Navigation – Plan du site

La Société d’histoire du protestantisme de Montpellier au service du patrimoine protestant

The Protestantism History Society of Montpellier: at the service of Protestant heritage
Jacques Delteil et Pierre-Yves Kirschleger

Résumés

C’est dans une vocation de mainteneur du patrimoine protestant qu’a été créée en 1979 la société d’histoire du protestantisme de Montpellier. Section locale de la société de l’histoire du protestantisme français, fondée en 1852, l’association montpelliéraine a su développer en plus de trente‑cinq ans d’existence une activité riche : conférences, colloques, sauvegarde des archives et du patrimoine.

Haut de page

Texte intégral

1La responsabilité que nous assumons est celle de représenter dans le corps de l’Église les fonctions de la mémoire, écrivait en 1950 l’ambassadeur Gabriel Puaux, nouveau président de la Société de l’histoire du protestantisme français (désormais S.H.P.F.) ; l’évocation de grands exemples ne peut être qu’un stimulant et un appel à l’action.

2C’est dans cet esprit de mainteneur du patrimoine protestant qu’a été créée en 1979 la Société d’histoire du protestantisme de Montpellier. La forme juridique choisie témoignait de cette volonté : la nouvelle société se constituait, sous la forme d’association loi 1901, en tant que section montpelliéraine de la S.H.P.F. Or cette dernière n’est pas une association de personnes, rappelait à cette date son président, le conseiller d’État François Méjan : créée en 1852, elle est une « fondation », un établissement lié à un patrimoine, un ensemble de biens érigé en personne morale par le décret du 13 juillet 1870 en conseil d’État qui, en la reconnaissant d’utilité publique, lui a en même temps, par prérogative de la puissance publique de nature régalienne, conféré l’existence juridique et l’a affectée à perpétuité au but historique et protestant fixé par ses statuts annexés au décret. Car aucun texte législatif ou réglementaire ne prévoyait alors la « fondation » ; ce procédé de droit public aboutissait à créer une personne de droit privé, à laquelle cette mission historique protestante s’imposait rigoureusement, ne varietur. Et depuis sa création, la Société d’histoire du protestantisme de Montpellier s’efforce d’être fidèle à cette vocation.

3La présente contribution propose ainsi de revenir sur l’histoire d’une association qui a su déployer plus de trente‑cinq ans d’activités.

Les origines de la Société d’histoire du protestantisme de Montpellier

4C’est au début de l’année 1979 que commence l’histoire de la Société de Montpellier. Quelques membres de la S.H.P.F. habitant la ville expriment le souhait d’y créer une section de la dite Société, à l’image de celle qui vient de se constituer à Nîmes, en octobre 1977, sous l’impulsion du pasteur Roger Grossi (1914‑2011).

5Le professeur Guy Romestan (1930-1997), de l’université Paul‑Valéry de Montpellier, et le pasteur Gérard Delteil, professeur à la faculté de théologie protestante, lancent le projet à la fin du mois de mars 1979 : avec le pasteur Jean Cadier (1898‑1981), ils constituent le bureau provisoire de la société à la suite de la réunion préparatoire qui se tient le mardi 3 avril à la faculté de théologie. Une première conférence est organisée le mardi 22 mai, à 18 heures à la faculté de théologie, et prononcée par Charles‑Olivier Carbonell, alors maître de conférences à l’université Paul-Valéry, sur le thème Protestantisme et historiographie au XIXe siècle.

6L’accueil favorable fait au projet permet aux initiateurs de préparer les statuts de la future association. Le 25 septembre 1979, ils convoquent par courrier, pour le jeudi 25 octobre à 17 heures à la faculté de théologie, une assemblée générale constitutive pour mettre en route le fonctionnement de l’association dénommée Société d’histoire du protestantisme de Montpellier (désormais S.H.P.M.). L’ordre du jour prévoit tout d’abord d’obtenir l’adhésion aux statuts proposés, ensuite d’élire le comité directeur, de fixer le taux des cotisations, d’informer sur les activités et projets de la S.H.P.F. à Paris, enfin d’envisager les activités que mènera l’association locale au cours de l’année 1979‑1980.

7La déclaration à la préfecture de l’Hérault de la nouvelle association loi 1901 est enregistrée le 29 novembre 1979, publiée au Journal officiel du 14 décembre suivant, et le récépissé de déclaration est adressé au président du comité provisoire, Guy Romestan. Ainsi est née la Société d’histoire de Montpellier, après trente années d’attente…

  • 1 Henri Bosc reprend pour l’occasion le titre de l’ouvrage qu’il a publié en 1957 (Montpellier, impri (...)

8Les archives de la S.H.P.F. contiennent en effet une correspondance du pasteur Henri Bosc (1908‑1990) se lamentant, plusieurs années auparavant, de l’impossibilité de créer à Montpellier une section de la S.H.P.F., malgré les efforts qu’il avait déployés lorsqu’il était en poste dans la ville, au temple de la rue Maguelone, entre 1946 et 1962. Reçu pour une conférence sur Les grandes heures du protestantisme à Montpellier1, le 4 novembre 1982 à l’occasion de la fête de la réformation, Henri Bosc dit alors sa grande joie de voir aboutir la création de cette société, rappelant les tentatives infructueuses qui avaient été les siennes pour mettre en route un tel projet.

9En 1979, cette naissance est rendue possible par un concours de circonstances : d’une part les qualités remarquables du professeur Guy Romestan et son engagement dans l’Église réformée locale, d’autre part l’arrivée à la retraite à Montpellier de l’ancien président du conseil national de l’Église réformée de France, le pasteur Pierre Bourguet. Ce dernier va, avec les pasteurs Jean Cadier et Jean Pellegrin, permettre la réalisation tangible d’un projet jusque-là impossible.

Buts et statuts de la Société

10En liaison avec la S.H.P.F., l’association se donne pour buts :

  • d’encourager les travaux de recherche sur l’histoire du protestantisme et des protestants de Montpellier, de l’Hérault et des environs,

  • d’en faire connaître les résultats en organisant des conférences publiques, des séances de travail, des colloques ou congrès, ainsi qu’en participant aux activités de la maison-mère à Paris,

  • de publier des notes d’information, des bulletins, des actes de congrès ou des ouvrages,

  • d’inventorier et de sauvegarder les archives privées, paroissiales, associatives ou familiales, conservées à Montpellier ou dans le département de l’Hérault,

  • d’éventuellement constituer une bibliothèque,

  • d’entretenir des relations ou correspondances avec d’autres sociétés savantes ou des chercheurs, en France ou à l’étranger.

11La Société d’histoire de Montpellier entend ainsi participer, de manière large, à la préservation du patrimoine moral et historique du protestantisme dans la région ; elle est d’ailleurs habilitée à recevoir, par l’intermédiaire de la S.H.P.F., dons et legs, notamment d’objets historiques.

  • 2 Archives de la Société d’histoire du protestantisme de Montpellier.

12Organisme associé à la S.H.P.F., l’association se doit d’adopter les statuts préparés par Paris, mais l’accord achoppe sur les conditions d’adhésion. Les discussions préparatoires et la comparaison avec les statuts de la Société d’histoire de Nîmes témoignent de l’esprit de totale ouverture dans lequel les initiateurs ont travaillé : Il nous paraît difficile, écrit le 18 avril 1979 Guy Romestan au président Méjan à Paris, dans une ville universitaire, où nous voulons essayer d’intéresser de jeunes chercheurs à côté d’universitaires éminents – qui les uns et les autres n’appartiendront pas toujours à « une Église issue de la Réforme », de distinguer fauteuils et strapontins (sans droit à la parole !), titulaires et amis […]. Il nous semble souhaitable que les uns et les autres soient des membres adhérents, sans condition d’admission (appartenance à une église issue de la Réforme), et que la société soit « ouverte » (la candidature par écrit nous semble un peu désobligeante).2

13Un entretien au mois de juin 1979, à Paris, avec le président, le vice-président et le secrétaire général de la S.H.P.F., permet d’intégrer certaines des suggestions montpelliéraines, si bien que c’est en plein accord avec le Président et le Comité de la S.H.P.F. que les statuts sont adoptés ; par convention avec la nouvelle association, la S.H.P.F. agrée officiellement celle-ci comme l’une de ses sections.

14L’association se compose de quatre classes de membres (article 4) : membres d’honneur ; membres bienfaiteurs ; membres titulaires ; membres amis. Seuls les membres titulaires ont voix délibérative dans les assemblées générales, lors desquelles les membres honoraires et bienfaiteurs ont voix consultative et les membres amis peuvent être invités sans avoir droit à la parole. Les Montpelliérains n’ont pas réussi à éviter la distinction tant redoutée entre fauteuils et strapontins

  • 3 Souligné par nous.

15En revanche, ils ont obtenu, par rapport aux statuts nîmois qui ont servi de modèle, de faire inscrire dans les textes l’ouverture recherchée en direction des non protestants. Cet équilibre s’articule en trois points. La définition des membres titulaires est élargie : ces derniers doivent dans leur majorité3, appartenir à une Église de la Réforme ou issue de la Réforme (article 4) ; les membres titulaires pouvant donc être non protestants, les statuts précisent, pour pérenniser le caractère protestant de l’association, que seuls ceux appartenant à une Église de la Réforme ou issue de la Réforme peuvent être élus au comité directeur (article 8) ; et pour qu’une pleine coopération puisse s’établir avec les chercheurs de la région, l’article 11 prévoit la possibilité de la création d’un Conseil scientifique, destiné à préparer l’orientation scientifique des recherches, activités, publications et manifestations organisées par l’association.

Visage de la Société d’histoire du protestantisme de Montpellier en 1980

16Si la première conférence donnée par Charles-Olivier Carbonell le 22 mai 1979 a servi de lancement à la création de la Société, c’est au début de l’année 1980 que celle-ci débute véritablement ses activités.

Une première année qui donne le ton

17La Société est associée à deux manifestations organisées à Montpellier :

  • la commémoration du cent-cinquantenaire de la mort de Félix Neff (1797-1829), les 19 et 20 janvier 1980, dans les locaux du temple de la rue Brueys. Sous le titre Avec Félix Neff dans les Hautes-Alpes sont présentées des aquarelles queyrassines de Georges Preiss (1899-1968), ainsi que deux conférences, par le pasteur Albert gaillard (Neuf mois d’hiver, trois mois d’enfer. La vie des protestants haut-alpins) et par le pasteur Jean Pellegrin (Actualité de Félix Neff) ;

  • l’exposition Maurice Leenhardt (1878-1954) et la Nouvelle-Calédonie, préparée et présentée par le centre régional de documentation pédagogique (C.R.D.P.) de Montpellier, du 6 au 22 février 1980. en marge de l’exposition et de ses animations, le pasteur Raymond Leenhardt, fils de l’ethnologue, donne une conférence, le 9 février dans les locaux de la rue Brueys, intitulée Maurice Leenhardt missionnaire.

18Le mercredi 28 mai, la Société organise, conjointement avec le groupe d’histoire religieuse moderne et contemporaine de l’université Paul-Valéry, sous la direction du professeur Gérard Cholvy, une après-midi d’études consacrée aux « mouvements de jeunesse protestants en Languedoc‑Roussillon aux XIXe et XXe siècles ». Pendant plusieurs mois, la Société a recueilli les témoignages des « anciens » qui ont participé aux divers groupements (Unions chrétiennes de jeunes gens ou de jeunes filles, Fédé étudiante, La gerbe, scoutisme), pour reconstituer tous les aspects de la vie de ces mouvements (vie spirituelle, problèmes matériels, recrutement et effectifs, fonctionnement, noms des responsables…). L’inventaire des publications de ces associations se révèle à cette occasion un exercice délicat, en raison de la périodicité irrégulière de celles-ci, mais surtout de l’absence de collections complètes. Ces recherches donnent lieu à trois communications lors de la séance de travail : Les Unions chrétiennes de jeunes gens en Languedoc-Roussillon, XIXe-XXe siècles, par Élisabeth Manen ; La Gerbe, par Philippe Romestan ; et Le scoutisme unioniste, par le pasteur Jean Pellegrin.

19Enfin, la Société met en place son propre cycle de conférences : le mercredi 26 mars 1980, le pasteur Bernard Reymond, de Lausanne, dresse un portrait d’Alexandre Vinet, autrement ; le dimanche 11 mai, Marianne Carbonnier, conservatrice à la Bibliothèque nationale de France, présente Les bibliothèques populaires protestantes du XIXe siècle, un phénomène social ; le 9 décembre, le professeur Pierre Petit, de la faculté de théologie de Montpellier, évoque La jeunesse et la conversion d’un républicain protestant, Eugène Réveillaud (1851‑1878).

La mise en place du Comité

  • 4 Alors installées avenue de Castelnau.

20La première assemblée générale ordinaire de la Société se tient sous la présidence du doyen Gérard Delteil, le 17 janvier 1981, à 14h30 dans la salle de conférences des archives départementales4, gracieusement mise à disposition par Jean Sablou, conservateur en chef et directeur des services d’archives de l’Hérault.

21En tant que président du comité provisoire, Guy Romestan présente le rapport moral et le rapport financier, adoptés à l’unanimité ; après l’assemblée, Jean Sablou livre une communication sur les Sources de l’histoire du protestantisme dans les fonds d’archives de l’Hérault ; celle-ci est suivie par une visite commentée des locaux (salle de lecture et magasins), ainsi que de l’exposition de documents sur l’histoire du protestantisme en Languedoc, préparée par Martine Sainte-Marie, conservatrice, et ses services.

22L’assemblée générale, ayant fixé à huit le nombre de membres du comité directeur, procède aux élections. Onze candidatures, encouragées par Pierre Bourguet afin qu’il y ait possibilité de choix, sont présentées : sont élus Mademoiselle Danièle Fischer, enseignante en histoire à la faculté de théologie, Mademoiselle Marguerite Soulié, professeur de littérature à l’université Paul‑Valéry, le pasteur Pierre Bourguet, Christian chêne et Jean-Didier combes, maître Jacques Delteil, avocat à la cour, le docteur Marc Jaulmes, qui est élu la même année à l’Académie des sciences et lettres de Montpellier, et Guy Romestan.

23Outre ces membres élus, le comité comprend statutairement un membre désigné par la S.H.P.F. : il s’agit du professeur Frank Delteil, secrétaire général honoraire de la S.H.P.F. en 1991 lui succède le professeur Jacques Bompaire, de l’université Paris‑Sorbonne, lorsque celui-ci s’installe à Saint‑Christol‑les‑lès (Gard). en 2005, alors qu’elle exprime le souhait de se retirer du comité montpelliérain où elle siège depuis sa fondation, Marguerite Soulié accepte d’y rester en tant que déléguée de la S.H.P.F.

24L’assemblée générale de janvier 1981 décide de nommer président d’honneur celui qui a été l’une des chevilles ouvrières de la création de l’association : le doyen Jean Cadier. Déjà souffrant, celui-ci décède malheureusement onze jours plus tard.

25Réuni le mardi 26 mai, le comité directeur de la Société procède à l’élection de son bureau. Sur proposition de Pierre Bourguet, sont élus : président, Jacques Delteil ; vice-président, Marc Jaulmes ; secrétaire, Danièle Fischer ; trésorier, Guy Romestan. Pour son secrétariat, la Société va bénéficier de l’aide de la secrétaire de la faculté de théologie, Françoise Leenhardt, jusqu’à son départ à la retraite en 1997.

Composition de la Société

26À sa création, la Société compte 70 cotisants. Grâce à une étude statistique réalisée à l’époque, nous pouvons nous faire une idée assez précise du visage de la Société. 64 de ses membres résident à Montpellier et dans ses environs, deux à Béziers, un à Ganges, un à Montagnac, un dans la région parisienne et un à Arras. Leurs activités professionnelles laissent apparaître un nombre élevé de pasteurs et d’enseignants : 15 pasteurs, dont 5 à la faculté de théologie et 7 retraités ; 24 enseignants, dont 10 à l’université Paul‑Valéry, 3 à la faculté de droit et des sciences économiques, 2 à l’École nationale supérieure d’architecture de Montpellier, 9 professeurs de l’enseignement secondaire dont 3 retraités ; 5 docteurs en médecine… Les membres appartiennent majoritairement à l’Église réformée de France (55), mais 4 aux Églises réformées évangéliques indépendantes, 2 à l’Église luthérienne, 1 à l’Église baptiste, et 10 n’appartiennent pas à une Église protestante. La Société a toujours eu à cœur d’être un lieu de rencontre par‑delà les appartenances confessionnelles. À l’assemblée générale de janvier 1981, 17 femmes sont inscrites pour 54 hommes.

27Au cours de ses trois décennies d’activités, la Société va bénéficier du soutien ou de l’engagement de personnalités d’une grande richesse intellectuelle et attachées à l’histoire du protestantisme : les pasteurs Pierre Bourguet (1902-1984), Jean Pellegrin (1902‑1990) et Roger Chapal (1912‑1998) ; le docteur Salvaing († 1996) de Béziers, et charles Delormeau (1907‑1993), tous deux historiens éclairés ; le professeur Michel Péronnet (1931‑1998), directeur du centre d’histoire des réformes et du protestantisme de l’université Paul-Valéry, orateur de talent ; madame Colette Preiss (1919‑1999), bibliothécaire de la faculté de théologie…

Activités

28L’activité principale de la Société est le cycle annuel de conférences qu’elle met en place. Soucieuse de ne pas limiter l’histoire à des spécialistes, la Société est ouverte au grand public, pour toutes les périodes historiques depuis la réforme, dans l’indépendance vis-à-vis de toutes les institutions – université Paul‑Valéry, faculté de théologie, Église réformée de France ou Églises évangéliques.

29Les conférences ont lieu à la faculté de théologie ou aux archives départementales, puis à partir des années 2000 dans l’un des deux temples du centre‑ville, avant de revenir à la faculté de théologie en 2015.

30Le 11 février 1981, le professeur Raymond Huard, de l’université Paul-Valéry, vient présenter les Protestants du Gard pendant les débuts de la Troisième République (1870‑1880). Le 23 mars 1981, le professeur Gabriel Audisio, de l’université de Provence, entretient le public des Vaudois de Provence aux XVeet XVIe siècles. Le professeur Claude Lauriol, de l’université Paul‑Valéry, évoque, le 27 octobre 1981, La Baumelle, un protestant cévenol entre Montesquieu et Voltaire. Le mardi 1er décembre 1981, à 18 heures, Charles Delormeau donne une conférence sur Mathurin Cordier et l’enseignement chez les premiers réformés.

31Le 18 mars 1981, la Société participe à une réunion de travail et une table ronde sur « le scoutisme féminin en Languedoc-Roussillon » organisées à l’université Paul‑Valéry.

Le développement et le rayonnement de la Société d’histoire du protestantisme de Montpellier

Conférences et colloques

32Dans ses conférences, quels sujets la Société doit-elle aborder ?

33Lors de l’une des premières assemblées générales, Charles Delormeau critique la place, excessive à son gré, occupée par l’histoire de la période la plus récente du protestantisme ! La réponse qui lui est faite souligne la volonté des fondateurs de la Société de ne pas concurrencer les institutions et centres de recherches plus anciens qui sont déjà voués à l’étude des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles (Musée du désert et université Paul‑Valéry) ; mais il s’agit aussi, pour la Société, de se donner pour objet d’étude l’évolution du protestantisme à travers les siècles, jusqu’à l’époque contemporaine : les statuts de l’association précisent d’ailleurs que le champ de recherche va des origines de la réforme jusqu’en 1939, en ajoutant qu’à partir de 1979, la limite annuelle sera celle de l’année antérieure de 40 ans (article 3). L’évolution de la recherche au cours des vingt dernières années a rendu cette règle quelque peu obsolète…

34La Société veille ainsi à l’alternance des thématiques d’histoire moderne et d’histoire contemporaine, dans la pluridisciplinarité (histoire, théologie, sociologie, littérature, musicologie…), en invitant des chercheurs universitaires comme des chercheurs amateurs.

  • 5 Les actes en ont été publiés : Société d’histoire du protestantisme de Nîmes et du Gard et Société (...)

35Certaines des conférences programmées sont l’occasion de célébrer des anniversaires. Ainsi, le 6 janvier 1983, la Société s’associe à la Société d’histoire et d’archéologie de Montpellier et de sa région, à l’occasion du centième anniversaire de la chapelle de la rue Brueys, pour organiser la conférence de Guy Romestan sur Les protestants de Montpellier il y a cent ans. Pour le 500e anniversaire de la naissance de Martin Luther, en 1983, la Société invite le pasteur Albert Greiner, biographe du réformateur et dont les publications ont beaucoup contribué à faire connaître Luther en France. en 1985, pour la commémoration du tricentenaire de la révocation de l’Édit de Nantes, la Société s’associe au colloque de Nîmes et au colloque Jean‑Boisset de Montpellier5.

  • 6 Les Camisards et leur mémoire (1702-2002), Actes du colloque du Pont-de-Montvert (25 et 26 juillet (...)

36Et cette tradition se poursuit : les 25 et 26 juillet 2002, le comité de la Société est présent dans son ensemble au Pont‑de‑Montvert (Lozère) pour le tricentenaire de la guerre des Camisards6 ; en 2005, la Société apporte son soutien aux manifestations du « Forum laïcité » organisées au temple de la rue Maguelone pour le centenaire de la loi de Séparation des Églises et de l’État.

37Le 10 décembre 2005, pour fêter son propre 25e anniversaire, la Société reçoit celui qui fut son premier conférencier, le professeur Charles‑Olivier Carbonell, sur le thème L’empreinte protestante dans la civilisation européenne.

38Au-delà des conférences, la Société participe activement à l’organisation de colloques.

  • 7 Les Rabaut : du Désert à la Révolution, Actes du colloque de Nîmes (23 mai 1987). Montpellier, Les (...)
  • 8 Entre Désert et Europe, le pasteur Antoine Court (1695-1760), Actes du colloque de Nîmes (3-4 novem (...)

39Elle co-organise le colloque Les Rabaut, du Désert à la Révolution7, dans le cadre du deuxième centenaire de l’Édit de tolérance, le samedi 23 mai 1987 à Nîmes, en collaboration avec la Société d’histoire du protestantisme de Nîmes et du Gard, la Société d’histoire moderne et contemporaine de Nîmes, la commission régionale d’histoire de la révolution française (Languedoc-Roussillon). Elle co‑organise le colloque Entre Désert et Europe, le pasteur Antoine Court8 en 1995, à l’occasion du tricentenaire de la naissance de celui-ci, conjointement avec la Société d’histoire du protestantisme de Nîmes et du Gard, la faculté de théologie et le centre d’études du XVIIIe siècle de l’université Paul‑Valéry.

  • 9 Roland de Pury 1907-1979 : un théologien protestant non-conformiste en son siècle, Pierre-Yves Kirs (...)
  • 10 Une partie des communications présentées ont été publiées : Aspects du protestantisme français des (...)

40Elle soutient le colloque Jansénisme et protestantisme, organisé en 1997 par l’université Paul-Valéry et l’association des Amis de Port‑Royal. Elle co‑organise la journée d’études Roland de Pury9 et l’exposition itinérante créée pour l’occasion au mois de décembre 2007. Elle co‑organise la journée d’études Une voie protestante dans une décennie de révolutions ? Protestantisme(s) des années 1960‑197010, qui se tient à l’université Paul‑Valéry en juin 2012. Depuis 2012, elle se joint à l’organisation de la journée annuelle de la toute jeune Société d’études du méthodisme français.

Publications et sauvegarde des archives

41La Société d’histoire a publié à ses débuts une feuille d’information, relayant les annonces de publications, de souscriptions ou de colloques (notamment les colloques Jean‑Boisset organisés par le centre d’histoire des réformes et du protestantisme, dirigé par Michel Péronnet, ou ceux de l’équipe de recherche Mentalités et croyances contemporaines de l’université Paul-Valéry, dirigée par Gérard Cholvy). Ce bulletin présente également les activités du club cévenol, de l’assemblée du Désert à Mialet le premier dimanche de septembre, les rassemblements d’Églises (par exemple celui du Mémorial huguenot de l’île Sainte-Marguerite, dans la baie de cannes) ; il relaie enfin les demandes reçues de recherches généalogiques. La Société a soutenu la publication du premier volume de la correspondance de La Beaumelle en 2006. Un partenariat avec la librairie Jean‑Calvin d’Alès permet, ces dernières années, aux conférenciers et à leurs auditeurs d’avoir à leur disposition un stand de livres.

42À partir de 1991, les conférences de la Société sont rediffusées sur la radio protestante locale FM Plus tout juste créée, à la suite de la proposition de son directeur d’antenne, le pasteur Pierre Zentz. Depuis 2009, la Société dispose d’un site internet pour relayer ses informations. Dès le lancement de la Société, Guy Romestan a mis l’accent sur la nécessité de sauvegarder les archives en péril, notamment celles des Églises réformées : il va être à l’origine du dépôt aux archives départementales de nombreux fonds dormant dans les armoires ou sur les étagères. Lors de l’assemblée générale de 1981, des participants signalent des documents menacés de disparition à Ganges, au Vigan, à Aulas… On s’inquiète du sort des archives consistoriales de Montagnac, des archives paroissiales de Saint‑Pargoire ; le professeur Henri Vidal, par ailleurs président de l’Association des amis de l’orgue de la cathédrale de Montpellier, attire l’attention sur les archives musicales (partitions, recueils de cantiques). Grâce à la mobilisation de la Société, de nombreux fonds sont déposés aux archives départementales de l’Hérault :

  • les archives du consistoire de Montpellier, des associations cultuelles réformées et de diverses œuvres protestantes de la ville, pour des documents allant de 1635 à 1984 (sous-série 12 J) ;

  • les papiers anciens du Foyer de la Jeune Fille, association protestante montpelliéraine créée en 1914 (sous-série 24 J, non encore classée) ;

  • les archives de l’ancien consistoire de Saint-Affrique et des paroisses réformées de Camarès, cornus, Saint-Jean du Bruel, Millau (Aveyron), allant de 1765 à 1973 (sous-série 18 J) ;

  • les archives du consistoire de Montagnac (Hérault), de l’an Xii à 1956 (sous-série 63 J) ;

  • les archives de l’Église réformée de Lunel (Hérault), allant de 1777 à 1969, ainsi que de la Société de bienfaisance des dames protestantes de la ville (sous-série 78 J).

43La Société d’histoire fait elle-même un dépôt de livres (sous‑série 13 J).

  • 11 KIRSCHLEGER Pierre-Yves. « Création d’un ‘Fonds protestant d’archives’ aux archives départementales (...)

44Le mouvement de collecte, un temps suspendu, a été relancé en 2014, avec la création d’un fonds protestant d’archives (sous-série réservée 217 J) aux archives départementales, en partenariat avec la faculté de théologie11. Cette initiative a déjà permis de recueillir des archives de pasteurs et de familles, les archives anciennes de l’Église réformée de Sète, ainsi que celle de l’association des Amis de l’aumônerie militaire protestante de Montpellier (créée en 1977 et dissoute en 2010).

Sauvegarde du patrimoine

45Visionnaire, Guy Romestan invite également les sociétaires de Montpellier à s’associer aux efforts de restauration des monuments commémoratifs de l’histoire du protestantisme de la région, en particulier de la stèle du Pont d’Avène, à Saint-hilaire de Brethmas (Gard), ou du monument de Castelnau‑Valence en hommage au chef camisard Roland : il sollicite des dons pour cela. La Société prête son appui au recensement des plaques commémoratives de l’histoire protestante lancée par la société‑sœur de Nîmes. Par des dons, la Société soutient les entreprises de protection du patrimoine : dès 1981, elle alloue 500 francs de son budget à la restauration de plaques et monuments commémoratifs huguenots. en 1988, sollicitée par l’Association culturelle de sauvegarde du temple de Salinelles (Gard), par la famille Meynier de Salinelles et André Sauveplane, auteur d’un livre sur ce magnifique édifice menacé, elle fait un don de 1000 francs pour la restauration ; le temple de Salinelles, réalisé en 1845 selon des plans d’Élysée Mejan et dont le clocher abrite la cloche de l’ancien temple de Sommières de 1583, est inscrit peu de temps après au titre des monuments historiques. La Société accorde une subvention de 500 francs pour la restauration des vitraux du temple de Boissonade (Moissac) en 1991, au Musée international de la réforme à Genève lors de son ouverture en 2006, au patrimoine protestant de l’Ardèche en 2007, au temple de Luneray (Seine‑Maritime) pour la célébration des 200 ans de son édification en 2012. Bien sûr, la Société n’oublie pas les lourdes charges de la S.H.P.F. et de son musée-bibliothèque de la rue des Saints‑Pères à Paris, et la soutient financièrement de manière régulière.

46Sur le plan local, la Société s’inquiète de la réalisation d’une stèle publique en l’honneur des pasteurs et prédicants exécutés à Montpellier – vieux rêve remontant au début du XXe siècle - qui est finalement installée sur l’esplanade Charles‑de‑Gaulle par la municipalité en 2008 (fig.1).

Fig. 1

Fig. 1

Montpellier (Hérault), monument commémoratif des pasteurs et prédicants exécutés à Montpellier (2008)

© Pierre-Yves Kirschleger

47La même année, la Société soutient activement l’initiative du pasteur baptiste André La Barbe pour faire modifier le texte des deux plaques descriptives apposées sur l’Arc de triomphe de Montpellier (fig.2). commentant pour les visiteurs le médaillon représentant la Foi terrassant l’Hérésie fig.3), cette plaque présentait en effet la révocation de l’édit de Nantes comme l’un des grands actes du règne de Louis XIV : Les médaillons, évoquant allégoriquement quelques grands actes du règne du monarque, représentent côté campagne Louis XIV sous les traits d’Hercule foulant le lion d’Angleterre et mettant en fuite l’aigle de l’Empire, la prise de Mons et de Namur ; côté ville, la Révocation de l’Édit de Nantes, la création du canal des deux mers.

Fig. 2

Fig. 2

Montpellier (Hérault), porte du Peyrou en forme d’arc de triomphe (1691-1693)

© Pierre-Yves Kirschleger

Fig. 3

Fig. 3

Montpellier (Hérault), porte du Peyrou en forme d’arc de triomphe ; médaillon représentant de manière allégorique la révocation de l’Édit de Nantes par Louis XIV, l’hérésie vaincue

© Pierre-Yves Kirschleger

48La Société écrit donc au maire-adjoint délégué à la culture, Philippe Saurel, pour solliciter une réécriture de cette formulation inadéquate, jugée même choquante ; une nouvelle plaque est installée peu après, avec une formulation neutre (certains événements).

49Le 5 septembre 1988, la Société participe à l’accueil des descendants de huguenots à Montpellier. c’est un événement considérable que la réunion internationale des descendants de huguenots qui se tient dans la région du 2 au 9 septembre de cette année-là : 150 personnes, sous la conduite du docteur René Bosc, de Nîmes, sont reçues à Montpellier par Christine Lazerges, au nom de la municipalité, et par André Féline au nom de l’Église réformée de Montpellier ; un culte spécial a lieu au temple de la rue Maguelone, présidé par le pasteur André Gounelle, juste après l’assemblée du Désert. Grâce à l’implication de son président, la Société tisse des liens étroits avec la Société huguenote suisse.

Conclusion

50Avec trente-cinq ans d’activités et plus de 250 conférences organisées, la Société d’histoire du protestantisme de Montpellier a largement honoré les ambitions de ses fondateurs : faire rayonner le protestantisme en faisant connaître son histoire à un large public. et depuis sa création, la Société s’efforce d’y contribuer en évitant les écueils du tout entre soi, en dehors de toute « vanité » protestante qui fait parfois de la réforme la mère de la démocratie, de la révolution, du capitalisme et de la plupart des valeurs modernes… tout autant que l’histoire du protestantisme, la Société essaie de faire découvrir l’inscription du protestantisme et des protestants dans l’histoire plus générale de leur pays, et l’éclectisme des sujets abordés est bien le reflet de cet esprit d’ouverture qui a présidé à sa création.

51Pour ce faire, la Société a bénéficié de l’engagement des membres de son comité, du soutien d’un grand public curieux et avide de savoir, de la présence de la faculté de théologie et des universités comme de la collaboration des archives départementales. Elle a surtout bénéficié de la disponibilité et de l’érudition de ses conférenciers, qui lui ont permis de s’inscrire, au fil du temps, dans le paysage culturel de la ville.

Haut de page

Annexe

Annexe 1 : Membres du comité directeur de la Société d’histoire du protestantisme de Montpellier depuis sa création

Sont indiquées entre parenthèses les dates de participation et les fonctions exercées au sein du comité.

  • Mademoiselle Danièle Fischer, maître de conférences d’histoire ecclésiastique à la faculté de théologie protestante de Montpellier (élue en 1981 ; secrétaire du comité ; ne se représente pas en 1983).

  • Mademoiselle Marguerite Soulié, professeur de littérature à l’université Paul‑Valéry (élue en 1981 ; vice-présidente de 1995 à son décès en 2009).

  • le pasteur Pierre Bourguet (élu en 1981 ; décédé en 1984).

  • Christian chêne, docteur en droit et agrégé d’histoire du droit (élu en 1981 ; ne se représente pas en 1983).

  • Jean-Didier combes (élu en 1981 ; ne se représente pas en 1983).

  • Maître Jacques Delteil, avocat à la cour (élu en 1981 ; président de la Société de 1981 à son décès en 2016).

  • docteur Marc Jaulmes, de l’Académie des sciences et lettres de Montpellier (élu en 1981 ; vice-président de 1981 à 1985 ; ne se représente pas en 1990).

  • Guy Romestan, professeur d’histoire médiévale à l’université Paul-Valéry (élu en 1981 ; trésorier de 1981 à 1985 ; ne se représente pas en 1985 ; élu à nouveau en 1994 ; décédé en 1997).

  • doyen André Gounelle, professeur de systématique-dogmatique à la faculté de théologie (élu en 1983 ; secrétaire de 1983 à 1999 ; ne se représente pas en 2003).

  • préfet Robert Poujol (élu en 1983 ; ne se représente pas en 2003).

  • Charles Delormeau, historien (élu en 1983 ; vice-président de 1985 à son décès en 1993).

  • Pierre Nègre, avoué à la cour (élu en 1985 ; trésorier de 1985 à son décès en 1997).

  • Claude Lauriol, professeur de littérature à l’université Paul-Valéry (élu en 1985 ; vice-président depuis 2010).

  • Jean Gartner, ingénieur et géophysicien (élu en 1989 ; trésorier de 1997 à son retrait en 2013).

  • Madame Agnès Parmentier, conservatrice aux archives départementales de l’Hérault (élue en 1991 ; se retire suite à son départ à Paris en 1993).

  • Hubert Bost, maître de conférences, puis professeur en histoire moderne à la faculté de théologie (élu en 1991 ; vice-président de 1993 à 1995 ; se retire suite à son départ à Paris en 2004).

  • Laurent Gambarotto, maître de conférences en histoire contemporaine à la faculté de théologie (élu en 1993 ; se retire suite à son départ de Montpellier en 2002).

  • Mademoiselle Françoise Mourgue‑Molines, conservatrice à la bibliothèque municipale de Montpellier (élue en 1995 ; secrétaire de 1999 à 2007 ; ne se représente pas en 2007).

  • Francis Higman, ancien directeur de l’institut d’histoire de la réformation de Genève (élu en 1999 ; décédé en 2015).

  • Jean-Claude gaussent, professeur, docteur en histoire (élu en 1999 ; décédé en 2015).

  • Pierre-Yves Kirschleger, agrégé d’histoire, maître de conférences à l’université Paul-Valéry (élu en 2003 ; secrétaire depuis 2007).

  • Jean-Claude Lacroix, président de l’Association des chercheurs et généalogistes cévenols (élu en 2003 ; ne se représente pas en 2013).

  • Jean-François Zorn, professeur d’histoire du christianisme à l’époque contemporaine à la faculté de théologie (élu en 2003).

  • Daniel Bolliger, maître de conférences en histoire moderne à la faculté de théologie (élu en 2005 ; se retire suite à son départ de Montpellier en 2012).

  • pasteur Paul Loupiac (élu en 2005 ; trésorier en 2013-2014).

  • Frank La Barbe, professeur d’histoire, docteur en ethnologie (élu en 2007).

  • Georges Vidal, professeur d’histoire au lycée Joffre, docteur habilité en histoire (élu en 2013 ; trésorier depuis 2016).

  • Gilles Vidal, maître de conférences en histoire du christianisme à l’époque contemporaine à la faculté de théologie (élu en 2013).

  • Stéphane Zehr, pasteur, libraire à la librairie Jean‑Calvin d’Alès (élu en 2013 ; trésorier en 2014‑2016).

  • Madame Chrystel Bernat, maître de conférences en histoire du christianisme à l’époque moderne à la faculté de théologie, directrice-rédactrice de la revue Études théologiques et religieuses (élue en 2015).

Annexe 2 : Liste des conférences organisées par la Société d’histoire du protestantisme de Montpellier

Malgré les recherches effectuées, il est possible que toutes les dates n’aient pas été retrouvées : les conférenciers qui ne trouveraient pas ici leur nom voudront bien nous en excuser.

22 mai 1979 : Protestantisme et historiographie au XIXe siècle, par Charles-Olivier CARBONELL, maître de conférences à l’université Paul-Valéry de Montpellier

26 mars 1980 : Alexandre Vinet autrement, par le pasteur Bernard REYMOND, de Lausanne, chargé d’enseignement à la faculté de théologie protestante de Montpellier
11 mai : Les bibliothèques populaires protestantes au XIXe siècle, phénomène social, par Mlle Marianne CARBONNIER, conservatrice à la Bibliothèque Nationale, membre du comité de la S.H.P.F.
28 mai : La S.H.P.M. organise, conjointement avec le groupe d’histoire religieuse moderne et contemporaine de l’université Paul-Valéry (s.dir. professeur Gérard Cholvy), une séance de travail sur Les mouvements de jeunesse protestants en Languedoc-Roussillon aux XIXe et XXe siècles :
- Mlle Élisabeth MANEN, Les Unions chrétiennes de Jeunes Gens en Languedoc-Roussillon, XIXe-XXe siècles,
- Philippe ROMESTAN, La Gerbe,
- le pasteur Jean PELLEGRIN, Le scoutisme unioniste.
9 décembre : Jeunesse et conversion d’un républicain protestant, Eugène Réveillaud (1851‑1878), par le pasteur Pierre Petit, professeur honoraire à la faculté de théologie de Montpellier

17 janvier 1981 : Sources de l’histoire du protestantisme dans les fonds d’archives de l’Hérault, par Jean SABLOU, conservateur en chef, directeur des archives départementales
11 février : Les protestants du Gard pendant les débuts de la Troisième République (1870‑1880), par Raymond HUARD, professeur d’histoire à l’université Paul‑Valéry
23 mars : Les Vaudois de Provence aux XVe et XVIe siècles, par Gabriel AUDISIO, maître de conférences en histoire moderne à l’université de Provence
27 octobre : La Beaumelle, un protestant cévenol entre Montesquieu et Voltaire, par Claude LAURIOL, professeur de littérature à l’université Paul-Valéry
1er décembre : Mathurin Cordier et l’enseignement chez les premiers réformés, par Charles DELORMEAU, historien

30 janvier 1982 : Images du protestantisme nîmois au XIXe siècle, par le pasteur Pierre Petit, professeur honoraire à la faculté de théologie de Montpellier
17 mars : Agrippa d’Aubigné, historien et prophète, par Mademoiselle Marguerite SOULIÉ, professeur de littérature à l’université Paul‑Valéry
27 avril : La Grande Arche des fugitifs, ou les Huguenots français aux Pays-Bas, par Madame Jacqueline BRUGEROLLE, conférencière de l’Alliance française des Pays‑Bas
18 mai : La révolution religieuse à Millau au XVIe siècle, par Frank DELTEIL, agrégé d’histoire, secrétaire général honoraire de la S.H.P.F.
4 novembre : Les grandes heures du protestantisme à Montpellier, par le pasteur Henri BOSC, docteur ès lettres, conservateur honoraire de la bibliothèque de la S.H.P.F.
4 décembre : Antoine Bigot, poète et fabuliste protestant de langue d’oc, par le pasteur René CHÂTEAU (Nîmes)

6 janvier 1983 : Les protestants de Montpellier il y a cent ans, par Guy ROMESTAN, de l’université Paul‑Valéry
29 janvier : Historique de la faculté de théologie de Montpellier, par Mademoiselle Danièle FISCHER, maître de conférences à la faculté de théologie de Montpellier
19 février : Entre Genève et Strasbourg. La mésaventure de nos ministères, par le pasteur Jean PELLEGRIN (Montpellier)
19 mars : L’Intendant Basville et les protestants, par Robert POUJOL, préfet honoraire
15 octobre : Un pasteur non conformiste au XVIe siècle : le transylvanien Ferencz David, apôtre de la tolérance et fondateur des Églises unitariennes, par le doyen André GOUNELLE, de la faculté de théologie de Montpellier
19 novembre : Luther le réformateur, par le pasteur Albert GREINER, agrégé de l’université, docteur en théologie, inspecteur ecclésiastique honoraire de l’Église évangélique luthérienne de France à Paris

14 janvier 1984 : Les Académiciens huguenots de Nîmes et la Révocation de l’Édit de Nantes, par le pasteur Idebert EXBRAYAT (Calvisson)
18 février : Le protestantisme dans « l’Encyclopédie », par Jacques PROUST, professeur de littérature à l’université Paul‑Valéry
3 mars : Quand les francophones découvrent Karl Barth, par le pasteur Bernard REYMOND, de Lausanne
5 mai : Isabelle de Charrière (1740‑1805), un écrivain protestant méconnu, par Madame Jacqueline BRUGEROLLE‑AUTRAND, conférencière de l’Alliance française des Pays‑Bas
26 mai : Eugène Réveillaud, propagandiste protestant (1878‑1902), par le pasteur Pierre Petit, professeur d’histoire honoraire à la faculté de théologie de Montpellier
20 octobre : L’abbé du Chayla, par Robert POUJOL, préfet honoraire
24 novembre : Luther et Calvin lecteurs de l’épître aux Romains, par François VOUGA, maître de conférences de nouveau testament à la faculté de théologie de Montpellier

26 janvier 1985 : État des recherches récentes concernant la Fédération française des Associations Chrétiennes d’Étudiants, par Gérard CHOLVY, professeur d’histoire contemporaine à l’université Paul‑Valéry
16 février : Élie Gounelle à Ganges, un homme qui n’a jamais renoncé, par le pasteur Jacques MARTIN
26 mars : Jean-Sébastien Bach, théologien. Entre l’orthodoxie protestante et le piétisme, par le pasteur Jean-Denis KRAEGE, du canton de Vaud, chargé d’enseignement à la faculté de théologie de Montpellier
27 avril : Marsillargues, par Jean-Marc DAUMAS, professeur d’histoire à la faculté de théologie réformée d’Aix‑en‑Provence
26 octobre : Les protestants du Midi, par le professeur Michel PERONNET, de l’université Paul‑Valéry, directeur du centre d’histoire des réformes et du protestantisme

18 janvier 1986 : Aux sources du piétisme, un regard sur le XIVe siècle et les cercles d’ « amis de Dieu », par le pasteur Jean PELLEGRIN (Montpellier)
15 mars : Les Quakers de la Vaunage entre l’Encyclopédie et Rousseau, par le professeur Jacques PROUST, de l’université Paul‑Valéry
26 avril : « L’Évangéliste », reportage d’Alphonse Daudet sur les protestants, par Robert POUJOL, préfet honoraire
24 mai : Le Refuge huguenot à Berlin et en Brandebourg, par le pasteur Aimé BONIFAS (Nîmes)
18 octobre : Un village protestant languedocien, Codognan, par Pierre FANGUIN, professeur à Nîmes
6 décembre : Quelques aspects peu connus de l’histoire des Églises Réformées en Bas‑Languedoc, à partir de l’enquête nationale sur l’état‑civil des protestants, par Madame Agnès PARMENTIER, conservatrice en chef, directrice des archives départementales de l’Hérault

17 janvier 1987 : La théologie réformée, ses grands principes et leur actualité, par le professeur André GOUNELLE, de la faculté de théologie de Montpellier
21 février : Le consistoire de Montagnac, par le docteur SALVAING (Béziers)
26 mars : Les psaumes de Marot et de Bèze, et leur place dans la tradition réformée, par le pasteur François GONIN
2 avril : Notre histoire, cet avenir, par le professeur Jean CARBONNIER, de l’université de droit de Paris, conservateur du musée du Désert
16 mai : Le protestantisme nîmois sous la Restauration, par le pasteur Pierre Petit, professeur honoraire à la faculté de théologie de Montpellier
24 octobre : L’Édit de tolérance de 1787, par le professeur Claude LAURIOL, vice-président de l’université Paul-Valéry
14 novembre : Le Refuge en Suisse, par Madame SAXER, secrétaire générale de l’Association suisse pour l’histoire du refuge huguenot (Berne)

16 janvier 1988 : Quelques remarques sur quelques familles protestantes montpelliéraines, par Jean GARTNER (Montpellier)
6 février : L’évocation de la douloureuse époque du Désert dans l’œuvre du poète nîmois du Languedoc, Antoine Bigot, par le pasteur René CHÂTEAU (Nîmes)
19 mars : Les protestants français et l’Étranger, 1687-1710, par Henri DUBLED, archiviste-paléographe, conservateur de la bibliothèque Inguimbertine de Carpentras
29 octobre : La reconstitution de l’Église Réformée de France en 1938, par le pasteur Philippe VASSAUX, de la paroisse de l’Oratoire du Louvre (Paris), membre du comité de la S.H.P.F.
17 novembre : Orthez ou le chant des anges, par Hubert BOST, assistant de recherche en histoire à la faculté de théologie de Montpellier

14 janvier 1989 : Worms et Heidelberg, citadelles de la foi, par Guy ROMESTAN, de l’université Paul‑Valéry
18 février : Justin Beaux de Magnerelles (1740-1794), par le professeur Didier POTON, agrégé et docteur en histoire
18 mars : Protestantisme et Révolution, par le professeur Michel PÉRONNET, de l’université Paul-Valéry, directeur du centre d’histoire des réformes et du protestantisme
15 avril : Les choix politiques des protestants au XIXe siècle, par le professeur André ENCREVÉ, de l’université de Limoges, membre du comité de la S.H.P.F.
20 mai : Pourquoi les vaudois sont-ils devenus protestants ?, par Gabriel AUDISIO, maître de conférences à l’université de Provence
21 octobre : Comment et pourquoi le marquis de La Fayette s’est-il intéressé aux protestants ?, par le docteur René BOSC (Nîmes)
25 novembre : Protestantisme et Révolution, par le pasteur Philippe VASSAUX (Paris)

13 janvier 1990 : Il y a cent ans, les protestants et l’Université, par le professeur Guy ROMESTAN, de l’université Paul-Valéry
10 février : Le protestantisme français durant la guerre 1914-18, par Laurent GAMBAROTTO, maître assistant en histoire à la faculté de théologie de Montpellier
17 mars : Les nouveaux convertis de Montpellier : leur rôle caché après la Révocation, par robert POUJOL, préfet honoraire
19 mai : Entre rupture et continuité : Réforme, anabaptisme et baptisme, par André LOVERINI, professeur au Lycée Joffre de Montpellier
20 octobre : Duplessis-Mornay et l’accession d’Henri de Navarre à la couronne de France, par Madame Marie-Madeleine FRAGONARD, professeur de littérature française à l’université Paul-Valéry
17 novembre : Idelette de Bure, femme de Calvin, par le pasteur François GONIN, membre du comité de la S.H.P.F.

19 janvier 1991 : République et protestantisme, par le professeur Michel PERONNET, de l’université Paul-Valéry
16 mars : Doutes sur la date de naissance du protestantisme, par le pasteur Hubert BOST, chargé de cours en histoire moderne à la faculté de théologie de Montpellier
13 avril : Napoléon Bonaparte et le protestantisme, rétablissement et réorganisation du culte, par Charles DELORMEAU, historien
26 octobre : Image de la Réforme dans la propagande du Réveil, l’exemple de la « Feuille religieuse du canton de Vaud » (XIXe siècle), par Mademoiselle Marguerite SOULIÉ, de l’université Paul‑Valéry
30 novembre : Cette grande Corisande, ou l’inspiration politique d’Henri de Navarre, par Claude DOMERCQ, docteur en droit, ancien directeur à la B.N.P.

11 janvier 1992 : Le patriarche Photius, précurseur de la Réforme ?, par le professeur Jacques BOMPAIRE, président honoraire de la S.H.P.F.
8 février : Le protestantisme de Sète et l’établissement des Bains de mer au siècle dernier, par Jean-Claude GAUSSENT, docteur en histoire
21 mars : L’art et les protestants, de Rembrandt à Sébastien Bourdon, par robert POUJOL, préfet honoraire
23 mai : Samuel Vincent (1787-1837) témoin du protestantisme et analyste de la société française, par le pasteur Roger GROSSI, président de la Société d’histoire du protestantisme de Nîmes et du Gard
3 juin : Le rôle des missions protestantes dans le combat anti-esclavagiste de la fin du XIXe siècle, par le pasteur Jean-François ZORN, ancien responsable du D.E.F.A.P.
17 octobre : Napoléon Peyrat (1809‑1881) pasteur, historien des cathares et des camisards, poète. Éléments biographiques et témoignage sur le siège de Paris en 1871, par Madame Agnès PARMENTIER, conservatrice en chef des archives départementales de l’Hérault
14 novembre : Court de Gibelin (1725‑1784), un protestant pré-révolutionnaire, par Madame Anne-Marie MERCIER-FAIVRE, professeur à Annecy
5 décembre : Révolution, République et Protestantisme, par le professeur Michel PÉRONNET, de l’université Paul‑Valéry

16 janvier 1993 : Frédéric Bazille et sa peinture, par le docteur Marc JAULMES et Jean GARTNER
6 février : Le philosophe protestant danois Sören Kierkegaard, par le pasteur Jacques RIGAUD (Saint‑Hippolyte‑du‑Fort)
6 mars : La justification des prises d’armes de Condé au début des guerres de Religion, par Madame Arlette JOUANNA, professeur d’histoire moderne à l’université Paul‑Valéry
3 avril : Les protestants de Montagnac, par le docteur SALVAING (Béziers)
5 juin : Des protestants méconnus : ceux de l’Ouest, par Madame Nicole MEYER‑VRAY
23 octobre : La prédication du pasteur Jean Cadier à Montpellier pendant la guerre 1939-1945, par le doyen Gérard DELTEIL, de la faculté de théologie de Montpellier
13 novembre : Catharisme et protestantisme, par le pasteur Michel JAS (Nîmes)
11 décembre : L’affaire Calas, par le professeur Claude LAURIOL, de l’université Paul-Valéry

15 janvier 1994 : Sébastien Castellion et les limites de la tolérance au XVIe siècle, par le pasteur Philippe VASSAUX (Paris)
26 février : En marge du rêve américain : les Amish, par le pasteur Aimé BONIFAS (Nîmes)
19 mars : Port-Royal vu par les protestants, par le doyen André GOUNELLE, de la faculté de théologie de Montpellier
16 avril : Un protestant héros de la Résistance : le commandant Pierre Colin, 1900-1944, par Guy ROMESTAN, de l’université Paul‑Valéry
15 octobre : La place du protestantisme dans la civilisation française, aspects généraux, aspects historiques, aspects actuels, par le professeur Roger ZUBER, de l’université Paris-Sorbonne, président de la S.H.P.F.
19 novembre : La découverte des huguenots par les historiens (1830-1848), par Michel DESPLAND, professeur à l’université Concordia de Montréal (canada)
10 décembre : Deux personnalités protestantes montpelliéraines : Alexandre et Alfred Westphal, par Mademoiselle Françoise MOURGUE‑MOLINES, conservateur en chef honoraire à la bibliothèque municipale de Montpellier

21 janvier 1995 : La religion du père : Jacques Fontaine, mémorialiste protestant (1658‑1728), par le professeur Bernard COTTRET, de l’université de Versailles‑Saint‑Quentin
25 février : Le chef camisard Rolland : de la Légende à l’Histoire, par Max CHALEIL, éditeur
1er avril : Antoine Court, restaurateur du protestantisme français au XVIIIe siècle, par le professeur Maurice BOULLE, historien spécialiste du Vivarais
6 mai : Abjurations et abjurants en Pays castrais à l’époque de la Révocation de l’Édit de Nantes, par Madame Nathalie ROUBEAU
9 juin : Le sentiment de sécurité dans l’Occident d’autrefois, par le professeur Jean DELUMEAU, du collège de France
14 octobre : À propos de Madame de Bourdic, née Payan de l’Estaing, la muse du fort de Nîmes (1780-1788), par le docteur René BOSC (Nîmes)
18 novembre : L’affaire Caroli (1537-1545) : Calvin, Farel et Viret accusés d’antitrinitarisme, par Jean-François GOUNELLE

20 janvier 1996 : Protestants et juifs dans le Gard pendant l’affaire Dreyfus (1894-1906), par Madame Yolande DELARUELLE
17 février : Le fantôme de Luther au Japon (XVIe‑XVIIIe siècles), par le professeur Jacques PROUST, de l’université Paul‑Valéry
16 mars : Le dominicain Pierre Dore : première opposition religieuse à Calvin, par Madame le professeur Marie‑Madeleine FRAGONARD, de l’université Paris III
4 mai : Les correspondances de notables montpelliérains avec l’Académie d’Arras avant la Révolution, par le pasteur Paul DOMBRE (Nîmes)
19 octobre : Les Pères de l’Église avant la Réforme, par le professeur Jacques BOMPAIRE, de l’université Paris-Sorbonne, président honoraire de la S.H.P.F.
16 novembre : Autour du « Théâtre sacré des Cévennes », par Max CHALEIL, éditeur
14 décembre : Le cœur et la raison chez le pasteur Adolphe Monod, par Laurent GAMBAROTTO, de la faculté de théologie de Montpellier

18 janvier 1997 : John KNOX, l’homme et l’œuvre, par le professeur Pierre JANTON, de l’université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand
15 février : Le protestantisme à Sedan, par le pasteur Philippe VASSAUX (Paris)
15 mars : Réactions protestantes face au Ralliement de l’Église catholique à la République (1890-1894), par Madame Yolande FOURCHARD-GOUNELLE, docteur en histoire
12 avril : Un maire protestant, Jules Pagézy (1802‑1882), initiateur des aménagements haussmanniens de la ville de Montpellier, par Robert POUJOL, préfet honoraire
31 mai : Le Réveil protestant au XIXe siècle : un exemple, Le Vigan, par le pasteur Christian ALMÉRAS
15 novembre : À l’occasion du Quatrième Centenaire de la signature de l’Édit de Nantes : Protestantisme et Protestants du Midi, dix ans de recherche 1985-1995, par le professeur Michel PÉRONNET, de l’université Paul‑Valéry

17 janvier 1998 : L’action de la Fédération des Églises du Christ en Amérique en faveur du protestantisme français (1915‑1923), par le pasteur Laurent GAMBAROTTO, de la faculté de théologie de Montpellier
21 février : L’apport du protestantisme à l’idéal laïque (1860-1905), par Patrick CABANEL, maître de conférences à l’université de Toulouse-Le Mirail
14 mars : Mes rencontres avec Albert Speer, ministre d’Hitler, criminel de guerre, Histoire d’une conversion difficile, par le pasteur André HAPPEL, ancien aumônier militaire à Berlin
18 avril : Les rebaptisations de 1752, par Jean-Claude GAUSSENT, docteur en histoire
24 octobre : John Bost et la pérennité des Asiles, par Madame Irène WESTPHAL (Montpellier)
21 novembre : Jeunes protestants dans le siècle, histoire de la Fédération Française des Associations Chrétiennes d’Étudiants (Fédé) 1898-1968, par Rémi FABRE, maître de conférences à l’université de Nantes
19 décembre : Claude Brousson (1647-1698), un avocat entre loyauté et insoumission, par Madame Muriel FLOUTIER-FRANC, historienne

30 janvier 1999 : Catholiques et protestants lisaient-ils de la même manière ? Ce que révèlent les gravures et peintures, par le professeur Michel DESPLAND, de l’université Concordia de Montréal (canada)
27 février : Le témoignage de John Locke sur la situation du protestantisme français à la veille de la Révocation (1676-1679), par le professeur Jacques PROUST, de l’université Paul‑Valéry
27 mars : Les voyages de Stendhal à Montpellier et dans les Cévennes, par Robert POUJOL, préfet honoraire
24 avril : Sur les traces de Luther en Allemagne, par Madame Christiane POHER, ancien conservateur des Musées de France
29 mai : Lire la Bible en français au XVIe siècle ?, par le professeur Francis HIGMAN, de l’institut d’histoire de la réformation de Genève
23 octobre : La face cachée du Psautier de la Réforme, par le pasteur François GONIN
20 novembre : L’Intendant Basville, par Madame Françoise MOREIL, professeur à l’université d’Avignon 11 décembre : Le Protestantisme en pays de Cèze et à Saint-Ambroix à travers l’histoire d’une famille, par Jean-Claude LACROIX, historien

15 janvier 2000 : Le prophétisme cévenol, archaïsme ou modernité ?, par Jean-Paul CHABROL, historien
19 février : À propos des mémoires d’Élie Salvaire, sieur de Cissalières, un cévenol face aux Dragons du Roi et aux Camisards, par le professeur Didier POTON, de l’université de Poitiers
18 mars : Autour du protestantisme lunellois (1788‑1848), par Madame Yolande FOURCHARD-GOUNELLE, docteur en histoire
15 avril : François Guizot, du Désert au Palais des Tuileries, par Pierre‑Yves KIRSCHLEGER agrégé d’histoire
7 octobre : Jean de Léry, les protestants et l’Écriture sous l’Ancien Régime, par le professeur Paolo CARILE, de l’université de Ferrare (Italie)
18 novembre : Les combats d’Henri de Rohan (1579-1638), un Huguenot de plume et d’épée, par Madame Solange DEYON, professeur à l’université de Strasbourg, et le recteur Pierre DEYON
16 décembre : La démolition du temple de Montpellier avant la Révocation, par Madame Muriel FLOUTIER-FRANC, historienne

13 janvier 2001 : La vocation européenne du protestantisme français, par le pasteur Philippe VASSAUX (Paris)
17 février : Les relations baptistes-catholiques en France de 1820 à 1950, un aspect historique, par Sébastien FATH, chercheur au C.N.R.S.
10 mars : Gallargues-le-Montueux : une communauté languedocienne dans sa lutte contre le prieur à la veille de la Réforme 1536-1560, par Madame Anny HERRMANN, historienne
21 avril : La Rochelle et les protestants, par Madame Nicole VRAY, docteur ès-lettres
19 mai : Paul Rabaut, ministre de la Religion Réformée en Languedoc au milieu du XVIIIe siècle, par Jean-Claude GAUSSENT, docteur en histoire
20 octobre : Une famille protestante à Sète à la veille de la Révolution, par Jean-Claude GAUSSENT, docteur en histoire
24 novembre : Le consistoire de Courtezon (Vaucluse) au XVIIe siècle, par Madame Françoise MOREIL, professeur à l’université d’Avignon
15 décembre : Le prophétisme cévenol et les Multipliants de Montpellier, par Daniel VIDAL, directeur d’études à l’École pratique des hautes études

12 janvier 2002 : Sébastien Castellion (1515-1563), un réformé non-conformiste et exemplaire, par le professeur André GOUNELLE, de la faculté de théologie de Montpellier
23 février : La « conscience martyre » des Églises sous la Croix, par le professeur Hubert BOST, de la faculté de théologie de Montpellier
23 mars : La découverte du premier écrit de Guillaume Farel (1524), par le professeur Francis HIGMAN, de l’institut d’histoire de la réformation de Genève
27 avril : La Révocation de l’Édit de Nantes, « la voie de douceur » et les distributions de livres aux nouveaux convertis, par Bernard CHÉDOZEAU, agrégé de lettres, docteur d’État, inspecteur d’académie
8 juin : Les Huguenots et le Roi : le combat politique de Philippe Duplessis-Mornay (1572-1600), par Hugues DAUSSY, maître de conférences à l’université du Maine
12 octobre : Les Huguenots à Berlin de Louis XIV à Hitler, par le pasteur Aimé BONIFAS, de l’Académie de Nîmes
16 novembre : Les articles organiques des cultes protestants en 1802 et leur application dans l’Église réformée de Montpellier, par Laurent GAMBAROTTO, maître de conférences à la faculté de théologie de Montpellier

De janvier à mars 2003, la S.H.P.M. s’associe aux conférences organisées autour de l’exposition « Lettre pour l'Europe. Philippe Melanchthon (1497‑1560) », exposition itinérante internationale créée à l’occasion du 500e anniversaire de la naissance de Philippe Melanchthon.
5 avril 2003 : Les protestants de Provence au XVIIe siècle, par Madame Céline BORELLO, docteur en histoire
3 mai : Des protestants aux origines des Caisses d’épargne, par Marc CHOLVY, docteur en histoire
14 juin : La famille du pasteur Marc Boegner, par Pierre BARRAL, professeur émérite à l’université Paul‑Valéry
18 octobre : Regards protestants sur l’arrivée de l’Armée du Salut en France (1881), par Pierre-Yves KIRSCHLEGER, agrégé d’histoire
8 novembre : Comment rendre les œuvres de Calvin intéressantes, par le professeur Francis HIGMAN, de l’institut d’histoire de la réformation de genève
13 décembre : Les Castelnau, une dynastie de négociants protestants au XIXe siècle en Languedoc, par Lionel DUMOND, maître de conférences à l’université Paul‑Valéry

24 janvier 2004 : La transmission de l’Évangile aujourd’hui, par le pasteur Michel BERTRAND, responsable de Théovie, service de formation théologique à distance de l’Église réformée de France
21 février : Olivier de Serres, agronome et réformé, par Henri GOURDIN, écrivain et biographe
20 mars : Les galériens de la foi à Nîmes et Montpellier, par Madame Claude GAIDAN, membre correspondant de l’Académie de Nîmes
24 avril : Benjamin-Sigismond Frossard et Guillaume de Felice, deux théologiens protestants anti-esclavagistes, par le doyen Jean‑François ZORN, professeur à la faculté de théologie de Montpellier
12 juin : À propos des Cévennes catholiques, confessionnalisations en Cévennes, par robert SAUZET, professeur émérite de l’université de tours
30 octobre : Les prisonniers du fort Vauban à Alès, 1687-1767, par Monsieur et Madame SALÉRY
20 novembre : Théophraste Renaudot (1586-1653), du médecin au prix littéraire, par Madame Nicole VRAY, docteur ès-lettres et doctorante en théologie
11 décembre : Sortir du Royaume au XVIIIe siècle : les nouveaux convertis du Languedoc en liberté surveillée, par Jean-Claude GAUSSENT, docteur en histoire

22 janvier 2005 : Promenade historique à travers le passé protestant de Montpellier, par Valdo PELLEGRIN, maître de conférences à l’école de chimie de Montpellier
5 mars : Jacques de Barjac, Marquis de Rochegude au secours des réfugiés et condamnés pour leur foi, par Claude-Jean GIRARD, écrivain
9 avril : Parcours dans les vignes avec les agronomes protestants d’Olivier de Serres au XIXe siècle, par Jean-Claude MARTIN, secrétaire général de l’institut supérieur de la vigne et du vin de Montpellier
21 mai : Le siège du Mas d’Azil. Les protestants ariégeois contre les armées du Roi, par Hubert D’AMBROIX de LARBONT
11 juin : Inquisition et protestantisme en Espagne aux XVIe et XVIIe siècles, par Michel BOEGLIN, maître de conférences en littérature et civilisation espagnoles à l’université Paul-Valéry
octobre-novembre 2005 : la S.H.P.M. apporte son soutien aux manifestations du Forum Laïcité, organisées au temple de la rue Maguelone (cycle de quatre conférences ; exposition La laïcité en France, avec des documents inédits prêtés par Madame Violette Méjan).
10 décembre : L’empreinte protestante dans la civilisation européenne, par Charles-Olivier CARBONELL, professeur émérite à l’université Paul-Valéry

21 janvier 2006 : Faire testament au temps des troubles de religion, par Madame Valérie LAFAGE, docteur en histoire, professeur agrégée à l’université Paul‑Valéry
18 février : Une commune protestante entre Causses et Cévennes : Meyrueis, par Philippe CHAMBON, historien
25 mars : L’inhumation des protestants au XVIIIe siècle dans l’ancienne province du Languedoc. Entre mythe et réalité, par Nicolas BOUTIÉ, doctorant en histoire, archéologue
22 avril : Répondre à la « Vie de Jésus » de Renan (1863), par Pierre-Yves KIRSCHLEGER, agrégé et docteur en histoire
20 mai : Destin d’une minorité protestante dans les montagnes d’Auvergne XVIe-XVIIIe siècles, par Joël FOUILLERON, maître de conférences honoraire à l’université Paul-Valéry
10 juin : Une parole engagée : la prédication du pasteur Jean Cadier à Montpellier (1939-1945), par Gérard DELTEIL, doyen honoraire de la faculté de théologie de Montpellier
7 octobre : La figure littéraire du pasteur dans le roman français, par Jean-Marc DAUMAS de CORNILHAC, ancien professeur à la faculté de théologie réformée d’Aix-en-Provence
20 novembre : Pierre Bayle (1647-1706) et les « droits de la conscience errante ». Les audaces philosophiques d’un huguenot en exil, par Hubert BOST, directeur d’études à l’École pratique des hautes études (Paris)
9 décembre : Protestants en Algérie, XIXe‑XXe siècles, par Madame Zohra AÏT ABDELMALEK, pasteure de l’Église réformée de France

13 janvier 2007 : Être immigrant au XVIIe siècle, par Madame Michelle MAGDELAINE, chargée de recherches honoraire au C.N.R.S.
24 février : Les protestants du Midi et l’évangélisation de la France : la Mission Intérieure Évangélique (1871-1914), par Madame Madeleine SOUCHE, professeur agrégée honoraire à l’université de Perpignan
24 mars : La Révolution, nouvel épisode des guerres de religion en Cévennes ?, par Madame Valérie SOTTOCASA, de l’université de Toulouse‑Le Mirail
21 avril : Protestantisme et modernité. Changement et continuité depuis la Réforme jusqu'à nos jours, par André GOUNELLE, doyen honoraire de la faculté de théologie de Montpellier
9 juin : Les catholiques du Sud-Ouest de la France face à la Réforme, par Serge BRUNET, professeur d’histoire moderne à l’université Paul-Valéry
6 octobre : Michel Hollard, le Français qui a sauvé Londres, par son fils Florian HOLLARD, ancien maître de chapelle à l’Oratoire du Louvre (Paris)
10 novembre : Le voyage de « l’Espérance », la déportation des protestants languedociens aux Isles de l’Amérique, par Jean CHAPOT (Montpellier)
1er décembre : La S.H.P.M. organise, conjointement avec la faculté de théologie de Montpellier, la journée d’étude : Un théologien protestant non conformiste en son siècle : le pasteur Roland de Pury 1907-1979

19 janvier 2008 : Gaston Bazille (1819-1894), un juste au service de la cité, par Madame Michèle PALLIER, de l’Académie de Nîmes
23 février : La Roumanie orthodoxe et les protestants, par André PALÉOLOGUE, docteur en histoire, expert consultant auprès de L’UNESCO
15 mars : Monseigneur de Cabrières et les protestants, par Gérard CHOLVY, professeur émérite de l’université Paul-Valéry
12 avril : Comment faire la paix entre chrétiens ? Les protestants français et allemands à l’issue des deux guerres mondiales du XXe siècle, par André ENCREVÉ, professeur émérite de l’université Paris XII
17 mai : Les condamnations pour fait de religion à Montauban, 1685-1715, par Madame Anne-Cécile GLÉDEL, chargée de médiation culturelle à la ville de Toulouse
7 juin : Introduction du protestantisme dans la Vallée de la Vis, par Madame Nicole Forget
18 octobre : Les enjeux identitaires protestants en contexte minoritaire : l’exemple du Gard contemporain, par Philippe RIGOULOT, docteur en sciences politiques
22 novembre : L’Unité des Églises hier et aujourd’hui, par le pasteur Maurice LONGEIRET
13 décembre : Mouvements religieux : de l’inspiration à l’institution, par Gabriel AUDISIO, professeur émérite de l’université de Provence

24 janvier 2009 : Être pasteur sous Louis XIV : les sermons de Pierre du Bosc, par Jean-Louis MEUNIER, secrétaire de l’institut européen Séguier, enseignant de littérature française à l’université de Nîmes
28 février : La liturgie réformée et sa réception par les fidèles, par le professeur Raymond MENTZER, de l’université d'Iowa (États‑Unis)
21 mars : La Saint-Barthélemy, les mystères d’un crime d’État, par Madame Arlette JOUANNA, professeur émérite de l’université Paul‑Valéry
1er avril : Sur les traces des huguenots de Floride : expéditions en Charenta (1562-2007), par gilles FONTENEAU, écrivain [conférence organisée en partenariat avec la faculté de théologie de Montpellier et la Librairie Sauramps]
18 avril : Calvin dans la Pléiade, par le professeur Francis HIGMAN, ancien directeur de l’institut d’histoire de la réformation de Genève, éditeur du volume
16 mai : L’évolution de l’influence protestante dans l’engagement politique de la fin du XIXe siècle à nos jours, par Nicolas CADÈNE, conseiller parlementaire
6 juin : Jean Calvin, docteur de l’autorité souveraine de Dieu, par Jean-Marc DAUMAS, ancien professeur à la faculté de théologie réformée d’Aix-en-Provence
17 octobre : Itinéraire d’une romancière montpelliéraine : Jeanne Galzy (1883-1977), par Raymond HUARD, professeur émérite de l’université Paul-Valéry
21 novembre : Bretons et protestants. La Réforme en Bretagne, par le pasteur Roger BERTRAND
12 décembre : Calvin et les Vaudois, par Madame Nelly DURET, professeur honoraire d’histoire

23 janvier 2010 : Jean Guizonnier, un pompier résistant, par Pierre DUMONT et Jean TAVOILLOT, sapeurs-pompiers professionnels à Montpellier (caserne Guizonnier)
27 février : L’Imaginaire religieux et la violence : les Camisards, par Jean-Paul CHABROL, historien
13 mars : Les femmes de pasteurs dans la principauté d’Orange, XVIe-XVIIe siècles, par Madame le professeur Françoise MOREIL, de l’université d’Avignon
17 avril : Les conflits religieux sous la Révolution. Le cas du Gard, par Jean-Claude LACROIX, ancien président de l’association des chercheurs et généalogistes des Cévennes
29 mai : L’impossible survie. Destin du protestantisme dans le diocèse de Béziers, XVIe-XVIIIe siècles, par Joël FOUILLERON, maître de conférences honoraire à l’université Paul-Valéry
23 octobre : Louis XIII et les protestants du Midi (1621-1622), par Madame le professeur Marie-Madeleine FRAGONARD, de l’université Sorbonne nouvelle (Paris)
20 novembre : Le protestantisme libéral français en 1903 (d’après André-Numa Bertrand, Ferdinand Buisson, Jean Réville, Charles Wagner), par le professeur André GOUNELLE, de la faculté de théologie de Montpellier
4 décembre : Les débuts du protestantisme à Blain, fief de la famille de Rohan, par Henri‑Louis ORAIN, ancien conseiller technique à l’Organisation mondiale de la santé

22 janvier 2011 : Entre conformité et croyance : la coexistence religieuse dans l’Aquitaine moderne, par le professeur Gregory HANLON, de l’université Dalhousie d’Halifax (canada)
12 février : Itinéraire d’un Français libre (1939-1944) : Jacques-Henri Schloesing, par le colonel Patrick COLLET
19 mars : Calvisson, une communauté languedocienne dans la tourmente des guerres de Rohan (1622-1629), par Madame Anny HERMANN, de l’Académie de Nîmes
16 avril : Le protestantisme aujourd’hui au miroir des médias, par Madame Blandine CHÉLINI‑PONT, maître de conférences à l’université Paul‑Cézanne d’Aix-en-Provence
28 mai : Une communauté méconnue au XVIIe siècle : les protestants de Bourgogne face aux persécutions, par le professeur Yves KRUMENACKER, de l’université Lyon III
15 octobre : 450ème anniversaire du Psautier huguenot : la musique du Psautier, par le professeur Francis HIGMAN, ancien directeur de l’institut d’histoire de la réformation de Genève
19 novembre : Le château Leenhardt du Grau‑du‑Roi, l’établissement de bains de mer de l’Église réformée de Nîmes, par Jean-Claude GAUSSENT, professeur d’histoire honoraire
3 décembre : Une relique « oubliée » de l’amiral de Coligny : l’os de phalange du château de Choye (Haute-Saône), par Madame Myriam GILET, docteur en histoire

21 janvier 2012 : André Gide, l’Évangile et le malheur des hommes, d’une guerre à l’autre : le secours aux réfugiés (1914-1945), par Frank LESTRINGANT, professeur de littérature à l’université Paris IV-Sorbonne
4 février : André ADOUL, bouillant évangéliste du XXe siècle, par le pasteur Frédéric Travier
3 mars : Une présence protestante française en Kabylie (1885–1919) : la mission méthodiste française à Il Maten, par le pasteur Jean-Louis PRUNIER
2 mai : Une école pas comme les autres : l’École préparatoire de théologie protestante, de Lille (1846) à Montpellier (1990), par Jean-François ZORN, professeur émérite d’histoire à la faculté de théologie de Montpellier
2 juin : De Maré (Nouvelle-Calédonie) à la Valbonne (Gard) : l’action du pasteur Philadelphe Delord, “l’apôtre des lépreux”, (1898-1935), par Thierry PELLECUER, chercheur associé à la faculté de théologie de Montpellier
20 octobre : La Faculté de théologie protestante de Montauban au XIXe siècle, par André GOUNELLE, doyen honoraire de la faculté de théologie de Montpellier
10 novembre : La S.H.P.M. s’associe à la journée d’études organisée par la Société d’études du méthodisme français, sur le thème : La sanctification dans le méthodisme. Controverse et fécondité d’une notion théologique
1er décembre : À quoi les protestants ont-ils servi dans l’histoire de France ?, par Patrick CABANEL, professeur d’histoire contemporaine à l’université Toulouse-Le Mirail

19 janvier 2013 : Jacques Androuet du Cerceau (1511-1586) et l’art des jardins en France à la Renaissance, par Laurent PAYA, professeur, docteur en histoire de l’art
16 février : Les pentecôtismes en France : de la dissidence à la reconnaissance, par Frank LA BARBE, professeur d’histoire, docteur en ethnologie
20 mars : Maurice LEENHARDT, pasteur, missionnaire, ethnologue, par Gilles VIDAL, maître de conférences en histoire à la faculté de théologie de Montpellier
20 avril : Deux siècles de diaconat dans la communauté réformée à Montpellier, du Concordat à nos jours, par Gérard ESTRABAUD, diplômé de master d’histoire
25 mai : Les mythes fondateurs babyloniens et bibliques : comparaisons et ruptures, par Madame Nicole VRAY, docteur ès lettres et en théologie
12 octobre : Gaston Doumergue, grandeur et servitude d’un honnête homme en politique, par Guy TABOULAY, conseil en stratégie d’entreprises et communication, président du comité d’organisation Doumergue anniversaire 2013
16 novembre : La S.H.P.M. s’associe à la journée d’études organisée par la Société d’études du méthodisme français, sur le thème : Sources et pratiques de l’Hymnologie méthodiste

22 janvier 2014 : Les soldats indigènes protestants pendant la Première Guerre Mondiale, par Jean-François Zorn, professeur émérite à la faculté de théologie de Montpellier
22 février : Une femme protestante, la nîmoise Florestine de Clausonne (1803-1834), par Madame Danielle BERTRAND‑FABRE, de l’Académie de Nîmes, agrégée et docteur en histoire
22 mars : Dynamiques et transformations naturelles dans l’art des jardins selon Bernard Palissy (1510-1590), par Laurent PAYA, professeur et docteur en histoire de l’art
05 avril : Les œuvres sociales protestantes à Montpellier au XXe siècle, par Gérard ESTRABAUD, diplômé de master d’histoire
24 mai : Le monde, un territoire pour les Camisards, par Jean-Paul Chabrol et Jacques Mauduy, auteurs de l’Atlas des Camisards (éditions Alcide, 2013)
18 octobre : Johannes KEPLER (1571-1630), l’astronome protestant qui a découvert les lois du mouvement des planètes, par Edgar SOULIÉ, ingénieur au C.E.A., président de la commission des étoiles doubles de la Société astronomique de France
14 novembre : Après-midi d'études organisée en collaboration avec la faculté de théologie et le laboratoire C.R.I.S.E.S. de l’université Paul-Valéry : Les Rabaut, témoins et témoignages du second Désert huguenot,
- avec Heidi et Dieter GEMBICKI, historiens (Genève), Une facette inconnue de l’activité de Paul Rabaut : ses contacts avec les émissaires de l’Unité des frères moraves (1743-1791)
- et Madame Céline BORELLO, maître de conférences à l’université de Mulhouse, Temporalités historiques et écritures pastorales dans le second XVIIIe siècle : la fratrie Rabaut
15 novembre : La S.H.P.M. s’associe à la journée d’études organisée par la Société d’études du méthodisme français, sur le thème : Le Méthodisme dans l’histoire de France
6 décembre : Histoire et actualité de la laïcité en France, par Gérard CHOLVY, professeur émérite de l’université Paul-Valéry

17 janvier 2015 : Les affrontements entre catholiques et protestants dans l'opéra français au 19e siècle, par Madame Sabine TEULON‑LARDIC, docteur en musicologie, professeur au conservatoire de Nîmes
28 février : Albert Schweitzer contre la guerre : itinéraire d’un humaniste chrétien, par Jean-Marie SZAFARCZYK (Vialas)
14 mars : Écrire l’histoire du protestantisme au 19e siècle : regards sur l’œuvre du pasteur Daniel Benoît, par Franck BELLOIR, directeur de la librairie Jean-Calvin (Alès)
11 avril : Le théâtre protestant du 16e siècle : entre édification et esthétique nouvelle, par Madame Marie-Madeleine FRAGONARD, professeur émérite de l’université Sorbonne nouvelle Paris 3
6 juin : Le corps embaumé de Maurice de Saxe, Maréchal de France : enjeux de la mort dans la France des Lumières, par Madame Myriam GILET, docteur en histoire
17 octobre : Présence des protestants dans l’histoire de Montpellier, par Madame Jeannine REDON, professeur honoraire
21 novembre : La S.H.P.M. s’associe à la journée d’études organisée par la Société d’études du méthodisme français, sur le thème : Le Méthodisme dans l’histoire de France. Aspects de l’histoire du méthodisme national et régional

30 janvier 2016 : Les Lieux de mémoire du Midi, par Pierre-Yves KIRSCHLEGER, maître de conférences à l’université Paul-Valéry
19 mars : Les Quakers de Congénies, par Madame Anny HERMANN, de l’Académie de Nîmes
2 avril : L’éducation au champ. L’instruction huguenote au temps du Désert (1680-1750), par Madame Chrystel BERNAT, maître de conférences en histoire moderne à la faculté de théologie de Montpellier
4 juin : Henry de Rohan (1579-1638). En Languedoc, en Cévennes et… ailleurs, par Jean-Paul CHABROL, historien
1er octobre : Frédéric Bazille, un artiste à scruter encore, par le professeur François-Bernard MICHEL, de l'institut de France
26 novembre : la S.H.P.M. s’associe à la journée d’études organisée par la Société d’études du méthodisme français, sur le thème : Les œuvres éducatives du méthodisme français
3 décembre : Du choc des mémoires en histoire, ou de l’abbé Pialat, prêtre réfractaire, en Cévennes sous la Révolution, par Gérard CHOLVY, professeur émérite de l’université Paul‑Valéry.

Haut de page

Notes

1 Henri Bosc reprend pour l’occasion le titre de l’ouvrage qu’il a publié en 1957 (Montpellier, imprimerie J. Reschly, 129 p.).

2 Archives de la Société d’histoire du protestantisme de Montpellier.

3 Souligné par nous.

4 Alors installées avenue de Castelnau.

5 Les actes en ont été publiés : Société d’histoire du protestantisme de Nîmes et du Gard et Société d’histoire du protestantisme de Montpellier. La Révocation de l’Édit de Nantes dans les Cévennes et le Bas-Languedoc 1685-1985, Actes du colloque de Nîmes (22‑23 novembre 1985). Nîmes, Lacour, 1986 ; et Tricentenaire de la révocation de l’Édit de Nantes. La révocation et l’extérieur du royaume. 1685, Actes du IVème colloque Jean‑Boisset recueillis par Michel Péronnet. Montpellier, Université Paul‑Valéry, 1985.

6 Les Camisards et leur mémoire (1702-2002), Actes du colloque du Pont-de-Montvert (25 et 26 juillet 2002) réunis par Patrick Cabanel et Philippe Joutard. Montpellier, Les Presses du Languedoc, 2002.

7 Les Rabaut : du Désert à la Révolution, Actes du colloque de Nîmes (23 mai 1987). Montpellier, Les Presses du Languedoc, 1988.

8 Entre Désert et Europe, le pasteur Antoine Court (1695-1760), Actes du colloque de Nîmes (3-4 novembre 1995) réunis par Hubert Bost et Claude Lauriol. Paris, honoré champion, 1998.

9 Roland de Pury 1907-1979 : un théologien protestant non-conformiste en son siècle, Pierre-Yves Kirschleger, Paul Loupiac, Martin Rott et Jean-François Zorn (dir.). Lyon, Olivétan, 2008.

10 Une partie des communications présentées ont été publiées : Aspects du protestantisme français des années 1960-1970. Textes réunis par Pierre-Yves Kirschleger. Dans Bulletin de la S.H.P.F., octobre-décembre 2014.

11 KIRSCHLEGER Pierre-Yves. « Création d’un ‘Fonds protestant d’archives’ aux archives départementales de l’Hérault ». Dans Bulletin de la S.H.P.F., avril-mai-juin 2015, p. 297-300.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Montpellier (Hérault), monument commémoratif des pasteurs et prédicants exécutés à Montpellier (2008)
Crédits © Pierre-Yves Kirschleger
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2505/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 2
Légende Montpellier (Hérault), porte du Peyrou en forme d’arc de triomphe (1691-1693)
Crédits © Pierre-Yves Kirschleger
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2505/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 3
Légende Montpellier (Hérault), porte du Peyrou en forme d’arc de triomphe ; médaillon représentant de manière allégorique la révocation de l’Édit de Nantes par Louis XIV, l’hérésie vaincue
Crédits © Pierre-Yves Kirschleger
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/2505/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Delteil et Pierre-Yves Kirschleger, « La Société d’histoire du protestantisme de Montpellier au service du patrimoine protestant »Patrimoines du Sud [En ligne], 5 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2017, consulté le 03 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/pds/2505 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pds.2505

Haut de page

Auteurs

Jacques Delteil

Avocat honoraire, président de la Société d’histoire du protestantisme de Montpellier

Pierre-Yves Kirschleger

Université Paul-Valéry Montpellier 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Patrimoines du Sud est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals