Navigation – Plan du site

AccueilNumérosHors-sérieLa formation des paysagistes au p...

La formation des paysagistes au premier Congrès international des architectes de jardins (1937)

The training of landscape architects at the first International Congress of Garden Architects (1937)
Luisa Limido et Chiara Santini

Résumés

Le premier Congrès international des architectes de jardins, organisé à Paris dans le cadre de l’Exposition internationale des arts et des techniques de 1937 par la Société française des architectes de jardins (SFAJ), marque l’étape initiale de la mise en place d’une réflexion collective sur les objectifs, les enjeux et les formations des paysagistes en Europe. À la suite de la crise économique, politique et sociale provoquée par la Première Guerre mondiale, de la crise de 1929 et avec l’essor d’une nouvelle demande publique d’espaces ouverts destinés aux loisirs, aux pratiques sportives et au repos, les architectes de jardins sont appelés à faire face à des changements profonds du point de vue de la commande, de la typologie, des finalités et de l’échelle des projets. À partir d’une documentation originale, et jusqu’ici jamais étudiée, conservée dans les archives de l’Association Henri & Achille Duchêne, cette contribution présente les initiatives qui ont amené à l’organisation du Congrès et les réflexions suscitées par cette manifestation autour de la question de la formation des paysagistes français.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Avant 1945, année de la création de la Section du paysage et de l’art des jardins à l’École nationa (...)
  • 2 Sur la carrière, l’œuvre et les publications d’Achille Duchêne, cf. https://www.henri-et-achille-du (...)

1Le premier Congrès international des architectes de jardins, organisé à Paris dans le cadre de l’Exposition internationale des arts et des techniques de 1937 par la Société française des architectes de jardins (SFAJ), marque l’étape initiale de la mise en place d’une réflexion collective sur les objectifs, les enjeux et les formations des paysagistes en Europe1. Présidé par le paysagiste Achille Duchêne (1866-1947), qui pendant les trois premières décennies du xxe siècle joue un rôle fondamental dans ce domaine2, le symposium réunit environ quatre-vingts participants – représentants des associations de huit pays – afin de bâtir une organisation à l’échelle internationale de la profession. À la suite de la crise économique, politique et sociale provoquée par la Première Guerre mondiale, de la crise de 1929 et avec l’essor d’une nouvelle demande publique d’espaces ouverts destinés aux loisirs, aux pratiques sportives et au repos, les paysagistes sont appelés à faire face à des changements profonds autant du point de vue de la commande que du point de vue de la typologie, des finalités et de l’échelle des projets. De là, la nécessité de redéfinir leur rôle  ; de redessiner le cadre théorique et pratique d’une discipline dont la vocation devient de plus en plus sociale et utilitaire  ; et d’établir les relations de celle-ci avec l’architecture et l’urbanisme, domaines de connaissances en plein développement.

  • 3 La documentation que nous avons consultée se compose d’un dossier d’environ 350 feuillets, comprena (...)

2En lien avec ce contexte, nous analysons les sujets au cœur des débats qui ont animé le Congrès à partir d’une documentation originale, et jusqu’ici jamais étudiée, conservée dans les archives de l’Association Henri & Achille Duchêne. Elle concerne l’organisation de la manifestation, les phases d’élaboration des thématiques, les comptes rendus de chacune des sessions autour desquelles s’organise la manifestation3. Ces sources, que nous avons confrontées aux principales publications de l’époque sur l’art des jardins, offrent un instantané particulièrement saisissant de l’état de l’architecture des jardins autour des années 1930. Dans la première partie nous présentons les différentes initiatives qui témoignent de la prise de conscience, parmi les professionnels, de la crise du métier et qui amènent à l’organisation du Congrès  ; dans la seconde partie, nous examinons les réflexions sur la formation des paysagistes français et approfondissons le rôle joué par Ferdinand Duprat, rapporteur de la session du Congrès consacrée à l’enseignement.

Le Comité de l’art des jardins de la Société nationale d’horticulture de France et le concours en loge

  • 4 À cette époque, en effet, la seule formation pour les architectes-paysagistes était dispensée au se (...)
  • 5 Créé en 1888, le Comité de l’art des jardins qui compte, dans les années 1930, environ 100 inscrits (...)

3Afin de comprendre les enjeux auxquels le premier Congrès international des architectes de jardins essaie de répondre, il nous semble nécessaire de le resituer dans le cadre plus large des initiatives mises en place à partir du début des années 1930 pour la reconnaissance de la profession de paysagiste dans une société qui connaît une rapide transformation. C’est en effet à partir de cette époque qu’un groupe de concepteurs de parcs et jardins commence à réclamer une véritable organisation et un cursus de formation à part entière4. Ce groupe est essentiellement formé des membres du Comité de l’art des jardins de la Société nationale d’horticulture de France (SNHF)5, institution qui, avec le service des Promenades et Plantations de la ville de Paris, a joué un rôle fondamental dans l’essor des premières formations dans ce domaine.

4Afin de donner plus de visibilité aux jeunes paysagistes, à partir de 1932, le Comité de l’art des jardins leur consacre une catégorie spécifique au sein du Concours spécial d’architecture des jardins (appelé également concours en loge, en référence au concours d’architecture organisé dans les écoles des beaux-arts). Institué par Jules Vacherot en 1902 afin d’« encourager les débutants et développer chez ces jeunes gens le goût et la pratique de l’art des jardins » (Deny, 1905, p. 675), ce concours annuel réunit autour des années 1930 environ une vingtaine de candidats par édition. Il s’articule en trois épreuves : l’élaboration d’un projet de jardin à partir d’un plan et d’une thématique donnés, la rédaction du rapport général des dépenses et du projet de plantation, et enfin la présentation orale du rendu définitif. Ce programme reprend exactement le schéma de l’examen final du cours d’architecture des jardins de l’École nationale d’horticulture de Versailles (ENH), le premier établissement où cette discipline a été enseignée en France (1876). Les meilleurs projets du concours reçoivent des prix en argent, des médailles et sont présentés lors des deux expositions annuelles organisées par la SNHF à Paris. Toujours à partir de 1932, les candidats peuvent suivre les cours dispensés par les membres du Comité de l’art des jardins sous la forme de « programmes » (c’est-à-dire d’ateliers). Officiellement institués pour préparer les plus jeunes au concours, ces cours révèlent à vrai dire un projet plus large, visant à poser les bases « d’une future école d’enseignement de l’art des jardins », destinée à former des architectes-paysagistes en dehors des écoles d’architecture, des beaux-arts et d’horticulture mais en lien avec ces dernières (Coste, 1936, p. 274).

5La publication, cette même année, des Jardins d’aujourd’hui, volume richement illustré réunissant des contributions d’une dizaine de paysagistes parmi les principaux acteurs du Comité de l’art des jardins (Achille Duchêne, Ferdinand Duprat, Albert Maumené, Prosper Péan, André Riousse, etc.), est certainement à mettre en résonance avec ce projet. Proposant des articles thématiques consacrés aux multiples facettes du « jardin moderne », les auteurs montrent comme celui-ci marque une véritable révolution au sein du métier. De là l’exigence, voire l’urgence, d’une profonde remise en question des modèles de composition, du rôle du paysagiste et, de surcroît, de la formation à dispenser aux futurs concepteurs.

Figure 1. Achille Duchêne, Jardin sur le toit d’un immeuble de rapport bd. Suchet, s. d.

Figure 1. Achille Duchêne, Jardin sur le toit d’un immeuble de rapport bd. Suchet, s. d.

Source : archives de l’Association Henri & Achille Duchêne.

  • 6 Duchêne et Duprat sont, par exemple, respectivement président d’honneur et vice-président du Comité (...)
  • 7 La figure d’Achille Duchêne mériterait d’être étudiée davantage, mobilisant notamment les Archives (...)
  • 8 AAHAD, Palmarès alphabétique, Groupe V, Classe 19, s. d.

6Mais c’est l’année 1933 qui marque incontestablement un tournant dans cette stratégie de « réinvention » professionnelle. Au mois de février, Achille Duchêne, Ferdinand Duprat, Maurice Thionnaire, Louis Deny, Jacques Gréber, Louis Decorges, Prosper Péan, Albert Séret, Anatole-Guy Otin et André Riousse fondent la Société française des architectes de jardins (SFAJ), dont le siège est fixé au 84, rue de Grenelle, c’est-à-dire à la SNHF. Cette nouvelle Société étant composée en grande partie par des membres du Comité de l’art des jardins6, Fernand David, président de la SNHF et Albert Maumené considèrent en effet qu’il n’y a aucune concurrence entre les deux organisations et que, au contraire, elles peuvent unir leurs forces autour d’objectifs communs. C’est ainsi que, entre 1933 et 1936, elles coorganisent des conférences sur des thématiques d’actualité, tels, par exemple, les rapports entre jardins et urbanisme, par Jacques Gréber, ou les modèles des jardins d’Orient, par Albert Laprade. En 1935, elles participent ensemble au Congrès international d’art des jardins organisé par la Société belge des architectes des jardins, centré sur la question des honoraires. Cette manifestation offre d’ailleurs l’occasion à Achille Duchêne de présenter son dernier ouvrage, Les Jardins de l’avenir – où il expose sa nouvelle conception de « l’art des jardins considéré du point de vue social » (Duchêne, 1936, p. 158) – et de nouer des relations avec d’autres sociétés de paysagistes7. En effet, les deux associations reçoivent à Paris Jules Buyssens, paysagiste et inspecteur des jardins, parcs et plantations de Bruxelles dont l’intervention attire plus de 1 800 participants. De son côté, la SFAJ entreprend aussi une large campagne de promotion : elle écrit aux préfets de France et d’Algérie, ainsi qu’aux tribunaux, pour recommander l’attribution aux architectes-paysagistes des projets de parcs et jardins et des arbitrages, et pour demander qu’ils soient également intégrés, en tant que spécialistes, dans les concours pour l’attribution des marchés. Dès 1934, en outre, plusieurs membres de la Société sont appelés à contribuer, en tant que responsables des travaux ou concepteurs, à l’organisation de l’Exposition internationale des arts et techniques de la vie moderne prévue à Paris pour 1937. C’est le cas, par exemple, de Jacques Gréber, nommé architecte en chef des jardins de l’Exposition ou de Louis Deny, qui réalise le jardin de l’Horticulture du Champ-de-Mars et celui du pavillon de l’Horticulture8. D’autres font partie du jury de la Classe 19, consacrée à l’architecture des jardins : Achille Duchêne (vice-président, puis président), Maurice Thionnaire (trésorier), Ferdinand Duprat, Albert Laprade, Léon Azéma, André Riousse, etc.

Le Congrès international des architectes de jardins

  • 9 AAHAD, Henri Thébaud, Étude relative à l’organisation d’un Congrès international des architectes de (...)

7C’est dans le cadre des préparatifs de l’Exposition de 1937, qui donne une importante visibilité à toute la filière professionnelle, ainsi qu’à la nouvelle association, que le paysagiste Henri Thébaud propose l’organisation d’un Congrès international des architectes de jardins à l’initiative de la SFAJ. Comme il le précise dans l’étude qu’il adresse en janvier 1936 à Achille Duchêne, ce colloque a deux buts principaux : tout d’abord, « créer une union entre tous les architectes des jardins » afin de « chercher ensemble les moyens de se documenter sur certaines questions générales ou particulières concernant l’art des jardins et d’étudier en commun les moyens à envisager pour étendre, fortifier et défendre la profession »  ; ensuite, préparer l’édition d’un « Bulletin de documentation professionnelle » pour « mettre à la portée de tous les architectes de jardins » la documentation concernant le métier9. Il s’agit donc, selon Thébaud, de profiter de l’Exposition pour élargir à l’échelle internationale les problématiques au cœur de la SFAJ et en même temps de relancer le leadership de la France dans un domaine dans lequel elle connaît une véritable décadence et perte d’influence (Donadieu, 2019, chap. 14).

  • 10 AAHAD, « Lettre de R. Carel à A. Duchêne », 15 avril 1937.

« Nous sommes dans une période latente – écrit le paysagiste René Carel –, transitoire entre les conceptions régulières, les jardins modernes 1925 et un autre genre qui ne s’est pas encore manifesté et qu’il serait souhaitable d’orienter à l’occasion du Congrès. Il y a en effet de tous côtés une indécision complète sur le Jardin actuel et il serait bon de préciser collectivement une nouvelle ligne générale, dans laquelle chacun pourrait, suivant son tempérament, apporter des variantes10. »

  • 11 AAHAD, « Lettre d’A. Duchêne à A. Nomblot », 11 février 1937.
  • 12 AAHAD, Premier Congrès international des architectes de jardins, s. d.
  • 13 Les pays représentés sont la Belgique, les États-Unis, la Grande Bretagne, la Hollande, la Pologne, (...)

8Positivement accueilli par la direction de la SFAJ, le projet de Congrès obtient rapidement l’appui de la SNHF, qui accepte de l’associer au Congrès international d’horticulture qu’elle organise du 8 au 10 juin 1937 et lui attribue un espace d’exposition dans les floralies de printemps11. Duchêne, Duprat et Thébaud élargissent alors la portée des thématiques initialement proposées, toutes orientées autour de l’activité professionnelle des architectes-paysagistes. Dans sa version définitive, le programme s’organise en quatre « questions » et plusieurs visites de jardins, qui visent à permettre une réflexion à grande échelle non seulement sur les rôles professionnel, culturel et social du paysagiste, mais plus généralement sur l’évolution de « l’idée même de beauté12 ». À la fin de l’hiver, Achille Duchêne écrit à plusieurs personnalités étrangères, principalement les présidents d’associations professionnelles, leur proposant de solliciter leurs confrères à s’inscrire et à envoyer des réflexions13.

  • 14 AAHAD, « Discours d’A. Duchêne à l’occasion de l’ouverture du Congrès de la SFAJ », s. d. Sur ce su (...)

9La première question (rapporteur Achille Duchêne) se propose de dresser l’état de « l’art des jardins en 1937 », par rapport aux attentes des particuliers ou des collectivités (privées ou publiques) et dans ses relations avec l’urbanisme ; la deuxième question (rapporteur Anatole-Guy Otin) aborde la réglementation de l’activité professionnelle (honoraires, expertises, contentieux, etc.) ; la troisième (rapporteur Ferdinand Duprat) traite de « l’enseignement et de la propagande » de l’architecture des jardins, c’est-à-dire des formations, des outils pédagogiques et des initiatives qui peuvent être mises en place pour vulgariser et soutenir la discipline  ; la quatrième (rapporteur Georges Van den Heede), enfin, dresse une liste des « ressources végétales » employées dans les jardins « modernes » et témoigne de l’ouverture, prônée par Duchêne, vers le milieu de l’horticulture, après des années de critiques parfois virulentes des modèles de compositions auxquels elle était associée14.

  • 15 AAHAD, « Lettre d’A. Duchêne au ministre de l’Éducation nationale », 21 mai 1937.
  • 16 AAHAD, « Lettre d’A. Duchêne à Roland-Marcel », 19 mai 1937.

10La discussion de chaque « question », qui occupe environ une heure et demie, est essentiellement consacrée à la lecture du résumé rédigé par le rapporteur à partir des « réponses » adressées par les différents participants. Nous renvoyons aux paragraphes suivants pour une analyse plus approfondie de la question concernant la formation. En revanche, il nous semble intéressant de nous arrêter brièvement sur le choix des jardins proposé pour les visites des congressistes, car il s’agit d’un enjeu de taille, inscrit dans une stratégie de promotion des architectes-paysagistes français. En effet, comme l’explique Duchêne au ministre de l’Éducation nationale, le Congrès de la SFAJ vise tout d’abord à montrer aux concepteurs étrangers que les architectes-paysagistes français occupent « toujours la première place dans toutes les manifestations artistiques 15 ». Mais, curieusement, pour montrer l’actualité de l’« école de conception nationale » – censée désormais se tourner vers les collectivités, les associations sportives, les écoles, etc. –, les organisateurs du Congrès choisissent les jardins de Versailles – « la plus belle création de l’art des jardins16 » – ou ceux de quelques grands domaines de l’Ancien Régime, réaménagés par Achille Duchêne au tournant du xxe siècle (Champs-sur-Marne, Vaux-le-Vicomte, Voisins).

Figure 2. Visite à Versailles des membres du Congrès international des architectes de jardins, 11 juin 1937

Figure 2. Visite à Versailles des membres du Congrès international des architectes de jardins, 11 juin 1937

Source : Archives de l’Association Henri & Achille Duchêne.

  • 17 AAHAD, « Discours d’A. Duchêne à l’occasion du banquet du Congrès international des architectes de (...)

11Les seules exceptions sont constituées par un cimetière, celui de Thiais, le fleuriste d’Auteuil, établi à la fin du xixe siècle, et deux jardins de la ville de Paris, la roseraie de Bagatelle et le parc Monceau. Ces derniers sont issus toutefois de créations du xviiie siècle et se caractérisent par une fréquentation mondaine et fortunée. Le décalage entre les objectifs affichés par la manifestation – mettre en scène un art des jardins qui a cessé de servir les « puissantes individualités » pour « faire place aux jardins envisagés sous un angle social17 » – et les lieux finalement choisis pour les visites ne manque pas d’être remarqué par les congressistes.

  • 18 AAHAD, « Lettre de S. Hemlin à A. Duchêne », 10 mars 1937 (traduction de l’allemand).

« Suivant mes expériences après les précédentes excursions – écrit Sven Hermelin, président de la Société suédoise des architectes des jardins, à Duchêne –, je me permets d’attirer votre attention sur ce qu’il nous intéresserait de visiter, non seulement des jardins de style, mais également des jardins modernes18. »

Or, cet écart nous semble bien résumer l’esprit de tout le Congrès, comme nous le montrerons dans les paragraphes suivants. Organisé pour ouvrir l’architecture des jardins aux exigences et aux attentes d’une société dont les modèles esthétiques, les équilibres économiques et la structure sociale ont changé, le symposium organisé par la SFAJ, au-delà des déclarations programmatiques, reste profondément ancré aux schémas de pensée et de création du début du siècle.

Ferdinand Duprat et la relation à la formation de l’architecte de jardins

12Parmi les différentes questions abordées, celle de l’enseignement occupe une place centrale. Tout le monde s’accorde sur le fait que, pour faire revivre l’art des jardins et encourager le développement du secteur horticole, il est indispensable de renouveler la formation des architectes-paysagistes. Mais, avant d’analyser les réflexions et les propositions qui ont émergé autour de cette thématique, il nous semble important de nous arrêter sur la figure du rapporteur, Ferdinand Duprat (1887-1976), et sur sa manière de concevoir et de réaliser les jardins.

13Professeur d’architecture des jardins et d’urbanisme à l’ENH (1934-1951), Duprat est déjà, à l’époque du Congrès, un paysagiste connu, à la tête de deux agences. L’enseignement et la profession libérale sont pour lui les deux faces de la même médaille : son intérêt pour la formation se justifie par son implication dans la défense et la diffusion de la profession. L’originalité de son approche réside dans sa capacité à prendre acte des changements en cours et à jongler entre les différents courants de son temps ; une capacité qui trouve probablement son origine dans sa formation, très variée : d’abord proche d’un père horticulteur, spécialisé dans la culture des plantes ornementales en serre, il étudie ensuite à Kew en Angleterre, puis il est ensuite apprenti dans diverses agences hollandaises, belges et enfin parisiennes.

14Dans les années 1930, à l’apogée de sa carrière, Duprat est reconnu comme l’un des spécialistes de la restauration des jardins du xviiie siècle, tout en étant sollicité pour la conception de plans d’urbanisme ou de villes nouvelles. Sensible à la tradition du jardin classique français, admirateur de l’approche interprétative d’Achille Duchêne, dont il devient le collaborateur, Ferdinand Duprat apprécie également l’œuvre de Jules Vacherot qui, encore lié à l’école de Jean-Pierre Barillet-Deschamps, « dessinait en Architecte et composait en Paysagiste » (Comité de l’art des jardins de la SNHF, 1932, n. p.).

15L’approche de Ferdinand Duprat rejette toute contrainte rigide et prédéfinie, adoptant une position d’extrême flexibilité et de sensibilité attentive. Selon sa démarche créative, le sauvage et le régulier, le jardin paysager et le jardin de style ne sont pas en opposition, mais peuvent coexister de manière harmonieuse et équilibrée, pour autant qu’ils répondent aux lois supérieures « du respect de la tradition, de la beauté et de la Nature » (ibid.). C’est dans le cadre de cette approche qu’il bâtit les bases de sa pédagogie. Tout d’abord, écrit-il, il est indispensable, avant de dessiner, d’avoir « longuement contemplé la nature, appris l’Arboriculture et spécialement étudié l’histoire de l’Art et l’Architecture » (ibid.). C’est en s’appuyant sur ces disciplines que le paysagiste peut répondre aux besoins de la vie et de la ville modernes, dont la complexité exige désormais des compétences adaptées aux différentes échelles d’intervention (allant du petit jardin privé aux cours-jardins, des jardins collectifs aux stades fleuris).

Figure 3. Nouvelles échelles du projet

Figure 3. Nouvelles échelles du projet

Ferdinand Duprat, Pilat plage (Bassin d’Arcachon). Projet d’extension et d’embellissement, dans Jardins d’aujourd’hui, 1932.

Source : École nationale supérieure de paysage de Versailles.

16L’objectif de Duprat est de donner à ses étudiants une formation complète, mais ouverte et polyvalente. Celle-ci doit leur permettre, d’un côté, de dialoguer avec les divers professionnels qui interviennent dans les projets de jardins  ; de l’autre, de susciter l’intérêt de la nouvelle clientèle privée et publique. C’est à partir de ces principes que s’organise la relation de Duprat en tant que rapporteur de la troisième « question » du Congrès.

  • 19 Pour les Beaux-Arts, les sources que nous avons consultées ne témoignent pas d’un cours structuré ((...)

17Celle-ci débute par une introduction historique qui met en évidence, d’une part, la variété des parcours de formation des principaux architectes de jardins en Europe – de Repton et Brown à Le Nôtre et Barillet-Deschamps – et, d’autre part, souligne les solides connaissances horticoles qu’ils les réunissent. Duprat examine ensuite les méthodes d’enseignement appliquées dans les différents pays. Cette analyse lui permet de démontrer, tout d’abord, que dans plusieurs pays la formation des architectes de jardins associe l’enseignement des sciences horticoles à celui de l’architecture. En France, en revanche, les deux établissements qui dispensent un cours d’architecture des jardins – l’ENH et l’École nationale supérieure des beaux-arts (ENSBA)19 – n’ont pas adopté ce modèle.

« Il faut bien avouer, avec regret, – écrit-il – que la France vient bien loin derrière ces pays, et que chez nous l’enseignement de l’Art des jardins est insuffisant » (Duprat, 1938, p. 35-36).

À l’ENH, les élèves ne reçoivent « qu’un abrégé des connaissances nécessaires », tandis que la formation dispensée par les Beaux-Arts « n’effleure même pas les connaissances horticoles les plus élémentaires et les plus indispensables à l’architecte de jardins » (Duprat, 1938, p. 36).

18Nature et architecture : c’est dans l’équilibre entre ces deux pôles disciplinaires que se jouent, d’après Duprat, la qualité de l’enseignement et donc la qualité des nouveaux projets. Ce sont précisément les lacunes dans l’un de ces deux domaines qui déclenchent toute une série de problèmes et de conséquences. En effet, comme le souligne Christopher Tunnard, le rapporteur anglais :

  • 20 AAHAD, « Notes au rapport de monsieur Tunnard (Angleterre) lors de la première journée du Congrès » (...)

« Le désir de pousser à l’horticulture a entraîné une éclipse partielle de la valeur du dessin du jardin  ; en conséquence, décadence de la composition20 ».

De la même manière, explique Duprat :

« Si beaucoup de jardins modernes ne comportent le plus souvent que quelques espèces d’arbustes taillés en brosse, c’est à l’ignorance de leurs auteurs que nous le devons. Ainsi disparaissent les richesses horticoles dues aux importations et aux richesses savantes du siècle dernier. Des connaissances horticoles profondes sont indispensables aux architectes de jardins » (Duprat, 1938, p. 36).

19Ce constat débouche sur une question considérée comme essentielle : la durée de la formation des architectes-paysagistes. Personnellement impliqué, Duprat porte l’attention sur le cours qu’il donne à l’ENH, en le comparant avec les enseignements dispensés ailleurs.

  • 21 AAHAD, Relation de Monsieur Duprat, s. d.

« Si nous comparons l’enseignement de l’Art des jardins dans les différents pays d’Europe par rapport à la France – écrit-il – on trouve qu’il est trois fois plus important par la durée des cours en Suisse, en Angleterre et en Suède, sept fois plus en Belgique 21 ».

  • 22 La description se poursuit en considérant la situation en Allemagne, notamment à l’« école spéciale (...)

Dans l’école belge de Vilvorde, considérée comme une référence dans le domaine, le cours s’étale en effet sur trois ans et le programme de l’enseignement comprend à la fois l’histoire des jardins, les principes de l’urbanisme, l’élaboration du projet, les éléments techniques et la culture des plantes. En parallèle, un cours de dessin, de trois ans, fournit les outils nécessaires pour présenter des plans de manière soignée et attrayante (éléments de perspective, de lavis, d’aquarelle), tandis qu’un autre cours est consacré à la construction de serres22. Sur la base de cette analyse, la situation française apparaît clairement en retard : 34 heures seulement sont consacrées au cours d’architecture de jardins et de l’urbanisme à l’école de Versailles, toutes dispensées dans la même année, la dernière.

  • 23 AAHAD, Relation de Monsieur Duprat, op. cit. Sur l’enseignement de l’Architecture des jardins à l’E (...)

20À ce propos, il nous semble intéressant d’ouvrir une parenthèse sur la structure de cet enseignement, qui, depuis sa création en 1876, ne semble pas avoir subi de changements majeurs, malgré les bouleversements qui ont caractérisé l’architecture et l’essor de l’urbanisme. L’organisation et la durée du cours de Duprat, qui s’intitule à partir de 1934 « architecture des jardins et urbanisme », suivent toujours celles du cours original « architecture des jardins et des serres », créé lors de la fondation de l’ENH. Composé d’une trentaine d’heures et dispensé par l’ingénieur des Ponts et Chaussées Jean Darcel, ce cours avait été spécialement structuré pour préparer des professionnels capables de créer des systèmes d’« espaces verdoyants », suivant le modèle institué à Paris sous le Second Empire. Or, bien que les jardins des années 1930 aient des écritures et des objectifs très différents de ceux de l’époque de Napoléon III – comme les membres du Congrès le soulignent à plusieurs reprises – la structure du cours reste la même. Elle se compose d’une courte introduction historique, suivie d’une partie consacrée à l’esthétique, pour arriver au corpus principal, celui de la composition et de la construction pratique du jardin d’après la démarche de conception établie par Barillet-Deschamps et ses élèves au xixe siècle23.

  • 24 AAHAD, ibid. Sur ce sujet voir aussi Donadieu, 2019, chap. 14.

21Le décalage entre les contenus de cet enseignement et la demande à laquelle les jeunes paysagistes doivent se confronter une fois diplômés est évident. C’est pourquoi Duprat introduit de nouveaux thèmes. En ce qui concerne l’histoire des jardins, il intègre l’évolution des villes ; il développe la partie sur l’esthétique avec les nouvelles tendances et genres ; il introduit le projet des équipements sportifs et de loisirs (cours de tennis, piscines, terrains de jeux, etc.). En outre, il complète le cours par de nouvelles formes de représentation (par exemple les vues en perspective), car il considère que les grands plans aquarellés caractéristiques de l’art des jardins de la seconde moitié du xixe siècle sont désormais insatisfaisants24.

Figure 4. Nouvelles formes de représentation

Figure 4. Nouvelles formes de représentation

Ferdinand Duprat, Ville de Bordeaux. Projet de jardin pour la place Dauphine, dans Jardins d’aujourd’hui, 1932.

Source : École nationale supérieure de paysage de Versailles.

22Mais le problème sous-jacent à cette nouvelle organisation – ajoute Duprat – est que les heures consacrées à l’enseignement de l’architecture des jardins ne suivent pas l’augmentation des thématiques à traiter. L’organisation pédagogique de l’ENH reste en effet enfermée dans un schéma rigide et prédéfini et se heurte à la concurrence des disciplines horticoles. L’extension du cours sur les trois années, suivant le modèle belge, pourrait permettre de surmonter cette difficulté.

  • 25 Sur ce sujet, cf. Mosser, 2001.

23Face à cette proposition, un élément mérite d’être souligné : si pour les congressistes le problème de la formation des architectes-paysagistes français concerne l’insuffisance des heures d’enseignement, cela n’implique pas la remise en cause ni de la structure du cours ni des méthodes pédagogiques. Celles-ci reposent essentiellement sur l’enseignement par l’image, un système inauguré par Édouard André, nommé professeur d’architecture des jardins à Versailles en 189225. C’est André, en effet, qui utilise pour la première fois de grands tableaux montrant les styles propres aux différentes époques et régions géographiques. Le cours des années 1930, adoptant cette catégorisation schématique des jardins, se base donc sur une interprétation stylistique simplifiée, presque exclusivement formelle : les supports pédagogiques sont constitués par des photographies des jardins les plus réputés et les étudiants sont invités à reproduire les plans les plus caractéristiques de chaque époque.

Figure 5. École nationale d’horticulture de Versailles. Un examen, Versailles, édition L. Garnier, début xxe siècle

Figure 5. École nationale d’horticulture de Versailles. Un examen, Versailles, édition L. Garnier, début xxe siècle

En haut, à droite et à gauche, nous pouvons remarquer les grands plans de jardins utilisés pour le cours d’architecture des jardins et des serres.

Source : École nationale supérieure de paysage de Versailles.

24Enfin, toujours à propos du manque d’heures d’enseignement, Duprat tient à souligner l’important soutien apporté par la SNHF, par le biais du Comité de l’art des jardins. Ce dernier, grâce aux conférences de professionnels et au concours en loge, permet aux élèves de se confronter aux programmes variés et contribue à compenser les lacunes de la formation.

Deux corollaires et des vœux

25Duprat poursuit son rapport en examinant deux autres questions qui constituent une sorte de corollaire à l’argument principal.

26La première concerne la « propagande » parlée et écrite en faveur des jardins, un secteur, selon Duprat, trop souvent délaissé. Les magazines et les journaux qui traitent du sujet sont principalement destinés aux spécialistes, alors qu’ils devraient impliquer le grand public. À cet égard, et également sur la suggestion des représentants étrangers, il est proposé d’encourager les conférences radiophoniques et recommandé de faire appel à des conférenciers qui évitent les explications trop longues et ennuyeuses, au profit de sujets courts, simples et précis accompagnés d’exemples, de dessins ou de photographies, éventuellement en couleurs, projetés et filmés. L’objectif est d’intégrer la propagande aux visites de parcs et jardins et à des expositions, conçues comme le seul moyen permettant de présenter la variété de la production contemporaine.

  • 26 AAHAD, Relation de Monsieur Duprat, op. cit.

« Ce que nous proposons, c’est la création, sur une assez grande surface, de jardins qui donnent au public l’envie d’en posséder de semblables ou tout au moins lui montrent ce que l’on peut réaliser chez soi26. »

27La deuxième question considère l’importance de la participation gouvernementale. Partant du constat que les visites, les voyages et les stages qui nourrissent les contacts interprofessionnels et internationaux se sont considérablement réduits à cause des graves problèmes économiques et politiques qui caractérisent les années 1930, les congressistes réclament le soutien gouvernemental surtout pour les jeunes.

  • 27 Ibid.

« On suggère que l’appui officiel soit donné principalement pour l’enseignement. […] Dans les conditions actuelles des relations entre peuples, il est devenu presque impossible pour un jeune homme de voyager, non seulement dans son pays, mais dans d’autres pays »27.

Les échanges internationaux apparaissent une fois de plus comme un engrenage fondamental, non seulement pour la formation, mais aussi pour déclencher des mécanismes vertueux, capables d’affecter aussi bien les activités des architectes-paysagistes que la production du secteur horticole.

28À l’issue du Congrès, chacune des sections propose des vœux qui fixent les objectifs à atteindre et relèvent les difficultés et les faiblesses issues du débat. À propos de la section sur l’enseignement, le rapport de Duprat souligne d’abord la difficulté, pour la discipline, de se départager entre les sphères d’influence de l’architecture et de l’horticulture.

  • 28 AAHAD, Exposition de Paris 1937. Premier Congrès international des architectes-paysagistes, s. d.

« La technique de l’Art des Jardins est pour une grande part basée sur l’Horticulture, mais aussi obligatoirement, sur l’Architecture. L’enseignement d’une École d’Architecture est insuffisant pour former un Architecte de Jardins tout autant que celui d’une école purement horticole. Cependant la création d’une école spéciale paraît difficile en raison du petit nombre d’élèves susceptibles de la fréquenter28. »

29À partir de ce constat, les congressistes proposent une liste de vœux destinés à mettre en place les premiers éléments pour la reconnaissance professionnelle des architectes-paysagistes et, à partir de là, un programme adapté à leur formation : que les « élèves des Écoles supérieures d’horticulture soient préparés pour remplir les fonctions de dessinateurs de jardins, de conducteurs de travaux et d’entrepreneurs de jardins. Qu’ils soient ensuite autorisés à suivre certains cours de l’École supérieure des beaux-arts où leur éducation artistique serait développée. Que cet enseignement officiel, contrôlé par des examens, soit sanctionné par un diplôme qui serait nécessaire pour exercer la profession d’architecte-paysagiste. » En outre, afin de partager les savoirs et les pratiques, ils proposent la mise en place d’un concours à l’échelle européenne, destiné aux meilleurs élèves de toutes les écoles. Le prix de cette manifestation « accompagné d’une bourse de voyage permettrait à l’élite des jeunes étudiants en Art des Jardins, d’élever leur niveau artistique et technique par l’étude des Jardins européens les plus réputés. »

En guise de conclusion…

30Organisé par la SFAJ, le premier Congrès international des architectes de jardins témoigne d’une prise de conscience, au niveau européen, de la crise de la discipline et propose des objectifs et des axes d’intervention visant à répondre de manière globale et ponctuelle aux enjeux de son époque. Toutefois, force est de constater que ses vœux n’arrivent pas à se traduire véritablement dans un nouveau langage formel, partagé, capable de s’articuler avec les attentes et les pratiques spatiales de la vie moderne. En ce qui concerne les concepteurs français, tant dans l’organisation de l’enseignement que dans l’écriture paysagère, s’ils affichent une attitude volontaire et se mesurent aux différentes échelles du projet de la ville et de ses équipements, ils n’arrivent pas, cependant, à se détacher de schémas traditionnels et de la démarche, à la fois esthétique et technique, qui les caractérise. Du point de vue des grammaires de composition, les documents que nous avons consultés confirment l’opinion de l’historien Jean-Pierre Le Dantec, selon qui :

« Par-delà tiraillements et oppositions stylistiques, composite à dominante paysagère et composite à dominante néoclassique ont en commun de demeurer des prisonniers volontaires de la tradition. De refuser la transgression, la subversion des valeurs communément admises, qui caractérisent l’aventure de l’art moderne » (Le Dantec, 2019, p. 60).

Le même Ferdinand Duprat, qui dans ses écrits prône une démarche ouverte et flexible, apparaît finalement victime de ce piège.

Figure 6. Style composite

Figure 6. Style composite

Ferdinand Duprat, Plan du château Margaux et des jardins, dans Jardins d’aujourd’hui, 1932.

Source : École nationale supérieure de paysage de Versailles.

  • 29 AAHAD, Art des jardins. Organisation professionnelle. Enseignement supérieur de l’art des jardins, (...)
  • 30 Ibid. pour toues les citations de cette phrase.
  • 31 Archives départementales des Yvelines, Fonds ENSP, Section du paysage, s.d. Le cursus est de deux a (...)

31Au-delà de cet échec, il nous semble important de souligner que le Congrès international des architectes de jardins a le mérite de placer au cœur des débats la question de l’éducation des paysagistes, en tant que seule solution pour remédier à la décadence de la discipline. En effet, une partie des vœux exprimés par la troisième section est reprise en 1941 quand la SFAJ présente au ministre de l’Agriculture un programme d’enseignement supérieur de l’art des jardins destiné aux étudiants de l’ENH « ayant déjà fait de solides études horticoles » (Duprat, 1945, p. 292). Anticipant les attentes de la reconstruction, le nouveau cursus vise à former, pendant une année, des « ingénieurs-architectes de parcs, jardins et terrains de sport29 ». La maquette pédagogique s’articule autour de « l’Art du dessin et de la composition » (architecture), de « l’Art des Terrassements, de la construction et de la technique des travaux » (ingénierie) et de « l’Art de l’Horticulture », car « on ne peut sans danger séparer l’œuvre du compositeur de l’œuvre du créateur » et « l’artiste qui dessine et crée des jardins doit […] être à la fois Ingénieur et Architecte, c’est-à-dire ordonnateur et réalisateur30. » Toutefois, il faudra attendre la fin de la guerre pour que le gouvernement satisfasse les revendications des paysagistes du Comité de l’art des jardins de la SNHF et de la SFAJ en institutionnalisant une formation professionnelle pour les concepteurs. Par décret du général de Gaulle, le 5 décembre 1945, est créée à l’ENH de Versailles la Section du paysage et de l’art des jardins, ayant pour but de former une « élite » de « paysagistes » et d’« ingénieurs », c’est-à-dire des « cadres pour la reconstruction et l’urbanisme », ainsi que pour « l’entreprise privée »31. Parmi les enseignants de cette Section, nous trouvons plusieurs membres actifs de la SFAJ, tels André Riousse qui dispense l’enseignement de « théorie de l’art des jardins et composition » et Henri Thébaud, qui enseigne l’« utilisation des végétaux et projets des plantations ». Quant à Ferdinand Duprat, il reste titulaire du cours d’architecture des jardins et d’urbanisme à l’ENH et assure ainsi les liens entre la formation des horticulteurs et des paysagistes.

32L’étude du Congrès de la SFAJ fait donc émerger non seulement le rôle central attribué à l’enseignement dans une période de grands changements sociétaux, mais également l’ancienneté d’une série de questions (la place de l’enseignement du vivant, de l’histoire, de l’architecture, leurs relations, la durée du cursus, etc.) qui ont marqué, et marquent encore, la formation des concepteurs français. De ce fait, elle peut contribuer aux réflexions pédagogiques actuelles, en les installant dans une perspective de longue durée historique.

Nous tenons à remercier Michel Duchêne, président de l’Association Henri & Achille Duchêne, pour son accueil et pour nous avoir mis à disposition les archives de l’Association.

Haut de page

Bibliographie

André, É., 1890, Le Potager de Versailles. L’École nationale d’horticulture de Versailles, Paris, Librairie agricole de la Maison rustique.

Blanchon, B., 2017, « Gardens at the 1937 exposition », dans Almeida, J., Exposições internacionais  : entre o jardim e a paisagem urbana  : do Palácio de cristal do Porto (1865) à exposição de Paris (1937), Porto, Fundação de Serralves, p. 219-244.

Blanchon, B., 2002, « Ferdinand Duprat (1887-1976) », dans Racine, M. (dir.), Créateurs de jardins et de paysages en France du xixe siècle au xxie siècle, Arles/Versailles, Actes Sud/ENSP, p. 197-198

Blanchon, B., 2001, « Paysagiste, naissance d’une profession », dans Texier, S. (dir.), Les Parcs et Jardins dans l’urbanisme parisien (du xixe- xxe siècle), Paris, Action artistique de la ville de Paris, p. 258-266.

Comité de l’art des jardins de la SNHF, 1932, Jardins d’aujourd’hui, Paris, préface de Ferdinand Duprat.

Coste, L., 1936, « Les 25 ans de M. Albert Maumené au Comité de l’art des jardins », Bulletin de la SNHF, p. 274-275.

D’Antan, J., 15 mars 1909, « La rénovation des jardins et parcs à la française par les Duchêne », La Vie à la campagne, no 60, p. LXXXIII.

Deny, L., 1902, « Compte rendu de l’Exposition de la SNHF du 21 au 26 mai 1902 », Bulletin de la SNHF, p. 577-581.

Deny, L., 1905, « Compte rendu de l’Exposition internationale d’horticulture […]. Architecture des jardins », Bulletin de la SNHF, p. 672-675.

Donadieu, P., 2019, « L’École nationale d’horticulture et l’enseignement de l’architecture des jardins (1930-1960) », dans « Histoire de l’ENSP », plateforme Topia, chapitre 14, mis en ligne le 7 novembre 2019, URL : https://topia.fr/2019/11/07/lecole-nationale-dhorticulture-et-lenseignement-de-larchitecture-des-jardins/

Donadieu, P., 2018, « Les débuts de la Section du paysage et de l’art des jardins (ENH Versailles, 1946-1956). La Naissance », plateforme Topia, chapitre 1, mis en ligne le 4 juillet 2018, URL : https://topia.fr/2018/07/04/7253/

Duchêne, A., 1936, « Les loisirs des collectivités et les jardins de l’avenir », Revue horticole. L’Art et la Technique des jardins d’aujourd’hui, numéro spécial, p. 158-162.

Duprat, F., 1945, « L’enseignement de l’art des jardins », Revue horticole, p. 292.

Duprat, F., 1938, « Le Congrès international des architectes de jardins », Revue horticole, p. 12-13, p. 34-37, p. 70-74, p. 85-89.

Duprat, F., 1936, « L’évolution des jardins », Revue horticole, p. 154-157

Le Dantec, J.-P., Le Dantec, T., 2019, Le Sauvage et le Régulier. Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins, Paris, Le Moniteur.

Limido, L., 2019, « The “ Architecture des Jardins et des Serres” at the École Nationale d’Horticulture de Versailles (1876-1892): the Pedagogy of the Project according to Jean Darcel and Auguste Choisy », Studies in the History of Gardens & Designed Landscapes, no 39, p. 137-143.

Limido, L., 2002, L’Art des jardins sous le Second Empire. Jean-Pierre Barillet-Deschamps (1824-1873), Seyssel, Champ Vallon.

Mosser, M., 2001, « “Cette aimable manifestation de l’esprit humain” : Édouard André et l’histoire des jardins », dans André, F. et Courtois, S. de (dir.), Édouard André (1840-1911). Un paysagiste botaniste sur les chemins du monde, Paris/Besançon, Les Éditions de l’Imprimeur, p. 20-41.

Santini, C., 2021, Adolphe Alphand et la Construction du paysage de Paris, Paris, Hermann.

Thionnaire, M., 1936, « L’activité de la Société des Architectes de Jardins du 26 mai 1934 au 9 janvier 1936 », Bulletin de la SNHF, p. 100-101.

Haut de page

Notes

1 Avant 1945, année de la création de la Section du paysage et de l’art des jardins à l’École nationale d’horticulture de Versailles (ENH), de nombreuses sources témoignent que, dans l’usage courant, les appellations de « paysagiste », « architecte-paysagiste » et « architecte de jardins » sont utilisées comme synonymes.

2 Sur la carrière, l’œuvre et les publications d’Achille Duchêne, cf. https://www.henri-et-achille-duchene.com/.

3 La documentation que nous avons consultée se compose d’un dossier d’environ 350 feuillets, comprenant des lettres manuscrites et dactylographiées (principalement de Ferdinand Duprat et d’Achille Duchêne), des documents administratifs, les relations des différentes sessions du Congrès, la correspondance avec les rapporteurs étrangers et quelques photos de la visite des congressistes à Versailles (cf. figure 2).

4 À cette époque, en effet, la seule formation pour les architectes-paysagistes était dispensée au sein de l’École d’horticulture de Versailles et elle ne donnait pas lieu à un diplôme spécifique (et donc à un titre professionnel reconnu).

5 Créé en 1888, le Comité de l’art des jardins qui compte, dans les années 1930, environ 100 inscrits est présidé par Albert Mauméné. Il organise des cours publics, des visites de jardins, des conférences et assure l’organisation de la section « Architecture et décoration des jardins » dans les expositions annuelles de la SNHF.

6 Duchêne et Duprat sont, par exemple, respectivement président d’honneur et vice-président du Comité de l’art des jardins et président et président-adjoint de la SFAJ.

7 La figure d’Achille Duchêne mériterait d’être étudiée davantage, mobilisant notamment les Archives de l’Association Henri & Achille Duchêne (dorénavant AAHAD), qui sont en cours de classement. En ce qui concerne l’objet de cet article, en l’état actuel de nos recherches, nous ne sommes pas en mesure de témoigner de son implication dans la pédagogie ou dans la mise en place de cours de formation, activités qu’il semble avoir toujours déléguées à son collaborateur Ferdinand Duprat.

8 AAHAD, Palmarès alphabétique, Groupe V, Classe 19, s. d.

9 AAHAD, Henri Thébaud, Étude relative à l’organisation d’un Congrès international des architectes de jardins, janvier 1936.

10 AAHAD, « Lettre de R. Carel à A. Duchêne », 15 avril 1937.

11 AAHAD, « Lettre d’A. Duchêne à A. Nomblot », 11 février 1937.

12 AAHAD, Premier Congrès international des architectes de jardins, s. d.

13 Les pays représentés sont la Belgique, les États-Unis, la Grande Bretagne, la Hollande, la Pologne, la Suède et la Suisse.

14 AAHAD, « Discours d’A. Duchêne à l’occasion de l’ouverture du Congrès de la SFAJ », s. d. Sur ce sujet cf. également D’Antan, 1909.

15 AAHAD, « Lettre d’A. Duchêne au ministre de l’Éducation nationale », 21 mai 1937.

16 AAHAD, « Lettre d’A. Duchêne à Roland-Marcel », 19 mai 1937.

17 AAHAD, « Discours d’A. Duchêne à l’occasion du banquet du Congrès international des architectes de jardins », 8 juin 1937.

18 AAHAD, « Lettre de S. Hemlin à A. Duchêne », 10 mars 1937 (traduction de l’allemand).

19 Pour les Beaux-Arts, les sources que nous avons consultées ne témoignent pas d’un cours structuré (cf. Congrès international d’horticulture de Gand, section « Architecture des jardins », 1913, p. 88).

20 AAHAD, « Notes au rapport de monsieur Tunnard (Angleterre) lors de la première journée du Congrès », s. d.

21 AAHAD, Relation de Monsieur Duprat, s. d.

22 La description se poursuit en considérant la situation en Allemagne, notamment à l’« école spéciale à Dahlem » et se conclut par une appréciation des États-Unis « où l’enseignement est donné dans les Universités, où il atteint un degré très élevé, et on y décerne un Prix de Rome pour l’Architecture des Jardins, comme pour les autres arts » (Duprat, 1938, p. 36-37).

23 AAHAD, Relation de Monsieur Duprat, op. cit. Sur l’enseignement de l’Architecture des jardins à l’ENH à la fin du XIXe siècle voir s.a., « Cahier du Cours d’Architecture des jardins et des serres », s.d., Archives de l’ENSP et André, 1890.

24 AAHAD, ibid. Sur ce sujet voir aussi Donadieu, 2019, chap. 14.

25 Sur ce sujet, cf. Mosser, 2001.

26 AAHAD, Relation de Monsieur Duprat, op. cit.

27 Ibid.

28 AAHAD, Exposition de Paris 1937. Premier Congrès international des architectes-paysagistes, s. d.

29 AAHAD, Art des jardins. Organisation professionnelle. Enseignement supérieur de l’art des jardins, 4 août 1941.

30 Ibid. pour toues les citations de cette phrase.

31 Archives départementales des Yvelines, Fonds ENSP, Section du paysage, s.d. Le cursus est de deux ans et il est accessible aux ingénieurs horticoles. Sur ce sujet voir aussi Blanchon, 2001 et Donadieu, 2018, chap. 1.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Achille Duchêne, Jardin sur le toit d’un immeuble de rapport bd. Suchet, s. d.
Crédits Source : archives de l’Association Henri & Achille Duchêne.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/27447/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 621k
Titre Figure 2. Visite à Versailles des membres du Congrès international des architectes de jardins, 11 juin 1937
Crédits Source : Archives de l’Association Henri & Achille Duchêne.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/27447/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Titre Figure 3. Nouvelles échelles du projet
Légende Ferdinand Duprat, Pilat plage (Bassin d’Arcachon). Projet d’extension et d’embellissement, dans Jardins d’aujourd’hui, 1932.
Crédits Source : École nationale supérieure de paysage de Versailles.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/27447/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre Figure 4. Nouvelles formes de représentation
Légende Ferdinand Duprat, Ville de Bordeaux. Projet de jardin pour la place Dauphine, dans Jardins d’aujourd’hui, 1932.
Crédits Source : École nationale supérieure de paysage de Versailles.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/27447/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Figure 5. École nationale d’horticulture de Versailles. Un examen, Versailles, édition L. Garnier, début xxe siècle
Légende En haut, à droite et à gauche, nous pouvons remarquer les grands plans de jardins utilisés pour le cours d’architecture des jardins et des serres.
Crédits Source : École nationale supérieure de paysage de Versailles.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/27447/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Figure 6. Style composite
Légende Ferdinand Duprat, Plan du château Margaux et des jardins, dans Jardins d’aujourd’hui, 1932.
Crédits Source : École nationale supérieure de paysage de Versailles.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/27447/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luisa Limido et Chiara Santini, « La formation des paysagistes au premier Congrès international des architectes de jardins (1937) »Projets de paysage [En ligne], Hors-série | 2022, mis en ligne le 05 juillet 2022, consulté le 14 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/paysage/27447 ; DOI : https://doi.org/10.4000/paysage.27447

Haut de page

Auteurs

Luisa Limido

Luisa Limido, architecte, journaliste et historienne des jardins, est chercheure associée au laboratoire de recherche de l’École nationale supérieure de paysage de Versailles. Ses recherches récentes, conduites dans le cadre de la villa Le Nôtre, et de la bourse Michel Baridon (Fondation des parcs et jardins de France), portent sur l’école française de paysagistes de la seconde moitié du xixe siècle.
luisalimido[at]tin[dot]it

Chiara Santini

Chiara Santini, historienne et archiviste-paléographe, est professeure d’histoire des jardins et du paysagisme à l’École nationale supérieure de paysage de Versailles. Ses recherches portent sur le rapport entre ville et nature dans la seconde moitié du xixe siècle et l’essor de l’école française de paysagisme.
c. santini[at]ecole-paysage[dot]fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search