Navigation – Plan du site
Au spectacle de la religion. Engagements individuels et constructions de communautés
Communautés émotionnelles

De l’usage politique et social du rituel à Rome : le spectacle des rites dans l’Ab Vrbe condita de Tite-Live

Ritual’s Political and Social Use in Rome: the Spectacle of Rites in Ab Vrbe condita of Livy
Marine Miquel
p. 135-151

Résumés

Bien que sa transmission soit incomplète, l’Ab Vrbe condita, tant par son ampleur que par le souci que l’historien latin semble porter aux realia religieuses, demeure une source précieuse pour l’étude de la religion romaine. Au sein du « monument » que constitue l’Ab Vrbe condita, le caractère spectaculaire des rituels y apparaît avec d’autant plus d’acuité qu’il est produit dans une société dans laquelle le spectacle s’avère être une dimension essentielle de la vie sociale et politique. La représentation des rituels dans l’ouvrage livien s’effectue sous la forme de dispositifs visuels où quelques mentions sensorielles éparses suffisent pour activer un réseau de connotations. Ces dispositifs permettent de réorganiser la cohésion du peuple romain autour de ses dirigeants, dont elles consacrent l’autorité. À l’inverse, le spectacle des cérémonies étrangères renvoie l’image d’un déchaînement et d’une exacerbation des sens qui sont présentés comme un envers et comme une menace pour l’identité romaine et l’unité de l’Vrbs.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Scheid, 2014, p. 80.

1Réceptacle des traditions annalistiques et antiquaires sur l’histoire de Rome, l’Ab Vrbe condita est une source précieuse pour l’étude de la religion romaine et de ses rituels, comme le remarque John Scheid1 :

« By bringing together the different descriptions of sacrifices and vows taken from Livy’s 35 surviving books, it is possible to create a small manual on Roman religious practices. »

  • 2 Jaeger, 1997.
  • 3 Voir Zanker, 1987 et Galinsky, 1996. Ces images ne sont toutefois pas imposées uniquement par le po (...)
  • 4 Baroin, 2010, p. 224.
  • 5 Cic., De Off., I, 139 et Baroin, 2010, p. 218-230.
  • 6 Royo et Gruet, 2008, p. 387-388.

2Une des dimensions principales de la représentation des rites dans l’Ab Vrbe condita est sans nul doute son caractère spectaculaire. Le « monument2 » livien s’inscrit en effet pleinement dans les représentations sociales et intellectuelles de son temps. Comme le soulignent Paul Zanker et Karl Galinsky, l’image et le spectacle sont au cœur des stratégies du pouvoir développées par les grandes familles au cours de la République, puis par Auguste lors de l’instauration du principat3. Le terme « spectacle » ne saurait être ici entendu comme un moment de passivité, où le public serait uniquement le réceptacle de la mise en scène. Être spectateur, c’est aussi participer au spectacle, en permettre la réalisation et lui conférer un sens. À Rome, dans le cadre d’une « ville-mémoire4 », où les lieux sont dotés d’un fort pouvoir de rappel, où tout passant peut actualiser le souvenir d’événements ou de figures du passé5, cette part active du spectateur joue un rôle considérable, comme le souligne le passage de Velléius Paterculus qui rapporte une anecdote autour de la maison de Livius Drusus6 :

Cum aedificaret domum in Palatio in eo loco ubi est quae quondam Ciceronis, mox Censorini fuit, nunc Statilii Sisennae est, promitteretque ei architectus ita se eam aedificaturum ut libera a conspectu immunisque ab omnibus arbitris esset neque quisquam in eam despicere posset “Tu uero, inquit, si quid in te artis est, ita compone domum meam ut, quidquid agam, ab omnibus perspici possit”.

« Il se faisait construire une maison sur le Palatin à l’endroit où fut située jadis celle de Cicéron, puis celle de Censorinus et où se trouve maintenant celle de Statilius Sisenna ; son architecte lui promettait de la lui construire de façon qu’elle fût à l’abri des regards et des témoins indiscrets et que personne ne pût y plonger les yeux : « Si tu en as la capacité, dit-il, dispose-la plutôt de façon que toutes mes actions soient parfaitement visibles de tous. » (Vel. Pat., II, 14, 3)

3Velleius y met en évidence la place centrale du regard dans une société où chaque membre de l’aristocratie est à la fois objet de regard et cherche en même temps à s’offrir à la vue, dans un espace délibérément choisi pour son ancrage mémoriel et sa force de suggestion, comme le suggère l’énumération des anciens occupants du lieu.

  • 7 L’édification de demeures privées pouvait toutefois s’inscrire dans des complexes associant édifice (...)
  • 8 Chaniotis, 2006, p. 211-238 ; 2011, p. 9-16 ; 2013, p. 9-14.
  • 9 Assmann, 2002.

4Le regard social fait ici l’objet d’une stratégie personnelle, dans le cadre de l’édification d’une demeure privée7. Les travaux menés par Angelos Chaniotis8 sur les rites dans l’Antiquité, en Grèce et dans tout le bassin méditerranéen, soulignent que la mise en œuvre des rites s’organise de même dans un cadre spatio-temporel précis, suivant une visée de communication vis-à-vis d’un public et construit donc un regard social. Or l’étude de Jan Assmann9 sur la mémoire culturelle démontre comment, à travers l’accomplissement des rites traditionnels, les interactions sociales matérialisent des figures-souvenirs dans un temps et dans un espace déterminés et assurent ainsi la cohésion de la communauté. Le récit livien, lorsqu’il représente le spectacle des rites qui scandent la vie quotidienne et impriment leur marque dans la globalité du temps et de l’espace romains, reflète-t-il cette « culture du souvenir » et son rôle de stabilisation d’une entité collective ? Il nous semble que la représentation des rituels et de leurs mises en scène permettent de créer des communautés émotionnelles qui structurent, affermissent et complexifient l’identité romaine. Nous étudierons d’abord les éléments sensoriels des dispositifs rituels effectués à Rome tels qu’ils sont représentés dans l’Ab Vrbe condita et tâcherons d’estimer quel type de communauté ces dispositifs sacralisent. Nous montrerons enfin que, loin d’être le simple dépositaire de traditions canonisées, l’Ab Vrbe condita peut parfois peindre leur subversion, dans le cadre du rejet de l’autre « barbare » mais aussi des actions de grands hommes pour le salut de l’Vrbs.

1. Étude des éléments sensoriels dans les dispositifs rituels à Rome

1.1. Narration des rites et dispositifs visuels

5L’Ab Vrbe condita est d’abord un récit de conquête. À ce titre, la représentation des rites y est souvent liée à un contexte militaire ou épinicique, accompagnant les déclarations de guerre et les vœux avant le combat ; les supplications et les lectisternes mis en œuvre lorsque la cité paraît menacée ; les euocationes de divinités étrangères intégrées dans le panthéon romain. L’évocation de ces divers rites, chez Tite-Live, se réduit souvent à de rapides mentions :

Tertia demum hora sacrificio rite perpetrato ad consilium uocauit.

« C’est seulement à la troisième heure, et après avoir accompli le sacrifice selon le rite qu’il convoqua le conseil. » (Liv., XLIV, 37, 13)

Sacrificio rite perfecto consul et frumento dato militibus paucos ad requiem iumentorum hominumque moratus dies

« Après avoir accompli un sacrifice selon les rites et distribué du blé à ses soldats, le consul resta là quelques jours pour permettre aux hommes et aux bêtes de somme de se reposer. » (Liv., XLII, 55, 5)

6Elle peut aussi s’avérer plus longue et donner lieu à des narrations très détaillées, notamment lorsqu’il s’agit de donner l’origine d’un rituel, comme c’est le cas pour la cérémonie des fétiaux ou du lustrum, lors du premier recensement :

Legatus ubi ad fines eorum uenit unde res repetuntur, capite uelato filo – lanae uelamen est – « Audi, Iuppiter, inquit, audite, fines » – cuiuscumque gentis sunt, nominat – ; « audiat Fas […] Si non deduntur quos exposcit diebus tribus et triginta – tot enim sollemnes sunt – peractis, bellum ita indicit […] Roman ad consulendum redit […] » quandoque pars maior eorum qui aderant in eandem sententiam ibat, bellum erat consensum. Fieri solitum ut fetialis hastam ferratam aut sanguineam praeustam ad fines eorum ferret et non minus tribus puberibus praesentibus diceret : « […] hominibus Priscis Latinis bellum indico facioque. » Id ubi dixisset, hastam in fines eorum emittebat. Hoc tum modo ab Latinis repetitae res ac bellum indictum, moremque eum posteri acceperunt.

« En arrivant aux frontières du pays auquel on adresse une réclamation, l’envoyé se couvre la tête du filum (c’est un voile de laine) et dit : “Écoute, Jupiter ; écoutez, frontières de tel ou tel peuple (ici il le nomme), et que le Droit Sacré m’écoute aussi […] Si on ne lui accorde pas ceux qu’il réclame, il déclare la guerre avec un délai de trente-trois jours (c’est le chiffre consacré), et en ces termes […] il rapporte ces nouvelles à Rome pour qu’on en délibère […]” Quand la majorité de l’assemblée se rendait à cet avis, son accord décidait la guerre. D’ordinaire le fécial, portant une javeline armée de fer, ou en cornouiller à la pointe durcie au feu, se rendait à la frontière ennemie ; là, en présence d’au moins trois hommes adultes, il disait : “Attendu que… […] je déclare la guerre aux peuples des Anciens Latins, et je la fais”. À ces mots, il lançait la javeline sur le territoire. Voilà comment on fit alors pour adresser des réclamations aux Latins et leur déclarer la guerre ; cet usage est passé à la postérité. » (Liv. I, 32, 6- 14)

[…] edixit ut omnes ciues Romani, equites peditesque, in suis quisque centuriis, in campo Martio prima luce adessent. Ibi instructum exercitum omnem suouetaurilibus lustrauit, idque conditum lustrum appellatum, quia is censendo finis factus est.

« […] Tullius enjoignit à tous les citoyens romains, infanterie et cavalerie, de se former par centuries au Champ de Mars dès l’aube. Toutes les troupes une fois alignées, il les purifia par le sacrifice d’une truie, d’une brebis et d’un taureau ; cette cérémonie s’appela clôture du lustre, parce qu’elle marquait la fin du recensement. » (Liv. I, 44, 1-2)

  • 10 Néraudau, 1976.

7À travers ces narrations, Tite-Live constitue de véritables dispositifs visuels : une prise de parole performative, puis une disposition des troupes dans l’espace sont accomplies. Dans le premier cas, elles s’effectuent devant un public réel, constitué de jeunes gens, puberes, symbolisant l’armée romaine10, puis devant un public imaginaire issu de la cité ennemie. Dans le second cas, une foule de citoyens-soldats, nombreuse et indifférenciée, venue dans un camp à l’appel de l’autorité du roi, est rangée en ligne de bataille, comme le souligne l’emploi de l’adjectif instructus. Dans les deux cas, les rois auteurs du dispositif, Tullus Hostilius puis Servius Tullius, tracent un espace à l’intérieur duquel ils ordonnent l’action.

8Il n’est guère fait de mention d’autres sens que la vue et, à l’occasion du discours, l’ouïe. Se détachent des « motifs fixes » des dispositifs spectaculaires dressés lors de la représentation de rites dans le récit livien : un public renvoyant à un corps constitutif de la cité, celui des citoyens-soldats ; un espace délimité par la parole d’une autorité.

  • 11 Bloch, 1963.
  • 12 François, 2013, p. 135.

9D’autres passages reprennent ces « motifs fixes » pour les insérer dans de véritables tableaux où le récit s’attarde longuement sur un épisode et donne à voir le déroulement des faits. Il s’agit de la narration des processions qui parcourent la cité, soit pour accueillir un dieu étranger à Rome, soit pour expier des prodiges11. Paul François suggère ainsi, à propos du récit de la réception de la Grande Mère, Cybèle, à Rome, en 204 av. J.-C. : « On peut voir ce récit comme une sorte de tapisserie de Bayeux, dans laquelle un support pictural déroule un récit ; dans le domaine de l’Antiquité romaine, voir les frises de l’ara Pacis ou la colonne Trajane12. »

P. Cornelius cum omnibus matronis Ostiam obuiam ire deae iussus, ibique eam de naue accipere et in terram elatam tradere ferendam matronis. Postquam nauis ad ostium amnis Tiberini accessit, sicut erat iussus, in salum naue euectus ab sacerdotibus deam accepit extulitque in terram. Matronae primores ciuitatis, inter quas unius Claudiae Quintae insigne est nomen, accepere ; cui dubia, ut traditur, antea fama clariorem ad posteros tam religioso ministerio pudicitiam fecit. Eae per manus, succedentes deinde aliae aliis, omni obuiam effusa ciuitate, turibulis ante ianuas positis qua praeferebatur atque accenso ture precantibus ut uolens propitiaque urbem Romanam iniret, in aedem Victoriae, quae est in Palatio, pertulere deam pridie idus Apriles ; isque dies festus fuit. Populus frequens dona deae in Palatium tulit.

« On chargea Publius Cornelius d’aller à Ostie au-devant de la déesse, avec toutes les femmes de haut rang, et là, de la recevoir à sa descente de bateau, de la porter à terre et de la confier aux mains des femmes. Quand le bateau eut accosté à l’embouchure du Tibre, conformément à ces instructions, il se fit conduire en mer par un navire, reçut des prêtres la déesse et la porta à terre. Les premières femmes de la cité le reçurent, parmi lesquelles seule Claudia Quinta est nommément connue. Sa réputation auparavant douteuse, dit-on, rendit plus éclatante sa chasteté aux yeux de la postérité, après un si saint ministère. Elles se passèrent ensuite successivement la déesse les unes aux autres, de mains en mains. Tous les citoyens avaient afflué sur leur chemin : dans les cassolettes, placées devant les portes des maisons sur le trajet de la procession, l’encens brûlait ; on priait la déesse d’entrer de son plein gré dans la ville de Rome et de lui être propice. Les femmes la portèrent dans le temple de la Victoire situé sur le Palatin, la veille des Ides d’avril, et ce jour devint férié. Le peuple vint en foule apporter des présents à la déesse sur le Palatin. » (Liv. XXIX, 14, 10-14)

10Le même type de déploiement apparaît lorsque Tite-Live rapporte les cérémonies de procurationes destinées à expier les nombreux prodiges de l’année 207 av. J.-C., en pleine deuxièmeguerre punique :

Decreuere item pontifices ut uirgines ter nouenae per urbem euntes carmen canerent. Id cum in Iouis Statoris aede discerent conditum ab Liuio poeta carmen, tacta de caelo aedis in Auentino Iunonis reginae ; prodigiumque id ad matronas pertinere haruspices cum respondissent donoque diuam placandam esse, aedilium curulium edicto in Capitolium conuocatae quibus in urbe Romana intraque decimum lapidem ab urbe domicilia essent, ipsae inter se quinque et uiginti delegerunt ad quas ex dotibus stipem conferrent ; inde donum peluis aurea facta lataque in Auentinum […] Ab aede Apollinis boues feminae albae duae porta Carmentali in urbem ductae ; post eas duo signa cupressea Iunonis reginae portabantur ; tum septem et uiginti uirgines, longam indutae uestem, carmen in Iunonem reginam canentes ibant, illa tempestate forsitan laudabile rudibus ingeniis, nunc abhorrens et inconditum si referatur ; uirginum ordinem sequebantur decemuiri coronati laurea praetextatique. A porta Iugario uico in forum uenere ; in foro pompa constitit et per manus reste data uirgines sonum uocis pulsu pedum modulantes incesserunt. Inde uico Tusco Velabroque per bouarium forum in cliuum Publicium atque aedem Iunonis reginae perrectum. Ibi duae hostiae ab decemuiris immolatae et simulacra cupressea in aedem inlata.

« Les pontifes décrétèrent de même que trois groupes de neuf jeunes filles devaient parcourir la ville en chantant un hymne. Comme elles apprenaient cet hymne, composé par le poète Livius, dans le temple de Jupiter Stator, le temple de Junon Reine, sur l’Aventin, fut frappé de la foudre ; les haruspices ayant répondu que ce prodige concernait les femmes, et qu’il fallait apaiser la déesse par une offrande, un édit des édiles curules convoqua au Capitole celles qui étaient domiciliées à Rome et dans un rayon de dix milles ; elles choisirent d’elles-mêmes vingt-cinq d’entre elles auxquelles elles apporteraient une somme d’argent prélevée sur leur dot. Avec cet argent, on offrit un bassin d’or qui fut porté sur l’Aventin […] à partir du temple d’Apollon, deux vaches blanches furent conduites en ville par la porte Camentale ; derrière elle, étaient portées deux statues en bois de cyprès de Junon Reine ; après quoi, les vingt-sept jeunes filles, revêtues de longues robes, s’avançaient en chantant en l’honneur de Junon un hymne, à l’époque, peut-être digne d’éloge pour des esprits incultes, mais qui, s’il était cité, serait aujourd’hui grossier et informe ; marchant derrière les rangs des jeunes filles, les décemvirs, couronnés de laurier et vêtus de la prétexte, allèrent de la porte du forum, en empruntant le vicus Jugarius. La procession s’arrêta sur le forum et, faisant passer une corde par leurs mains, les jeunes filles avancèrent, accompagnant leur chant en marquant le rythme avec leurs pieds. Puis, par le vicus Tuscus et le Vélabre, en passant le forum Boarium, on continua jusqu’au clivus Publicius et au temple de Junon Reine. Là les deux victimes furent immolées par les décemvirs et les statues en bois de cyprès portées dans le temple. » (Liv. XXVII, 37, 7-15)

11Dans ces narrations, les éléments matériels renvoyant aux sens sont épars et parcimonieusement disposés. Ils permettent de donner forme à l’espace qui sert de cadre à la cérémonie rituelle. À partir de la mention de « motifs fixes », comme la répétition d’éléments sensoriels comme l’encens, placé sur le seuil des maisons, l’évocation de prières, le rythme du chant des jeunes filles, ou d’éléments spatiaux, le public livien peut imaginer la scène rapportée par le récit et participer à l’expérience décrite. Cette implication dans le rituel est renforcée par la nature rhétorique du texte historique.

1.2. Enargeia et historiographie

  • 13 Woodman, 1988. Voir Cicéron, Ad Familiares, V, 12, 2-5.

12L’historiographie relève en effet, à Rome, de la rhétorique, comme le rappelle Anthony John Woodman dans son ouvrage Rhetoric in Classical Historiography13, en se référant aux analyses proposées par Cicéron qui présente l’histoire comme un opus oratorium, œuvre oratoire, relèvant des critères d’écriture et des buts de l’art oratoire :

Potes autem tu profecto satis facere in ea, quippe cum sit opus, ut tibi quidem uideri solet, unum hoc oratorium maxime.

« Or tu peux d’autant mieux y réussir qu’il s’agit, ainsi que tu as d’ailleurs coutume de l’envisager, d’un travail particulièrement propre à un orateur. » (Cic. Leg. I, 2, 5)

Videtisne quantum munus sit oratoris historia ?

« Ne voyez-vous pas quelle belle tâche c’est pour l’orateur que d’écrire l’histoire ? » (Cic. De or. II, 15, 62)

  • 14 Cassin, 1997, p. 20.

13L’historien procède à une recherche d’arguments, l’inuentio, les organise, procédant à la dispositio, puis procède à leur mise en forme ou elocutio. Dans ce cadre de cette histoire opus oratorium, la représentation d’un événement recourt à la figure de l’hypotypose qui renvoie au procédé d’enargeia, tel que le définit Barbara Cassin : « Il s’agit de mettre sous les yeux, pro ommatôn, hup’opsin, ante oculos, de construire le visible en donnant l’illusion de la présence14. »

  • 15 « Plutôt que de représenter une réalité concrète et précise, l’enargeia fait appel aux images conse (...)
  • 16 Webb, 2009, p. 193-195. Voir Rhétorique à Hérennius, IV, 68.

14Le public est invité à se représenter l’événement dépeint comme s’il se déroulait sous ses yeux. C’est en effet le propre de l’ecphrasis que de construire, à partir d’éléments issus d’images mentales construites par le public ou exposées par la mémoire commune15, un tableau. Elle ne recoupe pas seulement en effet la simple description, entendue au sens contemporain du terme, mais suppose la participation du public qui, utilisant les quelques éléments fournis par le texte, construit un tableau à partir de son expérience ou de ses connaissances et prend ainsi part à l’action évoquée16. Lorsque ces éléments renvoient aux sens, la participation du public s’en trouve renforcée.

1.3. Suprématie de la vue et du petit nombre de détails

15Dans ces descriptions, les éléments visuels l’emportent néanmoins sur les autres motifs sensoriels. La vue apparaît en effet comme le sens le plus subtil, le plus apte à fixer des images dans la mémoire de chacun, comme l’indique Cicéron :

Vidit enim hoc prudenter siue Simonides siue alius quis inuenit, ea maxime animis effingi nostris, quae essent a sensu tradita atque impressa ; acerrimum autem ex omnibus nostris sensibus esse sensum uidendi.

« Simonide (ou l’inventeur, quel qu’il fut, de la mémoire artificielle) vit fort bien que de toutes nos impressions celles qui se fixent le plus profondément dans l’esprit sont celles qui nous ont été transmises et communiquées par les sens ; or de tous nos sens le plus subtil est la vue. » (Cic. De or. II, 87, 357)

16L’Arpinate s’inscrit ici dans la tradition aristotélicienne qui conduit à se méfier des sensations et à préférer la simple mémoire visuelle. Plus les images dépeintes seront lumineuses ou sombres, plus elles seront aisées à garder en mémoire.

  • 17 Trinquier, 2006 ; Grand-Clément, 2011.
  • 18 Grand-Clément, 2011.
  • 19 Liv., XLV, 35, 3.

17De plus, la représentation ne requiert pas un grand nombre de détails pour être efficace. En effet, les descriptions tracent la forme d’un tout. Elles limitent et ordonnent un ensemble, au sein duquel sont placés çà et là quelques éléments matériels qui servent d’ancrage et suscitent le surgissement d’images. C’est ce qui explique que les couleurs, par exemple, soient peu mentionnées dans les textes antiques, notamment dans les descriptions de paysages17. Quelques termes suffisent pour construire un réseau de connotations implicites, pour proposer un langage visuel intelligible. De même que, comme le remarque Adeline Grand-Clément, « la simple évocation d’un élément végétal apporte une touche colorée : à quoi bon préciser que l’herbe est verte18 ? », la simple mention d’une cérémonie comme la procuratio fait surgir l’implicite présence d’une foule compacte de spectateurs. Le seul terme pompa, qui désigne la procession, fait surgir des images concrètes, quotidiennes, sous les yeux du public livien. Ainsi, dans le récit de l’arrivée de Paul-Émile à Rome après son triomphe sur Persée19, l’apparition du vaisseau sur le Tibre, autour duquel se presse le peuple de Rome, rappelle la proposition postquam nauis ad ostium amnis Tiberini accessit du récit de la réception de la Pierre Noire de Pessinonte représentant Cybèle :

Paulus ipse post dies paucos regia naue ingentis magnitudinis, quam sedecim uersus remorum agebant, ornata Macedonicis spoliis non insignium tantum armorum, sed etiam regiorum textilium, aduerso Tiberi ad urbem est subuectus, conpletis ripis obuiam effusa multitudine.

« Paul-Émile lui-même, peu de jours après, remonta le Tibre vers la ville sur un navire de dimensions considérables, que faisaient avancer seize rangs de rames, et orné des dépouilles prises sur la Macédoine, non seulement des armes de prix, mais encore des tapisseries royales, tandis que les rives étaient couvertes de la foule partout répandue de ceux qui étaient venus au-devant de lui. » (Liv. XXIX, 14, 10-14)

  • 20 Mineo, 2013.

18Sans doute cet épisode fait-il également écho à un événement plus proche du lecteur livien, l’arrivée de César revenant d’Alexandrie ou d’Auguste revenant d’Actium. De même, la mention de la procession de jeunes femmes proférant un carmen renvoie le public de Tite-Live aux jeux séculaires donnés par Auguste20. Or, grâce à la répétition de ces « motifs fixes » narratifs, porteurs d’images ancrées dans la mémoire collective, Tite-Live nous présente une communauté romaine unifiée.

2. Construction émotionnelle de communautés

2.1. Des dispositifs visuels qui unissent la cité

  • 21 Liv. XXVII, 37, 5.
  • 22 Liv. XXVII, 40, 7.

19Les images des cérémonies rituelles sont placées à des moments-clés du récit, qu’il s’agisse du livre des fondations ou des passages rapportant des moments critiques, notamment, durant la deuxième guerre punique, lorsque l’ennemi carthaginois ravage l’Italie, menaçant de parvenir aux portes de Rome, et que les dieux mécontents signifient leur colère en produisant une série de prodiges. À l’aune de l’ensemble des livres conservés, l’historien ne semble guère s’attarder sur les manifestations d’effroi. Les sentiments de la foule font souvent l’objet d’une brève mention, au moyen d’un verbe comme turbare21 et terrere22 ou d’un substantif comme cura. Tite-Live parait dès lors s’intéresser davantage à la configuration officielle du rite qu’aux émotions ressenties par les Romains. Mais, plus précisément, sa représentation du rite renvoie à l’opposition entre deux types d’émotions, celles qui relèvent de la peur et celles qui expriment la fides. Les rares passages où sont dépeintes des scènes de panique, tumultus, insistent en effet sur les mouvements désordonnés de la foule de femmes et d’enfants, considérés comme plus influençables émotionnellement :

Romam Fregellanus nuntius diem noctemque itinere continuato ingentem attulit terrorem […] totam urbem concitat. Ploratus mulierum non ex priuatis solum domibus exaudiebatur, sed undique matronae in publicum effusae circa deum delubra discurrunt crinibus passis aras uerrentes, nixae genibus, supinas manus ad caelum ac deos tendentes orantesque ut urbem Romanam e manibus hostium eriperent matresque Romanas et liberos paruos inuiolatos seruarent.

« À Rome, un messager de Frégelles, qui avait parcouru de jour et de nuit le trajet sans s’arrêter, vint causer une énorme frayeur […] il jette la panique dans toute la Ville. On n’entendait pas seulement les pleurs des femmes venant des domiciles privés ; de tous côtés on voyait les mères de famille, çà et là, dans les rues, courant autour des temples des dieux, balayant les autels de leur chevelure dénouée, agenouillées, tendant leurs mains ouvertes vers le ciel et vers les dieux, et les priant d’arracher la ville de Rome aux mains des ennemis et de garder sans souillures les mères romaines et leurs enfants. » (Liv. XXVI, 9, 6-8)

  • 23 Inglebert, 2002.
  • 24 Pensons également au rôle des femmes dans l’épisode de Coriolan ou pendant la prise de Rome par les (...)
  • 25 Ibid.

20À l’inverse, dans le passage cité plus haut, en XXVII, 37, 7, Tite-Live, dépeignant les mesures mises en œuvre afin de mettre en œuvre des expiations, crée l’image d’une cité hiérarchisée et unie, où les autorités décident des lieux pour chaque scène puis leur attribuent des acteurs symbolisant divers groupes sociaux. Les autres narrations de cérémonies de procurationes, par exemple en XXII, 1, 17-18 ou en XXII, 10, 8, présentent la même communion des autorités et des différentes catégories de la cité : matrones, matronae, jeunes gens, iuuentus, affranchies, libertae et même paysans, agrestes, qui font front face à la menace. Aux jeunes gens, citoyens-soldats, s’ajoutent des catégories sociales qui n’ont pas de place officielle dans la vie politique ou religieuse mais auxquelles le récit livien attribue un rôle majeur dans la survie de la cité, les intégrant dans l’identité romaine. Hervé Inglebert23 remarque que la possession du statut juridique de la ciuitas Romana est une condition nécessaire mais non suffisante pour fonder une identité romaine permanente, puisqu’elle devait s’accompagner d’une participation à la vie de la cité. Il nous semble que nous pouvons aussi inverser la perspective : le récit livien montre ici la possibilité d’une intégration à la vie de la cité et à l’identité romaine de ceux qui, dans les moments de péril, participent à l’accomplissement des devoirs religieux et contribuent au salut de la cité. La place réservée aux femmes dans ces moments de crise24 est révélatrice de cette volonté de les placer au sein de la tradition historiographique romaine et donc de réintégrer dans la cité celles qui sont considérées, dans la société romaine, comme des éléments « en marge », voire éminemment suspects25.

21La narration utilise également la représentation des espaces, par le biais de jeux d’échelles. Les parcours à travers l’Vrbs mettent d’abord en valeur des lieux importants de l’histoire et de la vie religieuses romaines, ponctuant l’espace de la ville. Dans un second temps, l’espace s’élargit à la cité tout entière, constituée par les maisons aux portes ouvertes, tandis que les différentes catégories de populations finissent par se fondre dans la globalité du peuple, comme c’est le cas pour le récit de l’origine des Jeux apollinaires :

Alterum senatus consultum factum est ut decemuiri sacrum Graeco ritu facerent hisce hostiis : Apollini boue aurato et capris duabus albis auratis, Latonae boue femina aurata. Ludos praetor in circo maximo cum facturus esset, edixit ut populus per eos ludos stipem Apollini quantam commodum esset conferret. Haec est origo ludorum Apollinarium, uictoriae, non ualetudinis ergo, ut plerique rentur, uotorum factorumque. Populus coronatus spectauit, matronae supplicauere ; uolgo apertis ianuis in propatulo epulati sunt, celeberque dies omni caerimoniarum genere fuit.

« Un second sénatus-consulte prescrivit aux décemvirs de sacrifier selon le rite grec les victimes suivantes : pour Apollon, un bœuf aux cornes dorées et deux chèvres blanches aux cornes dorées, pour Latone, une vache aux cornes dorées. Au moment de célébrer les jeux dans le grand cirque, le préteur ordonna au peuple d’apporter, pendant ces jeux, une offrande à Apollon proportionnée aux moyens de chacun. Telle est l’origine des Jeux apollinaires, voués et célébrés pour obtenir la victoire, ou la santé, comme on le croit généralement. Le peuple y assista couronné, les mères de famille firent des supplications ; on festoya en public, portes ouvertes, dans les cours des maisons, et on fêta ce jour par toutes sortes de cérémonies. » (Liv. XXV, 12, 13-15)

22En proposant la description de cérémonies rituelles comme autant de dispositifs visuels intégrant quelques éléments sensoriels et une nette dimension spatiale, Tite-Live affirme l’image d’une communauté émotionnelle unie par ses autorités qui entendent, lors des moments de crise, bannir la peur et réinstaurer l’ordre dans les relations entre les dieux et les hommes, entre les hommes, leur espace quotidien ainsi que le temps de la tradition. Ces images opposent à l’émotion – la peur – ressentie par les acteurs du récit, mais aussi par le lecteur – auditeur – la permanence du rite, gage de confiance envers un corps civique à l’unité refondée.

2.2. Des dispositifs saturés de sens, qui construisent l’anti-romain

23La représentation des cérémonies étrangères semble mobiliser, à l’inverse, de nombreux éléments sensoriels, donnant forme à des évocations frappantes. Au livre XXIX, avec la représentation des cortèges réglés qui parcourent la cité romaine, Tite-Live gomme soigneusement les dimensions exotiques attachées à Cybèle lorsqu’il rapporte la réception de la déesse à Rome, au contraire d’Ovide. Mais lorsque la narration se déroule dans l’espace oriental, le dispositif s’avère tout autre. Les prêtres de Cybèle sont présentés comme un groupe en délire, au chant bruyant et à la tenue voyante :

Transgressis ponte perfecto flumen, praeter ripam euntibus, Galli Matris Magnae a Pessinunte occurrere cum insignibus suis, uaticinantes fanatico carmine deam Romanis uiam belli et uictoriam dare imperiumque eius regionis.

« Le pont achevé, on traversa le fleuve ; comme l’armée longeait la rive, elle vit accourir des prêtres galles de la Grande Mère de Pessinunte avec leurs ornements, qui prédisaient en un chant fanatique que la déesse ouvrait aux Romains la route de la guerre et leur donnait la victoire et la domination sur la région. » (Liv. XXXVIII,18, 9-10)

  • 26 Lucrèce, De natura rerum, II, 598-639 ; Catulle, Poésies, LXIII ; Virgile, Géorgiques, IV, 150-152  (...)

24La dimension sensorielle de ces passages est indéniable. Le public livien retrouve ici en effet un motif connu, celui des bruyantes danses guerrières des prêtres de la déesse-mère, bien inscrites dans l’imaginaire collectif26. La communauté qui est alors représentée, celle des Galles, support d’un spectacle reposant sur des sens exacerbés, apparaît comme radicalement étrangère.

  • 27 Briquel, 1981.

25Un dispositif similaire est mis en place avec la description du rituel du serment de la légion de lin au livre X, 38, serment sanglant destiné à fédérer la jeunesse samnite. L’historien nous donne ici accès à un rituel clandestin qui se déroule dans un lieu clos, d’où tout regard étranger est banni. Ce serment très particulier permet la constitution d’un corps d’élite suivant d’étranges procédés archaïques qui impliquent le mélange du sang des victimes animales du sacrifice et des soldats égorgés pour l’exemple, en une mise en scène cruelle et impie. Le spectacle qui est alors offert est marqué par la saturation visuelle. Il renvoie au public livien l’image d’une altérité sanguinaire. À l’inverse, lorsque la cérémonie d’un sacrifice humain est effectuée dans Rome même, sur le forum Boarium, durant la deuxième guerre punique27, au livre XXII, 57, Tite-Live ne nous propose aucun spectacle. Au contraire, il se contente de qualifier brièvement le rite par le syntagme minime Romano sacro. Le sacrifice humain et le non-respect de l’espace sacré sont attachés à la caractérisation de l’autre et sont gommés par la narration lorsqu’ils concernent les Romains.

3. Historiographie, spectacle du rite et participation à la vie de la cité

3.1. De l’historia magistra uitae à la « culture du souvenir »

  • 28 Feldherr, 1998.
  • 29 Scullard, 1981.
  • 30 Pour reprendre le mot de Rambaud, 1953.
  • 31 Sur la grauitas, voir Dumézil, 1969 ; sur les emplois cicéroniens du terme, Achard, 1981.

26Grâce à la construction d’ecphraseis, l’écriture livienne de l’histoire offre au public livien une série d’images qui peuvent lui servir d’exempla28. L’histoire se veut en effet guide de vie, magistra uitae, et propose à l’élite romaine une série d’exemples de comportements à suivre. À travers le déroulement du texte, elle permet aussi de participer à nouveau aux cérémonies. Nous ne pouvons savoir avec certitude si l’ensemble de la cité prenait part à celles-ci ou si elle ne le faisait que par l’intermédiaire des prêtres, des prêtresses et de l’élite politique. H.H. Scullard rappelle toutefois qu’elles étaient accomplies au cours des jours de repos, ce qui laisse penser que la cité entière pouvait participer à leur spectacle29. Dans tous les cas, la « déformation historique30 » opérée par Tite-Live permet de construire et d’actualiser l’image d’une cité réunie autour de la pratique des cultes prescrits par la coutume des ancêtres, mos maiorum, dans des cérémonies marquées par le souci de la permanence de la hiérarchie et du salut de la cité, la grauitas31.

3.2. L’Ab Vrbe condita, réflexion sur la construction des communautés

  • 32 Seul le ritus Graecus échappe à cette condamnation, puisqu’il n’est pas d’une nature différente du (...)

27L’Ab Vrbe condita n’est pas seulement toutefois le réceptacle et le réactivateur des normes rituelles. L’ouvrage propose également une réflexion sur leur place dans la construction des communautés. Ainsi le dévoiement de la pratique rituelle, notamment à travers l’absence d’ordre et d’ordonnateur dans la mise en œuvre des cérémonies, est présenté comme un signe de « barbarie » et d’irrémédiable étrangeté32. Ainsi en 176 av. J.-C., les Ligures qui se soulèvent contre Rome bafouent les rites, après leur victoire sur les troupes amenées par le proconsul C. Claudius :

Captiuos cum foeda laceratione interficiunt ; pecora in fanis trucidant uerius passim quam rite sacrificant.

« Ils tuent leurs prisonniers en les mutilant atrocement ; ils abattent les troupeaux dans les sanctuaires, au hasard, plutôt qu’ils ne les sacrifient rituellement. » (Liv. XLI, 18, 3)

  • 33 Saulnier, 1981 ; Sordi, 1976.

28Le récit livien ne fait ici qu’évoquer, par un groupe adverbial, uerius passim quam rite, le manquement à l’ordre du rite. Dans le cas des Samnites, au contraire, Tite-Live choisit de déployer une véritable ecphrasis et de souligner l’horreur du dispositif créé suivant les indications du vieux prêtre Paccius. L’historien entend en effet mettre l’accent sur un épisode de conspiration à insérer dans la succession des menées secrètes qui menacent périodiquement Rome. Dans le contexte du ier siècle av. J.-C., le terme coniuratio employé dans le passage ne peut que faire écho à la conjuration des Bacchanales, voire, plus près du public livien, rappeler la conjuration des socii italiens lors de la guerre sociale, ou encore un événement encore prégnant dans toutes les mémoires, la conjuration de Catilina33.

29La construction d’un dispositif spectaculaire impie n’est en effet pas propre aux étrangers. Il est notamment utilisé, dans le cadre du récit livien, pour peindre le portrait d’un anti-modèle. Ainsi, au livre XXXIX, 43, 4, alors que le consul Lucius Quinctius offre en guise de libation une victime humaine, le rite est doublement perverti : un homme prend la place de la nourriture destinée à être offerte aux dieux, et le public qui assiste au sacrifice est une courtisane :

Facinus siue eo modo quo censor obiecit siue ut Valerius tradit commissum est saeuum atque atrox, inter pocula atque epulas, ubi libare dis dapes, ubi bene precari mos esset, ad spectaculum scorti procacis in sinu consulis recubantis mactatam humanam uictimam esse et cruore mensam respersam.

« Qu’il ait été commis de la façon que lui reprocha le censeur, ou comme le racontait Valérius, l’acte fut cruel et abominable : au milieu des coupes et des mets, là où la coutume est d’offrir de la nourriture en libation aux dieux et d’échanger des vœux, pour servir de spectacle à une créature vénale et effrontée, couchée entre les bras du consul, on immola une victime humaine et son sang éclaboussa la table. » (Liv. XXXIX, 43, 4)

30Caton s’empresse de rayer Lucius Quinctius de l’abum sénatorial, mais la question est posée : si l’identité romaine est caractérisée par le respect du rite et de sa permanence, le consul peut-il encore être considéré comme romain ? Comment se garder d’une barbarie qui peut naître au sein même de la collectivité romaine ? L’historiographie devient ici le lieu de questionnement de la construction des identités et des collectivités après les ravages causés par un siècle de guerres civiles. L’épisode des Bacchanales est particulièrement emblématique de ce type d’interrogations.

  • 34 Liv. XXXIX, 13, 14.
  • 35 Pailler, 1988, p. 196.

31En 186 av. J.-C., alors que Rome, victorieuse sur Carthage, étend sa domination sur le monde méditerranéen, une crise intérieure naît avec l’apparition d’un « autre peuple dans Rome », alterum iam prope populum34, qui semble concurrencer les valeurs établies de la société romaine de transparence rationnelle et d’encadrement, d’autorité familiale, mais aussi de hiérarchie politico-militaire, avec l’instauration de serments concurrents35. Le déroulement des rites des Bacchanales est décrit comme un déchaînement sonore et visuel incompréhensible pour les non-initiés, en plein cœur de Rome :

Vt quisque introductus sit, uelut uictimam tradi sacerdotibus ; eos deducere in locum, qui circumsonet ululatibus cantuque symphoniae et cymbalorum et tympanorum pulsu, ne uox quiritantis, cum per uim stuprum inferatur exaudiri possit.

« Quiconque avait été introduit était livré comme une victime aux prêtres. Ceux-ci le conduisaient en un lieu qui résonnait alentour de hurlements, du concert des chants, du battement des cymbales et des tambourins pour qu’on ne pût entendre les appels à l’aide de celui que l’on violentait. » (Liv. XXXIX, 10, 7)

Viros uelut mente capta cum iactatione fanatica corporis uaticinari, matronas Baccharum habitu crinibus sparsis cum ardentibus facibus decurrere ad Tiberim demissasque in aquam faces, quia uiuum sulpur cum calce insit, integra flamma efferre.

« Les hommes, comme en proie au délire, lançaient des prophéties, dans des contorsions frénétiques, les matrones, en tenue de bacchantes, cheveux au vent, couraient au Tibre en brandissant des torches enflammées, et, plongeant ces torches dans l’eau, les relevaient brillant d’une flamme intacte parce qu’il y avait dedans un mélange de soufre vif et de chaux. » (Liv. XXXIX, 13, 12)

Bacchanalia tota iam pridem Italia et nunc per Vrbem etiam multis locis esse non fama solum accepisse uos, sed crepitibus etiam ululatibusque nocturnis, qui personant tota Vrbe certum habeo, ceterum quae ea res sit ignorare.

« Qu’il existe des Bacchanales depuis longtemps dans toute l’Italie et même maintenant en plusieurs points de Rome, je sais bien que vous l’avez appris non seulement par ouï-dire, mais également par les roulements, les hurlements qui, la nuit, résonnent par toute la ville, mais, pour le reste, vous ignorez de quoi il s’agit. » (Liv. XXXIX, 15, 6)

  • 36 Pailler, 2005.
  • 37 La lecture livienne est renforcée par des choix de composition. Voir Pailler, 1988, p. 386-398.
  • 38 Pailler, 1988, p. 523- 596 ; Néraudau, 1979.

32La secte des Bacchanales menace-t-elle réellement l’assise du pouvoir romain ? Il est permis d’en douter. L’affaire se nourrit davantage de fantasmes que d’une réelle remise en cause de l’ordre établi ou même d’une présence orientale36. Néanmoins, dans la tradition historiographique, en particulier livienne37, elle apparaît comme le lieu, au sein même de l’espace romain, de l’accomplissement de rites concurrents comme la cérémonie du serment ou sacramentum, alors que celui-ci est au principe même de la constitution de la société romaine, puisqu’il est normalement réservé au jeune Romain au moment de son recrutement dans l’armée38.

  • 39 Estienne, 1998.
  • 40 Freyburger, 1977.

33Le spectacle du rite peut également être l’occasion de s’interroger sur la possible subversion du rituel par un général romain. En effet, comme le remarque Sylvia Estienne, « un des aspects signifiants dans l’étude des rites est celui du rôle des autorités qui les produisent, en contrôlent le déroulement et les légitiment, aspect qui n’est pas sans importance dans une société aussi hiérarchisée que la société romaine. Aussi l’analyse des rites en contexte permet-elle à l’historien de mieux cerner non seulement comment s’élaborent les rituels, mais aussi quels enjeux stratégiques, politiques et sociaux ils peuvent traduire39. » Tite-Live ne s’interroge jamais – ou très rarement – explicitement sur les motivations qui poussent à mettre en œuvre tel ou tel rituel. Il souligne néanmoins combien l’accomplissement des rites permet de mettre en avant la figure d’un homme public. Ainsi, au livre VIII, les supplications d’action de grâces40 se déroulent dans un contexte particulier. Le maître de cavalerie, Quintus Fabius, qui a désobéi à la consigne du dictateur Papirius Cursor de ne pas chercher l’affrontement avec les Samnites, est cité au tribunal. Le père de Fabius en appelle au peuple et rappelle dans un discours rapporté au style indirect les récompenses qui attendent un général vainqueur. Il propose alors la description d’une cité en liesse, célébrant les rites accompagnant la victoire, et crée à cet effet un dispositif visuel et olfactif, le spectacle du sacrifice et la fumée s’élevant des autels, au centre duquel il place le maître de cavalerie :

Quam conueniens esse propter Q. Fabium ciuitatem in laetitia, uictoria, supplicationibus ac gratulationibus esse, eum propter quem deum delubra pateant, arae sacrificiis fument, honore donis cumulentur, nudatum uirgis lacerari in conspectu populi Romani, intuentem Capitolium atque arcem deosque ab se duobus proeliis haud frustra aducatos !

« Comme il serait logique que, tandis que la cité, grâce à Q. Fabius, était tout à la joie, à la victoire, aux prières publiques et aux actions de grâce, l’homme grâce à qui les sanctuaires des dieux étaient largement ouverts, grâce à qui la fumée des sacrifices s’élevait d’autels tout couverts d’offrandes honorifiques, celui-là, dépouillé de ses vêtements, fût frappé de verges sous les yeux du peuple romain, regardant le Capitole, la citadelle et les dieux qu’il n’avait pas invoqués en vain au cours des deux combats. » (Liv. VIII, 33, 20-21)

34Élément d’une stratégie rhétorique et politique, le spectacle du rite peut aussi faire l’objet d’une mise en scène grandiose qui sert à la fois la gloire du pouvoir romain et celle d’un de ses généraux. En 204 av. J.-C., Scipion effectue un sacrifice devant ses troupes rassemblées à Lilybée, en Sicile, avant la traversée vers l’Afrique. Habile dans l’art de manier les foules, Scipion fabrique un double dispositif spectaculaire. Il oriente d’abord le regard des habitants de Lilybée et des délégations de Sicile vers la flotte romaine. Il offre également, en même temps, à ses troupes la vision depuis la mer des spectateurs restés à terre. Cette double configuration permet de souligner l’importance symbolique de la traversée en Afrique pour vaincre Hannibal sur son propre terrain. Elle suggère aussi, à travers la rencontre de deux types de regards différents, celui, mêlé d’admiration et de curiosité, que les Siciliens jettent sur les navires, et celui, presque surpris, que les marins romains portent sur leurs alliés massés sur le rivage, la complexité des rapports d’altérité et la manipulation dont ils peuvent faire l’objet. Scipion propose à ses troupes le spectacle de ses clients et de la cohors du préteur de la province, mettant en scène le fonctionnement de l’imperium Romanum sur un territoire conquis :

Concurrerat ad spectaculum in portum omnis turba non habitantium modo Lilybaei, sed legationum omnium ex Sicilia quae et ad prosequendum Scipionem officii causa conuenerant et praetorem prouinciae M. Pomponium secutae fuerant. Ad hoc legiones quae in Sicilia relinquebantur ad prosequendos commilitones processerant. Nec classis modo prospectantibus e terra, sed terra etiam omnis circa referta turba spectaculo nauigantibus erat.

« Pour assister à ce spectacle, était accourue vers le port une foule mêlée, formée des habitants de Lilybée mais aussi de toutes les délégations de Sicile, rassemblées pour rendre leurs devoirs à Scipion en lui faisant cortège, ou venues dans la suite du préteur de la province, Marcus Pomponius. En outre, les légionnaires qu’on laissait en Sicile s’étaient avancés pour accompagner leurs camarades. Et au spectacle offert par la flotte à ceux qui la contemplaient du rivage s’ajoutait, pour ceux qui appareillaient, celui de tout le rivage alentour, rempli de monde. » (Liv. XXIX, 26,7-8)

  • 41 Comme l’a bien montré John Scheid au cours de son séminaire de l’année 2012-2013 au collège de Fran (...)

35Il nous semble par conséquent que le texte livien ne se contente pas de reporter ou d’asseoir la narration traditionnelle des rites officiels, paradigme de référence. Tite-Live ne propose pas seulement, à travers la narration de processions chargées de rétablir la fides perdue ou, à l’inverse, de dispositifs pervertis renvoyant à la « barbarie » de ses acteurs, une représentation normée du rite où le regard et l’action de chacun seraient contrôlés, canalisés, tandis que les émotions personnelles y seraient gommées41. Au cours de cette étude apparaît en effet un autre type de représentation, où le spectacle du rite peut parfois être subverti en vue de mettre en avant les hauts faits d’un grand homme. La participation au dispositif rituel se double alors d’une manipulation des signes au service d’une stratégie politique plus personnelle.

36Le spectacle du rite, chez Tite-Live, met ainsi en scène des groupes sociaux, acteurs directs ou indirects, c’est-à-dire adressant, par leur présence compacte, massive, un message aux dieux et aux hommes. Il permet au public de se réapproprier l’espace et le temps circulaire de la tradition, suivant la répétition d’un ordonnancement dicté par les élites qui mobilisent avec souplesse tous les types de cérémonies. Se constitue ainsi, à travers les descriptions des cérémonies rituelles, une cohésion de la cité qui repose sur l’intégration de tous ses groupes sociaux, de la jeunesse aux matrones, et sur un ancrage spatio-temporel qui réaffirme l’identité romaine. L’ouvrage livien se situe ainsi pleinement dans le contexte intellectuel de la fin de la République et du début de l’empire, marqué par la volonté de se réapproprier un sentiment d’unité après la division créée par les guerres civiles et les bouleversements géopolitiques majeurs qui accompagnent le passage d’une cité-État à un Empire. Le spectacle des rites accomplis au cours de l’histoire romaine semble répondre à la nostalgie cicéronienne qui perce lorsque l’orateur, dans ses Academica, félicite Varron d’avoir rendu aux habitants de Rome leur cité, en leur donnant les noms et l’histoire de ses éléments :

Nam nos in nostra urbe peregrinantis errantisque tamquam hospites tui libri quasi domum deduxerunt.

« Étrangers dans notre ville, nous errions comme des voyageurs, quand tes livres nous ont pour ainsi dire ramenés chez nous. » (Cicéron, Academica, I, 3, 9)

37Le texte livien reflète la même ambition : il réactive pour son public le sens des rites et lui propose de participer à leur spectacle. L’Ab Vrbe condita n’est pas, toutefois, un texte d’antiquaire. Il ne se contente pas de représenter les cérémonies mais utilise la dimension spectaculaire, dans le cadre du récit de la conquête romaine, pour mettre en avant la nécessaire cohésion de la communauté romaine, l’irrémédiable étrangeté des autres peuples, mais aussi la subversion du rite au service de la cité.

Haut de page

Bibliographie

Les textes et les traductions sont issus de la Collection des Universités de France, à l’exception de ceux du livre XXII de l’Ab Vrbe condita, pour lesquels nous proposons notre propre traduction.

Achard, G., 1981, Pratique rhétorique et idéologie politique dans les discours « optimates » de Cicéron, Mnemosyne, 68, Leyde, Brill.

Baroin, C., 2010, Se souvenir à Rome. Formes, représentations et pratiques de la mémoire, Paris, Belin (L’Antiquité au présent).

Bloch, R., 1963, Les prodiges dans l’Antiquité classique (Grèce, Étrurie, Rome), Paris.

Briquel, D., 1981, Des propositions nouvelles sur le rituel d’ensevelissement de Grecs et de Gaulois au Forum Boarium, REL, 59, p. 30-37.

Cassin, B., 1997, Procédures sophistiques pour dire l’évidence, dans C. Lévy et L. Pernot, Dire l’évidence (Philosophie et rhétorique antiques), Cahiers de philosophie de l’Université de Paris XII-Val de Marne, n°2, Paris, p. 15-29.

Chaniotis, A., 2006, Rituals between Norms and Emotions : Rituals as Shared Experience and Memory, dans E. Stavrianopoulou (éd.), Ritual and Communication in the Graeco-Roman World, Kernos, suppl. 16, p. 211-238.

Chaniotis, A., 2011, Introduction, dans A. Chaniotis (éd.), Ritual Dynamics in the Ancient Mediterranean. Agency, Emotion, Gender, Representation, Habes 49, Franz Steiner Verlag, Stuttgart, p. 9-16.

Chaniotis, A., 2013, Approaching emotions in Greek and Roman history and culture: introduction, dans A. Chaniotis et P. Ducrey (éd.), Unveiling Emotions II, Emotions in Greece and Rome : Texts, Images, Material Culture, Habes 55, Franz Steiner Verlag, Stuttgart, p. 9-14.

Champeaux, J., 1987, Fortuna. Recherches sur le culte de la Fortune à Rome et dans le monde romain archaïque des origines à la mort de César. II. Les transformations de Fortuna sous la République, 64, Publications de l’École Française de Rome, Rome.

Champeaux, J., 1996, Pontifes, haruspices et décemvirs : l’expiation des prodiges de 207, REL, 74, p. 67-91.

Dumézil, G., 1969, Idées romaines, Paris.

Estienne, S., 1998, Vie et mort d’un rituel romain. Le lectisterne, Hypothèses, 1, p. 15-21.

Feldherr, A., 1998, Spectacle and society in Livy’s History, Berkeley.

François, P., 2013, L’entrelacement du narratif et du descriptif dans le récit historique, dans M. Briand (éd.), La trame et le tableau, Rennes, PUR, p. 115-138 (La Licorne 101).

Freyburger, G., 1977, La supplication d’action de grâces dans la religion romaine archaïque, Latomus, 36, p. 283-314.

Galinsky, K., 1996, Augustan Culture : an Interpretive Introduction, Princeton.

Grand-Clément, A., 2011, La fabrique des couleurs. Histoire du paysage sensible des Grecs anciens (viiie- début du ve siècle av. n. è.), Paris.

Guilhembert, J.-P., 2016, Domus et monumenta : la résidence urbaine et ses pouvoirs de mémoire, dans St. Benoist, A. Daguet-Gagey et Ch. Hoët-van Cauwenberghe, Une mémoire en actes : espaces, figures et discours dans le monde romain, Presses Universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Asq.

Guittard, C., 2008, L’arrivée de Cybèle à Rome. Élaboration du thème, de Tite-Live à l’empereur Julien, dans D. Auger (éd.), Culture classique et christianisme, p. 191-200.

Inglebert, H., 2002, Citoyenneté romaine, romanités et identités romaines sous l’empire, dans H. Inglebert (éd.), Idéologies et valeurs civiques dans le monde romain. Hommage à Claude Lepelley, p. 241-260.

Jaeger, M., 1997, Livy’s written Rome, Ann Arbor.

Néraudau, J.-P., 1976, L’exploit de Titus Manlius Torquatus (Tite-Live VII, 9, 6-10) (réflexion sur la « iuuentus » archaïque chez Tite-Live), dans L’Italie préromaine et la Rome républicaine. I. Mélanges offerts à Jacques Heurgon, Rome, p. 685-694 (Publications de l’École Française de Rome 27).

Néraudau, J.-P., 1979, La Jeunesse dans la littérature et les institutions de la Rome républicaine, Paris.

Rambaud, M., 1953, L’Art de la déformation historique dans les commentaires de César, Paris.

Royo, M. et Gruet, B., 2008, Décrire Rome : fragment et totalité, la ville ancienne au risque du paysage, dans Roma illustrata : représentations de la ville, Caen, p. 377-392.

Mineo, B., 2013, Tite-Live et la politique apollinienne d’Auguste, DHA, supplément 8, Besançon, p. 39-64.

Pailler, J.-M., 1988, Bacchanalia. La répression de 186 av. J.-C. à Rome et en Italie : vestiges, images, tradition, Rome (BEFAR 270).

Pailler, J.-M., 1995, Marginales et exemplaires. Remarques sur quelques aspects du rôle religieux des femmes dans la Rome républicaine, Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, p. 41-60.

Pailler, J.-M., 2005, Les Bacchanales : du scandale domestique à l’affaire d’État et au modèle pour les temps à venir (Rome, 186 av. J.-C.), Politix, 71, 3, p. 39-59.

Saulnier, C., 1981, La coniuratio clandestina : une interprétation livienne de traditions campanienne et samnite, REL, 59, p. 102-120.

Scheid, J., 1995, Graeco Ritu : A Typically Roman Way of Honoring the Gods, HSCPh, 97, Greece in Rome: Influence, Integration, Resistance, p. 15-31.

Scheid, J., 2014, Livy and Religion, dans B. Mineo (éd.), A Companion to Livy, Oxford, p. 78-89.

Scullard, H.H., 1981, Festivals and Ceremonies of the Roman Republic, Londres.

Sordi, M., 1976, Il giuramento della ‘legio linteata’ e la guerra sociale, Guerra e diritto nel mondo romano, CISA, 4, p.160-168.

Trinquier, J., 2006, Quid de pratorum uiriditate… plura dicam ? (Cicéron, De senectute, 57) : les couleurs du paysage dans la littérature latine de Lucrèce à l’époque flavienne, dans A. Rouveret, S. Dubel et V. Naas (éd.), Couleurs et matières dans l’Antiquité, Textes, techniques et pratiques, Paris, p. 213-259.

Webb, R., 2009, Ekphrasis, Imagination and Persuasion in Ancient Rhetorical Theory and Practice, Farnham.

Woodman, A. J., 1988, Rhetoric in Classical Historiography. Four Studies, Londres.

Zanker, P., 1987, Augustus und die Macht der Bilder, Munich.

Zanker, P., 1991, Immagini e valori collettivi, A. Schiavone (éd.), Storia di Roma, II, 2, Turin, p.193-220.

Zanker, P., 2000, Il mondo delle immagini e la comunicazione, dans A. Giardina (éd.), Storia di Roma dall’antichità ad oggi. Roma antica, Bari, p. 211-245.

Haut de page

Notes

1 Scheid, 2014, p. 80.

2 Jaeger, 1997.

3 Voir Zanker, 1987 et Galinsky, 1996. Ces images ne sont toutefois pas imposées uniquement par le pouvoir en place mais le donnent à voir, en étant prises en charge par les élites et les citoyens de l’empire dont elles permettent la participation à la vie collective. Voir Zanker, 1991, p. 193-220 et 2000, p. 211-245.

4 Baroin, 2010, p. 224.

5 Cic., De Off., I, 139 et Baroin, 2010, p. 218-230.

6 Royo et Gruet, 2008, p. 387-388.

7 L’édification de demeures privées pouvait toutefois s’inscrire dans des complexes associant édifice public et résidence personnelle. Il est ainsi possible que la domus de Cicéron ait été adossée à un porticus qu’il aurait restauré lors de son consulat. Voir Guilhembert, 2016.

8 Chaniotis, 2006, p. 211-238 ; 2011, p. 9-16 ; 2013, p. 9-14.

9 Assmann, 2002.

10 Néraudau, 1976.

11 Bloch, 1963.

12 François, 2013, p. 135.

13 Woodman, 1988. Voir Cicéron, Ad Familiares, V, 12, 2-5.

14 Cassin, 1997, p. 20.

15 « Plutôt que de représenter une réalité concrète et précise, l’enargeia fait appel aux images conservées dans la mémoire de l’auditeur. », Cassin, 1997, p. 236. Voir Augustin, De Trinitate, VIII, 6, 9.

16 Webb, 2009, p. 193-195. Voir Rhétorique à Hérennius, IV, 68.

17 Trinquier, 2006 ; Grand-Clément, 2011.

18 Grand-Clément, 2011.

19 Liv., XLV, 35, 3.

20 Mineo, 2013.

21 Liv. XXVII, 37, 5.

22 Liv. XXVII, 40, 7.

23 Inglebert, 2002.

24 Pensons également au rôle des femmes dans l’épisode de Coriolan ou pendant la prise de Rome par les Gaulois. Voir Pailler, 1995.

25 Ibid.

26 Lucrèce, De natura rerum, II, 598-639 ; Catulle, Poésies, LXIII ; Virgile, Géorgiques, IV, 150-152 ; Ovide, Fastes, IV, 207-214.

27 Briquel, 1981.

28 Feldherr, 1998.

29 Scullard, 1981.

30 Pour reprendre le mot de Rambaud, 1953.

31 Sur la grauitas, voir Dumézil, 1969 ; sur les emplois cicéroniens du terme, Achard, 1981.

32 Seul le ritus Graecus échappe à cette condamnation, puisqu’il n’est pas d’une nature différente du rite romain. Voir Scheid, 1995.

33 Saulnier, 1981 ; Sordi, 1976.

34 Liv. XXXIX, 13, 14.

35 Pailler, 1988, p. 196.

36 Pailler, 2005.

37 La lecture livienne est renforcée par des choix de composition. Voir Pailler, 1988, p. 386-398.

38 Pailler, 1988, p. 523- 596 ; Néraudau, 1979.

39 Estienne, 1998.

40 Freyburger, 1977.

41 Comme l’a bien montré John Scheid au cours de son séminaire de l’année 2012-2013 au collège de France. Voir également Scheid, 2015, p. 83-86.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marine Miquel, « De l’usage politique et social du rituel à Rome : le spectacle des rites dans l’Ab Vrbe condita de Tite-Live », Pallas, 107 | 2018, 135-151.

Référence électronique

Marine Miquel, « De l’usage politique et social du rituel à Rome : le spectacle des rites dans l’Ab Vrbe condita de Tite-Live », Pallas [En ligne], 107 | 2018, mis en ligne le 31 mai 2019, consulté le 22 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/pallas/9019 ; DOI : 10.4000/pallas.9019

Haut de page

Auteur

Marine Miquel

ATER à l’Université Rennes 2
Doctorante en Langues et littératures anciennes
Université Paris-Nanterre
ArScAn-THEMAM (UMR 7041)
marine.miquel[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals