Navigation – Plan du site
Au spectacle de la religion. Engagements individuels et constructions de communautés
Miscellanées

Les contacts corporels dans l’iconographie égyptienne

Body Contacts in Egyptian Iconography
Dominique Farout
p. 253-264

Résumés

Pendant près de quatre millénaires, l’iconographie égyptienne a constamment évolué, développant des thèmes, des gestes et des postures sur tous types de supports. La lecture de cet art est complexe, tant par la diversité des œuvres que par les codifications qui les régissent. Cet article propose une courte synthèse des principales attitudes exprimant des liens corporels, leur signification hiéroglyphique, ainsi que leur impact sur notre connaissance de cette civilisation.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’art de l’Égypte pharaonique semble composé des mêmes images qui se répètent pendant près de quatre millénaires, mais il connaît une longue évolution. En effet, les costumes et les thèmes changent avec le temps et sont caractéristiques de différentes périodes. De fait, les attitudes des personnages sont très variées malgré une impression générale d’uniformité qui est trompeuse. Elles sont précisément codifiées, cependant nous ne comprenons pas toujours la signification dont elles sont porteuses, bien que l’égyptologie fasse actuellement des progrès considérables sur ce sujet.

Perspective et aspective

  • 1 Pour un développement de ces questions, voir Brunner-Traut, 1963 ; 1975, col. 474-488 ; Farout, 200 (...)

2Avant d’aborder le sujet, il est indispensable de poser la question cruciale des conventions de l’art pharaonique. L’image égyptienne est conçue selon une pensée aspective qui implique la multiplicité des plans. Elle consiste à représenter les différents éléments constitutifs du sujet sans tenir compte d’un cadre spatiotemporel unique, en les additionnant en tenant compte des trois concepts suivants. L’organisation hiérarchique implique que l’importance des éléments soit proportionnelle à leur taille et leur emplacement respectifs. L’organisation harmonique implique que les éléments soient assemblés de façon à obtenir un résultat équilibré et esthétique, même si cela perturbe l’ordre chronologique qui n’est suivi que s’il ne contredit pas les deux notions précédentes. Ainsi, l’image égyptienne exprime une définition du sujet selon une conception hiéroglyphique. Cela n’a rien à voir avec celle qu’enregistre un appareil photographique qui capture l’instant selon les règles de la perspective. Cette perspective fige le sujet selon le lieu unique d’où il a été vu en un moment unique. La figure est donc représentée déformée par le regard de l’observateur implicite auquel elle réagit, principalement en fonction des lignes de fuite qui suivent la direction du regard de cet observateur1.

1. Violence et soumission

1.1. Les premiers contacts : violence et pouvoir

  • 2 Hendrickx et Eyckerman, 2012, p. 23-72.
  • 3 Brovarski, 2005, p. 1-28 ; Hendrickx et Eyckerman, 2012, p. 23-72.

3En Égypte, les premières représentations de contacts remontent au moins à l’époque de Nagada I, au cours de la première moitié du IVe millénaire. Il s’agit principalement de scènes constituées de figures schématisées avec, semble-t-il, la volonté de leur auteur d’exprimer des qualités associées aux sujets et non simplement les sujets pour eux-mêmes. Dès cette époque, elles évoquent le pouvoir et la victoire, la soumission de l’autre. À partir de Nagada II, au milieu du IVe millénaire, ces thèmes se développent et se mêlent à une iconographie liée à l’au-delà2. Dans cette logique, la fin de Nagada II voit des innovations figuratives qui reflètent la prise du pouvoir et son extension extrêmement violente par l’élite hiérakonpolitaine à l’origine de la « dynastie zéro » et de la civilisation pharaonique3.

1.2. Entrainements et combats

  • 4 Louvre E 11517, manche en ivoire, lame « ripple-flakes » en silex, L. 25,5 cm ; provenance nécropol (...)
  • 5 Tombe 2, Amenemhat, Newberry, 1893a (pl. XIV-XVI) ; tombe 4, Khnoumhotep IV, Newberry, 1893a (pl. X (...)
  • 6 Dorn, 2011, n° 30, p. 230, pl. 34-35, n° 32, p. 231, pl. 38-39.
  • 7 Montet, 1925, p. 81-83 ; Newberry, 1893b (pl. IV, XXIX).
  • 8 Newberry, 1893a (pl. XLVII) ; 1893b (pl. XV).
  • 9 Par exemple, dans le temple de Ramsès II à Abydos (bataille de Qadech). Iskander et Goelet, 2015 (p (...)
  • 10 Par exemple, dans le temple de Ramsès III à Médinet Habou (bataille contre les peuples de la mer). (...)
  • 11 TT85 (18.6-7). Urk. IV, 892, 2-4.
  • 12 Bietak, 2012, p. 32-33.

4Une des plus anciennes représentations de bataille rangée se trouve sur la face plane du manche du couteau du Gebel el-Araq4 qui date de Nagada IID, de la fin du xxxive siècle ou du début du xxxiiie siècle av. J.-C., juste avant l’invention de l’écriture. Sur les deux registres supérieurs, des hommes aux cheveux courts se battent avec des hommes aux cheveux longs. Si les scènes de combats existent depuis le milieu du quatrième millénaire, la plus ancienne scène d’entraînement qu’on connaisse remonte à la Ve dynastie, vers 2500 avant J.-C. Elle concerne les soldats du roi Sahourê (5.2) dans son complexe funéraire à Abousir. Les registres sont organisés de haut en bas, des contacts les plus indirects et les plus contondants vers l’action la moins violente. Dans les scènes de tir à l’arc et de bâton égyptien, le maître pose les mains sur le soldat pour corriger son attitude. Dans la scène de lutte, il est représenté à gauche, dans l’attitude de salutation en direction du roi qui siégeait à l’ouest. Il est très difficile d’analyser les prises des lutteurs car elles ne sont pas réalistes, une figure pouvant exprimer plusieurs étapes d’une même joute et de façon hiéroglyphique. C’est à dire que les éléments constitutifs de l’image peuvent non seulement avoir une valeur idéographique, mais aussi phonétique à la manière d’un rébus. On retrouve sur les parois des tombes de l’élite des scènes comparables d’entraînement associées à des représentations guerrières et des bagarres. Les plus célèbres sont celles de la nécropole des gouverneurs de Béni Hassan5, datant du Moyen Empire, des xxie-xviiie siècles avant notre ère. Les exemples les plus vivants se trouvent sur les ostraca figurés du Nouvel Empire6. Dans le même ordre d’idées, les joutes nautiques où des mariniers se querellent à mains nues ou avec leur gaffe sont des thèmes fréquents dans les tombeaux de l’Ancien Empire et du Moyen Empire7. Dans les scènes de bataille, les Égyptiens touchent souvent de la main ou avec une arme8, le corps ou les membres de ceux qui ont été tués, peut-être pour s’assurer de leur mort ? Trancher les mains9 ou les phallus10 des ennemis abattus pour les compter est un sujet récurrent de l’iconographie et de la littérature (fig. 1). Par exemple, Amenemheb11 raconte dans son autobiographie : « C’est en présence du roi que j’ai fait des prises. J’en ai rapporté une main et il m’a donné l’or de la récompense ». L’archéologie a confirmé l’existence de cette pratique12.

Fig. 1. Temple de millions d’années de Ramsès II à Abydos. Les soldats de l’armée égyptienne tranchent les mains des ennemis qu’ils tuent.

Fig. 1. Temple de millions d’années de Ramsès II à Abydos. Les soldats de l’armée égyptienne tranchent les mains des ennemis qu’ils tuent.

© D. Farout.

1.3. Le roi victorieux

  • 13 Étienne, 2000 (Cat 16) ; Laboury, 2010, p. 98.
  • 14 Gautier, 1993, fig. 6, p. 42 ; Tallet, 2015, fig. 41, p. 65.
  • 15 Palette de Narmer, Étiquette de Narmer, Dreyer et Polz, 2007, fig. 302 b, p. 215.
  • 16 Oxford AM 1896-1908 E.3915, Tallet, 2015, fig. 53, p. 70.
  • 17 La tablette Mac Gregor, Londres BM EA 55586. Tallet, 2015, fig. 49, p. 69.
  • 18 Ibid., pl. I, no 2.
  • 19 Ibid., pl. I, no 1 ; Tallet, 2012, doc. 4, p. 25-26, pl. p. 5-7.
  • 20 Ibid., pl. II, no 5, pl. IV, no 6.
  • 21 Ibid., pl. II, no 7, pl. III, no 7.
  • 22 Ibid., pl. V, no 8.
  • 23 Labrousse, Lauer et Leclant, 1977, fig. 65, p. 89-90.
  • 24 Farout, 2014, p. 31-42.
  • 25 Par exemple, Toutânkhamon (18.12), Desroches-Noblecourt, 1963, p. 202 ; Ramsès II (19.3) à Karnak, (...)
  • 26 Séthi Ier (19.2) à Qasr Ibrim, Farout, 2005, p. 41-46.
  • 27 Toutânkhamon (18.12), Desroches-Noblecourt, 1963, p. 79.
  • 28 Caire CG 42152, époque ramesside, Vandier, 1958, pl. CXXXII, 1, 3.
  • 29 Freed, Markowitz et D’Auria, 1999, fig. 59 p. 88, fig. 110-112 p. 238.

5Du xxxive siècle au xxviie siècle, les représentations de contacts physiques avec le roi sont essentiellement violentes, exprimant la soumission de l’ennemi ou son anéantissement. Pendant toute l’époque pharaonique, la représentation canonique du roi victorieux est celle où il tient l’ennemi par les cheveux, seul ou en grappe13 pour le frapper de la massue. On trouve cette attitude dès la tombe 100 de Hiérakonpolis14, mais le plus ancien exemple royal avéré du genre remonte au règne de Narmer (1.1), vers 3100 avant J.-C. Sur plusieurs supports, le roi saisit son ennemi par les cheveux et lève l’autre bras armé d’une massue blanche afin de lui fracasser le crâne15. Il peut aussi brandir d’autres armes. Sur un sceau cylindre de l’Ashmolean Museum, Narmer, représenté par le silure qui écrit son nom (« Silure douloureux ») frappe, avec un bâton qu’il tient des deux mains, sept ennemis agenouillés devant lui16. Dès le règne de Den (1.5), on voit que le roi peut tenir un bâton de la même main que les cheveux de l’ennemi vaincu et une massue dans l’autre main17. Or, une massue et un bâton, c’est trop pour être efficace. En fait, ce bâton est le signe phonétique servant à écrire mdw « parole » qui confère au roi la capacité à s’exprimer impérieusement. Cet attribut se retrouve régulièrement dans ce contexte pendant toute l’époque pharaonique (Djéser18 (3.1), Sékhemkhet19 (3.2), Snéfrou20 (4.1), Khéops21 (4.2) ou Sahourê22 (5.2) au Wadi Maghara, dans le Sinaï, Ounas23 (5.9) dans son complexe funéraire à Saqqara, etc.). Le roi l’arbore dans toutes les scènes importantes. Il attribue les mêmes capacités à Moïse dans l’Exode24. Le roi peut aussi tenir un arc signifiant « force potentiellement dangereuse et ennemie » de la même main que les cheveux du vaincu qu’il consacre avec son arme. On montre ainsi la nature de l’ennemi qu’il maîtrise. Pour le frapper, il brandit un bâton, une massue, une hache ou un sabre-hache25. À partir de la XIXe dynastie, il peut aussi transpercer l’ennemi d’une lance26. L’ennemi peut être représenté par un animal dangereux, le lion est un symbole privilégié27. Ce thème est parfois transposé en trois dimensions. Par exemple, le roi debout, arme à la main, tient par les cheveux son ennemi aux bras ligotés28. À l’époque amarnienne, la grande épouse royale peut être représentée massacrant les ennemis alors que ce thème est normalement réservé au roi29.

  • 30 Palette de Narmer (Caire CG 14716), Palette au Taureau (Louvre E 11255). Tallet, 2015, fig. 58e, p. (...)
  • 31 Palette aux Vautours (Londres BM 20791 – Oxford AM 1892.11.71 – collection privée), Étienne, 1999, (...)
  • 32 Sahourê (5.2) dans son complexe funéraire d’Abousir, Borchardt, 1913, pl. 8. Char de Toutânkhamon, (...)

6On constate que si cette maîtrise est exprimée par les mains, elle l’est aussi par le contact des pieds sur l’ennemi. Le roi guerrier qui piétine les vaincus se manifeste généralement en animal puissant et dangereux, réel (taureau30, lion31) ou fantastique (griffon32). Ce thème qui dévoile ses capacités divines perdure pendant toute l’époque pharaonique tant dans l’iconographie que dans la littérature.

1.4. La soumission lors de l’audience

  • 33 Junker, 1941, fig. 18 p. 77. Pour un exemple du Moyen Empire, voir Newberry, 1893a, pl. XXX, en bas (...)
  • 34 Tombeau de Ti (ve dynastie), Wilkinson, 1994, fig. 151, p. 208.
  • 35 Newberry, 1893a, pl. XIII ; 1893b, pl. VII.
  • 36 Newberry, 1893b, pl. VII ; Étienne, 2000, fig. 5a.

7Les scènes du tribunal de la fondation funéraire lors du contrôle comptable sont caractéristiques des parois des tombes de l’Ancien et du Moyen Empire. Les gérants y sont représentés dans une attitude de soumission. Des policiers de la fondation posent sur eux une ou deux mains, leur imposant de se courber33 ou de s’allonger devant le conseil d’administration. Dans le tombeau de Ti, un vieil homme est à la fois rabaissé et soutenu par deux policiers34. Ils sont reconnaissables au bâton qui est glissé sous leur aisselle. Il arrive qu’ils le brandissent au-dessus du prévenu ou le posent sur ce dernier35. Ces bâtons mdw signifient qu’il s’agit d’un lieu de justice où la parole exprimée a valeur de sentence. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les policiers ne frappent pas le prévenu dont il n’est pas précisé s’il est déclaré innocent ou coupable, ni même s’il est accusé. En effet, les scènes où le coupable est frappé sont beaucoup plus explicites36.

1.5. La maîtrise de la Nature

  • 37 Le Quellec, 1995, p. 393-404.
  • 38 Newberry, 1893a, pl. XIII ; Junker, 1953, fig. 61 p. 143.
  • 39 Newberry, 1893a, pl. XI ; 1893b, pl. XVII.
  • 40 Newberry, 1893a, pl. XI.
  • 41 Junker, 1934, fig. 17, p. 149.
  • 42 Junker, 1943, fig. 14, p. 59, fig. 16 [entre les p. 63 et 64] ; Junker, 1944, fig. 31 p. 73.
  • 43 Montet, 1925, pl. XII ; Newberry, 1893a, pl. XXVII, XXX, XXXI, XXXV ; 1893b, pl. XVII, XXVIII, XXIX (...)
  • 44 Montet, 1925, fig. 19, p. 96, pl. VIII, IX, XII, XVII ; Newberry, 1893a, pl. XXX, XXXV ; 1893b, pl. (...)
  • 45 Junker, 1934, fig. 28, p. 182, fig. 30, p. 183 ; 1938, fig. 7, p. 69, fig. 8a, p. 72, fig. 8b, p. 7 (...)
  • 46 Newberry, 1893a, pl. XXX ; 1893b, pl. VII.
  • 47 Montet, 1925, pl. IX ; Newberry, 1893a, pl. XXX ; 1893b, pl. XXIIA, XXVIII.
  • 48 Junker, 1938, fig. 18 p. 139.
  • 49 Newberry, 1893a, pl. XVII, XXXV ; 1893b, pl. XV, XVII, XXX ; Montet, 1925, fig. 28, p. 163 ; Junker (...)

8Toucher l’animal de la main est un thème apparaissant très tôt sur les surfaces rupestres du Sahara central, oriental et nilotique. Ces contacts manuels concernent des antilopes, des girafes, des éléphants, des rhinocéros, des lions et même des crocodiles37. Les personnages touchent la face de l’animal, ou toute autre partie de son corps, le retiennent par la queue, ou le montent. Il existe même des représentations d’hommes en érection pratiquant un acte sexuel avec les dits animaux. Toutes ces images expriment le besoin de maîtriser le monde « sauvage ». Dans les scènes agricoles des tombeaux de l’Ancien Empire et du Moyen Empire, régulièrement, le personnage qui guide des bœufs en tient un par la queue, qu’il les mène au recensement ou au défilé d’offrandes38, qu’il conduise l’attelage au labour39 ou qu’il guide les bovins qui piétinent le grain40. On retrouve le même geste avec toutes sortes d’animaux, dont certains sont sauvages à nos yeux, comme des oryx41 ou même des hyènes42, pourtant qualifiés comme rn « animal engraissé » et présentés en offrandes au défunt. Ce geste hérité des scènes néolithiques exprime la maîtrise sur les animaux domestiqués. Sur les parois des tombes de l’Ancien Empire et du Moyen Empire, des personnages tiennent ou portent des ongulés sauvages, gazelles, bouquetins ou oryx par les cornes, les caressent, les maintiennent assis, couchés, retournés ou les nourrissent à la main43. Bien entendu, on trouve les mêmes attitudes avec des animaux domestiques44, bœufs, chèvres, ânes. Lors du convoyage des animaux d’offrandes en direction du défunt, chaque animal est mené en soulevant son museau, en tenant ses cornes, en touchant son dos ou son arrière-train45. Un jeune animal, ânon46, veau47 est souvent porté dans les bras, sur les épaules ou sur le dos pour faire avancer le troupeau ou lors des processions d’animaux d’offrandes dans les tombes48. Il arrive que les personnages posent le pied sur un animal, en particulier dans les scènes d’abattage des bovidés. Le boucher lie régulièrement les pattes de sa victime en appuyant un pied sur elle49. C’est le même signe de soumission que celui de l’iconographie du roi vainqueur vu supra.

  • 50 Gautier, 1993, fig. 9, p. 43.
  • 51 Czichon et Sievertsen, 1993, fig. 1, p. 52.
  • 52 Koenig, 1994, p. 89-90.
  • 53 Koenig, 1994, p. 88-89.
  • 54 Koenig, 1994, p. 100-112 ; Étienne, 2000, Cat 145, 203, 207 ; Gasses, 2004.

9Au sein du grand tableau de la paroi décorée de la tombe 100 de Hiérakonpolis, datant de la fin de Nagada II, un personnage debout subjugue deux lions à mains nues50. Sur le couteau du Gebel el-Araq évoqué supra, un personnage habillé comme un roi prêtre sumérien est dans la même attitude51. Sous ses pieds, deux chiens domestiqués sont affrontés. Ce thème est celui du « maître des animaux » représenté dans tout le Moyen Orient dès cette époque. En Égypte, comme en Orient, les animaux maîtrisés sont divers, réels (serpents, gazelles, fauves…) ou fabuleux (serpopards52). Au Moyen Empire, on retrouve le « maître des animaux » sur les ivoires magiques sous le nom de Âha53 « Guerrier », « Combattant », puis sur les stèles guérisseuses54 en tant que Bès, Patèque ou Horus enfant (fig. 2). Son image perdure jusqu’à la fin de l’époque pharaonique. Il s’agit toujours d’exprimer le contrôle sur les forces dangereuses de la nature.

Fig. 2. Stèle d’Horus sur les crocodiles. Collection privée.

Fig. 2. Stèle d’Horus sur les crocodiles. Collection privée.

DR.

2. Contacts bienveillants, contacts familiaux

2.1. Danses et jeux

  • 55 Montet, 1925, p. 367-368.
  • 56 Newberry, 1893a, pl. XIII ; 1893b, pl. IV, VIIIA [tombe 15], pl. XIII [tombe 17].
  • 57 Montet, 1925, p. 369-372 ; Newberry, 1893b, pl. XVI.
  • 58 Ancien Empire : Chicago OI 10639J, Vandier, 1958, pl. XL, 3-4.

10Sur les parois des tombes, on trouve des scènes de danse ‒ danseurs et danseuses acrobatiques de l’Ancien Empire55 et du Moyen Empire56, danseurs mouou ‒ et de jeux qui comportent des contacts variés que nous ne développerons pas ici57. Certains thèmes ont été transposés en trois dimensions, comme, par exemple, le jeu de devinettes : un personnage est assis à califourchon sur un autre qui, tourné en sens inverse, est à quatre pattes58.

  • 59 Cherpion, 1995, p. 33-47, pl. 2-8.

11Les images égyptiennes réunissant les membres d’une famille dans diverses attitudes sont fréquentes en deux comme en trois dimensions59.

2.2. La femme touche l’homme d’une main

  • 60 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 3, Ao ; Vienne 8019, Vandier, 1958, pl. XXVII, 3 ; Berl (...)
  • 61 Nouvel Empire : Louvre N 3566, Vandier, 1958, pl. CXXXVI, 5.
  • 62 Nouvel Empire : deux dyades d’Horemheb et son épouse, Hema, 2005, pl. 91 a et pl. 92 a-c.
  • 63 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 2, Ak ; Londres BM 14 [1181], Vandier, 1958, pl. XXVII, (...)
  • 64 Nouvel Empire : Berlin SM 2303, Vandier, 1958, pl. CXLIV, 1 ; New York MMA 15.2.1, Vandier, 1958, p (...)
  • 65 Nouvel Empire : Louvre A 128, Vandier, 1958, pl. CXLV, 4, Hema, 2005, pl. 115 a-d ; Caire CG 622, V (...)
  • 66 Nouvel Empire : Bologne KS 1817, Hema, 2005, pl. 66 a.
  • 67 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 3, Ap ; Nouvel Empire : Louvre A 61, Hema, 2005, pl. 11 (...)
  • 68 Ancien Empire : Giza 36, Vandier, 1958, pl. XXV, 1-2 ; University of California 6-19775, Vandier, 1 (...)
  • 69 Ancien Empire : Caire JE 43752, Vandier, 1958, pl. XXVI, 5 ; Caire JE 35565, Vandier, 1958, pl. XLI (...)
  • 70 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 1, Af ; Louvre N 2293, Vandier, 1958, pl. XVII, 1, 3.
  • 71 Nouvel Empire : Leyde D 76, Vandier, 1958, pl. CXLII, 2 ; Leyde AST 24, Hema, 2005, pl. 144 a-b.
  • 72 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 1, Ae ; Hildesheim 1, Vandier, 1958, pl. XXIX, 3.

12Souvent, ils sont côte à côte, à la même échelle, et la femme touche l’homme d’une main. En trois dimensions, alors qu’ils sont assis, le bras de la femme passe derrière le dos du mari60. Il peut s’agir d’un dieu et d’une déesse61. Le bras de la femme passe derrière le dos de l’homme, main à plat sur son abdomen62, sous son pectoral distal63, sur son épaule distale64. Elle peut poser la main sur l’épaule proximale de l’homme65. Elle pose la main sur la cuisse de son conjoint, touchant sa main66. On trouve des contacts similaires alors que les deux personnages sont debout. Elle passe un bras dans le dos de l’homme67, main sur son épaule distale68, main sous son pectoral69, ou sous son aisselle70. Elle peut toucher d’une main l’épaule proximale de l’homme71. On trouve les mêmes gestes, alors que l’homme est assis et la femme debout, par exemple, le bras passant derrière le dos de l’homme72.

  • 73 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 1 Ad.
  • 74 Junker, 1943, fig. 11 p. 49, fig. 13 p. 57, fig. 38a p. 123.
  • 75 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 3, Aq.
  • 76 Junker, 1938, fig. 15 p. 131.
  • 77 Junker, 1939, fig. 9 [entre les p. 36 et 37].
  • 78 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 2, Al.
  • 79 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 2, Ai.
  • 80 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 7, Ca.
  • 81 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 8, Ce.
  • 82 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 1, Aa ; Junker, 1938, fig. 14 p. 129 ; 1943, fig. 29 p. (...)
  • 83 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 1 Ab.
  • 84 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 3, Ar.
  • 85 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 11, Ej.
  • 86 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 3, An.

13Les mêmes attitudes existent en deux dimensions. Les deux personnages sont côte à côte, mais l’image de la femme est normalement rabattue derrière celle de l’homme. Les deux personnages étant assis, la femme plie son bras gauche, main posée sur la poitrine et touche la hanche proximale de l’homme de sa main droite73. Elle pose la main sur l’épaule distale74 ou sur l’épaule proximale de l’homme75. Un bras de la femme est invisible, elle pose la main sur la saignée de l’homme76 ou sur son abdomen77. En deux dimensions, les deux debout, la femme tient l’homme par le poignet78. Elle passe son bras derrière l’homme, main posée sur son abdomen79. Elle entoure par la saignée de son bras plié qu’elle ramène sur sa poitrine, le bras proximal de l’homme80 ou par la saignée de son bras plié, main vers le bas, elle entoure l’avant-bras de l’homme81. Elle pose la main sur l’épaule distale de l’homme, les deux personnages étant debout82, assis83, ou le mari assis et la femme debout84. La femme debout tient l’homme assis par le bras au niveau du biceps85 ou passe son bras derrière lui, main posée sous le pectoral distal86.

  • 87 Musée du Louvre E 12627 ; Vandier, 1958, pl. II, 1.
  • 88 Caire CG 146. Vandier, 1958, pl. XXXII, 2.
  • 89 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 10, Ea.
  • 90 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 8, Ch.
  • 91 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 10, Eb, Ec, Ei, Ek ; Junker, 1943, fig. 41 p. 131.
  • 92 Junker, 1939, fig. 8a p. 33.
  • 93 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 13, Er.
  • 94 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 11, Eg.
  • 95 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 15, Edd.
  • 96 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 15, Eff.
  • 97 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 14, Eaa.
  • 98 Desroches-Noblecourt, 1963, p. 271.
  • 99 Chaussée de Sahourê, El-Awady, 2009, pl. 13.
  • 100 Desroches-Noblecourt, 1963, p. 41, 251.
  • 101 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 15 Ecc.

14L’échelle de la femme est parfois réduite par rapport à l’homme. En trois dimensions, l’homme est assis sur un siège, la femme assise en sirène à ses pieds. Le groupe statuaire du roi Râdjédef (4.3) et son épouse, un bras entourant sa cheville87, constitue le plus ancien exemple du genre. Les statues de particuliers adoptent ce thème à partir de la fin IVe – début Ve dynastie88. En deux dimensions, la femme en sirène entoure d’un bras une jambe89 ou les deux jambes90 de l’homme assis sur un siège, aux pieds duquel elle se trouve. Ce dernier peut être debout91 en train de chasser92, et la femme retournée dans sa direction93. La femme, de petite taille, peut être debout94 et tenir l’homme au niveau du mollet95 ou des hanches96. La femme en sirène touche le genou de l’homme assis et tient sa canne médou de l’autre main97. Une variante de cette attitude est notable : le roi chasse assis et la reine à ses pieds, lui montre la direction du gibier, appuyée contre sa jambe98, en enserrant de son bras droit sa jambe gauche99, ou lui tendant des flèches100. Elle le fait alors que l’homme chasse debout101.

  • 102 Quelques exemples les plus anciens : Londres UC 14860, Sourouzian, 1998, fig. 1 p. 329 ; figurine d (...)
  • 103 Par exemple, la princesse Rédjief, Turin C 3065 (iiie dynastie), Sourouzian, 1998, fig. 37 a-b, p.  (...)
  • 104 Par exemple, pour la iiie dynastie : Louvre E 25578, Sourouzian, 1998, fig. 36 a-b, p. 345 ; Leyde (...)
  • 105 Dame d’Auxerre, Louvre Ma 3098. Martinez, 2000.
  • 106 Koré Phrasikleia, portant un bouton de lotus. Musée national d’Athènes NAM 4889.
  • 107 Koré à la grenade de l’Acropole.
  • 108 Musée des Beaux Arts de Lyon H 1993.
  • 109 Berlin SM 1800, Richter, 1929, 1970, fig. 267-268 ; Barbotin et alii, 2009, 1re de couverture.
  • 110 Koré, Acropole d’Athènes 680, Richter, 1968, pl. 122 ; Richter, 1929, 1970, pl. II.

15Dès les débuts de la statuaire égyptienne, apparaît le type de la femme au bras plié rabattu main à plat sous la poitrine, debout102 ou assise103. Aux époques anciennes, la statuaire masculine présente une attitude similaire104. On sait que l’homme mime le fait de tenir les attributs de sa fonction, impossible à rendre en ronde-bosse et en pierre, ce que montre son poing fermé. À mon avis, le type statuaire féminin correspondant, main ouverte, représente en rabattu le geste de l’épouse qui pose sa main sur son mari. Cette attitude signifierait alors « épouse » en l’absence du conjoint. Il est notable que ce type statuaire passe dans l’art grec, mais vidé de sa signification égyptienne. En effet, la statue de koré représente une jeune fille105. Puisque les Grecs ignorent la signification égyptienne de cette attitude, ils ont tendance à placer des choses dans les mains des jeunes filles, comme une fleur106, un fruit107, un oiseau108 ou son vêtement109. Cependant, les Grecs comprennent qu’il s’agit d’un rabattu et rendent un nombre notable de korai avec le bras plié avancé perpendiculairement au corps dans l’axe de frontalité110.

2.3. La femme touche l’homme des deux mains

  • 111 Nouvel Empire : Akhénaton et Nefertiti (18.10), Louvre N 831, Vandier, 1958, pl. CX, 2 ; Caire CG 7 (...)
  • 112 Nouvel Empire : Nebânensou et Imenemousekhet, Hema, 2005, pl. 79 a-d ; Caire CG 772, Hema, 2005, pl (...)
  • 113 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 6, Br.
  • 114 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 4, Bf ; Caire JE 38670, Vandier, 1958, pl. XXXVII, 6.
  • 115 Ancien Empire : Mykérinos et son épouse (4.6) Boston 11.738, Vandier, 1958, pl. V, 3.
  • 116 Nouvel Empire : Ils sont assis, on ne voit pas la main. Berlin SM 2298, Hema, 2005, pl. 36.
  • 117 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 7, Bu ; Louvre E 14399, Vandier, 1958, pl. XXVIII, 1.
  • 118 Ancien Empire : Caire CG 89, Vandier, 1958, pl. XXIV, 4 ; Louvre E 15592, Vandier, 1958, pl. XLV, 6
  • 119 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 6, Bo ; Louvre A 45, Vandier, 1958, pl. XXIX, 1 ; Caire (...)
  • 120 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 6, Bp.
  • 121 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 6, Bn ; Caire CG 95, Vandier, 1958, pl. XXX, 1.

16En trois dimensions, les deux assis, la femme soutient le coude de l’homme d’une main et passe l’autre bras derrière le dos de l’homme111, main posée sur l’épaule distale112. Les deux debout, la femme touche d’une main le biceps proximal de l’homme, l’autre bras passe derrière son dos, main posée sur l’épaule113. Les deux personnages étant debout, le bras de la femme passe derrière le dos de l’homme, main posée sur l’abdomen, de l’autre main elle touche la saignée proximale de l’homme114 ou son biceps115. La femme touche d’une main la saignée proximale de l’homme, son autre bras passe derrière le dos de ce dernier116, main posée sur l’épaule alors qu’ils sont assis117 ou debout118. L’homme est assis et la femme debout, d’une main, elle touche le biceps proximal de l’homme alors que l’autre bras passe derrière le dos, main posée sur son épaule distale119 ou sous son pectoral120. La femme est assise, bras plié, main à plat sur le pectoral proximal de l’homme debout, l’autre bras derrière son dos, main à plat sur son épaule121.

  • 122 Nouvel Empire : Ils sont assis, on ne voit pas la main. Berlin SM 2298, Hema, 2005, pl. 36.
  • 123 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 7, Bu ; Louvre E 14399, Vandier, 1958, pl. XXIII, 1.
  • 124 Ancien Empire : Caire CG 89, Vandier, 1958, pl. XXIV, 4 ; Louvre E 15592, Vandier, 1958, pl. XLV, 6

17En trois dimensions, la femme touche d’une main la saignée proximale de l’homme, son autre bras passe derrière le dos122, main posée sur l’épaule alors qu’ils sont assis123 ou debout124.

  • 125 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 5, Bh ; Junker, 1947, fig. 6, p. 24, pl. V a. Nouvel Em (...)
  • 126 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 5, Bl ; Junker, 1943, fig. 69, p. 191.
  • 127 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 5, Bj.
  • 128 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 5, Bk.
  • 129 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 5, Bi ; Junker, 1938, fig. 15, p. 131.
  • 130 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 8, Cf.
  • 131 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 6, Bq.
  • 132 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 6, Bm.
  • 133 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 4, Ba.
  • 134 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 4, Bb ; Junker, 1938, fig. 14, p. 129.
  • 135 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 4, Bc.
  • 136 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 4, Bd ; Junker, 1943, fig. 32, p. 110.
  • 137 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 7, Bt.
  • 138 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 4 Be.
  • 139 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 5, Bg, Stances 9 Ci ; Junker, 1950, fig. 90, p. 195.
  • 140 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 7, Bv.
  • 141 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 8, Cd.
  • 142 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 7, Cb.
  • 143 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 8, Cg.
  • 144 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 12, Ep [scène de chasse].
  • 145 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 7, Bs.
  • 146 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 8, Cc.

18En deux dimensions, les deux personnages sont assis. La femme passe le bras derrière le dos de l’homme, main posée sur son épaule distale, l’autre main sur le biceps de l’homme125, sa saignée126, son abdomen127, sa hanche128, ou soutenant son coude129. Elle passe un bras derrière l’homme et l’autre bras plié soutient le bras de l’homme au-dessus du coude130. Toujours en deux dimensions, les deux personnages sont debout. La femme passe le bras derrière l’homme, main posée sur son abdomen, l’autre main tenant son biceps131 ou son poignet132. La femme passe le bras derrière le dos de l’homme, main posée sur son épaule distale, l’autre main tient l’homme par le biceps133, par la saignée134, par l’avant-bras135, par le poignet136, par la main137, elle est posée sur la hanche138, l’abdomen139, sous le pectoral140, sur la poitrine141. Elle entoure le bras proximal de l’homme de ses deux mains142. De la saignée de son bras plié, elle l’entoure au niveau du coude, tenant le poignet de ce dernier de l’autre main143. Elle touche la cuisse proximale de l’homme et passe l’autre bras derrière lui au niveau des hanches144. Les deux personnages étant assis145 ou debout146, la femme embrasse l’homme en passant derrière son dos un bras qu’elle tient de l’autre main par le poignet.

2.4. La femme et l’homme se touchent mutuellement

  • 147 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 2, Ah ; Berlin SM 14108, Vandier, 1958, pl. XXV, 6. Fin (...)
  • 148 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 3, Am.
  • 149 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 1, Ac.
  • 150 Ancien Empire : Imapépi et son épouse, Cherpion, 1995, pl. 7a. Nouvel Empire : Louvre A 53, Vandier (...)
  • 151 Nouvel Empire : Hema, 2005, pl. 4a-4b, pl. 34, pl. 37, pl. 73, pl. 87 a-c.
  • 152 Nouvel Empire : Londres BM EA 2302, Hema, 2005, pl. 151 a-d.
  • 153 Nouvel Empire : Louvre A 133, Hema, 2005, pl. 149 a.
  • 154 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 2, Aj ; Mémi et Sabou, New York MMA 48.111, Vandier, 19 (...)

19Debout, en trois dimensions, les deux époux se tiennent par la main147 ; même attitude en deux dimensions, l’homme devant la femme148 ou l’inverse149. En trois dimensions, l’homme et la femme sont bras dessus bras dessous, assis sur un siège150 ou debout151. Cette attitude est la plus fréquente pour représenter un couple au Nouvel Empire. Assis, la main de chacun peut être représentée sur l’épaule152 ou sur l’abdomen153 de l’autre. Debout, la femme passe le bras derrière le dos de son époux, main sur sa taille, il passe le bras derrière la nuque de la femme, main à plat sur son sein154.

2.5. L’homme touche la femme

  • 155 McCorquodale, 2013, Stances 19, Fs ; Caire CG 107, Vandier, 1958, p. 81-82, pl. XXX, 2.
  • 156 xxve-xxvie dynastie, Padiimennebnesouttaouy, Louvre A 117, Hema, 2005, p. 2-3, pl. VIII.
  • 157 McCorquodale, 2013, Stances 19, Ft.

20Il s’agit d’une attitude très rare. Je n’en connais que deux exemples en trois dimensions. Le premier, de l’Ancien Empire, est fragmentaire155. La femme est assise mains à plat sur les genoux. L’homme est debout, jambe en avant, à la droite de la femme. De la main gauche, il soutient le coude de cette dernière, pouce posé sur la saignée. Le second exemple date du premier millénaire avant notre ère156. L’homme et la femme sont assis côte à côte sur un siège à haut dossier, un enfant de petite taille debout entre eux. Elle a les mains à plat sur les genoux. L’homme pose la main droite tenant le linge plié sur sa cuisse, le bras gauche passe derrière le dos de la femme présentée comme son épouse. Cette rareté reflète l’organisation sociale. Normalement, l’homme tient les attributs de sa fonction. De la même façon, l’épouse tient son mari pour exprimer son statut. De ce fait, il est très étrange de trouver ne serait-ce qu’un exemple d’homme qui tient la femme. Je dois avouer que la signification de ce type statuaire m’échappe. Cette sorte d’attitude est aussi rare en deux dimensions. J’en connais un exemple de l’Ancien Empire où un homme et une femme sont assis sur un siège devant une table d’offrandes157. La femme est représentée devant l’homme, bras gauche replié main fermée tenant un attribut, bras droit tendu, main ouverte paume vers le bas, en direction de la table d’offrandes. L’homme derrière elle, passe le bras gauche derrière la femme, main posée sur son épaule distale, et pose la main droite sur l’épaule proximale de cette dernière. Ce geste de la main droite est souvent celui de l’enfant. La légende de la scène au-dessus d’eux fournit l’explication : il s’agit de « la bienheureuse auprès du grand dieu, la veilleuse de Min, Hénout » et « son fils bien aimé Héngi ». Ici, la signification est claire et l’organisation hiérarchique est respectée.

2.6. Deux hommes ou deux femmes

  • 158 Ancien Empire : Vandier, 1958, pl. XIV, 1.
  • 159 Nouvel Empire : Turin 3056, Vandier, 1958, pl. CXLV, 3 ; Hema, 2005, n° 10, p. 27, pl. 10 ; Copenha (...)
  • 160 Ancien Empire : Boston 30.1456, Vandier, 1958, pl. XIII, 2.

21Il existe des groupes composés de deux hommes ou de deux femmes. En trois dimensions, les deux femmes se tiennent bras dessus bras dessous, debout158 ou assises159. Elles sont debout, jambes serrées, l’une passe le bras derrière le cou de la seconde, avant-bras retombant, main posée à plat sur le sein160. Il est tentant d’y voir une transposition rabattue du bras de l’enfant qui appuie sur le sein de sa mère, signifiant l’allaitement. Cela signifierait alors que la seconde est la mère ou la nourrice de la première. Il arrive aussi que deux personnages soient représentés face à face, cette position, la plus intime, sera développée infra.

2.7. Groupe de plus de deux personnes

22En deux comme en trois dimensions, le nombre de protagonistes peut être de trois, quatre ou cinq, parfois plus. Les postures et les gestes restent les mêmes avec les mêmes significations. En voici quelques exemples.

  • 161 Ancien Empire : Boston 06.1882, Vandier, 1958, pl. XXVI, 2.
  • 162 Ancien Empire : Caire 66617, Vandier, 1958, pl. XXVI, 4.
  • 163 Nouvel Empire : Copenhague ÆIN 885, Vandier, 1958, pl. CXLVI, 2.
  • 164 Ancien Empire : Caire 44, McCorquodale, 2013, Stances 13, Eu ; Vandier, 1958, pl. XXXI, 2.
  • 165 Nouvel Empire : Leyde B 97, Vandier, 1958, pl. CXLVIII, 1 ; Londres BM EA 2300 , Hema, 2005, pl. 43 (...)
  • 166 Nouvel Empire : St Petersbourg HM 740, Hema, 2005, pl. 102.
  • 167 Ancien Empire : Caire 101, Vandier, 1958, pl. XXIX, 2.
  • 168 Ancien Empire : Boston 12.1484, Vandier, 1958, pl. XXXIV, 4.
  • 169 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 13, Es, Stances 14, Ey.

23En trois dimensions, trois hommes debout se tiennent par la main161. Un homme entre deux femmes debout, elles placent, bras plié, une main sur la saignée de l’homme, l’autre bras passant derrière son dos162. Les trois peuvent être bras dessus bras dessous163. L’homme est assis, encadré par les deux femmes de petite taille en sirène, qui placent leur bras derrière son mollet, main à plat164. Les trois personnages sont assis, bras dessus bras dessous165, ou les deux femmes qui passent leur bras derrière son dos, main posée sur son épaule distale166. Un homme et une femme sont assis, un deuxième homme debout. La femme place, bras plié, une main sur la saignée de l’homme assis, l’autre bras passant derrière son dos167. Deux hommes sont debout, la femme debout passe un bras derrière l’homme près d’elle, main posée à plat sur l’épaule168. En deux dimensions, l’homme chasse debout, entre ses jambes deux femmes de petite taille, debout, tiennent chacune une de ses jambes d’une main169, etc.

  • 170 Nouvel Empire : Londres BM EA 113, Hema, 2005, pl. 55 a-b.
  • 171 Nouvel Empire : Caire CG 621, Hema, 2005, pl. 147 a.
  • 172 Début Nouvel Empire : Louvre E 19172, Vandier, 1958, pl. LXXXV, 1.

24En trois dimensions, quatre personnages, homme et femme en alternance, sont assis, bras dessus bras dessous170 ; chaque femme passe son bras droit derrière le dos de l’homme à côté d’elle171. Les trois premiers sont assis et le dernier debout. Le personnage principal, un homme assis, maintient son manteau funéraire fermé sur la poitrine, à côté de lui un homme assis passe le bras derrière le dos du premier, puis une femme assise passe le bras derrière le dos de l’homme, enfin un homme debout de petite taille passe le bras derrière le dos de la femme172. En deux dimensions, le nombre de protagonistes peut être bien plus important.

3. Relations parents – enfants

3.1. Contacts indirects enfants – parents

  • 173 Junker, 1934, pl. XVa ; Junker, 1943, fig. 14, p. 59, fig. 15, p. 60.
  • 174 Enseignement de Ptahhotep, 4,2 et 5,2-5,4.

25En deux dimensions, les deux debout, le fils tient régulièrement la canne mdw de son père173. La signification de cette attitude représente la passation de fonction du père au fils et le soutien du père vieillissant par le fils. En témoigne la supplique de Ptahhotep au roi dans l’introduction de son enseignement. « Ô souverain, mon maître, le grand âge est apparu, la vieillesse est arrivée (…) Qu’on ordonne à l’humble serviteur que je suis de (se) faire un bâton (mdw) de vieillesse, de sorte que je lui dise les paroles de ceux qui ont écouté, les préceptes des anciens qui les premiers ont écouté les dieux, de sorte qu’on fasse de même pour toi, qu’on éloigne des Rékhyt le désordre, et que les Deux Rives te servent174. »

  • 175 Ancien Empire : Caire 22, Vandier, 1958, pl. XXXI, 3 ; Caire 100, Vandier, 1958, pl. XXVIII, 2 ; Lo (...)
  • 176 Nouvel Empire : Louvre E 10443, Vandier, 1958, pl. CXLVII, 3.
  • 177 Nouvel Empire : Louvre A 58, Vandier, 1958, pl. CXLVII, 4.

26Dans les groupes statuaires, il arrive que, sans qu’il y ait de toucher direct avec les parents qui sont en contact physique entre eux dans les attitudes énoncées supra, un ou plusieurs enfants soient seulement présents, de dimensions réduites, debout175, assis entre eux176, ou agenouillés177.

3.2. Contacts corporels directs enfants – parents

  • 178 Baka et sa fille, Caire CG 176, Ancien Empire, Vandier, 1958, pl. XXVI, 3.
  • 179 Caire 42154, Nouvel Empire, Vandier, 1958, pl. CXXXV, 6.
  • 180 Dorn, 2011, n° 139, p. 256-257, pl. 130-131, n° 140, p. 257, pl. 132-133.
  • 181 Nouvel Empire, Naples MAN 178, Hema, 2005, p. 2-3, n° 139, p. 308-309, pl. 139 b.

27L’enfant touche régulièrement le corps de ses parents. En trois dimensions, l’enfant de petite taille, debout, enserre d’un bras le mollet de son père debout178, ou pose sa main à plat sur la hanche de sa mère179. Sur les ostraca figurés par les artisans de Deir el-Médineh, une servante nue porte un vase, à ses pieds avance une gazelle, elle est suivie d’un petit singe qui lève un bras et touche de la main la cuisse proximale de la jeune fille180, c’est l’attitude de l’enfant qui touche la cuisse de sa mère181.

  • 182 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 15, Egg ; Brooklyn Museum 37.17, E, Vandier, 1958, pl. (...)
  • 183 Ancien Empire : Brooklyn Museum 49.215, Vandier, 1958, pl. XXXI, 1.
  • 184 Ancien Empire : Louvre A 102, Vandier, 1958, pl. XXXI, 6.
  • 185 Nouvel Empire : Bruxelles MRAH E 4295, Hema, 2005, pl. 60 a-d.
  • 186 Ancien Empire : MMA 53.19, Vandier, 1958, pl. XXIX, 4.
  • 187 Ancien Empire : Caire 21, Vandier, 1958, pl. XXXII, 5.

28En trois dimensions, l’homme est entre son épouse et son fils. Alors qu’il est debout, elle est en sirène de taille réduite, enserrant sa jambe des deux mains, et son fils de petite taille, debout, enroule son bras autour de la jambe de son père182. Il est assis. Lorsqu’ils sont debout, ils passent chacun un bras derrière son dos, main à plat sous sa poitrine183. Ils sont de petite taille, le fils passe un bras derrière le mollet de l’homme et la femme, bras plié, pose la main sur le mollet de l’homme, l’autre bras passant derrière le mollet184. Les trois personnages étant assis, il est encadré par sa femme et son fils qui passent un bras derrière son dos185. L’homme est assis, son fils de petite taille, debout, enroule son bras autour du mollet de son père, son épouse en sirène de taille réduite passe le bras derrière son mollet186 ou touche son mollet d’une main et passe l’autre bras derrière son mollet187.

  • 188 Nouvel Empire : Louvre E 11364, Vandier, 1958, pl. CXLVI, 4.
  • 189 Nouvel Empire : Louvre A 57, Vandier, 1958, pl. CXLVII, 2.
  • 190 Nouvel Empire : Caire CG 772, Hema, 2005, pl. 85 a.

29En trois dimensions, l’enfant est entre les parents. Les trois personnages sont debout, les parents se tenant bras dessus bras dessous. L’enfant de petite taille passe le bras derrière les jambes de sa mère, main posée à plat sur le mollet distal188. Les parents sont assis, bras dessus bras dessous, l’enfant de plus petite taille est en tailleur asymétrique un bras derrière les mollets de l’homme189. Sur la face du siège sur lequel ils sont assis, l’enfant de petite taille, debout en deux dimensions, touche leur mollet proximal190.

  • 191 Ancien Empire : Caire 55, Vandier, 1958, pl. XXXII, 1.
  • 192 Ancien Empire : Giza 48, Vandier, 1958, pl. XXVIII, 4.
  • 193 Nouvel Empire : Berlin 2297, Vandier, 1958, pl. CXLVIII, 3.

30Il y a souvent plus d’un enfant représenté. En trois dimensions, les deux parents, dans les postures énoncées supra, peuvent être encadrés par deux enfants de petite taille, debout191, chaque enfant passant un bras derrière le mollet du parent proximal192. Un homme assis entre deux femmes passant chacune un bras derrière son dos, main posée sur sa taille. Deux personnages de petite taille sont debout entre eux. Le petit personnage féminin passe le bras derrière les jambes de l’homme193.

  • 194 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 16, Fb.

31En deux dimensions, les attitudes sont encore plus variées. Par exemple, une femme debout est suivie de deux personnages de petite taille placés debout l’un au-dessus de l’autre. La petite femme la tient par le biceps, le petit homme lui donne la main194.

  • 195 Moyen Empire : Cambridge ME V, Vandier, 1958, pl. XCII, 3.
  • 196 Nouvel Empire : New York MMA 11.150.21, Vandier, 1958, pl. CXLVI, 5.
  • 197 Nouvel Empire : Bologne KS 1819, Hema, 2005, pl. 8.

32En trois dimensions, il est rare que ce soit les parents qui touchent les enfants ; par exemple : femme et enfant debout, le bras de la femme se tend pour atteindre le dos de l’enfant195. En revanche, les contacts mutuels sont fréquents. Trois personnages debout, l’enfant de petite taille est à l’extérieur de deux hommes qui se tiennent par la main. L’homme proche de l’enfant passe son bras derrière sa tête, main posée à plat sur son sein distal, alors qu’il plie son bras, main posée sur la hanche de l’homme196. Tous debout, les parents, bras dessus bras dessous, sont avec trois enfants. Le père donne la main à l’aîné. Les deux plus jeunes passent leurs deux bras derrière la jambe des personnages entre lesquels ils se trouvent197.

  • 198 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 2, Ag.
  • 199 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 14, Ex.

33En deux dimensions, les attitudes sont trop nombreuses pour être toutes décrites. Par exemple, la mère est assise sur un siège, l’enfant debout devant elle, retourné vers elle, pose la main sur la cuisse de sa mère qui le tient par le bras au niveau du biceps198. Un homme chasse debout, entre ses jambes, une femme de petite taille en sirène, devant lui un enfant debout ; ils tiennent chacun une de ses jambes d’une main199.

3.3. Enfant sur les genoux d’un adulte et allaitement

3.3.1. Un parent porte l’enfant

  • 200 Nouvel Empire : Sebehotep et un jeune prince, Bruxelles MRAH 6856, Vandier, 1958, pl. CLVIII, 6 ; H (...)
  • 201 Nouvel Empire : Caire CG 42114, Hema, 2005, pl. 19 ; Caire CG 42115, Hema, 2005, pl. 20 ; Berlin SM (...)
  • 202 Nouvel Empire : Senmout et la princesse Néférourê, Londres BM 174, Vandier, 1958, pl. CLXII, 2 ; He (...)
  • 203 Chicago FMNH A 173800, Hema, 2005, pl. 23 a-b.
  • 204 Nouvel Empire : Caire JE 98831, Hema, 2005, pl. 11.
  • 205 Nouvel Empire : TT 71, Hema, 2005, pl. 27.

34En trois dimensions, l’homme en tailleur tient des deux mains sur ses jambes un enfant assis suivant la même frontalité que lui200. Le personnage assis jambes repliées sur la poitrine, bras croisés, en statue cube, tient un enfant de même orientation que lui dont seule la tête dépasse201. Le personnage masculin siège, tenant dans ses bras, sous son vêtement, un enfant de même orientation que lui dont seule la tête dépasse202. L’homme est debout et tient dans ses bras un enfant assis en travers posant une main sur son épaule203, attitude de l’enfant sur les genoux de sa mère. Le personnage est assis, trois enfants nus debout sur ses genoux, adossés à sa poitrine, un quatrième enfant de plus grandes dimensions est assis en travers de ses cuisses204. La femme est debout, passant son bras gauche derrière les épaules de l’homme assis en « tailleur asymétrique » portant un enfant assis en travers205.

3.3.2. Allaitement

  • 206 Brooklyn Museum 51.224 (fin du ME ou DPi), Vandier, 1958, pl. LXXXI, 3.
  • 207 Nouvel Empire : Caire JE 91301, Hema, 2005, pl. 78 a-d.
  • 208 Nouvel Empire : Caire CG 42116, Hema, 2005, pl. 21.
  • 209 Ancien Empire : Pépi II (6.5) sur les genoux de sa mère Ânkhenespépi, Brooklyn Museum 39.119 ; Vand (...)
  • 210 Nouvel Empire : collection particulière, Vandier, 1958, pl. CXLII, 5.
  • 211 Ancien Empire : New York MMA 22.2.35, Vandier, 1958, pl. XL, 5.
  • 212 Ancien Empire : New York MMA 26.7.1405, Vandier, 1958, pl. XX, 6.
  • 213 Nouvel Empire : El-Kab, tombe de Pahéry.

35En trois dimensions, la mère en « tailleur asymétrique » porte un enfant en travers sur ses cuisses, qu’elle allaite206 ou non207 ; attitude similaire avec un homme208. La mère est assise sur un siège, l’enfant assis en travers sur les cuisses de sa mère209. Elle lui tend le sein210. Souvent, il appuie d’une main sur le sein. Ce genre de scène peut être composé de plus de deux personnages. Par exemple, une femme accroupie coiffe la femme qui est devant elle, en tailleur asymétrique et qui allaite l’enfant assis en travers de ses genoux211. Ou encore, la mère en tailleur asymétrique allaite un enfant sur ses cuisses, pendant qu’un autre dans son dos pose ses mains sur elle212. En deux dimensions, un enfant est assis sur les genoux d’un homme assis, il pose la main sur la poitrine de ce dernier, dans le geste de l’allaitement213. Cela signifie que l’homme est son précepteur, en égyptien, ce nom est le masculin de « nourrice » dont le déterminatif est un sein féminin, aux deux genres (fig. 3).

Fig. 3. Tombe du « nourricier du fils royal Ouadjmès, gouverneur d’El-Kab Pahéry ». XVIIIe dynastie.

Fig. 3. Tombe du « nourricier du fils royal Ouadjmès, gouverneur d’El-Kab Pahéry ». XVIIIe dynastie.

© D. Farout.

4. Le roi et les dieux

4.1. La famille terrestre du roi

  • 214 Des règnes d’Akhénaton à Toutânkhamon.
  • 215 D. Laboury, 2010, p. 22, 28, 270, 289, 335, 340, 341, 342 ; Desroches-Noblecourt, 1963, p. 30, 40-4 (...)
  • 216 Caire JE 44866, Vandier, 1958, pl. CXIV, 6.
  • 217 Par exemple Ramsès II : Turin 1380, Vandier, 1958, pl. CXXVI, 1, 3.

36La plus ancienne image d’un roi accompagné des femmes de sa famille représente le roi Djéser (3.1) aux pieds duquel se trouvent, de gauche à droite, « la fille du roi Inetkas », « celle qui voit Horus Hetepnebty » ainsi qu’une troisième reine qui lui embrasse la cheville. En fait, il s’agit de la transposition en deux dimensions d’un groupe statuaire qui n’a pas été retrouvé, comme l’indique le socle sous les pieds du roi. La différence de statut des personnages correspond à la différence de dimensions entre le roi géant et les membres de sa famille qui sont à ses pieds. Quoi qu’il en soit, pendant toute l’époque pharaonique, le roi est plus souvent représenté avec sa famille divine qu’avec sa famille terrestre. L’époque dite amarnienne ou atonienne214 fait exception en raison de la fréquence des scènes qui présentent le roi, la reine et leurs filles dans des attitudes qui semblent d’une grande tendresse et même intimistes à un œil non averti215. Ainsi, en trois dimensions, Akhénaton (18.10) embrasse sur la bouche sa fille assise sur ses genoux216. Peut-être lui insuffle-t-il le souffle de vie… Sur ces monuments, les contacts physiques étroits entre les membres de la famille royale sont la norme, mais les regalia y sont omniprésents et la divinité solaire participe aux marques de tendresse de ses rayons terminés par des mains. Les monuments décorés de cette façon sont tous officiels et supports de culte. À l’époque ramesside, les statues représentent souvent le roi, de grande taille, debout ou assis sur un trône, encadré par une reine et un enfant debout, représentés de petite taille en deux ou trois dimensions, une main posée sur son mollet217.

4.2. Le roi et sa famille divine

  • 218 Nouvel Empire : Horus et Isis, Caire CG 608, Hema, 2005, pl. 119 a.
  • 219 Par exemple la Triade d’Osorkon II (ixe siècle), Louvre E 6204.
  • 220 Étienne, 2000, Cat 40.
  • 221 Basse Époque : Louvre N 3994.
  • 222 Époque ptolémaïque : Louvre E 17495.
  • 223 Basse Époque : Louvre E 20060.

37Les divinités groupées en dyades ou en triades sont représentées dans des attitudes qui correspondent aux relations qu’elles entretiennent entre elles, comparables à celles des images humaines : se tenant par la main218, main à plat touchant le parent219, etc. Un thème fréquent tant en deux qu’en trois dimensions est celui de la déesse allaitant son enfant. Au premier millénaire et pendant l’époque romaine, le thème d’Isis lactans220 assise sur un siège221 ou agenouillée222 prend une grande importance. Cependant d’autres déesses peuvent prendre la même attitude, comme Selkis223.

  • 224 Tallet, 2010, fig. 1, p. 98.
  • 225 Exode 33,7-11, voir aussi Nombres, 12,6 et Deutéronome, 34,10. Farout, 2014, p. 39-40.
  • 226 Louvre E25982.
  • 227 Farout, 2013B, fig. 20 p. 49.
  • 228 Ounas (5.9), temple haut, Saqqara, Labrousse, Lauer et Leclant, 1977, fig. 51-53, p. 81-83.
  • 229 Sahourê (5.2) allaité par Nekhbet, Borchardt, 1913, pl. 18. Ounas (5.9) allaité par une déesse, Lab (...)
  • 230 Hathor à Deir el-Bahari allaitant Thoutmosis III, Naville, 1907, pl. XXVIII c.
  • 231 KV 34.
  • 232 Ounas, temple haut, Saqqara. Labrousse, Lauer et Leclant, 1977, fig. 73-75, p. 95-97, pl. XXXIV.
  • 233 Vienne 8301, Nouvel Empire, Vandier, 1958, pl. CXX, 5.
  • 234 Turin 768, fin xviiie dynastie, Vandier, 1958, pl. CXXI, 1.
  • 235 Copenhague ÆIN 1483 (ramesside), Vandier, 1958, pl. CXXXV, 1.
  • 236 Vandier, 1958, pl. IV, 1-4 : Boston 09.200, Caire 40678, Caire 40679 et Caire 46499.
  • 237 Caire 42097, fin xviiie dynastie, Vandier, 1958, pl. CXVIII, 1.
  • 238 Louvre A12, Ramesside, Vandier, 1958, pl. CXXXII, 6.
  • 239 Caire CG 14, Vandier, 1958, pl. II, 2-3.
  • 240 Naville, 1907, pl. XXIX-XXXI.
  • 241 Caire 42153, Nouvel Empire, Vandier, 1958, pl. CXXXI, 6.
  • 242 Louvre E 11609, Toutânkhamon, Vandier, 1958, pl. CXVIII, 4, CXIX, 2.
  • 243 Caire 42141, Nouvel Empire, Vandier, 1958, pl. CXXXV, 2.
  • 244 Louvre E 11005, Toutânkhamon, Vandier, 1958, pl. CXVIII, 3.
  • 245 Louvre E 11609, on a détruit la tête et les bras de Toutânkhamon ainsi que les mains d’Amon, Desroc (...)
  • 246 Londres BM 442 [5], fin xviiie dynastie, Vandier, 1958, pl. CXXI, 4.
  • 247 Caire 42144, Ramesside, Vandier, 1958, pl. CXXVIII, 6.
  • 248 BM 616 [26], Ramesside, Vandier, 1958, pl. CXXX, 3.

38Pendant toute l’époque pharaonique, l’iconographie montre les divinités et le roi comme des personnages de même nature, les membres d’une famille. En deux dimensions, la mise en présence du roi et des divinités remonte à la dynastie « 0 », à la fin du IVe millénaire. La première isocéphalie roi – divinité date du xxxe siècle, dans une scène de consécration d’ennemi du roi Den (1.4) face au dieu Ach au Wadi el-Houmour dans le Sinaï224. Ce face-à-face demeure la norme jusqu’à la fin de l’époque pharaonique. Il exprime l’identité de nature du roi et des autres divinités. Il inspirera les rédacteurs de l’Exode pour figurer le caractère royal et divin du fondateur mythique de leur nation : « L’Éternel parlait avec Moïse face à face, comme un homme parle avec son ami225 ». La plus ancienne représentation de contact physique entre le roi et une divinité remonte à la IIIe dynastie, au xxviie siècle, sur une stèle du Louvre où Horus dans le grand château embrasse le roi Qahédjet226. Cette relation physique étroite du roi avec les dieux est récurrente227. Il peut être embrassé par deux divinités qui l’encadrent228. Le roi est lui-même un dieu et l’enfant des divinités. Ainsi, depuis l’Ancien Empire, il tète diverses déesses, qui se manifestent sous forme humaine229 ou animale230. Dans sa tombe de la Vallée des rois231, Thoutmosis III (18.6) est allaité par la déesse sycomore représenté comme un arbre d’où émergent le sein nourricier et un bras protecteur. La légende est claire : « Menkhéperrê tète sa mère Isis ». Le roi est régulièrement couronné par Horus et Seth232, Horus et Thot ou Nekhbyt et Ouadjyt. En deux comme en trois dimensions, il est représenté en compagnie de divinités, côte à côte, assis ou debout, le dieu passant le bras derrière le dos du roi233, ou l’inverse234, ou se tenant par la main235. Les plus célèbres œuvres de ce type sont les triades de Mykérinos236 (4.6), mais les représentations de roi encadré par les divinités sont fréquentes à toutes époques237. Le roi n’est pas forcément au centre de la triade238. Il peut être clairement protégé ou présenté par la divinité. Ainsi, la statue de Khéphren (4.4) trônant, alors que le faucon Horus entoure sa nuque de ses ailes déployées239 ou Thoutmosis III protégé par la vache Hathor240. Le dieu debout241 ou assis encadre de ses mains le roi tourné dans le même sens que lui, debout242, assis, à genoux243, ou lui faisant face244. Lors d’une damnatio memoriæ, on efface le nom du roi et une partie ou la totalité de son image, mais on coupe aussi les mains de la divinité afin de l’empêcher de protéger ce dernier245. Le procédé est comparable à celui qui consiste à trancher les serres des hiéroglyphes représentant des rapaces pour les empêcher de nuire dans l’autre monde. Cette pratique autorise de s’interroger sur la finalité de celle qui consiste à couper les mains des ennemis tués. En plus d’apporter la preuve de la valeur du guerrier qui les rapporte et de permettre la comptabilité, ce pourrait être aussi une façon de les empêcher d’agir contre l’Égypte après leur mort. Les inhumations de mains tranchées trouvées à Avaris pourraient témoigner en ce sens. Le roi aussi agit sur le corps des divinités. Par exemple, le geste d’onction, un pot à onguent dans une main, l’auriculaire touchant l’image du dieu est fréquent en deux dimensions. En trois dimensions, lorsque le roi touche l’aisselle du dieu, il s’agit probablement de la transposition de cet acte246. De plus, le roi, debout, assis ou prosterné247 peut présenter une image divine devant lui, assise sur un trône, placée sur un socle, dans un naos, etc. Ce n’est donc pas un contact corporel au sens propre248.

  • 249 Borchardt, 1913, pl. 35.
  • 250 Ibid., pl. 36.
  • 251 Ibid., pl. 38.
  • 252 Petrie, 1896, pl. V, 8.
  • 253 New York MMA 13.182.3.
  • 254 Par exemple Farout, 2013b, fig. 1, p. 40, fig. 12, p. 46, fig. 23, p. 51.
  • 255 Farout, 2015, p. 3-14.
  • 256 Cannuyer, 2002, p. 23-82.
  • 257 Laboury, 2010, p. 132, 153, 155, 162, 166, 170, 183, 189, 215, 256, 270, 274, 276, 289, 295, 296, 3 (...)
  • 258 Sur des jeux iconographiques comparables, voir Farout, 2013b, p. 34-35, fig. 12, 23, 24, 25.
  • 259 Lefèvre, 2010, p. 33-42 ; Yoyotte, 2010, p. 9-22.

39Depuis la fin du IVe millénaire, le roi est ainsi en présence des divinités, de nature comparable à la sienne, membres de sa famille. Pendant tout l’Ancien Empire, leurs relations iconographiques sont très étroites. À cette époque, le roi n’est presque jamais représenté faisant des offrandes aux dieux. La seule exception, à ma connaissance, se trouve dans le complexe funéraire de Sahourê (5.2) à Abousir. Les scènes sont fragmentaires : il présente un récipient à Bastet qui lui parle au discours direct249, il fait une autre offrande disparue à Bastet250 et il consacre du pain blanc, peut-être devant une divinité perdue251. C’est seulement à la fin de l’Ancien Empire que Pépi II (6.5) consacre des offrandes à une divinité dans un temple divin, en l’occurrence Min de Koptos252. Il faut attendre la fin de la Première Période intermédiaire pour qu’à son tour Antef II (11.3) soit représenté offrant du lait et de la bière à Rê et Hathor qui ne sont pas représentés253. C’est seulement, au Moyen Empire, à partir de Montouhotep II (11.5), plus de mille ans après les premières mises en scène du roi et des dieux, que le thème du roi faisant des offrandes aux divinités devient la norme sur les parois de lieux de culte, temples divins ou funéraires. Ce thème iconographique reste canonique jusqu’à la fin de l’époque pharaonique254. Il n’exprime ni un changement de statut du roi ni de la divinité. En fait, il reflète un changement d’organisation économique qui a commencé à la vie dynastie et aboutit au début de la XIIe dynastie, au xxe siècle : les temples divins ont achevé leur pétrification, les membres de leur clergé gèrent les cultes funéraires et les fonctionnaires sont payés par les institutions divines, ce qu’exprime le nouvel énoncé de la formule d’offrandes aux défunts255. La scène d’offrandes canonique, où le roi officie face à la divinité qui déclare lui attribuer les capacités régaliennes, connaît un hiatus pendant l’époque amarnienne. Le roi présente toujours des offrandes à son dieu solaire, mais ce dernier est figuré comme un disque lenticulaire irradiant au-dessus de lui. Il arrive qu’il partage le repas du dieu en compagnie des membres de la famille royale. Le dieu est désormais muet ‒ c’est le roi qui parle à sa place, en son nom256 ‒ il agit grâce aux mains qui terminent ses rayons, tendant au roi des hiéroglyphes, le caressant, ainsi que la reine et les enfants royaux qui l’accompagnent régulièrement, quel que soit le thème257. Il est possible que cette représentation du roi Akhénaton (18.10) touché par les rayons du disque solaire (Aton) permette un jeu de mot hiéroglyphique assez simple : « celui que le disque solaire irradie / a irradié » qui correspond phonétiquement à la prononciation du nom du roi Akhénaton qui signifie en fait : « Celui qui est utile au disque solaire ». En conséquence, chaque représentation serait une expression graphique du nom du roi258. Au premier millénaire, une femme est consacrée à Amon, le roi des dieux. Cette divine adoratrice entretient avec lui des relations d’épouse à époux, ce que reflète l’iconographie qui présente les thèmes correspondant aux relations entretenues par les dieux, le roi et la grande épouse royale259.

4.3. Contacts individu – image divine

  • 260 Par exemple, la stèle d’Aményséneb, XIIIe dynastie, Louvre C11.

40À partir de la XIIIe dynastie, sur les monuments funéraires, les particuliers peuvent se trouver en présence de divinités260. Avec le développement de la piété personnelle au Nouvel Empire, les images divines se multiplient sur les monuments privés. À partir du règne de Thoutmosis III (18.6), les statues de particuliers présentent des images divines et cette pratique envahit les temples après le règne d’Akhénaton (18.10). À l’époque ramesside et au premier millénaire, la majorité des statues de particuliers suit cette logique. Il s’agit de proposer aux vivants un substitut de l’icône du dieu qui vit dans le saint des saints, inaccessible au public, pour leur permettre de le prier et de le supplier directement. Cependant, contrairement au roi, il ne s’agit jamais d’un vrai contact physique avec la divinité mais d’une relation avec une image de la divinité. En revanche, dans les livres funéraires, le défunt peut échanger des contacts corporels avec les dieux, comme lors de la psychostasie quand Thot ou Anubis le tient par la main pour l’introduire auprès d’Osiris.

5. Contacts sentimentaux, étroits, relations sexuelles

  • 261 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 10, De.
  • 262 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 9, Db.
  • 263 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 9, Da.
  • 264 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 9, Dc.
  • 265 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 10, Df.
  • 266 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 9, Dd.
  • 267 Louvre B7 et Florence MAF 2468, Calmette, 2008, p. 43-51.
  • 268 Barguet, 1953, p. 103-111.

41En deux dimensions, les deux personnages sont debout, face-à-face, la femme passe un bras derrière l’homme, main sur son épaule distale261. Elle l’embrasse des deux bras autour de ses épaules262, de son abdomen263. Elle soutient le coude proximal de l’homme, l’autre bras passe derrière son dos, avant-bras retombant sur sa poitrine264, ou la main posée sur sa taille265. Ces personnages enlacés debout peuvent être deux femmes266 ou deux hommes. Dans leur tombe commune de Saqqara, Niânkhkhnoum et Khnoumhotep sont représentés à plusieurs reprises dans cette attitude qui semble équivoque (fig. 4). Ils ont chacun femme et enfants, pourtant, la grande question, encore aujourd’hui sans réponse assurée, est de savoir s’ils sont frères jumeaux ou amants. Plus limpide est la scène en miroir des deux reliefs conservés au musée du Louvre et à celui de Florence mettant en scène Séthy Ier et Hathor267. Le roi touche le collier ménat que lui tend la déesse ‒ ce lourd collier de perles caractérisé par son fermoir en forme de trou de serrure, une schématisation du corps féminin, est un accessoire au sens érotique avéré 268 ‒ ils se tiennent par la main et leurs pieds se superposent. L’union charnelle du roi et de la déesse Hathor ne fait ici aucun doute. Il n’est pas rare de représenter ces relations privées entre le roi et les déesses de même que celles entre la divine adoratrice et le roi des dieux.

Fig. 4. Tombe de Niânkhkhnoum et Khoumhotep à Saqqara. Les « deux frères » s’embrassent.

Fig. 4. Tombe de Niânkhkhnoum et Khoumhotep à Saqqara. Les « deux frères » s’embrassent.

© D. Farout.

  • 269 Farout, 2008, p. 125.
  • 270 Grandet, 2013, notices 182-185.
  • 271 Manniche, 1977, p. 21-22 et fig. 4 ; 1997, p. 55, fig. 46.
  • 272 Goyon, 1957, n° 129, p. 132, pl. XXXVIII.
  • 273 Vernus, 2012, p. 109-121, pl. 23 ; 2013, p. 108-117.
  • 274 Collombert, 2008, p 63-72 ; Farout, 2008, p. 123-125.

42De ce qui précède, on pourrait croire les Égyptiens pudibonds. Que les hellénistes se rassurent, l’iconographie pharaonique connaît la satire et la pornographie269. Il existe quelques représentations très crues de relations sexuelles, en particulier sur les ostraca figurés du Nouvel Empire270, mais aussi sur quelques parois de tombes271 et dans l’art rupestre. Une scène célèbre du Ouadi Hammamat représente un personnage qui s’accouple avec une femme au visage simiesque272 (fig. 5). Le papyrus Westcar fourmille d’allusions érotico-satiriques destinées à un public averti, mais l’exemple le plus remarquable du genre satirique présentant un caractère véritablement pornographique se trouve sur le papyrus de Turin 55001273. On y voit des hommes au visage caricatural, mal rasés, à moitié chauves, échevelés, exhibant des sexes démesurés qui feraient frémir des satyres grecs, s’accouplant à des dames de petite vertu dans des postures extravagantes, leurs ébats obscènes caricaturant même des attitudes de divinités. L’autre partie du document montre des animaux parodiant des activités humaines, le prédateur soumis à sa proie, le lourd au-dessus du léger274, etc. L’ensemble de cette œuvre se caractérise par une inversion des valeurs destinée à amuser un public choisi et cultivé.

Fig. 5. Gravure rupestre du Ouadi Hammamat. Une scène pornographique.

Fig. 5. Gravure rupestre du Ouadi Hammamat. Une scène pornographique.

© D. Farout.

Conclusion

43En Égypte, les plus anciennes représentations de contact expriment généralement la violence et la soumission, car l’expression iconographique se développe avec le royaume et reflète ainsi la nature du pouvoir qui se met en place. Cependant, les représentations familiales humaines ou divines en deux dimensions sur les parois des tombes, des temples, des stèles, etc. sont fréquentes du début à la fin de la civilisation pharaonique. De même, on constate que les groupes statuaires sont fréquents de l’Ancien Empire jusqu’au premier millénaire. À l’Ancien Empire, la femme et les enfants touchent généralement le père de famille. Il arrive que les contacts corporels des époux soient réciproques. Il est considérable que la statuaire du Moyen Empire les ignore presque totalement. Au Nouvel Empire, c’est le contraire, les époux sont régulièrement bras dessus, bras dessous, ou se tiennent par la main et les enfants posent souvent la main à plat sur une partie du corps des adultes. Ces contacts familiaux se réduisent au cours du premier millénaire. Il est notable que cette remarque est en partie valable pour les rois et les divinités, bien qu’au premier millénaire, la déesse allaitant constitue un thème iconographique majeur. Les images gestuelles sont donc variées et cependant très codifiées, car les informations sont livrées suivant un processus qui relève de l’art hiéroglyphique. Ainsi, on ne comprend les attitudes et les gestes que si l’on transpose leur description en égyptien. Leur signification est soit idéographique, soit phonographique, obtenue en faisant des rébus qui permettent d’exprimer les mots qui donnent sa signification à la scène, ou parfois un mélange des deux. Les postures et les gestes d’une grande diversité doivent donc être considérés comme les éléments d’un véritable langage, certains clairement identifiés alors que d’autres sont encore incompréhensibles. Ils marquent les relations de hiérarchie, les liens affectifs, religieux… et peuvent les inverser à des fins humoristiques.

Haut de page

Bibliographie

Barbotin, Ch. et alii, 2009, ÉA&O, 55 (septembre-octobre-novembre).

Barguet, P., 1953, L’origine et la signification du contrepoids de collier menat, BIFAO, 52, p. 103-111.

Bietak, M., 2012, The Archaeology of the “Gold of Valor”, Egyptian Archaeology, 42, p. 32-33.

Borchardt, L., 1913, Das Grabdenkmal des Königs Sa3hu-re, II Die Wandbilder, Leipzig.

Brovarski, E., 2005, Recurrent Themes in the Art of the Predynastic Period, CASAE 34/1, p. 1-28.

Brunner-Traut, E., 1963, Die Aspektive. Nachwort zu Heinrich Schäfer, dans Von ägyptischer Kunst, Wiesbaden, 4e éd. (trad. anglaise Principles of Egyptian Art, 1974, 1980, 1986).

Brunner-Traut, E., 1975, Aspektive, dans Lexikon der Ägyptologie I, 1975, col. 474‑488.

Calmette, M.-A., 2008, Réflexions sémiologiques sur le relief Louvre B7, dans Chr. Gallois, P. Grandet et L. Pantalacci (éd.), Mélanges offerts à François Neveu par ses amis, élèves et collègues à l’occasion de son soixante-quinzième anniversaire, BdÉ, 145, Le Caire, p. 43-51.

Cannuyer, Chr., 2002, Questions sur la religion d’Akhénaton et son prétendu « monothéisme », Revue de l’Université catholique de Lille, 59/2 (mai-juin), p. 23‑82.

Cherpion, N., 1995, Sentiment conjugal et figuration à l’Ancien Empire, dans Kunst des Alten Reiches, Symposium im deutschen archäologischen Institut Kairo anm 29. und 30. Oktober 1991, Mayence, p. 33-47.

Collombert, Ph., 2008, Des animaux qui parlent néo-égyptien (relief Caire JE 58925), dans Chr. Gallois, P. Grandet et L. Pantalacci (éd.), Mélanges offerts à François Neveu par ses amis, élèves et collègues à l’occasion de son soixante-quinzième anniversaire, BdÉ, 145, Le Caire, p. 63-72.

Czichon R. M. et Sievertsen, U., 1993, Aspects of Space and Composition in the Relief Representations of the Gebel el-Arak Knife-Handle, Archéo-Nil, 3, p. 49-55.

Delange, É., 2009, Le poignard égyptien dit « du Gebel el-Arak », Paris.

Desroches-Noblecourt, Chr., 1963, Vie et mort d’un pharaon, Toutânkhamon, Paris.

Dorn, A., 2011, Arbeiterhütten im Tal der Könige. Ein Beitrag zur altägyptischen Sozialgeschichte aufgrund von neuen Quellenmaterial aus der Mitte der 20. Dynastie (ca. 1150 v. Chr.), Bâle.

Dreyer, G. et Polz, D., 2007, Begegnung mit der Vergangenheit – 100 Jahre in Ägypten, Mayence.

El-Awady, T., 2009, Sahure – The pyramid causeway History and decoration program in the Old Kingdom (Abusir XVI).

Étienne, M., 1999, À propos des représentations d’enceintes crénelées sur les palettes de l’époque de Nagada III, Archéo-Nil, 9, p. 149-163.

Étienne, M., 2000, Heka. Magie et envoûtement dans l’Égypte ancienne, Paris.

Farout, D., 2005, Stèle de Séthy Ier et Aménémopé à Qasr Ibrim, ÉA&O, 39 (octobre), p. 41-46.

Farout, D., 2008, Les fourberies de Djédi, dans Chr. Gallois, P. Grandet et L. Pantalacci (éd.), Mélanges offerts à François Neveu par ses amis, élèves et collègues à l’occasion de son soixante-quinzième anniversaire, BdE, 145, p. 123-144.

Farout, D., 2009, Image, temps et espace dans l’Égypte ancienne, ÉA&O, 55 (septembre-octobre-novembre), p. 3-22.

Farout, D., 2013a, Sens dessus dessous ou comment montrer ce qui est caché, Pallas, 92, p. 57-70.

Farout, D., 2013b, Images ou hiéroglyphes ?, Pallas, 93, p. 19-52.

Farout, D., 2014, La canne mdw et le pharaon, ÉA&O, 74 (juin-juillet-août), p. 31-42.

Farout, D., 2015, La fondation funéraire de Nykaiânkh II à Tehneh el-Gebel, ÉA&O, 77 (mars-avril-mai), p. 3-14.

Freed, R. E., Markowitz, Y. J. et d’Auria, S. H. (éd.), 1999, Pharaohs of the Sun, Akhenaten, Nefertiti, Tutankhamen, Londres, Thames & Hudson.

Gardiner, A. H. et Peet, T. E., 1952, The Inscriptions of Sinaï, I.

Gasse, A., 2004, Les stèles d’Horus sur les crocodiles, Paris.

Gautier, P., 1993, L’analyse de l’espace figuratif par dipôles. La tombe décorée n° 100 de Hiérakonpolis, Archéo-Nil, 3, p. 35-47.

Goyon, G., 1957, Nouvelles inscriptions rupestres du Wadi Hammamat, Paris.

Grandet, P., 1997, Ramsès III, histoire d’un règne, Paris.

Grandet, P., 2013, dans G. Andreu-Lanoë (dir.), L’art du contour. Le dessin dans l’Égypte ancienne, Catalogue de l’exposition présentée au musée du Louvre du 19 avril au 22 juillet 2013, Paris.

Hema R. H., 2005, Group Statues of Private Individuals in the New Kingdom, BAR International Series, 1413.

Hendrickx, S. et Eyckerman, M., 2012, Visual representation and state development in Egypt, Archéo-Nil, 22, p. 23-72.

Iskander, S. et Goelet, O., 2015, The Temple of Ramsès II in Abydos. Vol 1 : Wall Scenes – Part 1 : Exterior Walls and Courts, Atlanta Georgie.

Junker H., 1934, Giza II, Vienne-Leipzig.

Junker H., 1938, Giza III, Vienne-Leipzig.

Junker H., 1939, Giza IV, Vienne-Leipzig.

Junker H., 1941, Giza V, Vienne-Leipzig.

Junker H., 1943, Giza VI, Vienne-Leipzig.

Junker H., 1944, Giza VII, Vienne-Leipzig.

Junker H., 1947, Giza VIII, Vienne.

Junker H., 1950, Giza IX, Vienne.

Junker H., 1953, Giza XI, Vienne.

Koenig, Y., 1994, Magie et magiciens dans l’Égypte ancienne, Paris.

Laboury, D., 2010, Akhénaton, Paris.

Labrousse, A., Lauer, J.-Ph. et Leclant, J., 1977, Mission Archéologique de Saqqarah II, Le temple haut du complexe funéraire du roi Ounas, BdÉ, 73.

Lefèvre, D., 2010, Karomama et les divines adoratrices de la Troisième Période intermédiaire, ÉA&O, 56, p. 33-42.

Le Quellec, J.-L., 1995, Les contacts homme-animal sur les figurations rupestres anciennes du Sahara central, L’anthropologie, 99, p. 393-404.

Luce, J.-M., 2013, Vision et subjectivité dans l’Antiquité, Pallas, 92, p. 11-26.

McCorquodale, K., 2013, Representations of the Family in the Egyptian Old Kingdom. Women and marriage, BAR International Series 2513.

MacNamara, L., 2011, The Battlefield Palette, dans E. Teter (éd.), Before the Pyramids. The Origins of Egyptian Civilization, OIMP, 33, Chicago, n° 80, p. 222223.

Manniche, L., 1977, Some Aspects of ancient Egyptian Sexual life, Acta Orientalia, 38, p. 11-23.

Manniche, L., 1997, Sexual Life in Ancient Egypt, Londres-New York.

Martinez, J.-L., 2000, La Dame d’Auxerre, Collection Solo 16, Paris.

Montet, P., 1925, Les scènes de la vie privée dans les tombeaux égyptiens de l’Ancien Empire, Strasbourg-Paris.

Naville, E., 1907, The XIth Dynasty temple at Deir el-Bahari, part I, EEF Memoir, 28, Londres.

Newberry, P. E., 1893a, Beni Hasan I, ASE, 1, Londres.

Newberry, P. E., 1893b, Beni Hasan II, ASE, 2, Londres.

Oulié, E. (éd.), 2017, À côté de la perspective, les modes d’expression aspectifs, dossier, Pallas, 105.

Petrie, W. M. F., 1896, Koptos, Londres.

Richter, G. M. A., 1929, The sculpture and sculptors of the Greeks, New Haven-Londres.

Richter Gisela M. A., 1968, Korai : archaic Greek maidens ; a study of the development of the Kore type in Greek sculpture, Londres.

Sourouzian, H., 1998, Concordances et écarts entre statuaire et représentations à deux dimensions des particuliers de l’époque archaïque, dans N. Grimal (éd.), Les critères de datation stylistiques à l’Ancien Empire, BdÉ, 120, Le Caire, p. 305-352.

Tallet, P., 2010, Le roi Den et les Iountiou. Les Égyptiens au Sud-Sinaï sous la 1re dynastie, Archéo-Nil, 20 (décembre), p. 97-105.

Tallet, P., 2012, La zone minière pharaonique du Sud-Sinaï – I, MIFAO, 130.1 : Texte, MIFAO, 130.2 : Planches, Le Caire.

Tallet, P., 2015, La zone minière pharaonique du Sud-Sinaï – II, MIFAO, 132, Le Caire.

Vandier, J., 1958, Manuel d’archéologie égyptienne III, Paris.

Vernus, P., 2012, Stratégie d’épure et stratégie d’appogiature dans les productions dites « artistiques » à l’usage des dominants. Le papyrus dit « érotique » de Turin et la mise à distance des dominés, dans K. A. Kothay (éd.), Art and Society. Ancient and Modern Context of Egyptian Art, Proceedings of the International Conference held at the Museum of Fine Arts, Budapest, 13-15 May 2010, Budapest, p. 109-121.

Vernus, P., 2013, Le papyrus de Turin et la pornographie dans l’Égypte ancienne, dans G. Andreu-Lanoë (éd.), L’art du contour. Le dessin dans l’Égypte ancienne, Paris, p. 108-117.

Wilkinson, R. H., 1994, Symbol & Magic in Egyptian Art, Londres.

Yoyotte, M., 2010, Les divines adoratrices d’Amon, ÉA&O, 56, p. 9-22.

Haut de page

Annexe

Liste des abréviations

TT = Theban Tomb

(18.5) = premier chiffre : dynastie, le second : place du roi dans la dynastie

Urk. = Urkunden

Berlin SM = Staatliche Museen zu Berlin

Bologne KS = Bologne, Museo Civico Archeologico

Bruxelles MRAH = Bruxelles, Musées royaux d’art et d’histoire

Caire CG = Le Caire, musée égyptien, Catalogue général

Caire JE = Le Caire, musée égyptien, Journal d’entrée

Cambridge FM = Cambridge, Fitzwilliam Museum

Chicago FMNH = Chicago, Field Museum of Natural History

Chicago OI = Chicago, Oriental Institute

Copenhague ÆIN = Copenhague, Ny Carlsberg Glyptothek

Florence MAF = Museo Archeologico di Firenze

Leyde AST, B ou D = Leyde, Rijksmuseum van Oudheden

Londres BM = Londres, British Museum

Londres UC = Londres, University College

Munich ÄS = Munich, ägyptische Sammlung

Naples MAN = Naples, Museo Archeologico Nazionale

New Haven YAG = New Haven, Yale University Art Gallery

New York MMA = New York, Metropolitan Museum of Art

Oxford AM = Oxford, Ashmolean Museum

St Petersbourg HM = Saint Petersbourg, musée de l’Hermitage

Turin = Turin, Museo Egizio

Haut de page

Notes

1 Pour un développement de ces questions, voir Brunner-Traut, 1963 ; 1975, col. 474-488 ; Farout, 2009, p. 3-22 ; 2013a, p. 57-70 ; 2013b, p. 19-52 ; Luce, 2013, p. 11-26 ; et les actes de la journée d’étude d’E. Oulié (éd.) « À côté de la perspective, les modes d’expression aspectifs », Pallas, 105, 2017.

2 Hendrickx et Eyckerman, 2012, p. 23-72.

3 Brovarski, 2005, p. 1-28 ; Hendrickx et Eyckerman, 2012, p. 23-72.

4 Louvre E 11517, manche en ivoire, lame « ripple-flakes » en silex, L. 25,5 cm ; provenance nécropole d’Abydos. Czichon et Sievertsen, 1993, fig. 1, p. 52 ; Delange, 2009.

5 Tombe 2, Amenemhat, Newberry, 1893a (pl. XIV-XVI) ; tombe 4, Khnoumhotep IV, Newberry, 1893a (pl. XLVII) ; tombe 15, Baqti III, Newberry, 1893b (pl. IV-V, VII, VIII) ; tombe 17, Khéty, Newberry, 1893b (pl. XV) ; tombe 29, Newberry, 1893b (pl. XXXII).

6 Dorn, 2011, n° 30, p. 230, pl. 34-35, n° 32, p. 231, pl. 38-39.

7 Montet, 1925, p. 81-83 ; Newberry, 1893b (pl. IV, XXIX).

8 Newberry, 1893a (pl. XLVII) ; 1893b (pl. XV).

9 Par exemple, dans le temple de Ramsès II à Abydos (bataille de Qadech). Iskander et Goelet, 2015 (pl. 2.1.18-19, pl. 2.2.22-23).

10 Par exemple, dans le temple de Ramsès III à Médinet Habou (bataille contre les peuples de la mer). Grandet, 1997, p. 181-182, note 126.

11 TT85 (18.6-7). Urk. IV, 892, 2-4.

12 Bietak, 2012, p. 32-33.

13 Étienne, 2000 (Cat 16) ; Laboury, 2010, p. 98.

14 Gautier, 1993, fig. 6, p. 42 ; Tallet, 2015, fig. 41, p. 65.

15 Palette de Narmer, Étiquette de Narmer, Dreyer et Polz, 2007, fig. 302 b, p. 215.

16 Oxford AM 1896-1908 E.3915, Tallet, 2015, fig. 53, p. 70.

17 La tablette Mac Gregor, Londres BM EA 55586. Tallet, 2015, fig. 49, p. 69.

18 Ibid., pl. I, no 2.

19 Ibid., pl. I, no 1 ; Tallet, 2012, doc. 4, p. 25-26, pl. p. 5-7.

20 Ibid., pl. II, no 5, pl. IV, no 6.

21 Ibid., pl. II, no 7, pl. III, no 7.

22 Ibid., pl. V, no 8.

23 Labrousse, Lauer et Leclant, 1977, fig. 65, p. 89-90.

24 Farout, 2014, p. 31-42.

25 Par exemple, Toutânkhamon (18.12), Desroches-Noblecourt, 1963, p. 202 ; Ramsès II (19.3) à Karnak, Wilkinson, 1994, fig. 156, p. 210.

26 Séthi Ier (19.2) à Qasr Ibrim, Farout, 2005, p. 41-46.

27 Toutânkhamon (18.12), Desroches-Noblecourt, 1963, p. 79.

28 Caire CG 42152, époque ramesside, Vandier, 1958, pl. CXXXII, 1, 3.

29 Freed, Markowitz et D’Auria, 1999, fig. 59 p. 88, fig. 110-112 p. 238.

30 Palette de Narmer (Caire CG 14716), Palette au Taureau (Louvre E 11255). Tallet, 2015, fig. 58e, p. 72.

31 Palette aux Vautours (Londres BM 20791 – Oxford AM 1892.11.71 – collection privée), Étienne, 1999, fig. 3, p. 153 ; MacNamara, 2011, n° 80 « The Battlefield Palette », p. 222-223.

32 Sahourê (5.2) dans son complexe funéraire d’Abousir, Borchardt, 1913, pl. 8. Char de Toutânkhamon, Desroches-Noblecourt, 1963, p. 91.

33 Junker, 1941, fig. 18 p. 77. Pour un exemple du Moyen Empire, voir Newberry, 1893a, pl. XXX, en bas à droite, tombe 3, Khnoumhotep II.

34 Tombeau de Ti (ve dynastie), Wilkinson, 1994, fig. 151, p. 208.

35 Newberry, 1893a, pl. XIII ; 1893b, pl. VII.

36 Newberry, 1893b, pl. VII ; Étienne, 2000, fig. 5a.

37 Le Quellec, 1995, p. 393-404.

38 Newberry, 1893a, pl. XIII ; Junker, 1953, fig. 61 p. 143.

39 Newberry, 1893a, pl. XI ; 1893b, pl. XVII.

40 Newberry, 1893a, pl. XI.

41 Junker, 1934, fig. 17, p. 149.

42 Junker, 1943, fig. 14, p. 59, fig. 16 [entre les p. 63 et 64] ; Junker, 1944, fig. 31 p. 73.

43 Montet, 1925, pl. XII ; Newberry, 1893a, pl. XXVII, XXX, XXXI, XXXV ; 1893b, pl. XVII, XXVIII, XXIX, XXXI, XXXV, XXXVI.

44 Montet, 1925, fig. 19, p. 96, pl. VIII, IX, XII, XVII ; Newberry, 1893a, pl. XXX, XXXV ; 1893b, pl. XXXI ; Junker, 1939, pl. VI [entre les p. 60 et 61], pl. XII [entre les p. 84 et 85] ; 1953, fig. 75, p. 193.

45 Junker, 1934, fig. 28, p. 182, fig. 30, p. 183 ; 1938, fig. 7, p. 69, fig. 8a, p. 72, fig. 8b, p. 73, fig. 18, p. 139, fig. 27 [entre les p. 166 et 167] ; 1943, fig. 14, p. 59, fig. 16 [entre les p. 63 et 64], fig. 40, p. 127 ; 1944, fig. 88 p. 221 ; 1950, fig. 86 p. 187.

46 Newberry, 1893a, pl. XXX ; 1893b, pl. VII.

47 Montet, 1925, pl. IX ; Newberry, 1893a, pl. XXX ; 1893b, pl. XXIIA, XXVIII.

48 Junker, 1938, fig. 18 p. 139.

49 Newberry, 1893a, pl. XVII, XXXV ; 1893b, pl. XV, XVII, XXX ; Montet, 1925, fig. 28, p. 163 ; Junker, 1934, fig. 33 p. 187.

50 Gautier, 1993, fig. 9, p. 43.

51 Czichon et Sievertsen, 1993, fig. 1, p. 52.

52 Koenig, 1994, p. 89-90.

53 Koenig, 1994, p. 88-89.

54 Koenig, 1994, p. 100-112 ; Étienne, 2000, Cat 145, 203, 207 ; Gasses, 2004.

55 Montet, 1925, p. 367-368.

56 Newberry, 1893a, pl. XIII ; 1893b, pl. IV, VIIIA [tombe 15], pl. XIII [tombe 17].

57 Montet, 1925, p. 369-372 ; Newberry, 1893b, pl. XVI.

58 Ancien Empire : Chicago OI 10639J, Vandier, 1958, pl. XL, 3-4.

59 Cherpion, 1995, p. 33-47, pl. 2-8.

60 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 3, Ao ; Vienne 8019, Vandier, 1958, pl. XXVII, 3 ; Berlin SM 23720, Vandier, 1958, pl. XXXVII, 8 ; Boston 06.1885, Vandier, 1958, pl. XXXVII, 9. Nouvel Empire : Caire CG 597, Vandier, 1958, pl. CXLIV, 4 ; Caire CG 588, Hema, 2005, pl. 49 ; Cambridge FM E 21.1887, Hema, 2005, pl. 57 a c-d ; Florence MAF 1803, Hema, 2005, pl. 67 a ; Louvre E 27143, Hema, 2005, pl. 80 a ; Leyde AST 3, Hema, 2005, pl. 94 ; Leyde AST 4, Hema, 2005, pl. 105 ; Caire CG 628, Hema, 2005, pl. 113 ; New York MMA 15.2.1, Hema, 2005, pl. 126 a-b ; New Haven YAG 1947.81, Hema, 2005, pl. 136a ; Copenhague ÆIN 935, Hema, 2005, pl. 141.

61 Nouvel Empire : Louvre N 3566, Vandier, 1958, pl. CXXXVI, 5.

62 Nouvel Empire : deux dyades d’Horemheb et son épouse, Hema, 2005, pl. 91 a et pl. 92 a-c.

63 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 2, Ak ; Londres BM 14 [1181], Vandier, 1958, pl. XXVII, 4.

64 Nouvel Empire : Berlin SM 2303, Vandier, 1958, pl. CXLIV, 1 ; New York MMA 15.2.1, Vandier, 1958, pl. CXLIV, 3 ; Bologne KS 1813, Hema, 2005, pl. 101 a-d ; Berlin SM 2303, Hema, 2005, pl. 138 a-b ; Caire CG 597, Hema, 2005, pl. 142 a-c.

65 Nouvel Empire : Louvre A 128, Vandier, 1958, pl. CXLV, 4, Hema, 2005, pl. 115 a-d ; Caire CG 622, Vandier, 1958, pl. CXLVI, 3 ; Caire CG 635, Hema, 2005, pl. 143 a-d.

66 Nouvel Empire : Bologne KS 1817, Hema, 2005, pl. 66 a.

67 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 3, Ap ; Nouvel Empire : Louvre A 61, Hema, 2005, pl. 117 a-c.

68 Ancien Empire : Giza 36, Vandier, 1958, pl. XXV, 1-2 ; University of California 6-19775, Vandier, 1958, pl. XXV, 4 ; Caire CG 6, Vandier, 1958, pl. XLII, 1. Nouvel Empire : Louvre A 68, Hema, 2005, pl. 130 a-d.

69 Ancien Empire : Caire JE 43752, Vandier, 1958, pl. XXVI, 5 ; Caire JE 35565, Vandier, 1958, pl. XLI, 4.

70 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 1, Af ; Louvre N 2293, Vandier, 1958, pl. XVII, 1, 3.

71 Nouvel Empire : Leyde D 76, Vandier, 1958, pl. CXLII, 2 ; Leyde AST 24, Hema, 2005, pl. 144 a-b.

72 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 1, Ae ; Hildesheim 1, Vandier, 1958, pl. XXIX, 3.

73 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 1 Ad.

74 Junker, 1943, fig. 11 p. 49, fig. 13 p. 57, fig. 38a p. 123.

75 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 3, Aq.

76 Junker, 1938, fig. 15 p. 131.

77 Junker, 1939, fig. 9 [entre les p. 36 et 37].

78 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 2, Al.

79 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 2, Ai.

80 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 7, Ca.

81 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 8, Ce.

82 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 1, Aa ; Junker, 1938, fig. 14 p. 129 ; 1943, fig. 29 p. 106 ; 1950, fig. 73, p. 162, fig. 74, p. 164, fig. 75, p. 165.

83 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 1 Ab.

84 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 3, Ar.

85 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 11, Ej.

86 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 3, An.

87 Musée du Louvre E 12627 ; Vandier, 1958, pl. II, 1.

88 Caire CG 146. Vandier, 1958, pl. XXXII, 2.

89 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 10, Ea.

90 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 8, Ch.

91 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 10, Eb, Ec, Ei, Ek ; Junker, 1943, fig. 41 p. 131.

92 Junker, 1939, fig. 8a p. 33.

93 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 13, Er.

94 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 11, Eg.

95 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 15, Edd.

96 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 15, Eff.

97 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 14, Eaa.

98 Desroches-Noblecourt, 1963, p. 271.

99 Chaussée de Sahourê, El-Awady, 2009, pl. 13.

100 Desroches-Noblecourt, 1963, p. 41, 251.

101 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 15 Ecc.

102 Quelques exemples les plus anciens : Londres UC 14860, Sourouzian, 1998, fig. 1 p. 329 ; figurine de Hiérakonpolis, Sourouzian, 1998, fig. 2 p. 329 ; la dame de Munich ÄS 4234, Sourouzian, 1998, fig. 5, p. 330 ; Louvre E 11888 (Époque thinite) ; la « Dame de Bruxelles », Bruxelles MRAH E 0752 (IIIe dynastie), Sourouzian, 1998, fig. 24 p. 340 ; la dame Nesa (Nysyouâ), Louvre N 39 = A 38 présentée à côté de son mari Sépa, Louvre N 37 = A 36, N 38 = A 37 (iiie dynastie), Sourouzian, 1998, fig. 25 a-c, p. 340.

103 Par exemple, la princesse Rédjief, Turin C 3065 (iiie dynastie), Sourouzian, 1998, fig. 37 a-b, p. 346.

104 Par exemple, pour la iiie dynastie : Louvre E 25578, Sourouzian, 1998, fig. 36 a-b, p. 345 ; Leyde AST 19, Sourouzian, 1998, fig. 29 a-b, p. 342. Début ive dynastie : le prince Râhotep, Caire CG 3 et 4, Vandier, 1958, pl. X 1-5 ; Sourouzian, 1998, fig. 48, p. 352 ; Metjen, Berlin SM 1106, Sourouzian, 1998, fig. 46 a-b, p. 351.

105 Dame d’Auxerre, Louvre Ma 3098. Martinez, 2000.

106 Koré Phrasikleia, portant un bouton de lotus. Musée national d’Athènes NAM 4889.

107 Koré à la grenade de l’Acropole.

108 Musée des Beaux Arts de Lyon H 1993.

109 Berlin SM 1800, Richter, 1929, 1970, fig. 267-268 ; Barbotin et alii, 2009, 1re de couverture.

110 Koré, Acropole d’Athènes 680, Richter, 1968, pl. 122 ; Richter, 1929, 1970, pl. II.

111 Nouvel Empire : Akhénaton et Nefertiti (18.10), Louvre N 831, Vandier, 1958, pl. CX, 2 ; Caire CG 772, Vandier, 1958, pl. CXLV, 1 ; Londres BM EA 51101, Hema, 2005, pl. 84 a-b.

112 Nouvel Empire : Nebânensou et Imenemousekhet, Hema, 2005, pl. 79 a-d ; Caire CG 772, Hema, 2005, pl. 85 a-b.

113 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 6, Br.

114 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 4, Bf ; Caire JE 38670, Vandier, 1958, pl. XXXVII, 6.

115 Ancien Empire : Mykérinos et son épouse (4.6) Boston 11.738, Vandier, 1958, pl. V, 3.

116 Nouvel Empire : Ils sont assis, on ne voit pas la main. Berlin SM 2298, Hema, 2005, pl. 36.

117 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 7, Bu ; Louvre E 14399, Vandier, 1958, pl. XXVIII, 1.

118 Ancien Empire : Caire CG 89, Vandier, 1958, pl. XXIV, 4 ; Louvre E 15592, Vandier, 1958, pl. XLV, 6.

119 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 6, Bo ; Louvre A 45, Vandier, 1958, pl. XXIX, 1 ; Caire CG 123, Vandier, 1958, pl. XXIX, 5 ; Paris Bibliothèque Nationale 5, Vandier, 1958, pl. XXX, 4.

120 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 6, Bp.

121 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 6, Bn ; Caire CG 95, Vandier, 1958, pl. XXX, 1.

122 Nouvel Empire : Ils sont assis, on ne voit pas la main. Berlin SM 2298, Hema, 2005, pl. 36.

123 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 7, Bu ; Louvre E 14399, Vandier, 1958, pl. XXIII, 1.

124 Ancien Empire : Caire CG 89, Vandier, 1958, pl. XXIV, 4 ; Louvre E 15592, Vandier, 1958, pl. XLV, 6.

125 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 5, Bh ; Junker, 1947, fig. 6, p. 24, pl. V a. Nouvel Empire : Caire CG 628, Hema, 2005, pl. 113 d ; New York MMA 15.2.1, Hema, 2005, pl. 126 b ; Berlin SM 2297, Hema, 2005, pl. 137 b.

126 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 5, Bl ; Junker, 1943, fig. 69, p. 191.

127 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 5, Bj.

128 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 5, Bk.

129 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 5, Bi ; Junker, 1938, fig. 15, p. 131.

130 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 8, Cf.

131 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 6, Bq.

132 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 6, Bm.

133 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 4, Ba.

134 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 4, Bb ; Junker, 1938, fig. 14, p. 129.

135 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 4, Bc.

136 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 4, Bd ; Junker, 1943, fig. 32, p. 110.

137 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 7, Bt.

138 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 4 Be.

139 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 5, Bg, Stances 9 Ci ; Junker, 1950, fig. 90, p. 195.

140 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 7, Bv.

141 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 8, Cd.

142 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 7, Cb.

143 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 8, Cg.

144 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 12, Ep [scène de chasse].

145 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 7, Bs.

146 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 8, Cc.

147 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 2, Ah ; Berlin SM 14108, Vandier, 1958, pl. XXV, 6. Fin du Moyen Empire : Turin [supp.] 1219, Vandier, 1958, pl. LXXXIII, 1. Nouvel Empire : Louvre E 15593 (18.10), Vandier, 1958, pl. CXI, 1 ; Boston 00.690 (ramesside), Vandier, 1958, pl. CXXXIX, 6.

148 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 3, Am.

149 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 1, Ac.

150 Ancien Empire : Imapépi et son épouse, Cherpion, 1995, pl. 7a. Nouvel Empire : Louvre A 53, Vandier, 1958, pl. CXLIII, 1 ; Turin 3057, Vandier, 1958, pl. CXLIII, 2 ; Brooklyn Museum 40.523, Vandier, 1958, pl. CXLIII, 3 ; Louvre A 116, Vandier, 1958, pl. CXLIII, 4 ; Berlin SM 6910, Vandier, 1958, pl. CXLIV, 2. Voir Hema, 2005, p. pl. 1, 3 a, 5, 6 a, 7 a-d, pl. 12 a, pl. 14, pl. 15 a-c, pl. 16 a-b, pl. 17 a-c, pl. 18, pl. 33 a-c, pl. 38 a-b, pl. 39 a-c, pl. 40 a-b, pl. 41 , pl. 42 a-c, pl. 46, pl. 48, pl. 50, pl. 53 a-c, pl. 54 a, pl. 58 a-c, pl. 59 a-b, pl. 61 a-c, pl. 62 a-d, pl. 63 a-c, pl. 68, 69 a-c, pl. 71 a-c, pl. 72 a-c, pl. 74 a-c, pl. 76 a-b, pl. 77 a -b, pl. 81 a-d, pl. 86 a-c, pl. 89 a-d, pl. 96 a-c, pl. 103, pl. 104 a-c, pl. 106 a, pl. 116 a-c, pl. 121 a, pl. 124 a-d, 125 a-c, pl. 129 a-c, pl. 132 ; pl. 145, pl. 148 a, pl. 151 a.

151 Nouvel Empire : Hema, 2005, pl. 4a-4b, pl. 34, pl. 37, pl. 73, pl. 87 a-c.

152 Nouvel Empire : Londres BM EA 2302, Hema, 2005, pl. 151 a-d.

153 Nouvel Empire : Louvre A 133, Hema, 2005, pl. 149 a.

154 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 2, Aj ; Mémi et Sabou, New York MMA 48.111, Vandier, 1958, pl. XXVI, 1.

155 McCorquodale, 2013, Stances 19, Fs ; Caire CG 107, Vandier, 1958, p. 81-82, pl. XXX, 2.

156 xxve-xxvie dynastie, Padiimennebnesouttaouy, Louvre A 117, Hema, 2005, p. 2-3, pl. VIII.

157 McCorquodale, 2013, Stances 19, Ft.

158 Ancien Empire : Vandier, 1958, pl. XIV, 1.

159 Nouvel Empire : Turin 3056, Vandier, 1958, pl. CXLV, 3 ; Hema, 2005, n° 10, p. 27, pl. 10 ; Copenhague ÆIN 586, Hema, 2005, pl. 65.

160 Ancien Empire : Boston 30.1456, Vandier, 1958, pl. XIII, 2.

161 Ancien Empire : Boston 06.1882, Vandier, 1958, pl. XXVI, 2.

162 Ancien Empire : Caire 66617, Vandier, 1958, pl. XXVI, 4.

163 Nouvel Empire : Copenhague ÆIN 885, Vandier, 1958, pl. CXLVI, 2.

164 Ancien Empire : Caire 44, McCorquodale, 2013, Stances 13, Eu ; Vandier, 1958, pl. XXXI, 2.

165 Nouvel Empire : Leyde B 97, Vandier, 1958, pl. CXLVIII, 1 ; Londres BM EA 2300 , Hema, 2005, pl. 43 a ; Leyde AST 69, Hema, 2005, pl. 45 ; AEIN 885, Hema, 2005, pl. 47 ; Florence MAF 1802, Hema, 2005, pl. 64 a-c.

166 Nouvel Empire : St Petersbourg HM 740, Hema, 2005, pl. 102.

167 Ancien Empire : Caire 101, Vandier, 1958, pl. XXIX, 2.

168 Ancien Empire : Boston 12.1484, Vandier, 1958, pl. XXXIV, 4.

169 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 13, Es, Stances 14, Ey.

170 Nouvel Empire : Londres BM EA 113, Hema, 2005, pl. 55 a-b.

171 Nouvel Empire : Caire CG 621, Hema, 2005, pl. 147 a.

172 Début Nouvel Empire : Louvre E 19172, Vandier, 1958, pl. LXXXV, 1.

173 Junker, 1934, pl. XVa ; Junker, 1943, fig. 14, p. 59, fig. 15, p. 60.

174 Enseignement de Ptahhotep, 4,2 et 5,2-5,4.

175 Ancien Empire : Caire 22, Vandier, 1958, pl. XXXI, 3 ; Caire 100, Vandier, 1958, pl. XXVIII, 2 ; Louvre A44, Vandier, 1958, pl. XXVIII, 3 ; Caire 151, Vandier, 1958, pl. XXVII, 2 ; Caire 125, Vandier, 1958, pl. XXVII, 1. Nouvel Empire : Caire 42126, Vandier, 1958, pl. CXLVII, 1 ; Toulouse, Musée Labit 608, Vandier, 1958, pl. CXLVII, 5 ; Londres UC 004 (18.10), Vandier, 1958, pl. CXII, 1.

176 Nouvel Empire : Louvre E 10443, Vandier, 1958, pl. CXLVII, 3.

177 Nouvel Empire : Louvre A 58, Vandier, 1958, pl. CXLVII, 4.

178 Baka et sa fille, Caire CG 176, Ancien Empire, Vandier, 1958, pl. XXVI, 3.

179 Caire 42154, Nouvel Empire, Vandier, 1958, pl. CXXXV, 6.

180 Dorn, 2011, n° 139, p. 256-257, pl. 130-131, n° 140, p. 257, pl. 132-133.

181 Nouvel Empire, Naples MAN 178, Hema, 2005, p. 2-3, n° 139, p. 308-309, pl. 139 b.

182 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 15, Egg ; Brooklyn Museum 37.17, E, Vandier, 1958, pl. XXV, 5.

183 Ancien Empire : Brooklyn Museum 49.215, Vandier, 1958, pl. XXXI, 1.

184 Ancien Empire : Louvre A 102, Vandier, 1958, pl. XXXI, 6.

185 Nouvel Empire : Bruxelles MRAH E 4295, Hema, 2005, pl. 60 a-d.

186 Ancien Empire : MMA 53.19, Vandier, 1958, pl. XXIX, 4.

187 Ancien Empire : Caire 21, Vandier, 1958, pl. XXXII, 5.

188 Nouvel Empire : Louvre E 11364, Vandier, 1958, pl. CXLVI, 4.

189 Nouvel Empire : Louvre A 57, Vandier, 1958, pl. CXLVII, 2.

190 Nouvel Empire : Caire CG 772, Hema, 2005, pl. 85 a.

191 Ancien Empire : Caire 55, Vandier, 1958, pl. XXXII, 1.

192 Ancien Empire : Giza 48, Vandier, 1958, pl. XXVIII, 4.

193 Nouvel Empire : Berlin 2297, Vandier, 1958, pl. CXLVIII, 3.

194 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 16, Fb.

195 Moyen Empire : Cambridge ME V, Vandier, 1958, pl. XCII, 3.

196 Nouvel Empire : New York MMA 11.150.21, Vandier, 1958, pl. CXLVI, 5.

197 Nouvel Empire : Bologne KS 1819, Hema, 2005, pl. 8.

198 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 2, Ag.

199 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 14, Ex.

200 Nouvel Empire : Sebehotep et un jeune prince, Bruxelles MRAH 6856, Vandier, 1958, pl. CLVIII, 6 ; Hema, 2005, pl. 56 a-c.

201 Nouvel Empire : Caire CG 42114, Hema, 2005, pl. 19 ; Caire CG 42115, Hema, 2005, pl. 20 ; Berlin SM 2296, Vandier, 1958, pl. CLI, 1, CLXII, 1 ; Hema, 2005, pl. 22 a-b ; TT 71, Hema, 2005, pl. 26 ; réserve du Sheikh Labib à Karnak, Hema, 2005, pl. 28 a-b ; réserve du Karakol à Karnak, Hema, 2005, pl. 29 ; Caire CG 42171, Hema, 2005, pl. 31 ; Londres BM EA 35400, Hema, 2005, pl. 75 a-b.

202 Nouvel Empire : Senmout et la princesse Néférourê, Londres BM 174, Vandier, 1958, pl. CLXII, 2 ; Hema, 2005, pl. 24 a-b.

203 Chicago FMNH A 173800, Hema, 2005, pl. 23 a-b.

204 Nouvel Empire : Caire JE 98831, Hema, 2005, pl. 11.

205 Nouvel Empire : TT 71, Hema, 2005, pl. 27.

206 Brooklyn Museum 51.224 (fin du ME ou DPi), Vandier, 1958, pl. LXXXI, 3.

207 Nouvel Empire : Caire JE 91301, Hema, 2005, pl. 78 a-d.

208 Nouvel Empire : Caire CG 42116, Hema, 2005, pl. 21.

209 Ancien Empire : Pépi II (6.5) sur les genoux de sa mère Ânkhenespépi, Brooklyn Museum 39.119 ; Vandier, 1958, pl. VIII, 4 ; Caire JE 72142, Vandier, 1958, pl. XXI, 2. Nouvel Empire : Hatchepsout (18.5) et Satrê, Caire JE 56264, Hema, 2005, pl. 13 a-b ; Londres BM EA 1280, Hema, 2005, pl. 35 a-c.

210 Nouvel Empire : collection particulière, Vandier, 1958, pl. CXLII, 5.

211 Ancien Empire : New York MMA 22.2.35, Vandier, 1958, pl. XL, 5.

212 Ancien Empire : New York MMA 26.7.1405, Vandier, 1958, pl. XX, 6.

213 Nouvel Empire : El-Kab, tombe de Pahéry.

214 Des règnes d’Akhénaton à Toutânkhamon.

215 D. Laboury, 2010, p. 22, 28, 270, 289, 335, 340, 341, 342 ; Desroches-Noblecourt, 1963, p. 30, 40-42, 117, 118, 141, 146, 147, 155, 164, 166, 167, 205, 251, 271.

216 Caire JE 44866, Vandier, 1958, pl. CXIV, 6.

217 Par exemple Ramsès II : Turin 1380, Vandier, 1958, pl. CXXVI, 1, 3.

218 Nouvel Empire : Horus et Isis, Caire CG 608, Hema, 2005, pl. 119 a.

219 Par exemple la Triade d’Osorkon II (ixe siècle), Louvre E 6204.

220 Étienne, 2000, Cat 40.

221 Basse Époque : Louvre N 3994.

222 Époque ptolémaïque : Louvre E 17495.

223 Basse Époque : Louvre E 20060.

224 Tallet, 2010, fig. 1, p. 98.

225 Exode 33,7-11, voir aussi Nombres, 12,6 et Deutéronome, 34,10. Farout, 2014, p. 39-40.

226 Louvre E25982.

227 Farout, 2013B, fig. 20 p. 49.

228 Ounas (5.9), temple haut, Saqqara, Labrousse, Lauer et Leclant, 1977, fig. 51-53, p. 81-83.

229 Sahourê (5.2) allaité par Nekhbet, Borchardt, 1913, pl. 18. Ounas (5.9) allaité par une déesse, Labrousse, Lauer et Leclant, 1977, fig. 54, p. 84.

230 Hathor à Deir el-Bahari allaitant Thoutmosis III, Naville, 1907, pl. XXVIII c.

231 KV 34.

232 Ounas, temple haut, Saqqara. Labrousse, Lauer et Leclant, 1977, fig. 73-75, p. 95-97, pl. XXXIV.

233 Vienne 8301, Nouvel Empire, Vandier, 1958, pl. CXX, 5.

234 Turin 768, fin xviiie dynastie, Vandier, 1958, pl. CXXI, 1.

235 Copenhague ÆIN 1483 (ramesside), Vandier, 1958, pl. CXXXV, 1.

236 Vandier, 1958, pl. IV, 1-4 : Boston 09.200, Caire 40678, Caire 40679 et Caire 46499.

237 Caire 42097, fin xviiie dynastie, Vandier, 1958, pl. CXVIII, 1.

238 Louvre A12, Ramesside, Vandier, 1958, pl. CXXXII, 6.

239 Caire CG 14, Vandier, 1958, pl. II, 2-3.

240 Naville, 1907, pl. XXIX-XXXI.

241 Caire 42153, Nouvel Empire, Vandier, 1958, pl. CXXXI, 6.

242 Louvre E 11609, Toutânkhamon, Vandier, 1958, pl. CXVIII, 4, CXIX, 2.

243 Caire 42141, Nouvel Empire, Vandier, 1958, pl. CXXXV, 2.

244 Louvre E 11005, Toutânkhamon, Vandier, 1958, pl. CXVIII, 3.

245 Louvre E 11609, on a détruit la tête et les bras de Toutânkhamon ainsi que les mains d’Amon, Desroches-Noblecourt, 1963, p. 17. Louvre E 11005, on a détruit la statue de Toutânkhamon et les mains d’Amon.

246 Londres BM 442 [5], fin xviiie dynastie, Vandier, 1958, pl. CXXI, 4.

247 Caire 42144, Ramesside, Vandier, 1958, pl. CXXVIII, 6.

248 BM 616 [26], Ramesside, Vandier, 1958, pl. CXXX, 3.

249 Borchardt, 1913, pl. 35.

250 Ibid., pl. 36.

251 Ibid., pl. 38.

252 Petrie, 1896, pl. V, 8.

253 New York MMA 13.182.3.

254 Par exemple Farout, 2013b, fig. 1, p. 40, fig. 12, p. 46, fig. 23, p. 51.

255 Farout, 2015, p. 3-14.

256 Cannuyer, 2002, p. 23-82.

257 Laboury, 2010, p. 132, 153, 155, 162, 166, 170, 183, 189, 215, 256, 270, 274, 276, 289, 295, 296, 315, 316, 320, 335, 340, 342, 361, pl. II-1, IV-2, V-1 ; Desroches-Noblecourt, 1963, p. 104, 110, 125, 127, 129, 141, 144, 153, 155, 156, 164, 167.

258 Sur des jeux iconographiques comparables, voir Farout, 2013b, p. 34-35, fig. 12, 23, 24, 25.

259 Lefèvre, 2010, p. 33-42 ; Yoyotte, 2010, p. 9-22.

260 Par exemple, la stèle d’Aményséneb, XIIIe dynastie, Louvre C11.

261 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 10, De.

262 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 9, Db.

263 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 9, Da.

264 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 9, Dc.

265 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 10, Df.

266 Ancien Empire : McCorquodale, 2013, Stances 9, Dd.

267 Louvre B7 et Florence MAF 2468, Calmette, 2008, p. 43-51.

268 Barguet, 1953, p. 103-111.

269 Farout, 2008, p. 125.

270 Grandet, 2013, notices 182-185.

271 Manniche, 1977, p. 21-22 et fig. 4 ; 1997, p. 55, fig. 46.

272 Goyon, 1957, n° 129, p. 132, pl. XXXVIII.

273 Vernus, 2012, p. 109-121, pl. 23 ; 2013, p. 108-117.

274 Collombert, 2008, p 63-72 ; Farout, 2008, p. 123-125.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Temple de millions d’années de Ramsès II à Abydos. Les soldats de l’armée égyptienne tranchent les mains des ennemis qu’ils tuent.
Crédits © D. Farout.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/9201/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 2. Stèle d’Horus sur les crocodiles. Collection privée.
Crédits DR.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/9201/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Fig. 3. Tombe du « nourricier du fils royal Ouadjmès, gouverneur d’El-Kab Pahéry ». XVIIIe dynastie.
Crédits © D. Farout.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/9201/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 4. Tombe de Niânkhkhnoum et Khoumhotep à Saqqara. Les « deux frères » s’embrassent.
Crédits © D. Farout.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/9201/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 5. Gravure rupestre du Ouadi Hammamat. Une scène pornographique.
Crédits © D. Farout.
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/9201/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Farout, « Les contacts corporels dans l’iconographie égyptienne », Pallas, 107 | 2018, 253-264.

Référence électronique

Dominique Farout, « Les contacts corporels dans l’iconographie égyptienne », Pallas [En ligne], 107 | 2018, mis en ligne le 31 mai 2019, consulté le 22 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/pallas/9201 ; DOI : 10.4000/pallas.9201

Haut de page

Auteur

Dominique Farout

École du Louvre, Institut Khéops
PLH-CRATA
dominique.farout[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals