Navigation – Plan du site
Sur les pistes de Babis. Dossier thématique
La comédie ancienne : analyses

Les « sauvageonnes » d’Athènes. Les classes d’âge féminines chez Aristophane

The ‘Wild Girls’ of Athens: Female age categories in Aristophanes
Malika Bastin-Hammou
p. 39-49

Résumés

Cet article se propose de reprendre les conclusions des travaux de Charalampos Orfanos sur les classes d’âge masculines chez Aristophane et de voir dans quelle mesure elles peuvent être appliquées aux classes d’âge féminines telles que les définissent les historiens. On montre que, si la comédie s’intéresse de près aux éphèbes, les jeunes filles en sont quasiment absentes. La catégorie des femmes mariées est retravaillée et divisée en deux classes aux rapports conflictuels, les jeunes épouses et celles, moins jeunes, qui se soucient de politique et mènent la fronde, dans Lysistrata comme dans l’Assemblée des femmes ; elle reproduit en le transposant le conflit qui oppose les éphèbes aux hommes adultes. Quant aux vieilles femmes, elles sont représentées sous les traits caricaturaux de la figure de la γραῦς, pendant féminin du γέρων mais qui ne connaît jamais le processus de rajeunissement dont bénéficie le héros comique. On montre enfin que plusieurs personnages féminins transcendent ces catégories établies pour incarner, de manière métathéâtrale, le genre comique, dans ses élans farcesques comme dans ses aspirations politiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Orfanos, 1994.

1Les travaux sur la comédie ancienne ont moins été influencés que ceux sur la tragédie par l’approche anthropologique issue de l’École de Paris. La thèse de Babis, qui portait sur les classes d’âge dans trois comédies d’Aristophane, est une heureuse exception1 : dans le sillage du Chasseur noir de Pierre Vidal-Naquet, qui la dirigea, elle analyse finement non seulement le traitement des classes d’âge mais les rapports qu’entretiennent ces classes entre elles en s’arrêtant plus particulièrement sur le rajeunissement des héros comiques et le motif de l’éphébie. Mais ce travail s’intéressait principalement aux hommes, comme en témoigne le choix des trois comédies traitées - les Acharniens, les Cavaliers et les Oiseaux.

  • 2 Auger, Rossellini, Saïd, 1978.

2D’un autre côté, les études sur le genre n’ont pas ignoré la comédie ancienne et, en France, l’ouvrage fondateur est sans conteste celui de Suzanne Saïd, Danièle Auger et Michèle Rossellini, Aristophane, les femmes et la cité, préfacé par Pierre Vidal-Naquet2. Mais ces travaux, qui se concentrent sur l’opposition des genres dans les comédies dites féminines – Lysistrata, les Thesmophories, l’Assemblée des femmes – ne posent que marginalement la question de l’âge des personnages féminins.

  • 3 Je reprends donc en le féminisant le beau titre de l’ouvrage issu de la thèse remaniée de Charala (...)

3Il s’agira donc ici de reprendre les analyses menées par Charalampos Orfanos3 en posant la question du traitement des classes d’âge féminines chez le poète comique. Dans quelle mesure la comédie reprend-elle la répartition classique en trois catégories, les jeunes filles, les épouses-et-mères et les «  vieilles » ? Les classes d’âge féminines telles qu’elles sont représentées dans la comédie diffèrent-elles, et en quoi, des classes d’âge masculines ? On s’intéressera particulièrement aux personnages féminins qui transcendent ces catégories, les femmes sans âge. On interrogera en outre les motifs du rajeunissement du héros comique et de l’éphébie, dont le travail de Charalampos a montré l’importance chez Aristophane, et son éventuelle transposition féminine. Pour finir, on étudiera l’utilisation métathéâtrale des classes d’âge féminines, dans ce qui se voudrait, plus qu’une synthèse sur ce vaste sujet, un dialogue posthume avec la thèse de Charalampos Orfanos.

1. Âge des femmes et classes d’âge féminines chez Aristophane

  • 4 Corvisier, 2003 et Bernard, 2003.
  • 5 Bernard, 2003, p. 44-45.
  • 6 Aristote, Génération des animaux, 775a ; Histoire des animaux, 545b.
  • 7 Bernard, 2003, p. 45.

4Les sources sur l’âge des femmes en Grèce ancienne sont, plus encore que celles sur l’âge des hommes, particulièrement rares4. Dans les textes, les indications chiffrées viennent rarement préciser les termes, qui semblent distinguer le statut marital des femmes plus que leur âge arithmétique. Les femmes se distinguent ainsi en deux groupes, les παρθένοι et les γυναῖκες, selon qu’elles sont mariées ou pas. Il n’y a pas à proprement parler de catégorie spécifique pour les vieilles femmes5. On parle cependant du seuil de la vieillesse, notamment dans les textes techniques qui avancent alors des chiffres. Pour Aristote, la femme peut procréer jusqu’à 50 ans, mais le cas est rare et la norme est 45 ans6. Au-delà, les γυναῖκες sont considérées comme vieilles. Dans les autres textes, le seuil de la vieillesse «  s’établit sur la base de référents moraux7  ».

  • 8 Le terme générique pour désigner les femmes chez Aristophane est γυνή, qui désigne aussi bien la (...)

5Or les vieilles femmes représentent précisément chez Aristophane non seulement une catégorie à part entière, mais la catégorie la plus importante de la population féminine. Quant aux jeunes filles, elles brillent par leur absence – ou plutôt par leur silence8.

1.1. Le silence des jeunes filles

  • 9 Vandersmissen, 2010, p. 171.

6Trois termes servent à les désigner. Παρθένος, qui renvoie à la virginité, est principalement utilisé dans les invocations à Artémis. Κόρη s’en distingue en ce qu’il renvoie à l’âge de la femme – sa jeunesse – et non à sa virginité : il peut ainsi désigner aussi bien une vierge qu’une jeune femme mariée9. Νύμφη, enfin, renvoie à la jeune épousée.

7On trouve de très nombreuses occurrences de ces termes chez Aristophane, mais peu caractérisent des personnages de la comédie et, quand c’est le cas, ces personnages sont en réalité des personnages muets.

8Il est ainsi bien fait mention, dans les Acharniens, de la fille de Dicéopolis. Mais si elle est bien présente sur scène, lors du sacrifice qu’organise son père, il s’agit d’un personnage quasi muet : elle ne prononce que deux vers (Acharniens 145-146) en tant que canéphore. Le même Dicéopolis, dans la seconde partie de la pièce, reçoit un habitant de Mégare venu lui proposer un troc : quelques gouttes de paix contre ses fillettes déguisées en petites cochonnes. Elles ne parlent pas davantage : le Mégarien parvient à peine à leur faire émettre un cri (πεπρᾰσθαι v. 735 et κοί κοί vv. 800-802). Enfin, à l’envoyée d’une jeune mariée venue lui demander s’il pouvait faire en sorte qu’elle garde auprès d’elle le sexe de son époux, qui doit partir à la guerre, Dicéopolis accorde quelques gouttes de paix pour qu’elle en enduise le membre chéri. À nouveau, l’envoyée de la jeune épousée est muette, ou plutôt l’on n’entend pas le son de sa voix : c’est à l’oreille de Dicéopolis qu’elle formule en chuchotant sa curieuse demande, et c’est parce qu’il la reformule à haute voix que les spectateurs l’entendent (Acharniens, 1058-1060). Et l’on pourrait multiplier les exemples : Theôria et Opôra, dans la Paix, sont également des personnages muets.

  • 10 Henderson, 1987, p. 106.

9Ce silence est probablement à mettre en relation avec le fait que l’honneur d’un homme grec se mesure à sa capacité à contrôler la réputation des femmes de sa famille, et tout particulièrement des jeunes filles, et que cette réputation passe par le fait de les tenir à distance des autres hommes, non seulement en veillant à ce qu’elles ne soient pas vues en-dehors de la maisonnée mais à ce qu’elles n’y soient pas même nommées10. Chez Aristophane, cela se traduit par une faible présence des jeunes filles sur scène et par le fait qu’elles n’y prennent guère la parole. Le seul contexte dans lequel les jeunes filles sont visibles est religieux : la fille de Dicéopolis apparaît en canéphore. Sinon, être visible et prendre la parole pour une fille jeune revient à être assimilée à une prostituée : c’est le statut de la νεᾶνις qui, dans l’Assemblée des femmes, se plaint de voir son amant convoité par une «  vieille  », et c’est le devenir des petites filles du Mégarien que leur père venu les vendre à Athènes fait crier de manière obscène.

1.2. Les épouses, une catégorie ambivalente

  • 11 Lysistrata, 177-179.

10Si les jeunes filles comiques sont rares et muettes, tel n’est pas le cas des épouses comiques, les γυναῖκες qui sur la scène d’Aristophane se divisent en deux catégories. C’est dans Lysistrata que cette partition s’observe le mieux, car elle devient un principe organisateur de l’intrigue : les jeunes femmes sont chargées de rendre leurs époux fous de désir en se refusant à eux tout en les aguichant, tandis que les moins jeunes, ταῖς πρεβυτάταις11, profiteront de cette diversion pour s’emparer de l’Acropole et du trésor qui s’y trouve.

11Si les jeunes épouses ne sont pas muettes comme l’étaient les jeunes filles, c’est aux moins jeunes qu’il revient de prendre la parole en public, c’est-à-dire devant les hommes. Les jeunes épouses parlent, mais elles parlent entre elles et quand l’une d’elles s’adresse à un homme, c’est à son mari, et pour évoquer leur vie domestique. Les plus âgées en revanche non seulement s’emparent de l’Acropole mais font face aux hommes en leur opposant une parole politique, voire en les affrontant physiquement. Ainsi, dans Lysistrata, voit-on le demi-chœur des femmes s’opposer au demi-chœur des vieillards, et Lysistrata faire au commissaire la célèbre leçon de politique, dans laquelle elle lui explique que les femmes, fortes de leur expérience domestique, sont plus aptes que les hommes à gérer les affaires de la cité (Lysistrata, vv. 567 et suiv.).

12Ces épouses d’un âge plus avancé ne doivent cependant pas être confondues avec le personnage-type de la vieille femme, γραῦς, qui est de loin le personnage féminin le plus fréquent chez Aristophane, et qui excède le cadre des comédies dites «  féminines ».

1.3. La surreprésentation des vieilles femmes

  • 12 Oeri, 1948.

13Ce personnage-type a fait l’objet de plusieurs études, dont la plus ancienne, parue en 1948, est due à Hans Georg Oeri. Dans sa thèse de doctorat, Oeri dresse un catalogue des vieilles femmes dans la comédie grecque ancienne, moyenne et nouvelle, puis s’intéresse au devenir de ce type dans la littérature antique – chez Lucien, Alciphron, dans les épigrammes, dans les romans… – et à ses origines12.

  • 13 Henderson, 1987.

14Henderson a repris le dossier dans un article de 1987 portant exclusivement sur la comédie ancienne13. Selon lui, les études sur les vieilles femmes dans la comédie ont eu tendance à se concentrer sur les portraits négatifs – comme c’est le cas chez Oeri – et il propose donc de mettre en avant des portraits suscitant la sympathie, voire des figures héroïques. Pour ce faire, il les compare à leurs homologues masculins d’une part et aux jeunes femmes de l’autre.

15Qui sont ces vieilles femmes comiques ? Le terme de γραῦς, péjoratif, et ses dérivés γραῖα, γρᾴδιον («  petite vieille  ») ne sauraient suffire à les désigner dans leur ensemble, mais ils constituent une catégorie comique de vieilles femmes que caractérise notamment leur goût du vin et du sexe. On en trouve de nombreux exemples dans les pièces féminines. Dans l’Assemblée des femmes, une scène oppose une jeune et une vieille femme sur la question de savoir qui couchera avec l’amant de la jeune fille, maintenant que la loi stipule qu’il faut d’abord satisfaire les «  vieilles » (vv. 877 et suiv.). Dans les Thesmophories, Euripide se déguise en vieille femme (γρᾴδιον, v. 1194) pour plaider la cause de son parent retenu prisonnier par les femmes. Mais on trouve également des personnages de vieilles femmes dans d’autres comédies : une scène entière du Ploutos est ainsi consacrée aux malheurs d’une γραῦς que son jeune amant délaisse depuis qu’il n’est plus pauvre (Ploutos, vv. 959 et suiv.). Toutes ont la parole et en usent abondamment ; elles sont non seulement visibles mais se donnent en spectacle, au sens où leur apparence même fait l’objet d’une utilisation métathéâtrale. Euripide se déguise en γραῦς dans les Thesmophories et joue avec l’archer Scythe et la danseuse une scène de farce, et dans le Ploutos les réflexions du jeune amant infidèle sur l’apparence de la γραῦς peuvent être interprétées comme des références au masque comique (v. 1050 et suiv.). Ainsi, par ses traits caricaturaux, par son attitude toute en exagération, par son goût pour le sexe et le vin, mais aussi par sa gouaille qui la range du côté de la farce, la γραῦς est par essence un personnage comique ; elle se distingue cependant des épouses plus âgées qui, dans l’Assemblée des femmes et dans Lysistrata, profèrent une parole politique, et qui en cela sortent des catégories comiques traditionnelles.

1.4. Héroïnes sans âge

16C’est particulièrement vrai des héroïnes de ces comédies, Lysistrata et Praxagora, qui semblent sans âge. Lysistrata emprunte en partie ses traits à la catégorie des épouses-et-mères, puisque c’est au nom des mères qu’elle revendique le droit à prendre la parole pour contester la guerre que se mènent les hommes, et la métaphore qu’elle file pour promouvoir la paix l’apparente à une mère grondant ses enfants : les Athéniens et les Spartiates sont, dit-elle, «  comme des enfants de la même famille  » (v. 1130). Mais il s’agit là d’un topos que l’on retrouve dans la bouche de la coryphée («  je paie ma quote-part en donnant des hommes  », v. 651) et dans les discours des orateurs qui comparent volontiers la cité à une mère éplorée. En réalité, Lysistrata est très discrète sur sa vie privée : son mari est mentionné une fois et rien n’indique qu’elle ait, ou pas, des enfants. Fait-elle partie de la catégorie des jeunes épouses ? Des moins jeunes ?

17De la même manière, Praxagora est une figure maternelle qui, comme Lysistrata, franchit les limites de l’espace domestique pour investir non plus l’Acropole mais la Pnyx. Or Praxagora non plus n’a pas d’âge ; elle incarne seulement une figure maternelle poussée à l’extrême, qui renvoie davantage à ses compétences supposées – celle de la mère nourricière transposant son expérience à l’échelle de la cité – qu’à un âge biologique donné. Ni vierges, ni vieilles femmes, à peine mères-et-épouses, sans âge, Lysistrata et Praxagora sont la synthèse des femmes qu’elles réunissent autour d’elles en même temps que des héroïnes quelque peu désincarnées. En cela, elles se distinguent radicalement des héros masculins, qui relèvent systématiquement de la catégorie du γέρων.

2. Classes d’âge féminines et classes d’âge masculines

18Dans sa thèse, Charalampos Orfanos montrait comment les classes d’âge dans les trois comédies qu’il étudiait s’organisaient autour de deux motifs principaux, le rajeunissement du héros-γέρων (Dicéopolis, Strepsiade, Pisthétairos), d’une part, et le conflit des générations entre ces pères de famille et leur fils – ou plus généralement les jeunes hommes – d’autre part. L’analyse des classes d’âge féminines révèle un tout autre tableau.

2.1. Le motif du rajeunissement

19Lysistrata et Praxagora ne semblent pas connaître le processus du rajeunissement que traversent les héros de sexe masculin : on l’a dit, elles sont sans âge, et ni l’une ni l’autre n’est désignée par le terme γραῦς, le pendant féminin de γέρων.

20Qu’en est-il du personnage type de la γραῦς ? Bien qu’elles ne soient jamais le personnage principal des comédies conservées, peut-on observer chez elles les effets d’un rajeunissement comique ? Comme l’a bien montré Charalampos Orfanos, le rajeunissement qui s’opère sur les héros comiques est l’un des effets d’une régénération plus générale à l’œuvre dans la comédie, qui se caractérise notamment par une vigueur sexuelle juvénile retrouvée, grâce à une «  contamination » du héros comique par des jeunes gens idéaux – l’héroïque Amphithéos et ses libations de vin dans les Acharniens, les Cavaliers idéalisés dans la pièce éponyme.

La γραῦς comique ne semble pas connaître ce processus de rajeunissement, et son pendant masculin serait plutôt à rechercher du côté du type de l’«  éphèbe attardé  » que Charalampos Orfanos définit ainsi :

  • 14 Orfanos, 1994, p. 592-593.

«  Aux antipodes d’un modèle purement héroïque […] se placent les jeunes débauchés, efféminés et adonnés au luxe oriental, et les jeunes Mélanion, qui récusent les vertus du citoyen adulte et leur préfèrent la marge de la cité avec son lot de comportements inacceptables et son “éphébisme” attardé. »14

  • 15 Orfanos, 1994, p. 592-593 note 1.

21Mélanion en effet «  plutôt que de prendre femme préféra s’enfuir au désert (Lysistrata, v. 786-787) et constitue en cela «  le paradigme du jeune homme ayant raté son éphébie, le “chasseur noir” de Pierre Vidal-Naquet. »15

22Symétriquement, les vieilles comiques sont celles qui, quoique ménopausées, ne veulent pas sortir du statut de la femme mariée en âge de procréer, les γυναῖκες, et continuent de se comporter comme si elles exerçaient encore un pouvoir érotique sur les hommes. Comme les éphèbes attardés, elles ont une attitude sexuelle inappropriée : quand les uns devraient devenir des hommes, les autres devraient cesser d’être des femmes. Et les uns comme les autres constituent une menace pour la cité, les uns parce qu’ils refusent de s’y agréger, et les autres parce qu’en refusant de céder la place, elles mettent en péril son renouvellement : c’est ce que traduit la loi de l’Assemblée des femmes qui stipule que les hommes devront désormais satisfaire les plus âgées avant de s’unir aux plus jeunes. Par-delà l’effroi que cela provoque chez les personnages masculins – effroi qui n’est jamais envisagé à propos des jeunes filles convoitées par les vieillards – ce qui est en jeu, c’est le risque pour les hommes de s’épuiser sur des femmes qui ne peuvent plus donner d’enfants à la cité et de ne plus pouvoir féconder celles qui le peuvent. L’enjeu est bien, là aussi, quoique de manière moins évidente, politique.

23Peut-on voir dans la vigueur sexuelle des femmes mûres un effet du motif du rajeunissement ? Leur attitude est en effet symétrique cette fois de celle des hommes mûrs que sont les héros comiques, en ce qu’elle ne correspond pas à leur âge. Qui plus est, elle se manifeste dans la seconde partie des comédies, c’est à dire qu’elle peut être liée au processus de régénération résultant de l’action comique. Les femmes mûres de l’Assemblée de femmes comme la vieille délaissée par son jeune amant dans le Ploutos apparaissent une fois réalisée l’idée comique, et elles en incarnent les conséquences.

24La conséquence la plus évidente de ces revendications sexuelles des femmes mûres est leur entrée en concurrence avec les jeunes femmes, qui prend la forme d’un conflit générationnel.

2.2. Le conflit des générations

25Peut-on parler pour autant d’un conflit générationnel semblable à celui qui, structuré par le motif de l’éphébie, oppose, comme l’a bien montré Charalampos Orfanos, les jeunes hommes aux hommes mûrs ?

  • 16 Henderson, 1987.

26Bien entendu, l’éphébie ne concerne que les jeunes gens, pas les jeunes filles. Plusieurs auteurs ont néanmoins noté la présence d’un conflit des générations féminin chez Aristophane16. Mais il oppose deux groupes au sein d’une catégorie supposée homogène, celle des γυναῖκες ; et on le rencontre, singulièrement, dans les comédies où les femmes accèdent au pouvoir, l’Assemblée des femmes et Lysistrata.

27Ainsi, dans Lysistrata, les jeunes femmes sont tout à fait opposées à l’idée de faire la grève du sexe et ce sont celles qu’on appellera, faute d’un terme les englobant aussi bien en grec qu’en français, les moins jeunes, qui la leur imposent – avec une efficacité limitée puisque les jeunes femmes vont alors développer toutes les ruses imaginables pour s’unir malgré tout à leurs époux. On pourrait certes voir là une réminiscence de la figure de l’éphèbe, que caractérise son goût pour la ruse et la tromperie. Mais il s’agit de traits partagés aussi bien par les éphèbes que par les femmes, l’éphèbe étant volontiers caractérisé par des traits considérés comme féminins :

  • 17 Orfanos, 1994, p. 600.

«  Les femmes, enfermées dans l’imaginaire grec dans un cercle vicieux, doivent passer par la représentation sociale du jeune homme pour acquérir un corps “politique” [...]. Or la représentation du jeune homme se nourrit elle-même de féminité. »17

  • 18 Ibid., p. 600.

28Cela amène Charalampos Orfanos à écrire que «  les femmes brouillent, par leur déguisement en hommes, non seulement les limites entre le masculin et le féminin », mais aussi celles «  entre les différentes classes d’âge18  ». De fait, les conspiratrices sont à la fois caractérisées comme des jeunes hommes et comme des vieillards :

  • 19 Ibid., p. 596.

« Après leur déguisement – mais avant la réussite finale de leur conspiration – elles sont à la fois des νεανίσκοι au teint blanc (vv. 112-114, 382-387) et des vieillards à la démarche laborieuse. »19

  • 20 Ibid., p. 600. Ces remarques ont été développées dans un article dont ces Mélanges donnent une tr (...)

29Praxagora est figurée comme un jeune homme faisant son entrée en politique, tandis que le chœur adopte une attitude propre aux vieillards (cf. Parodos v. 285-310), éprouvant la nostalgie d’un passé héroïque, si bien que la comédie donne à voir une armée composée de «  femmes déguisées en vieillards aux caractéristiques éminemment juvéniles. »20

30Il me semble qu’ici une précision s’impose : le recours aux femmes brouille certes les différentes classes d’âge, mais les classes d’âge masculines ; or ce faisant, il distingue en revanche deux classes d’âge féminines là où il n’y en avait qu’une, celle de la catégorie des femmes mariées en âge de procréer, des γυναῖκες, au sein de laquelle s’opposent désormais les jeunes femmes et les moins jeunes.

31Or ce qui les distingue, c’est le fait que les jeunes femmes se caractérisent par la ruse, tandis que les moins jeunes prennent le pouvoir. On retrouve donc là la partition entre jeunes recourant à la ruse et moins jeunes dominants, observée chez les hommes, mais au sein de la catégorie des épouses-et-mères. Des jeunes filles et de leur apprentissage, il n’est guère question ; quant aux vieilles femmes, on les retrouve seulement sous les traits de la γραῦς ; jamais dotées d’un pouvoir politique, elles partagent cependant avec leur homologue le γέρων comique une vigueur sexuelle problématique et une forme de domination sur les jeunes – les jeunes hommes en l’occurrence – d’ordre économique, tant du moins que Ploutos n’a pas recouvré la vue.

32Ainsi, il y a bien une représentation des classes d’âge féminines chez Aristophane, mais qui se focalise sur deux catégories, celle, centrale, des femmes mariées et en âge de procréer et celle, moins centrale mais récurrente, de la γραῦς, au détriment des jeunes filles qui sont quasi absentes de la scène comique. Cette focalisation sur les épouses-et-mères de famille amène une partition de cette catégorie entre les jeunes épouses, frivoles et trompeuses d’une part, et les mères de famille responsables de l’autre, partition qui reprend l’opposition que structure, chez les hommes, le motif de l’éphébie, entre les éphèbes – ou éphèbes attardés – et le γέρων.

3. Les classes d’âge féminines comme métaphore de la comédie

33Cette structuration masculine d’un conflit générationnel entre jeunes hommes et vieillards se retrouve cependant chez Aristophane appliquée aux jeunes filles et aux vieilles femmes, mais à une seule occasion et de manière métaphorique : quand il s’agit d’opposer la comédie d’Aristophane, présentée comme une jeune fille «  pure », aux comédies de ses rivaux, qu’il présente sous les traits d’une γραῦς avinée. Par son statut d’hapax, parce qu’elle est métaphorique et donc fait appel sans les modifier à des représentations des spectateurs, cette opposition révèle les valeurs attachées aux deux catégories féminines qu’elle convoque.

  • 21 Sur l’influence du cadre agonistique sur l’intertextualité comique, voir Ruffell, 2002 et Sidwell (...)

34La métaphore en question se trouve dans la parabase des Nuées, dans laquelle Aristophane cite ses rivaux comiques contemporains que sont Eupolis, Phrynichos et Hermippos. Si Aristophane s’en prend d’ordinaire plus volontiers aux poètes tragiques, il n’épargne pas pour autant les poètes comiques. Mais ses attaques, qui doivent être replacées dans le cadre agonistique des représentations comiques, prennent une forme différente selon que le poète s’attaque à des poètes comiques qui sont en concurrence avec lui ou pas : le poète traite différemment les Anciens et ses rivaux contemporains21. Quand les Anciens sont présentés comme de bons poètes appartenant au passé, dont il se présente comme l’héritier novateur, les rivaux contemporains sont, contre toute logique chronologique, rejetés dans le passé. Non qu’ils soient plus âgés qu’Aristophane, mais leurs pratiques poétiques, selon lui, le sont. Comme ses rivaux appartiennent à la même classe d’âge que lui, Aristophane transpose cette opposition aux comédies : quand les unes – les siennes – se caractériseraient par leur jeunesse, les autres – celles de ses rivaux – seraient de vieilles choses dépourvues toute innovation. Selon la parabase des Nuées, les rivaux d’Aristophane pratiqueraient en effet le plagiat en s’attaquant, à sa suite, aux démagogues (Nuées, v. 551-559) :

« Mes rivaux, depuis qu’une fois leur a donné prise Hyperbolos, ne cessent de dauber sur ce malheureux ainsi que sur sa mère. Eupolis tout le premier traîna sur la scène son Maricas, où il avait retourné nos Cavaliers, le piètre piètrement, en y ajoutant une vieille ivre, pour le cordax, personnage depuis longtemps créé par Phrynichos et que le monstre marin voulait manger. Puis, Hermippos, à son tour, composa contre Hyperbolos ; dès lors, d’autres tombent tous sur Hyberbolos, en m’empruntant ma comparaison des anguilles. »

  • 22 Phrynichos le comique est un contemporain d’Aristophane, à peine plus âgé que lui et qui connut s (...)

35Outre le plagiat consistant à s’attaquer aux démagogues, Aristophane mentionne la présence, chez Eupolis et Phrynichos, du personnage type de la vieille avinée. Il en attribue l’invention à Phrynicos22, mais il ne s’agit nullement là de louer cette innovation.

  • 23 Dover, 1970, p. 124.

36Le personnage de la «  vieillarde avinée  » dansant le cordax vient, semble-t-il, de l’Andromède de Phrynichos, qui présentait un traitement burlesque de la scène d’Andromède face au monstre marin23. Mais la référence d’Aristophane à ce personnage pourrait bien être un moyen de qualifier le style de Phrynichos, qui n’hésite pas à recourir à des moyens faciles pour provoquer le rire, moyens auxquels, dans cette même parabase des Nuées, Aristophane se targue de ne pas recourir.

37Ce personnage de vieillarde avinée pourrait également être l’incarnation même de la comédie de Phrynichos, par opposition à la comédie d’Aristophane. Cette dernière est évoquée plus haut sous les traits d’une jeune fille pleine de retenue, allégorie qui permet d’exprimer à la fois la nouveauté et l’élégance de son style face au manque d’inventivité et à la vulgarité de ses rivaux :

Ἐξ ὅτου γὰρ ἐνθάδ ὑπ ἀνδρῶν, οὓς ἡδὺ καὶ λέγειν,
ὁ σώϕρων τε χὠ καταπύγων ἄριστ ἠκουσάτην,
κἀγώ, παρθένος γὰρ ἔτ
ἦν κοὐκ ἐξῆν πώ μοι τεκεῖν,
ἐξέθηκα, παῖς δ
ἑτέρα τις λαβοῦσ ἀνείλετο,
ὑμεῖς δ
ἐξεθρέψατε γενναίως κἀπαιδεύσατε,
ἐκ τούτου μοι πιστὰ παρ’ ὑμῶν γνώμης ἔσθ’ ὅρκια.
Νῦν οὖν ’Ηλέκτραν κατ’ ἐκείνην ἥδ’ ἡ κωμῳδία
ζητοῦσ’ ἦλθ’, ἤν που ’πιτύχῃ θεαταῖς οὕτω σοϕοῖς.
Γνώσεται γάρ, ἤνπερ ἴδῃ, τἀδελϕοῦ τὸν βόστρυχον.

« Car, depuis qu’ici des hommes devant qui c’est déjà plaisir de se faire entendre ont fait à mon Vertueux et à mon Débauché un si favorable accueil, et que (fille encore, il ne m’était pas permis d’enfanter) j’exposai mon fruit qu’une autre jeune femme recueillit et que vous avez généreusement nourri et élevé, depuis ce jour, je possède de votre bienveillance un gage fidèle. Maintenant donc, pareille à l’antique Electre, cette comédie est venue voir si elle pourrait quelquefois rencontrer des spectateurs aussi éclairés ; elle reconnaîtra, à première vue, la boucle de cheveux de son frère. » (Nuées, v. 527 – 536)

38L’opposition innovation/plagiat est donc ingénieusement traduite par une image, qui consiste en la personnification de deux types de comédies : face aux comédies de ses rivaux, des vieillardes avinées, la comédie d’Aristophane est une jeune fille pure ; l’aspect éculé des blagues des autres poètes comiques est traduit par la métaphore de l’âge avancé, et l’innovation aristophanesque par celle de la jeunesse, si bien que l’ordre chronologique en est inversé : les comédies les plus anciennes sont des jeunes filles pures tandis que les plus récentes, et qui copient les premières, sont des vieillardes débauchées qui ne font que radoter, c’est-à-dire plagier.

39Cette personnification traduit ensuite, outre le reproche de plagiat, celui de vulgarité. La jeune fille d’Aristophane se caractérise en effet par son honnêteté et sa modestie par comparaison avec la vulgarité des vieilleries que proposent ses rivaux :

Ὡς δὲ σώϕρων ἐστὶ ϕύσει σκέψασθ’, ἥτις πρῶτα μὲν
οὐδὲν ἦλθε ῥαψαμένη σκύτινον καθειμένον
ἐρυθρὸν ἐξ ἄκρου, παχύ, τοῖς παιδίοις ἵν’ ᾖ γέλως·
οὐδ’ ἔσκωψεν τοὺς ϕαλακρούς, οὐδὲ κόρδαχ’ εἵλκυσεν·
οὐδὲ πρεσβύτης ὁ λέγων τἄπη τῇ βακτηρίᾳ
τύπτει τὸν παρόντ’, ἀϕανίζων πονηρὰ σκώμματα·
οὐδ’ εἰσῇξε δᾷδας ἔχουσ’ οὐδ’ «ἰοὺ ἰού» βοᾷ·

« Et puis, constatez comme elle est douée de retenue : pour commencer, elle n’est point venue en ayant cousu sur elle un morceau de cuir qui pendouille, avec un gros bout écarlate, pour exciter le rire des gamins ; elle n’a pas raillé les chauves, ni gesticulé en dansant le cordax ; il n’y a pas de vieillard qui dit ses vers en frappant avec un bâton son voisin, pour faire passer ses méchantes plaisanteries ; elle n’a pas fait irruption en portant des torches, ou en criant “you you”. » (v. 537-543)

On a là une prétendue description des comédies des rivaux, accusés de recourir aux moyens les plus vulgaires pour faire rire.

40La comparaison avec Électre est, enfin, une manière pour Aristophane de confronter sa comédie à la tragédie. Aristophane connaissait-il, au moment où il écrivit la seconde parabase des Nuées (entre 419 et 417), l’Électre d’Euripide, dans laquelle Euripide reprend pour la critiquer la scène de reconnaissance des Choéphores ? On sait que l’Électre d’Euripide a été écrite, et sans doute représentée, avant 415. Si Aristophane connaît cette pièce au moment où il écrit la seconde parabase des Nuées, alors le mot de Cratinos contre un Aristophane εὐριπιδαριστοφανίζων prend là tout son sens. En se peignant en Électre, Aristophane dit, avec une auto-dérision discrète, la proximité de sa comédie avec la tragédie, et l’élève ainsi au-dessus du vulgaire, c’est-à-dire des autres poètes comiques.

On a donc un passage tout entier construit sur la métaphore de la jeunesse, qui désigne d’abord la nouveauté d’Aristophane dans le métier, puis la nouveauté et l’élégance de ses comédies, face à la vulgarité et au manque d’inventivité de ses adversaires et de leurs pièces, et enfin sa proximité avec la tragédie.

41Mais pourquoi avoir emprunté la métaphore de la jeunesse féminine ? C’est, selon nous, parce qu’elle véhicule un imaginaire positif, à la différence de la jeunesse masculine. Quand la jeune fille en général et Électre en particulier renvoient à la pureté, le jeune homme renvoie à l’imaginaire de l’éphébie et à la ruse. Aristophane ne se peint donc pas en éphèbe face à des vieillards, mais transpose l’opposition des classes d’âge aux catégories féminines, et donc l’opposition entre poètes à une opposition entre leurs comédies, qui sont du genre féminin.

Conclusion

  • 24 Orfanos, 1994, p. 602.

42Charalampos Orfanos concluait sa thèse sur ces mots:  « À la différence de la Nouvelle Comédie, chez Aristophane, l’imagerie des classes d’âge ne sert pas seulement à dire l’âge des personnages qu’elle concerne. Dans le langage aristophanesque, la représentation sociale de l’éphèbe, tout particulièrement, est un élément du portrait de l’anti-citoyen, quel que soit l’âge de son masque. Qu’il s’agisse de jeunes hommes, de politiciens adultes peu fréquentables, de vieillards ou de femmes épouses d’Athéniens, la polarité qui oppose les personnages comiques au citoyen  “normal ” s'exprime bien souvent au travers de cette opposition entre adulte et non adulte. Car, pour les Athéniens, plus que le temps, c’est une différence qualitative qui sépare ces deux moments de la vie humaine et qui en fait des catégories à part entière ». 24

43Si cela est parfaitement convaincant pour la vie des hommes, il n’en va pas de même pour celle des femmes, et Aristophane a su s’en souvenir, lui qui travestit au besoin ses personnages pour changer les valeurs éthiques attachées à leur genre, ou retravaille au féminin le motif de l’éphébie quand il imagine les femmes au pouvoir.

Haut de page

Bibliographie

Bastin-Hammou, M., Teulade, A., Lochert, V. et Comparini, L., 2013, Comédie et héroïsme féminin, Neuilly.

Bakhouche, B. (éd.), 2003, L’Ancienneté chez les Anciens. I. La vieillesse dans les sociétés antiques : La Grèce et Rome, Montpellier.

Bernard, N., 2003, Les femmes âgées au sein de la famille et de la cité classique, dans B. Bakhouche (éd.), L’Ancienneté chez les Anciens. I., p. 43-60.

Birchler Emery, P., 2008, Vieillards et vieilles femmes en Grèce archaïque : de la calvitie et des rides, dans V. Dasen et J. Wilgaux (dir.), Langages et métaphores du corps dans le monde antique, Rennes, p. 61-72.

Birchler Emery, P., 2004, L’iconographie de la vieillesse en Grèce archaïque, Thèse de doctorat de l’Université de Genève.

Blok, J., 1987, Sexual Asymmetry. A Historiographical Essay, dans J. Blok et P. Mason (éd.), Sexual Asymmetry: Studies in Ancient Society, Amsterdam, p. 1-57.

Byl, S., 1977, Le Vieillard dans les comédies d’Aristophane, AntCl, 46 (1), p. 52-73.

Corvisier, J.-N., 2003, La vieillesse dans l’Antiquité : le point de vue du démographe, dans B. Bakhouche (éd.), L’Ancienneté chez les Anciens. I., p. 9-21.

Cremoux, A. de, 2013, Pratique de l’interprétation, pratique de la traduction : le cas de la Comédie ancienne et l’exemple des «  noms parlants  », Methodos, 13 [en ligne].

Dover, K., 1970, Aristophanes, Cloud, Oxford.

Henderson, J., 1987, Older Women in Attic Old Comedy, TAPhA, 117, p. 105-129.

Henderson, J., 1987, Aristophanes. Lysistrata, Oxford.

Oeri, H. G., 1948, Der Typ der komischen Alten in der griechischen Komödie, seine Nachwirkungen und seine Herkunft, Basel.

Orfanos, Ch., 1994, Représentations sociales et comédie. Les classes d’âge dans trois pièces d’Aristophane, Thèse de doctorat, sous la direction de P. Vidal-Naquet, Paris.

Orfanos, Ch., 2003, Δὶς παῖς ὁ γέρων. Usages politiques du vieillard comique, dans B. Bakhouche (éd.), L’Ancienneté chez les Anciens. I, p. 83-98.

Orfanos, Ch., 2006, Les Sauvageons d’Athènes ou la didactique du rire chez Aristophane, Paris.

Rosellini, M., 1979, Lysistrata : une mise en scène de la féminité, dans Aristophane, les femmes et la cité, Cahiers de Fontenay, 17, p. 11-32.

Rothwell, K. S., 1990, Politics and Persuasion in Aristophanes’ Ecclusiazusae, Leyde.

Ruffell, I., 2002, A Total Write-Off. Aristophanes, Cratinus and the rhetoric of comic competition, CQ, 52 (1), p. 138-163.

Saïd, S., 1979, L’Assemblée des femmes : les femmes, l’économie et la politique, dans Aristophane, les femmes et la cité, Cahiers de Fontenay, 17, p. 33-61.

Sidwell, K., 1995, Poetic Rivalry and the Caricature of Comic Poets: Cratinus’ Pytine and Aristophanes’ Wasps, dans A. Griffiths (éd.), Stage Directions: Essays in Ancient Drama in Honour of E.W. Handley, Londres, p. 56-80.

Taaffe, L. K., 1991, The Illusion of Gender Disguise in Aristophanes’ Ecclesiazusae, Helios, 18, p. 91-112.

Vandersmissen, M., 2010, La femme et son domaine dans Lysistrata d’Aristophane. Étude de vocabulaire, Les Études Classiques, 78, p. 169-186.

Vidal-Naquet, P., 1991, Le chasseur noir. Formes de pensée et formes de société dans le monde grec, Paris.

Vidal-Naquet, P., 1992, La Grèce ancienne. T. 3. Rites de passage et transgressions, Paris.

Haut de page

Notes

1 Orfanos, 1994.

2 Auger, Rossellini, Saïd, 1978.

3 Je reprends donc en le féminisant le beau titre de l’ouvrage issu de la thèse remaniée de Charalampos Orfanos, Les Sauvageons d’Athènes ou la didactique du rire chez Aristophane (Orfanos, 2006).

4 Corvisier, 2003 et Bernard, 2003.

5 Bernard, 2003, p. 44-45.

6 Aristote, Génération des animaux, 775a ; Histoire des animaux, 545b.

7 Bernard, 2003, p. 45.

8 Le terme générique pour désigner les femmes chez Aristophane est γυνή, qui désigne aussi bien la femme par rapport à l’homme que la femme mariée, l’épouse. On trouve également quoique beaucoup plus rarement ἄλοχος, qui désigne l’épouse légitime chez Homère et les tragiques. Voir Vandersmissen, 2010, p. 171.

9 Vandersmissen, 2010, p. 171.

10 Henderson, 1987, p. 106.

11 Lysistrata, 177-179.

12 Oeri, 1948.

13 Henderson, 1987.

14 Orfanos, 1994, p. 592-593.

15 Orfanos, 1994, p. 592-593 note 1.

16 Henderson, 1987.

17 Orfanos, 1994, p. 600.

18 Ibid., p. 600.

19 Ibid., p. 596.

20 Ibid., p. 600. Ces remarques ont été développées dans un article dont ces Mélanges donnent une traduction en français (voir article précédent).

21 Sur l’influence du cadre agonistique sur l’intertextualité comique, voir Ruffell, 2002 et Sidwell, 1995.

22 Phrynichos le comique est un contemporain d’Aristophane, à peine plus âgé que lui et qui connut sa première victoire en 429. Il obtint la deuxième place en 405 derrière les Grenouilles avec les Muses.

23 Dover, 1970, p. 124.

24 Orfanos, 1994, p. 602.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Malika Bastin-Hammou, « Les « sauvageonnes » d’Athènes. Les classes d’âge féminines chez Aristophane », Pallas, 108 | 2018, 39-49.

Référence électronique

Malika Bastin-Hammou, « Les « sauvageonnes » d’Athènes. Les classes d’âge féminines chez Aristophane », Pallas [En ligne], 108 | 2018, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/pallas/9569 ; DOI : 10.4000/pallas.9569

Haut de page

Auteur

Malika Bastin-Hammou

Université Grenoble Alpes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals