Navigation – Plan du site

AccueilNuméros5Les protestants et la mort, le ci...

Les protestants et la mort, le cimetière protestant de Nîmes

Protestants and death, the Protestant cemetery of Nîmes
Anne Nègre

Résumés

Le cimetière protestant de Nîmes est le plus ancien patrimoine immobilier collectif réalisé par les protestants depuis la révocation de l’Édit de Nantes, la tête de série thématique. Les membres de l’église protestante de Nîmes fondée en 1553 ont toujours veillé à trouver des lieux d’inhumations pour leurs coreligionnaires malgré les interdictions successives. Créé en 1778, il met en place une organisation particulière, des plantations variées, une créativité iconographique unique inventant un lieu d’exception.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 NÈGRE, Anne. Le cimetière protestant de Nîmes. 1778-1910. Thèse de doctorat de droit sous la direct (...)
  • 2 AUGE, Paul. Ouvrage collectif. Larousse du XXe siècle, 6 vol. , Paris, 1928, V° Sépulture.

1Ces quelques lignes sont le reflet des recherches menées dans le cadre d’une thèse de doctorat de droit dont le sujet était : La contribution à l’histoire du patrimoine, le cimetière protestant de Nîmes, 1778–19101. Ce thème entraîne de prime abord, une réticence, un recul. Le macabre, les cadavres étaient au rendez‑vous, ils gênent les vivants, c’est une première barrière à dépasser. Les vivants d’hier avaient-ils les mêmes présupposés ? Si la mort est inhérente à la vie, la conception de celle‑ci a-t‑elle évolué ? On sait que le propre de l’homme c’est le rire, c’est aussi d’enterrer ses morts. Les civilisations anciennes traitent la question souvent de manière différente. Ainsi, les Égyptiens pensent que l’âme périrait si le corps vient à se détruire, c’est pourquoi ils le convertissent en momie2.

  • 3 PLATON. Sophiste, Politique, Philèbe, Timée, Critias, Paris, 1969, p. 15.
  • 4 ROBINSON, Théodore-Henry. Introduction à l’histoire des religions, Paris, 1929, p. 115.

2Platon, lui, croit à l’immortalité de l’âme3. Il considère l’homme comme une âme provisoirement emprisonnée dans un corps matériel. La mort du corps, toutefois, n’implique pas la délivrance finale des entraves de la matière, car l’homme peut se réincarner sous quelque autre forme terrestre. Cette doctrine connue sous le nom de transmigration des âmes ou de métempsycose est enseignée avant lui par Pythagore notamment, c’était là, plus une doctrine psychologique et philosophique plutôt qu’une conviction religieuse4.

  • 5 AUGE, Paul. Op. cit.

3Les Grecs imaginent l’homme privé de sépulture errant longtemps avant d’arriver aux enfers. De manière pratique, en Grèce et à Rome des associations ou collèges existaient dont le but était d’assurer à leurs membres une sépulture convenable que la loi et les mœurs protégeassent5.

4Les religions monothéistes, comme les autres, s’emparent des rites entourant la mort. Les âmes continuent de vivre après la mort dans des conditions différentes selon leurs mérites. L’errance, sous diverses formes, apparaît un lieu commun des croyances humaines pour le temps postérieur à la mort car l’on se refuse à la prendre pour un simple anéantissement.

5La manière de concevoir la mort était quasi identique pour la très grande majorité des personnes pendant des siècles dans une France catholique. La Réforme protestante provoque une rupture avec de grandes difficultés pour l’enterrement de ses adeptes, ce qui est assez méconnu. Ces quelques lignes survolent cette histoire aboutissant à la création de ce patrimoine collectif protestant nîmois.

L’évolution d’une vision divergente de la mort conduit à des inhumations différentes

6Les français suivent massivement les mêmes rites pendant des siècles jusqu’à ce que certains en inventent d’autres sur terre et soient poursuivis sur terre et dans l’au‑delà.

Comment les rites entourant la mort ont changé

Une appréhension commune de la mort

  • 6 CHAUNU, Pierre. La mort à Paris, XVIe, XVIIe, XVIIIe siècles, Paris, 1978.
  • 7 LE ROY LADURIE, Emmanuel. Montaillou, village occitan de 1294 à 1324, Paris, 1976. LE ROY LADURIE, (...)
  • 8 ARIÈS, Philippe. Essai sur l'histoire de la mort en occident du Moyen Age à nos jours, Paris, 1974, (...)

7Au cours du premier millénaire de notre ère, l’idée de la mort évolue, même si Pierre Chaunu6 et Emmanuel Le Roy Ladurie7 montrent que les cultures traditionnelles sont quasi statiques. Philippe Ariès a cherché à déchiffrer sous le langage ecclésiastique le fonds banal de représentation commune de la mort, imprégnant les chrétiens du même passé, les catholiques et protestants étant façonnés par une histoire identique jusqu’au temps de la Réforme8.

  • 9 BOULENGER, Jacques. Les Romans de la Table Ronde, Merlin l’enchanteur, Lancelot du Lac, Le Saint Gr (...)
  • 10 DUBY, Georges. Le Moyen Age, 987-1460. Paris, 1987, p. 424. 11 -

8L’appréhension de la mort est familière mais apprivoisée, elle s’illustre par le décès en Occident des chevaliers médiévaux qui est attendu ou immédiat. Gauvain dit : sachez que je ne vivrai que deux jours9. L’inconscient change et devient habité par la mort annoncée, peut‑être à cause de la peste noire frappant en 1348, partant, revenant, repartant10 influençant l’idée même de la mort. À la fin du XVe siècle, la mort s’invite ; selon Philippe Ariès, l’exemple se rencontre par un être jeune, aimant la vie recevant la manifestation de l’annonce de la mort. Puis une jeune fille pleine d’entrain est frappée par la maladie, elle se révolte sans refuser la mort. Une ébauche de contestation émerge contre la mort. Dans le désespoir, on peut aller jusqu’à donner son âme au diable pour continuer à vivre.

  • 11 LE ROY LADURIE, Emmanuel. Op. cit., p. 594.
  • 12 BOULENGER, Jacques. Op. cit. p. 347
  • 13 ARIÈS, Philippe. Op. cit. p. 21.

9La symbolique de la mort transparaît également, dans la position du défunt qui, à elle seule, révèle les croyances des vivants. Au haut Moyen Age, la position des défunts se précise. Les juifs d’après les descriptions de l’Ancien Testament se retournaient vers le mur pour mourir11. Tous les morts sont étendus de telle sorte que leur tête soit tournée vers l’Orient, vers Jérusalem12. Iseult sera ainsi tournée vers l’orient. Dans le christianisme primitif, la personne décédée est représentée avec les bras étendus le long du corps. Puis, on attend la mort, couché, regardant vers le ciel, avec les mains croisées sur la poitrine. C’est l’attitude des gisants à partir du XIIe siècle, gisant au lit malade selon l’expression des testaments pendant plusieurs siècles. Les liturgistes du XIIIe siècle prescrivent cette position rituelle13.

10Un cérémonial traditionnel accompagne la mort, le défunt comme on le remarque dans la Chanson de Roland où il tient en trois actes. Le premier est le regret de la vie, un rappel triste, discret, des êtres et choses aimés. L’étape suivante est constituée par le pardon demandé aux compagnons et autres personnes entourant le mourant qui est normalement dans son lit. La dernière phase doit permettre d’oublier le monde pour ne penser qu’à Dieu.

  • 14 Les Églises romanes de Beaulieu, Conques, Autun.
  • 15 CHAUNU, Pierre. Le temps des Réformes, t. II, La Réforme Protestante, Bruxelles, 1984, p. 430.

11La prière est une pratique de plus en plus courante aux XVIe et XVIIe siècles. Ce n’est qu’au XVIIIe siècle que les éloges funèbres se développent, liés au concile de Trente qui a proclamé l’efficacité des prières pour les défunts, même si la prière des morts, mentionnée dans la Bible - Maccabées 2 - apparait au IIe siècle après Jésus‑Christ. Elle se rapporte au jugement dernier ; celui-ci étant placé à la fin des temps, il sera suivi de la théorie de l’épreuve du feu, précédant le jugement, qui est à l’origine du Purgatoire. Vers le XIIe siècle, une iconographie nouvelle naît dans les églises romanes14. La séparation des justes et des damnés oblige à un jugement et à la pesée des âmes. Et au XIIIe siècle, l’idée de jugement l’a emporté, une cour de justice où siège Jésus entouré de ses apôtres invite à un procès. Chaque personne est alors jugée selon le bilan de sa vie, les bonnes et mauvaises actions sont posées sur les plateaux d’une balance où elles ont même été écrites sur un livre. Les ressuscités portent le jugement comme une marque d’identification, une balance des comptes. Cette balance n’est pas fermée le jour de la mort, mais le dernier jour de la fin des temps. La fin physique n’est pas la fin de l’être, la fin de l’être n’est pas l’éternité infinie, elle est sur le chemin. Les textes et la prédication des ordres mendiants précèdent l’image qui s’impose partout au XIVe et surtout au XVe siècle. Un jugement particulier se fixe à l’instant de la mort, un jugement dernier à la fin des temps. En acceptant le temps des âmes entre les deux jugements, l’Église acceptait implicitement la représentation de l’au-delà de la mort sous la forme d’une durée, nous rappelle Pierre Chaunu15.

12Dans les premiers temps du Purgatoire, l’Enfer y est superposé. Les peines du Purgatoire de légères deviennent lourdes à partir du XIIIe siècle, le pouvoir de l’Église s’intensifiant. De l’endroit indéfini où les morts traînent leur vie, les rendant jaloux des vivants et donc dangereux, ils ont trois lieux de destination finale, le Paradis, l’Enfer, ou le Purgatoire. L’Église orientale, elle, est restée à l’épreuve du feu et dans l’ancien testament, Dieu n’aurait ordonné aucun sacrifice pour les morts. Dans le nouveau testament, il n’y aurait pas davantage de commandement de prier Dieu pour les morts. Le culte des morts serait un ajout de l’Église catholique.

  • 16 RAPP, Francis. L'Église et la vie religieuse en occident à la fin du Moyen Age, Vendôme, 1971, p. 1 (...)
  • 17 RAPP, Francis. Op. cit., p. 142.

13Plus près de nous, vers le XVIe siècle, le jugement n’est plus entre la mort et la fin des temps, il est là, dans la chambre du mourant, avec ses proches. Les rites s’accomplissent, ils sont réservés au seul mourant, sans que les proches s’en rendent compte. La cour céleste, Satan et ses démons sont là, fixant le rassemblement de la fin des temps désormais peu de temps avant la mort. La balance ne sert plus, mais le livre est présent et Satan s’en empare quelquefois, manifestant son succès. Les êtres surnaturels sont là pour apprécier le comportement du mourant face à sa dernière épreuve, sa dernière tentation. Il reverra sa vie et sera tenté par la vaine gloire ou le désespoir de ses fautes. Cette épreuve remplace le jugement dernier. La piété populaire se manifeste, par exemple, dans des sanctuaires à répit16. Dans un tel lieu, la Vierge est censée ressusciter les poupons mort-nés, juste le temps de les ondoyer. Quant aux confirmés, les seuls qui aient le droit d’approcher la Sainte Cène, il n’est pas sûr que tous les chrétiens aient pu l’être. En effet, les évêques qui parcouraient en entier leur diocèse étaient rares17 De même pour l’extrême-onction, on la voyait dans certaines régions comme un luxe à la portée des riches seulement, ou on la tenait pour une ordination in extremis.

14L’extrême-onction est réservée alors aux clercs, puis aux confirmés, peu nombreux encore aux XVIe et XVIIe siècles ; c’est une pratique qui se généralisera plutôt tardivement.

  • 18 BOURDIEU, Pierre. Esquisse d’une théorie de la pratique, Genève, 1972.
  • 19 LE ROY LADURIE, Emmanuel. Op. cit. p. 594, p. 60-63.

15On attend désormais la mort au lit, dans une cérémonie organisée et présidée par le mourant lui-même qui en connaît le protocole, cérémonie devenant de plus en plus publique jusqu’au XIXe siècle. L’ensemble de ces pratiques, le but funéraire essentiel, est aussi d’empêcher les défunts de revenir troubler les vivants, nos villageois prendront longtemps ce qu’il y a de rassurant dans une croyance ou une autre, relève Pierre Bourdieu18. La manière de croire n’est pas identique sur tout le territoire français19. Avec la théorie du salut par les œuvres, de l’humilité, qui interdisent l’entrée directe au Paradis, le Purgatoire devient le lieu unique, le sas obligatoire pour tous.

La Réforme protestante influe sur la vision de la mort

16Ni jugement dernier, selon l’expression consacrée, ni condamnation n’existent dans les premiers siècles du christianisme. La responsabilité individuelle, les bonnes ou mauvaises actions ne sont pas comptées. Ceux qui appartiennent à l’Église lui confient leur corps et se réveilleront au Royaume des cieux. Au contraire, tous ceux qui n’appartiennent pas à l’Église Catholique, c’est à dire l’Église universelle, ne se réveilleront pas. Le néant les attend.

  • 20 Ce sont bien les autorités civiles qui prévoient que le cadavre du suicidé fera l’objet d’un jugeme (...)
  • 21 En grec ce mot hérésie signifie choix, choix personnel.
  • 22 CHASTEL, Étienne. Histoire du christianisme, Paris, 1881, t. IV, p. 101.
  • 23 FEBVRE, Lucien ; MARTIN, Henri-Jean. L'apparition du livre, Paris, 1958, p. 377. La Bible se diffus (...)
  • 24 CHAUNU, Pierre. Op. cit. p. 320.
  • 25 CHASTEL, André. Arts et Humanisme à Florence au temps de Laurent le Magnifique. Paris, 1961, p. 96.
  • 26 BAUMGARTNER, Antoine-Jean. Calvin prédicateur, Genève, 1887, p. 4.

17Il apparaît nettement que dans la France chrétienne du Moyen Age, enterrer les morts est devenu la responsabilité exclusive de l’Église qui détient l’accès à la terre bénite des cimetières. En sont privés les mécréants, les divers hérétiques, les excommuniés, les juifs et les suicidés20. L’Église catholique, apostolique et romaine règne sans partage sur les âmes tirant son droit des Saintes Écritures ; tout individu s’opposant à ses préceptes est excommunié et décrété hérétique21 comme les cathares ou les vaudois22. à défaut d’abjuration de leur foi, ces personnes seront poursuivies avec une volonté d’extermination sans faille, dans le temps présent, privées du bienfait du Royaume des cieux, volontairement condamnées à perpétuité à l’Enfer, par leurs frères en humanité. Les personnes insoumises à la vérité ambiante deviennent de plus en plus nombreuses avec le développement de la lecture, particulièrement de la Bible. Cet accès à la connaissance grâce à la copie puis à l’imprimerie trouble23. Ce sont des fissures dans la toute puissance de l’Église catholique car les lecteurs découvrent que la Bible24 ne contient guère de rituels au contraire de ceux que l’Église impose à tous. L’Humanisme et la Renaissance rompent avec l’obscurantisme25 du Moyen Age26.

  • 27 MERLE d’AUBIGNE, Jean-Henri. Histoire de la Réformation du seizième siècle, Genève, 1835, t. I, p.  (...)
  • 28 DELUMEAU, Jean. Le catholicisme entre Luther et Voltaire, Paris, 1971, p. 38. Le 27 juin 1519 comme (...)
  • 29 Le rejet du pouvoir des clefs est basé sur l’Évangile de Matthieu, XVI, 18-19.
  • 30 LUTHER, Martin. Thèse 13, des 95 Thèses, Wittenberg, 31 octobre 1517 : La mort délie de tout ; les (...)
  • 31 CHAUNU, Pierre. Op. cit., p. 458. Une autre rupture est engendrée, celle liée à la mendicité.
  • 32 LE ROY LADURIE, Emmanuel. Op. cit., p. 21. Les ordres mendiants seront des agents de la reconquête (...)
  • 33 RILLIET, Jean. Zwingli, le troisième homme de la Réforme, Paris, 1959, p. 107 Les clés, dans la pen (...)
  • 34 DELUMEAU, Jean. Op. cit. p. 33. Les deux Réformes qui se crurent et se voulurent ennemies, tirèrent (...)
  • 35 LE ROY LADURIE, Emmanuel. Op. cit., p. 563.
  • 36 CHAUNU, Pierre. Op. cit., p. 295.

18La Réforme au XVIe siècle embrasant l’Europe, bute et débute sur l’achat indulgences27 pour obtenir son salut, sur le pouvoir des clés détenues par le Pape pour l’accès au Royaume des cieux. Luther devient le théologien du salut gratuit, du salut par la grâce s’opposant au salut par les œuvres, et ses quatre-vingt-quinze thèses qui datent du 4 septembre 151728 imposent un saut de 1000 ans dans la réflexion et finissent par un rejet de l’intercession en vue du jugement dernier, contestant le pouvoir29 des clefs, la mort30 déliant31 de tout32. Divers théologiens33 dont Zwingli, Luther, Calvin espèrent une Réforme de l’Église catholique34. Cette Réforme catholique sera postérieure à la Réforme protestante35 mais en repoussoir de celle‑ci36.

  • 37 MAROT, Clément ; DE BÈZE, Théodore. Les psaumes en vers français avec leurs mélodies, fac-similé de (...)
  • 38 RAPP, Francis. Op. cit.
  • 39 FOIGNET, Gabriel. Histoire du droit français, Paris, 1908, p. 224.
  • 40 Grâce à la régale, le Roi de France avait un double droit pendant la vacance d’un évêché. D’une par (...)
  • 41 LABROUSSE, Élisabeth. Une Foi, une Loi, un Roi ? La Révocation de l’Édit de Nantes, Paris, 1985, p. (...)
  • 42 LÜTHY, Herbert. Le Passé présent. Paris, 1965, p. 105-106.

19Pendant ce temps, dans l’Europe entière, des fidèles de plus en plus nombreux se rassemblent pour écouter la lecture de la Bible, pour prier et chanter37 des psaumes. En France, une répression sans pitié s’exerce contre ces rebelles de l’âme. Trouve-t-elle sa raison d’être dans le Concordat de 1516 ? À l’issue de négociations et marchandages, François Ier conclut un Concordat permanent38 avec la papauté. Cette convention fondamentale fixe les structures ecclésiastiques en France pour plusieurs siècles. Traditionnellement, les biens de l’Église catholique échappaient à tout impôt et en outre, celle‑ci bénéficiait de grandes libertés d’action dans notre pays. Ensuite, par Concordat, c’est à dire par convention à vocation provisoire, elle consentit à payer à titre de don gratuit une contribution fixée au dixième du revenu des bénéfices ecclésiastiques qu’on a appelé décime, mais pour cela l’autorisation du pape était nécessaire39. En outre, ce Concordat permettait également au Roi de France de bénéficier de la régale40. Plus tard, Louis XIV utilisera le produit de cette régale pour financer la surveillance des nouveaux convertis, ces protestants qui ont été pressés d’abjurer leur foi. À cette époque, les souverains français et étrangers, leurs sujets eux-mêmes, sont empreints du principe de Saint Augustin devant s’appliquer à tous les états : Une Foi, une Loi, un Roi41. La religion est celle du souverain42, il est inconcevable qu’elle souffre d’exception.

  • 43 LECLER, Joseph. Histoire de la tolérance au siècle de la Réforme, Paris, 1994, p. 301.
  • 44 Les Édits successifs de tolérance évoquent toujours péjorativement ceux de la nouvelle religion (15 (...)
  • 45 HAUSER, Henri. La prépondérance espagnole : 1559-1660, Paris, 1933, p. 45.
  • 46 ISAMBERT ; JOURDAN ; DECRUSY ; TAILLANDIER. Recueil général des anciennes lois françaises, Paris, 1 (...)
  • 47 DELUMEAU, Jean. WANEGFFELEN, Thierry. Naissance et affirmation de la Réforme, Paris, 1997, p. 196 : (...)
  • 48 FONTANON, Antoine. Les Édicts et ordonnances des rois de France, Paris, 1611, t. IV, p. 460. Le tra (...)
  • 49 LE BRAS, Gabriel. La police religieuse dans l'Ancienne France, Paris, 1940-1941, p. 77.
  • 50 CLAVEL, Pierre. Nîmes de la Réforme au XVIIIe siècle à travers une histoire familiale, Nîmes, 1987, (...)
  • 51 JOXE, Pierre. L’édit de Nantes, La Flèche, 1998, p. 99. Traditionnellement les historiens identifie (...)
  • 52 GARISSON, Janine. L'homme protestant, Bruxelles, 1986, p. 19-21. La populace voulant purifier la Fr (...)
  • 53 BENOÎT, Élie. Histoire de l’édit de Nantes, Delft, 1693-1695, t. 1, p. 224 et 321.
  • 54 MOUSNIER, Roland. L'assassinat d'Henri IV, Paris, 1964, p. 127.
  • 55 GUYOT, Joseph-Nicolas. Répertoire Universel et Raisonné de jurisprudence civile, criminelle, canoni (...)

20On découvre déjà à quel point le thème traité est un sujet à la croisée des chemins, la vie, la mort, l’Église catholique en proie à un schisme durable, laissant des séquelles profondes. L’Angleterre, les Principautés et Villes libres de l’Empire, les pays scandinaves, les Provinces‑Unies deviennent protestantes43. L’Espagne, le Portugal, l’Italie, et bien sûr la France, restent catholiques. À l’aube du XXIe siècle, les pays sont toujours majoritairement tenants encore de la religion choisie ou conservée quelques siècles plus tôt, bien que l’Islam progresse rapidement. En France, sans l’avoir recherché, cette nouvelle religion prétendue réformée, la R.P.R.44, devient un mouvement d’opposition ; en pénétrant dans les châteaux et les manoirs, il était devenu politique et militant45 constituant ainsi son bras armé ralliant les mécontents. Les guerres de religion s’enchaînent, émaillées par des colloques débouchant sur des Édits46. À peine conclus, ils n’ont même pas le temps d’être enregistrés que d’autres les remplacent47. Les lieux d’ensevelissement sont au cœur de ces édits successifs48. La Paix de Saint‑Germain scellée le 8 août 157049 s’affirme pour la première fois avec une vocation perpétuelle, elle est d’ailleurs proclamée comme irrévocable. Cet Édit de pacification invente la liberté de culte50. Les guerres de religion51 continueront52 et les massacres de la Saint Barthélemy en 157253 embrasent de haine la France. L’avènement d’un Roi d’origine protestante, un homme d’un caractère trempé, Henri IV, est déterminant dans la concrétisation de l’évolution originale de la France de cette fin du XVIe siècle. L’Édit de Nantes du 30 avril 159854 reprend l’Édit de Poitiers de 1557 dans ses articles principaux55. Cet Édit de Nantes ouvre la coexistence de deux religions, unique en Europe à l’époque.

  • 56 MOUSNIER, Roland. Les XVIeet XVIIe siècles, la grande mutation de l'humanité, l'avènement de la soc (...)

21Ces faits permettent de comprendre que le cimetière de Nîmes n’est pas seulement un lieu d’inhumation quelconque, mais l’aboutissement d’une cruelle histoire, celle de gens croyant différemment, obéissant à des exigences nouvelles, inconnues jusqu’alors, mettant en place une Église nouvelle, avec des règles autres56. Ce sont d’anciens catholiques, habités du même passé inconscient, des mêmes approches de la mort.

22Les membres du clergé catholique interdisent très rapidement l’usage des cimetières, ceux de leurs ancêtres communs, puisqu’ils étaient considérés par l’Église dominante comme des hérétiques, donc ne pouvant être inhumés dans la terre bénite des églises ou des cimetières catholiques, ni même dans un terrain les jouxtant. L’Édit d’Amboise de 1562 impose l’enterrement de nuit, c’est à dire à la pointe du jour et au couchant, cette obligation ne sera levée qu’à la Révolution. Comment vont réagir les membres de cette nouvelle Église à Nîmes face à ces difficultés pour enterrer leurs morts.

Les temps difficiles des inhumations des protestants à Nîmes 1521-1776

23Les difficultés majeures des protestants pour enterrer leurs morts émaillent trois siècles d’histoire.

Les enterrements tolérés des protestants nîmois, 1521-1685

24C’est l’Église Réformée de Nîmes, une des plus anciennes de France, se mettant en place dès 1521, qui pourvoira à cette tâche délicate dans des temps violents pour les non catholiques. Elle se charge de l’enterrement des membres de sa paroisse, particulièrement des plus pauvres d’entre eux, en trouvant les terrains adéquats. L’interdiction d’utiliser les cimetières par les réformés a été généralisée en Languedoc en 1565 par son Gouverneur, Henry de Montmorency. L’Édit de Nantes, en 1598, dégage une ère nouvelle qui impose aux protestants d’instituer leurs propres cimetières.

25Trois cimetières seront officiellement utilisés par les protestants au XVIIe siècle à Nîmes, sis Porte de la Couronne, Porte de la Bouquerie et Porte de la Madeleine. Les membres catholiques d’une famille n’avaient pas le droit d’y être enterrés.

Les enterrements clandestins par l’Église du Désert, 1685-1776

  • 57 Dix-sept Édits le suivent de 1685 à 1686. De 1685 à 1686, pas moins de dix-sept Édits traitent du c (...)
  • 58 LAVISSE, Ernest. Histoire de France, Louis XIV, t. VII, p. 66-68 : Défense est faite par déclaratio (...)
  • 59 Bibliothèque Inguimbertine, Carpentras. Manuscrit apocryphe sur La législation anti protestante de (...)

26L’Édit de Fontainebleau du 28 octobre 168557, entrainant la Révocation de l’Édit de Nantes,58 interdit purement et simplement l’enterrement des pratiquants de la religion prétendument réformée. Les protestants sont réputés ne plus exister dans le Royaume. De nombreuses violations de ce texte ont eu lieu les années précédant sa révocation59.

  • 60 CARBONNIER–BURKARD, Marianne ; CABANEL, Patrick. Une histoire des protestants de France, Paris, 199 (...)

27En 1688, ces trois cimetières sont repris et solennellement consacrés par l’Église catholique. L’Église Réformée n’a plus d’existence officielle, elle a pourtant de nombreux adeptes. Elle devient l’Église du Désert se référant à l’exode pendant 40 années dans le désert par les Hébreux sortis d’Égypte60.

28À Nîmes, cette Église de l’Ombre, de la clandestinité a des membres d’un grand courage car au péril de leur vie, ils s’occupent des lieux d’inhumation pour permettre que les corps des plus déshérités bénéficient d’une sépulture, de 1685 à 1778. Les caves deviennent les dernières demeures des propriétaires urbains et dans les propriétés rurales, un champ était consacré à l’ensevelissement expliquant ainsi la multitude de petits cimetières privés en Cévennes ou dans le Languedoc et dans toutes les autres régions où les protestants étaient nombreux. Des pigeonniers, des capitelles sont aussi utilisés à cette fin.

29Pour le reste, le protestant est physiquement seul face à la mort. La mort et l’enterrement se placent en dehors de la vie de l’Église. Il n’y a pas de cérémonie religieuse et le mourant n’est pas assisté de pasteur. Il est dans la main de Dieu. La relative sérénité des protestants se fonde sur l’assurance d’un salut qui vient entièrement de Dieu, d’un salut ne devant rien aux actions et mérites humains.

  • 61 DENISART, Jean-Baptiste. Collections des décisions nouvelles et de notions relatives à la jurisprud (...)

30La France n’a pas craint d’enfreindre un des tabous communs à toutes les civilisations : accorder la paix aux morts. En effet, les opiniâtres qui refusent d’abjurer au seuil de la mort, ou refusent l’extrême-onction tombent sous le coup de la déclaration royale de janvier 1686. Elle prévoit à leur décès un procès post mortem. Jusqu’au XVIIIe siècle, des lois permettront de faire des procès à la mémoire de gens morts, de les condamner à perpétuité dans l’au‑delà, aux fins de confisquer leurs biens, but de la manœuvre des plaignants revendiquant les héritages. Les procès sont diligentés par le pouvoir judiciaire civil et si la majorité de ces juges répugne à ce genre de pratiques, ce n’était pas l’unanimité, des arrêts en font foi61.

31Des procès sont également faits aux cadavres des convertis revenus à l’hérésie au moment de mourir. En application d’une déclaration royale en date du 29 avril 1686 la sanction d’un tel procès contre un cadavre convaincu du crime de relaps sera d’être déterré, puis traîné sur une claie dans la grande rue du bourg et jeté à la voirie. Quant à ses biens, ils seront confisqués au profit de Sa Majesté le Roi.

32La Réforme a transformé l’attitude devant la mort. En terre réformée, une grande austérité a longtemps caractérisé les approches de la mort, les usages en vigueur, plus qu’en pays luthériens, certainement pour s’opposer aux pratiques des catholiques majoritaires. Au XVIe siècle, d’une façon générale, les corps des protestants étaient ensevelis en pleine terre, face vers le ciel, les mains croisées sur la poitrine, usage qui perdure au XXIe siècle. Les cérémonies funèbres éloignent les pleureuses et aucune prière ou rite n’entoure l’ensevelissement, ils ne participent pas d’un rituel de passage d’un monde à l’autre. Le rôle du pasteur est déterminé par la Règle fondamentale de l’Église Réformée de France. D’ailleurs, la Discipline ecclésiastique dispose qu’il ne fera aucune prière ou prédication aux enterrements pour prévenir toute idolâtrie. Les premiers synodes demandent d’ailleurs aux pasteurs de ne pas parler aux enterrements ; on défend de se servir des cloches de peur d’être soupçonnés de quelques cérémonies superstitieuses.

  • 62 DRIANCOURT GIROD, Janine. Ainsi priaient les luthériens, la vie religieuse, la pratique, la foi des (...)
  • 63 DENISART, Jean-Baptiste. Op cit. p. 515.

33Louis XIV avec sa politique impitoyable s’est privé d’artisans talentueux nécessaires à ses projets de développement dans le domaine des arts. Pour combler ce déficit, les autorités françaises favorisent la venue d’artisans scandinaves, allemands, en provenance des pays du Refuge, des luthériens. Les premiers arriveront à pied, fort pauvres, puis, leur nombre croissant, ils prendront un bateau accostant à Rouen et s’installeront dans le faubourg Saint Antoine. Janine Driancourt62 explique cette aberration de la politique royale française. L’afflux de ces luthériens oblige leurs États à se préoccuper de leur sort, une Église luthérienne se crée à Paris et la situation au XVIIIe siècle des protestants étrangers luthériens évolue grâce à l’action de leurs Ambassadeurs. L’entraide de cette communauté étrangère pour leurs co‑religionnaires français ne s’est jamais démentie malgré les risques encourus et leur peu de moyens. Ces luthériens forment une communauté bénéficiant de l’extraterritorialité, tenant des registres de comptes, des registres d’état civil avec des remises d’extraits certifiés par les ambassades, et elle entretient une infirmerie qui sera largement ouverte aux protestants parisiens privés de tous soins. Un arrêt du Conseil d’État du 10 juillet 172063 a pour objet l’inhumation des protestants étrangers, à une époque où les protestants français sont exclus des cimetières communs et jetés à la voirie.

  • 64 LIGOU, Daniel. Le protestantisme en France de 1598 à 1715, Paris, 1968.
  • 65 DOUMERGUE, Albert. Nos garrigues et les Assemblées au Désert. Églises de Nîmes sous la croix, 1685- (...)
  • 66 ORCIBAL, Jean. Louis XIV et les Protestants, Paris, 1951.
  • 67 TOURNIER, Gaston. Les galères de France et les galériens protestants des XVIIeet XVIIIe siècles, Ca (...)

34À la mort de Louis XIV, la répression est moins systématique, mais elle se poursuit cependant. Au début du XVIIIe siècle, le 8 mars 1715, une déclaration annule l’Édit de Fontainebleau64, étant donné qu’officiellement il n’y a plus de protestants en France. Le régent corrobore cette annulation dans une ordonnance de mai 1716. En août 171665, l’exil des hérétiques protestants est officiellement définitif66, et, de ce fait, la législation répressive s’intensifie en France avec l’Édit de Versailles du 14 mai 1724. La pression de l’Église catholique, apostolique et romaine ne baisse pas. Les condamnations aux galères ne cessent pas après la disparition du Roi Soleil. Commencées en 1624, elles sont au nombre de 250 pour la seule année 168967.

  • 68 ARIÈS, Philippe. L’Enfant et la vie familiale sous l’ancien régime, Paris, 1973, p. 2. L’obligation (...)
  • 69 CARBONNIER, Jean. « L'amour sans loi ». Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme fran (...)
  • 70 VILLIEN, Antoine ; MAGNIN, Étienne ; NAZ, Raoul. Dictionnaire de droit canonique, 7 vol. B.1 1289-3

35Le début d’une reconnaissance des protestants et de leur Église apparaît dans la déclaration royale du 9 avril 1736 concernant les édifices religieux, les registres de l’état civil, des baptêmes68, des mariages69 des décès, les sépultures, les vêtures, les noviciats et les professions, les extraits à délivrer, pour qu’une procédure laïque d’inhumation soit autorisée, avec la délivrance d’un permis d’inhumer pour les français. Le clergé est hostile dans son ensemble à ces progrès et il interdit toujours l’ensevelissement dans les Églises qui dépendent de sa compétence à de rares exceptions près70. C’est en 1792 que l’état civil séculier est créé.

  • 71 HAROUEL, Jean-Louis. L'embellissement des villes, l'urbanisme en France au XVIIIe siècle, Paris, 19 (...)
  • 72 GUYOT, Joseph-Nicolas. Répertoire Universel et Raisonné de jurisprudence civile, criminelle, canoni (...)

36D’abord, les théories hygiénistes, ensuite, un contrôle des décès s’imposent aux autorités71. La communauté protestante n’est plus tout à fait refusée, néanmoins, elle est encore très mal tolérée. Au contraire, les protestants d’Alsace et de Lorraine72 connaissent, comme les luthériens de Paris, un régime exorbitant du droit commun. Ces régions n’étaient pas françaises en 1598 et le traité d’Osnabrück de 1648 les rattachant à la France prévoit que chaque confession sera propriétaire des biens et droits possédés au 1er janvier 1624. Ces régimes différents selon l’origine des protestants prouvent l’aspect éminemment politique et non uniquement religieux de cette question.

  • 73 TOURNIER, Gaston. Op. cit., p. 59. En 1731, un prêtre du diocèse de Saintes est condamné aux galère (...)
  • 74 LEFÈBVRE TEILLARD, Anne. « Les problèmes juridiques de l'Édit de tolérance », Bulletin de la Sociét (...)

37En 1756, un Pasteur est encore pendu pour avoir prêché dans une assemblée clandestine du Désert (fig.1). Son cas n’est pas isolé73. Il faudra 40 ans pour que les dispositions de 1736, y compris celles liées au souci de salubrité publique se concrétisent. Pour la première fois en 1770, les religionnaires sont pris officiellement en compte dans certains formulaires74.

Fig. 1

Fig. 1

Assemblée de protestants à Lecques près de Nîmes

© S.H.P.F.

38Le progrès des Lumières ouvre le chemin de la tolérance, de l’acceptation d’un autre plus ou moins différent de soi, la liberté de conscience permet des avancées significatives.

L’apaisement 1776-1906

Mise en place de la stratégie d’inhumation jusqu’en 1849

39Dès avant la Révolution, les protestants accèdent au droit d’enterrer les leurs dans la décence et la dignité. En 1776, les Lettres Patentes du Roi imposent le transfert des cimetières hors les agglomérations, pour des raisons de salubrité publique. Le consistoire de l’Église du Désert de Nîmes utilise cette ouverture pour acheter courant 1778 par personne interposée, une parcelle de terre pour pourvoir à l’enterrement des pauvres de la paroisse de Nîmes.

  • 75 AD Gard, série J, série M, série V, série B 91, série F.

40Le Maître Jardinier Maruejols, puis son fils, sont officiellement propriétaires de ce terrain jusqu’en 1849. L’Église Réformée de Nîmes apparaît à cette date comme propriétaire de certaines parcelles et comme gestionnaire. Le 22 juillet 1782 intervient le premier enterrement75. Pour situer ce cimetière protestant de Nîmes, il est nécessaire de préciser que les autres cimetières collectifs protestants privés, gérés par l’Église Réformée de France, à travers des associations cultuelles sont actuellement, au nombre de 4, tous postérieurs à celui de Nîmes : 1809 (Montpellier) ; 1825 (Bordeaux et Castres) ; 1838 (Cournonsec). Hormis les temples de Collet-de-Dèze et de Vialas ayant survécu à la Révocation, le cimetière protestant de Nîmes, est le plus ancien patrimoine collectif réalisé par les protestants et dans tous les cas le plus ancien depuis la Révocation de l’Édit de Nantes en 1685.

  • 76 Édit, enregistré en Parlement le 29 janvier 1788. Actes des journées d'études sur l'Édit de 1787, B (...)
  • 77 LODS, A. La législation des cultes protestants 1787-1887, Paris, 1787, p. XI. Le 15 décembre 1778 à (...)
  • 78 Édit du Roi, enregistré en Parlement le 29 janvier 1788. Article 18, cf. Bulletin de la Société d’H (...)

41Le 27 novembre 178776, l’Édit dit de tolérance, remet les protestants en possession des droits et biens dont ils avaient été dépouillés. Ils bénéficient enfin d’un état civil, leur mariage et la légitimité de leurs enfants sont reconnus77. Le curé qui tenait le registre des âmes tient dorénavant les registres de l’état civil, il enregistre les décès78. L’article 27 de cet Édit oblige les municipalités à fournir aux non catholiques un cimetière.

42La ville de Nîmes décide par délibération du 1er mars 1789 de prendre à bail ce terrain moyennant 500 livres par an pour 9  ans. La ville laisse tout l’entretien et les inhumations à la charge de la communauté protestante. Le bailleur officiel, Maruéjols, finance la clôture du terrain et il règle les frais d’entretien. Cette prise en charge des frais de fonctionnement évite une revendication quelconque de propriété au moment de la nationalisation des biens.

43Paradoxalement, le cimetière de Nîmes n’étant ni officiellement propriété d’une Église, ni bénéficiaire de subventions communales pour l’achat de terrain, ou, de participation partielle dans les frais de construction, il échappera au redoutable article 91 de la loi du 24 août 1793 de la Convention qui estime que les biens patrimoniaux des communes appartiennent à la République jusqu’à l’acquittement de leurs dettes. C’est au vu de ce texte que le premier cimetière protestant privé de Montpellier a été nationalisé. Si la Révolution renforce les droits des non catholiques, c’est le Consulat qui parachève les droits des Églises par la loi du 18 germinal an X, 8 avril 1802 promulguant le concordat du 15 juillet 1801. Les Juifs devront attendre 1808 pour l’organisation de leur culte.

44C’est dans ce cadre concordataire du décret du 23 prairial an XII, 12 juin 1804, jusqu’à la loi de séparation des Églises et de l’État que ce champ de morts se développe, instituant l’obligation pour les communes où l’on professe des cultes différents, de pourvoir à des champs d’inhumation particuliers. La loi du 14 novembre 1881 abroge cette disposition.

Affirmation de L’Église réformée de Nîmes sur la propriété sur son cimetière

45La dernière étape majeure de l’évolution de ce cimetière est liée à la loi de séparation des Églises et de l’État du 9 décembre 1905. En 1905, les nîmois mécontents du prix élevé des concessions dans les cimetières communaux par rapport à celui du cimetière privé sis route d’Alès, le Préfet exige l’unification des prix et la vente du cimetière protestant à la ville. La municipalité de Nîmes dans sa délibération du 28 novembre 1905 acte l’achat du cimetière pour un montant de 120 000 F, mais le 11 décembre 1905 un conseiller municipal relève qu’il est inutile d’acheter ce que la loi du 9 décembre 1905 offre. La municipalité ne peut plus rien acheter à un établissement supprimé qui a, en tous les cas, perdu le droit de disposer de son patrimoine et par suite de le vendre. Le Conseil municipal cesse aussi de payer le loyer.

  • 79 Recueil Dalloz 1912.3.130.

46Courant 1906, le conseil presbytéral attribue les terrains des concessions, d’une part, à une nouvelle association, l’Association Protestante d’Assistance. D’autre part, il dévolue le cimetière dit gratuit et la créance sur la ville de 120 000 F à la nouvelle Association Cultuelle de l’Église Chrétienne de Nîmes juste créée, par délibération du 29 novembre 1906. Cette dernière délibération du conseil presbytéral de Nîmes sera seule attaquée par la ville devant le Conseil d’État qui, en son arrêt du 30 décembre 191079, assoit définitivement le statut du cimetière en bien privé. Le cimetière juif de Nîmes a suivi la même voie.

47Cette juridiction considère que le cimetière gratuit Maruejols est libre de toute charge et de toute condition d’emploi, qu’il avait seulement été donné à bail à la ville pour servir de cimetière, sans l’affecter à ce service. Ce bien n’étant pas grevé d’une affectation étrangère à l’exercice du culte, les conditions d’application de l’article 7 de la loi du 9 décembre 1905 n’étaient donc pas remplies.

48La question de la vente est de nouveau posée, ainsi que le paiement des arriérés de loyers. En 1915, en pleine guerre, avec des finances peu brillantes, le risque est de voir ce cimetière supprimé par la ville causant un fort émoi dans les paroisses protestantes. La situation cadastrale embrouillée en cas de vente poserait des problèmes, aussi un statu quo est décidé. En 1979, lors d’une révision du cadastre, tout le cimetière sans distinction de provenance est enregistré sous le compte de l’Association Chrétienne Réformée de Nîmes.

Valeur des décrets d’attribution des biens suite aux dévolutions ?

49Les décrets d’attribution confirmant les dévolutions aux associations avaient-ils une quelconque valeur tant à Nîmes qu’ailleurs ?

50En effet, Louis Méjan, dernier Directeur de l’Administration Autonome des Cultes, rédacteur du projet de loi de 1905, dans un ouvrage de souvenirs écrit par sa fille Lucie Violette Méjan en 1959, ouvrage grand public de sa thèse de doctorat, souligne les conditions de charge de travail considérable de l’administration, la plus importante du siècle.

51Il est intéressant de citer Louis Méjan lui-même :

  • 80 Ibid. p. 465. La note de la p. 465 rappelle en outre : Un état des décrets d’attribution des biens (...)

Les innombrables décrets d’attribution de biens ont soulevé une curieuse difficulté qui n’a encore jamais été signalée : on ne pouvait imposer au Président de la République presque quotidiennement la signature de centaines parfois de milliers de décrets. Nous l’avons résolue par une pratique administrative nouvelle : la signature de décrets collectifs. Les attributions ainsi gérées par des décrets établis « sous yeux et la responsabilité » n’ont fait l’objet d’aucun recours au Conseil d’État pour abus de pouvoir ou d’illégalités80.

52Découvrir la fragilité de toutes les opérations de transfert des biens des cultes est pour le moins surprenant. Ainsi, d’après le meilleur connaisseur de cette loi, toutes les attributions auraient pu être annulées… Une étude approfondie devrait être engagée sur ce sujet.

53Les protestants ont maintenant un lieu libre, pour enterrer leurs morts, pauvres ou aisés. Il est intéressant de voir ce qu’ils en ont fait.

Le cimetière protestant de Nîmes, un lieu de mémoire

54Échappant à la destruction ou à la banalisation en devenant communal, ce cimetière créé par les protestants pour les protestants du fait d’une histoire violente et tragique directement issue de la Réforme, est d’une conception unique et encore préservée. Il est situé au 17 bis, avenue du Pasteur Brunel.

Les premiers achats et la mise en place du cimetière

Les achats par personnes interposées jusqu’en 1849

55Le noyau initial du cimetière de 1778, longtemps consacré aux fosses communes, appelé cimetière gratuit, est d’une surface d’1 hectare 20. Ensuite, il s’accroît des terrains achetés à Jeanne Martin, courant 1821. Voués dès l’origine aux concessions payantes, ces terrains seront complétés essentiellement par l’achat Peladan et la donation Jeanne Bergeron pour plus de deux hectares en 1856, puis par l’achat Roussy ; l’ensemble dépasse les cinq hectares.

56Une fondation au bénéfice des pauvres protestants dont la gestion est déléguée à l’Église Réformée de Nîmes est constituée, pour recevoir les dons de Jeanne Martin et de Jeanne Bergeron, en réalité deux prête noms, car un triple but est recherché : suppléer l’insuffisance de terrain destiné à la sépulture des protestants, procurer des ressources pour soulager les indigents de la communauté et enfin mettre en place une structure protectrice des intérêts de la paroisse et des protestants. À l’évidence on craignait le retour à des temps plus difficiles. Ce n’est pas officiellement indiqué, mais les modes d’acquisition des parcelles dans un temps où l’Église protestante avait droit de cité nous l’indiquent. Actuellement l’Association cultuelle gère toujours le cimetière et en reçoit les bénéfices s’élevant à environ 10 % de son budget de fonctionnement.

  • 81 AD 30. 42 J 73 (gros dossier de devis, plan, projet d’élévations des bâtiments de l’entrée) ; 42 J (...)

57Le cimetière Maruéjols forme pratiquement un carré entre la route d’Alès et le cadereau. Il n’y a pas de trace d’un plan du cimetière gratuit. Seulement trois allées ont été tracées d’est en ouest à 40 mètres les unes des autres. Avec une excroissance au midi pour les enfants de moins de 5 ans. Les parcelles Bergeron et Roussy sont en terrasses. Un atlas fut envisagé dans un souci de bonne gestion dès 1852. Par contre, les plans des autres parties du cimetière ont fait l’objet de travaux remarquables et de nombreuses délibérations81.

58Après la donation Martin en 1821, on confie au géomètre la réalisation d’un plan refait en 1830. Cette parcelle est un quadrilatère qui sera découpé en 4 triangles avec des plantations d’espèces variées, des allées de grands arbres, des arbustes de couleurs diverses, et bien sûr des cyprès, l’ensemble ordonnancé dans la volonté de créer autrement. Un paysage totalement différent des autres cimetières s’installe. La notion de rangée y est absente contrairement aux autres cimetières (fig.2).

Fig. 2

Fig. 2

Nîmes (Gard), cimetière protestant ; plan actuel du cimetière prenant en compte les extensions progressives du XIXe siècle

© A. Nègre ; V. Marill © Inventaire général Occitanie

  • 82 Article 2, décret 23 prairial an XII, loi du 12 juin 1804.

59Il existe des allées, mais elles ne séparent pas deux rangs de tombes comme c’est le cas ailleurs (fig.3). Les plantations individuelles des familles se sont développées donnant un sentiment de paix, mais devant être disciplinées. Un mur d’enceinte a été bâti qui se devait d’être de 35 à 40 mètres de distance des bourgs82, et qui représente un coût très élevé dans l’aménagement.

Fig. 3

Fig. 3

Nîmes (Gard), cimetière protestant ; vue d’une allée dans le secteur Bergeron

J. Pagnon © Inventaire général Occitanie

Le fonctionnement du cimetière

60Il laisse place à l’innovation, aux exigences de cette communauté nîmoise, intégrée dans son siècle, à l’évolution de la façon de vivre sa religion. Toutes les décisions du Consistoire puis du Conseil presbytéral sont prises à l’issue de discussions, de consensus, donnant l’impression d’un cadre démocratique. Un règlement du cimetière existe et est revu au cours des années par le conseil presbytéral de l’Église Réformée de Nîmes.

61Il est à noter qu’aucun culte n’est rendu aux morts dans la religion protestante, le lieu d’inhumation n’a guère d’importance. On ignore d’ailleurs où est enterré Calvin car il a été fidèle à ses préceptes. Aussi les Pasteurs ne se rendaient pas dans les cimetières. Ce n’est qu’en 1893, à Nîmes, que les Pasteurs accéderont aux demandes des parents d’enfants décédés de plus de cinq ans de les accompagner au cimetière.

62Et les défunts n’entraient pas dans les temples. La chapelle du cimetière, en réalité un temple, a permis de concilier les nouveaux besoins des familles et la rigueur réformée. Une cérémonie d’actions de grâce présidée par un Pasteur pouvait avoir lieu, puis les cercueils sont entrés dans la Chapelle construite en 1874. Encore aujourd’hui à Nîmes, une décision du Conseil presbytéral est nécessaire pour qu’un défunt pénètre dans les Temples et elle n’est accordée que si les justifications à l’appui de la demande lui paraissent fondées.

63Il est à noter que les conditions pour être enterré dans le cimetière protestant ont été empreintes de tolérance comme elles le sont actuellement. Il ne semble pas que la présentation d’un certificat de baptême ait jamais été exigée. Quant à l’absence d’argent, il n’a jamais été une cause de refus.

L’architecture funéraire à travers une promenade dans le cimetière

64Le premier abord est une belle entrée en pierre calcaire et un long mur d’enceinte (fig.4). Quelques éléments particuliers tiennent à ce cimetière, ainsi la Sacristie du Désert (fig.5), maisonnette de l’olivette où les pasteurs revêtaient leur robe avant de présider un culte clandestin au Serre du Diable.

Fig. 4

Fig. 4

Nîmes (Gard), cimetière protestant ; entrée, rue du pasteur Brunel

J. Pagnon © Inventaire général Occitanie

Fig. 5

Fig. 5

Nîmes (Gard), cimetière protestant ; sacristie du Désert

J. Pagnon © Inventaire général Occitanie

65La gravure de Boize (fig.1) montre une Assemblée du Désert, dans le haut à droite on aperçoit la Tour Magne. Ce bâtiment est à l’extrémité nord‑ouest du cimetière, au bord du cadereau de Vacqueirolles, ombragé par un cyprès. Les pasteurs utilisaient la Chaire du Désert, démontable, qui est désormais dans le hall de la Maison du Protestantisme de Nîmes.

66La crainte des protestants, à Nîmes comme ailleurs, était d’être enterrés vivants. Les porteurs auraient eu dans les temps forts anciens, une mission spéciale, la vérification de la mort effective, en mordant le corps d’où l’expression croque mort. On raconte qu’autrefois à Nîmes dans le cimetière, la chambre du concierge se situait au-dessus du dépositoire. Lorsqu’on entreposait un corps, un pied était attaché à une corde, elle-même reliée à une clochette fixée dans la chambre du concierge. Il était ainsi prévenu si le mort reprenait vie. Méthode empirique s’il en fut.

Les modes d’inhumation

67Les pierres utilisées étaient régionales jusqu’à ce que le granit devienne accessible et commence à dénaturer ce cimetière comme tant d’autres. La commission du cimetière de l’Église de Nîmes l’a interdit dans son règlement, en espérant que ce soit définitif. Les premiers enterrements protestants sont en pleine terre, le corps dans un linceul, sans signe distinctif, dans une fosse individuelle comme au XVIe siècle. Puis des pierres marquent la bordure de la sépulture recouverte de terre battue et éventuellement de gravier.

68Ensuite, on en vient aux pierres tumulaires (fig.6), souvent jouxtées par celles des membres de la famille (fig.7), et entourée éventuellement d’une chaîne ou d’une grille (fig.8) ; on reconstitue en quelque sorte le pré familial. La gravure d’épitaphe peut singulariser les sépultures. Mais il n’y a pas de stèle.

Fig. 6, 7, 8

Fig. 6, 7, 8

Nîmes (Gard), cimetière protestant

J. Pagnon © Inventaire général Occitanie

69L’étape suivante sera un tombeau important, avec caveau, surplombé d’une pierre plate recouverte d’une autre plus petite. De très nombreux exemples figurent au cimetière. De 1840 à 1910 près de la moitié des tombes ne comportent pas de stèles qui d’habitude, donc, servent à porter les croix (fig.9).

Fig. 9

Fig. 9

Nîmes (Gard), cimetière protestant ; monument de la famille Giran Cadière

J. Pagnon © Inventaire général Occitanie

70Les chapelles funéraires apparaissent vers 1830 et se développent à partir de 1843, date où la loi autorise les monuments funéraires favorisant l’individualisation des tombes. Elles démontrent aussi, que les protestants sont dans le siècle et qu’ils hésitent moins à se faire édifier des constructions funéraires exemptes de modestie. Ces chapelles sont des édifices bâtis sur une chambre funéraire dans laquelle se trouve un ensemble de cercueils. Cette dernière est nécessairement enterrée, pour respecter la législation du XIXe siècle. Elles constituent l’antichambre du tombeau avec des décors sobres qui rehaussent la pureté des lignes, et des portes ouvragées en fer peint. Leur intérieur est dénué d’autels, à la différence des chapelles catholiques. Là encore, les choses vont certainement évoluer.

L’esthétique du cimetière

71L’esthétique du cimetière est riche et commence à peine à être examinée dans les cimetières protestants ; il convenait de déterminer les symboles utilisés, la beauté de divers éléments, des constructions. Certains mausolées attirent l’attention. Ainsi la statue de l’Immortalité, appartenant au tombeau d’André Amenlier, riche notable local, est la seule pièce classée monument historique du cimetière (20 décembre 1911). Le monument est réalisé, pour les plans, par Jean‑Jacques Feuchères, le statuaire James Pradier et le sculpteur Paul-Hubert Colin ; il sera livré en 1852 (fig.10). Cette sculpture en marbre blanc représente une allégorie de l’Immortalité, une jeune femme drapée regarde vers le ciel. La Bible est posée à ses pieds. Un autre exemple est le temple antique, mélange d’art grec et d’art byzantin, situé sur les terrasses, en face de l’allée nord‑sud du cimetière Bergeron, visible de tous ; c’est le tombeau de la famille Charles et Henri Tur (fig.11).

Fig. 10

Fig. 10

Nîmes (Gard), cimetière protestant ; monument Amenlier

J. Pagnon © Inventaire général Occitanie

Fig. 11

Fig. 11

Nîmes (Gard), cimetière protestant ; monument Tur

J. Pagnon © Inventaire général Occitanie

72On rencontre également quelques demi-chapelles (fig.12) ; elles couvrent partiellement les tombes sur l’arrière et contiennent souvent une plaque avec le nom des défunts et quelquefois une épitaphe.

Fig. 12

Fig. 12

Nîmes (Gard), cimetière protestant ; demi-chapelle

J. Pagnon © Inventaire général Occitanie

73Les tombes à tiroir sont rares, probablement édifiées à l’époque où la construction au‑dessus du niveau du sol était autorisée (fig.13). En fait, une grande variété de formes affecte ces monuments : pour celui de Jules Salles, sur une stèle entourée de deux colonnes, une femme en léger relief s’envole vers le ciel (fig.14) ; la dernière demeure de Boileau de Castelnau est une pyramide (fig.15). Les cippes sont des colonnes brisées comme symbole de mort précoce. Certaines, qui étaient visibles il y a dix ans, sont à nouveau enfermées dans la végétation.

Fig. 13

Fig. 13

Nîmes (Gard), cimetière protestant ; monument des familles Gaston Goby Ausset

J. Pagnon © Inventaire général Occitanie

Fig. 14

Fig. 14

Nîmes (Gard), cimetière protestant ; monument Salles

J. Pagnon © Inventaire général Occitanie

Fig. 15

Fig. 15

Nîmes (Gard), cimetière protestant ; monument Boileau de Castelnau

J. Pagnon © Inventaire général Occitanie

74Les stèles sont variées par leur forme et ce qui y figure. Certaines rappellent le métier des défunts - les épées croisées pour l’officier, la palette (fig.16) pour le peintre, un globe pour le professeur, une décoration - ou des défunts que l’on veut honorer. Quelquefois on croise un banc, posé à côté du caveau d’une mère aimée pour que le fils puisse aller lui chanter des airs d’opéra qu’elle appréciait.

Fig. 16

Fig. 16

Nîmes (Gard), cimetière protestant ; détail du monument Salles

J. Pagnon © Inventaire général Occitanie

La représentation ornementale

75Toutes les parties constituantes des monuments sont prétextes à ornementation. Les colonnes sont des structures de construction essentielle, elles symbolisent l’arbre de vie avec le plus souvent, une base et un chapiteau. La base marque l’enracinement, le fût se confond avec le tronc, et le chapiteau représente le feuillage. Ces colonnes sont la représentation des relations entre le ciel et la terre. Les chapiteaux reprennent, avec quelques libertés, les ordres bien connus, dorique (fig.17), ionique (fig.18) et corinthien (fig.19).

Fig. 17

Fig. 17

Nîmes (Gard), cimetière protestant ; détail du monument Gide

J. Pagnon © Inventaire général Occitanie

Fig. 18

Fig. 18

Nîmes (Gard), cimetière protestant ; détail de pilastre à chapiteau ionique

J. Pagnon © Inventaire général Occitanie

Fig. 19

Fig. 19

Nîmes (Gard), cimetière protestant ; détail du monument Brouzet-Perrier

J. Pagnon © Inventaire général Occitanie

76Les frontons de chapelles sont richement ornés ; ils représentent souvent le temps qui passe (fig.20, avec le sablier ailé), et l’immanence de l’au-delà. Sur la chapelle du tombeau Ponge-Fabre, un Livre est posé sur des feuilles de palmes et du lierre et la croix (fig.21). Cette inscription d’espérance est gravée sur les pages : « Quand Christ qui est notre vie apparaitra, alors nous paraitrons en gloire avec lui ».

Fig. 20

Fig. 20

Nîmes (Gard), cimetière protestant ; détail du monument Roux

J. Pagnon © Inventaire général Occitanie

Fig. 21

Fig. 21

Nîmes (Gard), cimetière protestant ; détail du monument Ponge

J. Pagnon © Inventaire général Occitanie

77Le travail du fer mérite en soi une étude dans ce cimetière ; l’ouvrage des fermetures de chapelles, selon qu’il est riveté ou soudé, permet de mieux dater les tombes. Une belle évolution stylistique est perceptible entre le monument Foulc, de 1838 (fig.22) et le monument Tur, avec ses fleurs de pavots (fig.23).

Fig. 22

Fig. 22

Nîmes (Gard), cimetière protestant ; porte du monument Foulc

J. Pagnon © Inventaire général Occitanie

Fig. 23

Fig. 23

Nîmes (Gard), cimetière protestant ; porte du monument Tur

J. Pagnon © Inventaire général Occitanie

  • 83 CADIER REY, Gabrielle. « Les vanités, une peinture protestante, Le patrimoine protestant », Bulleti (...)

78La représentation ornementale de ces protestants, méfiants à l’égard de la représentation humaine du spirituel, utilise plutôt un langage symbolique, l’allégorie, la métaphore83. C’est par leur valeur symbolique que de nombreux animaux acquièrent le droit d’entrée dans le cimetière de Nîmes. Souvent liée à une volonté d’éternité, l’ornementation tente aussi, par le choix de certains animaux, de lutter contre les forces mystérieuses, le mal. Les êtres surnaturels, relais entre la terre et le ciel, sont des anges (fig.24, 25), des chérubins mais aussi des dragons (fig.26), des griffons, des sphinx.

Fig. 24, 25

Fig. 24, 25

Nîmes (Gard), cimetière protestant ; détails du monument Brouzet-Perrier

J. Pagnon © Inventaire général Occitanie

Fig. 26

Fig. 26

Nîmes (Gard), cimetière protestant ; détail

J. Pagnon © Inventaire général Occitanie

79Des animaux associés à l’ombre, à l’obscurité, accompagnent volontiers les défunts : la chauve-souris (fig.27), gardienne des tombeaux, la chouette (fig.28) ou le serpent (fig.29), lié à l’immortalité, l’infini. Mais l’on voit aussi la colombe portant un brin d’olivier, symbole de paix et réconciliation.

Fig. 27

Fig. 27

Nîmes (Gard), cimetière protestant ; détail de grille

J. Pagnon © Inventaire général Occitanie

Fig. 28

Fig. 28

Nîmes (Gard), cimetière protestant ; détail du monument Pelissier-Hugon

J. Pagnon © Inventaire général Occitanie

Fig. 29

Fig. 29

Nîmes (Gard), cimetière protestant ; détail du monument Lacoste

J. Pagnon © Inventaire général Occitanie

80Les rondes bosses sont rares ; tout de même, dans le secteur au-delà de cadereau, sont discrètement placées une statue d’ange (fig.30) et une autre de femme, qui correspond parfaitement au type de la Vierge au calvaire (fig.31). Rien d’étonnant là d’avoir récupéré des sculptures catholiques puisqu’il n’y a pas de sculpture funéraire protestante.

Fig. 30

Fig. 30

Nîmes (Gard), cimetière protestant ; statue d’ange

J. Pagnon © Inventaire général Occitanie

Fig. 31

Fig. 31

Nîmes (Gard), cimetière protestant ; statue de femme

J. Pagnon © Inventaire général Occitanie

81En revanche, beaucoup de figures apparaissent aux angles des monuments de ce cimetière ; par exemple, un monument quadrangulaire, orné aux angles par des pilastres cannelés et aujourd’hui frôlé par les arbres, est sommé d’acrotères à ses quatre coins. Mais, dans la courbure de ces acrotères, ont pris place des visages, fins et glabres en façade (fig.32), moustachus et barbus à l’arrière (fig.33). On peut aussi trouver dans ce cimetière au moins deux représentations de la foi héraldique, les mains jointes (fig.34), le signe d’un engagement fort qui se poursuit dans l’au‑delà.

Fig. 32, 33

Fig. 32, 33

Nîmes (Gard), cimetière protestant ; détails d’acrotères

J. Pagnon © Inventaire général Occitanie

Fig. 34

Fig. 34

Nîmes (Gard), cimetière protestant ; détail du monument Fromental

J. Pagnon © Inventaire général Occitanie

82L’ornementation reprend l’iconographie funéraire commune mais l’adapte : des urnes, des vases drapés (fig.35), des amphores, des sabliers ailés, des flambeaux renversés (fig.37), des larmes, des rubans, des pots à feu (fig.36), des anneaux divers, liens avec Dieu ou d’engagement comme l’anneau nuptial.

Fig. 35

Fig. 35

Nîmes (Gard), cimetière protestant ; détail avec vase drapé

J. Pagnon © Inventaire général Occitanie

Fig. 36

Fig. 36

Nîmes (Gard), cimetière protestant ; détail avec pot à feu

J. Pagnon © Inventaire général Occitanie

Fig. 37

Fig. 37

Nîmes (Gard), cimetière protestant ; détail avec torche renversée

J. Pagnon © Inventaire général Occitanie

83La végétation prend naturellement place dans le décor de ce cimetière-jardin : on voit aussi apparaître des immortelles (fig.39), des couronnes de lauriers, d’oliviers, des pensées, des roses, des pavots, des acanthes, des amarantes, des palmes, des roses, la vigne, des marguerites, des lierres. Les arbres symbolisés le sont pour leur longévité ou marqueur d’éternité, olivier, chêne (fig.38), cyprès, if, palmier, même le peuplier.

Fig. 38

Fig. 38

Nîmes (Gard), cimetière protestant ; détail du monument de la famille Nègre

J. Pagnon © Inventaire général Occitanie

Fig. 39

Fig. 39

Nîmes (Gard), cimetière protestant ; détail du monument Mathieu Paul

J. Pagnon © Inventaire général Occitanie

84Le cadre de verdure de ce cimetière n’a pas été laissé au hasard (fig.40). Les plantations d’origine, décidées dès 1822 jouant des couleurs, les familles des défunts ont souvent placé un cyprès aux quatre angles de la tombe, semblant perpétuer l’inhumation isolée.

85Si les frondaisons des arbres se rejoignent pour former une voûte au-dessus des chemins qui sont en terre battue, tapissés d’aiguilles de pins, on ressent un sentiment de paix dans ces lieux entre les pierres claires des constructions et la nature aujourd’hui mieux contrôlés.

86Les tombes anciennes sont dans un taillis et l’impression d’ensemble est d’un sous-bois, calme, de réconciliation entre la vie et la mort, ressenti par tous, mais dangereusement en péril car les pierres se fendent, la végétation recouvre de nombreuses sépultures abandonnées ou non entretenues (fig.41).

Fig. 40

Fig. 40

Nîmes (Gard), cimetière protestant ; vue du rond-point du secteur Martin

J. Pagnon © Inventaire général Occitanie

Fig. 41

Fig. 41

Nîmes (Gard), cimetière protestant ; vue d’ensemble dans le secteur Peladan

J. Pagnon © Inventaire général Occitanie

Les épitaphes

87Les épitaphes examinées pour la première fois, dans un cimetière protestant collectif n’ont pas été simples à relever. Il a fallu gratter les pierres, pour arriver à retrouver les textes. Le résultat méritait indéniablement de s’y attarder.

88Les noms des défunts sont le plus souvent indiqués alors que ce n’est nullement une obligation légale de les mentionner sur les monuments. C’est donc un usage courant. Et cet usage est aussi bien catholique que protestant. Les noms de jeune fille des épouses suivent le nom marital ce qui est le contraire de l’habitude du Nord de la France.

89En revanche, une différence notable apparaît, si l’on cerne le mot épitaphe dans le sens étroit de la phrase personnelle, excluant le nom, les dates de naissance et de décès. Il n’y a guère d’ouvrages sur ce thème et certainement la raison tient au fait qu’elles sont très peu courantes dans les cimetières communaux, anciens cimetières catholiques où les tombes protestantes ne se singularisent pas dans ces lieux. Ces épitaphes paraissent donc vraisemblablement liées à l’inhumation collective des protestants.

90Elles sont souvent absentes des petits cimetières privés. Les témoignages des qualités du défunt sont exceptionnels ou de l’activité sociale. On relève davantage d’expressions de prière, d’espoir ou de regret. Elles ne sont pas liées à l’importance de la sépulture.

91Ces épitaphes apparaissent pour le plus grand nombre vers 1858, quand on peut les dater, ce qui correspond bien à l’évolution des constructions des chapelles des monuments funéraires. 38 % des 143 épitaphes étudiées sont composées de cinq épitaphes bibliques et d’une non biblique : Aimez-vous les uns, les autres, Jn 15, 12 ; Que ta volonté soit faite, Mt 6, 10 ; Je suis la résurrection et la vie, Jn 11, 25 ; Le soir venu, Jésus dit passons sur l’autre rive, Mc 4, 35. L’épitaphe non biblique est empreinte d’une foi évidente : Ils ne sont pas perdus mais ils nous ont devancés, ainsi ne crains pas, mais Crois seulement. Il transparaît une connaissance de la bible typique de la culture réformée des défunts enterrés dans ce cimetière.

Qui sont les défunts ?

92L’origine des défunts est essentiellement locale. En cela, le cimetière est le reflet d’une composante sociologique majeure du protestantisme, certainement plus qu’en étant la dernière demeure d’une personnalité exceptionnelle. Il ne paraît pas figurer de ténor politique tel qu’un Jaurès, Gambetta, Poincaré, ou de sommité connue du grand public des arts ou des lettres. La famille de Gaston Deferre est enterrée dans ce cimetière.

93Il paraît être le lieu d’enterrement de la Haute Société Protestante, H. S. P., milieu bourgeois de la banque et du négoce, et c’est comme un cocon de soie, en tirant un fil, tout le protestantisme nîmois se dévide.

94Pour tenter de cerner les personnalités enterrées, il a fallu déterminer un critère à cette notion qui revêt souvent un sens personnel pour chacun. Aussi le choix s’est porté sur les personnalités reconnues par la ville de Nîmes, ayant donné un nom de rue à cette localité. Tout en se réservant d’ajouter les individus qui, n’ayant pas vécu à Nîmes, paraissent avoir tenu une place particulière au niveau régional ou national.

95Tout d’abord, un constat évident à soulever, quasiment aucune femme n’a été élevée à la dignité posthume de donner son nom à une rue. Deux femmes ont une notoriété locale, une romancière Élisabeth Barbier, et une manadière, Fanfonne Guillerme. Maintenue dans la sphère privée, les femmes étaient ignorées du public.

  • Antoine Allut : député. Il n’est pas possible de certifier que cet Antoine Allut est bien celui enterré dans la tombe mentionnée (fig.42).

  • Charles Babut : pasteur de l’E. R. F. de Nîmes. Il a consacré sa vie à l’apostolat dans les milieux populaires. Dans divers ouvrages il étudie les causes de la régression du protestantisme national.

  • Élisabeth Barbier : romancière, elle est née à Nîmes et a vécu à Avignon. Elle a participé à la création du Festival d’Avignon avec Jean Vilar. Elle est l’auteur des œuvres intitulés Les Gens de Mogador ou Mon père ce Héros.

  • Antoine Bigot : il fut avec Jean Reboul le plus populaire des poètes nîmois. Il parlait et écrivait en langue du terroir.

  • Barthélemy Bianquis de Ginoux : né à Saint Jean de Luserne, en vallée vaudoise, il s’engage dans les armées de Napoléon en 1806, et, participe à la campagne de Russie où il sera fait prisonnier. En 1818, il épouse Jenny de Ginoux avec qui il fonde une librairie de culture protestante à Nîmes. C’est un cousin de Guizot. Il est l’auteur d’un Journal de Route qui serait inscrit sur le Répertoire mondial des souvenirs de Napoléon, par l’Association pour la conservation des monuments napoléoniens.

  • Simon Boileau de Castelnau : entré dans les chevau-légers de la Garde du Roi en 1782, il est nommé Maire de la Ville en 1811, et membre du Consistoire. Il sera baron d’Empire.

  • Auguste Bosc (1828-1879) : un sculpteur à qui l’on doit des statues importantes à Nîmes (fig.43).

  • Armand Coussens : peintre de notoriété régionale.

  • Crespon (1797-1857) : ornithologue, fondateur du Musée d’Histoire naturelle de Nîmes et du Musée populaire de zoologie.

  • Henri Donnedieu de Vabres : né à Nîmes d’une vieille famille protestante, agrégé des Facultés de Droit, il enseignera le droit criminel et la législation pénale comparée à Aix, Montpellier, puis Paris. Il collabore à la révision du code d’instruction criminelle. En 1944, il est nommé Juge au Tribunal International de Nuremberg, puis il devient expert auprès de l’O.N.U. Il a été le meilleur spécialiste français de droit pénal international, un juriste d’exception.

  • Alexandre Ducros : poète, il fut bibliothécaire municipal et membre de l’Académie de Nîmes.

  • Henri Esperandieu (1828-1874) : architecte qui a conçu le Palais Longchamp, la cathédrale et la basilique Notre Dame de la Garde dans la ville de Marseille.

  • Jacques Favre de Thierrens (1895–1973) : aviateur et peintre. Il est devenu membre de l’Académie de Nîmes.

  • François Honoré Fornier de Clausonne : Maire de Nîmes de 1800 à 1811, Président de Chambre à la Cour Royale en 1814, membre du Consistoire.

  • Charles Gide (1847–193) : économiste, Professeur de Droit à la Faculté de Montpellier, il écrit de célèbres ouvrages d’économie politique. Il est un fervent défenseur du coopératisme et ce mouvement sera à l’origine de l’École de Nîmes.

  • Ferdinand Girard (1796-1881) : Maire de Nîmes pendant un peu moins de 20 ans, membre du Consistoire, il a participé à l’embellissement de la ville en créant l’esplanade, l’Église Saint Paul, l’avenue Feuchères.

  • Fanfonne Guillerme (1895–1989) : manadière demeurant à Aimargues.

  • Jauréguiberry (1849–1919) : fils du Vice-amiral Jean-Bernard Jauréguiberry qui s’illustra comme gouverneur du Sénégal, puis comme ministre de la Marine de 1878 à 1883, Alfred Jauréguiberry était par sa mère, le petit-fils du pasteur de Nîmes Jean Jacques Gardes, l’arrière-petit-fils du pasteur de Nîmes Jean Jacques Olivier Desmons et le neveu du Pasteur Horace Monod. Il fut inspecteur général et vice-président du Conseil Supérieur de la Marine française jusqu’en avril 1914. Il épousa Marguerite Claris, fille du sénateur du Gard Edmond Claris, qui repose à ses côtés dans la tombe Lagorce de ses ancêtres maternels.

  • François Félix de Lafarelle (1800-1872) : avocat, puis magistrat. Il sera Député du Gard, et Conseiller Général d’Anduze. Il est aussi écrivain, membre correspondant de l’Institut de France et du Consistoire.

  • Louis Rossel (1844-1871) : partisan de la Commune, il fut fusillé en 1871.

  • Jules Salles (1814-1900) : négociant en soieries, il devient un peintre de genre connu et généreux. Il a conçu et offert à la ville de Nîmes, une Galerie des Arts.

  • Samuel Vincent (1787-1837) : pasteur, sa tombe est la propriété du Consistoire depuis 1837. À la suite des inondations de 1988, elle a été regroupée avec celles de sa femme, Suzanne Peyron, de son père Adrien Vincent, et de son arrière-petit-fils, Houel.

Fig. 42

Fig. 42

Nîmes (Gard), cimetière protestant ; monument Allut

J. Pagnon © Inventaire général Occitanie

Fig. 43

Fig. 43

Nîmes (Gard), cimetière protestant ; tombeau d’Auguste Bosc

J. Pagnon © Inventaire général Occitanie

Conclusion

96L’ensemble de ce cimetière était en voie de disparition rapide. La totalité des surfaces disponibles ayant été concédée, le paysage est menacé à terme du délabrement de tombeaux abandonnés, des débordements des plantations et jusqu’à très récemment la destruction pure et simple des tombes abandonnées, malgré la procédure légale de reprise, pour proposer à la place des tombes standardisées, non pas en pierres calcaires des environs mais en granit. Alors que des reprises des tombeaux eux‑mêmes sont possibles et doivent être encouragées.

97Des mesures de protection s’imposent de manière durable, dans le cadre de la loi du 31 décembre 1913, car l’intérêt est public, historique et artistique. Et selon les critères de la loi du 2 mai 1930 sur les sites, un intérêt historique, légendaire ou pittoresque, est suffisant pour en rendre la conservation souhaitable, avec l’inscription sur l’inventaire supplémentaire à la liste des monuments historiques.

98Ce souci de conservation est appuyé par une circulaire du 31 mai 2000 du Ministre de la Culture et de la Communication qui a justement pour objet la protection des tombes et cimetières au titre des monuments historiques et la gestion des tombes et cimetières protégés. Le 28 juin 2001 suite à une audition de l’auteure de ces lignes par la Direction Régionale des Affaires Culturelles, la procédure d’inscription à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques est intervenue, finalisée par un arrêté du 27 décembre 2001 qui porte sur le cimetière avec les murs de clôture, les bâtiments d’entrée, le pont sur le cadereau et la sacristie du désert. Cette commission s’est même déclarée en faveur d’un classement de deux parties situées au nord de l’allée principale partant du portail d’entrée y compris cette allée ; le souhait est resté sans suite, la question de la gestion de ce genre de patrimoine restant complexe.

99Le Conseil presbytéral de l’Église Unie de Nîmes est en charge de la protection de ce patrimoine collectif protestant le plus ancien de France depuis la Révocation, sa tête de série thématique. Il a la responsabilité de maintenir en l’état ce lieu de mémoire unique en France.

Haut de page

Notes

1 NÈGRE, Anne. Le cimetière protestant de Nîmes. 1778-1910. Thèse de doctorat de droit sous la direction de Monsieur le Professeur Christian Chêne. Faculté de Droit, Université de Poitiers, 13 juillet 2000.

2 AUGE, Paul. Ouvrage collectif. Larousse du XXe siècle, 6 vol. , Paris, 1928, V° Sépulture.

3 PLATON. Sophiste, Politique, Philèbe, Timée, Critias, Paris, 1969, p. 15.

4 ROBINSON, Théodore-Henry. Introduction à l’histoire des religions, Paris, 1929, p. 115.

5 AUGE, Paul. Op. cit.

6 CHAUNU, Pierre. La mort à Paris, XVIe, XVIIe, XVIIIe siècles, Paris, 1978.

7 LE ROY LADURIE, Emmanuel. Montaillou, village occitan de 1294 à 1324, Paris, 1976. LE ROY LADURIE, Emmanuel. Les paysans de Languedoc, Rennes, 1969.

8 ARIÈS, Philippe. Essai sur l'histoire de la mort en occident du Moyen Age à nos jours, Paris, 1974, p. 20.

9 BOULENGER, Jacques. Les Romans de la Table Ronde, Merlin l’enchanteur, Lancelot du Lac, Le Saint Graal, La mort d’Artus. Paris, 1941, p. 443.

10 DUBY, Georges. Le Moyen Age, 987-1460. Paris, 1987, p. 424. 11 -

11 LE ROY LADURIE, Emmanuel. Op. cit., p. 594.

12 BOULENGER, Jacques. Op. cit. p. 347

13 ARIÈS, Philippe. Op. cit. p. 21.

14 Les Églises romanes de Beaulieu, Conques, Autun.

15 CHAUNU, Pierre. Le temps des Réformes, t. II, La Réforme Protestante, Bruxelles, 1984, p. 430.

16 RAPP, Francis. L'Église et la vie religieuse en occident à la fin du Moyen Age, Vendôme, 1971, p. 142.

17 RAPP, Francis. Op. cit., p. 142.

18 BOURDIEU, Pierre. Esquisse d’une théorie de la pratique, Genève, 1972.

19 LE ROY LADURIE, Emmanuel. Op. cit. p. 594, p. 60-63.

20 Ce sont bien les autorités civiles qui prévoient que le cadavre du suicidé fera l’objet d’un jugement, selon des coutumes urbaines du Moyen Age jusqu’à l’ordonnance enregistrée par le Parlement de Paris le 26 août 1670 établissant quelques règles de procédures pénales.

21 En grec ce mot hérésie signifie choix, choix personnel.

22 CHASTEL, Étienne. Histoire du christianisme, Paris, 1881, t. IV, p. 101.

23 FEBVRE, Lucien ; MARTIN, Henri-Jean. L'apparition du livre, Paris, 1958, p. 377. La Bible se diffuse dès la fin du XVe siècle grâce à la copie. L''imprimerie multiplie sa diffusion par dix vers 1520.

24 CHAUNU, Pierre. Op. cit. p. 320.

25 CHASTEL, André. Arts et Humanisme à Florence au temps de Laurent le Magnifique. Paris, 1961, p. 96.

26 BAUMGARTNER, Antoine-Jean. Calvin prédicateur, Genève, 1887, p. 4.

27 MERLE d’AUBIGNE, Jean-Henri. Histoire de la Réformation du seizième siècle, Genève, 1835, t. I, p. 486-

28 DELUMEAU, Jean. Le catholicisme entre Luther et Voltaire, Paris, 1971, p. 38. Le 27 juin 1519 commence la dispute de Leipzig.

29 Le rejet du pouvoir des clefs est basé sur l’Évangile de Matthieu, XVI, 18-19.

30 LUTHER, Martin. Thèse 13, des 95 Thèses, Wittenberg, 31 octobre 1517 : La mort délie de tout ; les mourants sont déjà morts aux lois canoniques, et celles-ci ne les atteignent plus.

31 CHAUNU, Pierre. Op. cit., p. 458. Une autre rupture est engendrée, celle liée à la mendicité.

32 LE ROY LADURIE, Emmanuel. Op. cit., p. 21. Les ordres mendiants seront des agents de la reconquête de l’orthodoxie.

33 RILLIET, Jean. Zwingli, le troisième homme de la Réforme, Paris, 1959, p. 107 Les clés, dans la pensée du Christ sont destinées à ouvrir les âmes. Il ne les remet pas à Pierre, seul.

34 DELUMEAU, Jean. Op. cit. p. 33. Les deux Réformes qui se crurent et se voulurent ennemies, tirèrent leur substance d'un passé commun.

35 LE ROY LADURIE, Emmanuel. Op. cit., p. 563.

36 CHAUNU, Pierre. Op. cit., p. 295.

37 MAROT, Clément ; DE BÈZE, Théodore. Les psaumes en vers français avec leurs mélodies, fac-similé de l’édition genevoise de 1562, Genève, 1986, p. 213-214.

38 RAPP, Francis. Op. cit.

39 FOIGNET, Gabriel. Histoire du droit français, Paris, 1908, p. 224.

40 Grâce à la régale, le Roi de France avait un double droit pendant la vacance d’un évêché. D’une part, il pouvait recueillir les revenus du bénéfice, la régale temporelle, d’autre part, il conférait les bénéfices vacants dépendant de l’évêché, la régale spirituelle.

41 LABROUSSE, Élisabeth. Une Foi, une Loi, un Roi ? La Révocation de l’Édit de Nantes, Paris, 1985, p. 102.

42 LÜTHY, Herbert. Le Passé présent. Paris, 1965, p. 105-106.

43 LECLER, Joseph. Histoire de la tolérance au siècle de la Réforme, Paris, 1994, p. 301.

44 Les Édits successifs de tolérance évoquent toujours péjorativement ceux de la nouvelle religion (1562), ceux de la religion qu’ils disent réformée (1563), et la religion prétendue réformée (1568), expression abrégée en R. P. R. En 1576, l’édit de Beaulieu rend cette dernière appellation obligatoire.

45 HAUSER, Henri. La prépondérance espagnole : 1559-1660, Paris, 1933, p. 45.

46 ISAMBERT ; JOURDAN ; DECRUSY ; TAILLANDIER. Recueil général des anciennes lois françaises, Paris, 1821-1833, t. XIV, p. 283. L'Édit de pacification de mai 1576 tente de faire cesser les troubles du royaume et à son article 6 octroie un cimetière aux parisiens, et prévoit dans les autres villes et lieux une place la plus commode que faire se pourra pour procéder aux inhumations.

47 DELUMEAU, Jean. WANEGFFELEN, Thierry. Naissance et affirmation de la Réforme, Paris, 1997, p. 196 : depuis la conjuration d’Amboise, l’appellation des huguenots commença et ôta le nom de luthériens.

48 FONTANON, Antoine. Les Édicts et ordonnances des rois de France, Paris, 1611, t. IV, p. 460. Le traité de Bergerac de 1577, en son article 20, dispose : Ordonnons pour l'enterrement des morts de ceux de ladite religion, pour toutes les villes et lieux de ce royaume, qu'il leur sera pourvu promptement par nos officiers et magistrats, en chacun lieu, d'une place la plus commode que faire se pourra. Ce que nous enjoignons à nosdits officiers de faire et tenir la main qu'aux dits enterrements, il ne se commette aucun scandale. NÉRON, Pierre ; GIRARD, Estienne. Les édictes et ordonnances des très chrestiens roys François Ier, Henry III, Paris, 1627, p. 892 et 909. CHRISTIN. Olivier. La Paix de religion. L’autonomisation de la raison politique au XVIe, Paris, 1997, p. 302-304. HIGMAN, Francis. La diffusion de la réforme en France 1520-1562, Genève, 1992.

49 LE BRAS, Gabriel. La police religieuse dans l'Ancienne France, Paris, 1940-1941, p. 77.

50 CLAVEL, Pierre. Nîmes de la Réforme au XVIIIe siècle à travers une histoire familiale, Nîmes, 1987, p. 72. Les troupes du Duc de Guise massacrent à Wassy une Assemblée Réformée ; ce sera la première guerre de religion. La seconde sera sanglante, à Nîmes, avec l’épisode de la Michelade, car elle se passait au temps de la Saint Michel. Ces guerres dureront près de quarante ans.

51 JOXE, Pierre. L’édit de Nantes, La Flèche, 1998, p. 99. Traditionnellement les historiens identifient huit guerres de religion entre mars 1562 et avril 1598.

52 GARISSON, Janine. L'homme protestant, Bruxelles, 1986, p. 19-21. La populace voulant purifier la France de la vermine hérétique, a fait flamber au fond des rues des Écoles et Saint Jacques des monceaux de livres, et le libraire - s avec.

53 BENOÎT, Élie. Histoire de l’édit de Nantes, Delft, 1693-1695, t. 1, p. 224 et 321.

54 MOUSNIER, Roland. L'assassinat d'Henri IV, Paris, 1964, p. 127.

55 GUYOT, Joseph-Nicolas. Répertoire Universel et Raisonné de jurisprudence civile, criminelle, canonique, et bénéficiale, Paris, 1782, t. 53, V° Religionnaires, p. 267. Les religionnaires, selon le mot couramment utilisé du XVIe au XVIIIe siècle ce sont ceux qui dans le royaume, suivent une doctrine différente de celle de l'Église romaine. Ils se reconnaissent eux-mêmes simplement réformés, mais plusieurs règlements et des arrêts du conseil privé du roi, des 14 juillet 1633, 25 janvier 1661 et un arrêt de la chambre de l'Édit de Rouen du 20 juillet 1645, leur ont fait défense et leurs ministres et consistoires d'user des termes d'Église recueillie ou réformée (…) et de lui donner une autre qualité que celle de prétendue réformée.

56 MOUSNIER, Roland. Les XVIe et XVIIe siècles, la grande mutation de l'humanité, l'avènement de la société moderne, l'expansion de l'Europe, Paris, 1967.

57 Dix-sept Édits le suivent de 1685 à 1686. De 1685 à 1686, pas moins de dix-sept Édits traitent du cas des protestants. Un Édit du 29 décembre 1698 enregistré le 7 janvier 1699 porte permission aux français sortis du royaume pour cause de religion, qui y reviendraient, de rentrer dans leurs biens, en satisfaisant aux conditions qu'il contient. Des interprétations ont été nécessaires devant les décisions de justice divergentes. Les textes du 27 octobre 1725 enregistrés le 14 février 1726 tentent d'y remédier.

58 LAVISSE, Ernest. Histoire de France, Louis XIV, t. VII, p. 66-68 : Défense est faite par déclaration de février 1680 qu'aucune personne de quelque sexe que ce soit faisant profession de R.P.R ne puisse dorénavant se mêler d'accoucher dans le Royaume.

59 Bibliothèque Inguimbertine, Carpentras. Manuscrit apocryphe sur La législation anti protestante de 1661 à 1685, Répertoire contenant les règlements faits pour et contre ceux de la religion prétendument réformée, Manuscrit 245. Dans ce manuscrit rédigé à la plume d’un auteur inconnu, certainement un fin juriste protestant, la législation protestante de ces années est rappelée avec des rubriques classées par ordre alphabétique. Il est cité un arrêt du 28 novembre 1664, suite à la destruction du petit Temple de la ville de Nîmes il fut ordonné que ceux de la religion reprendront leurs matériaux. Ce Temple a effectivement été détruit. Ou encore : En 1662, par arrêt en date du 16 janvier 1662, les cimetières de ceux de la religion ne doivent pas être proches des Églises ; il est ordonné que la distance soit de 300 pas (…). En 1662, par arrêts des 7 août et 13 novembre, il est ordonné que lesdits enterrements se feraient le matin à la pointe du jour ou le soir à l'entrée de la nuit (…). En 1663, par arrêt du 19 mars, il est ordonné qu'aux enterrements ne pourront assister que 30 personnes seulement, les parents du défunt compris, savoir pour les lieux où l'exercice est permis et 10 personnes pour les autres (…). En 1663, par arrêt du 5 octobre, les cimetières occupés par ceux de la religion qui tiennent aux Églises doivent être rendus aux catholiques (…). En 1664, par arrêt du parlement de Rome du 22 février, il est défendu à ceux de la religion de faire porter les coins des draps mortuaires (…). En 1666 par déclaration du 2 avril, lesdits cimetières doivent être rendus sans espoir d'indemnité (…).En 1666, aux lieux où il n'y a qu'un cimetière qui est commun entre les catholiques et ceux de la religion, bien qu'il ne soit pas attenant à une Église, néanmoins ceux de la religion sont obligés de le quitter, ils peuvent porter leurs morts aux cimetières qu'ils ont dans la paroisse voisine. Il est défendu à ceux de la religion de faire des consolations ou exhortations dans les rues à l'occasion des enterrements. En 1669, par arrêt du 1er février, pour les enterrements des morts de ceux de la religion à la campagne, les convois doivent partir depuis le mois d'avril jusqu’à la fin de septembre à 6 heures précises du matin et à 6 heures du soir et depuis le mois d'octobre jusqu'à la fin de mars à 8 heures du matin et à 4 heures du soir. Il est enjoint aux officiers des lieux de tenir de la main à ce qu'aux enterrements de ceux de la religion, il ne se commette aucun scandale. Pour s’en tenir au droit canonique, l’âge de la puberté est légalement fixé depuis la seconde moitié du XIIe siècle à quatorze ans pour les garçons et douze ans pour les filles. Mais cela signifie aussi que les jeunes gens ne sont plus protégés en cas d'exercice illégal de la religion réformée.

60 CARBONNIER–BURKARD, Marianne ; CABANEL, Patrick. Une histoire des protestants de France, Paris, 1998, p. 77.

61 DENISART, Jean-Baptiste. Collections des décisions nouvelles et de notions relatives à la jurisprudence actuelle, 7e édition, 9 vol, 1771 p. 180.

62 DRIANCOURT GIROD, Janine. Ainsi priaient les luthériens, la vie religieuse, la pratique, la foi des luthériens de Paris au XVIII e siècle. Paris 1992.

63 DENISART, Jean-Baptiste. Op cit. p. 515.

64 LIGOU, Daniel. Le protestantisme en France de 1598 à 1715, Paris, 1968.

65 DOUMERGUE, Albert. Nos garrigues et les Assemblées au Désert. Églises de Nîmes sous la croix, 1685-1792, Gap, 1993, p. 11. À Nîmes, la garrigue est devenue le refuge de l’Église sous la croix.

66 ORCIBAL, Jean. Louis XIV et les Protestants, Paris, 1951.

67 TOURNIER, Gaston. Les galères de France et les galériens protestants des XVIIe et XVIIIe siècles, Cahors, 1943, 2 vol. , p. 13, 59-64, et 213. Le 27 février 1720, le duc de Roquemaure prononce 20 condamnations pour le seul crime d'avoir participé à une Assemblée du désert aux portes de Nîmes. Gaston Tournier nous apprend que ce chiffre baisse jusqu'à une reprise en 1745. Il considère que le chiffre des condamnations est lié à la tenue des Assemblées clandestines. Plus les Assemblées sont nombreuses, plus les condamnations aux galères se multiplient. En 1774, il reste encore deux forçats, condamnés aux galères et qui sont oubliés. Ils deviennent des bagnards (p. 213). Le corps des galères de Marseille est transféré au corps des galères de la marine en 1748. À partir de 1778, les galères disparaissent des rôles de la Marine, bien qu'il y en eut encore neuf. C'est donc vers 1748 que l'Arsenal de Marseille construit des dortoirs, et devient le bagne avec deux milles forçats (p.13).

68 ARIÈS, Philippe. L’Enfant et la vie familiale sous l’ancien régime, Paris, 1973, p. 2. L’obligation des curés d’inscrire les naissances sur les registres paroissiaux remonte au règne de François Ier.

69 CARBONNIER, Jean. « L'amour sans loi ». Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme français. 1979, p. 57.

70 VILLIEN, Antoine ; MAGNIN, Étienne ; NAZ, Raoul. Dictionnaire de droit canonique, 7 vol. B.1 1289-3.

71 HAROUEL, Jean-Louis. L'embellissement des villes, l'urbanisme en France au XVIIIe siècle, Paris, 1993, p. 7.

72 GUYOT, Joseph-Nicolas. Répertoire Universel et Raisonné de jurisprudence civile, criminelle, canonique, et bénéficiale, Paris, 1782, T. 53, V° Religionnaires, p. 269. JOXE, Pierre. Op. cit., p. 204.

73 TOURNIER, Gaston. Op. cit., p. 59. En 1731, un prêtre du diocèse de Saintes est condamné aux galères pour s'être montré tolérant envers les protestants.

74 LEFÈBVRE TEILLARD, Anne. « Les problèmes juridiques de l'Édit de tolérance », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme français, avril-mai-juin 1988, t. 134, p. 259.

75 AD Gard, série J, série M, série V, série B 91, série F.

76 Édit, enregistré en Parlement le 29 janvier 1788. Actes des journées d'études sur l'Édit de 1787, Bulletin de la Société de l'Histoire du Protestantisme Français, avril, mai, juin 1988.

77 LODS, A. La législation des cultes protestants 1787-1887, Paris, 1787, p. XI. Le 15 décembre 1778 à l'Assemblée des Chambres réunies, de Bretignières réclame pour les protestants Ce qu'on accorde aux juifs dans toute l'étendue du royaume, ce que les Princes protestants ne refusèrent jamais aux catholiques, ni les empereurs païens, eux-mêmes, aux Chrétiens qu'ils persécutaient, le moyen légal d'assurer l'état de leurs enfants… On compte depuis 1740 plus de 400 0000 mariages contractés au Désert.

78 Édit du Roi, enregistré en Parlement le 29 janvier 1788. Article 18, cf. Bulletin de la Société d’Histoire du Protestantisme Français, 134, 1988, p. 180.

79 Recueil Dalloz 1912.3.130.

80 Ibid. p. 465. La note de la p. 465 rappelle en outre : Un état des décrets d’attribution des biens ecclésiastiques signés du ministre, état daté du 9 août 1911 (…) fait mention de 24 191 décrets. Le ministre des Finances avait donné à la Chambre (…) les statistiques suivantes : 34 903 fabriques, 2056 menses curiales possédant des biens, 541 archevêchés, chapitres, séminaires. À côté de ces chiffres, les 105 communautés israélites, et les 692 conseils presbytéraux faisaient piètres figures.

81 AD 30. 42 J 73 (gros dossier de devis, plan, projet d’élévations des bâtiments de l’entrée) ; 42 J 46 (registre de délibérations).

82 Article 2, décret 23 prairial an XII, loi du 12 juin 1804.

83 CADIER REY, Gabrielle. « Les vanités, une peinture protestante, Le patrimoine protestant », Bulletin du Centre Protestant d'Études et de Documentation, juillet août 1996, n° 57, p. 195.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Assemblée de protestants à Lecques près de Nîmes
Crédits © S.H.P.F.
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2461/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Fig. 2
Légende Nîmes (Gard), cimetière protestant ; plan actuel du cimetière prenant en compte les extensions progressives du XIXe siècle
Crédits © A. Nègre ; V. Marill © Inventaire général Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2461/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Fig. 3
Légende Nîmes (Gard), cimetière protestant ; vue d’une allée dans le secteur Bergeron
Crédits J. Pagnon © Inventaire général Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2461/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 4
Légende Nîmes (Gard), cimetière protestant ; entrée, rue du pasteur Brunel
Crédits J. Pagnon © Inventaire général Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2461/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 5
Légende Nîmes (Gard), cimetière protestant ; sacristie du Désert
Crédits J. Pagnon © Inventaire général Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2461/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 6, 7, 8
Légende Nîmes (Gard), cimetière protestant
Crédits J. Pagnon © Inventaire général Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2461/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Titre Fig. 9
Légende Nîmes (Gard), cimetière protestant ; monument de la famille Giran Cadière
Crédits J. Pagnon © Inventaire général Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2461/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 10
Légende Nîmes (Gard), cimetière protestant ; monument Amenlier
Crédits J. Pagnon © Inventaire général Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2461/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 11
Légende Nîmes (Gard), cimetière protestant ; monument Tur
Crédits J. Pagnon © Inventaire général Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2461/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 12
Légende Nîmes (Gard), cimetière protestant ; demi-chapelle
Crédits J. Pagnon © Inventaire général Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2461/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Fig. 13
Légende Nîmes (Gard), cimetière protestant ; monument des familles Gaston Goby Ausset
Crédits J. Pagnon © Inventaire général Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2461/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 14
Légende Nîmes (Gard), cimetière protestant ; monument Salles
Crédits J. Pagnon © Inventaire général Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2461/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Fig. 15
Légende Nîmes (Gard), cimetière protestant ; monument Boileau de Castelnau
Crédits J. Pagnon © Inventaire général Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2461/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 16
Légende Nîmes (Gard), cimetière protestant ; détail du monument Salles
Crédits J. Pagnon © Inventaire général Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2461/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 17
Légende Nîmes (Gard), cimetière protestant ; détail du monument Gide
Crédits J. Pagnon © Inventaire général Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2461/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 18
Légende Nîmes (Gard), cimetière protestant ; détail de pilastre à chapiteau ionique
Crédits J. Pagnon © Inventaire général Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2461/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 19
Légende Nîmes (Gard), cimetière protestant ; détail du monument Brouzet-Perrier
Crédits J. Pagnon © Inventaire général Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2461/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 20
Légende Nîmes (Gard), cimetière protestant ; détail du monument Roux
Crédits J. Pagnon © Inventaire général Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2461/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 21
Légende Nîmes (Gard), cimetière protestant ; détail du monument Ponge
Crédits J. Pagnon © Inventaire général Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2461/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 22
Légende Nîmes (Gard), cimetière protestant ; porte du monument Foulc
Crédits J. Pagnon © Inventaire général Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2461/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 23
Légende Nîmes (Gard), cimetière protestant ; porte du monument Tur
Crédits J. Pagnon © Inventaire général Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2461/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Fig. 24, 25
Légende Nîmes (Gard), cimetière protestant ; détails du monument Brouzet-Perrier
Crédits J. Pagnon © Inventaire général Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2461/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 26
Légende Nîmes (Gard), cimetière protestant ; détail
Crédits J. Pagnon © Inventaire général Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2461/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 27
Légende Nîmes (Gard), cimetière protestant ; détail de grille
Crédits J. Pagnon © Inventaire général Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2461/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 28
Légende Nîmes (Gard), cimetière protestant ; détail du monument Pelissier-Hugon
Crédits J. Pagnon © Inventaire général Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2461/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 29
Légende Nîmes (Gard), cimetière protestant ; détail du monument Lacoste
Crédits J. Pagnon © Inventaire général Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2461/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 30
Légende Nîmes (Gard), cimetière protestant ; statue d’ange
Crédits J. Pagnon © Inventaire général Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2461/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Fig. 31
Légende Nîmes (Gard), cimetière protestant ; statue de femme
Crédits J. Pagnon © Inventaire général Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2461/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig. 32, 33
Légende Nîmes (Gard), cimetière protestant ; détails d’acrotères
Crédits J. Pagnon © Inventaire général Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2461/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 34
Légende Nîmes (Gard), cimetière protestant ; détail du monument Fromental
Crédits J. Pagnon © Inventaire général Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2461/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 35
Légende Nîmes (Gard), cimetière protestant ; détail avec vase drapé
Crédits J. Pagnon © Inventaire général Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2461/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 36
Légende Nîmes (Gard), cimetière protestant ; détail avec pot à feu
Crédits J. Pagnon © Inventaire général Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2461/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 37
Légende Nîmes (Gard), cimetière protestant ; détail avec torche renversée
Crédits J. Pagnon © Inventaire général Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2461/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 38
Légende Nîmes (Gard), cimetière protestant ; détail du monument de la famille Nègre
Crédits J. Pagnon © Inventaire général Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2461/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 39
Légende Nîmes (Gard), cimetière protestant ; détail du monument Mathieu Paul
Crédits J. Pagnon © Inventaire général Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2461/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 40
Légende Nîmes (Gard), cimetière protestant ; vue du rond-point du secteur Martin
Crédits J. Pagnon © Inventaire général Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2461/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 41
Légende Nîmes (Gard), cimetière protestant ; vue d’ensemble dans le secteur Peladan
Crédits J. Pagnon © Inventaire général Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2461/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 42
Légende Nîmes (Gard), cimetière protestant ; monument Allut
Crédits J. Pagnon © Inventaire général Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2461/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 43
Légende Nîmes (Gard), cimetière protestant ; tombeau d’Auguste Bosc
Crédits J. Pagnon © Inventaire général Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2461/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Nègre, « Les protestants et la mort, le cimetière protestant de Nîmes »Patrimoines du Sud [En ligne], 5 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2017, consulté le 12 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/pds/2461 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pds.2461

Haut de page

Auteur

Anne Nègre

Docteure en droit Avocate au Barreau de Versailles

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Patrimoines du Sud est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search