur jeune âge mendier comme Léodulf, l’enfant boiteux. Il « voyageait avec d’autres pour chercher sa nourriture en mendiant65 » précise Grégoire de Tours. L’enfant polyhandicapé de Bourges a été donné par sa mère à des mendiants qui le montrent au public pour gagner de l’argent. Cette pratique, qui rappelle l’exposition des monstres de foire au xixe, existait semble-t-il à l’époque du Haut-Empire selon le témoignage de Plutarque. Il rapporte l’existence à Rome d’un marché aux monstres (tératon agora) et déplore66 l’intérêt porté par les personnes qui s’intéressent aux « culs de jatte, aux hommes qui ont les bras atrophiés, trois yeux ou un cou d’autruche ».

  • 67 Patlagean, 1977, p. 101-112. Voir également, Neri, 1998 et 2004.
  • 68 Freu, 2007, p. 395-408. Voir également : Brown, 2016.
  • 69 Ambroise, Ep., 75a, 33, CSEL 82, 3, p. 105.
  • 70 Grégoire le Grand, Ep., V, 30, CC 140, p. 296.
  • 71 Freu, 2007, p. 406-407.
  • 72 Freu, 2007, p. 407.
  • 73 Jérôme, Ep ; 130, 6, 5.

57Les études menées sur la pauvreté et les pauvres sous l’Antiquité confirment ces indications. É. Patlagean67 remarque pour Byzance que de nombreux mendiants étaient de pauvres invalides, des personnes handicapées, atteintes de malformations, d’aveugles, de sourds et d’estropiés. Ch. Freu68 arrive à la même conclusion dans son étude consacrée à la pauvreté en Italie. Elle rapporte qu’Ambroise de Milan69 en 386 énumère les catégories d’indigents aidés de façon permanente par l’Église : « ces aveugles, ces estropiés, ces infirmes et ces vieillards, caeci illi, et claudi, debiles et senes ». Le pape Grégoire le Grand70 affirme que les « aveugles, mutilés et autres infirmes, caeci, trunci aliique debiles » pour la ville de Rome entrent, dans la catégorie des indigenae secourus et soutenus par l’Église romaine71. Certains d’entre eux étaient inscrits sur la matricula pauperum de l’Église, cette liste sur laquelle étaient inscrits le nom des pauvres nourris et vêtus régulièrement par les évêques72. Saint Jérôme rappelait également que certains enfants malformés étaient recueillis dans des monastères73. L’Église a donc joué un rôle de premier plan dans la prise en charge de certains de ces enfants et adultes handicapés.

Conclusion

58La classification des enfants malformés et infirmes est complétement différente de la période républicaine et du Principat. Les handicaps, les malformations les plus graves ne sont plus rapportées parce qu’à partir du Principat, il n’y a plus de cérémonie particulière pour expier ces naissances. Le texte d’Ammien Marcellin est très explicite à ce sujet. Notre étude montre que l’on avait la même perception du handicap et de l’infirmité en Occident et en Orient. Grâce aux Vies des Saints, on rencontre des enfants sourds, aveugles, paralysés, avec des membres malformés et l’on ne sait pas toujours si ces handicaps ou maladies sont congénitaux.

59Les auteurs chrétiens n’analysent pas tous de la même façon le handicap ou l’infirmité. Si pour Augustin, la malformation fait partie du dessein de Dieu, pour d’autres auteurs, l’infirmité trouverait son origine dans le péché des parents. Cette notion de péché, de faute morale est aussi bien présente en Orient qu’en Occident.

60Pour ce qui concerne les realia, le constat est assez proche des époques précédentes. Nous avons peu de renseignements sur l’origine sociale de ces enfants et quand nous en avons, il s’avère que ces enfants sont d’origine modeste et que certains d’entre eux, pour survivre, appartiennent au monde des indigents et des mendiants.

Haut de page

Bibliographie

Allély, A., 2003, Les enfants malformés et considérés comme prodigia à Rome et en Italie sous la République, REA, 105, 1, p. 127-156.

Allély, A., 2004, Les enfants malformés et handicapés à Rome sous le Principat, REA, 106, 1, p. 73-101.

Boswell, J., 1989, Au bon cœur des inconnus, Les enfants abandonnés de l’Antiquité à la Renaissance, Paris.

Brown, P., 1991, Histoire de la vie privée, tome 1, De l’Empire romain à l’an mil, Paris.

Brown, P., 1984, Le culte des saints. Son essor et sa fonction dans la chrétienté latine, Paris. Brown, P., 2016, À travers un trou d’aiguille. La richesse, la chute de Rome et la formation du christianisme, Paris.

Caroll, M. et Jayne Graham, E., 2014, Infant Health and Death in Roman Italy and Beyond, JRA, sup. 96.

Flandrin, J.-L., 1981, Le sexe et l’Occident, Paris.

Freu, C., 2007, Les figures du pauvre dans les sources italiennes de l’Antiquité tardive, Paris. Garland, R., 2010, The Eye of the Beholder. Deformity and Disability in the Graeco-Roman World, Bristol.

Kellenberger, E., 2011, Der Schutz der Einfältigen Menschen mit einer geistigen Behinderung in der Bibel und in weiteren Quellen, Zurich.

Kelley, N., 2009, The Deformed Childs in Ancient Christianity, dans C. B. Horn et R. R. Henix (dir.), Children in Late Ancient Christianity, Tubingen, p. 199-226.

Labarre, S., 2015, Les saints guérisseurs et protecteurs chez Grégoire de Tours et Venance Fortunat, dans J.-P. Caillet, S. Destephen, B. Dumézil et H. Inglebert (dir.), Des dieux civiques aux saints patrons (ive-viie siècle), Paris.

Laes, Chr., 2008, Learning from Silence: Disabled Children in Roman Antiquity, Arctos, 42, p. 85-122.

Laes, Chr., 2011, Disabled Children in Gregory of Tours, dans K. Mustakallio et Chr. Laes, The Dark Side of Childhood in Late Antiquity and the Middle Age, Oxford, p. 39-62.

Laes, Chr., Goodey, C. F. et Lynn Rose, M., 2013, Disabilities in Roman Antiquity. Disparate bodies. A capite ad calcem, Leyde-Boston.

Laes, Chr., 2014, Beperkt? Gehandicapten in het Romeinse Rijk, Louvain.

Lecouteux, C., 1993, Les monstres dans la Pensée médiévale européenne, Paris.

Manselli, R., 1977, Vie familiale et éthique sexuelle dans les pénitentiels, dans Famille et parenté dans l’Occident médiéval, EFR, 30, 1, p. 363-378.

Neri, V., 1998, I marginali nell’Occidente tardoantica, Bari.

Neri, V., 2004, La bellezza del corpo nella società tardoantica. Rappresentazioni visive et valutazioni estetiche tra cultura classica e cristianesimo, Bologne (Studi di Storia).

Neumann, J.-N., 1995, La malformation de l’homme. Son interprétation dans la cosmologie de l’Antiquité et du début du Moyen-Âge, Ethique, 16, 2, p. 45-43.

Noonan, J. T., 1969, Contraception et mariage, Évolution ou contradiction dans la pensée chrétienne, Paris.

Patlagean, É., 1974, Recherches sur les pauvres et la pauvreté dans l’empire d’Orient (iv-viie siècles), Lille.

Patlagean, É., 1977, Pauvreté économique et pauvreté sociale à Byzance (iv-viie siècles), Paris.

Roux, O., 2008, Monstres. Une histoire générale de la tératologie des origines à nos jours, Paris.

Stainton, T., 2008, Reason, Grace and Charity: Augustine and the Impact of Church Doctrine on the Construction of Intellectual Disability, Disability and Society, 23, 5, p. 485-496.

Haut de page

Notes

1 Allély, 2003, p. 127-156 ; Allély, 2004, 1, p. 73-101.

2 Neumann, 1995, p. 45-43 ; Caroll et Jayne-Graham, 2014 ; Mustakallio et Laes, 2011 ; Kellenberger, 2011 ; Laes, Goodey et Lynn Rose, 2013 ; Laes, 2014.

3 Allély, 2003, p. 128.

4 Denys d’Halicarnasse, II, 15. Romulus aurait imposé : « aux habitants d’élever tous leurs enfants mâles et pour les filles, leur première née, leur interdisant de tuer tout enfant de moins de trois ans, à moins que le nouveau-né ne fût dès sa naissance infirme ou monstrueux (paidion anapêron ê téras), auquel cas il n’interdit pas aux parents d’exposer l’enfant pourvu qu’il soit montré à cinq hommes du voisinage et obtenu leur assentiment ». Il s’agit d’une Loi royale de Romulus qui a soulevé beaucoup de difficultés d’interprétation et qui est généralement considérée par la doctrine comme une mesure relevant du Droit sacré qui limitait la patria potestas du père.

5 Cicéron, De Legibus, 3, 8, 19 : « …puis qu’on l’eût bien vite fait mourir comme un enfant d’une difformité manifeste (insignis ad deformitatem puer), est mis à mort en vertu d’une loi des Douze Tables ».

6 Sénèque, De Ira, 1, 15, 2 : « nous étouffons les petits monstres, nous noyons même les enfants lorsqu’ils sont chétifs et anormaux ».

7 Prenons l’exemple des droits et avantages donnés aux familles qui ont trois enfants. Auguste, par le biais de la lex Iulia et Papia accorde des avantages aux parents qui ont trois enfants. Si un enfant né lourdement handicapé, prive-t-il ses parents de ses avantages ? Certains juristes comme Ulpien au iiie siècle répondent de façon positive. L’enfant monstrueux doit être compté en faveur des deux parents car ceux-ci ne sont pas fautifs. Ils ont essayé de procréer et la femme a accouché. D’autres juristes, comme Paul au iie siècle font une distinction entre les enfants légèrement atteints de malformations qui n’altèrent pas leur apparence humaine de ceux très lourdement handicapés et qui n’ont pas forme humaine.

8 Laes, 2010, p. 39.

9 Brown, 1991, p. 217. Voir également, p. 222, 258-259 ; 286-293.

10 Code Justinien, VII, 16, 1.

11 Code Justinien, IV, 10, 12. Pour ces empereurs, ce qui compte d’abord c’est de ne pas transformer des enfants libres en esclaves, d’où la limitation de la patria potestas en ce sens.

12 Code Théodosien, IX, 15, 1.

13 Code Justinien, IV, 43, 2 ; Code Théodosien, V, 10, 1.

14 Code Théodosien, XI. 15. 1

15 Code Justinien, IX, 16. 7.

16 Code Théodosien, V, 9.17.

17 Boswell, 1989, p. 122.

18 Ammien Marcellin, Tome 2, Livres XVII-XIX, Traduction Guy Sabbah, Les Belles Lettres, Paris, 1989 : 19 Uisu relatuque horrendum natum est monstrum, infans ore gemino cum dentibus binis et barba, quattuorque oculis et breuissimis duabus auriculis, qui parus ita distortus praemonebat rem publicam in statum uerti deformem. 20 Nascuntur huius modi saepe portenta, indicantia rerum uariarum euentus, quae quoniam non expiantur, ut apud ueteres, publice, inaudita praetereunt et incognita.

19 Orose, Histoire contre les païens, V, 8-11, à propos d’un androgyne né à Rome.

20 Justin, Apologie, I, 27 (PG, V, 373).

21 Justin, Apologie, I, 29.

22 Clément d’Alexandrie, Stromates, II, 18 (PG, VIII, 1033).

23 « Quiconque recueille un enfant abandonné le rapporte à une église et en obtienne une déclaration [certifiant que les choses se sont bien passés ainsi]. De surcroît, le dimanche, le prêtre doit annoncer depuis l’autel que l’église a été informée de la découverte d’un enfant abandonné et entendra la demande de quiconque souhaite reconnaître l’enfant, dans un délai de 10 jours à compter de l’exposition… », cité dans Boswell, 1989, p. 129.

24 Garland, 2010, p. 166-167.

25 Augustin, Trinité, 3, 2, 7.

26 Stainton, 2008, p. 485-496.

27 Œuvres complètes de Saint Augustin, traduites pour la première fois sous la direction de M. Raulx, Bar-Le Duc, 1869, Tome XII. P. 1-43.

28 Jérôme, Epistola ad Vitalis, Ep. LXXII, 2 PL.22. 674.

29 Isidore de Séville, Etymologies, XI, 3, 1. Chapitre De monstris. Si le monstre existe c’est par permission divine. Voir Lecouteux, 1993, p. 9-10.

30 Jean, 9.1-41, sur l’aveugle de naissance : « 1 En passant, Jésus vit un homme aveugle de naissance. 2 Ses disciples l’interrogèrent : « Rabbi, qui a péché, lui ou ses parents, pour qu’il soit né aveugle ? » 3 Jésus répondit : « Ni lui, ni ses parents n’ont péché. Mais c’était pour que les œuvres de Dieu se manifestent en lui. »

Jean, 5. 6-14 sur l’homme malade depuis 38 ans : « 6 Jésus, le voyant couché là, et apprenant qu’il était dans cet état depuis longtemps, lui dit : « Veux-tu être guéri ? »… 14 Plus tard, Jésus le retrouve dans le Temple et lui dit : « Te voilà guéri. Ne pèche plus, il pourrait t’arriver quelque chose de pire. »

31 Matthieu, 9. 2-7.

32 Irénée de Lyon, Contre les Hérésies V, La guérison de l’aveugle-né, révélation de l’action créatrice du Verbe aux origines de l’humanité, 15, 2. Trad. A. Rousseau, L. Doutreleau, et C. Mercier, Sources chrétiennes, Les éditions du cerf, Paris, 1969, p. 204-205.

33 Matthieu, 9.1-7.

34 Irénée de Lyon, Contre les Hérésies V, 17, 2 ; Kelley, 2009, p. 209.

35 Irénée de Lyon, Contre les Hérésies V, 15, 2.

36 Les homélies clémentines, traduit du grec introduit et annoté par A. Siouville, Verdier, Paris, 1991.

37 Kelley, 2009, p. 210-211.

38 Lévitique, 15 : 19-24 ; 20, 18.

39 Flandrin, 1981, p. 163. Voir également, Noonan, 1969, p. 65-75 ; Kelley, 2009, p. 199-225.

40 Jean Chrysostome, Homélies selon Saint Jean, 56.

41 Commentaire sur Ézéchiel, 6, 18 ; PL 25, 173, cité par Noonan, 1969, p. 114. Chrysostome reprend la condamnation sans l’analyser, Sur les Corinthiens, 7 ; PG 51 ; Didascalie, 6, 28.
http://www.jesusmarie.com/jerome_fragments_de_commentaires_sur_la_bible.html

42 Ce texte daterait du vie siècle.

43 Flandrin, 1981, p. 163, et note 22, p. 353-354. Pseudo-Jérôme, Glose ordinaire à Ésaïe, 64, 6.

44 Grégoire de Tours, Le Livre des miracles de saint Martin, 2, 24, traduction H. L. Bordier, Paleo, Sources de l’Histoire de France, Clermont-Ferrand, 2003.

45 Le Livre des miracles de saint Martin, 2, 26.

46 Saint Césaire d’Arles, Sermon 292, édité par Migne.

47 Manselli, 1977, p. 363-378.

48 Roux, 2008, p. 147-148.

49 Roux, 2008, p. 149.

50 Sur les saints et les miracles : Labarre, 2015, p. 315-325.

51 Beaujard, 2000.

52 Labarre, 2015.

53 Laes, 2011, p. 41-43. À la note 20, p. 58, Chr. Laes explique les difficultés rencontrées pour faire la différence entre les enfants et les adultes. En effet, pour Grégoire de Tours, l’âge n’a pas beaucoup d’importance. Il rapporte le cas d’une personne qu’il décrit à la fois comme puella et mulier. Quand Grégoire de Tours utilise les termes filius/filia, Chr. Laes les comptabilise comme enfants s’ils sont soignés par leurs parents. Si des pueri/puellae sont domestiques, ils sont comptabilisés comme adultes.

54 Patlagean, 1974. Le pauvre selon le code Justinien (I, 3,48) est celui qui est affligé à la fois par l’indigence et par la maladie qui le retient dans un établissement hospitalier et qui est incapable de pourvoir à sa propre subsistance.

55 Patlagean, 1974, p. 74-75.

56 Grégoire de Tours, Les Huit livres des miracles, L2, 38.

57 Ibid., L2, 26. Piolus… a natiuitate procedens manus clausas laborioso mundo protulit in usu laboris inertes.

58 Ibid., L1, 40. Adulescens quidam nomine Securus, ex utero matris egrediens manum aridam pedemque prolulerat et ita omnium membrorum siccata coupage diriguerat ut monstrum aliquod simularet.

59 Ibid., L2, 38.

60 Ibid., L2, 43.

61 Ibid., L3, 2.

62 Ibid., L2, 38.

63 Ibid., L2, 54.

64 Ibid., L2, 46.

65 Ibid., L2, 46. C’est le cas également de Maurouse (L2, 3) une femme affectée par la goutte « n’avait d’espoir pour sa nourriture que si quelqu’un lui tendait lui tendait une main charitable ».

66 Plutarque, Moralia, De la curiosité, 10. Allély, 2004, p. 97.

67 Patlagean, 1977, p. 101-112. Voir également, Neri, 1998 et 2004.

68 Freu, 2007, p. 395-408. Voir également : Brown, 2016.

69 Ambroise, Ep., 75a, 33, CSEL 82, 3, p. 105.

70 Grégoire le Grand, Ep., V, 30, CC 140, p. 296.

71 Freu, 2007, p. 406-407.

72 Freu, 2007, p. 407.

73 Jérôme, Ep ; 130, 6, 5.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Allély, « Les enfants handicapés, infirmes et malformés à Rome et dans l’Empire romain pendant l’Antiquité tardive », Pallas, 106 | 2018, 197-211.

Référence électronique

Annie Allély, « Les enfants handicapés, infirmes et malformés à Rome et dans l’Empire romain pendant l’Antiquité tardive », Pallas [En ligne], 106 | 2018, mis en ligne le 23 août 2018, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/pallas/5691 ; DOI : 10.4000/pallas.5691

Haut de page

Auteur

Annie Allély

Maître de conférences HDR en Histoire romaine
Université du Maine
CReAAH, UMR 6566
Annie.allely[at]univ-lemans.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals