Navigation – Plan du site

Introduction

Anne de Cremoux, Hélène Frangoulis et Noémie Villacèque
p. 15-19

Texte intégral

1En ce printemps 2018 où nous écrivons ce texte, voilà bientôt deux années que Babis nous a quittés, à l’âge de cinquante-deux ans. Depuis, le deuil et la tristesse sont toujours là pour ses proches. Et pourtant, la nature joyeuse, en ce moment d’achèvement de l’ouvrage, nous rappelle et nous impose, avant tout, l’image de l’homme virevoltant et passionné qu’il fut. Énergie et engagement, tels seraient deux mots, parmi d’autres, qui pourraient le qualifier, si la personnalité de Babis pouvait être décrite aussi facilement. Il mena, entre la Grèce et la France, une vie de mouvement, une aventure au sens le plus noble du terme, intellectuelle comme humaine, à laquelle les présents Mélanges souhaitent rendre hommage.

2Formé à Ioannina puis à Paris, Babis développa des intérêts éclectiques, pour la musique baroque, la photographie ou encore la confection de keftedes lors de belles fêtes entre amis, pour la politique au sens le plus large du terme comme, bien sûr, pour l’Antiquité grecque. Il mena en effet ses recherches et son enseignement sur la Grèce classique en plusieurs lieux, à Paris, Reims, Toulouse et Lille, au contact de collègues différents. Si Babis s’intéressait à tout et bavardait volontiers dans les couloirs des universités sur les sujets les plus probables comme les plus improbables, ses travaux, qu’il publia de 1994 à 2016, se rassemblèrent autour d’axes forts. Ce sont d’abord ses articles et ses livres portant sur les relations entre comédie et politique, et plus largement entre comique et politique, que l’on est tenté de retenir : affinant au cours du temps une lecture politique, anthropologique et sociale des pièces d’Aristophane, Babis proposa plusieurs interprétations qui mettaient en relation les représentations de personnages – masculins surtout –, et l’âge qui les caractérisait, avec les enjeux politiques et sociaux de l’époque où l’on jouait la comédie ancienne. Non qu’il soutînt que cette dernière était engagée, partisane, polémique, mais parce qu’il considérait qu’il s’agissait là d’un théâtre d’idées, laboratoire de réflexions pour le spectateur, une thèse qu’il expose notamment dans son introduction aux Sauvageons d’Athènes, parus en 2006. Cette approche, on la rencontre aussi dans des articles qui portent sur les Cavaliers, les Nuées, les Oiseaux, les Grenouilles, ou encore les Femmes à l’Assemblée. Cet intérêt fondamental se retrouve dans les deux recueils qu’il édita, avec Malika Bastin-Hammou, en l’honneur de Jean-Claude Carrière, Kaina pragmata, dans la revue présente, en 2009, et Carnaval et comédie, en 2015 ; plus largement, sa contribution à Comique et politique chez les Modernes et les Anciens, paru en 2016 sous la direction de Marie Duret-Pujol, pose la question des conditions du discours sur la cité lorsque son medium est comique.

3Tout en menant ces recherches sur Aristophane, Babis, plus largement, développa ses réflexions sur les idées politiques et sociales de la Grèce de l’époque classique. Il choisit, pour son mémoire inédit d’habilitation, le sujet : Le modéré et son contraire. Contribution philologique et anthropologique à l’histoire de quelques idées politiques grecques du dernier quart du ve siècle avant J.-C. Les idées politiques sont également au cœur de plusieurs de ses travaux sur des auteurs anciens, comme Thucydide et Sophocle, et il s’intéressa à la manière dont les Modernes se les appropriaient pour réfléchir sur leur propre époque : qu’il s’agisse du traitement de l’histoire grecque par le Père Brumoy, des réécritures ou mises en scène modernes des pièces d’Aristophane, ou du concept d’éducation chez Henri-Irénée Marrou. Du théâtre grec classique, Babis ne fit pas un pur objet théorique ou antiquaire, mais il s’intéressa aussi de près, quoique de manière moins formelle, aux conditions de sa mise en scène, antiques – ainsi lorsqu’il coédita les actes du colloque « Où courir ? Organisation et symbolique de l’espace dans la comédie antique », où il proposa une contribution sur l’utilisation de l’autel – et contemporaines, dans ses discussions avec ses collègues, sa vie de spectateur, comme dans ses cours sur le théâtre à l’université.

4C’est que le chercheur était indissociable de l’enseignant, et que pour lui, les deux aspects de la profession se nourrissaient évidemment l’un l’autre dans un dialogue permanent. Ses « anciens » évoquent des cours parfois atypiques et toujours enthousiasmants, qui mêlaient l’humour bienveillant à l’exigence. « Un Athénien ancien vous aurait tué pour avoir écrit cela ! » avons-nous lu un jour parmi les corrections qu’il envoyait à l’un des derniers étudiants dont il suivit le mémoire de Master. Un commentaire qui faisait rire et réfléchir : les objets de recherche qu’il avait choisis, Babis les vivait aussi dans sa personnalité de professeur et nous montrait, à chaque moment, que l’on peut être sérieux sans se prendre au sérieux. Attaché à un tel lien pédagogique, soucieux de son devoir envers ses étudiants, il suivit aussi longtemps qu’il le put, pendant sa maladie, les jeunes chercheurs qu’il encadrait, Théo à Toulouse, Marion, Siwany et Julien à Lille.

5L’engagement de Babis ne fut cependant pas seulement réservé au monde professionnel : l’homme, en effet, réfléchissait quotidiennement sur la vie politique de la France et, plus encore, de sa Grèce contemporaine. Il eut à cœur de s’exprimer sur la politique économique qui y régnait et, dans les dernières années de sa vie, sur la crise des réfugiés et les conditions désastreuses dans lesquelles ils vivaient et vivent encore en Europe. Tribunes et dons en témoignèrent ; mais ce fut aussi par son activité de traducteur, entre grec moderne, anglais et français, que Babis s’attacha à son pays natal et à la circulation et au partage des idées.

6Le présent ouvrage s’inscrit dans une démarche intellectuelle et humaine, qui souhaite rendre hommage aux idées de Babis, mais aussi à sa curiosité, son ouverture d’esprit et sa capacité à nouer des amitiés variées dans le milieu de la recherche. Les deux parties du recueil s’expliquent ainsi : nous avons en effet choisi d’y intégrer à la fois des contributions qui reprenaient ou rejoignaient les problématiques que Babis affrontait dans son métier d’universitaire, et des varia représentant le témoignage d’autres collègues qui, différemment, travaillèrent et échangèrent avec lui.

7Le dossier thématique qui ouvre le volume comporte ainsi trois sections. Toutes trois incluent d’abord un travail de Babis inédit en français. La première est dévolue à Aristophane. Nous y présentons, en traduction française, un article qui fut publié en italien en 2011 sur les Femmes à l’assemblée. Babis y analyse la manière dont fonctionne la mimesis comique et la superposition des costumes : des femmes dans le plus bel âge prennent l’apparence et l’attitude de vieillards dans certains cas, et dans d’autres, se comportent comme de jeunes orateurs dont la représentation met en question la légitimité politique. C’est alors leur projet de gynécocratie qui est interrogé. L’article de Malika Bastin-Hammou, ensuite, reprend cette question des classes d’âge des femmes dans les comédies d’Aristophane et l’élargit à une enquête sur l’ensemble des personnages féminins qui peuplent ce théâtre, en se confrontant aux méthodes et conclusions que présentait Babis dans ses travaux sur les classes d’âge masculines. Enfin, Théo Millat-Carus propose une analyse des Cavaliers dans laquelle, reprenant le débat sur les formes de comique et leur lien avec la possibilité d’un discours politique, il interroge la représentation des spectateurs dans la comédie et la manière équivoque dont est construit le thème de leur passivité et, ainsi, celui de la fonction didactique de la pièce.

8La deuxième section du dossier thématique regroupe plusieurs contributions sur les réadaptations modernes et les mises en scène contemporaines du théâtre antique. Les auteurs y analysent leurs enjeux idéologiques ou politiques, comme l’avait fait Babis dans plusieurs de ses travaux. Vient d’abord un article de Babis lui-même qui fut publié en anglais en 2007, « Aristophane révolutionnaire ? » : Babis y relate l’échec de la Lisistrata ou les Athéniennes de François-Benoît Hoffman au tout début du xixe siècle et montre que cet échec est à mettre en relation avec la volonté napoléonienne de mettre un terme à la Révolution. Les réécritures abordées par Daria Francobandiera dans sa contribution sont plus récentes : il s’agit des Mouches de Jean-Paul Sartre et de La Ville Parjure d’Hélène Cixous. Daria Francobandiera analyse la manière dont ces deux œuvres, de manière différente voire opposée, reprennent les figures des Érinyes eschyléennes pour les exploiter dans une lecture critique de leur actualité. Les deux articles suivants, eux, sont consacrés à des questions de mise en scène. Marie-Noëlle Semet et Sotirios Haviaras consacrent une étude à la manière dont deux metteurs en scène, Dimitris Papaioannou et Matthias Langhoff, utilisèrent le lieu du théâtre d’Épidaure, dans toutes ses dimensions, symbolique, plastique et politique, pour représenter, dans les années 1990, L’Orestie d’après Eschyle de Iannis Xenakis et Les Bacchantes d’Euripide. Eleni Papazoglou, enfin, s’intéresse aux modèles performatif et interprétatif qui sous-tendent les représentations des pièces grecques anciennes au Théâtre National de Grèce depuis 1950 et montre qu’un certain « classicisme » prévaut encore aujourd’hui, en s’appuyant en particulier sur les réactions que suscita la mise en scène d’Électre par Peter Stein en 2007.

9Enfin, le dossier se clôt autour d’un autre centre d’intérêt de Babis, à savoir les idées politiques athéniennes et leur réception, au-delà de la seule comédie. Un texte inédit de Babis interroge la question de l’extrémisme et de la violence démocratiques, la manière dont la violence fut corrélée à la démocratie dans un certain nombre de textes anciens et en particulier dans les passages que Thucydide consacre aux affaires de Corcyre. Le texte de Jean-Claude Carrière, ensuite, reprend le thème de la sauvagerie cher à Babis, et montre comment il entre, chez les théoriciens de la cité antique, dans une réflexion sur la définition, les limites et les conditions de fonctionnement de l’Athènes démocratique, que la sauvagerie soit maintenue extérieure à la cité ou qu’elle y fasse intrusion, en rompant ainsi l’idéal de modération étudié par Babis dans son mémoire d’habilitation. Pascal Payen, dans une troisième et dernière contribution, étudie, dans la lignée de Pierre Vidal-Naquet, la fortune que connut la démocratie athénienne en France au xviiie s. et dans la première moitié du xixe s. Il montre comment, sous l’impulsion de Charles Rollin en particulier, le modèle athénien s’imposa progressivement en face des modèles spartiate et romain.

10Les Poikila du volume, qui en représentent la deuxième partie, sont bien sûr moins directement liés aux travaux de Babis, mais émanent de collègues qui discutaient avec lui, le lisaient, et partageaient avec lui des intérêts et des enthousiasmes qui se retrouvent dans les contributions ici réunies. Le premier ensemble de ces contributions porte sur le théâtre grec et romain. Sébastien Barbara propose une enquête minutieuse sur le drame satyrique de Sophocle Les Epitainarioi : les hypothèses qu’il élabore sur sa datation et son intrigue sont inséparables d’un examen de la relation entre la pièce et la comédie ancienne, en particulier Les Grenouilles d’Aristophane et Les Dèmes et Les Hilotes d’Eupolis, examen qui pose la question de la relation entre ces différents genres dramatiques. Corinne Bonnet étudie les représentations de Phéniciens dans la tragédie attique et la comédie romaine : les Phéniciens, les moins barbares des Orientaux, ont donc, au théâtre, une relation ambivalente avec les Grecs, et cela d’autant plus que ces personnages se situent entre un monde mythique et l’actualité contemporaine des représentations. Ainsi, Corinne Bonnet montre qu’ils sont des figures privilégiées de réflexion politique. C’est aussi dans une perspective politique, enfin, que Dimitrios Raïos place sa contribution sur la datation de Phèdre de Sénèque. Selon l’interprétation de Dimitrios Raïos en effet, les écarts creusés par Sénèque avec son modèle euripidéen font sens si l’on voit en Hippolyte un reflet d’Octavie, et en Phèdre un reflet de Néron, ce qui permet finalement de situer la pièce entre 62 et 65.

11Dans la section suivante de ces varia, deux études sur la relation entre homme et divin sont présentées. Celle de Xavier Gheerbrant porte sur la manière dont Empédocle réfute, dans et par sa propre expérimentation poétique, la manière dont les poètes épiniciques, et en particulier Pindare, construisent et représentent la relation de l’homme aux dieux : ainsi la pratique de la poésie est-elle inséparable d’une réflexion sur l’ordre du monde. Hélène Chouliara-Raïos consacre une étude au κῦφι, un parfum sacré de l’Égypte antique : elle s’attarde sur les sources qui nous renseignent sur le produit, ses composants, son mode de préparation et ses utilisations rituelles, magiques et divinatoires. Elle montre ainsi quel type de relation à la divinité était permise.

12L’ouvrage se clôt sur une section consacrée à des résurgences modernes de motifs antiques. Anne-Hélène Klinger-Dollé propose une lecture de l’Historia de duobus amantibus de Piccolomini, nouvelle écrite en 1444. Elle y démontre que la présence de traits ovidiens vaut comme une mise en garde contre les clichés de la littérature amoureuse, avertissement qui se comprend non seulement sur le plan de la création littéraire, mais dans l’ensemble de la culture de la Renaissance. Enfin, la contribution de Laurent Bricault porte sur les représentations du dieu égyptien Horus enfant à travers les âges : l’auteur montre de quelle manière le geste par lequel l’enfant pose l’index droit sur les lèvres a été réinterprété et resémantisé, de l’Antiquité égyptienne au Palais du Luxembourg, en passant par la commande que fit la marquise de Pompadour pour son hôtel d’Évreux.

13Toutes ces études, nous les dédions à Babis et à sa famille, en particulier Marc et Jeanne, afin qu’ils se souviennent que leur père, ce polypragmôn, s’intéressait à tout et avec tous, dans un tourbillon de curiosité et de plaisir. Elles portent le souvenir toujours présent d’un collègue et d’un ami qui sut contredire nos idées et conquérir nos cœurs, Babis dont « l’éclat de rire fou monta jusqu’aux étoiles »

Remerciements

14Nous remercions les trois centres de recherche dans lesquels Babis mena une partie de sa carrière de 1996 à 2016, les équipes PLH-CRATA et PLH-ÉRASME à l’Université de Toulouse, et le laboratoire HALMA à l’Université de Lille. Tous trois, sous l’impulsion de leurs responsables, ont contribué au financement de ce livre et en ont ainsi permis la parution.

15Pauline Goujet, ancienne étudiante en Humanités et Sciences de l’Information à l’Université de Lille, nous a apporté son aide, avec son énergie habituelle, dans les dernières semaines de préparation du manuscrit. Elle nous a notamment assistées dans les vérifications et corrections de mise en page et a ainsi contribué à l’achèvement du texte.

16Nos remerciements vont également à Ruth Webb, professeure en langue et littérature grecques à l’Université de Lille, qui nous a assistés dans la rédaction et la correction des résumés et titres en anglais.

17Enfin, nous remercions tout particulièrement Christophe Hugot, responsable de la Bibliothèque des Sciences de l’Antiquité à l’Université de Lille. Toujours présent dans ces dernières années, il nous a encouragées à préparer ces Mélanges et nous a donné l’idée et le principe de leur composition, ce qui a permis d’élargir le cercle des contributeurs et de créer la cohérence de l’ensemble.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne de Cremoux, Hélène Frangoulis et Noémie Villacèque, « Introduction », Pallas, 108 | 2018, 15-19.

Référence électronique

Anne de Cremoux, Hélène Frangoulis et Noémie Villacèque, « Introduction », Pallas [En ligne], 108 | 2018, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 12 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/pallas/9537

Haut de page

Auteurs

Anne de Cremoux

Université de Lille

Articles du même auteur

Hélène Frangoulis

Université Toulouse-Jean Jaurès

Articles du même auteur

  • Description et récit [Texte intégral]
    Fonction proleptique des ecphraseis chez Nonnos
    Description and narration. The proleptic function of the ecphraseis in Nonnus
    Paru dans Pallas, 93 | 2013

Noémie Villacèque

Université de Reims Champagne-Ardenne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals