Navigation – Plan du site
Handicaps, malformations et infirmités dans l’Antiquité
Embryons, nouveau-nés et enfants malformés

Des nouveau-nés malformés et un roi boiteux : histoires Spartiates

Deformed newborns and a lame king: Spartan stories
Jeannine Boëldieu-Trevet
p. 213-228

Résumés

L’étude des malformations et infirmités à Sparte pose d’emblée la question des sources : il n’existe aucune documentation spartiate sur ce thème. Les rares éclairages proviennent de textes disparates écrits entre le ive siècle avant J.-C. et le règne de l’empereur Hadrien. Cette rareté rend difficile la constitution de la malformation et de l’infirmité en objet d’histoire. Le sort réservé aux nouveau-nés malformés est évoqué par le seul Plutarque (Vie de Lycurgue, 16.1-2). Des rapprochements sont toutefois possibles avec Xénophon, Platon et Aristote. Quant aux infirmités des adultes, seul le cas d’Agésilas est vraiment documenté. On tente de répondre à quelques questions : comment des corps infirmes s’inscrivaient-ils dans la construction politique, sociale, culturelle de la robustesse à Sparte ? Existait-il une perception différente selon les statuts ? Y a-t-il une spécificité spartiate ?

Haut de page

Texte intégral

1L’étude des malformations et des infirmités à Sparte pose, outre la question de leur définition – et à partir de quels mots –, celle des sources : la documentation spartiate est inexistante. Les rares éclairages proviennent d’historiens, philosophes ou moralistes extérieurs à Lacédémone, à des époques allant du ive siècle av. n. è. au règne de l’empereur Hadrien. Si à un moment ou à un autre, tous furent en contact plus ou moins étroits avec Sparte et/ou fascinés par ses institutions et manières d’être, comme Xénophon, leurs regards ne sauraient nous renseigner directement sur ce que les Spartiates pensaient de l’infirmité, comme de leur cité d’une façon générale.

2L’unique information concernant le sort réservé aux nouveau-nés malformés est donnée par Plutarque dans la Vie de Lycurgue (16.1-2), probablement écrite dans la dernière partie de l’existence de l’auteur entre la fin du règne de Domitien et les débuts de celui d’Hadrien. Ce texte court, inséré après un développement sur l’éducation des filles et le mariage et au début de celui sur l’éducation des garçons, permet toutefois d’intéressants, mais difficiles, rapprochements avec Xénophon (Constitution des Lacédémoniens), Aristote (Politique) ou Platon (surtout République et Lois). Quant aux mentions qui ont trait à l’infirmité, essentiellement la claudication, elles sont un peu plus nombreuses grâce à Xénophon (Helléniques) et à Plutarque (Agésilas, Apophtègmes des Laconiens entre autres), mais ne concernent qu’un effectif très restreint de population : le roi Agésilas et quelques combattants.

3La rareté des sources rend délicate la constitution de l’infirmité à Sparte en objet d’histoire. En se gardant de la surinterprétation autant que de la sous interprétation des textes, il est néanmoins possible de risquer quelques questions. Comment les corps malformés et infirmes s’inscrivaient-ils dans la construction politique, sociale, religieuse et culturelle de Sparte ? Quel espace – et à quel moment – leur était-il octroyé et selon quels critères ? Existait-il une échelle hiérarchique fonction des statuts ? En d’autres termes, la claudication d’un roi avait-elle plus d’importance pour l’ordre et le destin de la cité que celle d’un citoyen, et en quoi ? Dans quelle mesure ces corps pouvaient-ils être malgré tout modelés par une éducation et des normes rigoureuses – ou non, dans un rejet absolu des nouveau-nés malformés – et être utiles à la guerre ? Y-a-t-il une spécificité spartiate et comment rendre compte de l’écart entre l’image et l’idéologie de la robustesse des corps, organisées socialement et politiquement selon Xénophon et Plutarque, et ce que ces mêmes sources laissent entrevoir sur les réalités de l’infirmité ?

4L’interprétation de ces textes n’est jamais simple. Il y faut décrypter une rhétorique et une mise en récit propre à chaque auteur, à chaque genre littéraire et à chaque époque tout autant qu’un travestissement des réalités qui confère à ces écrits une sorte d’atemporalité qui, paradoxalement, semble marquer l’histoire de Sparte. De plus, l’articulation des champs temporels de Lycurgue à l’empire romain présente d’incontestables difficultés, tout autant que l’individualisation des nuances sous-jacentes dans la norme affirmée de la robustesse.

1. Des nouveau-nés malformés

5Le sort réservé aux nouveau-nés mal formés par les institutions qu’auraient mises en place Lycurgue, est connu par le seul Plutarque (Lyc. 16.1-2). Il importe de le citer :

  • 1 Sauf mention contraire, les traductions sont celles de la CUF.

616.1 Quand un enfant lui naissait, le père (ὁ γεννήσας) n’était pas maître (κύριος) de l’élever (τρέφειν) : il le prenait et le portait dans un lieu appelé leschè où siégeaient les plus anciens de la tribu. Ils examinaient le nouveau-né. S’il était bien constitué et robuste (εἰ μὲν εὐπαγὲς εἴη καὶ ῥωμαλέον) ils ordonnaient de l’élever et lui assignaient un des neuf mille lots de terre. 2 Si, au contraire, il était mal venu et difforme (εἰ δ’ἀγεννὲς καὶ ᾄμορφον), ils l’envoyaient en un lieu appelé les Apothètes, qui était un précipice du Taygète. Ils jugeaient en effet, qu’il valait mieux pour lui-même et pour la cité de ne pas le laisser vivre, du moment qu’il était mal doué dès sa naissance pour la santé et pour la force (προς εὐεξἰαν καὶ ῥώμεν)1.

1.1. Plutarque source unique

  • 2 Glotz, 1873-1919, T2/1 sv expositio, T3 sv infanticidium ; Delcourt, 1938, p. 37-41 ; Roussel, 1943 (...)
  • 3 Parmi les lois constitutives du régime de bonnes lois (eunomia) du législateur, Hérodote cite la ré (...)
  • 4 Sur les rapports entre réalité et utopie, et sur l’influence exercée par Platon et Aristote sur Plu (...)
  • 5 Pellegrin, 1993. Outre les deux art. cités, Titli, 2010, évoque brièvement Sparte.
  • 6 Chantraine, s v πηρός. Voir la contribution de Yannick Muller.
  • 7 Patterson, 1985, p. 11 3-114 ; MacDowell, 1986, p. 51-54 ; Bernard, 2003, p. 24-31 ; Christien, Ruz (...)
  • 8 Huys, 1996, p. 66-67 ; Ducat, 2006, p. 28.

7Ce passage pose nombre de problèmes. En témoignent, par exemple, les analyses de G. Glotz, M. Delcourt, P. Roussel ou M. Lupi2. Le premier problème est celui de la fiabilité de Plutarque. Premier à mentionner l’existence de Lycurgue, Hérodote est muet sur le sujet (I.65)3. Dans la Constitution des Lacédémoniens, Xénophon l’est tout autant. Les écrits les plus proches sont ceux d’Aristote (Pol. 7.16.15 = 1335b) et, avec plus de nuances, ceux de Platon dans République (5.8, 459c ; 5.9, 460c et 461c) et, plus indirectement, dans Timée (19a) et Lois (5, 740d, 783d-e, 784b)4. Aristote ne nous renseigne en rien sur le sort des enfants difformes à Sparte dans le chapitre très critique qu’il consacre à la constitution spartiate (Pol. 2.9, 1269a-1271b) et plus spécialement aux règles régissant la procréation (2.9.18, 1270b). Par contre, au livre 7, où il définit la cité idéale, il estime nécessaire qu’il y ait une loi qui interdise de nourrir un enfant difforme (ἔστω νὀμος μηδἐν πεπηρωμἐνον) (7.16.15, 1335b)5. Pour sa part, Platon, dans République, préconise dans un premier temps de ne pas élever les enfants des inférieurs (459e), puis de les cacher en un lieu interdit et secret, tout comme les enfants des meilleurs atteints de difformités (460c, ἀνάπηρον)6. Faut-il supposer que Platon et Aristote se sont inspirés de pratiques en vigueur à Sparte à un moment ou à un autre ou que Plutarque, dans sa recomposition de l’œuvre de Lycurgue, lui a conféré les traits d’une cité utopique, créant ainsi une sorte d’utopie dans le réel ? Nous ignorons où Plutarque a puisé ce qu’il affirme. Selon ses dire, s’il a utilisé pour écrire sa Vie de Lycurgue cinq des Lakadaimoniôn ou Lakonikai politeai (Xénophon, Aristote, Critias, Dioscoride et Sphairos) et divers dialogues de Platon, il ne fait pas mention de ses sources dans le texte qui nous intéresse. Il est certain, toutefois, que Plutarque connaissait bien Sparte : il y a séjourné (Lyc. 18.2 ; Agés. 19.11), y a consulté des documents (Agés. 19.10) et avaient des amis spartiates susceptibles de le renseigner (Propos de Table, 8.1.3 717E, 8.2.1 718B, C, 719C, D). La plupart des historiens considèrent qu’il y eut à Sparte exposition et infanticide7. Certains d’entre eux, comme M. Huys ou J. Ducat, concluent cependant à une construction de Plutarque fondée sur une tradition locale ou sur les œuvres de Platon et, plus vraisemblablement, sur celles des Cyniques et des Stoïciens ou sur celles d’Onésicrite et Jambule8.

  • 9 Kennel, 1995, p. 24-25.
  • 10 Ducat, 2006, p. 27-28.
  • 11 Christien, 1997, p. 51-52.

8Quant à la chronologie de la pratique de l’infanticide, les avis divergent. N. Kennel, prenant appui sur les différences d’emploi des temps des verbes (présent, imparfait) dans la Vie de Lycurgue, pense qu’il est possible en cas d’utilisation de l’imparfait, comme dans le passage cité, d’en déduire que les pratiques décrites sont révolues9. Ce à quoi J. Ducat rétorque que ces variations ne peuvent être retenues comme un critère historique fiable10. On peut simplement noter que Plutarque lui-même affirme que Sparte observa les lois de Lycurgue pendant cinq cents ans, jusqu’à la fin du règne d’Agis (Lyc.29.10) et que Xénophon, bien avant lui, avait observé le déclin de l’obéissance à ces lois de son vivant (Const.Lac. 14.1-7). Peut-être, comme y invite J. Christien, peut-on supposer qu’une pratique d’infanticide exista dans la Sparte classique11.

1.2. Robustesse et légitimité

9Je n’entrerai pas davantage dans ces discussions pour tenter de déterminer, dans le texte même, ce que malformation veut dire, quelle représentation du corps spartiate il donne et ce que signifierait, politiquement et socialement, l’éradication des nouveau-nés difformes.

  • 12 La sage-femme, donc, après avoir reçu le nouveau-né, le posera d’abord à terre après avoir regardé (...)

10Il importe de souligner la cohérence interne du passage et la manière dont celui-ci s’ajuste aux chapitres précédant et suivant. Tout est lié dans la présentation du traitement des nouveau-nés, y compris dans la description de la pré-sélection effectuée par les femmes, qui s’apparente aux prescriptions de Soranos d’Éphèse (Maladies des femmes, 2.5)12. La présentation s’articule autour de trois points :

    • 13 Roussel, 1939, p. 34, 38 ; Christien, 1997, p. 50-55 ; Christien, Ruzé, 2007, p. 54-55.

    le contrôle collectif des nouveau-nés par les Anciens dans le cadre d’une société où les classes d’âge et les tribus exercent une fonction structurante13.

  • la régulation de la population des citoyens par une sélection de type eugénique éliminant les nouveau-nés difformes, en cohérence avec l’éducation à la vigueur donnée aux filles et aux garçons avec le propos de procréer des citoyens robustes.

    • 14 Sur la propriété foncière à Sparte : Cozzoli, 1979, p. 10-38 ; MacDowell, 1986, p. 89-110 ; Ducat, (...)

    la relation entre reconnaissance sociale de la filiation d’un enfant conforme à la norme et la propriété d’un lot de terre indispensable à l’exercice de la citoyenneté14.

  • 15 Chantraine, sv πήγνυμι La sage-femme de Soranos s’assurera de la bonne constitution de toutes ses p (...)

11Quant à la nature des malformations, l’analyse des mots utilisés par Plutarque peut, au moins en partie, permettre de mesurer ce qu’est une difformité sans retour. Les adjectifs caractérisant la conformation des nouveau-nés sont groupés en deux couples opposés : bien conformé et robuste (εὐπαγἑς καὶ ῥωμαλέον) et mal venu et difforme (ἀγεννὲς καὶ ἄμορφον). Les oppositions se font aussi terme à terme : bien conformé/malvenu (εὐπαγής/ἀγεννής) et robuste/difforme (ῥωμαλέος/ἄμορφος). Ῥωμαλέος envoie à la sphère de la force physique et de la robustesse, tout comme le substantif ῥωμη au moins pour une part de sa signification. Εὐπαγής offre un champ plus large. Dérivé du verbe πήγνυμι, fixer, ficher, il induit l’idée de vigueur du corps, mais aussi de bon ajustement des membres entre eux, de conformation équilibrée, probablement, là encore d’une façon conforme à ce qu’écrit Soranos15. Cet adjectif s’oppose à ἄμορφος, privé de forme, difforme plutôt que malformé, sans que l’on puisse préciser davantage.

  • 16 Chantraine, sv γίγνομαι.
  • 17 Lupi, 2000, p. 115-137.
  • 18 Pour plus amples développements : Christien, 1993 ; Perentidis, 2002.

12L’adjectif ἀγεννής est intéressant par les perspectives qu’il laisse entrevoir. C’est aussi le plus délicat à interpréter. Il est issu du verbe γίγνομαι, naître et offre une parenté avec le verbe γεννάω, engendrer, d’où dérive γεννήσας, celui qui engendre, le père, donc. C’est de ce groupe de termes que se détachent l’adjectif γενναῖος, noble, de bonne race, de bonne naissance, et son opposé, ἀγεννής, mal né, de basse origine, vil par extension16. M. Lupi conclut l’analyse de ces termes en émettant l’hypothèse que l’examen du nouveau-né par les Anciens portait aussi sur la légitimité de sa filiation dans le cadre du mariage17. Ce qui n’aurait, à mon sens, rien d’impossible, et ce d’autant moins que, selon Xénophon (Const.Lac.1.7-9), Polybe (12.6b.8) et Plutarque (Lyc. 15.12-14 ; Lyc-Numa, 25.3), existaient à Sparte des pratiques de polyandrie à des fins de procréation d’individus robustes, mais qui, selon Xénophon, n’avaient aucun droit à faire valoir sur les biens (Const.Lac.1.9)18. M. Lupi ajoute que le rituel subordonnait la reconnaissance de la légitimité au respect des temps idéaux définis par la loi sur la procréation. Ce qui paraît plus discutable.

  • 19 Tr. Brisson, Pradeau, 2006.

13Il est par contre intéressant de rapprocher l’adjectif ἀγεννής des propos tenus par l’Étranger dans les Lois (5.735b). Dans l’esquisse des lois concernant les magistrats à qui incombera la direction de la cité, l’Étranger emploie la métaphore de la garde du troupeau. Le berger doit séparer les bêtes saines de celles qui ne le sont pas et celles qui sont de bonne race (τὰ γενναῖα) de celle qui ne le sont pas (ἀγεννῆ)19. La bonne race est liée à ce qui est sain, en bonne santé, et opposée à ce qui est maladif, sans noblesse, mal né, voire illégitime, bâtard, peut-être. Dans ἀγεννής il n’y a pas assimilation mais glissement, ce qui permet d’éclairer un peu ce que signifierait difforme aux yeux des Spartiates. L’enfant difforme, par sa difformité même, est illégitime et ne peut prétendre à la citoyenneté. Il doit donc être éliminé par souci eugénique sans doute, mais aussi par choix politique, et peut-être religieux, – mais le texte n’en dit rien – assumé collectivement par le partage du pouvoir de vie et de mort du père.

1.3. Apothètes

  • 20 Dans plusieurs mythes, les nouveau-nés sont exposés en montagne, dans des cavités, grottes ou gouff (...)
  • 21 RE 1, col.188. Musti, 1991, p. 232, signale que « selon une tradition discutable [on y jetait] les (...)
  • 22 Der neue Pauly, 6, sv Καιάδας.

14Reste à envisager le lieu de la suppression des enfants. Apothètes signifie le lieu du dépôt. Il provient du verbe ἀποτίθημι, qui désigne l’acte d’exposer un enfant. Le problème ne vient pas tant du fait qu’il y ait eu, à Sparte, un endroit précis pour exposer les nouveau-nés que de celui de sa localisation dans un gouffre du Taygète (Lyc. 16.2), ce qui implique un infanticide par précipitation dans un lieu aux marges du monde cultivé20. La localisation des Apothètes nous est inconnue. En 1895, Hirchfeld émit l’hypothèse qu’ils étaient peut-être situés à proximité de Parori, non loin de Mystra21. Or il se trouve que ce fut longtemps l’une des hypothèses retenues pour la localisation du Kaiadas, autre gouffre laconien célèbre. D’où une possibilité de confusion qu’il importe de lever22.

  • 23 La précipitation de malfaiteurs dans un gouffre, une crevasse ou un ravin, peut être rapprochée de (...)
  • 24 Voir aussi Polyen, 2.31.2c et Pline, Hist.Nat. 11.185. Ogden, 2002, p. 26-28, 78-79 (n.11).
  • 25 Cantarella, 2000, p. 85.
  • 26 Coat, 1882, p. 344-346, publia la note d’O. Rayet (n.2). Sur O. Rayet : Gran-Aymerich, 2001, sv Ray (...)
  • 27 Themelis, 1984 ; Pritchett, 1985, p. 58-60, signale les recherches.
  • 28 Site du Ministère grec de la Culture, 2007.
  • 29 Pitsios dans Themelis, 1984, p. 187-194 et interview en ligne, 2009. Remerciements à D. Gondicas po (...)
  • 30 Sparte : Themos, Zannou, 2010 ; Agora d’Athènes : Liston, Rotroff, 2013 ; Messène : Bourbou, Themel (...)

15Le Kaiadas est connu par Thucydide, qui précise qu’on y jetait les malfaiteurs (1.134.1, 4)23. Il est ensuite mentionné comme prison par Strabon (8.5.7), et surtout par Pausanias qui en fait un haut lieu des exploits d’Aristoménès durant la deuxième guerre de Messénie (4.18.4-7). Selon Pausanias, les Lacédémoniens y précipitèrent vivants cinquante soldats d’élite Messéniens. Aristoménès, par protection divine, fut le seul à en réchapper24. Pausanias ajoute que le gouffre était aussi le réceptacle de ceux qui subissaient le châtiment suprême25. En 1879, O. Rayet supposa, le premier, que le Kaiadas correspondait à un gouffre proche de Trypi et à l’explorer partiellement. Il découvrit, écrit-il à A. Coat, « un amas d’ossements humains », qu’il juge être ceux d’hommes « vigoureux et dans la force de l’âge », et il fait un rapprochement avec Pausanias et les guerres de Messénie26. En 1983, P. Thémélis reprit les recherches avec l’aide de l’anthropologue T. Pitsios. Les premiers résultats conclurent à la présence d’ossements sur le plancher et les parois du gouffre provenant en majorité d’hommes âgés de 20-30 ans. L’archéologue identifia alors le gouffre de Trypi au Kaiadas et émit l’hypothèse d’un lien avec les guerres de Messénie27. Les analyses anthropologiques furent rendues publiques dans leur totalité en 200328. Elles ont permis de reconnaître les restes d’une quarantaine d’individus âgés, pour la plupart, de 18 à 35 ans. La datation donne une fourchette allant de 750 à 540 av. n. è., ce qui pourrait correspondre aux guerres de Messénie29. Aucun ossement d’enfant n’a été décelé. Faut-il alors nier les assertions de Plutarque ? Il serait probablement plus pertinent d’éliminer le gouffre de Trypi comme le lieu des Apothètes, sans exclure l’hypothèse qu’une autre excavation ait été utilisée. En dépit de récentes fouilles de tombes d’enfants à Sparte rien d’équivalent aux puits pour enfants nouveau-nés d’Athènes ou de Messène n’a toutefois été retrouvé. Dans ces derniers cas, il n’est d’ailleurs guère aisé de faire la distinction entre enfants exposés ou non30.

  • 31 Gherchanoc, 1998, p. 320, n. 39.
  • 32 Gortyne, IC IV 72, col.III.45-50, col.IV.15-17. Voir Willets, 1965, p. 29-33 ; Van Effenterre, Ruzé (...)
  • 33 Brulé, 1990 ; 2007 ; 2009. Remarques dans Golden, 1990, p. 87, 94, 135 et Beaumont, 2012, p. 60, 90 (...)
  • 34 Le statut juridique et social des threptoi, à propos desquels on connaît 1200 inscriptions, papyri (...)

16L’infanticide et l’exposition sont un fait social durant toute l’Antiquité, à Sparte comme ailleurs. Dans les cités grecques, naître ne confère aucun droit à la constitution de la filiation, mais plutôt une obligation de mise à l’épreuve, soit au sein de l’oikos comme à Athènes, soit dans un cadre collectif comme à Sparte31. L’exposition – ou l’infanticide – est l’opposé de la reconnaissance de l’enfant par le père. Attestée par quelques témoignages littéraires et, exceptionnellement, par un historien, Polybe (26.17), elle l’est aussi par des documents épigraphiques comme le code de Gortyne, daté de la moitié du ve siècle, une inscription de Delphes ou deux lois sacrées de Smyrne et de Ptolémais32. Il existait de plus probablement, selon P. Brulé, une exposition sélective frappant les filles33. Il n’est donc pas inconcevable que, dans un souci eugénique, les nouveau-nés spartiates malformés aient été exposés ou tués. Pour la période contemporaine de Plutarque nous possédons au reste un témoignage datant de 112 sur la perpétuation de l’exposition à Sparte. Pline le Jeune, legatus pro praetore dans la province du Pont-Bithynie et l’empereur Trajan échangèrent un courrier à propos des threptoi, ces enfants nés libres ou non, offerts à des sanctuaires ou exposés (expositi) et recueillis puis nourris, parfois aux frais de la cité34. Il y est fait état de lettres de différents empereurs (Vespasien, Domitien) aux Lacédémoniens à propos de la condition juridique de ces enfants (Pline, Lettres 10.65-66). L’exposition, sinon l’infanticide pour malformation, est donc encore en usage à Sparte à l’époque impériale. Suffisamment en tout cas pour faire l’objet d’interventions de la part du pouvoir.

2. Et un roi boiteux

17En contradiction apparente avec le traitement infligé aux nouveau-nés malformés, être atteint d’une infirmité n’empêchait pas de vivre à Sparte, de participer à la politeia, et donc à la guerre. Ni d’être roi et donc de conduire l’armée.

  • 35 Carlier, 1984, p. 246-248.

18Le cas le plus remarquable est celui d’Agésilas II. C’est aussi le seul infirme sur lequel nous ayons quelques informations. Selon les règles de succession en vigueur, Agésilas n’aurait jamais dû devenir roi : son prédécesseur, et demi-frère, Agis avait un fils, Léotychidas35. Plutarque souligne d’ailleurs qu’en dépit de son ascendance royale, Agésilas paraissait devoir vivre en simple particulier et qu’il reçut de ce fait l’éducation ordinaire à Lacédémone, et non celle des enfants destinés à devenir roi (Agés. 1.2.4).

  • 36 Chantraine, sv χωλός

19La claudication d’Agésilas est connue par un passage des Helléniques de Xénophon, puis par Plutarque (Agésilas, Lysandre), Cornelius Nepos, Pausanias et Athénée. Xénophon signale le fait à deux reprises dans les Helléniques (3.3.3 ; 5.4.58). Il est en revanche muet dans Agésilas. Il est vrai que l’œuvre est un éloge et que la mention d’une infirmité, qui ne doit rien à des blessures de guerre, n’y aurait guère eu sa place. Pour qualifier l’infirmité du roi, Xénophon emploie l’adjectif χωλός et le verbe χωλεύω qui désignent l’existence d’une infirmité et, plus spécifiquement, une infirmité du pied, le fait d’être boiteux36.

20Plutarque reprend Xénophon (Agés. 2.3, 22.1, 30.1 ; Lys. 22.10-12). Après avoir exposé la naissance royale d’Agésilas, il souligne sa claudication, χωλότης, tout en précisant qu’il savait en plaisanter et la surmontait par son ardeur. Il ajoute, ce que ne dit pas Xénophon, que le roi était de petite taille (μικρός) et d’aspect chétif (εὐκαταφρόνητος) (3.4, 36.9). Cornelius Nepos relève les trois aspects (Agés. 8.1) et Athénée, la petite taille du roi (14, 616 D). Il n’y avait donc pas que de robustes Spartiates !

2.1. Chétivité et claudication

21Ces trois aspects posent plus d’une question sur la conception du corps qu’avaient les Lacédémoniens tant pour soi que pour l’autre, et de l’image de l’institution royale qui était la leur. Jusqu’où les décalages par rapport à la norme admise pouvaient-ils être supportés et dans quelles conditions ?

  • 37 Voir Bresson, 1990.
  • 38 Voir aussi Pollux, 3.48, 8.40 et Stobée, Anthologie, 22, 16.
  • 39 Pour plus amples analyses : MacDowell, 1986, p. 73-75 et Richer, 1998, p. 457-459.
  • 40 Dimauro, 2008, p. 176-177, attire l’attention sur ce passage.
  • 41 Voir Luppino, 1991, p. 93-95.

22Le regard porté sur Agésilas fut doublement discriminant. Selon Plutarque, il le fut d’abord en raison du second mariage d’Archidamos avec Eupolia, dont est issu Agésilas (Agés.1.1). Épousée jeune, peut-être choisie dans le cercle des οἰκεῖοι, fortunée en tout cas selon Athénée (13, 566D), elle était petite37. Ce mariage aurait été qualifié de mauvais mariage par les éphores. Cette femme, auraient-ils déclaré en infligeant une amende à Archidamos, ne nous donnera pas des rois mais des roitelets (Agés. 2.4 ; De l’éducation des enfants, 1Cd ; Athénée, 13, 566D). Selon Plutarque (Lys. 30.7 ; De l’amour de la progéniture, 2.1, 493E), il existait à Sparte des pénalités pour refus de mariage, mariage tardif et mauvais mariage38. Les éphores avaient un droit d’intervention dans la vie privée et étaient habilités à infliger une pénalité (amende ou autre) à qui ils voulaient (Xén. Const.Lac. 8.4.3). Ils s’assuraient donc du respect des règles en matière de mariage et de procréation attendue39. De plus, selon Platon (Alc. 1, 121b), les éphores exerçaient une surveillance particulière sur la conduite des épouses des rois40. Né d’un mariage contraire à la règle, mais valide, Agésilas compensa par ses qualités cette première difficulté. Son image en fut cependant brouillée, peu conforme en tout cas à la représentation d’un roi que se faisaient probablement les Spartiates et les Égyptiens, auxquels Agésilas eut affaire à la fin de sa vie en tant que général-mercenaire au service du Pharaon Tachôs (Xén. Agés. 2.28-31 ; Plut. Agés. 36.1, 6 ; Apoph. Lac. 214 D ; Cornelius Nepos, Agés. 8.2 ; Diodore de Sicile 15. 92.2, 93.2-6). Selon Plutarque, il apparut aux envoyés de Pharaon comme un objet d’incrédulité, puis de plaisanterie en raison de sa conformation de vieillard chétif et de petite taille (Agés. 36.9). Dans son éloge, toutefois, Xénophon n’en souffle mot. Selon les sources, il y a donc un regard différencié sur l’aspect physique de l’Eurypontide et sur l’image qu’il renvoyait41.

  • 42 Cartledge, 1987, p. 20-21, 112-113 ; repris par Garland, 2010, p. 40.

23Plus discriminante encore fut la claudication. Était-elle congénitale ou accidentelle ? Le point à son importance en regard de ce qu’écrit Plutarque à propos des nouveau-nés malformés. Cornelius Nepos laisse entendre qu’elle était congénitale en invoquant la nature (natura) qui se montra avare de dons corporels envers le roi (XVII.8.1). Une infirmité congénitale n’est attestée ni par Xénophon ni par Plutarque ni par Pausanias. Pourtant P. Cartledge insiste sur le fait qu’Agésilas était boiteux de naissance42.

  • 43 Chantraine, sv πταίω et πηρός.
  • 44 Samama, 2010, p. 38-39 et n. 51, incline pour l’accident, comme Lévy, 2003, p. 188, n. 58. Voir aus (...)

24Il convient de reprendre les mots utilisés par Xénophon, Plutarque et Pausanias. Rapportant, au style indirect, les paroles de Lysandre, Xénophon adjoint au verbe χωλεύω, le verbe προσπταίω, heurter quelque chose, se heurter (le pied, le genou) à quelque chose (Hell.3.3.3). Plutarque ajoute à l’adjectif χωλός et au substantif χωλότης, le même verbe que Xénophon (Agés. 3.8), en précisant qu’il s’agit du heurt d’un pied et en citant les propos de Lysandre. Le substantif πήρωσις (2.3) et le verbe πηρόω-ομαι complètent le tableau et indiquent le fait d’être estropié43. Pausanias emploie, lui, le verbe πηρόω-ομαι (3.8.10). Qu’il s’agisse de προσπταίω, qui désigne l’action de buter, de tomber, de heurter quelque chose, ou de πηρόομαι, avoir été estropié, tous deux, me semble-t-il, font référence à une cause extérieure, à un accident. Au reste, Lysandre aurait-il pu travestir la réalité sans encourir le désaveu de l’Assemblée réunie pour trancher entre les deux prétendants ? L’hypothèse d’un accident survenu durant les exercices très rudes imposés aux enfants Spartiates, ne saurait être écartée44. Pas plus que, dans ce cadre, celle d’une luxation ou d’une fracture mal soignée ou difficile à réduire.

  • 45 Jouanna, 1992, p. 533-34, pour la datation. Les rares descriptions ostéo-archéologiques de pieds bo (...)
  • 46 Roesch, 1984, p. 283. Selon Samama, 2003, n° 034-42, il existait des médecins ou masseurs-médecins (...)

25On peut ajouter à l’argumentation quelques éléments du corpus hippocratique. L’auteur d’Articulations, daté de la fin du ve siècle ou du début du ive, décrit les luxations congénitales et en particulier les diverses sortes de pied bot45. Pour les différencier des luxations accidentelles, il écrit qu’elles sont ἐκ γενεῆς (Art. 62, Littré, T4, p. 225), ce que ne fait aucune des sources concernant le roi. Après avoir inventorié les luxations accidentelles ou les fractures, il attire l’attention sur la nécessité de procéder rapidement aux extensions, réductions et bandages appropriés (Art., 51, 54, 57, 59, Littré, T4, p. 225-27, 239, 245-49, 255-57 ; Fractures, 13-14, Littré, T3, p. 461-471). Au cas où la réduction [aurait] été manquée ou abandonnée, il note que l’accidenté risque d’être affecté d’une claudication (Art. 52, Littré, T4, p. 227-233). Nous ne savons au reste rien – ou si peu – des médecins de Lacédémone durant l’époque classique. Xénophon se contente de les mentionner parmi les ὅμοιοι qui, en cours d’expédition, partageaient la tente du roi (Const. Lac. 13.7). Plutarque, et Athénée, eux, font état de relations entre Agésilas et le médecin Ménécratès de Syracuse (Agés. 21.10 ; Banquet, 7, 289A). Il faut attendre les périodes hellénistique et romaine pour avoir quelques inscriptions46. Comme souvent à Sparte, il est difficile d’établir sinon des certitudes du moins des vraisemblances sur des faits de société connus seulement par bribes. Nous ignorons donc tout des compétences des médecins proches des rois. Considérée cependant du seul point de vue médical, la boiterie d’Agésilas ne revêtirait pas une importance majeure si elle n’avait été au centre d’un conflit politique et religieux mêlant infirmité et illégitimité.

2.2. Boiteux donc illégitime ?

  • 47 Sur les dialogues dans les Helléniques, voir Gray, 1981, et Tamiolaki, 2014, p. 135-136.
  • 48 Carlier, 1984, p. 240-242 ; Cartledge, 1987, p. 100-103 ; Lévy, 2003, p. 164-166 ; Christien, Ruzé, (...)
  • 49 Voir Lupi, 2000, p. 119-121. Sur l’intérêt et les raisons qu’eut Lysandre de soutenir Agésilas : Bo (...)
  • 50 Carlier, 1984, p. 248.

26À la disparition d’Agis, éclata un conflit entre Léotychidas et Agésilas, relayé publiquement par les partisans de l’un et de l’autre. Dans les Helléniques (3.3.2), Xénophon débute la relation des événements par un dialogue entre les deux hommes47. Léotychidas conteste les prétentions d’Agésilas [à régner au nom de la règle (νόμος) qui veut que le fils succède au père]48. Cette filiation est révoquée en doute par Agésilas au motif qu’Agis lui-même niait que Léotychidas fût son fils et que Poséidon le signifia par un séisme qui chassa de la chambre conjugale le véritable père. Xénophon fait silence sur le nom de celui-ci, probablement Alcibiade, comme le laisse entendre ironiquement Platon (Alc. 1, 121b-c), repris par Plutarque (Agés., 3.2-4 ; Alc., 23.7-8). Celui-ci précise que Léotychidas passait dans l’opinion pour un bâtard (νόθος) et qu’Agis ne le reconnut que sur son lit de mort (Agés. 3.3). C’est seulement après ce dialogue sur la légitimité ou l’illégitimité, par naissance, à succéder à Agis, que Xénophon aborde la manière dont fut tranché le conflit. Il rapporte d’abord un oracle d’Apollon qu’utilisèrent les partisans de Léotychidas et qui recommandait de se garder d’une royauté boiteuse (τὴν χωλὴν βασιλείαν). C’est seulement alors que Lysandre entre en scène pour faire état de son interprétation. La royauté boiteuse ne serait pas celle, physique, d’Agésilas, mais celle de Léotychidas, né d’un adultère, qui règnerait sans être un descendant d’Héraclès, portant ainsi atteinte à la règle de l’intégrité de filiation. Le débat est à la fois généalogique, politique et religieux. Il existe donc, aux yeux des Spartiates, une contiguïté entre boiterie et illégitimité, ce sur quoi joue Lysandre49. Sur ce, la Cité (ἡ πόλις) désigna Agésilas (Hell. 3.3.4). Le terme paraît bien indiquer une décision prise en Assemblée, peut-être après accord des Gérontes dans le cadre d’une procédure probouleutique50. Toute la construction du récit de Xénophon disqualifie les arguments de Léotychidas en utilisant l’oracle au bénéfice du seul prétendant digne de régner, par naissance, et en minorant, par une manipulation rhétorique, son infirmité. La légitimité l’emporte sur toute autre considération.

  • 51 Voir aussi Lys. 22.10, 11-12 et Des oracles de la Pythie, 399B.

27Plutarque procède de façon différente. Il note que Lysandre fut l’éraste d’Agésilas, avant d’exposer les qualités de ce dernier (Agés. 2.1.2 ; Lys. 22.6) et son infirmité (Agés. 2.3). Il aborde ensuite la question de la naissance de Léotychidas et les doutes d’Agis, puis fait intervenir Lysandre en soulignant sa puissance et en affirmant que ce fut lui qui porta Agésilas à la royauté, tout en mettant en valeur la popularité dont jouissait ce dernier en raison de son mérite (ἀρετή) (Agés. 3.5). Plutarque met fin à cette partie de la Vie du roi en citant, in extenso, l’oracle et l’interprétation de Lysandre (Agés. 6.8)51. La claudication et ses implications politiques et religieuses sont mentionnées plus explicitement que chez Xénophon. Plutarque revient d’ailleurs sur l’oracle et sur les interrogations et craintes qu’il suscita à Lacédémone quand il relate les débuts de l’invasion du Péloponnèse par Épaminondas (30.1).

2.3. Pour comparaison, d’autres boiteux

  • 52 Vernant, 2001 [1974] ; Detienne, Vernant, 1978 [1974], p. 257-260 ; Lupino, 1991, p. 92, n. 14.

28Chez Xénophon et Plutarque, la boiterie d’Agésilas est inséparable d’un climat de forte religiosité. Elle est vue comme un signe des dieux à portée potentiellement néfaste, préjudiciable en tout cas à l’équilibre de la cité et à l’exercice du pouvoir dans de bonnes conditions. L’épisode peut être mis en perspective avec d’autres boiteries qui jalonnent l’histoire semi-mythique ou réelle des cités grecques. Celui qui boite offre, dans son corps, une dissymétrie, une incapacité à marcher droit, comme l’a relevé J.-P. Vernant52. La boiterie physique peut présenter une analogie symbolique avec la boiterie politique, qui touche à la transmission du pouvoir, à son exercice et, par-delà, au destin d’une cité.

  • 53 Hérodote est le premier à parler de Codros, 1.147, 5.65, 9.97. Lycurgue, Contre Léocratès, donne un (...)

29On peut en prendre trois cas : la succession de Codros à Athènes, les Bacchiades de Corinthe et les Battiades de Cyrène. Selon Pausanias, à la mort de Codros, roi d’Athènes en un temps difficile à déterminer, les plus âgés de ses fils, Médon et Nélée, se disputèrent le pouvoir (7.2.1)53. Nélée refusa que Médon, pourtant son aîné, devînt roi au prétexte qu’il était boiteux (χωλὁς). On consulta l’oracle de Delphes, qui approuva le choix de Médon (Arstt., Const. Ath. 3.2). Avec l’aval d’Apollon, les règles de succession l’emportèrent sur l’aspect présumé néfaste de l’infirmité.

  • 54 Carlier, 1984, p. 399.
  • 55 Vernant, 2001, p. 56-57. Interprétation différente de Delcourt, 1938, p. 110-111. Bonnard, 2005, p. (...)

30Chez Hérodote, les oracles sont aussi très présents dans les deux autres cas, mieux attestés historiquement. Il s’agit d’abord de la famille des Bacchiades qui gouverna Corinthe à partir du milieu du viiie siècle et s’organisa en caste oligarchique grâce à des mariages entre soi (Hdt.5.92b). C’est à Soclès, représentant de Corinthe à l’assemblée des Lacédémoniens et de leurs alliés réunie pour délibérer de l’opportunité de rétablir le tyran Hippias à Athènes, qu’Hérodote confie le soin de raconter l’histoire de la Bacchiade Labda. Boîteuse, Labda fut rejetée par son clan et épousa un homme venu d’ailleurs. Consulté, l’oracle de Delphes annonça la naissance prochaine d’une pierre roulante qui s’abattra sur les hommes régnants et châtiera Corinthe (Hdt.5.92β). En dépit de tentatives d’assassinat, Kypsélos s’empara du pouvoir et régna en tyran entre 657 et 627, selon la chronologie traditionnelle54. Il n’était pas boiteux lui-même, semble-t-il, mais issu d’un mariage non conforme à la règle, il était boiteux socialement, politiquement et religieusement55. La prise de pouvoir de Kypsélos engendra la tyrannie, rejet des règles qui font qu’une cité fonctionne droitement.

  • 56 Sur les deux Battos : Letoublon, 2003.

31La quasi-équivalence entre boiteries physique et politique se retrouve dans l’histoire des rois de Cyrène, lors de l’avènement de Battos III, descendant de l’oikiste Battos le Bègue (Hdt.4.159). Battos, dit Hérodote, était boiteux et ne tenait pas bien sur ses jambes (χωλὁς τε ἐων καί οὐκ ἀρτίπους) (161). Il succédait à son père dans une conjoncture difficile. Sans que l’on sache, d’après le texte d’Hérodote, si cela eut trait à l’infirmité du roi ou à la situation bancale de la cité, les Cyrénéens consultèrent à Delphes pour savoir quelle conduite (τρόπον) adopter56. La Pythie conseilla de faire venir un conciliateur-réformateur de Mantinée. Celui-ci restaura l’ordre en créant un nouvel équilibre entre le peuple et le roi (Hdt.161).

  • 57 Vattuone, 2008 ; Christien, Ruzé, 2007, p. 202-203.

32Dans les relations entre cités, la métaphore de la boiterie apparaît parfois, singulièrement autour de Sparte. Selon Diodore de Sicile, un débat eut lieu à Sparte en 475 après la constitution de la Ligue de Délos autour d’Athènes (11.50.1-7 ; Hdt. 8.3 ; Arstt. Const.Ath. 23.4). Cette alliance faisait perdre à Sparte l’hégémonie maritime détenue depuis les guerres médiques (Thc.1.94.8, 95.1-4, 96.1). Aurait alors été évoqué un oracle qui signifiait aux Spartiates de ne pas rendre boiteuse leur hégémonie en renonçant à l’une des modalités de son exercice (μὴ χωλὴν ἐωσι τὴν ἡγεμονίαν). Il convenait donc, pour une majorité de la Gérousia et de l’Assemblée, de partir en guerre contre Athènes. Sur l’intervention convaincante d’un des Gérontes, il fut décidé de n’en rien faire57. Peu après, à la suite du tremblement de terre de 464, les Lacédémoniens, confrontés à la révolte des Messéniens, sollicitèrent l’aide des Athéniens (Thc.1.101). La demande suscita un rude débat à Athènes et, selon Plutarque, Cimon, ardent défenseur de l’intervention, affirma que la Grèce deviendrait boiteuse si Athènes était privée de sa rivale (Cimon. 16.10).

33Teintée d’une forte religiosité, – les oracles sont omniprésents – la métaphore de la boiterie semble être un argument assez fréquent dans la vie politique. De la part de son utilisateur, elle indique qu’il convient de se garder d’actes ou de formes hors norme d’exercice du pouvoir ou risquant d’entraîner un déséquilibre entre les forces en présence. Il y a plus. La boiterie physique peut avoir son répondant dans la boiterie intellectuelle. Dans République, Platon lie peines physiques subies dans les exercices de la palestre et peines intellectuelles endurées dans l’étude. Elles doivent être distribuées également pour permettre le développement de toutes les parties du corps et de l’esprit. Il faut donc travailler avec des sujets bien équilibrés de corps, bien équilibrés d’esprit et non avec des boiteux et bâtards (χωλοῖς τε καὶ νόθοις) (536a-b).

34En dépit du fait que des boiteux purent accéder à la royauté et se maintenir au pouvoir, à Sparte comme ailleurs, dans les oracles comme en philosophie, réellement ou métaphoriquement, la boiterie est interprétée comme un signe défavorable. Sans être obligatoirement contempteur, le regard est au moins suspicieux, non pas tant peut-être pour l’infirmité elle-même que pour ce qu’elle suggère en terme de comportement. La sentence n’est pas toujours condamnatoire, mais subsiste l’idée tenace d’un préjudice qui d’individuel pourrait devenir collectif et de physique, politique.

2.4. Des boiteux courageux et combattants ?

35À Sparte comme ailleurs, la guerre exige des soldats vigoureux, bien portants et courageux. Les corps sont, en effet, l’instrument de la guerre bien conduite. À Sparte, particulièrement, ce sont des corps modelés pour se donner les moyens de vaincre. L’entraînement en campagne est prescrit par la loi (Xén. Const.Lac. 12.5-6) et il est obligatoire, en temps de paix, d’exercer la vigueur de son corps. Si l’on en juge par les rares exemples qui nous sont parvenus, les citoyens boiteux ne semblent cependant pas en avoir été exclus, ou s’en être exclus, pas davantage que des combats, à la mesure de leurs moyens.

  • 58 On sait que Thémistocle envisagea de confier la garde des remparts du Pirée nouvellement construits (...)

36Selon Plutarque, Agésilas ne fut pas un cas isolé. L’entourage royal accueillit des boiteux : Hippitas, proche de Cléomène III réfugié à Alexandrie, aida le roi à fuir et mourut dignement (Cléom. 37.6-7, 13). Selon les Apophtègmes Laconiens ou les Apophtègmes des Laconiennes, des Spartiates plus ordinaires continuèrent à combattre ou à se rendre utiles en temps de guerre. Il en fut probablement ainsi lors de l’attaque de Sparte par Épaminondas en 363/62. Agésilas fit alors monter sur les toits les enfants et les vieillards pour lancer des projectiles sur les ennemis (Xén. Hell.7.5.11 ; DS.15.83.3). Il n’est pas exclu que les hommes d’âge à être mobilisés, mais estropiés, aient été désignés comme lanceurs de projectiles ou comme guetteurs58.

  • 59 Samama, 2010, p. 34-37.

37Si les boiteux étaient parfois la cible de moqueries (Ap.Lac, Anonymes 45, 234E) ou de rebuffades (Ap.Lac. Pausanias 4, 230D ; Agésilas 34, 210F), ils étaient aussi encouragés à faire face à leur infirmité (Ap.Lac. Anonymes 13, 14, 15), entre autres par leur mère. Certains même tinrent, tel Androkleidas, à figurer parmi les citoyens aptes à combattre au motif que c’est en restant sur place que l’on se bat (Ap.Lac. Androkleidas, 217C)59. Que les Apohtègmes aient avant tout, comme les Vies, un propos moralisateur, ne doit pas masquer le regard qu’ils permettent de porter sur l’attitude qu’avaient les Spartiates – ou qu’on leur prête – sur la boiterie. Elle est plus nuancée qu’on ne pouvait le supposer.

  • 60 Casevitz, 2008.
  • 61 Stobée, Florilège 3.29.11, DK, B9. Tr. Dumont, 1988, Critias B9, p. 1139.
  • 62 Voir Hodkinson, 2006.

38L’analyse des quelques rares cas portés à notre connaissance sur la place des infirmes, tous masculins, à Sparte et sur le regard dont ils étaient l’objet, ne permet guère de conclure de manière certaine. L’appréhension de l’infirmité par le biais politique auquel oblige l’enjeu constitué par la royauté d’Agésilas, ou par le biais de la guerre, offre néanmoins une approche relativement nuancée. Elle est en décalage par rapport à l’injonction de robustesse faite aux corps spartiates, à commencer par celui des nouveau-nés, soulignée dans les sources. C’est d’ailleurs tout le sens d’une incise, peu mise en valeur, de Xénophon dans la Constitution des Lacédémoniens (10.7). Selon lui, Lycurgue accorda le même droit de cité (τὴν πόλιν οἰκείαν) à tous ceux qui pratiquaient la vertu civique (τὴν πολιτικὴν ἁρετην) sans prendre nullement en compte l’infirmité des corps ou des biens (καὶ οὐδεν ὑπελογίσατο οὔτε σωμάτων οὔτε χρημάτων ἀσθένειαν)60. Affirmation qui trouve un écho dans une phrase de Critias : S’ils [les Spartiates] sont tant valeureux, l’exercice en est la cause, bien plus que leur nature61. Il faut cependant remarquer que les cas de claudication connus sont imputables soit à des accidents en cours de formation soit à des blessures de guerre. Le regard de Xénophon et de Plutarque met néanmoins l’accent sur la difficile insertion des estropiés dans le cadre d’une société soumise à des impératifs de tensions intérieures puis d’exercice de l’hégémonie. Sparte n’est certes pas une société militaire ou militarisée, selon l’expression de S. Hodkinson62. Nombre d’institutions et de pratiques sociales font toutefois de la cité un ensemble dont l’homogénéité se nourrit pour une large part de la guerre ou de sa perspective dans une rationalité qui assure la pérennité du corps des citoyens, tout en facilitant, voire en suscitant, son adaptation. Plus qu’ailleurs cette tension vers la guerre a façonné l’image d’un corps vigoureux, résistant, contrôlé et dont la reproduction devait obéir à des normes strictes néanmoins tempérées par les exigences politiques et sociales.

Haut de page

Bibliographie

Beaumont, L.A., 2012, Childhood in Ancient Athens. Iconography and Social History, New York.

Bernard, N., 2003, Femmes et société dans la Grèce classique, Paris.

Bommelaer, J.-F., 1981, Lysandre de Sparte, histoire et traditions, Paris-Athènes.

Bonnard, J.-B., 2005, Les pères meurtriers de leur fils, dans J.-M. Bertrand (dir.) La violence dans les mondes grec et romain, Paris, p. 287-305.

Bourrou, C. et Themelis, P., 2010, Child burials at Ancient Messenia, dans A.-M. Guimier-Sorbets et Y. Morizot (dir.), L’enfant et la mort dans l’Antiquité, 1, nouvelles recherches dans les nécropoles grecques, Paris, p. 111-128.

Bresson, A., 1990, Le cercle des οικεῖοι à Sparte, dans M.-M. Mactoux et E. Geny (éd.), Mélanges Pierre Lévêque, 5, Besançon, p. 53-59.

Brisson, L. et Pradeau, J.-F, 2006, Les Lois. Platon, Paris.

Brulé, P., 1990, Enquête démographique sur la famille grecque antique. Étude de listes de politographie d’Asie Mineure hellénistique, REA, 92, p. 233-258.

Brulé, P., 1992, Infanticide et abandon d’enfants. Pratiques grecques et comparaisons anthropologiques, DHA, 18, p. 53-90.

Brulé, P., 2007, La Grèce d’à côté. Réel et imaginaire en miroir en Grèce antique, Rennes, p. 21-45.

Brulé, P., 2009, L’exposition des enfants en Grèce antique : une forme d’infanticide, Enfance et psy, 44, p. 19-28.

Cantarella, E., 2000, Les peines de mort en Grèce et à Rome, Paris.

Carlier, P., 1984, La royauté en Grèce avant Alexandre, Strasbourg.

Cartledge, P., 1987, Agesilaos and the Crisis of Sparta, Londres.

Cazevitz, M., 2008, Xénophon. Constitution des Lacédémoniens, Agésilas, Hiéron, Paris.

Chantraine. P., 1968-1980, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris (2e éd. 2009).

Christien, J., 1993, Les bâtards spartiates, dans M.-M. Mactoux et E. Geny (éd.), Mélanges Pierre Lévêque, 7, Besançon, p. 33-40.

Christien, J., 1997, Les temps d’une vie. Sparte, une société à classe d’âge, Métis, 12, p. 45-79.

Christien, J. et Ruzé, F., 2003, Sparte. Géographie, mythes et histoire, Paris.

Coat, A., 1882, La poésie alexandrine sous les trois premiers Ptolémée (324-222 av. J.-C.), Paris.

Corvisier, J.-N., 1985, Santé et société en Grèce ancienne, Paris.

Couve, L. et Bourguet, E., Inscriptions inédites du mur polygonal de Delphes, BCH, 17, 1893, p. 383-384.

Cozzoli, U., 1979, Proprietà fondiaria ed esercito nelle stato spartano dell’età classico, Rome.

Delcourt, M., 1938, Stérilités mystérieuses et naissances maléfiques dans l’Antiquité classique, Liège-Paris.

Der neue Pauly. Enzyklopädie des Antike, Stuttgart, 1996-2003.

Detienne, M. et Vernant, J.-P., 1978 [1974], Les ruses de l’intelligence, Paris.

DK : Diels, H. et Kranz, W., 1934-1937, Die Fragmente des Vorsokratiker, Berlin.

Dimauro, E., 2008, Re contro. La rivaltà dinastica a Sparta fino al regno di Agide II, Alexandrie.

Ducat, J., 1983, Le citoyen et le sol à Sparte à l’époque classique, dans Hommage à Maurice Bordes, Nice-Paris, p. 143-166.

Ducat, J., 2006, Spartan Education. Youth and Society in the Classical Period, Swansea.

Dumont, J.-P., 1988, Les Présocratiques, Paris.

Evans Grubb, J., 2013, Infant exposure and infanticide, dans J. Evans Grubbs, T. Parkin et R. Bell, Childhood and Education in the Classical World, Oxford, p. 83-107.

Figueira, T., 2004, The nature of the Spartan kleros, dans T. Figueira (éd.), Spartan Society, Swansea, p. 47-76.

Garland, R., 2010, The Eye of the Beholder. Deformity and Disability in the Graeco-Roman World, Bristol.

Gernet, L., 1968, Anthropologie de la Grèce antique, Paris, p. 302-329 (reprise d’un article de la REG, 37, 1924).

Gherchanoc, Fl., 1998, Le lien filial dans l’Athènes classique : pratiques et acteurs de sa reconnaissance, Métis, 13, p. 319-346.

Glotz, G., 1873-1919, sv expositio (T2/1) et infanticidium (T3), dans Daremberg et Saglio, Dictionnaire des antiquités grecques et romaines, Paris.

Golden, M., 1990, Childhood in Classical Athens, Baltimore-Londres.

Gran-Aymerich, E., 2001, Dictionnaire biographique d’archéologie, 1798-1945, Paris.

Gray, V., 1981, Dialogue in Xenophon’s Hellenica, CQ, 31, p. 321-334.

Grmek, M.D., 1983, Les maladies à l’aube de la civilisation occidentale, Paris.

Grmek, M.D. et Gourevitch, D., 1998, Les maladies dans l’art antique, Paris.

Hodkinson, S., 2000, Property and Wealth in Classical Sparta, Swansea-Londres.

Hodkinson, S., 2006, Was Classical Sparta a military society?, dans S. Hodkinson et
A. Powell (éd.),
Sparta and War, Swansea, p. 111-162.

Huys, M., 1996, The Spartan practice of selective infanticide and its parallels in ancient utopia tradition, AncSoc, 27, p. 47-74.

IC IV: Guarducci, M., 1950, Inscriptiones Creticae. Tituli Gortinyi, Rome.

Jouanna, J., 1992, Hippocrate, Paris.

Kennel, N., 1995, The Gymnasium of Virtue. Education and Culture in Ancient Sparta, Swansea.

Letoublon, F., 2003, Les récits de la fondation de Cyrène, dans G. Lachenaud et D. Longrée (dir.), Grecs et Romains aux prises avec l’histoire. Représentations, récits et idéologie, 1, Rennes, p. 177-188.

Lévy, E., 2003, Sparte. Histoire politique et sociale jusqu’à la conquête romaine, Paris.

Liston, M.A. et Rotroff, S.J., 2013, Babies in the well: Archaeological evidence for newborn disposal in Hellenistic Greece, dans J. Evans Grubbs et T. Parkin (éd), Childhood and Education in the Classical World, Oxford, p. 62-82.

LSAM : Sokolowski, F., 1955, Lois sacrées de l’Asie Mineure, Paris.

Lupi, M., 2000, L’ordine delle generazioni, classi di età e costumi matrimoniali nell’antica Sparta, Bari.

Luppino, E., 1991, Agesilao re di Sparta : immagine et realtà, dans M. Sordi (éd.) L’immagine dell’uomo politico : Vita pubblica e morale nell’antichità, Milan, p. 89-107.

MacDowell, M., 1986, Spartan Law, Édimbourg.

Millender, E., 2009, The Spartan dyarchy : a comparative perspective in Sparta, dans S. Hodkinson, Sparta. Comparative Approaches, Swansea, p. 1-67.

Ministère de la culture, Kaiadas, site http://www.odysseus.culture.gr/h/2:gh251.jsp?obj_id=9905 (en anglais). Consulté le 12 août 2015.

Musti, D., 1991, Pausania. Guida della Grecia Libro IV, la Messenia, Milan.

Ogden, D., 2002, Aristomenes of Messene. Legend of Sparta’s Nemesis, Swansea.

Patterson, C., 1985, Not worth the rearing: The causes of infant exposure in Ancient Greece, TAPHA, 115, p. 103-123.

Pellegrin, P., 1993, Aristote. Les politiques, traduction et présentation, Paris.

Perentidis, S., 2002, Réflexions sur la polyandrie à Sparte dans l’Antiquité, dans S. Pérentidis (éd.), Pratiques de mariage et nuances de continuité dans le monde grec, Montpellier,
p. 79-113.

Pitsios, T., 2009, Kaiadas, site http://www.metafysico.gr (en grec), mis en ligne le 26 août 2009, consulté le 12 août 2015.

Richer, N., 1998, Les éphores. Études sur l’histoire et l’image de Sparte (viiie-iiie siècles avant Jésus-Christ), Paris.

Ricl, M., 2009, Legal and social status of threptoi and related categories in narrative and documentary sources, dans H.M. Cotton et al., From Hellenism to Islam. Cultural and Linguistic Change in the Roman Near East, Cambridge, p. 93-114.

RE: Realencyclopädie der classischen Altertumswissenschaft, Stuttgart, 1894-1980.

Roesch, P., 1984, Médecins publics dans les cités grecques, Histoire des Sciences médicales, 18, 3, p. 279-293.

Roussel, P., 1939, Sparte, Paris.

Roussel, P., 1943, L’exposition des enfants à Sparte, REA, 45, p. 5-17.

Samama, E., 2003, Les médecins dans le monde grec. Sources épigraphiques sur la naissance d’un corps médical, Genève.

Samama, E., 2010, Bons pour le service : les invalides au combat dans le monde grec, dans F. Collard et E. Samama (éd.), Handicap et société dans l’histoire. L’estropié, l’aveugle et le paralytique de l’Antiquité aux temps modernes, Paris, p. 27-48.

Samama, E., 2017, La médecine de guerre en Grèce ancienne, Turnhout.

Schmidt, M., 1983-84, Hephaistos lebt. Untersuchungen zur Frage der Behandlung behinderter Kinder in der Antike, Hephaistos 5-6, p. 133-161.

Tamiolaki, M., 2014, À l’ombre de Thucydide ? Les discours des Helléniques et l’influence thycididéenne, dans P. Pontier (éd.), Xénophon et la rhétorique, Paris, p. 121-138.

Themelis, P., 1984, Kaiadas, AAA, 15, 2, p. 183-201.

Themos, A. et Zannou, E., 2010, Recent finds of child burial in the area of Ancient Sparta from protogeometric to Roman Time, dans A.-M. Guimier-Sorbets et Y. Morizot (dir.), L’enfant et la mort dans l’Antiquité, 1, nouvelles recherches dans les nécropoles grecques, Paris, p. 227-241.

Titli, C., 2010, Surpopulation et exposition d’enfant chez Aristote : à propos d’un passage de la Politique, Camenulae, 4, p. 1-10.

Vattuone, R., 2008, Hétoimaridas : note di politica interna a Sparta in età classica, dans C. Bearzot et F. Landucci (éd.), Partiti e fazioni nell’esperienza politica greca, Milan, p. 131-152.

Vernant, J.-P., 2001 [1974], Le tyran boiteux d’Œdipe à Périandre, dans J.-P. Vernant et P. Vidal-Naquet, Mythe et tragédie en Grèce ancienne, Paris, p. 45-69.

Van Effenterre, H. et Ruzé, Fr., 1995, Nomima. Recueil d’inscriptions politiques et juridiques de l’archaïsme grec, 2, Droit et société, Rome.

Viljoen (van V.), G., 1959, Plato and Aristote on the exposure of infants at Athens, AClass, 2, p. 58-69.

Willets, R.F., 1965, The Law Code of Gortyne, Berlin.

Haut de page

Notes

1 Sauf mention contraire, les traductions sont celles de la CUF.

2 Glotz, 1873-1919, T2/1 sv expositio, T3 sv infanticidium ; Delcourt, 1938, p. 37-41 ; Roussel, 1943, critique l’ouvrage de Delcourt ; Lupi, 2000, p. 114-137.

3 Parmi les lois constitutives du régime de bonnes lois (eunomia) du législateur, Hérodote cite la réforme militaire, les syssities, l’éphorat et la Gérousia.

4 Sur les rapports entre réalité et utopie, et sur l’influence exercée par Platon et Aristote sur Plutarque, voir, par exemple, Viljoen, 1959 ; Huys, 1996.

5 Pellegrin, 1993. Outre les deux art. cités, Titli, 2010, évoque brièvement Sparte.

6 Chantraine, s v πηρός. Voir la contribution de Yannick Muller.

7 Patterson, 1985, p. 11 3-114 ; MacDowell, 1986, p. 51-54 ; Bernard, 2003, p. 24-31 ; Christien, Ruzé, 2007, p. 115-116 ; Garland, 2010, p. 14.

8 Huys, 1996, p. 66-67 ; Ducat, 2006, p. 28.

9 Kennel, 1995, p. 24-25.

10 Ducat, 2006, p. 27-28.

11 Christien, 1997, p. 51-52.

12 La sage-femme, donc, après avoir reçu le nouveau-né, le posera d’abord à terre après avoir regardé si c’est un garçon ou une fille. […] Qu’elle se rende compte ensuite si l’enfant vaut ou non la peine qu’on l’élève.

13 Roussel, 1939, p. 34, 38 ; Christien, 1997, p. 50-55 ; Christien, Ruzé, 2007, p. 54-55.

14 Sur la propriété foncière à Sparte : Cozzoli, 1979, p. 10-38 ; MacDowell, 1986, p. 89-110 ; Ducat, 1983 ; Hodkinson, 2000 ; avec une interprétation différente, Figueira, 2004 ; mise au point de Christien, Ruzé, 2007, p. 76-88.

15 Chantraine, sv πήγνυμι La sage-femme de Soranos s’assurera de la bonne constitution de toutes ses parties, de ses membres et des organes des sens, de la libre ouverture des orificesoreilles, narines, pharynx, urètre, anus –. […] Les articulations devront fléchir et s’ouvrir, avoir la taille, la conformation et toute la sensibilité désirable. […] Les signes contraires à ceux qui viennent d’être dits révèlent l’inaptitude. (Maladies des Femmes, 2.5).

16 Chantraine, sv γίγνομαι.

17 Lupi, 2000, p. 115-137.

18 Pour plus amples développements : Christien, 1993 ; Perentidis, 2002.

19 Tr. Brisson, Pradeau, 2006.

20 Dans plusieurs mythes, les nouveau-nés sont exposés en montagne, dans des cavités, grottes ou gouffres : voir Bonnard, 2005, p. 296.

21 RE 1, col.188. Musti, 1991, p. 232, signale que « selon une tradition discutable [on y jetait] les nouveau-nés malformés ».

22 Der neue Pauly, 6, sv Καιάδας.

23 La précipitation de malfaiteurs dans un gouffre, une crevasse ou un ravin, peut être rapprochée de celle des ambassadeurs envoyés par Darius à Athènes et Sparte. D’après Hérodote (7.133), les Athéniens les avaient jetés dans le Barathre et les Spartiates dans un puits. Selon Stéphane de Byzance, sv κῶς, existait à Corinthe une excavation qui servait de prison. Voir Gernet, 1968, p. 309-311.

24 Voir aussi Polyen, 2.31.2c et Pline, Hist.Nat. 11.185. Ogden, 2002, p. 26-28, 78-79 (n.11).

25 Cantarella, 2000, p. 85.

26 Coat, 1882, p. 344-346, publia la note d’O. Rayet (n.2). Sur O. Rayet : Gran-Aymerich, 2001, sv Rayet, Olivier, p. 565-67.

27 Themelis, 1984 ; Pritchett, 1985, p. 58-60, signale les recherches.

28 Site du Ministère grec de la Culture, 2007.

29 Pitsios dans Themelis, 1984, p. 187-194 et interview en ligne, 2009. Remerciements à D. Gondicas pour la référence.

30 Sparte : Themos, Zannou, 2010 ; Agora d’Athènes : Liston, Rotroff, 2013 ; Messène : Bourbou, Themelis, 2010, p. 113.

31 Gherchanoc, 1998, p. 320, n. 39.

32 Gortyne, IC IV 72, col.III.45-50, col.IV.15-17. Voir Willets, 1965, p. 29-33 ; Van Effenterre, Ruzé, 1995, T2, n° 34, et p. 124-126. Delphes : Couve, Bourguet, 1893, n° 80, p. 383-384. Smyrne : LSAM 84. Ptolemais, LSAM 119.

33 Brulé, 1990 ; 2007 ; 2009. Remarques dans Golden, 1990, p. 87, 94, 135 et Beaumont, 2012, p. 60, 90-92.

34 Le statut juridique et social des threptoi, à propos desquels on connaît 1200 inscriptions, papyri et textes littéraires fait l’objet d’une mise au point par Ricl, 2009.

35 Carlier, 1984, p. 246-248.

36 Chantraine, sv χωλός

37 Voir Bresson, 1990.

38 Voir aussi Pollux, 3.48, 8.40 et Stobée, Anthologie, 22, 16.

39 Pour plus amples analyses : MacDowell, 1986, p. 73-75 et Richer, 1998, p. 457-459.

40 Dimauro, 2008, p. 176-177, attire l’attention sur ce passage.

41 Voir Luppino, 1991, p. 93-95.

42 Cartledge, 1987, p. 20-21, 112-113 ; repris par Garland, 2010, p. 40.

43 Chantraine, sv πταίω et πηρός.

44 Samama, 2010, p. 38-39 et n. 51, incline pour l’accident, comme Lévy, 2003, p. 188, n. 58. Voir aussi, pour les accidents, luxations et fractures en cours d’entraînement, Corvisier, 1985, p. 56, 172-173.

45 Jouanna, 1992, p. 533-34, pour la datation. Les rares descriptions ostéo-archéologiques de pieds bots ne permettent guère de trancher entre pied bot congénital et état pathologique lié à un accident : Grmek, 1983, p. 112. Les représentations iconographiques sont rares et ont trait à Héphaistos : Grmek, Gourevitch, 1998, p. 282-287. D. Gourevitch précise que cette « attitude vicieuse permanente du pied », qui est « contracté et dévié », peut être acquise. Voir aussi Schmidt, 1983-84.

46 Roesch, 1984, p. 283. Selon Samama, 2003, n° 034-42, il existait des médecins ou masseurs-médecins attachés aux gymnases. Platon mentionne qu’Hérodikos de Sélymbria eut le premier l’idée d’allier la gymnastique à la médecine (Rep. 3.406a), mais il faut attendre l’époque hellénistique pour avoir peut-être trace d’un médecin de gymnase à Sparte (037).

47 Sur les dialogues dans les Helléniques, voir Gray, 1981, et Tamiolaki, 2014, p. 135-136.

48 Carlier, 1984, p. 240-242 ; Cartledge, 1987, p. 100-103 ; Lévy, 2003, p. 164-166 ; Christien, Ruzé, 2003, p. 59-61. Remarques de Millender, 2009.

49 Voir Lupi, 2000, p. 119-121. Sur l’intérêt et les raisons qu’eut Lysandre de soutenir Agésilas : Bommelaer, 1981, p. 55-56, 174-176 et Dimauro, 2008, p. 178-180.

50 Carlier, 1984, p. 248.

51 Voir aussi Lys. 22.10, 11-12 et Des oracles de la Pythie, 399B.

52 Vernant, 2001 [1974] ; Detienne, Vernant, 1978 [1974], p. 257-260 ; Lupino, 1991, p. 92, n. 14.

53 Hérodote est le premier à parler de Codros, 1.147, 5.65, 9.97. Lycurgue, Contre Léocratès, donne une version détaillée de l’arrivée de Codros à Athènes. Élien, Hist.Var. 8.5, relate le conflit mais ne signale pas la boiterie de Médon. Cf. Carlier, 1984, p. 360-362.

54 Carlier, 1984, p. 399.

55 Vernant, 2001, p. 56-57. Interprétation différente de Delcourt, 1938, p. 110-111. Bonnard, 2005, p. 293-295. Sur l’iconographie d’une quarantaine de vases corinthiens des années 630-570 consacrés à la représentation de boiteux, voir Ziskowski, 2012, p222, 224-26, 230-32.

56 Sur les deux Battos : Letoublon, 2003.

57 Vattuone, 2008 ; Christien, Ruzé, 2007, p. 202-203.

58 On sait que Thémistocle envisagea de confier la garde des remparts du Pirée nouvellement construits à quelques hommesles plus inaptes – (Thc. 1.96.6)

59 Samama, 2010, p. 34-37.

60 Casevitz, 2008.

61 Stobée, Florilège 3.29.11, DK, B9. Tr. Dumont, 1988, Critias B9, p. 1139.

62 Voir Hodkinson, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jeannine Boëldieu-Trevet, « Des nouveau-nés malformés et un roi boiteux : histoires Spartiates », Pallas, 106 | 2018, 213-228.

Référence électronique

Jeannine Boëldieu-Trevet, « Des nouveau-nés malformés et un roi boiteux : histoires Spartiates », Pallas [En ligne], 106 | 2018, mis en ligne le 23 août 2018, consulté le 15 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/pallas/5737 ; DOI : 10.4000/pallas.5737

Haut de page

Auteur

Jeannine Boëldieu-Trevet

EA 1163, CRHIA, Université de Nantes
jigeboeldieu[at]orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals