Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26Chercheurs en devenirConstruire la mémoire du processu...

Chercheurs en devenir

Construire la mémoire du processus d’élaboration des plans locaux d’urbanisme à travers des storymaps, un levier pour la prise en compte du paysage dans l’aménagement des territoires

Building the Memory of the Elaboration of Local Urban Plans through Storymaps, A Means of Taking Into Account the Landscape in Urban Planning
Charlotte Porcq et Laurence Le Dû-Blayo

Résumés

Cet article traite d’un essai de mémorisation des arbitrages conduits lors de l’élaboration du PLU de la ville de Vitré via des storymaps (cartes narratives), comme appuis à la mise en œuvre des enjeux paysagers portés par le règlement d’urbanisme. Le propos développe une méthode de construction de ces récits ex-post, à l’aide du recueil de discours d’acteurs in situ, permettant de compléter les storymaps par des événements parallèles ou antérieurs au processus de planification. Les storymaps posent des jalons pour une mise en perspective du PLU dans une géohistoire de l’aménagement des paysages à plus long terme. Elles suggèrent que le PLU pourrait endosser un rôle mémoriel quant aux perceptions de l’espace qui influencent l’action publique à une époque donnée.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce texte a pu voir le jour grâce au concours financier et technique de la région Bretagne et du département d’Ille-et-Vilaine.

Texte intégral

1Le présent article concerne la phase de valorisation des résultats d’une thèse en géographie conduite à l’université Rennes 2, dans le cadre de deux conventions de recherche, avec la région Bretagne, d’une part, et le département d’Ille-et-Vilaine, d’autre part. À travers son partenariat avec le laboratoire ESO (Espaces et Sociétés), la région Bretagne cherche à développer des outils de connaissance (cartographie des unités paysagères régionales – Bourget, 2011) et de suivi des paysages (plateforme des observatoires photographiques du paysage de Bretagne – Guittet, 2016). Le département d’Ille-et-Vilaine, après s’être doté d’un Atlas des paysages en 2014, souhaite le valoriser à travers un programme d’actions multiples qui vise, outre l’animation auprès du grand public et les sessions de formation pour les élus, une déclinaison des enjeux paysagers dans les schémas de cohérence territoriaux (SCoT) et les plans locaux d’urbanisme communaux (PLU) ou intercommunaux (PLUi). Les deux collectivités n’encouragent plus seulement les acteurs publics à se tourner vers des documents de planification spécifiques tels que les plans de paysage. Des instruments d’urbanisme plus génériques sont désormais ciblés de sorte à toucher davantage de territoires, à une échelle toujours plus fine. La thèse se concentre donc sur les PLUi comme vecteurs possibles d’une prise en compte des paysages dans l’aménagement des territoires.

2Le corpus d’enquête concerne quatre Établissements publics de coopération intercommunale (EPCI), répartis sur trois départements bretons : Lorient agglomération (56), Dinan agglomération (22), la Communauté de communes de Brocéliande (35) et Vitré communauté (35). L’enquête s’est déployée entre mai 2018 et novembre 2020 pour l’essentiel des observations, alors que la plupart des PLUi des 27 communes ciblées au sein de ces EPCI étaient encore en cours d’élaboration. À partir de 2016, tous les territoires concernés par l’étude ont entamé la révision de leur document d’urbanisme. Le principe était à la fois de suivre le processus en temps réel, d’en recueillir des récits, qui puissent nous éclairer sur la perception individuelle de la procédure par les acteurs participant aux prises de décision, puis de confronter ultérieurement ces matériaux aux PLUi approuvés, pour la grande majorité en 2020. Aussi avons-nous assisté à 20 commissions d’urbanisme réunies spécialement au sujet des PLUi, conduit 53 entretiens semi-directifs, et soumis quatre PLUi achevés à une évaluation comparative, destinée à comprendre quels sont les enjeux paysagers qui « restent » en bout de chaîne et qui sont intégrés dans la version validée par le conseil municipal (figure 1).

  • 1 Un PLUi est composé d’un rapport de présentation, d’un PADD, d’un dossier d’OAP, d’un règlement gra (...)

3L’analyse de ces quatre PLUi finalisés a permis de mettre en avant la faiblesse des prises offertes à l’interprétation du paysage en leur sein. Parce que le paysage est un tout entièrement constitué d’interrelations (Convention européenne du paysage, 2000), sa traduction dans le PLUi requiert un processus de déconstruction, auquel répond une activité de recomposition du sens lors de l’instruction du droit des sols, qui devient le premier gage d’efficacité de la règle d’urbanisme. De plus, l’interprétation ou « herméneutique » juridique se définit comme une mise en perspective historique de la règle de droit, quel qu’en soit l’objet (Nerhot, 1990, p. 323). Il appartient ainsi non seulement aux auteurs du PLUi de veiller à produire des énoncés suffisamment clairs par rapport à leurs intentions, qui s’accompagnent de balises pour l’interprétation, mais de les organiser avec cohérence, de sorte à créer des lignes directrices qui traversent les différentes pièces du document (Bories, 2018). Il est indispensable en effet de considérer que le PLUi se caractérise par une architecture complexe au sein de laquelle le paysage est souvent disséminé1, et que son appareil normatif s’applique généralement à la parcelle, rendant cruciale la possibilité de « remonter » à l’échelle du paysage. Grâce à des prescriptions orientées, il devient envisageable de reconstituer le cheminement des arbitrages conduits pour aboutir à la traduction « finale », et de rendre un avis sur cette base. Cela signifie que la jurisprudence s’établit idéalement à la fois sur le paysage lui-même, désigné dans la règle, et sur la répétition de l’expérience paysagère qui l’a fait naître.

4En particulier, le règlement graphique ou les divers schémas de localisation insérés dans les PLUi passés à la loupe ne nous semblent pas délivrer un discours performatif, au sens où ils ne « fabriquent pas le paysage autant qu’ils le représentent » (Joliveau, 2004, p. 96). Un support annexe ou alternatif pourrait donc aider à rendre la cartographie du PLUi dynamique. C’est là qu’interviennent les storymaps, qui seraient spécifiquement dédiées à la mémorisation des processus de planification :

« Telling the story about how maps are created and how they come to life in a broad social context and in the hands of their users has become a new challenge for mapmakers » (Caquard et Cartwright, 2014, p. 101).

5Nous concevons cette technique de storymapping, appliquée au PLUi, comme « levier opératoire » (Biase et Chabard, 2020) pour l’action publique en matière de paysage. C’est pourquoi nous l’avançons comme outil de valorisation et de transfert des résultats de la thèse auprès des collectivités territoriales.

6Nous verrons premièrement que le développement expérimental de trois storymaps, proposant une mise en récit de l’élaboration du PLU de Vitré, a été favorisé par une méthode de collecte et de mise en forme des données originales par rapport à l’enquête déployée dans le corps de thèse (figure 1). Alors que les rencontres avec élus, techniciens et bureaux d’études avaient eu lieu pendant la révision des PLUi sur les autres terrains, elles se sont déroulées après l’approbation du document à Vitré. Après trois entretiens en salle, trois sorties ont été organisées avec trois acteurs ayant participé à l’élaboration du PLU de Vitré afin de capter des souvenirs de cette période sur site : à la fois le retour au terrain réactive cette mémoire, tout en la mettant en regard avec les opérations d’aménagement en cours, et il permet un premier bilan critique de la mise en œuvre du PLU. Deuxièmement, nous argumenterons sur les usages des storymaps, dont l’avantage est de plonger l’utilisateur en « immersion » non seulement dans l’espace, mais dans la réflexion qui est à l’origine des orientations retenues dans le PLU finalisé. Nous nous apercevrons en même temps du pouvoir « heuristique » (ibid.) de cette visualisation sur le plan académique, par les perspectives de recherche qu’elle ouvre.

Figure . Aspects traités par l’article, parmi la méthodologie générale de la thèse

Figure . Aspects traités par l’article, parmi la méthodologie générale de la thèse

Sauvegarder la mémoire des processus de planification territoriale, pourquoi et comment ?

La ville de Vitré et son nouveau PLU (2020) comme cas d’étude et terrain d’expérimentation

  • 2 Aujourd’hui réunis pour former le site patrimonial remarquable (SPR) de Vitré.

7S’appuyant sur le secteur sauvegardé créé en 1994 et l’aire de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine (AVAP) instaurée en 20152, la municipalité de Vitré aborde le paysage sous l’angle du patrimoine. Cette ligne est confortée par le PLU de 2006, dans lequel le château médiéval et la place de l’église Sainte-Croix, implantés sur le rebord du coteau sud, génèrent de vastes vues à préserver sur le coteau nord. La révision générale du PLU a été prescrite le 21 avril 2016 par le conseil municipal, en vue notamment de « préserver et améliorer le cadre de vie, en valorisant le patrimoine bâti du secteur sauvegardé et du périmètre d’AVAP, et le patrimoine paysager et bâti de l’ensemble du territoire communal et notamment rural » (délibération du 21 avril 2016). Lorsque le bureau d’études missionné pour le nouveau PLU enclenche le diagnostic territorial, il cherche à inverser le regard des élus, du « remarquable au quotidien » (entretien du 12 mars 2020).

8C’est ainsi que le paysage « ordinaire » – c’est-à-dire sans jugement de valeur, au sens de la Convention européenne du paysage – est une des portes d’entrée de la réflexion : disant effectuer un pas de côté par rapport à la « logique paysagère patrimoniale », les urbanistes tentent de faire valoir la « skyline de Vitré » (figure 2), constituée des trois clochers du centre « historique » de la ville, comme nouveaux points de repère, de même que la vallée de la Vilaine comme « parc du xxie siècle » (entretien du 12 mars 2020). De cette initiative, découle un processus jugé très positivement par les élus et les agents des services (inter)communaux. Des outils innovants sont mobilisés, comme les orientations d’aménagement et de programmation (OAP) thématiques, déclinaisons réglementaires du projet d’aménagement et de développement durable (PADD) à l’échelle de plusieurs espaces mis en réseau autour d’un axe stratégique (OAP « vallée de la Vilaine ») ou du périmètre communal entier (OAP « trame verte et bleue et continuités douces »). Ces OAP permettent de dépasser la logique du zonage en portant des thématiques transversales telles que le paysage, et elles introduisent une certaine souplesse juridique en n’exigeant qu’un rapport de compatibilité. Ce sont ces moyens mis en œuvre afin d’intégrer le paysage à la démarche qui nous ont incitée à nous tourner vers le PLU de Vitré.

Figure 2. Le château de Vitré, surplombant la vallée de la Vilaine au premier plan, et la skyline formée par les trois clochers au dernier plan, juin 2021 (sortie no 3)

Figure 2. Le château de Vitré, surplombant la vallée de la Vilaine au premier plan, et la skyline formée par les trois clochers au dernier plan, juin 2021 (sortie no 3)

Source : Charlotte Porcq, juin 2021.

9En outre, ce choix correspondait aux attentes du Service patrimoine naturel du département d’Ille-et-Vilaine, qui souhaitait évaluer la prise en main de son Atlas des paysages, disponible en ligne depuis 2015, par les différents Pays et EPCI du territoire, dont Vitré communauté. Soulignons que Vitré faisait partie de la sélection en tant que communauté d’agglomération a priori peu réceptive à l’esprit de l’Atlas. Les premiers jalons de la réponse apportée au département, concernant la ville de Vitré, valident moins l’hypothèse de la réticence ou de la frilosité par rapport à la notion de paysage que celle d’une grande indépendance dans la manière de l’aborder – essentiellement patrimoniale –, alors que l’Atlas, conçu par le paysagiste Michel Collin, la traite d’abord sous l’angle du grand paysage, avec une large part donnée au paysage naturel. Le « modèle vitréen », qui renvoie surtout à l’exemplarité et à l’autonomie de Vitré sur le plan de la gestion économique – spécialisation industrielle, taux de chômage bas –, s’explique notamment par la pérennité de l’action publique pendant plus de 40 ans, sous les mandats successifs de Pierre Méhaignerie entre 1977 et 2020. Vitré occupe donc une position singulière dans le paysage politique breton, ayant nécessairement un impact sur l’imbrication harmonieuse des échelles administratives.

  • 3 Ces trois types d’acteurs ont été les principaux interrogés dans le cadre de la thèse (figure 1).

10Les entretiens avec les trois types d’acteurs ciblés, élu, technicien des collectivités et expert indépendant ou en bureau d’études3, ont été menés après l’entrée en vigueur du nouveau PLU de Vitré en janvier 2020. A posteriori, ce décalage, que nous avions tâché d’éviter pour les autres PLUi étudiés, a présenté quelques avantages. Ils nous ont encouragées à prolonger l’investigation, à Vitré, dans un sens que nous n’avions pas envisagé en tant que tel aux prémices du travail de terrain. Les échanges avec les trois personnes interrogées se sont déroulés en deux temps : tout d’abord en intérieur, sur le même modèle que les 50 autres rencontres, puis en extérieur, méthode en revanche inexploitée dans le cadre de la collecte des données dédiées à la démonstration centrale de la thèse. La première étape a eu lieu entre février et mars 2020, si bien que quelques semaines seulement s’étaient écoulées depuis l’achèvement du processus de révision du PLU. Par conséquent, les acteurs pouvaient encore parler de souvenirs relativement vivaces. La seconde étape a été précisément rendue possible par le fait qu’ils étaient en quelque sorte « libérés » de ce dossier de longue haleine, particulièrement chronophage et exigeant en matière de relectures et de vérifications. L’intérêt des sorties s’est à la fois fondé sur le recueil d’éléments de précision des discours sur site, et sur une certaine prise de recul par rapport au PLU récemment finalisé. C’est cette situation qui a notamment favorisé la mise en œuvre des storymaps.

Le déroulement des marches commentées et le recensement des points de référence, premiers jalons des storymaps

11La demande formulée auprès des acteurs était concise et assez peu directive. La sortie sur le terrain se voulait une occasion d’aborder les problématiques actuelles d’aménagement de la ville ayant un lien avec le paysage, sans entrer directement par le PLU comme en entretien, mais par l’observation in situ. La finalité des storymaps n’était pas évoquée, bien que présente à nos esprits, car nous voulions que l’histoire émane des différentes stations effectuées librement par l’acteur, sans imposer le scénario du PLU comme trame principale, au détriment d’un éventuel élargissement de la perspective temporelle. De ces arrêts, nous cherchions à tirer des points de référence, que nous définissons comme des éléments de la réalité physique du territoire, à partir desquels l’esprit des décisions prises en matière d’urbanisme est justifié par l’acteur. Plus qu’un poste d’observation, le point de référence renvoie à une manière de concevoir l’aménagement de l’espace, et participe à la construction d’un référentiel géographique permettant d’appréhender ou d’analyser a posteriori la place du paysage dans le PLU. Par le biais de ce second échange, nous ne nous attendions pas nécessairement à aborder de nouvelles problématiques – d’ailleurs, à la différence du premier, qui visait davantage l’exhaustivité du propos, il n’a pas été enregistré. Toutefois, nous espérions les redécouvrir sous un éclairage différent, conféré par la spatialité de l’expérience. Ainsi, c’est surtout la manière dont les informations allaient nous être (re)délivrées qui nous intéressait, puisque des associations d’idées et de lieux allaient se nouer tout au long du trajet, aboutissant certainement à une redistribution des contenus issus de l’entretien en salle. Le principe étant de faire émerger un récit et d’en suivre le fil, et non de susciter le débat comme en réunion, il a été préférable de solliciter les acteurs un par un.

12Cette hypothèse s’inspirait d’une autre enquête, menée par Niels Dabaut dans le cadre de sa thèse en archéologie (Dabaut, 2021). Les solutions participatives qu’il développe, afin d’enrichir la connaissance des paysages anglais en amont des processus de planification territoriale, alimentent le programme national Historic Landscape Characterisation (HLC), lancé en 1994. Comme dans le travail de Niels Dabaut, l’appareil législatif et les documents sur lesquels nous nous penchons – les PLUi – sont déjà existants, si ce n’est relativement anciens, si bien que nous nous concentrons sur des outils si possible innovants afin de leur donner un nouveau souffle. Cela implique qu’il ne s’agit pas de repartir de zéro – dans le HLC comme dans le PLUi il est toujours question d’un zonage in fine – mais d’améliorer le dispositif, soit en augmentant le niveau de détail, soit en lui adossant d’autres techniques propres à favoriser un glissement de la planification vers la médiation territoriale. Niels Dabaut expérimente les potentialités d’un système d’information géographique (SIG) participatif (Public Participation Geographic Information System – PPGIS), ayant pour objectif de diversifier les sources des bases SIG interactives qui abritent les HLC par comtés, en organisant des marches commentées par les habitants eux-mêmes. Il s’aperçoit alors, grâce au couple « walking and talking », que les « paysages historiques » identifiés au préalable dialoguent avec les perceptions habitantes contemporaines. Généralement peu considérées, elles permettent pourtant de les préciser grâce aux commentaires divers qu’ils suscitent.

13Niels Dabaut pointe l’importance d’une mise en situation dans l’espace, qui lui donne accès à des récits inédits : de cette façon les dimensions spatiales et temporelles du paysage sont renseignées en même temps, ce qui autorise ensuite une analyse historique des perceptions, par zones ou par types de personnes.

« This relatively new approach [Public Participation Geographic Information System, PPGIS] is different to more conventional ways of obtaining people’s views on landscape (such as resident surveys, audits or focusing questionnaires) because of its spatially explicit nature », (Dabaut et Carrer, 2020, p. 165).

14Au cours des sorties à Vitré, notre curiosité a surtout été éveillée par les références suivantes : quelles politiques ou décisions publiques seraient relatées, où et quand (tout au long du chemin) ? À quels paysages seraient-elles rattachées ? Est-ce que le PLU tiendrait une place centrale ou annexe parmi elles ?

Figure 3. Le trajet des trois parcours commentés à Vitré et les stations effectuées

Figure 3. Le trajet des trois parcours commentés à Vitré et les stations effectuées

Source : Charlotte Porcq, 2022.

  • 4 Un atelier sur l’architecture en devenir du monastère Saint-Nicolas (2016-2017) et un autre sur le (...)

15Sortie no 1 (figure 3) : L’adjointe au patrimoine de la ville de Vitré nous a fait suivre une boucle partant du monastère Saint-Nicolas en fond de vallée jusqu’au site de l’usine Texier au nord du faubourg du Rachapt, pour revenir au point de départ, en passant par les Tertres noirs. L’excursion s’est achevée par l’ascension de la promenade du Val, le long des remparts de la vieille ville, soit par un bref passage sur la rive gauche de la Vilaine, alors que la majorité des échanges se sont tenus sur la rive droite, soit la partie nord de la commune. Cet itinéraire comporte des tronçons et/ou des lieux couramment repris dans les guides touristiques. Sans faire directement allusion au PLU de 2006 ou à celui de 2020, l’élue a pourtant ciblé des secteurs de projets urbanistiques à court et moyen terme, montrant une sensibilité particulière pour cette échelle, qui est celle de l’opérationnel et de la propriété foncière. Les enjeux paysagers soulevés par ces projets sont traduits par différents outils réglementaires dans le PLU. À la place, ce sont surtout des documents de protection du patrimoine en vigueur ou bien des initiatives de mise en valeur qui sont venus appuyer son discours (figure 6). Nous avons pu bénéficier de l’expérience accumulée au cours des quatre mandats municipaux de l’adjointe, véritable mémoire vivante, dont la famille est en outre engagée dans les affaires de la ville depuis les années 1930. Très attachée à ce que la connaissance du patrimoine au sens large soit partagée, elle insiste sur le caractère vertueux des ateliers universitaires montés en partenariat avec l’École nationale supérieure d’architecture de Bretagne (ENSAB) entre 2016 et 20194, aussi bien pour les futurs actifs du territoire que sont les étudiants, que pour les gestionnaires de la ville de Vitré, qui bénéficient ainsi d’un point de vue extérieur habituellement très éclairant.

16Sortie no 2 (figure 3) : L’une des urbanistes du bureau d’études choisi par la municipalité et les services afin de réaliser le PLU de 2021 nous a conduit le long du fleuve. De façon assez attendue, le PLU est très présent dans son discours et en constitue la trame. L’OAP thématique « vallée de la Vilaine », qui expose un programme de diversification des activités sur un espace naturel jusque-là identifié par le biais des risques d’inondation auxquels il est soumis, est la retranscription quasi exacte de ce parcours (figure 4). C’est donc la structure paysagère formée par un corridor écologique qui est valorisée par l’experte, traduisant ainsi les directives nationales issues des lois Grenelle I et II (2009-2010). Le sixième objectif du Grenelle II expose notamment les avantages offerts par la prise en compte des trames vertes et bleues (TVB), au-delà de la préservation de l’environnement et des paysages. Ils sont « liés aux bénéfices immatériels que l’être humain tire de la nature en termes de bien-être, de loisirs, d’identité et donc à une demande croissante d’espaces de nature accessibles à tous » (Club PLUi en ligne). Des références à d’autres documents ont néanmoins ponctué le trajet et permettent de contextualiser aussi cet extrait du PLU dans une histoire locale, en montrant comment l’intérêt des aménageurs à Vitré est « descendu » en fond de vallée (2018-2020), après avoir été focalisé sur les coteaux nord et sud (1994-2013), puis les ruptures de pente (2013-2018). On remarque que l’urbaniste s’appuie uniquement sur des documents de diagnostic ou de projet de territoire, ou encore de planification, qui constituent en quelque sorte le porter à connaissance communal dont elle doit s’imprégner avant de monter le PLU (figure 6).

Figure 4. Extrait de l’OAP thématique « vallée de la Vilaine » du PLU de Vitré, 2020

Figure 4. Extrait de l’OAP thématique « vallée de la Vilaine » du PLU de Vitré, 2020

Séquence no 2 : la vallée patrimoniale.

Source : PLU de Vitré, dossier d’OAP, 2020, p. 13.

17Sortie n3 (figure 3) : La dernière visite guidée nous a permis de suivre le directeur du service Aménagement du territoire, mobilité et logement, service mutualisé entre la ville de Vitré et Vitré communauté. Cette visite s’est scindée en deux phases, la première effectuée à pied autour de l’enceinte du monastère Saint-Nicolas et du site de l’entreprise Aqualeha qui la jouxte, c’est-à-dire le long du chemin des Tertres noirs, et la seconde en voiture, avec des arrêts choisis à la lisière de la zone urbanisée. La partie pédestre est une synthèse des trajets des sorties n1 et n2. Comme l’urbaniste, l’agent de la collectivité a pointé les potentialités offertes par le fond de vallée eu égard aux mobilités, mais il a davantage insisté sur l’opportunité de (re)donner une fonction vivrière aux espaces verts qui se situent le long du cours d’eau. Le fait de réhabiliter pour de bon l’activité maraîchère dans les jardins du monastère permettrait de renouer avec l’histoire des lieux et d’agir de concert sur le paysage et le patrimoine. Comme l’élue, il s’est montré sensible à la valorisation des points de vue depuis le talus nord sur le château. Plus précisément, c’est le profil topographique de ce promontoire rocheux, coiffé de l’édifice défensif et surplombant la Vilaine, qui lui paraît digne d’être exploité afin de symboliser l’identité paysagère de la commune (figure 5).

Figure 5. Le château de Vitré, édifié sur un promontoire rocheux en bordure de Vilaine, février 2020

Figure 5. Le château de Vitré, édifié sur un promontoire rocheux en bordure de Vilaine, février 2020

Source : Charlotte Porcq, février 2020.

18Ce mode de perception des paysages par le relief nous est apparu encore plus distinctement dans la partie véhiculée du parcours, qui reprend l’itinéraire d’une sortie en bus avec les élus datant du printemps 2018. Le technicien, qui était également le guide en 2018, a ciblé des postes d’observation sur des points topographiquement élevés, pour illustrer la problématique des limites de l’urbanisation et des percées visuelles sur le centre ancien. Il a d’ailleurs justifié cet intérêt marqué pour le terrain par sa formation de géographe. Il a axé son discours sur le traitement de la transition entre zone bâtie et zone agricole, cette problématique d’aménagement ayant traversé son expérience professionnelle de plus de vingt ans à la mairie de Vitré. Depuis les années 2000, celle-ci s’est manifestée à plusieurs reprises, sous des angles un peu différents : la mise en scène des entrées de ville, le thème de la nature et du paysage en ville, le soin à apporter aux franges urbaines. Dans le PADD du PLU de 2020, le directeur du service Aménagement a souhaité dessiner les limites topographiques et infrastructurelles de la ville à ne pas franchir à l’avenir. Bien que ce rempart moderne – l’image est utilisée par le directeur lui-même – semble évident et presque superflu au bureau d’études interrogé sur le sujet, il a paru important à l’agent d’insister sur ces marqueurs paysagers qui agissent comme points de repère pour l’urbanisation de Vitré depuis plusieurs décennies. Ainsi, ces lignes tracées dans le PLU matérialisent le projet à moyen ou long terme, tout autant que la mémoire des réflexions passées.

19Le nouveau PLU est évoqué par le technicien à proportion égale des références plus anciennes, démontrant une action répartie sur les deux fronts du prévisionnel et de l’opérationnel. On s’aperçoit que le nombre d’outils d’urbanisme abordés est moins élevé que dans les deux cas précédents. Cela s’explique éventuellement par le fait que la thématique privilégiée dans la seconde moitié de la sortie n’a jamais fait l’objet d’une planification d’ensemble. Toutefois, il délivre des informations clefs via l’allusion à des dossiers que les autres acteurs n’ont pas évoqués, ou différemment (figure 6). Par exemple, s’il explique que l’AVAP de 2015 a eu peu d’impact sur la redécouverte de la vallée de la Vilaine, le projet des étudiants de l’université Rennes 2 (Diaz et al., 2018) est présenté comme le véritable tournant dans cette reconquête, en sensibilisant cette fois-ci réellement les élus.

Figure 6. Schéma de répartition des dossiers de natures diverses cités en référence par les trois acteurs lors des sorties terrain

Figure 6. Schéma de répartition des dossiers de natures diverses cités en référence par les trois acteurs lors des sorties terrain

Source : Charlotte Porcq, 2022.

20Les trois échanges menés sur le terrain illustrent le fait que le paysage, tel qu’il est traité dans le PLU de Vitré – et par extension dans les PLUi – ne peut se comprendre sans les références faites à d’autres cadres d’action, qui lui sont antérieurs ou contemporains et qui le situent par rapport à d’autres enjeux. Ces données confirment le besoin de situer le PLU dans un récit plus large, d’où le storymapping. Une histoire de la prise en compte du paysage se dessine, à travers des points de référence, stratégiquement positionnés dans l’espace. L’échelle de contextualisation, de même que les dynamiques et les formes suggérées par le discours sont fonction de l’acteur qui les relate. Il y a donc matière à réaliser des storymaps mais comment les construire ? Comment peuvent-elles dépasser le simple Compte rendu que nous venons de dresser pour accéder au statut d’outil d’aide à la décision ?

Les storymaps, un vecteur de valorisation des résultats de la thèse et un outil pour faire vivre les PLUi des territoires

21Le storymapping reprend le concept de base du webmapping. Il s’agit d’un outil de cartographie en ligne, permettant d’associer des contenus multimédias à des points localisés dans l’espace (textes, photographies, vidéos, infographies, liens hypertextes). Les storymaps vont plus loin car elles autorisent la création de récits spatialisés à partir de lieux qui ne sont plus seulement des points de référence mais des étapes d’une histoire. On recense sur Internet des exemples de storymaps, qui se prêtent à une présentation interactive de projets de paysage (projet « Vallée de la Vilaine » de Rennes métropole), voire même de diagnostics de territoire élaborés dans le contexte des PLUi (Atlas cartographique de la commune de Zetting).

22La solution du storymapping, dans le cadre de ce travail, a émergé grâce au dialogue établi avec le service Connaissances et dynamiques territoriales de la région Bretagne, à travers son chef de projet informatique et SIG. Lui et ses équipes ont d’abord développé un outil classique de webmapping appelé Kartenn, qui sert notamment de base de données géoréférencées à l’Inventaire du patrimoine breton. Ils ont également conçu Kartenn story, qui propose d’introduire en plus un sens de lecture entre les points. Kartenn story a déjà été mis à contribution afin de retracer les effets de certaines politiques publiques (« Parcours européens » : actions subventionnées par des fonds européens en Bretagne) mais pas encore en vue de soutenir la partie réglementaire d’un PLUi. Face aux défis soulevés par nos analyses, le choix de Kartenn story a été définitivement arrêté en partenariat avec les directrices de l’aménagement de deux des quatre EPCI enquêtés. Cette décision collective légitime de fait le besoin de construire une narration autour du document de planification, vue comme un moyen d’y introduire la dimension paysagère. Elle pose aussi la question de la « publicisation » (Pertuso, 2020, p. 99) d’un document juridique dont la consultation est déjà publique (en mairie ou sur le Géoportail de l’urbanisme), mais qui n’est habituellement pas pris en charge par les technologies du Web 2.0. Si le PLUi n’est jusque-là pas soumis au mouvement général de storytelling que popularisent les réseaux sociaux, la storymap n’est pas sans évoquer le format bien connu des stories, tout en faisant apparaître des atouts évidents pour la vulgarisation du droit et de l’action publique locale.

23L’application Kartenn story comporte une partie cartographique à gauche, et un bandeau à droite qui permet d’afficher le contenu que l’on souhaite associer aux points localisés sur la carte (figure 7). Cette visualisation est obtenue grâce au versement d’une couche de points au format GeoJSON, préalablement constituée sur un logiciel de SIG, sur une plateforme gérée en accès fermé par la région Bretagne. Il est donc nécessaire de disposer d’un identifiant fourni par les informaticiens, ce qui restreint le nombre d’utilisateurs aux techniciens de la région et aux chercheurs liés par un partenariat avec elle. L’usage n’en est donc pas (encore) déployé à l’échelle des EPCI bretons, au contraire de Kartenn. Chaque colonne de la table attributaire de la couche SIG sert à alimenter un champ de la storymap (sous-titres, ordres des étapes et titres, liens vers les images, textes, renvois vers des pages Internet), au moyen des lignes de code directement entrées sur la plateforme par les concepteurs de l’application, si bien que nous n’avons pas eu à les modifier. Il suffit juste de renseigner le nom de chaque storymap dans ces fichiers de configuration, afin que ces derniers aillent puiser dans la table attributaire correspondante et que les bons contenus apparaissent à l’écran.

Figure 7. Extrait d’une storymap réalisée par nos soins

Figure 7. Extrait d’une storymap réalisée par nos soins

Étape no 3 : les Tertres noirs, point d’observation fréquenté lors de la sortie n1 avec l’élue. Le sens général de cette storymap est en revanche influencé dans une plus large mesure par le récit du bureau d’études.
La navigation s’opère via les punaises sur la carte, qui renvoient chacune à une étape de l’histoire, numérotée en haut à droite de la fenêtre, ou via les flèches en bas à gauche, qui font défiler ces mêmes étapes dans l’ordre, un peu comme les pages d’un livre.

Mettre en récit une histoire de l’aménagement des paysages à travers des storymaps

Trois storymaps volontairement proches de la déclinaison des axes du PADD par secteur

  • 5 L’action paysagère (Davodeau, 2021) est ici entendue comme la transformation du paysage dans le cad (...)

24Sur la carte qui résume notre enquête et recense les points de référence collectés (figure 3), nous avons utilisé des points colorés afin de distinguer les « réponses » des trois acteurs interrogés (élue, membre d’un bureau d’études, technicien de la collectivité). Nous aurions ainsi pu élaborer une storymap pour chacun d’eux. Or, bien que l’analyse de leurs représentations personnelles soit intéressante pour le chercheur, la synthèse des points de vue est certainement plus enrichissante pour les lecteurs les plus « habituels » du PLU – habitant, pétitionnaire, instructeur ou élu. Nous concevons les storymaps comme des supports dynamiques, apportant des informations supplémentaires par rapport au PLU finalisé, une sorte de making-of de sa production. Rappelons que nous avons posé cette mémoire du processus d’élaboration comme une des conditions du passage à l’action paysagère5 (cf. introduction). Il s’agit maintenant de trouver une méthode satisfaisante pour la mettre en récit, afin qu’elle nourrisse les décisions futures. Pour cela, en sus de la cohérence narrative, il faut faciliter le report des storymaps au PLU et inversement, au risque pour les premières d’être déconnectées et par conséquent peu utilisables et surtout utilisées. En effet, le but n’est pas de créer un nouveau document en parallèle du PLU, mais un outil pour le faire vivre.

25Cette mission nous met face à un double défi. Tout d’abord, à partir de plusieurs mémoires individuelles, il s’agit de construire une mémoire collective. Maurice Halbwachs explique que la mémoire collective ne peut exister que si le groupe qui la porte la fait encore vivre, grâce à des « points de contact » entre la mémoire individuelle et celle des autres (Halbwachs, 1950, p. 63). Dans notre cas, le point de contact entre la mémoire de ceux qui traduisent et de ceux qui interprètent le paysage dans le règlement d’urbanisme est le PLU, quand bien même les décideurs rencontrés ne l’évoquent pas.

26Ensuite, il est question de mettre en lien cette mémoire avec la version approuvée du PLU soit, dit autrement, de confronter un texte et ses sources. Paul Ricœur envisage la mémoire comme la base « du témoignage et de l’archive, [qui sont] les ressources fondamentales de l’histoire » (Reagan, 2008, p. 175). L’historien produit un texte historique grâce à des sources, qui sont de l’ordre de la mémoire nous dit-il, ce n’est donc qu’à l’issue de son travail qu’il se retrouve dans notre situation, c’est-à-dire en présence des deux à la fois, matière première et produit fini. Néanmoins, puisque Ricœur envisage un continuum de la mémoire jusqu’à l’écriture historique, il est éclairant pour nous de savoir ce qu’il place à mi-chemin de ces deux pôles afin de donner naissance à un dialogue entre eux (i.e. la storymap). « Entre la mémoire et l’écriture historique, [il insère] le temps et l’espace historiques » (ibid., p. 169), qu’il matérialise respectivement à travers le calendrier et la construction de l’architecte. Ces artefacts se situent aux confins du vécu et du scientifique (temps cosmique et espace géométrique), tout en ne relevant ni de l’un ni de l’autre. Conformément à ces exemples, nous choisissons donc des trames narratives pour nos storymaps qui soient suffisamment partagées par les acteurs, tout en étant orientées. Dans le PLU, le PADD expose le projet de territoire et fournit des axes thématiques, sur lesquels nous pouvons appuyer le récit des storymaps. Le PADD du PLU de Vitré comporte en l’occurrence trois cartes qui spatialisent ces thèmes d’aménagement, sur lesquels nous alignons facilement nos trois storymaps :

  • 6 Un point peut être utilisé dans plusieurs storymaps, tant qu’il alimente la ou les relation(s) spat (...)

27Les points de référence inventoriés lors des sorties sont répartis entre ces trois storymaps6, qui sont en quelque sorte le négatif ou « l’empreinte mémorielle » des axes du PADD (figure 8). Fidèle à l’esprit du storymapping qui permet de créer un récit construit, la narration respecte la chronologie des références fournies – l’exactitude des dates a été vérifiée – selon la thématique traitée. Cependant, comme nous n’avons pas voulu faire des storymaps la simple retranscription des sorties sur le terrain, ce n’est pas l’ordre donné par les trajets qui est retenu. Enfin, en dépit des bornes chronologiques indiquées, qui ne se recoupent pas totalement, ces storymaps sont indépendantes et il n’existe pas d’ordre de lecture entre elles. Il nous reste maintenant à préciser dans quelles temporalités nous souhaitons inscrire leur usage.

Figure 8. Les points d’étape des trois storymaps

Figure 8. Les points d’étape des trois storymaps

Source : Charlotte Porcq, 2022.

Utilisation des storymaps pour l’application du PLU (0-12 ans)

28Une fois constituées, comment les storymaps peuvent-elles être utilisées ? Nous faisons l’hypothèse que les avantages à court terme se manifestent dès l’approbation du PLU et pendant toute sa période de validité, qui s’élève en moyenne à 12 ans.

29Les storymaps aident à comprendre et justifier les orientations ou les règles du PLU, au moment de l’instruction des permis de construire et d’aménager. Bien sûr, elles ne remplacent pas les points de référence ni les dynamiques paysagères portés par les énoncés du PLU eux-mêmes, mais elles y remédient lorsqu’ils sont absents ou trop implicites. Rappelons que l’entrée est directement possible par les points, donc il suffit de regarder si la storymap comporte des indications sur le secteur concerné par les opérations d’urbanisme en cours. La consultation de la carte est également un moyen de rapprocher des espaces a priori peu connectés, par l’intermédiaire des liens qui sont tissés entre eux dans la storymap. Cela signifie qu’elle encourage à une vérification plus poussée de la bonne intégration du projet, non seulement dans son environnement géographique, mais eu égard à l’histoire que les aménagements, et les lieux à travers eux, sont censés raconter. La storymap clarifie le paysage que les acteurs publics veulent modeler. Même dans le cas où le règlement du PLU est bien conçu, la storymap propose une contextualisation de ses prescriptions par rapport aux décisions passées et aux aspirations futures :

  • Tout d’abord, le texte associé aux points précise et argumente le sens de l’histoire. « L’aménagement de la vallée de la Vilaine à Vitré (1994-2020) » commence par avancer les preuves du désintérêt pour les bords de Vilaine, bien qu’elle se situe au premier plan des cônes de vue valorisés par les élus et les experts. La storymap se conclut par des perspectives d’avenir que le PLU rend possibles mais qui ne sont pas encore advenues en 2020 : l’exploitation vivrière de la vallée.

  • Ensuite, il est possible de renvoyer à des dossiers entiers, hébergés sur d’autres sites, comme le plan de valorisation de l’architecture et du patrimoine (PVAP, ex-AVAP). Ainsi, les storymaps jouent un rôle de bibliothèque ou de catalogue de données en ligne, de mise en lien des informations. Il s’agit d’une fonctionnalité non négligeable quand on sait que les études de diagnostic réalisées par des étudiants ou des bureaux d’études finissent souvent dans des placards alors qu’elles capitalisent des savoirs précieux et des propositions déjà formulées dans le passé. La transmission de ces savoirs et mémoires peut éviter bien des dépenses ultérieures en études redondantes et portes réouvertes.

30Les storymaps favorisent aussi le dialogue entre acteurs en interne au sein des services de la ville, elles jouent un rôle de passage de témoin dès lors qu’un des concepteurs du PLU en vigueur se retire ou est remplacé, et en cas de modification ou de révision simplifiée du PLU. Même s’il arrive qu’un bureau d’études soit missionné plusieurs fois par une municipalité sur des dossiers différents, le premier « départ » concerne en général les urbanistes et autres experts. Or, ce sont eux qui se sont chargés de rédiger le PLU pendant plusieurs années et qui ont donné forme, en son sein, aux attentes des acteurs publics, de l’État jusqu’aux élus communaux (figure 7). De la révision « allégée » à la simple mise à jour du PLU, les storymaps sont là pour guider les choix tout en respectant le paysage. Ce contexte d’utilisation des storymaps est d’autant plus parlant pour Vitré que depuis notre enquête, l’équipe municipale a été remplacée et le directeur du service Aménagement du territoire, Mobilité et Logement a été embauché par une autre mairie en Bretagne, extérieure à Vitré communauté. Au total, les trois acteurs auprès de qui nous avons obtenu des entretiens ne sont plus en charge des affaires de la ville. En particulier, « L’aménagement de l’interface ville/campagne à Vitré (2000-2020) » contient des points de référence et une narration ayant une valeur pour l’ex-agent de la collectivité. C’est donc l’évolution de la philosophie d’urbanisation de ces espaces sur 20 ans qui risque d’être perdue à son départ.

31Peu importe que l’application, la révision ou la modification du PLU ne ciblent pas directement une zone recensée dans la storymap. Celle-ci n’a d’ailleurs pas vocation à être exhaustive. Les quelques repères ponctuels dont on dispose servent de prises et d’articulations pour prolonger l’histoire qu’ils racontent.

Utilisation des storymaps au-delà de la période de validité du PLU (12-50 ans)

32À plus long terme, les storymaps témoignent de(s) perception(s) du paysage à partir de la(des)quelle(s) le PLU s’est appuyé, ainsi que des évolutions qu’il y a apportées. Ce processus est analysé et traduit grâce aux sous-titres qui précèdent le nom de chaque étape, en haut du bandeau qui s’affiche à droite de la page Internet (figure 7 : « Les covisibilités patrimoniales »). Il sert à cerner l’esprit global du PLU par rapport à des séquences de l’aménagement du territoire antérieures, tandis que ses orientations de base vont elles-mêmes être modifiées au moment de la prochaine révision générale. Si l’on admet que le PLU puisse acquérir le statut d’archive une fois révoqué, alors il mérite d’être consulté dans cette même optique, au-delà de la vingtaine d’années durant laquelle il est susceptible de demeurer dans la mémoire des élus et des techniciens, et de continuer à influencer les décisions. Vu sous cet angle, le PLU appartient à une histoire de l’aménagement plus longue, et peut être étudié à travers les ruptures et/ou les permanences qui animent cette chronologie. Cette distanciation est propice à la (re)découverte de motifs très prégnants dans la perception des paysages locaux.

33Lorsque des points sont communs à plusieurs storymaps, à plusieurs témoignages d’acteurs, ou encore lorsqu’ils opèrent une transition décisive au sein d’une storymap, cela signifie qu’ils ont un rôle de moteur dans l’histoire de la prise en compte des paysages. Ces trois possibilités s’ancrent dans la dualité – sans ambiguïté – entre point d’observation (les sites d’où l’on voit) et point de vue (ce qui est vu). Les premiers – ceux qui sont recensés sur les storymaps comme points de référence – sont communs, cependant ils sont à l’origine d’expériences différentes, ce qui leur confère cette fonction de pivot entre enjeux, acteurs, et séquences d’aménagement. La subjectivité du point de vue est pleinement assumée, tant que l’endroit d’où il naît apparaît comme une base solidement ancrée au sol, qui peut être fréquentée tour à tour sans que la diversité des discours qui s’y tiennent ne soit un problème. Le site des Tertres noirs est assez exceptionnel car il revêt cette valeur de moteur ou de pivot dans les trois situations ci-dessus identifiées (figure 6). Non seulement il semble être le lieu de la carte postale, c’est-à-dire de la « prise de vue » par excellence (Allain et al., 2009), mais il est présent dans deux de nos storymaps. Dans « Les liens nord-sud et leurs impacts sur les choix d’aménagement à Vitré (2006-2020) », il fait le lien entre la phase des « covisibilités patrimoniales (2006-2015) » et des « liens nord-sud au quotidien (2010-2020) » (figure 8). Enfin il est fréquenté aussi bien par l’adjointe au patrimoine que par le bureau d’études, dans deux optiques différentes : préserver un poste d’observation sur le château en rebord de relief de toute urbanisation nouvelle, ou mettre en relief l’accès privilégié à la Vilaine tel qu’il se dessine sous l’œil de l’observateur, depuis les quartiers d’habitation qui se situent juste au nord. C’est d’ailleurs ce double enjeu qu’il recouvre dans l’Atlas des paysages d’Ille-et-Vilaine (figure 9). D’une manière générale, ce point de repère est au cœur du dialogue entre « le remarquable » et « l’ordinaire » à Vitré.

Figure 9. Extrait de l’Atlas des paysages du département d’Ille-et-Vilaine (2015)

Figure 9. Extrait de l’Atlas des paysages du département d’Ille-et-Vilaine (2015)

Source : Atlas des paysages d’Ille-et-Vilaine, 2015, site internet du département d’Ille-et-Vilaine, https://paysages.ille-et-vilaine.fr/​.

34Lorsque le groupe de points rassemblés dans une storymap compose une forme singulière, ils sont autant d’indices d’une certaine manière de voir la ville. Par exemple, « L’aménagement de l’interface ville/campagne à Vitré (2000-2020) » fournit des preuves d’une survivance dans les imaginaires de la ville dans ses remparts. La cité, suffisamment circonscrite dans l’espace, peut être vue depuis des promontoires ou des lignes de crête. La sixième et dernière étape révèle tout de même une inflexion dans cette perception, due à l’intérêt pour les entrées de ville, que les aménageurs s’appliquent à « mettre en scène » dans le contexte de l’extension de l’urbanisation (figure 8, étape no 2). Elle montre que le cœur de ville est identifié depuis ces zones d’interface (étape n6). Cette appréhension de l’espace est celle de l’usager en voiture s’acheminant progressivement vers le centre et le découvrant « à travers une alternance des formes […] et des rythmes » (Debroux et Decroly, 2017, p. 17). Là encore, nos sources sont singulières parce qu’elles ne concernent ni les limites réelles de Vitré, ni des bornes rêvées (Bourdin et al., 2015). Elles pourraient donner lieu à une nouvelle catégorie à la charnière des deux car elles matérialisent des frontières, tracées à partir de phénomènes observables actuellement, mais aussi de préfigurations contenues dans le projet de territoire, à visée prospective.

35Lorsque le point est successivement le site d’où l’on voit et ce qui est vu, alors le linéaire virtuellement tracé dans l’espace entre les deux mérite certainement que l’on s’y penche plus assidûment, de sorte à montrer en quoi cette tension dynamique est peut-être le reflet d’un système spatial sous-jacent. Nous avons en effet été amenées à considérer « Le cône de vue d’où viennent les Anglais » depuis le château, d’une part, et depuis la lisière de la zone urbanisée, d’autre part (figure 10). Celui-ci constitue d’ailleurs la dernière percée sur la cité médiévale depuis les franges de la ville contemporaine, et cet argument s’est révélé utile afin de créer une zone NP qui la matérialise et la protège le plus strictement possible dans le zonage du PLU. La mention de ce point de référence nous a intriguées à chaque reprise puisque les acteurs qui l’ont cité de façon amusée se sont interrogés sur cette précision qui leur paraît relever davantage du légendaire que d’un fait historique avéré :

« Je ne vois pas pourquoi ils seraient venus de par là-bas, mais pourquoi pas » (entretien du 12 mars 2020).

Or, une étude archéogéographique des réseaux de circulation à l’époque médiévale pourrait tout à fait s’appuyer sur cet indice, afin de tirer la situation au clair, car elle a coutume de travailler à partir d’indications toponymiques ou même de représentations contemporaines de l’espace (Lavigne, 2014).

Figure 10. « Le cône de vue d’où viennent les Anglais » depuis la limite nord-ouest de la zone urbanisée, juin 2021 (sortie no 3)

Figure 10. « Le cône de vue d’où viennent les Anglais » depuis la limite nord-ouest de la zone urbanisée, juin 2021 (sortie no 3)

Source : Charlotte Porcq, juin 2021.

36Dans les cas de figure exposés ci-dessus, les punaises qui jalonnent les trois narrations acquièrent un statut de points de repère, dans un récit qui s’étend au-delà de la période de validité du PLU. Afin de les valoriser dans les storymaps, il serait pertinent de mettre en place une carte qui cumule les trois parcours, sur laquelle les points de jonction seraient rendus visibles. Cette carte permettrait un autre mode d’accès aux contenus multimédias, par degré d’importance ainsi que nous le suggérons ici, ou par thématiques transversales. L’outil Kartenn story est une entrée méthodologique riche en possibles développements.

Conclusion

37Il nous semble que ce premier essai de storymapping, dont nous avions l’intuition qu’il pouvait servir à la mémorisation des processus de planification territoriale, nous a également montré que la mise en récit est une dimension importante afin de recontextualiser les PLUi dans des horizons spatiaux, temporels et thématiques plus vastes. En somme, l’outil traduit les perceptions des acteurs de l’aménagement, utiles en vue d’interpréter le PLUi. Étant donné que ce travail exploratoire se situe en ouverture de la thèse, nous avons pour l’heure formulé des hypothèses d’utilisation des storymaps, selon des modalités et des échéances variées. Les perspectives à creuser, dans le prolongement de la thèse, sont donc les suivantes : effectuer un retour auprès des services de la mairie de Vitré et voir si ces storymaps sont bien accueillies, éventuellement les faire évoluer selon les suggestions émises, et tester leur application concrète dans plusieurs contextes (instruction du droit des sols, commission urbanisme, modifications du PLUi…).

38Les limites des storymaps dont nous effectuerons le versement définitif à l’issue de la thèse, afin qu’elles soient mises à disposition de la ville de Vitré et de la région Bretagne, concernent essentiellement l’évolutivité de l’outil. Nous considérons en effet que les storymaps doivent pouvoir être enrichies au gré des modifications et des révisions du PLU, et nous souhaitons que leur nombre puisse être multiplié en fonction des besoins. Néanmoins la prise en main de Kartenn story n’est pas des plus simples pour les non-initiés aux SIG et aux rudiments du codage. Malgré tout, il serait envisageable de produire une notice méthodologique détaillée à destination des acteurs, si la région souhaite conduire les quelques optimisations nécessaires à une utilisation facilitée. Pour rappel, Kartenn story a été développé de manière expérimentale par les techniciens de la région Bretagne et n’avait pas vocation au départ à servir des projets opérationnels tels que le nôtre.

39Si nous avons choisi de présenter les avantages offerts par le storymapping dans le cadre des temporalités de la planification territoriale, il en existe de nombreux autres. L’inscription du PLUi dans l’univers des humanités numériques ne contribue pas seulement à rendre sa lecture plus dynamique et son application plus respectueuse des dynamiques paysagères, elle le confronte à d’autres champs du savoir qui se tournent également vers les innovations du numérique afin de mieux comprendre leurs objets. Le développement de notre propos a réaffirmé à quel point nous concevons les storymaps aussi bien comme des outils d’aide à l’action publique (leviers opératoires), que comme des outils puissants d’analyse des représentations paysagères (outils heuristiques). En premier lieu, ils se veulent des instruments de suivi efficaces qui œuvrent dans le sens de la continuité des politiques publiques. En second lieu, ils nous semblent ouvrir vers la question générale et transdisciplinaire de la mémoire, tant du point de vue du rapport qui s’établit entre la mémoire et l’espace dans l’esprit humain, et de la place occupée par le paysage dans cette relation, que des techniques qui visent à collecter et sauvegarder cette mémoire. Le programme Collecta conduit par Anne Ritz-Guilbert et Sophie Fétro, ayant pour dessein de numériser et de réunir sur une même plateforme numérique la collection de François-Roger de Gaignières (1642-1715), tout en restant fidèle aux méthodes de classement du collectionneur, répond par exemple à ce double chantier de recherche.

L’accès au terrain et aux acteurs de la ville de Vitré a été grandement facilité par Sarah Girona en 2020, alors en stage de fin d’études à la DREAL Bretagne (Girona, 2020), que nous remercions.

Nous souhaiterions également remercier nos trois guides, qui ont partagé leur regard sur Vitré avec enthousiasme au cours des promenades commentées.

Haut de page

Bibliographie

Atlas des paysages de l’Ille-et-Vilaine, 2014, URL : https://paysages.ille-et-vilaine.fr/

Biase, A. de, et Chabard, P. (dir.), 2020, Représenter : objets, outils, processus, Paris, Éditions de la Villette.

Bories, Y., 2018, « Plaidoyer pour des PLUi “relations” », Urbanisme, no 408, p. 54-56.

Bourdin, S., Paoli, M., et Reltgen-Tallon, A., (dir.), 2015, La Forme de la ville, de l’Antiquité à la Renaissance, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Bourget, É., 2011, « Télédétection et atlas de paysages : approche multiscalaire des paysages en Bretagne », thèse de doctorat, université Rennes 2, URL : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00670229.

Caquard, S., Cartwright, W., 2014, « Narrative cartography : From mapping stories to the narrative of maps mapping », The Cartographic Journal, no 51, p. 101-106, URL : https://www.researchgate.net/publication/272307262_Narrative_Cartography_From_Mapping_Stories_to_the_Narrative_of_Maps_and_Mapping

Convention européenne du paysage, 2000, Florence, URL : https://www.coe.int/fr/web/landscape.

Dabaut, N., Carrer, F., 2020, « Historic Landscape Characterisation : Technical Approaches beyond Theory », Landscapes, vol. 21, no 2, p. 152-167, URL : https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/14662035.2020.1993562

Dabaut, N., 2021, « Landscape character and public perception : a participatory Historic Landscape Characterisation in Northumberland », thèse de doctorat, université de Newcastle.

Davodeau, H., 2021, L’Action paysagère : construire la controverse, Versailles, Éditions Quae.

Debroux, T., Decroly, J.-M., 2017, « Quand on arrive en ville. Balises pour une lecture multiple de l’entrée en ville », dans Debroux, T., Vanhaelen, Y., et Le Maire, J., (dir), L’Entrée en ville. Aménager, expérimenter, représenter, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, p. 12-24.

Diaz, I., Leroy, A., Roulaud, L. et Tual, V., 2018, « Atelier universitaire de la vallée de la Vilaine », master AUDIT, université Rennes 2.

Girona, S., 2020, « Du couvent en héritage. Perspectives de reconversion du monastère Saint-Nicolas de Vitré », projet de fin d’études, École de Chaillot, URL : https://portaildocumentaire.citedelarchitecture.fr/pdfjs/web/viewer.html?file=/Infodoc/ged/viewPortalPublished.ashx?eid%3DIFD_FICJOINT_0000628

Guittet, C., 2016, « Pour une meilleure intégration des Observatoires photographiques du paysage dans la gouvernance territoriale (exemple de la région Bretagne) », thèse de doctorat, université Rennes 2, URL : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01426376

Halbwachs, M., 1950, La Mémoire collective, Paris, Presses universitaires de France.

Joliveau, T., 2004, « Géomatique et gestion environnementale du territoire. Recherche sur un usage géographique des SIG », mémoire d’habilitation à diriger des recherches, vol. 1, université de Rouen, URL : http://thierry.joliveau.pagesperso-orange.fr/HDR.html

Lavigne, C., 2014, « De la mémoire des formes dans l’aménagement de l’espace urbain. L’exemple du projet [Re]Centres à Bordeaux », Les Nouvelles de l’archéologie, no 136, p. 23-29, mis en ligne en janvier 2016, URL : https://journals.openedition.org/nda/2491 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.2491

Nerhot, P., 1990, « L’interprétation en sciences juridiques. La notion de cohérence narrative », Revue de synthèse, no 111, p. 299-329.

Pertuso, F., 2020, « Quand dire c’est faire la ville. Projet urbain et mise en récit », dans Biase, A. de, et Chabard, P., (dir.), Représenter : objets, outils, processus, Paris, Éditions de la Villette, p. 99-113.

Pichot, D., Lagier, V. et Allain, G., 2009, Vitré, histoire et patrimoine d’une ville, Paris, Somogy/Éditions d’art.

Plan local d’urbanisme de Vitré, 2020, URL : https://www.mairie-vitre.com/Plan-local-d-urbanisme.html

Reagan, C., 2008, « Réflexions sur l’ouvrage de Paul Ricœur : La Mémoire, l’histoire, l’oubli », Transversalités, n o 106, p. 165-176, URL : https://www.cairn.info/revue-transversalites-2008-2-page-165.htm

Haut de page

Notes

1 Un PLUi est composé d’un rapport de présentation, d’un PADD, d’un dossier d’OAP, d’un règlement graphique, d’un règlement écrit et d’annexes.

2 Aujourd’hui réunis pour former le site patrimonial remarquable (SPR) de Vitré.

3 Ces trois types d’acteurs ont été les principaux interrogés dans le cadre de la thèse (figure 1).

4 Un atelier sur l’architecture en devenir du monastère Saint-Nicolas (2016-2017) et un autre sur le patrimoine urbain du faubourg du Rachapt (2018-2019).

5 L’action paysagère (Davodeau, 2021) est ici entendue comme la transformation du paysage dans le cadre de l’aménagement des territoires.

6 Un point peut être utilisé dans plusieurs storymaps, tant qu’il alimente la ou les relation(s) spatio-temporelle(s) qui y est(sont) décrite(s).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure . Aspects traités par l’article, parmi la méthodologie générale de la thèse
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/28484/img-1.png
Fichier image/png, 277k
Titre Figure 2. Le château de Vitré, surplombant la vallée de la Vilaine au premier plan, et la skyline formée par les trois clochers au dernier plan, juin 2021 (sortie no 3)
Crédits Source : Charlotte Porcq, juin 2021.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/28484/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Titre Figure 3. Le trajet des trois parcours commentés à Vitré et les stations effectuées
Crédits Source : Charlotte Porcq, 2022.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/28484/img-3.png
Fichier image/png, 496k
Titre Figure 4. Extrait de l’OAP thématique « vallée de la Vilaine » du PLU de Vitré, 2020
Légende Séquence no 2 : la vallée patrimoniale.
Crédits Source : PLU de Vitré, dossier d’OAP, 2020, p. 13.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/28484/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
Titre Figure 5. Le château de Vitré, édifié sur un promontoire rocheux en bordure de Vilaine, février 2020
Crédits Source : Charlotte Porcq, février 2020.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/28484/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 474k
Titre Figure 6. Schéma de répartition des dossiers de natures diverses cités en référence par les trois acteurs lors des sorties terrain
Crédits Source : Charlotte Porcq, 2022.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/28484/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 347k
Titre Figure 7. Extrait d’une storymap réalisée par nos soins
Légende Étape no 3 : les Tertres noirs, point d’observation fréquenté lors de la sortie n1 avec l’élue. Le sens général de cette storymap est en revanche influencé dans une plus large mesure par le récit du bureau d’études.La navigation s’opère via les punaises sur la carte, qui renvoient chacune à une étape de l’histoire, numérotée en haut à droite de la fenêtre, ou via les flèches en bas à gauche, qui font défiler ces mêmes étapes dans l’ordre, un peu comme les pages d’un livre.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/28484/img-7.png
Fichier image/png, 233k
Titre Figure 8. Les points d’étape des trois storymaps
Crédits Source : Charlotte Porcq, 2022.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/28484/img-8.png
Fichier image/png, 771k
Titre Figure 9. Extrait de l’Atlas des paysages du département d’Ille-et-Vilaine (2015)
Crédits Source : Atlas des paysages d’Ille-et-Vilaine, 2015, site internet du département d’Ille-et-Vilaine, https://paysages.ille-et-vilaine.fr/​.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/28484/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre Figure 10. « Le cône de vue d’où viennent les Anglais » depuis la limite nord-ouest de la zone urbanisée, juin 2021 (sortie no 3)
Crédits Source : Charlotte Porcq, juin 2021.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/28484/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 689k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charlotte Porcq et Laurence Le Dû-Blayo, « Construire la mémoire du processus d’élaboration des plans locaux d’urbanisme à travers des storymaps, un levier pour la prise en compte du paysage dans l’aménagement des territoires »Projets de paysage [En ligne], 26 | 2022, mis en ligne le 28 septembre 2022, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/paysage/28484 ; DOI : https://doi.org/10.4000/paysage.28484

Haut de page

Auteurs

Charlotte Porcq

Charlotte Porcq est doctorante en géographie à l’université Rennes 2 et membre de l’UMR CNRS 6590 ESO (Espaces et Sociétés). Sa thèse, financée par le conseil régional de Bretagne et l’université Rennes 2, porte sur la prise en compte des paysages dans les politiques publiques sectorielles (SCoT, PLUi). Elle a soutenu un mémoire de master 2 recherche en droit du patrimoine à l’École du Louvre en 2016, intitulé « Pour une archéologie des zones de protection du patrimoine : Dourdan (91), de ville royale à “cité historique” ». Elle a soutenu un autre mémoire de master 2 recherche en archéogéographie à l’EHESS en 2017 « La place réhabilitée de l’eau dans la fabrique urbaine de Dourdan (91) : réflexion sur les enjeux et méthodes d’un apprentissage par le passé ».
charlotte.porcq2708[at]gmail[dot]com

Laurence Le Dû-Blayo

Laurence Le Dû-Blayo est géographe, maîtresse de conférences HDR à l’université Rennes 2 et membre de l’UMR CNRS 6590 ESO (Espaces et Sociétés). Ses recherches portent sur les paysages bretons et leurs spécificités (paysages de bocage, sous-marins), les méthodes et outils de suivi des paysages (observatoires photographiques, inventaires, indicateurs), leurs politiques publiques de protection, gestion et aménagement (paysage et documents d’urbanisme, paysage et espaces protégés) et leur mise en œuvre (appropriation sociale).
laurence.ledu[at]univ-rennes2[dot]fr
https://perso.univ-rennes2.fr/laurence.ledu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search