Navigation – Plan du site
Notes de lectures

Clément Bertau-Courbières, Au miroir des bienheureux. Les émotions positives et leurs représentations en Grèce archaïque

Bordeaux, Ausonius éditions, Scripta Antiqua 105, 316 p.
Sarah Rey
p. 311-313
Référence(s) :

Clément Bertau-Courbières, Au miroir des bienheureux. Les émotions positives et leurs représentations en Grèce archaïque, Bordeaux, Ausonius éditions, Scripta Antiqua 105, 316 p. ISBN 9 782356131966 (ISSN 1298-1990), 25 €

Texte intégral

1Cet ouvrage est né d’une thèse de doctorat, qui, après avoir été soutenue en 2014 à l’Université de Toulouse-Jean Jaurès, fut soigneusement remaniée. Clément Bertau-Courbières (CBC) y démontre sa parfaite maîtrise des enjeux soulevés par un courant historiographique très vigoureux ces dernières années, celui de l’histoire des émotions. Les Anglo-Saxons ont pris une longueur d’avance dans cet emotional turn. En toute logique, CBC puise largement dans la production scientifique récente, qu’elle soit américaine ou britannique, sans s’interdire de remonter plus haut dans le temps : il dialogue notamment avec les savants allemands de l’après-Seconde guerre mondiale, versés dans la psychologie historique, Bruno Snell entre autres. Il retourne en outre à Jean-Pierre Vernant, Oswyn Murray ou même Michel Foucault, dans ses analyses sur le gouvernement de soi. Il sait également mobiliser les outils de la psychologie cognitive : certaines situations émotives de l’Antiquité grecque sont ici lues à la lumière des théories de l’appraisal ou des stratégies de coping.

2Cette vaste mise en perspective bibliographique, mais aussi méthodologique, fait apercevoir à l’auteur les erreurs et les lacunes de certains de ses prédécesseurs. Chemin faisant, il remarque la rareté des travaux consacrés aux affects chez les Présocratiques (p. 251). Il peut aussi corriger, çà et là, certaines propositions de Joachim Latacz, l’auteur du Zum Wortfeld ‘Freude’ in der Sprache Homers (Heidelberg, 1966), en particulier sur le dualisme anachronique qu’il appose sur l’épopée, lorsqu’il sépare les plaisirs corporels et spirituels. CBC montre que cette dichotomie ne se justifie pas, ce que l’arc chronologique qu’il traverse lui permet de prouver : c’est un « long archaïsme » qui est envisagé, d’Homère à Hérodote, en passant par Hésiode, Tyrtée, Archiloque, Sémonide, Mimnerme, Solon, Sappho, Pindare. La démonstration s’ordonne autour de ces sources, selon un déroulement chronologique, que les titres de parties ne révèlent pas de premier abord (I. Un parcours dans le paysage affectif des poèmes homériques ; II. Formes et fonctions des émotions positives dans les poleis ; III. Des émotions positives de l’éternité à l’histoire).

3Tout le livre de CBC est nourri d’un robuste savoir philologique, qui ne se complaît pas dans sa propre dextérité. Chaque fois que se disent le plaisir, le contentement ou la joie, la langue grecque archaïque est soupesée au terme près par l’auteur, qui comprend de la sorte d’où naissent les émotions positives et comment elles s’expriment : avant tout de l’action, parfois dans l’immédiateté, souvent dans le partage communautaire des satisfactions. Il y a une quinzaine d’années, Pietro Citati disait que « Terpein est un mot immense qu’on n’en finit pas d’explorer ». Mais, à la lecture de ce Miroir des bienheureux, la même chose semble pouvoir être dite des verbes kairo, gêtheo, hedomai, des adjectifs makar et olbios, tout comme de l’habrosynê et de l’euphrosynê.

4De vraies inflexions se dessinent à la faveur de cette enquête historique et lexicale. CBC fait ainsi apparaître de très nette manière que les joies se font rares chez Hésiode, en contraste avec la virulence émotive des premiers temps archaïques. Et, dans ses meilleures pages, l’auteur donne à voir l’ambivalence de chaque affect : il y a la douceur de pleurer, que connaissent Agamemnon, revenu dans sa patrie, ou Pénélope, à l’annonce du retour d’Ulysse ; il y a de même la joie de blesser, puis d’anéantir son ennemi, ce que les Allemands avaient, en la matière, appelé Schadenfreude, le malin plaisir qui anime tant de guerriers grecs. La même « impureté » émotive se fait jour dans l’Eros glukupikron (doux-amer) de Sappho. Tout ceci fait repenser aux phrases de Lucien Febvre, dans son article séminal de 1941 (« Comment reconstituer la vie affective d’autrefois ? », Annales d’histoire sociale, III) : « Disons, en clair, que tout sentiment humain est la fois lui-même et son contraire. Qu’une sorte de communauté fondamentale unit, toujours, les pôles opposés de nos états affectifs ».

5Au fil de son analyse, CBC finit par définir les circonstances d’où jaillissent les joies grecques de l’époque archaïque : la guerre, le retour d’exil, les banquets, les bonnes récoltes, le profit et même, à la fin de la période, de manière plus réflexive, l’auto-contrôle que l’individu peut exercer sur lui-même (Pythagore peut en fournir le modèle, lui dont on rapporte que jamais il ne pleurait, ni ne riait). Arrivé au terme d’un parcours minutieux, l’auteur se trouve ainsi en mesure d’avancer des affirmations très neuves sur la place des sens dans l’Iliade (« la musique et les récits sont les causes du plaisir privilégiées par les hommes et l’observation du champ de bataille, celle privilégiée par les dieux », p. 83) ou sur les sources auditives du plaisir chez Hérodote : recevoir des informations nouvelles, des conseils ou des avis, autant de manières d’être comblé.

6Bien que formant un tout cohérent, cette étude donne à voir la façon dont on pourrait la prolonger, par exemple en observant la catégorisation par sexe des émotions positives, catégorisation certainement difficile à manier dans le contexte grec archaïque, où, loin devant les femmes, les hommes sont si volontiers mis en scène. Outre ces considérations de « genre », une plus grande observation des gestes qui accompagnent les états affectifs pourrait à coup sûr fournir des éclairages historiques surprenants : CBC s’y risque quelquefois, quand il reprend par exemple ce passage du dixième chant de l’Iliade où Ulysse et Diomède – au retour de leur expédition nocturne – sont accueillis dans le camp achéen « de la main droite avec de douces paroles », évoquant au passage les « comportements d’approche » prompts à se mettre en acte.

7L’ensemble de ce travail prouve donc la fécondité d’une histoire attachée aux événements affectifs dans leurs visages changeants. Plus que d’évolutions, il faut parler en ce domaine de reconfigurations, qui ne doivent pas se satisfaire d’une simple linéarité ascendante (vers toujours plus de sophistication, de raffinement…). L’essentiel est de voir comment les hommes de l’âge archaïque pensent faire un pas en direction du divin lorsqu’ils éprouvent de la joie ou veulent l’atteindre. Et comment ils ne trouvent pas de meilleur moyen pour se réjouir que la mise en texte de leurs sentiments : cachés entre les lignes de leurs chants, de leurs préceptes ou de leurs récits, l’aède, le poète, le philosophe et l’historien ne sont-ils pas les plus heureux des hommes ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sarah Rey, « Clément Bertau-Courbières, Au miroir des bienheureux. Les émotions positives et leurs représentations en Grèce archaïque », Pallas, 107 | 2018, 311-313.

Référence électronique

Sarah Rey, « Clément Bertau-Courbières, Au miroir des bienheureux. Les émotions positives et leurs représentations en Grèce archaïque », Pallas [En ligne], 107 | 2018, mis en ligne le 31 mai 2019, consulté le 21 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/pallas/9433

Haut de page

Auteur

Sarah Rey

Université de Valenciennes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals