Navigation – Plan du site
Philologie

Sur un fragment d’Épicratès

On a fragment by Epicrates
Michel Casevitz
p. 209-213

Résumés

Le fragment 3 KA du Comique Épicratès, cité et traduit par J.-C. Carrière dans Le carnaval et la politique, fait le portrait de la courtisane de haut vol Laïs ; s’agit-il de la Corinthienne qui fit sensation à Athènes ou du nom générique des hétaïres ? On examine aussi la signification du titre de la pièce d’Épicratès, Antilaïs, ainsi que celle de quelques-uns des 21 vers du fragment.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Carrière, 1979.

1Dans l’important ouvrage qu’il a consacré au carnaval et à la politique1, J.-C. Carrière traduit et commente, à propos des parasites et des courtisanes, un fragment de 21 vers d’Épicratès (3 K et KA), cité par Athénée (XIII, p. 570 B), ainsi que, pour seulement une partie du premier vers, par Eustathe (Commentaire de l’Odyssée, p. 1403, 55).

2Nous citons ce fragment tel qu’il figure dans la récente édition de Kassel et Austin (PCG V, Berlin-New York, 1986) et la traduction que nous proposons, après J.-C. Carrière, -et sans prétendre rivaliser avec lui -, qu’il nous pardonne !

Αὐτὴ δὲ Λαῒς ἀργός ἐστι καὶ πότις,

τὸ καθ’ ἡμέραν ὁρῶσα πίνειν κἀσθίειν

μόνον· πεπονθέναι δὲ ταὐτά μοι δοκεῖ

τοῖς ἀετοῖς. Oὗτοι γὰρ ὅταν ὦσιν νέοι,

ἐκ τῶν ὀρῶν πρόβατ’ ἐσθίουσι καὶ λαγὼς

5

μετέωρ’ ἀναρπάζοντες ὑπὸ τῆς ἰσχύος·

ὅταν δὲ γηράσκωσιν ἤδη τότε < >

ἐπὶ τοὺς νεὼς ἵζουσι πεινῶντες κακῶς·

κἄπειτα τοῦτ’ εἶναι νομίζεται τέρας.

Kαὶ Λαῒς ὀρθῶς < nu`n > νομίζοιτ’ ἂν τέρας

10

αὕτη γὰρ οὖν ὁπότ’ ἦν νεοττὸς καὶ νέα,

ὑπὸ τῶν στατήρων ἦν ἀπηγριωμένη,

εἶδες δ’ ἂν αὐτῆς Φαρνάβαζον θᾶττον ἄν.

jEπεὶ δὲ δόλιχον τοῖς ἔτεσιν ἤδη τρέχει,

τὰς ἁρμονίας τε διαχαλᾷ τοῦ σώματος,

15

ἰδεῖν μὲν αὐτὴν ῥᾷόν ἐστι καὶ πτύσαι·

ἐξέρχεταί τε πανταχόσ’ ἤδη πιομένη,

δέχεται δὲ καὶ στατῆρα καὶ τριώβολον,

προσίεται δὲ καὶ γέροντα καὶ νέον·

οὕτω δὲ τιθασὸς γέγονεν, ὥστ’, ὦ φίλτατε,

20

τἀργύριον ἐκ τῆς χειρὸς ἤδη λαμβάνει…

« C’est une Lais, paresseuse et buveuse,
Voyant chaque jour à boire et à manger
Seulement ; elle me paraît être dans les mêmes dispositions
Que les aigles : ceux-ci, tant qu’ils sont jeunes,
Viennent depuis les monts manger le petit bétail et les lièvres
Qu’ils ravissent en l’air grâce à leur vigueur ;
Et dès lors qu’ils vieillissent, alors <…>
Ils vont s’asseoir sur les temples, crevant la male faim !
Et ensuite c’est vu comme un prodige,
Et c’est Laïs qui devrait en réalité être vue comme un prodige !
Car elle, quand elle était oisillon et oiselet,
Elle était ensauvagée par les statères,
Et on aurait aperçu un Pharnabaze plus vite qu’elle.
Mais dès lors que, avec les ans, elle court la longue course
Et qu’elle laisse se relâcher les jointures de son corps,
Il est plus aisé de l’apercevoir que de cracher ;
Elle sort et va partout maintenant pour boire,
Elle accepte aussi bien le statère qu’un triobole,
Elle admet aussi bien le vieux que le jeune.
L’animal est apprivoisé au point, mon très cher,
Qu’il prend l’argent maintenant dans la main ! »

3Il ne nous a pas semblé inapproprié, pour qui veut essayer de saisir le sens de ce fragment, de proposer aussi quelques éléments de commentaire, au fil des vers.

  • 2 L’alpha long est ici prouvé par la métrique aux vers 1 et 10. Sur le suffixe *-id- , voir Meier, 19 (...)
  • 3 Cf. LGP.
  • 4 LGP II. Cf. aussi Osborne et Byrne, 1996, p. 436 : Laïs est le nom d’une Milésienne résidant à Athè (...)
  • 5 LGP III A.
  • 6 LGP III B.
  • 7 LGP IV.

4Vers 1. Lais (Λαῒς2) est un nom très banal et la courtisane corinthienne le partage avec bien d’autres femmes, ce qui n’est pas étonnant si le sens originel donné par l’étymologie est « femme du peuple » (le DELG sv. Λαός n’en dit rien, mais le dictionnaire Bailly – revu pour la partie étymologique par Chantraine, donne cette traduction). Y aurait-il malice originelle à appeler une fille « Publique » ? Est-ce ce nom qui a accru la célébrité de la courtisane et en a fait une créature légendaire ? En tout cas le nom est attesté à Amorgos, Délos, Samos, Thasos, ainsi qu’en Crète et en Cyrénaïque3 ; on le trouve aussi à Athènes (trois occurrences, cf. LGP II4), dans le Péloponnèse, en Grèce occidentale, en Italie et en Sicile (cf. LGP III A5), en Béotie, en Mégaride et en Thessalie (cf. LGP III B6), ainsi qu’à Béroia en Thrace (cf. LGP IV7), à des dates diverses, entre le Vème s. av. J.-C. et le deuxième siècle de notre ère. Remarquons que ce nom a gardé son a long dans le dialecte ionien-attique, comme si la Corinthienne et les autres femmes des autres parties dialectales avaient imposé leur forme (il n’y a pas, semble-t-il, de *Ληΐς ou de *Λείς : est-ce la proximité des mots de la famille de λεία qui a protégé la forme originelle ?).

  • 8 Sur les hétaïres en Grèce ancienne, on consultera de Davidson, 1998, notamment p. 126, 133 et 196.
  • 9 Voir RE XII, 1, sv. Lais 1, col. 514-514. Une expression proverbiale est citée par Athénée (13, 582 (...)

5Donc notre Lais, celle qui fut célèbre, était Corinthienne8 (et exerça ses talents à Athènes) : les témoignages abondent sur cette origine : Lucien VH 2, 18 ; Anthologie 7, 220 ; 11, 67, etc9.

  • 10 Selon la Souda, sv. Κηφισόδωρος (k 156 Adler), Céphisodore, « poète de l’ancienne comédie », avait, (...)
  • 11 Bechtel, 1964, p. 58-60.

6Au sujet du titre donné à sa pièce par Épicratès10, Antilais, on peut hésiter sur son sens précis. Les noms propres composés à premier terme Ἀντι- ne sont pas rares en grec : Bechtel11 en recense quelque 93 (avec quelques noms « héroïques »). Parmi ceux-ci, les seuls féminins sont deux noms « héroïques », Ἀντιγόνη et Ἀντίκλεια et un nom attesté, dans une inscription de Thespies, Ἀντιγώ (abréviatif de *Ἀντιγόνος). La littérature nous fait connaître aussi Ἀντίπατρα (AR et Anth.), l’Amazone Ἀντιβρότη (QS), Ἀντιόπη (Od., Plut.), Ἀντιοδημίς (Anth.), Ἀντίπατρα (Anth.), auxquelles on peut ajouter un sobriquet Ἀντίκυρα, nom de la presqu’île donné à une femme (Plut.). On ne mentionne que pour mémoire Ἀντιστία, nom d’une Romaine (Plut.).

  • 12 Voir la note 1 de l’édition de la Vie de César procurée par R. Flacelière dans la CUF, p. 204.
  • 13 Cf. ἀντίπαις, pareil à un enfant (Esch. Eum. 38).
  • 14 Cf. DELG sv ἄντα.
  • 15 Voir Dain, 1965, p. 68-69.

7Quel peut être le sens d’un titre tel que Ἀντιλαΐς ? Deux hypothèses sont à envisager : soit il s’agit d’un adjectif qui détermine la pièce et alors c’est « (une comédie) contre Laïs », comme, plus tard, César écrivit, d’après Plutarque (César 54, 3-6, cf. App. 2, 99), un Ἀντικάτων (Anticato), une attaque contre Caton qui répondait au Cato, éloge rédigé par Cicéron12; soit Ἀντιλαΐς est le nom du personnage qui donne son nom à la pièce, et on peut se demander si la signification en est « la Contre-Laïs », une opposante, « La rivale-de-Laïs », ou encore « Celle-qui-est pareille à Laïs »13. Il nous semble que la deuxième hypothèse est celle qui est la plus vraisemblable et que la pièce présentait une Contre-Laïs, rivale de Laïs, car les composés appellatifs à premier terme ἀντι- ont en majorité ce sens d’opposition14. Le fragment qui nous occupe concerne donc une putain … de haut vol, émule de Laïs…mais qui lui est devenue bien inférieure. Aussi bien, le premier mot du fragment, que le seul manuscrit d’Athénée ad loc. à le présenter n’accentue pas, est à éditer αὕτη (version de Musurus, adoptée par J.-C. Carrière) ou bien αὐτὴ (version de Schweighäuser adoptée par Kassel-Austin). Dans le premier cas, il s’agit de « cette Laïs » – telle est la traduction de Carrière -, ou bien de « c’est une Laïs », dans le second, c’est « Laïs elle-même ». Il nous semble plus naturel de comprendre : « C’est une Laïs, paresseuse et buveuse ». À la coupe penthémimère, qui met en valeur le nom propre s’ajoute une hephthémimère qui met en valeur le premier adjectif, la phrase étant relancée, après une sorte d’ennéhémimère, par le καὶ après le verbe15. L’adjectif ἀργός (avec α long, puisqu’il résulte de la contraction de αε après chute du digamma initial du deuxième terme) est naturellement épicène (sans que cela mérite une note comme font Kassel et Austin).

8Vers 2-3. La construction de ὁρᾶν avec l’infinitif semble fréquente chez les Comiques ; il se trouve que la même construction est dialectale en français (Amérique du Nord), au sens de « s’occuper à ».

9Vers 4-7. La comparaison des hétaïres et des aigles est curieuse, mais peut-être est-elle amenée par un jeu sur la signification du mot ἀετός, oiseau dont l’envergure évoque la double pente d’un bâtiment, d’où le sens de fronton. Ainsi l’aigle dans sa pleine force se déplace à son gré et s’abat sur ses faibles proies depuis les montagnes, mais vieilli, il reste posé sur les frontons des temples en attendant qu’on vienne à lui, tels les βωμολόχοι, crève-misère qui quêtent quelque nourriture près des autels.

10Vers 7. Meineke complète le vers par l’iambe final θεῶν, en s’appuyant sur Sophocle, Ant. 152, mais il n’y a aucune certitude.

11Vers 9-10. La vraie Laïs n’a pas cessé de pratiquer activement son métier, et c’est elle qui est prodigieuse. L’addition de νῦν est due à Meineke ; Casaubon avait proposé γοῦν. L’addition de νῦν « en réalité » nous paraît rendre mieux l’opposition de l’hypothèse avec la mauvaise interprétation indiquée au vers précédent.

12Vers 12-13. La chasse aux pièces d’or avait rendue la courtisane de plus en plus sauvage. Le nom du satrape Pharnabaze devait s’appliquer à n’importe quel personnage avide et rapide pour s’emparer de l’or, mais elle était encore plus rapide au point qu’on n’avait pas le temps de l’apercevoir dans son acte de rapine !

13Vers 14-15. La vie étant vécue, une fois dans la vieillesse, comme une longue course, et les articulations des membres (tel est le sens précis de ἁρμονίαι) étant détendues, même le crachat est plus rapide !

14Vers 16-17. C’est l’adjectif τιθασὸς qui amène à considérer que la métaphore de l’aigle est filée jusqu’à la fin du fragment.

15C’est grâce à Jean-Claude Carrière que ce fragment d’Épicratès a trouvé de nombreux lecteurs et sa richesse mérite qu’on l’examine encore, témoignage rare sur des personnages que seules les anecdotes ont fait parfois survivre.

Haut de page

Bibliographie

Bechtel, F., 1964, Die historischen Personennamen des Griechischen bis zur Kaiserzeit (Halle 1917), Hildesheim.

Carrière, J.-C., 1979, Le carnaval et la politique, une introduction à la comédie grecque suivie d’un choix de fragments, Besançon – Paris.

Chantraine, P., 1933, La formation des noms en grec ancien, Paris.

Dain, A., 1965, Traité de métrique grecque, Paris.

Davidson, J., 1998, Courtesans and Fishcakes, (New York, 1997), Londres.

DELG = Chantraine, P. (avec un Supplément de Blanc, A., Lamberterie, Ch. De et Perpillou, J.-L.), Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris, Klincksieck, 1999.

LGP = Fraser, P. M. et Matthews, E., A Lexicon of Greek Personal Names, I, Oxford, 1987.

LGP II = LGP complété par M.J. Osborne et S. G. Byrne, Oxford, 1994.

LGP III A = LGP, complété par Fraser et Matthews, avec collaborations de plusieurs érudits, Oxford, 1997.

LGP III B = LGP, complété par Fraser et Matthews avec l’aide de R.W.V. Catling, Oxford, 2000.

LGP IV = LGP complété par Fraser et Matthews, assistant éditeur R.W.V. Catling, Oxford, 2005.

Meier, M., 1975, « -ivd-, Zur Geschichte eines griechischen Nominalsuffixes, Göttingen.

Osborne, M.J. et Byrne, S.G., 1996, The foreign residents of Athens, An annex to the Lexicon of Greek Personal Names, Louvain.

RE XII, 1 = Pauly, A. F., Wissowa, G et Kroll, W. (éd.), Paulys Realencyclopaedie der classischen Altertumswissenschaft Neue Bearbeitung, Stuttgart, 1924 (réimpr. 1972).

Haut de page

Notes

1 Carrière, 1979.

2 L’alpha long est ici prouvé par la métrique aux vers 1 et 10. Sur le suffixe *-id- , voir Meier, 1975 (où Λαΐς n’est pas mentionné) : Lais doit être du même type que les ethniques féminins tels Θηβαΐς, Ἀθηναΐς. À moins que le suffixe ne s’applique pour indiquer des particularités féminines, qu’elles soient honorables ou non, cf. ἡρωΐς, παλλακίς, etc. Voir aussi Chantraine, 1933, paragr. 269.

3 Cf. LGP.

4 LGP II. Cf. aussi Osborne et Byrne, 1996, p. 436 : Laïs est le nom d’une Milésienne résidant à Athènes.

5 LGP III A.

6 LGP III B.

7 LGP IV.

8 Sur les hétaïres en Grèce ancienne, on consultera de Davidson, 1998, notamment p. 126, 133 et 196.

9 Voir RE XII, 1, sv. Lais 1, col. 514-514. Une expression proverbiale est citée par Athénée (13, 582) : οὐ Κόρινθος οὔτε Λαΐς dont le sens est incertain.

10 Selon la Souda, sv. Κηφισόδωρος (k 156 Adler), Céphisodore, « poète de l’ancienne comédie », avait, lui aussi, composé une Antilais. Elle devait avoir précédé la pièce d’Épicratès.

11 Bechtel, 1964, p. 58-60.

12 Voir la note 1 de l’édition de la Vie de César procurée par R. Flacelière dans la CUF, p. 204.

13 Cf. ἀντίπαις, pareil à un enfant (Esch. Eum. 38).

14 Cf. DELG sv ἄντα.

15 Voir Dain, 1965, p. 68-69.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Casevitz, « Sur un fragment d’Épicratès », Pallas, 81 | 2009, 209-213.

Référence électronique

Michel Casevitz, « Sur un fragment d’Épicratès », Pallas [En ligne], 81 | 2009, mis en ligne le 31 décembre 2009, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/pallas/6937 ; DOI : 10.4000/pallas.6937

Haut de page

Auteur

Michel Casevitz

Université de Paris Ouest-Nanterre

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals