Navigation – Plan du site
Philologie

Pour une nouvelle édition des Magna Moralia d’Aristote

Towards a new edition of Aristotle’s Magna Moralia
Manolis Papathomopoulos
p. 203-207

Résumés

En 1971, D. Harlfinger avait établi la liste et le stemma des manuscrits de l’Éthique à Eudème d’Aristote. En 1993, Chr. Brockmann en fit autant pour les manuscrits des Magna Moralia de manière convaincante, si ce n’est pour le haut de son stemma qui, à son avis, est trifide. La collation, non plus partielle, mais complète, des cinq manuscrits majeurs fait plutôt penser à un stemma bifide où KbAL d’une part et PC de l’autre composent les deux familles de la tradition. La contamination des manuscrits P et C par A et L ou même par Kb rend souvent délicate la question de savoir si telle ou telle leçon de P et C représente la leçon originelle de la seconde famille – et que par conséquent l’accord de P et C avec A et L représente la leçon archétypale – ou si elle n’est qu’un produit de contamination sans aucune valeur réelle.

Haut de page

Texte intégral

1Les Magna Moralia (= MM) appartiennent, avec l’Ethique à Nicomaque et l’Ethique à Eudème, à la triade des œuvres morales d’Aristote pour lesquelles I. Dürig avait émis le verdict suivant: « Es gibt keine kritische Ausgabe ». En ce qui concerne les MM, la dernière édition a été publiée en 1887 à Leipzig dans la Bibliotheca Teubneriana par Fr. Susemihl. Celui-ci s’est différencié de ses devanciers I. Bekker (1831) et U. C. Bussemaker (1850) en élargissant considérablement la base manuscrite de son édition. Aux deux manuscrits, le vetustissimus Laur. 81. 11 (Kb), du IXe siècle, et le Marc. 213 (Mb), du XVe siècle, utilisés par Bekker, il a ajouté deux manuscrits du XIIIe siècle, le Vat. gr. 1342 (= Pb, dorénavant P) et le Cantabr. U.L. Ii V. 44 (= Cc, dorénavant C), mais également deux manuscrits du XIVe siècle, le Coislinianus 161 et le Parisinus 1855, ainsi que six autres du XVe siècle. Il s’est en plus servi de l’Aldine, des trois éditions de Bâle, des éditions de Bekker et de Bussemaker, de la traduction latine de Valla (= Va.), de la vetusta translatio (= Γ), du libellus de bona fortuna (=Bf) et du codex Victori (=Cv). Enfin, une série de publications avec des corrections et conjectures de Bonitz (1844), Ramsauer (1858), Rieckher (1859), Oncken (1864), Spengel (1865), Chandler (1866) et Thomas (1882), ainsi que les conjectures de Rassow, transmises directement à l’éditeur, ont été mises à contribution. Le résultat en fut un riche apparat critique qui contenait en plus et avant tout les collations de Susemihl et d’amis bénévoles.

2Aux mérites de l’édition de Susemihl il faut ajouter son effort de grouper les manuscrits : ainsi, il a distingué les deux branches de la tradition, la première avec le Laur. Kb et la seconde avec les deux manuscrits du XIIIe siècle, P et C, alors qu’il a rangé les recentiores et l’Aldine dans l’une ou l’autre de ces deux familles. Inversement, aux points faibles de l’édition Susemihl on doit mettre le nombre élevé des mélectures commises par l’éditeur ou ses collaborateurs lors de la collation des trois manuscrits les plus anciens ainsi que le fait qu’il n’a pas réussi à classer définitivement les recentiores, ce qui lui aurait évité de surcharger son apparat critique de mentions inutiles.

  • 1 Richards 1915, pp. 43-51.

3Après l’édition de Susemihl, le texte des MM a fait l’objet de quelques rares interventions critiques et il faut ici citer avant tout l’ouvrage de Herbert Richards1.

  • 2 Harlfinger 1971.

4En somme, ce texte a eu le destin des deux autres œuvres morales d’Aristote, qui furent reléguées dans un oubli injuste de la part des éditeurs de textes. C’est Dieter Harlfinger qui, avec son importante étude sur la tradition manuscrite des Eudemia 2, fut le premier à remuer la mare où semblait avoir sombré le problème de la tradition manuscrite des trois œuvres morales d’Aristote.

5D. Harlfinger a dressé la liste des vingt manuscrits des Eudemia et, pour les classer, il a travaillé par des sondages, en collationnant un septième du texte pour divers manuscrits. Il a ainsi pu tracer le stemma codicum suivant lequel trois manuscrits, le Laur. 81. 15 (= L), et les gemelli Vatic. 1342 (= P) et Cant. U.L. Ii 5. 44 (= C), s’avèrent être les chefs de file de la tradition.

6Les résultats de l’enquête de D. Harlfinger ont été mis en application par R. Walzer et J. M. Mingay pour leur édition des Eudemia parue en 1991 dans la Bibliotheca Oxoniensis.

  • 3 Brockmann 1993.
  • 4 C’est moi qui introduis ces sigles pour ces deux manuscrits.
  • 5 Voir Wilson 1983.

7Vingt-deux ans après le travail de D. Harlfinger sur les manuscrits des Eudemia, son disciple Christian Brockmann a pris la relève par l’examen de la tradition manuscrite des MM 3. Il a procédé avec la même méthode que D. Harlfinger : il a travaillé sur deux sections prélevées au début et à la fin du texte pour tous les manuscrits et, pour leur tiers, sur une section supplémentaire, soit un ensemble représentant un septième du texte. Après avoir dressé la liste des 45 manuscrits des MM, il a étudié leurs relations et abouti à un stemma codicum détaillé. Un des résultats les plus importants de sa recherche fut d’ajouter aux trois manuscrits majeurs, à savoir le Laur. 81. 11, du IXe siècle, (Kb) et les deux Messanenses P et C, qui représentent respectivement les chefs de file des deux branches de la tradition, un nouveau groupe de deux manuscrits, le Laur. 81. 18 (= L), et l’Ambros. B 95 sup. (= A) 4. Il a identifié le premier comme appartenant au lot des manuscrits du copiste bien connu du XIIe siècle Ioannikios 5, alors qu’il a daté le second au tournant du XIIe siècle et du XIIIe siècle.

8Selon Chr. Brockmann, ces deux manuscrits, qui semblent être étroitement reliés entre eux, tout en étant plus proches du vetustissimus Kb que des deux Messanenses, représenteraient une troisième branche de la tradition : on se trouverait donc devant le cas extrêmement rare d’un stemma trifide. Aux pages 82-83 de son importante publication, Chr. Brockmann propose le stemma suivant :

9Cependant, Chr. Brockmann ne cite aucun autre cas de ce phénomène de stemma trifide, et n’en donne aucune bibliographie. Personnellement, je n’ai jamais eu la chance de tomber sur un cas pareil, au point de croire qu’il s’agit là d’un mythe dont il est parfois question mais toujours d’une façon évasive, s’il ne s’agit tout simplement d’une affirmation erronée. Pour appuyer sa théorie, Chr. Brockmann n’en donne qu’un exemple, en 93b 22, οὕτως ἀδικεῖν AL: οὕτως ἄδικον Kbοὐ δίκαιον CP. Cependant, l’exemple me paraît mal choisi, car, bien que la leçon des manuscrits A et L soit ici indiscutablement la bonne, elle ne prouve absolument rien, du moment que Kb d’une part et CP de l’autre ne présentent pas une faute commune. Si Chr. Brockmann avait collationné intégralement les cinq manuscrits majeurs, il aurait pu citer neuf autres cas où AL semblent être les seuls à donner la bonne leçon par rapport à Kb et CP. Je cite ces neuf cas :

1191a

33 ἀλλ’ ἐν ᾧ οἱ φόβοι καὶ οἱ κίνδυνοι πλησίοι εἰσὶν AL: … πλεῖόν εἰσιν KbCP

1192a

23 οὐ τὴν παρὰ τῶν πολλῶν ἀλλὰ τὴν παρὰ τῶν σπουδαίων AL, Susemihl : … παρὰ πολλῶν … KbCP

1194a

19 πλείονος ἄξιον ποιεῖται τὸ αὐτοῦ ἔργον AL: … ποιεῖ … KbCP

1194a

23 καὶ πρὸς τὴν ἀξίαν ἕκαστον ἑκάστου διδόντας AL: … καὶ τὴν ἀξίαν KbCP, Susemihl

1196a

35 καὶ ἐν ποτέρῳ ἐστὶ τὸ ἀδίκημα, ἐν τῷ ἀδίκως ὁτιοῦν ἔχοντι ;ἐν τῷ κρίναντι AL: … τῷ κρίναντι KbCP

1199a

2-3 τὸ δὲ δὴ πράττειν κατὰ τὴν κρίσιν τοῦ ἐπιεικοῦς AL, Susemihl : … καὶ κατὰ τὴν … KbCP, καὶ secl. Susemihl, cum Bekker et Bussemaker

1199a

8 πρακτοῖς AL: πρακτικοῖς KbCP

1205b

14 ἀλλ’ οἱ φάσκοντες εἶναι τὴν ἡδονὴν οὐ σπουδαίαν AL, Ald. Va. Susemihl : … τὴν ἡδονὴν σπουδαίαν KbCP

1207b

28 καὶ τὰ μέν φαμεν εἶναι καλά, τὰ δὲ ἀγαθά AL: τὰ δὲ καὶ ἀγαθά KbCP, καὶ secl. Susemihl cum Spengel

10Cependant, malgré cette dizaine de cas de supériorité des leçons des manuscrits A et L, je continue de croire que ces cas ne sont pas des preuves suffisantes de l’existence de cette prétendue troisième branche, car ils ne sont ni assez nombreux pour un texte de 100 pages ni assez caractéristiques, ne portant pour la plupart que sur des différences dans l’emploi de l’article défini (1 cas), des prépositions (2 cas), de la conjonction καί (2 cas), de la particule négative οὐ (1 cas), du genre (1 cas). Cette supériorité peut s’expliquer par une saine réaction indépendante du copiste de l’ancêtre commun de A et L devant des fautes de langue évidentes de l’archétype. D’ailleurs, à part ces dix cas, dans les très nombreuses occasions où A et L se différencient de la leçon commune des trois autres manuscrits, ils présentent soit une leçon nettement erronée, soit un ordre de mots différent qui est le plus souvent mauvais et rarement de qualité équivalente à celui des manuscrits Kb C P.

11Malgré ces réserves concernant la place définitive des manuscrits A et L sur le stemma, l’importante étude de Chr. Brockmann a déblayé le terrain de la tradition manuscrite des MM et offert une base solide au futur éditeur de ce texte. Dans sa Schlussbemerkung, il propose à celui-ci de procéder à la collation exhaustive des manuscrits C et P, ce qui, selon Chr. Brockmann, permettrait de décider définitivement :

  1. 1° si les manuscrits A et L reconstruisent un troisième hyparchétype ou bien s’ils appartiennent plus étroitement à Kb (« ob sie enger zu Kb gehören »), c’est-à-dire si, avec le vetustissimus Kb, ils remontent à l’un des deux hyparchétypes,

  2. 2° si les Messanenses C et P ont également pour les MM un rapport de frères (à savoir le même rapport que D. Harlfinger avait constaté pour les Eudemia). Enfin, cette collation éclairerait la thèse selon laquelle, sur le stemma tracé par Chr. Brockmann, on devrait rechercher les effets ultérieurs de la contamination et des corrections.

12En préparant l’édition critique des MM, j’ai suivi les conseils judicieux de Chr. Brockmann et procédé à la collation exhaustive des cinq manuscrits majeurs Kb A L C P. Les conclusions que j’en ai tirées sont les suivantes :

  1. Il n’y a finalement que deux branches de la tradition : la première, constituée par Kb A L, se scinde en deux tronçons, le manuscrit Kb d’une part et les manuscrits A et L de l’autre ; la seconde branche est constituée par les gemelli de Nicolaos de Messine, C et P. L’éventualité d’une troisième branche est à écarter définitivement.

  2. La première branche, constituée de manuscrits plus anciens, l’emporte sur la seconde dans plus de 200 cas, alors que la seconde semble l’emporter dans une cinquantaine de cas.

  3. Les manuscrits C et P sont des « frères » et l’apport de chacun d’eux pour la reconstitution du sous-archétype dont ils descendent est d’égale valeur.

  4. Lorsque C et P s’accordent avec Kb, il est très probable que leur leçon commune représente la leçon de l’archétype, à moins de supposer que leur commun ancêtre a été contaminé par Kb.

  5. Lorsque Kb A L s’opposent à C et P, il faut leur accorder la préférence en considération de leur ancienneté, à moins que la leçon commune de Kb A L ne soit qu’une faute évidente.

  6. Les manuscrits A et L, plus anciens que les gemelli Messanenses, les ont contaminés. Cela est évident surtout lorsque A et L, ensemble ou séparément, s’accordent avec C ou P ou avec les deux manuscrits à la fois. Cela peut s’expliquer en supposant que C et P ont été contaminés par le commun ancêtre de A et L, qui devait porter de doubles leçons parmi lesquelles Nicolaos de Messine a fait son choix. Ainsi a-t-on des accords ACP, LCP, ALC, ALP, AC, LP, LC qui donnent tantôt la bonne tantôt la mauvaise leçon.

  7. En cas d’accord des manuscrits AL avec CP, on est soit devant une leçon de l’archétype, soit, plus rarement, devant un cas de contamination des manuscrits CP par le commun ancêtre des manuscrits AL.

13Pour illustrer ce qui précède, je propose le stemma suivant, pour les cinq manuscrits majeurs sur lesquels reposera mon édition critique :

Haut de page

Bibliographie

Brockmann, Chr., 1993, Zur Überlieferung der aristotelischen Magna Moralia, dans Fr. Berger, Chr. Brockmann, G. de Gregorio, M. I. Ghisu, S. Kotzabassi et B. Noack (éd.), Symbolae Berolinenses für Dieter Harlfinger, Amsterdam, 43-80

Harlfinger, D., 1971, Die Überlieferungsgeschichte der Eudemischen Ethik, dans P. Moraux et D. Harlfinger (éd.), Untersuchungen zur Eudemischen Ethik, Akten des 5. Symposium Aristotelicum, Berlin, 1-50

Richards, H., 1915, Aristotelica, Londres

Wilson, N. G., 1983, A Mysterious Byzantine Scriptorium: Ioannikios and his Colleagues, Scrittura e Civiltà, 7, 161-176

Haut de page

Notes

1 Richards 1915, pp. 43-51.

2 Harlfinger 1971.

3 Brockmann 1993.

4 C’est moi qui introduis ces sigles pour ces deux manuscrits.

5 Voir Wilson 1983.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Manolis Papathomopoulos, « Pour une nouvelle édition des Magna Moralia d’Aristote », Pallas, 81 | 2009, 203-207.

Référence électronique

Manolis Papathomopoulos, « Pour une nouvelle édition des Magna Moralia d’Aristote », Pallas [En ligne], 81 | 2009, mis en ligne le 31 décembre 2009, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/pallas/6872 ; DOI : 10.4000/pallas.6872

Haut de page

Auteur

Manolis Papathomopoulos

Université de Jannina, Athènes

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals