Navigation – Plan du site
Histoire

Écriture, tyrannies et pouvoir tyrannique. Emprunts et polémiques chez Hérodote

Writing, tyrannies and tyrannical power. Borrowings and polemics in Herodotus
Pascal Payen
p. 101-118

Résumés

Dans la Grèce du VIe et du Ve siècle, les milieux des savants, des poètes et des philosophes sont engagés dans des discussions, dans des conflits dinterprétation, auxquels sassocient très vite les premiers prosateurs, auteurs dœuvres historiographiques. Dans leur cas, les polémiques portent le plus souvent sur la nature des régimes et sur lexercice du pouvoir. Le dossier des « tyrans » et de la « tyrannie » chez Hérodote permet ainsi de reconstituer une part importante des traditions narratives et des genres dont nous sont parvenues seulement des traces et des allusions. Il conduit aussi, en adoptant une perspective dialogique à partir des traces laissées dans lEnquête par ces polémiques, à remonter dans la généalogie du genre historique et à entrer dans la fabrique de lhistorien. Pour reconstituer le cheminement de lopération historiographique, lanalyse sappuie donc à la fois sur le contexte du développement de lécriture en prose et sur les marques de la réception de cette nouvelle pratique intellectuelle dans lœuvre dHérodote.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. Payen, 2007, p. 141-154.
  • 2 Une première version orale de ce travail a bénéficié des échanges avec Lucio Bertelli, Claude Calam (...)

1Les travaux consacrés aux origines de lhistoriographie grecque nont pas permis jusquici de dépasser le stade des hypothèses pour identifier de possibles Chroniques locales en prose antérieures à Hérodote. Dans une précédente étude, nous nous sommes efforcé de poser le problème autrement1 : peut-on identifier les échanges et les discussions, sous formes à la fois demprunts et de polémiques, dont lEnquête dHérodote porterait trace et à partir desquels elle se serait constituée ? Le travail a été conduit au sein dun dossier limité, celui des tyrans et du pouvoir tyrannique. Lanalyse a permis de repérer tout un ensemble de textes et de matériaux écrits, en vers et en prose : chroniques dynastiques de type annalistique, correspondances, poésie ïambique, inscriptions. Ces versions plus ou moins polémiques, qui circulent entre 650 et 450 avant J.-C., constituent une sorte despace historiographique largement ouvert. Il reste, dans la présente étude, à analyser comment Hérodote incorpore à son écriture des genres, des traditions et des recherches éloignés en apparence de son projet. Comment, chez Hérodote, la polémique sécrit-elle, dans léchange et le dialogue entre les textes ? En quoi le dossier de la tyrannie permet-il dentrer dans la fabrique de lhistorien confronté à un instrument heuristique dusage récent : lécriture en prose2 ?

1. L’historiographie en prose et la « raison graphique »

  • 3 Cf. Lloyd, 1990 et 1996.
  • 4 Cf. Svenbro, 1976 ; Pucci, 1995 ; Ballabriga, 1998 (voir l’article programmatique du même auteur : (...)

2Dans les recherches des dernières décennies, le VIe siècle avant notre ère, en pays grec, a souvent été lobjet dune redécouverte liée en particulier à la réévaluation du rôle de lécriture. Il tend même parfois à remplacer le Ve siècle comme temps dun nouveau « miracle » grec, pour deux raisons au moins. Dune part, il serait le moment privilégié dun dialogue entre des champs du savoir en plein essor - géométrie, arithmétique, philosophia, sciences de la nature3, enquête historique peut-être -, grâce aux vertus heuristiques de lécriture. Dautre part, cest au VIe siècle que les genres littéraires et notamment la création poétique en ses formes multiples se fixeraient grâce à léchange et à la confrontation critique avec les devanciers et entre contemporains, selon un processus favorisé ici encore par ce quon a pu appeler, à la suite des travaux de Jack Goody, « la raison graphique »4.

  • 5 Les liens entre l’historiè d’Hérodote et l’écriture sont abordés dans les études récentes de Fowler (...)
  • 6 Mazzarino, 1983, 1, p. 60, considère que les Généalogies d’Akousilaos sont la plus ancienne œuvre e (...)
  • 7 Pour les textes, cf. F. Jacoby, FGrHist 1 (Hécatée), 2 (Akousilaos), 3 (Phérécyde) 4 (Hellanikos). (...)

3Lhistoire occupe dans ce processus une place un peu en marge. Faute de protagonistes, en effet, il nest pas aisé de retrouver la trace des débats qui contribueraient à décrire une généalogie de lopération historiographique5. On sait en effet que, hormis les fragments des Généalogies et de la Périégèse dHécatée pour la fin du VIe et le début du Ve siècle, hormis ceux de Phérécyde dAthènes, dAkousilaos dArgos, soit contemporains, soit de peu postérieurs à Hécatée6, aucune œuvre de nature historique qui soit antérieure à lEnquête dHérodote ne nous est parvenue en un état qui permette la confrontation7. Le corpus des fragments des historiens grecs rassemblés par Felix Jacoby et lordre chronologique qui sert de cadre à sa reconstruction de lhistoriographie grecque dans son ensemble ne laissent place à aucun prédécesseur, hormis les noms qui viennent dêtre rappelés et, étrangement, à aucun véritable contemporain. Lœuvre dHérodote serait dautant plus singulière quelle serait isolée. Pourtant les polémiques ont existé ; lEnquête en témoigne.

  • 8 Creuzer, 1803 (1845), en particulier p. 155 et suiv. Cf. Momigliano, 1946 (1955). C’est sous l’auto (...)

4À ce premier obstacle dordre matériel sajoute un second, de nature épistémologique. Pour décider que telle œuvre entre dans les débats, on a longtemps admis a priori lexistence à la fois dune méthode historique et dun genre historiographique définis, dune part, selon les règles de la science qui se constitue au XIXe siècle, au moins depuis les travaux de Friedrich Creuzer8, et dautre part, pour lAntiquité, en référence à un modèle thucydidéen supposé le plus proche des pratiques des Modernes. Une telle prémisse conduit à un résultat connu davance, selon lequel Hérodote et ses prédécesseurs sont des historiens forcément imparfaits, parce quils touchent aux origines ; et elle interdit denvisager la question du genre historique selon une perspective dialogique qui donnerait toute leur place aux polémiques présentes dans lEnquête. Elle est donc un obstacle pour lanalyse. Aussi, pour reconstituer – certes dune manière qui restera toujours incomplète – une part des controverses sur lesquelles repose le mode décriture dHérodote, devrions-nous renoncer à croire quil serait possible de sappuyer sur les règles dune pratique permettant de dialoguer aussi bien à déventuels prédécesseurs dHérodote entre eux, quà lui-même avec ses devanciers.

5Mieux vaut se tenir à lécart, par conséquent, de la problématique des origines, au profit dune analyse qui ne sappuiera pas sur des modèles, existants ou supposés, mais étudiera les échanges entre les textes, les allusions à dautres traditions narratives qui ne sont souvent pas autrement connues, en bref les confrontations et les polémiques, toutes opérations par lesquelles se façonne une œuvre, un genre ou une tradition.

  • 9 La liste en est donnée par Waters, 1971, p. 42-44.
  • 10 L’ambivalence de la présentation hérodotéenne de la tyrannie est présentée, sous une forme différen (...)
  • 11 Cf. Berve, 1967, I, p. 190.
  • 12 La présente étude s’inscrit en ce sens dans le courant qui tend à réévaluer l’apport de la pensée p (...)

6Un des problèmes à propos desquels Hérodote place son auditoire et ses lecteurs face à des appréciations et des versions divergentes, sautorise des rectifications et des nuances, et laisse le plus apparaître les matériaux et les procédés de son analyse, est certainement celui des « tyrans » et de la « tyrannie ». Dans lEnquête, les polémiques à leur sujet se situent sur deux registres qui interfèrent constamment dans la narration. Dun côté, les passages consacrés aux figures de Thrasybule, de Kypsélos, de Périandre, de Clisthène de Sicyone, de Polycrate et de quelques autres, qualifiés de « tyrans », contribuent à la compréhension historique du régime appelé « tyrannie », caractéristique de certaines cités grecques dAsie Mineure et de Grèce centrale, en particulier du Péloponnèse, du VIIe au début du Ve siècle avant notre ère. Dun autre côté, les cinquante-cinq personnages auxquels Hérodote donne le nom de « tyran »9 montrent que la notion et le mot ne recouvrent pas seulement une réalité institutionnelle et des pratiques de pouvoir, mais que la « tyrannie » est une catégorie politique permettant danalyser la nature de tout régime, en précisant son éventuelle part « tyrannique »10. En ce sens, bien que le Ve siècle soit pour le monde égéen – et même pour lOccident grec, à partir des années 467/465 – une période sans tyran, la question de la tyrannie ne disparaît pas de la réflexion11. Elle prend même un relief particulier du fait quelle se trouve associée aux débats sur la nature de la domination quexerce la démocratie athénienne sur ses « alliés »12.

7Lidée selon laquelle il nest pas dœuvre « historique » qui ne se construise sur des choix et des exclusions et ny fasse allusion, est clairement formulée au seuil du long récit consacré au règne de Cyrus, fondateur de lempire achéménide et modèle de tout conquérant :

  • 13 Sur ce texte difficile, cf. l’étude citée note 1, p. 144-145.
  • 14 Hérodote, I, 95 (notre traduction).

À partir dici, le récit (λόγος) nous réclame dexposer qui était Cyrus qui renversa lempire (ἀρχήν) de Crésus et de quelle manière les Perses exercèrent lhégémonie (ἡγήσαντο) en Asie. Quel récit (λέγουσι) en font certains des Perses, ceux qui ne veulent pas magnifier (σεμνοῦν) les actions de Cyrus, mais raconter le récit (λόγον) qui est conforme aux faits13, voilà ce que je mettrai par écrit (κατὰ ταῦτα γράψω), tout en étant capable dexposer aussi, au sujet de Cyrus, trois autres voies parmi les traditions (τριφασίας ἄλλας λόγων ὁδους)14.

  • 15 Hippias déjà notait qu’Homère recourt à βασιλεύς, mais n’emploie jamais τύραννος, qui apparaît seul (...)
  • 16 Les substantifs τύραννος, τυραννίς et le verbe τυρρανεύειν renvoient, dans l’Enquête, à trois réali (...)
  • 17 Les deux synthèses récentes qui analysent les liens entre Hérodote et la tragédie n’abordent pas la (...)

8Ce principe vaut pour toute l’Enquête et constitue la trame de l’analyse du règne de ses successeurs, Cambyse, Darius et Xerxès. Mais les Grecs aussi sont impliqués dans un procès que l’intertextualité peut aider à éclairer. Pour mettre à l’épreuve les hypothèses qui viennent d’être précisées, nous ne reprendrons pas l’analyse de toutes les figures impliquées dans la pratique du pouvoir, mais nous nous en tiendrons, du côté grec, à un exemple limité, celui des tyrans et de la tyrannie. Il ne s’agira par conséquent ni de rouvrir le dossier de l’origine controversée du terme τύραννος15, ni d’étudier les rapprochements qu’opère Hérodote entre la tyrannie et le développement d’une conscience politique qui accompagne la croissance des cités16, ni de mesurer l’écart avec l’image du tyran que construisent la tragédie17 et, de façon plus nettement négative, Platon et Aristote.

  • 18 Ce que font déjà apparaître les fragments d’Hécatée et d’Akousilaos, tels que les analysent Detienn (...)

9Le dossier de la tyrannie chez Hérodote conduit à préciser trois questions. À partir de la notion de polémique, il permet didentifier une part de la littérature qui sélaborait dans les milieux proches des tyrans, aussi bien en leur faveur que contre eux. Il permet aussi de montrer que lécriture historique retient comme un de ses objets essentiels une analyse de la nature du pouvoir et des conditions de son exercice. Il permet enfin dillustrer la composante dialogique et critique de la prose historiographique18. La question du tyran et de la tyrannie conduit à mettre au jour quelques-uns des ressorts dun type nouveau denquête et décriture sur le passé, et la question « comment sécrit la polémique ? » peut fournir des éléments de réponse à une question plus large et souvent posée : « comment sécrit lhistoire ? »

2. Comment sécrit la polémique

10Comment Hérodote met-il en œuvre les matériaux de la polémique concernant la tyrannie et les tyrans ? Sur quel objet la fait-il porter ?

  • 19 Hérodote, I, 6-7.
  • 20 Thucydide, II, 63 ; 64, 5 (l’ἀρχή devenue τυραννίς détestée de ses sujets).
  • 21 Hérodote, I, 6 : « Crésus asservit certains Grecs qu’il obligea à lui payer tribut, et se fit des a (...)
  • 22 Hérodote, III, 80-82. Cf. le bilan des interprétations chez Lanza, 1977 (1997), p. 233-242, le comm (...)
  • 23 Id., III, 80 ; V, 78, 97.
  • 24 Par exemple, ibid., VII, 8-18, 235.
  • 25 Cf. Pearson, 1954.
  • 26 Cf. Waters, 1971, Herodotos on Tyrants and Despots, p. 2-44, qui conclut à “his lack of passion and (...)
  • 27 Hérodote, III, 80. C’est l’interprétation proposée, avec des postulats différents, par Lanza, 1977 (...)

11Il faut tenir compte, tout d’abord, d’un ensemble de données d’ordre lexical. τύραννος est le premier mot de l’Enquête pour désigner l’exercice global d’un pouvoir ; pour que soit spécifiée sa nature, la domination de Crésus est d’emblée appelée ἀρχή ; le souverain de Lydie exige des Grecs qu’ils lui paient un tribut (φόρος) ; et Hérodote entreprend aussitôt de raconter comment il reçut des Héraclides l’hégémonie (ἡγεμονίη)19. Pour le public d’Hérodote, dans les années 440-430, ces termes ne sont pas seulement généraux ; ils renvoient à la nature et au contexte du pouvoir qu’exerce Athènes à l’encontre de ses « alliés », pouvoir que Périclès qualifie précisément de « tyrannie » à deux reprises, si l’on en croit Thucydide20. Ces associations n’ont donc rien d’un jugement sans appel, et les allusions paraissent souligner la complexité de la question du pouvoir tyrannique. Au seuil de l’Enquête, rien n’est tranché : la tyrannie peut prendre d’autres noms, d’autres formes21, et l’objet principal de la polémique qui est engagée à propos de la tyrannie consiste aussi en une interrogation sur la part tyrannique de tout pouvoir. Cette réflexion est formalisée, sinon théorisée, dans le débat sur les constitutions, au livre III22. Elle concerne en particulier le régime isonomique23. Elle vaut aussi pour l’analyse du phénomène de la conquête24. Sans ce postulat, constater la dispersion des passages sur la tyrannie vient renforcer l’idée que l’Enquête serait une mosaïque mal ajustée où l’on pourrait trouver toute opinion et son contraire, au gré de sources diverses qu’Hérodote utiliserait sans recul, ou bien en fonction des attentes de son public25. Dans la critique récente, cette diversité a été également expliquée soit par un désir d’objectivité26, soit par le souci de se conformer à un modèle descriptif du pouvoir tyrannique élaboré dans le discours d’Otanès, qui ouvre le débat des constitutions27.

  • 28 Cf. Asheri, 1990 (2000), p. XVIII.

12Le travail dHérodote sur les traditions et la réflexion sur les tyrans quil développe peu à peu reposent sur lidée, soulignée par David Asheri, que la tyrannie est un problème général, qui nappartient pas en propre aux Grecs ou aux Perses, au monde occidental ou à lunivers oriental28. Son approche de trois grandes figures de tyrans – Pisistrate, Polycrate, Périandre – et de leurs milieux montre quil en est parfaitement conscient.

  • 29 Hérodote, I, 59.

13Le règne de Pisistrate, au cours de sa première période (561/0-555/4), est marqué par la stabilité politique : il gouverne « sans troubler l’exercice des magistratures existantes », « sans changer les lois » ou bien « selon les lois établies », ce qui lui vaut la même réputation d’excellence (καλῶς τε καὶ εὖ) que pour ses actions menées dans les guerres contre l’extérieur ; il avait recueilli de sa campagne contre Mégare, dont le port de Nysaia était désormais acquis aux Athéniens, une gloire semblable : εὐδοκίμησας29. Or Hérodote note à ce propos qu’« il avait accompli d’autres brillants exploits » (ἄλλα ἀ̓ποδεξάμενος). Ce renvoi au prooimion de l’Enquête intègre les tyrans et la tyrannie à ce qui constitue la matière de ses recherches – ἔργα μεγάλα –. Hérodote prend soin de marquer pour ses lecteurs et pour son public, que le problème de la tyrannie n’est pas une parenthèse.

  • 30 Aristote, Politique, V, 11, 1314 a 30 – 1315 a 14.
  • 31 Id., I, 61 : l’argent des Thébains, les mercenaires du Péloponnèse, l’appui logistique du tyran Lyg (...)
  • 32 Le thème est présent lors des trois prises de pouvoir, en des termes qui dénotent et l’ingéniosité (...)
  • 33 Hérodote, I, 60.
  • 34 Id., I, 61.

14Assez loin de l’image du tyran démagogue qu’Aristote contribue à fixer30, Hérodote se situe au cœur des polémiques en soulignant, d’une part, l’appui que fournit l’étranger à Pisistrate pour lui permettre de revenir au pouvoir, notamment en 534/331, d’autre part et à l’inverse, le fait que le dèmos a bien voulu se laisser abuser. Ce thème récurrent du récit32 contredit la prédiction défavorable faite par le Sage Chilon au père de Pisistrate. Enfin, le narrateur insiste sur la condensation extrême du temps, rendant plus flagrants soit l’ellipse des années de pouvoir, soit le détail des machinations « tyranniques » pour se le réapproprier, et donc le travail d’interprétation, de construction qui est le sien. À peine les bons principes de gouvernement de Pisistrate sont-ils énoncés, la formule « au bout de peu de temps (μετὰ δὲ οὐ πολλὸν χρόνον) » introduit l’action de Mégaclès et de Lycurgue qui le chassent du pouvoir, six années après33. Le même procédé, en des termes voisins, vaut pour le second exil, à partir de 538/7 : « puis, pour le dire en peu de mots, le temps passa »34.

  • 35 Ibid., I, 62 : en 534/3, « d’autres hommes affluèrent des dèmes, qui avaient plus de goût pour la t (...)

15Le récit très ramassé de ce qui correspond pourtant à plusieurs décennies dhistoire athénienne laisse nettement apparaître les lignes de force de lanalyse. Le régime de Pisistrate est synonyme de stabilité politique, et linitiative en revient au tyran. Ensuite, il se caractérise par labsence de liberté, mais la responsabilité en incombe aussi aux Athéniens35. Enfin, la tyrannie nest possible que par lapathie et le manque du maturité du dèmos.

  • 36 Hérodote, V, 62.
  • 37 Id., V, 62, 65, ainsi que 78 (cf. infra).
  • 38 Ibid., V, 66.
  • 39 Thucydide, I, 70, 2-9. Hypothèse formulée par Carrière, 2000, p. 14.
  • 40 Ibid., VI, 131.
  • 41 Ibid., V, 69, ainsi que V, 67 (ὲμιμέετο). Cf. Lévêque et Vidal-Naquet, 1964, p. 25-27.

16Un dernier exemple de cette ambivalence, qui tempère l’écho des sources antityranniques, peut être lu dans le récit de l’expulsion d’Hippias, « irrité contre les Athéniens en raison de la mort d’Hipparque » (en 514)36, et de l’instauration du régime isonomique. Hérodote souligne que l’expulsion des tyrans doit être interprétée comme une « libération » (ἐλευθερώθησαν)37, mais la phrase qui résume la situation de l’année 511/0 évite de faire de l’événement une rupture dans l’histoire intérieure de la cité : « Athènes, qui déjà auparavant était grande (μεγάλαι), le devint davantage lorsqu’elle fut débarrassée de ses tyrans »38. Les Pisistratides ont aussi leur place dans une histoire de la grandeur athénienne à laquelle ils ont contribué, même si cette place n’est pas la première, et l’ensemble des modes d’action de Pisistrate n’est pas sans annoncer ceux que les ambassadeurs corinthiens à l’assemblée de Sparte, en 432, attribuent à l’« empire-tyran » d’Athènes39. Dans le même sens, l’action de Clisthène d’Athènes, à qui Hérodote est le premier dans la tradition à faire crédit d’« avoir instauré les tribus et la démocratie »40, a pour modèle l’œuvre de son aïeul maternel Clisthène de Sicyone : l’Alcméonide « imite (ἐμιμήσατο) l’exemple de son homonyme »41. Dans le temps de l’histoire, l’Athènes démocratique n’est pas seule, et dans ce cadre élargi, la figure de Clisthène, en dépit de sa grandeur singulière, n’est pas une origine, pas même un modèle unique.

  • 42 Hérodote, III, 39.
  • 43 Thucydide, I, 93, 3-7 ; 141, 2 – 143.
  • 44 Hérodote, III, 39.
  • 45 Id., III, 125 : οὐκ ἀξιως ἀπηγήσιος.
  • 46 Ibid., III, 45, 47, 56.

17La tyrannie de Polycrate de Samos offre le même double éclairage. L’accent est mis d’emblée sur la violence politique - Polycrate élimine ses deux frères - et sur la puissance croissante (τὰ πρήγματα ηὔξετο) des moyens mis en œuvre par le tyran. En quelques lignes, Hérodote en énumère les signes les plus visibles dans le registre de la guerre extérieure (στρατεύεσθαι) : sa flotte de « cent pentécontères », ses « mille archers », le rempart (τεῖχος) qui entoure Samos, et le fait qu’« il s’était emparé de beaucoup d’îles et aussi de beaucoup de villes du continent ; en particulier, il avait vaincu dans un combat naval les Lesbiens »42. La conjonction de ces éléments et l’exercice d’une telle puissance militaire pour se rendre maître des Cyclades et de nombreuses cités du continent font de Samos une anticipation d’Athènes et préparent l’analyse de Thucydide43. Enfin, Hérodote note sans complaisance qu’« il pillait et enlevait tout le monde, sans faire de distinction pour personne », ce qui est aussi une manière de généraliser44. Et pourtant, les conditions de sa mort, si inhumaines que le récit en sera épargné au lecteur45, méritent que l’on s’en indigne : il existe bien pire que la violence politique exercée par le tyran Polycrate lui-même. La tyrannie doit donc constamment être replacée à l’intérieur d’une analyse d’ensemble de l’exercice du pouvoir, qui situe toujours ce régime comme un point de recouvrement entre l’univers barbare et la cité grecque, quelle que soit la diversité d’un matériel d’origine samienne, lacédémonienne ou inconnue pour nous46.

  • 47 Ibid., III, 50 ; Diogène Laërce, I, 94.

18Au sujet de Périandre, tyran de Corinthe de 627 à 585, selon la chronologie haute généralement admise, Hérodote a trouvé la même légende noire, reproduite par toute la tradition postérieure, légende illustrée surtout par le meurtre de sa femme Mélissa47. Il en condense et en accentue les traits, en plaçant dans les propos liminaires du long discours de Soclès la description – presque carnavalesque, au sens où lentend Mikhaïl Bakhtine - de la tyrannie comme monde à lenvers et comme néant :

  • 48 Hérodote, V, 92a.

En vérité, le ciel va senfoncer sous terre, et la terre planer au-dessus du ciel ; les hommes vont faire leurs demeures dans la mer et les poissons là où lavaient les hommes, puisque vous, Lacédémoniens, ruinant les régimes égalitaires, vous vous préparez à rétablir dans les cités des régimes tyranniques, ce quil y a parmi les hommes de plus injuste et de plus sanguinaire.48

  • 49 Le problème a souvent été discuté ; cf. par exemple les remarques et les références in Stahl, 1983, (...)
  • 50 Id., III, 50-51.

19Même lorsqu’il souhaite, sur le tard, confier le pouvoir à son fils Lycophron qui a tout de la figure du meilleur gouvernant, celui-ci est assassiné par les Corcyréens qui l’hébergeaient, pour ne pas avoir à accueillir en échange Périandre, tant le souvenir des exactions ne pouvait être effacé. Toutefois, Hérodote refuse de s’en tenir à des versions et à une vision antityranniques49. Il les connaît manifestement très bien, au point d’en assembler avec virtuosité les éléments dans un récit qu’il fait prononcer au Corinthien Soclès, on l’a vu, mais il ne franchit pas la distance qui conduit du seul Périandre à la tyrannie dans son ensemble. En effet, à l’intérieur du récit sur Périandre, la figure d’un autre tyran, Proclès d’Epidaure, est valorisée à l’extrême. Celui-ci recueille avec affection (φιλοφρονῶς) ses deux petits-fils, orphelins de Mélissa, dont Lycophron, et leur révèle, ou leur rappelle, l’identité de l’assassin de leur mère, sa fille50.

  • 51 Ibid., V, 62, 64, 65, 78, 97 : ἐλευθερώθησαν ; ἀπαλλάχθησαν (et formes voisines).
  • 52 Ibid., V, 78.
  • 53 Ibid., V, 97.

20L’important, à propos de Périandre, comme dans les cas de Pisistrate et de Polycrate, n’est pas de redire que l’on trouve trace de deux traditions, l’une favorable, l’autre hostile aux tyrans, mais plutôt de remarquer qu’Hérodote met la polémique au service d’une réflexion sur la nature du pouvoir, plus précisément, et c’est là son apport essentiel, dans l’exercice de la guerre extérieure. De ce point de vue, il n’est pas certain que la comparaison tourne entièrement à l’avantage du régime isonomique. Certes, une fois que les Athéniens se sont « libérés » ou « débarrassés »51 des tyrans, la défense du principe égalitaire leur donne le premier rang à la guerre, ce qui assure, dans les mêmes termes que pour Polycrate, leur « prospérité » (εὔξηντο)52. Encore faut-il savoir la contrôler, c’est-à-dire faire le lien entre puissance militaire et décision de l’assemblée. Or, d’une part, le dèmos en régime égalitaire conserve, à l’intérieur, la même aptitude à se laisser « tromper » que sous la tyrannie de Pisistrate, et, d’autre part, les conséquences en politique extérieure semblent multipliées par le nombre : la décision athénienne d’envoyer vingt vaisseaux au secours des Ioniens fut « la source de calamités (ἀρχὴ κακῶν) pour les Grecs et pour les Barbares »53, autrement dit à l’échelle du monde habité, cadre de l’Enquête défini dans le prooimion. La domination samienne sous Polycrate et la puissance athénienne après les réformes de Clisthène reposent sur des éléments communs ; c’est sur le modèle samien que se développe la politique extérieure de l’Athènes isonomique, et ce sont encore les mêmes données que reprend Thucydide pour analyser l’ἀρχή et la qualifier, après et avec Périclès, de « tyrannie ».

  • 54 Sur le sens politique de cette expression, cf. III, 81 ; IV, 61, 97 ; VII, 8, 164… Le « plan de pen (...)
  • 55 Ibid., III, 142.
  • 56 Ibid., III, 143.
  • 57 Ibid., III, 145.
  • 58 Ibid., III, 146-147.
  • 59 Le rapprochement entre les deux personnages est analysé d’un point de vue différent par Van der Vee (...)
  • 60 Thucydide, II, 62, 2 (ξυμμάχων) ; 63, 2 (τυραννίδα) ; 62, 1 ; 63, 1 ; 64, 3-4 (ἀρχή, ἄρχειν).

21L’épisode si souvent commenté qui met en scène Maiandrios, grammatistès et successeur de Polycrate, conduit à des conclusions semblables. D’un côté, Maiandrios met le pouvoir « en commun » ou « au milieu » (ἐς μέσον)54, et instaure un régime égalitaire (ἰσονομίην)55. Mais, de l’autre, il comprend que s’il renonce de la sorte pour lui-même au pouvoir (ἀρχή), « un autre s’établie[ra] comme tyran (τύραννος) à sa place »56. C’est pourquoi « il n’eut plus l’idée d’y renoncer » et fit connaître la prison à ses opposants ; sans le dire encore, la version d’Hérodote implique qu’il est digne de porter le titre de tyran et explique qu’il se soit ensuite comporté comme tel. À la fin de l’épisode, Maiandrios est explicitement qualifié de τύραννος57. Dans les polémiques au sujet de la tyrannie, l’histoire de Maiandrios, qui est le prolongement de celle de Polycrate, montre que l’enjeu, le problème principal est celui de la nature du pouvoir en tant qu’instrument de domination. Or le régime isonomique et la tyrannie sont certes antinomiques en théorie et dans la pratique, mais il arrive que, parmi les événements collectés par l’enquêteur, la ligne qui les sépare soit ténue, à l’intérieur de la même cité - Athènes - ou du même individu. Ainsi Otanès, théoricien de l’isonomie, massacre, en dépit des ordres contraires de Darius, les Samiens, « hommes et femmes indistinctement », parce qu’ils ont résisté aux Perses58. Maiandrios, praticien de l’isonomie, lui, termine sa vie en τύραννος59. L’un et l’autre régime, en particulier, exercent sur les autres cités une forme de « domination (ἀρχή) » qui les rapproche. Si le Périclès de Thucydide peut faire de l’Athènes démocratique (ou isonomique) l’équivalent d’une « tyrannie », en raison du comportement envers ses « alliés », membres de son « empire (ἀρχή) »60, ne serait-ce pas parce que l’analyse d’Hérodote sur ce problème lui en a donné les moyens ?

22Les polémiques autour de la tyrannie et du pouvoir tyrannique ont permis dapprocher une part du travail décriture dHérodote. Cela conduit aussi, presque inévitablement, à revenir sur la question classique des sources de lEnquête avec dautres arguments.

  • 61 Sur les relations polémiques d’Hérodote avec ses sources, cf. les listes établies par Lateiner, 198 (...)
  • 62 Listes (presque) exhaustives chez Jacoby, 1913, col. 392-399 (et les analyses col. 419-467). Complé (...)
  • 63 Présentation d’ensemble mesurée et convaincante du problème des sources par Dewald et Marincola, 19 (...)
  • 64 Ligne directrice, par exemple, des travaux de von Fritz, 1936, et 1967, t. I, en particulier p. 442 (...)
  • 65 Pas plus que dans la langue grecque, ainsi que le note Hornblower, 2002, p. 374.
  • 66 Cf. le titre de l’ouvrage de D. Lateiner, cité supra, note 59, ainsi que Verdin, 1971 (avec résumé (...)
  • 67 Ces deux thèse se trouvent réunies dans l’ouvrage paradoxal de D. Fehling, op. cit. supra, note 60. (...)

23L’analyse des sources suppose, traditionnellement, des références clairement identifiées qui permettent la comparaison : au mieux des noms, des citations et des allusions dont plus d’une étude, dans une perspective où Quellenforschung et intertextualité peuvent fort bien être conciliées, fournit des listes61, ou bien, à défaut, des indications de provenance du type « les Corinthiens prétendent que… »62, ou encore des formules elliptiques telles que « on dit, on rapporte que…(λέγεται, λέγουσι) »63. Les travaux de synthèse en ce domaine ont montré leurs limites sur deux points. D’une part, ils conduisent le plus souvent à souligner soit les mérites, soit les lacunes d’Hérodote, en fonction de l’idée que la science historique est inscrite dans un développement en forme de progrès continu, qui obéirait à des principes intangibles64. D’autre part, le rapport d’Hérodote avec ses « sources » – terme qui n’a aucun équivalent dans son œuvre65 – est apprécié en terme de « méthode » comme s’il s’agissait d’un historien positiviste66 ; tantôt il ferait preuve d’anticipations géniales qui font de lui un modèle et un collègue avant l’heure, tantôt il en serait encore aux balbutiements de la discipline, à moins qu’il ne soit un falsificateur, se jouant d’un genre qui n’existe pas encore67.

  • 68 Non que ces données soient secondaires ou à exclure, mais parce qu’il paraît impossible de détermin (...)

24Différemment, les remarques qui précèdent, au sujet de la tyrannie et les tyrans, sappuient sur lexamen des traces de contacts et de polémiques à lintérieur de lEnquête, sans appliquer à Hérodote des règles quil naurait pas reconnues, sans accorder non plus une importance déterminante aux données biographiques, notamment ses démêlés avec Lygdamis, tyran de sa patrie Halicarnasse, vers 468/768. Le rapport aux sources change alors de trois manières.

  • 69 La métaphore de la « route » (ὁδός) est celle que privilégie Hérodote (I, 95) ; cf. Payen, 1997, p. (...)

25Tout dabord, la préservation de points de vue opposés nest pas perçue comme une lacune, comme la marque dun historien seulement capable de rassembler sa matière sans pouvoir opérer la synthèse ; elle est au contraire comprise comme le fait quHérodote travaille dabord sur des logoi, des traditions, et comme un élément de son argumentation : la tyrannie nest pas une essence du pouvoir et nappartient pas aux seuls tyrans. Ensuite, plus que lidentification de sources en tant que matériaux de base, importe létude de la circulation des traditions à propos dun problème donné. Lhistoricité de la tyrannie réside aussi – non pas seulement certes – dans les cheminements parmi les discours la concernant, quon les nomme logoi, comme Hérodote, ou « histoires », comme nous le faisons. La démarche, au sens littéral, dHérodote69 est une prise de conscience quune part du réel historique réside dans le choix dun cheminement non encore ouvert parmi des versions ou traditions disponibles. La tyrannie échappe alors à la tyrannie ; elle est une composante du pouvoir politique, qui appartient aussi bien à Maiandrios, pourtant animé des meilleures intentions isonomiques, quà lAthènes dominatrice des années postérieures à 478, dont la référence semble contribuer à décrire les régimes qualifiés de tyrannie. En ce sens et enfin, il est vain de penser que la question de la tyrannie progressera uniquement avec la recherche dimprobables chroniques archaïques, et que lhistoriographie ne devient pleinement intelligible que si on peut lui trouver des prédécesseurs ; quel devrait être alors le terme de ce cheminement ad infinitum, de ce culte pour « lidole des origines », dont Marc Bloch invitait les historiens à se méfier ?

3. Polémiques et historiographie : les allusions à des Vies de tyrans

  • 70 Cette approche n’exclut pas la perspective comparatiste, avec certaines traditions mythologiques de (...)

26Les recherches sur les polémiques, conduites avec les ressources de l« intertextualité » grâce aux travaux de Charles Segal, Jesper Svenbro, Pietro Pucci - sans omettre le Palimpsestes de Gérard Genette - ont montré leur fécondité pour létude de la tradition épique et de la poésie en général. Alain Ballabriga, dans son livre Les fictions dHomère, a plaidé avec conviction pour que soient intégrées à ce type danalyses la dimension historique et une approche génétique de la circulation des textes70. À partir du problème de la tyrannie, efforçons-nous, dans un dernier temps et plus brièvement, esquisser quelques pistes de travail concernant lhistoriographie.

  • 71 Cf. A. Momigliano, 1971, p. 41 (trad. fr., p. 65).
  • 72 Cf. Schaeffer, 1989, p. 153, 171-173, 182-184 et passim.
  • 73 Pour une analyse de ces problèmes, une présentation des traditions de Vies et leur inscription dans (...)
  • 74 Skylas de Karyanda, FGrHist 709 T 1 ( = Souda, s. v. Σκύλαξ”) : Τὰ κατὰ τὸν Μυλάσσων βασιλέα Cf. H (...)
  • 75 Cf. Dumézil, 1985.
  • 76 Hérodote, III, 39-60.
  • 77 Le dossier de la mort de Cambyse est analysé par Walser, 1983.

27Parmi les normes communes à une époque figurent les conventions que nous réunissons sous le nom de « genres ». Il n’existe pas d’inventions absolues, qui feraient que l’historiographie, venue d’on ne sait où, aurait saisi Hérodote comme par surprise71, mais on distingue plutôt un ensemble de transformations, d’adaptations, de recréations72, par lesquelles l’auteur compose avec des règles admises, avec les attentes d’un public et avec ses propres choix construits pour proposer des versions qui n’aient pas encore été entendues ou lues. Or un des genres les plus pratiqués dans le monde grec archaïque des VIIe-Ve siècles est celui des Vies (Βίος/Βίοι) - Vies de poètes, Vies des Sept Sages en particulier - qu’on se gardera de confondre avec la biographie. Dans une étude consacrée à cette question73, nous avons omis de prendre en compte dans leur ensemble, parmi toutes les traditions de Vies, les traces concernant les tyrans. Et pourtant, il semble assuré qu’Hérodote travaille aussi avec cet héritage complexe. Pour le montrer, il ne suffirait pas d’invoquer l’existence vraisemblable d’un récit de Skylax de Karyanda consacré au tyran Héracléidès de Mylasa, qu’Hérodote au demeurant n’a peut-être pas utilisé74, mais qui montre combien les milieux d’« écrivains » étaient proches des tyrans. La recherche devrait prendre en compte les passages où la matière de plusieurs Vies de tyrans est remodelée et comme subtilisée à son public initial. Ce sont d’abord, peut-être, l’aventure du premier « tyran » de l’Enquête, le Lydien Gygès, et ce que Georges Dumézil a appelé « le roman de Crésus »75, à propos du dernier représentant de la dynastie, qui servent de référence. On connaît en effet une riche tradition de Vies de rois, venue d’Orient, qui remonte à Sargon l’ancien, en l’état des sources. Ensuite, les événements concernant Polycrate, Pisistrate et Périandre font l’objet d’une forte structuration qui , en elle-même et par la place qu’elle occupe dans l’architecture de l’Enquête, situe toujours au centre de l’analyse la question du pouvoir et de sa mise en débat. Ainsi le récit autour de Polycrate76 repose sur une composition annulaire très élaborée, qui inclut un épisode de la vie de Périandre et est elle-même insérée à l’intérieur de la « Vie » de Cambyse ; celle-ci est réduite, dans la version hérodotéenne, à l’échec de la conquête de l’Égypte, à l’issue de laquelle ce Roi « fou » trouve la mort77 :

Début du règne de Polycrate de Samos : composition annulaire

  • 78 Ce schéma nous paraît beaucoup plus satisfaisant que celui que nous avons présenté dans Payen, 1990 (...)

1) III, 39 : la puissance de Polycrate : amorce de la guerre de Samos menée par les Lacédémoniens.
     2) III, 40-43 : la carrière de Polycrate jusqu’à la guerre contre Sparte.
          3) III, 44-47 : origines de la guerre conduite par les Lacédémoniens contre Samos.
               4) III, 48-53 : Intervention des Corinthiens ; ses origines jusqu’à Périandre.
          3*) III, 54-56 : suite de la guerre : victoire de Polycrate, retrait des Lacédémoniens.
     2*) III, 57-59 : épilogue du récit de la guerre samienne.
1*) III, 60 : la puissance de Samos : les principaux ouvrages d’art construits sous Polycrate78.

  • 79 Hérodote, III, 48.
  • 80 Au début du VIème siècle, cependant, Samos connaissait peut-être déjà la tyrannie avec le règne de (...)
  • 81 Cf. Schmitt-Pantel, 1979.

28Lépisode concernant Périandre se trouve placé, dans la chronologie narrative et dans la composition annulaire, de telle manière quil occupe, par rapport à laventure de Polycrate, la même fonction que laventure de ce dernier pour le récit du règne de Cambyse. Le fils de Kypsélos surgit de façon apparemment incongrue dans le récit : Hérodote rapporte quil conçut denvoyer trois cents jeunes Corcyréens pour être faits eunuques à Sardes, chez Alyatte, et quil en fut empêché lors de lescale que son expédition fit à Samos79. Une étude de Pauline Schmitt a montré que cet épisode contribue à une histoire des représentations que la cité classique forge pour définir sa normalité et ses marges. Parce quil est celui qui transgresse les normes civiques, le tyran est aussi celui qui permet au groupe de les circonscrire et den prendre plus clairement conscience ; létape samienne, en un temps (vers 590 avant J.-C.) où la cité, avec son pouvoir aristocratique, est représentative des communautés archaïques80, rend possible la confrontation81. Les représentations que les cités donnent delles-mêmes font partie du réel - qui affirmerait que la représentation de la République française en buste de Mariane, présent dans toutes les mairies, nappartient pas à la réalité ? - ; dès lors, de telles anecdotes ne sont pas accessoires, et doivent être prises en compte, aussi bien pour lhistoire de la cité que pour celle de la tyrannie.

  • 82 Dans le contenu même des faits, Hérodote tient compte, pour la réception de son Enquête, de ses lec (...)

29Lhistoire de Périandre, prise en elle-même et à lintérieur des deux ensembles narratifs qui lencadrent – les règnes de Polycrate et de Cambyse –, est également révélatrice de la continuité dune réflexion sur lexercice du pouvoir : royauté, tyrannie, régime isonomique. Pour en saisir les similitudes autant que les singularités, Hérodote reprend trois traditions quil fait dialoguer au service dune même visée. Il ne le peut que parce quil connaît laptitude de son public à lire ce genre82 et donc à comprendre que la nouveauté provient non des « citations » de trois fragments de Vies, mais de leur position et de lagencement qui en résulte dans un nouvel ensemble. Mais, dans tous les cas, la tyrannie et les traditions qui laccompagnent sont placées au centre de la construction historiographique. Cest cette structuration qui est à la fois la marque de lallusion et la preuve dune intentionnalité, quand bien même fait défaut lattestation littérale de Vies de Cambyse, de Polycrate et de Périandre.

  • 83 Selon des processus qu’ont analysés les travaux de Thomas, 1989, p. 155-195, de F. Hartog, 1990, et (...)
  • 84 Distinctions reprises aux importantes analyses de Jacob, 1994, p. 170-171.

30Le travail polémique et réflexif dHérodote sur des traditions en rapport avec la question du pouvoir tyrannique participe ainsi de lélaboration dune mémoire critique du passé proche, qui est lun des fondements de la prose historiographique. Les Vies contribuent en effet à ce que la communauté sapproprie son passé par la construction plus large dun « ordre généalogique »83. Hérodote en connaît les traditions, mais il ne les reprend pas en tant qu« instrument de suprématie sociale ». Dans le cas des tyrans, dune part il associe les données factuelles quil recueille et cette « forme particulière de mémoire et décriture »84 avec celles dautres passés appartenant à des cités différentes ; et dautre part, il les confronte plus largement avec des formes différentes dexercice du pouvoir.

Conclusion

  • 85 Expression empruntée à Ph. Rousseau, dans son introduction au livre de P. Pucci, 1987, p. 14-15. Su (...)

31La Grèce du VIe et du Ve siècle a connu lexistence de milieux très actifs de poètes, de philosophes, de savants, engagés dans des discussions, dans des conflits dinterprétation qui les réunissaient ou les opposaient. Il en va de même pour le milieu des prosateurs, engagés semblablement dans des polémiques sur la nature des régimes et sur lexercice du pouvoir, confrontés à des traditions, des genres ou des situations de communication dont nous navons plus que des traces, des allusions. Il reste néanmoins possible de reconstituer, non pas les œuvres perdues, mais les échanges, à condition de ne pas traquer de façon obsessionnelle le fragment littéral et de prêter davantage attention aux prétendues contradictions à lintérieur dun texte, aux logiques de genre, aux phénomènes de transposition et déchange. Lexemple des polémiques associées à la question de la tyrannie dans lEnquête dHérodote suggère que, pour comprendre les premières manifestations que nous possédons de la prose en Grèce ancienne, nous devons nous garder de toute « lecture primitiviste »85 et être attentifs aux discours qui traversent ces œuvres. En tireraient de nouveau bénéfice et lEnquête Hérodote et lobjet historique que sont les tyrans, en particulier pour une histoire des mœurs. Mais, pour ce dernier domaine, ce sont dautres dossiers quil faudrait ouvrir.

Haut de page

Bibliographie

Asheri, D., 1990, Introduzione e commento, dans Erodoto, Le storie, libro III, Milan, Mondadori, Fondazione Lorenzo Valla, 3ème éd. 2000.

Bakker, E. J., 2002, The Making of History: Herodotus’ Historiès Apodexis, dans E. J Bakker, I. J. F. de Jong et H. Van Wees (dir.), Brill’s Companion to Herodotus, Leiden-Boston-Köln, Brill, p. 3-32.

Ballabriga, A, 1990, La question homérique. Pour une réouverture du débat, REG, 103, p. 16-29.

Ballabriga, A, 1998, Les fictions d’Homère. L’invention mythologique et cosmographique dans l’Odyssée, Paris, P.U.F.

Bengston, H., 1955, Skylax von Karyanda und Herakleides von Mylasa, Historia, 3, p. 301-307.

Berve, H., Die Tyrannis bei den Griechen, Munich, C. H. Beck, 1967.

Briant, P., 1996, Histoire de l’empire perse, Paris, Fayard.

Calame, C., 1998, Mémoire collective et temporalités en contact : Somare et Hérodote, RHR, 215, 3, p. 341-367.

Carrière, J.-C., 2000, Prodige, stratagèmes et oracle dans la prise du pouvoir par Pisistrate (Hérodote, I, 59-65), dans Pouvoir, divination et prédestination dans le monde antique, Tables rondes internationales de Besançon, février 1997/mai 1998, Besançon, PUFC, 2000, p. 13-32.

Chantraine, P., 1968-1980, Dictionnaire étymologique de la langue grecque. Histoire des mots, Paris, Klincksieck, 2ème éd. 1999.

Colli, G., 1991, La sagesse grecque, II, Combas, Éd. de l’Éclat.

Creuzer, F., 1803, Die historische Kunst der Griechen in ihrer Entstehung und Fortbildung, Leipzig, 2ème éd. 1845.

Darbo-Peschanski, C., 2007, L’Historia. Commencements grecs, Paris, Gallimard.

Detienne, M., 1967, Les maîtres de vérité dans la Grèce archaïque, Paris, Maspéro, 2ème éd. La Découverte, 1990.

Detienne, M., 1981, L’invention de la mythologie, Paris, Gallimard.

Dewald, C. et Marincola, J., 1987, A selective introduction to Herodotean Studies, Arethusa, XX, 1-2, p. 9-40.

Dewald, C., 2003, Form and Content. The Question of Tyranny in Herodotus, dans K. A. Morgan (éd.), Soverignty and its discontents in Ancient Greece. Popular Tyranny, Austin, University of Texas Press, p. 25-58.

Dumézil, G., 1985, Le roman de Crésus, dans L’oubli de l’homme et l’honneur des dieux. Esquisses de mythologie, Paris, Gallimard, p. 55-70.

Fehling, D., 1971, Die Quellenangaben bei Herodot: Studien zur Erzählkunst Herodots, Berlin-New York, W. de Gruyter, trad. angl.: Herodotus and his « Sources ». Citation, Invention and Narrative Art, Leeds, Francis Cairns Publication, 1989.

Forsdyke, S., 2002, Greek History, c. 525-480 BC, dans E. J. Bakker, I. J. F. de Jong et H. Van Wees (dir.), Brill’s Companion to Herodotus, Leiden-Boston-Köln, Brill, 2002, p. 521-549.

Forsdyke, S., 2006, Herodotus, political history and political thought, dans C. Dewald et J. Marincola (éd.), The Cambridge Companion to Herodotus, Cambridge, Cambridge University Press, 2006, p. 224-241.

Fowler, R. L., 2001, Early Historiè and Literacy, dans N. Luraghi (éd.), The Historian’s Craft in the Age of Herodotus, Oxford, Oxford University Press, p. 95-115.

Fowler, R. L., 2006, Herodotus and his prose predecessors, dans C. Dewald et J. Marincola (éd.), The Cambridge Companion to Herodotus, Cambridge, Cambridge University Press, p. 29-45.

Fritz, K. von, 1936, Herodotus and the Growth of Greek Historiography, TAPhA, 67, p. 315-340.

Fritz, K. von, 1967, Die Griechische Geschichtsschreibung. Band I: Von des Anfängen bis Thukydides, Berlin, W. de Gruyter, I.

Gammie, J. G., 1986, Herodotus on Kings and Tyrants: Objective Historiography or Conventional Portraiture?, JNES, 45, p. 171-195.

Gondicas, D. et Boëldieu-Trévet, J., 2005, Lire Hérodote, Paris, Bréal.

Goody, J., 1979, The Domestication of the Savage Mind, trad. fr. J. Bazin et A. Bensa, La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, Paris, Éd. de Minuit.

Goody, J., 1994, et The Interface between the written and the oral, Cambridge, Cambridge University Press, 1993, trad. fr. D. Paulme et P. Ferroli, Entre l’oralité et l’écriture, Paris, P.U.F.

Griffin, J., 2006, Herodotus and tragedy, dans C. Dewald et J. Marincola (éd.), The Cambridge Companion to Herodotus, Cambridge, Cambridge University Press, p. 46-59.

Harrison, V et Th., 2002, The Persian Invasions, dans E. J. Bakker, I. J. F. de Jong et H. Van Wees (dir.), Brill’s Companion to Herodotus, Leiden - Boston – Köln, Brill, p. 551-577.

Hartog, F., 1990, Écritures, Généalogies, Archives, Histoire en Grèce ancienne, Mélanges Pierre Lévêque, V. Anthropologie et société, Paris, Les Belles Lettres, p. 177-188.

Homeyer, H., 1962, Zu den Anfängen der griechischen Biographie, Philologus, 106, p. 82.

Hornblower, S., 2002, Herodotus and his sources of information, dans E. J. Bakker, I. J. F. de Jong et H. Van Wees (dir.), Brill’s Companion to Herodotus, Leiden-Boston-Köln, Brill, p. 373-395.

Jacob, C., 1994, L’ordre généalogique entre le mythe et l’histoire, dans M. Detienne (dir.), Transcrire les mythologies. Tradition, écriture, historicité, Paris, Albin Michel, p. 169-202, 240-245.

Jacoby, F., 1913, Herodotos, RE, suppl. II, col. 250-520.

Jacoby, F., 1947, The first Athenian prose writer (1947), dans Abhandlungen zur griechischen Geschichtschreibung, Leiden, E. J. Brill, 1956, p. 100-143.

Jacoby, F., 1949, Atthis. The local Chronicles of Ancient Athens, Oxford, Oxford University Press.

Jensen, M. S., 1999, Dividing Homer: When and How were the Iliad and the Odyssey divided into Songs?, SO, 74, p. 35-73.

Lanza, D., 1977, Il tiranno e il suo publico. Le tyran et son publico, Turin, Einaudi, trad.fr. : J. Routier-Pucci, Le tyran et son public, Paris, Belin, 1997.

Lateiner, D. 1989, The Historical Method of Herodotus, Toronto, Phoenix, suppl. XXIII.

Lévêque, P. et Vidal-Naquet, P., 1964, Clisthène l’Athénien, Paris, Les Belles Lettres, rééd. Macula 1983.

Lloyd, G. E. R., 1990, Les débuts de la science grecque de Thalès à Aristote (1974 pour l’éd. originale, trad. fr. J. Brunschwig), Paris, La Découverte, p. 11-34.

Lloyd, G. E. R., 1996, Magie, raison et expérience (1979 pour l’éd. originale, trad. fr. J. Carlier et F. Regnot), Paris, Flammarion, rééd. sous le titre Origines et développement de la science grecque, Paris, Flammarion, coll. « Champs », 1996.

Mazzarino, S., 1983, Il pensiero storico classico, 1, Roma-Bari, Laterza.

Momigliano, A., 1946, Friedrich Creuzer and Greek Historiography, dans Contributo alla storia degli studi classici, Roma, Edizioni di storia e letteratura, 1955, 2ème éd. 1979, p. 233-248.

Momigliano, A., 1971, The Development of Greek Biography, Cambridge, Harvard University Press; trad. fr. E. Oudot, La naissance de la biographie en Grèce ancienne, Strasbourg, Circé.

Montiglio, S., 2005, Wandering in Ancient Greek Culture, Chicago, The University of Chicago Press.

Osborne, R., 2002, Archaic Greek History, dans E. J. Bakker, I. J. F. de Jong et H. Van Wees (dir.), Brill’s Companion to Herodotus, Leiden-Boston-Köln, Brill, 2002, p. 497-520.

Parker, V., 1998, Τύραννος: The Semantics of a Political Concept from Archilochus to Aristotle, Hermes, 126, p. 145-149.

Payen, P., 1990, Discours historique et structures narratives dans l’Enquête d’Hérodote, Annales ESC, 45, 3, p. 527-550.

Payen, P., 1997, Les Îles nomades. Conquérir et résister dans l’Enquête d’Hérodote, Paris, Editions de l’EHESS.

Payen, P., 2007, Les matériaux des polémiques concernant l’histoire des tyrans dans l’Enquête d’Hérodote. Remarques préliminaires, dans S. David et É. Geny (éd.), Troïka. Parcours antiques, Mélanges offerts à Michel Woronoff, volume I, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, p. 141-154.

Pearson, L., 1939, Early Ionian Historians, Oxford, The Clarendon Press, réimp. Greenwood Press 1975.

Pearson, L., 1954, Real and Conventional Personalities in Greek History, JHI, 15, p. 136-145.

Powell, J. E., 1938, A Lexicon to Herodotus, Hildesheim, Georg Olms, 3ème éd. 1977.

Pucci, P., 1995 Odysseus Polutropos. Intertextual Readings in the Odyssey and the Iliad, Ithaca-Londres, Cornell University Press, 1987, trad. fr. J. Routier-Pucci, Ulysse polutropos. Lectures intertextuelles de l’Iliade et de l’Odyssée, Lille, Presses Universitaires du Septentrion.

Raaflaub, K. A., 2002, Philosophy, Science, Politics: Herodotus and the Intellectual Trends of his Time, dans E. J. Bakker, I. J. F. de Jong et H. Van Wees (dir.), Brill’s Companion to Herodotus, Leiden-Boston-Köln, Brill, p. 149-186.

Saïd, S., 2002, Herodotus and tragedy, dans E. J. Bakker, I. J. F. de Jong et H. Van Wees (dir.), Brill’s Companion to Herodotus, Leiden-Boston-Köln,Brill, p. 117-147.

Schaeffer, J.-M., 1989, Qu’est-ce qu’un genre littéraire ?, Paris, Seuil.

Schmitt-Pantel, P., 1979, Histoire de tyran ou comment la cité construit ses marges, dans Les marginaux et les exclus dans l’histoire, Cahiers Jussieu n° 5, Université de Paris VII, Paris, U. G. E., p. 217-231.

