Navigation – Plan du site
Au spectacle de la religion. Engagements individuels et constructions de communautés
Espaces rituels et rapports sociaux

« Seul, Achille pleure ». Entre solitude et communauté : à propos des funérailles de Patrocle (Homère, Il., XXIII-XXIV)

“‘Alone, Achilles weeps’. Between solitude and community: concerning Patroclus’ funerals (Homer, Il., XXIII-XXIV)”
Sandya Sistac
p. 75-91

Résumés

Les funérailles de Patrocle occupent l’intégralité du chant xxiii de l’Iliade. Nous sommes proches de la fin du poème mais la guerre de Troie n’est pas tout à fait terminée. La mort de Patrocle ayant provoqué le retour d’Achille sur le champ de bataille et la mort d’Hector, le meilleur des Achéens doit à présent accepter le trépas de son ami et lui rendre les rites funéraires qui s’imposent. Tout au long du chant se succèdent alors les étapes nécessaires au passage du mort du monde des vivants vers l’Hadès. On constate alors des écarts par rapport à ce qui est normalement admis, ce qui se manifeste par la mise en scène de la solitude d’Achille au sein de la communauté des Achéens. Ces rites prennent une dimension spectaculaire avec l’adjonction au processus du deuil d’une compétition athlétique qui maintient participants et spectateurs dans le contexte guerrier du poème.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie Corinne Bonnet pour sa relecture bienveillante, les rapporteurs pour leurs remarques concernant cet article et le public qui a réagi à la communication donnée à Toulouse en mai 2017.

  • 1 Albert, 1999, p. 143.
  • 2 Sur le rituel funéraire et la thanatopraxie comme faisant partie du processus d’apaisement des mort (...)
  • 3 Sauf mention contraire, toutes les références à des sources anciennes renvoient à l’Iliade d’Homère (...)

1« Rien n’est plus dangereux qu’un mort “mal passé” », écrit Jean-Pierre Albert dans son étude anthropologique des rites funéraires1. Le but premier des funérailles et des rituels qui les accompagnent, qui les rythment, est d’acter le passage d’un état à un autre : de vivant, on « devient » mort. Lorsqu’il se lance dans la mêlée après avoir contemplé le corps sans vie de Patrocle, Achille le maintient dans une sorte d’entre-deux, ni vivant, ni mort2 ; ce que ne manque pas de lui rappeler son ami qui s’impatiente de se faire sans cesse refouler aux portes de l’Hadès3. Cependant, ce n’est pas la crainte de l’ombre de Patrocle qui motive Achille à accomplir les rites nécessaires : il l’a bien compris, Patrocle n’est plus là et ce n’est qu’une nuée, une forme sans esprit, qui lui apparaît :

εἶδωλον, ἀτὰρ φρένες οὐκ ἔνι πάμπαν

  • 4 XXIII, v. 104.

« une ombre, mais où n’habite plus l’esprit » (Il. XXIII, v. 69-76)4

  • 5 Duplouy, 2005, p. 67-68.
  • 6 XXIII, v. 85-88.
  • 7 Sur le débat à propos de la nature de la relation entre Achille et Patrocle chez Homère, voir notam (...)
  • 8 Gernet, 1983, p. 171.
  • 9 XVI, v. 666-683.
  • 10 XXI, v. 328-382. C’est d’ailleurs précisément à ce moment que se déclenche la théomachie, la guerre (...)
  • 11 XVIII, v. 82-83.
  • 12 Sur cette lecture du nom d’Achille, voir Nagy, 1998 (1979), p. 69-82.
  • 13 XVIII, v. 152-161.

2Son devoir lui impose de rendre à Patrocle les honneurs dus aux morts par leurs plus proches parents, pratique qui relève de la géras thanontôn et qui participe de la reconnaissance sociale d’un individu ou d’un groupe5. En effet, au-delà de toute considération affective, Achille et Patrocle sont liés par des liens d’abord sociaux : bien longtemps avant la guerre de Troie, Menœtios, le père de Patrocle a confié son jeune fils à Pélée, le père d’Achille et roi de Phthie, suite à un meurtre commis par le jeune homme dans sa patrie6. Pélée accueille Patrocle et le nomme conducteur des chevaux (hippotês) de son propre fils Achille. La relation entre les deux jeunes hommes se développe à partir de cette situation sociale particulière et va la dépasser jusqu’à prendre la dimension affective qu’on connaît7. D’après Louis Gernet, chez Homère, « la communauté du sang n’est la condition ni nécessaire ni suffisante de la parenté […] le fondement de la parenté est celle du devoir », en contexte homérique, c’est-à-dire une guerre portée loin de la patrie, « la parenté se trouve étendue à celle du lien qui unit entre eux et avec leur chef les membres d’une bande guerrière8 ». C’est donc à Achille et aux Myrmidons, qui en ces circonstances militaires tiennent lieu de plus proches parents, qu’il incombe d’accomplir les étapes du rituel funéraire. Jusque-là, rien d’anormal. Élargissons un peu notre point de vue : il se passe en réalité un laps de temps entre le décès de Patrocle et le retour de sa dépouille dans le camp des Achéens où le découvre Achille, et le déroulement du rite funéraire. À l’inverse de Sarpédon par exemple, dont la mort est immédiatement suivie d’une intervention d’Apollon, mandaté par Zeus il est vrai, qui prépare le corps en vue de son inhumation auprès des siens en Lycie où il est transporté par Hypnos et Thanatos9, Patrocle doit attendre qu’Achille ait tué son meurtrier, Hector, avant que les premières étapes ne soient exécutées pour assurer son passage dans l’au-delà. La mort de Patrocle intervient ainsi au chant xvi et ses funérailles ont lieu au chant xxiii. Nous observons alors qu’au lieu d’activer cette procédure sociale qu’est le deuil, Achille se lance, seul, dans une charge effrénée contre les Troyens, et Hector en particulier ; il n’hésite même pas face au fleuve Scamandre, qui lui oppose cependant une résistance farouche nécessitant l’intervention de la divine Héra, par l’intermédiaire d’Héphaïstos10. À la dimension sociale, Achille préfère donc sa rage personnelle. Il faut dire que si les hommages funéraires sont le devoir des proches, c’est aussi le cas de la vengeance du sang. Ce n’est pas la première fois qu’Achille agit ainsi : les premiers chants de l’Iliade le montrent se retirant du champ de bataille en réponse à l’injure qui lui a été faite par Agamemnon. Il exerce un repli sur soi, d’abord à l’échelle de son peuple, les Myrmidons, puis de lui-même en se retirant dans sa baraque, seul ou avec Patrocle qui est un autre lui-même, selon ses propres dires11. Son attitude est alors conforme à l’étymologie de son nom : par son retrait, il est « celui qui apporte des souffrances au peuple »12, aux Achéens. Lors du deuil de Patrocle, la même chose se produit : après s’être élancé, seul, pour venger le cher défunt, et après avoir restreint le cercle des proches pour les funérailles13, Achille s’isole à nouveau pour le pleurer et par la même occasion être témoin de l’apparition de la forme sans esprit évoquée plus haut. Dans la contrariété (ce que l’anglais dit mieux par le terme upset), le modus operandi d’Achille semble donc être le retrait du groupe social auquel il appartient en tant que membre de l’expédition achéenne. Le chant de l’aède, performance partagée par excellence, célèbre donc un isolement mémorable.

  • 14 Sur les pratiques funéraires héroïques, voir notamment Mariaud, 2013. Sur la crémation en particuli (...)
  • 15 Sur les étapes du rituel funéraire et du deuil en Grèce ancienne, voir Delavaud-Roux, 2002, et Dame (...)
  • 16 Mariaud, 2013, p. 211.
  • 17 I, v. 130-246.

3Le champ lexical de la vue n’est que peu, voire pas, employé dans le contexte des funérailles de Patrocle. Il s’agit donc essentiellement d’un « spectacle auditif », proposé au public de l’aède. Cependant, en adoptant un point de vue interne au poème, les Achéens sont bien les témoins oculaires des actions d’Achille – lorsqu’il n’est pas explicitement dit qu’il se trouve seul – que l’aède ne peut que chanter. Si nous prenons « spectacle » au sens premier, à savoir « ce que l’on voit », et que nous y ajoutons une dimension supplémentaire : « ce que l’on donne à voir », les funérailles de Patrocle sont le théâtre d’au moins trois « spectacles ». Le rite funéraire à proprement parler, avec les étapes canoniques qu’il implique (toilette du mort, exposition dans le vestibule de la maison (prothesis), transport du mort en procession (ekphora), inhumation ou crémation – en l’occurrence dans l’Iliade, c’est cette dernière qui semble être privilégiée14 – suivie d’offrandes et de libations en l’honneur du défunt, puis interviennent des cérémonies de purification des parents proches et un repas funéraire15) et qui participe de la mise en scène de la mort des héros épiques, « la “belle mort” [s’accompagne] de funérailles glorieuses16 » ; les concours funèbres qui occupent la majorité du chant xxiii ; et le traitement du corps d’Hector qui est un spectacle macabre à part entière, à l’opposé du soin réservé à la dépouille de Patrocle, et dont les dieux sont les témoins. Dans ces trois cas, on observe chez Achille un retrait du groupe social, dans un moment qui devrait être empreint de sociabilité. Un retrait qui renforce celui qu’il observe depuis la dispute avec Agamemnon au chant i17 et implique des pratiques peu conventionnelles.

1. Le rite funéraire autour de Patrocle

4Prenons d’abord les paroles d’Apollon qui s’adresse au chant xxiv aux autres dieux réunis en assemblée afin que cessent les actes outranciers d’Achille :

μέλλει μέν πού τις καὶ φίλτερον ἄλλον ὀλέσσαι
ἠὲ κασίγνητον ὁμογάστριον ἠὲ καὶ υἱόν·
ἀλλ’ ἤτοι κλαύσας καὶ ὀδυράμενος μεθέηκε·

« Chacun est exposé à perdre un être cher, plus proche qu’un ami, un frère sorti d’un même sein, un fils : la part une fois faite aux pleurs et aux sanglots, il s’en tient là. » (Il. XXIV, v. 46-48)

5Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’Achille ne s’en tient pas là. Le rite qui entoure le passage de Patrocle dans le monde des morts comprend plusieurs étapes qu’il est possible de distinguer notamment en fonction des participants :

Chant, vers

Actions

Étapes du deuil

Acteurs

XVIII, v. 343-355

Achille ordonne aux Myrmidons de procéder au bain du corps et de le placer sur le lit funèbre.

Toilette du mort

Les Myrmidons

XIX, v. 29-39

Thétis prend soin du corps de Patrocle avec de l’ambroisie et du nectar.

Thétis

XXIII, v. 6-23

Patrocle repose sur un lit autour duquel tournent chars et hommes.

Prothesis

Achille

Les Myrmidons

Thétis

XXIII, v. 24-26

Achille place Hector par terre à côté du lit.

Achille

XXIII, v. 29-34

Repas offert par Achille.

Repas funéraire

Les Achéens

Les Myrmidons

XXIII, v. 43-47

Achille refuse de se laver du sang du combat avant l’incinération et la coupe de ses cheveux.

Achille

Agamemnon

Les rois des Achéens

XXIII, v. 59-107

Pleurs et apparition du fantôme de Patrocle.

Achille (« seul […] au milieu de nombreux Myrmidons », v. 59-60)

XXIII, v. 110-123

Préparation du bûcher.

Mérion et les Achéens

XXIII, v. 123-137

Mise en branle de la procession qui mène le corps vers le lieu d’incinération. Les chars viennent devant, les gens à pied derrière, le corps est porté par les Myrmidons.

Ekphora

Achille

Les Myrmidons

Les Achéens

XXIII, v. 140-152

Achille coupe sa chevelure.

Achille

XXIII, v. 156-230

Achille procède à différents sacrifices.

Après l’intervention d’Iris, à la demande d’Achille, Zéphyr et Borée permettent aux vents d’embraser le bûcher.

Crémation

Achille (en présence des Myrmidons et des rois des Achéens)

XXIII, v. 236-257

Achille demande aux chefs des Achéens de rassembler avec lui les os de Patrocle pour les ensevelir dans un tombeau provisoire.

Ensevelissement des os

Achille

Agamemnon

Les rois des Achéens

(en présence des Myrmidons)

XXIII, v. 259-897

Agônes en l’honneur de Patrocle.

Tous (Achille est présent mais ne prend pas part aux concours)

XXIV, v. 1-5

Repas de clôture des concours.

Tous sauf Achille

XXIV, v. 5-21

Achille outrage le cadavre d’Hector.

Achille

  • 18 XXIII, v. 109-128.
  • 19 XXIII, v. 129-137.
  • 20 XXIII, v. 161-165.
  • 21 XXIII, v. 133.
  • 22 D’après L. Gernet et P. Chantraine dans une certaine mesure, hetaîroi est ici dérivé d’etês, le com (...)
  • 23 XXIV, v. 134.
  • 24 D’après P. Chantraine, kêdemones est une forme nominale rare du verbe kêdô, « léser, blesser » qui (...)
  • 25 XXIV, v. 163.

6Nous n’allons pas toutes les détailler ici, mais on peut recenser des étapes « normales » : prothesis, processions diverses, construction du bûcher… Ces étapes sont exécutées de manière collective, cependant on peut isoler celles qui impliquent l’ensemble des Achéens (la récolte du bois pour le bûcher par exemple18) de celles exécutées en comité restreint : par les Myrmidons uniquement (c’est le cas de la procession en armes autour du corps ou du transport du corps au milieu d’une procession plus large19) ou encore par les Myrmidons accompagnés des chefs des Achéens (c’est le cas du moment de l’incinération20). Ces différences de participants sont marquées dans le texte par un vocabulaire précis qui distingue les différents groupes : à la « nuée de gens de pied21 » s’opposent les hetairoi22, les « compagnons », qui portent le corps23 ; de même, les Achéens sont éloignés du bûcher alors que les kêdemones24, les « intimes25 » restent.

  • 26 XXIV, v. 719-804.
  • 27 Le terme est emprunté à Annie Schnapp-Gourbeillon, 1982, p. 80. Il serait possible de comparer les (...)

7Jusqu’ici, rien de très surprenant. Pourtant le rite est aussi jalonné d’écarts qui l’éloignent de l’euprepeia, du « bon comportement » tel qu’il est mis en scène à Troie, lors des funérailles d’Hector26. Ces anomalies sont chaque fois introduites par Achille seul, ou du moins présentées comme telles dans la description poétique. Annie Schnapp-Gourbeillon, dans un ouvrage dirigé par Gherardo Gnoli et Jean-Pierre Vernant, La mort, les morts dans les sociétés anciennes, paru en 1982, a analysé en détail ces « étrangetés », pour reprendre son terme27. Je me contente donc ici de suivre ses conclusions en y ajoutant quelques considérations. Je me restreindrai à un moment : les sacrifices ajoutés au bûcher, qui constituent une déviance à la fois par rapport au rite funéraire et à la pratique du sacrifice. Voici ce que dit le poète à propos de deux de ces sacrifices :

  • 28 Le verbe dêïoô évoque le ravage, la sauvagerie du combat, or il s’agit ici d’une exécution.
  • 29 Le menos désigne l’élan vital, la force.

πολλὰ δὲ ἴφια μῆλα καὶ εἰλίποδας ἕλικας βοῦς
πρόσθε πυρῆς ἔδερόν τε καὶ ἄμφεπον· ἐκ δ’ ἄρα πάντων
δημὸν ἑλὼν ἐκάλυψε νέκυν μεγάθυμος Ἀχιλλεὺς
ἐς πόδας ἐκ κεφαλῆς, περὶ δὲ δρατὰ σώματα νήει.
ἐν δ’ ἐτίθει μέλιτος καὶ ἀλείφατος ἀμφιφορῆας
πρὸς λέχεα κλίνων· πίσυρας δ’ ἐριαύχενας ἵππους
ἐσσυμένως ἐνέβαλλε πυρῇ μεγάλα στεναχίζων.
ἐννέα τῷ γε ἄνακτι τραπεζῆες κύνες ἦσαν,
καὶ μὲν τῶν ἐνέβαλλε πυρῇ δύο δειροτομήσας,
δώδεκα δὲ Τρώων μεγαθύμων υἱέας ἐσθλοὺς
χαλκῷ δηϊόων28· κακὰ δὲ φρεσὶ μήδετο ἔργα·
ἐν δὲ πυρὸς μένος29 ἧκε σιδήρεον ὄφρα νέμοιτο.

« Maints gros moutons, maints bœufs cornus à démarche torse sont, par eux, devant le bûcher dépouillés et parés. À tous le magnanime Achille prend leur graisse, pour en couvrir le mort de la tête aux pieds ; puis, tout autour, il entasse les corps dépouillés. […] Il fait de même pour douze nobles fils des Troyens magnanimes, qu’il massacre avec le bronze – son cœur ne songe qu’à des œuvres de mort ! Il déchaîne l’élan implacable du feu, pour que du tout il fasse sa pâture. » (Il. XXIII, v. 166-177)

  • 30 Si on a pu penser à rapprocher cette pratique de celle de l’holocauste (qui consume effectivement t (...)
  • 31 Hésiode, Théogonie, v. 535-616.
  • 32 Bonnechère, 2009, p. 189-212. Pour une discussion autour de cas très rares où la pratique du sacrif (...)
  • 33 Schnapp-Gourbeillon, 1982, p. 82.

8Les bêtes sont préparées comme pour un sacrifice aux dieux : on constitue bien deux parts, les chairs comestibles d’un côté, et les graisses habituellement réservées aux dieux de l’autre. Or le tout sera consumé par le feu – ce qui, dans une certaine mesure, rapproche le procédé d’un holocauste – les chairs ne nourriront personne et la graisse sert à recouvrir Patrocle30. Le corps de Patrocle couvert de graisse nous évoque la fameuse part trompeuse préparée par Prométhée à l’intention de Zeus lors du banquet qui scelle la séparation entre les hommes et les dieux dans la Théogonie31. Prométhée, chargé par Zeus de procéder au partage des parts d’un bœuf, réserve alors aux hommes les chairs comestibles en les dissimulant dans les entrailles peu ragoûtantes de la bête, tandis qu’aux dieux il propose, recouverts d’une graisse blanche appétissante, les os du bœuf. Zeus n’est pas dupe mais joue le jeu du Titan, qui le regrettera plus tard. Achille prépare donc le cadavre de Patrocle comme la part du sacrifice réservée aux dieux, le défunt devient à la fois le moyen et le destinataire d’un sacrifice dévoyé. Quant aux douze Troyens, leur sacrifice sort tout à fait de l’ordinaire, le sacrifice humain n’étant pas attesté historiquement comme une pratique courante de la Grèce ancienne ; je renvoie ici aux études de Pierre Bonnechère ainsi qu’aux actes du colloque de Milan de 2014 sur « Le sacrifice humain dans le monde égéen et dans les civilisations périphériques »32. Pour A. Schnapp-Gourbeillon, toute cette mise en scène « introduit un décalage dans une pratique autrement connue des auditeurs33 », ce qui en fait un moment qui frappe les esprits. Achille transforme le bûcher en un rite hybride, mi-funéraire mi-sacrificiel, où les frontières entre humain et divin sont brouillées, voire inopérantes.

  • 34 XIX, v. 38. Sur le soin apporté par Thétis au corps de Patrocle et les interventions divines dans l (...)

9À ces éléments, je souhaiterais ajouter quelques points qui, eux aussi, sortent de l’ordinaire par l’action d’Achille. Pour commencer, nous l’avons mentionné, les funérailles n’ont lieu que plusieurs jours après la mort de Patrocle, le temps écoulé est si important qu’il oblige Thétis à oindre le corps non pas d’une huile parfumée comme le veut l’usage, mais d’ambroisie pour éviter qu’il ne se décompose jusqu’à ce qu’Achille soit prêt à procéder à la suite du rituel funéraire34. Par ailleurs, en plus de l’exposition du corps d’Hector près du lit mortuaire et de la conversation avec le fantôme de Patrocle évoquée plus tôt, une autre anomalie peut être repérée dans le rite lui-même :

« Il [Achille] s’écarte du bûcher ; il coupe cette blonde chevelure qu’il a nourrie, luxuriante pour le fleuve Sperchios. » (Il. XXIII, v. 141-142)

10En effet, Pélée avait promis au fleuve la chevelure de son fils s’il devait rentrer vivant de Troie. Or Achille décide de la couper en l’honneur de Patrocle et de l’ajouter aux autres cheveux des proches sur le corps, il renonce à rentrer vivant chez lui et se rend à l’évidence, il mourra à Troie. Suivant cette idée, il conçoit le tombeau de Patrocle comme « provisoire » en attendant sa propre mort :

« Plaçons-les [les os de Patrocle] dans une urne d’or avec double couche de graisse, en attendant le jour où je m’enfoncerai moi-même dans l’Hadès. Pour la tombe, j’entends qu’on la fasse pas très grande, mais convenable – rien de plus. Plus tard, les Achéens la lui dresseront large et haute – je veux dire : vous autres, vous qui resterez après moi sur les nefs bien garnies de rames. » (Il. XXIII, v. 243-248)

  • 35 Pour un inventaire des gestes du deuil, voir Delavaud-Roux, 2002.
  • 36 XXIII, v. 14.

11Au-delà de l’aspect spectaculaire que prend le rite, notamment avec les sacrifices qui lui sont adjoints, ces anomalies impliquent un Achille isolé au sein de la société achéenne. Les étapes « courantes » du rite sont effectuées collectivement, mais lorsqu’il s’agit d’aller plus loin, dans ce qui est une forme d’hybris, d’excès, c’est Achille seul que le poète met en scène, produisant par là même un effet à la fois d’empathie et de désapprobation de la part du public. Le poète met en scène la douleur d’Achille en utilisant les codes du rituel funéraire35 : il pleure, gémit, s’arrache les cheveux, il tient la tête de Patrocle pendant le convoi funèbre ; ses pleurs provoquent une réaction empathique de la part des Achéens, qui à leur tour se mettent à pleurer. En ce sens, il tient à lui seul – avec sa mère Thétis pour un court moment36 – la place que tiennent Andromaque, Hécube, Hélène et Priam dans les étapes du deuil, à partir de l’annonce de la mort d’Hector :

Annonce de la mort

XVIII, v. 22-27 « un noir nuage de douleur aussitôt enveloppe Achille. À deux mains il prend la cendre du foyer, la répand sur sa tête, en souille son gentil visage. Sur sa tunique de nectar maintenant s’étale une cendre noire. Et le voici lui-même, son long corps allongé dans la poussière ; de ses propres mains il souille, il arrache sa chevelure »

XXII, v. 405-410 « Et, tandis que cette tête se couvre toute de poussière, sa mère [Hécube] s’arrache les cheveux, et, rejetant loin d’elle son voile éclatant, elle pousse un long sanglot à la vue de son enfant. Et son père [Priam] aussi pitoyablement gémit : et, autour d’eux, les gens sont tous en proie aux sanglots, aux gémissements, par toute la ville »

XXII, v. 429-430 « Ainsi dit-il en pleurant, et les citoyens lui répondent par des sanglots, tandis qu’aux Troyennes Hécube à son tour donne le signal d’une longue plainte »

XXII, v. 448-461 « Ses [Andromaque] membres chancellent ; la navette lui échappe et tombe à terre […]. Elle dit et traverse en courant le palais, pareille à une folle, le cœur palpitant »

Acteurs

Achille

Hécube, Priam, Andromaque

Vue du corps

XVIII, v. 234-236 « Derrière, avec eux, marche Achille aux pieds rapides, versant des larmes brûlantes : il a vu son loyal ami, étendu sur une civière, déchiré par le bronze aigu »

XXII, v. 466-476 « Une nuit sombre enveloppe ses yeux ; elle [Andromaque] croule en arrière, expirante. Loin de son front, elle fait glisser ses liens éclatants, le diadème, la coiffe et son cordon tressé, le voile enfin dont lui a fait don Aphrodite d’or […] éperdue à mourir. À peine a-t-elle enfin repris haleine et rassemblé son courage en son âme qu’au milieu des Troyennes, avec un profond sanglot, elle dit »

XXII, v. 515« Ainsi dit-elle, pleurante, et les femmes lui répondent par des sanglots. »

XXIV, v. 710-712 « L’épouse et la digne mère sont là, les premières ; elles s’arrachent les cheveux, elles se jettent sur le chariot aux bonnes roues, elles touchent la tête du mort. Une foule en pleurs les entoure. »

Acteurs

Achille

Andromaque, Hécube

Lamentations

XIX, v. 4-6 « Elle [Thétis] trouve son fils étendu à terre, tenant Patrocle embrassé et sanglotant bruyamment. Ses compagnons, en nombre, se lamentent autour de lui »

XXIII, v. 12 « Il dit, et tous, à l’unisson, se mettent à gémir, Achille donnant le signal »

XXIII, v. 14 « Thétis en eux fait naître le désir des sanglots »

XXIII, v. 17-18 « le fils de Pélée entonne une longue plainte, en posant ses mains meurtrières sur le sein de son ami »

XXIII, v. 108 « Il dit, et il fait chez tous naître le désir des sanglots. »

XXIV, v. 720-724 « A ses côtés, ils placent des chanteurs, chanteurs experts à entonner le thrène, qu’ils chantent eux-mêmes en accents plaintifs, tandis que les femmes leur répondent par des sanglots. Puis c’est Andromaque aux bras blancs qui, aux femmes, à son tour, donne le signal des plaintes funèbres. Elle tient entre ses mains la tête d’Hector meurtrier »

XXIV, v. 745-746 « Ainsi dit-elle, pleurante, et les femmes lui répondent par des sanglots. Et Hécube à son tour donne le signal d’une longue plainte »

XXIV, v. 760-761 « Ainsi dit-elle, pleurante, et elle provoque des plaintes sans fin. La troisième, à son tour, Hélène donne le signal des plaintes »

Acteurs

Thétis, Achille

Chanteurs et chœur de femmes, Andromaque, Hécube, Hélène

Ekphora

XXIII, v. 136-137 « Derrière, vient le divin Achille, soutenant la tête du mort, désolé »

XXIII, v. 152-153 « Il dit et dépose ses cheveux dans les mains de son ami, et chez tous il fait naître le désir des sanglots »

XXIV, v. 785-786 « Mais quand, pour la dixième fois, l’aurore apparaît, qui brille aux yeux des mortels, ils procèdent au convoi de l’intrépide Hector, en versant des pleurs »

Acteurs

Achille, singularisé au milieu des Achéens

Les Troyens

Crémation

XXIII, v. 218-225 « toute la nuit, le rapide Achille, puisant le vin dans le cratère avec une coupe à deux anses, le répand sur le sol, en inonde la terre, et va invoquant l’âme du malheureux Patrocle. Ainsi qu’un père se lamente, qui brûle les os de son fils — un nouveau marié, dont la mort désole ses pauvres parents — ainsi pleure Achille, en brûlant les os de son compagnon. Il se traîne autour du bûcher, il pousse de longs sanglots. »

XXIV, v. 787 « Au sommet du bûcher ils déposent le mort ; ils y mettent le feu »

Acteurs

Achille

Les Troyens

Récupération des os et élévation du tombeau

XXIII, v. 235-257 « Il se redresse, se met sur son séant et dit :

«Atride, et vous, héros du camp panachéen, avec le vin aux sombres feux, commencez donc par éteindre le bûcher, entièrement, partout où a régné la fougue de la flamme. Recueillons ensuite les os de Patrocle, fils de Ménœtios. […]. Plaçons-les dans une urne d’or avec double couche de graisse, en attendant le jour où je m’enfoncerai moi-même dans l’Hadès. Pour la tombe, j’entends qu’on la fasse pas très grande, mais convenable — rien de plus. Plus tard, les Achéens la lui dresseront large et haute — je veux dire : vous autres, vous qui resterez après moi sur les nefs bien garnies de rames.»

Il dit, et tous d’obéir au Péléide aux pieds rapides. Avec le vin aux sombres feux ils commencent par éteindre le bûcher, partout où a été la flamme, où s’est déposée une cendre épaisse. En pleurant, ils recueillent les os blancs de leur bon compagnon dans une urne d’or, avec double couche de graisse ; ils les déposent ensuite dans la baraque, ils les couvrent d’un souple tissu. Ils dessinent alors le cercle d’un tombeau et en jettent les bases tout autour du bûcher. Rapidement ils y répandent de la terre, et, quand la terre répandue a formé un tombeau, ils s’éloignent. »

XXIV, v. 789-801 « le peuple s’assemble autour du bûcher de l’illustre Hector. Lors donc qu’ils sont tous là, formés en assemblée, avec du vin aux sombres feux, ils commencent par éteindre le bûcher, partout où a régné la fougue de la flamme. Puis frères et amis recueillent les blancs ossements. Tous pleurent, et ce sont de grosses larmes qui alors inondent leurs joues. Ils prennent ces ossements, les déposent dans un coffret d’or, qu’ils cachent ensuite sous de molles pièces de pourpre. Après quoi, sans retard, ils les mettent au fond d’une fosse, et, par-dessus, étendent un lit serré de larges pierres. En grand-hâte, ils répandent la terre d’un tombeau et, tout autour, placent des gardes, de crainte que les Achéens aux bonnes jambières n’y donnent assaut auparavant. Et quand la terre répandue a formé un tombeau, ils retournent en ville »

Acteurs

Les rois des Achéens sur instructions d’Achille

Les Troyens, les proches masculins d’Hector

  • 37 XVIII, v. 318-320.
  • 38 XXIII, v. 221-225. Sur les comparaisons liées à la parenté entre Achille et Patrocle, voir Mills, 2 (...)
  • 39 XXIII, v. 96-100.
  • 40 Damet, 2007, p. 94-95.
  • 41 Qu’il s’agisse de celles d’Hector au chant xxiv de l’Iliade, d’Elpénor au chant xii, v. 8-15 de l’O (...)
  • 42 XXIII, v. 43-47 : « Non, par Zeus, le plus haut, le plus grand des dieux, il n’est pas admissible q (...)

12Le public reconnaît en Achille la douleur d’un proche, les comparaisons filiales viennent accentuer la profondeur de la peine du fils de Pélée qui est « [tel] un lion à crinière, à qui un chasseur de biche a enlevé ses petits, au fond d’une épaisse forêt, et qui se désespère d’être arrivé trop tard37 » ou encore « [ainsi] qu’un père se lamente, qui brûle les os de son fils – un nouveau marié, dont la mort désole ses pauvres parents – ainsi pleure Achille, en brûlant les os de son compagnon »38. La scène de l’apparition du fantôme de Patrocle vient renforcer également le désarroi du héros qui tente d’enlacer son ami une dernière fois, sans succès39. Cependant cette image sans forme qu’est devenue Patrocle met Achille face à son mauvais comportement : il tarde à donner une sépulture au mort. Puis, lorsqu’il s’y résout, Achille fait preuve de démesure dans sa peine en procédant à une série de sacrifices non prescrits par l’usage40 – et absents des autres funérailles mentionnées par Homère41 – en particulier un sacrifice humain. Enfin, on notera que la purification promise à Agamemnon au chant xxiii n’a jamais lieu42 : Achille semble rester, à son tour, dans un entre deux. Le rituel funéraire censé apporter la paix à la fois au mort et à ceux qui restent n’apporte à Achille que la certitude qu’il n’appartient plus tout à fait au monde des vivants.

2. Les agônes funèbres en l’honneur de Patrocle

13L’hybris d’Achille ne s’arrête pas au rite funéraire. En effet, une fois les restes de Patrocle ensevelis, Achille décide d’organiser des concours. Cependant le Péléide n’y prend pas part. Il n’exclut pas sa participation sur le principe, mais donne une explication, du moins pour la première épreuve : la course de char.

« Si les Achéens aujourd’hui célébraient des jeux en l’honneur d’un autre, c’est moi sans aucun doute qui prendrais le premier prix et l’emporterais jusqu’à ma baraque. Vous savez combien mes chevaux, par leur valeur, dépassent tous les autres […]. Mais j’entends cette fois rester où je suis, tout comme mes chevaux aux sabots massifs. Ils ont perdu la noble gloire d’un cocher si doux ! […] À d’autres donc, à vous tous, dans le camp, de vous mettre en branle […] »
(Il. XXIII, v. 274-285)

  • 43 XVII, v. 423-455.

14Patrocle était son conducteur de char et même ses chevaux sont en deuil43, il ne participera donc pas à la course. Aucune autre raison ne sera donnée pour les autres épreuves. Tous les Achéens sont rassemblés, mais Achille se tient à part, il ne fait que mettre en jeu et distribuer les prix.

  • 44 Sur la pratique aristocratique des concours athlétiques, voir Brown, 2003. Sur les enjeux et les li (...)
  • 45 Visa, 1994, p. 31.
  • 46 XXIII, v. 510-620.
  • 47 I, v. 53-317.
  • 48 XXIII, v. 536-554.
  • 49 XXIII, v. 566-585.
  • 50 Sur la gestion des litiges dans les compétitions athlétiques homériques, voir Gernet, 1955 et plus (...)

15La pratique d’organiser des concours en l’honneur d’un mort ou à l’occasion de funérailles est une pratique de l’élite sociale : organisateurs et participants font généralement partie de cette aristocratie44. Pour les premiers, la dépense n’est pas négligeable ; il faut fournir des prix de qualité aux vainqueurs ; pour les seconds, c’est l’occasion de prouver leur valeur et de gagner une grande gloire. On remarquera que l’enjeu pour les participants rappelle celui des combats : obtenir une gloire – kléos – immortelle. Dans le même esprit, les différentes épreuves, plus ou moins développées, prennent le plus souvent la forme d’affrontements qui rappellent les duels guerriers chantés plus tôt dans le poème. Nous suivons ici l’analyse de Valérie Visa dans son étude sur « Les compétitions athlétiques dans l’Odyssée45 ». En effet, elle relève que la distribution des prix aux vainqueurs par Achille présente des analogies avec la distribution du butin de guerre, telle qu’elle est pratiquée dans la plaine de Troie. Deux exemples sont particulièrement révélateurs. D’abord la distribution qui suit la course de chars46. Tous les prix sont distribués mais pas en fonction de la victoire effective de chacun des concurrents. Deux disputes éclatent. Elles ne sont pas sans rappeler la querelle initiale entre Achille et Agamemnon pour Briséis, qui n’est rien d’autre qu’une part d’honneur liée au butin47 : d’abord Antiloque s’offusque du fait qu’Achille le dépouille du prix de la seconde place qui lui revient, puisqu’il est bien arrivé second, au profit d’Eumèle qui, malgré un meilleur attelage, est arrivé dernier suite à l’intervention d’Athéna48. Antiloque enjoint Achille à prendre dans ses propres biens un prix à donner à Eumèle. C’était aussi l’argument d’Achille contre Agamemnon au chant i, mais, contrairement à Agamemnon, Achille accède à la demande d’Antiloque. Ce conflit réglé, un autre surgit : Ménélas accuse Antiloque d’avoir triché pour le dépasser et le somme de jurer devant le Zeus des Serments qu’il ne l’a pas fait49. Le fils de Nélée se garde bien de se parjurer et propose à l’Atride de prendre le prix qu’il estime lui revenir. En retour, Ménélas calme sa colère et fait cadeau du même prix à Antiloque en signe de sa magnanimité50. Enfin, le prix restant, Achille l’offre à Nestor, en reconnaissance des honneurs qui lui sont dus parmi les Achéens.

16Le second exemple qui montre que la distribution des prix n’est pas uniquement liée à la compétition athlétique concerne une épreuve qui n’a pas lieu : le lancer de javeline.

« Atride, nous savons combien tu l’emportes sur tous (probebêkas hapantôn) et à quel point tu es le meilleur, pour la force et l’adresse, au jet des traits. Prends donc ce prix et retourne vers tes nefs creuses. Nous donnerons la lance au héros Mérion, si ton cœur y consent (ethelois), et, pour ma part, je t’en prie (kelomai). » (Il. XXIII, v. 890-894)

17Achille ne laisse pas le temps à Mérion de se mesurer à Agamemnon et propose immédiatement de donner le premier prix à l’Atride en raison de sa valeur inégalée parmi les Grecs, ce que tous acceptent. La position d’Agamemnon dans l’expédition achéenne ne souffrirait pas une seconde place si bien qu’Achille veut éviter tout malentendu avec l’Atride et lui donner au passage une leçon concernant l’affront que lui-même a subi au début du poème. Ce consensus clôt le chant xxiii et marque aussi la dernière conversation entre Achille et Agamemnon dans le poème. Il est intéressant de noter qu’elle est aux antipodes de la première.

  • 51 XXIII, v. 382-397.
  • 52 Leur mode d’action est toutefois un peu différent, notamment pour Athéna : elle riposte à l’ingéren (...)

18Les mortels ne sont pas les seuls à assister au spectacle des compétitions, ni même à y participer. Aucune invocation aux dieux n’est mentionnée en ouverture des concours ; en revanche ils ne perdent pas une miette des événements. C’est l’occasion pour eux aussi de s’affronter, par héros interposés : ils sont autant acteurs que spectateurs. Arrêtons-nous sur une intervention divine particulière : lors de la course de char, décrite avec force détails comparée aux autres épreuves, ce qui tend à lui conférer une importance particulière, Apollon tente de faire perdre Diomède, le protégé d’Athéna qui vient de dépasser Eumèle, en faisant tomber le fouet de ses mains. La déesse réplique immédiatement en restituant le fouet à Diomède, lui permettant de reprendre l’avantage, au détriment d’Eumèle qui chute car elle a fait céder son attelage51. Il se trouve que le père d’Eumèle, Admète, entretient un lien étroit avec Apollon qui, si l’on en croit les Euménides d’Eschyle et l’Alceste d’Euripide, serait allé jusqu’à le soustraire à la mort. L’acte d’Athéna semble alors délibéré, au-delà de la compétition. En effet, à Troie, Athéna et Apollon s’opposent dès le début du poème : l’une prenant le parti des Achéens et l’autre celui des Troyens. Même s’il s’agit ici de favoriser un Achéen au détriment d’un autre, l’opposition entre les deux dieux reste entière, leur affrontement va au-delà des différends des mortels52.

  • 53 XXIII, v. 247-248
  • 54 IX, v. 410 sqq.

19Ces concours semblent donc être l’occasion pour les dieux de régler certains comptes. Ces interventions ne sont pas sans rappeler les intrusions divines pendant les combats qui ont précédé. Si les compétitions détournent l’attention du deuil de Patrocle et de la guerre toujours en cours, cette dernière apparaît tout de même en toile de fond des diverses épreuves. De plus, il en est un qui, brillant encore une fois par son absence, ne peut se départir de son deuil, car c’est un peu aussi le deuil de lui-même qu’il porte. En adjoignant des concours athlétiques aux funérailles de Patrocle et en refusant d’y prendre part, Achille s’isole à nouveau du reste des Achéens, de ceux qui, comme il le dit lui-même « [resteront] après [lui]53 ». À plusieurs reprises, à partir de la mort de Patrocle, le destin d’Achille, sa vie brève qui se terminera sous les murs de Troie, s’impose à lui. Il semble accepter lucidement les conséquences du choix que sa mère Thétis lui a exposé très tôt dans le poème54. Si les différents agônes qui ont lieu pendant le chant xxiii sont aussi un écho des batailles à venir, sans doute Achille estime-t-il que sa place n’est pas parmi les concurrents et qu’il est inutile de remporter un prix qu’il ne rapportera pas chez lui. Il préfère se poser en position d’arbitre qui décide de la victoire de chacun. Or, le devin Calchas l’a prédit, et le poème l’a prouvé : Achille est l’élément décisif de cette guerre. Son action détermine qui sera le vainqueur et qui, le vaincu. Les concours reflètent donc, en miniature, le rôle d’Achille dans tout le poème. Élargissons alors un peu le contexte de ces agônes.

  • 55 Les Troyens en sont conscients, ce qui les pousse à faire garder le tombeau d’Hector, XXIV, v. 799- (...)

20S’il n’est pas rare de célébrer un mort prestigieux par des concours athlétiques, le moment ne semble pourtant pas s’y prêter : les Achéens sont au milieu d’une guerre, d’un long et douloureux siège, et Achille vient de tuer le champion de Troie. La situation est incertaine, tout au mieux, et la prudence recommanderait plutôt la discrétion. La tenue de ces compétitions à portée de vue des Troyens qui pleurent la mort d’Hector, dont le corps n’a pas été restitué, prend la forme d’une énième provocation de la part du Péléide. Tout se passe comme si on se trouvait dans une communauté en paix ; or c’est loin d’être le cas. Nous ne sommes pas dans une cité, mais dans un campement de siège, dans une plaine à découvert ; et la paix n’est pas d’actualité55. Après le rite lui-même, les concours introduisent une nouvelle forme d’excès, d’hybris, aux funérailles de Patrocle. Rappelons que nous touchons à la fin du poème : il ne reste plus qu’un chant pour mettre un terme à la « colère d’Achille » ; il faut encore que les dieux décident que c’en est assez, que le corps d’Hector doit être rendu à son père et que ses funérailles soient célébrées en bonne et due forme.

3. Le traitement du corps d’Hector

  • 56 XXIV, v. 1-4.
  • 57 XXIV, v. 14-18.
  • 58 XXIV, v. 184-191.
  • 59 XXIV, v. 19-21.

21Le traitement réservé au corps du fils de Priam décide les dieux à mettre un terme aux agissements d’Achille. Ce traitement est à l’opposé de celui qui a été réservé à Patrocle, et livre un spectacle tout à fait différent : « à excès d’honneur, excès d’indignité » pour emprunter la pensée d’Annie Schnapp-Gourbeillon. Les compétitions terminées et les Achéens retirés dans leurs baraques, Achille pleure seul toute la nuit : nous sommes au chant xxiv56. Le lendemain, toujours seul et toujours pas apaisé, il outrage le corps d’Hector57. Le héros met en pratique ce qu’il annonce depuis son duel avec le prince de Troie. Il s’emploie à le rendre méconnaissable par un traitement méprisable : il traîne le corps, attaché à son char, face contre terre dans la poussière trois fois autour de la tombe de Patrocle, dans un monstrueux simulacre de la procession de chars des Myrmidons autour du corps du mort au chant xxiii. Il finit par l’abandonner tel quel près de son baraquement. Aucun mortel n’est témoin de ce moment, seuls les dieux ont vu Achille outrager le corps. Déjà, alors qu’il était à l’abandon, Apollon et Aphrodite, deux des dieux qui favorisent les Troyens, l’ont protégé du soleil, de la putréfaction et des bêtes58 ; pendant le macabre manège, Apollon protège le corps d’Hector pour qu’il ne soit pas défiguré59. Achille ne semble pas s’en rendre compte, tout entier à son chagrin. C’est un spectacle dévoyé, perverti en quelque sorte dont personne, à part les dieux, n’est témoin ; même Achille semble se contenter de l’acte lui-même et ne s’arrête pas pour « regarder » le résultat :

τρὶς δ’ ἐρύσας περὶ σῆμα Μενοιτιάδαο θανόντος
αὖτις ἐνὶ κλισίῃ παυέσκετο, τὸν δέ τ’ ἔασκεν
ἐν κόνι ἐκτανύσας προπρηνέα· τοῖο δ’ Ἀπόλλων
πᾶσαν ἀεικείην ἄπεχε χροῒ φῶτ’ ἐλεαίρων
καὶ τεθνηότα περ· περὶ δ’ αἰγίδι πάντα κάλυπτε
χρυσείῃ, ἵνα μή μιν ἀποδρύφοι ἑλκυστάζων.

« Puis, quand il l’a, trois fois de suite, tiré tout autour de la tombe où gît le corps du fils de Ménœtios, il s’arrête et rentre dans sa baraque, le laissant dans la poussière, étendu face contre terre. Mais Apollon épargne tout outrage à sa chair. » (Il. XXIV, v. 16-19)

22Une anomalie de plus dans ces funérailles excessives. Finalement, ce triste cirque sera le spectacle de trop pour les dieux : il faut rendre Hector aux siens, il faut fléchir le cœur inflexible d’Achille, l’homme de la souffrance.

  • 60 I, v. 280-281.
  • 61 XXIV, v. 33-54.
  • 62 XXIV, v. 710-712 ; v. 719-724 ; v. 784-787 ; v. 790-803.

23Achille dit en permanence l’écart qui est le sien, physiquement et socialement. Sa part de divinité ne permet pas de justifier entièrement cet état : lorsqu’il tient tête à Agamemnon, les paroles de Nestor sont à cet égard révélatrices : « une déesse fut ta mère, mais Agamemnon est meilleur que toi car il commande à plus d’hommes60 ». Être le fils de Thétis ne suffit pas à placer Achille au-dessus des codes qui régissent cette société temporairement reconstituée qu’est le camp des Achéens. Mais Achille est de fait et de manière incontestée le meilleur des Achéens : il est, par définition, exceptionnel. Au-delà de sa nature divine, l’excès qui le caractérise tout au long du poème le maintient à l’écart. Lors de la dernière assemblée des dieux, Apollon lui reproche son inflexibilité61, son incapacité à se raisonner – à user de son nos/nous – et à agir de manière socialement acceptable, c’est-à-dire faire des concessions, interagir avec les autres. Cette attitude jusqu’au-boutiste le singularise et sert aussi de moteur au récit, puisque tout dérive de la mênis d’Achille et du vouloir de Zeus, la dios boulê. Lorsqu’il accepte de rendre Hector à Priam venu le réclamer, Achille obéit d’abord aux ordres des dieux, mais au fil de la conversation avec le vieillard, son cœur se laisse enfin fléchir, même si sa patience ne tient qu’à un fil. Priam peut repartir avec le cadavre de son fils et les funérailles peuvent se dérouler à Troie, de manière grandiose certes, mais avec retenue, chaque étape étant réalisée collectivement, différents groupes assumant différentes charges, mais toujours ensemble, dans l’ordre des choses62. À l’isolement d’Achille répond la collectivité des Troyens. Achille a renoué avec sa part d’humanité ; il est prêt à mourir.

Conclusion

  • 63 Schnapp-Gourbeillon, 1982, p. 79.

24L’Iliade ne raconte pas la chute de Troie, ni la mort d’Achille, ni le départ des Grecs de Troade. Comment finir alors ? Le poète choisit d’achever son œuvre sur les funérailles de l’ennemi juré du personnage principal, mais ces funérailles ne sont pas le signe ultime de la préséance d’Achille sur Hector : elles marquent un apaisement, un retour au bon ordre des choses ; les funérailles d’Hector signent en quelque sorte la fin d’Achille. Annie Schnapp-Gourbeillon a noté que l’aspect cérémoniel des rites funéraires homériques croît avec le rang social du défunt63. En l’occurrence, les funérailles de Patrocle, le double d’Achille, sont à l’image du meilleur des Achéens : spectaculairement exceptionnelles.

Haut de page

Bibliographie

Albert, J.-P., 1999, Les rites funéraires. Approches anthropologiques, Les cahiers de la faculté de théologie, p. 141-152.

Arendt, W., 1933, Die typischen Szenen bei Homer, Berlin.

Barrett, D. S., 1981, The friendship of Achilles and Patroclus, The Classical Bulletin, LVII, p. 87-93.

Bonnechère, P., 2009, Le sacrifice humain grec, entre norme et anormalité, dans P. Brulé (éd.), La norme en matière religieuse en Grèce ancienne, Liège, p. 189-212.

Brown, B., 2003, Homer, funeral contests and the origins of the Greek city, dans D. Phillips et D. Pritchard (éd.), Sport and Festival in the Ancient Greek World, Swansea, p. 123-162.

Clarke, W. M., 1978, Achilles and Patroclus in Love, Hermes, 106, 3, p. 381-396.

Damet, A., 2007, Les rites de mort, pour la paix des vivants, Hypothèses, p. 93-101.

Delavaud-Roux, M.-H., 2002, Gestuelle du deuil et danses funéraires, Revue belge de philologie et d’histoire, 80, 1, p. 199-220.

Duplouy, A., 2007, La cité et ses élites. Modes de reconnaissance sociale et mentalité agonistique en Grèce archaïque et classique, dans H. Fernoux et Chr. Stein, Aristocratie antique : modèle et exemplarité sociale, Nov 2005, Dijon, p. 57-77.

Georgoudi, St., 1999, À propos du sacrifice humain en Grèce ancienne : remarques critiques, ARG, p. 60-82.

Gernet, L., 1955, Droit et société dans la Grèce ancienne, Paris, p. 9-18.

Gernet, L., 1983, Quelques désignations homériques de la parenté, AION, V, p. 153-172.

Hooker, J. T., 1989, Homer, Patroclus, Achilles, Symbolae Osloenses: Norweigian journal of Greek and Latin studies, LXIV, p. 30-35.

Jost, M., 1995, Grèce : les sacrifices humains ont-ils existé ?, L’Histoire, 191, p. 12-14.

Konstan, D., 1997, Friendship in the Classical World, Cambridge.

Laguna-Mariscal, G. et Sanz-Morales, M., 2005, Was the Relationship between Achilles and Patroclus Homoerotic? The View of Apollonius Rhodius, Hermes, 133, 1, p. 120-123.

Lentini, G., 2008/9, Gioco e diritto in Omero, Gaia, 12, p. 45-68.

Létoublon, Fr., 2003, L’art de la « formule » et de la « scène typique » dans les scènes de mort de l’« Iliade », dans P. A. Cavallero et al. (éd.), « Koronís »: homenaje a Carlos Ronchi March., Buenos Aires, p. 29-56.

Létoublon, Fr., 2005, La Patroclie, exploits et mort du héros (Iliade XVI), L’information littéraire, 57, p. 3-11.

Ma, J., 2016, Élite, élitisme et communauté dans la « polis » archaïque, Annales. Histoire, Sciences Sociales, 3, p. 631-658.

Mariaud, O., 2013, Masses et élites dans les poèmes homériques : le point de vue des pratiques funéraires, dans M.-Cl. Ferriès et al., Forgerons, élites et voyageurs d’Homère à nos jours. Mélanges offerts à Isabelle Ratinaud-Lachkar, Grenoble, p. 207-225.

Mills, S., 2000, Achilles, Patroclus and Parental Care in some Homeric Similes, Greece & Rome, 47, 1, p. 3-18.

Nagy, G., 1979, The Best of the Achaeans : Concepts of the Hero in Archaic Greek Poetry, Baltimore (2e éd. 1999).

Rinaldi, S., 2009, Les hétairoi, compagnons guerriers et amis, images et réalités politiques d’Homère à Alexandre le Grand, Paris X-Nanterre, thèse de doctorat sous la direction de P. Carlier.

Roguin, C.-Fr. de, 2008, Quand le divin Achille se met à penser : colère, désespoir et pitié dans l’« Iliade », RHR, 225, 2, p. 223-241.

Schnapp-Gourbeillon, A., 1982, Les funérailles de Patrocle, dans G. Gnoli et J.-P. Vernant, La mort, les morts dans les sociétés anciennes, Paris-Cambridge, p. 77-88.

Scullion, S., 2009, Sacrificial norms, Greek and Semitic : holocausts and hides in a sacred law of Aixone, dans P. Brulé (éd.), La norme en matière religieuse en Grèce ancienne, Liège, p. 153-169.

Somville, P., 1999, Cadavres exquis, Kernos, 12, p. 73-83.

Visa, V., 1994, Les compétitions athlétiques dans l’Odyssée : divertissement, mise à l’épreuve et jeux funèbres, Bulletin de l’association Guillaume de Budé, 1, p. 31-40.

Warren, P., 2014, Human Sacrifice in Minoan (Bronze Age) Crete, dans Actes du colloque international Le sacrifice humain dans le monde égéen et dans les civilisations périphériques (Milano, 27-28 octobre 2014), Pasiphae : Rivista di filologia e antichità egee, IX (2015), p. 170-180.

Whitman, C. H., 1965, Homer and the Heroic Tradition, New York.

Haut de page

Notes

1 Albert, 1999, p. 143.

2 Sur le rituel funéraire et la thanatopraxie comme faisant partie du processus d’apaisement des morts et des vivants, voir Damet, 2006.

3 Sauf mention contraire, toutes les références à des sources anciennes renvoient à l’Iliade d’Homère. La traduction est de Paul Mazon.

4 XXIII, v. 104.

5 Duplouy, 2005, p. 67-68.

6 XXIII, v. 85-88.

7 Sur le débat à propos de la nature de la relation entre Achille et Patrocle chez Homère, voir notamment Whitman, 1965, p. 195-204, Clarke, 1978, Barrett, 1981, Hooker, 1989, Konstan, 1997, p. 37-42 et Mills, 2000. Pour un aperçu de ce même débat entre les auteurs anciens, voir Laguna-Mariscal et Sanz-Morales, 2005.

8 Gernet, 1983, p. 171.

9 XVI, v. 666-683.

10 XXI, v. 328-382. C’est d’ailleurs précisément à ce moment que se déclenche la théomachie, la guerre entre les dieux pro-Troyens et pro-Achéens.

11 XVIII, v. 82-83.

12 Sur cette lecture du nom d’Achille, voir Nagy, 1998 (1979), p. 69-82.

13 XVIII, v. 152-161.

14 Sur les pratiques funéraires héroïques, voir notamment Mariaud, 2013. Sur la crémation en particulier, voir Zurbach, 2005.

15 Sur les étapes du rituel funéraire et du deuil en Grèce ancienne, voir Delavaud-Roux, 2002, et Damet, 2006, en particulier p. 94-96.

16 Mariaud, 2013, p. 211.

17 I, v. 130-246.

18 XXIII, v. 109-128.

19 XXIII, v. 129-137.

20 XXIII, v. 161-165.

21 XXIII, v. 133.

22 D’après L. Gernet et P. Chantraine dans une certaine mesure, hetaîroi est ici dérivé d’etês, le compagnon, qu’Homère emploie uniquement au pluriel, etai par exemple pour désigner les compagnons de Sarpédon, clairement distingués de ses frères et de ses cousins (XVI, 674). Hetaîroi en serait donc venu à signifier lui aussi les camarades, au sens de jeunes hommes d’une même classe d’âge. Toujours suivant Gernet, la parenté, chez Homère, se trouve, par la force du contexte, étendue « à celle du lien qui unit entre eux et avec leur chef les membres d’une bande guerrière […] les membres du clan se doivent aide et assistance ». Voir Gernet, 1983, p. 171 et Chantraine, 1968, « ἑταῖροι ». Pour une discussion plus approfondie sur la catégorie des hetairoi chez Homère, voir Rinaldi, 2009, p. 8-61.

23 XXIV, v. 134.

24 D’après P. Chantraine, kêdemones est une forme nominale rare du verbe kêdô, « léser, blesser » qui en est venue à désigner « celui qui prend soin de », en particulier lors d’une cérémonie funèbre, plus généralement « le protecteur ». Si Gernet s’interroge sur la filiation entre deux termes qui semblent antithétiques même si liés par une communauté thématique, Chantraine poursuit en insistant sur le substantif kêdos qui chez Homère signifie « soin, soucis » et a deux applications : le deuil et la parenté par le mariage. Voir Chantraine, 1968, « κηδεμόνες ».

25 XXIV, v. 163.

26 XXIV, v. 719-804.

27 Le terme est emprunté à Annie Schnapp-Gourbeillon, 1982, p. 80. Il serait possible de comparer les funérailles de Patrocle à d’autres funérailles mises en scène dans l’Odyssée en sollicitant le concept de « scène typique » proposé par Arendt, 1933, repris par Françoise Létoublon, qui le définit « comme un composé d’éléments narratifs constants dans différents contextes » (Létoublon, 2005, p. 3, note 3) et qui permet de construire des écarts. Nous avons choisi de nous en tenir ici au contexte iliadique, or les seules funérailles mentionnées dans l’Iliade comparables à celles de Patrocle sont celles d’Hector au chant xxiv. Nous laisserons donc de côté la notion de « scène typique » qui nous semble perdre de son efficacité dans le cadre d’une comparaison comprenant seulement deux termes situés dans un même poème. Voir aussi sur les « scènes typiques » de mort dans l’Iliade, Létoublon, 2003.

28 Le verbe dêïoô évoque le ravage, la sauvagerie du combat, or il s’agit ici d’une exécution.

29 Le menos désigne l’élan vital, la force.

30 Si on a pu penser à rapprocher cette pratique de celle de l’holocauste (qui consume effectivement toute la bête) pratiqué notamment mais pas uniquement dans le cadre de cultes parfois étiquetés comme « chtoniens », un détail pose question : les holocaustes n’impliquent pas de séparer clairement deux parts, la graisse d’un côté et les parties comestibles de l’autre. Même si des découpes préalables semblent possibles (voir Scullion, 2009), la graisse n’est pas spécifiquement séparée. Dans notre cas, des parts sont distinguées, elles finissent par être brûlées de manière simultanée mais pas au même endroit : Achille le dit lui-même, les os de Patrocle, qui proviennent de la dépouille qui a été recouverte de graisse, sont facilement identifiables au milieu des ossements, ils sont au centre tandis que le reste est à la périphérie (XXIV, v. 239-242).

31 Hésiode, Théogonie, v. 535-616.

32 Bonnechère, 2009, p. 189-212. Pour une discussion autour de cas très rares où la pratique du sacrifice humain est envisagée, voir Jost, 1995, p. 12-14 dont les conclusions sont reprises par Georgoudi, 1999, qui tout en critiquant les théories de Bonnechère sur l’interprétation de la présence de ces sacrifices dans les mythes grecs, réaffirme l’absence de preuves archéologiques suffisantes à ce jour pour affirmer la pratique du sacrifice humain par les Grecs. Voir pour un exemple contradictoire récent en Crète, Warren, 2014.

33 Schnapp-Gourbeillon, 1982, p. 82.

34 XIX, v. 38. Sur le soin apporté par Thétis au corps de Patrocle et les interventions divines dans la thanatopraxie homérique, voir Somville, 1999, notamment p. 76-77.

35 Pour un inventaire des gestes du deuil, voir Delavaud-Roux, 2002.

36 XXIII, v. 14.

37 XVIII, v. 318-320.

38 XXIII, v. 221-225. Sur les comparaisons liées à la parenté entre Achille et Patrocle, voir Mills, 2000.

39 XXIII, v. 96-100.

40 Damet, 2007, p. 94-95.

41 Qu’il s’agisse de celles d’Hector au chant xxiv de l’Iliade, d’Elpénor au chant xii, v. 8-15 de l’Odyssée ou même d’Achille, rapportées par Agamemnon au chant xxiv, v. 36-95 de l’Odyssée.

42 XXIII, v. 43-47 : « Non, par Zeus, le plus haut, le plus grand des dieux, il n’est pas admissible que je permette à l’eau d’approcher de mon front, avant que dans le feu j’aie déposé Patrocle et répandu sur lui la terre d’un tombeau, avant que j’aie aussi coupé ma chevelure […] ».

43 XVII, v. 423-455.

44 Sur la pratique aristocratique des concours athlétiques, voir Brown, 2003. Sur les enjeux et les limites de la catégorie « aristocratique » en Grèce ancienne voir Duplouy, 2007, en particulier sur les liens entre agôn et « aristocratie » p. 75-77 et Ma, 2009. Voir également Odyssée, XXIV, v. 87-89 où le fantôme d’Agamemnon affirme avoir souvent assisté à des concours athlétiques donnés à l’occasion de funérailles de héros et de rois.

45 Visa, 1994, p. 31.

46 XXIII, v. 510-620.

47 I, v. 53-317.

48 XXIII, v. 536-554.

49 XXIII, v. 566-585.

50 Sur la gestion des litiges dans les compétitions athlétiques homériques, voir Gernet, 1955 et plus récemment Lentini, 2008-2009.

51 XXIII, v. 382-397.

52 Leur mode d’action est toutefois un peu différent, notamment pour Athéna : elle riposte à l’ingérence d’Apollon, mais pas en insufflant à Diomède courage ou rage guerrière, comme elle l’a fait au chant v, elle va elle-même briser l’essieu du char d’Eumèle.

53 XXIII, v. 247-248

54 IX, v. 410 sqq.

55 Les Troyens en sont conscients, ce qui les pousse à faire garder le tombeau d’Hector, XXIV, v. 799-800 : « En grand-hâte, ils répandent la terre d’un tombeau et, tout autour, placent des gardes, de crainte que les Achéens aux bonnes jambières n’y donnent assaut auparavant ».

56 XXIV, v. 1-4.

57 XXIV, v. 14-18.

58 XXIV, v. 184-191.

59 XXIV, v. 19-21.

60 I, v. 280-281.

61 XXIV, v. 33-54.

62 XXIV, v. 710-712 ; v. 719-724 ; v. 784-787 ; v. 790-803.

63 Schnapp-Gourbeillon, 1982, p. 79.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandya Sistac, « « Seul, Achille pleure ». Entre solitude et communauté : à propos des funérailles de Patrocle (Homère, Il., XXIII-XXIV) », Pallas, 107 | 2018, 75-91.

Référence électronique

Sandya Sistac, « « Seul, Achille pleure ». Entre solitude et communauté : à propos des funérailles de Patrocle (Homère, Il., XXIII-XXIV) », Pallas [En ligne], 107 | 2018, mis en ligne le 31 mai 2019, consulté le 22 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/pallas/8872 ; DOI : 10.4000/pallas.8872

Haut de page

Auteur

Sandya Sistac

Doctorante en Histoire
Université Toulouse-Jean Jaurès et Università di Pisa
PLH-ERASME (EA 4601)
sandyasistac[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals