Navigation – Plan du site
Épopée

Remarques sur le vocabulaire architectural chez Hésiode

Remarks on Hesiod’s architectural vocabulary
Sylvie Rougier-Blanc
p. 43-62

Résumés

L’étude du vocabulaire de la maison dans le corpus hésiodique permet de souligner la continuité dans les usages terminologiques avec les épopées homériques et la relative homogénéité du corpus. Néanmoins, certains emplois constituent une inversion des usages homériques et sont un indice de la distance (souvent ironique) que prend Hésiode par rapport à la tradition homérique. L’habitat ne joue pas un rôle premier dans la Théogonie ni dans les Travaux mais contribue à la mise en valeur de la puissance de Zeus. Dernier élément remarquable, l’absence chez Hésiode de toute singularisation dans l’évocation de l’habitat humain. Description des pièces et des différents espaces, décors, aspect général : autant de points caractéristiques des maisons de héros homériques, voire de l’habitat plus modeste comme la klisiê du porcher Eumée. En termes historiques, cette importante différence de traitement pourrait témoigner d’une certaine homogénéisation de l’habitat et de l’absence de maisons caractéristiques d’une élite.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Auteur d’une thèse sur Hésiode intitulée Les mythes et les notions morales dans les Travaux et les (...)

1Il y a quelques années, je participais pour la première fois à un colloque organisé par l’université de Toulouse II – je venais tout juste d’être recrutée comme maître de conférences en histoire. J’exposais quelques données de mes recherches sur le vocabulaire architectural chez Homère. A ma grande surprise un participant me reprocha de ne pas avoir parlé d’Hésiode et énuméra de mémoire tous les passages de la Théogonie et des Travaux et des Jours où il était question de maison et de foyer, de δώματα et d’οἶκος. J’étais très impressionnée et ne sus que répondre. Ce collègue, je l’appris bien plus tard, c’était Jean-Claude Carrière1. Et si, j’ose l’avouer, son intervention m’avait paru légèrement décalée, je comprends aujourd’hui que c’était un cadeau, et je l’en remercie par ces quelques remarques.

2J’avais en effet dans mes recherches terminologiques volontairement écarté Hésiode. L’épopée homérique offrait en elle-même un corpus suffisamment stimulant : il y est constamment question de jambages de portes bien ajustés, de maisons solidement construites et le vocabulaire technique côtoie pour un effet de réel frappant les créatures les plus extraordinaires (Sirènes, Cyclope…). La maison d’Ulysse a fait l’objet depuis le XIXe s. de nombreuses tentatives de restitution en plan, plus ou moins orientées par les découvertes archéologiques du moment. Cet intérêt régulier pour le cadre domestique s’explique par l’apparente précision des quelques descriptions homériques et surtout par le rôle que joue l’architecture dans la narration épique : pour comprendre le déroulement du massacre des prétendants, il faut pouvoir imaginer la position des différents protagonistes, le nombre d’issues qu’offre la salle de festin…

  • 2 Toute la question est de savoir s’il est possible de traiter sur le même plan la Théogonie, Les Tra (...)
  • 3 En termes de chiffres, pour le vocabulaire de la maison (c’est-à-dire δῶμα, δόμος, οἶκος) chez Hési (...)

3Chez Hésiode, rien de tel. La parenté de mètre et de vocabulaire n’est qu’une illusion : nous ne sommes plus dans la narration épique mais face à un corpus très hétérogène2. L’espace, et plus particulièrement le cadre domestique, ne semblent pas occuper une place de premier plan ; les descriptions d’habitats sont brèves et anecdotiques, sans cohérence apparente. Et, avouons-le, le corpus est limité3. Il me semblait difficile d’établir une cohérence dans les usages si rares du vocabulaire de l’architecture.

  • 4 Pour l’argumentation sur la question du rôle de l’écriture dans l’œuvre d’Hésiode, voir West, 1966, (...)
  • 5 D’où la présence importante de vers formulaires qui augmente la fréquence de certains termes ou gro (...)
  • 6 Havelock, 1963.
  • 7 Hésiode raconte sa victoire aux aethla de Chalcis en l’honneur d’Amphidamas (Trav. 654-656) : sur l (...)

4La comparaison avec l’œuvre d’Homère malgré une même tradition culturelle est délicate. Hésiode a composé son œuvre avec le recours à l’écriture4 alors que les épopées sont le fruit d’une longue tradition orale, probablement fixée aux alentours du VIIIe s.5, tradition qui justifie à la fois une forme d’encyclopédisme6 et une mise en valeur du cadre de l’action des protagonistes. La question de l’audience est aussi déterminante7. Bref l’interprétation des usages terminologiques chez Homère et chez Hésiode ne répond pas aux mêmes exigences et la méthode d’approche ne peut être identique.

  • 8 D’une certaine manière, alors que chez Homère le monde des dieux, le passé héroïque et les allusion (...)
  • 9 Tandy, 1997, p. 194. Edwards, 2004, p. 19-25 montre la pleine validité de l’approche historique. Le (...)
  • 10 L’édition de référence reste Merkelbach-West 1967 (abrégée M-W) complétée pour les nouveaux fragmen (...)
  • 11 Les deux derniers vers de la Théogonie (1021-1022) sont les deux premiers du Catalogue des femmes ( (...)
  • 12 Debiasi, 2008, p.18-19. Il conçoit le Bouclier comme partie intégrante du Catalogue
  • 13 Déjà choisi par Nagy, 1990, p. 80 qui souligne la nécessité de considérer tous les poèmes d’Hésiode (...)
  • 14 Avec près de 1000 vers aujourd’hui à notre disposition, le catalogue, même fragmentaire, ne peut êt (...)
  • 15 West, 1985, p. 125-171, place la genèse du poème aux alentours du VIe s. (580-520) en contexte atti (...)

5L’Iliade et l’Odyssée offrent une construction sur le long terme (sur près de 15 000 vers chacune), une mise en scène des personnages dans l’espace au service d’une tension dramatique forte. L’architecture crée aussi un effet de réel tout en se référant à un passé héroïque. L’œuvre d’Hésiode est moins unifiée dans la forme comme dans le fond8 : elle s’apparente davantage à un catalogue didactique qu’à un récit épique. Le corpus hésiodique est très hétérogène. L’auteur recourt plus particulièrement au réalisme dans Les Travaux et les Jours : ancrés dans une actualité contemporaine, saturés de détails pratiques sur la vie quotidienne du paysan béotien, Les Travaux se prêtent volontiers à une étude des realia9 et constituent le champ d’investigation privilégié de l’historien. Pourtant l’architecture y est peu représentée et ce paradoxe mérite d’être souligné. Comment considérer la Théogonie, le bouclier et le Catalogue dont les dieux et les héros sont les principaux protagonistes? Malgré l’aspect fragmentaire du Catalogue10, il constitue la suite logique de « l’histoire des dieux »11. A. Debiasi n’a pas tort quand il évoque un triptyque organique et considère le corpus hésiodique comme un tout12 : dans le cadre d’une histoire de l’humanité, Hésiode aborde le monde des dieux, celui des héros et celui des mortels. Nous partirons de ce postulat13 et l’analyse de la terminologie architecturale permettra de contribuer à la réflexion sur l’unité du corpus hésiodique, tout particulièrement pour le Catalogue des femmes14, dont la datation est très discutée15 : nous verrons s’il laisse ou non apparaître un usage singulier de la terminologie architecturale, d’où la nécessité d’aborder l’ensemble de l’œuvre d’Hésiode comme un tout, mais d’en distinguer les parties dans le corps de l’analyse.

  • 16 West, 1968.
  • 17 Pour un aperçu de la richesse des interprétations proprement historiques du personnage d’Hésiode, t (...)
  • 18 Martin, 1992, p. 19
  • 19 Mais quel moment ?
  • 20 Tandy, 1997, p. 206.

6Le contexte historique et géographique est aussi un aspect particulier de l’œuvre d’Hésiode, plus facile en apparence à placer dans le temps et dans l’espace que celle d’Homère. Le poète se met en scène : il ose dire « je » et nous livre dans les Travaux des aspects de sa vie : sa rencontre avec les muses sur l’Hélicon, la venue de son père, en bateau depuis Kymé d’Eolide jusqu’en Béotie dans le village d’Ascra où il vit désormais (Trav. 631-641), sa querelle avec son frère Persès au sujet de l’héritage paternel (Trav. 27-39), sa victoire aux jeux de Chalcis (Trav. 650-662), autant de points qui orientent l’analyse autour des années 70016. Même si persona et personnage ne peuvent se confondre17, une partie de son œuvre est articulée autour d’une perception personnelle de la réalité contemporaine et la difficulté réside dans le mélange discret entre topoi littéraires18 et allusions à la situation économique et politique du moment19. Ces deux approches du corpus hésiodique (des Travaux pour l’essentiel) ne s’excluent pas l’une l’autre20 et pour la question qui nous intéresse prennent un relief particulier. L’extrême rareté des descriptions d’architecture dans la plus réaliste des œuvres attribuée à Hésiode doit être considérée à la lumière de ces remarques générales.

  • 21 Debiasi, 2008, p. 26 sqq.
  • 22 Will, 1957 et Detienne, 1963, qui fait du temps d’Hésiode « un temps malheureux », corrigés en part (...)
  • 23 Pour une approche synthétique de cette question déjà évoquée par Desborough, voir Lemos, 1998.
  • 24 Lemos, 1998, p. 47-49.
  • 25 Walcot, 1966.
  • 26 Debiasi, 2008.

7Debiasi souligne une autre difficulté : Hésiode nous livre un tableau terrible des conditions de vie du petit paysan béotien et met en scène un monde fermé, replié sur lui-même dans les Travaux.21. La situation de la Béotie à son époque semble difficile22. Mais ce que nous savons de cette région par l’archéologie récente semble contredire ce noir tableau. A la période géométrique, la Béotie appartient à la koinè eubéenne23 particulièrement florissante, à laquelle participent les Cyclades, la Thessalie contiguë et probablement une partie du nord de la Grèce (Macédoine et Chalcidique). Cette koinè se caractérise par une même culture matérielle et de forts contacts avec le monde extérieur via l’expansion maritime des Eubéens24. On pourrait toujours objecter pour résoudre cette contradiction qu’Hésiode écrit les Travaux à la fin de l’époque géométrique et au début de la période archaïque, à un moment de fort déclin. Pourtant les emprunts à l’Orient25 et les références à l’Occident26 dans l’œuvre d’Hésiode, plus particulièrement dans les Travaux, poussent à penser que l’auteur a bénéficié plus ou moins directement des échanges induits par cette koinè.

  • 27 Tandy, 1997, p. 197-201 sur la question de ce qu’il appelle la tradition antiaristocratique. Debias (...)

8La situation de l’habitat en Béotie aux époques géométrique et archaïque ne nous est que très peu connue. Mais ces premières remarques historiques nous invitent à ne pas prendre le texte « au pied de la lettre » : en matière d’architecture aussi, Hésiode se situe dans la continuité d’Homère et perpétue une tradition, tout en la pervertissant27. Revenons au texte pour analyser le vocabulaire et l’image de l’espace domestique que nous transmet le corpus hésiodique. La question de l’interprétation historique doit être abordée dans un second temps pour éviter tout raisonnement circulaire.

1. Terminologie architecturale chez Hésiode

  • 28 Rougier-Blanc, 2005 partie I. Pour des propositions de traduction, p. 32-33.

9Les mots de la maison sont nombreux dans les épopées homériques : δῶ, δῶμα/ δώματα, δόμος /δόμοι, οἶκος autant de termes qui ne désignent pas le même aspect de l’habitat et n’ont pas exactement le même sens28. L’alternance singulier et pluriel a donné lieu à des interprétations de distinction sémantique à partir de l’analyse en contexte, en partant du principe que les contraintes métriques n’expliquaient pas tous les pluriels non numératifs.

10Chez Hésiode, δῶμα est présent à 32 reprises, (4 fois seulement au singulier), δόμος 17 fois (dont 9 fois au singulier) et οἶκος 23 fois (dont 3 pluriel οἶκοι) ; on rencontre οἰκία 3 fois. et quelques dérivés (3 οἴκαδε, 2 οἴκονδε et un adjectif οἰκήιος), soit en termes de répartition une certaine préférence pour οἶκος :

  • 29 Les composés du mot ne sont pas considérés.

Terme sing/pl

Chez Homère

%

Chez Hésiode

%

δῶμα

248

47,23

32

44,44

δόμος

143

27,23

17

23,61

οἶκος29

134

25,52

23

31,94

total

525

72

  • 30 Th. 75, 114, 783, 804 et 963. Trav.81,110, 128. fr. (M-W) : 7.3, 25.27, 75.20,343.17.
  • 31 Chaque dieu a sa demeure dans l’Olympe, construite par Héphaistos (voir Il. I, 607-608 ; XI, 76, XI (...)
  • 32 Sur la distinction singulier/pluriel dans les usages homériques, voir Rougier-Blanc, 2005, p. 29-31
  • 33 Elle est la plus élevée, reflet de la position du roi des dieux dans l’Olympe (West, 1978, p. 141). (...)
  • 34 Sous la terre, au pays des Arimes  (v.304). Sur les questions de localisation, voir West, 1966, p. (...)
  • 35 Rougier-Blanc, 2005, p. 21-25 et 48-49. Le terme désigne notamment la grotte de Calypso.
  • 36 West, 1966, p. 371. Pour les questions d’identification avec les chutes de Nonacris en Arcadie (Hér (...)
  • 37 Décrites en 767 sq.
  • 38 On trouve en Od. XII, 4, ὅθι τ΄ Ἠοῦς ἠριγενείης
    οἰκία καὶ χοροί εἰσι καὶ ἀντολαὶ Ἠελίοιο͵
    Sur les tr
    (...)
  • 39 Sur la question de la localisation, West, 1966, p. 379. Pour lui, « Kotos and Gyges live at the end (...)
  • 40 Même type de formulation en Il. III, 138 et XIV, 268, hym. Dem 79. Selon West, 1966, p. 281 , la fo (...)
  • 41 Fr. (M-W) 204.61. 199.8 est obscur.

11Dans la Théogonie comme dans les Travaux et dans une partie du Catalogue, la forme du pluriel neutre δώματα désigne le séjour divin de façon très générale,  souvent selon la formule homérique du type Ὀλύμπια δώματα ἔχοντες avec quelques variantes30: les dieux/les muses « qui ont leur(s) demeure(s) sur l’Olympe ». Le pluriel est numératif dans ces cas31. Les rares mentions qui se détachent du formulaire homérique désignent la plupart du temps, malgré la forme pluriel, une seule maison32 : en Th. 40, δώματα πατρὸς est la maison de Zeus comme en Trav.833. En 303, κλύτα δώματα, « la demeure illustre » est celle que les Dieux permettent au monstre enfanté par la fille de l’Océan, Echidna. Il s’agit d’une grotte (σπέος) qui fait office de maison34, point qui confirme le sens très général de δῶμα, observé chez Homère35. En 777, la fille d’Océan vit dans des κλύτα δώματα, « une demeure illustre », qui correspond probablement aussi à une grotte36. Les δώματα d’Hadès de 45537 désignent une seule et même demeure. En revanche, en Th. 63 et 816, Hésiode mentionne plusieurs habitations : les Muses ont leurs « chœurs brillants et leurs belles demeures » dans l’Olympe neigeux38, Cottos et Gygès (les cent bras) ont leur demeure « aux fondements d’Océan »39 : δώματα ναιετάουσιν ἐπ΄ Ὠκεανοῖο θεμέθλοις. Les seules mentions au singulier s’appliquent aux demeures de héros ( le mariage d’Astérie, fille de Léto avec Persès40, ou la demeure de Tyndare41) .

12On remarque donc une grande cohérence dans les emplois de δῶμα (le terme désigne de manière privilégiée les habitats des dieux) et une forte continuité avec les usages homériques. C’est le mot le plus courant pour désigner de façon générale l’habitation, et plus spécifiquement le séjour des dieux.

  • 42 Rougier-Blanc, 2005, p. 23-24.
  • 43δόμον ποιῶνquand tu construis une maison…et Trav. 520.
  • 44 Th. 751 pour la demeure de Styx, habitat imaginaire certes, mais dont l’agencement nous est détaill (...)
  • 45 L’une va descendre et rentrer à l’heure même où l’autre sort, et jamais la demeure ne les enferme t (...)
  • 46 Fr. (M-W) 10 (a) 36, 129.4, 180.12
  • 47 Les vers qui décrivent le retour d’Amphitryon chez lui respectent le même nombre (38 et 45).

13Δόμος, moins fréquent que le précédent, sert chez Homère pour l’habitat considéré en tant que construction42 : il qualifie aussi bien l’habitat humain que divin et Hésiode se conforme aux usages homériques comme en témoigne Trav. 74643. Le terme insiste sur la notion d’habitat concret : on le trouve notamment pour introduire les quelques descriptions architecturales que contient le corpus44, notamment en Th. 386 où δὸμος est associé à ἕδρη. Le passage semble aussi sous-entendre que les δώματα de Zeus comprennent plusieurs δόμοι. L’alternance du singulier et du pluriel se retrouve sans explications apparentes. Dans la description de la demeure de la Nuit, le singulier est utilisé pour l’intérieur, le pluriel pour l’extérieur, mais cette distribution n’est pas suivie dans le reste du corpus45. Notamment dans le Bouclier et dans les fr. du Catalogue, on trouve ἐν ὑψηλοῖσι δόμοισι46 mais aussi, de façon interchangeable, προλιποῦσα δόμους (Bouclier 1) et προλιπὼν σφέτερόν τε δόμον (Bouclier 90)47, probablement pour des raisons de contraintes métriques. Est-ce à dire que le recours à l’écriture a modifié le mode d’utilisation de la terminologie de la maison ? Elle serait devenue plus fluide, moins figée. Le cas de la maison d’Hadès montre qu’Hésiode pratique, dans une sorte de réflexe anti homérique, l’art de la variatio : pour évoquer la demeure « sonore » du dieu, le poète dit en Th. 767 :

  • 48 Là s’élève en face de l’arrivant la demeure sonore du dieu des enfers, le puissant Hadès, et Persép (...)
  • 49 Ils partirent pour la demeure moisie de l’Hadès frissonnant, sans laisser de nom sur la terre. (tra (...)

ἔνθα θεοῦ χθονίου πρόσθεν δόμοι ἠχήεντες
ἰφθίμου τ΄ Ἀίδεω καὶ ἐπαινῆς Περσεφονείης
ἑστᾶσιν͵48

mais en Trav. 153,

βῆσαν ἐς εὐρώεντα δόμον κρυεροῦ Ἀίδαο͵
νώνυμνοι49

  • 50 La situation est différente chez Homère. Rougier-Blanc, 2005, p. 41-43. où la maison d’Hadès est pa (...)

14Le changement de nombre peut aussi s’expliquer par le passage d’un à deux possesseurs. Hadès et Perséphone auraient chacun leur maison50.

  • 51 μούνη δ΄ αὐτόθι Ἐλπὶς ἐν ἀρρήκτοισι δόμοισιν
    ἔνδον ἔμεινε πίθου ὑπὸ χείλεσιν οὐδὲ θύραζε
    ἐξέπτη·
  • 52 West, 1978, p. 170-171, évoque Euripide, Alceste 160 probablement inspiré du passage. Mais les usag (...)

15Notons un dernier emploi original en Trav. 96 : Elpis est retenue prisonnière dans sa jarre par Pandore comme dans une maison (le terme est au pluriel51) : cette métaphore est originale52 mais reprend le thème de l’emprisonnement fréquent chez Hésiode. La personnification se poursuit avec l’adverbe θύραζε. L’image contribue à associer l’Espoir (un mal pour Hésiode) à la femme (dont le domaine de prédilection est le cadre domestique).

  • 53 Où sont évoquées pour la seule et unique fois chez Hésiode des colonnes.

16Au terme de cette première analyse, il apparaît qu’Hésiode utilise les termes de la maison dans la continuité d’Homère. Reste quelques bizarreries comme en Th. 777 où Hésiode fait référence à la demeure de Styx comme δώματα alors qu’on attendrait plus logiquement δόμοι à cause de la description « architecturale » qui suit53.

  • 54 Il est le plus vague de tous les termes de l’habitat (Rougier-Blanc, 2005, p. 66-69).
  • 55 64, 744, 758 et fr. 151. Sur Th. 64, voir West, 1966, p. 177.
  • 56 Rougier-Blanc, 2005, p. 76-80 et 90.
  • 57 En terme de répartition architecture divine/architecture humaine, on pourrait dire que la Théognie (...)

17Chez Homère, oἰκία est un terme très général pour désigner le « séjour », ou, avec l’expression οἰκία ἔχω, le fait d’habiter54. La formule se retrouve chez Hésiode, essentiellement dans la Théogonie55. Oἶκος est généralement réservé à l’habitat humain dans les épopées et a souvent un sens économique : il désigne le lieu de stockage des richesses, les esclaves et serviteurs et parfois le patrimoine56. On retrouve ces mêmes distinctions sémantiques dans notre corpus. Conformément à cette logique, oἶκος est totalement absent de la Théogonie et οἰκία des Travaux. A chaque sphère (dieux/mortels), son espace57.

Répartition sémantique d’oἶκος chez Hésiode dans les Travaux.

A/Foyer, logis :
- Maison comme lieu de résidence familiale :
Trav. 131 (lieu de résidence du fils et de la mère dans la race d’argent), Trav. 150 (maisons de bronze de la race de bronze), Trav. 136 (avoir un fils unique pour éviter les partages).
- Prendre femme ou lieu qui abrite la fille à marier :
Trav. 695 ; 733 ; 800. Tableau de la jeune fille indolente : Trav. 523, 525 (la maison sans feu)
- avoir une maison, un toit Trav. 405, 395.
B/oἶκος comme foyer économique, lieu de gestion des ressources.
On y fait croître ou décroître son bien :
Trav.23, 244, 325 494, 32
Lieu de stockage et atelier de travail :
Trav. 407, 428, 627 (les agrès), 42, 457, 576, 601, 611, les grains, les grappes.
Thème du retour en Trav.554, 673 dans le but d’éviter le tempête.

  • 58 Rougier-Blanc, 2005, p. 213-220.
  • 59 Le héros est souvent architecte concepteur de sa maison : Il.VI, 313-317, Od.XXIII, 190-198.
  • 60 Rougier-Blanc, 2005, p. 46-48, pour les fonctions de la κλισίη.
  • 61 Edwards, 2004, p. 89 n. 9. Le terme se trouve en Trav. 301, 411 au singulier et 307,374, 503 au plu (...)
  • 62 Pour les hypothèses étymologiques, voir DELG s.v. καλία, ίη en ionien qui désigne une hutte, une ca (...)
  • 63 Trav. 307 est un vrai pluriel et sous entend que Persès dont une grange sera remplie par Déméter (3 (...)
  • 64 Trav. 503 : L’été ne durera pas toujours ; faites-vous des cabanes. (trad. P. Mazon). West, 1978, p (...)
  • 65 Contra Edwards, 2004, p. 89 n. 9 qui suggère que la καλιή est une partie de la maison, « a storeroo (...)

18La principale originalité du corpus hésiodique est d’insister sur la fonction économique de l’oἶκος et d’y ajouter la notion d’atelier de fabrication d’outil, fonction qui n’est jamais présentée comme telle chez Homère. Dans l’Il. et l’Od., on y produit de la farine, on y parque les cochons ou les moutons pour les festins, des oies courent dans la cour, on y fabrique aussi des vêtements58 (de prestige dans les οἶκοι royaux) et la construction de la maison, dans ses aspects parfois les plus techniques, fait l’objet de toute l’attention du poète59. Dans le corpus hésiodique, la maison n’est plus le centre de préoccupation : c’est un abri qui doit être efficace (non un objet de prestige), un atelier où les outils sont confectionnés alors que c’est le rôle de la κλισίη dans l’Od.60 ; comme chez Homère, on y stocke le grain, les vivres, les biens. Un terme spécifique, qui est peut-être un équivalent de κλισίη61, est utilisé pour désigner le stockage dans le corpus hésiodique : καλιή62, la grange à blé, lieu de stockage des surplus en prévision des jours difficiles63 et abri pour les serviteurs64 : c’est probablement un édifice distinct du δόμος mais rattaché à l’ensemble de l‘oἶκος65.

  • 66 Rougier-Blanc, 2005, p. 197-200 sur les sens du mot et l’alternance singulier/pluriel.
  • 67 Seul singulier à ma connaissance, fr. (M.-W.) 10 (a) 54 : ἐν μεγάρωι εὐπήκτωι.
  • 68 Sur 24 mentions, 22 appartiennent aux fragments.
  • 69 Th. 384 pour désigner la maison où Styx a mis au monde ses enfants. Même thématique pour fr. (M.-W) (...)
  • 70 Par exemple fr. (M-W) 211, 10 ; 257, 2.
  • 71 Ce que nie West, 1978, p. 252 qui note que ἐν μεγάροισιν est même employé pour la baraque d’Eumée e (...)

19Μέγαρον, si fréquent chez Homère pour désigner la salle principale de la maison ou la maison dans son ensemble66, est rare chez Hésiode et surtout utilisé au pluriel67. Il est particulièrement attesté dans les fragments, ce qui rend l’interprétation difficile68. Néanmoins les contextes d’emploi sont relativement homogènes : il désigne le lieu où naissent les enfants (des dieux ou des héros, jamais du commun des mortels)69, où se déroulent les mariages70, en totale continuité avec les usages homériques. Trav. 377 présente cependant un emploi très original71 :

μουνογενὴς δὲ πάις εἴη πατρώιον οἶκον
φερβέμεν· ὣς γὰρ πλοῦτος ἀέξεται ἐν μεγάροισιν·
γηραιὸς δὲ θάνοι ἕτερον παῖδ΄ ἐγκαταλείπων.
ῥεῖα δέ κεν πλεόνεσσι πόροι Ζεὺς ἄσπετον ὄλβον·

Puisses-tu n’avoir qu’un fils pour nourrir le bien paternel – ainsi la richesse croît dans les maisons – et mourir vieux en laissant ton fils à ta place. (trad. Mazon)

  • 72 Sur l’héritage et la filiation, voir notamment Carlier, 1984, p. 187-190.

20Les usages terminologiques sont surprenants et Hésiode procède en chiasme : on attendrait ἐν μεγάροισιν pour évoquer l’éducation du fils et οἶκος pour l’accumulation des ressources. Certes, ἐν μεγάροισιν peut répondre au souci d’éviter une répétition et n’être qu’une manifestation de l’art de la variatio et du mode de composition par écrit mais il est plus stimulant d’y voir une inversion volontaire des usages homérique en matière de vocabulaire de la maison, d’autant plus qu’ils sont jusqu’ici respectés pour οἶκος. L’arrière plan homérique est évident mais il est retourné : Ulysse et Pélée n’ont qu’un fils mais pour leur plus grand malheur, Priam et ses cinquante fils et filles constituant l’équilibre parfait72. Ce passage est le premier exemple d’une stratégie qui consiste à renverser les usages homériques en matière de terminologie architecturale .

  • 73 Rougier-Blanc, 2005, p. 133-142.
  • 74 De façon très attendue, pour désigner la ville de Thèbes « aux sept portes » en Trav.  162, Bouclie (...)

21Le vocabulaire des portes, si bien attesté chez Homère73, l’est aussi dans l’œuvre d’Hésiode, avec une nette préférence pour πύλαι au pluriel74. Ce choix est paradoxal car les Travaux comme la Théogonie devraient laisser plus de place au cadre domestique (des hommes et des dieux) qu’à celui de la ville. Dans le Bouclier 272, la cité des hommes, dite εὔπυργος comporte :

  • 75 Trad.P. Mazon : Sept portes en or, garnies de linteaux la [la cité entourée de rempart] fermaient.

χρύσειαι δέ μιν εἶχον ὑπερθυρίοις ἀραρυῖαι
ἑπτὰ πύλαι·75

22La terminologie architecturale utilisée est dans la pure tradition homérique. Néanmoins dans l’Odyssée le linteau (d’argent, alors que les portes sont en or) est celui de la maison d’Alkinoos. Le cadre est domestique. Le glissement de contexte s’observe aussi pour la seule et unique attestation de θύραι (Th. 732). Hésiode décrit le Tartare.

…κεκρύφαται βουλῇσι Διὸς νεφεληγερέταο͵
χώρῳ ἐν εὐρώεντι͵ πελώρης ἔσχατα γαίης.
τοῖς οὐκ ἐξιτόν ἐστι͵ θύρας δ΄ ἐπέθηκε Ποσειδέων
χαλκείας͵ τεῖχος δ΄ ἐπελήλαται ἀμφοτέρωθεν.

C’est là que les Titans sont cachés dans l’ombre brumeuse, par le vouloir de Zeus, assembleur de nuées. Il n’en peuvent sortir : Poséidon a sur eux clos des portes d’airain, le rempart s’étend de tous les côtés (trad.Mazon).

  • 76 Sur ἐπιτιθήμι pour les fermetures de portes, Rougier-Blanc, 2005, p. 154-160. Il s’agit ici d’un ve (...)
  • 77 Pour le détail des arguments West, 1966, p. 365 sqq. Mazon athétise tout l’ensemble.

23Le vocabulaire est celui de l’architecture domestique homérique : τεῖχος et θύρας ne laissent aucun doute. Les Titans sont enfermés dans une maison76. La description de cette prison est reprise en 811-814, sans cohérence dans le vocabulaire puisqu’aux θύραι succèdent, sans raison apparente, les πύλαι. Pour cette raison l’authenticité de ces passages a été remise en question77. Mais avant de conclure à l’incohérence des usages hésiodiques, il est indispensable de replacer l’ensemble de la terminologie architecturale dans la Théogonie et dans chacune des œuvres du corpus.

2. Architecture et poésie

  • 78 Kumanieck, 1963 et Walcott, 1964 pour les Trav. Ce dernier analyse plus précisément la composition (...)
  • 79 Nelson, 1998, p. 45-46 et le tableau de la structure de la Th. proposé en annexe de l’ouvrage.
  • 80 Rougier-Blanc, 2005, p. 257.
  • 81 Clay, 2003, p. 15-30

24L’absence de narration continue chez Hésiode rend délicate l’analyse d’une cohérence d’ensemble dans les usages terminologiques. Les études de structures ont bien montré un système de composition circulaire et un certain goût de la répétition pour unifier et organiser les œuvres78. Dans le cas de la Théogonie, l’enjeu est de décrire la naissance des dieux et l’émergence de la figure de Zeus pour créer l’ordre cosmique. L’alternance entre généalogie et narration, sans subordination à une chronologie (nous sommes chez les dieux) permet un mode de composition complexe, alternant juxtaposition et développement, à la fois sur le mode de la verticalité (en partant de la terre, d’Ouranos jusqu’aux Titans et la victoire de Zeus) et de l’horizontalité (avec trois lignées de dieux, celle des monstres puis des héros)79. Les mythes sont utilisés dans le but de révéler la suprématie de Zeus. Quelle place occupe l’architecture dans la composition du poème et pourquoi ? Si l’espace était au service de l’avancée de l’action chez Homère, scandant les étapes du drama80, il n’en est rien chez Hésiode. Dans la Théogonie se mêlent généalogie et géographie81. Chaque dieu est inscrit dans l’espace, celui d’avant les hommes, à commencer par les Muses de l’Hélicon. Le statut de dieu est associé à la localisation parmi les Olympiens et la formule homérique Ὀλύμπια δώματα ἔχοντες, synonyme d’ « Immortels » prend tout son sens dans un texte qui raconte leur naissance. Les dieux sont identifiés par leur appartenance à l’espace divin (Olympe ou Tartare) et leur territoire d’influence dans le futur monde des hommes. L’Olympe « aux mille replis » (Th.101) dit l’incommensurable distance entre mortels et Immortels. Ainsi les Muses nées en Piérie (Th. 53-54), séjournent sur l’Hélicon (Th. 1-2 ; 23) mais habitent l’Olympe (Th. 63-64).

  • 82 Th. 57, 404, 909 et 938.
  • 83 Pas même le θάλαμος, si fréquent dans ces contextes.
  • 84 Od. XX, 354-355. Rougier-Blanc, 2005, p. 230-232, sur la maison d’Ulysse considérée comme un être v (...)

25La maison de Zeus est le premier espace architecturé mentionné car il y a une forte association entre la maison et le statut de son possesseur. Seul espace domestique à faire l’objet d’une personnification, et ce dès le début du poème, les δώματα du fils de Cronos ne sont pas pour autant décrites. Il n’y a pas en effet, contrairement à ce qui se passe chez Homère, d’architecture divine au sens propre, comme si, s’appuyant sur la tradition de son prédécesseur, Hésiode ne cherchait pas à rivaliser sur ce terrain. Les dieux s’unissent et si le vocabulaire (« monter sur le lit », « s’unir dans la couche »82) est typiquement homérique, aucun lieu n’est mentionné83. En revanche, le vers 39 reprend l’image odysséenne de la maison qui saigne84 mais à rebours, comme pour substituer au tragique de l’épopée, le rire provoqué par les Muses :

  • 85 Trad. P. Mazon modifiée : Sans répit de leurs lèvres, des accents coulent, délicieux, et la maison (...)

…τῶν δ΄ ἀκάματος ῥέει αὐδὴ
ἐκ στομάτων ἡδεῖα· γελᾷ δέ τε δώματα πατρὸς
Ζηνὸς ἐριγδούποιο θεᾶν ὀπὶ λειριοέσσῃ
σκιδναμένῃ͵85

26Cette personnification, unique chez Hésiode et héritée d’Homère, montre le statut de Zeus. De tout les dieux olympiens, lui seul a une maison assimilée à un être vivant. Les autres espaces mentionnés dans la Théogonie, à l’exception du Tartare, sont peu architecturés : la grotte du monstre Echidna (295-306) n’est qu’évoquée. Le monde des morts en revanche fait l’objet de quatre développements différents. Parce qu’échappant a priori au contrôle de Zeus, il est au centre de l’attention du poète. La construction des vers 716 à 819 longtemps considérée comme incohérente (une accumulation d’interpolations de toutes sortes) est rigoureuse : le passage commence et se termine par l’emprisonnement des Titans, témoignage de la mainmise et de l’autorité de Zeus sur le domaine d’Hadès. La cohérence avec l’ensemble du poème est parfaite. Les quatre espaces domestiques différents évoqués au cours de ce passage présentent des similitudes architectoniques et répondent à une même thématique : celle du lieu clos, infranchissable et effrayant. La demeure de Styx comme, dans une certaine mesure, la prison des Titans associent nature (les racines de la terre, Th. 728, le couronnement de rocs, Th. 778) et architecture (enceinte et colonnes respectivement en Th. 726 et 778).

Localisation, architecture et construction du texte (Th. 717-819, trad. Mazon)

Prison des Titans 

717

…sous la terre…

726

τὸν πέρι χάλκεον ἕρκος ἐλήλαται· ἀμφὶ δέ μιν νὺξ

727

τριστοιχὶ κέχυται περὶ δειρήν· αὐτὰρ ὕπερθε

728

γῆς ῥίζαι πεφύασι καὶ ἀτρυγέτοιο θαλάσσης.
Autour de ce lieu court un mur d’airain

Un triple rang d’ombre en ceint la bouche étroite

Au dessus ont poussé les racines de la terre et la mer inféconde

731-732

τοῖς οὐκ ἐξιτόν ἐστι͵ θύρας δ΄ ἐπέθηκε Ποσειδέων
χαλκείας͵ τεῖχος δ΄ ἐπελήλαται ἀμφοτέρωθεν.

Ils n’en peuvent sortir : Poséidon a sur eux clos les portes d’airain

Le rempart s’étend de tous les côtés

Géographie du Tartare

736-745
dont 740

Là sont…là se dresse…

οὐδέ κε πάντα τελεσφόρον εἰς ἐνιαυτὸν
οὖδας ἵκοιτ΄͵ εἰ πρῶτα πυλέων ἔντοσθε γένοιτο͵
abîme dont on n’atteindrait pas le fond, une année entière se fût-elle écoulée, depuis qu’on en aurait passé les portes.

Demeure de la nuit

745-757

ἀλλήλας προσέειπον ἀμειβόμεναι μέγαν οὐδὸν
χάλκεον·
ἡ μὲν ἔσω καταβήσεται͵ ἡ δὲ θύραζε
ἔρχεται

en franchissant le vaste seuil d’airain…

Séjour des enfants de la nuit

757-766

La maison du dieu des enfers

767-774

ἔνθα θεοῦ χθονίου πρόσθεν δόμοι ἠχήεντες

la maison sonore du puissant Hadès et de la redoutable Perséphone

Il [le chien qui en garde l’entrée] dévore tous ceux qu’il surprend sortant des portes (πυλέων ἔκτοσθεν)

La demeure de Styx

776-806
777-778

νόσφιν δὲ θεῶν κλυτὰ δώματα ναίει
μακρῇσιν πέτρῃσι κατηρεφέ΄· ἀμφὶ δὲ πάντῃ
κίοσιν ἀργυρέοισι πρὸς οὐρανὸν ἐστήρικται.

Elle habite, loin des dieux, une illustre demeure que couronnent des rocs élevés et que de tous côtés des colonnes d’argent dressent vers le ciel

Géographie du Tartare

807-810

Là sont…

Prison des Titans

811-819

ἔνθα δὲ μαρμάρεαί τε πύλαι καὶ χάλκεος οὐδός͵
ἀστεμφὲς ῥίζῃσι διηνεκέεσσιν ἀρηρώς͵
αὐτοφυής·

Là sont les portes resplendissantes, ainsi qu’un seuil d’airain, inébranlable, appuyé sur des racines sans fin, taillé par la nature.

C’est devant ce seuil, loin de tous les dieux qu’habitent les Titans, au-delà de l’abîme brumeux…

27À la lumière de ces remarques de composition, l’apparente contradiction entre θύραι et πύλαι peut s’expliquer par un changement de point de vue dans la description de la prison des Titans. Dans le premier cas, le point de vue est purement domestique : les monstres ne peuvent sortir ; dans le second cas, le point de vue est extérieur : ils ne peuvent être délivrés. Il s’agit non pas d’une contradiction mais d’une caractérisation particulière de la prison des Titans. Elle est close comme une maison et protégée comme une ville.

  • 86 Chez Homère, Le royaume d’Hadès est dit « au seuil de bronze » et dispose de πύλαι. Rougier-Blanc, (...)

28Dans la Théogonie, l’architecture, rare et souvent réduite à de brèves allusions dans la lignée des usages homériques, sert le pouvoir de Zeus. Le Tartare est le seul espace évoqué avec quelques détails : le but est de montrer la suprématie de Zeus sur ce lieu qui ne relève pas de son autorité mais de celle d’Hadès et de Perséphone. On y retrouve les caractéristiques de l’architecture divine (la suprématie du métal) mais avec une focalisation sur les espaces de limitation (murs, enceinte, seuils et portes) et une forte prédominance du bronze86. À la thématique homérique de l’inclusion/exclusion se substitue chez Hésiode celle de l’enfermement (cependant voisine en termes de choix terminologiques).

  • 87 Trav. 81, 110, 128. La première occurrence concerne la maison de Zeus (Trav. 8).
  • 88 On stocke aussi au-dessus du foyer le gouvernail pour le faire sécher pendant l’hiver (Trav.630).
  • 89 Il. XVI, 210-213.Voir Rougier-Blanc, 2002, p. 105-106.
  • 90 West, 1978, p. 288-289 parle d’humour conscient pour le vers 519.
  • 91 Voir Walcott, 1966.

29Dans les Travaux, la situation est différente. L’expression Ὀλύμπια δώματα ἔχοντες87 sert à marquer la forte séparation entre mortels et Immortels et les références à l’univers domestique sont très ponctuelles. Nous avons vu que le terme οἶκος était privilégié et désignait le lieu de stockage des biens et des richesses produites, et/ou l’atelier de fabrication des outils agricoles88, avec des thématiques unifiées (accroître ou diminuer son οἶκος). La maîtrise de la gestion de l’οἶκος est un des thèmes centraux des Travaux car elle dépend du respect de la justice de Zeus, tout en étant le reflet de la faveur des dieux. Seuls deux passages extrêmement limités peuvent être considérés comme descriptifs : l’excursus sur la force du Borée (Trav. 519-526) et la mention des interdits sexuels (Th. 725-734). Mais ils nous livrent une vision très restreinte du cadre domestique. La maison doit offrir une bonne protection aux vents, thème qui se retrouve chez Homère à travers l’évocation des pierres des murs bien jointives89. Dans le passage hésiodique des Trav. 519 sqq., la jeune fille occupe plus l’attention du poète que la maison90 : l’espace domestique semble ici réduit à une pièce unique, plurifonctionnelle (on s’y baigne, on y dort) mais c’est la protection des femmes qui est au centre du passage, peut-être sous l’influence de l’Orient91 :

  • 92 West, 1978, p. 288 rapproche cette expression de Il. IX, 663, Od. III, 402, IV, 304 et VII, 346 et (...)
  • 93 Trad. P. Mazon : Il (le Borée) ne pénètre pas davantage la jeune fille à la peau délicate, qui rest (...)

ἥ τε δόμον ἔντοσθε φίλη παρὰ μητέρι μίμνει
οὔπω ἔργα ἰδυῖα πολυχρύσου Ἀφροδίτης͵
εὖ τε λοεσσαμένη τέρενα χρόα καὶ λίπ΄ ἐλαίῳ
χρισαμένη μυχίη92 καταλέξεται ἔνδοθι οἴκου͵
ἤματι χειμερίῳ͵ ὅτ΄ ἀνόστεος ὃν πόδα τένδει
ἔν τ΄ ἀπύρῳ οἴκῳ καὶ ἤθεσι λευγαλέοισιν·.93

30Le même thème est repris dans les conseils de construction de Trav. 746-747 :

μηδὲ δόμον ποιῶν ἀνεπίξεστον καταλείπειν͵
μή τοι ἐφεζομένη κρώξῃ λακέρυζα κορώνη.

  • 94 Nelson,1998, traduit par “When you are building a house, do not leave the roof rough

Quand tu construis une maison ne laisse pas de saillie où se perche et où coasse la corneille bavarde94.

  • 95 West, 1978, p. 341 pour les parallèles en Inde et ailleurs.
  • 96 Pour une analyse des sens du passage Rougier-Blanc, 2005, p. 234-235.

31La remarque s’inscrit dans une énumération d’interdits et de superstitions95 mais peut aussi contenir une référence ironique à la fin de l’épisode du massacre des prétendants dans l’Odyssée (XXII, 239-240 puis 297-298) : Athéna (apparue d’abord à l’intérieur sous la forme d‘une colombe), se manifeste comme déesse depuis le toit probablement sur la poutre faîtière de la maison (en saillie ?) et scelle la victoire d’Ulysse96. Hésiode dissuaderait le petit paysan de construire comme le héros Ulysse ou tout simplement de croire en une protection divine analogue !

  • 97 Trad. P. Mazon : Ne vas pas non plus dans ta maison monter indécemment près du foyer tes parties gé (...)
  • 98 Luce, 2002, p. 85 parle d’une topographie sexuelle de la maison.
  • 99 Rougier-Blanc, 2005, p. 213-220.
  • 100 Discrètement car l’enjeu des Trav. repose davantage sur la gestion de la temporalité que sur celle (...)
  • 101 Souvent réduite à son agora (Tandy, 1997, p. 217-220). Pour les relations Thespies/Ascra, Edwards, (...)
  • 102 Comme le vêtement décrit par Hésiode en Trav. 536-553, qui n’a d’autre fonction que de protéger du (...)
  • 103 Trav. 588-592
  • 104 Trav. 787.
  • 105 Un chien garde l’entrée (Trav. 605) comme chez Homère.

32Le passage de Trav. 72397 confirme l’utilisation d’une pièce unique et induit des séparations rituelles plus que matérielles des espaces98. L’organisation du cadre domestique est bien différente de celle mise en scène par Homère, même si l’on observait déjà chez le poète épique la plurifonctionnalité de certains espaces (notamment le μέγαρον99). Réduit à ses fonctions économiques, l’οἶκος perd les fonctions politiques si présentes dans les épopées homériques, mais aussi toute caractérisation propre. Dans l’ensemble des Travaux, trois types d’espaces sont évoqués100 : la maison, les champs et la cité101 ; le cadre domestique n’occupe qu’une place restreinte, réduit à son rôle d’abri, évoqué de façon pragmatique et non en termes de représentations102. L’homme hésiodique vit dehors, au milieu des champs (il s’abrite sous une roche pour se reposer103 l’été), et les édifices protègent les biens avant les personnes : καλιή abrite les grains et éventuellement des serviteurs à la mauvaise saison. Il s’agit probablement d’un édifice provisoire ou en matériaux relativement légers. Un σηκός accueille les bêtes104. Οἶκος au contraire doit fournir un abri efficace pour les biens et la jeune fille de la maison. Le terme ne désigne pas un édifice précis (c’est le rôle de δὸμος ) et peut très bien signifier un ensemble de bâtiments et inclure la grange. Il est doté d’une cour bien close, (v. 732, πρὸς τοῖχον εὐερκέος αὐλῆς) dans la pure tradition du cadre domestique homérique105. Seule différence de taille, on ne sait rien sur l’organisation intérieure, si ce n’est la présence du foyer.

  • 106 Les fr. et le bouclier constituent un corpus trop morcelé pour procéder à une analyse d’ensemble co (...)

33Dans les Travaux, l’architecture est mentionnée dans ses rapports avec l’économie et la justice de Zeus. Elle n’est pas individualisée et n’est citée que comme lieu de stockage et abri des personnes et des biens, sans autres caractérisations. Dématérialisée en quelque sorte, la maison dit le statut économique (par les biens et produits qu’elle contient, non par son aspect), et non plus le statut politique106.

3. Architecture et realia

  • 107 Mazarakis-Ainian, 2001, p. 151-152, 155-156. Ce phénomène est associé à la solidarité entre citoyen (...)
  • 108 Ces derniers occupent la καλιή (Trav. 503 ) : ils sont appelés δμῶες.

34Il est indéniable que les usages en matière de terminologie architecturale sont bien différents chez Homère et Hésiode. La maison sert les desseins de Zeus dans la Théogonie et dans les Travaux mais ne constitue pas un des moteurs du drama. Elle dit le statut de mortel ou d’Immortel, de paysan, mais Hésiode ne distingue aucun habitat dans les Travaux alors que, dans la Théogonie, il singularise fortement les demeures des divinités de l’Hadès, notamment celle de Styx. Cette uniformisation du cadre domestique humain prend le contre pied des usages homériques où les maisons de héros rivalisent d’originalité. En termes de représentation, la maison dans l’univers hésiodique n’est pas un marqueur social. L’habitat a une forme suffisamment homogène pour ne pas être un facteur de prestige et un signe de richesse. Il n’est pas individualisé, si bien qu’il serait tentant d’interpréter ce changement dans la représentation de l’espace domestique en termes historiques. N’observe-t-on pas d’une façon générale au cours de la fin de la période géométrique et au début de l’époque archaïque une certaine uniformisation de l’habitat qui se traduit par l’absence de différenciation des maisons des élites107 ? Pourtant, une objection s’impose : Hésiode n’évoque pas les maisons des héros du passé, mais celles du petit paysan béotien, ce qui pourrait suffire à expliquer les différences dans le traitement du vocabulaire et les rares descriptions de maison. L’architecture rurale est aussi présente chez Homère (la « porcherie » d’Eumée) et son intérieur est décrit pour mieux s’opposer à la richesse des maisons de héros. La simplicité des maisons de paysan par opposition aux « palais » de héros n’explique pas tout. En termes d’habitats humain, la seule distinction présente chez Hésiode porte sur la cabane des serviteurs108.

  • 109 Notamment Rackam, 1983.
  • 110 Wallace, 1974 identifie le village d’Ascra, les rivières et sources, les montagnes de la vallée des (...)
  • 111 Bintliff et Snodgrass, 1988. Bintliff, Howard et Snodgrass, 2007, p. 173 concluent à l’occupation d (...)
  • 112 Fagerström, 1988 ignorait totalement la région dans sa synthèse. Mazarakis-Ainian, 1997, p. 46 envi (...)
  • 113 La situation est assez semblable pour la documentation de l’époque archaïque. Lang, 1996, p. 281-28 (...)
  • 114 Le Nord de la Grèce et la Crète connaissant des évolutions originales (Lang, 2002, p. 18).
  • 115 Lang, 1996, p.106-108. Je réduis ici volontairement le propos en termes d’organisation planimétriqu (...)
  • 116 Lang, 2002, p. 18-19.

35L’interprétation historique des Travaux s’est jusqu’ici appuyée sur des questions de géographie109, sur l’identification du village d’Askra110 et sur l’occupation et l’exploitation du territoire111 sans aborder les questions d’habitats. Dans leurs ouvrages de synthèse, I. Lemos pour la période protogéométrique et A. Mazarakis-Ainian pour les débuts de l’âge du fer accordent une place relativement petite à l’architecture en Béotie112, point qui s’explique plus par l’état de notre documentation que par une absence d’occupation humaine, cette dernière étant attestée par ailleurs par d’autres indices archéologiques113. En termes de grandes évolutions dans l’organisation de l’habitat, F. Lang note plus particulièrement dans l’ensemble du monde grec114 le passage de maisons à une ou deux pièces en enfilade, typiques de l’époque géométrique (à abside ou non) à des maison à plusieurs pièces organisées autour d’une cour115 à l’époque archaïque. Elle souligne, depuis la période géométrique jusqu’à l’époque archaïque, à la fois un processus de différenciation, de séparation et d’individualisation des espaces (maison à plusieurs pièces aux fonctions distinctes) et un processus de standardisation et d’uniformisation (résultat de la vie en polis)116. Le peu de détail que nous livre le corpus hésiodique sur l’habitat ne va nullement dans le sens d’une telle évolution, bien au contraire, et pousserait davantage à considérer les maisons de l’époque géométrique comme référents. Certes le terme οἶκος est général (il est souvent l’équivalent du « chez soi ») mais Hésiode n’éprouve pas le besoin de distinguer des pièces de la maison, fait d’autant plus surprenant que le bref épisode du bain de la jeune fille (Trav. 520-525) pourrait donner lieu à une localisation plus précise.

  • 117 L’οἶκος ne semble pas appartenir à un tissu urbain. Les références à la ville laissent supposer un (...)
  • 118 Trav.732 : la cour bien close, bien délimitée qui n’offre plus de protection que pour pouvoir urine (...)
  • 119 Mazarakis-Ainian, 2002, p. 208-220. A Skala Oropos, Erétrie, à Xéropolis-Lefkandi au géométrique ré (...)
  • 120 Sur ces fonctions à Oropos, voir Mazarakis-Ainian, 2002, p.183-202. Il parle d’installations à cara (...)

36L’espace domestique hésiodique présente cependant des caractéristiques communes avec celui décrit par Homère : il s’agit d’un lieu de stockage des productions de la terre (et non plus des biens de prestige comme souvent dans les épopées) et d’un espace clos et indépendant117 (même si Hésiode insiste beaucoup moins sur la protection de l’enclos domestique118). La mention chez Homère d’un mur pour clore la cour de l’espace domestique a été rapprochée par A. Mazarakis-Ainian des périboles observés dans un certain nombre de quartiers d’habitations appartenant à la koinè eubéenne119, ensemble auquel se rattache Oropos en Béotie, site fouillé par l’archéologue grec. L’expression de Trav. 732, πρὸς τοῖχον εὐερκέος αὐλῆς peut être un simple emprunt homérique, délicieusement ironique, ou (mais les deux hypothèses ne s’excluent pas nécessairement) une référence très réaliste à l’un des traits majeurs de l’architecture domestique eubéenne : l’existence de périboles pour délimiter un cadre domestique composé de plusieurs édifices aux fonctions souvent bien différentes120.

  • 121 Par exemple l’épithète d’Hermès en Trav. 68 est chalcidienne. Pour un récapitulatif des arguments e (...)
  • 122 Voir notamment Talamo, 1981 et Breglia Pulci Doria, 1984. Lemos, 1988, souligne qu’en matière d’inf (...)
  • 123 Sur le statut d’Ascra, Edwards 2004, p. 81-101.
  • 124 Edwards, 2004, p. 28.
  • 125 Ces différences de richesse ne s’expriment jamais en termes d’architecture.

37Des traits d’influence eubéenne sont présents dans l’œuvre d’Hésiode121 et des liens entre la Béotie et l’Eubée sont établis aussi bien du point de vue culturel qu’économique122. Certes, les sites à périboles sont souvent des agglomérations relativement importantes, ce qui rend toute assimilation dangereuse123 ; les οἶκοι chez Hésiode appartiennent plutôt à un modeste village124 (rien ne nous est dit sur les maisons des basileis) avec des différences de niveaux de richesse relativement limitées à l’intérieur de cette communauté, mais qui restent au centre des préoccupations du poète125. En ce qui concerne l’architecture et sa terminologie, Hésiode semble se situer dans la continuité d’Homère et s’en échappe par choix plutôt que pour des contraintes historiques.

38Si Homère humanisait l’épopée par des référence au quotidien via les comparaisons et les références au monde rural et à la campagne - il montrait en particulier à travers le personnage d’Eumée qu’on y trouve les meilleurs représentants des valeurs héroïques -, Hésiode choisit le procédé inverse : il « héroïse » les activités rurales en faisant du travail une véritable vertu, au sens d’une arétê. L’analyse du vocabulaire architectural dans le corpus hésiodique permet d’insister sur la continuité des choix terminologiques avec ceux de l’épopée et sur l’homogénéité relative du corpus, même si le travail sur les fragments est difficile. Elle permet de souligner l’utilisation inversée et parfois décalée du vocabulaire de la maison, manifestation supplémentaire de l’ironie d’Hésiode envers le modèle épique traditionnel. Il n’utilise pas l’espace comme reflet du statut social et ne distingue plus guère les habitats humains, si ce n’est ponctuellement les cabanes des serviteurs. Chez Homère, les maisons de héros étaient singularisées et reflétaient le statut du possesseur. La hiérarchie que sous entendaient les descriptions d’οἶκοι royaux se déplace chez Hésiode dans la distinction entre l’οἶκος et la καλιή où dort le personnel servile. Ce phénomène témoigne probablement à l’échelle du village d’Ascra d’une certaine homogénéisation du cadre domestique et de l’absence d’un habitat distinct pour l’élite.

Haut de page

Bibliographie

Editions et commentaires

Hirschberger, M., 2004, Gynaikon Katalogos und Megalai Ehoiai. Ein Kommentar zu den Fragmenten zweier hesiodeischer Epen, Munich-Leipzig.

Merkelbach, R. et West, M. L. 1967, Fragmenta Hesiodea, Oxford.

Mazon, P., 19862, Hésiode. Théogonie, Les Travaux et les Jours. Le bouclier, Paris.

Most, G.W. 2007, Hesiod II. The Shield, Catalogue of Women, Other Fragments, Cambridge (Mass.)-Londres.

Solmsen, F., 19903, Hesiodi Theogonia, Opera et Dies, Scutum, Oxford.

Tandy, D.W, et Neale, W. C, 1996, Hesiod’s Work and Days. A Translation and Commentary for the Social Sciences, Berkeley-Los Angeles-Londres.

West, M.L., 1978, Hesiod. Works and Days, edited with Prolegomena and commentary, Oxford.

West, M.L., 1966, Hesiod. Theogony, edited with Prolegomena and commentary, Oxford.

Etudes

Arrighetti, G., 1975, Esiodo fra Epica e lirica, dansG. Arrighetti (éd.), Esiodo, lettura critiche, Milan, 146-213.

Bintliff, J. Howard, Ph. et Snodgrass, A., 2007, Testing the hinterland. The work of the Boeotia Survey (1989-1991) in the southern approaches to the city of Thespiai, Cambridge.

Bintliff, J. et Snodgrass, A., 1988, Mediterranean Survey and the city, Antiquity, 62, p. 57-71.

Bravo, B., 1977,  Remarques sur les assises sociales, les formes d’organisation et la terminologie du commerce maritime grec à l’époque archaïque , DHA, 3, p. 1-59.

Breglia Pulci Doria, L., 1984, Demeter tra Euboia e Beozia e i suoi rapporti con Artemis, dans Recherches sur les cultes grecs et l’Occident, II, Naples, p. 64-88.

Burn, A.R., 1936, The world of Hesiod. A study of the Greek middle Ages, New York.

Calame, Cl., 2006, Pratiques poétiques de la mémoire. Représentation de l’espace-temps en Grèce Ancienne, Paris.

Carlier, P., 1984, La royauté en Grèce avant Alexandre, Strasbourg.

Clay, J.S., 2003, Hesiod’s Cosmos, Cambridge.

Debiasi, A., 2008, Esiodo e l’Occidente, Hesperia 24, “L’Erma”di Bretschneider.

Detienne, M., 1963, Crise agraire et attitude religieuse chez Hésiode, Bruxelles, Latomus.

Edwards, A.T., 2004, Hesiod’s Ascra, Berkeley-Los Angeles.

Fagerström, K, 1988, Greek Iron Age Architecture. Developments through changing times, SMEA LXXXI, Göteborg.

Fossey, J.M., 1988, Topography and population for ancient Boiotia, vol. 1, Chicago.

Havelock, E.A.,1963, Preface to Plato, Cambridge (Mass.)

Kumanieck ,K., 1963, The structure of Hesiod’s Work and Days, London University Institute of Classical Studies Bulletin, 10, p. 79-96.

Lang, Fr., 1996, Archaische Siedlungen in Griechenland. Struktur und Entwicklung, Berlin.

Lang, Fr., 2002, Housing and settlement in Archaic Greece, dans Habitat et urbanisme dans le monde grec de la fin des palais mycéniens à la prise de Milet (494 av. J.C.), Pallas, 58, p. 13-32.

Lemos, I., 1998. Euboia and its Aegean koinè, dans Euboica. L’Euboia e la presenza euboica in Calcidica e in Occidente ( Atti di conv.Napoli 1996), Naples, p. 45-58.

Lemos, I., 2002, The protogeometric Aegean,the archaeology of the late Eleventh and Tenth Centuries B.C., Oxford.

Luce, J.-M., 2002, À partir de l’exemple de Delphes : la question de la fonction des pièces, dans Habitat et urbanisme dans le monde grec de la fin des palais mycéniens à la prise de Milet (494 av. J.C.), Pallas, 58, p. 49-97.

Martin, R., 1992, Hesiod’s metanastic poetics, Ramus 21/1, p. 11-33.

Mazarakis-Ainian, A., 1997, From rulers’ dwellings to temples. Architecture, religion and society in early iron age Greece (1100-700 B.C.), SMEA CXXI, Jonsered.

Mazarakis-Ainian, A., 2000, ΟΜΗΡΟΣ ΚΑΙ ΑΡΧΑΙΟΛΟΓΙΑ, Athènes.

Mazarakis-Ainian, A., 2001, From huts to houses in Early Iron Age Greece, in From Huts to Houses. Transformations of Ancient Societies, J. Rasmus Brandt et L. Karlsson (éd.), Stockholm, p. 139-161.

Millett, P., 1984, Hesiod and his world, Proceedings of the Cambridge Philological Society, 210, p. 84-115.

Nagy, G., 1990, Greek Mythology and Poetics, Ithaca, Londres.

Nelson, S., 1998, God and the Land. The metaphysics of Farming in Hesiod and Virgil, Oxford.

Nelson, S., 1996, The drama of Hesiod’s farm, ClPh, 91/1, p. 45-53.

Rackam, O., 1983, Observations on the historical ecology of Boeotia, ABSA, 78, p. 291-351.

Rougier-blanc, S., 2002, Maisons modestes et maisons de héros chez Homère. Matériaux et technique, dans Habitat et urbanisme dans le monde grec de la fin des palais mycéniens à la prise de Milet (494 av. J.C.), Pallas, 58, p. 101-115.

Rougier-blanc, S., 2005, Les maisons homériques. Vocabulaire architectural et sémantique du bâti, « Etudes d’archéologie classique XIII », Nancy-Paris.

Snodgrass, A., 1985, The site of Ascra, dans La Béotie antique (actes du colloque international de Lyon 1983), Paris, p. 87-95.

Stoddard, K., 2004, The narrative Voice in the Theogony of Hesiod, Leiden-Boston.

Talamo, C., 1981, Alcuni elementi euboici in Beotia in età arcaica, dans Nouvelle contribution à l’étude de la société et de la colonisation eubéenne, Naples, p. 35-43.

Tandy, D.W., 1997, Warriors into Traders. The Power of the Market in Early Greece, Univ of California, Berkeley-Los Angeles-Londres.

Walcot, P., 1966, Hesiod and the near East, Cardiff.

Walcot, P., 1961,  The composition of Work and Days, REG, 74, p. 1-19.

Wallace, P., W. 1974, Hesiod and the valley of the Muses, GRBS, 15, p. 5-24.

West, M.L., 1985, The Hesiodic Catalogue of Women. Its nature, structure and Origins, Oxford.

Will , E., 1957,  Homère, Hésiode et l’arrière plan mycénien, REA, 59, p. 5-50.

Will, E., 1965,  Hésiode : crise agraire ? Ou recul de l’aristocratie ?, REG, 78, p. 542-556.

Haut de page

Notes

1 Auteur d’une thèse sur Hésiode intitulée Les mythes et les notions morales dans les Travaux et les Jours, Université de Franche Comté, 1987, 3 vol. et d’articles sur cet auteur (dont « Les Démons, les héros et les rois dans la cité de fer : les ambiguïtés de la justice dans le mythe des races et la naissance de la cité », in Les Grandes Figures Religieuses. Fonctionnement pratique et symbolique dans l’Antiquité, Paris, 1986, p. 193-261), mais cela aussi, je l’appris bien plus tard.

2 Toute la question est de savoir s’il est possible de traiter sur le même plan la Théogonie, Les Travaux et les Jours et les fragments.

3 En termes de chiffres, pour le vocabulaire de la maison (c’est-à-dire δῶμα, δόμος, οἶκος) chez Hésiode 72 mentions contre 525 chez Homère. On observe la quasi disparition de la terminologie architecturale chez les poètes archaïques dont le corpus est encore plus fragmentaire.

4 Pour l’argumentation sur la question du rôle de l’écriture dans l’œuvre d’Hésiode, voir West, 1966, p. 47-48 et West, 1978, p. 58-59. Tandy, 1997,  p. 200-203, insiste sur la différence entre un poème composé d’emblée par écrit comme les Trav. et l’ll. et l’Od. Pour lui, le poète qui écrit est indépendant de l‘autorité.

5 D’où la présence importante de vers formulaires qui augmente la fréquence de certains termes ou groupes de mots.

6 Havelock, 1963.

7 Hésiode raconte sa victoire aux aethla de Chalcis en l’honneur d’Amphidamas (Trav. 654-656) : sur la nature controversée de l’hymnos qui lui a valu le trépied, un rappel des hypothèses chez Debiasi, 2008, p.33-34

8 D’une certaine manière, alors que chez Homère le monde des dieux, le passé héroïque et les allusions au quotidien coexistent, notamment par le recours systématique à la comparaison, Hésiode sépare dans trois œuvres différentes ce qu’Homère avait réuni : le monde des héros n’est plus.

9 Tandy, 1997, p. 194. Edwards, 2004, p. 19-25 montre la pleine validité de l’approche historique. Les archéologues sont plus réticents. Fagerstrom, 1988, p. 19, souligne déjà l’intérêt mais aussi les limites de l’exploitation des Trav. Mazarakis-Ainian, 1997 n’utilise que Homère.

10 L’édition de référence reste Merkelbach-West 1967 (abrégée M-W) complétée pour les nouveaux fragments par Solmsen, 19903, p. 110-130. Pour le commentaire, on utilisera ponctuellement Hirschberger, 2004 et Most, 2007 qui offre une traduction des fragments du Catalogue.

11 Les deux derniers vers de la Théogonie (1021-1022) sont les deux premiers du Catalogue des femmes (fr. 1, v 1-2 M-W)

12 Debiasi, 2008, p.18-19. Il conçoit le Bouclier comme partie intégrante du Catalogue

13 Déjà choisi par Nagy, 1990, p. 80 qui souligne la nécessité de considérer tous les poèmes d’Hésiode, y compris les fragments, comme des manifestations d’un phénomène plus large : la poésie hésiodique.

14 Avec près de 1000 vers aujourd’hui à notre disposition, le catalogue, même fragmentaire, ne peut être ignoré.

15 West, 1985, p. 125-171, place la genèse du poème aux alentours du VIe s. (580-520) en contexte attique. Debiasi, 2008, p. 19-21 s’oppose à cette datation trop tardive. Pour un état de la question, Hirschberger, 2004, p. 42-51.

16 West, 1968.

17 Pour un aperçu de la richesse des interprétations proprement historiques du personnage d’Hésiode, tantôt compris comme un aristocrate appauvri (Bravo, 1977), tantôt comme un petit paysan (Millett, 1984) voir Tandy, 1997, p. 205-206 avec bibliographie. Sur la notion de persona, voir la réflexion approfondie de G. Arrighetti, 1975, p. 5-34 et l’étude narratologique de Stoddard, 2004.

18 Martin, 1992, p. 19

19 Mais quel moment ?

20 Tandy, 1997, p. 206.

21 Debiasi, 2008, p. 26 sqq.

22 Will, 1957 et Detienne, 1963, qui fait du temps d’Hésiode « un temps malheureux », corrigés en partie par le bilan plus nuancé de Will, 1965. Edwards (2004, p. 25-28) affirme que le monde d’Hésiode, tout particulièrement dans les Trav. est «  a village world that is more closely connected to the Dark Ages than to the Archaic »

23 Pour une approche synthétique de cette question déjà évoquée par Desborough, voir Lemos, 1998.

24 Lemos, 1998, p. 47-49.

25 Walcot, 1966.

26 Debiasi, 2008.

27 Tandy, 1997, p. 197-201 sur la question de ce qu’il appelle la tradition antiaristocratique. Debiasi, 2008, p. 32-33 analyse plus particulièrement le processus de « resémantisation » des adjectifs homériques chez Hésiode comme καλλιγύναιξ.

28 Rougier-Blanc, 2005 partie I. Pour des propositions de traduction, p. 32-33.

29 Les composés du mot ne sont pas considérés.

30 Th. 75, 114, 783, 804 et 963. Trav.81,110, 128. fr. (M-W) : 7.3, 25.27, 75.20,343.17.

31 Chaque dieu a sa demeure dans l’Olympe, construite par Héphaistos (voir Il. I, 607-608 ; XI, 76, XIV, 166, 338, XVIII, 369), tout particulièrement Zeus.

32 Sur la distinction singulier/pluriel dans les usages homériques, voir Rougier-Blanc, 2005, p. 29-31.

33 Elle est la plus élevée, reflet de la position du roi des dieux dans l’Olympe (West, 1978, p. 141). Même expression en Bouclier, 471.

34 Sous la terre, au pays des Arimes  (v.304). Sur les questions de localisation, voir West, 1966, p. 250-251.

35 Rougier-Blanc, 2005, p. 21-25 et 48-49. Le terme désigne notamment la grotte de Calypso.

36 West, 1966, p. 371. Pour les questions d’identification avec les chutes de Nonacris en Arcadie (Hérodote VI, 74 ; Pausanias VIII,17. 6-18.6) de ce qui est pourtant une véritable géographie mythique, voir West, 1966, p. 371-372.

37 Décrites en 767 sq.

38 On trouve en Od. XII, 4, ὅθι τ΄ Ἠοῦς ἠριγενείης
οἰκία καὶ χοροί εἰσι καὶ ἀντολαὶ Ἠελίοιο͵
Sur les traductions possibles Rougier-Blanc, 2005, p. 66-67.

39 Sur la question de la localisation, West, 1966, p. 379. Pour lui, « Kotos and Gyges live at the end of the world, but clearly not in the same part as the Titans, as all three brothers seemed to in 734 ».

40 Même type de formulation en Il. III, 138 et XIV, 268, hym. Dem 79. Selon West, 1966, p. 281 , la formulation de l’ensemble du passage suggère une cérémonie importante. On retrouve des expressions de mêmes types dans les fr. (M-W) : 10 (a) 46, 195.14, 195. 3 et 105.3.

41 Fr. (M-W) 204.61. 199.8 est obscur.

42 Rougier-Blanc, 2005, p. 23-24.

43δόμον ποιῶνquand tu construis une maison…et Trav. 520.

44 Th. 751 pour la demeure de Styx, habitat imaginaire certes, mais dont l’agencement nous est détaillé pour expliquer l’alternance du jour et de la nuit.

45 L’une va descendre et rentrer à l’heure même où l’autre sort, et jamais la demeure ne les enferme toutes les deux à la fois (οὐδέ ποτ΄ ἀμφοτέρας δόμος ἐντὸς ἐέργει) ; mais toujours l’une est au dehors (δόμων ἔκτοσθεν ἐοῦσα), parcourant la terre, tandis que gardant la maison à son tour (ἡ δ΄ αὖ δόμου ἐντὸς ἐοῦσα), l’autre attend que vienne pour elle l‘heure du départ. (trad.Mazon).

46 Fr. (M-W) 10 (a) 36, 129.4, 180.12

47 Les vers qui décrivent le retour d’Amphitryon chez lui respectent le même nombre (38 et 45).

48 Là s’élève en face de l’arrivant la demeure sonore du dieu des enfers, le puissant Hadès, et Perséphone la redoutable. (trad. P. Mazon).

49 Ils partirent pour la demeure moisie de l’Hadès frissonnant, sans laisser de nom sur la terre. (trad.P. Mazon modifiée)

50 La situation est différente chez Homère. Rougier-Blanc, 2005, p. 41-43. où la maison d’Hadès est parfois dite δῶμα mais surtout δόμος. J’ai interprété δῶμα pour Hadès comme une réfection tardive sur le modèle des dénominations des habitats des autres dieux.

51 μούνη δ΄ αὐτόθι Ἐλπὶς ἐν ἀρρήκτοισι δόμοισιν
ἔνδον ἔμεινε πίθου ὑπὸ χείλεσιν οὐδὲ θύραζε
ἐξέπτη·

Seul l’Espoir restait là, à l’intérieur de son infrangible demeure, sans passer les lèvres de la jarre (P. Mazon modifie l’image en traduisant par « prison »).

52 West, 1978, p. 170-171, évoque Euripide, Alceste 160 probablement inspiré du passage. Mais les usages métaphorique du terme sont déjà présents chez Homère pour désigner les nids d’abeilles et de guêpes ( Il. XII, 169 notamment, voir Rougier-Blanc, 2005, p. 24). Sur le problème logique de l’interprétation d’ensemble du passage (les maux dispersés hors de la jarre pèsent sur les hommes et l’Espoir, alors qu’il est enfermé dans la jarre, apporte des souffrances aux mortels, voir West, 1978, p. 171-172).

53 Où sont évoquées pour la seule et unique fois chez Hésiode des colonnes.

54 Il est le plus vague de tous les termes de l’habitat (Rougier-Blanc, 2005, p. 66-69).

55 64, 744, 758 et fr. 151. Sur Th. 64, voir West, 1966, p. 177.

56 Rougier-Blanc, 2005, p. 76-80 et 90.

57 En terme de répartition architecture divine/architecture humaine, on pourrait dire que la Théognie se rapproche de l’Iliade et les Travaux de l’Odyssée. Mais les parallèles ne vont pas plus loin.

58 Rougier-Blanc, 2005, p. 213-220.

59 Le héros est souvent architecte concepteur de sa maison : Il.VI, 313-317, Od.XXIII, 190-198.

60 Rougier-Blanc, 2005, p. 46-48, pour les fonctions de la κλισίη.

61 Edwards, 2004, p. 89 n. 9. Le terme se trouve en Trav. 301, 411 au singulier et 307,374, 503 au pluriel, toujours dans un contexte d’accumulation et de sauvegarde des biens.

62 Pour les hypothèses étymologiques, voir DELG s.v. καλία, ίη en ionien qui désigne une hutte, une cabane.

63 Trav. 307 est un vrai pluriel et sous entend que Persès dont une grange sera remplie par Déméter (301) pourrait par son travail en remplir plusieurs.

64 Trav. 503 : L’été ne durera pas toujours ; faites-vous des cabanes. (trad. P. Mazon). West, 1978, p. 284-285 évoque la forme du moyen du verbe qui impose cette traduction. Mais les serviteurs peuvent dormir dans la grange.

65 Contra Edwards, 2004, p. 89 n. 9 qui suggère que la καλιή est une partie de la maison, « a storeroom ». Tandy et Neale, 1996, p. 33-35 et p. 106-107 évoquent les greniers circulaires de l’époque géométrique, alors que le texte ne permet pas de conclure

66 Rougier-Blanc, 2005, p. 197-200 sur les sens du mot et l’alternance singulier/pluriel.

67 Seul singulier à ma connaissance, fr. (M.-W.) 10 (a) 54 : ἐν μεγάρωι εὐπήκτωι.

68 Sur 24 mentions, 22 appartiennent aux fragments.

69 Th. 384 pour désigner la maison où Styx a mis au monde ses enfants. Même thématique pour fr. (M.-W) 5, 2 ; 17a14 ; 23a15 et 27 ; 26, 28 ; 33a8 ; 70, 32 ; 129, 14 ; 165, 6 ; 190 3 ; 204, 94 ; 252, 3. Les autres fr. ne permettent pas de conclure.

70 Par exemple fr. (M-W) 211, 10 ; 257, 2.

71 Ce que nie West, 1978, p. 252 qui note que ἐν μεγάροισιν est même employé pour la baraque d’Eumée en Od. XVII, 521. Pour l’usage décalé de κλισίη et son interprétation, voir Rougier-Blanc 2005, p.48.

72 Sur l’héritage et la filiation, voir notamment Carlier, 1984, p. 187-190.

73 Rougier-Blanc, 2005, p. 133-142.

74 De façon très attendue, pour désigner la ville de Thèbes « aux sept portes » en Trav.  162, Bouclier 49 et fr. (M-W) 195. 49 , la ville en guerre (Bouclier 270).

75 Trad.P. Mazon : Sept portes en or, garnies de linteaux la [la cité entourée de rempart] fermaient.

76 Sur ἐπιτιθήμι pour les fermetures de portes, Rougier-Blanc, 2005, p. 154-160. Il s’agit ici d’un verrou extérieur.

77 Pour le détail des arguments West, 1966, p. 365 sqq. Mazon athétise tout l’ensemble.

78 Kumanieck, 1963 et Walcott, 1964 pour les Trav. Ce dernier analyse plus précisément la composition « annulaire ». Pour une approche synthétique des questions de composition chez Hésiode, voir Nelson, 1998 , p. 41-44. West, 1978, p. 41-42 résume l’attitude du XIXe s. sur la question de l’unité des Trav.

79 Nelson, 1998, p. 45-46 et le tableau de la structure de la Th. proposé en annexe de l’ouvrage.

80 Rougier-Blanc, 2005, p. 257.

81 Clay, 2003, p. 15-30

82 Th. 57, 404, 909 et 938.

83 Pas même le θάλαμος, si fréquent dans ces contextes.

84 Od. XX, 354-355. Rougier-Blanc, 2005, p. 230-232, sur la maison d’Ulysse considérée comme un être vivant.

85 Trad. P. Mazon modifiée : Sans répit de leurs lèvres, des accents coulent, délicieux, et la maison de leur père, de Zeus aux éclats puissants, sourit quand s’épand la voix lumineuse des déesses.

86 Chez Homère, Le royaume d’Hadès est dit « au seuil de bronze » et dispose de πύλαι. Rougier-Blanc, 2005, p. 41-43.

87 Trav. 81, 110, 128. La première occurrence concerne la maison de Zeus (Trav. 8).

88 On stocke aussi au-dessus du foyer le gouvernail pour le faire sécher pendant l’hiver (Trav.630).

89 Il. XVI, 210-213.Voir Rougier-Blanc, 2002, p. 105-106.

90 West, 1978, p. 288-289 parle d’humour conscient pour le vers 519.

91 Voir Walcott, 1966.

92 West, 1978, p. 288 rapproche cette expression de Il. IX, 663, Od. III, 402, IV, 304 et VII, 346 et du μυχὸς δόμου homérique (voir Rougier-Blanc, 2005, p. 204-206 pour cette expression). Mais Hésiode utilise ἔνδοθι οἴκου pour préciser le lieu, formulation qui n’est pas chez Homère. Le cadre domestique est différent.

93 Trad. P. Mazon : Il (le Borée) ne pénètre pas davantage la jeune fille à la peau délicate, qui reste à l’intérieur de la maison, aux côtés de sa tendre mère, encore ignorante des travaux d’Aphrodite d’or. Elle baigne son jeune corps, l’oint d’huile grasse avant d’aller s’étendre au fond de sa demeure

94 Nelson,1998, traduit par “When you are building a house, do not leave the roof rough

Let the croacking crow find apech on it and cry “caw caw”.

95 West, 1978, p. 341 pour les parallèles en Inde et ailleurs.

96 Pour une analyse des sens du passage Rougier-Blanc, 2005, p. 234-235.

97 Trad. P. Mazon : Ne vas pas non plus dans ta maison monter indécemment près du foyer tes parties génitales souillées de sperme.

98 Luce, 2002, p. 85 parle d’une topographie sexuelle de la maison.

99 Rougier-Blanc, 2005, p. 213-220.

100 Discrètement car l’enjeu des Trav. repose davantage sur la gestion de la temporalité que sur celle de l’espace. Voir Calame, 2006, p. 85-142.

101 Souvent réduite à son agora (Tandy, 1997, p. 217-220). Pour les relations Thespies/Ascra, Edwards, 2004, p. 77-79. La question de la place de la polis dans le corpus hésiodique dépasse notre propos.

102 Comme le vêtement décrit par Hésiode en Trav. 536-553, qui n’a d’autre fonction que de protéger du froid et du vent. West, 1978, p. 294-296.

103 Trav. 588-592

104 Trav. 787.

105 Un chien garde l’entrée (Trav. 605) comme chez Homère.

106 Les fr. et le bouclier constituent un corpus trop morcelé pour procéder à une analyse d’ensemble comme pour les autres œuvres d’Hésiode. Cependant l’usage de l’espace se situe en continuité avec Homère : les femmes sur le rempart (Bouclier, 243-244), les remparts et les portes de la ville (270-275). Comme chez Homère, les portes font l’objet de toute l’attention du poète.

107 Mazarakis-Ainian, 2001, p. 151-152, 155-156. Ce phénomène est associé à la solidarité entre citoyens induite par la vie en polis. Rien de tel chez Hésiode.

108 Ces derniers occupent la καλιή (Trav. 503 ) : ils sont appelés δμῶες.

109 Notamment Rackam, 1983.

110 Wallace, 1974 identifie le village d’Ascra, les rivières et sources, les montagnes de la vallée des Muses. Snodgrass, 1985, p. 87-95, analyse la nature du territoire agricole d’Ascra et ses rapports avec Thespies. Les données sont reprises et précisées par Fossey, 1988, p. 142-145.

111 Bintliff et Snodgrass, 1988. Bintliff, Howard et Snodgrass, 2007, p. 173 concluent à l’occupation des sites de Thespies, Askris Potamos et Askra depuis l’âge du bronze. Les premières activités rurales datent de la fin du géométrique/des débuts de l’époque archaïque. A la fin des Dark Ages la population augmente, la chôra de Thespies connaît une nouvelle occupation, et on observe le début d’une grande activité de peuplement à la période classique.

112 Fagerström, 1988 ignorait totalement la région dans sa synthèse. Mazarakis-Ainian, 1997, p. 46 envisage le « temple » de Paralimi (Béotie) à proximité du lac du même nom. C’est un édifice à abside tripartite de dimensions relativement importantes (16 sur 6m) qui date des années 700 mais l’occupation est antérieure. Ses murs construits en énormes blocs de pierre préservés sur près de 1m ont été remaniés pour transformer l’ensemble en édifice rectangulaire dans une seconde phase (postérieure à l’époque géométrique). Un mur curviligne est restitué sous le pronaos du temple d’Artémis à Aulis (fin du géométrique). Mais les indices sont maigres.

113 La situation est assez semblable pour la documentation de l’époque archaïque. Lang, 1996, p. 281-283 ne retient que les maisons du site d’Halai.

114 Le Nord de la Grèce et la Crète connaissant des évolutions originales (Lang, 2002, p. 18).

115 Lang, 1996, p.106-108. Je réduis ici volontairement le propos en termes d’organisation planimétrique (nombre de pièces, articulation avec l’espace extérieur) car ce sont les éléments pour lesquels les données littéraires fournissent un point de comparaison.

116 Lang, 2002, p. 18-19.

117 L’οἶκος ne semble pas appartenir à un tissu urbain. Les références à la ville laissent supposer un espace bien distinct.

118 Trav.732 : la cour bien close, bien délimitée qui n’offre plus de protection que pour pouvoir uriner sans offenser les dieux ! Hésiode semble procéder à un renversement des contextes homériques où la cour protège les biens et accueille parfois les décisions politiques.

119 Mazarakis-Ainian, 2002, p. 208-220. A Skala Oropos, Erétrie, à Xéropolis-Lefkandi au géométrique récent, à Pithécusses… Sur le rapprochement avec Homère voir Mazarakis-Ainian 2000.

120 Sur ces fonctions à Oropos, voir Mazarakis-Ainian, 2002, p.183-202. Il parle d’installations à caractère « mixte » et identifie un bâtiment principal, « la demeure de la famille » où se tenaient les cérémonies cultuelles et les repas communs et des espaces d’activités artisanales (fours de potiers, ateliers de tissages, ateliers de fabrication du métal.

121 Par exemple l’épithète d’Hermès en Trav. 68 est chalcidienne. Pour un récapitulatif des arguments et la bibliographie, Debiasi, 2008, p. 16-26.

122 Voir notamment Talamo, 1981 et Breglia Pulci Doria, 1984. Lemos, 1988, souligne qu’en matière d’influence eubéenne, en Béotie, il faut considérer Thèbes, Paralimni, Orchomène, Vranesi, Kalapodi et Delphes en Phocide, et ce particulièrement au protogéométrique.

123 Sur le statut d’Ascra, Edwards 2004, p. 81-101.

124 Edwards, 2004, p. 28.

125 Ces différences de richesse ne s’expriment jamais en termes d’architecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Rougier-Blanc, « Remarques sur le vocabulaire architectural chez Hésiode », Pallas, 81 | 2009, 43-62.

Référence électronique

Sylvie Rougier-Blanc, « Remarques sur le vocabulaire architectural chez Hésiode », Pallas [En ligne], 81 | 2009, mis en ligne le 31 décembre 2009, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/pallas/6171 ; DOI : 10.4000/pallas.6171

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals