Navigation – Plan du site
Handicaps, malformations et infirmités dans l’Antiquité
Le corps handicapé, malformé et infirme

Infirmité et mutilation corporelle en Grèce ancienne : le cas de la famille étymologique de πηρός

Disability and Mutilation in Ancient Greece: a case-study of πηρός and its derivation
Yannick Muller
p. 289-308

Résumés

Le vocabulaire de la mutilation corporelle en grec ancien recoupe celui d’autres formes d’altération du corps. C’est notamment le cas de l’infirmité : l’objet de la présente étude est d’étudier le cas de la famille étymologique de πηρός qui démontre la proximité sémantique entre la privation de l’usage d’un membre et l’absence physique complète de celui-ci. Ainsi, par l’analyse lexicale des occurrences des termes formés sur πηρός, on constate que les philosophes et les auteurs post-classiques considèrent volontiers certaines mutilations comme des infirmités et vice-versa. Ce constat révèle l’imbrication étroite entre les concepts d’infirmité et de mutilation dans l’esprit des Anciens.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je remercie Annie Allély de m’avoir invité à cette journée d’étude qui m’a permis de présenter un p (...)
  • 2 Voir Edwards, 1995, p. 11-43. Il s’agit de sa thèse présentée sous son nom de naissance et qui cont (...)
  • 3 En témoigne la définition de χωλός par Aélius Dionysos d’Halicarnasse, Ἀττικῶν ὀνομάτων λόγοι πέντε(...)
  • 4 Ce sont d’ailleurs les infirmités de la vue, l’ouïe et la parole que retient Hésyschios, Lexicon, s (...)
  • 5 Chantraine, 2009 [1968], p. 865-866.

1Cette étude s’inscrit dans le cadre de mes recherches de doctorat consacrées à la mutilation corporelle en Grèce ancienne1. Un des questionnements qui s’est alors posé en étudiant la perception qu’avaient les Grecs de la modification corporelle a été celui du lien sémantique entre l’infirmité et la mutilation. En effet, si l’infirmité relève de déficiences physiques qui ne sont pas nécessairement consécutives à une mutilation, les situations humaines montrent que les deux formes d’altération du corps se recoupent parfois : un amputé est un infirme, au même titre que le malvoyant, le muet ou le sourd. Le lexique employé le confirme d’ailleurs : pour ne citer qu’un exemple, on parle tout aussi bien de mutilés, d’invalides ou d’infirmes de guerre. Qu’en était-il en Grèce ancienne ? Le vocabulaire de l’infirmité en grec ancien n’a pas encore fait l’objet d’une étude complète : la thèse de Martha L. Edwards-Rose, précurseur dans le domaine du handicap en Grèce ancienne, comporte quelques pages assez générales sur la terminologie technique et la thèse de Jocelyne Peigney consacrée à l’altération du corps lui accorde un peu plus de place, mais ces travaux demeurent très circonscrits et non publiés2. Les deux plus importantes familles étymologiques exprimant de manière générique l’infirmité corporelle sont celles dérivant des adjectifs χωλός et πηρός. Mais il y a une nuance : si la première famille concerne surtout les infirmités de la jambe – ou du pied – et de la main3, la seconde caractérise de manière générale plusieurs formes d’infirmité – de la boiterie à la cécité, en passant par la perte de la parole ou de l’ouïe4. En outre, comme le relève Pierre Chantraine, ce dernier groupe comporte de nombreux mots formés sur πηρός qui ont également exprimé la mutilation du corps5. Il s’agit même du sens premier qu’il donne au verbe πηρόω, en relevant en outre que le terme πηρότης désigne la mutilation en grec byzantin. Il y a effectivement quelques passages de la littérature ancienne où ces termes sont explicitement associés à l’ablation d’une partie du corps. Mais c’est surtout la littérature philosophique qui montre que, dans l’esprit des penseurs grecs, l’infirmité est une privation de l’intégrité physique au même titre que ce que nous entendons par « mutilation ». C’est cet aspect que je vous propose d’illustrer ici à travers un tour d’horizon des emplois des mots de cette famille dans la littérature grecque jusqu’au début de l’époque impériale.

  • 6 Homère, Iliade, II, 599.
  • 7 Voir par exemple Euripide, Rhésos, 924 (κἀτυφλώσαμεν).
  • 8 Cf. par exemple Latacz, 20102 [2003], p. 193 ; Kirk, 1985, p. 217, considère qu’il s’agit de l’expr (...)
  • 9 Ésope, Fables, 54 (L’Aveugle), 105 (La Biche) et 255 (Les Voyageurs et le Corbeau) Chambry.
  • 10 Aristophane, Les Grenouilles, 623-624 : Δίκαιος ὁ λόγος· κἄν τι πηρώσω γέ σοι / τὸν παῖδα τύπτων, τ (...)

2À l’instar de χωλός, πηρός fait son apparition dès les poèmes homériques : il est utilisé pour exprimer ce que les Muses font subir à Thamyris le Thrace pour avoir eu l’orgueil de se croire supérieur à elles : « et elles dans leur colère en firent un pèros (αἱ δὲ χολωσάμεναι πηρὸν θέσαν) »6. La tradition postérieure nous apprend qu’elles l’ont aveuglé7, même si la suite du vers homérique n’évoque que la privation de son aptitude à chanter et à jouer de la cithare. On a d’ailleurs pu penser qu’ici πηρός ne se rapportait qu’à la parole et au chant8. Cependant, dans la poésie ésopique, l’adjectif, πηρός, le verbe, πηρόω, et le substantif, πήρωσις, ne sont employés que pour caractériser la cécité : il y est question d’un ἀνὴρ πηρός, « un homme infirme » sans autre précision, mais la suite ne laisse aucun doute sur son état ; d’une biche « infirme de l’un des yeux (πηρωθεῖσα τὸν ἕτερον τῶν ὀφθαλμῶν) » ; et d’un corbeau « infirme de l’un des yeux (τὸν ἕτερον τῶν ὀφθαλμῶν πεπηρωμένος) »9. Certes la datation de ces textes est difficile, ce qui rend leur exploitation problématique. En dehors de ces derniers exemples, le verbe πηρόω n’apparaît dans les sources conservées qu’avec Aristophane, où il désigne le résultat que des coups portés sur un esclave auront sur son corps : « Ta parole est juste ; et si d’aventure je rends infirme (πηρόσω) de quelque manière ton esclave en le frappant, l’argent te sera versé »10.

  • 11 Le mot aurait été employé par les Atticistes au ier siècle av. J.-C. à en croire Aelius Hérodien (D (...)
  • 12 Hippocrate, Des Maladies des femmes, ΙΙ, 131 (L. VIII, 280) : πηραὶ τὰ σκέλεα πολλάκις γίνονται. Le (...)
  • 13 Peut-être chez Asclépiade de Tragile (FGrHist 12 F 30 = scholie à Homère, Odyssée, XII, 69), mythog (...)
  • 14 Philon d’Alexandrie, Legum allegoriarum, III, 92 : πηρὸν καὶ τυϕλὸν πρᾶγμα ; 109 : πηρὸς […] τυϕλῷ (...)
  • 15 Philon, De fuga et inventione, 165 ; De vita Mosis, I, 124.
  • 16 Philon, De somnis, I, 27.
  • 17 Philon De ebrietate, 6 au sens figuré qualifiant une ignorance.
  • 18 Philon, Hypothetica sive Apologia pro Judaeis, 194 : πτωχοῖς καὶ πηροῖς.
  • 19 Par exemple, Plutarque, Sur l’éducation des enfants, 14, 11 c où il est toujours associé à un dysfo (...)
  • 20 [Aelius Hérodien], Ἐπιμερισμοί, p. 109-110 ; p. 179 ; p. 248 Boissonade, explicite πηρός par ὁ τυϕλ (...)
  • 21 Diogène Laërce, Vies des philosophes illustres, VII, 52 : « la constitution relative aux organes de (...)
  • 22 Par exemple, Artémidore, L’Interprétation des rêves, III, 51, 8 : « Je connais un estropié du pied (...)
  • 23 Comme πηρόω ou τὸ πήρωμα, voir infra.

3L’adjectif πηρός disparaît de la littérature classique et hellénistique conservée11 à l’exception d’un exemple de la littérature hippocratique12, de quelques œuvres poétiques hellénistiques qui trouvent leur inspiration dans les sujets mythologiques13 et de Philon d’Alexandrie qui en fait un emploi important. Ce dernier le combine souvent à τυφλός14 ou au contraire l’oppose à la vue15, voire à la déficience de l’un des sens en général16, parfois de manière concrète, mais également souvent de manière abstraite17. Il désigne aussi l’infirmité en général quand il l’associe avec πτωχός18. Πηρός ressurgit à l’époque impériale sans jamais devenir d’usage très courant et il est alors souvent associé à la cécité19 : dans les Ἐπιμερισμοί, recueil d’étymologie du pseudo-Hérodien, il est d’ailleurs défini comme un synonyme de τυφλός20. Mais, il caractérise parfois une autre infirmité de sens21 ou celle de la jambe22. On retrouve ces trois sens avec les autres mots de cette famille23.

  • 24 Hérodote, L’Enquête, I, 167 où le mot est associé à διάστροφος et à ἀπόπληκτος ; 196 pour qualifier (...)
  • 25 Selon nous, ἀνα- introduit ici l’idée que l’infirmité est physique, de bas en haut, c’est-à-dire qu (...)
  • 26 Platon, Criton, 53 a.
  • 27 Platon, Les Lois, IX, 874 e.
  • 28 Ésope, Fables, 255 (Les Voyageurs et le Corbeau) Chambry : τὴν ἰδίαν πήρωσιν.
  • 29 Platon, Les Lois, XI, 925 e.
  • 30 On retrouve ainsi une association analogue chez Diodore, III, 13, 3 : « ni malade, ni estropié (οὐκ (...)
  • 31 Platon, Éthique à Eudème, 1248 b.

4Formé sur πηρός, l’adjectif ἔμπηρος, qui peut se substantiver, désigne ce qui est « invalide », « infirme » ou « estropié ». Employé par Hérodote en association avec des termes qui marquent une défectuosité physique imprécise tels qu’ἄμορφος, « difforme » ou διάστροφος, « tordu », il disparaît peu à peu de la littérature conservée24 au profit d’ἀνάπηρος25. Ce dernier terme est particulièrement utilisé pour qualifier le groupe social des infirmes ou invalides : ainsi Platon distingue « les boiteux, les aveugles et les autres infirmes (οἱ ἄλλοι ἀνάπηροι) »26. Ici, le dernier ensemble apparaît comme une catégorie plus large à laquelle les deux premières appellations, au handicap plus spécifique, appartiennent. Dans Les Lois, il distingue également « les blessures et les infirmités (τραύματα δὴ καὶ πηρώσεις) »27, ce qui introduit un autre clivage, entre ce qui relève d’une atteinte provisoire au corps, la blessure, et ce qui le marque plus profondément, l’infirmité irréversible. Il s’agit de la première occurrence du substantif ἡ πήρωσις en dehors d’un vers ésopique28. Un peu plus loin, dans le même ouvrage, il associe « maladies et infirmités (νοσήματα καὶ πηρώσεις) »29, c’est-à-dire un état qui comprend des manifestations symptomatiques et une modification irréversible du corps. Ce couple de termes connaît une longue postérité, notamment dans la philosophie stoïcienne30. Enfin, Aristote évoque « l’individu faible et infirme (ὁ ἀσθενὴς καὶ ἀνάπηρος) » qui ne pourrait porter « les vêtements de le l’homme sain et ceux de l’homme complet (τοῖς τοῦ ὑγιοῦς καὶ τοῖς τοῦ ὁλοκλήρου κόσμοις) »31 : on trouve pour la première fois exprimée ici l’opposition entre les mots de cette famille et le principe de complétude. L’idée sous-entendue est que l’ἀνάπηρος a des vêtements adaptés, indiquant que son corps n’est plus celui d’un homme sain.

5Après le passage progressif de πηρός à ἀναπήρος, les textes du ive siècle av. J.-C. révèlent pleinement la grande richesse de termes de la famille étymologique de πηρόω dans des usages et des contextes les plus variés.

  • 32 Platon, Phèdre, 257 a.
  • 33 Par exemple Platon, Phèdre, 257 a, à propos de l’amour, ou La République, VII, 535 e où il est ques (...)
  • 34 Lysias, XXIV (Pour l’invalide), 13 : « Il l’a emporté tant en impudence sur tous les hommes, qu’il (...)
  • 35 Eschine, I (Contre Timarque), 183.
  • 36 Démosthène, XVIII (Sur la couronne), 67 : πεπηρωμένον. Même usage chez Plutarque, Vie de Pompée, 64 (...)
  • 37 Plutarque, Vie de Solon, 31, 3. Par ailleurs, il est probable que Plutarque, dans son choix du verb (...)
  • 38 Voir Plutarque, Vie d’Alexandre, 71, 2 : τοὺς ἀσθενεῖς καὶ πεπηρωμένους ; Arrien, Anabase d’Alexand (...)

6En effet, la seule œuvre de Platon regroupe presque tous les mots que le grec ancien a construits autour de πηρός : πηρόω, ἀναπηρόω, ἀνάπηρος et ἡ πήρωσις, dans les contextes les plus variés, y compris de manière figurée. Ainsi, dans le Phèdre, il est question de l’« art de l’amour » – ἐρωτικὴ τέχνη – et Socrate de dire à Phèdre : « ne va pas me l’enlever ou de colère la rendre infirme (μήτε ἀφέλῃ μήτε πηρώσῃς δι’ ὀργήν) »32. Le philosophe de l’Académie est très friand de ce type de vocabulaire qui permet à Socrate toutes sortes d’images et de métaphores33, mais il s’inscrit tout à fait dans son temps quant aux usages. Par exemple, dans le plaidoyer de Lysias Sur l’invalide, on trouve ἀνάπηρος pour qualifier le bénéficiaire de l’indemnité due aux infirmes34. À propos d’une loi de Solon relative à la femme adultère qui fréquenterait les cérémonies religieuses ou qui se parerait malgré l’interdiction qui lui en ait faite, Eschine précise qu’il est permis de la frapper mais pas de la « rendre infirme (ἀνάπηρον ποιῆσαι) »35. Enfin, Démosthène se sert du verbe simple πηρόω pour décrire l’état des jambes de Philippe II36. C’est d’ailleurs le même verbe que choisit Plutarque pour évoquer une autre loi – qu’il attribue à Pisistrate – prévoyant d’entretenir sur le trésor public « les infirmes de guerre (τοὺς πηρωθέντας ἐν πολέμῳ) »37. L’usage ultérieur le consacre pour la désignation de ce qu’on appelle communément les « mutilés de guerre »38.

  • 39 Hippocrate, Sur les articulations, 60-61 (L. IV, 260).
  • 40 Hippocrate, Des Maladies, I, 1 (L. VI, 140) : ἢ ἔμπηρόν τι τοῦ σώματος γενέσθαι, ἢ μὴ ἔμπηρον.
  • 41 Hippocrate, Des Maladies, I, 3 (L. VI, 144) : ὄμματα δὲ πηροῦνται καὶ ἀκοήν.
  • 42 Hippocrate, Des Maladies des femmes, II, 133 (L. VIII, 280) : πεπηρωμένον τὸ στόμα τῶν ὑστερέων εἶν (...)
  • 43 Hippocrate, Du fœtus de sept mois ou de huit mois, 5 (L. VII, 444).
  • 44 Hippocrate, De la génération, 10 et 11 (L. VII, 484-486) : τὸ δὲ πηρωθέν ; πηρωθῆναι ; πηροῦται ; ἐ (...)
  • 45 Par transmission dans le sperme dont les composantes proviennent de toutes les parties du corps.

7Cependant, il est difficile de bien circonscrire ces vocables, car ils s’appliquent tout autant à l’aveuglement intentionnel qu’à la boiterie ou encore à des infirmités aux contours plus flous. Les traités hippocratiques n’apportent pas beaucoup de précisions : dans celui consacré aux articulations, l’auteur se sert de πηρόω et du substantif ἡ πήρωσις à propos des conséquences négatives à la suite de luxations. Il précise d’ailleurs que les « infirmités », αἱ πηρώσιες, résultent des dislocations non réduites39. Ce sont les seules occurrences de ce mot dans le corpus. De même, on ne trouve l’adjectif ἔμπηρος, « invalide » que dans le premier livre des Maladies, où il s’applique aux parties du corps dans un contexte très général40. Le verbe πηρόω est plus fréquent, tout en restant circonscrit à certaines affections. Dans le dernier traité évoqué, il exprime la perte de la vue ou de l’ouïe41. Dans les Maladies des femmes, il désigne l’atrophie du col de l’utérus et l’adjectif πηρός y caractérise l’infirmité des jambes consécutive, chez les femmes, à un déplacement du même organe42. Enfin, πηρόω apparaît aussi pour décrire les conséquences d’une croissance anormale du fœtus. L’auteur de l’opuscule consacré au développement embryonnaire explicite ce qui doit être entendu par τὸ πηρωθέν, « le fait d’être infirme » : l’enfant né devient « boiteux, aveugle ou autre chose comprenant une partie défectueuse (χωλὸν ἢ τυφλὸν ἢ ἄλλο τι κακὸν ἔχον) »43. Les causes sont diverses : le plus souvent cela fait suite à une contusion ou à une étroitesse de l’utérus, mais c’est aussi parfois que les parents sont eux-mêmes infirmes d’un membre44. Le principe est alors que de parents estropiés peuvent naître des enfants avec une incapacité identique : « cela ne me semble pas une chose étonnante qu’il [l’enfant] soit aussi infirme, comme son père (οὐ θαῦμα δέ μοι δοκέῖ εἶναι καὶ πηρωθῆναι, καθάπερ ὁ τοκεύς) »45.

  • 46 Voir Chantraine, 2009 [1968], p. 536. C’est aussi le choix des traducteurs de la Collection des Uni (...)
  • 47 Aristote, De la génération des animaux, I, 17, 721 b ; Histoire des animaux, VII, 6, 585 b ; il évo (...)

8Cette formulation rappelle une théorie exprimée chez Aristote en relation avec verbe κολοβόω, « tronquer » souvent traduit par « mutiler »46 : « le fait de naître mutilé de parents mutilés (τὸ ἐκ κολοβῶν κολοβὰ γίνεσθαι) ». Une des expressions de ce constat est précisément : « de [parents] estropiés, [naissent] des [enfants] estropiés (ἐκ ἀναπήρων ἀνάπηροι)47 ». La philosophie aristotélicienne révèle que πηρόω dépasse le cadre de la simple infirmité et était considéré comme une élément contraire à l’achèvement de l’être à l’instar de l’absence physique d’un membre ou d’un organe.

  • 48 Aristote, De la génération des animaux, IV, 3, 769 b. Le mot apparaît aussi dans La Rhétorique (II, (...)
  • 49 C’est le cas de Pierre Louis, 1961, p. 153, dans la Collection des Universités de France.
  • 50 [Aristote], Problèmes, IV, 31, 880 b. Il y est question de l’« infirmité des jambes (τὴν ἀναπηρίαν (...)
  • 51 [Aristote], Problèmes, IV, 3, 876 b ; De la génération des animaux, V, 3, 784 a : « Cette mutilatio (...)
  • 52 [Aristote], Problèmes, IV, 26, 879 a. Traduction de la Collection des Universités de France.
  • 53 Louis, 1991, p. 194 n. 4, remarque d’ailleurs cette polysémie dans les traités biologique d’Aristot (...)
  • 54 Aristote, De l’âme, III, 9, 6, 432 b.
  • 55 [Aristote], Problèmes, X, 8, 891b. Comme le souligne Pierre Louis, 1991, p. 207 n. 223, dans l’édit (...)
  • 56 Aristote, Éthique à Eudème, 1248 b, voir supra.

9En effet, le philosophe de Stagire, qui use régulièrement de la terminologie de la famille étymologique de πηρόω, nous en apprend plus que d’autres auteurs sur la perception qu’en avaient les Grecs. Je ne reprendrai pas ici l’ensemble des occurrences de cette famille étymologique dans les traités d’Aristote : en résumé, on peut y relever plusieurs usages allant du simple défaut physique à quelque chose s’approchant de la mutilation en passant par diverses infirmités. On trouve également présent dans son œuvre un substantif inconnu de la littérature conservée jusqu’alors, ἡ ἀναπηρία48 : « en effet, la monstruosité est aussi une forme d’infirmité (καὶ γὰρ τὸ τέρας ἀναπηρία τὶς ἐστιν) ». Comme pour πήρωσις, certains traducteurs ont fait le choix de rendre ce vocable par « mutilation »49. Le mot est repris dans les Problèmes, recueil aristotélicien apocryphe de questions, dans d’autres circonstances50. C’est d’ailleurs dans le même ouvrage que la πήρωσις est définie en des termes assez précis, reprenant peut-être une définition d’Aristote lui-même : en effet, la castration des eunuques, qui est une mutilation stricto sensu, y est considérée comme une πήρωσις51. Qui plus est, la πήρωσις est explicitée de la manière suivante : « la pèrôsis, cause soit une destruction complète soit une détérioration (πήρωσις δ’ἡ μὲν ὅλως ποιεῖ φθόρον, ἡ δὲ διαστροφήν) »52. Évidemment ce passage traite d’un point précis – l’absence de sécrétions au niveau du pénis – mais l’exemple est suffisamment révélateur de la polysémie du terme en grec ancien53. Ailleurs, le philosophe introduit un autre substantif τὸ πήρωμα, en mettant sur le même plan l’infirme et l’inachevé comme exception à la nature : « si donc sûr la nature ne fait rien en vain, […] sauf en ce qui concerne ceux qui sont infirmes d’un membre et ceux qui sont incomplets (εἰ οὖν ἡ φύσις μήτε ποιεῖ μάτην, […] πλὴν ἐν τοῖς πηρώμασι καὶ ἐν τοῖς ἀτελέσιν) »54. L’idée de complétude s’oppose d’ailleurs directement à πηρόω pour l’auteur des Problèmes, quand il cherche à expliquer pourquoi les femelles sont plus petites que les mâles : en effet, une de ses propositions est « que les uns sont complets, les autres ont été privées d’un membre (ὅτι ὁλόκληρα, τὰ δὲ πεπήρωται) »55. C’est précisément l’idée que l’on trouvait exprimée quand Aristote suggérait qu’un ἀνάπηρος ne pouvait porter les mêmes vêtements qu’un homme sain56. Ce principe est intéressant car il lie explicitement l’infirmité à l’intégrité du corps.

  • 57 Diodore, II, 57, 5. À comparer avec III, 33, 6, où Diodore décrit les Troglodytes : « de la même ma (...)
  • 58 Par exemple de la vue chez Denys d’Halicarnasse, V, 23, 2 : « Publius Horatius, celui appelé Coclès (...)
  • 59 Par exemple Bernard Eck, 2003, p. 99.
  • 60 Diodore, III, 7, 1. Suit un exemple : si le roi est mutilé à la jambe (πεπηρωμένου τὸ σκέλος), ce s (...)
  • 61 C’est le choix de la traductrice du livre III dans la Collection des Universités de France (Bommela (...)
  • 62 Contrairement à ce que suggère le Bailly, s.v. συναποβάλλω.
  • 63 Aristote, Histoire des animaux, II, 1, 500 a : « Le cerf seul perd ses cornes chaque année (Ἀποβάλλ (...)

10Dans la littérature postérieure, cette imbrication se poursuit, en témoigne la tendance des traducteurs à comprendre les mots de cette famille comme relevant du champ lexical de la mutilation corporelle. Ainsi, Diodore évoque l’île décrite par le voyageur Iamboulos, où celui qui « a été estropié ou, en général, a quelque infériorité dans son corps (πηρωθέντα ἢ καθόλου τι ἐλάττωμα ἔχοντα ἐν τῷ σώματι) » est contraint au suicide « d’après une loi implacable (κατά τινα νόμον ἀπότομον) »57. Τὸ ἐλάσσωμα peut aussi signifier « la perte »58. Certains ont alors voulu traduire πηρόω par « mutiler », ce qui n’est pas à exclure d’après le contexte59. Ce choix est confirmé par un autre passage, dans lequel Diodore évoque une coutume des Éthiopiens. Cette dernière prescrit que si « le roi est infirme en une partie de son corps […], tous ses compagnons la perdent en même temps par choix volontaire (ὁ βασιλεὺς μέρος τι τοῦ σώματος πηρωθῇ […], ἅπαντας τοὺς συνήθεις συναποβάλλειν τοῦτο κατὰ προαίρεσιν) »60. Là encore, on peut traduite πηρόω par « mutiler »61. Le contexte va à nouveau dans ce sens : le verbe συναποβάλλω n’est pas facile à comprendre il peut signifier le fait de « rejeter ensemble » comme celui de « perdre en même temps », ce qui semble préférable ici62. La même ambivalence de sens se retrouve pour ἀποβάλλω, dont l’une des occurrences est intéressante : en effet, Aristote l’utilise pour exprimer la perte des cornes chez les animaux qui muent63.

  • 64 Pour le latin mutilus, voir Ernout et Meillet, 19594 [1932], p. 425-426. En effet, l’adjectif κόλος (...)
  • 65 Théophraste, Histoire des plantes, I, 1, 2.
  • 66 Ibid., I, 8, 4.
  • 67 Ainsi, dans la Collection des Universités de France, Suzanne Amigues (Les Causes des phénomènes vég (...)

11Or, étymologiquement c’est précisément l’absence de cornes qui est à l’origine du latin mutilus – d’où vient le terme français « mutiler » – ou des mots grecs κόλος et κολοβός, qui appartiennent tous trois au vocabulaire de la mutilation64 : on ne peut que conclure qu’aux yeux des Grecs, l’ensemble de ces termes appartiennent au même champ lexical et qu’ils traduisent la perte d’une partie d’un tout. Ceci est confirmé par l’utilisation que fait Théophraste des mots de la famille de πηρός. Par exemple, quand il traite de la définition de μέρος en botanique comme une partie constitutive vitale de la plante à l’instar de celles des animaux « à moins qu’une [partie] soit perdue des suites d’une maladie, de la vieillesse ou d’une mutilation (πλὴν εἴ τι διὰ νόσον ἢ γῆρας ἢ πήρωσιν ἀποβάλλεται) »65. C’est, encore une fois, le choix de certains traducteurs, mais le contexte induit une telle acception. D’autres emplois du verbe ou du substantif chez Théophraste vont également dans ce sens, lorsqu’il évoque les nœuds dans les arbres ne portant pas de branches : « ceux-ci [le] deviennent par nature ou par pèrôsis, à chaque fois qu’il n’est pas libre et qu’il est contraint ou qu’il est élagué et rendu pèros comme après avoir été brûlé (οὗτοι δὲ καὶ ϕύσει καὶ πηρώσει γίνονται, ὅταν ἢ μὴ λυθῇ καὶ ἐκβιάζηται ἢ καὶ ἀποκοπῇ καὶ οἷον ἐπικαυθεὶς πηρωθῇ) »66. D’autres encore pourraient être cités pour compléter ce tableau67.

  • 68 Nicolas de Damas, FGrHist 90 F103 y = Stobée, Anthologie, IV, 2 [Περὶ νόμων καὶ ἐθῶν], 25, 100 Wach (...)
  • 69 Strabon, XV, 1, 54 (= C 710, 3-4) : « celui qui rend quelqu’un infirme ne subit pas seulement en re (...)
  • 70 J’ai entrepris une telle recherche dans le cadre de ma thèse : pour l’Inde ancienne, on dispose de (...)
  • 71 Strabon, XIII, 4, 1 (= C 623, 24) : πηρωθῆναι.
  • 72 Strabon, XIII, 4, 14 (= C 630, 7) : « Les Galles châtrés (Οἱ δ’ ἀπόκοποι Γάλλοι) vont tout près san (...)
  • 73 Strabon, XV, 1, 54 (= C 710, 3-4) et XVII, 2, 3 (C 822, 31).
  • 74 Strabon, XVII, 3, 3 (= C 826, 14). Traduction Laudenbach, 2014, p. 4.

12La privation apparaît également dans un fragment de Nicolas de Damas, à nouveau dans un contexte ethnographique, où il est question d’une loi indienne : « celui qui a rendu infirme une main ou un œil d’un artisan est puni de mort (ὁ δὲ τεχνίτου πηρώσας χεῖρα ἤ ὀφθαλμόν θανάτῳ ζημιοῦται) »68. Son contemporain Strabon discute de la même disposition de la législation de l’Inde ancienne. Cependant, si le crime y est décrit avec le même participe, πήρωσας, il est, cette fois-ci, puni de l’amputation de la main et non de la peine capitale69. Faut-il y voir une forme de talion, qui renforcerait encore la perception de l’infirmité comme une mutilation ? Seule l’analyse de la législation indienne dans les sources grecques permettra de répondre à cette question70. Toutefois, certains usages contemporains vont tout à fait dans ce sens. Chez le même Strabon, dans la suite du philosophe de Stagire, πηρόω sert à évoquer la castration : en effet, relatant les mésaventures de Philétaire de Pergame, rendu impotent dans l’enfance suite à un mouvement de foule, il emploie πηρόω pour qualifier le résultat de la pression subie sur ses testicules71. D’ailleurs, le même verbe s’applique ensuite à exprimer le caractère des prêtres eunuques de Cybèle72. En outre, Strabon s’appuyant de manière directe ou indirecte sur les mêmes sources que Diodore ou Nicolas de Damas, il n’est pas surprenant d’y retrouver le passages relatifs aux Éthiopiens et aux Indiens que j’évoquais précédemment73. Dans un dernier exemple, il émet un commentaire sur sa manière d’écrire en justifiant l’ajout de digressions répétitives pour éviter « de passer toutes ces informations sous silence ou de mutiler en quelque façon notre exposé (τὸ πάντα σιγῇ παραπέμπειν καὶ τρόπον τινὰ πηροῦν τὴν ἱστορίαν) »74, traduit Benoît Laudenbach, l’éditeur du livre XVII dans la Collection des Universités de France.

  • 75 Plutarque, Sur le principe du froid, 2-3, 946 c-d : « En outre, aucune privation n’admet le plus et (...)
  • 76 Plutarque, Étiologies romaines, 50, 276 d : « car, la maison de celui qui a été marié est complète, (...)
  • 77 Voir supra.
  • 78 Aristote, fr. 101 Rose3 = Athénée, Les Deipnosophistes, XV, 674 f.
  • 79 Plutarque, Propos de table, II, 3, 3, 636 f : « Et il est conforme à la raison que, par nature, ce (...)
  • 80 Plutarque, L’Intelligence des animaux, 11, 968 a.

13En effet, quelques cas métaphoriques montrent que πηρόω est aussi compris comme la privation de concepts ou d’idées abstraites, notamment chez Plutarque. À la manière d’Aristote, il distingue d’une part des propriétés ou des qualités et d’autres part la privation (στέρησις) de celles-ci, parmi lesquelles il inclut « le fait d’être infirme (πεπηρῶσθαι) » défini alors comme la privation de la vue75. Il développe ce principe dans de nombreux passages : ainsi, Plutarque qualifie, par exemple, la maison d’un veuf d’« estropiée » ou d’« infirme ». C’est toujours la notion de privation, qui est déjà exprimée dans les cas où πηρόω désigne l’infirmité de la vue ou de la jambe dont l’individu est privé, mais elle s’applique ici à un concept abstrait. La perte de la femme « mutile »76 en quelque sorte le foyer qui n’est plus τέλειος, « complet ». Οn retrouve en outre ἀποβάλλω, déjà analysé au précédent paragraphe. En effet, il s’agit d’une opposition très proche de celle qui a été relevée dans la philosophie aristotélicienne77. En effet, chez le philosophe de Stagire τέλειος était opposé à κολοβός, « mutilé »78. D’ailleurs, toujours chez Plutarque, on trouve une autre antinomie proche de la précédente : τὸ πεπηρωμένον et τὸ ὁλόκληρον, qui rappelle l’association entre ce dernier terme et κολοβός79. Ces doublets montrent la proximité sémantique entre la mutilation et l’infirmité : il s’agit de la perte d’une partie par rapport à un tout. De manière générale, cela s’applique également à l’intégrité corporelle : dans le cas d’une infirmité quelconque, mais aussi lorsque le corps entier est affecté. Ainsi, Plutarque affirme que la pratique de la dissection conduit à l’état de πήρωσις. En effet, l’érudit de Chéronée considère le fait d’endommager les fourmilières à des fins de connaissance comme une sorte de mutilation : « en mutilant, comme après une dissection (ὥσπερ ἐξ ἀνατομῆς πηροῦντας) »80. Ces derniers exemples illustrent le fait que, à l’instar de ce qui a déjà été constaté dans la pensée d’Aristote, à l’époque impériale, πηρόω rend compte tout autant de l’infirmité que de la mutilation.

  • 81 Plutarque, Vie d’Agésilas, 30, 1.
  • 82 Polyen, Stratagèmes, III, 9, 22. À l’exclusion de la tête, c’est-à-dire le stratège, partie indispe (...)
  • 83 Plutarque, Apophtègmes de rois et généraux, [Pélopidas, 1], 194 c ; Élien, Histoire variée, XI, 9. (...)
  • 84 Pausanias, La Description de la Grèce, III, 8, 10.
  • 85 C’est ce qui semble être le cas d’Androkléidas, πηρωθεὶς τὸ σκέλος et ἐπιπήρωτο chez Plutarque, Apo (...)
  • 86 Diodore, III, 67, 3 : πηρῶσαι τὸν ἄνδρα. D’autres aveuglements légendaires sont exprimés par πηρόω (...)
  • 87 [Apollodore], I, 3, 5 : πηρωθέντα τὰς βάσεις, « étant estropié des jambes ». Comme pour la perte de (...)
  • 88 Homère, Iliade, XVIII, 397 ; Odyssée, VIII, 308 ; VIII, 322 ; ou plus tardivement, par exemple, Plu (...)
  • 89 Diogène Laërce, VI, 44 : « mais cela sera quand tu auras été estropié des mains (τοῦτο δ’ ἔσται πηρ (...)

14Parfois, les deux familles de termes pour l’infirmité sont mises en opposition, comme si elles exprimaient des altérations complémentaires. C’est le cas chez Plutarque dans l’énonciation de l’oracle interdisant l’accès à la royauté à Sparte à quelqu’un « de boiteux et d’estropié (χωλὸν καὶ πεπηρωμένον)81 ». Chez Polyen, χωλός et πηρός sont également associés et caractérisent l’absence d’un membre : « quand les autres parties font défaut, l’armée est handicapée et estropiée (τὰ μὲν δὴ ἄλλα ὅταν ἐπιλείπῃ, χωλὸν καὶ πηρὸν τὸ στρατόπεδον) »82. Il s’agit évidemment d’une image : l’auteur vient de préciser qu’Iphicrate comparait l’armée à un corps humain dont le stratège est la tête, la cavalerie les pieds, la phalange le tronc et l’infanterie légère les bras. Ailleurs, les deux vocables sont mis sur le même plan, par redondance rhétorique, comme le mot de Pélopidas à qui l’on reprochait de ne pas se soucier d’argent et qui répondit que cet argent était utile à d’autres comme Nicomède « montrant un individu boiteux et complètement infirme (δείξας χωλόν τινα καὶ ἀνάπηρον) »83. Notons pour finir, l’existence de mots plus rares formés sur la même racine comme le verbe ἐπιπηρόω, dont l’emploi ne semble pas différer du verbe simple : en effet, il est, par exemple, employé pour qualifier l’infirmité d’Agésilas, qui « était estropié de l’un des deux pieds (τὸν ἕτερον τῶν ποδῶν ἐπεπήρωτο)84 », alors qu’elle habituellement exprimée par le verbe simple (πηρόω). Le verbe peut aussi être utilisé pour d’autres infirmités, comme celles provenant de blessures85. Cet usage est conforme à l’emploi des autres mots de la famille étymologique de πηρός quand ils relèvent de l’infirmité au sens large, comme la privation d’un membre ou d’une faculté : notamment la perte de la vue à travers le mythe de Thamyris86 ou la boiterie d’Héphaïstos87, pour lequel on note fréquemment l’emploi de χωλός88, et, plus rarement, l’infirmité des mains89.

Conclusion

  • 90 Il est possible que ce sens restrictif pour le seul πηρός soit apparu tardivement par un amalgame e (...)
  • 91 Ibid. : « Un anapèros est celui qui est devenu infirme de tout le corps (Ἀνάπηρος δ' ἐστὶν ὁ πᾶν τὸ (...)
  • 92 Voir la définition d’Aristote, Métaphysique, V, 27, 1024 a, 12-29.
  • 93 Pollux, Onomasticon, I, 29, 4-6 Bethe. La suite nous apprend en outre qu’il était nécessaire que la (...)

15Désignant des infirmités diverses, la famille de πηρός apparaît régulièrement en association avec la perte partielle ou totale de la vue90. Ainsi, le verbe πηρόω s’applique à d’autres parties du corps et ὁ ἀνάπηρος désigne l’infirme en général91. En outre, cette étude a montré le rapprochement, dans de nombreuses sources, entre les mots courants du grec pour qualifier des mutilations corporelles et le champ sémantique de l’infirmité – en particulier πηρός et ses dérivés –, notamment à travers la mise en opposition des termes de cette famille étymologique avec le concept d’intégrité ou de complétude. Elle se manifeste aussi à travers l’emploi des mêmes vocables pour des infirmités qui sont aussi des mutilations : l’aveuglement, la castration, l’atteinte au corps par dissection, etc. En définitive, πηρός exprime une perte complète du membre, de l’organe ou de la faculté qu’il commande. Il peut s’agir du résultat d’un châtiment, d’une blessure de guerre ou, de manière figurée, de la privation de toute qualité. Par ailleurs, il semble y avoir une nuance entre les vocables formés sur χωλός et ceux de la famille de πηρόω : les premiers se rapportant plus à l’infirmité légère, le plus souvent localisée sur une partie du corps, les seconds relevant plus d’une invalidité complète ou, plus précisément, de la perte de l’intégrité corporelle. Cependant, cette règle n’est pas universelle et les deux groupes sont aussi parfois considérés comme des synonymes, ce qui rend parfois l’interprétation difficile. En outre, on peut dégager deux tendances dans les emplois de πηρόω : dans la littérature narrative, il désigne principalement une infirmité de sens ou de membre, alors que dans le discours philosophique, il est à comprendre de manière plus large : comme la perte ou la privation d’une partie d’un tout et à ce titre, il recoupe directement la définition que la philosophie donne d’autres termes qui désignent des mutilations comme la famille étymologique de κολοβόω92. Cette proximité sémantique justifie à elle seule de considérer l’infirmité comme un des aspects de la mutilation corporelle dans la perception qu’en avaient les Grecs. En bref, on peut admettre que toute forme de mutilation constituait, pour les Grecs, également une πήρωσις. D’ailleurs, dans son Onomasticon93, Pollux rappelle « qu’il faut apporter des victimes propres au sacrifice bien proportionnées, non coupées, intègres de corps, saines, sans être privées d’un membre, aux membres complets, bien conformes, ni tronquées, ni estropiées, ni amputées de quelque extrémité, ni contrefaites (προσακτέον δὲ θύσιμα ἱερεῖα ἄρτια, ἄτομα, ὁλόκληρα, ὑγιῆ, ἄπηρα, παμμελῆ, ἀρτιμελῆ, μὴ κολοβὰ μηδὲ ἔμπηρα μηδὲ ἠκρωτηριασμένα μηδὲ διάστροϕα) ». Les mots qui entourent ἔμπηρος, κολοβός, « tronqué » et ἠκρωτηριασμένος, « amputé d’extrémités du corps », appartiennent au lexique de la mutilation, il n’y a pas de raison de ne pas y adjoindre les termes de la famille qui a fait l’objet de ce court exposé.

Haut de page

Bibliographie

Bommelaer, B., 1989, Diodore de Sicile, Bibliothèque historique. Tome III : Livre III, Collection des Universités de France, Paris, Les Belles Lettres.

Chantraine, P., 2009 [1968], Dictionnaire étymologique de la langue grecque. Histoire des mots, Paris, Klincksieck.

Eck, B., 2003, Diodore de Sicile, Bibliothèque historique. Tome II : Livre II, Collection des Universités de France, Paris, Les Belles Lettres.

Edwards, M. L. 1995, Physical Disability in the Ancient Greek World, PhD, University of Minnesota.

Ernout, A. et Meillet, A., 19594 [1932], Dictionnaire étymologique de la langue latine, Paris, Klincksieck.

Fraenkel, E., 1955, Wortgeschichtliches. 3. Lit. kaīkaras, káikinti, lett. kaikar(i)s, kaikt, kaika und lat. caecus, got. haihs, air. caech, cymr. coeg usw., Zeitschrift für vergleichende Sprachforschung auf dem Gebiete der Indogermanischen Sprachen, 72, 3/4, p. 176-197.

Hainsworth, J. B., 1982, Omero. Odissea : Volume II (Libri V-VIII), Fondazione Lorenzo Valla, A. Mondadori.

Kirk, G.S., 1985, The Iliad: A Commentary. Volume I: Books 1-4, Cambridge, Cambridge University Press.

Latacz, J. (dir.), 20102 [2003], Homers Ilias Gesamtkommentar (Basler Kommentar/BK) Auf der Grundlage der Ausgabe von Ameis-Hentze-Cauer (1868-1913). Band II: Zweiter. Gesang - Faszikel 2: Kommentar, Sammlung wissenschaftlicher Commentare, Berlin-New York, W. de Gruyter.

Laudenbach, B., 2014, Strabon, Géographie. Livre XVII, 2e partie : L’Afrique, de l’Atlantique au golfe de Soloum, Collection des Universités de France, Paris, Les Belles Lettres.

Louis, P., 1961, Aristote. De la génération des animaux, Collection des Universités de France, Paris, Les Belles Lettres.

Louis, P., 1991, Aristote. Problèmes. Tome I, Sections I à X, Collection des Universités de France, Paris, Les Belles Lettres.

Olivelle, P., 2000, The Dharmasūtras: The Law Codes of Āpastamba, Gautama, Baudhāyana and Vasiṣṭha, Sources of Ancient Indian Law, Dehli, Motilal Banarsidass.

Olivelle, P., 2004, The Law Code of Manu, Oxford-New York, Oxford University Press.

Olivelle, P., 2013, King, Governance and Law in Ancient India: Kauṭilya’s Arthaśāstra Oxford-New York, Oxford University Press.

Rose, M. L., 2003, The Staff of Oedipus. Transforming Disability in Ancient Greece, Ann Arbor, The University of Michigan Press.

Samama, É., 2017, The Greek Vocabulary of Disabilities, dans Chr. Laes (dir.), Disability in Antiquity, London-New York, Routledge, p. 121-138.

Haut de page

Notes

1 Je remercie Annie Allély de m’avoir invité à cette journée d’étude qui m’a permis de présenter un point concernant mes recherches lexicales sur le vocabulaire de la mutilation corporelle en Grèce ancienne. Les traductions du grec sont soit tirées de la Collection des Universités de France – quand cela est précisé – soit personnelles.

2 Voir Edwards, 1995, p. 11-43. Il s’agit de sa thèse présentée sous son nom de naissance et qui contient un chapitre consacré aux différentes formes d’infirmité, mais elle ne rentre pas dans le détail de chaque terme de vocabulaire. Cela représente néanmoins un catalogue complet de la terminologie et une bonne base de travail pour une étude systématique. Un ouvrage est paru quelques années plus tard sous son nom d’épouse Martha L. Rose (2003), résumant les résultats de sa recherche, mais il n’y a pas d’étude systématique du lexique. Plus récemment, Évelyne Samama (2017) un publié un article consacré au vocabulaire de l’infirmité.

3 En témoigne la définition de χωλός par Aélius Dionysos d’Halicarnasse, Ἀττικῶν ὀνομάτων λόγοι πέντε, s.v. κυλλός (χ 23) Erbse : καὶ ἐπὶ ποδὸς καὶ ἐπὶ χειρός, « à la fois relatif au pied et à la main ».

4 Ce sont d’ailleurs les infirmités de la vue, l’ouïe et la parole que retient Hésyschios, Lexicon, s.v. πηρόν. Cf. également les lexiques byzantins plus récents.

5 Chantraine, 2009 [1968], p. 865-866.

6 Homère, Iliade, II, 599.

7 Voir par exemple Euripide, Rhésos, 924 (κἀτυφλώσαμεν).

8 Cf. par exemple Latacz, 20102 [2003], p. 193 ; Kirk, 1985, p. 217, considère qu’il s’agit de l’expression d’une infirmité et qu’elle ne peut concerner que la parole et le chant puisque la vue n’a pas d’impact sur les aptitudes d’un musicien : « It cannot mean ‘blind’ here, since that was traditionnaly no handicap to a singer » ; contra Fraenkel, 1955, p. 182 ; Hainsworth, 1982, p. 254.

9 Ésope, Fables, 54 (L’Aveugle), 105 (La Biche) et 255 (Les Voyageurs et le Corbeau) Chambry.

10 Aristophane, Les Grenouilles, 623-624 : Δίκαιος ὁ λόγος· κἄν τι πηρώσω γέ σοι / τὸν παῖδα τύπτων, τἀργύριόν σοι κείσεται.

11 Le mot aurait été employé par les Atticistes au ier siècle av. J.-C. à en croire Aelius Hérodien (De prosodia catholica, p. 190 Lentz) qui s’intéresse à son accentuation : « Et τὸ πηρός est accentué par un aigu chez le poète, alors qu’il s’écrit πῆρος chez les Atticistes (καὶ τὸ πηρός δὲ ὀξύνεται παρὰ τῷ ποιητῇ, παρὰ δὲ τοῖς ’Αττικοῖς πῆρος ) ».

12 Hippocrate, Des Maladies des femmes, ΙΙ, 131 (L. VIII, 280) : πηραὶ τὰ σκέλεα πολλάκις γίνονται. Le mot apparaît dans le lexique d’Érotien consacré au vocabulaire hippocratique : Vοcum Hippocraticarum collectio, s.v. ἔμπηροι et κατάπηροι. Il est plus tard également employé par Galien (De usu partium, III, p. 146 ; 188 ; 653 Helmreich).

13 Peut-être chez Asclépiade de Tragile (FGrHist 12 F 30 = scholie à Homère, Odyssée, XII, 69), mythographe du ive siècle av. J.-C., à propos de Phinée. Il faudrait ajouter ceux qui, tel Diodore (La Bibliothèque historique, III, 67, 3), citent le vers de l’Iliade consacré à Thamyris.

14 Philon d’Alexandrie, Legum allegoriarum, III, 92 : πηρὸν καὶ τυϕλὸν πρᾶγμα ; 109 : πηρὸς […] τυϕλῷ ; 231 : πηρὸς καὶ τετυϕλωμένος ; De fuga et inventione, 123 : ἀλλὰ τυϕλὸν καὶ κωϕὸν καὶ ἀνόητον καὶ πάντῃ πηρὸν βίον ; De specialibus legibus, II, 77 : πηρόν […] τυϕλός.

15 Philon, De fuga et inventione, 165 ; De vita Mosis, I, 124.

16 Philon, De somnis, I, 27.

17 Philon De ebrietate, 6 au sens figuré qualifiant une ignorance.

18 Philon, Hypothetica sive Apologia pro Judaeis, 194 : πτωχοῖς καὶ πηροῖς.

19 Par exemple, Plutarque, Sur l’éducation des enfants, 14, 11 c où il est toujours associé à un dysfonctionnement de la vue en comparant le Cyclope et Philippe de Macédoine ; Acta Joannis, 23 Bonnet : πηρῶν ὄψις ; Justin de Naplouse, Dialogue avec Tryphon, 69, 6 où il est mis en balancement avec κωφός, puis χωλός.

20 [Aelius Hérodien], Ἐπιμερισμοί, p. 109-110 ; p. 179 ; p. 248 Boissonade, explicite πηρός par ὁ τυϕλός et de même πήρωσις par ἡ τύϕλωσις.

21 Diogène Laërce, Vies des philosophes illustres, VII, 52 : « la constitution relative aux organes des sens, selon laquelle certains deviennent infirme (ἡ περὶ τὰ αἰσθητήρια κατασκευή, καθ’ ἥν τινες πηροὶ γίνονται). »

22 Par exemple, Artémidore, L’Interprétation des rêves, III, 51, 8 : « Je connais un estropié du pied droit, qui se figurait en rêve que son serviteur avait le même pied estropié (Οἶδα δέ τινα πηρὸν τῷ δεξιῷ ποδί, ὃς ἔδοξε τὸν οἰκέτην αὐτοῦ τὸν αὐτὸν πόδα πηρὸν ἔχειν). »

23 Comme πηρόω ou τὸ πήρωμα, voir infra.

24 Hérodote, L’Enquête, I, 167 où le mot est associé à διάστροφος et à ἀπόπληκτος ; 196 pour qualifier des jeunes filles qui ont du mal à trouver mari, associé à ἄμορφος. On note en outre trois occurrences dans les traités hippocratiques (voir infra), on ne relève que quelques rares apparitions dans la littérature impériale. Dans son Onomasticon (I, 29 Bethe), Pollux s’en sert au milieu d’autres qualificatifs pour illustrer les tares que ne doit pas posséder un animal de sacrifice.

25 Selon nous, ἀνα- introduit ici l’idée que l’infirmité est physique, de bas en haut, c’est-à-dire qu’elle se développe dans la verticalité de l’individu ou qu’elle concerne son corps entier.

26 Platon, Criton, 53 a.

27 Platon, Les Lois, IX, 874 e.

28 Ésope, Fables, 255 (Les Voyageurs et le Corbeau) Chambry : τὴν ἰδίαν πήρωσιν.

29 Platon, Les Lois, XI, 925 e.

30 On retrouve ainsi une association analogue chez Diodore, III, 13, 3 : « ni malade, ni estropié (οὐκ ἄρρωστος, οὐ πεπηρωμένος) » et à plusieurs reprises chez Plutarque, Si la politique est l’affaire des vieillards, 15, 791 d : νόσου […] πηρώσεως ; Sur les contradictions stoïciennes, 21, 1068 d : πηρούμενοι […] νοσοῦντες ; (ibid., 34) 1050 a : εἴτε […] νοσοῦντες εἴτε πεπηρωμένοι ; Sur les notions communes des Stoïciens, 33, 1076 b : διά νόσους καὶ πηρώσεις. C’est aussi une mise en parallèle que l’οn trouve chez Arrien (Manuel d’Épictète, II, 10, 5 : τῷ νοσεῖν […] τῷ πηροῦσθαι). Voir aussi Pausanias (La Description de la Grèce, IV, 30, 3), qui décrit les aptitudes de Machaon, capable de « guérir des maladies et les hommes ayant été estropiés (νοσήματά τε καὶ τοὺς πεπηρωμένους τῶν ἀνθρώπων ἰᾶσθαι) ».

31 Platon, Éthique à Eudème, 1248 b.

32 Platon, Phèdre, 257 a.

33 Par exemple Platon, Phèdre, 257 a, à propos de l’amour, ou La République, VII, 535 e où il est question d’ἀνάπηρος ψυχή, « une âme estropiée ». Comme la suite de notre propos le montre, les emplois figurés perdurent durant toute l’Antiquité.

34 Lysias, XXIV (Pour l’invalide), 13 : « Il l’a emporté tant en impudence sur tous les hommes, qu’il tente à lui seul de vous persuader autant que vous êtes que je ne fais pas partie des invalides (τῶν ἀδυνάτων). Certes, s’il en persuade certains parmi vous, ô Conseil, qu’est-ce qui me défend d’être tiré au sort parmi les neuf archontes, et que vous m’enleviez l’obole comme étant en bonne santé, et que vous tous l’attribuiez par un vote à celui-ci comme infirme (ὡς ἀναπήρῳ) ? Car, il n’est certainement pas possible qu’un même homme d’un côté vous le priviez comme valide de son dû comme valide, de l’autre les thesmothètes lui interdisent d’être tiré au sort comme invalide (ὡς ἀδύνατον) ». Ce n’est pourtant pas le terme qui revient le plus, Lysias lui préférant ἀδύνατος, littéralement « privé de force », soit « invalide » ou « impuissant ».

35 Eschine, I (Contre Timarque), 183.

36 Démosthène, XVIII (Sur la couronne), 67 : πεπηρωμένον. Même usage chez Plutarque, Vie de Pompée, 64, 7 à propos de Teidius Sextus : « estropié d’une jambe (πεπηρωμένος σκέλος). »

37 Plutarque, Vie de Solon, 31, 3. Par ailleurs, il est probable que Plutarque, dans son choix du verbe πηρόω, ne fait que reprendre ses sources.

38 Voir Plutarque, Vie d’Alexandre, 71, 2 : τοὺς ἀσθενεῖς καὶ πεπηρωμένους ; Arrien, Anabase d’Alexandre, VII, 8, 1 : πηρώσεως τοῦ σώματος ἀχρείους.

39 Hippocrate, Sur les articulations, 60-61 (L. IV, 260).

40 Hippocrate, Des Maladies, I, 1 (L. VI, 140) : ἢ ἔμπηρόν τι τοῦ σώματος γενέσθαι, ἢ μὴ ἔμπηρον.

41 Hippocrate, Des Maladies, I, 3 (L. VI, 144) : ὄμματα δὲ πηροῦνται καὶ ἀκοήν.

42 Hippocrate, Des Maladies des femmes, II, 133 (L. VIII, 280) : πεπηρωμένον τὸ στόμα τῶν ὑστερέων εἶναι ; ΙΙ, 131 (L. VIII, 280) : πηραὶ τὰ σκέλεα πολλάκις γίνονται.

43 Hippocrate, Du fœtus de sept mois ou de huit mois, 5 (L. VII, 444).

44 Hippocrate, De la génération, 10 et 11 (L. VII, 484-486) : τὸ δὲ πηρωθέν ; πηρωθῆναι ; πηροῦται ; ἐπηρὠθη ; πεπηρωμένων ; πηρωθῆναι. Certains sont répétés plusieurs fois.

45 Par transmission dans le sperme dont les composantes proviennent de toutes les parties du corps.

46 Voir Chantraine, 2009 [1968], p. 536. C’est aussi le choix des traducteurs de la Collection des Universités de France pour le passage cité dans la note suivante.

47 Aristote, De la génération des animaux, I, 17, 721 b ; Histoire des animaux, VII, 6, 585 b ; il évoque aussi le cas des boiteux (ἐκ χωλῶν χωλοί), des aveugles (ἐκ τυφλῶν τυφλοί) et, de manière plus générale, de personnes ayant des marques sur le corps (στίγμα). Pour la réfutation, voir aussi De la génération des animaux, I, 18, 724 a.

48 Aristote, De la génération des animaux, IV, 3, 769 b. Le mot apparaît aussi dans La Rhétorique (II, 8, 1386 a) comme l’un des objets de pitié au même titre que le manque d’amis, laideur, etc.

49 C’est le cas de Pierre Louis, 1961, p. 153, dans la Collection des Universités de France.

50 [Aristote], Problèmes, IV, 31, 880 b. Il y est question de l’« infirmité des jambes (τὴν ἀναπηρίαν τῶν σκελῶν) » des oiseaux et des boiteux.

51 [Aristote], Problèmes, IV, 3, 876 b ; De la génération des animaux, V, 3, 784 a : « Cette mutilation est une transformation du mâle en femelle (Ἡ δὲ πήρωσις αὔτη ἐκ τοῦ ἄρρενος είς τὸ θῆλυ μεταβολὴ ἐστιν). »

52 [Aristote], Problèmes, IV, 26, 879 a. Traduction de la Collection des Universités de France.

53 Louis, 1991, p. 194 n. 4, remarque d’ailleurs cette polysémie dans les traités biologique d’Aristote.

54 Aristote, De l’âme, III, 9, 6, 432 b.

55 [Aristote], Problèmes, X, 8, 891b. Comme le souligne Pierre Louis, 1991, p. 207 n. 223, dans l’édition de la Collection des Universités de France des Problèmes, Aristote lui-même revient souvent sur cette idée que la femelle est un mâle inachevé, cf. Génération des Animaux, I, 19, 727 a ; 20, 728 a ; II, 3, 737 a ; IV, 6, 775 a ; Métaphysique, VII, 6, 1034 a 34- b.

56 Aristote, Éthique à Eudème, 1248 b, voir supra.

57 Diodore, II, 57, 5. À comparer avec III, 33, 6, où Diodore décrit les Troglodytes : « de la même manière il est une loi chez eux qui prévoit d’arracher à la vie ceux qui sont estropiés ou accablés par des maladies difficiles à guérir (ὁμοίως δὲ νόμινον αὐτοῖς ἐστι τοὺς πηρωθέντας ἢ νόσοις δυσιάτοις συνεχομένους ἐξάγειν ἐκ τοῦ ζῆν). »

58 Par exemple de la vue chez Denys d’Halicarnasse, V, 23, 2 : « Publius Horatius, celui appelé Coclès selon une infériorité de la vue, ayant été énucléé d’un œil pendant un combat (Πόπλιος δ´ Ὁράτιος ὁ καλούμενος Κόκλης ἐκ τοῦ κατὰ τὴν ὄψιν ἐλαττώματος ἐκκοπεὶς ἐν μάχῃ τὸν ἕτερον ὀφθαλμὸν). »

59 Par exemple Bernard Eck, 2003, p. 99.

60 Diodore, III, 7, 1. Suit un exemple : si le roi est mutilé à la jambe (πεπηρωμένου τὸ σκέλος), ce serait honteux pour ses amis de le suivre sans boiter comme lui (χωλοὺς ὁμοίως). Strabon (La Géographie, XVII, 2, 3 = C 822, 31) reprend dans des termes identiques les propos de son prédécesseur : πηρωθῇ μέρος τι τοῦ σώματος.

61 C’est le choix de la traductrice du livre III dans la Collection des Universités de France (Bommelaer 1989, p. 8).

62 Contrairement à ce que suggère le Bailly, s.v. συναποβάλλω.

63 Aristote, Histoire des animaux, II, 1, 500 a : « Le cerf seul perd ses cornes chaque année (Ἀποβάλλει δὲ τὰ κέρατα μόνον ἔλαφος κατ’ ἔτος). » De nombreux autres passages de la littérature classique expriment cette idée de perte, que ce soit de l’argent, des biens, etc.

64 Pour le latin mutilus, voir Ernout et Meillet, 19594 [1932], p. 425-426. En effet, l’adjectif κόλος se dit, comme le rappelle Pierre Chantraine, de bœufs ou de chèvres sans cornes, cf. Chantraine, 2009 [1968], p. 536. Voir Hérodote, IV, 29 ; Theocrite, Idylles, VIII, 51 ; Nicandre, Thériaca, 260 ; Hésychios, Lexicon, s.v. κόλον. Cet ancien terme technique d’élevage est intéressant car il offre une origine étymologique à cette famille identique à celle de nos termes de « mutilation » ou « mutiler ». Quant à κολοβός Aristote, Métaphysique, V, 27, 1024 a, s’en sert pour définir ce qu’il entend par la privation d’une partie d’un tout, une définition exemplaire de ce que nous entendons par « mutilation ».

65 Théophraste, Histoire des plantes, I, 1, 2.

66 Ibid., I, 8, 4.

67 Ainsi, dans la Collection des Universités de France, Suzanne Amigues (Les Causes des phénomènes végétaux, IV, 4, 2) traduit τὸ πηρωθέν par « l’exemplaire mutilé » en parlant de graines.

68 Nicolas de Damas, FGrHist 90 F103 y = Stobée, Anthologie, IV, 2 [Περὶ νόμων καὶ ἐθῶν], 25, 100 Wachsmuth et Hense.

69 Strabon, XV, 1, 54 (= C 710, 3-4) : « celui qui rend quelqu’un infirme ne subit pas seulement en retour les mêmes choses mais est aussi amputé de la main (ὅ τε πηρώσας οὐ τὰ αὐτὰ μόνον ἀντιπάσχει ἀλλὰ καὶ χειροκοπεῖται). »

70 J’ai entrepris une telle recherche dans le cadre de ma thèse : pour l’Inde ancienne, on dispose de trois groupes de textes légaux anciens importants : les Dharmasūtras, l’Arthaśāstra de Kauṭilya et le Code de Manu, dont certains remontent au vie siècle av. J.-C. Or, de nombreuses dispositions incluent des ablations de parties du corps en particulier quand un individu des castes inférieures (Śūdra) s’en prend à un Brāhmaṇa, la caste des prêtres : ainsi l’insulte verbale conduit à l’ablation de la langue (par exemple dans le Code de Manu, 8, 277 ; Arthaśāstra, III, 19, 8 ; Āpastamba Dharmasūtra, II, 27, 14) les coups et blessures à celle du membre coupable (Code de Manu, 8, 279-280 ; Arthaśāstra, IV, 11, 14 et 21 ; Dharmasūtra de Gautama, 12, 1). Pour une traduction anglaise de ces lois, cf. Olivelle 2000, 2004, 2013.

71 Strabon, XIII, 4, 1 (= C 623, 24) : πηρωθῆναι.

72 Strabon, XIII, 4, 14 (= C 630, 7) : « Les Galles châtrés (Οἱ δ’ ἀπόκοποι Γάλλοι) vont tout près sans être affectés, au point de s’approcher jusqu’à la bouche, de s’y pencher et de descendre jusqu’à une certaine profondeur en retenant leur souffle le plus possible ; en effet – nous avons vu de nos yeux à quel point ils semblaient suffoquer – cela se produit soit pour tous ceux qui sont mutilés en cet endroit (ἐπὶ πάντων [τῶν] οὕτω πεπηρωμένων τοῦτο) soit seulement pour ceux qui s’occupent du temple, soit grâce à la protection divine, comme il est naturel pour les inspirations divines, soit grâce à des antidotes puissants ».

73 Strabon, XV, 1, 54 (= C 710, 3-4) et XVII, 2, 3 (C 822, 31).

74 Strabon, XVII, 3, 3 (= C 826, 14). Traduction Laudenbach, 2014, p. 4.

75 Plutarque, Sur le principe du froid, 2-3, 946 c-d : « En outre, aucune privation n’admet le plus et le moins, pas non plus dans le cas où quelqu’un affirmerait avoir été rendu plus infirme qu’un autre parmi ceux qui ne voient pas ou être plus silencieux qu’un autre parmi ceux qui ne parlent pas, ou être plus mort qu’un autre parmi ceux qui ne vivent pas (Ἔτι στέρησις μὲν οὐδεμία δέχεται τὸ μᾶλλον καὶ τὸ ἧττον, οὐδ´ ἂν εἴποι τις ἕτερον ἑτέρου μᾶλλον πεπηρῶσθαι τῶν μὴ βλεπόντων ἢ σιωπᾶν τῶν μὴ φθεγγομένων ἢ τεθνάναι τῶν μὴ ζώντων). »

76 Plutarque, Étiologies romaines, 50, 276 d : « car, la maison de celui qui a été marié est complète, mais celle du marié ayant ensuite éprouvé une perte non seulement n’est plus complète, mais elle est aussi rendue infirme (Ὁ μὲν γὰρ τοῦ γεγαμηκότος οἶκος τέλειος, ὁ δὲ τοῦ γήμαντος εἶτ´ ἀποβαλόντος οὐκ ἀτελὴς μόνον ἀλλὰ καὶ πεπηρωμένος). »

77 Voir supra.

78 Aristote, fr. 101 Rose3 = Athénée, Les Deipnosophistes, XV, 674 f.

79 Plutarque, Propos de table, II, 3, 3, 636 f : « Et il est conforme à la raison que, par nature, ce qui est achevé est antérieur à ce qui est inachevé, comme ce qui est entier l’est à ce qui est tronqué et le tout à la partie (Καὶ λόγον ἔχει τοῦ ἀτελοῦς φύσει πρότερον εἶναι τὸ τέλειον, ὡς τοῦ πεπηρωμένου τὸ ὁλόκληρον καὶ τοῦ μέρους τὸ ὅλον) ».

80 Plutarque, L’Intelligence des animaux, 11, 968 a.

81 Plutarque, Vie d’Agésilas, 30, 1.

82 Polyen, Stratagèmes, III, 9, 22. À l’exclusion de la tête, c’est-à-dire le stratège, partie indispensable à l’armée.

83 Plutarque, Apophtègmes de rois et généraux, [Pélopidas, 1], 194 c ; Élien, Histoire variée, XI, 9. Mais dans la Vie de Pélopidas, Plutarque dit : δείξας τινὰ χωλὸν καὶ τυφλόν.

84 Pausanias, La Description de la Grèce, III, 8, 10.

85 C’est ce qui semble être le cas d’Androkléidas, πηρωθεὶς τὸ σκέλος et ἐπιπήρωτο chez Plutarque, Apophtègmes laconiens [Androkléidas], 217 c.

86 Diodore, III, 67, 3 : πηρῶσαι τὸν ἄνδρα. D’autres aveuglements légendaires sont exprimés par πηρόω ([Apollodore], La Bibliothèque, I, 9, 21 à propos de Phinée : τὰς ὄψεις πεπηρωμένος ; πηρωθῆναι). Ces divers exemples ont certainement influencé Hésychios dans la définition qu’il propose et qui s’applique vraisemblablement au passage d’Homère concernant Thamyris ; Pausanias, La Description de la Grèce, IV, 33, 3 : ἐπὶ τῇ πηρώσει. Notons aussi des cas historiques, comme chez Strabon (La Géographie, XVII, 1, 54 = C 820, 19) celui de la reine des Éthiopiens Kandakès, « infirme de l’un des deux yeux (πεπηρωμένη τὸν ἕτερον τῶν ὀφθαλμῶν) » ; Plutarque, De l’éducation des enfants, 14, 11 b, qui évoque ἡ πήρωσις d’Antigone « qui était borgne (ἑτερόφθαλμον ὄντα) ».

87 [Apollodore], I, 3, 5 : πηρωθέντα τὰς βάσεις, « étant estropié des jambes ». Comme pour la perte de la vue, il existe des exemples historiques, comme le Laconien Androkélidas « étant estropié de la jambe (πηρωθεὶς τὸ σκέλος) ».

88 Homère, Iliade, XVIII, 397 ; Odyssée, VIII, 308 ; VIII, 322 ; ou plus tardivement, par exemple, Plutarque, Concernant le visage qui apparaît dans l’orbe de la Lune, 5, 922 c.

89 Diogène Laërce, VI, 44 : « mais cela sera quand tu auras été estropié des mains (τοῦτο δ’ ἔσται πηρωθέντι σοι τὰς χεῖρας) ».

90 Il est possible que ce sens restrictif pour le seul πηρός soit apparu tardivement par un amalgame entre le vers de l’Iliade (ΙΙ, 599) et la tradition subséquente de l’aveuglement de Thamyris. Cf. Pollux, Onomasticon, II, 60-61 Bethe : « en effet, on nomme habituellement pérôsis en relation avec un accident des yeux (ἐπὶ τὸ πολὺ γὰρ τὴν πήρωσιν μετὰ προσθήκης τῶν ὀϕθαλμῶν λέγουσιν) ».

91 Ibid. : « Un anapèros est celui qui est devenu infirme de tout le corps (Ἀνάπηρος δ' ἐστὶν ὁ πᾶν τὸ σῶμα πεπηρωμένος) ».

92 Voir la définition d’Aristote, Métaphysique, V, 27, 1024 a, 12-29.

93 Pollux, Onomasticon, I, 29, 4-6 Bethe. La suite nous apprend en outre qu’il était nécessaire que la vache choisie n’ait jamais été attelée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannick Muller, « Infirmité et mutilation corporelle en Grèce ancienne : le cas de la famille étymologique de πηρός », Pallas, 106 | 2018, 289-308.

Référence électronique

Yannick Muller, « Infirmité et mutilation corporelle en Grèce ancienne : le cas de la famille étymologique de πηρός », Pallas [En ligne], 106 | 2018, mis en ligne le 23 août 2018, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/pallas/5996 ; DOI : 10.4000/pallas.5996

Haut de page

Auteur

Yannick Muller

Docteur en Sciences de l’Antiquité
Université de Strasbourg
UMR 7044 Archimède
yannickmuller[at]unistra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals