Navigation – Plan du site
Dossier

L’ornementation en faux bois et rocaille dans le département de l’Hérault

The protection of parks and gardens in Mediterranean Languedoc, monuments just like any others
Frédéric Mazeran

Résumés

Une forme d’art tout à fait inédite et éphémère s’est développée entre la fin du XIXe siècle et le second quart du XXe siècle. Décrite dans cet article, elle doit son originalité à une volonté d’imiter la nature dans le cadre d’aménagements rustiques, souvent remarquables, parfois exceptionnels, identifiés dans le département de l’Hérault. Restée longtemps décriée et encore aujourd’hui méconnue, elle doit ses deux principales expressions à une ornementation faux bois ciment et à des aménagements rocailles, utilisés autrefois dans les parcs et jardins publics ou privés. Par effet de mode, l’engouement pour cette forme d’art va être tel que certains de ces éléments vont être associés à des réalisations tout aussi originales, comme pour l’ornementation en faux bois ciment de certaines façades, conférant à ces exemples une architecture de l’étrange. Le lecteur découvrira dans cet article la richesse et la diversité des éléments présentés, développés par thématiques. Ils soulignent les capacités techniques et la virtuosité de maçons locaux maîtrisant le ciment armé, totalement novateur à cette période. L’art du faux bois va par ailleurs être souvent associé à des aménagements rocaille, souligné par de remarquables réalisations de fausses grottes, enrochements rustiques, bordures de cheminements, éléments d’accompagnement de bassins… On ne peut que constater aujourd’hui que ce patrimoine reste un patrimoine fragile, nécessitant souvent une restauration pour en assurer la conservation. L’objectif de cette publication est d’en révéler tout l’intérêt.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 - Exceptionnellement, Patrimoines du sud publie à nouveau un article déjà paru en 2015. Quelques mi (...)
  • 2 - CORNEILLE, Thomas. Le Triomphe des dames, comedie meslee d’ornemens…, Chez Jean Ribou, Paris.
  • 3 - Le dictionnaire de l’Académie françoise, dédié au Roy. Paris, Jean Baptiste Coignard, 1694, vol.  (...)
  • 4 - PERRAULT, Charles ; BENSERADE, Isaac de. Le Labyrinte de Versailles. Paris, Imprimerie royale, 16 (...)

11 Dans le second acte du Triomphe des Dames paru en 1676, Thomas Corneille, frère cadet du grand Pierre, campe le jardin du baron : au fond d’une grotte se cache un grand bassin de rocaille ; le tout orné de coquilles, lapis, nacre de perles, et pierres de coloris2. La rocaille désigne alors ces petits cailloux, coquillages et autres choses qui servent à orner une grotte, à faire des rochers3 imitant la nature et ses reliefs. Chaque bassin baroque du labyrinthe de Versailles aménagé par Le Nôtre à partir de 1668 en est décoré4 tandis que les jardins du palais s’ornent de grottes artificielles en ciment, lieux de recueillement et de rêverie. (fig.1).

Fig. 1

Fig. 1

Béziers (Hérault), jardin du Plateau des Poètes ; grotte en rocaille

© F. Mazeran

  • 5 - LITTRÉ, Émile (trad.). Histoire naturelle de Pline. Paris, J. J. Dubochet, Le Chevalier et Comp., (...)
  • 6 - Liant composé principalement de silicates de calcium hydrauliques qui font prise et durcissent pa (...)
  • 7 - Cf. DEGENNE, Jacques ; MARREY, Bernard. Joseph Monier et la naissance du ciment armé. Paris, éd. (...)

2Cette architecture dite rustique, remise au goût du jour par la Renaissance maniériste, nous vient de l’Antiquité. Dans son Histoire naturelle, Pline l’Ancien parle des pierres rongées qu’on suspend dans les édifices appelés musées, pour simuler artificiellement des grottes. Pour qu’il ne manque rien à la ressemblance avec la nature, l’intérieur de celle aménagée dans un vieux platane de Lycie, en Asie mineure, est garni d’un rang de pierres ponces recouvertes de mousse5. Au Siècle des lumières, l’art de la rocaille témoigne d’une connaissance approfondie de la nature inspirée par le mythe du bon sauvage. Cette idéalisation de l’homme à l’état de nature trouve ses fondations chez les explorateurs et conquérants de la Renaissance. Dès la seconde moitié du XIXe siècle, la mise sur le marché du ciment Portland6 et le développement de la sidérurgie vont permettre le développement d’une architecture nouvelle : celle du faux bois ciment7. En 1867, le Gardois Joseph Monier, jardinier de son état, dépose le brevet d’un système de caisses-bassins mobiles en fer et ciment applicable à l’horticulture. Ce génial inventeur du béton armé ne se limitera pas à des pots à oranger. En 1875, il réalise le premier pont en ciment armé. Orné d’un garde-corps imitant le bois, il permet aujourd’hui encore de franchir les douves du château de Chazelet (Indre). Monier meurt dans la misère mais d’autres feront fortune en utilisant ses brevets… tout en oubliant de lui en payer les redevances. Car l’art de la rocaille – ou du rusticage – vient de renaître et avec lui le métier de rocailleur.

  • 8 - RACINE, Michel. Architecture rustique des rocailleurs. Paris, éd. du Moniteur, coll. Les Bâtisseu (...)

3Ouvert à l’occasion de l’exposition universelle de 1867 sur le site d’une ancienne carrière de calcaire, le parc des Buttes-Chaumont va s’orner de tout un attirail de branches enlacées en garde-corps sur de romantiques ponts en béton, de montagnes peuplées de cavernes imitant tantôt le bois tantôt le roc, de cascades jaillissant de grottes hérissées de stalactites armées de fer, de chaises et de bancs moussus en faux bois… Il s’agit là du premier parc utilisant à grande échelle la technique du rusticage, dans une rencontre paradoxale du romantisme et de la technologie. D’autres suivront : Montsouris, Monceau, puis les jardins privés de demeures bourgeoises, notamment des villas balnéaires. Fontaines, belvédères, balustrades, ponts, guinguettes, kiosques et chalets rustiques fleurissent ici et là, témoignant d’un rêve d’exotisme pas seulement naturaliste. Les cimentiers italiens s’en s’ont fait une spécialité que reprennent des artisans français, à l’image de la maison Couchoud, fondée à Lyon en 1846 (fig.2, 3), dont le surprenant catalogue propose des « rocailles, pièces d’eau et tous genres de travaux rustiques ». On les nomme rocailleurs, rustiqueurs, cimentiers-rocailleurs, artistes-rocailleurs, rocailleurs artistes en ciment, cimentiers-naturistes, l’appellation n’est guère contrôlée8.

Fig. 2

Fig. 2

Publicité de la Maison Couchoud, constructeur à Lyon, belvédère rustique en ciment

Fig. 3

Fig. 3

Publicité de la Maison Couchoud, constructeur à Lyon, grotte, pont et bordures rustiques en ciment

  • 9 - Raoul Villaret, maçon à Saint-Jean-de-Fos, réalise au début des années 1940 les garde-corps en fa (...)

4À la fin du XIXe siècle, l’art du faux bois se développe comme le soulignent les nombreux concours auxquels répondent les entreprises et certains maçons rocailleurs de renoms (fig.4). Il se répand largement et sort du cadre des jardins publics ou privés pour gagner l’ornementation des façades. Ici et là, dans le département de l’Hérault, des éléments plus ou moins bien conservés témoignent de l’engouement pour cet art qui a perduré jusqu’à la veille de la seconde guerre mondiale, rarement plus9, avant de tomber dans l’oubli, voire être dénigré. Puisant son originalité dans un retour à la nature, il apparaît à la même période que l’Art Nouveau et disparaît avec lui. Cette observation troublante peut-elle permettre d’assimiler ces deux formes d’art, ou du moins les rapprocher ? Le débat est engagé.

Fig. 4

Fig. 4

Publicité d’Élie Garreaux ; maçon établi à Neffiès

© G. Beugnon

5L’introduction de la rocaille et du faux bois dans notre département serait le fait des maçons italiens installés dans la région de Marseille et considérés comme les promoteurs de ce nouveau style. La tradition orale ou les sources écrites confirment dans certains cas cet apport italien. Ainsi, l’ancien café de Saint-Thibéry est-il attribué au maçon Salvetti tandis que Marianne alias Mariano Matéo établi à Caux, semble être l’auteur des balcons en faux bois de la Villa Germaine.

6Gagnés par l’engouement pour cette forme d’art, les maçons locaux prennent très vite le relais, puisant sans doute dans l’abondante documentation consacrée à l’ornementation des parcs et jardins. Mais ils savent aussi se distinguer par l’originalité de leurs interventions, allant jusqu’à créer de véritables œuvres artistiques abouties.

De l’art et de la technique

7Les éléments de décor en faux bois sont constitués d’une armature de fer (fer à béton et grillage) recouverte de ciment (fig.5). Le revêtement est ensuite façonné à l’outil pour y dessiner les veines et nœuds du bois (fig.6). Le faux bois ainsi obtenu peut être parfois traité de façon lissée, à la brosse sur ciment frais, selon l’essence de bois désirée. On note aussi, pour certains cas, les plus aboutis, une utilisation du ciment frais teinté dans la masse afin de donner l’illusion du vrai bois. Chaque ouvrage est ainsi une œuvre d’art unique.

Fig. 5

Fig. 5

Béziers (Hérault), jardin du Plateau des Poètes ; détail de conception d’un montant en faux bois

© F. Mazeran

Fig. 6

Fig. 6

Neffiès (Hérault), grange Cassou ; détail du traitement en faux bois de la façade du chalet

© F. Mazeran

8Fils du maçon Raoul Villaret, auteur d’un garde-corps encore visible à Saint-Guilhem-le-Désert, Paul Villaret a aidé son père sur des chantiers de faux bois ciment alors qu’il avait 13 ou 14 ans, juste avant la seconde guerre mondiale :

Il fallait courber des barres de fer (doux), diamètre au choix des chutes, la barre horizontale étant d’un diamètre plus important. Les relier entre elles avec du fil de fer (doux) appelé fil à ferrailler. Il fallait ensuite entourer ces barres avec du grillage assez fin, souvent de récupération, type cage à lapins. Les couches successives donnent l’épaisseur de la future branche. L’ensemble est garni de ciment, en petit quantité au départ avec un ajout de ciment prompt. Une rondelle plus ou moins grosse imite la taille de coupe. Pour la finition, un ciment plus liquide déposé avec un sac dit bourasse imite très bien l’écorce de l’arbre. Mon père teintait le ciment avec un ocre dit terre de Sienne. La soudure électrique n’existait pas à ce moment-là, du moins à Saint-Guilhem. L’exécution était très longue et délicate. Quant au prix de revient ! (fig.7)

Fig. 7

Fig. 7

Saint-Guilhem-le-Désert (Hérault), ornementation en faux bois d’ouverture et de balcon ; dessin

© F. Mazeran

9Aujourd’hui, le département de la Creuse s’est spécialisé dans la formation aux techniques de la rocaille, dispensée au lycée des Métiers du Bâtiment de Felletin, au GRETA et à la Chambre des Métiers et de l’Artisanat10.

Une histoire de cimenteurs

10L’identification des maçons spécialisés en rocaille et faux bois nécessiterait une recherche documentaire approfondie. L’examen détaillé des œuvres permet cependant de retrouver certaines signatures ou cartouches d’entreprise. C’est notamment le cas au Plateau des Poètes, à Béziers, où l’un des escaliers donnant accès à la partie nord-est du parc porte un cartouche indiquant A. Bergé Travaux de ciment (fig.8). À Pézenas, une étonnante citerne édifiée au début du XXe siècle révèle le nom de Garreau travaux en ciment Neffiès Hérault. D’origine bordelaise, cet artisan est aussi l’auteur à Neffiès de l’habillage de la remarquable Grange de Cassou, ouvrage dont l’ancienne propriétaire a précieusement conservé la facture. Elle nous apprend que le cimenteur spécialiste en décoration de parcs et jardins, grottes, cascades, rochers, rivières, ponts, chalets, kiosques, troncs d’arbres, travaux en ciment de toute nature… a été honoré d’une médaille d’argent lors d’un salon à Montpellier en 1896. D’autres noms apparaissent ici ou là, ainsi à Fontès où le maçon Bonnet de Saint-Thibéry appose sa signature sur un kiosque de parc qui semble sorti tout droit d’une publication lui ayant servi de modèle (fig.9).

Fig. 8

Fig. 8

Béziers (Hérault), jardin du Plateau des Poètes ; plaque en ciment mentionnant l’auteur des deux escaliers nord-est du parc, A. Bergé

© F. Mazeran

Fig. 9

Fig. 9

Fontès (Hérault), kiosque de jardin privé ; plaque émaillée mentionnant l’œuvre du maçon Henri Bonnet

© F. Mazeran

  • 11 - Communication de Jean-Claude Richard.

11À Caux, à la suite de la réalisation des cuves de vinification des chais attenants à la Villa Germaine, le maçon Marianne Matéo d’origine italienne signe, en 1893, les balcons en faux bois de la demeure (fig.10). La tradition orale attribue également au maçon Salvetti l’ornementation de la façade d’un ancien café de Saint-Thibéry. Il sera question plus loin de l’entreprise Destresses, située rue des tisserands, à Béziers. Gabriel Ranchou qui réalisera en 1932 le nouveau Pont du Diable de Saint-Jean-de-Fos, est aussi l’auteur en 1927 d’une villa dans la même commune, 8, avenue du Monument aux Morts, avec garde-corps en faux bois11. Raoul Villaret, établi lui aussi à Saint-Jean-de-Fos, est l’un des derniers maçons à avoir pratiqué l’ornementation en faux bois, à la veille de la seconde guerre mondiale.

Fig. 10

Fig. 10

Caux (Hérault), villa Germaine ; détail d’un des balcons en faux bois, 1893

© F. Mazeran

De parcs en jardins

12Le parc du Plateau des Poètes à Béziers résulte d’un projet lancé par la municipalité en 1861 afin de relier l’ancienne promenade (les allées Paul Riquet) à la gare. Il est confié aux célèbres frères paysagistes Denis et Eugène Bühler, déjà auteurs du parc de la Tête d’Or à Lyon, du square Planchon à Montpellier et du jardin du Champ de Juillet à Limoges. Le fort dénivelé du terrain les dirige vers la réalisation d’un parc à l’anglaise. Dédié aux poètes biterrois, il sera inauguré en 1867. À la charnière des XIXe et XXe siècles, suite au fort engouement des visiteurs, un second projet vient compléter les premiers aménagements. Confié au sculpteur Antonin Injalbert, Grand Prix de Rome et Biterrois d’origine, il verra la réalisation d’une de ses œuvres majeures : la fontaine du Titan (1892) (fig.11). Parallèlement, le sculpteur agrémente la terrasse haute d’une série de bustes figurant les personnages illustres de Béziers. C’est en périphérie et en contrebas du secteur du Titan que va être lancée après 1892 une série d’ouvrages en faux bois ciment comprenant deux escaliers à garde-corps côté nord-est (fig.12, 13, 14, 15), une niche à canard (fig.16) et un pigeonnier sur faux tronc de pin (fig.17), ainsi qu’une rigole centrale s’écoulant du bassin des grottes en bas du Titan en direction du lac central (fig.18). La création d’un petit pont à garde-corps et plancher en faux bois vient compléter cet aménagement (fig.19, 20). Un seul nom d’entreprise a pu être conservé sur les lieux : A. Bergé, à l’origine de la conception et de la réalisation des deux escaliers, mais la tradition orale signale aussi le nom de l’entreprise Destresses.

Fig. 11

Fig. 11

Béziers (Hérault), jardin du Plateau des Poètes ; Fontaine du Titan

© F. Mazeran

Fig. 12

Fig. 12

Béziers (Hérault), jardin du Plateau des Poètes ; escaliers N° 1 côté nord-est

© F. Mazeran

Fig. 13

Fig. 13

Béziers (Hérault), jardin du Plateau des Poètes ; détail de garde-corps de l’escalier n° 1 côté nord-est

© F. Mazeran

Fig. 14

Fig. 14

Béziers (Hérault), jardin du Plateau des Poètes ; vue générale de l’escalier n° 1 situé côté nord-est, œuvre du maçon A. Bergé

© F. Mazeran

Fig. 15

Fig. 15

Béziers (Hérault), jardin du Plateau des Poètes ; vue générale de l’escalier n° 2 situé côté nord-est, œuvre du maçon A. Bergé

© F. Mazeran

Fig. 16

Fig. 16

Béziers (Hérault), jardin du Plateau des Poètes ; niche à canard à ornementation faux bois, (élément situé en partie basse de la Fontaine du Titan)

© G. Beugnon

Fig. 17

Fig. 17

Béziers (Hérault), jardin du Plateau des Poètes ; pigeonnier sur faux tronc de pin parasol en faux bois ciment, (élément situé en partie basse de la Fontaine du Titan)

© F. Mazeran

Fig. 18

Fig. 18

Béziers (Hérault), jardin du Plateau des Poètes ; rigole centrale en faux bois ciment, (élément situé en partie basse de la Fontaine du Titan)

© F. Mazeran

Fig. 19

Fig. 19

Béziers (Hérault), jardin du Plateau des Poètes ; pont en faux bois ciment franchissant la rigole centrale, (ouvrage situé en partie basse de la Fontaine du Titan)

© F. Mazeran

Fig. 20

Fig. 20

Béziers (Hérault), jardin du Plateau des Poètes ; détail du tablier du Pont en faux bois ciment franchissant la rigole centrale, (ouvrage situé en partie basse de la Fontaine du Titan)

© F. Mazeran

13À Neffiès, la Villa Thérèse Rose et son jardin sont la propriété de la famille Villaret au début du XXe siècle. Un dessin en perspective cavalière antérieur à 1912 nous montre une maison de la seconde moitié du XIXe siècle à laquelle est adossée latéralement une remise, au-devant d’un grand jardin établi sur une parcelle en forme de trapèze (fig.21). On ne sait si ce document concerne un avant-projet dont uniquement certains éléments ont été réalisés, ou bien si les autres ont été modifiés ou détruits par la suite, notamment le bassin central. Seule certitude : le projet a été prévu en deux campagnes. La première campagne, réalisée avant 1912, a mis en place les aménagements du jardin (fig.22, 23). La seconde, postérieure de quelques années, a permis de positionner un ensemble en rocaille, la création d’une grotte dans un faux tronc de cyprès (fig.24) ainsi que l’ornementation en décor de faux bois sur la façade de la remise (fig.1, 25). La Villa Rolande a été construite à Sète entre 1921 et 1923 sur le versant sud-ouest du Mont Saint-Clair sur une parcelle peut-être déjà en partie aménagée au niveau du jardin. Comme à Neffiès, on y trouve une association d’aménagements en rocaille et faux bois ciment. Les premiers prennent la forme d’une fausse grotte ornée d’une Vierge et d’un enrochement avec effet retombant de stalactites en ciment. Les seconds se présentent sous la forme d’un superbe banc en faux pin d’Alep, dernier élément conservé d’un ensemble de mobilier en faux bois ciment (fig.26).

Fig. 21

Fig. 21

Neffiès (Hérault), villa Thérèse Rose ; projet d’aménagement du parc

© G. Beugnon

Fig. 22

Fig. 22

Neffiès (Hérault), villa Thérèse Rose ; détail de l’aménagement du parc (banquette centrale avec escalier en faux bois ciment)

© F. Mazeran

Fig. 23

Fig. 23

Neffiès (Hérault), villa Thérèse Rose ; détail de l’aménagement du parc (banquette latérale en faux bois ciment)

© F. Mazeran

Fig. 24

Fig. 24

Neffiès (Hérault), villa Thérèse Rose ; faux tronc de cyprès formant niche abritant une statue du Sacré Cœur (partie latérale du parc)

© F. Mazeran

Fig. 25

Fig. 25

Neffiès (Hérault), villa Thérèse Rose ; détail de l’ornementation en faux bois de la façade de la remise attenante au parc

© F. Mazeran

Fig. 26

Fig. 26

Sète (Hérault), villa Rolande ; élément de mobilier du parc (banc en faux bois de pin d’Alep)

© F. Mazeran

Des kiosques de bonne manière

14Durant le premier quart du XXe siècle, l’art d’aménager les parcs et jardins en rocailles et faux bois a parfois été étendu à la création de kiosques s’inspirant de l’architecture des pagodes.

15Réalisés sur la base d’une ossature métallique habillée en faux bois ciment, ils se caractérisent par leur petite taille et leur plan généralement octogonal. Faisant le pendant à leur échelle, aux grands kiosques urbains réalisés en matériaux traditionnels, ils sont le plus souvent issus de publications sur l’art d’aménager un jardin de bonne manière. Le département de l’Hérault conserve deux exemples remarquables de ces kiosques édifiés à l’intérieur de parcs privés : l’un à Sussargues, petite localité proche de Castries, l’autre à Fontès, au nord du Biterrois. Le premier a perdu sa charpente et sa couverture d’origine, probablement traitées sous la forme d’une ossature en faux bois ciment couverte par de fausses canottes en ciment moulé (fig.27, 28).

Fig. 27

Fig. 27

Sussargues (Hérault), villa ; kiosque dans le parc

© F. Mazeran

Fig. 28

Fig. 28

Sussargues (Hérault), villa ; détail de l’ossature en faux bois du kiosque

© F. Mazeran

16Le kiosque de Fontès s’avère plus soigné dans le traitement de l’écorce et le détail des faux assemblages métalliques (fig.29, 30). Il pourrait remonter au début du XXe siècle tandis que celui de Sussargues, assez rustique, daterait des années 20. Une plaque émaillée porte à Fontès le nom d’Henri Bonnet, entrepreneur à Saint-Thibéry spécialisé dans les cuves et le ciment armé.

Fig. 29

Fig. 29

Fontès (Hérault), villa ; kiosque dans le parc

© F. Mazeran

Fig. 30

Fig. 30

Fontès (Hérault), villa ; détail de l’ossature en faux bois du kiosque

© F. Mazeran

Six exemples de façades remarquables

17Le département de l’Hérault conserve six exemples d’édifices dont la façade principale est en totalité ornée de faux bois ciment : quatre villas du début du XXe siècle à Neffiès, Fontès et Sauvian, une maison vigneronne à Florensac et un ancien café à Saint-Thibéry.

18On peut parler pour l’ensemble de ces cas de réels projets d’aménagement exécutés sur la base d’un programme ornemental. Ils sont issus d’une réflexion préalable et certainement de dessins d’état projeté que nous n’avons pu retrouver. On peut noter sur ces exemples une complexité de décors en relief avec des décrochements de plans des façades ou des déports nécessitant une indéniable maîtrise technique alliée à de réelles performances artistiques. Le positionnement des armatures conditionnant ces reliefs a dû faire l’objet de plans d’exécution.

19En dépit de leur caractère exceptionnel en termes de détails, ces six ouvrages restent cependant méconnus. Ils n’ont fait jusqu’à ce jour l’objet d’aucune publication ni d’aucune protection au titre des monuments historiques. Ce patrimoine fragile, et donc en danger de disparition, mériterait une reconnaissance pour sa valeur.

20Le petit village de Neffiès se situe non loin de Roujan, au nord du Biterrois. Comme bon nombre de localités de la plaine viticole, il se caractérise par une importante extension urbaine périphérique au centre ancien, conduite entre le milieu du XIXe siècle et les années 1930. La présence de maisons de maître, petits immeubles ou grosses villas témoigne d’une période faste liée à la prospérité viticole de ce secteur. Parmi cet ensemble bâti se distinguent deux édifices remarquables que l’on peut à juste titre considérer comme de véritables œuvres architecturales : la Villa Thérèse-Rose située rue du Conseil général et le mas dit Grange de Cassou édifié à la sortie du village en direction de Cabrières, en bordure du chemin de Caylus.

21La Villa Thérèse-Rose déjà citée précédemment doit son originalité au projet envisagé au début du XXe siècle par son propriétaire, Jean Villaret, pharmacien à Pézenas. Il porte au départ sur l’aménagement d’un jardin faux bois et rocaille au-devant d’une maison de maître édifiée durant la seconde moitié du XIXe siècle. Pour une raison indéterminée, il s’est étendu à l’habillage de la façade d’un bâtiment adjacent (auparavant simple remise), confié à Joseph Bonnafous, cimenteur originaire de Nages (Tarn). Ce maçon s’installe à Neffiès vers 1904.

22La façade de la remise, à travée unique, s’élève sur deux niveaux. Elle va devenir le support d’un décor en relief tout à fait original, voire exceptionnel. Sans modifier les ouvertures en place, le maçon va plaquer deux faux arbres latéralement, dont la ramure va s’élever jusqu’à l’attique sous toiture (fig.31, 32). La présence d’un axe de composition passant par les deux ouvertures, celle de la cave viticole au rez-de-chaussée et celle de la fenêtre du premier étage, va devenir fondamentale dans la nouvelle composition. Pour ce projet, le maçon-artiste prend le parti de caler un balcon au premier étage permettant de donner du relief à son aménagement tout en intégrant le porte-à-faux dans l’entrelacement et la montée ascensionnelle des branches. Le traitement particulier de l’enduit permet aux faux arbres de se détacher du mur de fond. On notera aussi la volonté de conserver les deux chaines d’angle à bossage, derniers témoignages du bâtiment antérieur qui permettent de définir un cadre à la nouvelle composition. La présence de vrais marronniers en premier plan empêche aujourd’hui de mesurer à sa juste valeur cette œuvre remarquable, l’une des plus représentatives de l’architecture de l’étrange.

Fig. 31

Fig. 31

Neffiès (Hérault), villa Thérèse Rose ; dessin de la façade de la remise

© F. Mazeran

Fig. 32

Fig. 32

Neffiès (Hérault), villa Thérèse Rose ; façade de la remise côté parc

© F. Mazeran

23Un second exemple du même type se situe à l’extérieur du village, connu sous le nom de Toit rouge ou Grange de Cassou (fig. 33). Il se présente sous la forme d’une petite maison édifiée sur quatre niveaux dont un comble. Le bâtiment figure déjà sur le cadastre napoléonien de 1833, en bordure du chemin de Trignan aujourd’hui chemin de Caylus. Une photographie du tout début du XXe siècle nous le montre sous les traits d’un mazet en pierres apparentes d’un seul étage couvert par un toit à pente unique. En 1902, Eugène Montagnac, propriétaire des lieux, confie au maçon neffiessois Elie Garreau, originaire de Bordeaux et installé au village depuis dix ans, le soin de décorer en faux bois la façade principale du Chalet de Trignan, entre-temps surélevé, percé de trois nouvelles fenêtres et d’un œil de bœuf et couvert d’une toiture à pente double. La facture du cimenteur, en date du 14 décembre, détaille les 38 journées d’ouvrier à 5 francs et 25 journées de manœuvre à 3 francs 50, les 119 sacs de ciment à 3 francs 50, 8 sacs de chaux du Teil à 1 franc 50, les 25 litres de fixatif pour couleur à 1 franc 50 et les 10 francs de couleur nécessaires pour exécuter la façade rustique et le dallage intérieur du chalet, entre le 4 août et le 13 septembre 1902. La force évocatrice de l’œuvre de Garreau tient à sa conception reprenant extérieurement celle d’un chalet que l’on aurait conçu avec une vraie ossature bois. Deux arbres latéraux s’élevant sur une hauteur de 7,50 m tiennent lieu de chaînes d’angle. Horizontalement, la structure de faux planchers se lit également en façade. Elle se caractérise par la présence de deux grandes branches à partir desquelles s’élèvent verticalement de petites ramures servant d’encadrements aux trois baies du premier étage et à la baie unique du second étage. Le réalisme de cette construction en faux bois va jusqu’à simuler la clôture de l’ossature par la pose de fausses planches disposées verticalement sur les deux niveaux médians de la façade et à 45° sous le pignon de l’avancée de toiture. L’originalité de l’œuvre tient aussi à la présence rare d’un haut soubassement de quatre mètres de hauteur constitué de faux demi-rondins de bois plaqués à la façade (fig.34). Cette maison unique en son genre a été mise en teinte sur le ciment frais moulé. L’exceptionnel détail ornemental se caractérise par un travail esthétique de fausse écorce de chêne réalisé à l’outil sur ciment frais (fig.35). Il va jusqu’à simuler un assemblage des bois, la présence de nœuds et celle de bois morts avec piqûres d’insectes. Véritable œuvre d’art cachée et méconnue du grand public, la Grange de Cassou peut être considérée comme un des exemples les plus remarquables en terme de réalisation en faux bois ciment armé.

Fig. 33

Fig. 33

Neffiès (Hérault), grange de Cassou ; dessin de la façade du chalet en faux bois

© F. Mazeran

Fig. 34

Fig. 34

Neffiès (Hérault), grange Cassou ; vue générale de la façade du chalet

© F. Mazeran

Fig. 35

Fig. 35

Neffiès (Hérault), grange Cassou ; détail du soubassement en faux bois du chalet

© F. Mazeran

24Le village de Fontès, à six kilomètres de Neffiès, témoigne lui aussi d’un intérêt local pour l’ornementation en faux bois. En retrait du boulevard Jules Ferry, l’une des avenues périphériques au centre ancien, et à proximité d’un kiosque sur lequel nous reviendrons, une villa de taille modeste (10 m x 10 m environ) affiche elle aussi la physionomie d’un chalet (fig.36, 37). Son originalité tient à une avancée constituée d’une galerie supportée par de faux troncs en bois. Le maçon, dont nous n’avons pas retrouvé le nom, a choisi de faire porter le dernier niveau de la maison par cette galerie habillée en faux bois tout comme le balcon à garde-corps du troisième niveau figurant le monogramme AA, initiales du propriétaire : Abel Alicot, vigneron. Les dénombrements de population le mentionnent entre 1901 et 1911. De faux troncs d’arbres présents latéralement à la façade, au droit de la galerie, et en encadrement de baies, viennent simuler une fausse ossature traitée de façon rustique. De fausses planches disposées verticalement au dernier niveau, et le traitement de rives des deux versants de toiture en demi-rondins, soulignent l’originalité de cette œuvre que renforce la teinte brun orangé apposée sur le ciment frais de la façade principale. L’intervention sur le secteur Neffiès-Fontès de plusieurs maçons, a sans doute suscité une émulation, voire une course à l’originalité en termes de réalisations.

Fig. 36

Fig. 36

Fontès (Hérault), villa Abel Alicot, boulevard Jules Ferry ; dessin de la façade ornée en faux bois du chalet

© F. Mazeran

Fig. 37

Fig. 37

Fontès (Hérault), villa Abel Alicot, boulevard Jules Ferry ; vue générale de la façade ornée en faux bois

© F. Mazeran

25Le quatrième exemple remarquable nous conduit à Sauvian au sud du Biterrois, avenue Paul Vidal, en marge du centre ancien. L’édifice de 6 m de long sur 7,50 m de haut environ se présente de façon isolée par rapport à l’alignement urbain. Il conserve deux niveaux d’élévation, un à rez-de-chaussée formant soubassement, et un à l’étage, beaucoup plus large et débordant sur la voirie (fig.38). La partie haute de la façade se présente sous la forme d’un pignon à toiture débordante à deux versants (fig.39). L’analyse typologique du bâtiment permet de le dater des années 1915-1920. Le nom du maçon et le contexte de la réalisation n’ont pas été retrouvés. La présence au niveau du rez-de-chaussée d’une grande ouverture pourrait indiquer l’existence d’une ancienne boutique que l’originalité de la façade ornée en totalité de faux bois ciment rendait attractive. Comme à la Grange de Cassou, le décor simule une fausse construction à ossature bois, avec ses montants verticaux en faux bois brut, ses encadrements de baies et son soubassement, l’ensemble traité de façon rustique. La partie haute de la façade comprend une fausse ferme apparente dont on distingue les deux arbalétriers. Le plancher bas du premier étage est constitué d’un faux arbre disposé à l’horizontale. La clôture des murs périphériques est composée, comme dans les deux exemples précédents, par un décor de fausses planches assemblées verticalement. Là encore, la mise en teinte des faux bois traités dans le ciment frais renforce l’illusion : l’ossature – troncs et branches – apparaît ainsi plus foncée sur le ton paille des planches. Quelques touches de couleurs vives simulent de fausses briques qui couvrent les linteaux des ouvertures du premier étage. Cette œuvre remarquable n’est probablement pas due à un maçon de Sauvian car aucun autre exemple, même d’emploi ponctuel de faux bois ciment, n’a pu être identifié dans le village.

Fig. 38

Fig. 38

Sauvian (Hérault), villa ; dessin de la façade ornée en faux bois

© F. Mazeran

Fig. 39

Fig. 39

Sauvian (Hérault), villa ; détail de la façade

© F. Mazeran

26De conception plus simple que les exemples précédents, la maison de Florensac est située avenue Jean Jaurès. Son caractère vigneron semble confirmé par la présence d’une clé de porte ornée d’un motif de grappe de raisin accompagnée de feuilles de vignes. L’édifice, dont le principal intérêt réside dans la façade côté avenue, se trouve en alignement d’autres immeubles (fig.40). En l’absence d’archives, nous le daterons du premier quart du XXe siècle. Son auteur et le contexte de sa construction nous restent inconnus. Il pourrait être attribué au maçon Bonnet établi à Saint-Thibéry si l’on se réfère à la proximité de ce village avec celui de Florensac. Élevé sur 3 niveaux, le bâtiment s’étend sur une longueur de 8,50 m pour une hauteur de 6,50 m environ. L’ornementation de la façade en faux bois est cantonnée aux parties latérales adjacentes aux mitoyens (chênes plaqués à la façade et dont la dernière branche semble servir de console support à la génoise sous toiture), aux encadrements de baies (pièces simulant un assemblage à mi-bois allant jusqu’à figurer de fausses chevilles), à la présence d’un balcon ouvragé et au soubassement de bas de façade (demi-rondins semblables à ceux de la Grange de Cassou). L’œuvre doit son originalité à la simplicité de sa composition tripartite : porte / fenêtre / portail balcon et fenêtre / porte / fenêtre. La travée axiale se trouve magnifiée par un balcon central à garde-corps ouvragé.

Fig. 40

Fig. 40

Florensac (Hérault), maison de village ; dessin de la façade ornée en faux bois

© F. Mazeran

27Le dernier exemple de maison remarquable se situe à Saint-Thibéry, avenue de Pézenas. L’édifice est orné en totalité de faux bois ciment sur les deux niveaux de ses façades. D’après l’actuel propriétaire, descendant des maîtres d’ouvrage, un maçon du nom de Salvetti, probablement d’origine italienne, en serait l’auteur. Situé à la sortie du village et à proximité de l’ancienne gare, le bâtiment aurait autrefois abrité un café. L’examen des parties hautes et des profils de corniche révèle un édifice plus ancien qu’il ne parait (fig.41, 42). Probablement édifié durant la seconde moitié du XIXe siècle, il a fait l’objet d’une modification de façades avec mise en place d’un décor faux bois certainement entre 1915 et 1920 comme le montre le style du décor, et notamment le traitement esthétique de la fausse écorce. On note la présence d’un escalier extérieur situé en partie basse d’une des façades. Refait postérieurement à la mise en place du décor, il devait posséder un garde-corps ouvragé en faux bois ciment. Le décor des façades, comme pour les autres bâtiments décrits précédemment, simule une fausse ossature de maison en bois, avec un traitement rustique d’ensemble mettant en avant le bois naturel non équarri. Il reprend un ensemble de montants verticaux faisant office d’ossature d’angle et une traverse formant bandeau d’étage constituée de deux arbres disposés horizontalement. Le détail du décor figure aussi les assemblages des fausses pièces de bois. Comme pour d’autres exemples, les encadrements de baies sont traités en faux bois. La finition sommaire à l’outil sur ciment frais de la modénature de l’écorce ne permet pas de reconnaître l’essence de bois copiée. Clin d’œil fait aux passants : une fausse tête humaine émerge de l’intérieur d’un tronc.

Fig. 41

Fig. 41

Saint-Thibéry (Hérault), ancien café ; dessin de la façade ornée en faux bois

© F. Mazeran

Fig. 42

Fig. 42

Saint-Thibéry (Hérault), ancien café ; vue générale des façades ornées en faux bois

© F. Mazeran

Ornementation ponctuelle

28Si certains projets ont conduit à réaliser une ornementation faux bois sur la totalité d’une façade (décors de plinthes ou soubassements, chaînes d’angle, balcons, encadrements de baies ou parties en rives sous toitures), on peut également retrouver chacun de ces détails de façon isolée sur de nombreux bâtiments en milieu urbain (fig.43, 44). Un recensement sommaire des œuvres en faux bois ciment du département de l’Hérault montre qu’il s’agit dans ce cas de la majorité des exemples. On peut souligner une grande diversité de garde-corps de tous types, tout en mettant en évidence des différences notoires de formes souvent liées à des périodes de réalisation. Au début du XXe siècle et jusqu’aux années 1910-1915, les garde-corps en faux bois ciment se distinguent par un emploi de formes courbes, propres à l’esprit Art Nouveau en vogue à cette époque (fig.10). Ils évoluent progressivement à partir des années 1920-1925, adoptant des formes orthogonales, intégrant parfois des lignes directrices à 45°, plus simples, voire beaucoup plus épurées (fig.45). Cette évolution pourrait correspondre à l’influence du style Art Déco. L’aspect formel de l’ensemble semble l’emporter sur le détail ornemental et l’illusion d’un vrai bois déterminé par un travail esthétique de l’écorce. La finition des montants, lisses, traverses, le plus souvent brossée sur ciment frais ou lissée, reste beaucoup moins soignée. L’examen des nombreux exemples du début du XXe siècle montre un parti ornemental et une imagination sans limites des maçons de l’époque, le décor pouvant aller jusqu’à copier une essence précise d’arbre avec coloration dans le ciment frais. Chaque cas témoigne d’une originalité adaptée à la mise en valeur d’un lieu. Les garde-corps se caractérisent généralement par la présence de montants verticaux, de lisses basses, de traverses intermédiaires et de mains courantes. Ils comprennent le plus souvent plusieurs travées, pouvant mettre en évidence une travée principale ou des travées d’angle. On note parfois la présence de monogrammes réalisés à partir d’un assemblage ou d’une composition de fausses branches. C’est notamment le cas au domaine de la Grande Canague à Montady (garde-corps de terrasse de citerne d’eau) ou à Fontès (garde-corps de villa). Certains garde-corps introduisent des courbes et contre-courbes simulant des torsions de branches en lien avec un tronc principal ou des troncs latéraux tenant lieu de montants verticaux. Toutes les formes sont ainsi possibles. On note parfois, comme à Cessenon (maison rue du Pont), la présence d’un garde-corps de terrasse reprenant une forme d’arbres palissés. L’originalité de certains exemples, notamment d’escaliers, témoigne aussi de la virtuosité des cimenteurs (fig.46, 47). On citera celui, remarquable, d’une maison à Thézan-lès-Béziers, avenue Georges Clémenceau (fig.48). Ces garde-corps seront remplacés dans les années 1930 par un système de panneaux ajourés en préfabriqué ciment armé, l’évolution du moulage et des gabarits permettant alors de gagner en rapidité et en efficacité.

Fig. 43

Fig. 43

Neffiès (Hérault), maison du village, rue Molinier ; ouverture avec balcon orné en faux bois

© F. Mazeran

Fig. 44

Fig. 44

Fontès (Hérault), maison du village ; détail d’un garde-corps en faux bois, vers 1912

© F. Mazeran

Fig. 45

Fig. 45

Baillargues (Hérault), maison du village ; détail d’un garde-corps en faux bois, vers 1920-1925

© F. Mazeran

Fig. 46

Fig. 46

Maureilhan (Hérault), maison de village ; escalier extérieur avec garde-corps en faux bois, vers 1915

© F. Mazeran

Fig. 47

Fig. 47

Quarante (Hérault), maison de village ; escalier extérieur avec garde-corps en faux bois, vers 1900

© F. Mazeran

Fig. 48

Fig. 48

Thézan-les-Béziers (Hérault), maison de village ; escalier extérieur avec garde-corps en faux bois, vers 1900-1910

© F. Mazeran

29Les supports de balcons en faux bois apparaissent souvent comme éléments isolés, sans liens avec une ornementation complète de façade (fig.49). Ils se présentent sous forme d’encorbellements reliés à de faux troncs d’arbres positionnés en façade, ou en simples supports, ainsi à Puisserguier, rue Vauban. Les balcons peuvent être aussi traités en structure mixte alliant faux bois et garde-corps en fonte. C’est le cas sur un immeuble du centre ancien de Pomérols, rue de la Pompe.

Fig. 49

Fig. 49

Neffiès (Hérault), maison de village, rue Molinier ; ouverture avec balcon orné en faux bois

© F. Mazeran

30Les plinthes et soubassements de façades font l’objet dans certains cas d’un traitement esthétique particulier. Ce type de décor essentiellement présent au début du XXe siècle perdure jusqu’aux années 1910-1920. Il peut être employé sur des maisons de village, comme à Villeveyrac, route de Montagnac (fig.50), ou sur de simples murs de clôture comme à Montpellier, avenue Jean Mermoz et avenue Bouisson Bertrand, probablement du même artisan (fig.51). L’originalité de ces trois exemples réside dans le niveau de détail ornemental, avec un ensemble d’éléments en faux bois se détachant sur un faux appareil de pierre en ciment (Villeveyrac) ou de fausses concrétions en ciment (Montpellier). On note là encore une originalité dans les formes et les essences d’arbres imités.

Fig. 50

Fig. 50

Villeveyrac (Hérault), maison du village, avenue de Montagnac ; soubassement de façade en faux bois

© F. Mazeran

Fig. 51

Fig. 51

Montpellier (Hérault), villa Hygie, avenue Bouisson Bertrand ; mur de clôture orné en rocaille et faux bois, vers 1900

© F. Mazeran

31Nous terminerons cette présentation par les exemples, assez peu nombreux, de piliers d’entrée ornés en faux bois ciment. On citera notamment l’exemple remarquable d’une villa des années 1920 située avenue Paul Vidal à Sauvian, celui du domaine de Fontaines à Lieuran-lès-Béziers, en faux tronc de pins parasols, et celui de la D15, à la sortie de Roujan, dû au maçon cimenteur Elie Garreau (fig.52).

Fig. 52

Fig. 52

Roujan (Hérault), entrée de domaine viticole ; piliers en faux troncs d’arbre

© F. Mazeran

Ouvrages hydrauliques

32La publicité retrouvée d’Élie Garreau, cimentier à Neffiès, nous donne une indication sur la nature des interventions qu’un entrepreneur spécialiste en travaux de ciment pouvait mener au début du XXe siècle. La diversification de ses réalisations pouvait l’amener à créer des cuves viticoles en ciment, mais aussi des citernes ou châteaux d’eau destinés à des propriétaires privés. Afin d’éviter des édifices trop austères ou monotones, certains de ces maçons, dont Garreau, vont proposer aux propriétaires des petits bâtiments tout à fait originaux, en introduisant une ornementation en faux bois. C’est le cas d’un château d’eau de Pézenas, actuellement propriété de la famille Sanet, au lieu-dit l’Amandier ou Pontil de Conas. L’ouvrage remarquable, voire exceptionnel pour son aspect formel et son décor, est un petit édifice à plan octogonal présentant l’aspect d’une ruche géante. D’une hauteur approximative de sept mètres, il présente une fausse ossature bois dont les montants verticaux composés de troncs d’arbres bruts supportent une charpente couverte par une toiture à ressauts (fig.53). Toutes deux sont réalisées en ciment armé, le maçon-artiste ayant pris soin d’imiter une fausse paillote en couverture. Chaque face extérieure de l’octogone a fait l’objet d’une attention particulière en matière de traitement esthétique et de détail de décor. Cinq essences d’arbres sont ainsi imitées à la perfection : pin, chêne, micocoulier, cerisier et bouleau, allant jusqu’à représenter des parties de bois mort avec des piqûres d’insectes. La mise en teinte sur ciment frais renforce l’illusion (fig.54, 55, 56). La partie haute de la toiture est couronnée par une amorce de tronc évidée intérieurement servant de ventilation à l’intérieur de la citerne. Cet édifice totalement méconnu et non visible de la voie publique est une véritable œuvre d’art. Un acte notarié permet de le dater d’avant 1913.

Fig. 53

Fig. 53

Pézenas (Hérault), réserve d’eau de la propriété Sanet, ouvrage en forme de ruche ornée en faux bois

© F. Mazeran

Fig. 54

Fig. 54

Pézenas (Hérault), réserve d’eau de la propriété Sanet ; détail avec cartouche du maçon Élie Garreau

© F. Mazeran

Fig. 55

Fig. 55

Pézenas (Hérault), réserve d’eau de la propriété Sanet ; détail de trois essences d’arbres traitées en faux bois

© F. Mazeran

Fig. 56

Fig. 56

Pézenas (Hérault), réserve d’eau de la propriété Sanet ; détail du traitement d’une fausse branche coupée

© F. Mazeran

33Un second exemple présent dans l’ouest du Biterrois est tout aussi remarquable. Il se trouve au domaine de La Grande Canague, à Montady, composé d’une maison de maître de la seconde moitié du XIXe siècle et d’un ensemble viticole avec cave du début du XXe siècle. Un parc d’agrément est alors aménagé au-devant de la maison, côté ouest. Pour l’alimenter en eau, il est établi un projet de citerne qui doit son originalité à son intégration et à sa mise en scène dans le parc. Le parti pris par le maçon (anonyme) est celui d’un édifice à la fois fonctionnel et servant de belvédère pour apprécier le parc. De forme légèrement pyramidale, l’édicule est couronné en partie haute d’une terrasse reliée au jardin par un escalier en faux bois avec garde-corps supporté par un enrochement en rocaille (fig.57). Cet ouvrage exemplaire se distingue par une taille plus petite que celui de Pézenas mais aussi par son mode de construction avec murs périphériques en moellons et pierres de taille pour les chaînes d’angle. Seuls la terrasse et l’emmarchement de l’escalier sont réalisés en ciment armé, et bien sûr le décor traditionnel en faux bois. On note que les parois externes de la citerne d’eau étaient autrefois revêtues d’un enduit ciment avec décor de planches assemblées à une fausse ossature. Certaines parties de ce décor sont encore visibles sur les parois latérales de l’édicule.

Fig. 57

Fig. 57

Montady (Hérault), citerne d’eau dans le parc du domaine viticole de la Grande Canague ; dessin

© F. Mazeran

Les croix de mission

34L’ornementation en faux bois ciment est souvent associée au religieux. L’inventaire sommaire des croix de missions du département de l’Hérault révèle ainsi la présence d’éléments ornés de ce type sur un territoire géographique restreint : à Roujan et Abeilhan, dans l’ancien canton de Pézenas, deux calvaires sont très proches de par leur conception et leur ornementation. Ils se caractérisent par une élévation de la croix en faux bois ciment et la présence d’un support de base en enrochement de type rocaille. La croix de mission de Roujan a été érigée en 1920 à la sortie du village en direction de Gabian. D’une hauteur de huit mètres pour une largeur de quatre mètres environ, elle repose sur un enrochement orné d’une plaque en marbre qui rappelle le : Souvenir de la mission prêchée à Roujan par les RP Capucins Anselme et Martin, érigé par Mme Azéma en reconnaissance de l’heureuse issue de la Guerre. 2 mai 1920 (fig.58) Le monument vient d’être attribué au maçon Elie Garreau de Neffiès, suite à la redécouverte récente d’une pièce d’archives privée. De dimensions similaires à celles de Roujan, la croix d’Abeilhan fut érigée en 1913 non loin du cimetière, à la sortie du village en direction de Servian, à la jonction des avenues Guynemer et Jean-Moulin (fig.59). Le faux tronc d’arbre faisant office de fût prend racines sur un enrochement constitué par une rocaille en scories basaltiques incluant une fausse grotte. Un livre très érodé tient lieu de plaque commémorative et mentionne le contexte de la mission : Mission de 1913 prêchée par les RR P Anselme-Valentin - A. Duffart curé. La croix conserve le nom de son maçon, probablement d’origine italienne : Ch Gatto – Cimentier.

Fig. 58

Fig. 58

Roujan (Hérault), croix de mission dans le village, œuvre du maçon Élie Garreau, année 1920

© F. Mazeran

Fig. 59

Fig. 59

Abeilhan (Hérault), croix de mission dans le village, œuvre du maçon Ch. Gatto, année 1913

© F. Mazeran

L’architecture funéraire

35L’art du faux bois ne s’est pas cantonné à l’ornementation des façades de villas ou à la réalisation d’éléments décoratifs de jardins ou de parcs. La diversification des entreprises spécialisées en travaux de ciment a introduit cette forme d’art à l’intérieur des cimetières. L’examen sommaire de certains d’entre eux montre la présence de simples croix en faux bois mais, parfois, de réels projets d’aménagement de tombes en rocaille qui se distinguent des monuments élevés à la même période. La vogue du faux bois dans l’architecture funéraire entre 1890 et 1920 permet de constater la présence concomitante d’œuvres en faux bois sculptées dans la pierre et d’autres en ciment moulé. L’examen détaillé de ces dernières, rapidement exécutées, révèle une production intensive, certainement à partir de modèles disponibles sur catalogues. On en relève cinq ou six types dans le département de l’Hérault dont les exemples les plus remarquables se rencontrent à Montpellier (Saint-Lazare et Celleneuve) (fig.60) et Saint-Georges d’Orques. Il est à noter que ces croix sont le plus souvent associées à des aménagements de tombes déterminant un ensemble homogène : support de croix reproduisant un faux enrochement en pierre, pierre tombale et parties latérales traitées en pierre froide.

Fig. 60

Fig. 60

Montpellier (Hérault), cimetière de Celleneuve ; croix en faux bois

© F. Mazeran

36Les plus beaux exemples d’aménagement de monuments funéraires en faux bois ciment sont visibles dans le cimetière de Florensac où quatre tombes ont été identifiées qui ont sans doute fait l’objet d’un dessin préalable (fig.61, 62, 63). En l’absence de recherche documentaire, leur concepteur n’a pu être identifié mais l’entreprise devait être locale, peut-être le maçon Bonnet établi dans le proche village de Saint-Thibéry. L’originalité de ces monuments à cette période témoigne de l’ouverture d’esprit de leur commanditaire pour une forme d’art totalement novatrice.

Fig. 61

Fig. 61

Florensac (Hérault), cimetière du village ; tombe en faux bois ; œuvre attribuée au maçon Bonnet

© F. Mazeran

Fig. 62

Fig. 62

Florensac (Hérault), cimetière du village ; tombe en faux bois et rocaille ; œuvre attribuée au maçon Bonnet

© F. Mazeran

Fig. 63

Fig. 63

Florensac (Hérault), cimetière du village ; tombe, détail d’éléments en faux bois support de croix

© F. Mazeran

L’art de la rocaille

37Plusieurs exemples dans l’Hérault confirment l’emploi concomitant de la rocaille et du faux bois. En vogue au début du XXe siècle et jusqu’aux années 1920-1930, la rocaille est dans de nombreux cas intégrée à des aménagements de jardins, souvent associée à une thématique religieuse (fig.64) : la fausse grotte abritant la statue de la Vierge Marie ou d’un saint. Plus rares sont les projets de grande envergure : buffets d’eau ou grottes de type nymphées. L’exemple le plus remarquable est celui du Plateau des Poètes, à Béziers, avec ses grottes situées en contrebas de la fontaine du Titan Constituées d’enrochements de type rocaille avec concrétions (fig.1), elles reproduisent certains exemples italiens auquel leur auteur, Antonin Injalbert (1845-1933), a voulu faire référence.

Fig. 64

Fig. 64

Corneilhan (Hérault), chapelle Sainte-Cerrone dans le village ; escalier d’accès avec aménagement de rocailles et éléments en faux bois ciment

© F. Mazeran

38La ville de Sète conserve un des plus intéressants jardins d’agrément du département de l’Hérault : le jardin du Château d’Eau (fig.65, 66). Sa situation en limite du centre-ville en fait un lieu très apprécié par la population. Le jardin est conçu à partir de la fin du XIXe siècle sur un vaste espace resté libre de toute urbanisation. Il fait l’objet de nouveaux aménagements au début du XXe siècle. Il doit aujourd’hui sa notoriété à l’exceptionnelle rocaille située dans sa partie haute. Elle se présente sous la forme d’une fausse grotte tapissée de fragments de stalactites et disposant d’un passage traversant. L’ensemble recomposé constitue extérieurement un enrochement valorisé par la présence d’un grand bassin. La rocaille et son passage sont accompagnés de garde-corps en faux bois de fonte (fig. 67). L’emploi de la rocaille en architecture funéraire reste quant à lui marginal. On citera cependant le remarquable monument visible à l’intérieur du cimetière Saint-Lazare de Montpellier. La technique de montage d’une rocaille repose préalablement sur un choix de pierres, généralement trouées et choisies pour leur effet esthétique (fig.68). Différentes tailles sont utilisées, jusqu’à des cailloux destinés à simuler de fausses concrétions.

Fig. 65

Fig. 65

Sète (Hérault), jardin du Château d’Eau ; passage traversant dans une grotte à enrochements, stalactites et aménagements en rocailles

© F. Mazeran

Fig. 66

Fig. 66

Sète (Hérault), jardin du Château d’Eau ; détail d’un des escaliers avec aménagement en rocailles

© F. Mazeran

Fig. 67

Fig. 67

Sète (Hérault), jardin du Château d’Eau ; détail d’un des garde-corps en faux bois de fonte

© F. Mazeran

Fig. 68

Fig. 68

Montpellier (Hérault), cimetière Saint-Lazare ; tombe en rocaille à l’aspect de fausse grotte, vers 1900

© F. Mazeran

Fig. 69

Fig. 69

Carte du département de l’Hérault avec localisation des exemples les plus remarquables en faux bois ciment et rocaille

© G. Beugnon

Et demain ?

  • 12 - Cf. « La Rocaille en ciment aussi vraie que nature ». Demeure Historique, Côté jardins, n° 13, ho (...)

39Puisant ses racines dans l’Antiquité, la Renaissance maniériste puis le mythe du bon sauvage, l’architecture en faux bois, souvent associée à la rocaille, a trouvé son heure de gloire sous la Troisième République. Rares étaient alors les communes qui n’offraient au moins un exemple de cet artisanat contemporain de l’Art nouveau dans lequel il puisait l’esthétique des courbes. Le faux bois est depuis tombé dans l’oubli, parfois dans le mépris alors qu’il témoigne d’un indéniable savoir-faire12. Combien d’ornements ont déjà disparu, combien d’autres, très abimés, sont en passe de suivre la même voie ? Plusieurs exemples remarquables dans le département de l’Hérault mériteraient pourtant un classement à même d’en assurer la survie. Puisse cet article y contribuer.

Haut de page

Notes

1 - Exceptionnellement, Patrimoines du sud publie à nouveau un article déjà paru en 2015. Quelques mises à jour ont été introduites par l’auteur.

2 - CORNEILLE, Thomas. Le Triomphe des dames, comedie meslee d’ornemens…, Chez Jean Ribou, Paris.

3 - Le dictionnaire de l’Académie françoise, dédié au Roy. Paris, Jean Baptiste Coignard, 1694, vol. 2.

4 - PERRAULT, Charles ; BENSERADE, Isaac de. Le Labyrinte de Versailles. Paris, Imprimerie royale, 1677.

5 - LITTRÉ, Émile (trad.). Histoire naturelle de Pline. Paris, J. J. Dubochet, Le Chevalier et Comp., 1848-1850, liv. XXXVI, XLII et liv. XII, V.

6 - Liant composé principalement de silicates de calcium hydrauliques qui font prise et durcissent par hydratation, selon un brevet déposé en 1824 par le britannique Joseph Aspdin.

7 - Cf. DEGENNE, Jacques ; MARREY, Bernard. Joseph Monier et la naissance du ciment armé. Paris, éd. du Linteau, 2013.

8 - RACINE, Michel. Architecture rustique des rocailleurs. Paris, éd. du Moniteur, coll. Les Bâtisseurs inspirés, 1981, p. 76. Du même auteur : Les rocailleurs : architecture rustique des cimentiers marseillais, Marseille, Les éditions générales, 1999 ; Jardins au naturel : rocailles, grotesques et art rustique. Arles, Actes Sud, 2001 ; Créateurs de jardins et de paysages en France de la Renaissance au XXIe siècle. Arles/Versailles, Actes Sud/École Nationale Supérieure du Paysage, 2001-2002, 2 vol. 

9 - Raoul Villaret, maçon à Saint-Jean-de-Fos, réalise au début des années 1940 les garde-corps en faux bois d’un balcon et de la terrasse d’une maison de Saint-Guilhem-le-Désert (communication de Paul Villaret, son fils, transmise par Jean-Claude Richard).

10 - À propos d’une vision actuelle du faux bois, cf. le blog de Laure Mestre, À tous les étages, du 20 novembre 2011 : Paradoxalement, le rusticage ne cherche jamais à être parfaitement réaliste : aussi belle soit l’imitation, elle doit toujours laisser voir qu’elle n’est pas réalisée en vrai bois ! C’est tout l’aspect sociologique de cet art : le promeneur doit se sentir en osmose avec la nature, mais en aucun cas oublier qu’il est civilisé ! De même que le lampadaire au milieu du parc rappelle au citadin qu’il n’est pas perdu à la campagne, de même en s’appuyant à une balustrade bétonnée, il s’émerveille du paysage tout en se rassurant sur la capacité humaine à maîtriser le progrès technique. Paradoxe omniprésent dans l’art et la littérature de la période romantique…

11 - Communication de Jean-Claude Richard.

12 - Cf. « La Rocaille en ciment aussi vraie que nature ». Demeure Historique, Côté jardins, n° 13, hors-série, mai 2018.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Béziers (Hérault), jardin du Plateau des Poètes ; grotte en rocaille
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Fig. 2
Légende Publicité de la Maison Couchoud, constructeur à Lyon, belvédère rustique en ciment
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 3
Légende Publicité de la Maison Couchoud, constructeur à Lyon, grotte, pont et bordures rustiques en ciment
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 4
Légende Publicité d’Élie Garreaux ; maçon établi à Neffiès
Crédits © G. Beugnon
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 5
Légende Béziers (Hérault), jardin du Plateau des Poètes ; détail de conception d’un montant en faux bois
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 6
Légende Neffiès (Hérault), grange Cassou ; détail du traitement en faux bois de la façade du chalet
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 7
Légende Saint-Guilhem-le-Désert (Hérault), ornementation en faux bois d’ouverture et de balcon ; dessin
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 8
Légende Béziers (Hérault), jardin du Plateau des Poètes ; plaque en ciment mentionnant l’auteur des deux escaliers nord-est du parc, A. Bergé
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 9
Légende Fontès (Hérault), kiosque de jardin privé ; plaque émaillée mentionnant l’œuvre du maçon Henri Bonnet
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 10
Légende Caux (Hérault), villa Germaine ; détail d’un des balcons en faux bois, 1893
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 11
Légende Béziers (Hérault), jardin du Plateau des Poètes ; Fontaine du Titan
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Fig. 12
Légende Béziers (Hérault), jardin du Plateau des Poètes ; escaliers N° 1 côté nord-est
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 13
Légende Béziers (Hérault), jardin du Plateau des Poètes ; détail de garde-corps de l’escalier n° 1 côté nord-est
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 14
Légende Béziers (Hérault), jardin du Plateau des Poètes ; vue générale de l’escalier n° 1 situé côté nord-est, œuvre du maçon A. Bergé
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 15
Légende Béziers (Hérault), jardin du Plateau des Poètes ; vue générale de l’escalier n° 2 situé côté nord-est, œuvre du maçon A. Bergé
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 16
Légende Béziers (Hérault), jardin du Plateau des Poètes ; niche à canard à ornementation faux bois, (élément situé en partie basse de la Fontaine du Titan)
Crédits © G. Beugnon
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 17
Légende Béziers (Hérault), jardin du Plateau des Poètes ; pigeonnier sur faux tronc de pin parasol en faux bois ciment, (élément situé en partie basse de la Fontaine du Titan)
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 18
Légende Béziers (Hérault), jardin du Plateau des Poètes ; rigole centrale en faux bois ciment, (élément situé en partie basse de la Fontaine du Titan)
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 19
Légende Béziers (Hérault), jardin du Plateau des Poètes ; pont en faux bois ciment franchissant la rigole centrale, (ouvrage situé en partie basse de la Fontaine du Titan)
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 20
Légende Béziers (Hérault), jardin du Plateau des Poètes ; détail du tablier du Pont en faux bois ciment franchissant la rigole centrale, (ouvrage situé en partie basse de la Fontaine du Titan)
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 21
Légende Neffiès (Hérault), villa Thérèse Rose ; projet d’aménagement du parc
Crédits © G. Beugnon
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 22
Légende Neffiès (Hérault), villa Thérèse Rose ; détail de l’aménagement du parc (banquette centrale avec escalier en faux bois ciment)
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 23
Légende Neffiès (Hérault), villa Thérèse Rose ; détail de l’aménagement du parc (banquette latérale en faux bois ciment)
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 24
Légende Neffiès (Hérault), villa Thérèse Rose ; faux tronc de cyprès formant niche abritant une statue du Sacré Cœur (partie latérale du parc)
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 25
Légende Neffiès (Hérault), villa Thérèse Rose ; détail de l’ornementation en faux bois de la façade de la remise attenante au parc
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 26
Légende Sète (Hérault), villa Rolande ; élément de mobilier du parc (banc en faux bois de pin d’Alep)
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 27
Légende Sussargues (Hérault), villa ; kiosque dans le parc
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 28
Légende Sussargues (Hérault), villa ; détail de l’ossature en faux bois du kiosque
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 29
Légende Fontès (Hérault), villa ; kiosque dans le parc
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 30
Légende Fontès (Hérault), villa ; détail de l’ossature en faux bois du kiosque
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 31
Légende Neffiès (Hérault), villa Thérèse Rose ; dessin de la façade de la remise
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 32
Légende Neffiès (Hérault), villa Thérèse Rose ; façade de la remise côté parc
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 33
Légende Neffiès (Hérault), grange de Cassou ; dessin de la façade du chalet en faux bois
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 34
Légende Neffiès (Hérault), grange Cassou ; vue générale de la façade du chalet
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 35
Légende Neffiès (Hérault), grange Cassou ; détail du soubassement en faux bois du chalet
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 36
Légende Fontès (Hérault), villa Abel Alicot, boulevard Jules Ferry ; dessin de la façade ornée en faux bois du chalet
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 37
Légende Fontès (Hérault), villa Abel Alicot, boulevard Jules Ferry ; vue générale de la façade ornée en faux bois
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 38
Légende Sauvian (Hérault), villa ; dessin de la façade ornée en faux bois
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 39
Légende Sauvian (Hérault), villa ; détail de la façade
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 40
Légende Florensac (Hérault), maison de village ; dessin de la façade ornée en faux bois
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 41
Légende Saint-Thibéry (Hérault), ancien café ; dessin de la façade ornée en faux bois
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 42
Légende Saint-Thibéry (Hérault), ancien café ; vue générale des façades ornées en faux bois
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 43
Légende Neffiès (Hérault), maison du village, rue Molinier ; ouverture avec balcon orné en faux bois
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 44
Légende Fontès (Hérault), maison du village ; détail d’un garde-corps en faux bois, vers 1912
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 45
Légende Baillargues (Hérault), maison du village ; détail d’un garde-corps en faux bois, vers 1920-1925
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 46
Légende Maureilhan (Hérault), maison de village ; escalier extérieur avec garde-corps en faux bois, vers 1915
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 47
Légende Quarante (Hérault), maison de village ; escalier extérieur avec garde-corps en faux bois, vers 1900
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 48
Légende Thézan-les-Béziers (Hérault), maison de village ; escalier extérieur avec garde-corps en faux bois, vers 1900-1910
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 49
Légende Neffiès (Hérault), maison de village, rue Molinier ; ouverture avec balcon orné en faux bois
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 50
Légende Villeveyrac (Hérault), maison du village, avenue de Montagnac ; soubassement de façade en faux bois
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 51
Légende Montpellier (Hérault), villa Hygie, avenue Bouisson Bertrand ; mur de clôture orné en rocaille et faux bois, vers 1900
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 52
Légende Roujan (Hérault), entrée de domaine viticole ; piliers en faux troncs d’arbre
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 53
Légende Pézenas (Hérault), réserve d’eau de la propriété Sanet, ouvrage en forme de ruche ornée en faux bois
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 54
Légende Pézenas (Hérault), réserve d’eau de la propriété Sanet ; détail avec cartouche du maçon Élie Garreau
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 55
Légende Pézenas (Hérault), réserve d’eau de la propriété Sanet ; détail de trois essences d’arbres traitées en faux bois
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 56
Légende Pézenas (Hérault), réserve d’eau de la propriété Sanet ; détail du traitement d’une fausse branche coupée
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 57
Légende Montady (Hérault), citerne d’eau dans le parc du domaine viticole de la Grande Canague ; dessin
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 58
Légende Roujan (Hérault), croix de mission dans le village, œuvre du maçon Élie Garreau, année 1920
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 62
Légende Florensac (Hérault), cimetière du village ; tombe en faux bois et rocaille ; œuvre attribuée au maçon Bonnet
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 60
Légende Montpellier (Hérault), cimetière de Celleneuve ; croix en faux bois
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 61
Légende Florensac (Hérault), cimetière du village ; tombe en faux bois ; œuvre attribuée au maçon Bonnet
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 63
Légende Florensac (Hérault), cimetière du village ; tombe, détail d’éléments en faux bois support de croix
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 64
Légende Corneilhan (Hérault), chapelle Sainte-Cerrone dans le village ; escalier d’accès avec aménagement de rocailles et éléments en faux bois ciment
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 65
Légende Sète (Hérault), jardin du Château d’Eau ; passage traversant dans une grotte à enrochements, stalactites et aménagements en rocailles
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 66
Légende Sète (Hérault), jardin du Château d’Eau ; détail d’un des escaliers avec aménagement en rocailles
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 67
Légende Sète (Hérault), jardin du Château d’Eau ; détail d’un des garde-corps en faux bois de fonte
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 68
Légende Montpellier (Hérault), cimetière Saint-Lazare ; tombe en rocaille à l’aspect de fausse grotte, vers 1900
Crédits © F. Mazeran
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Fig. 69
Légende Carte du département de l’Hérault avec localisation des exemples les plus remarquables en faux bois ciment et rocaille
Crédits © G. Beugnon
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/398/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Mazeran, « L’ornementation en faux bois et rocaille dans le département de l’Hérault », Patrimoines du Sud [En ligne], 8 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 12 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/pds/398 ; DOI : 10.4000/pds.398

Haut de page

Auteur

Frédéric Mazeran

Architecte du patrimoine Conseil départemental de l’Hérault

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Patrimoines du Sud est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals