Navigation – Plan du site

AccueilNuméros6DossierVierges à l’Enfant médiévales du ...

Dossier

Vierges à l’Enfant médiévales du Comminges (Haute-Garonne) : apports de la conservation-restauration à la connaissance des objets mobiliers

Medieval Virgin and Child at Comminges: contributions of conservation-restoration to enhanced knowledge of furnishing items
Morgane Poirier

Résumés

La redécouverte de trois Vierges à l’Enfant en bois polychromé, datées des XIVe-XVe siècles, a conduit la Conservation des antiquités et objets d’art à les faire étudier et restaurer, ce qui a constitué l’objet de notre diplôme du cursus conservation-restauration des œuvres sculptées, à l’école des beaux-arts de Tours, en 2015. À travers l’étude matérielle des œuvres et les techniques d’analyse, ces œuvres d’apparence modeste nous apprennent beaucoup sur la façon de travailler des sculpteurs et des peintres médiévaux dans cette région du Comminges ; et les traitements de conservation et de restauration présentés ici tâchent de rendre justice à cette statuaire encore méconnue.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 POIRIER, Morgane, Étude et restauration de deux Vierges à l’Enfant commingeoises : Vierge à l’Enfan (...)

1L’ensemble de la statuaire commingeoise médiévale constitue un pan encore relativement méconnu du patrimoine pyrénéen. En Haute-Garonne, un travail de mise en valeur a été engagé depuis plusieurs années. La redécouverte de trois Vierges à l’Enfant en bois polychromé, datées des XIVe-XVe siècles, a incité la conservation des antiquités et objets d’art à conduire leur étude et leur restauration1. Cela s’est inscrit dans une étude plus large du corpus des Vierges commingeoises, qui présentent des types différents mais également de grandes similitudes stylistiques, notamment dans les choix iconographiques (elles sont souvent représentées avec une pomme, ou plus rarement d’autres attributs) et dans les polychromies (couleurs et motifs).

2Les sculptures provenaient de trois villages de la Haute-Garonne : Castelbiague (fig. 1), Sarremezan (fig. 2) et Gouaux-de-Luchon (fig. 3). Le choix de ces sculptures a été fait par la conservatrice des antiquités et objets d’art alors en place, Marie-Laurence de Chalup, car elles venaient d’être redécouvertes, l’une dans le clocher de l’église, les deux autres dans les mairies de leurs villages de provenance.

3Cet article met l’accent sur quelques aspects de la conservation-restauration, de la connaissance matérielle des œuvres aux choix qui sont faits quant aux interventions et aux traitements.

Fig. 1.

Fig. 1.

Castelbiague (Haute-Garonne), église paroissiale, Vierge à l’Enfant, XIVe-XVe siècles (?), bois polychromé, métal

© Morgane Poirier

Fig. 2.

Fig. 2.

Gouaux-de-Luchon (Haute-Garonne), église paroissiale, Vierge à l’Enfant, XIVe-XVe siècles (?), bois polychromé, métal

© Morgane Poirier

Fig. 3.

Fig. 3.

Sarremezan (Haute-Garonne), église, Vierge à l’Enfant, XIVe-XVe siècles (?), bois polychromé, métal, toile

© Morgane Poirier

L’étude technique et matérielle : un moment fondamental pour la connaissance des objets

Les matériaux : étude du bois et de la mise en œuvre

4L’observation du bois a révélé l’usage de noyer (Juglans regia), pour les trois sculptures, même si un doute subsiste pour la Vierge de Gouaux-de-Luchon, car son état de dégradation avancé (attaque d’insectes, perte de matière) limitait l’observation en coupe transversale.

5Le bois a d’abord été observé à l’œil nu, pour relever ses caractéristiques visuelles : teinte, densité, texture. Des tests de réactions chimiques ont été faits pour déterminer la présence ou non de colorants et de tanins, qui peuvent avoir une importance décisive dans les traitements de conservation et de restauration. Par exemple, pour un bois très tannique comme le chêne, il peut être parfois délicat d’employer des méthodes de nettoyage aqueuses ou avec des solvants organiques comme l’éthanol, car les colorants et tanins peuvent être mobilisés et créer des taches ou des auréoles disgracieuses. Dans notre cas, un test à l’eau a mis en évidence une présence faible de colorants, et un test au nitrate de fer a écarté la présence de tanins, du moins en surface.

6Ensuite, le bois a été observé en coupe transversale, sous microscope optique (fig. 4). La comparaison avec des bases de données et la littérature existante a permis de déterminer l’essence du bois. Nous n’avons pas jugé nécessaire de faire appel à un xylologue pour cette étude, mais il peut être intéressant de le faire parfois.

Fig. 4.

Fig. 4.

Castelbiague (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant, observation du bois sous microscope optique, grandissement ×40

© Morgane Poirier

  • 2 PÉRÉGO, François, Dictionnaire des matériaux du peintre, Paris, Belin, 2005, p. 123.
  • 3 JUBAL-DESPERAMONT, Isabelle, « Les bois des Vierges médiévales des Pyrénées-Orientales », p. 87‑95, (...)

7Dans la statuaire médiévale, le noyer est fréquemment employé au sud de la Loire2, mais son usage ne prédomine pas sur celui d’autres essences. La consultation de corpus existants (sculpture médiévale des Pyrénées-Orientales3, dossiers de restauration de sculptures commingeoises) n’a pas permis de mettre en évidence une constante dans l’usage de tel ou tel bois. En revanche, l’hypothèse de l’emploi de bois issu des forêts locales semble être cohérente.

8Nous avons pu observer une différence de qualité des bois sur les Vierges étudiées : pour celle de Castelbiague, le bois est de très bonne qualité. La grume employée a du être séchée avec soin, elle présente peu de défauts et de fentes. La sculpture est monoxyle (fig. 5). En revanche, le bois de la Vierge de Gouaux-de-Luchon présente plus de défauts : nœuds et départs de branche (fig. 6). C’est sans doute ce qui a conduit le sculpteur à éliminer un gros départ de branche sur le côté gauche, pour y placer une pièce de bois rapportée (qui a été perdue). Cela a permis de limiter l’apparition de fentes liées au jeu du bois, en fonction des variations d’humidité relative. Les trois sculptures ont été évidées et percées sur le dessus, ce qui témoigne d’une taille sur étau : le morceau de bois est placé horizontalement entre deux éléments métalliques (griffe ou pointe) et travaillé de cette façon. Cela permet de dégrossir rapidement la sculpture sur toutes ses faces. Nous ne nous attarderons pas ici sur l’état de conservation des sculptures à leur arrivée. Elles présentaient les altérations classiques d’œuvres en bois conservées dans des églises, puis reléguées et oubliées pendant un certain temps : attaques d’insectes xylophages et de champignons, déjections diverses, fentes, cassures, éclats. Notons que certaines parties endommagées du bois avaient fait l’objet de réparations : sur la Vierge de Castelbiague, une pièce de bois a été rapportée à l’arrière de la tête, pour combler des manques dus aux insectes, tandis que sur la Vierge de Gouaux-de-Luchon, un fleuron de la couronne a été remplacé, une pièce de bois clouée à l’avant de la base ; la main droite avait également été restaurée.

Fig. 5.

Fig. 5.

Castelbiague (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant, situation dans la bille de bois

© Morgane Poirier

Fig. 6.

Fig. 6.

Gouaux-de-Luchon (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant, localisation dans la bille de bois, délimitée par la zone cernée de rouge. Indication des départs de branche

© Morgane Poirier

Les polychromies

9L’état de surface, très encrassé, ne laissait pas supposer que les polychromies des Vierges à l’Enfant se révéleraient riches et intéressantes.

  • 4 Rapport fait par Yannick Vandenberghe.

10Diverses méthodes ont permis d’établir la stratigraphie : observation à l’œil nu et sous loupe binoculaire, avec une lumière naturelle et une lumière ultra-violette. Enfin, des analyses des différentes couches picturales ont été faites par le Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF)4. Certains repeints ne présentaient qu’un faible intérêt, tant historique qu’esthétique. Nous nous attarderons donc ici uniquement sur les couches les plus anciennes (couches originales et premier repeint).

11Les différentes techniques employées ont révélé un grand soin apporté à la polychromie, du moins en qui concerne les couches anciennes.

12Ainsi, les couches préparatoires ne sont pas uniformes, mais leur composition change selon les zones. Par exemple, pour la polychromie originale de la Vierge de Castelbiague, les analyses ont révélé l’emploi d’une préparatoire blanche majoritairement constituée de roches dolomitiques dans un liant protéique pour les vêtements, tandis que les carnations ont reçu une couche préparatoire majoritairement composée d’une terre, doublée d’une autre couche de blanc de plomb. Le premier repeint, toujours sur la même sculpture, montre également une distinction entre les vêtements, qui ont reçu une couche à base d’une terre argileuse, et les carnations, qui ont reçu une couche de terre argileuse et une couche de blanc de plomb. Le blanc de plomb permet un travail de surface lisse et poli, et donc un rendu plus fin. L’accent mis sur les carnations montre que le traitement des visages est particulièrement important sur ces œuvres religieuses.

  • 5 Le bleu de Smalt a commencé à être largement produit en Europe vers 1540‑1560. PÉRÉGO, op. cit., p. (...)

13Nos observations ainsi que les analyses ont par ailleurs permis de mettre en lumière une technique assez classique sur les sculptures médiévales : celle de la superposition des couches colorées. Sur la Vierge de Castelbiague, le premier repeint sur le manteau est composé d’une sous-couche indigo recouverte par une couche de bleu de Smalt (fig. 7, 8), ce qui permet de supposer que ce repeint date de la seconde moitié du XVIe siècle5.

Fig. 7.

Fig. 7.

Castelbiague (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant, photographie du premier repeint sur le manteau. Le bleu de Smalt est vif et très lacunaire

© Morgane Poirier

Fig. 8.

Fig. 8.

Castelbiague (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant, coupe stratigraphique du manteau, photographie au microscope optique sous lumière naturelle. 5 : couche bleue (colorant), 6 : couche résiduelle de bleu de Smalt

© C2RMF, Yannick Vandenberghe

  • 6 Exemple du bleu de Smalt ou des pigments laque, par exemple la garance ou le colorant de kermès. No (...)

14Sur la Vierge de Gouaux, la couche originale du manteau est une superposition de trois couches : une sous-couche au minium, puis une couche vermillon et enfin une couche rouge à base d’un pigment laque (fig. 9, 10). Ce procédé permet à la fois de donner de la profondeur aux couleurs, et témoigne d’un souci d’économie. Les pigments onéreux sont remplacés par des pigments plus accessibles, ou dont la production est facilitée aux XVe-XVIe siècles6.

15Les décors sont raffinés : utilisation d’un pigment vert à base de cuivre sur la Vierge de Castelbiague pour les motifs floraux de la robe et des couronnes (fig. 11) ; et, sur la Vierge de Gouaux-de-Luchon, emploi d’une feuille d’argent partiellement peinte avec un pigment noir pour la ceinture (fig. 12) ; technique de la dorure sur mixtion pour des décors en croissant de lune rehaussés de pigments (fig. 13) ; dégradé de couleurs sur les montants du siège (fig. 14).

Fig. 9.

Fig. 9.

Gouaux-de-Luchon (Haute-Garonne), couche originale rouge du manteau de la Vierge

Fig. 10.

Fig. 10.

Gouaux-de-Luchon (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant, coupe stratigraphique de l’extérieur du manteau, photographie au microscope optique sous lumière naturelle. 3 : couche au minium, 4 : couche au vermillon, 5 : couche organique rouge

© C2RMF, Yannick Vandenberghe

Fig. 11.

Fig. 11.

Castelbiague (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant, relevé du décor floral de la robe (premier repeint)

© Morgane Poirier

Fig. 12.

Fig. 12.

Gouaux-de-Luchon (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant, restes de décor à la feuille d’argent (oxydée) recouverte partiellement d’une couche noire

© Morgane Poirier

Fig. 13.

Fig. 13.

Gouaux-de-Luchon (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant, décor de croissant sur le manteau de l’Enfant

© Morgane Poirier

Fig. 14.

Fig. 14.

Gouaux-de-Luchon (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant, restes de décor en croisillons et arcatures sur le siège

© Morgane Poirier

16La redécouverte de ces décors permet de dresser des comparaisons avec d’autres sculptures (fig. 15), et ainsi de commencer à travailler sur une cartographie d’éventuels foyers de production, ou chemins d’itinérance des sculpteurs et/ou des peintres.

Fig. 15.

Fig. 15.

Billière (Haute-Garonne), chapelle de Bernet, Vierge à l’Enfant, XIVe-XVe siècles (?), bois polychromé. On note un décor semblable sur le siège

© Morgane Poirier

17Les repeints récents ne présentent que peu d’intérêt, sauf pour documenter une pratique de redorure particulièrement répandue au XIXe siècle. Lors de visites menées dans les églises du Comminges, nous avons pu noter que de nombreuses œuvres avaient été redorées par M. Claverie7, qui signait parfois dans l’évidement, avec la date de son intervention. La polychromie récente de la Vierge de Sarremezan, une redorure épaisse et un nouveau repeint assez grossier sur les carnations, pourrait être de la main de ce M. Claverie (fig. 16). Quoi qu’il en soit, elle est révélatrice des pratiques du XIXe siècle.

Fig. 16.

Fig. 16.

Sarremezan (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant, repeint épais, probablement fait au XIXe siècle

© Morgane Poirier

La conservation-restauration : choix et méthodes

Exemple du dégagement : choix et mise en œuvre

  • Pourquoi dégager ?

18Le dégagement de polychromie est une opération de restauration dont la décision doit être prudente et est soumise à certains critères. Elle dépend d’un certain nombre de paramètres, qui peuvent être différents selon les cas.

  • 8 Projet entre la France et l’Espagne (Val d’Aran).

19Ici, la décision du dégagement a été prise pour les deux Vierges traitées. La première raison a été une raison esthétique : au fil du temps et des repeints, les altérations se sont superposées, multipliées et les repeints étaient lacunaires, disgracieux et encrassés. De plus, les couches avaient fini par empâter les volumes et amoindrir la qualité du travail du bois. La deuxième raison est liée à une notion d’authenticité : quand cela est possible, il paraît intéressant de mettre au jour une couche picturale qui correspond à l’aspect originel, en relation avec le support, c’est-à-dire une correspondance entre formes et couleurs. Il a fallu également considérer la destination des sculptures : la Vierge de Castelbiague, par exemple, va rejoindre le trésor de l’église de Rouède (31). De plus, un projet d’exposition actuellement en cours sur la statuaire commingeoise prévoit de montrer au public les sculptures restaurées8.

20Le temps de l’opération de dégagement peut également être un critère rédhibitoire dans le cadre professionnel. S’il est trop long (et donc coûteux), il ne sera parfois pas effectué.

  • Que dégager ?

21Il faut considérer la qualité de la polychromie, mais également la quantité. Ainsi sur la Vierge de Sarremezan, la polychromie ancienne étant présente à l’état de traces, il était inconcevable de proposer de retrouver la couche picturale d’origine. La polychromie originale de la Vierge de Castelbiague avait également presque complètement disparu, tandis que le premier repeint était présent sur une grande partie de la surface. Les autres repeints étaient partiels, lacunaires ou sans intérêt esthétique. C’est donc le premier repeint qui a été dégagé (fig. 17). Pour la Vierge de Gouaux, c’est encore un autre cas de figure qui s’est présenté, puisque tous les repeints étaient largement lacunaires. Le choix de dégager la polychromie originale (fig. 18) a accentué l’aspect lacunaire de la sculpture, mais lui a redonné finesse et clarté des couleurs, tout en mettant au jour des décors originaux intéressants par rapport à l’étude du corpus commingeois.

Fig. 17.

Fig. 17.

Castelbiague (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant. Restitution du premier repeint, mis à jour

© Morgane Poirier

Fig. 18.

Fig. 18.

Gouaux-de-Luchon (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant. Restitution de la polychromie originale

© Morgane Poirier

  • Comment dégager ?

22En fonction des caractéristiques de la polychromie, plusieurs méthodes peuvent être adaptées. Ne seront évoquées ici que celles dont il a été fait usage pour le dégagement des Vierges de Castelbiague et Gouaux.

23La Vierge de Gouaux a été entièrement dégagée au scalpel, sous loupe binoculaire ou lunettes grossissantes (fig. 19). Compte tenu de la faible surface à dégager et de la facilité avec laquelle les repeints se clivaient (bien qu’étant très fins), cette méthode a été rapidement retenue car elle était la plus pratique et efficace.

Fig. 19.

Fig. 19.

Gouaux-de-Luchon (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant. Dégagement mécanique

© Morgane Poirier

24Pour la Vierge de Castelbiague, plusieurs méthodes ont été employées car les différentes zones à dégager ne présentaient pas les mêmes caractéristiques. Pour le manteau de la Vierge, un dégagement mécanique a pu être fait.

  • 9 Terre de diatomée et bâtonnet de fibre de verre.

25En revanche, pour la robe, le premier repeint très fin et fragile, recouvert par des repeints plus épais, avait tendance à se piqueter sous l’effet de la lame du scalpel. Nous nous sommes tournés vers une méthode chimique, après des tests avec des méthodes abrasives qui n’offraient pas un résultat satisfaisant9.

  • 10 En proportions : 25/25/50.
  • 11 Composition exacte inconnue, sans doute une solution aqueuse basique sous forme de gel.

26Le produit retenu a été un mélange de solvants (isopropanol, ammoniaque et eau10), dont un gel a été fait avec un éther de cellulose, le Klucel® G. Ainsi, le temps d’action du produit était contrôlable et adaptable selon l’épaisseur du repeint à supprimer (fig. 20, 21). Les carnations présentaient la même problématique : repeints très épais et adhérents sur le premier repeint fin et assez fragile. Le gel d’ammoniaque/ isopropanol/ eau n’étant pas suffisant sur ces zones, un décapant a été employé, le Décap’Bio®11, qui a permis de supprimer en partie les repeints, puis le travail a été achevé au scalpel, sous loupe binoculaire (fig. 22, 23).

Fig. 20.

Fig. 20.

Castelbiague (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant. Dégagement chimique de la robe

© Morgane Poirier

Fig. 21.

Fig. 21.

Castelbiague (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant, détail de la robe en cours de dégagement

© Morgane Poirier

Fig. 22.

Fig. 22.

Castelbiague (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant. Dégagement des carnations de l’Enfant au décapant

© Morgane Poirier

Fig. 23.

Fig. 23.

Castelbiague (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant. Après finitions et reprise au scalpel

© Morgane Poirier

La diversité des techniques : l’exemple du nettoyage du bois

27Attardons-nous finalement sur le nettoyage du bois, qui peut s’avérer plus compliqué que prévu sur des sculptures très altérées par l’encrassement poussiéreux, divers dépôts et des attaques biologiques (champignons et insectes). En effet, la structure et la surface du matériau peuvent s’être considérablement fragilisées et s’avérer complexes à nettoyer.

28Restaurer la Vierge de Gouaux-de-Luchon a été une expérience particulièrement intéressante, puisqu’elle a permis de tester des techniques rarement exploitées sur le matériau bois.

  • 12 De la marque Basotect®.

29Sur les zones les plus saines, dépourvues de polychromie, divers tests ont été effectués. Les solvants polaires se sont révélés les plus efficaces pour éliminer l’encrassement. Divers gels ont été expérimentés : gel d’eau dans de la Laponite®, gel d’eau dans de la CMC, et bien qu’ils présentent l’avantage de limiter la pénétration du solvant dans le matériau, ils n’étaient pas assez performants. L’application de compresses d’eau déminéralisée est apparue comme la méthode la plus rapide et pertinente. Son action a été complétée par un passage d’éthanol (fig. 24). Certains endroits ont nécessité l’utilisation d’une éponge en résine mélamine12 qui, humectée d’eau déminéralisée, a permis de compléter le nettoyage.

Fig. 24.

Fig. 24.

Gouaux-de-Luchon (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant, en cours de nettoyage (zone nettoyée = zone cerclée de rouge)

© Morgane Poirier

30Sur les zones les plus altérées, c’est-à-dire vermoulues, il était impossible d’intervenir avec des solvants. Des techniques alternatives ont donc été testées.

  • 13 Je n’ai trouvé qu’une référence concluante : COOPER, Martin ; SOLAJIC, Maja ; et alii. « The applic (...)

31Le laser est peu utilisé sur le bois13, mais dans certains cas il fonctionne et offre des possibilités intéressantes. Néanmoins, cette méthode n’a pas été satisfaisante, notamment parce que l’encrassement ne présentait pas une couleur assez foncée pour que le rayon laser puisse l’éliminer.

  • 14 SERCK-DEWAIDE, Myriam ; BOUGRAIN-DUBOURG, Robert. « L’application du microsablage au traitement des (...)

32En revanche, le microsablage localisé a été une méthode efficace, finalement retenue. Quelques études ont été menées, notamment par l’IRPA14. Suivant certaines recommandations, les abrasifs trop agressifs pour le bois, comme l’oxyde d’alumine, ont été éliminés. Plusieurs tests ont été faits avec des microbilles de verre (30 µm), et le nettoyage des zones vermoulues a été mené, en isolant les zones polychromées à l’aide d’une poche en plastique (fig. 25, 26).

Fig. 25.

Fig. 25.

Gouaux-de-Luchon (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant. Détail de la jambe droite avant nettoyage par microsablage

© Morgane Poirier

Fig. 26.

Fig. 26.

Gouaux-de-Luchon (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant. La même zone après microsablage

© Morgane Poirier

Conclusion

33À travers cette brève évocation du travail mené sur ces Vierges à l’Enfant commingeoises (fig. 27, 28), il s’agissait d’illustrer l’apport de l’étude technique et matérielle à la connaissance des œuvres. Ce travail parfois long et complexe mène à adopter une attitude appropriée pour le second aspect du métier, celui des traitements de conservation et de restauration, dont on a pu également mesurer la diversité et les moyens de mise en œuvre.

Fig. 27.

Fig. 27.

Castelbiague (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant après restauration

© Morgane Poirier

Fig. 28.

Fig. 28.

Gouaux-de-Luchon (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant après restauration

34À la sortie de l’école de Tours, nous avons pu mener, grâce à Marie-Laurence de Chalup, la Conservatrice déléguée des Antiquités et Objets d’art de Haute-Garonne, un travail de restauration de la troisième sculpture, celle de Sarremezan (fig. 29), seulement étudiée lors du diplôme.

Fig. 29.

Fig. 29.

Sarremezan (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant après la restauration menée en 2016

© Morgane Poirier

Haut de page

Notes

1 POIRIER, Morgane, Étude et restauration de deux Vierges à l’Enfant commingeoises : Vierge à l’Enfant, Castelbiague (31) et Vierge à l’Enfant, Gouaux-de-Luchon (31) ; étude et constat d’état d’une Vierge à l’Enfant commingeoise : Vierge à l’Enfant, Sarremezan (31), mémoire de DNSEP, option arts, mention conservation-restauration des œuvres sculptées, École des beaux-arts de Tours-Angers-Le Mans, site de Tours, cursus conservation-restauration des œuvres sculptées, soutenu le 28 mai 2015. Disponible sur demande.

2 PÉRÉGO, François, Dictionnaire des matériaux du peintre, Paris, Belin, 2005, p. 123.

3 JUBAL-DESPERAMONT, Isabelle, « Les bois des Vierges médiévales des Pyrénées-Orientales », p. 87‑95, p. 90‑91, in MATHON, Jean-Bernard (dir.), Romanes et gothiques, Vierges à l’Enfant restaurées des Pyrénées-Orientales, Milan, Silvana Editoriale, 2011, p. 90‑91.

4 Rapport fait par Yannick Vandenberghe.

5 Le bleu de Smalt a commencé à être largement produit en Europe vers 1540‑1560. PÉRÉGO, op. cit., p. 674‑675.

6 Exemple du bleu de Smalt ou des pigments laque, par exemple la garance ou le colorant de kermès. Notons également l’existence d’un processus de recyclage des restes de draps écarlates produits, dont les débris étaient récupérés et réexploités comme source de colorant rouge. Voir notamment SANYOVA, Jana ; GLAUDE, Cécile. « La polychromie de quelques sculptures du groupe d’Elsloo », A Masterly Hand. Interdisciplinary Research on the Late Medieval Sculptor Master of Elsloo in an international perspective, actes du colloque, Bruxelles, IRPA, 20‑21 octobre 2011, Scientia Artis 9, Bruxelles, IRPA, 2013, p. 185‑201, p. 197.

7 C’est le cas de la Vierge de Garin.

8 Projet entre la France et l’Espagne (Val d’Aran).

9 Terre de diatomée et bâtonnet de fibre de verre.

10 En proportions : 25/25/50.

11 Composition exacte inconnue, sans doute une solution aqueuse basique sous forme de gel.

12 De la marque Basotect®.

13 Je n’ai trouvé qu’une référence concluante : COOPER, Martin ; SOLAJIC, Maja ; et alii. « The application of laser technology to the conservation of a Haida totem pole », Journal of Cultural Heritage, n° 4, 2003, p. 165‑173.

14 SERCK-DEWAIDE, Myriam ; BOUGRAIN-DUBOURG, Robert. « L’application du microsablage au traitement des sculptures polychromes », Bruxelles, IRPA, Bulletin, n° 18, 1980‑81, p. 119‑130, p. 120.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1.
Légende Castelbiague (Haute-Garonne), église paroissiale, Vierge à l’Enfant, XIVe-XVe siècles (?), bois polychromé, métal
Crédits © Morgane Poirier
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2032/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 2.
Légende Gouaux-de-Luchon (Haute-Garonne), église paroissiale, Vierge à l’Enfant, XIVe-XVe siècles (?), bois polychromé, métal
Crédits © Morgane Poirier
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2032/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 3.
Légende Sarremezan (Haute-Garonne), église, Vierge à l’Enfant, XIVe-XVe siècles (?), bois polychromé, métal, toile
Crédits © Morgane Poirier
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2032/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 4.
Légende Castelbiague (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant, observation du bois sous microscope optique, grandissement ×40
Crédits © Morgane Poirier
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2032/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 5.
Légende Castelbiague (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant, situation dans la bille de bois
Crédits © Morgane Poirier
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2032/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 6.
Légende Gouaux-de-Luchon (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant, localisation dans la bille de bois, délimitée par la zone cernée de rouge. Indication des départs de branche
Crédits © Morgane Poirier
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2032/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 7.
Légende Castelbiague (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant, photographie du premier repeint sur le manteau. Le bleu de Smalt est vif et très lacunaire
Crédits © Morgane Poirier
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2032/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 8.
Légende Castelbiague (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant, coupe stratigraphique du manteau, photographie au microscope optique sous lumière naturelle. 5 : couche bleue (colorant), 6 : couche résiduelle de bleu de Smalt
Crédits © C2RMF, Yannick Vandenberghe
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2032/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 9.
Légende Gouaux-de-Luchon (Haute-Garonne), couche originale rouge du manteau de la Vierge
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2032/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 10.
Légende Gouaux-de-Luchon (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant, coupe stratigraphique de l’extérieur du manteau, photographie au microscope optique sous lumière naturelle. 3 : couche au minium, 4 : couche au vermillon, 5 : couche organique rouge
Crédits © C2RMF, Yannick Vandenberghe
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2032/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 11.
Légende Castelbiague (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant, relevé du décor floral de la robe (premier repeint)
Crédits © Morgane Poirier
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2032/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 12.
Légende Gouaux-de-Luchon (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant, restes de décor à la feuille d’argent (oxydée) recouverte partiellement d’une couche noire
Crédits © Morgane Poirier
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2032/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 13.
Légende Gouaux-de-Luchon (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant, décor de croissant sur le manteau de l’Enfant
Crédits © Morgane Poirier
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2032/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 14.
Légende Gouaux-de-Luchon (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant, restes de décor en croisillons et arcatures sur le siège
Crédits © Morgane Poirier
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2032/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 15.
Légende Billière (Haute-Garonne), chapelle de Bernet, Vierge à l’Enfant, XIVe-XVe siècles (?), bois polychromé. On note un décor semblable sur le siège
Crédits © Morgane Poirier
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2032/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 16.
Légende Sarremezan (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant, repeint épais, probablement fait au XIXe siècle
Crédits © Morgane Poirier
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2032/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 17.
Légende Castelbiague (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant. Restitution du premier repeint, mis à jour
Crédits © Morgane Poirier
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2032/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 18.
Légende Gouaux-de-Luchon (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant. Restitution de la polychromie originale
Crédits © Morgane Poirier
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2032/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 19.
Légende Gouaux-de-Luchon (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant. Dégagement mécanique
Crédits © Morgane Poirier
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2032/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 20.
Légende Castelbiague (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant. Dégagement chimique de la robe
Crédits © Morgane Poirier
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2032/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 21.
Légende Castelbiague (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant, détail de la robe en cours de dégagement
Crédits © Morgane Poirier
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2032/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 22.
Légende Castelbiague (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant. Dégagement des carnations de l’Enfant au décapant
Crédits © Morgane Poirier
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2032/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 23.
Légende Castelbiague (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant. Après finitions et reprise au scalpel
Crédits © Morgane Poirier
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2032/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 24.
Légende Gouaux-de-Luchon (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant, en cours de nettoyage (zone nettoyée = zone cerclée de rouge)
Crédits © Morgane Poirier
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2032/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 25.
Légende Gouaux-de-Luchon (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant. Détail de la jambe droite avant nettoyage par microsablage
Crédits © Morgane Poirier
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2032/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 26.
Légende Gouaux-de-Luchon (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant. La même zone après microsablage
Crédits © Morgane Poirier
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2032/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 27.
Légende Castelbiague (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant après restauration
Crédits © Morgane Poirier
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2032/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 28.
Légende Gouaux-de-Luchon (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant après restauration
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2032/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 29.
Légende Sarremezan (Haute-Garonne), Vierge à l’Enfant après la restauration menée en 2016
Crédits © Morgane Poirier
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2032/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Morgane Poirier, « Vierges à l’Enfant médiévales du Comminges (Haute-Garonne) : apports de la conservation-restauration à la connaissance des objets mobiliers »Patrimoines du Sud [En ligne], 6 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/pds/2032 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pds.2032

Haut de page

Auteur

Morgane Poirier

Conservatrice-restauratrice d’œuvres sculptées, Tours

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search