Navigation – Plan du site

AccueilNuméros6VariaUne nouvelle découverte de peintu...

Varia

Une nouvelle découverte de peintures murales derrière un retable : les peintures de l’église Saint-Pierre aux Liens d’Eget à Aragnouet (Hautes-Pyrénées)

The recent discovery of murals behind an altarpiece: paintings in the Saint-Pierre aux Liens d’Eget church, in Aragnouet (Hautes-Pyrénées)
Sylvie Decottignies et Thibaut de Rouvray

Résumés

En 2016, à la suite de la dépose du retable, de nouvelles peintures murales, du XIIIe siècle pour les plus anciennes, sont découvertes dans l’église d’Eget à Aragnouet dans les Hautes-Pyrénées. Nous distinguons deux scènes principales : la Nativité et l’Annonce aux bergers et pouvons déjà faire des rapprochements avec d’autres peintures de la vallée de Boï toute proche. Les restaurations prévues nous permettront d’étudier l’ensemble de cette découverte fabuleuse.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 En 2012, lors de la dépose du retable on découvre le décor peint primitif de l’église Saint-Pierre (...)
  • 2 À la suite de cette découverte l’abside conservant les peintures a fait l’objet d’une inscription a (...)
  • 3 Parmi ces objets on notera la présence de plusieurs céramiques culinaires datables de la fin du XVI (...)

1En novembre 20161, à la suite de la dépose pour restauration du retable classé d’Eget, ont été découvertes des peintures murales conservées dans la partie supérieure du pan tournant du mur de l’abside ainsi que dans les ébrasements de la fenêtre d’axe2 (fig. 1 et 2). Ce démontage a également mis au jour les bases de l’ancien autel et divers petits objets (monnaies, céramiques, verrerie…), témoins de la vie paroissiale depuis le XVIIe siècle3.

Fig. 1.

Fig. 1.

Aragnouet, Eget (Hautes-Pyrénées), église paroissiale Saint-Pierre-aux-Liens ; vue du chœur avec le retable

J.‑F. Peiré © Inventaire général Région Occitanie

Fig. 2.

Fig. 2.

Aragnouet, Eget (Hautes-Pyrénées), église paroissiale Saint-Pierre-aux-Liens ; vue d’ensemble des peintures du chœur une fois le retable déposé

C. Le Baron © Inventaire général Région Occitanie

  • 4 À signaler la prochaine publication sur les peintures monumentales des vallées d’Aure et de Louron (...)
  • 5 Visiblement le peintre de la chapelle du Plan s’est fortement inspiré des peintures d’Eget en repre (...)

2Cette petite église appartenait à l’ancien diocèse du Comminges riche en peintures monumentales du Moyen Âge4. Sur la commune, une autre chapelle, celle du Plan dite des Templiers, possède d’ailleurs elle aussi un bel exemple de peinture murale (fig. 3) très similaire à celles d’Eget5 et datable du XIVe siècle.

Fig. 3.

Fig. 3.

Aragnouet, Le Plan (Hautes-Pyrénées), chapelle d’Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem Notre-Dame-de-l’Assomption dite chapelle des Templiers puis des Chevaliers de Malte ; vue d’ensemble des peintures du chœur

S. Decottignies © Inventaire général Région Occitanie

  • 6 Un des deux médaillons encadrant le portail porte la date de 1833.
  • 7 Archives départementales des Hautes-Pyrénées, 2 O 157.

3L’édifice, dont le chœur date de l’époque romane, connaît une première reconstruction importante entre 1832 et 18346. Jusque-là l’église était composée d’une nef rectangulaire voûtée, précédée d’un clocher-mur et flanquée de deux chapelles latérales d’inégale grandeur sans doute ajoutées aux XVe et XVIe siècles. Au XIXe siècle, les habitants d’Éget, paroisse matrice des villages environnants, souhaitent conserver cette importance et font donc agrandir le lieu de culte qui est pourvu d’un clocher tour. Intérieurement la nef, élargie par allongement des chapelles, est séparée en trois vaisseaux couverts de fausses voûtes plâtrées. Les murs sont repeints et le mobilier est restauré et complété par l’ajout de bancs, d’autels latéraux et d’une tribune7.

4L’état actuel remonte à 1962 (fig. 4) lorsque l’architecte départemental Jean Martin fait modifier le couvrement de l’ensemble et abattre les deux murs intérieurs des collatéraux afin d’agrandir la nef (fig. 5). Le plancher du sol est remplacé par une chape de béton recouverte de carreaux en grès cérame.

Fig. 4.

Fig. 4.

Aragnouet, Eget (Hautes-Pyrénées), église paroissiale Saint-Pierre-aux-Liens ; vue extérieure

J.‑F. Peiré © Inventaire général Région Occitanie

Fig. 5.

Fig. 5.

Aragnouet, Eget (Hautes-Pyrénées), église paroissiale Saint-Pierre-aux-Liens ; vue d’ensemble intérieure de l’église

P. Poitou © Inventaire général Région Occitanie

5Nous avons pu constater l’existence de plusieurs couches picturales, observées in situ, en lumière du jour ou en lumière rasante, qui sont très altérées. La plus ancienne et la plus conséquente s’écaille et d’importantes pertes sont à déplorer comme sur la partie droite du manteau de Joseph, laissant seulement visible la trace des pigments imprégnés dans l’enduit et parfois la mise en place du dessin. La peinture est pulvérulente et usée en de nombreux endroits et très encrassée (fig. 6). L’enduit est soulevé principalement dans les parties basses très endommagées à cause des remontées d’humidité. Des lacunes sont présentes un peu partout sur le décor. Les plus importantes sont dues aux trous de boulin qui devaient servir d’emprises aux supports du retable déposé.

Fig. 6.

Fig. 6.

Aragnouet, Eget (Hautes-Pyrénées), église paroissiale Saint-Pierre-aux-Liens ; Détail de la Vierge de la Nativité : peinture encrassée

C. Le Baron © Inventaire général Région Occitanie

La peinture la plus ancienne

6Le décor datable du XIIIe siècle (par comparaisons iconographique et stylistique) nous propose au registre supérieur de l’abside deux scènes principales peintes de part et d’autre de la baie axiale romane : une Nativité du côté gauche et une Annonce aux bergers à droite. Dans l’ébrasement de la baie, deux scènes non encore totalement identifiées complètent cet ensemble. Une frise de rinceaux à tige épaisse dessinée en rouge sur fond blanc surmonte les scènes au niveau de la corniche.

7La Nativité (fig. 7) est figurée avec la Vierge étendue sur un lit pourvu de hauts pieds. Marie est allongée sous une couverture décorée d’une bande ornée et Joseph, vieillard à longue barbe, la veille à la tête du lit. Tous les deux témoignent, selon une iconographie courante, en désignant de la main le miracle qui vient de s’accomplir. Peint au-dessus de la scène dans une perspective remontante, l’Enfant emmailloté est posé dans un berceau au-dessus duquel on distingue à droite la tête du bœuf ; l’âne n’est pas visible. La tête nue de la Vierge repose sur une sorte de petit traversin ovale de couleur bleue. Saint Joseph est couvert d’une coiffe circulaire de type oriental et semble tenir, comme il se doit, un bâton de la main gauche.

Fig. 7.

Fig. 7.

Aragnouet, Eget (Hautes-Pyrénées), église paroissiale Saint-Pierre-aux-Liens ; La Nativité

P. Poitou © Inventaire général Région Occitanie

8La moitié droite de la scène de l’Annonce aux bergers (fig. 8) est moins visible. Elle a été en partie détruite par le percement d’un trou de boulin mais pourrait encore se prolonger sous des badigeons. Au sommet de la scène, l’ange descend des nuées vers les bergers pour leur annoncer la bonne nouvelle. La composition, comme pour la scène de la Nativité, est « en escalier », donnant une perspective remontante. Le sol est symbolisé par des triangles rouges imbriqués les uns dans les autres et la végétation est représentée par une ligne herbeuse et des tiges sinueuses et stylisées encadrant les moutons et les chèvres surveillés par un chien aux énormes pattes de lion. Des arbres stylisés sont perceptibles dans la partie supérieure de la scène. Les deux bergers sont musiciens ; celui de gauche joue de la pibole (instrument à vent ancêtre du cor) tandis que l’autre tient un frestel (flute de pan du Moyen Âge) de la main gauche et un pedum (bâton ou houlette de berger) de l’autre.

Fig. 8.

Fig. 8.

Aragnouet, Eget (Hautes-Pyrénées), église paroissiale Saint-Pierre-aux-Liens ; l’Annonce aux bergers

S. Decottignies © Inventaire général Région Occitanie

9Ces deux scènes sont complétées dans chaque ébrasement de la petite baie romane par deux épisodes, non encore parfaitement identifiés, qui se font face. À gauche, un personnage frappe avec une hache ( ?), tenue des deux mains, la tête d’un personnage féminin les deux bras écartés dans un geste de surprise (fig. 9) : peut-être le Massacre des innocents ? À droite la scène est plus difficilement compréhensible pour l’instant ; deux personnages sont face à face. Trois des figures portent des pantalons bouffants, seule la femme porte un vêtement long.

Fig. 9.

Fig. 9.

Aragnouet, Eget (Hautes-Pyrénées), église paroissiale Saint-Pierre-aux-Liens ; détail de l’ébrasement de la baie d’axe

P. Poitou © Inventaire général Région Occitanie

10Dans l’attente de la restauration, nous ne pouvons proposer qu’une analyse rapide. Le style qui semble appartenir à un roman finissant, avec des formes aux tracés toujours affirmés mais moins raides annonçant les peintures gothiques aux mouvements plus naturels… Les visages sont encore allongés avec les nez étroits et des yeux en amande. Le dessin est très présent, il est souligné de tracés noirs parfois doublés d’un trait blanc ou ocre rouge.

  • 8 Il est conservé au Museu Nacional d'Art de Catalunya (MNAC) de Barcelone.

11Il est tentant de faire des rapprochements avec d’autres peintures pyrénéennes, et on ne peut que remarquer les parentés avec certaines peintures de la vallée de Boi (Espagne) toute proche, par exemple dans cette façon de représenter les ventres arrondis des personnages. Et les parallèles semblent encore plus évidents avec les peintures de plusieurs devants d’autel comme celui de Cardet8, daté de la seconde moitié du XIIIe siècle (fig. 10). Un des panneaux y relate les deux scènes de la Nativité et de l’Annonce aux bergers et présente de nombreuses similitudes avec les peintures d’Eget. Et l’on peut aussi trouver des caractéristiques stylistiques proches des peintures du Panthéon des Rois de Saint Isidore de Léon (Espagne). Nous développerons tous ces recoupements lors d’une étude plus approfondie.

Fig. 10.

Fig. 10.

Cardet, vallée de Boi (Espagne), église Santa-Maria, devant d’autel

Calveras, Mérida, Sagristà © Museu Nacional d’Art de Catalunya, Barcelona

Les deux autres « décors »

  • 9 Encore visible, l’inscription MAL est peinte au-dessous du plateau de la balance que porte saint Mi (...)

12À la fin du Moyen Âge, peut-être au XVe siècle, au vu du fragment représentant saint Michel psychopompe avec l’inscription MAL9, on recouvre la peinture du XIIIe siècle d’un nouveau décor (fig. 11). Des bandes ornées de fleurs de lys venaient certainement compléter le décor et encadrer un retable plus petit et antérieur à celui conservé aujourd’hui. Un faux appareil de pierres peint au registre inférieur parachève l’ensemble.

Fig. 11.

Fig. 11.

Aragnouet, Eget (Hautes-Pyrénées), église paroissiale Saint-Pierre-aux-Liens ; détail de la partie gauche de l’abside

P. Poitou © Inventaire général Région Occitanie

  • 10 Des sondages complémentaires sont prévus afin de mieux évaluer l’étendue des décors peints.

13Un dernier enduit plus épais est peut-être ajouté lors de la mise en place du dernier retable, à la fin du XVIIe siècle. Puis un badigeon est passé, qui aujourd’hui laisse entrevoir des vestiges de peintures au gré des écaillements au cul-de-four et sur les murs du chœur10.

14Une fois nettoyés, dégagés, restaurés et documentés, ces ensembles peints pourront nous révéler plus d’informations sur l’iconographie et la technique. Pour le moment, l’iconographie visible est encore partielle mais déjà essentielle et l’on peut imaginer qu’avec ces épisodes de la vie terrestre de Jésus sur le mur de l’abside, une théophanie (Christ en majesté) pourrait ou pouvait être représentée au cul-de-four. Les analyses des pigments et principalement des vert-bleus pourront nous donner de précieuses informations sur l’utilisation éventuelle de l’aérinite et compléter ainsi notre connaissance de son utilisation qui se révèle courante pour cette période dans le sud-ouest (ex : Nogaro dans le Gers, Ourjout en Ariège…).

15Cette découverte en devenir confirme à nouveau l’importance des voies de communication transpyrénéennes jalonnées de vestiges artistiques que l’on continue à mettre au jour et qui démontrent leur fréquentation par les artistes et les mécènes.

Haut de page

Notes

1 En 2012, lors de la dépose du retable on découvre le décor peint primitif de l’église Saint-Pierre d’Ourjout en Ariège.

2 À la suite de cette découverte l’abside conservant les peintures a fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques en 2017.

3 Parmi ces objets on notera la présence de plusieurs céramiques culinaires datables de la fin du XVIIIe siècle et des premières décennies du siècle suivant qui avaient été remployées comme contenant lors d’un chantier de réfection de peintures et enduits, vraisemblablement celui des années 1830.

4 À signaler la prochaine publication sur les peintures monumentales des vallées d’Aure et de Louron dans la collection Images du Patrimoine actualisant les deux itinéraires parus sur ce sujet et aujourd’hui épuisés.

5 Visiblement le peintre de la chapelle du Plan s’est fortement inspiré des peintures d’Eget en reprenant la même iconographie.

6 Un des deux médaillons encadrant le portail porte la date de 1833.

7 Archives départementales des Hautes-Pyrénées, 2 O 157.

8 Il est conservé au Museu Nacional d'Art de Catalunya (MNAC) de Barcelone.

9 Encore visible, l’inscription MAL est peinte au-dessous du plateau de la balance que porte saint Michel dont on ne distingue qu’un bout d’aile, le reste de la peinture a disparu lors de l’ouverture de la porte menant à la sacristie.

10 Des sondages complémentaires sont prévus afin de mieux évaluer l’étendue des décors peints.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1.
Légende Aragnouet, Eget (Hautes-Pyrénées), église paroissiale Saint-Pierre-aux-Liens ; vue du chœur avec le retable
Crédits J.‑F. Peiré © Inventaire général Région Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2349/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 2.
Légende Aragnouet, Eget (Hautes-Pyrénées), église paroissiale Saint-Pierre-aux-Liens ; vue d’ensemble des peintures du chœur une fois le retable déposé
Crédits C. Le Baron © Inventaire général Région Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2349/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 3.
Légende Aragnouet, Le Plan (Hautes-Pyrénées), chapelle d’Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem Notre-Dame-de-l’Assomption dite chapelle des Templiers puis des Chevaliers de Malte ; vue d’ensemble des peintures du chœur
Crédits S. Decottignies © Inventaire général Région Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2349/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 4.
Légende Aragnouet, Eget (Hautes-Pyrénées), église paroissiale Saint-Pierre-aux-Liens ; vue extérieure
Crédits J.‑F. Peiré © Inventaire général Région Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2349/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 5.
Légende Aragnouet, Eget (Hautes-Pyrénées), église paroissiale Saint-Pierre-aux-Liens ; vue d’ensemble intérieure de l’église
Crédits P. Poitou © Inventaire général Région Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2349/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 6.
Légende Aragnouet, Eget (Hautes-Pyrénées), église paroissiale Saint-Pierre-aux-Liens ; Détail de la Vierge de la Nativité : peinture encrassée
Crédits C. Le Baron © Inventaire général Région Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2349/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 7.
Légende Aragnouet, Eget (Hautes-Pyrénées), église paroissiale Saint-Pierre-aux-Liens ; La Nativité
Crédits P. Poitou © Inventaire général Région Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2349/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Fig. 8.
Légende Aragnouet, Eget (Hautes-Pyrénées), église paroissiale Saint-Pierre-aux-Liens ; l’Annonce aux bergers
Crédits S. Decottignies © Inventaire général Région Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2349/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
Titre Fig. 9.
Légende Aragnouet, Eget (Hautes-Pyrénées), église paroissiale Saint-Pierre-aux-Liens ; détail de l’ébrasement de la baie d’axe
Crédits P. Poitou © Inventaire général Région Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2349/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 10.
Légende Cardet, vallée de Boi (Espagne), église Santa-Maria, devant d’autel
Crédits Calveras, Mérida, Sagristà © Museu Nacional d’Art de Catalunya, Barcelona
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2349/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 11.
Légende Aragnouet, Eget (Hautes-Pyrénées), église paroissiale Saint-Pierre-aux-Liens ; détail de la partie gauche de l’abside
Crédits P. Poitou © Inventaire général Région Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2349/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Decottignies et Thibaut de Rouvray, « Une nouvelle découverte de peintures murales derrière un retable : les peintures de l’église Saint-Pierre aux Liens d’Eget à Aragnouet (Hautes-Pyrénées) »Patrimoines du Sud [En ligne], 6 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 09 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/pds/2349 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pds.2349

Haut de page

Auteurs

Sylvie Decottignies

Chercheur spécialiste des peintures monumentales, Inventaire général région Occitanie

Articles du même auteur

Thibaut de Rouvray

Chargé de Mission Inventaire général Occitanie, Département des Hautes-Pyrénées

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search