Navigation – Plan du site

AccueilNuméros104Langues et écritures croisées : q...

Langues et écritures croisées : quelques réflexions sur le monde phénico-punique

Crossing language and writing: some reflections on the Phoenician-Punic world
Françoise Briquel Chatonnet
p. 99-106

Résumés

En écho d’une réflexion menée sur le phénomène de l’allographie, qui consiste à écrire un texte dans une langue avec l’écriture d’une autre langue, cet article s’interroge sur cette pratique dans le monde phénico-punique. Les quelques cas recensés sont divers, et ne relèvent pas tous de la même interprétation. Mais ils montrent que la langue phénico-punique s’est maintenue au-delà de l’usage de son écriture propre, alors que c’est souvent l’inverse qui se produit à l’époque médiévale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Baslez et Briquel Chatonnet, 1990 ; 1991a ; 1991b.

1Marie-Françoise Baslez s’est particulièrement intéressée, dans son parcours de recherche, aux interactions et métissages culturels, aux périodes où des hommes de cultures différentes se sont rencontrés, influencés, adaptés à un environnement où les références changeaient. C’est à ses côtés et sur cette thématique que j’ai fait mes premiers pas dans la recherche, étudiant ces Phéniciens qui venaient en Grèce et écrivaient tant en phénicien qu’en grec1. C’est en gage de profonde reconnaissance pour cette première expérience fondatrice et pour l’amitié qui en est née que j’ai souhaité aborder à nouveau cette question, dans le volume d’hommages qui lui est offert.

  • 2 Il a été souligné que cette appellation est ambiguë et peut aussi désigner d’autres phénomènes. C’e (...)
  • 3 Den Heijer, Schmidt, Pataridze, 2014.

2Le phénomène qui consiste à écrire une langue avec le répertoire graphique d’une autre, ou « allographie2 », est bien connu et a fait l’objet de recherches récentes, dont témoigne l’ouvrage Scripts beyond borders3, qui rassemble l’étude de nombreuses combinaisons et qui a été aussi l’occasion d’une réflexion d’ensemble sur cette pratique.

3Par phénomène d’allographie, il faut entendre l’habitude d’utiliser, pour écrire une langue, une écriture étrangère, autre que celle qui est habituellement utilisée et qui est celle de la langue en question. On n’envisagera donc pas ici le fait d’écrire une langue qui n’a pas d’écriture propre en empruntant une autre. Si les premiers Sémites en Mésopotamie qui ont voulu coucher leur langue par écrit ont utilisé les signes de l’écriture sumérienne, ce n’était pas par choix d’emprunter une écriture étrangère, ils n’en avaient pas d’autre. Ils se sont d’ailleurs rapidement approprié l’écriture cunéiforme en la transformant et en donnant aux signes une autre valeur phonétique. Il en est allé de même ensuite pour l’écriture hittite. C’est souvent par emprunt et adaptation que furent dans l’Antiquité créées de nouvelles écritures : les passages de l’alphabet phénicien au grec, du grec à l’étrusque et de l’étrusque au latin sont autant de moments où des personnes, ayant besoin de noter leur langue, ont fait un emprunt à une autre langue disposant d’un système graphique et ont procédé aux changements nécessités par la phonologie de leur propre langue.

4Le phénomène d’allographie, inversement, correspond à un choix de ne pas écrire une langue dans sa propre écriture alors qu’elle existe, qu’elle est d’usage courant et qu’elle est sur le plan pratique parfaitement adaptée à cet usage. Il ne s’agit pas d’une nécessité, mais d’un choix volontaire, et cet usage ne vient pas combler un manque.

5L’ouvrage cité plus haut s’est intéressé à de nombreux cas d’allographie autour de la Méditerranée et au-delà à l’époque médiévale et moderne, laissant de côté l’Antiquité. Les éditeurs ont pu mettre en valeur le fait que le phénomène est très souvent lié à des facteurs religieux. Le développement de grandes religions à visée universaliste, et surtout fondées sur un texte révélé, a lié la religion à une langue, et à une écriture. Quand une communauté ne parlait plus la langue sacrée, elle a continué à s’identifier à l’écriture dans laquelle le texte sacré était écrit.

6C’est le cas bien sûr pour l’hébreu, langue de la Bible, que la communauté juive a reconnue comme seule apte à transmettre la révélation, rejetant après coup la traduction grecque qui émanait pourtant d’elle, la Septante. Si l’hébreu n’était plus parlé au Moyen Âge dans les communautés juives, en Europe comme en Afrique du Nord et au Proche-Orient, s’y sont développés des systèmes de transcription et d’écriture des langues vernaculaires des communautés locales dans l’alphabet hébreu : c’est ainsi qu’était écrit le yiddish dans le monde germanique et le ladino en Espagne, tandis que dans le monde arabe on a utilisé le judéo-arabique.

7Dans le monde de l’islam, on assiste à un phénomène semblable, car le lien entre la langue et l’écriture arabes et le texte coranique y est tout aussi prégnant. C’est ainsi que les morisques, au xve siècle, ont écrit en Espagne les langues romanes en alphabet arabe, un phénomène appelé aljamiado. Mais pour le monde arabe, cela s’est produit ailleurs à une très grande échelle, dans la mesure précisément où cette religion est devenue dominante dans les régions où elle a été répandue. Des langues qui étaient notées dans d’autres écritures, comme le perse sous sa forme moyen-perse, ont abandonné complètement leur ancienne écriture pour l’écriture arabe. L’ancien hindustani de l’Inde du Nord s’est séparé en deux branches, le hindi noté en écriture devanagari héritée de l’ancien système et l’urdu noté en alphabet arabe. Dans ces cas, comme dans bien d’autres, l’allographie a remplacé l’écriture traditionnelle utilisée auparavant pour une langue.

  • 4 Briquel Chatonnet, 2005 ; 2015.

8Dans le monde chrétien, le syriaque présente un cas tout à fait particulier, avec le développement du garshuni4, un système qui consiste à écrire la langue arabe avec les caractères de l’alphabet syriaque. Cette habitude qui s’est développée surtout en milieu syro-occidental (syro-orthodoxe et maronite) ne répond à aucun intérêt pratique, car le syriaque ne comprend que vingt-deux signes pour noter les vingt-huit consonnes de l’arabe, ce qui crée de nombreuses ambiguïtés dans la translittération, parfois, mais pas toujours, levées par des points diacritiques. On a parfois avancé l’idée que ce serait une écriture cryptique, pour réserver les textes aux chrétiens. Ce n’est certainement pas le cas car cette écriture bien connue ne celait rien à qui voulait la lire. Il s’agit d’un système d’écriture à valeur identitaire, qui s’est surtout développé à partir du xve siècle, au fur et à mesure que la langue syriaque sortait de l’usage. Le garshuni a en quelque sorte constitué une citadelle dans laquelle les membres des Églises syro-occidentales ont tâché de défendre leur identité et leur culture propre. Il s’est ensuite développé dans tous les contextes culturels et pour toutes les langues avec lesquelles le syriaque a été en contact : il existe ainsi par exemple des textes écrits en garshuni turc, kurde, arménien, sogdien, uighur ou malayalam, tous phénomènes qui montrent comment l’écriture syriaque s’est imposée comme écriture « chrétienne » dans différentes sphères culturelles du monde asiatique.

  • 5 Voir Price et Naeh, 2009, qui développent particulièrement les exemples en monde juif.

9Si donc dans le monde médiéval de la Méditerranée au sens large, cela semble bien être surtout l’essor des religions révélées qui a été à l’origine du développement des écritures allographiques, il m’a semblé intéressant de poser la question pour l’Antiquité, avant que les phénomènes que je viens d’évoquer ne se mettent en place5. On ne se situe pas, en effet, dans le cas d’une religion révélée identifiée à un texte sacré.

  • 6 Catalogue dans Sollberger, 1962.
  • 7 Geller, 1997.

10Un des cas les plus spectaculaires est celui des graeco-babyloniaca6, des inscriptions en écriture grecque mais en langue accadienne, qui ont été datées paléographiquement du iie siècle avant J.-C. au ier après ou même un peu plus tard. Elles sont ou étaient à l’origine bigraphes, en cunéiforme d’un côté, en transcription de l’autre. M. Geller7 y voit une tentative consciente de préserver l’héritage babylonien en le transcrivant dans une écriture qui transmet la phonologie puisque, contrairement à l’araméen, elle note les voyelles. Confrontés au fait que de moins en moins de gens étaient capables de lire ou d’écrire le cunéiforme, les prêtres auraient souhaité enregistrer la langue en transcription pour les générations futures.

11J’ai souhaité proposer ici une petite réflexion sur les utilisations croisées de la langue et de l’écriture que l’on peut observer entre le phénicien et le punique d’une part et les langues classiques, grec et latin d’autre part. Il ne s’agit pas pour moi de présenter ici des documents inédits, mais de tenter une interprétation du sens de ce phénomène dans la rencontre entre culture phénicienne et culture gréco-romaine, quand les inscriptions ci-dessous ont presque exclusivement attiré les chercheurs pour leur intérêt philologique.

  • 8 Sur la grotte, voir Beaulieu et Mouterde, 1947-1948. Récemment Bonnet, 2015, p. 279-287.

12En phénicien d’Orient, la question se résume à une inscription de la région de Tyr, qui a été trouvée dans la grotte de Wasta8, au sud de Sarepta, sur la rive droite du Litani. Cette grotte, jointe à une autre adjacente, a servi de lieu de culte et préserve, outre quelques aménagements, dont une banquette, nombre de dessins et de graffiti sur les murs.

  • 9 La grotte et l’inscription furent étudiées pour la première fois par E. Renan (Renan, 1864, p. 647- (...)
  • 10 Je présente en trois colonnes l’inscription, une restitution du texte en caractères phéniciens et l (...)

13Parmi ceux-ci, l’objet de notre propos est une courte inscription en langue phénicienne et en caractères grecs, répartie sur huit lignes9, qui pourrait dater du iie siècle avant J.-C., et dont nous reproduisons l’interprétation de M. Sznycer10 :

  • 11 BN est ici rendu par son équivalent grec ΥΙΟΣ.
  • 12 J. Ferron (Ferron, 1964-1965, p. 76-77), suivi par E. Lipiński (Lipiński, 1995, p. 217), transcrit (...)

ΑΦΕ

ʿB

ʿAb

ΘΕΝΝΑΥ

DNNY

dnanai

ΥΙΟΣ ΑΦΕ

BN11 ʿAB

fils de ʿAb

ΣΑΦΟΥΝ

ṢPN

ṣapon

ΝΕΣΕΟΘ

NSʾT

J’ai offert ou a offert

ΑΜΑΘΗ

HMʿ[ṬP]T Ḥ

un vêtement12

ΔΕΣΑΘ

DŠT

neuf

ΛΑΦΑΕΜΑ

LPʿM

à Paʿam

  • 13 Lipiński, 1995, p. 215-218.
  • 14 Elle avait déjà disparu quand A. Beaulieu et R. Mouterde ont visité la grotte, mais ils reproduisen (...)
  • 15 Briquel Chatonnet, 2011.
  • 16 Dunand et Duru, 1962.
  • 17 Dussaud, 1925. Datation revue dans Baslez et Briquel Chatonnet, 1990.
  • 18 Briquel Chatonnet, 2012. J’ai montré combien la phraséologie de la version phénicienne est décalqué (...)
  • 19 L’interprétation de Milik, 1954, p. 11-12 qui y voit l’œuvre d’un Punique de passage, donc de quelq (...)

14Inscription courte donc, simple évocation d’une offrande à la divinité Paʿam, qui est surtout connue à travers l’onomastique13. La transcription est particulièrement intéressante pour l’étude de la phonétique phénicienne de l’époque, et notamment de la spirantisation de certaines consonnes, et de la vocalisation. Mais on peut s’interroger sur la raison même de cette transcription : il est peu probable que le but ait été d’élargir la destination à un public hellénophone qui de toute façon n’aurait rien compris à ce texte. Il faut aussi noter l’influence notable de l’expression grecque dans l’écriture du patronyme puisque le graveur mis le mot grec ΥΙΟΣ pour indiquer la filiation plutôt que de transcrire le mot phénicien BN. Si vraiment cette inscription date du iie siècle avant J.-C., ce qu’on ne peut malheureusement plus vérifier14, elle est contemporaine des dernières inscriptions montrant un usage encore vivant du phénicien, inscriptions de Tyr15, d’Oum el ʿAmed16 et autel de Byblos17, puisque la bilingue d’Arados, à la fin du ier siècle avant J.-C., témoigne de ce que cette langue n’était déjà plus couramment écrite18. Elle se situe donc au moment du basculement et montre déjà un auteur plus habitué à écrire en grec19. La langue phénicienne ne s’imposait pas ici, même si c’est bien dans le contexte religieux, et spécialement dans celui des dédicaces et des offrandes aux dieux, qu’elle s’est conservée le plus longtemps, et son usage a sans doute une valeur identitaire : le donateur a voulu écrire en phénicien, alors même que le grec lui était familier et que le vocabulaire grec même s’infiltre dans ce court texte. Plus qu’un témoignage sur le prestige du grec, il affirme l’attachement persistant envers la langue traditionnelle de la part de quelqu’un qui n’en a peut-être plus la pratique écrite.

  • 20 Sznycer, 1967.

15En punique, deux cas très différents se présentent, la transcription du discours d’un Punique dans le Poenulus de Plaute20 et quelques inscriptions en langue punique et en caractères grecs et latins. Le contexte totalement différent de ces deux types de transcription invite à les traiter à part.

16Les passages en punique dans le Poenulus de Plaute, mis dans la bouche d’un personnage qui incarne l’étranger venu du monde de Carthage, sont destinés uniquement à un public romain, latinophone. Il s’agissait de faire « vrai », de rendre le personnage crédible si d’aventure un spectateur avait eu quelques notions de punique. Si ses répliques sont une des sources les plus riches pour la connaissance de la prononciation et de la vocalisation du punique au iie siècle avant J.-C., ils ne nous apprennent rien sur le rapport que les habitants de la sphère punique avaient avec leur langue et avec celle des autres.

  • 21 Berthier et Charlier, 1955, p. 167 et pl. XXVIII a. KAI 175. Jongeling et Kerr, 2005, p. 79-80.
  • 22 Dans ce tableau également, la colonne du milieu présente une restitution du texte tel qu’il pourrai (...)

17Inversement, on a quelques exemples de transcription du punique en grec et en latin. En grec, on connaît une inscription votive trouvée à El-Hofra en Algérie21, associée à d’autres inscriptions tant puniques que néo-puniques et de date non précisée. Elle est rédigée ainsi22 :

ΛΑΔΟΥΝ ΛΥΒΑΛ ΑΜΟΥΝ ΟΥ

LʾDN LBʿLḤMN W

Au Seigneur, à Baal Ḥammon et

ΛΥΡΥΒΑΘΩΝ ΘΙΝΙΘ ΦΑΝΕ ΒΑΛ

LRBT TNT PN BʿL

à la grande Tinnit face de Baal

ΥΣ ΝΑΔΩΡ ΣΩΣΙΠΑΤΡΟΣ ΒΥΝ

ʾŠ NDR …….. BN

ce qu’a voué Sosipatros fils de

ΖΩΠΙΡΟΣ ΣΑΜΏ ΚΟΥΛΩ ΒΑ

… ŠMʿ QLʾ B

Zopiros. Il a entendu sa voix (et)

ΡΑΧΩ

RKʾ

l’a béni

  • 23 El-Hofra 3 GR ; KAI 176.
  • 24 El-Hofra 8 GR ; KAI 177.

18À El-Hofra encore, une autre inscription en caractères grecs et en langue grecque23 conserve cependant l’ordre des mots d’une dédicace punique et, si le nom de Baal Ḥammon est transcrit en ΧΡΟΝΟΣ, celui de Tinnit penē Baal est transcrit ΘΕΝΝΕΙΘ ΦΕΝΗ ΒΑΛ. Une troisième porte, toujours en caractères grecs, un nom et un patronyme, tous deux de facture grecque (Sosipolis et Eierôn). Mais entre les deux, le mot punique BN est transcrit ΒΥΝ24. La transcription peut donc être partielle et ne porter que sur une expression.

  • 25 Ferron, 1964-1965.

19Toujours en grec, des petits disques en plomb trouvés à Carthage, funéraires et prophylactiques, portent également une courte épigraphe en punique mais en caractères grecs. On y avait d’abord vu une bilingue mais J. Ferron25 a montré qu’il s’agissait d’une transcription. Ils datent du début du iiie siècle avant J.-C., à une époque donc où le punique était encore la langue et l’écriture de Carthage. Placés dans les tombes, et donc non destinés à être lus, ils témoignent sans doute plutôt du prestige de la culture grecque à Carthage, peut-être aussi de l’influence d’un modèle formel grec de ces objets.

  • 26 On a eu du mal au début à identifier la langue écrite. Voir Beguinot, 1949. Elles sont rassemblées (...)
  • 27 La langue notée n’a pas tout de suite été identifiée (Beguinot, 1949).
  • 28 Un S barré a dû être inventé pour distinguer le Ṣ, emphatique, du punique : Jongeling et Kerr, 2005 (...)

20Les inscriptions latino-puniques de Libye apparaissent, elles, dans un contexte bien plus tardif. Il n’est pas question ici d’en reprendre la liste26. Ce sont des inscriptions puniques transcrites en caractères latins27. Celles de Bir ed-Dreher sont des stèles funéraires de soldats locaux enrôlés dans l’armée romaine et la plupart des autres semblent ressortir aussi de contextes funéraires. La plupart de ces courtes épigraphes sont difficiles à dater : une de Leptis Magna (Lepcis Magna LP 1), vu son contexte archéologique, est sans doute antérieure à 127 après J.-C. Celle de Zliten pourrait même dater du premier siècle. Inversement, certaines sont plus tardives. Les épitaphes de Syrte, qui émanent de chrétiens, sont le seul témoignage épigraphique de chrétiens parlant le punique et datent probablement du ive siècle. Si certaines sont entièrement en langue punique, d’autres contiennent aussi des mots latins comme memoria (Ghirza LP1), tandis que la même notion est bien sous la forme punique MYN$YFT28 à Nawaila. Comme dans le cas de Wasṭa, la transcription dans une autre écriture s’accompagne d’une empreinte lexicographique.

21Les cas d’allographie sont donc très rares en monde phénicien, globalement : en aucun cas il ne s’agit d’un phénomène massif, ni en aucun lieu d’un usage courant. Le manque de critères de datation ne permet pas de situer le contexte culturel et linguistique de tous les cas attestés dans le monde punique. Mais pour la plupart des attestations, on constate que l’usage de l’allographie se développe, naturellement, dans des lieux qui sont passés sous domination grecque ou romaine. La transcription est toujours dans le même sens : c’est la langue phénicienne qui est conservée, mais elle est transcrite dans l’alphabet de la culture qui est devenue dominante, non sans qu’il y ait aussi porosité de la langue grecque ou latine elle-même dans l’épigraphe. C’est donc la langue qui résiste, plus ou moins, et non l’écriture. La situation est inverse de celles que l’on a observé pour l’époque médiévale, dans le cadre des religions du Livre. L’écriture phénicienne ou punique n’était pas considérée comme sacrée, la langue non plus. Mais cette dernière était investie d’une valeur symbolique et identitaire. Alors même que l’écrit était devenu majoritairement grec, ou latin, certains ont tenu à transcrire leur langue propre.

22Ce petit corpus présente quand même plusieurs cas différents. À El-Hofra et pour les disques funéraires de Carthage, on est encore dans le monde où le punique est vivant, à l’écrit comme à l’oral, dans la langue comme dans l’écriture. Si certains ont choisi de transcrire la langue punique dans l’alphabet grec, c’est à cause du prestige de la culture grecque, qui joue de plus hors de toute domination, puisque le pouvoir politique auquel les Puniques s’affrontent est la République romaine. Il s’agit d’un choix idéologique, qui peut porter aussi une nuance de résistance à la domination romaine.

  • 29 Briquel Chatonnet, 1991 ; 2012.

23L’unicum phénicien, celui de la grotte de Wasṭa, dans lequel un mot grec très courant s’est glissé, comme dans l’épitaphe de Ghirza, confirme sans doute le déclin de l’usage du phénicien peut-être dès le iie siècle avant J.-C. dans ce cas précis29, et l’usage devenu habituel de l’écrit grec. Mais il témoigne cependant du souci de conserver la langue phénicienne, autant que faire se pouvait, dans ce contexte religieux. Il en va de même pour les inscriptions latino-puniques de Libye. En monde punique, et bien après la chute de Carthage, la langue s’est sans doute maintenue dans l’usage oral à une époque où on ne l’écrivait plus et ou sans doute on ne savait plus le lire ni l’écrire. Saint Augustin semble bien attester qu’on l’a parlé longtemps. Celui qui voulait quand même l’écrire, ce dont témoignent ces inscriptions, n’avait plus à sa disposition que l’alphabet latin dans lequel il a transcrit son texte. Dans ces deux derniers contextes, Wasṭa et la Libye, l’usage d’une autre écriture, l’allographie, relève du pragmatisme : c’était la seule écriture que l’on pratiquait. La valeur symbolique et identitaire est portée par la langue.

Haut de page

Bibliographie

Baslez, M.-Fr. et Briquel Chatonnet, Fr., 1990, L’inscription gréco-phénicienne de l’Asklépieion de Délos, Semitica, 38 (Hommages à Maurice Sznycer t. I), p. 27-37, pl. III.

Baslez, M.-Fr. et Briquel Chatonnet, Fr., 1991a, Un exemple d’intégration phénicienne au monde grec : les Sidoniens au Pirée à la fin du ive siècle, Atti del II Congresso Internazionale di Studi Fenici e Punici, Rome 1987, Roma, t. I, 229-240.

Baslez, M.-Fr. et Briquel Chatonnet, Fr., 1991b, De l’oral à l’écrit : le bilinguisme des Phéniciens en Grèce, dans Cl. Baurain, C. Bonnet et V. Krings (éd.), Phoinikeia Grammata. Lire et écrire en Méditerranée, Actes du IXe Congrès du groupe de contact interuniversitaire d’études phéniciennes et puniques, Liège novembre 1989 (Studia Phoenicia) Namur, p. 371-386.

Beaulieu, A. et Mouterde, R., 1947-1948, La grotte d’Astarté à Wasṭa, MUSJ, XXVII, p. 3-20 et pl. I-X.

Beguinot, F., 1949, Di alcune iscrizioni in caratteri latini e in lingua sconosciuta, trovate in Tripolitania, RSO, 24, p. 14-19

Berthier, A. et Charlier, R., 1955, Le Sanctuaire punique d’El Hofra à Constantine, Paris.

Bonnet, C., 2015, Les enfants de Cadmos. Le paysage religieux de la Phénicie hellénistique (De l’archéologie à l’histoire), Paris.

Briquel Chatonnet, Fr., 1991, Les derniers témoignages sur la langue phénicienne en Orient, RSF, 19, p. 3-21.

Briquel Chatonnet, Fr., 2005, De l’intérêt de l’étude du garshouni et des manuscrits écrits selon ce système, dans L’Orient Chrétien dans l’Empire musulman. Hommage au Professeur Gérard Troupeau (Studia arabica III), Paris, Editions de Paris, p. 463-475.

Briquel Chatonnet, Fr., 2011, Tyr et les inscriptions phéniciennes d’époque hellénistique, dans J. Aliquot, P.-L. Gatier et L. Nordiguian (éd.), Sources de l’histoire de Tyr. Textes de l’Antiquité et du Moyen-Âge, Beyrouth, IFPO/USJ, p. 19-32.

Briquel Chatonnet, Fr., 2012, Les inscriptions phénico-grecques et le bilinguisme des Phéniciens, CRAI, 2012, I (janvier-mars), p. 619-638.

Briquel Chatonnet, Fr., 2015, Un cas d’allographie : le garshuni, dans D. Briquel et Fr. Briquel Chatonnet (éd.), Écriture et communication. Actes du colloque du CTHS avril 2014 (Actes des congrès des sociétés historiques et scientifiques), Paris, éditions électroniques du CTHS, p. 66-75 http://cths.fr/ed/edition.php?id=6954

Den Heijer J., Schmidt A. et Pataridze T. (éd.), 2014, Scripts Beyond Borders. A Survey of Allographic Traditions in the Euro-Mediterranean World (Publications de l’Institut orientaliste de Louvain), Louvain, Peeters.

Dunand, M. et Duru, R., 1962, Oumm el-‘Amed. Une ville de l’époque hellénistique aux échelles de Tyr, Paris.

Dussaud, R., 1925, Inscription phénicienne de Byblos d’époque romaine, Syria, VI, p. 269-273, pl. XXXIII-XXXIV.

Elmayer, A.F., 1997, Tripolitania and the Roman Empire (B.C. 47-A.D. 235), Tripoli.

Ferron, J., 1964-1965, L’inscription dite bilingue des disques en plomb de Carthage, dans Mélanges de Carthage offerts à Charles Saumagne, Louis Poinssot, Maurice Pinard, Paris, p. 65-83 et pl. I-VI.

Geller, M.J., 1997, The Last Wedge, ZA, 87, p. 43-95.

Jongeling, K. et Kerr, R. M., 2005, Late Punic Epigraphy, Tübingen.

KAI : H. Donner et W. Röllig, Kanaanaïsche und aramäische Inschriften3, Wiesbaden, 1966-1968.

Kiraz, G., 2014, Garshunography: Terminology and Some Formal Properties of Writing One Language in the Script of Another, dans J. Den Heijer, A. Schmidt et T. Pataridze (éd.), 2014, p. 65-74.

Lipiński, E., 1995, Dieux et déesses de l’univers phénicien et punique (Orientalia Lovaniensia Analecta 64), Louvain.

Milik, J. T., 1954, Le graffito phénicien en caractères grecs de la grotte d’Astarté à Wasṭa, MUSJ, XXXI, p. 5-12 et pl. I.

Price, J. J. et Naeh, S., 2009, On the margins of culture : the practice of transcription in the ancient world, dans H. M. Cotton, R. G. Hoyland, J. J. Price et D. J. Wasserstein (éd.), From Hellenism to Islam. Cultural and Linguistic Change in the Roman Near East, Cambridge, p. 257-288.

Renan, E., 1864, Mission de Phénicie, Paris.

Sollberger, G., 1962, Graeco-babyloniaca, Iraq, 24, p. 63-72.

Sznycer, M., 1958, Remarques sur le graffito phénicien en caractères grecs de la grotte de Wasta, Semitica, 8, p. 5-10.

Sznycer, M., 1967, Les passages puniques en transcription latine dans le « Poenulus » de Plaute (Études et commentaires LXV), Paris.

Haut de page

Notes

1 Baslez et Briquel Chatonnet, 1990 ; 1991a ; 1991b.

2 Il a été souligné que cette appellation est ambiguë et peut aussi désigner d’autres phénomènes. C’est pourquoi G. Kiraz (Kiraz, 2014) plaide pour que l’on use du mot « garshunography », un néologisme qu’il a créé en référence à une pratique du monde syriaque (voir plus bas). Il me semble que ce mot est trop spécialisé pour s’imposer pour un phénomène universel.

3 Den Heijer, Schmidt, Pataridze, 2014.

4 Briquel Chatonnet, 2005 ; 2015.

5 Voir Price et Naeh, 2009, qui développent particulièrement les exemples en monde juif.

6 Catalogue dans Sollberger, 1962.

7 Geller, 1997.

8 Sur la grotte, voir Beaulieu et Mouterde, 1947-1948. Récemment Bonnet, 2015, p. 279-287.

9 La grotte et l’inscription furent étudiées pour la première fois par E. Renan (Renan, 1864, p. 647-653 qui fournit p. 650 un dessin fait à l’aide d’une empreinte) ; Milik, 1954 ; lecture corrigée de façon convaincante dans Sznycer, 1958. KAI 174.

10 Je présente en trois colonnes l’inscription, une restitution du texte en caractères phéniciens et la traduction.

11 BN est ici rendu par son équivalent grec ΥΙΟΣ.

12 J. Ferron (Ferron, 1964-1965, p. 76-77), suivi par E. Lipiński (Lipiński, 1995, p. 217), transcrit NŠʾ ʾT ʾMT ḤDŠT et traduit « a amené une nouvelle servante ». Cette interprétation, comme celle de M. Sznycer, nécessite de corriger le texte. Quoi qu’il en soit, le sens précis n’a pas de conséquence pour mon propos.

13 Lipiński, 1995, p. 215-218.

14 Elle avait déjà disparu quand A. Beaulieu et R. Mouterde ont visité la grotte, mais ils reproduisent un estampage pris en 1934 (Beaulieu et Mouterde, 1947-1948, pl. VII), qui est également reproduit dans Milik, 1954, pl. I.

15 Briquel Chatonnet, 2011.

16 Dunand et Duru, 1962.

17 Dussaud, 1925. Datation revue dans Baslez et Briquel Chatonnet, 1990.

18 Briquel Chatonnet, 2012. J’ai montré combien la phraséologie de la version phénicienne est décalquée du grec. On peut souligner aussi le caractère maladroit de l’écriture, qui est une des raisons pour laquelle l’inscription est assez difficile à lire.

19 L’interprétation de Milik, 1954, p. 11-12 qui y voit l’œuvre d’un Punique de passage, donc de quelqu’un qui vivait encore dans un milieu où on parlait et écrivait encore largement le phénicien, n’est pas à retenir. Elle reposait sur des arguments linguistiques non pertinents vu le petit nombre d’inscriptions phéniciennes connues par rapport au corpus punique.

20 Sznycer, 1967.

21 Berthier et Charlier, 1955, p. 167 et pl. XXVIII a. KAI 175. Jongeling et Kerr, 2005, p. 79-80.

22 Dans ce tableau également, la colonne du milieu présente une restitution du texte tel qu’il pourrait être en phénicien, par endroits hypothétique. Je ne propose pas de transcription des noms propres grecs.

23 El-Hofra 3 GR ; KAI 176.

24 El-Hofra 8 GR ; KAI 177.

25 Ferron, 1964-1965.

26 On a eu du mal au début à identifier la langue écrite. Voir Beguinot, 1949. Elles sont rassemblées dans Jongeling et Kerr, 2005, p. 59-79. On se reportera aussi à Elmayer, 1997.

27 La langue notée n’a pas tout de suite été identifiée (Beguinot, 1949).

28 Un S barré a dû être inventé pour distinguer le Ṣ, emphatique, du punique : Jongeling et Kerr, 2005, p. 8-9.

29 Briquel Chatonnet, 1991 ; 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Briquel Chatonnet, « Langues et écritures croisées : quelques réflexions sur le monde phénico-punique »Pallas, 104 | 2017, 99-106.

Référence électronique

Françoise Briquel Chatonnet, « Langues et écritures croisées : quelques réflexions sur le monde phénico-punique »Pallas [En ligne], 104 | 2017, mis en ligne le 17 août 2017, consulté le 17 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/pallas/7333 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pallas.7333

Haut de page

Auteur

Françoise Briquel Chatonnet

Directrice de Recherches au CNRS,
histoire du Levant sémitique et du christianisme syriaque
UMR 8167 Orient & Méditerranée
francoise.briquel-chatonnet[at]cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search