Navigation – Plan du site
Notes de lectures

L’écriture et l’espace de la mort. Épigraphie et nécropoles à l’époque préromaine, études réunies par M.-L. Haack

Rome, École française de Rome, 2016. Collection de l’École française de Rome 502. 604 p.
Clément Chillet
p. 313-317
Référence(s) :

L’écriture et l’espace de la mort. Épigraphie et nécropoles à l’époque préromaine, études réunies par M.-L. Haack, Rome, École française de Rome, 2016. Collection de l’École française de Rome 502. 604 p. (ISBN 978-2-7283-1095-1) 35 €

Texte intégral

  • 1 L’ouvrage est disponible également à l’adresse : http://books.openedition.org/efr/2704.
  • 2 M.-L. Haack (éd.), Écritures, cultures, sociétés dans les nécropoles d’Italie ancienne, Bordeaux, A (...)

1L’ouvrage1 recensé est issu d’un colloque, bilan d’un programme ANR très productif qui a déjà à son actif la publication d’une autre session de travaux2. La présente publication constitue un ouvrage matériellement imposant, comportant une introduction, une conclusion, dix-huit communications écrites en italien, en français et en anglais. L’ouvrage est doté d’un index des inscriptions citées, des noms propres de personnes et de dieux, et des noms de lieux auxquels s’ajoutent des résumés de chacun des articles. Il est illustré de figures en noir et blanc de bonne qualité pour lesquelles on regrettera cependant une grande confusion dans l’article de L. Bonfante dans lequel les renvois aux figures sont souvent fautifs, mais aussi pour lequel, à la composition, s’est glissée une très malencontreuse erreur qui place en figure 12 la figure 12… de l’article de F. De Angelis, privant l’article de Mme Bonfante d’une de ses figures, la 9 annoncée p. 385 qui n’apparaît nulle part, même sous un autre numéro, sauf erreur de notre part.

2Deux autres expressions de regret, de nature formelle, à la lecture de ce livre avant de passer aux apports indéniables qu’il présente dans les champs de la recherche nombreux qu’il aborde.

3La première est l’absence de plan dans l’ouvrage. Même si l’on voit que l’ordre des articles doit suivre celui des sessions du colloque, des titres intermédiaires, voire de courtes introductions de parties, pour faciliter la lecture morcelée – comme l’est souvent la lecture des actes de colloques – auraient été les bienvenues.

4La seconde tient au choix de l’éditrice et des organisateurs du colloque d’avoir restitué les « discussions » qui ont suivi les communications ou au moins les sessions du colloque. La plupart de ces interventions ne sont pas toujours les bienvenues, soit qu’elles ne soient manifestement pas à leur place (parce qu’elles ont dû intervenir à la fin de sessions du colloque regroupant plusieurs communications et n’ont pas été replacées exactement au bon endroit dans le volume), soit qu’elles fassent référence à des documents ou à des points sans doute signalés à l’oral, mais pas clairement dans l’article, ce qui les rend difficile à contextualiser (p. 399, référence à la question de l’identification de la sphinge qui n’apparaît qu’accessoirement dans une note, 23 p. 284, laquelle, par ailleurs, prend en compte la remarque faite par l’intervenant ; p. 423 la remarque sur une tabula aenea présente en filigrane dans l’article sans jamais être citée telle quelle demande un effort de mémoire pour déterminer ce dont il s’agit), soit qu’elle soit en réalité purement inutile dans un volume déjà dense. C’est d’autant plus regrettable que certaines de ces interventions, à l’instar de celle de M. Torelli sur les magistratures étrusques (p. 367-368) sont particulièrement intéressantes, mais sont noyées dans la masse de ces discussions d’un niveau inégal, bien compréhensible puisqu’il s’agit de remarques faites à l’oral lors du colloque.

5Ces quelques points ne doivent en rien masquer la qualité des interventions ici publiées. Les buts du volume sont exposés par l’éditrice dans son introduction. Il s’agit de réinterroger le lien entre monde des morts et monde des vivants : dans quelle mesure celui-là est-il un moyen de connaître celui-ci ? En est-il une transcription fidèle ou bien une image médiatisée par des filtres ? Et si oui, de quelle nature sont ces filtres ? Est-il possible de les comprendre, et une fois compris leur fonctionnement, de les déconstruire pour retrouver l’image du monde des vivants – le rite, la fonction et la position sociales du mort ? Que nous disent ces filtres sur l’idéologie qui les a créés ?

6Tenter d’apporter une réponse à ces questions nécessite d’interroger les méthodes de l’archéologie funéraire. Entendons les méthodes d’interprétation des vestiges funéraires et non pas celles des fouilles qui ne sont pas discutées dans l’ouvrage, même s’il aurait été intéressant d’en dire un mot dans l’introduction, dans la mesure où, méthodologiquement, l’on ne trouve que ce que l’on cherche, et où, pratiquement, disparaissent concrètement et physiquement certains éléments que l’écrit peut justement aider à retrouver, même s’il les médiatise (voir les remarques sur « la couleur du deuil » dans F. Frisone). Vers cette fin sont orientés non seulement la très riche introduction de M.-L. Haack, mais aussi plusieurs articles qui font l’histoire des méthodes de l’archéologie funéraire des cinquante dernières années, en discutent les apports et en exposent les limites (réflexion très poussée dans l’article de M. Cuozzo, puis de F. Frisone). Cet ouvrage n’est donc pas seulement une présentation d’études de cas, mais aussi un ouvrage de réflexion sur la discipline qui effectue un point rétrospectif à un moment où elle cherche à tirer les enseignements de son passé pour se renouveler.

  • 3 Voir l’article séminal pour la discipline de d’Agostino, dans les Dialoghi d’archeologia, 3, 1, 198 (...)

7Parmi les éléments du contexte funéraire, ceux qui constituent l’angle d’approche du volume sont les objets (jusqu’à la tombe elle-même) écrits. Puisque les théoriciens des rapports entre monde des vivants et monde des morts3 utilisent des images tirées de la langue des stylisticiens et plus généralement des linguistes (métaphore, homologie… M.-L. Haack utilise pour sa part le terme d’anamorphose, p. 24), M.-L. Haack et l’équipe EPIPOLES à l’origine du colloque ont donc naturellement porté leur attention sur l’étude des discours (et l’on considérera donc, dans une perspective stylisticienne, tout artéfact, dont l’écriture, comme un discours) écrits dans les contextes funéraires. L’objectif est de comprendre dans quelle mesure ils permettent d’étudier le système de pensée à l’œuvre, autrement dit l’idéologie funéraire utilisée pour faire passer un défunt dans le monde des morts. L’intérêt particulier de ce volume est donc, par contrecoup, de croiser ces très riches questionnements de l’archéologie funéraire avec ceux de la literacy. S’interroger sur la place de l’écrit suppose de savoir quel statut, quelles fonctions, quelle diffusion… accorder à l’écrit dans une société donnée et l’on peut rendre cette justice aux auteurs des communications que tous se sont, selon leur objet d’étude, affrontés à ce croisement des problématiques.

8Il ne sera pas question de balayer les dix-huit communications dans le présent compte rendu, d’autant que le volume est doté, comme tous les actes de colloques publiés dans la CEF, d’un résumé de chacune des communications établi par leur auteur. On regrettera que la conclusion fasse, de ce fait, doublon, en ne tissant pas des fils communs tirés des articles, mais se contente d’en résumer le contenu dans leur ordre de publication. La remarque est d’autant plus vraie que les trois articles (C. Ruiz Darasse, E. Deniaux et P. Poccetti) qui devaient former un contrepoint spatial, malgré leur intérêt indéniable, se trouvent détachés de l’ensemble et qu’il est parfois fastidieux de mettre en valeur les points sur lesquels ils éclairent la situation italienne, objet de l’ouvrage.

9Nous nous attacherons ici à mettre en valeur certains points qui nous ont semblé particulièrement intéressants dans le volume.

10Un des premiers apports, tout factuel, de ce volume, outre l’exploitation d’une documentation déjà publiée par ailleurs, parfois de manière dispersée, est la constitution de corpus nouveaux. On retiendra particulièrement à cet égard la contribution linguistique de V. Belfiore qui réunit les termes désignant la tombe ou ses parties en langue étrusque, celle de K. Lomas au sujet des tabara prêtresses en domaine messapien, celle d’A. Maggiani qui réattribue leur couvercle à certaines urnes de Chiusi qui en étaient privées depuis leur découverte à la suite d’interversions malheureuses, celle de G. Van Heems qui établit un corpus des premières formes de cursus honorum en Italie, celle de C. Berrendonner qui réunit, avec une abondante bibliographie en notes, le corpus des textes témoignant de l’intervention publique dans les espaces de sépulture.

11Parmi les points qui nous semblent remarquables on retiendra :

  • la nécessité d’une analyse de l’écrit en termes de pragmatique du langage a été maintes fois, et à raison, soulignée. L’écrit ne peut pas être analysé comme un donné intemporel, impression confortable que tendrait à donner la présentation continue des numéros dans un volume de corpus. Le texte a été produit, gravé, il a été lu dans des circonstances déterminées. Répondre pour chaque texte, si minime soit-il (les marques, les signes, qui ne constituent pas une langue à proprement parler, étudiés par G. Bagnasco Gianni, A. Gobbi, N. Scoccimarro par exemple), aux questions « qui a écrit, pour qui, dans quel but, qui a lu » etc. est absolument indispensable. La grande attention portée dans le volume aux inscriptions « cachées » (auxquelles K. Lomas, mais elle n’est pas la seule, consacre son article), c’est-à-dire qui n’étaient pas lisibles, parce qu’enfermées dans la tombe, prouve qu’il est nécessaire de se réinterroger sur les fonctions de l’écrit dans ces conditions : la fonction communicationnelle disparaît au profit d’autres, comme celles de « stockage » de l’information par exemple (K. Lomas).
    Le questionnement sur le plan de la pragmatique recoupe nécessairement celui sur la temporalité. On a eu tendance, surtout dans l’analyse de l’écrit, à écraser la chronologie. Le texte renvoie nécessairement à différentes temporalités que sa matérialité rend faussement co-présentes : celle de la conception du texte parfois proche, mais toujours différente de celle de la gravure/peinture…, puis celle de la lecture, voire des lectures et relectures qui peuvent être contraintes par divers facteurs : réouverture potentielle de la tombe, visibilité du monument, rituel… On peut citer à titre d’exemple des articles qui invitent à réfléchir sur les temporalités de l’écrit : celui de L. Bonfante qui étudie le miroir, objet d’usage courant dans la sphère des vivants, qui trouve des usages différents dans la tombe et sur lequel l’écrit n’a pas la même signification dans l’un et l’autre contexte (la didascalie des scènes mythologiques en vient, dans la tombe, à produire un parallèle mythologisant, héroïsant avec les défunts – voir aussi la communication de C. Cousin – tandis que l’écriture consacre irrémédiablement l’objet à la sphère funéraire en en empêchant son usage « par nature ») ; celui de D. Maras sur les inscriptions de don qui paradoxalement relèvent plus, selon son auteur, de la culture orale que de la culture écrite, l’écriture permettant alors de renouveler perpétuellement la parole du don ; ceux enfin de K. Lomas et de D. Maras qui s’interrogent sinon sur la performance orale qui peut accompagner l’inscription, du moins sur sa lecture dont les rapports avec le rite funéraire, ou bien la répétition du texte par de potentiels lecteurs, rend à l’écrit la profondeur chronologique que les conditions matérielles, nous l’avons vu, brident parfois volontairement (dans le cas des inscriptions « cachées » : G. Van Heems montre de manière convaincante comment une inscription enfermée dans une tombe peut être, malgré tout, un écrit « exposé »).
    L’écrit n’est jamais isolé d’un contexte chronologique mais aussi topographique (G. Colonna), aussi les aspects visuels liés à l’inscription sont-ils capitaux. Les rapports entre l’inscription et son support à différente échelle (de l’objet à la tombe elle-même), enrichissent la compréhension des fonctions de l’écrit : rehausse-t-il la monumentalité d’une tombe, l’assure-t-il à lui seul (E. Dupraz et E. Deniaux), que dit l’absence visible ou totale d’écrit ? L’iconographie que le texte accompagne ou du moins avec laquelle il cohabite en confirme-t-elle le sens ? L’écrit s’y oppose-t-il ou du moins dit-il autre chose ou autrement (voir, par exemple, l’article de G. Van Heems sur les rapports entre la représentation des magistratures des aristocrates et leur explicitation dans les cursus).

  • La dimension sociale de l’usage de l’écrit est évidemment cruciale et constitue le pivot de nombreuses communications. L’écriture était-elle, dans une société donnée, à un moment donné, un moyen de créer du lien, de créer une communauté (comme le laisse entendre le formulaire épigraphique qui suppose une adhésion à des valeurs communes : M.-L. Haack en introduction, même si P. Poccetti montre bien, avec le cas de Délos, combien l’épigraphie « privée » des tombes est plus libre dans ses formulations que l’épigraphie publique, contrainte par des modèles orthographiques, lexicaux et syntaxiques issus des pratiques de chancellerie) ou bien au contraire de s’en séparer, de créer de la distinction sociale (voir les très fins degrés de distinction auxquels parvient M. Cuozzo à propos des nécropoles de Pontecagnano, entre collectivité, « segments » de groupes sociaux et individus). La question est particulièrement cruciale à l’époque pré-romaine où, quel que soit le degré de literacy que l’on accorde aux populations, l’écriture est une pratique peu répandue. S’intéresser à ses utilisateurs en contexte funéraire n’aboutit pas forcément à la conclusion habituelle d’un symbol status réservé aux élites : E. Dupraz montre bien, dans les trois groupes ethniques des Abruzzes qu’il étudie que l’usage de l’écriture est une pratique qui marque les groupes « montants » des riches affranchis ou artisans et non pas ceux de l’aristocratie qui ne s’approprient l’usage funéraire de l’écriture que plus tardivement (voir aussi M. Cuozzo).
    L’autre différenciation sociale marquée par l’écriture est bien sûr la différenciation sexuée. Plusieurs articles s’intéressent à la manière dont l’épigraphie accorde une place aux femmes dans l’espace de la mort. À ceux qui concluent à une exclusion des femmes de l’espace de l’écrit (K. Lomas sur la très faible commémoration des femmes, hors de leur fonction de prêtresse), s’opposent d’autres pratiques qui contrebalancent la présentation épigraphique de la femme qui ne signale que son statut d’épouse en mettant en relief sa position dans sa famille paternelle, si elle était puissante : le cas du sarcophage de hasti afunei (F. De Angleis) est particulièrement intéressant en cela qu’il montre bien comment le seul discours écrit, déconnecté de l’étude du mode de recrutement des tombes ou de l’iconographie du sarcophage qui le porte, aboutirait à un contresens.

  • Enfin, dernier élément parmi tant d’autres, à mettre en relief : la dimension ethnique. L’Italie préromaine (le terme n’apparaît pas dans le titre, mais reste sous-jacent à l’organisation du volume, puisque les « points de comparaison » sont situés en Grèce, dans les Balkans et en Espagne) qui n’est un cadre unifié qu’a posteriori, par commodité, par les chercheurs, est un espace multiple. Dans cet espace, existent des ensembles ethniques divers, parfois sur une zone assez réduite (voir les fines différenciations signalées par E. Dupraz pour la zone des Abruzzes), ou bien des nuances à l’intérieur d’un même ensemble ethnique (voir les articles de V. Belfiore et G. Van Heems qui interrogent l’idée d’une unité des pratiques à l’échelle étrusque) : tous ces espaces ne répondent pas aux mêmes normes, parce qu’il y a autant de sociétés, donc de « politique de la mort », pour reprendre les termes de Vernant, ou de code(s) de la mort qui régissent le passage du monde des vivants au monde des morts. Mais cet espace socialement et culturellement morcelé n’est évidemment pas étanche et la mobilité sociale horizontale entre ces diverses zones était à l’œuvre et se lit dans l’archéologie funéraire : dans les processus de différenciation sociale mis en œuvre par l’écrit dont il était question plus haut, la composante ethnique joue son rôle, soit que l’écrit serve à marquer, dans un groupe, une différence d’origine (M. Cuozzo), soit que l’utilisation de l’écrit soit une réponse à un changement culturel (K. Lomas).

12Ces quelques points n’épuisent pas la richesse d’un volume imposant par sa taille (604 pages), mais ils nous ont paru être ceux sur lesquels les articles apportent soit le plus de lumière, soit une approche renouvelée et originale.

Haut de page

Notes

1 L’ouvrage est disponible également à l’adresse : http://books.openedition.org/efr/2704.

2 M.-L. Haack (éd.), Écritures, cultures, sociétés dans les nécropoles d’Italie ancienne, Bordeaux, Ausonius, 2009. Coll. Études, 23.

3 Voir l’article séminal pour la discipline de d’Agostino, dans les Dialoghi d’archeologia, 3, 1, 1985, cité par M.-L. Haack.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clément Chillet, « L’écriture et l’espace de la mort. Épigraphie et nécropoles à l’époque préromaine, études réunies par M.-L. Haack », Pallas, 107 | 2018, 313-317.

Référence électronique

Clément Chillet, « L’écriture et l’espace de la mort. Épigraphie et nécropoles à l’époque préromaine, études réunies par M.-L. Haack », Pallas [En ligne], 107 | 2018, mis en ligne le 31 mai 2019, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/pallas/9445

Haut de page

Auteur

Clément Chillet

Université Grenoble-Alpes

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals