Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27Matières premièresLe sol comme socle de la renaissa...

Matières premières

Le sol comme socle de la renaissance paysagère en vallée de l’Orge

The soil as a basis for landscape regeneration in the Orge Valley
Suzelle Hecht, Franck Boittin et Emmanuel Pranal

Résumés

Le Syndicat de l’Orge est un syndicat de rivière et d’assainissement situé au sud de l’agglomération parisienne entre les plateaux du Hurepoix, de la Beauce et de la Brie. Ce territoire constitué de 300 km de cours d’eau varie entre une première couronne urbaine dense puis une seconde où l’habitat se fragmente au profit de larges espaces de cultures et de coteaux boisés. Le Syndicat agit au quotidien pour gérer les eaux dans les vallées de l’Orge et de ses affluents mais aussi pour améliorer le cadre de vie des riverains. La renaturation des cours d’eau, la création de zones d’expansion de crue et de la promenade de l’Orge ainsi que le développement des circulations douces sont autant d’actions menées par le Syndicat pour l’eau. Mais en quoi agit-il aussi pour retrouver la pleine terre, le sol des espaces urbains et périurbains ? L’article propose une prise de recul sur ses actions pour constater les bénéfices sur et pour le paysage avec la renaturation du sol au fil de l’eau. Après avoir défini le vocable et les enjeux du Syndicat, les déclinaisons des actions de planification et opérationnelles sont présentées afin de montrer le lien entre l’eau, le sol et le paysage engendré. Finalement, le travail du Syndicat pour restaurer la pleine terre est un levier pour retrouver l’eau dans la plaine de l’Orge.

Haut de page

Texte intégral

1Le Syndicat de l’Orge, de la Rémarde et de la Prédecelle est un établissement public qui rassemble 65 communes autour d’un objectif commun : la valorisation de la vallée de l’Orge, à travers la reconquête de la qualité de l’eau, la prévention du risque inondation et la restauration des continuités écologiques.

2Les vallées de l’Orge et de ses affluents incisent un territoire sud francilien au carrefour entre les plateaux du Hurepoix, de la Beauce et de la Brie. Dans la continuité de l’agglomération sud parisienne, ce territoire varie entre une première couronne urbaine dense et une seconde où l’habitat se fragmente au profit de larges espaces de cultures et de coteaux boisés. Étant dans un secteur de plaine et de faible pente, l’Orge est un cours d’eau qui présente naturellement des méandres en mouvement grâce aux phénomènes d’érosion et de dépôt. Géographiquement, le Syndicat s’étend depuis les sources de l’Orge, dans les Yvelines, sur la commune de Saint-Martin-de-Bréthencourt, au sud-ouest, jusqu’à la confluence avec la Seine au nord-est à Athis-Mons et Viry-Châtillon. Il couvre un bassin-versant de 65 communes, 10 intercommunalités, comptant 432 000 habitants (Syndicat de l’Orge, 2021).

Figure 1. Localisation du Syndicat de l’Orge dans la région de l’Île-de-France et le département de l’Essonne

Figure 1. Localisation du Syndicat de l’Orge dans la région de l’Île-de-France et le département de l’Essonne

Source : Syndicat de l’Orge, 2022.

Figure 2. Territoire du Syndicat de l’Orge au 10 janvier 2022

Figure 2. Territoire du Syndicat de l’Orge au 10 janvier 2022

Source : Syndicat de l’Orge, 2022.

Figure 3. Géographie physique du territoire du Syndicat de l’Orge, 2022

Figure 3. Géographie physique du territoire du Syndicat de l’Orge, 2022

Source : service SIG du Syndicat de l’Orge, 2022.

3Sa proximité avec l’agglomération parisienne et le développement des infrastructures de transport ont conduit à une urbanisation importante sur la partie nord du territoire du Syndicat de l’Orge. Pour le schéma directeur de la région Île-de-France (SDRIF) actuel, la priorité est donnée à la limitation de la consommation d’espace et à l’optimisation du tissu urbain existant. Ainsi, à l’échelle de la région, les extensions urbaines sont limitées à 1315 ha/an au maximum jusqu’à l’horizon 2030 (Institut d’aménagement et d’urbanisme de la région Île-de-France, 2017, p. 64), bien au-delà de la dynamique du département de l’Essonne dont l’artificialisation au cours de la dernière décennie (2009-2020) s’élève à 205 ha/an (soit plus de 3 100 terrains de foot en 11 ans) (Cerema, 2022b). Les 65 communes du Syndicat de l’Orge ont consommé entre 2009 et 2020 au total 676,5 ha d’espaces naturels, agricoles ou forestiers pour l’urbanisation (soit 1,23 % de son territoire actuel) (Cerema, 2022a). Actuellement, environ 20 % de son territoire sont des espaces urbanisés et artificialisés (Syndicat de l’Orge, 2021).

4Face à l’urbanisation constante (comprenant étalement et densification), les sols sont de plus en plus artificialisés (imperméabilisés, remaniés). L’eau ruisselle sur ces nouveaux sols sans les pénétrer et augmente les risques d’inondation et de pollution ; autant d’enjeux que le Syndicat de l’Orge s’attache à gérer.

Figure 4. Évolution de la tache urbaine depuis le xixe siècle sur le territoire du Syndicat de l’Orge

Figure 4. Évolution de la tache urbaine depuis le xixe siècle sur le territoire du Syndicat de l’Orge

Source : Syndicat de l’Orge, extrait du diagnostic du plan paysage du Syndicat de l’Orge, étude menée par Caudex + Interland + Transitec, 2022.

5Ce syndicat mixte, à la carte, exerce à ce jour les compétences « gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations » (GEMAPI), pour une gestion et un aménagement durables de la vallée de l’Orge et « assainissement » avec le transport, la collecte et l’épuration des eaux usées et pluviales.

6Les interventions du Syndicat de l’Orge sur la vallée ont pour objectif principal la gestion de l’eau, mais en quoi sont-elles liées au sol ? L’eau des rivières, des zones humides, l’eau pluviale, l’eau usée sont visibles grâce à ce qui les entoure, le sol. Lors de projets d’aménagement, plusieurs questions révèlent l’action sur le sol : Quelles sont les interactions entre nappes phréatiques, cours d’eau et zones humides ? Comment laisser plus de mobilité à la rivière pour permettre à la crue de s’étendre ? Ces questions impliquent que, dans chaque projet du Syndicat de l’Orge, la fonctionnalité du sol doit être interrogée. Que faire du sol en cas de déblai ou de remblai ? Quel bouleversement du sol le projet va-t-il engendrer ? Quel va être sa capacité d’accueil pour l’eau ? Ces aménagements valorisent à différents niveaux cette ressource qu’est le sol et participent à la fabrique d’espaces et de paysage singuliers. Ces derniers sont liés à la rivière et au relief qu’elle a créé avec des pentes plus ou moins importantes. Cette topographie a permis aux hommes de s’approprier le fond de vallée à travers l’histoire. Les actions du Syndicat ont ainsi fabriqué des paysages en s’accordant à l’homme avec des éléments qui évoquent la présence de l’eau (le relief, la végétation, l’espace ouvert entre deux zones d’urbanisation).

7Le travail du Syndicat de l’Orge après des années d’aménagement autour de la rivière requiert de la part des chargés de mission une prise de recul sur le paysage créé, modifié, renaturé et son action sur la fonctionnalité des sols, notamment par le prisme de l’eau. Comment un syndicat de rivière et d’assainissement prend en charge le sol et agit sur le paysage, le cadre de vie entre espaces ruraux, périurbains et urbains ?

8Cette réflexion est développée selon plusieurs axes. Un premier axe abordera les définitions de vocables autour du mot sol, un prérequis nécessaire pour comprendre toutes les facettes de la prise en compte de celui-ci. Dans un deuxième axe, la déclinaison de stratégies pour la reconquête des sols et des paysages élaborées par le Syndicat de l’Orge est appréhendée dans une optique prospective. Dans un troisième axe, l’échelle opérationnelle montrera de manière ponctuée la mise en œuvre de ces stratégies sur site. Ainsi, l’étude de deux types d’interventions du Syndicat de l’Orge est menée ici en parallèle : la réflexion en amont du projet et le déroulé au moment de sa réalisation. Enfin, les perspectives de ses actions seront exposées, notamment sur les synergies de moyens avec d’autres acteurs, aménageurs de l’espace.

« L’eau de terre1 »

  • 1 Bailly, 2018.

9Pour commencer, nous reprenons la définition scientifique de Marc-André Selosse, professeur en biologie spécialisé en botanique et mycologie, selon laquelle « le sol est la couche la plus externe de la croûte terrestre située entre substrat géologique (ou roche-mère) et l’atmosphère, qui contient une partie majeure de la biosphère » (Selosse, 2021, p. 464). Pourtant, comme l’évoque ce chercheur, le sol, c’est l’eau. Le sol est une salle d’attente qui retient l’eau puis dégorge lentement. Le sol écrête les crues et soutient l’étiage en libérant l’eau lentement entre deux pluies (Selosse, 2021, 4’ 50” à 5’ 06”). Ainsi, le sol participe au bon fonctionnement des cours d’eau et des milieux humides. C’est donc la ressource principale du Syndicat de l’Orge pour recouvrer un cycle de l’eau fonctionnel et ainsi une bonne qualité de l’eau. Celle-ci est un des objectifs majeurs des syndicats de rivière afin de répondre aux enjeux environnementaux de la directive-cadre européenne sur l’eau (Parlement européen, 2000). Or, la bonne qualité de l’eau s’acquiert en réinstaurant un cheminement de l’eau passant par la pleine terre.

10À ce jour, il n’existe pas de définition partagée de la notion de pleine terre. Cette notion n’a pas été définie par le législateur lors de la promulgation de la loi Climat et Résilience malgré la détermination de l’objectif zéro artificialisation nette (ZAN) (L’Institut Paris Région, 2021). Dans la partie suivante de cet article nous proposerons une définition élaborée à partir du travail mené au sein du service Urbanisme foncier.

11La terre est considérée ici comme une matière constituant le sol, composée de sédiments, d’éléments fins et grossiers provenant d’altération de la roche mère et de la digestion de matières organiques. Sa structure aérée accueille l’air, l’eau et les organismes vivants et permet l’échange de ces éléments avec l’atmosphère.

12Pour comprendre la notion de paysage dans cet article, nous proposons de partir d’observations de Michel Corajoud dans Le paysage, c’est l’endroit où le ciel et la terre se touchent (Corajoud, 2010) où il affirme que « le paysage est un art qui se fonde dans le sol » (Corajoud, 2010, p. 40). Il décrit le sol comme étant un épiderme commun au ciel et à la surface de la terre, comme une couche instable entre ces deux milieux qui s’affrontent dans laquelle la végétation peut se développer. Les limites physiques du ciel et de la surface de la terre sont poreuses, perméables et variables. Cet assemblage d’éléments qui se déterminent mutuellement constitue le paysage. Nous ajoutons à cette notion nos perceptions, les actions naturelles et humaines et leurs interrelations.

13Parmi, les actions naturelles, l’eau joue un rôle fondamental, notamment « dans l’histoire de notre planète, elle a contribué à former le paysage qui nous entoure. Ces eaux, nous devrions les appeler les “eaux de terre” (pour parler de l’eau douce et de l’eau salée), celles qui ont fabriqué le paysage dans lequel nous vivons » (Bailly, 2018, p. 12). Ainsi, l’eau travaille le sol :

« Les rivières écrivent dans le sol […] sur des années et de façon indélébile, comme si elles sculptaient le sol avec pour seul outil la force de l’eau. Le résultat, comme en sculpture, dépend de la nature du matériau que l’eau travaille, si le sol est dur, tendre, s’il est perméable et sujet à des infiltrations » (ibid., p. 42-43).

14Cependant, pour l’Orge, le travail naturel de l’eau est plus difficile car elle est contrainte par les constructions anthropiques qui ne tiennent pas compte des mouvements et des variabilités du paysage que forme le cours d’eau. Le sol peut aussi se définir en trois dimensions comme étant le récipient (en matière de volume), le support (en matière de surface) et le substrat (concernant le matériau) pour l’eau :

« Le lit de la rivière se forme peu à peu en charriant quantité de matériaux qu’elle arrache à ses rives. La rivière est une forme vivante et complexe car d’un côté elle accumule et de l’autre elle dépose » (ibid., p. 43).

15Plusieurs processus naturels sont à l’œuvre grâce à l’eau : l’érosion, le transport et la sédimentation. Le sol de la rivière est constamment en mouvement, crée lentement de nouvelles formes et interactions, donc un nouveau paysage.

Figure 5. Description du sol et positionnement de l’eau de l’Orge par rapport au sol

Figure 5. Description du sol et positionnement de l’eau de l’Orge par rapport au sol

Extrait d’un forage pour une étude géotechnique sur le sol de l’Orge à Saint-Germain-lès-Arpajon.

Source : extrait du rapport SAGA groupe Ingénierie, pilote de l’opération : Laura Rodrigues, Syndicat de l’Orge, 2020.

Figure 6. Carottage du sol de l’Orge entre 0 et 3 m de profondeur, à Saint-Germain-lès-Arpajon

Figure 6. Carottage du sol de l’Orge entre 0 et 3 m de profondeur, à Saint-Germain-lès-Arpajon

Source : extrait du rapport SAGA groupe Ingénierie, pilote de l’opération : Laura Rodrigues, Syndicat de l’Orge, 2020.

16Ainsi, cet article propose de retrouver le sol, en considérant la rivière comme fil conducteur, à travers plusieurs domaines d’intervention du Syndicat dans le but de restaurer le cycle naturel de l’eau.

Des planifications multiples pour la reconquête des sols, de l’eau et du paysage de la vallée

17Même si le Syndicat de l’Orge ne possède pas la compétence urbanisme, il influe sur l’aménagement du territoire par l’inscription des enjeux liés à l’eau et les objectifs stratégiques qu’il poursuit. Pour cela, le service Urbanisme foncier agit et soutient les collectivités adhérentes.

18Afin d’atteindre ses objectifs, le Syndicat de l’Orge a marqué une ambition forte d’acquisition foncière depuis plusieurs décennies. En 2013, il s’est doté d’une stratégie foncière afin d’établir un ordre de priorité des terrains à maîtriser. Les critères de choix principaux étaient la proximité avec la rivière, l’occupation du sol et les enjeux d’inondation. Depuis 2022, une stratégie foncière sur l’ensemble du territoire a été basée sur plusieurs critères de choix des parcelles où la maîtrise foncière est importante pour le Syndicat de l’Orge. L’occupation du sol, les éléments paysagers liés à l’eau et la proximité à la rivière font partie des critères qui influent sur le sol.

Figure 7. Extrait de la carte de la stratégie foncière du Syndicat de l’Orge sur la commune de Villemoisson-sur-Orge

Figure 7. Extrait de la carte de la stratégie foncière du Syndicat de l’Orge sur la commune de Villemoisson-sur-Orge

Source : Syndicat de l’Orge, 2022.

19Le service Urbanisme foncier accompagne les communes et intercommunalités lors de l’élaboration de leurs documents de planification d’urbanisme. Des propositions sont faites sur les zonages, les textes réglementaires liés aux zones humides et cours d’eau, à la gestion du risque et des eaux pluviales. Cela passe notamment dans le règlement du PLU par l’article no 13 nommé « espace libre et plantation ». Cet article est l’occasion de définir les termes d’espaces construits et de pleine terre. Par exemple dans le PLU de Saint-Yon, l’espace de pleine terre peut simplement être « un espace vert ou planté qui ne comporte aucun ouvrage en dessous du sol naturel, autre que des conduites ». Alors que d’autres définitions sont plus précises, par exemple dans le PLU de Roinville-sous-Dourdan : « espace en relation directe avec le terrain naturel et dont l’infiltration des eaux n’est pas entravée jusqu’à la nappe phréatique ». Un des enjeux du Syndicat de l’Orge est d’harmoniser cette définition sur l’ensemble du territoire pour obtenir une meilleure protection des abords des milieux aquatiques. Dans le cadre de cet article, nous avançons la définition suivante : la pleine terre est associée à sa capacité d’être infiltrée par l’eau, d’être un support de la végétation et d’être raccordée à la nappe phréatique (caractéristique importante pour les cours d’eau). Ainsi, le Syndicat induit des changements directs et indirects, sur du moyen et long terme, pour retrouver petit à petit de la pleine terre en agissant sur les futures occupations du sol.

20Le Syndicat, propriétaire à ce jour de plus de 400 ha de terres, doit ensuite les gérer. Entre 1999 et 2012, la gestion des parcelles était définie par une charte d’entretien des milieux humides. Un premier plan de gestion par site a été mis en œuvre à partir de 2013. Les opérations sont élaborées annuellement afin qu’elles soient ajustées aux évolutions du site et en fonction des moyens humains et financiers. Dix ans après le premier plan de gestion, la stratégie pour les milieux naturels 2021-2031 est une feuille de route pour les actions du Syndicat relatives aux milieux naturels et ayant un impact sur le sol. Par exemple, les produits des fauches sont préférentiellement exportés des différents espaces afin d’appauvrir en azote le sol pour avoir des cortèges floristiques et faunistiques plus diversifiés. Le bois mort est conservé au sol afin de permettre sa décomposition naturelle et de maintenir sa fertilité ainsi que la biodiversité associée. Le type et la fréquence de fauche ou encore le pâturage ont pour conséquence de modifier les profils pédologiques du sol. De plus, la nature du sol guide les choix des périodes d’intervention et du matériel pour l’entretien des zones humides en limitant le tassement de la terre. Enfin, la mise en défens de certaines zones, notamment des berges très piétinées par les promeneurs, aide à la régénération de la végétation, donc du sol.

21Un des principaux objectifs du Syndicat est de renaturer les cours d’eau et de restaurer leur continuité écologique. Cela signifie rendre une fonctionnalité naturelle aux cours d’eau artificialisés et rectifiés de la vallée. Afin de programmer ces actions, une étude globale hydromorphologique est en cours pour déterminer et prioriser les futurs travaux. L’étude de la meilleure place et de la meilleure forme pour les cours d’eau dans leur plaine alluviale grâce à la topographie, la nature et l’occupation des sols induira alors une modification sensible du paysage.

22Enfin, pour faire le lien entre ces études prospectives et les caractéristiques sensibles de la vallée, le nouveau plan paysage du Syndicat (dont le premier est élaboré en 2000), lauréat d’un appel à projets du ministère de la Transition écologique en 2021, est en cours d’élaboration sur son nouveau territoire. Il a pour objectifs de préserver et de reconquérir les paysages liés à l’eau, d’intégrer la dimension sociale dans la conception et la gestion des sites ouverts au public. Ce plan permet ainsi au Syndicat « d’atterrir » en programmant des actions de valorisation et de préservation du paysage de vallées.

23Malgré l’absence de compétence directe sur l’occupation du sol, le Syndicat arrive à apporter des réponses à la gestion des milieux aquatiques avec une approche prospective. Il porte une politique globale déclinée sur plusieurs thématiques : biodiversité, foncier, paysage, etc. Cependant, nous constatons que le sol n’est jamais au centre de ces thématiques. Le sol est toujours traité de manière indirecte. Or, celui-ci est le lien entre toutes ces thématiques. Il apparaît alors important de porter une attention particulière au sol dans les projets à mener et de veiller à ce que les objectifs de certaines thématiques n’entrent pas en conflit avec d’autres mais au contraire se renforcent. L’un des pivots de cette vision est d’utiliser la force de proposition qu’offre le paysage.

Exemples de mise en œuvre opérationnelle en zones urbaines et périurbaines par la conception paysagère : la terre, matière première

24Cette partie de l’article présente et analyse des exemples d’interventions sur des sites aux abords du cours d’eau, à la fois en zones urbaines et périurbaines, toujours sur les propriétés foncières appartenant au Syndicat de l’Orge. En effet, celui-ci réalise des projets de restauration des continuités écologiques, programmés dans une stratégie hydromorphologique, avec une approche issue de la conception paysagère. Le projet de restauration écologique résulte d’une expertise du génie écologique mais une de ses conséquences est de faire réapparaître un paysage évoquant la rivière. Il s’accorde avec la philosophie du projet de paysage même si ce dernier s’en distingue par l’apport de la concertation des usagers et fait rencontrer plusieurs domaines d’expertises techniques en fonction de tous les usages.

25Le sol est une composante de ces projets à deux niveaux. Au moment de l’étude pour le diagnostic, il est analysé et interprété pour connaître sa composition, sa structure et les potentielles contraintes. Puis au moment du chantier, la terre est la matière première la plus manipulée. Il faut alors la protéger, voire la restaurer, gérer son volume à extraire ou à ajouter.

La disparition du lien à la rivière en milieu urbain, sortir de l’impasse – La promenade du Valois, impasse de la Prairie à Morsang-sur-Orge

26En 2015, en zone urbaine, le Syndicat de l’Orge a pu acquérir une propriété occupée par deux pavillons et un atelier. D’une surface totale de 1769 m², la partie non bâtie était constituée d’un parking en enrobé et d’un jardin. La rivière se devinait par un cordon boisé ténu à l’arrière de maisons et d’immeubles d’une dizaine d’étages ou depuis la départementale qui indique discrètement sa présence par un panneau sur des barrières bleues. L’horizon est fermé, urbanisé et rien ne marque explicitement la vallée. Sur ce secteur, l’Orge est totalement artificielle. Les berges et le fond du lit bétonné cloisonnent et suppriment ainsi les interfaces entre milieux terrestres et milieux aquatiques. Ces propriétés sont situées en zone inondable et sont inscrites en priorité dans la stratégie foncière de l’époque. Ainsi, ce projet est une première étape d’une stratégie de restauration du cours d’eau sur le long terme dans ce secteur.

27Dans une première phase, les travaux ont permis la démolition, l’évacuation de matières polluantes (amiante, cuve à fuel), la désimperméabilisation du sol et la suppression des espèces végétales horticoles. Dans une seconde phase, l’opération a consisté à la renaturation des surfaces et de la berge sur 98 mètres linéaires (ml) afin de retrouver une interface poreuse entre lit mineur et lit majeur du cours d’eau. L’aménagement d’une promenade et d’une trame verte sur un tronçon de 90 ml a facilité l’ouverture du site au public et la poursuite de la promenade le long de l’Orge, reliant les quartiers d’habitation à une future gare de tramway. Chaque opération a dû composer avec le sol en place en matière de qualité, de structure et de forme.

28L’objectif de renaturation d’une berge de l’Orge a permis aussi de retrouver la pleine terre sur les abords du cours d’eau. Les riverains ont ainsi reconsidéré le lien avec la rivière grâce à l’aménagement d’une promenade non imperméabilisée en bord de berge dans une ambiance plus végétale et avec une ouverture visuelle sur l’Orge. À plus grande échelle, c’est la renaissance d’un paysage oublié depuis l’urbanisation de ce secteur au début du xxe siècle.

Figure 8. Localisation de l’état du sol sur une vue aérienne entre 2005 (à gauche) et 2018 (à droite)

Figure 8. Localisation de l’état du sol sur une vue aérienne entre 2005 (à gauche) et 2018 (à droite)

Source : Remonter le temps IGN.

Figure 9. Extrait du mémoire de fin de travaux de la renaturation d’une berge de l’Orge sur la promenade du Valois à l’impasse de la Prairie à Morsang-sur-Orge, mars 2019

Figure 9. Extrait du mémoire de fin de travaux de la renaturation d’une berge de l’Orge sur la promenade du Valois à l’impasse de la Prairie à Morsang-sur-Orge, mars 2019

Source : Syndicat de l’Orge, pilote de l’opération : Séverine Rignault.

Figure 10. Vue depuis l’est de l’impasse de la Prairie à Morsang-sur-Orge, juin 2022

Figure 10. Vue depuis l’est de l’impasse de la Prairie à Morsang-sur-Orge, juin 2022

Source : Syndicat de l’Orge, pilote de l’opération : Séverine Rignault.

Figure 11. Promenade Valois, impasse de la Prairie à Morsang-sur-Orge, février 2021

Figure 11. Promenade Valois, impasse de la Prairie à Morsang-sur-Orge, février 2021

Depuis la réalisation des travaux, en plus d’un cordon boisé, l’Orge est accompagnée d’une large bande enherbée et d’une piste en revêtement clair pouvant accueillir les riverains. Cette promenade crée un espace de respiration dans cette zone urbanisée et marque un peu plus le fond de vallée.

Source : Syndicat de l’Orge, pilote de l’opération : Séverine Rignault.

Figure 12. Promenade Valois, impasse de la Prairie à Morsang-sur-Orge, rephotographie, juin 2022

Figure 12. Promenade Valois, impasse de la Prairie à Morsang-sur-Orge, rephotographie, juin 2022

Source : Syndicat de l’Orge, pilote de l’opération : Séverine Rignault.

Libérer le sol du béton et ensemencer la terre – Route de Longpont, Villemoisson-sur-Orge

29En 2020, le Syndicat a de nouveau agi en zone urbaine. Une autre démolition de deux constructions dans le lit majeur de l’Orge a pu avoir lieu avec pour objectifs de désimperméabiliser les sols localisés en zone inondable en bord du cours d’eau, d’augmenter la capacité de rétention des crues par le terrassement de la berge en pente douce en supprimant le remblai existant et de dépolluer en purgeant le terrain de ses déchets. Ainsi, une fois la terre décompactée, un ensemencement, grâce à l’étalement de foin récolté sur une prairie ayant les mêmes conditions pédologiques, a été effectué afin de restaurer le sol plus rapidement. Avec du recul, le Syndicat aurait pu préparer plus finement la terre avant l’ensemencement pour une reprise plus homogène de la prairie. Le béton a alors laissé place à une prairie mésophile fonctionnelle. Là aussi la pleine terre retrouvée renforce la présence de la vallée en tant qu’espace renaturé, à proximité de la rivière.

Figure 13. Localisation des constructions démolies à Villemoisson-sur-Orge par des encadrés, 2020

Figure 13. Localisation des constructions démolies à Villemoisson-sur-Orge par des encadrés, 2020

Source : Syndicat de l’Orge, pilote : Séverine Rignault.

Figure 14. Proposition de projet global, autour de la maison démolie à Villemoisson-sur-Orge

Figure 14. Proposition de projet global, autour de la maison démolie à Villemoisson-sur-Orge

Source : Syndicat de l’Orge, Suzelle Hecht, 2022.

Figure 15. Avant la démolition du bâti, route de Longpont à Villemoisson-sur-Orge

Figure 15. Avant la démolition du bâti, route de Longpont à Villemoisson-sur-Orge

Le site est en fond de vallée dans un espace boisé, contraint par la ligne de chemin de fer et par l’urbanisation de part et d’autre de l’Orge.

Source : Syndicat de l’Orge, 2020, pilote : Séverine Rignault.

Figure 16. Après la démolition du bâti, route de Longpont à Villemoisson-sur-Orge

Figure 16. Après la démolition du bâti, route de Longpont à Villemoisson-sur-Orge

Source : Syndicat de l’Orge, juin 2020, pilote : Séverine Rignault.

Figure 17. Après la démolition du bâti et renaturation du sol par mise en place d’une prairie mésophile, route de Longpont à Villemoisson-sur-Orge

Figure 17. Après la démolition du bâti et renaturation du sol par mise en place d’une prairie mésophile, route de Longpont à Villemoisson-sur-Orge

Source : Syndicat de l’Orge, novembre 2020, pilote : Séverine Rignault.

Figure 18. La prairie mésophile, route de Longpont à Villemoisson-sur-Orge

Figure 18. La prairie mésophile, route de Longpont à Villemoisson-sur-Orge

Après les travaux, le site offre un espace ouvert dans le boisement le long de l’Orge, fait réapparaître le fond de la vallée.

Source : Syndicat de l’Orge, juin 2022, pilote : Séverine Rignault.

Que vive le Mort Ru – Les Petits Échassons, Longpont-sur-Orge

30En zone urbaine, un des affluents de l’Orge, le Mort Ru a fait l’objet d’un aménagement en 2019 sur un tronçon qui longe une parcelle agricole sur sa rive gauche et un quartier d’habitation sur sa rive droite. Alors que sa toponymie indique des phases sèches, le ru connaît aussi des phases de crues importantes car celui-ci aurait été créé pour drainer les prairies en amont. Le Mort Ru est très artificialisé : il est encaissé, rectiligne, contraint par des murs et busé à certains endroits. Cela occasionne des sorties de son lit et provoque des inondations récurrentes. Sur cette portion, du fait de l’artificialisation des berges et de la pente, une incision au fond du lit s’est formée par érosion du sol. En d’autres termes, l’artificialisation du sol des berges ne permet plus d’alimenter en sédiment le fond du lit pour constituer le matelas alluvial, support de vie aquatique. Les phénomènes de dépôts/érosion sont stoppés, la rivière n’est plus en mouvement.

31Le Syndicat de l’Orge a ainsi réalisé des travaux pour créer un nouveau lit mobile, complété d’un espace ouvert au public avec la création d’une promenade et la mise en place d’une exploitation de maraîchage en agriculture biologique.

32L’ouverture de ce nouveau ru a engendré l’extraction de presque 7000 m3 de terre non prévue lors de l’étude et qu’il a fallu gérer sur place afin de poursuivre l’objectif de travailler en équilibre déblai/remblai en limitant le transport de terre. Pour transformer cette contrainte en atout, il a été décidé de créer des merlons paysagers entre l’ancien et le nouveau tracé. Ils accompagnent et soulignent ainsi fortement les nouveaux méandres du cours d’eau. Cet ensemble créé un nouveau paysage singulier de vallée, aux reliefs davantage marqués, qui met en scène un cours d’eau plus dynamique contrairement à ce qu’indique son toponyme.

Figure 19. Vue axonométrique (depuis le nord vers le sud) des travaux sur le Mort Ru aux Petits Échassons, à Longpont sur Orge

Figure 19. Vue axonométrique (depuis le nord vers le sud) des travaux sur le Mort Ru aux Petits Échassons, à Longpont sur Orge

Source: Google Earth 2020, illustration: Suzelle Hecht.

Figure 20. Vue depuis l’est du site, avant les travaux d’ouverture du nouveau lit, février 2019

Figure 20. Vue depuis l’est du site, avant les travaux d’ouverture du nouveau lit, février 2019

Le site est en haut du coteau de l’Orge. L’espace est plat, légèrement en pente et ouvert. Bordé par un bois à l’est, il laisse voir le plateau de Nozay à l’ouest à travers les toitures des maisons et des haies.

Source : Syndicat de l’Orge, pilote : Thierry Trolaen.

Figure 21. Les terrassements lors du chantier d’ouverture du nouveau lit du Mort Ru, avril 2019

Figure 21. Les terrassements lors du chantier d’ouverture du nouveau lit du Mort Ru, avril 2019

Source : Syndicat de l’Orge, pilote : Thierry Trolaen.

Figure 22. Chantier d’ouverture du nouveau lit, des merlons et de la promenade, juin 2019

Figure 22. Chantier d’ouverture du nouveau lit, des merlons et de la promenade, juin 2019

Source : Syndicat de l’Orge, pilote : Thierry Trolaen.

Figure 23. Vue depuis l’est du site, après le chantier, du nouveau lit du Mort Ru des berges plantées et de la promenade, décembre 2020

Figure 23. Vue depuis l’est du site, après le chantier, du nouveau lit du Mort Ru des berges plantées et de la promenade, décembre 2020

Source : Syndicat de l’Orge, pilote : Thierry Trolaen.

Figure 24. Vue depuis l’est du site du nouveau lit du Mort Ru, des berges plantées et de la promenade, juin 2022

Figure 24. Vue depuis l’est du site du nouveau lit du Mort Ru, des berges plantées et de la promenade, juin 2022

Le site donne toujours à voir le plateau de Nozay, souligné par les merlons de terre créés le long du Mort Ru, parallèle à la promenade qui traverse d’est en ouest la prairie. Ces merlons accentuent le marquage du cours d’eau dans la topographie du site en créant un vallon.

Source : Syndicat de l’Orge, pilote : Thierry Trolaen.

33Depuis 2021, dans le cadre du programme SESAME, piloté par Cœur d’Essonne Agglomération, le Syndicat a mis en place un suivi biologique et physico-chimique du sol sur cette parcelle cultivée en maraîchage. La structure, la texture, la battance, le pH, les macroéléments, les oligoéléments, la réserve utile en eau, la matière organique, les vers de terre, la biomasse microbienne sont des paramètres mesurés et interprétés pour connaître les caractéristiques du sol, l’impact des pratiques agricoles sur le sol et estimer le besoin des cultures légumières en éléments fertilisants (macro et oligoéléments tels que le phosphore, le potassium, le zinc, etc.).

34La terre est ici la matière première qui s’est imposée au projet de par sa nature et son volume. L’aménagement et une erreur de calcul sur la quantité de terre à extraire ont modifié le sol et ont provoqué un paysage inattendu.

D’un boisement à l’autre, d’un sol à un autre – La peupleraie à Ollainville entre l’Orge et la Boëlle de Beaumirault

35Ce projet en zone périurbaine n’est pas un espace construit, contrairement aux autres, mais un espace exploité pour le bois. L’objectif est de transformer cette parcelle en espace géré et non exploité pour son bois. Le Syndicat se concentre d’abord sur la renaturation et l’occupation du sol en lui-même. Le sol dans ce projet est mis en valeur grâce à ses fonctions mécaniques et écologiques utiles au cours d’eau et à la biodiversité locale.

36La populiculture constitue une altération de la fonctionnalité des zones humides. En effet, le sol est asséché et acidifié, la tourbe se minéralise par la présence des peupliers. Il ne peut alors plus remplir son rôle de soutien à l’étiage (niveau le plus bas du cours d’eau) et de rétention des eaux en cas de crue. La récolte des peupliers par le précédent propriétaire engendre une gestion de la part du Syndicat orientée vers un boisement naturel en libre évolution.

37La coupe rase de la peupleraie a suscité de l’émoi chez les usagers et riverains, car ces grands peupliers marquaient visuellement le paysage de fond de vallée. Cet écueil aurait pu être évité si le Syndicat avait acquis la peupleraie avant la coupe et avait mené une concertation préalable pour informer des enjeux de celle-ci. Le projet, après la coupe, propose, par la renaturation du sol de l’ancienne peupleraie, de retrouver le rôle d’éponge du sol accompagnateur des cours d’eau, et d’identifier un futur espace boisé en perpétuelle variation selon les saisons et crues. En effet, l’évolution de cette parcelle sera laissée en régénération naturelle avec l’objectif d’une reconstitution du boisement alluvial.

Figure 25. Vue satellite de la peupleraie encadrée, Ollainville

Figure 25. Vue satellite de la peupleraie encadrée, Ollainville

Source : Syndicat de l’Orge, 2020.

Figure 26. La peupleraie avant abattage en juillet 2021, Ollainville

Figure 26. La peupleraie avant abattage en juillet 2021, Ollainville

Le site est en fond de vallée dans un relief moins marqué qu’en aval, recouvert de végétation dense, arbustive et arborée. Les arbres alignés aux troncs clairs ne laissent pas deviner l’existence de la Boëlle de Beaumirault. Cette peupleraie est repérable du haut de la vallée de par sa hauteur. Ce secteur a été modifié par l’homme afin de répondre à des usages spécifiques (exploitation, activités économiques, habitations…) qui ont marqué le paysage par une vocation industrielle, sans singularité à l’échelle locale de l’Orge.

Source : Syndicat de l’Orge.

Figure 27. La peupleraie au cours de l’abattage en septembre 2021, Ollainville

Figure 27. La peupleraie au cours de l’abattage en septembre 2021, Ollainville

Source : Syndicat de l’Orge.

Figure 28. Vue du site lors d’une crue de l’Orge et de la Boëlle, janvier 2022, Ollainville

Figure 28. Vue du site lors d’une crue de l’Orge et de la Boëlle, janvier 2022, Ollainville

La coupe de la peupleraie permet de voir de nouveau l’eau lors de la crue.

Source : Syndicat de l’Orge.

Figure 29. Reprise de la végétation après l’abattage de la peupleraie entre l’Orge et la Boëlle, juin 2022, Ollainville

Figure 29. Reprise de la végétation après l’abattage de la peupleraie entre l’Orge et la Boëlle, juin 2022, Ollainville

À la suite de l’abattage des peupliers, le site s’ouvre sur un large espace qui sépare la Boëlle de l’Orge. Le contexte topographique du fond de vallée large ne présente pas de point de repère lointain indiquant la position géographique du site.

Source : Syndicat de l’Orge.

Conclusion : les synergies et perspectives d’actions du Syndicat

38Toutes les actions du Syndicat sont le résultat de synergies de moyens entre les différents acteurs du territoire (commune, intercommunalité, région, département, Agence de l’eau, Safer, aménageurs, associations). En effet, le Syndicat bénéficie de subventions de l’Agence de l’eau, des conseils départemental et régional pour renforcer ses missions sur la renaturation des cours d’eau. L’implication de ces différents acteurs définit un cadre important dans le rôle du syndicat, notamment à travers la définition de sa politique foncière et de la gestion de ces territoires.

39D’une part, le Syndicat intègre le sol comme élément indispensable dans ses outils de planification, notamment avec sa stratégie foncière et son plan paysage, dans la gestion des espaces, par exemple avec sa stratégie pour les milieux naturels puis dans ses interventions opérationnelles. D’autre part, les exemples d’opérations présentés illustrent plusieurs relations sol-paysage. La première est celle de la création d’une nouvelle perception et interrelation avec le paysage par l’ouverture à l’accessibilité d’une portion de sol en bord de cours d’eau en zone urbaine, illustrée par le projet de la promenade du Valois. La deuxième relation sol-paysage est celle de la libération de la surface du sol d’éléments anthropiques, qui diminuent la variabilité du paysage, grâce au travail de la terre illustrée dans les projets de Villemoisson et d’Ollainville. Enfin, la troisième relation est celle de la gestion du volume et de la nature de la terre illustrée dans le projet aux Petits Échassons.

40Ces opérations ont aussi conduit à des questionnements et à des écueils sur le traitement du sol et le résultat paysager. Le travail de la terre est un des axes d’amélioration du Syndicat, notamment pour réduire le volume à gérer en vérifiant les calculs de dimensionnement ou encore rendre plus fine la terre pour une meilleure reprise de la végétation. Le Syndicat met un point d’honneur à établir une concertation préalable aux projets avec la population riveraine, pour une meilleure acceptation de la variation du paysage.

41En plus des missions présentées dans cet article, le Syndicat accompagne les aménageurs dans la conception d’espaces urbanisés pouvant gérer les eaux pluviales par infiltration dans le sol.

42Ainsi, à travers ces trois actions (planification, gestion de ces territoires et accompagnement), le Syndicat œuvre à reconstituer et à protéger les trames vertes et bleues mais aussi à une action forte sur la trame brune, liée à l’intégrité du sol, à l’échelle du bassin-versant, car pour retrouver l’eau, il faut retrouver la relation au sol.

Je remercie mes collègues : Véronique Borgne, Mathieu Gouirand, Florie-Anne Basley, Angélique Meynier, Ariane Mochi, Marie Perrot, Séverine Rignault, Laura Rodrigues, Evelyne Thomann, Thierry Troalen, pour le partage de leurs connaissances et de données, leurs relectures attentives, leurs encouragements et leurs soutiens. Je tiens aussi à remercier Jérémie Mathurin car nos échanges, sa relecture et ses encouragements m’ont été d’une précieuse aide.

Haut de page

Bibliographie

Bailly, J.-C., 2018, Couler de source. Les petites conférences, Paris, Bayard, p. 12.

Cerema, 2022 a, « Indicateurs consommation d’espaces », données du portail de l’artificialisation des sols, mis en ligne en juin 2019, mis à jour en juillet 2022, URL : https://cerema.app. box.com/v/pnb-action7-indicateurs-ff

Cerema, 2022 b, « Consommation d’espaces NAF 2009-2020 », tableau de bord de l’Observatoire de l’artificialisation, mis à jour en septembre 2021, URL : https://cartagene.cerema.fr/portal/apps/dashboards/de06d54507034908926beca06f7d86f4

Claude, V. et Guillerme, A.,1986, « La vallée de l’Orge. 1880-1977 », Les Annales de la recherche urbaine, L’eau dans la ville, no 30, p. 78-88, URL : https://www.persee.fr/doc/aru_0180-930x_1986_num_30_1_1239 ; DOI : https://doi.org/10.3406/aru.1986.1239

Corajoud, M., 2010, Le Paysage, c’est l’endroit où le ciel et la terre se touchent, Arles, Actes Sud.

Institut d’aménagement et d’urbanisme de la région Île-de-France, 2017, « Indicateurs clefs pour l’aménagement régional, suivi des objectifs du SDRIF », IAU ÎdF, URL : https://www.institutparisregion.fr/fileadmin/NewEtudes/Etude_1404/indicateurs_SDRIF_2017.pdf

L’Institut Paris Région, 2021, « Note rapide. La pleine terre : nécessité d’une définition partagée dans les PLU », URL : https://www.institutparisregion.fr/fileadmin/NewEtudes/000pack2/Etude_2577/NR_884_web.pdf

Parlement européen, 2000, « Directive-cadre sur l’eau. Directive 2000/60/CE du Parlement européen et du Conseil du 23 octobre 2000 établissant un cadre pour une politique communautaire dans le domaine de l’eau », URL : https://www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Texte_directive_cadre_cle6e7825.pdf

Roullet-Sureau, C., 2007, « Quelles réponses au “désordre urbain” en vallée de l’Orge ? » Strates, no 13, mis en ligne en novembre 2008, URL : http://journals.openedition.org/strates/6182; DOI : https://doi.org/10.4000/strates.6182

Selosse, M.-A., 2021, L’Origine du monde. Une histoire naturelle du sol à l’intention de ceux qui le piétinent, Arles, Actes sud.

Selosse, M.-A., 2021, « Racines et microbes dans la gestion de l’eau » [Film], festival des Rencontres de l’agroécologie du bassin méditerranéen organisé par Arbre et paysage 66, Elne, URL : https://hydrologie-regenerative.fr/2020/01/13/hello-world-2/

Syndicat de l’Orge, 2021, « Atlas cartographique », Viry-Châtillon, 29 p.

Haut de page

Notes

1 Bailly, 2018.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Localisation du Syndicat de l’Orge dans la région de l’Île-de-France et le département de l’Essonne
Crédits Source : Syndicat de l’Orge, 2022.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/31841/img-1.png
Fichier image/png, 160k
Titre Figure 2. Territoire du Syndicat de l’Orge au 10 janvier 2022
Crédits Source : Syndicat de l’Orge, 2022.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/31841/img-2.png
Fichier image/png, 283k
Titre Figure 3. Géographie physique du territoire du Syndicat de l’Orge, 2022
Crédits Source : service SIG du Syndicat de l’Orge, 2022.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/31841/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre Figure 4. Évolution de la tache urbaine depuis le xixe siècle sur le territoire du Syndicat de l’Orge
Crédits Source : Syndicat de l’Orge, extrait du diagnostic du plan paysage du Syndicat de l’Orge, étude menée par Caudex + Interland + Transitec, 2022.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/31841/img-4.png
Fichier image/png, 690k
Titre Figure 5. Description du sol et positionnement de l’eau de l’Orge par rapport au sol
Légende Extrait d’un forage pour une étude géotechnique sur le sol de l’Orge à Saint-Germain-lès-Arpajon.
Crédits Source : extrait du rapport SAGA groupe Ingénierie, pilote de l’opération : Laura Rodrigues, Syndicat de l’Orge, 2020.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/31841/img-5.png
Fichier image/png, 204k
Titre Figure 6. Carottage du sol de l’Orge entre 0 et 3 m de profondeur, à Saint-Germain-lès-Arpajon
Crédits Source : extrait du rapport SAGA groupe Ingénierie, pilote de l’opération : Laura Rodrigues, Syndicat de l’Orge, 2020.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/31841/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Figure 7. Extrait de la carte de la stratégie foncière du Syndicat de l’Orge sur la commune de Villemoisson-sur-Orge
Crédits Source : Syndicat de l’Orge, 2022.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/31841/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Figure 8. Localisation de l’état du sol sur une vue aérienne entre 2005 (à gauche) et 2018 (à droite)
Crédits Source : Remonter le temps IGN.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/31841/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre Figure 9. Extrait du mémoire de fin de travaux de la renaturation d’une berge de l’Orge sur la promenade du Valois à l’impasse de la Prairie à Morsang-sur-Orge, mars 2019
Crédits Source : Syndicat de l’Orge, pilote de l’opération : Séverine Rignault.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/31841/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Titre Figure 10. Vue depuis l’est de l’impasse de la Prairie à Morsang-sur-Orge, juin 2022
Crédits Source : Syndicat de l’Orge, pilote de l’opération : Séverine Rignault.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/31841/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Titre Figure 11. Promenade Valois, impasse de la Prairie à Morsang-sur-Orge, février 2021
Légende Depuis la réalisation des travaux, en plus d’un cordon boisé, l’Orge est accompagnée d’une large bande enherbée et d’une piste en revêtement clair pouvant accueillir les riverains. Cette promenade crée un espace de respiration dans cette zone urbanisée et marque un peu plus le fond de vallée.
Crédits Source : Syndicat de l’Orge, pilote de l’opération : Séverine Rignault.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/31841/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Titre Figure 12. Promenade Valois, impasse de la Prairie à Morsang-sur-Orge, rephotographie, juin 2022
Crédits Source : Syndicat de l’Orge, pilote de l’opération : Séverine Rignault.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/31841/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Figure 13. Localisation des constructions démolies à Villemoisson-sur-Orge par des encadrés, 2020
Crédits Source : Syndicat de l’Orge, pilote : Séverine Rignault.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/31841/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Figure 14. Proposition de projet global, autour de la maison démolie à Villemoisson-sur-Orge
Crédits Source : Syndicat de l’Orge, Suzelle Hecht, 2022.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/31841/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Titre Figure 15. Avant la démolition du bâti, route de Longpont à Villemoisson-sur-Orge
Légende Le site est en fond de vallée dans un espace boisé, contraint par la ligne de chemin de fer et par l’urbanisation de part et d’autre de l’Orge.
Crédits Source : Syndicat de l’Orge, 2020, pilote : Séverine Rignault.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/31841/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Figure 16. Après la démolition du bâti, route de Longpont à Villemoisson-sur-Orge
Crédits Source : Syndicat de l’Orge, juin 2020, pilote : Séverine Rignault.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/31841/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre Figure 17. Après la démolition du bâti et renaturation du sol par mise en place d’une prairie mésophile, route de Longpont à Villemoisson-sur-Orge
Crédits Source : Syndicat de l’Orge, novembre 2020, pilote : Séverine Rignault.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/31841/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Titre Figure 18. La prairie mésophile, route de Longpont à Villemoisson-sur-Orge
Légende Après les travaux, le site offre un espace ouvert dans le boisement le long de l’Orge, fait réapparaître le fond de la vallée.
Crédits Source : Syndicat de l’Orge, juin 2022, pilote : Séverine Rignault.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/31841/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 19. Vue axonométrique (depuis le nord vers le sud) des travaux sur le Mort Ru aux Petits Échassons, à Longpont sur Orge
Crédits Source: Google Earth 2020, illustration: Suzelle Hecht.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/31841/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre Figure 20. Vue depuis l’est du site, avant les travaux d’ouverture du nouveau lit, février 2019
Légende Le site est en haut du coteau de l’Orge. L’espace est plat, légèrement en pente et ouvert. Bordé par un bois à l’est, il laisse voir le plateau de Nozay à l’ouest à travers les toitures des maisons et des haies.
Crédits Source : Syndicat de l’Orge, pilote : Thierry Trolaen.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/31841/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Figure 21. Les terrassements lors du chantier d’ouverture du nouveau lit du Mort Ru, avril 2019
Crédits Source : Syndicat de l’Orge, pilote : Thierry Trolaen.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/31841/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Figure 22. Chantier d’ouverture du nouveau lit, des merlons et de la promenade, juin 2019
Crédits Source : Syndicat de l’Orge, pilote : Thierry Trolaen.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/31841/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Figure 23. Vue depuis l’est du site, après le chantier, du nouveau lit du Mort Ru des berges plantées et de la promenade, décembre 2020
Crédits Source : Syndicat de l’Orge, pilote : Thierry Trolaen.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/31841/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Figure 24. Vue depuis l’est du site du nouveau lit du Mort Ru, des berges plantées et de la promenade, juin 2022
Légende Le site donne toujours à voir le plateau de Nozay, souligné par les merlons de terre créés le long du Mort Ru, parallèle à la promenade qui traverse d’est en ouest la prairie. Ces merlons accentuent le marquage du cours d’eau dans la topographie du site en créant un vallon.
Crédits Source : Syndicat de l’Orge, pilote : Thierry Trolaen.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/31841/img-24.png
Fichier image/png, 677k
Titre Figure 25. Vue satellite de la peupleraie encadrée, Ollainville
Crédits Source : Syndicat de l’Orge, 2020.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/31841/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Titre Figure 26. La peupleraie avant abattage en juillet 2021, Ollainville
Légende Le site est en fond de vallée dans un relief moins marqué qu’en aval, recouvert de végétation dense, arbustive et arborée. Les arbres alignés aux troncs clairs ne laissent pas deviner l’existence de la Boëlle de Beaumirault. Cette peupleraie est repérable du haut de la vallée de par sa hauteur. Ce secteur a été modifié par l’homme afin de répondre à des usages spécifiques (exploitation, activités économiques, habitations…) qui ont marqué le paysage par une vocation industrielle, sans singularité à l’échelle locale de l’Orge.
Crédits Source : Syndicat de l’Orge.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/31841/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Titre Figure 27. La peupleraie au cours de l’abattage en septembre 2021, Ollainville
Crédits Source : Syndicat de l’Orge.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/31841/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Titre Figure 28. Vue du site lors d’une crue de l’Orge et de la Boëlle, janvier 2022, Ollainville
Légende La coupe de la peupleraie permet de voir de nouveau l’eau lors de la crue.
Crédits Source : Syndicat de l’Orge.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/31841/img-28.png
Fichier image/png, 315k
Titre Figure 29. Reprise de la végétation après l’abattage de la peupleraie entre l’Orge et la Boëlle, juin 2022, Ollainville
Légende À la suite de l’abattage des peupliers, le site s’ouvre sur un large espace qui sépare la Boëlle de l’Orge. Le contexte topographique du fond de vallée large ne présente pas de point de repère lointain indiquant la position géographique du site.
Crédits Source : Syndicat de l’Orge.
URL http://journals.openedition.org/paysage/docannexe/image/31841/img-29.png
Fichier image/png, 632k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Suzelle Hecht, Franck Boittin et Emmanuel Pranal, « Le sol comme socle de la renaissance paysagère en vallée de l’Orge »Projets de paysage [En ligne], 27 | 2022, mis en ligne le 30 décembre 2022, consulté le 20 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/paysage/31841 ; DOI : https://doi.org/10.4000/paysage.31841

Haut de page

Auteurs

Suzelle Hecht

Ingénieure paysagiste concepteur diplômée de l’ACO centre d’Angers et CESP de l’ENSP de Versailles. Chargée de projet au Syndicat de l’Orge, Suzelle Hecht accompagne les collectivités et aménageurs privés sur la gestion durable des eaux pluviales dans les projets urbains et périurbains avec le souci de conserver le sol pour l’infiltration de l’eau et de participer à l’amélioration du cadre de vie.
suzelle.hecht[at]syndicatdelorge[dot]fr

Franck Boittin

Franck Boittin est le directeur général adjoint de la direction Milieux naturels au Syndicat de l’Orge. Son champ d’application s’étend de l’aménagement du territoire par la planification stratégique jusqu’à la réalisation d’opérations relatives à la reconquête de la qualité de l’eau, à la restauration des continuités écologiques, à la gestion et la valorisation des paysages.
franck.boittin[at]syndicatdelorge[dot]fr

Emmanuel Pranal

Emmanuel Pranal est paysagiste concepteur, diplômé de l’École supérieure d’architecture des jardins, master 2 en aménagement du territoire. Il est responsable du service Aménagement Rivière Paysage du Syndicat de l’Orge, qui comprend un pôle restauration des continuités écologiques et un pôle aménagements paysagers, circulations douces, accueil du public.
emmanuel.pranal[at]syndicatdelorge[dot]fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search