Navigation – Plan du site

Préfaces

Christophe Hugot, Siwany Fabre et Stéphanie Bastit
p. 11-14

Texte intégral

Charalampos Orfanos

In memoriam Charalampos Orfanos

Christophe Hugot
Responsable de la Bibliothèque des
Sciences de l’Antiquité de Lille

1Charalampos Orfanos est décédé des suites d’une longue maladie le 10 juin 2016. Professeur de langue et littérature grecques à l’Université de Lille (alors Lille III) depuis 2012 et membre du Centre de recherche Halma UMR 8164 (CNRS, Université de Lille, MCC), il avait précédemment été chargé de cours à l’Université de Reims (Histoire ancienne) en 1994, attaché temporaire d’enseignement et de recherche à Paris VII (Histoire ancienne) en 1995, puis maître de conférences à l’Université de Toulouse II-Le Mirail de 1996 à 2012.

2Né le 3 avril 1964 à Corfou, Charalampos Orfanos commence ses études à la Faculté de Philosophie de l’Université de Ioannina, avant de les achever en France. Ses recherches portent pour l’essentiel sur la comédie grecque, dans une approche notamment anthropologique. Sa thèse, soutenue à l’EHESS en 1994 sous la direction de Pierre Vidal-Naquet, traite des classes d’âge dans trois comédies d’Aristophane. En 2005, il soutient une habilitation à diriger des recherches à l’Université de Provence, sous le tutorat de Didier Pralon. L’intitulé du dossier est : Questions de littérature et d’histoire dans l’Athènes classique. Le mémoire porte quant à lui sur Le modéré et son contraire. Contribution philologique et anthropologique à l’histoire de quelques idées politiques grecques du dernier quart du ve siècle avant J.-C.

3En 2006, il publie Les Sauvageons d’Athènes ou La didactique du rire chez Aristophane aux éditions Les Belles Lettres. Auteur de nombreux articles, il dirige plusieurs publications collectives, comme les actes du colloque réalisé à l’occasion des trente ans de l’ouvrage de Jean-Claude Carrière, Le carnaval et la politique, parus en 2015 sous le titre Carnaval et comédie aux Presses universitaires de Franche-Comté en codirection avec Malika Bastin-Hammou. Il édite aussi des textes de Lysias et d’Aristophane pour la collection « Classiques en poche » aux éditions Les Belles Lettres et travaillait à la traduction de la Bibliothèque d’Apollodore pour la « Collection des universités de France » chez le même éditeur.

4De même que la comédie grecque était ancrée dans la société de son temps, Charalampos Orfanos prenait part aux débats nés de l’actualité. Ainsi, en 2007, rédige-t-il une tribune reprise dans Fabula qui débute ainsi :

« En tant qu’helléniste et en tant que citoyen, je suis interpellé ces derniers temps par une surenchère de la partie modérément conservatrice de notre société sur le thème de la démocratie… »

5Cet engagement et son attachement à l’histoire et au vécu de son pays natal se révèlent notamment par la traduction en français de l’ouvrage de Mark Mazower, Inside Hitler’s Greece, aux éditions Les Belles Lettres (2002), ou encore par des prises de parole sur la situation actuelle de la politique économique en Grèce, comme dans une tribune cosignée avec deux universitaires grecs pour le journal Libération en 2011. Il a par ailleurs traduit en grec des travaux de Nicole Loraux, François Hartog et de Homer W. Parke.

  • 1 Ce texte d’hommage est une version modifiée du billet paru dans le blog « Insula » le 13 juin 201 (...)

6Si la maladie l’a tenu éloigné de l’Université de Lille durant de longs mois, Babis − son surnom, avec lequel il terminait les mails qu’il nous envoyait pour nous conseiller un ouvrage, une lecture ou prendre des nouvelles depuis Reims − garda continuellement un lien avec le département des langues et cultures antiques, en particulier avec les étudiants dont il guida les recherches jusqu’au bout de ses forces1.

En hommage

Siwany Fabre
Étudiante à l’Université de Lille

7Je prends la parole en ce jour de deuil, au nom des élèves de l’université Lille III, pour rendre hommage à M. Charalampos Orfanos, notre professeur, votre collègue, votre ami, mais aussi un époux et un père.

8Les mots ne sont jamais aisés à trouver dans ce genre de situation. Ma tâche est d’autant plus difficile que lorsque l’on retrace une vie, beaucoup de moments qui ont compté peuvent être oubliés. Une tâche encore plus difficile pour moi qui ne le connaissais que depuis quatre ans.

9Je ne connaissais M. Orfanos que comme professeur et tuteur de mémoire mais, comme vous le savez tous, on apprend parfois à connaître quelqu’un avant même de savoir des choses sur lui.

10Charalampos Orfanos était un homme simple, calme et disponible. Son enthousiasme était communicatif et sa présence rassurante. Il donnait toujours l’impression que rien n’était jamais grave. Un échec n’en était jamais un.

11Bien que ses problèmes de santé l’aient empêché de venir enseigner ces deux dernières années, M. Orfanos est resté un professeur très disponible pour moi, puisqu’il était mon tuteur, et très regretté par les autres élèves. Beaucoup d’entre nous attendaient son retour en lequel il avait lui-même confiance. Nous aurions aimé que cela puisse être le cas.

12Je pense que nous nous souvenons tous de son humour et de la manière dont il parvenait à rendre le grec ancien vivant, aussi paradoxal que cela puisse paraître. Rares sont les professeurs qui parviennent à rendre attrayant un sujet qui ne semblait pas l’être pour l’élève au départ. M. Orfanos faisait partie de ces professeurs-là. Personnellement, il m’impressionnait. Pour être tout à fait honnête, je l’admirais.

13M. Orfanos était un grand professeur.

  • 2 Ce texte fut lu lors des funérailles de Charalampos Orfanos à Reims.

14Il restera dans ma mémoire et dans la vôtre.2

Lumière et joie

Stéphanie Bastit
Étudiante à l’Université Toulouse Jean Jaurès

15Lumière et joie. Un nom qui résonnait comme une promesse, se concrétisait dans un rire dont l’allégresse n’avait d’égale que la force subversive qui faisait voler en éclats les tourments secrets logés quelquefois à leur insu dans les entrailles des étudiants ; jeunes adultes plus souvent qu’on ne le croit en perdition, toujours en construction, ils puisaient dans ses paroles à une source et à une manne qui leur semblaient inépuisables, tant l’énergie qui s’en dégageait paraissait inextinguible.

16Orphelin, peut-être l’était-il aussi, de sa patrie, qu’il portait dans son corps comme une âme débordante n’aspirant qu’à inonder de lumière son entourage ; et le grec ancien, langue miraculeusement ressuscitée dans la magie de l’accentuation chantée, venait réchauffer la gorge et le cœur des jeunes gens qui l’écoutaient, si bien qu’ils en oubliaient le souffle glacé s’insinuant par les interstices des locaux d’une université délabrée.

17Cette joie de vivre, pourtant, s’est-il un jour confié, il la recueillait dans la présence attentive et assoiffée de ces jeunes regards en quête de nourriture intellectuelle et spirituelle, tout autant qu’il la leur transmettait ; faisant ainsi l’expérience, selon les mots de Jacqueline de Romilly, de « cette magie d’un enrichissement réciproque irremplaçable » éprouvée par tous les enseignants à la vocation ardente.

  • 3 Mme Zégaou, enseignante de Lettres Classiques au lycée de Gourdon (46).

18Lumière et joie qu’il nous a offertes, trésor inestimable qu’il nous appartient de conserver et de partager, de préserver, perpétuant ce « lien qui n’est pas une chaîne3 » et qui permet à notre humanité d’avancer, malgré tout, toujours malgré tout.

19Car, ne nous y trompons pas, c’est bien la vie qu’il nous a généreusement léguée.

Haut de page

Notes

1 Ce texte d’hommage est une version modifiée du billet paru dans le blog « Insula » le 13 juin 2016.

2 Ce texte fut lu lors des funérailles de Charalampos Orfanos à Reims.

3 Mme Zégaou, enseignante de Lettres Classiques au lycée de Gourdon (46).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Charalampos Orfanos
URL http://journals.openedition.org/pallas/docannexe/image/9523/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 611k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Hugot, Siwany Fabre et Stéphanie Bastit, « Préfaces », Pallas, 108 | 2018, 11-14.

Référence électronique

Christophe Hugot, Siwany Fabre et Stéphanie Bastit, « Préfaces », Pallas [En ligne], 108 | 2018, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/pallas/9523

Haut de page

Auteurs

Christophe Hugot

Responsable de la Bibliothèque des Sciences de l’Antiquité de Lille

Siwany Fabre

Étudiante à l’Université de Lille

Stéphanie Bastit

Étudiante à l’Université Toulouse Jean Jaurès

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals