Navigation – Plan du site

AccueilNuméros14Éditorial

Texte intégral

1C’est à l’occasion de la découverte d’une partie des ornements du monastère des Clarisses de Mazamet déposés au presbytère de Tastavy, inventoriés et publiés dans Patrimoines du Sud en 2019, qu’ont été lancés par la Région Occitanie, service connaissance et inventaire des patrimoines, l’étude des archives, un inventaire qui tend à l’exhaustivité et enfin la programmation d’un numéro spécial de la revue dédié à leurs œuvres, au sein de la création d’art sacré de la première moitié du XXe siècle.

  • 1 - Les trois documents cités sont transcrits et publiés en annexe I à III de l’article introductif a (...)

2Malgré d’importantes disparitions, la dernière abbesse a déposé aux archives diocésaines d’Albi des documents du plus grand intérêt, notamment le Cahier où sont mises au propre les légendes des ornements les plus importants ; plusieurs transcriptions issues de ce document sont en annexe des différents articles du numéro. Il faut citer également le Règlement du travail – sous-entendu travail des brodeuses (ronéotypé), du 12 août 1937 – et son complément, le Guide du sertissage et des mouvements de la broderie, terminé le 12 août 1939 par Mère Marie Pia et Sœur Marie Colette, et ronéotypé. Quelques feuillets sans date, bien organisés et tapés à la machine, expliquent la Peinture à l’aiguille, or nué et montage des métiers1. En 1970, et toujours à usage interne, afin de préserver la mémoire des lieux, elles dactylographient sur 26 pages Souvenirs de communauté qui est en fait un inventaire des biens matériels précieux à leurs yeux, dont les tableaux de George Desvallières (n° 69-72).

3Sur l’intensité de la vie dans une communauté qui a atteint presque cent moniales vers 1940, aucun document ne rivalise avec le Journal de la Communauté, grands registres ou petits cahiers, dont l’écriture fut ininterrompue de 1887 à 2010. Les problèmes de santé, les grandes joies spirituelles (et terrestres), les amitiés, les commandes pressantes de travail, les temps de retraite monastiques, les visites innombrables, tout y est consigné avec soin et respect de chacun. Le nécrologe du monastère, semble-t-il arrêté en 1987, contient des notices biographiques d’un intérêt capital : aucune individualité n’est mise en avant chez les clarisses, où chacune œuvre à totalement faire disparaître son ego ; le nécrologe permet à l’historien de rétablir la vérité du rôle de chacune. Un autre livre, bien tenu de 1894 à 1956, est celui des Jubilés et Souvenir des fêtes.

Fig. 1

Fig. 1

Nages (Tarn), presbytère de Tastavy, ornement du cinquantenaire des Clarisses de Mazamet, détail du grand protecteur du monastère : l’Enfant Jésus de Prague

M. Kérignard © Inventaire général Région Occitanie

  • 2 - Archives diocésaines d’Albi, fonds des Clarisses de Mazamet, nécrologe de Mère Marie de la Paix.

4Les clarisses ont elles-mêmes publié l’histoire de leur fondation, en 1924, sous le titre de Fondation d’un Moustier à la fin du XIXe siècle. L’auteur est inconnu mais ne peut être Mère Marie de la Paix, qui entre au monastère en 1930 et qui se verra rapidement confier tous les travaux littéraires, dont la rédaction2 de la biographie de Sabine Desvallières, Sœur Marie de la Grâce par une de ses compagnes, édité dès fin 1936, quelques mois après son décès.

5L’ouvrage de Cécile Menuset, La peinture à l’aiguille par les Clarisses, paru en 2000, fut pour beaucoup de passionnés des textiles liturgiques le véritable révélateur au niveau national de l’importance artistique méconnue des sœurs de Mazamet, à peine entrevue dans la présentation de plusieurs œuvres, surtout celles du Cinquantenaire, montrées entre 2000 et 2010 au Centre d’art sacré de Saint-Hilaire-du-Harcouët (Manche). L’ouvrage, rédigé grâce aux archives, ne cite pourtant pas de façon explicite ses sources ; l’auteur indique pour qui ont été réalisées les œuvres mais n’a pu vérifier où elles se trouvaient aujourd’hui. Depuis, certains ouvrages ont mentionné des pièces spécifiques, dans le cadre des expositions Beauté et pauvreté du centre culturel du Panthéon à Paris en 1994, et Textiles sacrés du Tarn du musée du Textile de Labastide-Rouairoux en 2003. En 2015, Sylvie Desachy, dans Albi joyau du Languedoc, de la belle collection La grâce d’une cathédrale, ne manque pas de citer au chapitre sur les « Trésors des tissus d’antan » les œuvres des clarisses conservées dans le trésor de la cathédrale Sainte-Cécile. En 2018, la chasuble du pape Pie XI a tenu sa place au sein de l’exposition Heavenly bodies, fashion and the catholic imagination, organisée par le Metropolitan museum de New-York.

6Le numéro 14 de Patrimoines du Sud présente les contributions d’auteurs qui se sont basés directement sur les sources et sur un nombre conséquent d’œuvres textiles inventoriées.

7La réputation des broderies de Mazamet dépasse très tôt le cadre géographique du Tarn et le premier grand ornement réalisé l’a été en 1917 pour Mgr Eyssautier, évêque de La Rochelle ; son histoire est écrite par Jeanne Bernard-Grit, conservatrice déléguée des antiquités et objets d’art de la Charente-Maritime. Les relations avec les grands sanctuaires nationaux sont chaleureuses, on le voit avec Buglose, Lourdes, mais aussi Béhuard à propos duquel Anna Leicher, conservatrice des antiquités et objets d’art de Maine-et-Loire, éclaire un don complexe de broderies en 1924. À Bernard Berthod, Conservateur du musée de Fourvière (Lyon), mais également consulteur émérite de la Commission pontificale pour les Biens culturels de l’Église, revenait de parler du plus célèbre ornement, celui qui fut brodé en 1926-1928 pour le pape Pie XI, qui continue d’être régulièrement emprunté pour des expositions d’envergure (à quand un emprunt pour une exposition tarnaise, juste retour ?).

8Les Clarisses de Mazamet ne sont pas que brodeuses ; dessins et peintures tiennent une grande place que Cédric Trouche, Responsable adjoint de la conservation et de la communication des fonds diocésains d’archives d’Albi, est le premier à mettre ici en valeur. Parmi les créations sur papier, le livre d’or de la première guerre mondiale à Mazamet, illustré par les moniales vers 1920-1921, est un document beau et touchant ; Rémy Cazals, Professeur émérite d’histoire à l’université de Toulouse-Jean-Jaurès rappelle à nos mémoires l’histoire des soldats cités.

Fig. 2

Fig. 2

Albi (Tarn), trésor de la cathédrale Sainte-Cécile, ornement rouge, 1924, détail de la sainte tutélaire du diocèse d’Albi : sainte Cécile

M. Kérignard © Inventaire général Région Occitanie

9Sabine Desvallières, Sœur Marie de la Grâce en religion, a mis toutes ses forces pendant dix ans à participer au travail créateur de sa communauté ; Danièle Véron-Denise, ancien Conservateur en chef au Château de Fontainebleau, qui vient d’écrire une biographie sur l’artiste, a bien voulu lui consacrer un article indispensable dans le cadre de ce numéro. Catherine de Bayser, petite-fille du peintre George Desvallières, fille du peintre Gérard Ambroselli, et par conséquent petite nièce de Sabine, revient sur les œuvres picturales offertes par les deux artistes, à Sœur Marie de la Grâce ou au monastère de Mazamet.

10Il était intéressant de parler d’autres créations brodées pour l’Église à la même époque. À partir de 1943, Mazamet est en relation avec le moine artiste Dom Robert, bénédictin du monastère d’En Calquat, distant de 26 km ; les clarisses n’ont pu répondre favorablement à sa demande de broder d’après ses dessins ; cependant, des ornements liturgiques ont bien été créés qui sont présentées par Sophie Guérin-Gasc, responsable des collections du musée Dom Robert et de la tapisserie du XXe siècle, à Sorèze. Dans le fonds des clarisses déposé à Albi, a été découverte, sans aucune explication d’origine, une chasuble blanche brodée par Marcelle Gallois, artiste originale, Mère Geneviève en religion, puisqu’elle est devenue bénédictine à l’abbaye Saint Louis du Temple, aujourd’hui à Vauhallan. C’est Anne Palayret, de l’Association des Amis de Geneviève Gallois, accompagnée de Danièle Véron-Denise qui exposent le parcours artistique de cette femme peu ordinaire.

11L’ornement réalisé pendant les années de guerre pour le sanctuaire de La Drèche est la version brodée d’un vaste programme pictural destiné aux murs de l’édifice reconstruit à la fin du XIXe siècle. Virginie Massol et Jean Le Pottier, respectivement conservatrice et conservateur délégué des antiquités et objets d’art du Tarn, retracent la longue histoire des lieux jusqu’aux broderies du dernier grand ornement des Clarisses de Mazamet, terminé en 1943.

12Les moniales ont excellé dans un type de point difficile et rarement pratiqué, celui de l’or nué. Astrid Castres, maître de conférences à l’École Pratique des Hautes Études, développe, depuis ses origines au XIVe siècle, l’histoire d’un procédé reparu après des décennies d’éclipse, et qui contribue à faire des broderies des Clarisses de Mazamet un art de valeur nationale.

13En Varia, une place est également faite à Élodie Mitaine, Chargée de mission Valorisation du Patrimoine à l’agence Occitanie Livre & Lecture et à Maguelone Nouvel-Kirschleger, Chargée de mission pour la Maison Gaston-Doumergue, afin de leur permettre de présenter le plan de signalement des manuscrits et fonds d’archives privées en Occitanie.

14Tous les contributeurs du numéro sont ici très chaleureusement remerciés ; ils ont accepté de lui consacrer un temps important, les détournant temporairement de leurs propres travaux, et je leur en suis extrêmement reconnaissante.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie sur les Clarisses de Mazamet (ordre chronologique)

Fondation d’un Moustier à la fin du XIXe siècle. Carcassonne : Imp. Polère, 1924, 116 p.

Une fleur séraphique, sœur Marie de la Fidélité (1901-1925). Mazamet, 176 p.

Une œuvre de peinture à l’aiguille… pour être offerte au Souverain Pontife en souvenir du VIIe Centenaire de la mort de Saint François d’Assise. Brochure constituée de l’ensemble de cartes postales faites d’après des clichés de l’ornement. Mazamet : monastère sainte Claire, 1927.

Sœur Marie de la Grâce, par une de ses compagnes. Mazamet : monastère Sainte-Claire, 1936, 185 p.

[Exposition, Paris, Centre culturel du Panthéon, 1994]. Beauté et Pauvreté, l’Art chez les clarisses de France. Paris : éditions Éric Koehler, 1994, p. 205-209.

MENUSET, Cécile. La peinture à l’aiguille, par les clarisses de Mazamet. Laval : éditions Siloë, 2000, 126 p.

[Exposition, Labastide-Rouairoux, musée du Textile, 1er juillet-31 octobre 2003] Textiles sacrés du Tarn. Réd. Christine Aribaud. Paris : Somogy éditions d’art/Albi : Conseil général du Tarn, 2003, p. 96-100.

[Exposition itinérante en 2003 à Houston (Texas) Houston Museum of Natural Science, Fort Lauderdale (Floride) Museum of Art, Cincinati (Ohio) Cincinati Museum Center, San Diego (Californie) San Diego Museum of Art]. Saint Peter and the Vatican: The Legacy of the Popes. Article de C. PELLEGRINI : « Chasuble of Pope Pius XI », Houston, 2003, p. 346-347.

DESACHY, Sylvie. « Trésors des tissus d’antan ». In DESACHY, Matthieu ; DESACHY, Sylvie ; XIFRA-VANACKER, Céline (dir). Albi, joyau du Languedoc. Paris : La nuée bleue, collection la grâce d’une cathédrale, 2015, p. 410-416.

CATALDI GALLO, Marzia. « Parato a fondo bianco ricamato di Pio XI », Il Papa e le sue vesti da Paulo V a Giovanni Paolo II (1600-2000). Città del Vaticano, 2016, p. 362-365.

[Exposition, New-York, Metropolitan museum of art, 10 mai-8 octobre 2018] Heavenly bodies, fashion and the catholic imagination. New York : Metropolitan museum, 2018, I. Vatican collection, p. 44-47.

PAGNON, Josiane. « Les broderies des Clarisses de Mazamet, chefs-d’œuvre de l’art du XXe siècle dans le Tarn, les œuvres conservées à Nages  », Patrimoines du Sud [En ligne], 9 | 2019.

Haut de page

Notes

1 - Les trois documents cités sont transcrits et publiés en annexe I à III de l’article introductif au numéro.

2 - Archives diocésaines d’Albi, fonds des Clarisses de Mazamet, nécrologe de Mère Marie de la Paix.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Nages (Tarn), presbytère de Tastavy, ornement du cinquantenaire des Clarisses de Mazamet, détail du grand protecteur du monastère : l’Enfant Jésus de Prague
Crédits M. Kérignard © Inventaire général Région Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/6605/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 820k
Titre Fig. 2
Légende Albi (Tarn), trésor de la cathédrale Sainte-Cécile, ornement rouge, 1924, détail de la sainte tutélaire du diocèse d’Albi : sainte Cécile
Crédits M. Kérignard © Inventaire général Région Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/6605/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Josiane Pagnon, « Éditorial »Patrimoines du Sud [En ligne], 14 | 2021, mis en ligne le 01 septembre 2021, consulté le 29 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/pds/6605 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pds.6605

Haut de page

Auteur

Josiane Pagnon

Chercheur à l’Inventaire général d’Occitanie, service Connaissance et Inventaire des Patrimoines, site de Montpellier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Patrimoines du Sud est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search