Seaford, R., 2003, Tragic Tyranny, dans K. A. Morgan (éd.), Soverignty and its discontents in Ancient Greece. Popular Tyranny, Austin, University of Texas Press, 2003, p. 88-102.

Shipley, G., 1987, A History of Samos, 800-188 BC, Oxford, Clarendon Press.

Stahl, H. P., 1968, Herodotos Gyges-Tragödie, Hermes, 96, p. 385-400.

Stahl, M., 1983, Tyrannis und das Problem der Macht. Die Geschichten Herodots über Kypselos und Periander von Korinth, Hermes, 110, p. 202-220.

Svenbro, J., 1976, La parole et le marbre. Aux origines de la poétique grecque, Lund.

Thomas, R., 1989, Oral tradition and written record in classical Athens, Cambridge, Cambridge University Press.

Thomas, R., 2000, Herodotus in Context: Ethnography, Science and the Art of Persuasion, Cambridge, Cambridge University Press.

Van der Veen, J. E., 1995, A Minute’s Mirth… Syloson and his cloak in Herodotus, Mnemosyne, 48, 2, p. 135-140.

Verdin, H., 1971, De historisch-kritische methode van Herodotus, Brussels.

Walser, G., 1983, Der Tod des Cambyses, in Althistorischen Studien Hermann Bengston, Wiesbaden, F. Steiner Verlag (Historia-Einzelschriften, 40), p. 8-23.

Waters, K. H., 1971, Herodotos on Tyrants and Despots. A Study in Objectivity, Wiesbaden, Steiner (Historia Einzelschriften, 15).

Haut de page

Notes

1 Cf. Payen, 2007, p. 141-154.

2 Une première version orale de ce travail a bénéficié des échanges avec Lucio Bertelli, Claude Calame, Diego Lanza, Claude Mossé, Jaume Pòrtulas, Martin Steinrück. Je les en remercie très vivement.

3 Cf. Lloyd, 1990 et 1996.

4 Cf. Svenbro, 1976 ; Pucci, 1995 ; Ballabriga, 1998 (voir l’article programmatique du même auteur : Ballabriga, 1990). L’ensemble de ces études suppose des textes stabilisés dans et par l’écriture au cours du VIe siècle. Les questions relatives à la datation et à l’importance de l’écriture font l’objet des réponses, réunies sous forme de dossier, à l’étude de Jensen, 1999 – Les travaux de J. Goody ont souvent pris pour objet l’Antiquité grecque : cf. Goody 1979 et 1994, p. 73-119.

5 Les liens entre l’historiè d’Hérodote et l’écriture sont abordés dans les études récentes de Fowler, 2001 ; Bakker, 2002 ; Darbo-Peschanski, 2007, p. 401-415, 445-449.

6 Mazzarino, 1983, 1, p. 60, considère que les Généalogies d’Akousilaos sont la plus ancienne œuvre en prose grecque avec celle de Phérécyde de Syros, datant du milieu du VIe siècle ou peu après ; cf. également p. 58-73. L’œuvre d’Hécatée daterait des années 510-490. Pour des raisons signalées infra, F. Jacoby situe Akousilaos au cours de la première moitié du Ve siècle, à tort, semble-t-il. Outre Mazzarino, cf. von Fritz, 1967, I, Anmerkungen, p. 57.

7 Pour les textes, cf. F. Jacoby, FGrHist 1 (Hécatée), 2 (Akousilaos), 3 (Phérécyde) 4 (Hellanikos). L’akmè d’Hécatée se situe vers 500, sous le règne de Darius : cf. FGrHist 1 T 1 ( = Souda), ainsi que Pearson, 1939, p. 25. Selon la Souda, s. v. Hekataios ( = FGrHist 2 T 7), les ouvrages d’Akousilaos sont connus d’Hécatée. Phérécyde (d’Athènes) composa, au cours de la première moitié du Ve siècle, un grand nombre d’ouvrages sur la mythologie et dix livres sur les traditions de l’Attique (FGrHist 3 T 2). Sur sa date, cf. Jacoby, 1947 (1956), p. 112-117, 140-143, ainsi que Jacoby, p. 220-221, et p. 395, n. 32. Édition de ses fragments dans Colli, 1991, p. 19-23, 77-103, 273-279. Hellanikos serait né au tout début du Ve siècle (Aulu-Gelle, Nuits attiques, XV, 23 = FGrHist 4 T 3) ou au plus tard au cours de la seconde guerre Médique (Souda s. v. = FGrHist 4 T 1). Les liens entre ces œuvres et une écriture de type historiographique font l’objet des analyses de Hartog, 1990, p. 183-185 ; Jacob, 1994, p. 169-202, 240-245, et de Fowler, 2006. Nous revenons sur ce problème, infra, § 3.

8 Creuzer, 1803 (1845), en particulier p. 155 et suiv. Cf. Momigliano, 1946 (1955). C’est sous l’autorité et l’inspiration de Creuzer que K. von Fritz place sa monumentale étude : Die Griechische Geschichtsschreibung, Band I : Von des Anfängen bis Thukydides, Berlin, W. de Gruyter, 1967, p. 1.

9 La liste en est donnée par Waters, 1971, p. 42-44.

10 L’ambivalence de la présentation hérodotéenne de la tyrannie est présentée, sous une forme différente, dans l’étude de Dewald, 2003, en particulier p. 45-49, et par Forsdyke, 2006, p. 236-237 : Hérodote met en débat, d’une part, un fond ou une conception collective de la tyrannie, héritée de l’Orient perse et, d’autre part, des aventures et des comportements individuels propres à l’univers politique grec.

11 Cf. Berve, 1967, I, p. 190.

12 La présente étude s’inscrit en ce sens dans le courant qui tend à réévaluer l’apport de la pensée politique d’Hérodote,dans le contexte large tracé par le livre de Thomas, 2000, p. 168-248, les études de Raaflaub, 2002, Gondicas et Boëldieu-Trévet, 2005, p. 205-225, Forsdyke, 2006, notamment p. 225-235. Pour les faits, cf. les bilans de Osborne, 2002, Forsdyke, 2002, et Harrison, 2002.

13 Sur ce texte difficile, cf. l’étude citée note 1, p. 144-145.

14 Hérodote, I, 95 (notre traduction).

15 Hippias déjà notait qu’Homère recourt à βασιλεύς, mais n’emploie jamais τύραννος, qui apparaît seulement « au temps d’Archiloque » (Hippias, FGrHist. 6 F 6). Le poète de Paros, dans quatre vers d’un trimètre conservé, évoque « Gygès et ses trésors », mais pour lui-même ne « désire pas l’altière tyrannie (τυραννίδος) » (frag. 15 Lasserre-Bonnard ; cf. encore frag. 35, v. 16). Sur le rapprochement entre τύραννος et βασιλεύς chez Hérodote, cf. infra, note 33. - L’étymologie très incertaine des mots de la famille de τύραννος rend encore plus fragile tout classement définitif. Chantraine, 1968-1980 (1999), s. v τύραννος (p. 1146a) et le dictionnaire de Liddell-Scott-Jones, s. v. notent qu’il s’agit d’un mot emprunté à l’Asie Mineure (Phrygie, Lydie ?) ; aucun autre rapprochement (avec l’étrusque, le hittite…) ne s’impose avec certitude : cf. le bilan de Parker, 1998, p. 145-149. Les premiers emplois semblent dépourvus de la connotation très négative qui entoure le mot au Ve siècle, en particulier dans la tragédie ; cf. Lanza, 1977 (1997), p. 51-53, 59-77, 109 sq.

16 Les substantifs τύραννος, τυραννίς et le verbe τυρρανεύειν renvoient, dans l’Enquête, à trois réalités historiques que distingue commodément Powell, 1938 (1977), s. v. : les rois orientaux (23 occurrences pour les trois termes), les satrapes de l’empire perse (3), les tyrans grecs (102). Liste complète des τύραννοι : cf. supra, note 11. Néanmoins, peut-être ont-ils été plus proches, sur les plans géographique et institutionnel, que ce classement ne le laisse penser.

17 Les deux synthèses récentes qui analysent les liens entre Hérodote et la tragédie n’abordent pas la question de la tyrannie : Saïd, 2002, Griffin, 2006. On renverra à l’étude classique de Stahl, 1968, aux références fournies par Gammie, 1986, p. 177, note 27, et aux remarques de Seaford, 2003, p. 96-99.

18 Ce que font déjà apparaître les fragments d’Hécatée et d’Akousilaos, tels que les analysent Detienne, 1981, p. 134-145, ainsi que F. Hartog et C. Jacob dans les études citées supra, note 6.

19 Hérodote, I, 6-7.

20 Thucydide, II, 63 ; 64, 5 (l’ἀρχή devenue τυραννίς détestée de ses sujets).

21 Hérodote, I, 6 : « Crésus asservit certains Grecs qu’il obligea à lui payer tribut, et se fit des amis de certains autres ».

22 Hérodote, III, 80-82. Cf. le bilan des interprétations chez Lanza, 1977 (1997), p. 233-242, le commentaire de Asheri, 1990 (2000), p. 297-299, et nos remarques dans Payen, 1997, p. 198-203.

23 Id., III, 80 ; V, 78, 97.

24 Par exemple, ibid., VII, 8-18, 235.

25 Cf. Pearson, 1954.

26 Cf. Waters, 1971, Herodotos on Tyrants and Despots, p. 2-44, qui conclut à “his lack of passion and prejudice in treating them” (p. 42).

27 Hérodote, III, 80. C’est l’interprétation proposée, avec des postulats différents, par Lanza, 1977 (1997), p. 53-58, et par Gammie, 1986, p. 172-175, 187-195.

28 Cf. Asheri, 1990 (2000), p. XVIII.

29 Hérodote, I, 59.

30 Aristote, Politique, V, 11, 1314 a 30 – 1315 a 14.

31 Id., I, 61 : l’argent des Thébains, les mercenaires du Péloponnèse, l’appui logistique du tyran Lygdamis de Naxos.

32 Le thème est présent lors des trois prises de pouvoir, en des termes qui dénotent et l’ingéniosité de Pisistrate et la naïveté ou la passivité du dèmos : en 561/0, μηχάναται et ἑξαπατηθείς (I, 59) ; en 544/3, μηξανῶνται […] πρῆγμα εὐηθέστατον (I, 60) ; en 534/3, βουλὴν […] σοφοτάτην […] ἐπιτεχνᾶται et πειθομένων (I, 63).

33 Hérodote, I, 60.

34 Id., I, 61.

35 Ibid., I, 62 : en 534/3, « d’autres hommes affluèrent des dèmes, qui avaient plus de goût pour la tyrannie que pour la liberté ». Il s’agit moins d’une condamnation que du relevé d’une constante.

36 Hérodote, V, 62.

37 Id., V, 62, 65, ainsi que 78 (cf. infra).

38 Ibid., V, 66.

39 Thucydide, I, 70, 2-9. Hypothèse formulée par Carrière, 2000, p. 14.

40 Ibid., VI, 131.

41 Ibid., V, 69, ainsi que V, 67 (ὲμιμέετο). Cf. Lévêque et Vidal-Naquet, 1964, p. 25-27.

42 Hérodote, III, 39.

43 Thucydide, I, 93, 3-7 ; 141, 2 – 143.

44 Hérodote, III, 39.

45 Id., III, 125 : οὐκ ἀξιως ἀπηγήσιος.

46 Ibid., III, 45, 47, 56.

47 Ibid., III, 50 ; Diogène Laërce, I, 94.

48 Hérodote, V, 92a.

49 Le problème a souvent été discuté ; cf. par exemple les remarques et les références in Stahl, 1983, p. 218-219.

50 Id., III, 50-51.

51 Ibid., V, 62, 64, 65, 78, 97 : ἐλευθερώθησαν ; ἀπαλλάχθησαν (et formes voisines).

52 Ibid., V, 78.

53 Ibid., V, 97.

54 Sur le sens politique de cette expression, cf. III, 81 ; IV, 61, 97 ; VII, 8, 164… Le « plan de pensée pré-politique » de cette notion, dans le contexte des jeux funèbres, du partage du butin et des assemblées délibératives, est analysé par Detienne, 1967 (1990), p. 83-97 ; pour Hérodote : p. 97-99.

55 Ibid., III, 142.

56 Ibid., III, 143.

57 Ibid., III, 145.

58 Ibid., III, 146-147.

59 Le rapprochement entre les deux personnages est analysé d’un point de vue différent par Van der Veen, 1995.

60 Thucydide, II, 62, 2 (ξυμμάχων) ; 63, 2 (τυραννίδα) ; 62, 1 ; 63, 1 ; 64, 3-4 (ἀρχή, ἄρχειν).

61 Sur les relations polémiques d’Hérodote avec ses sources, cf. les listes établies par Lateiner, 1989, p. 104-108.

62 Listes (presque) exhaustives chez Jacoby, 1913, col. 392-399 (et les analyses col. 419-467). Compléments chez Fehling, 1971, trad. angl., 1989, p. 1, note 1.

63 Présentation d’ensemble mesurée et convaincante du problème des sources par Dewald et Marincola, 1987, p. 26-35.

64 Ligne directrice, par exemple, des travaux de von Fritz, 1936, et 1967, t. I, en particulier p. 442-475 : « Die Entstehung des Herodoteischen Geschichtswerkes und die Entwicklung Herodots zum und als Historiker ».

65 Pas plus que dans la langue grecque, ainsi que le note Hornblower, 2002, p. 374.

66 Cf. le titre de l’ouvrage de D. Lateiner, cité supra, note 59, ainsi que Verdin, 1971 (avec résumé en anglais, et le compte rendu de B. Boyaval, REG, 88, 1975, p. 282-284), qui conduit cette démarche à l’extrême de l’anachronisme.

67 Ces deux thèse se trouvent réunies dans l’ouvrage paradoxal de D. Fehling, op. cit. supra, note 60. Cf. Les critiques de Ed. Will, RPh, 49, 1975, p. 119-121 ; J. Cobet, Gnomon, 46, 1974, p. 737-746, et la discussion détaillée chez Dewald et Marincola, 1987, p. 26-32. Tous les travaux de A. Armayor conduisent à des conclusions similaires et hypercritiques.

68 Non que ces données soient secondaires ou à exclure, mais parce qu’il paraît impossible de déterminer leur influence sur l’appréciation d’Hérodote concernant la tyrannie. Il en va d’ailleurs de même pour la question d’ensemble des liens entre les maigres renseignements sur la vie d’Hérodote et l’œuvre elle-même.

69 La métaphore de la « route » (ὁδός) est celle que privilégie Hérodote (I, 95) ; cf. Payen, 1997, p. 334-337 ; Montiglio, 2005, p. 172-195.

70 Cette approche n’exclut pas la perspective comparatiste, avec certaines traditions mythologiques de l’Orient ancien, ainsi que le montre A. Ballabriga, et, pour d’Hérodote, avec la Papouasie-Nouvelle Guinée, dans l’étude de Calame, 1998.

71 Cf. A. Momigliano, 1971, p. 41 (trad. fr., p. 65).

72 Cf. Schaeffer, 1989, p. 153, 171-173, 182-184 et passim.

73 Pour une analyse de ces problèmes, une présentation des traditions de Vies et leur inscription dans l’Enquête, nous nous permettons de renvoyer à notre étude : Payen, 1997, 49-62.

74 Skylas de Karyanda, FGrHist 709 T 1 ( = Souda, s. v. Σκύλαξ”) : Τὰ κατὰ τὸν Μυλάσσων βασιλέα Cf. Homeyer, 1962, p. 82 ; Momigliano, 1971, p. 29 (trad. fr., p. 48-49). Hérakléidès est mentionné par Hérodote, V, 121. Ph.-E. Legrand, C.U.F., V, p. 58-59, note 2, montre qu’Hérodote n’a pas utilisé Skylax ; Bengston, 1955, en particulier p. 305, suggère le contraire.

75 Cf. Dumézil, 1985.

76 Hérodote, III, 39-60.

77 Le dossier de la mort de Cambyse est analysé par Walser, 1983.

Sur la « folie » du Roi, cf. Briant, 1996, p. 66-68, 70, 109-110, 915. Hérodote exemplifie la campagne d’Égypte qui, en fonction de la sélection des événements, apparaît comme une défaite.

78 Ce schéma nous paraît beaucoup plus satisfaisant que celui que nous avons présenté dans Payen, 1990, p. 539. Le schéma annulaire, par son ampleur, montre qu’Hérodote se livre à une construction délibérée, à partir de traditions nombreuses qu’il prend soin de mentionner et qui proviennent de Samos, de Lacédémone, de Corinthe et, pour Lycophron, vraisemblablement de Corcyre.

79 Hérodote, III, 48.

80 Au début du VIème siècle, cependant, Samos connaissait peut-être déjà la tyrannie avec le règne de Syloson I, ancêtre de Polycrate : cf. Shipley, 1987, p. 68-73.

81 Cf. Schmitt-Pantel, 1979.

82 Dans le contenu même des faits, Hérodote tient compte, pour la réception de son Enquête, de ses lecteurs (et auditeurs ?) ; les preuves en sont nombreuses et bien connues : I, 193 ; III, 80 ; IV, 99 ; VI, 43… Mais il faut aussi avoir à l’esprit la familiarité de ce public avec l’ensemble des « genres » narratifs, donc des formes de composition qui n’appartiennent plus à nos usages (« catalogues », composition annulaire, ainos).

83 Selon des processus qu’ont analysés les travaux de Thomas, 1989, p. 155-195, de F. Hartog, 1990, et de C. Jacob,1994.

84 Distinctions reprises aux importantes analyses de Jacob, 1994, p. 170-171.

85 Expression empruntée à Ph. Rousseau, dans son introduction au livre de P. Pucci, 1987, p. 14-15. Sur les dangers du « primitivisme », cf. également P. Pucci lui-même, p. 47-48.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Payen, « Écriture, tyrannies et pouvoir tyrannique. Emprunts et polémiques chez Hérodote », Pallas, 81 | 2009, 101-118.

Référence électronique

Pascal Payen, « Écriture, tyrannies et pouvoir tyrannique. Emprunts et polémiques chez Hérodote », Pallas [En ligne], 81 | 2009, mis en ligne le 31 décembre 2009, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/pallas/6369 ; DOI : 10.4000/pallas.6369

Haut de page

Auteur

Pascal Payen

Université de Toulouse II-Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals