Navigation – Plan du site

AccueilNuméros14DossierChasuble et parements liturgiques...

Dossier

Chasuble et parements liturgiques pour Pie XI

Pius XI’s chasuble and liturgical garments
Bernard Berthod

Résumés

La chasuble offerte à Pie XI par la province capucine de France et réalisée par les clarisses de Mazamet est une des rares pièces de paramentique française du XXe siècle conservée à la sacristie pontificale. Elle a été étudiée sur le plan stylistique et technique mais sa dimension spirituelle et ecclésiologique est moins connue. C’est ce à quoi s’est attachée la présente étude.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 - MENUSET, 2000, p. 41-44.
  • 2 - BATTANDIER, 1929, p. 209.
  • 3 - Les abeilles diligentes.
  • 4 - Lettre du 21 septembre 1928, Secrétairerie d’État, n° 73611, reproduite dans MENUSET, 2000, p. 10 (...)

1À l’occasion du VIIe centenaire de la mort de saint François d’Assise, la province des Frères mineurs capucins Saint-Louis de Toulouse a décidé d’offrir au pape Pie XI un ensemble liturgique sacerdotal comprenant une chasuble et ses accessoires, une aube, son cordon et des linges. Pie XI reçoit l’ensemble liturgique en septembre 1928, soit deux ans après l’année anniversaire. Le don lui est remis lors du pèlerinage de l’Enseignement catholique organisé par le père capucin Zacharie de Villelongue. Le pape, pour remercier les donateurs, décide de la revêtir pour la messe célébrée avec les délégués ; mais les manches de l’aube sont trop étroites ainsi que l’encolure de la chasuble, ce qui entraîne leur retour à Mazamet1. Finalement, Pie XI porte l’aube et la chasuble pour la messe d’ouverture de son Jubilé sacerdotal, le 20 décembre 19282. Le cardinal Gasparri, secrétaire d’État, remercie chaleureusement les apes argumentosae3 au nom du pape qui les félicite et les bénit4.

1. La famille franciscaine

2Les frères mineurs capucins font partie de la grande famille franciscaine. Les premiers frères mineurs appelés franciscains sont les religieux réunis par François di Pietro Bernardone autour de lui, dès l’année 1209. En 1215, le pape Innocent III accepte la règle rédigée par François et fonde canoniquement l’ordre des frères mineurs, lors du Concile de Latran IV (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Albi (Tarn), archives diocésaines, fonds des Clarisses, second exemplaire de l’aube offerte au pape Pie XI, détail de la partie inférieure : saint François, portant les stigmates, appelle la bénédiction divine tout en écrasant l’avarice ; l’ange de l’humilité transperce l’orgueil (serpent) et le découronne ; l’ange de la chasteté enchaîne la luxure (dragon) ; au premier plan, l’ange de la pauvreté écrit « Bienheureux les pauvres »…

M. Kérignard © Inventaire général Région Occitanie

3Dès la mort du fondateur, l’ordre est sujet à division concernant la Règle que d’aucun juge trop sévère. Vers 1250, deux groupes se distinguent, les spirituels voulant garder l’idéal de fraternité et de pauvreté prôné par François et les conventuels désirant une vie de clercs réguliers ouverts à l’étude et à la prédication. Au début du XVIe siècle, préludant la Réforme catholique, une autre branche, d’esprit plus radical et ascétique voit le jour sous l’inspiration de Mathieu de Basci ; celui-ci obtient du pape, en 1528, la fondation d’une branche franciscaine sous le nom de Frères mineurs de la vie érémitique, plus connus sous le nom de capucins à cause du long capuce que Mathieu de Basci arborait. Au milieu du XVIe siècle, l’ordre franciscain hérité de François d’Assise réunit donc trois familles de spiritualités voisines mais distinctes : les franciscains de la stricte observance, les conventuels et les capucins.

4Au sein de l’Observance, plusieurs mouvements de réformes voient le jour au XVIe siècle. Les Reformati sous la férule de Francesco de Jesi se groupent avec l’accord de Clément VII en 1532. Les Alcantarins, en Espagne, font de même autour de Pierre d’Alcantara en 1557. En France, après les guerres de Religion, la réforme s’organise en Touraine, sous les auspices de Martin Boëry, délégué par le Ministre général François de Gonzague ; les Gonzague appellent alors à Nevers, leur fief français, des Reformati italiens qui initient la réforme. Les réformés français, groupés en couvents de récollection, prennent le nom de récollets. Leur règle, plus austère, est approuvée par Clément VIII en 1601. Cette nouvelle famille s’étend rapidement en France et se caractérise par son combat pacifique contre les calvinistes. Une partie des frères part en mission en Nouvelle-France (Québec) soutenue par l’autorité royale. En 1897, Léon XIII réunit les observants et les récollets en une seule famille qui sont appelés désormais Frères mineurs.

  • 5 - Cette couleur grise est celle du drap de Londres, appelés aussi Gris de Londres, drap grossier no (...)
  • 6 - BERTHOD, 2015a, p. 288 et 404 ; et BERTHOD, 2015b, p. 36-40.

5Ces familles se distinguent par leur habit : les franciscains de l’observance abandonnent la couleur grise à la fin du XVIe siècle5 pour une tunique en laine de couleur brune, serrée à la ceinture par une cordelière blanche à sept nœuds avec un chaperon de forme arrondie sur la poitrine et tombant en une longue pointe dans le dos ; les conventuels portent une tunique de laine noire, serrée à la ceinture par une cordelière blanche à sept nœuds avec un ample camail et un capuce court ; les capucins, une tunique en laine de couleur brune, serrée à la ceinture par une cordelière blanche à laquelle est suspendu un chapelet, avec un long capuce sans chaperon, restent nu-pieds et portent la barbe ; les récollets revêtent une tunique de laine brune, serrée par une cordelière blanche ; ils se distinguent par un capuchon accroché à un très court chaperon en forme de collier. La cordelière aux sept nœuds rappelle la couronne des sept allégresses de la Vierge Marie. Les cardinaux et les évêques issus de l’ordre portent les vêtements prélatices en laine, sans le rochet (jusqu’en 1915) : ceux des conventuels sont de couleur noire et ceux des capucins d’un marron appelé puce ; les franciscains de l’Observance gardent le gris des origines6. Les franciscains et les conventuels gardent leur nom de famille accolé à leur prénom de religion ; les capucins ajoutent à leur nom de religion le lieu de leur naissance, en supprimant leur nom de famille.

6Du côté des femmes, se distinguent les moniales fondées par sainte Claire d’Assise sous le nom de Pauvres Dames ou clarisses et les religieuses du tiers ordre régulier qui apparaît en 1397 ; Angeline de Corbaza établit, à Foligno, le premier monastère de tertiaires cloitrées. En 1535, Maria Laurenzia Longo, tertiaire franciscaine, fonde à Naples un couvent réformé et se place sous la direction spirituelle de Gaétan de Thiène ; proches de la réforme de Mathieu de Basci, les femmes de son groupe prennent le nom de capucines (fig. 2).

Fig. 2

Fig. 2

Albi (Tarn), archives diocésaines, fonds des Clarisses, second exemplaire de l’aube offerte au pape Pie XI, détail de parement d’une manche : 73 Clarisses ont été massacrées par les Turcs à Ptolémaïs en 1291

M. Kérignard © Inventaire général Région Occitanie

7Le tiers-ordre compose le troisième ordre franciscain fondé par François d’Assise lui-même en 1221 afin de permettre à de nombreux laïcs restant dans le monde de vivre selon la spiritualité franciscaine. Ce tiers-ordre se dédouble en tiers-ordre séculier pour les laïcs engagés dans la vie civile et tiers ordre régulier dont les membres vivent en commun selon une règle.

8Après la tourmente révolutionnaire qui voit disparaître les religieux du sol français, ceux-ci reviennent progressivement au cours du XIXe siècle. Les capucins rétablissent une province en 1845, les observants franciscains en 1860, les récollets en 1861 ; il ne semble pas que les conventuels se réinstallent en France à cette époque. Ces religieux subissent un premier exil en 1880 puis une expulsion plus rigoureuse en 1903. Les frères se réinstallent en France après la première guerre mondiale.

9Toutes les congrégations tertiaires françaises disparaissent après 1791. Le tiers-ordre régulier masculin renaît de ses cendres grâce à l’abbé Claussade qui le refonde dans le diocèse d’Albi et se voue à la prédication dans les campagnes. Expulsés de France en 1901, les religieux émigrent en Espagne d’où ils partent au Brésil. Les clarisses réapparaissent dès 1800 à Péronne et en 1802 à Amiens et de nombreuses congrégations adhérant au tiers ordre régulier voient le jour, auxquelles Pie XI donne une règle commune en 1927 par le bref Rerum conditio. En 1955, on compte 48 congrégations françaises de spiritualité franciscaine.

2. Circonstances du don

2.1. Septième centenaire de la mort de François d’Assise

  • 7 - BATTANDIER, 1926, p. 455-456.
  • 8 - Basilio Pompilj (1858-1931), cardinal diacre de Santa Maria in Domnica en 1911, archevêque titula (...)

10Pour marquer le centenaire de la mort de François d’Assise (1226), Pie XI promulgue l’encyclique Rite Expiatis, le 30 avril 1926. Dans cette Lettre, le pontife exhorte les membres de l’Action catholique à populariser leur saint patron comme l’a déclaré Benoît XV ; le pape décrit la force de la prédication de François et surtout son élan missionnaire ; il encourage le tiers-ordre7. Un Comité central catholique du VIIe centenaire est mis en place pour organiser les fêtes et manifestations, sous le patronage du cardinal vicaire Pompilj8 et de prélats appartenant à la famille franciscaine. Dans chaque diocèse un comité est fondé pour coordonner les manifestations en lien avec le comité romain.

  • 9 - Il faut rappeler que l’Italie royale et le Saint-Siège n’entretiennent plus de relations diplomat (...)

11L’Italie se sent très concernée et le gouvernement y voit la possibilité de réchauffer les relations entre le Saint-Siège et la Maison de Savoie. Cela se traduit par l’édition de trois médailles officielles réalisées par le sculpteur Adriano Benedetti, l’émission de timbres-poste et de cartes postales et surtout par une visite officielle du roi Victor-Emmanuel III à l’Alverne, fin juillet 1926. À cette occasion, la reine Hélène fait don au sanctuaire franciscain de quatre nappes d’autel en fine dentelle9.

  • 10 - Rafael Merry del Val y Zulueta (1865-1930), archevêque titulaire de Nicée, cardinal prêtre de San (...)
  • 11 - BATTANDIER, 1926, p. 576.

12L’ouverture de l’année du centenaire a lieu à Assise, le 31 juillet 1926 et la fête du saint, le 4 octobre 1926, réunit à Assise un grand concours de fidèles, sous la présidence du cardinal légat Rafael Merry del Val10. L’année est marquée par plusieurs événements à portée internationale. Le 10 octobre 1926, Pie XI canonise les martyrs de Damas dont huit franciscains et trois maronites amis des franciscains, assassinés en 1860 : Emmanuel Ruiz, Carmel Motta, Engelbert Kolland, Nicador-Ascanio Mianio, Pierre Soler, Nicolas Alberca, Francisco Pinazzo, Jean-Jacques Fernandez. Le 24 octobre, le pape procède à une bénédiction exceptionnelle d’agnus Dei, dont un à l’effigie de saint François11.

2.2. Les protagonistes

  • 12 - Né à Villelongue (Pyrénées orientales, diocèse de Perpignan) le 4 février 1863. Il entre chez les (...)

13Les commanditaires directs de l’ornement sont le père Zacharie de Villelongue (Marcel Jacques Montagné)12, proche de la communauté de Mazamet et le père Aloïs de Moulins (Constant Albert), ministre provincial de Toulouse. Le père Zacharie, très tourné vers les missions capucines d’Afrique orientale, en particulier l’Éthiopie, fait travailler les sœurs depuis quelques années ; les œuvres vendues par ses soins lors « d’expositions missionnaires » permettent de récolter des dons pour les missions de l’ordre.

14Le père Éleuthère de Fabrègues (Denis Montel) l’emporte à Paris, le 19 août 1928. Les services de la nonciature et du Quai d’Orsay sont également mis à contribution puisque le cadeau bénéficie de la valise diplomatique. Après le constat par le père Zacharie de l’étroitesse des manches de l’aube et du col de la chasuble, l’ambassadeur de France près le Saint-Siège, Jean Doulcet, offre les services de l’ambassade pour rapatrier temporairement en France le précieux cadeau (fig. 3).

Fig. 3

Fig. 3

Rome (Italie), sacristie pontificale, ornement de Pie XI, vue d’ensemble du dos de la chasuble, 1928

© Sacristie pontificale, par courtoisie de SER Piero Marini

  • 13 - Voir l’article de Danielle VÉRON DENISE dans ce même numéro de Patrimoines du Sud.
  • 14 - DESVALLIÈRES, 1927, p. 251-254.

15Pour réaliser cette prouesse, les clarisses font appel à Sabine Desvallières au début de l’été 1926. Fille du peintre Georges Desvallières, elle dirige alors la section broderie-chasublerie des Ateliers d’Art sacré, 8 rue de Fürstenberg à Paris, fondés par son père et Maurice Denis. À côté du décor traditionnel à l’aiguille, elle prône la peinture sur soie et la broderie d’application qui permet de réduire les coûts de production ainsi que le batik13. Elle expose à Paris, à l’Exposition d’Art chrétien moderne de 1920, une chasuble violette, de forme ample, très remarquée14. Elle devient postulante le 20 septembre 1926.

  • 15 - Sœur Marie de la Grâce, par une de ses compagnes, Mazamet, s. d., p. 88.
  • 16 - La vie catholique, 3 décembre 1927.
  • 17 - La Vie catholique, Paris, 3 décembre 1927. La congrégation des Bernardines ou Solitaires de Saint (...)

16« Les clarisses rêvaient de tisser en des milliers de points chatoyants la merveilleuse légende dorée que présente la vie franciscaine à travers les âges »15. L’ensemble liturgique veut représenter « un passé très glorieux et un présent toujours fécond »16. La broderie des linges est réalisée par les bernardines d’Anglet (Pyrénées-Atlantiques)17.

3. Description générale et technique

17L’ensemble liturgique comprend une chasuble et ses accessoires : l’étole, le manipule, le voile de calice, la bourse et la pale ornée ; il s’accompagne d’une aube, d’un cordon et de quatre linges : amict, corporal, purificatoire et manuterge (fig. 4).

Fig. 4

Fig. 4

Rome (Italie), sacristie pontificale, ornement de Pie XI, vue d’ensemble des voiles de calice, bourse de corporal et pale, 1928

© Sacristie pontificale, par courtoisie de SER Piero Marini

  • 18 - Journal de la communauté : samedi 18 mai 1929. « Notre Mère s’occupe activement de faire préparer (...)
  • 19 - Archives diocésaines d’Albi, fonds Clarisses de Mazamet, 4R 4b. Cf. Annexe.
  • 20 - BERTHOD, 2001. De fait, lors que Pie XI célèbre revêtu de la chasuble le 20 décembre 1928, il ne (...)

18La chasuble est montée par les moniales sur un drap d’or à reflet aux tons vert et brun réalisé par Duviard, à Lyon18. Les fonds sont en or nué et les personnages brodés en peinture à l’aiguille. Les pièces qui accompagnent la chasuble sont traitées techniquement de la même manière. L’ensemble est parfaitement et minutieusement décrit par un manuscrit de l’époque19. La composition de ce parement atteste la méconnaissance de la liturgie papale par les commanditaires. En effet, lorsque le pape pontifie, il n’utilise ni le voile de calice, ni le corporal ni la bourse, quant à l’aube, elle doit comporter des parements en drap d’argent aux manches. Enfin, la partie la plus ornée de la chasuble est occultée par le fanon papal qui couvre les épaules20.

  • 21 - MENUSET, 2000, p. 106.

19L’aube est en toile de lin. Le col, les manches et le bas portent une frise dont les personnages sont traités en peinture à l’aiguille sur un fond de point de mosaïque, dans les tons camaïeu de vert et de rose, illustrant les martyrs franciscains (fig. 5). Un second exemplaire est conservé à Albi. Les linges brodés par les Bernardines d’Anglet « est un harmonieux mélange de plumetis, fils tirés et points variées à l’aiguille »21. De la dentelle de Binche entoure chaque pièce.

Fig. 5

Fig. 5

Albi (Tarn), archives diocésaines, fonds des Clarisses, second exemplaire de l’aube offerte au pape Pie XI

M. Kérignard © Inventaire général Région Occitanie

20L’iconographie se répartit sur toute la surface de la chasuble qui est de forme romaine avec un orfroi central en Y des deux côtés. Les pans de la chasuble sont divisés en six plages qui accueillent des scènes bien développées. L’orfroi se découpe en cinq plages plus réduites qui présentent un sujet sous une arcature. L’intersection du Y est masquée par un à-plat carré portant une scène. Un large bandeau historié borde l’encolure. Chacune des pièces est entourée d’un galon brodé en peinture à l’aiguille qui porte en miniature le portrait de nombreux saints et bienheureux franciscains ainsi que les armes de Pie XI, de l’ordre franciscain, de la province capucine de Toulouse et des Clarisses.

4. Iconographie : les grands thèmes

  • 22 - FOUCART, 1984, p. 157-166.
  • 23 - Château de Chantilly.
  • 24 - Aujourd’hui au convent de la rue Boissonnade, Paris, 14e arrondissement.
  • 25 - BOUTET DE MONVEL, 1921.

21Jusque vers 1880, les artistes français marquent peu d’intérêt pour saint François d’Assise. Seules, les scènes de genre et l’illustration de la vie franciscaine quotidienne intéressent des peintres comme Granet mais très peu d’artistes illustrent la vie de François, ses miracles et ses fioretti22. Léon Benouville (1821-1859) réintroduit François d’Assise dans la peinture française avec la présentation au salon de 1853 de Saint François transporté mourant à Sainte-Marie des Anges bénit la ville d’Assise. On lui doit aussi une Sainte Claire recevant le corps de saint François, présentée au Salon de 185623. À la fin du siècle, Paul Sautai illustre la vie franciscaine et met en scène quelques saints comme Bonaventure et la pourpre cardinalice (Salon 1878) puis F. A. Luzeau réalise de grandes compositions pour le couvent des Capucins de la rue de la Santé (Paris)24. Au début du XXe siècle, quelques artistes s’y intéressent, notamment Louis Maurice Boutel de Monvel qui illustre une vie de saint François25.

4.1. Iconographie générale

22La très riche iconographie de la chasuble papale retrace les grandes heures de l’ordre franciscain et met en scène, de manière quasi exhaustive, les saints, les bienheureux, les frères et les sœurs qui ont marqué l’histoire, appartenant aux diverses familles de l’ordre. La surface de la chasuble permet de développer un large décor. Le dos est consacré à la prédication et à la lutte contre l’hérésie ; le devant, à la mission évangélisatrice et humanitaire.

23L’orfroi du dos présente, sur l’épaule gauche, la naissance de François dans une étable ; dans la partie verticale, son renoncement aux richesses devant l’évêque Guido ; la présentation de la règle à Innocent III entouré de sa cour ; plus bas, les anges présentent au Christ trois pièces d’or symbolisant les trois branches de l’ordre. Sur l’épaule droite est figurée la mort de François assisté de ses proches, Élie de Cortone, Ange de Rieti et Benoît de Piratro. Au centre de l’orfroi, la barque de Pierre porte la basilique vaticane (fig. 6) et, au-dessous, un médaillon présente le portrait de Pie XI.

Fig. 6

Fig. 6

Rome (Italie), sacristie pontificale, chasuble du pape Pie XI, détail du dos : barque de saint Pierre (détouré)

© Sacristie pontificale

24Autour du col, toujours dans le dos, François est assis sur un trône au milieu des anges, tenant à la main la férule du pontife romain et présentant le livre de la règle ; selon le commentaire, il est « assis sur le trône d’or que Dieu montra à Frère Pacifique en lui révélant que l’immense gloire perdue par l’ange déchu était réservée à l’humble François » (fig. 7).

Fig. 7

Fig. 7

Rome (Italie), sacristie pontificale, carte postale éditée par le monastère de Mazamet, dos de la chasuble, détail : saint François assis sur le trône d’or

© département du Tarn, archives départementales, 7 Fi

  • 26 - Les armes de l’ordre franciscain, appelés également conformités franciscaines, se composent depui (...)
  • 27 - Aujourd’hui Székesféhérvàr, en Hongrie.

25À la base de l’orfroi, sont posées les armes de l’Ordre et les dates 1226-192626. De part et d’autre de l’orfroi et de haut en bas, sont brodées, à gauche, des scènes de la prédication d’Antoine de Padoue aux poissons, de l’agenouillement de la mule de Guyard ; puis Jean de Capistran refoulant le Turc à Belgrade et, en bas, Ange d’Acri ; à droite, selon la même disposition, François prêche aux oiseaux, puis, Bernardin de Sienne, Laurent de Brindisi à Albae Regalensis27 et Léonard de Port-Maurice prêchent devant de vastes assemblées.

26L’orfroi de la face antérieure de la chasuble (fig. 8) montre, à gauche, saint Joseph protégeant les trois branches de l’Ordre représentées par trois frères accompagnés de leur cardinal protecteur et, à droite, François entouré des principaux docteurs de l’Ordre avec la Sorbonne de Paris à leurs pieds.

Fig. 8

Fig. 8

Rome (Italie), sacristie pontificale, carte postale éditée par le monastère de Mazamet, vue d’ensemble de la face antérieure de la chasuble

© département du Tarn, archives départementales, 7 Fi

  • 28 - Elles se lisent, d’azur à l’ostensoir d’or accosté de deux branches de lys fleuris au naturel.

27Au centre, Pie IX proclame le dogme de l’Immaculée Conception (8 décembre 1854) en présence des ministres de l’Ordre ; sur le montant de l’orfroi, François reçoit les stigmates au Mont Arvene et envoie ses frères en mission. Au bas de l’orfroi sont posées les armes des Clarisses28. Les plages qui entourent l’orfroi sont dévolues aux missions franciscaines dans les cinq continents. Autour du col, Marie accueille la famille franciscaine tenant des guirlandes de roses (fig. 9).

Fig. 9

Fig. 9

Rome (Italie), sacristie pontificale, carte postale éditée par le monastère de Mazamet, devant de la chasuble, détail : Marie recevant les hommages des religieux de l’Ordre

© département du Tarn, archives départementales, 7 Fi

28Toutes les scènes convergent ; par devant, vers le pape Pie IX proclamant l’Immaculée Conception et au dos, vers Pie XI et l’image emblématique de la nef de Pierre, timbrée des armes et soutenue par la famille franciscaine, offrant ainsi une libre transposition de la vision d’Innocent III.

29Sur l’étole est relatée la prédication en Extrême-Orient, en Chine, aux Philippines et au Japon avec l’exaltation des martyrs de Nagasaki.

30Le manipule montre les mineurs missionnaires en Orient : Syrie, Palestine, Anatolie, Balkans, puis les missions en Europe orientale avec la conversion des protestants de Hongrie et de Norvège, évoquant les pionniers et les acteurs du XXe siècle.

  • 29 - Donnée au monastère par Eudoxe Irénée Mignot (1842-1914), archevêque d’Albi.
  • 30 - Pierre Célestin Cézerac (1956-1940), évêque de Cahors de 1911 à 1918, archevêque titulaire de Cæs (...)

31La bourse est illustrée par la vie de saint Pascal Baylon, apôtre de l’Eucharistie. Le voile de calice consacre quatre scènes à la vie de sainte Claire disposées autour d’une représentation de la Trinité. La pale évoque l’histoire du monastère de Mazamet. À la partie supérieure, l’Enfant Jésus miraculeux domine une relique de la vraie croix29. De part et d’autre, sont figurées une sculpture du Christ mutilée en 1793 et une de Notre-Dame des Vocations. Faisant fi de la chronologie, le centre est occupé par une image de Pie XI entouré de moniales groupées autour de la première abbesse, Mère Saint-Bonaventure, décédée en 1900, et de Mgr Cézerac, archevêque d’Albi30.

  • 31 - MENUSET, 2000, p. 106.

32L’amict porte une image de saint François soutenu par deux anges dans un rayonnement étoilé. Sainte Claire est au centre du manuterge avec un croissant de lune pour nimbe autour duquel s’organisent « des cercles concentriques, symbole de l’âme contemplative »31 (fig. 10).

Fig. 10

Fig. 10

Rome (Italie), sacristie pontificale, amict représentant saint François et manuterge figurant sainte Claire, archives diocésaines d’Albi, fonds des clarisses de Mazamet, 4 R 4b

A. Boyer reproduction © Inventaire général Région Occitanie

33Le galon brodé en peinture à l’aiguille qui borde toutes les pièces, porte en miniature le portrait de nombreux saints et bienheureux franciscains ainsi que les armes de Pie XI, de l’ordre franciscain, de la province de Toulouse et des Clarisses. Sur le galon de la bourse, les papes franciscains ou du tiers-ordre ; sur celui de l’étole, les cardinaux, patriarches, évêques membres de l’ordre ; sur celui du voile, les vierges consacrées ; empereurs, rois, princes, artistes rattachés de près ou de loin à l’ordre, donnant ainsi une image de l’emprise franciscaine sur le monde.

34L’iconographie de l’ensemble des éléments permet une vision complète de l’activité de l’ordre franciscain à laquelle sont associés deux papes, Pie IX et Pie XI, récipiendaire de l’œuvre.

4.2. Iconographie franciscaine

4.2.1. François et ses premiers disciples, Claire et ses compagnes

35François est représenté comme une figure quasi christique qui dépasse de loin les canons iconographiques traditionnels. Sa naissance dans une étable, selon les critères de la Nativité de Jésus, alors qu’il appartenait à une riche famille d’Assise ; la représentation au milieu des anges (sur le col) se rapproche de celle du Christ pantocrator, assis sur le trône et montrant le livre. Au bas de l’aube, François écrase de son pied le démon, reprenant la préfiguration apocalyptique de l’Immaculée Conception, associée à celle de saint Michel (Qui ut Deus, qui est comme Dieu).

36L’iconographie propre à chaque saint et bienheureux des deux sexes évoque en premier lieu le fondateur et ses premiers disciples ainsi que Claire et ses compagnes, reprenant l’hagiographie classique de la famille franciscaine avec les miracles et florilèges des deux fondateurs. Sur le voile de calice, la vie de sainte Claire : son arrivée à San Damiano, l’accueil du pape Innocent III, la venue des premières compagnes et leur prise de voile sont bien illustrés (fig. 11).

Fig. 11

Fig. 11

Rome (Italie), sacristie pontificale, voile de calice, archives diocésaines d’Albi, fonds des clarisses de Mazamet, 4 R 4b

A. Boyer reproduction © Inventaire général Région Occitanie

37Une place est faite aux mystiques, aux théologiens et aux prédicateurs. Le dos de la chasuble est consacré à la prédication avec François, Antoine de Padoue, Bernardin de Sienne, Laurent de Port-Maurice, Ange d’Acri et à la défense de l’orthodoxie avec Jean de Capistran et Laurent de Brindisi. Se retrouvent ainsi les docteurs sur l’orfroi gauche du devant de la chasuble : le bienheureux Alexandre de Halès, premier maître de l’École franciscaine († 1245) ; saint Bonaventure († 1274) ; Duns Scot, le Docteur subtil († 1308) et Luc Wadding, célèbre par ses Annales Minorum († 1665) avec à leurs pieds, la Sorbonne. Au dos de la chasuble, une scène représente de nouveau le théologien Duns Scot réfutant les arguments de ses adversaires et exposant le concept de l’Immaculée Conception. Sur la bourse, est mis en évidence le charisme de saint Pascal Baylon, apôtre de l’Eucharistie ; quatre scènes évoquent successivement sa jeunesse de berger, l’apparition de saint François et de sainte Claire, le jeune frère catéchisant les enfants, les nuits de prière devant le Saint-Sacrement (fig. 12).

Fig. 12

Fig. 12

Rome (Italie), sacristie pontificale, carte postale éditée par le monastère de Mazamet, vue d’ensemble du recto de la bourse de corporal : scènes de la vie de Pascal Baylon

© département du Tarn, archives départementales, 7 Fi

4.2.2. Les missionnaires et les martyrs franciscains

38L’iconographie insiste sur les missionnaires et les martyrs et permet d’évoquer les figures franciscaines historiques et contemporaines. Sur l’étole (fig. 13) se poursuit la présentation des Missions d’Orient et d’Extrême-Orient en dix séquences. À droite, en bas, la première scène évoque la mission d’Arménie : André de Pérouse envoyé par Innocent IV y prêche la foi. Les bienheureux Monald d’Ancône, François de Fermo et Antoine de Milan sont martyrisés par les Turcs à Arsengan († 1286).

Fig. 13

Fig. 13

Rome (Italie), sacristie pontificale, étole et manipule, vues des différentes parties, archives diocésaines d’Albi, fonds des clarisses de Mazamet, 4 R 4b

A. Boyer reproduction © Inventaire général Région Occitanie

392e scène : lors de la mission de Perse le bienheureux Gentil de Matelica subit le martyre († 1340). Les Pères Jérôme Fonseca et Michel de Portugal y versent leur sang († 1399).

403e scène : la mission de Tartarie ; Jean de Plan Carpin († 1252) et Benoît de Pologne sont reçus par l’empereur Guyuck ; saint Louis envoie Guillaume de Rubrouch accompagné de Barthélemy de Crémone, au grand khan Mangou. Le bienheureux Odoric de Pordenone († 1331).

414e scène : la mission de Chine. Le bienheureux Jean de Mont-Corvin, archevêque de Pékin, convertit le grand khan et sa famille († 1330).

  • 32 - Francesco Fogolla, franciscain, évêque coadjuteur de Taiyuan en 1897, assassiné le 9 juillet 1900 (...)

425e scène : la suite de la mission de Chine avec le père Victorin Delbrouck, martyrisé par les chinois († 1898) et Mgr Francesco Fogolla, tué lors de l’insurrection des Boxers en 190032.

436e scène : la mission des Philippines avec Jean Clément qui bâtit un hôpital pour lépreux à Manille († 1590) et Antoine de sainte Anne (†1610).

447e scène : la mission du Japon. Les saints martyrs de Nagasaki : Pierre Baptiste Martin de l’Ascension, François Blanco, Philippe de Jésus, François de saint Michel, Gonsalve († 1597). Le bienheureux Jérôme de Jésus, restaurateur de cette mission, ami de l’empereur Cubosama qui le fait son ambassadeur auprès du vice-roi des Philippines († 1601).

458e scène : la suite de la mission du Japon avec le bienheureux Luis Sotelo, évêque et martyr, apôtre du Wochou († 1624).

469e scène : la mission de l’Inde avec Joao Alfonso de Albuquerque, second évêque de Goa en 1539 († 1554) et Francesco Orazio de Pennabilli, apôtre du Tibet (1680-1745).

  • 33 - Fortunat Henri Caumont, préfet apostolique de Rajputana en 1903, préconisé évêque d’Ajmer, sacré (...)

4710e scène : suite de la mission de l’Inde à l’époque contemporaine avec Henri Caumont, premier évêque d’Ajmer33 ; le père Augustin qui convertit les Mhers ; les pères Raphaël et Charles apôtres des Bhils ; les pères Paul de la Croix et Fidèle de Varsovie, capucins de la province de Paris.

4.3. Pie IX et le dogme de l’Immaculée Conception

48Pie IX est particulièrement mis à l’honneur par l’évocation de la proclamation du dogme de l’Immaculée Conception dont le support théologique est en grande partie dû aux travaux du théologien franciscain Duns Scot suivi par d’autres théologiens franciscains. L’iconographie montre deux moments de la cérémonie romaine (fig. 14). Dans le registre supérieur, le pape proclamant le dogme au cours de la chapelle papale tenue à Saint-Pierre le 8 décembre 1854 ; il se tient debout, coiffé de la tiare et entouré de six cardinaux. Dans le registre inférieur, deux franciscains sont prosternés aux pieds du pontife ; l’un présente un lis d’argent, et l’autre, légèrement décalé, offre une rose d’or.

Fig. 14

Fig. 14

Rome (Italie), sacristie pontificale, carte postale éditée par le monastère de Mazamet, devant de la chasuble, détail : Pie IX proclame le dogme de l’Immaculée Conception

© département du Tarn, archives départementales, 7 Fi

  • 34 - BERTHOD, 1992, p. 70-79.

49Ces deux scènes qui ne reflètent pas la réalité de la cérémonie trouvent leur inspiration dans une iconographie répandue en France et dont le premier exemple semble être le décor de la basilique de Fourvière dessiné par Charles Lameire34 (fig. 15).

Fig. 15

Fig. 15

Lyon (Rhône), basilique de Fourvière, Proclamation du dogme de l’Immaculée-Conception, mosaïque de verre, 1885-1903

© J. P. Gobillot

  • 35 - CECCHIN, 2010, p. 66.
  • 36 - FORTI, 2010, p. 79-87.

50En effet, dans ce décor, Pie IX, coiffé de la tiare et vêtu d’une dalmatique, du fanon et du mantum, est entouré de plusieurs cardinaux en chape rouge, de trois évêques parés et de deux frères mineurs l’un tenant une rose d’or, l’autre un lys d’argent ; or, lors de la chapelle papale du 8 décembre 1854, le pontife est vêtu de la chasuble blanche et porte une mitre en drap d’or. À l’issue de la cérémonie et après avoir couronné l’image de la Vierge dans la chapelle du chœur de la basilique, le pontife reçoit l’hommage des ministres généraux de la famille franciscaine dans la chapelle de la Pieta : le père Salvator Cali, ministre général des conventuels et le père Venance de Celano, ministre général des capucins35. Les différentes phases de la cérémonie romaine, décrites par les contemporains, sont illustrées par les peintures murales de Francesco Podesti pour la salle de l’Immaculée Conception du palais apostolique36 (fig. 16).

Fig. 16

Fig. 16

Rome (Italie), F. Podesti, peinture murale, 1857, salle de l’Immaculée-Conception, palais apostolique

© A. Bracchetti. Musei vaticani

4.4. Sources d’inspiration

51Les sources d’inspiration sont peu documentées. Certaines sont évidentes comme la mort de saint François devant Assise qui reprend la célèbre toile de Léon Bernouville conservée au Louvre. Nous avons vu plus haut ce que doit la Proclamation du dogme de l’Immaculée Conception à la mosaïque de Charles Lameire, de Fourvière. Il y a aussi des transpositions comme François sur le trône de la Parousie ou écrasant le démon de son pied.

4.5. Fortune critique

  • 37 - MENUSET, 2000, p. 41.
  • 38 - MENUSET, 2000, p. 43.

52L’ensemble liturgique a été présenté à Mazamet aux amis de la communauté et aux bienfaiteurs de la mission capucine. Un prêtre du diocèse (d’Albi) dit « qu’il a vu à peu près toutes les merveilles et curiosité des musées mais rien ne ressemble à cela et donne une vision de beauté aussi complète »37. Puis, il « part en tournée » en France : en décembre 1927, il est à Béziers, le 3 janvier 1928, à Castres ; puis, il est exposé à Périgueux. En juillet, il est envoyé à Dourgne. Le 18 aout 1928, le ministre général des capucins, Melchior de Benissa, vient l’admirer sur place38.

  • 39 - MENUSET, 2000, p. 110.

53Il a bénéficié d’un certain nombre d’articles dans la presse locale et dans la presse religieuse. Pour couronner le tout, l’Académie des Jeux florimontains, de Chambéry, décerne un diplôme de maîtrise ès Jeux florimontains à l’abbaye, pour rappeler, selon l’abbé Alfred Berthier, l’académicien rapporteur, que « les arts liturgiques appartiennent bien à la catégorie des Beaux-arts39 ».

  • 40 - MENUSET, 2000, p. 34-35 et 101-102. Erreur de datation.
  • 41 - MENUSET, 2000, p. 34-35.
  • 42 - RIGAUX, p. 205-206.
  • 43 - Cette chasuble a été publiée par Josiane Pagnon dans Patrimoines du Sud en 2019, avec l’erreur de (...)

54L’œuvre n’a pas manqué d’inspirer une autre chasuble commandée par l’incontournable père Zacharie de Villelongue pour son exposition missionnaire. Cet ensemble liturgique, aujourd’hui conservé à Nages et à Albi, est réalisé en trois mois et exalte les trois branches de l’ordre à travers ses principaux saints et bienheureux40. La chasuble « destiné à glorifier les trois ordres de saint François »41 est de forme semi-ample avec un orfroi en Y ; elle présente 42 sujets franciscains dans des médaillons organisés sur le modèle d’un arbre de Jessé. L’orfroi central simule l’arbre d’où partent, transversalement, huit branches chargées de médaillons ou sont brodés des personnages en buste. Les huit branches représentent les sept siècles d’existence de l’ordre. L’arbre fait également référence à la prédication de saint Bonaventure qui rappelle que l’arbre de la croix est un arbre de vie qui porte des fruits pour nourrir les fidèles. En l’occurrence, les fruits sont les personnages représentés dans les médaillons42. Sur le dos, le tronc porte six figures emblématiques de l’ordre avec au pied François puis 14 médaillons représentant des saints, classés par siècle. Sur le devant, la même disposition présente cinq moniales issant de Claire : Hélène de Padoue, Agnès d’Assise, Isabelle de France, Agnès de Bohème et Marguerite de Lorraine et les médaillons de 14 religieuses. Les 42 personnages évoqués rendent compte de la sainteté dans l’ordre franciscain. La chasuble est accompagnée d’une étole consacrée aux patrons du tiers-ordre : saint Louis de France et sainte Élisabeth de Hongrie ; d’un manipule avec saint Roch et sainte Jeanne de Valois ; d’un voile de calice où l’on retrouve, au centre, saint Pascal Baylon et aux angles les saints Fidèle de Sigmaringen, Joseph de Cupertino, Eléazar de Sabran et Félix de Nicosie43.

5. Glorification du pape régnant Pie XI

5.1. Exaltation de la papauté

  • 44 - Achille Ratti est né à Desio le 31 mai 1857, près de Milan. Bibliothécaire de l’Ambroisienne de 1 (...)

55Achille Ratti appartient au tiers-ordre franciscain depuis l’été 1874. Séminariste alors âgé de 17 ans, il est reçu par don Luigi Tavola, curé du village de Sormano où il passait ses vacances. Il reste attaché au tiers-ordre durant toute sa carrière à Milan, puis à Rome44. Le 16 mars 1924, devenu le pape Pie XI, il fête avec les tertiaires romains le 50e anniversaire de sa réception.

  • 45 - Giovanni Granito Pignatelli di Belmonte, né à Naples le 10 avril 1851, nonce apostolique, cardina (...)

56Le cadeau se doit d’évoquer le récipiendaire romain, ses vertus et son attachement au saint d’Assise. Au milieu du dos de la chasuble, un portrait en buste du pape, vêtu de la simarre blanche et du manteau rouge. Sur l’épaule droite du devant de la chasuble, sont représentés le cardinal Granito Pignatelli di Belmonte45, protecteur des Frères mineurs capucins ; le Ministre général Melchior de Benissa ; Lazare d’Arbone, consulteur de la Sacrée Congrégation des religieux ; les provinciaux de Toulouse, Aloys de Moulins ; de Paris, Jacques de Blois ; de Lyon, Simon de Saint-Étienne ; de Savoie, Bruno de Gillonay et le Commissaire d’Alsace, Anthyme de Niederbaslach ; ils sont accompagnés de saint Joseph à qui les supérieurs confient les noviciats de l’Ordre. Autour du portrait brodé du pontife sont repris les mots de son encyclique Ritis expiatis :

Que le patriarche séraphique ne cesse de protéger du haut du ciel la vigne qu’il a plantée de ses propres mains, qu’il fortifie de la sève de la charité sa multiple descendance afin qu’ayant tous « un même cœur et une même âme » ses fils s’adonnent au zèle au renouvellement de la famille chrétienne.

5.2. Pie XI, pape des missions

57Pie XI a certainement été particulièrement sensible à la représentation du martyre de nombreux membres de l’Ordre. Achille Ratti a, en effet, placé son pontificat sous le signe de la mission, mission interne dans l’Église par une action déterminante auprès des fidèles, nommée par la suite l’Action catholique ; et également, l’encouragement des missions extérieures à un moment de l’Histoire où de nombreux pays se tournent vers l’athéisme d’État comme l’Union soviétique ou le Mexique. De plus le 28 octobre 1926, Pie XI sacre six évêques chinois, instituant ainsi une hiérarchie autochtone pour le vaste pays. Parmi les six élus, deux sont franciscains : Odoric Tcheng, évêque titulaire de Cotenna, préfet apostolique de Pu-chi et Louis Tchen, évêque titulaire d’Attuda, vicaire apostolique de Chen-yang.

  • 46 - Paul Lesourd. L’année missionnaire 1931, Paris, DDB, 1932, p. 516 et suivantes.

58À l’occasion de l’année sainte 1925, Pie XI fait organiser dans les jardins du Vatican une exposition « missionnaire » pour sensibiliser les pèlerins venant à Rome pour l’année jubilaire qui se poursuivra en exposition permanente par la constitution du Musée missionnaire ethnologique du Latran46. L’iconographie de la chasuble sans faire référence explicitement à cette exposition, met largement en scène les missionnaires et les martyrs franciscains, des origines au pontificat contemporain.

  • 47 - Lorenzo Antonio Massaïa (1809-1889) Guglielmo en religion, entré chez les capucins en 1826, vicai (...)
  • 48 - Louis Taurin Cahagne, né à Heubécourt (Eure), évêque titulaire d’Adramyte, vicaire apostolique d’ (...)
  • 49 - André Marie Jarosseau, en religion Elie, évêque titulaire de Sauatra, vicaire apostolique des Gal (...)

59L’iconographie permet d’associer aux saints et aux martyrs des siècles précédents des missionnaires capucins récents, de la fin du XIXe siècle jusqu’au pontificat de Pie XI. La mission d’Éthiopie, soutenue par le père Zacharie, est fortement évoquée. Sur le devant de la chasuble, sont mis en scène Michele de Carbonara, premier préfet d’Érythrée († 1910) et les différentes missions locales. Au milieu, à droite, la mission des Gallas fondée par le cardinal Massaïa († 1889)47, reconstituée par Taurin Cahagne († 1899)48 et confiée aux capucins de la Province Saint-Louis de Toulouse depuis 1886. Nous y voyons : Anastase de Risotte devant Sourré ; Marie Bernard de Cahors, aumônier de l’armée française en 1914 et fondateur de la léproserie d’Harar 1901, ambassadeur de Ménélich ; Alba Onésime, prêtre tertiaire indigène ; Charles de Mazères, aumônier des lépreux d’Harar ; Exupère de Biarritz avec ses élèves ; Séraphin de Villegly, pro-vicaire apostolique d’Harar et Élie Jarosseau, vicaire apostolique des Gallas49 (fig. 17).

Fig. 17

Fig. 17

Rome (Italie), sacristie pontificale, carte postale éditée par le monastère de Mazamet, devant de la chasuble, détail : Mgr Jarosseau, « père très aimé de la mission et apôtre incomparable »

© département du Tarn, archives départementales, 7 Fi

60À gauche, la mission s’étend chez les Somalis avec les bienheureux Agathange de Vendôme et Cassien de Nantes, martyrs d’Abyssinie († 1638) ; le père Ambroise et le frère Étienne « tombés à Ensa sous la lance des indigènes » en 1890 et la Mission actuelle, avec Euchariste de Chéticamp, supérieur de Sofie et frère Félix de Rome.

  • 50 - Cf. ANNEXE. Manuscrit, archives de l’archidiocèse d’Albi, fonds des Clarisses de Mazamet, 4R 4b.

61La mission au Brésil est évoquée avec Vital Maria Gonçalves de Oliveira, de la Province de Paris, évêque d’Olinda « le plus intrépide champion de l’Église contre la franc-maçonnerie, empoisonné par ses ennemis » († 1878)50 et Daniel de Samarate, apôtre des lépreux du Maranhão, devenu lui-même lépreux († 1924).

Conclusion

  • 51 - Jeanne d’Arc et Jean-Marie Vianney seront de nouveau présents sur la chasuble franciscaine de 192 (...)

62Ce parement se veut une récapitulation iconographique des œuvres multiséculaires de l’ordre séraphique à travers la glorification de ses membres, et non seulement de ses saints, en mettant l’accent sur l’œuvre missionnaire dès les origines et sur le martyre de nombreux membres de l’ordre. C’est aussi l’occasion d’exalter la papauté en la personne de Pie IX, pape ayant proclamé le dogme de l’Immaculée Conception à laquelle ont pris part les franciscains de l’école de Duns Scot et celle de Pie XI, le récipiendaire, à juste titre nommé le « pape des missions ». Par le biais de la spiritualité franciscaine, les concepteurs relient l’œuvre à la France en associant aux religieux franciscains trois saints français très populaires, Jean-Marie Vianney, membre du tiers-ordre, canonisé en 1925 ; Jeanne d’Arc, canonisée en 1920, proclamée Patronne secondaire de la France le 2 mars 1922 et Jean Baptiste de La Salle, canonisé en 190051. De plus, le cordon de l’aube se termine par deux travaux à l’aiguille représentant d’un côté, la basilique de Lourdes, lieu de la première apparition de la Vierge immaculée et de l’autre, la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre, haut lieu de l’intégrité et du renouveau catholique de l’entre-deux-guerres.

63La prouesse technique a été davantage louée que la portée iconographique de l’œuvre. François y est exalté d’une manière dithyrambique, en faisant presque un nouveau Messie, à la limite de l’hérésie !

Haut de page

Bibliographie

La vie catholique, Paris, 3 décembre 1927, p.

La vie franciscaine, juin 1928, p. 568-569.

BATTANDIER, Albert. Rome. Paris, Maison de la Bonne Presse, n° 163, 1926, p. 455-456.

BATTANDIER, Albert. Rome. Paris, Maison de la Bonne Presse, n° 179, Paris, 1929, p. 209.

BERNOVILLE, Gaétan. L’épopée missionnaire d’Éthiopie, Mgr Jarosseau et la Mission des Gallas. Paris : Albin Michel, 1950.

BERTHOD, Bernard. « Une Œuvre engagée de Charles Lameire : la mosaïque de la Proclamation du dogme de l’Immaculée-Conception à Fourvière ». Bulletin des Musées et Monuments lyonnais, n° 3-4, Lyon, 1992, p. 70-79.

BERTHOD, Bernard et HARDOUIN-FUGIER, Élisabeth. Dictionnaire des Arts liturgiques, XIXe –XXe siècle. Paris : éditions de l’Amateur, 1996, p. 193.

BERTHOD, Bernard et BLANCHARD, Pierre. Trésors inconnus du Vatican, Cérémonial et liturgie. Paris : éditions de l’Amateur, 2001.

BERTHOD, Bernard ; FAVIER, Gaël ; HARDOUIN-FUGIER, Élisabeth. Dictionnaire des Arts liturgiques du Moyen Âge à nos jours. Chateauneuf-sur-Charente : Frémur éditions, 2015a, p. 202.

BERTHOD, Bernard. « Prälatenkleidung der Cistercienser von 15. bis zum 20. Jahrhundert ». Analecta Cisterciensia, Annus LXIV, Heiligenkreuz, Be & Be, 2015b, p. 36-40.

BOUTET DE MONVEL, Roger. Saint François d’Assise. Paris : Plon, 1921.

CATALDI GALLO, Marzia. « Parato a fondo bianco ricamato di Pio XI », Il Papa e le sue vesti da Paulo V a Giovanni Paolo II (1600-2000), Città del Vaticano, 2016, p. 362-365.

CECCHIN, Stefano Maria. « La proclamazione del dogma dell’Immacolata Concezione : una vicenda storica e teologica », La Sala dell’Immacolata di Francesco Podesti, storia di una committenza e di un restauro. Musei vaticani, Cité du Vatican, 2010, p. 66.

DESVALLIÈRES, Sabine. « L’art de décorer une chasuble », Almanach catholique français, Paris, 1927, p. 251-254.

FORTI, Micol. « Podesti e la Sala dell’Immacolata : storia di une committenza e (s)fortuna critica ». In La Sala dell’Immacolata di Francesco Podesti, storia di una committenza e di un restauro. Musei vaticani, Cité du Vatican, 2010, p. 79-87.

FOUCARD, Bruno. « Saint François d’Assise dans l’art français du XIXe siècle  ». Revue d’Histoire de l’Église de France, 1984, p. 157-166.

GILLET, Louis. Histoire artistique des ordres mendiants, Études sur l’art religieux en Europe du XIIIe au XVIIe siècles. Paris : Renouard, 1939.

MENUSET, Cécile. La peinture à l’aiguille par les clarisses de Mazamet. Laval : Siloë, 2000.

PAGNON, Josiane. « Les broderies des Clarisses de Mazamet, chefs-d’œuvre de l’art du XXe siècle dans le Tarn, les œuvres conservées à Nages  », Patrimoines du Sud [En ligne], n° 9, 2019.

PACCHETTI, Vittorio, o. f. m. Saint François dans l’histoire, dans la légende, dans l’art. Vanves, 1926.

RIGAUX, Dominique. In Beauté et pauvreté, l’art chez les clarisses de France, Paris, Centre culturel du Panthéon, n° 150, p. 205-206.

VANDALLE, Maurice. « Saint François et ses interprètes dans l’art, peintres, statuaires, graveurs ». La France franciscaine, t. X, p. 5-31, 165-187 ; 295-370 ; 455-546.

Catalogues d’exposition

[Exposition, Paris, Centre culturel du Panthéon, 1994]. Beauté et Pauvreté, l’Art chez les clarisses de France. Paris : éditions Éric Koehler, 1994, p. 205-206 (réd. /Guy Lobrichon).

[Exposition, Labastide-Rouairoux, musée du Textile, 1er juillet-31 octobre 2003], Textiles sacrés du Tarn. Réd. Christine Aribaud. Paris : Somogy éditions d’art / Albi : conseil général du Tarn, 2003, p. 96-97.

PELLEGRINI, C. « Chasuble of Pope Pius XI », Saint Peter and the Vatican: The Legacy of the Popes. Houston, 2003, p. 346-347. Exposition itinérante en 2003 à Houston (Texas) Houston Museum of Natural Science, Fort Lauderdale (Floride) Museum of Art, Cincinati (Ohio) Cincinati Museum Center, San Diego (Californie) San Diego Museum of Art

[Exposition, New-York, Metropolitan museum of art, 10 mai-8 octobre 2018], Heavenly bodies, fashion and the catholic imagination. New York : Metropolitan museum, 2018, I. Vatican collection, p. 44-47.

Haut de page

Annexe

Archives diocésaines d’Albi, fonds des Clarisses de Mazamet, 4R A b, cahier manuscrit (transcription Josiane Pagnon)

Légende des ornements franciscains humblement offerts à Sa Sainteté Pie XI par les Frères Mineurs Capucins de la Province Saint Louis de Toulouse avec le concours des autres Provinces de France à l’occasion du VIIe Centenaire de la mort de leur Séraphique Père.

Exposé du travail : Les fils de François d’Assise, fiers du patrimoine de dépendance reçu de leur Père envers le Siège de Pierre, ont eu la pensée de représenter sur des ornements sacrés un passé très glorieux et un présent toujours fécond, des différentes formes de l’apostolat franciscain, espérant que Sa Sainteté Pie XI consentit à se revêtir de ces gloires au saint sacrifice de la messe, montrant ainsi les œuvres du crucifié de l’Alverne baignées dans les grâces du calvaire. Œuvres si nombreuses, embrassant un plan si vaste qu’il ne put se réaliser que partiellement et par des scènes minuscules.

Énumération des ornements :

1° Une chasuble et ses accessoires : manipule, étole, bourse, voile et pale

2° Une aube et son cordon

3° Le linge sacré : amict, corporal, purificatoire et manuterge.

Technique du travail : La chasuble et ses accessoires dont le tissu entièrement fait à la main, variant les effets dans une double tonalité de camaïeu vert et pain brûlé, sont traités en peinture à l’aiguille pour les personnages et en or nué pour les fonds où des détails d’un riche coloris se fondent dans l’or pur. La corde franciscaine trace la croix et le galon du bord avec une lame en couchure d’or qui lui sert d’armatures reliant les grecques et séparant les diverses scènes. Le tout retenu par des clous d’orfèvrerie, se détachant sur fond noir, scintillant d’étoiles d’or.

I - De la chasuble

Dos. Au bras droit de la croix est Saint François qui, à l’exemple du Sauveur, naît dans une étable. Sous le centre, nous le trouvons devant Gui, évêque d’Assise, renonçant à tout (fig. 18).

Fig. 18

Fig. 18

Rome (Italie), sacristie pontificale, carte postale éditée par le monastère de Mazamet, dos de la chasuble, détail : saint François renonçant à toute richesse

© département du Tarn, archives départementales, 7 Fi

Au-dessous, il est à Rome, aux pieds d’Honorius III faisant confirmer la Règle. Plus bas, c’est devant Jésus-Christ à qui les anges présentent les 3 pièces d’or, symbole des 3 ordres. Au bras gauche c’est François mourant qui assisté d’Élie de Cortone, d’Ange de Rieti et de Benoît de Piratro bénit Assise, nouvel Orient.

En haut de la Croix, il est au milieu des séraphins entouré de ses 3 ordres, assis sur le trône d’or que Dieu montra à Frère Pacifique en lui révélant que l’immense gloire perdue par l’ange déchu était réservée à l’humble François, les forteresses aperçues dans le lointain signifient les demeures célestes remplies d’élus par l’apostolat séraphique.

Au centre, la barque de l’Église, aux armes de Pie XI, porte saint Pierre de Rome ; elle est soutenue par l’Ordre franciscain ; à droite : st François, † 1226, st Bonaventure, † 1274, Bx Jean de Parme, † 1289, Bx Bernardin de Feltre, † 1494 du 1er ordre ; st Louis de France, † 1270, st Elzéar de Sabran, † 1329 et le scuré d’Ars, Jean-Marie Vianney, † 1859, du 3e ordre.

À gauche : ste Claire et ste Agnès d’Assise, † 1253 ; ste Colette de Corbie, † 1449 ; ste Catherine de Bologne, † 1463, du 2e ordre ; ste Élisabeth de Hongrie, † 1231 ; ste Marguerite de Cortone, † 1297 ; ste Jeanne d’Arc, † 1431 ; ste Jeanne de Valois, † 1505, du 3e ordre. Encadrant ce centre et le portrait de notre bien aimé Pontife est la prière tirée de l’Encyclique « Rite Expiatis » : Que le patriarche séraphique ne cesse de protéger du haut du ciel la vigne qu’il a plantée de ses propres mains, qu’il fortifie de la sève de la charité sa multiple descendance afin qu’ayant tous « un même cœur et une même âme » ses fils s’adonnent au zèle au renouvellement de la famille chrétienne. Les fils de François répondent : » Prions pour Notre Saint Père le Pape Pie XI » montant ainsi la garde auprès de son auguste personne. À la base de la croix, sont les armes de st François avec les deux dates du centenaire : 1226-1926. Sur les côtés de la chasuble sous les bras de la croix sont les 2 ravissantes scènes de la prédication de st François aux poissons et aux oiseaux.

En haut à droite : st Antoine de Padoue F. M. (1195-1231) vainqueur de l’hérésie par l’Eucharistie lorsqu’il ordonne à la mule de Guyard de se prosterner et d’adorer l’hostie. À gauche, st Bernardin de Sienne, franciscain (1380-1414), apôtre, du Saint Nom de Jésus.

Au milieu, à droite, st Jean de Capistran, Franciscain (1385-1456), directeur de la croisade contre les Turcs qu’il refoule à Belgrade en 1456 par la vertu du St Nom de Jésus et de sa sainte croix, délivrant ainsi l’Europe chrétienne de la puissance de Mahomet. En face, st Laurent de Brindes, cap (1559-1619) qui par la victoire d’Albe Royale (1606) sauva l’Autriche en détresse (fig. 19). « Honoré des papes et des souverains, acclamé par le peuple, il fut l’homme le plus prodigieux de son siècle et le plus utile à l’Église ».

Fig. 19

Fig. 19

Rome (Italie), sacristie pontificale, carte postale éditée par le monastère de Mazamet, dos de la chasuble, détail : Laurent de Brindisi, victorieux à Albe Royale

© département du Tarn, archives départementales, 7 Fi

À la scène du bas à droite, le Bx Ange d’Acri, cap. (1669-1739) dont le zèle à prêcher la Passion du Sauveur et son Eucharistie opéra de si grands fruits de salut. Parallèlement, st Léonard de Port-Maurice, franc. (1676-1751), apôtre de l’Italie et grand promoteur du chemin de la croix.

Devant (fig. 20). Le bras droit porte saint Joseph à qui les Supérieurs confient les noviciats de l’Ordre : le cardinal protecteur des Frères Mineurs Capucins : Éminence J. Granito Pignatelli di Belmonte, le Ministre Général Rme Père Melchior de Bénissa, le Rme Père Lazare d’Arbone, consulteur de la Sacrée Congrégation des religieux ; les provinciaux : de Toulouse, T. R. P. Aloys de Moulins ; de Paris, T. R. Père Jacques de Blois ; de Lyon, T. R. Père Simon de St-Étienne ; de Savoie, T. R. P. Bruno de Gillonay et le Commissaire d’Alsace et le Commissaire d’Alsace T. R. P. Anthyme de Niederbaslach.

Fig. 20

Fig. 20

Rome (Italie), sacristie pontificale, vue d’ensemble du devant de la chasuble, archives diocésaines d’Albi, fonds des clarisses de Mazamet, 4 R 4b

A. Boyer reproduction © Inventaire général Région Occitanie

Sur le bras gauche, st François entouré des principaux docteurs de l’Ordre : Bx Alexandre de Halès, F. M. précurseur de st Thomas, 1er maître de l’École franciscaine, mort en 1245 ; st Bonaventure, F. M. docteur dont Sixte IV n’a pas craint de dire : « Que l’Esprit Saint semble avoir parlé par sa bouche », † 1274. Duns Scot, F. M. le Docteur subtil, duquel Baptiste de Mantoue a écrit dans ses Fastes : « Si l’on pouvait dire que Dieu doive quelque chose à l’homme, la religion et Dieu seraient redevables à Scot, † 1308. Luc Wadding, franc. : célèbre surtout par ses » Annales Minorum », † 1665. À leurs pieds, la Sorbonne.

Dans le haut de la croix, Marie pleine de grâces, Reine de l’Ordre des Mineurs. Les Religieux du 1er ordre tiennent des guirlandes de roses, symbole de l’ardente charité dont leur cœur est embrasé pour le salut des âmes. Les Vierges du second ordre tiennent des guirlandes de lis, emblème de la pureté du sacerdoce vierge des épouses du Christ « visibles coopératrices de l’invisible Mère de Dieu et des hommes ». Tous marchent sur les fils de la Vierge, réseau de roses rappelant celles où st François puisa cette vertu de mortification suave et forte qui devint la caractéristique si aimable de sa sainteté. Les lis et les roses qui sont dans les bras et sur la robe de la T. S. Vierge signifient que c’est avec une maternelle tendresse, qu’elle recueille et bénit les œuvres des enfants de st François.

Au centre, Pie IX la proclame « Vierge immaculée » ; à ses pieds les Ministres généraux des Frères Mineurs offrent au Pontife la rose d’or, Rme Père Salvator Cali, Conv., et le lis d’argent, Rme Père Venance de Celano, Francis. Les inscriptions terminant les bras de la croix rappellent : à droite qu’en 1304 à Paris, Duns Scot réfute les arguments présentés par les adversaires de l’Immaculée Conception et fait triompher sa belle prérogative ; à gauche, que ce fut le grand honneur de Pie IX d’avoir promulgué ce glorieux privilège 8 décembre 1854. Au-dessous est la sublime scène des stigmates où François devient l’image visible de Jésus-Christ ; le Bx Léon et les anges en furent les heureux témoins. À la dernière scène de la croix c’est François qui envoie ses fils aux Missions (fig. 21) : en Espagne, le Bx Bernard de Quintavalle, F. M. † 1241 avec le V. Zacharie de Rome F. M. Dans l’Ile de France Bx Pacifique du Picenum F. M. † 1229 avec le Bx Ange de Pise, F. M. qui sera le 1er gardien de Paris, † 1253 et le Bx Albert de Pise F. M. En Guyenne, le Bx Christophe de Romage, F. M. fondateur des couvents de Toulouse, Cahors et plusieurs autres, † 1272.

Fig. 21

Fig. 21

Rome (Italie), sacristie pontificale, carte postale éditée par le monastère de Mazamet, devant de la chasuble, détail : saint François envoie ses fils en mission

© département du Tarn, archives départementales, 7 Fi

En Provence, le Bx Jean Bonelli, F. M. qui plus tard fonda le couvent de Montpellier. En Allemagne, Jean de Parme, F. M. Le monastère de Sainte Claire de Mazamet d’Albi placé au bas de la croix, témoigne l’humble reconnaissance des moniales pour l’honneur et la grâce qu’elles ont eu de faire les ornements du souverain pontife.

Les côtés du devant sont consacrés aux missions où François eut voulu dépenser sa vie et cueillir la palme du martyre, ambition poursuivie et réalisée par une multitude de ses fils. En bas, à droite, les premiers martyrs de l’Ordre : st Bérard, st Pierre, st Othon, st Adjut, st Accurse, Frères Mineurs annonçant le Christ au Maroc sont mis à mort par le Miramolin, † 1220. Dans la même scène, au-dessous, le Bx Agnello, F. M., 1er évêque de Fez et de Marrakech qui convertit par ses exemples et sa bonté, † 1246. À gauche, François lui-même avec le Bx Illumine de Rieti F. M. prêchant la foi en Égypte jusque devant Meledin. Dans d’autres régions : le Père Giannantonio Cavazzi, † 1680 et le V. André de Burgio, † 1772. Capucins qui évangélisent l’Angola et le Congo. Le Père Michel Carbonari, capucin qui sera le 1er préfet d’Érythrée, † 1910.

Au milieu, à droite, la belle mission Galla fondée par le cardinal Massaïa, cap., † 1889 et reconstituée par Mgr Taurin, cap. † 1899 ; (depuis 1886 confiée aux capucins de la Province St Louis de Toulouse). Nous y voyons : le Père Anastase de Risotte devant Sourré, avec son premier compagnon, bambin de 4 ans échappé à la dent d’une hyène. Le Père Marie Bernard de Cahors, fondateur de la léproserie d’Harar 1901, ambassadeur de Ménélich au Vatican qui, après avoir suivi nos armées comme aumônier depuis 1914 sur tous les champs de bataille jusqu’en Syrie et au Maroc, revient à l’âge de 72 ans près de ses chers lépreux. Alba Onésime, prêtre tertiaire indigène. Père Charles de Mazères l’aumônier si dévoué des lépreux d’Harar. Père Exupère de Biarritz avec ses élèves. Le Père Séraphin de Villegly, pro vicaire apostolique d’Harar et Mgr Jarosseau, Père aimé de la Mission et apôtre incomparable. À gauche, la mission s’étend chez les Somalis : ce sont les Bx Agathange de Vendôme et Cassien de Nantes, capucins, martyrs d’Abyssinie † 1638. Père Ambroise et Frère Étienne, capucins, tombés à Ensa sous la lance des indigènes † 1890. Dans l’épanouissement de la Mission actuelle le Père Euchariste de Chéticamp, Supérieur de Sofie et Frère Félix de Rome, capucins. En haut, à droite : les Indes Occidentales avec le Bx Martin de Valence, Francis, apôtre du Mexique † 1584 et Pierre de Gand, Francis : civilisateur des Indiens auxquels il consacra 54 ans de sa vie et en baptisa 300 000, † 1567. Au Canada, ce sont les Capucins : Père Léonard de Chartres, apôtre d’Acadie † 1646. Père Joseph d’Angers et ses chers Abénaquis † 1667. Mgr Persico cardinal, chassé par la persécution de l’Amérique centrale se réfugie au Canada † 1895. Père Pacifique Valigny, de la province de Toulouse, missionnaire vénéré des Micmacs. À gauche, toujours aux Indes occidentales. Père Jean Quevedo, franc. 1er évêque des Dariens XVIe siècle. Le V. Joseph Cabarantes, cap., intrépide missionnaire espagnol qui convertit 5 races au Venezuela, † 1694. Le Bx Matthieu de Jumilla, Franc., † 1578 et st François Solano, Franc. : l’apôtre et le patron du Pérou, † 1610. Au Brésil, c’est Mgr Vital de Oliveira, cap. de la Province de Paris, évêque d’Olinda, le plus intrépide champion de l’Église contre la franc-maçonnerie, empoisonné par ses ennemis, † 1878 et le Père Daniel de Samarate, cap., apôtre des lépreux du Maranbao, devenu lui-même lépreux dans l’exercice de son héroïque dévouement. Oubliant l’atrocité de son mal, ce martyr de la charité ne cessait de répéter : « Que le Seigneur soit béni pour m’avoir récompensé par cette maladie », † 1924.

II - Manipule

Le manipule montre les Frères Mineurs pénétrant en Orient et évangélisant l’Europe. La 1ère scène sur le bras : Mission de Palestine, où le Bx Philippe du Puy, F. M. est martyrisé par les Turcs au château d’Azot, † 1288 et le Père Calangiano, cap., tué en haine de la foi par les juifs de Damas, † 1840. La 2e scène. Mission de Syrie champ de dévouement des premiers compagnons et fils de st François : Bx Barbarus, † 1225, Bx Bernard Vigilant † 1250 et st Sabbatin, † 1252. Actuellement, le Père Remy, cap., curé de Beyrouth, providence des orphelins, qui ressuscite en leur faveur les métiers, les tissages et la fabrication des tapis. La dernière scène du bas, mission de Turquie : st Joseph de Léonisse, cap. y travailla avec succès à la conversion des Musulmans ; la palme du martyre lui fut refusée. Après 3 jours d’un crucifiement horrible, un ange le délivre et le guérit, † 1612. À Constantinople, les Pères Marcel de Montaillé, mort au XXe siècle et Laurent du Mans, † 1923, capucins de la province de Paris, créent le Séminaire de St Louis de Pèra, œuvre qui fait « tressaillir de joie » le cœur de Pie XI. L’autre côté du manipule représente : 1° : en bas, mission des Balkans, les Bx Conrad de Saxe et Étienne de Hongrie, F. M. y reçoivent la palme du martyre, † 1284. Le Père Gérard Odon, F. M., ministre général, qui détruisit le manichéisme en Bosnie, conquit à la vraie foi d’abord le roi et les principaux seigneurs, puis le peuple tout entier XIVe siècle. Le Père Pèlerin de Saxe, F. M., Provincial et évêque de Bosnie, dont le zèle érigea plus de 60 couvents de Frères Mineurs XIVe siècle. Au-dessus la mission d’Autriche avec st Jacques de la Marche, Franc. : réformateur apostolique qui évangélisa une partie de l’Europe. Nonce de 7 souverains pontifes, les fruits de son apostolat furent prodigieux ; il déracina en Italie la secte des Fratricelles, convertit en Hongrie 50 000 hérétiques et 55 000 schismatiques et baptisa en Norvège, 200 000 infidèles † 1476. Le V. Marc d’Aviano, cap., sauva Vienne de l’invasion du croissant. Au siège de Buda (1686) il pénètre un des premiers dans la brèche ayant en mains l’image de st Joseph au haut d’un bâton. On lui doit aussi la reprise de Belgrade (1688) aux mains des Turcs depuis 168 ans, † 1699. En haut, mission d’Allemagne, le Bx Ulrich, F. M. martyr † 1342 et le Bx Ladislas de Gielnon, Franc. : qui sauva la Pologne en la ramenant à Dieu lors de l’invasion des Turcs et des Tartares, † 1505

III - Étole

Sur l’étole continue le tableau des Missions d’Orient et d’Extrême Orient. À droite, en bas, 1ère scène, mission d’Arménie : André de Pérouse ; F. M. XIIIe siècle, envoyé par Innocent IV y prêche la foi. Les Bx Monald d’Ancône, François de Fermo et Antoine de Milan, Frères Mineurs, martyrisés par les Turcs à Arsengan, † 1286. 2e scène, mission de Perse où le Bx Gentil de Matelica, F. M., subit le martyre, † 1340. Les Pères Jérôme Fonseca et Michel de Portugal, franc., y versèrent leur sang pour Jésus-Christ, † 1399. 3e scène, mission de Tartarie, Jean de Plan Carpin, † 1252 avec Benoît de Pologne, Frères Mineurs, reçus par l’empereur Guyuck Saint Louis envoie Guillaume de Rubrouch, avec Barthélemy de Crémone, Frères Mineurs XIIIe siècle au grand khan Mangou. Le Bx Odoric de Pordenone, F. M. qui parcourent tout l’Orient, multipliant les miracles, † 1331. 4e scène. Mission de Chine. Le Bx Jean de Mont-Corvin, F. M., archevêque de Pékin, le plus grand apôtre de l’Orient, convertit le grand khan et sa famille. Sa vie fut un tissu de merveilles, † 1330. 5e scène. Suite de la mission de Chine. Le Père Victorin Delbrouck, franc., martyrisé par les Chinois, † 1898 et Mgr Fontosati, franc., victime des chinois lors de l’insurrection des Boxers, † 1900. 6e scène en descendant. Mission des Philippines : Jean Clément, franc., qui bâtit un hôpital à Manille et consacra sa vie aux lépreux, † 1590. Antoine de ste Anne, franc, donné en jeu aux femmes de Ternates et immolé par ces furies, † 1610. 7e scène. Mission du Japon. Les glorieux martyrs de Nangasaqui : st Pierre Baptiste Martin de l’Ascension, st François Blanco, st Philippe de Jésus, st François de st Michel, stGonsalve, franciscains, dont le sang fut pour le Japon une semence de chrétiens, † 1597. Le Bx Jérôme de Jésus, franc., restaurateur de cette mission, ami de l’empereur Cubosama qui le fit son ambassadeur auprès du vice-roi des Philippines, † 1601. 8e scène. Suite de la mission du Japon, le Bx Louis Sotelo, franc., évêque et martyr, apôtre du Wochou, envoyé par le roi Idate Mazomonne avec son 1er ministre, le prince Fachecoura, en ambassade près le roi d’Espagne et le Saint Siège est reçu par Paul V, au palais de Montecavallo, † 1624. 9e scène, mission de l’Inde, Jean Albuquerque, franc., 1er évêque de Goa, qui opéra de nombreuses conversions, † 1553 et François Orazio de Pennabuli, cap., convertisseur infatigable, † 1745. L’Italie vient de s’honorer en donnant son nom et celui de ses autres grands missionnaires à diverses rues et places de Rome. 10e scène, suite de la mission de l’Inde, Mgr Caumont, 1er évêque d’Ajmer. Père Augustin, qui gagna les Mhers à Dieu ; Père Raphaël, Père Charles et ses chers Bhils, Père Paul de la Croix auquel on doit de nombreux ouvrages en hindi, Père Fidèle de Varsova, fils de l’Inde, tous capucins de la Province de Paris.

IV - Bourse

Sur la bourse à double face sont les principales scènes de la vie de st Pascal Baylon, franc. (1540-1592). Au recto, 1ère scène, st Pascal ne marchant pas encore se traîne sur les genoux au pied du tabernacle. 2e scène, gardant ses troupeaux, il chante les louanges de la Vierge. 3e scène, st François et ste Claire lui révèlent sa vocation et lui montrent l’habit qu’il devra porter. 4e scène, entouré des enfants dont il est l’apôtre et l’ami. Au centre, hostie rayonnante avec, en exergue : « Loué soit Notre Seigneur Jésus-Christ ».

Au verso (fig. 22) :

1ère scène, st Pascal en extase voit st François lui montrant ste Claire tenant l’ostensoir. 2e scène, pendant la messe de ses funérailles, il sourit et ouvre les yeux aux deux élévations. 4e scène (sic), Léon XIII écrit le bref « Providentissimus deus... » « Nous déclarons et nous constituons de notre autorité suprême, et en vertu des présentes lettres, saint Pascal patron spécial des congrès et de toutes les associations qui ont pour objet la divine Eucharistie, tant de celles qui ont été constituées jusqu’à ce jour que de celles qui le seront dans l’avenir... 28 novembre 1897.

Fig. 22

Fig. 22

Rome (Italie), sacristie pontificale, vue du verso de la bourse de corporal, archives diocésaines d’Albi, fonds des clarisses de Mazamet, 4 R 4b

A. Boyer reproduction © Inventaire général Région Occitanie

V - Voile

La disposition du voile, semblable à celle de la bourse, représente 4 scènes de la vie de sainte Claire (fig. 23). 1ère scène, ste Claire ouvre l’asile béni de st Damien aux âmes avides de se consacrer à Dieu ; les cours et les chaumières se dépeuplent pour venir remplir ce sanctuaire de la prière, de la pauvreté et du travail. 2e scène, Assise et Saint Damien sont sauvés grâce à la prière de Claire et de ses filles, les hordes de Frédéric II s’enfuient terrifiées. 3e scène, Innocent IV en visite à St Damien est sollicité par Claire de bénir les tables, « je veux que ce soit toi qui fasses sur ces pains le signe de la sainte croix du Christ » lui répondit le pontife. Claire, confuse supplie le vicaire de Jésus-Christ de considérer qu’il y aurait hardiesse de sa part de bénir en sa présence. Mais le pontife lui dit : » Afin que ceci ne te soit pas imputé à présomption, je t’ordonne, au nom de l’obéissance, de faire sur ces pains le signe de la Très sainte Croix et de les bénir au nom de Dieu ». Merveille ! Aussitôt le signe sacré de notre salut parut tracé sur chacun d’eux. Le saint Père, ainsi que les cardinaux qui l’accompagnaient, rendant grâces à Dieu, emportèrent chacun un de ses pains. 4e scène, Innocent IV et sa cour visitant ste Claire au moment de sa mort, l’auguste pontife élève le pied jusqu’à son lit pour lui permettre de le baiser. Au centre, dans le carré formé par la corde franciscaine, les 3 cercles de la Sainte Trinité dans un rayonnement lumineux avec la prière que Claire adressa à Jésus lors de l’attaque des Sarrazins : « Seigneur ne livrez pas aux bêtes vos épouses qui se confient en vous ». En dernier cercle sont disposés les remparts de la Jérusalem céleste et les 12 portes, signifiant l’entrée des élus.

Fig. 23

Fig. 23

Rome (Italie), sacristie pontificale, carte postale éditée par le monastère de Mazamet, vue d’ensemble du voile de calice

© département du Tarn, archives départementales, 7 Fi

VI - Galon

Un grand nombre d’autres Frères Mineurs, martyrs, saints, bienheureux et religieux célèbres par leur science, leurs vertus, leurs miracles et leurs grandes actions qui n’ont pu trouver place dans les principales scènes sont encadrés par la corde franciscaine formant galon autour de chaque pièce, comme un rempart puissant et glorieux au service de Dieu et de l’humanité. La lame d’or l’enserre de chaque côté. Le galon de la chasuble porte au dos en montant du bas vers l’épaule à droite.

Bx Pierre de Catane, F. M., † 1221 ; Bx Guillaume d’Angleterre, F. M., † 1230 ; Bx Roger de Todi, F. M., † 1236 ; Bx Bernard de Viridiante, F. M., † au XIIIe siècle ; Bx Sylvestre de Scifi, F. M., † 1240 ; Bx Bonencontre, F. M., † au XIIIe siècle ; Bx André de Spello, F. M., † 1254 ; St Ange Tancredi, F. M., † 258 ; Bx Thomas de Celano, F. M., † 1260 ; Bx Rufin d’Assise, F. M., † 1270 ; Bx Massé de Marignan, F. M., † 1284 ; Bx Pierre de Monticulo, F. M., † 1285 ; Bx Conrad d’Asculo, F. M., † 1289 ; Bx Jean de Parme, F. M., † 1289 ; Bx André de Segni, F. M., † 1302 ; Bx Jacopone de Todi, F. M., † 1304 ; Bx Audemar, F. M., † 1320 ; Bx Jean de l’Alverne, F. M., † 1322 ; Bx Jean de Valle, F. M., † 1351 ; Bx Rodrigue Robricus, F. M., † 1381 ; Bx Pierre Villacret, F. M., † 1422 ; Bx Thomas Bellacio, F. M., † 1447 ; Bx Archange Calatafini, F. M., † 1460 ; Bx Antoine de Stroncone, F. M., † 1461 ; Bx Christophe Linan, F. M., † 1478 ; Bx Marc de Bologne, F. M., † 1478 ; Bx Amédée de Portugal, F. M., † 1482 ; Bx Chérubin de Spolète, F. M., † 1484 ; Pelbart de Temeswar, F. M., † 1490 ; Bx Jean Bourgeois, F. M., † 1494 ; Bx Marc de Montegallo, F. M., † 1497 ; Père Jean Pérez de Marchena, F. M., † au XVe siècle ; Bx Donat d’Urbin, F. M., † 1305 ; Bx Gérard de Florence, F. M., † 1506 ; Bx Gabriel Maria Nicolaï, † 1532 ; Père Bernardin d’Asti, cap., † 1554 ; Bx Nicolas Factor, F. M., † 1583 ; St Félix de Cantalice, cap., † 1587 ; Vénérable Père Antoine Pagani, F. M., † 1589 ; Père Évangéliste Marcellin, F. M., † 1593 ; Bx Frère André Hernon, F. M., † 1602 ; St Séraphin de Monte Granaro, cap., † 1604 ; Vén. Chérubin de Maurienne, cap., † 1610 ; Vén. Jean de Maurienne, cap., † 1614 ; Vén. Honoré de Paris, cap., † 1624 ; Vén. François de Bergame, cap., † 1626 ; Bx Humble de Bisignano, cap., † 1637 ; Père Joseph Leclerc du Tremblay, cap., † 1638 ; Père Bénigne de Gênes, F. M., † 1651 ; Père Jean Mancelon, F. M., † 1660 ; Père Fiacre de Kilkenny, cap., † 1666 ; Bx Bernard de Corléon, cap., † 1667 ; Père François de Toulouse, cap., † 1678 ; Père Louis François d’Argentan, cap., † 1680 ; Père Honoré de Carmes, cap., † 1694 ; Père Bernard d’Offysa, cap., † 1694 ; Père Jean-Baptiste d’Ultonie, cap., † 1710 ; Bx Bonaventure de Potenza, conv., † 1711 ; Vén. Jean-Baptiste de Bourgogne, F. M., † 1726 ; Bx Thomas de Cori, F. M., † 1729 ; Bx Crispin de Viterbe, cap., † 1750 ; Vén. Georges d’Aoste, cap., † 1762 ; Vén. Ignace de ste Agathe, cap., † 1770 ; Vén. Ambroise de Lombez, cap., † 1778 ; Bx Félix de Nicosie, cap., † 1787 ; Bx Didace Joseph de Cadix, cap., † 1801 ; Bx François de Lagonegro, cap., † 1804 ; Vén. Dominique Antoine de Rome, cap., † 1813 ; Père Girard de Fribourg, cap., † 1850 ; Père Matthieu d’Irlande, cap., † 1856 ; Frère Joseph Marie de Palerme, cap., † 1886 ; Frère Jacques de Lanthenay, cap., † 1887 ; Père Marie Antoine de Lavaur, cap., † 1907 ; Père Ludovic de Besse, cap., † 1910 ; Père Alexis de Barbezieux ; Père Marie Louis de Riotard

En montant du bas vers l’épaule, à gauche

Bx Pérégrin de Fallerone, F.M., † 1232 ; Bx Rizerino de Nutia, F.M., † 1236 ; Bx Jean de St Constant, F.M., † au XIIIe siècle ; Bx Morico, F.M., † au XIIe siècle ; Bx Césaire de Spire, F.M., † 1239 ; Bx Jean Parent, F.M., † 1250 ; Bx Fr. Junipère, F.M., † 1258 ; Bx Philippe le Long, F.M., † 1259 ; Bx Jean de Penna, F.M., † 1271 ; Bx Fr. Gilles d’Assise, F.M., † 1272 ; Bx Hugues de Digne, F.M., † 1285 ; Arlot de Pratot, F.M., † 1286 ; Roger Bacon, F.M., † 1294 ; Bx Jean Pierre Olive, F.M., † 1297 ; Bx Conrad d’Offyda, F.M., † 1306 ; Bx Gonzalve de Ville Bonne, F.M., † 1313 ; Guillaume Varron, F.M., † au XIVe siècle ; François Mayronis, F.M., † 1325 ; Bx Paulicius de Trinci, F.M., † 1390 ; Vén. Barthélemy de Pise, F.M., † 1401 ; Bx Gabriel Ferretti, F.M., † 1456 ; St Pierre Régalat, F.M., † 1456 ; St Didace de St Nicolas, F.M., † 1463 ; Père Barnabas de Terni, F.M., † 1476 ; Bx Pacifique de Cerano, F.M., † 1482 ; Bx Simon de Lipno, F.M., † 1482 ; Bx Jean de Dutila, F.M., † 1484 ; Bx Pierre de Molliano, F.M., † 1490 ; Thierry de Münster , F.M., † au XIVe siècle ; Bx Ange de Chivasso, F.M., † 1495 ; Bx Jean Tisserand, F.M., † 1500 ; Bx Bernardin de la Fosse, F.M., † 1503 ; Bx Olivier Maillard, F.M., † 1508 ; Bx Thomas Illyricus, F.M., † 1529 ; St Pierre d’Alcantara, franc., † 1562 ; Bx Salvator de Horta, franc., † 1567 ; Vén. Raynier de Bourg St Sépulcre, cap., † 1589 ; St Benoît de San Fradello, franc., † 1589 ; Vén. Ange del Pas, franc., † 1596 ; Bx Sébastien d’Apparitio, franc., † 1600 ; Père Ange de Joyeux, cap., † 1603 ; Père Benoît de Canfeld, cap., † 1610 ; Vén. Barthélemy de Saluces, franc., † 1617 ; Père Antoine Sobrino, franc., † 1622 ; Père Jérôme de Marni, cap., † 1632 ; Père Jean Romero, franc., † 1636 ; Vén. François de Précepte, cap., † 1645 ; Père Martial de Brives, cap., † 1650 ; Père Zacharie de Lisieux, cap., † 1661 ; St Joseph de Cupertino, conv., † 1663 ; Vén. Charles de Sezze, franc., † 1670 ; Père Yves de Paris, cap., † 1678 ; Père Bernardin de Paris, cap., † 1685 ; Père Louis de Toulouse, cap., † 1688 ; Père Séraphin de Paris, cap., † 1700 ; Père Augustin de Narbonne, cap., † 1706 ; Père Martin de Cochem, cap., † 1712 ; St Pacifique de San Severino, franc., † 1721 ; St Jean Joseph de la Croix, franc., † 1734 ; Père Timothée de la Flèche, cap., évêque, † 1744 ; Vén. Charles de Motrone, cap., † 1763 ; Père Thomas de Charmes, cap., † 1765 ; Vén. Laurent Zibello, cap., † 1781 ; Vén. Ignace de Laconi, cap., † 1781 ; Vén. Simon Philipovich, cap., † 1802 ; Vén. Jesnalo de Reggio, cap., † 1803 ; Vén. François Xavier Marie Blanchi, cap., † 1819 ; Vén. Charles de Vergaumon, cap., † 1842 ; Vén. François de Campo Rosso, cap., † 1866 ; Frère Mariano de Rocca Casala, franc., † 1866 ; Père Innocent de Bert, cap., † 1890 ; Père Conrad de Porzham, cap., † 1894 ; Père Thomas de Clérieux, cap., † 1911 ; Père Victricius Weiss, cap., † 1924 ; Père Zacharie de Villelongue la Salanque, cap., † 1924 ; Père Théobald de Tours, cap., † 1924

Devant de la chasuble, des Missionnaires, du bas, montant vers l’épaule à droite

Simon de Monte Sarchio, F. M., martyr, † 1243 ; Vén. Berthold de Regensburg, F. M., † au XIIIe siècle ; Jacques de Russano, F. M., † au XIIIe siècle ; Jacques de Padoue, F. M., martyr, † 1322 ; Bx Otho, F. M., † au XIVe siècle ; Bx Adam, F. M., † au XIVe siècle ; Bx Jean Bocca, F. M., † 1350 ; Bx Michel d’Albanie, F. M., † au XIVe siècle ; Frère Nicolas de Hongrie, F. M., † 1369 ; Frère Thomas de Foligno, F. M., † 1369 ; Bx Ange de Verbosa, F. M., † 1498 ; Père Jean du Tort, F. M., † 1525 ; Bx Benoît d’Urbin, cap., † 1525 ; Père François de Montilia, F. M., † au XVIe siècle ; Père Melchior de Lisbonne, F. M., martyr, † 1540 ; Père Jean de Padilla, F. M., martyr, † 1540 ; Père Melchior d’Astudillo, franc., † 1542 ; Père Antoine Maldonnat, franc., † 1545 ; Père André d’Olmos, franc., † 1550 ; Père Martin de la Guarde, franc., martyr, † 1552 ; Père Jean de St François de Veaz, franc., † 1556 ; Père Paul Azevedo, franc., martyr, † 1558 ; Père Alphonse d’Escarcena, franc., † 1564 ; Père Jacques Testera, franc., † au XVIe siècle ; Père Jacques de Danemarck, franc., † au XVIe siècle ; Père Jean de Saint Michel, franc., † au XVIe siècle ; Père Michel de Bologne, franc., † XVIe siècle ; Père Antoine Betela, franc., † XVIe siècle ; Père Jean de Perpignan, franc., † XVIe siècle ; Père Jean de Gaona, franc., † XVIe siècle ; Père Gaspard de Valverde, franc., † 1570 ; Père Pierre d’Attangia, franc., † 1573 ; Père André de Castro, franc., † 1578 ; Père Jean d’Aquila, franc., † 1580 ; Père Jean Pizarre, franc., martyr, † 1580 ; Père Jean de Sarrado, franc., martyr, † au XVIe siècle ; Père Gonzalvez Mendez, franc., martyr, † 1582 ; Père Louis de Villalobos, franc., † 1582 ; Père Alphonse de Molina, franc., † 1584 ; Père Christophe Romero, franc., † au XVIe siècle ; Père André d’Alaya, franc., martyr, † 1585 ; Père François Gil, franc., martyr, † 1585 ; Frère Jérôme de Portugal, franc., martyr, † 1590 ; Père Pierre de Ste Madeleine, franc., † 1590 ; Père Albert Franco, franc., martyr, † au XVIe siècle ; Père Martin d’Altamira, franc., martyr, † au XVIe siècle ; Père Denys de Rome, cap., † au XVIe siècle ; Frère Grégoire de Léonisse, cap., † au XVIe siècle ; Vén. François de Saint Jacques de Trego, franc., † 1616 ; Père Matthias Castaneda, franc., martyr, † 1617 ; Frère André de Corse, franc., † 1620 ; Père Benoît de Huertas, franc., † 1620 ; Père François Moralès, franc., † 1629 ; Père Jean Totevan, franc., † 1629 ; Père Ginesio de Queseda, franc., martyr, † 1634 ; Père Jean Torrela, franc., martyr, † 1634 ; Père François, cap., martyr, † au XVIIe siècle ; Père Chérubin, cap., † au XVIIe siècle ; Père Blaise de Nantes, cap., † 1645 ; Père Dorothée de Rennes, cap., † 1645 ; Père Antoine de Coutances, cap., martyr, † 1655 ; Père Albert de St-Sauveur, cap., martyr, † 1655 ; Père Jean de Pabo, cap., martyr, † 1657 ; Père Philippe de Hijar, cap., martyr, † 1657 ; Père Antoine de Torrecarcel, cap., martyr, † XVIIe siècle ; Père Athanase de Saragosse, cap., martyr, † au XVIIe siècle ; Père Michel de Madrid, cap., martyr, † au XVIIe siècle ; Père François de Tuccuyo, cap., martyr, † au XVIIe siècle ; Père Étienne de St Felice, cap., martyr, † 1678 ; Père Marc d’Ubrique, cap., martyr, † 1678 ; Père Antoine de Tudela, cap., martyr, † 1694 ; Frère Grégoire d’Hi, cap., martyr, † 1694 ; Père Basile de Novaria, cap., martyr, † 1851 ; Père Zacharie de Venise, cap., martyr, † 1857 ; Père Victor de Lombardie, cap., martyr, † 1901 ; Frère Salvator de Lombardie, cap., martyr, † 1901

Du bas montant vers l’épaule à gauche

Bx Gauthier, F. M., † 1258 ; Bx Benoît d’Arrezzo, F. M., † 1280 ; Bx Gérard de Prato, F. M., † au XIIIe siècle ; Frère Ange de Cingoli, F. M., † 1337 ; Bx Père Livin, F. M., martyr, † 1345 ; Bx Père Jean d’Aragon, F. M., † au XIVe siècle ; Frère Antoine de Saxe, F. M., † 1369 ; Frère Grégoire de Dalmatie, F. M., † 1369 ; Bx Albert de Sartiano, franc., † 1450 ; Bx Jacob Primatice, franc., † 1453 ; Père Martin de Jésus, franc., † 1540 ; Père Badia, franc., † au XVIe siècle ; Père Jean Calero, franc., martyr, † 1541 ; Père Antoine de Cuellar, franc., martyr, † 1541 ; Père Ferdinand de la Paz, franc., † 1550 ; Père Vincent Logos, franc., † 1550 ; Père François Himenes, franc., † au XVIe siècle ; Père François de Soto, franc., † 1551 ; Père Antonin de Guidard Rodrigo, franc., † 1553 ; Père Garcias de Cisneros, franc., † au XVIe siècle ; Père Toribins, franc., † 1562 ; Père Jean de Ribas, franc., † 1562 ; Père Alphonse de Betanzos, franc., † au XVIe siècle ; Père Laurent Benvenuta, franc., † au XVIe siècle ; Père Martin Gilbert, franc., † XVIe siècle ; Père Pierre de Castello, franc., † 1567 ; Père François de Las Nancas, franc., † 1567 ; Bx François de Torrès, franc., † 1567 ; Père Ange de Valence, franc., † au XVIe siècle ; Père Antoine Patroni, franc., † au XVIe siècle ; Père Pierre de Garovillas, franc., † 1580 ; Père Jean Fuscher, franc., † au XVIe siècle ; Père Jean de Ste-Marie de Catalogne, franc., martyr, † 1580 ; Père Louis de la Croix de Charma, franc., † 1581 ; Père Alphonse Ordonner, franc., † 1584 ; Père Alphonse de Scalone, franc., † 1584 ; Père Pierre de Burgos, franc., martyr, † 1585 ; Père François Donzel, franc., martyr, † 1585 ; Père François Lopez, franc., martyr, † 1590 ; Frère Augustin Rodrigue, franc., martyr, † 1590 ; Père Jean Chaves, franc., † 1594 ; Père Julien de Tobar, franc., martyr, † 1598 ; Père Pierre de la Croix, cap., † au XVIe siècle ; Père Gille de Ste Marie, cap., † au XVIe siècle ; Père André de Setubal, franc., martyr, † 1600 ; Bx François de Goa, franc., † 1611 ; Père Didace Delgado, franc., martyr, † au XVIIe siècle ; Père Emmanuel de Cochin, franc., † 1619 ; Vén. Jérémie de Valachie, cap., † 1625 ; Père Benedict Passionéi, cap., † 1625 ; Frère Jean Gomez, franc., † 1631 ; Père Bernardin de Beaugency, cap. ; Père Louis Gomez, franc., martyr, † 1634 ; Père Pierre de Burgillos, franc., † 1634 ; Père Didace de Salazar, franc., † 1633 ; Père Michel de Rennes, cap., † au XVIIe siècle ; Père Hilarion de Roscoff, cap., martyr, † 1645 ; Père Antoine d’Orviedo, cap., martyr, † 1652 ; Père Michel d’Arbalate, cap., martyr, † 1657 ; Père Emmanuel de Vera, cap., martyr, † 1657 ; Père François de Tauste, cap., martyr, † 1657 ; Père Balthasar de Paris, cap., martyr, † XVIIe siècle ; Père Placide de Valence, cap., martyr, † XVIIe siècle ; Père Aloyse d’Argila, cap., martyr, † XVIIe siècle ; Père Jérôme de Coutances, cap., martyr, † 1676 ; Père Albert de Coutances, cap., martyr, † 1676 ; Frère Raymond de Fignerola, cap., martyr, † 1673 ; Père Antoine Linaz, franc., † 1693 ; Père Bernardin de Bourges, cap., martyr, † 1726 ; Père Charles André de Lorette, cap., martyr, † 1845 ; Père Louis de Lavagna, cap., † 1857 ; Père Candide de Xérémence, cap., martyr, † 1875 ; Père Léon des Avanchers, cap., martyr, † 1879 ; Père Louis de Gonzague de Vezeronce, cap., évêque, † 1903

Le galon du manipule est réservé aux tertiaires réguliers et séculiers non prêtres

En bas, côté de la Mission de Turquie et montant à droite

Louis VIII, roi de France, † 1226 ; St Ferdinand III, roi de Castille, † 1552 ; Boleslas le chaste, † 1279 ; Frère Pierre Pectinarius, † 1288 ; Pierre de Colle, † XIIIe siècle ; Bx Landène de Montefeltro, † XIIIe siècle ; Henri VII empereur d’Allemagne, † 1313 ; Dante Alighieri, † 1321 ; St Roch de Montpellier, † 1327 ; Bx Charles de Blois, † 1364 ; Bx Hugolin Magalotti, mort en 1373 ; Antoine de Hongrie, † 1393 ; Bx Henri, roi de Danemarck, † 1418 ; Bx Jean de la Paix, † 1433 ; Vén. Bonapars de Pologne, † 1452 ; Vén. Frère Élie de Mantoue, † 1488 ; Vén. Frère Jacques de Pavie, † 1488 ; Christophe Colomb, † 1506 ; Vasco de Gama, † 1526 ; Bx Frère Dominique de Malte, T. O. R., † 1550 ; Bx Frère Antonin, T. O. R., † 1589 ; Bx FrèreJulien, † 1597

En bas et montant à gauche

Bx Luchesius, † 1226 ; St Louis, roi de France, † 1270 ; Bx Nivellonus, † 1280 ; Bx Pierre de Sienne, † 1289 ; Bx Pilingotte, † 1304 ; Bx Raymond Lulle, † 1315 ; St Elzéar de Sabran, † 1325 ; Giotto, † 1336 ; Bx Jean de Callio, † 1372 ; BxThomas de Valmacinai,† 1375 ; Bonavita de Lugo, † 1375 ; Bx Pierre d’Urbin, † 1415 ; Bx Robert Malatesta, † 1432 ; Wladislas Jagellon, roi de Pologne, † 1434 ; Bx Païen Torniellus, † 1478 ; François II, duc de Bretagne, † 1488 ; Bx Dominique Alexis, mort en 1510 ; Bx Antoine, † 1549 ; Michel Ange, † 1564 ; Palestrina, † 1594 ; St Thomas Dauki, † 1597

En bas, côté de la Missions des Balkans et montant à droite

St Paul Harki, martyr japonais, † 1597 ; St Léon Carasumo, † 1597 ; Saint Louis, † 1597 ; Saint Antoine, † 1597 ; St Matthias, † 1597 ; St Bonaventure, † 1597 ; St Jean Kimoïa, † 1597 ; St Gabriel de Dnisko, † 1597 ; Frère Luc de Cirano, tiers ordre régulier, † 1603 ; Cervantès, † 1616 ; Bx Jean d’Yquenda, martyr japonais, † 1622 ; Bx Matthias, † 1622 ; François Tomay, martyr japonais, † 1624 ; Bx François Nifaci, † 1628 ; Bx Dominique Nifaci, † 1628 ; Bx Louis Matzno, † 1627 ; Bx Michel Kizaïemon, † 1627 ; Bx Louis Nifaci, † 1628 ; Bx Michel, † 1628 ; Bx Jean Tomachi, † 1628 ; Bx Michel Jamada, † 1628 ; Bx Laurent Jamada, † 1628 ; Bx Romain, martyr japonais, † 1628 ; Bx Lucas, † 1628 ; Barthélemy de la Croix, † 1632 ; Bx Martin Alonzo, † 1644 ; Bx Frère Joseph d’Avola T. O. R., † 1647 ; Charles II, roi d’Espagne, † 1700 ; Vén. Alphonse Bermejo, † 1758 ; Comte de Chambord, † 1883 ; Lord Ripon, † XXe siècle

En bas, montant à gauche

St Michel Corazzi, martyr japonais, † 1597 ; st Thomas Coraki, martyr japonais, † 1597 ; St Joachim Siccachibara, martyr japonais, † 1597 ; St François de Meaco, martyr japonais, † 1597 ; St François Sukegiro, martyr japonais, † 1597 ; St Pierre Sukegiro, martyr japonais, † 1597 ; St Paul Suzuki, martyr japonais, † 1597 ; St Côme Tachegia, martyr japonais, † 1597 ; Jean de Burgo, martyr, † 1610 ; Bx Hippolyte Galantini, † 1620 ; Jean Faramondono, martyr japonais, † 1623 ; Bx Louis Baba, † 1624 ; Bx Thomas Vo, † 1627 ; Bx Luc Kiemon, † 1627 ; Bx Martin Gomez, † 1627 ; Bx Gaspard Voz, † 1627 ; Bx François Eufroie, † 1627 ; Bx Michel Tomachi, † 1628 ; Bx Thomas Tomachi, † 1628 ; Bx Dominique Tomachi, martyr japonais, † 1628 ; Bx Antoine Le Clerc, martyr japonais, † 1628 ; Bx Léonard Galinius, martyr japonais, † 1634 ; Sébastien de St François, † 1645 ; Bx Rufin Bosco, mort en 1682 ; St Jean Baptiste de la Salle, mort en 1719 ; Georges de Pimodan, † 1860 ; Gacia Moreno, mort en 1875 ; duc de Norfolk, mort au XXe siècle

Le galon de l’étole est réservé aux archevêques, évêques, patriarches du 1er au 3e ordre aux cardinaux, prêtres et ermites du 3e ordre.

En bas, côté de la mission d’Arménie et montant à droite

Bx Agnello, F. M., évêque, † 1246 ; Bx Louis Ferdinand Dain, F. M., évêque, † 1260 ; Père Laurent Octave, F. M., archevêque, † 1267 ; Père Eudes Rigault, F. M., archevêque, † 1274 ; Bx Torello de Poppi, ermite, † 1282 ; Bx Alexandre, prêtre, † XIIIe siècle ; Père Conrad Probus, F. M., évêque, † 1296 ; Bx Gérard de Lunel, ermite, † 1299 ; Bx Richard de Fossombrone, F. M., évêque, † XIIIe siècle ; Richard de Media, Villa, F. M., archevêque, † 1300 ; St Yves de Bretagne, prêtre, † 1303 ; Bx Libérat de Macerata, ermite, † 1307 ; Père Albert de Gonzagues, F. M., évêque, † 1320 ; Père Richard de Bourgogne, F. M., évêque, martyr, † 1340 ; Père Léon Palatin, F. M., évêque, † 1343 ; Bx François de Pesaro, Trinitaire, † 1350 ; Père Jean de Florence, F. M., archevêque, martyr, † 1362 ; Père Guillaume de Prato, F. M., archevêque, † XIVe siècle ; Bx Tomas de Foligno, ermite, † 1377 ; Bertrand de Montfavent, F. M., † XIVe siècle ; Père Girard, F. M., évêque, † XIVe siècle ; Bx Jean de Massacio, ermite, † 1399 ; Père Thomas, F. M., évêque, † XIVe siècle ; Jacques des Ursins, † XIVe siècle ; Père Jérôme, F. M., évêque, † XIVe siècle ; Père Pierre Casan, F. M., évêque, † XIVe siècle ; Bx Libert, ermite, † 1400 ; Bx Jacques Olde, prêtre, † 1404 ; Bx Jacques de Strépar, F. M., évêque, † 1411 ; Bx Matthieu Gallo, franc., évêque, † 1448 ; St Matthieu d’Agrigente, franc., évêque, † 1451 ; Père Alphonse Spina, franc., évêque, † XVe siècle ; Jean Bessarion, franc., cardinal, † 1472 ; Père François Quinada, franc., évêque, † XVe siècle ; St François de Paule, minime, † 1507 ; Père Ferdinand Vaqueiro, franc., évêque, † 1535 ; Bx Jean de Zumarraga, franc., archevêque, † 1548 ; Père Jacques de Gubbio, T. O. R., † 1550 ; St Ignace de Loyola, prêtre, † 1556 ; Père Bonaventure de Calatagirone, franc., Patriarche, † XVIe siècle ; Père François Torrale, évêque, † 1571 ; Père Martin de Béjar, franc., évêque, † XVIe siècle ; Père Julien Garzès, évêque, † XVIe siècle ; Père Antoine de Véga, T. O. régulier, † 1584 ; Père Antoine de St Michel, franc., évêque, † 1588 ; Bx Jean Bentivengo, ermite, † XVIe siècle ; Père Henri de Coïmbre, franc., évêque, † XVIe siècle ; Père Jean de Barrios, franc., archevêque, † XVIe siècle ; Père Martin de Véga, franc., évêque, † XVIe siècle ; Père Antoine Sajas, franc., évêque, † XVIe siècle

En bas montant à gauche

Bx Léon Valvasseur, franc., archevêque, † 1257 ; Bx Gérard de Villa Magna, ermite, † 1267 ; Bx Jean Peccham, franc., archevêque, † 1272 ; St Bienvenu, franc., évêque, † 1276 ; Père Guillaume du Falga, franc., archevêque, † XIIIe siècle ; Bx Davanzat, prêtre, évêque, † 1295 ; St Louis d’Anjou, franc., évêque, † 1297 ; Bx Pierre de Compostelle, ermite, † XIIIe siècle ; Bx Gualtere de Trévise, franc., archevêque, † XIIIe siècle ; Vén. Bartholi, prêtre, † 1300 ; Bx Père Jacob de Piève, T. O. régulier, martyr, † 1304 ; Bx Gauthier de Bruges, franc., évêque, † 1307 ; Père Bertrand Latger, franc., évêque, cardinal, † XIVe siècle ; Vén. Pierre Gastold, franc., évêque, † 1341 ; Bx François Ciche, ermite, † 1350 ; Bx Alvarez Pelage, franc., évêque, † 1352 ; Vén. Alexandre Vincioli, convent., évêque, † 1363 ; Bx Hugolin Magalotti, ermite, † 1373 ; Bx Vivaldus de San Geminiano, ermite, † XIVe siècle ; Bernard de Latour, F. M., cardinal, † XIVe siècle ; Bx Pierre de Florence, F. M., évêque, † XIVe siècle ; Bx Père Antoine, F. M., archevêque, † XIVe siècle ; Bx Antoine Aribaudi, F. M., évêque, † XIVe siècle ; Père Guillaume de Scala, F. M., évêque, † XIVe siècle ; Père Marc de Lisbonne, F. M., évêque, † XIVe siècle ; Père André Vazilo, F. M., évêque, † XIVe siècle ; Bx Guillaume de Scicli, ermite, † 1404 ; Bx François de Cardaillac, F. M., évêque, † 1404 ; Bx Jacques Ruchem, F. M., archevêque, † 1411 ; Père Bernard Fresneda, franc., évêque, † XVe siècle ; Père Jean, franc., évêque, † XVe siècle ; Père Matthieu Reginus, franc., évêque, † XVe siècle ; St Vital de Bastia, ermite, † 1491 ; Vén. Guillaume de Sproncate, franc., évêque, † 1506 ; Bx Jérémie Lambertenghi, t. o. régulier, † 1513 ; Père Didace de Silva, franc., archevêque, † 1541 ; Père Jacques Petruzzi, franc., évêque, † 1550 ; Philippe Doucet, ermite, † 1554 ; Père Martin Sarmiento, franc., † 1560 ; Bx Matthieu Rotollo, ermite, † 1560 ; Père Patrice O’ Hely, franc., évêque, martyr, † 1578 ; Père Didace Landa, franc., évêque, † 1579 ; Père Jean Quevedo, franc., évêque, † XVIe siècle ; St Charles Borromée, franc., cardinal, † 1584 ; St Philippe Néri, prêtre, † 1595 ; Bx Didace de Medellin, franc., évêque, † XVIe siècle ; Père Laurent Galatinus, franc., évêque, † XVIe siècle

Côté de la Mission de l’Inde en bas et montant à droite

Père François Orance, franc., évêque, † XVIe siècle ; Père François de Caravajol, franc., évêque, † XVIe siècle ; Père Alphonse de Montuchar, franc., archevêque, † XVIe siècle ; Père François de Sosa, franc., † XVIe siècle ; Père Corneille Duben, franc., évêque, † XVIe siècle ; Père Michel Bonzi, franc., évêque, † XVIe siècle ; Père Michel de Burgio, T. O. régulier, † 1615 ; Ferdinand d’Autriche, cardinal, † 1620 ; Vén. Père François de Gonzague, franc., évêque, † 1620 ; St François de Sales, franc., évêque, † 1622 ; St Conrad de Plaisance, ermite, † 1625 ; Père Louis Zichichi, T. O. régulier, † 1628 ; Père Grégoire Petrocha de Mantoue, cap., évêque, † XVIIe siècle ; François Barberini, cardinal, † 1639 ; Père Pierre Salmati, cap., évêque, † XVIIe siècle ; Père Constantin de Sarnano, franc., cardinal, † XVIIe siècle ; St Vincent de Paul, prêtre, † 1660 ; Père André Balaguer, franc., évêque, † XVIIe siècle ; Père Antoine de Trégo, archevêque, † XVIIe siècle ; Mgr Claver, conv., évêque, † XVIIe siècle ; Père Alphonse de Requesens, franc., archevêque, † XVIIe siècle ; Père François d’Aribas, franc., évêque, † XVIIe siècle ; Mgr Porto-Carrero, évêque, † 1671 ; Père Pierre d’Urbain, franc., évêque, † XVIIe siècle ; Gaspard Borgia, cardinal, † 1677 ; Père Pierre Gonzalès de Mendoza, franc., archevêque, † XVIIe siècle ; Père Joseph Bergaigne, franc., archevêque, † XVIIe siècle ; Père Séraphin Lazare, T. O. régulier, † XVIIe siècle ; Vén. Bonaventure Barberini, cap., archevêque, † 1743 ; Vén. Nicolas Molinari, cap., évêque, † 1792 ; St Jean Marie Vianney, prêtre, † 1859 ; Mgr Guillaume de Piova, cap., évêque, † XIXe siècle ; Mgr Canova, cap., évêque, † 1866 ; Bx Julien Aymard, prêtre, † 1868 ; Mgr Mermillod, cardinal, † 1871 ; Mgr Coccino, cap., évêque, † 1878 ; Mgr Mullock, franc., évêque, † XIXe siècle ; Mgr de Ségur, franc., évêque, † 1881 ; Mgr Freppel, franc., évêque, † 1891 ; Mgr de Charbonnel, franc., évêque, † XIXe siècle ; Mgr Marc Hudrisier, franc., évêque, † XXe siècle ; Mgr Mennini, franc., évêque, martyr, † XXe siècle ; Mgr Fagolla, franc., évêque, martyr, † 1900 ; Mgr Zuchetti, cap., évêque, † 1900 ; Mgr Petjon, cap., évêque, † 1900 ; Mgr Cervera, franc., évêque, † 1900 ; Mgr Gabriel Zelger, cap., évêque, † 1900

En bas et montant à gauche

Père Christophe de Cheffontaine, franc., achevêque, † XVIe siècle ; Père Edmond de Garan, évêque, † 1598 ; Père Jean Suarez, franc., évêque, † XVIe siècle ; Père François Ruiz, franc., évêque, † XVIe siècle ; Père Antoine de Guevara, franc., évêque, † XVIe siècle ; Gabriel Trejo, cardinal, † 1615 ; Père Bernardin de Cardenas, franc., évêque, † 1620 ; Père Louis Jérôme Ore , franc., évêque, † XVIIe siècle ;Bx Léon Satzuma, japonais, prêtre, martyr, † 1622 ; Bx Emmanuel Rego, prêtre, † 1625 ; Frère Bonaventure Venieri, ermite, † 1627 ; Pierre de Bérulle, cardinal, † 1629 ; Père Vincent Mussard, picpucien, † 1637 ; Père Jacques Turicella, franc., † XVIIe siècle ; Père Boèce Egan, franc., évêque, martyr, † 1651 ; Père Malachias Quilloeus, franc., archevêque, † 1654 ; Père Antoine de Trexo, franc., évêque, † XVIIe siècle ; Père Félicien de Véga, franc., archevêque, † XVIIe siècle ; Père Bonaventure Secusio, franc., archevêque, † XVIIe siècle ; Père Archange Gualtieri, franc., archevêque, † XVIIe siècle ; Père Vincent Buonicontro, franc., évêque, † XVIIe siècle ; Père François Panigarola, franc., évêque, † XVIIe siècle ; Père Damien Cornego, franc., évêque, † XVIIe siècle ; Père Thomas Salviat, franc., évêque, † 1671 ; François Pallu, patriarche, † 1684 ; Père Léonard de Trapes, cap., archevêque, † XVIIe siècle ; Mgr de Mégrigny, cap., évêque, † XVIIe siècle ; Jean Jacques Olier, prêtre, † 1687 ; Père Michel de Cosenza, franc., archevêque, † XVIIIe siècle ; Bx Père Séverin Girault, T. O. R., martyr, † 1792 ; Mgr Reynaudi, cap., évêque, † XIXe siècle ; Bx Joseph Cafasso, prêtre, † 1860 ; Mgr Hartmann, cap., évêque, † 1866 ; Père Salvator d’Othier, archevêque, † XIXe siècle ; Mgr Ketteler, évêque, † 1875 ; Mgr Vital d’Olinda, cap., évêque, † 1878 ; Mgr Taurin, cap., évêque, † XIXe siècle ; Dom Bosco, prêtre, † 1888 ; Père Conroy, cap., archevêque, † XIXe siècle ; Cardinal Manning, archevêque, † 1892 ; Mgr Rocco di Césinali, franc., archevêque, mort en 1900 ; Mgr Grassi, franc., évêque, martyr, mort en 1900 ; Mgr Pierre Célestin Césérac, archevêque ; Mgr André Jarosseau, cap., évêque ; Mgr Galibert, T. O. régulier, évêque ; Mgr Colomban Dreger, évêque ; Mgr Justin Gunny, capucin, évêque ; Père Odoric Tcheng, franc. ; Père Pascal Lombard, capucin ; Père Louis Tchen, franc.

Galon bourse

Au galon de la bourse dans les petits cadres du recto se trouvent les papes ayant appartenu au 1er et au 3e ordre et ceux qui ont eu des rapports particuliers avec l’ordre séraphique ; au revers 32 cardinaux du 1er ordre.

Dessus à droite des armes de sainte Claire sont :

Innocent III, † 1216 ; Grégoire IX, † 1241 ; Alexandre IV, † 1261 ; Bx Grégoire X, † 1276 ; Martin IV, † 1285 ; Boniface VIII, † 1303 ; Alexandre V, † 1420 ; Pie II, † 1464 ; Jules II, † 1513 ; Clément VII, † 1534 ; Grégoire XIII, † 1585 ; Paul V, † 1621 ; Innocent XII, † 1700 ; Pie VI, † 1799 ; Pie IX, † 1878 ; Pie X, † 1914

À gauche

Honorius III, † 1222 ; Innocent IV, † 1254 ; Urbain IV, † 1264 ; Nicolas III, † 1280 ; Nicolas IV, † 1292 ; Clément V, † 1314 ; Calixte III, † 1458 ; Sixte IV, † 1434 ; Léon X, † 1521 ; Paul III, † 1549 ; Sixte Quint, † 1590 ; Urbain VIII, † 1644 ; Clément XIII, † 1774 ; Pie VIII, † 1830 ; Léon XIII, † 1903 ; Benoît XV, † 1922

Dessous à droite des armes de ste Claire

St Bonaventure, F. M., † 1274 ; Père Thomas Farignano, F. M., † XIVe siècle ; Père Vital Dufour, F. M., † XIVe siècle ; Pierre Dupré, F. M., † XIVe siècle ; Pasteur de la Serre, F. M., † XIVe siècle ; Fortanier de Vassal, F. M., † XIVe siècle ; Hugues de Bourgogne, franc., † XVe siècle ; Antoine d’Avignon, franc., † XVe siècle ; Pierre de Foix le jeune, franc., † XVe siècle ; Gabriel de Vérone, franc., † 1437 ; Pierre François Quignonez, franc., † 1540 ; Père Anselme Narzati, capuc., † 1604 ; Père Louis Nicara, franc., † 1626 ; Cardinal de Lauria, F. M., † XVIIe siècle ; Père Jules Recanati, cap., † 1848 ; Père Ignazio Persico, cap., † 1895

À gauche

Père Jean de Muro, F. M., † XIVe siècle ; Père Gentilis de Montfion, F. M., † XIVe siècle ; Père Auriol, F. M., † XIVe siècle ; Élie Nabinel de St-Yriex, F. M., † XIVe siècle ; Guillaume Farinier, F. M., † XIVe siècle ; Bertrand de la Tour, F. M., † XIVe siècle ; Pierre de Foix, franc., † XVe siècle ; Louis d’Albret, franc., † XVe siècle ; BxÉlie de Bourdeilles, franc., † 1484 ; Vén. François Xixémés, franc., † 1517 ; Père Christophe de Forli, franc., † au XVIe siècle ; Père Antoine Barberini, cap., † XVIIe siècle ; Père Félix Centini, convent., † XVIIe siècle ; Père François Marie Casini, cap., † XVIIIe siècle ; Père Guillaume Massaja, cap., † 1889 ; Père Calazans Vivés y Tuto, cap., † 1913

Galon voile

Le galon du voile porte les Vierges du second ordre à droite des armes de ste Claire

Bse Philippa Marreri, clarisse, † 1236 ; Bse Hortulane, clarisse, † XIIIe siècle ; Ste Agnès d’Assise, clarisse, † 1253 ; Bse Balbine, clarisse, † 1254 ; Bse Christine, clarisse, † 1258 ; Ste Salomé, clarisse, † 1268 ; Vble Ermentrude, clarisse, † 1270 ; Bse Claire d’Assise, clarisse, † 1281 ; Bse Marguerite Colonna, Urbaniste, † 1284 ; Bse Yolande, Urbaniste, † 1298 ; Bse Claire de Rimini, clarisse, † 1346 ; Bse Cécile Cotiniola, clarisse, † 1430 ; Ste Colette, colettine, † 1447 ; Bse Marguerite de Sulmo, clarisse, morte en 1452 ; Bse Bonne d’Armagnac, clarisse, † 1457 ; Jeanne Bayle, clarisse, † 1470 ; Bse Béatrix de Bergame, clarisse, † 1475 ; Bse Eustochie de Messine, clarisse, † 1484 ; Bse Louise de Savoie, clarisse, † 1503 ; Bse Claire Bugnia, urbaniste, † 1514 ; Bse Marguerite de Lorraine, clarisse, † 1521 ; Bse Béatrix de Romagnani, clarisse, † 1530 ; Bse Marie Longa, capucin, † 1542 ; Vble Lucida Tornielli, clarisse, † 1545 ; Bse Paule Asteria, clarisse, † 1564 ; Éléonore Gusman, urbaniste, † 1589 ; Passidée Crogi, clarisse, † 1615 ; Marguerite d’Autriche, clarisse, † 1633 ; Jeanne de Jésus Marie, clarisse, † 1650 ; Vble Cécile Nobili, urbaniste, † 1655 ; Vble Marie d’Agreda, concep., † 1665 ; Vble Anatholie Thoulié, clarisse, † 1672 ; Anne Marie Antigo, clarisse, † 1676 ; Vble Fébronie Ansalomie, urbaniste, † 1718 ; Ste Véronique Julianis, cap., † 1727 ; Bse Claire Isabelle Fornario, clarisse, † 1744 ; Vble Florida Ceoli, cap., † 1767 ; Bse Claire Isabelle Gherzi, urbaniste ; Vble Mère Agnès Steiner, clarisse, † 1862 ; Vble Mère St Nicolas, clarisse, † 1896

À gauche

Bse Hélène de Padoue, clarisse, † 1236 ; Bse Béatrix d’Assise, clarisse, † au XIIIe siècle ; Bse Arinée, clarisse, † 1254 ; Bse Pacifique, clarisse, † 1258 ; Bse Benoîte d’Assise, clarisse, † 1260 ; Bse Isabelle de France, urbaniste, † 1270 ; Bse Agnès Péranda, clarisse, † 1281 ; Bse Agnès de Bohême, clarisse, † 1282 ; Bse Cunégonde, urbaniste, † 1292 ; Bse Matthoei Nazzarei, urbaniste, † 1300 ; Bse Barthélemia Carletti, clarisse, † 1412 ; Bse Félicie Méda, clarisse, morte en 1444 ; Bse Angéline de Spolète, urbaniste, † 1450 ; Bse Concordia Tornielli, clarisse, † 1455 ; Ste Catherine de Bologne, clarisse, † 1463 ; Bse Antoinette de Florence, clarisse, † 1472 ; Bse Séraphine Sforza, clarisse, † 1478 ; Bse Béatrix de Silva, concept., † 1490 ; Bse Marie de Suarez, clarisse, † 1509 ; Bse Paule de Mantoue, urbaniste, † 1518 ; Bse Baptista Varani, clarisse, † 1527 ; Charitas Pirkheimer, urbaniste, † 1532 ; Marie de Clermont, clarisse, † 1544 ; Bse Philippa de Guledre, clarisse, † 1547 ; Bse Angela de Casal Montferrat, clarisse, morte en 1564 ; Philippa de ste Claire, clarisse, † 1610 ; Bse Marie des cinq plaies, clarisse, † 1631 ; Louise de l’Assomption, clarisse, † 1636 ; Françoise Farnèse, clarisse, † 1651 ; Pudentienne Zagnoni, clarisse, † 1662 ; Vén. Angèle Astorch, capucine, † 1665 ; Vble Jeanne Marie de la Croix, urbaniste, † 1673 ; Germaine d’Armaing, clarisse, † 1699 ; Vble Maria Belloni, urbaniste, † 1719 ; Bse Marie Madeleine Martinengo, capucine, † 1737 ; Vble Maria Sattelico, urbaniste, † 1745 ; Vble Marie du Verbe incarné, capucine, † 1768 ; Vén. Marie-Louise Biagini, urbaniste, † 1811 ; Vén. Chérubine Claire de st François, clarisse, † 1872 ; Marie Céline de la Présentation, clarisse, † 1897

VII - La pale

La pale est constituée des souvenirs les plus précieux du monastère du Sacré-Cœur de Mazamet d’Albi.Dans la partie supérieure : le saint Enfant Jésus miraculeux, roi et protecteur très libéral de la communauté dont le sourire illumine souvent la physionomie. Les grâces obtenues sont innombrables. Au-dessous : une magnifique relique de la Vraie Croix, don paternel de Mgr Mignot. À sa droite : la tête d’un Christ mutilé en 1793 d’une beauté remarquable, que toutes les Moniales assurent voir changer d’expression. À sa gauche, Notre-Dame des Vocations, Vierge antique, en bois, grossièrement sculpté, sauvée des flammes lors de l’invasion (guerre de 1914-1918) par le Rd Père Marie Bernard de Cahors, qui en fit don au Monastère. Au milieu, Pie XI, notre Vénéré Pontife ; à ses pieds plusieurs des moniales dont la vie et la mort laissent la conviction d’une très grande sainteté.

Sr Véronique de Jésus, † 1893 ; Sr Colette de Jésus, † 1893 ; Sr Aimée de Jésus, † 1914 ; Sr st Raphaël, † 1914 ; Sr Marie Aimée, † 1917 ; Sr Marie de la Fidélité, † 1925 ; Sr Marie de l’Annonciation, † 1926 ; Sr Marie Angélique, † 1926

Ste Claire témoigne qu’elle vit avec ses filles et les dirige. Les fondateurs du monastère : Révd Père Exupère de Prats de Mollo, capucin, † 1917 et Très Révérende Mère St Bonaventure, 1ère abbesse, † 1900, dont les enseignements l’ont imprégné du plus suave esprit familial.

Mgr Cézérac, archevêque d’Albi, Castres et Lavaur, Père et Supérieur très aimé de la communauté dont la direction sûre y maintient la joie et la prospérité.

VIII - Technique et historique de l’aube

L’aube est en fine toile de lin (fig. 24). La parure du bas, des manches, du col et du devant est traitée en peinture à l’aiguille pour les personnages - soies camaïeu vert blanc et rose très doux - le fond au point de mosaïque. Chaque parure est brodée d’un entre-deux ajouré avec inscriptions en soie, pain brûlé pâle. Le devant de la parure du bas, formant médaillon concrétise l’esprit franciscain : saint François, marqué des stigmates, debout, le regard vers le ciel, contemple l’objet de son amour, Dieu plein de gloire et de majesté... ses mains étendues implorent le secours et les bénédictions divines pour toutes les créatures dont il aimait à se dire le "frère". Sous ses pieds, les 8 concupiscences sous la forme de serpents : l’avarice (ordo paupertatis) opprimée par le détachement de st François et de ses fils, est contrainte de se dégager du pécule dont l’amour est la perte du monde. Au-dessous, l’ange de la pauvreté préconise la première béatitude : "Bx les pauvres..." À gauche, l’ange de l’humilité (ordo minorum) transperce l’orgueil et le découronne. À droite, l’ange de la chasteté (ordo Poenitentiae) enchaîne la luxure qui, de ses tentacules crispées, brise le lys de la pureté. En bas, l’ange de l’obéissance (ordo obedientiae) tient un cœur enflammé pour indiquer l’ardeur puissante de cette vertu. Les anges musiciens chantent la vocation de François ; ceux de la gloire proclament l’incomparable mansuétude de son âme séraphique qui ne méprisa jamais la terre parce qu’elle est l’œuvre de Dieu et l’escabeau de Jésus-Christ. À droite et à gauche de saint François se déploie la majestueuse procession d’un grand nombre de ses fils qui ont versé leur sang pour Jésus-Christ. Ils portent tous l’auréole et la palme du martyre et s’avancent dans l’ordre chronologique.

Fig. 24

Fig. 24

Rome (Italie), sacristie pontificale, vue d’ensemble de l’aube avec le cordon d’aube, archives diocésaines d’Albi, fonds des clarisses de Mazamet, 4 R 4b

A. Boyer reproduction © Inventaire général Région Occitanie

À droite : st Bérard, st Pierre, st Accurse, st Adjut, st Othon (tous † 1220) ; Bx Jean de Pérouse, Bx Pierre de Saxo Ferrato (tous † 1231) ; Bx Père Jean, Bx Frère Élie († 1232) ; V. Stanislas de Przemyol et ses compagnons, † 1241 ; Vénérable Gérard et Vénérable Marquild († 1247) ; Père Conrad d’Albi, † 1266 ; Bx Conrad de Saxe et BxÉtienne de Hongrie († 1284) ; Bx Philippe du Puy, † 1288 ; Père Paschalus et Père Carellan Fabri († 1321) ; V. Stanislas de Cracovie et ses compagnons, Bx Gentil de Matelica († 1340) ; V. Pierre Gastold, † 1341 ; V. Nicolas, † 1342 ; Bx Nicolas de Montecorvino, le Père François († 1358) ; Bx Guillaume de Campanie, † 1362 ; Père Guillaume de Castellamare, † 1364 ;Frère Antoine de Saxe, Frère Grégoire de Dalmatie, Frère Nicolas de Hongrie, Frère Thomas de Foligno, Frère Ladislas de Hongrie, tous † 1369 ;Bx Pierre de Narbonne, Père Nicolas de Sebenico, Père Donat, Père Étienne de Corse, tous † 1391 ;Père Hugues Riché, Père Richard Risbé, † 1537 ;Bx Jean Forest, † 1538 ; Père Melchior de Lisbonne, † 1540 ;Père Jean Zuarzo (capucin), Bx Alexandre, † 1552 ;Bx François Laurent et Frère Jean, † 1560 ; V. Père Ruellon, Bx Balthazar du Pré, Père Jean Chalvet, Père Guillaume Scofré, Père Jean Lautret, tous † 1562 ; Père Julien Maignèse, Père Jean Bruni, Frère Jean de Mer, Père Guillaume de Grandmont, Père Antoine Ablet, tous † 1568 ; Père Pierre Borgelaire, Père Pierre Tauziete, Père Joachim Dardan, tous † 1571 ; St Nicolas Pich, st Jérôme de Werda, st Corneille de Vica, st Nicaise Hézius, st Willebade, st Antoine de Hornar, st François Rode, st Pierre d’Asc, st Théodoric Emden, st Godefroy de Merville, st Antoine de Werden, tous † 1572 ; Frère Antoine Carbonaire, † 1575 ; Père Patrice O’ Hely, évêque, Père Connach O’ Ruork, franciscain, † 1578 ;Père Charles Lusache, Père Henri de Gourdon, Père Pierre Vabolois, Père Arnould Vigamont, Père Pierre Quatre, tous † 1578 ; Frère Jean de st Bernard, † 1599 ; Père Sébastien de st Joseph, † 1610 ; Bx Pierre de l’Assomption de Cuerba, † 1617 ; St Fidèle de Sigmaringen, † 1622 ;Bx Pierre d’Avila, Frère Vincent de st Joseph d’Ayamonte, † 1622 ; Bx Appolinaire Franco, Frère Paul (japonais), frère François, † 1622 ; Bx François Galvez, † 1623 ; Bx Louis Sotelo, évêque, Bx Louis Sassandra (japonais), † 1624 ; Bx Antoine de Bonaventure de Tui, Bx Dominique (japonais), † 1628 ; Bx Jean de Prado, Frère Junipère Germain, Père Patrice Flemeng et frère Matthieu Horg, Bx Gabriel de ste Madeleine, † 1631 ; Bx Jérôme Torrès, † 1632 ; Père Ginésius de Queseda et Père Jean Torrela, † 1634 ; Père Jean-Baptiste de Ponti, † 1653 ; Père Malachias Quillaeus, archevêque, † 1654 ; Bx Emmanuel Ruiz, Bx Carmel Motta, Bx Engelbert Kolland, Bx Nicanor Ascagne, Mianio, Bx Soler, Bx François Pinazzo, Bx Jean Jacques Fernandez, † 1860 ;Père Étienne, cap., † 1890 ; Père Ambroise, † 1890 ; Antoine Fontosati, évêque, † 1900 ; Père Zacharie, † 1901 ; Père Salvator, † 1901 ; Père Julien d’Ottawa, † 1919.

À droite :

saint Daniel de Belvédère, f. m., † 1227 ; St Samuel, st Domnule de Montalcino, st Léon, st Hugolin, st Nicolas de Sasso Ferrato, st Ange, f. m., tous† 1227 ; Bx Léon, Bx Dominique, Bx Hugues, BxJean, BxÉloi, † 1232 ; BxÉtienne de Narbonne, Bx Raymond Charlonnier, Bx Bernard de Carbon, † 1242 ; Père Jacob de Poggio, Père Jérémie, † 1266 ; Bx Monald d’Ancône, Bx François de Fermo, BxAntoine de Milan, † 1286 ; Bx François de Spolète, † 1288 ; Bx Thomas de Tolentino, † 1322 ; Bx Guillaume d’Angleterre, † 1334 ; Bx Pascal de Victoria, Père Richard de Bourgogne, Père François d’Alexandrie, Père Raymond Ruffi, frère Laurent d’Alexandrie, frère Pierre Martelli, † 1340 ; Bx Ulrich d’Alchonivez et Père Martin, † 1342 ; Père Jean de Florence f. m., archev., Bx Guillaume de Campanie, † 1362 ; Bx jean de Cetine et Bx Pierre de Duenos, tous † 1397 ; Bx Paul de Perpignan, † 1458 ; Bx André de Spolète, † 1532 ; Père François Matthaei, † 1538 ; Père Bernard Cousin, † 1550 ; Père Jean de Tapia, † 1556 ; Père Pierre Matthieu, Père Pierre Hoès, Père Jean Benoît, morts en† 1561 ; Père François Mirambeau, † 1561 ; Père Aymeric Vitet, Père François Parodi, Père Claude Mocardet, Père Jean Bourges, † 1562 ; Père Paul Vacillator, † 1564 ; Père Grégoire Bournisset et Père Matthieu Mathaei, † 1568 ; Père Jean Cozer et Père Dominique Béralde, † 1568 ; Père François Pélissier, Père Jérôme Graisset, Père Alexis Sampson, Père Roger Viguier, Père Jean Ricard, Père Louis de Plana, Père Michel Grillet, Père Pierre Boneau, Père Pierre de Molière, tous † 1568 ; Père Pierre de Vérône et Père Jean de Moret, † 1569 ; Père Antoine de Turno, † 1571 ; Père Jean Gosson et Père Raymond Roussel, † 1571 ; Père Claude Gabriel Fabri, Père Jean Capucio, Père Fergall, † 1575 ; Père Donat O’ Ruarch, Père Jean O’ Lorcan, Père Edmond Simon, † 1575 ; Père Jean Voisin, † 1578 ; Père François Donzel et Père Pierre de Burgos, † 1585 ; St Pierre Baptiste de San Estevan, st Martin de l’Ascension de Beasin, st François Blanco, st Philippe de Las Casas, st Gonzalès Garcia, st François de St Michel, † 1597 ; Père Frédéric Baschtein, Père Jean Martinez, Père Simon, Père Barthélemy de Bergame, Père Jérôme de Milan, Frère Gaspard, Frère Jean de Monte Piano, Frère Jacques d’Augsbourg, Frère Clément, Frère Jean, Frère Christophe, Frère Didace, Frère Emmanuel, Père Antoine, tous † 1611 ; Bx Jean de ste Marthe, † 1618 ; Bx Richard de ste Anne de Ham, † 1622 ; Bx François de Sainte Marie de Montelvanyo, Bx Barthélemy Laurel, Bx Antoine de st François, japonais, tous † 1627 ; Bx Agathange de Vendôme, Bx Cassien de Nantes, † 1631 ; Père Denys Melan et Père Daniel Claudy, † 1642 ; Père Jean-Baptiste Bullaker, † 1642 ; Père François Bel, † 1643 ; Père Ferdinand Isola et Père Jacques Zampa, † 1648 ; Père Paul de Ste Madeleine, † 1643 ; V. Appolinaire de Fribourg et V. Jean François Burté, † 1792 ; Bx Jean de Triora, † 1816 ; Père Thomas de Calangiano, † 1840.

Les entre-deux portent en inscriptions, en haut : "J’ai été saisi par le Christ Jésus pour le connaître, m’associer à sa passion et me conformer à sa mort" 17 septembre, Fête des Stigmates, 5e antienne de Laudes.

En bas : "En toutes choses il a souffert la tribulation, mais il n’en a point été troublé pour que la vie de Jésus soit manifestée dans sa chair mortelle" (4 octobre - Fête de st François - 6e répons de matines).

Sur le parement de la manche droite sont les 60 clarisses martyrisées par les Tartares à Cracovie mortes en 1259 avec l’inscription "elle s’est attachée à la science de Dieu". Elle a fait choix de ses œuvres. (12 août - fête de ste Claire verset 2e nocturne).

Sur le parement de la manche gauche, les 73 Clarisses massacrées par les Turcs à Ptolémaïs en 1291 avec l’inscription " le Seigneur l’a chérie entre toutes et Il a aimé sa beauté (12 août - fête de sainte Claire - verset du 1er nocturne)

Sur le parement du devant (fig. 25), au bas, les armes de Pie XI ; à droite, en montant :

Ste Élisabeth Bartona, de Kent, clarisse pendue sous Henri VIII, † 1537 ; Clarisse de Lyon qui subit une mort horrible de la part des huguenots, † 1567 ; Sœur Marguerite de Rouen, clarisse, outrageusement mise à mort par les Calvinistes, XVIe siècle ; Capucine Tiers Ordre régulier martyrisée au Brésil, † 1901.

Au-dessus les armes de saint François ; à gauche en montant :

Sr Agathe Amarella, clarisse martyrisée par les Turcs à Minorque, † 1538 ; Ste Jeanne de Rouen, clarisse indignement tuée par les Huguenots au XVIe siècle. ; Bse Joséphine Lenoir, de Valenciennes, clarisse décapitée en 1793.

Fig. 25

Fig. 25

Albi (Tarn), archives diocésaines, fonds des Clarisses, second exemplaire de l’aube offerte au pape Pie XI, détail

J. Pagnon © Inventaire général Région Occitanie

Au-dessus les armes de Sainte Claire

La parure du col et des épaules porte des séraphins

IX - cordon d’aube

Le cordon d’aube et les glands sont faits en cordonnet de soie blanche ; les pans, peinture à l’aiguille avec fond, au point mosaïque. L’un porte la basilique du Sacré Cœur de Montmartre construite, moins par les dons que par le cœur de la France, toujours aimante et soumise au souverain Pontife.

De chaque côté de la basilique, dans l’entre deux sont, à droite : Bse Delphine de Glandèves, T. O., † 1358, Bse Jacqueline Bachelier, T. O. † 1635.

À gauche : Bse Jeanne de Maillé, T. O., † 1414 ; Duchesse d’Estissac, T. O., † 1905.

L’autre pan porte la basilique de Notre-Dame de Lourdes, sanctuaire béni qui s’honore d’avoir eu la visite de Pie XI. De chaque côté de la basilique dans l’entre deux sont à droite : Sainte Rose de Viterbe, T. O., † 1252, et Sainte Angèle de Merici, T. O., † 1540

À gauche : Bse Angèle de Foligno, T. O., † 1309 ; Ste Hyacinthe de Mariscotti, T. O., † 1640

Ces deux basiliques ont été choisies pour rappeler l’amour du sacré Cœur et de Marie Immaculée pour la France, et les anges qui se tiennent à leurs fondements sont les gardiens de son inaltérable attachement à la Papauté.

X - Linge sacré

Le linge sacré merveilleusement brodé par les Bernardines d’Anglet, de Bayonne « en un harmonieux mélange de plumetis, fils tirés et points variés à l’aiguille. Du « Binche » véritable entoure chaque linge. Les dessins sont dus au monastère de Sainte Claire du Sacré Cœur de Mazamet d’Albi et adaptés à la composition et à l’interprétation de la chasuble et de l’aube qui s’y exécutaient.

La corde franciscaine forme encadrement avec la lame soutenant à chaque angle un des écus et, dans le haut, la croix. Saint François est au centre de l’amict dans un rayonnement étoile, reposant sur les ailes de deux anges. Au centre du manuterge, sainte Claire la plus parfaite image de la Vierge, a pour auréole le croissant de la lune et des cercles concentriques, symbole de cette âme contemplative que l’amour emportait toujours plus haut dans les sphères divines. Elle s’élève sur les ailes des Anges.

Nota : Les sources ont été puisées : dans le Palmier et l’Auréole séraphique - Vie de Saint François, des Pères Arsène de Chatel et Louis Antoine de Porrentruy.

Brochures diverses : Hilaire de Barenton, Eugène de Saint-Chamond et celle : « Capucins missionnaires » etc...

Pour les papes, dans « Pastor »

Fin

Haut de page

Notes

1 - MENUSET, 2000, p. 41-44.

2 - BATTANDIER, 1929, p. 209.

3 - Les abeilles diligentes.

4 - Lettre du 21 septembre 1928, Secrétairerie d’État, n° 73611, reproduite dans MENUSET, 2000, p. 106-107.

5 - Cette couleur grise est celle du drap de Londres, appelés aussi Gris de Londres, drap grossier non blanchi.

6 - BERTHOD, 2015a, p. 288 et 404 ; et BERTHOD, 2015b, p. 36-40.

7 - BATTANDIER, 1926, p. 455-456.

8 - Basilio Pompilj (1858-1931), cardinal diacre de Santa Maria in Domnica en 1911, archevêque titulaire de Filippi en 1913, puis prêtre de Santa Maria in Aracoeli, vicaire de Rome et archiprêtre de l’archibasilique du Latran.

9 - Il faut rappeler que l’Italie royale et le Saint-Siège n’entretiennent plus de relations diplomatiques depuis la prise de Rome par les armées du roi Victor-Emmanuel II, le 20 septembre 1870. La visite du roi est considérée par les milieux diplomatiques comme un signe d’ouverture dans le règlement de la Question romaine.

10 - Rafael Merry del Val y Zulueta (1865-1930), archevêque titulaire de Nicée, cardinal prêtre de Santa Prassede en 1903, secrétaire d’État de Pie X puis archiprêtre de la basilique vaticane.

11 - BATTANDIER, 1926, p. 576.

12 - Né à Villelongue (Pyrénées orientales, diocèse de Perpignan) le 4 février 1863. Il entre chez les capucins de Carcassonne en 1878 où il prononce ses vœux définitifs le 5 mars 1882. Il est ordonné prêtre en décembre 1886, en Espagne où son couvent a trouvé refuge après les expulsions de 1885. Il meurt le 20 décembre 1933 et enterré à Montpellier. (Remerciements à Anne Le Bastard et Pierre Moracchini, Archives de l’ordre des Frères mineurs capucins de France)

13 - Voir l’article de Danielle VÉRON DENISE dans ce même numéro de Patrimoines du Sud.

14 - DESVALLIÈRES, 1927, p. 251-254.

15 - Sœur Marie de la Grâce, par une de ses compagnes, Mazamet, s. d., p. 88.

16 - La vie catholique, 3 décembre 1927.

17 - La Vie catholique, Paris, 3 décembre 1927. La congrégation des Bernardines ou Solitaires de Saint-Bernard est fondée en 1851 par l’abbé Louis-Édouard Cestac, à Anglet (diocèse de Bayonne) ; elle est réunie à une congrégation de vie apostolique, les Servantes de Marie, fondée par le même prêtre en 1838. Elle réunit des jeunes femmes abandonnées ou prostituées devenues contemplatives.

18 - Journal de la communauté : samedi 18 mai 1929. « Notre Mère s’occupe activement de faire préparer les dessins pour l’ornement du sacre de Monseigneur Roques, et avec le drap d’or qui n’avait pas été employé pour la chasuble du Pape, on va commencer aussitôt tout ce qu’il sera possible. Le supplément nécessaire pour la chape est mis en fabrication mais les Duviard demandent cinq semaines. Cependant, nous espérons un effort de leur part pour le livrer plus tôt, nous ne pourrions sans cela avoir fini pour le 24 juin. »

19 - Archives diocésaines d’Albi, fonds Clarisses de Mazamet, 4R 4b. Cf. Annexe.

20 - BERTHOD, 2001. De fait, lors que Pie XI célèbre revêtu de la chasuble le 20 décembre 1928, il ne porte pas le fanon.

21 - MENUSET, 2000, p. 106.

22 - FOUCART, 1984, p. 157-166.

23 - Château de Chantilly.

24 - Aujourd’hui au convent de la rue Boissonnade, Paris, 14e arrondissement.

25 - BOUTET DE MONVEL, 1921.

26 - Les armes de l’ordre franciscain, appelés également conformités franciscaines, se composent depuis la fin du XVIe siècle, de deux bras posés en sautoir l’un nu, de carnation, et l’autre couvert d’une manche brune, tous deux stigmatisés de gueules, hissant d’une nuée d’argent et brochant sur une croix haute de tanné, sur fond d’azur. Le bras nu est celui du Christ ; le bras couvert d’une manche de bure, celui de saint François. 

27 - Aujourd’hui Székesféhérvàr, en Hongrie.

28 - Elles se lisent, d’azur à l’ostensoir d’or accosté de deux branches de lys fleuris au naturel.

29 - Donnée au monastère par Eudoxe Irénée Mignot (1842-1914), archevêque d’Albi.

30 - Pierre Célestin Cézerac (1956-1940), évêque de Cahors de 1911 à 1918, archevêque titulaire de Cæsarea et coadjuteur d’Albi puis archevêque d’Albi de 1918 à 1940.

31 - MENUSET, 2000, p. 106.

32 - Francesco Fogolla, franciscain, évêque coadjuteur de Taiyuan en 1897, assassiné le 9 juillet 1900, canonisé le 1er octobre 2000.

33 - Fortunat Henri Caumont, préfet apostolique de Rajputana en 1903, préconisé évêque d’Ajmer, sacré le 28 octobre 1913 († 1930).

34 - BERTHOD, 1992, p. 70-79.

35 - CECCHIN, 2010, p. 66.

36 - FORTI, 2010, p. 79-87.

37 - MENUSET, 2000, p. 41.

38 - MENUSET, 2000, p. 43.

39 - MENUSET, 2000, p. 110.

40 - MENUSET, 2000, p. 34-35 et 101-102. Erreur de datation.

41 - MENUSET, 2000, p. 34-35.

42 - RIGAUX, p. 205-206.

43 - Cette chasuble a été publiée par Josiane Pagnon dans Patrimoines du Sud en 2019, avec l’erreur de datation introduite dans l’ouvrage de C. Menuset. Correction est apportée dans l’article introductif du présent numéro.

44 - Achille Ratti est né à Desio le 31 mai 1857, près de Milan. Bibliothécaire de l’Ambroisienne de 1888 à 1919, archevêque titulaire de Naupactus et nonce à Varsovie de 1919 à 1921, archevêque de Milan en juin 1921, il est élu pape le 6 février 1922.

45 - Giovanni Granito Pignatelli di Belmonte, né à Naples le 10 avril 1851, nonce apostolique, cardinal prêtre de Santa Maria degli Angeli en 1911, cardinal-évêque d’Albano en 1915, doyen du Sacré-Collège en 1930 († 1948).

46 - Paul Lesourd. L’année missionnaire 1931, Paris, DDB, 1932, p. 516 et suivantes.

47 - Lorenzo Antonio Massaïa (1809-1889) Guglielmo en religion, entré chez les capucins en 1826, vicaire apostolique du Harar éthiopien en 1846, cardinal de saint Vite en 1884.

48 - Louis Taurin Cahagne, né à Heubécourt (Eure), évêque titulaire d’Adramyte, vicaire apostolique d’Hararsacré le 14 février 1875. Mort le 1er septembre 1899 à Carcassonne.

49 - André Marie Jarosseau, en religion Elie, évêque titulaire de Sauatra, vicaire apostolique des Gallas de 1900 à 1937 ; mort à Toulouse le 18 janvier 1941. Voir BERNOVILLE,1950.

50 - Cf. ANNEXE. Manuscrit, archives de l’archidiocèse d’Albi, fonds des Clarisses de Mazamet, 4R 4b.

51 - Jeanne d’Arc et Jean-Marie Vianney seront de nouveau présents sur la chasuble franciscaine de 1928.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Albi (Tarn), archives diocésaines, fonds des Clarisses, second exemplaire de l’aube offerte au pape Pie XI, détail de la partie inférieure : saint François, portant les stigmates, appelle la bénédiction divine tout en écrasant l’avarice ; l’ange de l’humilité transperce l’orgueil (serpent) et le découronne ; l’ange de la chasteté enchaîne la luxure (dragon) ; au premier plan, l’ange de la pauvreté écrit « Bienheureux les pauvres »…
Crédits M. Kérignard © Inventaire général Région Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/7024/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 889k
Titre Fig. 2
Légende Albi (Tarn), archives diocésaines, fonds des Clarisses, second exemplaire de l’aube offerte au pape Pie XI, détail de parement d’une manche : 73 Clarisses ont été massacrées par les Turcs à Ptolémaïs en 1291
Crédits M. Kérignard © Inventaire général Région Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/7024/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 3
Légende Rome (Italie), sacristie pontificale, ornement de Pie XI, vue d’ensemble du dos de la chasuble, 1928
Crédits © Sacristie pontificale, par courtoisie de SER Piero Marini
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/7024/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 4
Crédits Rome (Italie), sacristie pontificale, ornement de Pie XI, vue d’ensemble des voiles de calice, bourse de corporal et pale, 1928
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/7024/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 529k
Titre Fig. 5
Légende Albi (Tarn), archives diocésaines, fonds des Clarisses, second exemplaire de l’aube offerte au pape Pie XI
Crédits M. Kérignard © Inventaire général Région Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/7024/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Fig. 6
Légende Rome (Italie), sacristie pontificale, chasuble du pape Pie XI, détail du dos : barque de saint Pierre (détouré)
Crédits © Sacristie pontificale
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/7024/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 830k
Titre Fig. 7
Légende Rome (Italie), sacristie pontificale, carte postale éditée par le monastère de Mazamet, dos de la chasuble, détail : saint François assis sur le trône d’or
Crédits © département du Tarn, archives départementales, 7 Fi
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/7024/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Titre Fig. 8
Légende Rome (Italie), sacristie pontificale, carte postale éditée par le monastère de Mazamet, vue d’ensemble de la face antérieure de la chasuble
Crédits © département du Tarn, archives départementales, 7 Fi
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/7024/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 398k
Titre Fig. 9
Légende Rome (Italie), sacristie pontificale, carte postale éditée par le monastère de Mazamet, devant de la chasuble, détail : Marie recevant les hommages des religieux de l’Ordre
Crédits © département du Tarn, archives départementales, 7 Fi
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/7024/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Fig. 10
Légende Rome (Italie), sacristie pontificale, amict représentant saint François et manuterge figurant sainte Claire, archives diocésaines d’Albi, fonds des clarisses de Mazamet, 4 R 4b
Crédits A. Boyer reproduction © Inventaire général Région Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/7024/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 411k
Titre Fig. 11
Légende Rome (Italie), sacristie pontificale, voile de calice, archives diocésaines d’Albi, fonds des clarisses de Mazamet, 4 R 4b
Crédits A. Boyer reproduction © Inventaire général Région Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/7024/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Titre Fig. 12
Légende Rome (Italie), sacristie pontificale, carte postale éditée par le monastère de Mazamet, vue d’ensemble du recto de la bourse de corporal : scènes de la vie de Pascal Baylon
Crédits © département du Tarn, archives départementales, 7 Fi
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/7024/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 411k
Titre Fig. 13
Légende Rome (Italie), sacristie pontificale, étole et manipule, vues des différentes parties, archives diocésaines d’Albi, fonds des clarisses de Mazamet, 4 R 4b
Crédits A. Boyer reproduction © Inventaire général Région Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/7024/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Titre Fig. 14
Légende Rome (Italie), sacristie pontificale, carte postale éditée par le monastère de Mazamet, devant de la chasuble, détail : Pie IX proclame le dogme de l’Immaculée Conception
Crédits © département du Tarn, archives départementales, 7 Fi
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/7024/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Titre Fig. 15
Légende Lyon (Rhône), basilique de Fourvière, Proclamation du dogme de l’Immaculée-Conception, mosaïque de verre, 1885-1903
Crédits © J. P. Gobillot
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/7024/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 16
Légende Rome (Italie), F. Podesti, peinture murale, 1857, salle de l’Immaculée-Conception, palais apostolique
Crédits © A. Bracchetti. Musei vaticani
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/7024/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 725k
Titre Fig. 17
Légende Rome (Italie), sacristie pontificale, carte postale éditée par le monastère de Mazamet, devant de la chasuble, détail : Mgr Jarosseau, « père très aimé de la mission et apôtre incomparable »
Crédits © département du Tarn, archives départementales, 7 Fi
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/7024/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Titre Fig. 18
Légende Rome (Italie), sacristie pontificale, carte postale éditée par le monastère de Mazamet, dos de la chasuble, détail : saint François renonçant à toute richesse
Crédits © département du Tarn, archives départementales, 7 Fi
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/7024/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 463k
Titre Fig. 19
Légende Rome (Italie), sacristie pontificale, carte postale éditée par le monastère de Mazamet, dos de la chasuble, détail : Laurent de Brindisi, victorieux à Albe Royale
Crédits © département du Tarn, archives départementales, 7 Fi
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/7024/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
Titre Fig. 20
Légende Rome (Italie), sacristie pontificale, vue d’ensemble du devant de la chasuble, archives diocésaines d’Albi, fonds des clarisses de Mazamet, 4 R 4b
Crédits A. Boyer reproduction © Inventaire général Région Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/7024/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 530k
Titre Fig. 21
Légende Rome (Italie), sacristie pontificale, carte postale éditée par le monastère de Mazamet, devant de la chasuble, détail : saint François envoie ses fils en mission
Crédits © département du Tarn, archives départementales, 7 Fi
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/7024/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 441k
Titre Fig. 22
Légende Rome (Italie), sacristie pontificale, vue du verso de la bourse de corporal, archives diocésaines d’Albi, fonds des clarisses de Mazamet, 4 R 4b
Crédits A. Boyer reproduction © Inventaire général Région Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/7024/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 798k
Titre Fig. 23
Légende Rome (Italie), sacristie pontificale, carte postale éditée par le monastère de Mazamet, vue d’ensemble du voile de calice
Crédits © département du Tarn, archives départementales, 7 Fi
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/7024/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Titre Fig. 24
Légende Rome (Italie), sacristie pontificale, vue d’ensemble de l’aube avec le cordon d’aube, archives diocésaines d’Albi, fonds des clarisses de Mazamet, 4 R 4b
Crédits A. Boyer reproduction © Inventaire général Région Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/7024/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 311k
Titre Fig. 25
Légende Albi (Tarn), archives diocésaines, fonds des Clarisses, second exemplaire de l’aube offerte au pape Pie XI, détail
Crédits J. Pagnon © Inventaire général Région Occitanie
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/7024/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 804k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Berthod, « Chasuble et parements liturgiques pour Pie XI »Patrimoines du Sud [En ligne], 14 | 2021, mis en ligne le 01 septembre 2021, consulté le 26 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/pds/7024 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pds.7024

Haut de page

Auteur

Bernard Berthod

Conservateur du Musée de Fourvière (Lyon), consulteur émérite de la Commission pontificale pour les Biens culturels de l’Église

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Patrimoines du Sud est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search