Navigation – Plan du site
Sur les pistes de Babis. Dossier thématique
Idées politiques grecques et leur réception

Pour quelques échalas… De la violence démocratique (Thucydide, III, 70 sq.)

For a few stakes… On democratic violence (Thucydides, III, 70 sq.)
Charalampos Orfanos
p. 123-136

Résumés

Si l’on en croit les adversaires de la démocratie, la violence participe de la définition du régime athénien et caractérise tous ceux qui le soutiennent. Les sources qui nous sont parvenues ne font pourtant mention d’aucun acte violent lors des houleuses séances de l’Assemblée du peuple ou des tribunaux populaires. Pour comprendre ce paradoxe, il faut s’éloigner un peu d’Athènes et examiner les tensions politiques qui ont secoué Corcyre en 427 avant notre ère. En effet, dans cette cité où les démocrates sont au pouvoir, les oligarques s’en prennent à Peithias, prostatès tou dèmou et influent membre du Conseil, l’accusant de trahison. La riposte de ce dernier apparaît très modérée : il intente un procès aux cinq plus riches d’entre eux pour avoir abusivement coupé du bois dans un sanctuaire pour en faire des échalas destinés à leurs propres vignes. Cependant, Thucydide la présente comme une provocation insupportable motivée par une haine de classe, et ainsi l’une des causes de l’extrémisme et de la stasis qui va ravager la cité.

Haut de page

Note de la rédaction

[Note de N. Villacèque] Les pages qui suivent sont en très large partie extraites du mémoire d’HDR soutenu par Charalampos Orfanos en 2005, Le modéré et son contraire. Contribution philologique et anthropologique à l’histoire de quelques idées politiques grecques du dernier quart du ve siècle avant J.-C. Babis était, à juste titre, particulièrement fier de « cette trouvaille », pour reprendre une expression qu’il affectionnait, sur les échalas de Corcyre et avait présenté ce texte lors du colloque Le théâtre de la démocratie. Pratiques délibératives des Anciens, perceptions et résonances modernes (Toulouse, 15-16 novembre 2012). Réfléchissant à publier son HDR, il n’avait pas souhaité le faire figurer parmi les Actes – d’autant qu’il estimait qu’une solide reprise était nécessaire. Mais le temps lui a manqué et son travail est aujourd’hui encore inédit ; c’est pourquoi il m’a semblé bon de partager ici cette belle analyse. Le texte n’a pas été remanié ; j’y ai seulement apporté quelques menues corrections, des précisions parfois, et j’ai coupé certains paragraphes en lien avec le sujet du colloque mais qui, de l’aveu de Babis lui-même, apportaient peu à la réflexion. Voici donc un texte qui nous emmène à Corfou, l’île qui vit naître et grandir Babis.

Texte intégral

† Charalampos Orfanos

  • 1 Platon, Protagoras, 319c 6. Voir Villacèque, 2012.

1Bia et hubris, « violence » et « outrage », deux notions omniprésentes dans la tragédie, dominent aussi un certain nombre de théorisations du paysage politique du ve et du ive siècles avant notre ère, autrement dit, de la démocratie directe. Cependant, à l’exception du discours Contre Midias (347 avant notre ère), plaidoirie composée mais jamais prononcée par Démosthène contre un adversaire politique qui l’avait giflé en plein théâtre, sous les yeux ébahis de la cité tout entière, les sources sur lesquelles on s’appuie généralement pour connaître le fonctionnement de la démocratie ne font mention d’aucun acte violent lors des séances pourtant passablement houleuses de l’Assemblée du peuple ou des tribunaux populaires. Le brouhaha (thorubos) dû aux conversations privées entre participants, aux manifestations bruyantes d’approbation ou de désapprobation voire simplement à la respiration des milliers de citoyens devait être permanent, omniprésent. Mais cela n’est pas de la violence. On ne peut pas parler de violence non plus quand un orateur est contraint de quitter la tribune sous les huées des citoyens. Καταθορυβεῖν, « désapprouver », voire « faire descendre » (les deux sens sont possibles pour le préverbe κατα-) « par le brouhaha » (θόρυβος) fait partie des réactions légitimes des citoyens qui prennent la peine d’assister à l’ecclésia – le terme est utilisé par Socrate, dans le Protagoras1.

  • 2 Payen, 2012, p. 22.
  • 3 Voir Murphy, 1992, p. 543-558, qui fait remonter le topos de l’extrémisme démocratique à l’époque (...)

2Alors de quoi bia est-elle le nom ? Nous voudrions montrer que la violence, notion relative, « située entre le normal et l’anormal, “toujours construite” », pour citer Pascal Payen2, a souvent fait partie des reproches dont on accable les partisans de la démocratie, plus particulièrement de la démocratie « extrême », « excessive » : la violence participe de la définition du régime et caractérise en bloc tous ceux qui le soutiennent. Contre cette figure, contre ce cauchemar de l’extrémisme démocratique, apparaissent à la fin du ve siècle des appels incantatoires à la « modération ». Or σώφρων, μέτριος, μέσος, ἐπιεικής sont des mots dépourvus d’antonymes ; en effet, aucun terme désignant l’extrémisme ne figure dans le lexique politique, pourtant très riche, de la période brève et tumultueuse qui va de la mort de Périclès au coup d’État de 411, c’est-à-dire la période où les Modernes ont pris l’habitude de situer ce qu’ils appellent « démocratie radicale »3 . Une démocratie dont la « radicalité » principale réside – faut-il le rappeler ? – en la prépondérance du tirage au sort sur le suffrage et la rétribution des membres des instances collectives de la cité : autant dire, en rien de particulièrement violent !

  • 4 Fisher, 1979, p. 32-47, s’insurge contre les approximations des modernes qui persistent à relier (...)

3Il importe donc d’interroger cet introuvable extrémisme, ce silence du vocabulaire que les Anciens avaient essayé de combler en méditant sur les retombées politiques de la bia, la violence qui est le propre de la guerre, ou sur l’hubris, à la fois concept juridique, équivalent au français « outrage », et concept moral, quand il dénote le mépris actif de l’autre, souvent mais pas toujours puni par les dieux4, ou encore sur la ponèria, notion empruntée au vocabulaire social, où elle dénotait, bien avant d’acquérir un sens politique, le « vaurien ».

4C’est la guerre qui est à l’origine de tous les maux. C’est elle qui radicalise les mœurs des Grecs, elle et ses revers, pour citer Pascal Payen de nouveau. La guerre, celle du Péloponnèse, est concomitante de la démocratie radicale, puisqu’elle commence la dernière année de la vie de Périclès et qu’à sa fin, en 404, Athènes tombe sous le plus affreux des pouvoirs oligarchiques. D’ailleurs, les partisans les plus fervents de la démocratie, à en croire les Comiques, désirent aussi la poursuite de la guerre, puisqu’elle leur rapporte un salaire (en tant que rameurs) ainsi qu’un supplément de poids politique (pour la même raison). Cependant, à en croire Thucydide, la guerre avait une préférence :

  • 5 Thucydide, III, 82, 2.

Ὁ δὲ πόλεμος ὑφελὼν τὴν εὐπορίαν τοῦ καθ᾽ ἡμέραν βίαιος διδάσκαλος καὶ πρὸς τὰ παρόντα τὰς ὀργὰς τῶν πολλῶν ὁμοιοῖ.

« La guerre, en ruinant le confort quotidien, devient un maître cruel et rend les démocrates aussi abrupts que ce qui se passe autour d’eux. »5

Pourquoi les démocrates ? Pour le comprendre, il faut s’éloigner d’Athènes et, avec Thucydide, porter nos regards vers Corcyre.

  • 6 Selon Wilson, 1987, p. 49-50, les Corinthiens auraient surtout reculé par calcul politico-diploma (...)
  • 7 Thucydide, I, 55, 1-2 : ἐτύγχανον δὲ καὶ δυνάμει αὐτῶν οἱ πλείους πρῶτοι ὄντες τῆς πόλεως. D’aprè (...)
  • 8 Ibidem : ὅπως αὐτοῖς τὴν Κέρκυραν ἀναχωρήσαντες προσποιήσειαν.
  • 9 Thucydide, I, 50, 1-2 : …πρὸς δὲ τοὺς ἀνθρώπους ἐτράποντο φονεύειν διεκπλέοντες μᾶλλον ἢ ζωγρεῖν͵ (...)

5En août 433 avant notre ère, la cité péloponnésienne de Corinthe et la cité de Corcyre, sur la plus septentrionale des îles ioniennes, qui se trouvait être une colonie de Corinthe, se font la guerre sur un front maritime qui s’étend de l’extrémité sud de l’île de Corfou à la côte de l’Épire, en face. Une escadre athénienne venue soutenir Corcyre participe au combat ainsi que, du côté de Corinthe, plusieurs navires venus de cités mineures alliées aux Péloponnésiens. L’issue de l’affrontement est incertaine, mais les Corinthiens, évitant de se battre directement contre les Athéniens, pour ne pas déclencher une guerre entre alliances6, s’en vont finalement, se contentant d’emmener avec eux deux cent cinquante prisonniers corcyréens qui, « pour la plupart, se trouvaient précisément être, par leurs moyens, au premier rang de la cité »7. Les captifs seront « bichonnés » (ἐν θεραπείᾳ εἶχον πολλῇ) et, supposons-nous, endoctrinés politiquement, « afin d’obtenir par eux, à leur retour, le ralliement de Corcyre8 ». Ce traitement de faveur est d’autant plus stupéfiant que les Corinthiens s’étaient distingués par leur aveugle cruauté pendant le combat9.

  • 10 Dès 430 au plus tard d’après J. Wilson, 1987, p. 91-92 : le fait que Corcyre cesse toute action a (...)
  • 11 Thucydide, III, 70, 1 : τῷ μὲν λόγῳ ὀκτακοσίων ταλάντων τοῖς προξένοις διηγγυημένοι, ἔργῳ δὲ πεπε (...)
  • 12 Le texte parle d’un retour à la situation d’avant 435 pour ce qui est des relations de Corcyre av (...)

6En tout cas, les Corinthiens ne se sont pas trompés dans leur calcul politique quand ils ont tout misé sur leurs prisonniers « de luxe ». Relâchés, vers le début de la guerre du Péloponnèse, à un moment difficile à déterminer10, sous couvert d’une rançon ou garantie prétendument versée par les proxènes corcyréens11, les deux cent cinquante « hôtes » de Corinthe s’employèrent, sans doute pendant quelque trois ans, à convaincre un à un leurs concitoyens qu’il fallait rompre l’alliance avec Athènes et retourner dans le giron de la métropole. Cette longue campagne politique n’a rencontré aucune réaction sérieuse de la part des démocrates de la cité, du moins Thucydide, qui compacte le récit, n’en fait pas état. Pourtant, les démocrates étaient au pouvoir depuis l’échec de l’intervention militaire de Corinthe. Enfin, en 427, alors que la Guerre du Péloponnèse sévit déjà depuis quatre ans entre Athéniens et Péloponnésiens, lors d’une assemblée dans laquelle la parole fut donnée à des représentants officiels tant de Corinthe que d’Athènes, ces agents des Corinthiens finissent par faire voter à leurs concitoyens de Corcyre une neutralité de façade vis-à-vis des deux cités qui rivalisaient pour le contrôle de l’île depuis 433 et qui étaient ouvertement en guerre depuis 431. En fait, il s’agit incontestablement d’une large victoire politique pour les oligarques de l’île et d’un succès diplomatique pour le camp péloponnésien, qui a ainsi retrouvé des amis (philoi) perdus depuis belle lurette : aux termes de ce décret, Corcyre ne viendrait plus en aide aux Athéniens, comme elle l’avait fait en 431 pour se venger d’avoir été attaquée, deux ans plus tôt, par les Corinthiens et leurs alliés péloponnésiens – Corcyre avait alors grossi de cinquante navires la flotte athénienne venue ravager le Péloponnèse12.

  • 13 Ce qui est presque un pléonasme : chez Thucydide, le verbe « asservir » (δουλοῦν, καταδουλοῦν, au (...)

7Il est difficile de savoir quel est exactement, en 427, le poids des factions en présence. Toujours est-il qu’à cette date, les deux cent cinquante oligarques, contrairement à leurs « patrons » corinthiens, ne sont pas satisfaits de leur premier succès. Qu’ils aient voulu consolider ce succès de politique étrangère ou en tirer des profits immédiats au plan intérieur – ce qui paraît bien plus probable –, voici qu’ils s’en prennent maintenant à un certain Peithias:  ils le poursuivent pour trahison, en l’accusant de vouloir asservir la cité à Athènes13. Thucydide précise que ce Peithias était à la fois chef du démos (prostatès tou dèmou, terme synonyme de « démagogue »), proxène volontaire d’Athènes, c’est-à-dire représentant légal de tous les Athéniens qui passaient par là ou qui avaient des intérêts à Corcyre, et membre influent du Conseil. Il est assez étonnant que les oligarques aient choisi d’attaquer de front, dans l’arène politique, un tel adversaire. Ils étaient probablement aveuglés par le sentiment d’invulnérabilité que leur procuraient leurs puissants philoi étrangers, les anciens hôtes des Corinthiens, devenus leurs agents.

  • 14 Le type de procès n’est évidemment pas précisé, mais, étant donné que Thucydide évoque l’influenc (...)
  • 15 Thucydide, III, 70, 4 : Ὁ δὲ ἀποφυγὼν ἀνθυπάγει αὐτῶν τοὺς πλουσιωτάτους πέντε ἄνδρας, φάσκων τέμ (...)
  • 16 Voir Aristophane, Acharniens, 818-835, pour un sycophante en action ; 703-718 et Oiseaux, 285-286 (...)

8Ce qui s’ensuivit ne fait que confirmer à quel point nous manquons d’informations sur les enjeux politiques intérieurs de Corcyre et sur les événements qui en découlent. En effet, il y a là un sérieux problème de proportionnalité : Peithias, au lieu d’affronter, lui aussi, ses adversaires dans l’arène politique, où il lui serait sans doute aisé de prouver leur culpabilité ou de mettre en lumière leurs menées – aussi discrète soit-elle, une campagne politique de plusieurs années laisse forcément des traces –, choisit les cinq plus riches d’entre eux (πλουσιώτατοι) et les fait poursuivre pour un délit curieux, dont la gravité semble sans commune mesure avec le crime dont il venait d’être lui-même accusé. Dans sa dénonciation14, il soutient en effet que les cinq accusés avaient abusivement coupé du bois appartenant au sanctuaire de Zeus et d’Alcinoos, le roi mythique de Phéacie, pour en faire des échalas, destinés sans doute à leurs vignobles privés, et qu’ils étaient même coutumiers du fait15. Les cinq sont condamnés à une forte amende. Il s’agit certes d’une atteinte aux biens d’un sanctuaire, mais, à juger de la nature de la sanction encourue, on dirait aujourd’hui qu’elle relève plutôt du droit « civil », à mille lieues, en tout état de cause, des enjeux d’un procès pour trahison, mais très proche, en revanche, des procès intentés par les sycophantes athéniens, ces « maîtres-chanteurs » judiciaires dont on dit qu’ils faisaient régner la terreur tant dans les milieux aisés athéniens que parmi les citoyens des cités de l’Empire16.

  • 17 Parker, 1983, p. 165 ; Hornblower, 1991, ad loc. ; Todd, 1993, p. 159 et n. 17.

9On a cherché une justification pour la symétrie établie par Thucydide entre ces deux actions manifestement inégales, et, comme il s’agit tout de même de bois volé à un sanctuaire, on a surtout cherché du côté du sacrilège. Robert Parker, par exemple, s’appuie sur ce cas pour affirmer que, si voler du bois dans un sanctuaire était généralement toléré, cet acte pouvait donner lieu à des « manipulations politiques » dissimulant, derrière une façade légale, « une vendetta personnelle ou la lutte des classes »17. Or, il n’existe absolument aucune allusion à la notion de sacrilège dans le texte de Thucydide. Pour avoir une idée de la façon dont les choses ont pu se passer, je préfère pour ma part convoquer un document certes tardif, mais qui me semble exactement parallèle. Voici ce qui est prévu pour les échalas dans l’un des trois baux datant de la fin du iiie siècle avant notre ère qui ont été découverts en 1954 à Hisarburnu (Amos), en Carie ; le contrat, conclu entre un particulier et le dème d’Amos, dans la pérée rhodienne, concerne le fermage de terres appartenant à un ou plusieurs sanctuaires qui étaient situés dans le territoire continental de Rhodes et dont l’exploitation était étroitement surveillée par un collège de hiéromnémons :

  • 18 Bresson, 1991, n° 51 b = Blümel, 1991, n° 354, B, l. 7-13. Commentaires : Salviat, 1993, p. 151-1 (...)

« Que le locataire ne coupe pas du bois au-delà de la quantité nécessaire à la fabrication du nombre exact d’échalas qu’il lui faudra pour les vignes des terres données à ferme (εἰ μὴ χάρακας ὅ[σας κα δεήσηι κόπτειν εἰς τὰς ἀμπέλο]-/υς τὰς ἐν τῶι ἀγρῶι). Si, en violation du contrat écrit, il en coupe davantage, qu’il paie aux hiéromnémons et à la communauté du dème d’Amos trois mille drachmes d’argent et que le bois reste à l’endroit même où il aura été coupé en violation du contrat écrit. »18

Un autre bail de la même série obligeait le locataire, au moment de restituer les terres, à faire la preuve qu’il n’avait pas volé des échalas déjà plantés. En cas de dérobade, il devait acquitter, lui, une amende de 500 drachmes :

  • 19 Bresson, 1991, n° 50, b, l. 16-18.

« …qu’il montre aussi tous les échalas qui servent de tuteurs aux pieds de vigne. »19

  • 20 Aristophane, Guêpes, 1201 : Ἐργασίωνος τὰς χάρακας ὑφειλόμην (« j’ai fauché les échalas d’Ergasio (...)
  • 21 Comme le soutient, entre autres, Salviat, 1993, p. 157.
  • 22 Bresson, commentaire au n° 49 ; Salviat, 1993.
  • 23 Thucydide, III, 70, 4.
  • 24 Il est donc impossible de déterminer avec certitude s’il s’agit de statères équivalents des statè (...)

10À la différence de Philocléon, qui se targue, dans les Guêpes d’Aristophane, d’avoir volé les échalas d’un paysan plaisamment nommé Ergasiôn, ou Bossedur, exploit initiatique d’une jeunesse trop peu digne des milieux aristocratiques auxquels son fils prétend l’intégrer à l’issue de son éphébie à l’envers20, les aristocrates poursuivis par Peithias n’étaient certainement pas des maraudeurs ordinaires, sciant en catimini quelques branches dans un bois sacré21 ; il est plus probable qu’ils aient loué des vignobles appartenant au sanctuaire – ce qui leur donnait le droit de couper du bois pour tailler les échalas nécessaires à l’entretien des plants –, et auraient abusé de ce droit en se servant du bois pour leurs propres besoins. Un litige de fermage assez banal, somme toute, et qui se termine de façon prévisible. Il suffit de comparer. À Amos, où les trois baux se complètent au point de permettre l’établissement d’un quasi-formulaire22, est établie une amende forfaitaire de 3000 drachmes, indépendamment de la quantité de bois brut volé, ou une amende forfaitaire de 500 drachmes, indépendamment du nombre d’échalas usagés volés. À Corcyre, c’est un statère par échalas neuf taillé dans du bois volé23 : s’il n’est pas clément, le jugement de Corcyre n’a rien d’anormal, quel que soit le taux d’inflation entre ce procès et le contrat d’Amos. D’autant plus que, à Corcyre, la nature de la sanction implique une sorte de preuve matérielle de l’infraction : l’amende n’est pas calculée à partir de la quantité de bois brut manquant mais à partir du nombre d’échalas confectionnés, ce qui veut dire sans doute qu’on en a retrouvé une certaine quantité au cours de l’enquête suscitée par la dénonciation de Peithias. Certes, il est difficile de savoir aujourd’hui combien valaient les statères de l’amende. S’il est vrai que Thucydide avait en tête les valeurs monétaires athéniennes, ses informateurs avaient sans doute chacun les siennes24. D’ailleurs, quand bien même nous serions fixés sur la valeur unitaire, nous ne connaîtrions pas davantage la somme totale – il nous manquerait toujours le nombre d’échalas volés – ni quel pourcentage du revenu des condamnés, des πλουσιώτατοι, représentait cette amende.

  • 25 Thucydide, III, 70, 4 (trad. J. de Romilly).
  • 26 On sait que l’amende était forte non seulement, comme le remarque Hornblower, 1991, ad III, 70, 4 (...)

11Il n’y a que trois certitudes dans cette affaire. Tout d’abord, il ne s’agit pas d’arbitraire judiciaire ni de manipulation à des fins idéologiques, puisque la sanction était prévue à l’avance : « l’amende prévue était d’une statère par échalas »25. Ensuite, la somme était forte, mais, enfin, il est certain que les condamnés pouvaient la payer26. Ils ont cependant tenté de négocier :

  • 27 Thucydide, III, 70, 5.

Ὀφλόντων δὲ αὐτῶν καὶ πρὸς τὰ ἱερὰ ἱκετῶν καθεζομένων διὰ πλῆθος τῆς ζημίας, ὅπως ταξάμενοι ἀποδῶσιν, ὁ Πειθίας (ἐτύγχανε γὰρ καὶ βουλῆς ὤν) πείθει ὥστε τῷ νόμῳ χρήσασθαι.

« Les riches furent condamnés et, devant l’importance de l’amende, ils se réfugièrent dans les sanctuaires pour obtenir de payer par échelonnement négocié de la dette ; mais Peithias, qui, justement, était aussi membre du Conseil, fit décider d’appliquer la loi. ».27

  • 28 Gomme, 1945-1956, hésite, mais penche plutôt pour la solution de l’échelonnement, alors que Rouss (...)

12Ils ont essayé de négocier, comme l’aurait fait de nos jours un contribuable en redressement fiscal. Contrairement à Jacqueline de Romilly, je pense que le sens de la tournure ὅπως ταξάμενοι ἀποδῶσιν est bien « afin d’obtenir de payer par échelonnement négocié de la dette », et non « pour obtenir de payer sur estimation consentie »28.

  • 29 Respectivement, Thucydide, III, 70, 3 et 4.
  • 30 La dramatique supplication des cinq condamnés (que Thucydide trouve justifiée, nous allons le voi (...)

13On ne sait pas ce que risquait réellement l’homme politique Peithias dans le procès pour trahison que lui avaient intenté les deux cent cinquante partisans de Corinthe, mais – Thucydide est clair sur ce point – il n’a riposté que par le procès des échalas : les deux cent cinquante « le poursuivent » (ὑπάγουσιν), Peithias « contre-attaque » (ἀνθυπάγει) en visant les cinq plus riches29. Il me paraît évident que la riposte de Peithias à l’agression subie était modérée, qu’elle allait dans le sens de l’apaisement et que, contrairement à ce que laisse entendre Thucydide, elle était censée être un coup de semonce plutôt qu’une revanche. Or, la disproportion est criante entre la décision judiciaire et – déjà – la première réaction des condamnés : se réfugier dans les sanctuaires pour négocier une amende, pousser des grands cris pour le prix de quelques échalas30, il y a sûrement là quelque chose qui relève de l’hyperbole, c’est le moins qu’on puisse dire.

  • 31 Thucydide, III, 70, 6.
  • 32 Wilson, 1987, p. 88. Pour des raisons difficiles à déterminer, cette aide se réduisit finalement (...)
  • 33 Thucydide, III, 71, 1. Le poignard (ἐγχειρίδια) apparaît comme l’arme discrète des trahisons et d (...)

14Naturellement, la supplication des cinq condamnés est rejetée : sous l’impulsion de Peithias, le Conseil refuse tout arrangement et exige le respect de la loi, c’est-à-dire le paiement intégral et sans délai de l’amende. Dans le même temps (καὶ ἅμα)31, Peithias s’apprête à faire voter par le plèthos une révision du traité d’alliance avec Athènes transformant l’épimachia contractée en 433, qui était une alliance défensive, en symmachia, alliance pleine, tant défensive qu’offensive, et barrant ainsi définitivement la route aux oligarques locaux. Voilà qui provoque, d’après Thucydide, le déchaînement de violence meurtrière qu’on connaît, la fameuse stasis de Corcyre, à l’origine de la radicalisation de la guerre grecque. Doublement menacés et espérant probablement qu’une aide militaire péloponnésienne viendrait les épauler32, les oligarques tentent alors un putsch sanglant, à la suite duquel ils vont convoquer une assemblée des Corcyréens et leur faire voter la rupture totale avec Athènes33 :

  • 34 Thucydide, III, 70, 6-7, trad. J. de Romilly modifiée.

Οἱ δ᾽ ἐπειδὴ τῷ τε νόμῳ ἐξείργοντο καὶ ἅμα ἐπυνθάνοντο τὸν Πειθίαν, ἕως ἔτι βουλῆς ἐστί, μέλλειν τὸ πλῆθος ἀναπείσειν τοὺς αὐτοὺς Ἀθηναίοις φίλους τε καὶ ἐχθροὺς νομίζειν, ξυνίσταντό τε καὶ λαβόντες ἐγχειρίδια ἐξαπιναίως ἐς τὴν βουλὴν ἐσελθόντες τόν τε Πειθίαν κτείνουσι καὶ ἄλλους τῶν τε βουλευτῶν καὶ ἰδιωτῶν ἐς ἑξήκοντα·

« Puisque, en invoquant l’application de la loi, on ne leur laissait pas d’issue et qu’en même temps ils apprenaient que Peithias allait profiter de son temps au Conseil pour persuader le peuple de changer d’avis et d’avoir les mêmes amis et les mêmes ennemis que les Athéniens, ils fomentèrent un complot, et, prenant des poignards, pénétrèrent brusquement au Conseil : ils tuèrent non seulement Peithias, mais d’autres, conseillers et particuliers, soixante environ. »34

  • 35 Romilly, 2003, ad loc.
  • 36 Thucydide, III, 70, 6.

15Si l’on voit bien dans ce passage que Peithias et ses soixante amis ne sont pas morts pour quelques échalas, le texte n’en laisse pas moins perplexe le lecteur auquel Thucydide aura appris à mesurer le vrai à l’aune du vraisemblable. En effet, un deuxième hiatus vient s’ajouter à celui de l’hiketeia initiale ; c’est le problème du sujet de ξυνίσταντο. Comme le signale Jacqueline de Romilly, « bien que le sujet de la phrase désigne apparemment les condamnés, ces cinq hommes n’ont pas agi seuls »35. Or, ce silence sur les complices de la violence inaugurale de la stasis en dit long sur l’architecture d’ensemble du récit corcyréen. En effet, que le sujet du verbe soient les deux cent cinquante partisans et amis des Corinthiens ou l’ensemble des oligarques désireux d’en découdre avec Peithias et les siens, les conjurés n’agissent pas « parce que, en invoquant l’application de la loi, on ne leur laissait pas d’issue » : la décision judiciaire ne frappe que cinq d’entre eux. Ils agissent uniquement « parce qu’ils apprenaient que Peithias allait profiter de son temps au Conseil pour persuader le peuple de changer d’avis et d’avoir les mêmes amis et les mêmes ennemis que les Athéniens ». Autrement dit, quel que soit le sujet de ξυνίσταντο, nous n’avons que faire de la conjonction καὶ ἅμα, par laquelle Thucydide coordonne les deux causes du putsch36. Voilà qui ramène le procès des échalas à ses justes dimensions : dans la gradation ascendante de la crise, il marquait sans doute un arrêt. L’y inclure sans mentionner cette particularité, c’est dire le contraire de ce que Peithias essayait probablement de faire, à savoir calmer les esprits ; c’est dire qu’il n’était qu’un revanchard borné en même temps qu’un jusqu’au-boutiste acharné, aveuglé par ses a priori idéologiques.

  • 37 Thucydide, III, 70, 3 : τοῦ δήμου προειστήκει : « proto- » dans la mesure où il n’a pas droit au (...)
  • 38 Thucydide, III, 70, 5 et 6. Cf. Hornblower, 1991, ad loc. Le jeu de mots en VI, 54, 3 est plus co (...)

16Car il est parfaitement clair que Thucydide n’apprécie pas Peithias. Avec ses airs de révolutionnaire de province, ce proto-démagogue37 ressemble sans doute trop à Cléon pour que l’historien s’abstienne de laisser libre cours à son ironie cinglante : ὁ Πειθίας … πείθει, ἐπυνθάνοντο τὸν Πειθίαν ... ἀναπείσειν38. Comment ne pas voir, dans ce jeu facile de nomen omen, une certaine condescendance de l’Athénien et de l’expert en politique envers l’émule « provincial » de Périclès ?

  • 39 Voir, par exemple, Harris, 1990, p. 274-275.
  • 40 Thucydide, III, 70, 5.

17L’objectivité souvent louée39 de la présentation par Thucydide des débuts de l’affaire de Corcyre en prend un sérieux coup : il y a bien eu un grief initial, un acte de pleonexia de la part des oligarques qui, non contents d’avoir servi la cause de leurs commanditaires, ont voulu neutraliser leur principal adversaire en lui intentant un procès politique. Mais la riposte de Peithias à cette agression était modérée et allait dans le sens de l’apaisement. Contrairement à ce que laisse entendre Thucydide en la présentant comme étant à la hauteur de la provocation subie, elle était censée être un coup de semonce plutôt qu’une revanche. Cependant, sans s’expliquer sur le détail de l’accusation, l’historien laisse entendre que la condamnation des cinq représentait un enjeu capital pour les victimes. En effet, il ne relève pas le caractère disproportionné du recours à l’hiketeia de la part des cinq condamnés, et semble même leur donner raison : grammaticalement, la tournure διὰ πλῆθος τῆς ζημίας (« devant l’importance de l’amende ») 40est objective et ne fait pas de différence entre cause invoquée et cause réelle.Qui plus est, Thucydide laisse entendre que, dans leur requête, les cinq demandaient seulement un échelonnement ou une réduction de la dette, et non son annulation. Ainsi, le rejet de cette première supplication par les amis politiques de Peithias, ce démocrate « primaire », apparaît comme étant motivé par la rancœur ou la haine de classe, et la place qu’il occupe dans la séquence crée une sensation de progression qui est fausse. Pour ce qui est de la radicalisation de la stasis, objectivement, le procès des échalas est un non-événement.

  • 41 DELG, sv. σῦκον, avec bibliographie.
  • 42 Sur le mode « la guerre de Troie a éclaté à cause d’une épouse lubrique », on trouve chez Aristop (...)
  • 43 La séquence se transformera plus tard en scénario-type du destin historique des démocraties : voi (...)

18Je ne veux pas dire par là que je doute de la réalité du procès ni des motivations politiques de Peithias. Ce qui me paraît problématique, ce sont le sens et les proportions que Thucydide – ou ses sources – donnent à l’événement, et qui renvoient clairement à la hantise athénienne du sycophante. À Athènes, les « figues » pour lesquelles les sycophantes osaient traîner devant les tribunaux l’élite de la cité n’étaient en fait que des « broutilles »41. À Corcyre, les échalas, par lesquels Peithias tenta de modérer les ardeurs pro-corinthiennes de ses concitoyens les plus riches, étaient sans doute un peu plus chers, mais, là non plus, il n’y avait pas de quoi faire un drame. Dans les deux cas, ce qui n’était probablement qu’un avertissement censé montrer que le pouvoir, tant judiciaire que politique, était aux mains du peuple, devient surenchère et provocation insoutenable. De plus, dans le logos corcyréen, par sa position dans l’agencement de la séquence et à l’appui – très étonnant chez Thucydide – d’une tradition populaire de causalité paradoxale qui attribue, d’une manière très aristotélicienne, des grands événements à des σμικρὰ κἀπιχώρια, à des petites causes insignifiantes et de caractère local42, cette provocation devient une des causes de l’extrémisme et de la violence, son corollaire43.

19Plus largement, pour Thucydide, l’engrenage de la stasis se distingue par un va-et-vient incessant entre la guerre intestine et le conflit extérieur. Cette alternance devient interaction, une interaction qui repose sur une absence grandissante de scrupules de la part des protagonistes de chaque histoire locale et qui mène immanquablement au même résultat : chaque fois, la violence monte d’un cran. « Extériorisation » de la guerre civile d’Épidamne, opposant d’abord à Corinthe des Corcyréens initialement réticents, s’étendant ensuite par l’implication d’une Athènes tout aussi réticente. « Intériorisation » à Corcyre de cette guerre extérieure, par l’action délibérée des Corinthiens, puis nouvelle « extériorisation » du conflit interne de Corcyre, par l’implication directe des Athéniens ainsi que des Péloponnésiens, cette fois-ci en tant que confédération. Abandon, finalement, des belligérants internes à leur triste sort, avec pour conséquence l’exacerbation des passions et tout ce que cela implique d’« atrocité » ou de « cruauté ». Car dès lors, à Corcyre,

  • 44 Thucydide, III, 81, 5 (trad. J. de Romilly).

« la mort revêtit toutes les formes concevables (πᾶσα ἰδέα θανάτου) et, comme cela se produit en pareil cas, on ne recula devant rien, – et pis encore. Le père tuait son fils, les suppliants étaient arrachés des sanctuaires ou tués sur place, certains périrent même emmurés dans le sanctuaire de Dionysos ».44

  • 45 Thucydide, III, 87, 1.
  • 46 Xénophon, Helléniques, VII, 44-46. Voir Riedinger, 1991, p. 143-157. Pour une nouvelle approche d (...)

20Enfin, on peut constater que la radicalisation « technique » de la guerre grecque s’accompagne d’une bipolarisation au plan politique qui, à en croire Thucydide, n’existait pas avant les événements de Corcyre : on se bat maintenant entre cités pour défendre le modèle politique que l’on préfère pour sa propre cité45. À la guerre « normale » entre cités, guerre de territoires et d’intérêts, s’est substituée une guerre où s’affrontent des intérêts de classe et des modèles politiques. Et cela va durer jusqu’à la défaite définitive d’Athènes et du modèle politique qu’elle avait sans doute mal défendu, puisque la propagande officielle du camp oligarchique était en mesure, pendant le conflit, de s’approprier des notions qui nous paraissent aujourd’hui essentielles pour notre conception de la démocratie, comme la liberté (ἐλευθερία) ou l’autonomie (αὐτονομία). Soixante-dix ans après la stasis d’Épidamne, la situation sera complètement différente : à la fin des Helléniques, au livre VII, Xénophon relève la même exacerbation des passions entre démocrates et oligarques, il fait état des liens qui unissent à Sparte les aristocrates de chaque cité, mais, du côté des démocrates, il constate aussi l’extrême dispersion des forces entre une tendance alliant autonomie et régime démocratique (c’est le cas des Arcadiens notamment) et une tendance plus sociale, qui, en 366, sera celle d’Euphron à Sicyone46.

Haut de page

Bibliographie

DELG = Chantraine, P., 2009, Dictionnaire Étymologique de la Langue Grecque. Histoire des Mots, Paris (1968).

ML = Meiggs, R. et Lewis, D., 1975, A Selection of Greek Historical Inscriptions to the End of the Fifth Century B.C., Oxford (1969).

Anastasiadis, V. I., 1999, Political “Parties” in Athenian Democracy : A Modernising Topos, Arethusa, 32, p. 313-335.

Beloch, J., 1884, Die attische Politik seit Perikles, Leipzig.

Bétant, E.-R., 1824, Lexicon Thucydidaeum. A Dictionary, in Greek and English of the Words, Phrases, and Principal Idioms, Contained in the History of the Peloponnesian war of Thucydides, Londres.

Blümel, W., 1991, Die Inschriften der Rhodischen Peraia, Bonn.

Bowie, A. M., 1993, Aristophanes. Myth, Ritual and Comedy, Cambridge.

Bresson, A., 1991, Recueil des inscriptions de la Pérée rhodienne, Paris.

Briant, P., Lévêque, P., Brûlé, P., Descat, R. et Mactoux, M.-M., 1995, Le monde grec aux temps classiques, t. 1, Le ve siècle, Paris.

Casson, L., 1973, Ships and Seamanship in the Ancient World, Princeton.

Fisher, N. R. E., 1990, The Law of Hubris in Athens, dans P. Cartledge, P. Millett et S. Todd (éd.), Nomos. Essays in Athenian Law, Politics and Society, Cambridge, p. 123-138.

Fisher, N. R. E., 1992, Hybris : A Study in the Values of Honour and Shame in Ancient Greece, Warminster.

Fisher, N. R. E., 1979, Hybris and Dishonour : II, G&R, 26 (1), p. 32-47.

Gabrielsen, V., 1995, Remuneration of State Officials in Fourth Century B.C. Athens, Odense.

Gomme, A. W., 1945-1956, A Historical Commentary on Thucydides, Books I - V, 24, Oxford.

Goyet, F., 1995, Longin. Traité du sublime, Paris.

Hansen, M. H., 1974, The Sovereignty of the People’s Court in Athens in the Fourth Century B.C. and the Public Action against Unconstitutional Proposals, Odense.

Hansen, M. H., 1975, Eisangelia. The Sovereignty of the People’s Court in Athens in the Fourth Century B.C. and the Impeachment of Generals and Politicians, Odense.

Harris, Ed. M., 1990, The Constitution of the Five Thousand, HSCP, 93, p. 243-280.

Hornblower, S., 1991, A Commentary on Thucydides, Books I-III, Oxford.

Krentz, P., 1982, The Thirty at Athens, Ithaca et New York.

Larsen, J. A. O., 1954, The Judgement of Antiquity on Democracy, CPh, 49, p. 1-14.

Lévy, Ed., 1995, La Grèce au ve siècle. De Clisthène à Socrate, Paris.

Lewis, S., 2004, Kai saphōs tyrannos ēn : Xenophon’s Account of Euphron of Sicyon, JHS, 124, p. 103-128.

MacDowell, D. M., 1978, The Law in Classical Athens, Londres.

Meiggs, R., 1975, The Athenian Empire, Oxford (1972).

Meritt, B. D., 1961, The Athenian Year, Berkeley.

Möllendorff, P. Von, 2003, Literarische Konstruktionen von autonomía bei Herodot und Aristophanes, A&A, 49, p. 14-35

Murphy, T. M., 1992, Lysias 25 and the Intractable Democratic Abuses, AJPh, 113 (4), p. 543-558.

Parker, R., 1983, Miasma. Pollution and Purification in Early Greek Religion, Oxford.

Payen, P., 2012, Les revers de la guerre en Grèce ancienne. Histoire et historiographie, Paris.

Pimouguet-Pedarros, I., 2003, Le paysage rural et ses contraintes. Le territoire continental de Rhodes à l’époque hellénistique (Pérée intégrée), dans La campagne antique : espace sauvage, terre domestiquée [Cahiers Kubaba, 5], Paris, p. 217-246.

Pritchett, W. K., 1991, The Greek State at War, Part V, Berkeley, Los Angeles et Oxford.

Rhodes, P. J., 1994, Thucydides History III, Warminster.

Romilly, J. de, 2003, Thucydide, Histoire de la Guerre du Péloponnèse. Livre III, Paris, (1969).

Roussel, D., 2000, Thucydide. La Guerre du Péloponnèse, Paris (1964).

Riedinger, J.-Cl., 1991, Étude sur les Helléniques : Xénophon et l’histoire, Paris.

Salviat, F., 1993, Le vin de Rhodes et les plantations du dème d’Amos, dans
M.-Cl. Amouretti et J.-P. Brun (éd.), La production du vin et de l’huile en Méditerranée [BCH Suppl. 26], Paris, p. 151-161.

Strauss, B. S., 1987, Athenian Democracy : Neither Radical, Extreme, Nor Moderate, AHB, 1, p. 127-129.

Strauss, B. S., 1996, Trireme as School of Democracy, dans J. Ober et Ch. Hendrick (éd.), Dēmokratia. A Conversation on Democracies, Ancient and Modern, Princeton, p. 313-326.

Todd, S. C., 1993, The Shape of Athenian Law, Oxford.

Villacèque, N., 2012, Θόρυβος τῶν πολλῶν : le spectre du spectacle démocratique, dans A. Macé (éd.), Le savoir public. Savoirs collectifs et figures publiques du savoir en Grèce Ancienne, Besançon, p. 137-152.

West, A. B., 1924, Pericles’ Political Heirs, CPh, 19, p. 124-146.

Wilson, J., 1987, Athens and Corcyra. Strategy and Tactics in the Peloponnesian War, Bristol.

Wilson, J., 1989, Shifting and Permanent Philia in Thucydides, G&R, 2de s., 36 (2),
p. 147-151.

Haut de page

Notes

1 Platon, Protagoras, 319c 6. Voir Villacèque, 2012.

2 Payen, 2012, p. 22.

3 Voir Murphy, 1992, p. 543-558, qui fait remonter le topos de l’extrémisme démocratique à l’époque de Lysias. Voici ce qu’écrivait un fidèle disciple du Vieil Oligarque contre cet « anachronisme », dont George Grote était à ses yeux le principal responsable : Beloch, 1884, p. 4 : « Der Kultus der radikalen Demokratie ist jetzt in der attischen Geschichte so an der Mode, dass wer ihn nicht mitmacht leicht der Anschein gewinnt als verfiele er in das entgegengesetzte Extrem. Wir vergessen zu oft, dass liberal und konservativ relative Begriffe sind, und das derselbe Mann in einer absoluten Monarchie auf der äußersten Linken stehen kann, der in einer radikalen Republik vielleicht auf der äußersten Rechten zu finden sein würde ». Citation et analyse par Anastasiadis, 1999, p. 313-335. Dans une courte note, Strauss, 1987, p. 127-129, s’insurgeait lui aussi contre l’anachronisme. Pour ma part, je préfère l’assumer et entends « défendre » la radicale démocratie athénienne avec les armes des modérés modernes, ses adversaires.

4 Fisher, 1979, p. 32-47, s’insurge contre les approximations des modernes qui persistent à relier l’hubris avec le religieux et le tragique. Pour l’acception juridique du concept, voir MacDowell, 1978, p. 129-132 ; pour sa relative rareté en tant que terme de droit, Fisher, 1990, p. 123-138 ; Fisher, 1992.

5 Thucydide, III, 82, 2.

6 Selon Wilson, 1987, p. 49-50, les Corinthiens auraient surtout reculé par calcul politico-diplomatique : dans la confusion de la veille, des navires athéniens ont dû combattre contre les Corinthiens (Thucydide, I, 49, 7), mais, à ce stade, les Corinthiens veulent éviter que cela tourne à l’affrontement direct. Cependant, au-delà des considérations politiques, la supériorité technique des marins athéniens les rendait particulièrement redoutables (Wilson, 1987, p. 55 ; cf. Strauss, 1996, p. 313-326). La première escadre athénienne de dix navires, qui participa au combat (Thucydide, I, 49, 7), avait reçu son ordre de mission et les fonds nécessaires à la mi-juillet 433 : ML 61, l. 10-12 ; l’escadre de renfort arrivée au soir de la bataille, qui fit reculer les Corinthiens, était composée de vingt navires ; elle arriva vers le 10 août : ibid., l. 21-23. Cf. Meiggs, 1975, p. 201-202 ; Meritt, 1961, p. 218.

7 Thucydide, I, 55, 1-2 : ἐτύγχανον δὲ καὶ δυνάμει αὐτῶν οἱ πλείους πρῶτοι ὄντες τῆς πόλεως. D’après Gomme, 1945-1956, ad I, 55, 1 ; Wilson, 1987, p. 59-62 ; Casson, 1973, p. 323-24, les 1050 prisonniers corcyréens ne pouvaient être que des esclaves ou des prôtoi. Il n’y a pas eu de prisonniers thètes, parce que, à Corcyre, il n’y avait pas de rhuppapai : tous les rameurs étaient des esclaves, si bien que la plupart des 250 prisonniers non-esclaves étaient en effet des épibatai, membres de la classe hoplitique, donc πρῶτοι τῆς πόλεως. De même, les Corcyréens qui demandent aux Athéniens de massacrer la délégation corinthienne embarquée dans une chaloupe et venue jusqu’aux lignes ennemies pour négocier avec les Athéniens, au lendemain de la bataille, faisaient partie de la classe hoplitique et, par conséquent, des oligoi de Corcyre, qui, à ce stade, étaient violemment anti-Corinthiens et pro-Athéniens (Wilson, 1987, p. 53-54). Thucydide insiste sur le caractère unanime de ce mouvement de colère (Thucydide, I, 53, 2-3) : « Dans le camp des Corcyréens, tous ceux qui avaient entendu cela se mirent à vociférer et à exiger (τὸ μὲν στρατόπεδον ὅσον ἐπήκουσεν ἀνεβόησεν) qu’on les arrête sur-le-champ et qu’on les mette à mort ».

8 Ibidem : ὅπως αὐτοῖς τὴν Κέρκυραν ἀναχωρήσαντες προσποιήσειαν.

9 Thucydide, I, 50, 1-2 : …πρὸς δὲ τοὺς ἀνθρώπους ἐτράποντο φονεύειν διεκπλέοντες μᾶλλον ἢ ζωγρεῖν͵ τούς τε αὐτῶν φίλους͵ οὐκ ᾐσθημένοι ὅτι ἥσσηντο οἱ ἐπὶ τῷ δεξιῷ κέρᾳ͵ ἀγνοοῦντες ἔκτεινον. « Tournant leur effort contre les hommes, ils s’ouvraient le passage jusqu’à eux, pour les exterminer, au lieu de les faire prisonniers ; et comme ils n’avaient pas eu connaissance de la défaite subie à l’aile droite, ils tuaient leurs propres amis, sans les reconnaître » (trad. J. de Romilly).

10 Dès 430 au plus tard d’après J. Wilson, 1987, p. 91-92 : le fait que Corcyre cesse toute action aux côtés des Athéniens après 431 s’expliquerait par les menées souterraines de cette « cinquième colonne » (cf., pour une autre explication, p. 114-118) ; pas très longtemps avant le début de la stasis (printemps 427) d’après Gomme, 1945-1956 ; Rhodes, 1994, et Hornblower, 1991, comm. ad III, 70, 1.

11 Thucydide, III, 70, 1 : τῷ μὲν λόγῳ ὀκτακοσίων ταλάντων τοῖς προξένοις διηγγυημένοι, ἔργῳ δὲ πεπεισμένοι Κορινθίοις Κέρκυραν προσποιῆσαι. Καὶ ἔπρασσον οὗτοι, ἕκαστον τῶν πολιτῶν μετιόντες, ὅπως ἀποστήσωσιν Ἀθηναίων τὴν πόλιν. « … sous prétexte que leurs proxènes avaient fourni une caution de huit cents talents, mais en fait parce qu’on avait su les persuader de rallier Corcyre à Corinthe. Ils travaillaient effectivement à retirer leur cité de l’alliance athénienne, en allant trouver chacun de leurs concitoyens » (trad. J. de Romilly). La somme donnée par les manuscrits est excessive et aurait ruiné la crédibilité de l’opération. Gomme, 1945-1956, ad loc., propose de corriger en quatre-vingts ; il est suivi par Pritchett, 1991, p. 257-258 (avec discussion). Contra Romilly, 2003 ad loc. Diodore, XII, 57, 3, nous transmet certainement la version du Livre III (les échos lexicaux sont nombreux) ; or sa prudence pataude sur la somme – alors qu’il est généralement très friand de ce genre de détails – me fait penser qu’il y avait déjà une hésitation dans sa copie de Thucydide : διηγγυήθησαν ὑπὸ τῶν προξένων ἱκανῶν τινων ταλάντων, « …contre assez de talents ».

12 Le texte parle d’un retour à la situation d’avant 435 pour ce qui est des relations de Corcyre avec les Péloponnésiens et, a fortiori, les Corinthiens. C’est ainsi qu’il faut comprendre la formule Πελοποννησίοις φίλοι ὥσπερ καὶ πρότερον (Thucydide, III, 70, 2), compte tenu de l’affrontement sanglant entre Corinthe et Corcyre en 435 et 433. Les Péloponnésiens devaient être contents : pour ce qui les concerne, cette clause minimise les conséquences stratégiques de l’épimachia de 433 entre Athènes et Corcyre (J. Wilson, 1987, p. 87). Corcyre entretiendrait avec la confédération péloponnésienne les mêmes relations qu’Argos (Thucydide, II, 9, 2 : φιλία ἦν), alors qu’aux termes de l’épimachia, les Corcyréens devaient fournir des navires aux Athéniens (II, 9, 5), ce qu’ils ont fait en 431 (II, 25, 1 ; voir Gomme, ad loc.). Sur la notion de philia en général, voir Wilson, 1989, p. 147-151.

13 Ce qui est presque un pléonasme : chez Thucydide, le verbe « asservir » (δουλοῦν, καταδουλοῦν, au figuré, qu’il ne faut pas confondre avec [ἐξ-]ἀνδραποδίζειν, terme technique signifiant « vendre les captifs comme esclaves » ; voir Pritchett, 1991, p. 223, n. 328) s’emploie uniquement pour l’asservissement aux Athéniens et à leurs complices : Thucydide, III, 10, 3 ; 63, 3 ; V, 27, 2 ; VI, 76, 4 ; VII, 66, 2 ; VIII, 46, 3.

14 Le type de procès n’est évidemment pas précisé, mais, étant donné que Thucydide évoque l’influence de Peithias sur la Boulè (III, 70, 6), ce pourrait être l’équivalent de ce qu’était l’eisangelia dans le système juridique athénien ; voir Todd, 1993, p. 158-159. Sur la nature de la procédure, Hansen, 1975.

15 Thucydide, III, 70, 4 : Ὁ δὲ ἀποφυγὼν ἀνθυπάγει αὐτῶν τοὺς πλουσιωτάτους πέντε ἄνδρας, φάσκων τέμνειν χάρακας ἐκ τοῦ τε Διὸς τοῦ τεμένους καὶ τοῦ Ἀλκίνου· ζημία δὲ καθ᾽ ἑκάστην χάρακα ἐπέκειτο στατήρ. « Acquitté, il poursuivit à son tour les cinq personnalités les plus riches de ce parti, leur reprochant de couper des échalas dans le sanctuaire de Zeus et d’Alcinoos ; l’amende prévue était d’une statère par échalas. » (trad. J. de Romilly). Les éditeurs relèvent que le présent τέμνειν ne s’explique que par ce caractère coutumier. Voir Gomme, 1945-1956, et Hornblower, 1991, ad III, 70, 4. Cependant, l’habitude ne devait pas remonter bien loin : les cinq πλουσιώτατοι étaient des prisonniers de guerre entre 433 et une date indéterminée, sans doute pas très éloignée de celle du procès.

16 Voir Aristophane, Acharniens, 818-835, pour un sycophante en action ; 703-718 et Oiseaux, 285-286, pour des « victimes » typiques ; Lysias, XXV, Pour un citoyen accusé de menées oligarchiques, 7, pour une définition mise dans la bouche d’un oligarque qui se considère victime de sycophantes : τούτων μὲν γὰρ ἔργον ἐστὶ καὶ τοὺς μηδὲν ἡμαρτηκότας εἰς αἰτίαν καθιστάναι (ἐκ τούτων γὰρ ἂν μάλιστα χρηματίζοιντο). « Leur métier est d’accuser les innocents mêmes (c’est le meilleur moyen pour eux de gagner de l’argent) » (trad. Bizos, qui renvoie aussi à Xénophon, Mémorables, II, 9, 1) ; cf. Murphy, 1992, p. 543-558.

17 Parker, 1983, p. 165 ; Hornblower, 1991, ad loc. ; Todd, 1993, p. 159 et n. 17.

18 Bresson, 1991, n° 51 b = Blümel, 1991, n° 354, B, l. 7-13. Commentaires : Salviat, 1993, p. 151-161 ; Pimouguet-Pedarros, 2003, p. 217-246. La même disposition figure aussi dans le premier des trois documents, même si le mot χάρακας n’y est plus lisible : Bresson, 1991, n° 49, a, l. 36 – b, l. 3.

19 Bresson, 1991, n° 50, b, l. 16-18.

20 Aristophane, Guêpes, 1201 : Ἐργασίωνος τὰς χάρακας ὑφειλόμην (« j’ai fauché les échalas d’Ergasion »). Sur l’éphébie à l’envers à laquelle le vieux Philocléon est soumis dans les Guêpes, voir Bowie, 1993, p. 78-101.

21 Comme le soutient, entre autres, Salviat, 1993, p. 157.

22 Bresson, commentaire au n° 49 ; Salviat, 1993.

23 Thucydide, III, 70, 4.

24 Il est donc impossible de déterminer avec certitude s’il s’agit de statères équivalents des statères corinthiens, qui valaient deux drachmes attiques, ou de statères d’or de vingt drachmes ; voir Hornblower, 1991, ad loc. et ad I, 63, 2, au sujet de poids et mesures. Voici, cependant, un calcul possible, même s’il est loin d’être probant : dans le premier bail de la série d’Amos (Bresson, 1991, n° 49 A l. 6), le prix de location des terres est de 240 drachmes par an ; dans le n° 50, a, l. 3, le locataire a l’obligation de planter 1000 pieds de vigne par mine (100 drachmes) de loyer et, comme je l’ai dit plus haut, si, à la fin de la location, il refusait de montrer les échalas plantés, il devait payer une amende de 500 drachmes. Cela veut dire qu’il « garantissait » chaque échalas usagé pour un peu plus d’une obole (500 drachmes / 2400 pieds de vigne = 1,25 obole). En revanche, l’amende prévue pour le bois « frais » est six fois plus forte (49, b, l. 7-13) : même si le locataire réussissait à voler l’équivalent en bois brut de tous les échalas plantés dans le vignoble sacré qu’il avait loué, l’amende restait dissuasive : à 3000 drachmes, chaque échalas lui reviendrait à 1,25 drachmes (une drachme et une obole environ). Ce calcul, qui peut paraître farfelu, ne vise qu’à donner un ordre de grandeur assez proche de la réalité.

25 Thucydide, III, 70, 4 (trad. J. de Romilly).

26 On sait que l’amende était forte non seulement, comme le remarque Hornblower, 1991, ad III, 70, 4, parce que, dans le cas contraire, les condamnés l’auraient payée sans chipoter, mais aussi parce que, même si sa « contre-attaque » n’était pas à la hauteur de l’agression subie, Peithias n’aurait tout de même pas perdu son temps à des broutilles.

27 Thucydide, III, 70, 5.

28 Gomme, 1945-1956, hésite, mais penche plutôt pour la solution de l’échelonnement, alors que Roussel, 2000, Rhodes, 1994, et Hornblower, 1991, ad III, 71, 5, n’envisagent même pas de solution alternative. Le lexique de Bétant, 1824, donne pour le moyen imponere sibi, « se fixer à soi même ». Dans ce cas, l’idée d’une amende consentie s’opposerait à l’application stricte de la loi.

29 Respectivement, Thucydide, III, 70, 3 et 4.

30 La dramatique supplication des cinq condamnés (que Thucydide trouve justifiée, nous allons le voir) rappelle des protestations analogues des « syndicats » patronaux d’aujourd’hui, face, par exemple, à des mesures fiscales défavorables : « on nous vole, on nous spolie ! » Il y a toujours des gens qui compatissent, même parmi les plus pauvres des salariés. Et, pour les plus méfiants, il y a maintenant l’argument du « frein à la croissance ».

31 Thucydide, III, 70, 6.

32 Wilson, 1987, p. 88. Pour des raisons difficiles à déterminer, cette aide se réduisit finalement à une mission diplomatique spartiate et une trière corinthienne. Mais le fait est que les oligarques agissaient selon un plan conçu en collaboration avec les Péloponnésiens (Wilson, 1987, p. 91-92).

33 Thucydide, III, 71, 1. Le poignard (ἐγχειρίδια) apparaît comme l’arme discrète des trahisons et des coups de force : voir Thucydide, VI, 57-58 : les tyrannicides mais aussi d’autres citoyens « se trouvaient être en possession d’un poignard » ; IV, 110, 2 : la prise de Torônè en 424, livrée par les oligarques à sept soldats audacieux de Brasidas armés de poignards ; Hérodote, I, 12 : le meurtre de Candaulès par Gygès ; III, 78-79 : le massacre des Mages ; V, 20 : le meurtre des ambassadeurs perses par des Macédoniens déguisés en femmes ; Xénophon, Helléniques, II, 1, 3 : en 405, répression par Étéonicos, à Chios, de la conspiration des porteurs de roseaux et, surtout, II, 3, 50 et 55 : la mise à mort de Théramène.

34 Thucydide, III, 70, 6-7, trad. J. de Romilly modifiée.

35 Romilly, 2003, ad loc.

36 Thucydide, III, 70, 6.

37 Thucydide, III, 70, 3 : τοῦ δήμου προειστήκει : « proto- » dans la mesure où il n’a pas droit au nom d’agent, Peithias n’en est pas moins le premier personnage historique à jouer ce rôle si peu apprécié par Thucydide. Une semaine après son assassinat, il se trouve à Corcyre plus d’un homme pour mériter d’être qualifié de prostatès tou dèmou (III, 75, 2) ; c’est dire la vigueur du mouvement démocratique dans l’île.

38 Thucydide, III, 70, 5 et 6. Cf. Hornblower, 1991, ad loc. Le jeu de mots en VI, 54, 3 est plus complexe et nettement plus réussi : Harmodios se fait aborder (πειραθείς) par Hipparque, fils de Pisistrate (τοῦ Πεισιστράτου), mais ne cède pas (καὶ οὐ πεισθείς).

39 Voir, par exemple, Harris, 1990, p. 274-275.

40 Thucydide, III, 70, 5.

41 DELG, sv. σῦκον, avec bibliographie.

42 Sur le mode « la guerre de Troie a éclaté à cause d’une épouse lubrique », on trouve chez Aristophane deux causes pour la guerre du Péloponnèse qui n’ont en commun que leur insignifiance : Aristophane, Acharniens, 513-530 et Paix, 603-614. L’ironie du poète sur ce motif est impitoyable : dans les Acharniens, l’affaire des prostituées kidnappées est implicitement qualifiée de grande affaire internationale par contraste aux griefs σμικρά κἀπιχώρια, (v. 523) de quelques commerçants chicaniers. L’expression proverbiale « à propos de l’ombre d’un âne » (περὶ ὄνου σκιᾶς) se rapportait aussi aux causes de la guerre : Aristophane, fr. 192 Edmonds (Banqueteurs).

43 La séquence se transformera plus tard en scénario-type du destin historique des démocraties : voir Aristote, Politique, V, 5, 1304b 20-24 et 29-31.

44 Thucydide, III, 81, 5 (trad. J. de Romilly).

45 Thucydide, III, 87, 1.

46 Xénophon, Helléniques, VII, 44-46. Voir Riedinger, 1991, p. 143-157. Pour une nouvelle approche des intentions révolutionnaires du personnage et de la « nouvelle tyrannie » du ive siècle, qui n’était, apparemment, qu’une invention de Xénophon, voir Lewis, 2004, p. 103-128. La paix privée de Dicéopolis dans les Acharniens d’Aristophane serait une appropriation oligarchique de la notion démocratique d’autonomia : voir Möllendorff, 2003, p. 14-35.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charalampos Orfanos, « Pour quelques échalas… De la violence démocratique (Thucydide, III, 70 sq.) », Pallas, 108 | 2018, 123-136.

Référence électronique

Charalampos Orfanos, « Pour quelques échalas… De la violence démocratique (Thucydide, III, 70 sq.) », Pallas [En ligne], 108 | 2018, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/pallas/9910 ; DOI : 10.4000/pallas.9910

Haut de page

Auteur

Charalampos Orfanos

Université de Lille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Pallas – Revue d'études antiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals