Navigation – Plan du site
Vivre en Gaule entre Rhône et Pyrénées

Les Bébryces d’Occident ont-ils existé ?

« Did the western Bebryces exist ? »
Antoine Perez

Résumés

Aux frontières du mythe et de l’histoire, les Bébryces d’Occident semblent décourager toute tentative d’identification. Vus alternativement comme une construction légendaire des Grecs – ils participent à la geste occidentale d’Héraklès – ou comme une ethnie véritable, établie aux marges de l’espace ibérique, ils ont donné lieu à une bibliographie d’autant plus ample que leur importance dans les sources est modeste.
Nous voudrions formuler ici une proposition nouvelle, fondée sur une comparaison avec deux autres peuples régionaux, les Tasgoduni de la région de Toulouse, et les Volciani espagnols du piémont pyrénéen, à l’existence plus solidement étayée. Cette comparaison nous autorise à voir dans les Bebrukes un peuple historique lié à l’établissement des Volques dans le sud de la Gaule et en Espagne dans le courant du IIIes. av. J.-C.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Bosch-Gimpera, 1932, 1945 ; Jeannoray, 1955 ; Schulten, 1955 ; Fernândez Nieto, 1968 ; Barruol 1980 (...)
  • 2 Pais, 1922 ; Jacob, 1985 ; Antonelli, 1998 ; 2006 ; 2008, Pastorio, 2001, Moret, 2006...

1Il peut sembler vain de revenir encore sur la question des Bébryces d’Occident. Non que l’histoire de ce peuple énigmatique soit dénuée d’intérêt, mais il faut bien admettre que les efforts déployés depuis plus d’un siècle pour le localiser, l’inscrire dans une chronologie, voire en démontrer simplement l’existence ont abouti à un résultat pour le moins mitigé. C’est que la multiplication des hypothèses contradictoires a de quoi laisser perplexe : les Bébryces ont ainsi été vus dans l’arrière-pays de Valence, en Espagne, mais aussi dans les Pyrénées orientales françaises ; on les a fait remonter aux brumes des temps archaïques, mais aussi à l’époque (tardo)-laténienne, au IIIe siècle av. J.-C. Il n’est jusqu’à leur réalité effective qui n’ait été sujette à controverse : si certains chercheurs tiennent pour certaine l’historicité de ce peuple1, d’autres pensent que leur présence en Europe revêt un caractère purement légendaire2. La disparité des sources n’explique pas seule cet embarras : la question des Bébryces d’Occident se complique en effet d’une homonymie remarquable avec une population anatolienne liée à l’histoire des plus anciennes fondations ioniennes dans les régions pontiques. Des interférences ont été possibles - sinon probables - entre les traditions littéraires relatives aux deux groupes, ce qui ne facilite pas la tâche. Bref, à tous points de vue, l’histoire des Bébryces s’avère un redoutable cas d’école pour l’historien. Cela explique que les plus grands savants s’y soient intéressés à des titres et degrés divers, leur étude, tout au long du siècle, prenant la forme d’une leçon de philologie et d’histoire toujours inachevée : une véritable pelote d’épingles dont on ne sait plus au juste comment la saisir.

2Nous proposons d’envisager ici la question sous un angle un peu différent, de déplacer la perspective, en nous attachant en premier lieu à l’étude de deux autres peuples régionaux peu connus, les Tasgoduni de la région de Toulouse et les Volciani du piémont pyrénéen espagnol. Il nous est apparu en effet que certaines de leurs caractéristiques les rapprochaient des Bébryces, étant de nature à éclairer quelque peu leur singularité.

1. Les sources

3Un mot sur les sources. Elles se résument à cinq mentions d’inégale qualité, et surtout de nature différente : choro-géographique, épique, historique et administrative, lexicographique. Nous les envisagerons dans le cours de cette étude, c’est pourquoi il nous paraît inutile de les donner ici in extenso. Disons simplement que :

    • 3 Ed. D. Marcotte, CUF, Paris, 2000.

    les Bébryces apparaissent pour la première fois dans un périple grec, le Circuit de la terre naguère faussement attribué à Scymnos de Chios et pour cette raison communément appelé Pseudo-Scymnos, ou encore Périégèse anonyme.3 C’est un poème en trimètres iambiques qui décrit, pour ce qui nous intéresse, le rivage maritime de l’Espagne et de la Gaule. Si la publication du poème date des années 130-120 av. J.-C., l’essentiel de la matière semble remonter au courant du IIIe siècle, ce qui n’est pas sans importance pour notre propos. Les Βέβρνκες y sont mentionnés sur un plan d’égalité, semble-t-il, avec diverses ethnies : Ibères, Grecs, Ligures.

    • 4 Punica, III, 415-440, éd. P. Miniconi et G. Devallet, Paris, CUF, 1979.
    • 5 III, 442-444 ; XV, 495-501 (éd. M. Martin, Paris, CUF, 1992).

    À la fin du ier siècle de notre ère, Silius Italicus les mentionne à trois reprises dans ses Punica : lors d’un excursus mythologique relatif à la vierge éponyme Pyrène, fille d’un roi Bebryx, abusée par Heraklès en quête des bœufs de Géryon4 ; puis deux fois à propos du passage des cols pyrénéens par Hannibal et Hasdrubal5, respectivement en 218 et 208 av. J.-C.

    • 6 Dion Cassius, fr. 56 (éd. Ph. Boissevain, I, 1895, p. 189), apud Tzètzès, commentaire de Lycophron, (...)

    Au début du IIIe siècle de notre ère, Dion Cassius, dans un passage transmis par Jean Tzètzès, évoque « les anciens Bébryces, désormais Narbonnais »6.

    • 7 Εθνικά, s. v. Βέβρυκες, éd. Meineke, 1849, p. 161.

    Dans ses Ethnica, Etienne de Byzance (« VIe s.) mentionne, d’après une source inconnue, des Bébryces orientaux et occidentaux, ces derniers « voisins des Ibères »7.

  • 8 Rufus Festus Avienus. Ora maritima, éd. Stichtenoth, Darmstadt, 1968. Si l’analyse structurelle du (...)

4On considèrera à part le témoignage d’Aviénus (fin du IVe siècle), dont l’Ora maritima pose de notoires problèmes d’interprétation8. L’auteur y décrit des Berybraces, un peuple sauvage, véritable stéréotype de la barbarie, qu’il situe dans la région de Castellôn, au sud de l’Ebre, en Espagne : nous ne sommes pas certain qu’on puisse les assimiler aux Bébryces, comme on le verra plus loin.

  • 9 Sur les sources relatives aux Bébryces pontiques, RE, V, 1897, 180-181 (Ruge ; Bûrchner). Ce sont e (...)

A ce maigre dossier s’ajoute la série des textes relatifs au groupe homonyme des Bébryces d’Orient, dont l’importance n’a pas été moindre dans la genèse littéraire de notre peuplade9.

2. Les hypothèses

5On ne reprendra pas ici le détail des nombreuses hypothèses. Disons que les Bébryces d’Occident ont été essentiellement vus comme :

    • 10 1932, p. 468 sq. ; 1945, p. 123-124, p. 156 sq., suivi encore dans les années soixante par F.J. Fer (...)
    • 11 Outre qu’elle s’inscrivait dans un courant « diffusionniste » en vogue avant guerre et aujourd’hui (...)

    un peuple celtique apparu dans la péninsule ibérique à date haute (vers 900 av. J.-C.) avec la diffusion de la culture des Champs d’Urnes : c’était l’hypothèse de P. Bosch-Gimpera10. Les Bébryces auraient fait partie du « premier ban » celtique en Espagne, s’installant d’abord dans la région de Valence (Aviénus, Ps.-Scymnos) puis dans le Roussillon (Silius Italicus, Dion) au gré de leurs rapports avec les peuple ibériques. Au fil du temps, sous la pression de ces mêmes peuples ibériques, il auraient fini par être relégués au cœur des vallées pyrénéennes où Silius Italicus et Dion Cassius les localisent, avant de s’effacer définitivement de la scène avec la conquête et l’organisation provinciale romaines11. Cette hypothèse, affaiblie par les avancées récentes de l’archéologie et de la linguistique celtiques espagnoles, est aujourd’hui en voie de total abandon.

    • 12 Studi storici, IV, 1895, 81 sq. ; 1922, p. 261.
    • 13 En dernier lieu, L. Antonelli, 2008, p. 73-89. La source principale est ici Aviénus, dont Schulten (...)
    • 14 Charon de Lampsaque, frg. 7 de l’éd. Jacoby, FGrH, n° 262 : les Βέβρυκες cèdent leur territoire aux (...)
    • 15 Jacob, 1985, p. 251-252, à propos des Bébryces et de l’origine de Sagonte, « sœur troyenne » des Ro (...)
    • 16 Analogie semblable entre les Ibères, les Lygiens/Ligures du Caucase (Colchide) et leurs homonymes e (...)
    • 17 Pour les Bébryces d’Occident, comme on a vu, la Géryonie (Silius Italicus, III, 415 sq.). Pour leur (...)

    Un peuple mythique, ou dont l’appellation est mythique. C’est l’hypothèse la plus répandue, déjà émise par E. Pais, avec de nombreuses nuances et variantes12. Précédés par les Eubéens en route vers Tartessos, les Ioniens, abordant les contrées de l’extrême-Occident auraient transféré là une nomenclature anatolienne, celle des peuples rencontrés lors de la fondation de leurs apoikiai d’Asie Mineure13. Nos Bébryces auraient été ainsi dénommés par référence aux Bebrukes de l’Hellespont, impliqués dans l’histoire primordiale de la colonie phocéenne de Lampsaque (Troade)14. Plus tard, l’intégration par Rome, pour des raisons politiques, d’un partie de l’Espagne à la mythologie troyenne aurait conforté une telle identification15. Enrichie au fil des publications, cette thèse comporte une élégance formelle qui peut séduire. De telles correspondances portent en effet la marque de cet effet miroir propre à la géographie archaïque ionienne : deux peuples homonymes sis aux eschatiai, aux bornes du monde connu des poleis helléniques et de la mer familière ; du côté du levant, au-delà du Bosphore, la Propontide, porte de l’Orient fabuleux (Colchide), siège de voyages merveilleux ; du côté du couchant, les Pyrénées, porte du non moins fabuleux royaume de Tartessos qui fournissait au monde grec dès l’âge du bronze l’étain tant recherché16. Les Bébryces sont donc mêlés aux aventures légendaires les plus prestigieuses, des voyages de Jason à la geste d’Héraklès17.

    • 18 Barruol, 1980, p. 29-35 ; Clavel-Lévêque, 1999, p. 48.

    Un peuple historique beaucoup plus récent, fraction des Volques18, ayant accompagné ces derniers dans leurs pérégrinations, apparu, donc, dans la région un peu avant que le Circuit de la Terre, publié à la fin du iie siècle, n’en enregistre pour la première fois l’existence : c’est la thèse, peu représentée, que nous défendrons dans les lignes qui suivent.

6Transportons nous pour commencer sur le territoire de la cité antique de Toulouse.

3. Tasgoduni-Τασκσδρουγιται

  • 19 III, 37 (éd. Zehnacker, Paris, CUF, 1998). Sur ce passage, sur la formula de la Province, Christol (...)
  • 20 Du moins cette particularité permet-elle de fonder incontestablement la lecture Tasgoduni contre le (...)
  • 21 Le rapprochement avec le Tescou est déjà évoqué par d’Alembert dans l’Encyclopédie (tome XV, 1751, (...)
  • 22 Le pagus Taschonensis est attesté en 1013 le long du fleuve du même nom (...situs inpago Caturcense (...)

7Dans le troisième livre de l’Histoire Naturelle, Pline l’Ancien dresse la liste des communautés de droit latin (oppida latina) de Gaule Narbonnaise sous le règne des Flaviens19. Entre les Tolosani Tectosages et les Tarusconienses s’insèrent les Tasgoduni. L’ordre alphabétique adopté par le Naturaliste n’autorise aucune localisation20 et ces Tasgoduni ne sont pas autrement connus. Cependant, de nombreux savants ont rapproché de façon convaincante ce nom du fleuve Tescou21, un affluent du Tarn, en proposant de situer le chef-lieu de cet oppidum latinum au confluent des deux rivières, à Montauban, territoire de Cahors, à la frontière du diocèse primitif de Toulouse22. Telle quelle, cette localisation place donc nos Tasgoduni aux marges de la cité de Toulouse, aux confins de l’espace volque et par là de la Prouincia, jouxtant les Cadurques : on reviendra sur l’importance de cette position excentrique.

  • 23 Lambert, 1994, p. 142 ; Delamarre, 2003, p. 291-292.
  • 24 Graffitis de Limoges et Banassac : Tasco, Tasgo (Lambert, 142 ; 147) ; Gentilice nîmois latinisé : (...)
  • 25 On a parfois voulu faire des Tasgoduni les habitants d’un Tasgo-dunum, « le fort du blaireau » (ain (...)

8L’étymologie ne fait aucune difficulté : le latin médiéval Tasco ( Tesco, Tescou, Técou) procède du celtique Tasc(g)o (« blaireau »)23, très répandu dans l’anthroponymie gauloise24 : nous avons là un peuple - ou une fraction de peuple - portant le nom d’un animal totémique comme il est de règle chez beaucoup de groupes celtiques, issus ou non d’un uer sacrum25.

9Une telle étymologie permet d’aller plus avant dans l’identification d’un territoire.

  • 26 On s’étonne cependant quelque peu du traitement réservé à notre peuple par M. Labrousse (p. 328 ; 4 (...)
  • 27 Canton de Cadalen, Tarn.
  • 28 HGL, V, c. 270.
  • 29 Il est difficile de savoir s’il s’agit des Rutènes indépendants ou des Ruteni prouinciales de César (...)
  • 30 CAG 81, 294.

Plus étendue que ne le laissent penser les quelques observations qui lui furent consacrées, la cité des Tasgoduni n’a jamais fait l’objet d’une véritable étude26. Elle semble pourtant bien embrasser, entre Tarn, Agout et Tescou, jusque dans le Gaillacois, un territoire conséquent, tout-à-fait en rapport avec celui de nombreuses cités latines de Narbonnaise. C’est ainsi qu’une localité du nom de « Técou »27 mentionnée dès 972 (illos mansos de Tescoat [pour de Tesco ad ou et])28 conserve le souvenir de notre peuple, à quelque quarante kilomètres à l’est de Montauban. Ce toponyme, déjà dans le ressort du diocèse médiéval d’Albi, désigne peut-être les confins orientaux du territoire des Tasgoduni, aux limites de la frontière provinciale antique, face aux Rutènes29. Le site n’ayant livré que peu de matériel archéologique30, on ne le retiendra pas pour une éventuelle place forte du peuple éponyme.

  • 31 Ecclesia de Taxodio, en 1318 (Recueil des historiens de la France, Pouillés, X, 1972, p. 772). Peut (...)
  • 32 CAG, 81, 299.

Plus au sud, sur la rive gauche de l’Agout, le village de Teyssode, quoique moins anciennement attesté, est aussi redevable de cette étymologie31. Le site semble bien avoir été un oppidum protohistorique : on y a mis au jour les vestiges d’une occupation durant le deuxième Âge du fer32. Si rien n’indique formellement qu’il ait été une place forte de nos Tasgoduni, son appellation peut du moins, comme dans le cas de Técou, indiquer une position de confins : à la fois confins orientaux, avec les Rutènes, et méridionaux, avec les Tolosates.

10On retiendra qu’une telle configuration évoque comme une « marche », à l’orée de la grande cité des Volques Tectosages. Un excursus oriental nous paraît conforter cette vue.

  • 33 Panarion, 8, hérésie 48, 14 (éd. K. Holl, GCS, 31, 1922), texte avec traduction française par E de (...)
  • 34 Sur l’établissement des royaumes celtiques en Anatolie, synthèse dans Kruta, 2000, p. 268-282. Sour (...)
  • 35 Le gaulois drungos désigne un détachement militaire (Delamarre, p. 150), passé au latin tardif sous (...)
  • 36 Sur les mécanisme des grandes migrations, sur l’importance du raid en tant qu’expression du statut (...)

11À l’autre extrémité de l’empire, en effet, en Asie Mineure, une ethnie porte également un nom en Tasc(g)o : les ΤάσκϋδρυγίτάΙ ( Tascodrugien latin). Apparaissant comme une branche de l’hérésie montaniste chez Epiphane de Salamine33, en 376 de notre ère, ils sont parmi les derniers Galates historiquement attestés. Leur appellation est bien antérieure à l’émergence du christianisme : elle est de toute évidence liée à l’établissement des royaumes celtes d’Anatolie, à la suite de la grande Expédition de Delphes (279 av. J.-C.)34. Nos Tasgo-drugi, littéralement « le bataillon - ou la cohorte - des blaireaux » désigne un groupement militaire caractéristique de la structure des migrations celtiques tardo-laténiennes35. Il sont de toute évidence associés à l’un des grands peuples en mouvement36 qui constituèrent en Anatolie centrale les royaumes galates. Comment ne pas penser alors que la position des Tasgoduni vis-à-vis des Tectosages de Toulouse montre qu’en Galatie, ils leur furent pareillement liés ?

12Il faut, pour établir ce rapport, rapidement revenir sur les caractères généraux des grandes migrations laténiennes, précisément sur la façon dont les Volques du Midi, peuple majeur, parmi les plus connus des sources, s’inscrivirent dans ce mouvement.

  • 37 Kruta, 2006, p. 24. Cf. la localisation des toponymes en -walch en Bavière, dans Schwarz, passim.
  • 38 Lambert, p. 35. Delamarre, p. 326.
  • 39 Cf. les « hétairies » que Polybe décrit chez les Gaulois d’Italie en II, 17. Sur ce point, infra, p (...)
  • 40 C’est en effet un « Printemps sacré » que Trogue-Pompée (apud Justin, Abrégé des Histoires Philippi (...)
  • 41 Avec les Trocmes et les Tolistobogiens. Strabon, Géog., XII, 5.
  • 42 Kruta, 2004, p. 82-83. On reviendra plus loin sur la présence volque en Espagne.
  • 43 Sur le mercenariat celtique dans le monde hellénistique, bonne mise au point de Szabo, 2001, p. 332 (...)
  • 44 II, 21-22
  • 45 IV, 1, 11.
  • 46 Perrin, 2002, p. 22-26.
  • 47 Et sur le versant espagnol des Pyrénées, comme on le verra. Les petits peuples celtiques (Longostal (...)
  • 48 Sur ce point, M. Py, passim, essentiellement, il est vrai, pour les régions méditerranéennes.
  • 49 Sur quoi, Y. Roman, p. 213-219.
  • 50 Pline, HN, III, 36. On ne s’attardera pas ici sur l’identité et la localisation précises de ces Cam (...)
  • 51 Labrousse, p. 90 sq. ; 110.

Le nom, l’origine, l’extension territoriale des Volques, enfin leur division en deux entités -Tectosages et Arécomiques - ont été discutés à perte de vue. On a longtemps rapproché le nom des Volques du germanique Volk (peuple), du fait de leur présence ancienne dans la région du Moyen-Danube, c’est-à-dire aux confins des mondes celte et germanique, en milieu germanique, avec sans doute « une composante minoritaire de cette origine »37. On allègue plutôt aujourd’hui l’étymon Falk/ faucon (latin falco)38 qui suggère des formes de confréries militaires, l’équivalent des sodalitates archaïques de l’Italie, couvrant de vastes territoires et pouvant rendre compte, dans certains cas, de l’irruption celtique dans les régions méridionales39. Les Volques Tectosages ne seraient pas alors « le peuple qui cherche un toit » (Tecto-(s)-ages), mais « les faucons qui cherchent un toit, ou un territoire », ce qui implique une nuance. Dans le premier cas en effet, Tectosages et Arécomiques auraient une même origine ethnique - marquée peut-être par un uer sacrum initial40 - puis se seraient séparés pour des raisons inconnues. Dans le deuxième, ils auraient en commun d’être des seigneurs de guerre, des condottieri arrivés en Gaule Méridionale à l’occasion d’un mouvement commun. La migration des Volques est en effet liée au contexte géopolitique troublé du IIIes. av. J.-C., avec les guerres hellénistiques, la grande Expédition en Grèce, le prétendu « sac de Delphes » et la création de l’empire galate, dont les Tectosages ont été l’une des trois composantes principales41. Selon V. Kruta, l’installation des Volques dans le sud de la Gaule et jusqu’à l’Ebre aurait constitué « l’avancée la plus lointaine » de la « vague de retour » de l’expédition42. Ils se seraient installés là, attirés par les perpectives de recrutement militaire pour le compte de Carthage ou de Rome, de la même façon que d’autres se mettaient au service des rois hellénistiques, constituant ces bataillons de mercenaires gaulois si redoutés de toutes les armées de l’époque43. Ce faisant, ils auraient connu un itinéraire semblable à celui des Gesates de la moyenne vallée du Rhône et de l’Isère, des guerriers recrutés en 232, au dire de Polybe44, par les Boïens et les Insubres de Cisalpine en conflit avec Rome. Se « tournant ensuite vers l’agriculture », pour reprendre un mot célèbre de Strabon45, ces Gesates se seraient en effet sédentarisés, constituant pour partie le puissant peuple qu’Hannibal a rencontré quelques temps plus tard au passage du Rhône : les Allo-broges, « ceux qui viennent d’un autre pays »46. Pareillement, les Volques, flanqués de leurs peuples-clients et définitivement fixés en Languedoc47, auraient subjugué les peuples celtes - et pré-celtiques - déjà installés, peut-être depuis le VIe s. av. J.-C., si l’on en croit la récente réévaluation des documents attestant la présence de Gaulois dans le Midi de la France dès le premier Âge du Fer48. Un tel scénario offre l’avantage de donner à la celtisation de la Gaule méridionale le caractère contrasté que suggèrent tant les textes que l’archéologie49, en même temps qu’il explique la cohabitation, chez un auteur tel que Pline, d’ethnies différentes sur le territoire classique d’une même cité. Le Toulousain fut en effet habité de concert par les Tectosages et des peuples obscurs - Cambolectres50, peut-être GarunnÎ51, enfin Tasgoduni, arrivés à une date et pour des raisons différentes sur les bords de la Garonne.

  • 52 II, 17.
  • 53 XII, 5, 1. Les trois grands peuples, Tolistobogiens, Tectosages et Trocmes, étant subdivisés respec (...)
  • 54 H. N, IV, 42, 1-2 : les Ambitouti et les Voturi sont associés aux Tolistoboges. Aucune tétrarchie d (...)

13Il nous semble donc que Tasgoduni comme Tascodrugi ont pu être, dans le contexte de la grande migration celtique du IIIe siècle, une composante de la nation des Tectosages : groupe ou tribu issu d’un uer sacrum, bande mercenaire assujettie à un condottiere volque, compagnons d’armes à l’image de ces hétaires que Polybe décrit chez les Gaulois de l’Italie médio-républicaine52. Les Tascodrugi auraient constitué l’une des douze tétrarchies du koinon Galaton décrites par Strabon dans un passage célèbre53, et plus précisément l’un des quatre pagi des Tectosages installés à Ankara, avec les Teutobodiaci, seul groupe attesté par Pline l’Ancien dans la mouvance de la grande nation volque54.

  • 55 L’ordre de lecture des deux termes composant l’ethnique ne change guère l’interprétation.
  • 56 B.G., V, 16. Ambactos - un hapax chez César- est glosé chez Festus (2, 20) : Ambactus... lingua Gal (...)
  • 57 II, 17, 12. On reproduit ici la traduction de Denis Roussel, parue dans la Bibliothèque de la Pléia (...)
  • 58 Omnis ciuitas Heluetia in quattuor pagos diuisa est (BG, I, 12). Quatre pagi attestés également che (...)
  • 59 Pour reprendre l’expression de Kruta, 2000, p. 769. Une telle organisation est également attestée d (...)
  • 60 Une organisation semblable a pu exister chez les Volques Arécomiques. Les entités territoriales qui (...)

Le lien de subordination ou de clientèle qui, en Galatie, unissait ces pagi au peuple principal se lit clairement dans le nom des Ambitouti, littéralement « le peuple (-touta) qui est autour (ambi-) », ou à l’inverse « ceux qui sont autour du peuple », ou encore « les clients du peuple », en l’occurrence de la nation des Tolistobogiens55. Le rapprochement est évident avec ces ambactes, « ceux qui circulent alentour », dont César nous dit qu’en Gaule, ils constituent, avec les clients, l’entourage des membres de l’aristocratie militaire56. Dans ce sens, on peut également alléguer les « compagnons »57(hétaires) dont Polybe écrivait déjà qu’ils se mettaient au service de « celui que l’on redoutait le plus et qui avait le plus d’autorité ». De fait, il semble bien que, dans sa structure générale, la société gauloise ait reflété ces liens personnels de subordination. Le système de la Tétrarchie galate paraît en effet commun à l’ensemble du monde celtique continental, comme en témoigne la description que donne César de la nation helvète, divisée en quatre pagi58, ou la fréquence, en Europe, du toponyme Mediolanum, qui, selon les spécialistes, désignait le « centre du territoire », là où se réalisait l’union des quatre parties59. La confédération tribale était donc organisée autour d’un peuple-centre, assurément le plus puissant, et cette centralité politique - ou ethnique - s’exprimait aussi dans l’occupation de l’espace. On comprend dans ces conditions l’importance que revêt la localisation périphérique des Tasgoduni, aux marges de la ciuitas Tolosana60.

14Nous admettons donc que les Tasgoduni ont été un peuple auxiliaire des Tectosages. Ils ont accompagné la migration de ces derniers jusqu’à Ankara et jusqu’à Toulouse, qu’ils les aient rejoints sur la route de la Grande Expédition, ou qu’ils se soient mis en mouvement depuis un berceau commun danubien. Ce statut se traduit dans la position excentrique de leur territoire.

4. Les Volciani

  • 61 IV, 1, 13.
  • 62 Pline, HN, III, 22.
  • 63 Sur les conditions de la fixation de la frontière pyrénéenne, Rico, 2006, p. 199-215.
  • 64 Il suffit de rappeler le sens de « Tectosage », et d’évoquer le légendaire « or de Toulouse ».

15Revenons à Toulouse. Strabon précise que « les Tectosages confinent d’un côté au Mont Pyrénée »61. Sous le Haut-Empire en effet, la ciuitas Tolosana jouxte la cité des Ceretani (Iulia Lybica, Cerdagne) en Espagne Citérieure62. Le fait que la chaîne ait constitué, au moins depuis Pompée63, la frontière entre Gaule Transalpine et Espagne Citérieure, et que Pline, témoin fidèle d’un processus de municipalisation achevé sous Auguste, assigne aux cités leur place dans le cadre administratif définitif des deux provinces, a souvent détourné l’attention d’un point capital : les Pyrénées n’ont jamais été une barrière hermétique. En particulier pour un peuple aussi puissant et dynamique que les Volques, associé plus que tout autre, dans nos sources, à la mobilité et au raid lointain64, expression des rapports d’émulation qui animaient la noblesse celtique de l’époque et dont le mercenariat - on va y revenir - a constitué la manifestation ultime.

  • 65 Marco Simon, 1996, p. 49-55, et surtout 2004, p. 90-93 ; Pina et Alfayé, 2002, p. 201-211 ; Villar, (...)

16Or, on a récemment soutenu avec quelque raison qu’un peuple transpyrénéen, les Volciani, a pu être apparenté aux Volques65.

  • 66 XXI, 19, 6-11. Bargousioi chez Polybe, III, 35, 4.
  • 67 Liv., ibidem. Ici, il ne faut pas attribuer à concilium Hispaniae de valeur ethnique.

C’est ainsi - les Volciani - que Tite-Live dénomme les voisins septentrionaux des Bargousi de la vallée du Llobregat66, un peuple ibérique auprès de qui une ambassade romaine cherche alliance, après la prise de Sagonte par les Carthaginois, en 218 av. J.-C. La démarche romaine, si elle rencontre un écho favorable auprès des Bargousi, se heurte à une attitude hostile de la part des Volciani, irrités que la fides des Romains ait fait défaut aux Sagontains malgré les promesses. Dès lors, poursuit l’historien, « les ambassadeurs n’obtinrent d’aucune assemblée d’Espagnols des réponses plus bienveillantes. »67. Plusieurs arguments plaident pour un rattachement historique de ces Volciani aux Volques :

  • 68 Exemple classique de dérivation, Volcae donnant Volcae-ani, et par suite Volci-ani.

- leur nom, d’abord. Il dérive de toute évidence de celui des Volcae. On pourrait le traduire par « les Volciens », c’est-à-dire ceux qui sont apparentés aux Volques68 ;

    • 69 Marco Simon, 2004.

    leur localisation, ensuite69. Les Volciani sont situés au-delà des Bargousi en venant de l’Ebre, soit entre la vallée du Llobregat et la Gaule, dans le piémont pyrénéen, à proximité immédiate du domaine Volque ;

    • 70 Ibidem.
    • 71 La date d’installation des Volques en Languedoc a été discutée. Dans les sources, un terminus post (...)
    • 72 Kruta 2000 p. 323. Ce constat est loin de faire l’unanimité (Moret, 2004, p. 119) mais est au moins (...)
    • 73 Cf., Pina et Alfayé, 2002, p. 201-211 : le piémont sud-pyrénéen est pourvu de toponymes apparentés (...)

    la chronologie des événements relatés par Tite-Live, également70. Nous sommes à la veille de la deuxième guerre punique, quelques décennies tout au plus après l’arrivée des Volques en Gaule du Sud, dans leur ultime phase d’expansion historique, au moment où ces derniers sont en instance de sédentarisation définitive71. Or, l’archéologie semble bien distinguer dans le nord-est de l’Espagne et jusqu’à l’Ebre, une « coulée » culturelle laténienne (à dissocier des faciès celtibériques contemporains de l’Espagne centrale), liée « à des apports celtiques d’origine transpyrénéenne »72, apports que confirmerait la toponymie celtique - voire « toulousaine » - de certaines vallées pyrénéennes73.

    • 74 Marco Simon, déj. cit.
    • 75 Liv., XXI, 24 ; 26. Accord conclu à Illiberis-Elne.
    • 76 Essentiellement des épées adaptées de modèles « laténiens » continentaux.
    • 77 Kruta, 2000, p. 323-326.

    L’attitude des Volciani, enfin74. Contrairement à leurs voisins ibériques (les Bargousî), confrontés de longue date à la présence punique et désireux de s’en affranchir, ils n’ont pas de grief particulier à l’encontre de Carthage. Cela montre que leur installation est récente, peut-être aussi qu’ils sont liés aux Carthaginois par le service armé, à l’instar de nombre de leurs cousins celtibères. Leur comportement est semblable à celui des Gaulois qu’Hannibal rencontrera un peu plus tard à Illiberis (Elne), de l’autre côté des Pyrénées, assurément des clients de Volques sinon les Volques eux-mêmes, lesquels laisseront passer l’armée du Suffète en route vers l’Italie75. Il n’y a rien ici de particulièrement surprenant, puisque, comme l’atteste l’apparition sur le plateau de la Meseta, au cœur du territoire celtibère, d’éléments de culture matérielle laténienne liés à la guerre76, le service mercenaire pour le compte des armées puniques devait en effet souvent associer, côte à côte sur les divers champs de bataille de la Méditerranée occidentale, des combattants celtibères et celtes77.

  • 78 A cet égard, on notera l’insistance de Tite-Live à souligner la cupidité des Celtes, qu’ils soient (...)

Là a pu se trouver, associée à la recherche de terres, la raison principale de la poussée des Volques dans la Péninsule78.

  • 79 On n’aura garde d’oublier en effet que le Roussillon et le Languedoc occidental appartenaient jusqu (...)
  • 80 La présence des Volques en Provence, attestée par Tite-Live (XXI, 26) et déjà par Polybe (III, 42, (...)
  • 81 Que l’on songe à cet égard aux Convenae, ce regroupement de populations montagnardes non précisémen (...)

17Ajoutons enfin à cette lecture de Tite Live le constat archéologique d’une infiltration tardo-laténienne en substrat ibérique, sur les deux versants des Pyrénées, tout autant à Ensérune et Elne qu’à Ullastret et Emporion79 : les Volques ne peuvent qu’en avoir été les acteurs majeurs. Il est patent que leur installation a débordé le cadre du Languedoc, vers la Péninsule donc, comme d’ailleurs vers l’est, sur la rive gauche du Rhône80. Nos Volciani sont-ils alors les Volques eux-mêmes, que Tite-Live, embarrassé de les trouver en Espagne, aurait ainsi distingués par un terme dérivé ? Sont-ils un peuple à part entière, client ou auxiliaire des Volques ? A moins que l’Annaliste (ou sa source) ait réuni sous ce vocable des populations regroupées sous la tutelle tectosage, mais dont la personnalité ethnique, à la différence des Tasgoduni, n’était pas à ce point affirmée que l’on ait pu utiliser pour les désigner un véritable ethnonyme81 : en quelque sorte, « les gens des Volques », avec tout ce que cela suppose en terme de voisinage, de parenté et de subordination.

18On ne résoudra pas ici ces questions, mais il apparaît que la position des Volciani présente beaucoup d’analogies avec celle des Tasgoduni, eux-aussi, si je puis dire, des « Volciens », aux confins septentrionaux de l’aire tectosage. Elle en présente aussi avec les Bebryces, auxquels il est temps maintenant de revenir.

5. Marseille, Lampsaque, Rome... et les Bébryces

  • 82 Dominguez Monedero, 1997, p. 157-159 ; Moret, 2006, p. 63.
  • 83 Cf. ci-dessus, p. 38-39, note 9.
  • 84 Il s’agit, après la victoire sur Philippe V à Cynocéphales, de garantir la liberté des cités grecqu (...)
  • 85 Moret, 2006, p. 59-63. Cela expliquerait l’appellation de Leucate (Aude), dont le nom, attesté pour (...)
  • 86 Liv., XXI, 20.
  • 87 Affaire des pirates ligures, en 181 (Liv., XL, 18) ; agression des Oxybiens et des Déciates à Nikai (...)
  • 88 Will, 1982, p. 422-423.
  • 89 On a souvent douté, sinon de la réalité, du moins de l’efficacité de la fides des Romains. D. Roman (...)
  • 90 Le mythe de la filiation énéenne de Rome (séquence Lavinium - Albe-la-Longue - Rome) est très ancie (...)
  • 91 On peut gager qu’à ce moment, le mythe des origines troyennes de Rome est déjà ancré dans la tradit (...)
  • 92 La teneur des réponses adressées à Lampsaque par la commission décemvirale présidée par Flaminius, (...)

19On est revenu récemment sur la question des mythes de fondation respectifs de Marseille et Lampsaque82, dont il faut rappeller qu’elle fut jadis fondée sur un territoire concédé aux Grecs par les Bébryces83. Au début du iie s. avant notre ère, les deux cités auraient rapproché leurs origines légendaires pour resserrer les liens historiques et politiques qui les unissaient, au moment où (197 av. J.-C.) Lampsaque demanda à sa « sœur » ionienne d’intercéder auprès des Romains en faveur des Phocéens du Pont84. À cette occasion, nos Bébryces - déjà présents ou non dans la littérature relative à l’Occident - seraient devenus l’un des dénominateurs communs de l’histoire des deux villes85. L’argument nous paraît d’autant plus opportun que l’alliance entre Marseille et Rome semble alors à son zénith. Vingt ans plus tôt (218), les Marseillais s’étaient montré d’une fidélité sans faille durant la guerre hannibalique. Les premiers et les seuls, ils avaient assuré aux ambassadeurs du Sénat - dont les démarches, on s’en souvient, avaient été repoussées par tous les Gaulois d’Ibérie et de Transalpine -hospitalité, amitié et sécurité86. Ils avaient même par la suite mis à la disposition des Romains leurs mercenaires celtes, pour arrêter l’armée du Suffète en route vers l’Italie, et, à diverses reprises, combattu avec eux jusqu’à la fin du conflit. Réciproquement, quelque temps après 197, la fides des Romains allait faire diligence pour protéger les Massaliotes de la pression barbare dans leur propre domaine87. En 130, le Sénat allait même accéder à leur demande de ne pas punir la vieille métropole, Phocée, pourtant coupable d’avoir pris parti en faveur du demi-frère d’Attale de Pergame, Aristonikos, lequel contestait rien moins que l’existence de la province romaine d’Asie88 ! C’est donc indiscutablement dans la pleine expression d’une amicitia liant depuis des siècles les deux cités que les chances d’une intercession efficace auprès du Sénat étaient les plus sérieuses89... et que l’utilité d’une histoire commune de Marseille et Lampsaque se justifiait le plus. Et ce d’autant que la légende troyenne de Rome -faisant, rappelons-le, d’Enée l’archégète de l’Vrbs - rapprochait aussi la ville du Tibre de la cité pontique90. Parenté que les Lampsacéniens, membres de la confédération des cités de Troade, n’omirent pas de rappeler au Sénat lors de leur ambassade91, tout comme ils utilisèrent les bons offices des Phocéens, depuis longtemps « amis et alliés du peuple Romain »92.

  • 93 Silius Italicus, supra p. 38.
  • 94 Sur la question complexe de la romanisation du mythe hérakléen, cf. Carrière, p. 70-74. On n’oublie (...)

20Il ne restait plus qu’à inviter Héraklès dans les Pyrénées93 pour que les trois cités confortent leur parenté en hellénisme sous le haut patronage du Héros civilisateur, le trio « hellénique » Marseille-Rome-Lampsaque se posant face au trio barbare Bébryx-Cacus-Mandron (ou Amycos)94.

6. Des Bébryces laténiens ?

  • 95 Le fait même que les Bébryces ne soient pas strictement localisés près de Marseille me paraît rendr (...)
  • 96 La création de la province d’Espagne Citérieure date de 197 av. J.-C., soit l’année même de l’ambas (...)
  • 97 XV, v. 443 et 494. Nous ne partageons pas ici le jugement sévère de P. Moret (op. cit., 2006, p. 62 (...)
  • 98 III, 442-444 : « le Punique (Hannibal) a franchi les bornes du royaume de Bébryx. De là, il s’ouvre (...)
  • 99 XV, 498-501. Cette fois (en 208) Hasdrubal ne traverse pas le pays des Volques les armes à la main, (...)

21Tout cela n’implique nullement, bien sûr, que les Bébryces d’Occident aient été autres que mythiques, soit qu’ils aient été placés là par une tradition ionienne archaïque « recyclée » par Marseille à l’époque hellénistique, soit que leur apparition fût directement imputable à cette Marseille tardive. Pas plus que cela n’implique qu’une telle construction légendaire ait été perceptible en dehors d’un cercle assez restreint de lettrés. Mais il faut bien reconnaître que le parallélisme des situations gauloise et pontique aurait été plus édifiant encore si un peuple véritable portant le nom de Bébryces s’était trouvé installé là, dans une région proche de Marseille, ou de l’une des cités grecques liées à Marseille, en l’occurrence Emporion95. On aurait alors tout naturellement affecté à ce peuple une grande antiquité, unissant du même coup le destin de la Gaule du Sud à celui de la Propontide, ainsi qu’à celui de Rome, donc. Une Rome en pleine dynamique impérialiste qui ne pouvait considérer qu’avec une certaine réserve ces Celtes installés aux frontières, ou au sein même, de leur toute récente province d’Espagne (Citérieure)96. La mention d’une aula Bebrycia, en langue poétique le « royaume de Bébryx », à la frontière de la Gaule et de l’Ibérie, dans les Punica de Silius Italicus, prend alors ici tout son sens97. Elle rapproche par ailleurs singulièrement nos Bébryces des Volciani dont nous parlions plus haut : même situation chronologique, localisation voisine. Mieux : le poète précise que ce royaume confine avec la terre des Volques98. Mieux encore : il insiste sur le fait que le carthaginois Hasdrubal achète les Bébryces, uenales animae (âmes mercenaires), au même titre que leurs voisins des rives du Rhône99, ce qui dénote le caractère notoirement « laténien » de nos Bébryces (le mercenariat), en même temps que l’inclination bien connue en faveur de Carthage de la part des Gaulois, au premier rang desquels les Volciani, comme on l’a vu plus haut.

  • 100 D. Marcotte, Circuit... p. 4 sq.
  • 101 Il faudrait remonter un peu la date traditionnellement assignée à cette publication, soit désormais (...)
  • 102 A deux exceptions près : les prétentions contemporaines de Rome à l’œcuménisme, d’une part, et la d (...)

22Il importe donc de considérer avec attention la source qui, la première, fait état des Bébryces occidentaux, le Circuit de la Terre. Selon son dernier éditeur, il est difficile de fixer dans le temps le tableau chorographique présenté par le texte100. Le poème, baignant dans un formalisme « ionien », semble bien décrire un monde méditerranéen antérieur à la date de la publication de l’ouvrage101. Aucun des faits rapportés par l’Anonyme ne serait postérieur à l’époque d’Eratosthène (milieu du IIIe s. av.-J.-C.)102. S’il paraît a priori vain d’espérer dater précisément le passage relatif aux Bébryces, on peut néanmoins essayer d’en tirer quelque information. Après un premier survol de l’Occident, l’Anonyme décrit en effet les côtes ibérique et gauloise (Périple de la mer de Sardaignè). Il évoque les groupes ethniques qui se succèdent dans l’ordre du Circuit, depuis le détroit de Gibraltar :

  • 103 V, 199-204 (trad. Marcotte).

« Les Ibères sont leurs voisins directs (des Tartessiens) ; en haut de ces contrées demeurent les Bébryces. Plus bas sur la côte, les Ligures font suite, avec des villes grecques établies là par des Phocéens de Marseille : Emporion vient d’abord, en second Rhodè...103. »

  • 104 Chez les Celtes, Hérodote déjà plaçait la ville de « Pyrènè ». La localisation que nous adoptons es (...)
  • 105 Ξθνίκα, s. v. Bébpweç,éd.Meineke, 1849, p. 161.
  • 106 Encore chez Strabon, XII, 3, 3. B. Sergent (1988, p. 329-358) a démontré sans conteste que les Bébr (...)
  • 107 Malgré le caractère lacunaire des propres connaissances occidentales du savant alexandrin, que soul (...)
  • 108 Ainsi des Bibroci, une tribu située au sud de Londres, sur la Tamise (César, BG, V, 21). On retiend (...)

23Distingués ainsi des Ibères, des Ligures et des Grecs (venant eux-mêmes à la suite des Tartessiens et des Libyphéniciens), les Βέβρνκες semblent bel et bien constituer ici une quatrième ethnie, dont on voit mal ce qu’elle pourrait être, sinon celle des Celtes104. Une identification que confirme implicitement Etienne de Byzance (dont la source n’est pas précisée), lequel qualifie les Bébryces d’Europe de « voisins des Ibères »105. Or, les mythographes et historiens (Charon) qui ont écrit sur les Bébryces pontiques ne signalent jamais leur origine celtique - ils ne pouvaient d’ailleurs pas la connaître -, les assimilant au mieux à des Thraces106. Cette différence entre notre poète et les sources relatives aux Bébryces d’Asie me paraît bien s’expliquer par la chronologie : le périégète mentionne des Celtes, parfaitement perçus comme tels, et cette connaissance ne saurait être de beaucoup antérieure à Eratosthène107. Pour parler clairement, les Bébryces du Ps.-Scymnos et d’Etienne de Byzance doivent être des Celtes laténiens. On ne saurait être surpris d’une telle homophonie, s’agissant de deux peuplades séparées par tant de siècles et tant de distance, l’ethnozoonyme fondé sur le nom du bebros-bibros (le castor) étant relativement répandu dans le monde celtique108.

  • 109 Keltinè, 30 (publié dans les années quarante av. J.-C.).
  • 110 Bibl. Hist., IV, 19, 1-4 ; V, 24.
  • 111 Ibidem.
  • 112 Cette tradition serait-elle - si son existence n’est pas qu’une reconstruction des Modernes -essent (...)

24Ce constat chronologique me paraît également pouvoir être déduit du fait que Parthenios de Nicée, dans ses Passions d’Amour109, fait état d’une tradition substituant à Bebryx et à sa fille Pyréné- les protagonistes de la Géryonie chez Silius Italicus - les personnages du roi Bretannos, de sa fille Keltiné et de leur enfant Keltos, dont les noms se passent de commentaire. Tradition reprise un peu plus tard par Diodore de Sicile110, avec une précision supplémentaire : le héros-archégète, après avoir « confié la royauté des Ibères aux plus nobles des indigènes » et écumé la Celtique, fonde Alésia, restée « libre et inexpugnable » jusqu’à sa prise par César111. On voit bien que, de ces trois variantes d’un même épisode, la tradition dont procède Silius est la plus ancienne, puis viennent, dans cet ordre, Parthenios et Diodore : succession qui illustre les progrès de la connaissance du monde celtique par les Grecs, puis de sa conquête par les Romains, la perspective se portant peu à peu des rivages gaulois (ou « ligures ») de la mer Intérieure jusqu’aux contrées septentrionales de la Gaule Chevelue, voire de la Bretagne. Cela paraît en tout cas poser clairement, dans l’esprit des Anciens, l’équivalence entre les Bébryces pyrénéens et les peuples de la Gaule intérieure, Bébryces qu’il n’y donc aucune raison pour nous de confondre avec des Bebrukes mythiques installés en Occident par une éventuelle tradition archaïque phocéo-massaliote112.

  • 113 Contra, Moret, p. 62, qui manifeste un égal désintérêt pour Dion et pour Silius Italicus, le premie (...)

25Dans le même sens, on allèguera enfin cette assertion de Dion Cassius - auteur qu’on ne saurait écarter d’un revers de main parce que tardif113 -, dans le résumé qu’en a donné Jean Tzètzès. Elle ne peut s’appliquer, dans sa précision toute administrative, à une peuplade mythique :

  • 114 Frag. 53, apud Jean Tzètzès, Sch. in Lyc., 516. Analogue à Zonaras, VIII, 21.

« Dion Cocceianus appelle Bébryces les Narbonnais puisqu’il écrit : « Le mont Pyrénée appartient au peuple nommé autrefois Bébryces et aujourd’hui Narbonnais. Ce mont sépare l’Ibérie de la Gaule »114. »

  • 115 Pline, HN, III, 31 : Ruscino Latinorum. Son territoire correspond en gros à l’extension postérieure (...)
  • 116 R. Marichal, CAG, 66, p. 470-471.
  • 117 La raison de cette punition a été élucidée par M. Chalon (1980, p. 342) : il semble bien que la fid (...)

26On a toujours pris au pied de la lettre ce passage de Dion, en l’interprétant de manière erronée. En réalité, le commentateur byzantin a lui-même mal compris ces deux phrases où Dion Cassius ne donnait pas deux noms successifs des habitants de Narbonne, mais expliquait que les anciens Bébryces des Pyrénées étaient devenus des « Narbonnais », c’est-à-dire faisaient partie du territoire de Narbonne après la disparition de la ciuitas de Ruscino (Château-Roussillon, près de Perpignan). C’est en effet à la fin du ier s. de notre ère que cette cité de droit latin115 a vu son centre monumental littéralement démantelé116 et sa dignitas rabaissée, au point que son territoire, qui comprenait la partie nord-orientale de la chaîne pyrénéenne, fut transféré dans la cité de Narbonne117.

27Beaucoup plus au fait de la situation politique de la région qu’on ne l’a cru, Dion Cassius n’a certainement pas déployé un tel trait d’érudition pour le simple plaisir d’évoquer le souvenir d’une entité légendaire sans fondement historique réel.

Conclusions

  • 118 Si l’on considère que le Roussillon relève plutôt des marges arécomiques, en suivant Strabon, IV, 1 (...)
  • 119 Il serait aussi assez tentant de voir les Bébryces tenir les Pyrénées orientales, et les Volciani l (...)

28Au terme de cet examen, nous faisons les propositions suivantes : les Bébryces sont un peuple celtique, que désigne un ethnozoonyme des plus classiques, formé sur le nom du castor. Ils occupent les contreforts pyrénéens et sont arrivés là dans le premier tiers du IIIe siècle avec les Volques, qu’il s’agisse des Volques Tectosages ou des Arécomiques118, dont ils tiennent une marche, de même que les Volciani. Leur statut se rapproche de celui des Tasgoduni, ainsi que de celui des Volciani : avec les premiers, les Bébryces partagent une dénomination ethnozoonymique, résultant sans doute d’un uer sacrum, signe d’un itinéraire semblable ; avec les seconds, ils partagent une localisation pyrénéenne, au point qu’on peut se demander s’ils ne sont pas en fait un seul et même peuple119. Tous trois sont installés aux marges du territoire volque, signe d’une subordination socio-politique compatible avec ce que l’on sait de l’organisation politique des grands peuples celtiques laténiens : Bebrukes, Tasgoduni et Volciani sont des peuples satellites de la nation volque. Si notre hypothèse est fondée, ils ont probablement partagé le destin de ce grand peuple à travers l’Europe, jusqu’à Delphes et en Asie mineure pour certains, comme semble l’attester la présence des pittoresques Tascodrugites dans la Galatie romaine.

  • 120 Ni Strabon, ni Pomponius Mela, ni surtout Pline n’en font mention.
  • 121 Polybe, III, 35, 2.

29Avec la conquête romaine puis le processus de municipalisation césaro-augustéen, les Bébryces s’effacent lentement, à l’instar des Volciani120. Comme tant d’autres peuples (ainsi des Andosinoi voisins121), ils n’ont pas donné naissance à une ciuitas. Les Tasgoduni ont été plus chanceux, qui existeront au moins jusqu’aux Flaviens. Mais ce sont bel et bien les Bébryces que leur position singulière - si durablement ancrée dans l’imaginaire que la mémoire collective en conserve le souvenir jusque chez Dion Cassius - va inscrire définitivement dans la postérité littéraire. Pourquoi les Bébryces ?

  • 122 Marcotte, Notice, p. 48.
  • 123 E. Pastorio, 2001, p. 79, a fait remarquer que la double localisation des Bébryces, à la fois en Es (...)
  • 124 Hérodote, II, 33 : « Le fleuve Istros (le Danube) dont le cours commence au pays des Celtes et de l (...)
  • 125 On ne se livrera pas ici à une analyse mythico-historique, mais qu’on songe seulement au « littoral (...)

30- Parce que la source la plus ancienne qui nous les fait atteindre, le Circuit de la Terre, n’évoque qu’eux et aucun autre peuple plus représentatif de l’ethnos des Celtes, au premier chef les Volques. Pourquoi cela ? - D’abord parce qu’ils sont particulièrement célèbres en Occident depuis que les premiers explorateurs phocéens les ont « transférés » là, et que les Marseillais les ont associés à leur mythe de fondation ; parce que les ïambes à Nicomède adoptent précisément cette perspective « archéologique »122 attachée aux primordia des cités grecques que le poème égrène, sur le littoral « ligure », comme ailleurs dans l’œcoumène123 ; ensuite parce que les Bébryces tiennent les cols des Pyrénées méditerranéennes, c’est-à-dire un lieu de mémoire éminent, une frontière prestigieuse et chargée d’histoire, jadis réputée source de l’Istros124 ; parce que cette frontière, enfin, est une borne ancienne du monde connu, « porte du Soir » et des contrées terminales125, au même titre que, à l’autre bout de l’œcoumène des Ioniens, la région des détroits de l’Hellespont, où se tenaient, au temps des Argonautes, leurs intransigeants homonymes, leurs « symétriques », pourrait-on dire.

31Au fond, la singulière postérité des Bébryces d’Occident a moins tenu à leur existence historique - bien réelle, selon nous - qu’à leur projection dans un passé plus lointain, donc plus présent : celui du mythe.

Haut de page

Bibliographie

Antonelli, L., 1998, Ilperiplo nascosto. Lettura stratigrafica e commento storico-archeologico dell’Ora maritima di Avieno, Padova.

Antonelli, L., 2006, Da Tarsis a Tartesso. Rifessioni sulla presenza greca oltre Gibilterra durante l’età arcaica, Gerion, 24, p. 7-26.

Antonelli, L., 2008, Traffici focei di età arcaica, Hesperia, 23, Rome.

Assénat, M., 2006, Cadastres et romanisation dans la cité antique de Nîmes, 36e suppl. à la RAN, Montpellier.

Barruol, G., 1969, Les peuples préromains du Sud-Est de la Gaule. Etude de géographie historique, 1er suppl. à la RAN, Paris (2ème éd. 2006).

Barruol, G., 1980, Le pays des Sordes, dans G. Barruol (dir.), Ruscino. Château-Roussillon (P.-O.). Etudes archéologiques I, Paris, p. 29-35.

Barruol, G., 2000, Les peuples préromains du massif central d’après les sources écrites, dans Aspects de l’Age du Fer dans le Sud du Massif Central, Actes du XXIe Colloque International de l’Association Française pour l’Etude de l’Age du Fer (Conques-Montrozier, 8-11 Mai 1997), Lattes, MAM, 6, p. 7-18.

Bosch Gimpera, P., 1932, Etnologia de lapeninsula Ibérica, Barcelona.

Bosch Gimpera, P., 1945, El pobliamento antiguo y la formaciôn de los pueblos de España, Mexico.

Carrière, J.-C., 1995, Héraclès de la Méditerranée à l’océan. Mythe, conquête et acculturation, dans M. Clavel-Lévêque et R. Plana-Mallart (éd.), Cité et Territoire, Actes du Colloque Européen de Béziers (14-16 octobre 1994), Paris, p. 67-87.

Carte Archéologique de la Gaule, Le Tarn, Paris, 1998.

Carte Archéologique de la Gaule, Les Pyrénées Orientales, Paris, 2007.

Chalon , M., 1980, Études sur le Roussillon du ive siècle au ixe siècle, dans G. Barruol (dir.), Ruscino. Château-Roussillon (P.-O.). Etudes archéologiques I, Paris, p. 341-363.

Chalon , M. et Gayraud , M., 1980, Géographie de la partie orientale des Pyrénées chez les auteurs antiques, dans, Confient, Vallespir et Montagnes Catalanes, Actes du LIe congrès de la Fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon (Prades, Villefranche-de-Conflent, 10-11 juin 1978), Montpellier, p. 37-50.

Christol , M., 1994, Pline l’Ancien et la Formula de la Narbonnaise, dans La mémoire perdue. A la recherche des archives oubliées, publiques et privées de la Rome ancienne, Paris, p. 45-63.

Christol, M., 1999, La municipalisation de la Gaule Narbonnaise, Cités, Municipes, Colonies, Publications de la Sorbonne, Paris, p. 1-27.

Clavel-Lévêque, M., 1999, L’identité d’une marche frontière : des Celtibères aux Romains (ve siècle av. J.-C. — Ve siècle apr. J.-C.), dans J. Sagnes (dir.), Nouvelle Histoire du Roussillon, Canet-en-Roussillon, p. 45-76.

Cunliffe, B., 2001, Les Celtes, Paris (2ème éd. 2006).

Daubigney, A., 1979, Reconnaissance des formes de la dépendance gauloise, DHA, 5-1, p. 145-189.

Dêlamarre, X., 2003, Dictionnaire de la langue gauloise. Une approche linguistique du vieux-celtique continental, Paris, 2e éd.

Desjardins, E., 1885, Géographie historique et administrative de la Gaule romaine, T. 3, Paris.

Devic, Cl., Vaissette, J. (DD.), 1872-1893, Histoire Générale du Languedoc, t. I et II, rééd. Toulouse.

Domínguez Monedero, A., 1997, Làmpsace (Mul. Virt.18 = Mor ; 255 A-E), Làmpsaco y Masalia, dans C. Schrader et al. (éd.), Plutarcoy la historia, Actas del V° Simposio espanolsobre Plutarco (Zaragoza, 20-22 de junio de 1996), Zaragoza, p. 145-160. Dumézil, G., 1974, La religion romaine archaïque, Paris, 2e éd.

Ebel, Ch., Transalpine Gaul. The emergence of a Roman province, Leyde, 1976.

Fernandez-Nieto, et Fichtl F.J., 1968-1969, Beribraces, edetanos e ilercaones (pueblos pre-romanos en la actual provincia de Castellon), Zephyrus, 19-20, p. 115-142. Fichtl , St., 2004, Les peuples gaulois, IIIe— Ie’siècles av. J.-C., Paris.

Fichtl, St., 2006, L’émergence des ciuitates en Gaule et dans le monde celtique, dans C. Haselgrove, dir., Celtes et Gaulois, l’Archéologie face à l’Histoire, 4 : les mutations de la fin de l’âge du Fer. Actes de la Table Ronde de Cambridge, 7-8 juillet 2005. Bibracte, 12/4, p. 41­54.

Freeman, Ph., 2001, The Galatian language. A comprehensive survey of the language of the ancient Celts in Greco-Roman Asia Minor, New York. Gonzalez Ponce, F.J., 1995, Avienoy elPeriplo, Écija.

Goudineau, Chr. et Peyre, Chr., 1993, Bibracte et les Eduens. A la découverte d’un peuple gaulois, Paris.

Guyot-Rougemont , Cl. et Rougemont, G., 1992, Marseille antique : les textes littéraires grecs et latins, Marseille grecque et la Gaule, Coll. Etudes Massaliètes, 3, p. 45-50.

Holder, A., 1914, Altceltischer Sprachschatz, 1896-1914, 3 vol. Leipzig.

Jacob, Chr., 1991, Géographie et ethnographie en Grèce ancienne, Paris.

Jacob , P., 1985, Notes sur la toponymie grecque de la côte méditerranéenne de l’Espagne antique, Ktèma, 10, p. 247-271.

Jannoray, J., 1955, Ensérune. Contribution à l’étude des civilisations préromaines de la Gaule méridionale, Paris.

Koch, J. T., 1992, Gallo-Brittonic Tasc(i)ouanos « Badger-slayer » and the Reflex of Indo-European *gwh, Journal of Celtic Linguistics, 1, p. 101-118.

Kruta, V., 2000, Les Celtes. Histoire et Dictionnaire, Paris.

Kruta, V., 2004, Les Celtes, Paris.

Kruta, V., 2006, L’Europe des Celtes, dans Celtes, Beges, Boïens, Rèmes, Volques, Musée Royal de Mariemont.

Labriolle (de), P., 1913, Les sources de l’histoire du montanisme, Fribourg-Paris. Labrousse, M., 1968, Toulouse Antique. Des origines à l’établissement des Wisigoths, Paris. Lambert, P.-Y., 1994, La langue gauloise, Paris.

Marco Simon , F., 1996, Volcas en Hispania ? : a propósito de Livio, 21, 19, 6, Etudes Celtiques, XXXII, p. 49-55.

Marco Simon, F., 2004, Arcera de las migraciones célticas a la Peninsula Ibérica, in, F. Marco Simón, F. Pina Polo, J. Remesal Rodriguez (éd.), Vivir en tierra estrana : emigración e integración cultural en el mundo antiguo. Actas de la reuniôn de Zaragoza (2 y 3 de junio de 2003), Barcelone, p. 77-94.

Mazières , Fl. et Pezin A., 1999 (2003), Première approche chronologique et spatiale d’Elne protohistorique, dans Elne, ville et territoire, Actes de la deuxième rencontre d’Histoire et d’Archéologie d’Elne, 1999, Perpignan, 2003, p. 33-44.

Moret, P., 2004, Celtibères et Celtici d’Hispanie : problèmes de définition et d’identité, Pallas, 65, p. 99-120.

Moret , P., 2006, La formation d’une toponymie et d’une ethnonymie grecques de l’Ibérie : étapes et acteurs, dans, G. Cruz Andreotti, P. Le Roux et P. Moret (éd.), La invenciôn de una geografia de la Peninsula ibérica, I, La época republicana, Madrid, p. 39-76.

Murphy, J.-P., 1977, Avienus. Ora Maritima, Chicago.

Nègre, E., 1990, Toponymie générale de la France, Genève. Païs, E., 1922, Italia Antica, T. I, Bologna.

Pastorio , E., 2001, Un popolo attraverso l’Europa : I Siginni, Hesperia 14, p. 71-80.

Pérez , A., 1995, Les cadastres antiques en Narbonnaise occidentale. Essai sur la politique coloniale romaine en Gaule du Sud, Paris.

Pérez , A., 2002, La société romaine. Des origines à la fin du Haut-Empire, Paris. Perrin, F., 2002, Les Allobroges : Gaulois et Romains du Rhône aux Alpes, Grenoble.

Perrin , F., 2006, La hiérarchie sociale en Gaule à la fin de l’âge du fer, entre histoire et archéologie. Un état de la question, dans C. Haselgrove (dir.), Celtes et Gaulois, l’Archéologie face à l’Histoire, 4 : les mutations de la fin de l’âge du Fer, Actes de la Table Ronde de Cambridge, 7-8 juillet 2005. Bibracte, 12/4, p. 155-168.

Pina Polo , F. et Alfaye Villa, S., 2002, Propuesta de ubicaciôn de los Volcianos en el area pirenaica, Palaeohispanica 2, p. 201-211.

Poucet, J., 1985, Les origines de Rome, tradition et histoire, Bruxelles.

Py, M., 1993, Les Gaulois du Midi : de la fin de l’âge du bronze à la conquête romaine, Paris.

Rapin , A. et Schwaller, M., 1987, Contribution à l’étude l’armement celtique ; la tombe 163 d’Ensérune (Hérault), RAN, 20, p. 155-183.

Rico , Chr., 1997, Pyrénées romaines. Essai sur un pays de frontière (IIIe siècle av. J.-C.-IVe siècle apr. J.-C.), Madrid.

Rico , Chr., 2006, L’« invention » romaine des Pyrénées, ou les étapes de la formation d’une frontière, dans G. Cruz Andreotti, P. Le Roux et P. Moret (éd.), La invenciôn de unageografia de la Peninsula ibérica, I, La época republicana, Madrid, p. 199-215.

Roman , D., 1990, Marseille et la fides de Rome, RAN, 13, p. 213-222.

Roman, Y., 1994, Les Celtes, les sources antiques et la Garonne, Aquitania, XII, p. 213­219.

Sanmartí, J., 1994, Eléments de type celtique du nord-est de la péninsule ibérique, in, L’Age du Fer en Europe sud-occidentale, Actes du XVIe colloque de l’Association Française pour l’Etude de l’Age du Fer (Agen, 28-31 mai 1992), Aquitania, XII, p. 335-351.

Schulten, A., 1955, Avieno. Ora Maritima, Madrid.

Schulze, W., 1904, Zurgeschichte lateinische Eigennamen, Berlin (2e éd. Zurich, Weidmann, 1966).

Schwarz, E., 1970, Bayern und Walchen, Zeitschrift fûrBayerischeLandgeschichte, 33, p. 857-­938.

Sergent , B., 1988, Les premiers celtes d’Anatolie, REA, 40, p. 329-358.

Sims-williams, P., 2006, Ancient Celtic Place-Names in Europe and Asia Minor, Oxford-Boston.

Szabô, M., 2001, Mercenariat, dans Les Celtes. La première Europe, Catalogue de l’exposition du Palazzo Grassi (Venise 1991), Paris, p. 332-336.

Trevett, Chr., 1995, « Fingers up noses », Vigiliae Christianae, 49, p. 258-269.

Villar, F., 2000, Indoeuropeosy no indoeuropeos en la Hispaniaprerromana, Salamanque.

Will, E., 1982, Histoire politique du monde hellénistique. 323-30 av. J.-C., t. 2, 2e éd., Paris.

Haut de page

Notes

1 Bosch-Gimpera, 1932, 1945 ; Jeannoray, 1955 ; Schulten, 1955 ; Fernândez Nieto, 1968 ; Barruol 1980 ; Chalon et Gayraud, 1980 ; Rico, 1997 ; Clavel-Lévêque, 1999...

2 Pais, 1922 ; Jacob, 1985 ; Antonelli, 1998 ; 2006 ; 2008, Pastorio, 2001, Moret, 2006...

3 Ed. D. Marcotte, CUF, Paris, 2000.

4 Punica, III, 415-440, éd. P. Miniconi et G. Devallet, Paris, CUF, 1979.

5 III, 442-444 ; XV, 495-501 (éd. M. Martin, Paris, CUF, 1992).

6 Dion Cassius, fr. 56 (éd. Ph. Boissevain, I, 1895, p. 189), apud Tzètzès, commentaire de Lycophron, Alexandra, 516 et 1305.

7 Εθνικά, s. v. Βέβρυκες, éd. Meineke, 1849, p. 161.

8 Rufus Festus Avienus. Ora maritima, éd. Stichtenoth, Darmstadt, 1968. Si l’analyse structurelle du poème est bien avancée, depuis l’édition de Schulten (1955) jusqu’aux commentaires de Gonzalez Ponce (1995) et Antonelli (1998), l’émendation du texte, en ce qui concerne toponymes et ethnonymes, est désespérée, notre documentation se résumant à une editio princeps de la Renaissance, ce qui laisse une large part à la conjecture. Sur la difficulté d’utiliser Aviénus pour notre propos, et notre parti de ne pas le faire, cf. infra, note 112.

9 Sur les sources relatives aux Bébryces pontiques, RE, V, 1897, 180-181 (Ruge ; Bûrchner). Ce sont essentiellement des mythographes (Apollonios de Rhodes, Apollodore). Il faut faire une place particulière à l’auteur le plus ancien et le plus fiable, Charon de Lampsaque, un contemporain d’Hérodote, dont nous ne possédons que des fragments chez des auteurs postérieurs : il est le plus sûr garant de l’historicité des Bébryces, qu’il associe à la genèse de la colonisation phocéenne en Troade, en l’occurrence celle de sa patrie Lampsaque, précisant que de son temps déjà (début Ve s. av. J.-C.), les Bébryces avaient disparu « en raison des guerres ».

10 1932, p. 468 sq. ; 1945, p. 123-124, p. 156 sq., suivi encore dans les années soixante par F.J. Fernandez Nieto, 1968-69, p. 129-134. Légère variante chez Schulten, 1955, p. 133, qui voyait dans les Berybraces d’Avienus les précurseurs des Celtibères.

11 Outre qu’elle s’inscrivait dans un courant « diffusionniste » en vogue avant guerre et aujourd’hui largement abandonné, l’hypothèse du savant catalan s’appuyait essentiellement sur l’argument toponomastique, à savoir la distribution dans la Péninsule des suffixes celtiques -dunum et -acum (celui-ci présent dans les Bery-br-aces d’Aviénus) dont on a montré depuis qu’elle correspondait à un processus de celtisation ne devant rien aux Champs d’Urnes.

12 Studi storici, IV, 1895, 81 sq. ; 1922, p. 261.

13 En dernier lieu, L. Antonelli, 2008, p. 73-89. La source principale est ici Aviénus, dont Schulten a édicté la thèse canonique qu’il se serait inspiré d’un « périple » Massaliote du VIe s. décrivant les côtes de l’Espagne et de la Gaule méridionale.

14 Charon de Lampsaque, frg. 7 de l’éd. Jacoby, FGrH, n° 262 : les Βέβρυκες cèdent leur territoire aux colons phocéens de Lampsaque.

15 Jacob, 1985, p. 251-252, à propos des Bébryces et de l’origine de Sagonte, « sœur troyenne » des Romains face aux ambitions carthaginoises. Sur ce point, infra, p. 49-50.

16 Analogie semblable entre les Ibères, les Lygiens/Ligures du Caucase (Colchide) et leurs homonymes européens.

17 Pour les Bébryces d’Occident, comme on a vu, la Géryonie (Silius Italicus, III, 415 sq.). Pour leurs homonymes pontiques, l’affaire de la ceinture d’Arès, chez les Amazones (Bibliothèque d’Apollodore, II, 5, 9), en Bithynie, à l’est du Bosphore ; également un épisode des Argonautiques (Apollonios de Rhodes, II, 1-163).

18 Barruol, 1980, p. 29-35 ; Clavel-Lévêque, 1999, p. 48.

19 III, 37 (éd. Zehnacker, Paris, CUF, 1998). Sur ce passage, sur la formula de la Province, Christol 1994, p. 45-63 ; 1999 p. 1-27.

20 Du moins cette particularité permet-elle de fonder incontestablement la lecture Tasgoduni contre les mentions des manuscrits portant toutes un A- initial (Atasgoduni, Atasgodumi, Atasgoni).

21 Le rapprochement avec le Tescou est déjà évoqué par d’Alembert dans l’Encyclopédie (tome XV, 1751, p. 933, d’après le P. Hardouin : le Tesco aurait donné son nom à la peuplade). Plus récemment, Holder, II, 1750 ; Zeiss, RE, IV, 2461 ; Labrousse, p. 488 ; Barruol, 2000, p. 16 avec la note 10.

22 Le pagus Taschonensis est attesté en 1013 le long du fleuve du même nom (...situs inpago Caturcense, sive Taschonense, super alveum Taschonis, seupropefluvium Tarnis..., 1er cartulaire D de l’abbaye de Saint-Théodard de Montauban, fol. 42). Le Tescou est attesté en 1272 (Tesco... iuxta flumina Tesconis et Tarni, in diocesis Tolosana... : Gall. Christ., XIII, Instr., XVIII, p. 197) et une église Saint-Etienne du Tescou en 1317, après la création du diocèse de Montauban : . dicta ecclesia de Tescone infra dictam diocesim Montis Albani... (Gall. Christ., XIII, Instr., XX, p. 203).

23 Lambert, 1994, p. 142 ; Delamarre, 2003, p. 291-292.

24 Graffitis de Limoges et Banassac : Tasco, Tasgo (Lambert, 142 ; 147) ; Gentilice nîmois latinisé : Tasgius (CILXII, 3277) ; nom d’un roi carnute : Tasgetios (César, BG, 5, 25), etc.

25 On a parfois voulu faire des Tasgoduni les habitants d’un Tasgo-dunum, « le fort du blaireau » (ainsi Schulze, p. 9 : « Tasgoduni.....bewohner von Tasgodunum »). Bien que tentante, l’hypothèse n’est pas fondée : elle postule une forme Tasgodunienses qui n’est attestée par aucun manuscrit. Il aurait fallu une forme originelle en Tasc(g)oni, l’ethnique ayant été supplanté dans un deuxième temps par un poléonyme, comme l’avait suggéré Desjardins, 1885, p. 87. Sur le Ver sacrum, infra, p. 43.

26 On s’étonne cependant quelque peu du traitement réservé à notre peuple par M. Labrousse (p. 328 ; 488), qui, tout en soulignant le statut latin des Tasgoduni, les voit « inscrits, dès ce moment (l’époque de Pline) ou plus tard. dans le cadre géographique et administratif de la ciuitas (de Toulouse) ». Le propos ne saurait s’appliquer qu’à une époque postérieure au témoignage du Naturaliste. La cité des Tasgoduni a été un jour déclassée au profit de la seule Toulouse : pas avant le règne de Domitien, si l’on veut lier l’octroi du Nom Romain à Toulouse et une extension de son territoire civique.

27 Canton de Cadalen, Tarn.

28 HGL, V, c. 270.

29 Il est difficile de savoir s’il s’agit des Rutènes indépendants ou des Ruteni prouinciales de César, BG, VII, 7,3.

30 CAG 81, 294.

31 Ecclesia de Taxodio, en 1318 (Recueil des historiens de la France, Pouillés, X, 1972, p. 772). Peut-être par la médiation du latin tardif Taxo identique au gaulois. Selon Nègre, 2343, Taxodio (Taxodium) désigne le « lieu à blaireaux ». En dernier lieu, Delamarre 291.

32 CAG, 81, 299.

33 Panarion, 8, hérésie 48, 14 (éd. K. Holl, GCS, 31, 1922), texte avec traduction française par E de Labriolle, Les sources de l’histoire du montanisme, Fribourg-Paris, 1913, p. 137-138 ; dossier complet constitué par A. Holder, II, c. 1745-1748. La précision « en Galatie » est apportée par Philastre de Brescia, Diuersarum haereseon liber, 75, 1, et par Jérôme, InEpist. ad Galatas, II, 3 (Labriolle, Sources, p. 151 et 170-171).

34 Sur l’établissement des royaumes celtiques en Anatolie, synthèse dans Kruta, 2000, p. 268-282. Sources dans Will, p. 105-107 ; 143.

35 Le gaulois drungos désigne un détachement militaire (Delamarre, p. 150), passé au latin tardif sous la forme drungus, un corps de troupe chez Végèce (Epitoma rei militaris, III, 16 et 19), comme l’a bien vu Holder (II, 1745-1748). L’explication qu’a récemment retenue Chr. Trevett (p. 269 : les nose-peggers) à partir de l’étymologie que prétendait en donner Epiphane lui-même, tirée du grec, ne vaut que pour la secte du IVe siècle. À ce moment-là, en effet, L’interpretatio graeca du nom celtique (fondée sur une simple homophonie) s’était déjà totalement détachée du sens originel de l’appellation d’un groupe existant bien avant le montanisme. Elle aurait exprimé la manière particulière de prier qu’adoptaient les adeptes de la secte : « ils mettent un doigt, l’index, contre le nez », écrit Epiphane. Geste bizarre, qui rapproche notre secte de toute une série de groupes également pittoresques (Taciturnes, Harpocrates, Passalorhinchites) pour lesquels le silence absolu était un trait central de l’observance (ainsi du doigt sur la bouche de l’enfant-Horus, vieux thème remontant à époque pharaonique chez les Harpocrates). Mais sur l’évolution grecque du nom des Tascodrugites et son rapport avec celui des Passalorhinchites, une autre secte montaniste qu’Epiphane semble confondre avec les premiers alors qu’à la même époque d’autres sources les distinguent (par exemple Philastre de Brescia, op. cit., 75 ; 76), les spécialistes sont encore partagés. Selon Katz, Historische Sprachforschung, 111, p. 69, n° 19, et Koch, Journal of Celtics linguistics, 1, p. 101-118, les Passalorhinchites seraient bel et bien des « museaux de blaireaux » et non des « doigts levés » (le mot πάσσάλος, « piquet », d’où « museau effilé » et, par suite, « blaireau », devenant un équivalent de τάσκος) : le grec aurait donc conservé au IVe siècle la dénomination originelle de nos Tascodrugites (en dernier lieu, Freeman, p. 13-15). Du reste, saint Jérôme rapporte (op. cit, II, 3) que l’on parlait de son temps en Galatie un dialecte semblable à celui des Trévires, en Gaule Belgique. Notons que l’existence des Tascodrugites est encore attestée au début du VIe siècle, dans le Code Justinien (Labriolle, Sources, p. 230-231).

36 Sur les mécanisme des grandes migrations, sur l’importance du raid en tant qu’expression du statut personnel, expliquant la « transhumance » sociale typique du monde laténien, cf. Cunliffe, 2001, p. 97-99.

37 Kruta, 2006, p. 24. Cf. la localisation des toponymes en -walch en Bavière, dans Schwarz, passim.

38 Lambert, p. 35. Delamarre, p. 326.

39 Cf. les « hétairies » que Polybe décrit chez les Gaulois d’Italie en II, 17. Sur ce point, infra, p. 44­45.

40 C’est en effet un « Printemps sacré » que Trogue-Pompée (apud Justin, Abrégé des Histoires Philippiques, XXIV, 4, 1) invoque pour expliquer la mise en mouvement des Celtes danubiens vers l’Italie, puis, « sous la conduite des oiseaux », vers les Balkans et la Grèce. Ce type d’émigration, bien connu chez les peuples italiques à haute époque, consistait à vouer toute une génération (animaux et récoltes compris) à une divinité, pour l’envoyer, une fois atteint l’âge mûr, en quête d’un nouveau territoire afin y fonder une cité, sous les auspices d’un animal totémique. Pour être marquée par un référent culturel classiquement latin, cette vision - le uer sacrum, l’auspicatio - cadre néanmoins avec ce que l’on sait de l’expansion des Celtes danubiens, provoquée par une crise démographique (surpopulation) que l’archéologie semble attester. Cela expliquerait en partie les nombreux ethnozoonymes désignant nombre de peuplades gauloises, dont, je pense, nos Tasgoduni.

41 Avec les Trocmes et les Tolistobogiens. Strabon, Géog., XII, 5.

42 Kruta, 2004, p. 82-83. On reviendra plus loin sur la présence volque en Espagne.

43 Sur le mercenariat celtique dans le monde hellénistique, bonne mise au point de Szabo, 2001, p. 332-336. Cf. infra, p. 48.

44 II, 21-22

45 IV, 1, 11.

46 Perrin, 2002, p. 22-26.

47 Et sur le versant espagnol des Pyrénées, comme on le verra. Les petits peuples celtiques (Longostalètes) ou les basileis et autres reguli de la région Narbonno-Biterroise, dont les sources ou le monnayage conservent le nom et qui se trouvent précisément dans la zone des confins entre Arécomiques et Tectosages, en font peut-être partie.

48 Sur ce point, M. Py, passim, essentiellement, il est vrai, pour les régions méditerranéennes.

49 Sur quoi, Y. Roman, p. 213-219.

50 Pline, HN, III, 36. On ne s’attardera pas ici sur l’identité et la localisation précises de ces Cambolectri qui Atlantici cognominantur, que l’Atlas Barrington confond (pl. 25) avec les Cambolectres Agessinates aquitains du livre IV, 108.

51 Labrousse, p. 90 sq. ; 110.

52 II, 17.

53 XII, 5, 1. Les trois grands peuples, Tolistobogiens, Tectosages et Trocmes, étant subdivisés respectivement en « quatre fractions, intitulées chacune une tétrarchie et possédant chacune son propre tétrarque, avec un juge et un chef d’armée subordonné à celui-ci, ainsi que deux sous-chefs d’armée. » (trad. F. Lasserre). Ces douze tétrarques étaient assistés d’un sénat de 300 membres, se réunissant dans un sanctuaire confédéral, le Drunemeton, « bois sacré ».

54 H. N, IV, 42, 1-2 : les Ambitouti et les Voturi sont associés aux Tolistoboges. Aucune tétrarchie des Trocmes n’est connue. Plutarque (Virt. mulier., 23) évoque incidemment un tétrarque des Tosiopes (Τοσιώποι) dont (malgré Kruta, 2000, p. 842) on ne sait préciser auquel des trois peuples ils sont rattachés.

55 L’ordre de lecture des deux termes composant l’ethnique ne change guère l’interprétation.

56 B.G., V, 16. Ambactos - un hapax chez César- est glosé chez Festus (2, 20) : Ambactus... lingua Gallica servus appellatur, ce qui impliquerait un statut de dépendance (à ce sujet, voir l’importante contribution de Daubigney, 1979). Mais ce terme figure aussi comme anthroponyme sur des monnaies des Médiomatrices, et l’on voit mal qu’ait été publiée une telle onomastique si elle avait désigné l’esclavage à proprement parler, au sens ou on entend classiquement le terme servus. Delamarre (p. 40) donne « serviteur, envoyé ». Lambert (p. 186) préfère « client ». Kruta (2000, p. 350 ; 408) et Perrin (2006, p. 163-164) y voient un homme originellement libre, donc un guerrier, qui s’est contractuellement engagé dans la suite armée d’un noble, hypothèse qui nous paraît davantage conforme à la structure très particulière de la société celtique tardo-laténienne, où la distinction entre servitude et clientèle devait être moins nette que dans la société romaine contemporaine, se rapprochant davantage de la clientela féodale du haut-archaïsme, avec ses contraintes d’airain, dont le service armé (Pérez, 2002, p. 17-23). On traduira donc par féal ou vassal.

57 II, 17, 12. On reproduit ici la traduction de Denis Roussel, parue dans la Bibliothèque de la Pléiade (Paris, 1970). Elle diffère quelque peu de celle de Paul Pédech (Paris, CUF, 1970), qui parle de « clients et de satellites ».

58 Omnis ciuitas Heluetia in quattuor pagos diuisa est (BG, I, 12). Quatre pagi attestés également chez les Bellovaques (Fichtl, 2006, p. 51 ; 2004, passim), chez les Petrocorii (Goudineau et Peyre, p. 166) ; trois chez les Tricorii du Gapençais (ibidem), etc. On retiendra que selon ces derniers auteurs (p. 166), Petrocorii et Tricorii, signifieraient « les Trois et les Quatre troupes, images des pagi mobilisés ou en migration ».

59 Pour reprendre l’expression de Kruta, 2000, p. 769. Une telle organisation est également attestée dans l’Irlande préchrétienne (ibidem, p. 276 ; 344).

60 Une organisation semblable a pu exister chez les Volques Arécomiques. Les entités territoriales qui ont été mises en évidence au nord et à l’ouest du territoire classique de la ciuitas Nemausensis, et qui se traduisent par des limitationes (Assénat, 2006, p. 39-71), pourraient également ressortir de deux des oppida latina cités par Pline, peut-être initialement des pagi de la confédération arécomique. Cela contribuerait à expliquer une histoire institutionnelle particulièrement complexe, depuis la confédération de la fin de la République jusqu’à l’émergence de Nîmes comme capitale d’une cité à laquelle furent attribués un certain nombre d’oppida ignobilia. Sur ce point, cf. l’article de M. Assénat.

61 IV, 1, 13.

62 Pline, HN, III, 22.

63 Sur les conditions de la fixation de la frontière pyrénéenne, Rico, 2006, p. 199-215.

64 Il suffit de rappeler le sens de « Tectosage », et d’évoquer le légendaire « or de Toulouse ».

65 Marco Simon, 1996, p. 49-55, et surtout 2004, p. 90-93 ; Pina et Alfayé, 2002, p. 201-211 ; Villar, 2000, p. 249 ; Kruta, 2000, p. 865.

66 XXI, 19, 6-11. Bargousioi chez Polybe, III, 35, 4.

67 Liv., ibidem. Ici, il ne faut pas attribuer à concilium Hispaniae de valeur ethnique.

68 Exemple classique de dérivation, Volcae donnant Volcae-ani, et par suite Volci-ani.

69 Marco Simon, 2004.

70 Ibidem.

71 La date d’installation des Volques en Languedoc a été discutée. Dans les sources, un terminus post quem est fourni par le récit du passage d’Hannibal, en 218 av. J.-C (Liv., XXI, 26, sans doute aussi Polybe, III, 42, 4-5). Mais l’archéologie montre l’irruption d’objets laténiens identiques à ceux de la région danubienne dès la première moitié du IIIe siècle, par exemple à Lasgraïsses dans le Tarn (Kruta 2000, p. 704-705), et même dès le premier quart du siècle, d’après le mobilier de tombes aristocratiques d’Ensérune (Rapin et Schwaller, 1987). Il est par ailleurs difficile de ne pas faire le rapprochement avec la « crise » perceptible en Roussillon dans le courant du IIIe s. (Fl. Mazières, CAG, 66, p. 97-98), qui se traduit par un abandon généralisé d’habitats et prend fin dans le dernier quart du même siècle, au moment où, selon Tite Live, se réunissent à Ruscino les reguli celtes qui reçoivent Hannibal.

72 Kruta 2000 p. 323. Ce constat est loin de faire l’unanimité (Moret, 2004, p. 119) mais est au moins avéré pour la Catalogne dont P. Moret (ibidem) a souligné la situation paradoxale, concernant l’une des régions les plus ibérisées de la Péninsule. Selon J. Sanmarti (1994), si la présence d’armement (épées) ou d’autres objets métalliques de type laténien peuvent y relever de simples rapports commerciaux ou imitations locales, les indices linguistiques (toponymie) ou relevant de la superstructure idéologique (cultes et théonymes celtiques ; rituel des crânes encloués et/ou exposés) semblent accréditer la réalité d’un « contact plus étroit, de relations humaines plus intenses et directes » (p. 349) : un apport de population ? - D’autres chercheurs préfèrent expliquer ces analogies par des phénomènes de contamination culturelle.

73 Cf., Pina et Alfayé, 2002, p. 201-211 : le piémont sud-pyrénéen est pourvu de toponymes apparentés à ceux de la région toulousaine, au premier chef l’élément tol-, et particulièrement la région du fleuve Cinca (vallée de Pineta, Aragon), un affluent du Segre, où les auteurs proposent de localiser le territoire des Volciani.

74 Marco Simon, déj. cit.

75 Liv., XXI, 24 ; 26. Accord conclu à Illiberis-Elne.

76 Essentiellement des épées adaptées de modèles « laténiens » continentaux.

77 Kruta, 2000, p. 323-326.

78 A cet égard, on notera l’insistance de Tite-Live à souligner la cupidité des Celtes, qu’ils soient d’Espagne ou de Gaule, dans l’affaire du passage d’Hannibal : il est souvent question de les payer (XXI, 20, 8 ; 24, 5 ; 26,6 ; 26, 7). Quant au mercenariat à proprement parler, il est explicitement mentionné en XXI, 16, 6.

79 On n’aura garde d’oublier en effet que le Roussillon et le Languedoc occidental appartenaient jusqu’alors à la sphère culturelle ibérique (faciès dit « ibéro-languedocien »). Concernant Emporion et Ullastret, cf. Kruta, 2000, p. 323. Pour Elne, Mazières et Pézin, 1999, p. 39 ; pour Ensérune, toujours Jeannoray, 1955, p. 403. Cf. supra, note n° 72.

80 La présence des Volques en Provence, attestée par Tite-Live (XXI, 26) et déjà par Polybe (III, 42, 4-5, parlant de « barbares »), ne sera pas davantage discutée ici.

81 Que l’on songe à cet égard aux Convenae, ce regroupement de populations montagnardes non précisément définies sur le plan ethnique - des vauriens, selon Saint-Jérôme ! - dont Pompée fera une cité (Lugdunum) durant les guerres sertoriennes (Rico, 1997, p. 111-114).

82 Dominguez Monedero, 1997, p. 157-159 ; Moret, 2006, p. 63.

83 Cf. ci-dessus, p. 38-39, note 9.

84 Il s’agit, après la victoire sur Philippe V à Cynocéphales, de garantir la liberté des cités grecques face aux menées du roi séleucide, Antiochos III. Il fut précisé que. omnes Graecorum ciuitates quae in Europa, quaeque in Asia essent, libertatem ac suas haberent leges (Liv., XXXIII, 30). Ce fut l’occasion de la première ambassade envoyée par une cité d’Asie chez les Romains. Le décret a été conservé : Frisch, Inschr. v. Lampsakos (1978), n° 4, en l’honneur du chef de l’ambassade.

85 Moret, 2006, p. 59-63. Cela expliquerait l’appellation de Leucate (Aude), dont le nom, attesté pour la première fois par Pomponius Mela (II, 5, 82), rappelle un fragment de Charon de Lampsaque transmis par Plutarque (Virt. Mul., 18) : Phobos, un phocéen ami du roi des Bébryces Mandron, se jette dans la mer depuis une « roche blanche » (le rocher de Leucate). Ce thème du « saut dans la mer » qui, en cas de survie, prouve l’aptitude à la royauté, est un topos des mythes de fondation.

86 Liv., XXI, 20.

87 Affaire des pirates ligures, en 181 (Liv., XL, 18) ; agression des Oxybiens et des Déciates à Nikaia et Antipolis, en 154 (Polybe, XXXIII, 8-11).

88 Will, 1982, p. 422-423.

89 On a souvent douté, sinon de la réalité, du moins de l’efficacité de la fides des Romains. D. Roman (1990) a fait justice de cet a priori, en rappelant l’obligation religieuse quasi impérative qui était faite à ces derniers de tenir leurs engagements, tout en n’oubliant jamais de les conformer à leurs visées de long terme.

90 Le mythe de la filiation énéenne de Rome (séquence Lavinium - Albe-la-Longue - Rome) est très ancien, qui apparaît dès le Ve s. av. J.-C. chez Hellanicos de Lesbos (FGrH, 4, fr. 84) et Damaste de Sigée (FGrH, 5, fr. 3). Mais, comme le souligne J. Poucet (p. 185 avec la note 46), ces récits du Ve siècle ne reflètent sans doute pas des légendes locales, mais des exercices d’imaginaire érudit des Grecs. Il faut attendre les IIIe-IIe siècles av. J.-C. pour voir apparaître une interpretatio proprement romana du mythe.

91 On peut gager qu’à ce moment, le mythe des origines troyennes de Rome est déjà ancré dans la tradition locale italique, non plus seulement grecque (cf. note précédente).

92 La teneur des réponses adressées à Lampsaque par la commission décemvirale présidée par Flaminius, si elle n’est pas connue précisément, est perceptible dans le décret cité plus haut : les Lampsacéniens ne reçurent que de vagues promesses, « du vent » selon E. Will (p. 185). En revanche, force est de constater que la démarche massaliote en faveur de Phocée, en 130 av. J.-C., fut suivie d’effet, comme on vient de le voir.

93 Silius Italicus, supra p. 38.

94 Sur la question complexe de la romanisation du mythe hérakléen, cf. Carrière, p. 70-74. On n’oubliera pas que le culte de l’Ara Maxima est très ancien. Exclusivement associé à deux gentes romaines immémoriales, les Potitii et les Pinarii, il ne revint à la République qu’à l’extinction de leurs ressortissants, punis de l’avoir vendu (Dumézil, p. 434). Cela nous emmène très haut dans l’histoire de la Ville, à l’époque de la toute puissance gentilice. Si, en bonne règle, il est évident que c’est le lieu de culte qui précède le mythe, il n’empêche que l’établissement de la tradition hérakléenne à Rome dut être pour le moins assez précoce. Elle avait déjà pris corps depuis longtemps au moment des premières « adaptations » épiques de Livius Andronicus (240-­207 av. J.-C.). Héraklès aurait donc « visité » Rome avant Marseille ? On ne peut le croire, si l’on accorde l’importance qu’elle mérite à la tradition relative à une voie Hérakléenne en Gaule méridionale dans un fragment du Pseudo-Aristote (De mirabilibus auscultis, 85, éd. Hett, Aristotle, Minor Works, Loeb Libr., 1936, p. 272). L’épisode pyrénéen ne fut sans doute pas le premier et on ne doutera pas que la cité provençale se soit réclamée très tôt de l’illustre parrainage.

95 Le fait même que les Bébryces ne soient pas strictement localisés près de Marseille me paraît rendre encore plus probable leur réalité.

96 La création de la province d’Espagne Citérieure date de 197 av. J.-C., soit l’année même de l’ambassade des Lampsacéniens. Rappelons que la prouincia recouvre ici plus une juridiction aux frontières ouvertes qu’une circonscription déjà précisément définie : les peuples du Languedoc occidental relevaient probablement de l’imperium proconsulaire (après la démonstration d’Ebel, p. 41 sq.).

97 XV, v. 443 et 494. Nous ne partageons pas ici le jugement sévère de P. Moret (op. cit., 2006, p. 62) sur la valeur historique du texte de Silius Italicus, qui nous paraît au contraire à considérer pleinement pour les raisons exposées ici.

98 III, 442-444 : « le Punique (Hannibal) a franchi les bornes du royaume de Bébryx. De là, il s’ouvre hardiment un chemin par les armes à travers la terre hostile des Volques. » (trad. P. Miniconi, G. Devallet).

99 XV, 498-501. Cette fois (en 208) Hasdrubal ne traverse pas le pays des Volques les armes à la main, comme semble l’avoir fait Hannibal en 218, mais il se les concilie par l’argent, différence qui illustre encore cette instabilité chronique qui exaspérait tant les Romains.

100 D. Marcotte, Circuit... p. 4 sq.

101 Il faudrait remonter un peu la date traditionnellement assignée à cette publication, soit désormais après 133 ou après 127 av. J.-C., selon que le destinataire est Nicomède II ou son successeur, Nicomède III. Cf. le détail de la discussion p. 7-16.

102 A deux exceptions près : les prétentions contemporaines de Rome à l’œcuménisme, d’une part, et la dénomination nouvelle - Prusias - de la cité pontique de Kiéros, lors de son annexion par la Bithynie, à la fin du IIIe siècle, d’autre part (respectivement : vers 231-234 et fragm. 32). Dans les deux cas, l’Anonyme s’adresse tout particulièrement au destinataire de son poème : un roi de Bithynie, par ailleurs pro-romain. On peut donc considérer qu’il s’agit de deux développements de caractère exceptionnel.

103 V, 199-204 (trad. Marcotte).

104 Chez les Celtes, Hérodote déjà plaçait la ville de « Pyrènè ». La localisation que nous adoptons est l’arrière-pays d’Emporion, « au dessus des Ibères » que sont les Indiketes de l’Ampurdan, et des villes grecques sises chez les Ligures plus bas sur la côte (έπειτα παραθαλαττιοι κάτω). La dynamique de la description exclut à mon sens une localisation méridionale, qui serait conforme à celle d’Aviénus (les Berybraces du sud de l’Èbre), localisation que l’on trouve assez souvent dans la bibliographie ancienne.

105 Ξθνίκα, s. v. Bébpweç,éd.Meineke, 1849, p. 161.

106 Encore chez Strabon, XII, 3, 3. B. Sergent (1988, p. 329-358) a démontré sans conteste que les Bébryces du Pont étaient des Celtes, au même titre que leurs voisins Mariandynes et Doliones, passés de la Thrace d’Europe en Asie dans le courant du VIIIe siècle av. J.-C. Cette démonstration a été admise, depuis, par la plupart des spécialistes du monde celtique (ainsi, Delamarre, p. 69).

107 Malgré le caractère lacunaire des propres connaissances occidentales du savant alexandrin, que souligne Marcotte dans la notice de son édition, p. 50.

108 Ainsi des Bibroci, une tribu située au sud de Londres, sur la Tamise (César, BG, V, 21). On retiendra également Bibracte, l’oppidum-capitale des Eduens (César, BG, I, 23 ; Strabon, IV, 3) ; Bibrax, un oppidum des Rèmes (César, BG, II, 6) ; et, au Moyen-Âge, Bibraige ( = Bibru-rigion, « royaume des castors ») en vieil irlandais (Delamarre, p. 69).

109 Keltinè, 30 (publié dans les années quarante av. J.-C.).

110 Bibl. Hist., IV, 19, 1-4 ; V, 24.

111 Ibidem.

112 Cette tradition serait-elle - si son existence n’est pas qu’une reconstruction des Modernes -essentiellement représentée par l’Ora maritima d’Aviénus ? C’est difficile à dire. Le fait que les Berybraces soient situés chez cet auteur dans l’arrière-pays de Valence, beaucoup plus au sud que nos Bébryces, paraît les dissocier plus nettement de ces derniers qu’il n’a été dit, comme d’ailleurs semble les distinguer leur nom même, Berybraces, à la consonance plutôt ibérique, au vrai assez éloignée de la graphie Bebrukes. Encore faudrait-il admettre l’existence du « périple massaliote » postulé par Schulten et toujours implicite aujourd’hui dans nombre de travaux (cf. les approches plus nuancées d’Antonelli, 1998 ; 2006 ; 2008) et qui constituerait la « source numéro un » cachée de l’Ora maritima. A moins de considérer, à l’instar de D. Marcotte, qu’Aviénus s’est sur ce point directement inspiré du Pseudo-Scymnos, solution à laquelle nous nous rallierions plutôt.

113 Contra, Moret, p. 62, qui manifeste un égal désintérêt pour Dion et pour Silius Italicus, le premier procédant du second.

114 Frag. 53, apud Jean Tzètzès, Sch. in Lyc., 516. Analogue à Zonaras, VIII, 21.

115 Pline, HN, III, 31 : Ruscino Latinorum. Son territoire correspond en gros à l’extension postérieure du diocèse d’Elne.

116 R. Marichal, CAG, 66, p. 470-471.

117 La raison de cette punition a été élucidée par M. Chalon (1980, p. 342) : il semble bien que la fidélité des citoyens de Ruscino aux Julio-Claudiens (le nombre et la qualité des dédicaces impériales en l’honneur des princes de cette dynastie sont exceptionnels ; un sénateur est originaire de Ruscino) leur ait coûté cher pendant la guerre civile des années 68-69. Alors que Galba, basé en Tarraconnaise, est acclamé à Narbonne (Plutarque, Galba, 11), Ruscino est déclassée et perd son titre de ciuitas dans les sources postérieures à Pline. Une limitatio narbonnaise recouvre son territoire, signe de la perte définitive de son statut (Pérez, 1996, p. 218-219). Cf., à paraître, A. Pérez, La punition de Ruscino et la guerre de Galba.

118 Si l’on considère que le Roussillon relève plutôt des marges arécomiques, en suivant Strabon, IV, 1, 12 : pour ce dernier, Narbonne appartiendrait en effet aux Arécomiques. De ce fait, les « autres populations sur la rive droite du Rhône, mais obscures et peu étendues, limitrophes des Arécomiques jusqu’au Mont Pyrénée » pourraient désigner les habitants du Roussillon, voisins des Bébryces (les Sordones). Mais Pline (III, 33) et Ptolémée (II, 10, 6) placent Narbonne chez les Tectosages. On se contentera alors de dire, avec Silius Italicus (III, 442-444) que les Bébryces sont limitrophes des Volques.

119 Il serait aussi assez tentant de voir les Bébryces tenir les Pyrénées orientales, et les Volciani les vallées plus centrales, si l’on retenait la localisation qu’en ont donnée Pina et Alfayé (cf. supra). Les deux peuples constitueraient comme les sentinelles avancées du dominium Volque dans le domaine Pyrénéen.

120 Ni Strabon, ni Pomponius Mela, ni surtout Pline n’en font mention.

121 Polybe, III, 35, 2.

122 Marcotte, Notice, p. 48.

123 E. Pastorio, 2001, p. 79, a fait remarquer que la double localisation des Bébryces, à la fois en Espagne (arrière-pays d’Héméroscopeion, si l’on voit dans les Berybraces d’Aviénus nos Bébryces) et en Gaule (région d’Emporion et du Roussillon, pour tous les autres auteurs), concernait deux foyers importants d’influence phocéo-massaliote.

124 Hérodote, II, 33 : « Le fleuve Istros (le Danube) dont le cours commence au pays des Celtes et de la ville de Pyréné, fend l’Europe par le milieu. »

125 On ne se livrera pas ici à une analyse mythico-historique, mais qu’on songe seulement au « littoral cynétique », appellation de la côte du Roussillon chez Aviénus, doublon de la région des Cynètes qui occupent la pointe sud du Portugal au-delà des colonnes d’Hercule.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Perez, « Les Bébryces d’Occident ont-ils existé ? », Pallas [En ligne], 84 | 2010, mis en ligne le 20 septembre 2018, consulté le 20 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/pallas/7016 ; DOI : 10.4000/pallas.7016

Haut de page

Auteur

Antoine Perez

Université Paul Valéry - Montpellier III

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals