Navigation – Plan du site

Présentation de la revue

« Peut-être y a-t-il d’autres connaissances à acquérir, d’autres interrogations à poser aujourd’hui, en partant non de ce que d’autres ont su, mais de ce qu’ils ont ignoré. »
Serge Moscovici, Essai sur l’histoire humaine de la nature, Paris, 1968

Patrimoines du Sud est né en février 2015 ; dès son origine, la revue a été conçue en format numérique, le site Internet de l’ex-région Languedoc-Roussillon servant d’hébergeur. Le titre retenu tenait compte des discussions alors en cours au sujet de la fusion des régions ; ce qui lui a permis d’entrer dans la région Occitanie sans être remis en cause. Patrimoines du Sud reste la seule revue numérique patrimoniale éditée par une région.

Les objectifs sont de contribuer à la diffusion de la recherche sur les patrimoines du Sud de la France dans les milieux universitaires, les laboratoires et plus généralement auprès de tous les internautes. Pourquoi ? Parce que la recherche est active, y compris dans les services patrimoniaux, tel l’Inventaire général du patrimoine culturel, à l’initiative du projet. Ce savoir accumulé doit circuler le mieux possible, trouver ses publics, tout en affichant un haut niveau d’exigence dont le comité scientifique est le garant. Comment ? Grâce à une revue numérique, seul système de publication offrant à la fois la gratuité, une large diffusion, une visibilité internationale, la souplesse éditoriale et l’enrichissement des contenus.

Les sciences humaines et sociales, champ d’étude de la revue, ne sont pas surreprésentées dans les publications régionales. Patrimoines du Sud souhaite ainsi compléter l’offre existante dans les domaines de l’histoire (cf. no 5, sur Les patrimoines du protestantisme), de l’histoire de l’art et de l’ethnologie, qu’il s’agisse d’étudier les biens matériels (architecture, urbanisme, objets mobiliers, patrimoine industriel, paysages, archéologie…) ou les patrimoines immatériels (pratiques culturelles, savoir-faire, mémoire...). L’aire géographique retenue est l’Occitanie, mais pourra s’étendre au-delà en favorisant les comparaisons avec d’autres territoires, en France comme à l’étranger.

La revue souhaite encourager de jeunes chercheurs à publier leurs travaux inédits, tout comme elle s’autorise l’édition ou la réédition d’études restées confidentielles, faute de diffusion adaptée. Tous les numéros parus contiennent des contributions d’étudiants.

Des chantiers importants de construction (Narbo Via à Narbonne [cf. no 2], musée de la Romanité à Nîmes) ou de restructuration de musées (Lodève [cf. no 9], Hérépian [cf. no 2], Musée des vallées cévenoles) sont d’actualité et, pour Patrimoines du Sud, constituent autant de sources potentielles de contributions (muséographie, valorisation des collections, campagnes de restauration).

L’archéologie médiévale régionale ne dispose pas non plus de revues en ligne, alors que des fouilles importantes ont lieu (Aniane, La Maladrerie, Ferrière-les-Verreries [cf. no 3]…) et que les chantiers d’archéologie préventive apportent sans cesse de nouvelles informations dont il est important de rendre compte.

Les services d’archives, municipales, diocésaines ou départementales recèlent des trésors que les chercheurs utilisent ou transcrivent en totalité ; leur édition commentée permet d’élargir les sources des futures recherches.

Des recherches originales sont en cours, consacrées à l’histoire de l’architecture et du paysage, aux jardins et aux parcs anciens, grâce à la découverte et à la sauvegarde de fonds privés inédits et à l’inventaire systématique de fonds déposés aux archives publiques et mis à disposition des chercheurs (no 8 : Les jardins historiques en Occitanie).

Le patrimoine industriel de l’Occitanie, enfin, a fait l’objet d’enquêtes minutieuses ces dernières décennies ; ces vastes travaux permettent aujourd’hui des études thématiques transversales à toute la région et des points de comparaison pertinents. Dans son no 4 portant sur Les marbres d’Occitanie, la revue Patrimoines du Sud a étudié l’industrie extractive, en commençant par celle des marbres, en mariant l’approche des paysages, des vestiges matériels, des savoir-faire et de l’usage social des matériaux.

La revue est semestrielle, avec des numéros thématiques et des numéros généralistes. À côté d’articles de fond, place est faite dans le sommaire à des Varia. Ces textes proposent des focus sur des découvertes, des alertes ou des réflexions sur des sujets d’actualité ou pouvant intéresser la recherche. Ces Varia permettent également de découvrir une œuvre spécifiquement étudiée par l’Inventaire général ou encore de présenter une nouvelle acquisition d’une collection publique.

  • OpenEdition Journals