Navigation – Plan du site

Les monuments en Languedoc méditerranéen révélés par les archives

Monuments in Mediterranean Languedoc revealed by the archives
Denis Nepipvoda

Résumés

Les Monuments et les décors de la semaine Sainte étudiés dans de nombreuses régions du bassin Méditerranéen n’ont pas suscité d’intérêt auprès des chercheurs du Bas-Languedoc. L’article présente pour la première fois une importante documentation inédite récemment exhumée (minutes notariales, livres de compte et de délibérations de confréries….), un fragment de monument découvert dans l’église de Bessan ainsi que d’autres objets qui pourraient être mis en relation avec les cérémonies de la semaine Sainte. Cet ensemble permet pour la première fois de faire un point sur le sujet pour le Languedoc Méditerranéen tout en ouvrant la voie de futures recherches.

Haut de page

Texte intégral

1Au XXe siècle, l’étude des décors de la Semaine sainte n’a pas retenu l’attention des chercheurs méridionaux. Qu’ils soient historiens, historiens de l’art ou ethnologues, ils ont préféré se consacrer à l’étude du rituel des processions qui jalonnent cette période liturgique plutôt qu’à celle des décors installés provisoirement dans les églises pour les cérémonies du Jeudi saint, appelés monuments en Roussillon.

  • 1 ALBERT-LLORCA, Marlène, ARIBAUD, Christine, MATHON, Jean-Bernard (et al.). Monuments et décors de l (...)
  • 2 [Exposition. Gênes, Palais ducal, 2013]. BOGGERO, Franco, SISTA, Alfonso (dir.). Il Gran Teatro dei (...)

2Récemment, des rapprochements ont été faits entre les éléments de décor du Jeudi saint conservés en Roussillon et les monuments de Catalogne, les cartalemi de Ligurie, ou les sepolcru de Corse. À l’initiative de Jean-Bernard Mathon, directeur du Centre de Conservation et de Restauration du Patrimoine du département des Pyrénées‑Orientales, un comité de pilotage pluridisciplinaire du Conseil Général a été mis en place en 2005, regroupant des chercheurs des universités Toulouse-Jean-Jaurès et de Gérone. Son but : faire dans le cadre d’un projet européen labellisé « Arc Latin » l’inventaire, l’étude et valorisation des monuments du Jeudi saint dans les régions précitées. En 2006, une table ronde, intitulée Monuments et décors de la semaine Sainte en Méditerranée : arts rituels et liturgies permet pour la première fois de faire le point des connaissances sur ces constructions éphémères et de poser des questions de fond sur leur usage. La parution des actes en 20091, suivie en 20132 de la première exposition consacrée à ces décors à Gênes, accompagnée de la publication d’un catalogue richement illustré ont permis de réunir une importante documentation.

3Le Languedoc méditerranéen est totalement absent de ces manifestations. Pourtant, une documentation inédite et quelques éléments conservés dans les églises du département de l’Hérault indiquent que cette pratique était répandue dans cette région et était très proche de celles révélées par les actes de la table ronde auxquels le lecteur pourra se reporter.

  • 3 Messe des Présanctifiés : office du Vendredi Saint, où les saintes espèces utilisées ont été consac (...)

4Conçu comme un décor de théâtre de l’époque baroque, le monument du Jeudi saint est composé de toiles peintes tendues sur châssis (fig.1) ou déroulées (fig.2) formant une architecture en trompe l’œil servant d’écrin à des représentations de scènes de la Passion. Les Arma christi y sont accrochées à la manière de trophées décoratifs. L’ensemble peut être animé de silhouettes découpées peintes sur du bois, du carton ou du métal. Le centre du décor est occupé par un tabernacle provisoire destiné à conserver l’hostie consacrée lors de la messe du Jeudi saint, devant servir à la messe des Présanctifiés3. Le monument était éclairé par une multitude de cierges et de lampes à huile. La constitution de ces installations provisoires, faites d’objets légers, de toiles peintes tendues sur des structures de bois, permettait de les manipuler, de les monter avec beaucoup de facilités lors des célébrations de la Semaine sainte. Elle en a aussi précipité la dégradation.

Fig. 1

Fig. 1

Prats-Balaguer (Pyrénées-Orientales), église Sainte-Marie ; monument

Jean‑Bernard Mathon © Centre de Conservation et de Restauration du Patrimoine des Pyrénées-Orientales

Fig. 2

Fig. 2

Espira de Conflent (Pyrénées-Orientales), église Sainte‑Marie ; monument

Jean-Bernard Mathon © Centre de Conservation et de Restauration du Patrimoine des Pyrénées-Orientales

Les monuments du jeudi saint dévoilés par les archives

5L’enquête, pour des raisons de temps, n’a porté que sur le département de l’Hérault. Les sources concernant les monuments du Jeudi saint datent toutes du XVIIe siècle et sont liées aux confréries de Pénitents. La destruction de nombreux documents anciens et la disparition progressive de ces pratiques au XIXe siècle en Languedoc méditerranéen ne permettent d’avoir qu’une approche sommaire du sujet. Parmi les documents retrouvés, les livres de comptes des confréries mentionnent parfois l’achat de matériel pour les monuments. Ils peuvent aussi renseigner sur la structure du monument.

6Les registres de délibérations des confréries complètent parfois les informations contenues dans les livres de comptes. Par ailleurs, dans les registres notariés, on peut trouver des prix‑fait qui apportent des renseignements supplémentaires, comme ceux des monuments commandés par le prieur de la confrérie des Pénitents Noirs de Béziers en 1619 et 1627.

  • 4 Messe des Présanctifiés : office du Vendredi Saint, où les saintes espèces utilisées ont été consac (...)

7La plus ancienne mention d’un monument est contenue dans un manuscrit d’érudit. Dans son ouvrage, Pierre Serres retrace l’histoire de la confrérie des Pénitents Blancs de Montpellier de 1602 à 16844.On y apprend que la chapelle Sainte-Croix qui vient d’être restaurée est bénite par le vicaire général de l’évêché en 1609. La cérémonie se déroule au début de la Semaine sainte. Pour l’occasion, les confrères ont fait élever dans la chapelle un monument accessible au public le Jeudi saint. Le frère Serre en donne une description précise :

comme c’était d’une grande incommodité pour les confrères de dire les offices dans la chapelle sans y pouvoir entendre la messe, et d’être obligés d’aller l’entendre dans une autre église, parce que la chapelle n’était pas encore bénite, cela obligea les officiers à prier M de Fenouillet notre évêque qui avait succédé à Mr de Granier de vouloir travailler à une si sainte œuvre. Mais n’ayant pas pu le faire lui‑même, il commit à sa place le frère Darles, son vicaire général et doyen de la compagnie, qui en fit la bénédiction au commencement de la Semaine Sainte. Et le Jeudi Saint, les sacristains de la chapelle dressèrent un fort beau monument qui représentait le calvaire tout couvert d’herbe fraîche, sur lequel on voyait d’un côté en relief Jésus Christ portant sa croix, accompagné des juifs, des bourreaux et des soldats, et de l’autre côté la Sainte Vierge avec St Jean et d’autres femmes qui la suivaient. Et au haut du calvaire était le crucifix, dans un beau rond enrichi, le côté ouvert et, au cœur le Saint Sacrement avec les cierges et les ornements accoutumés. Et à la suite, l’office des ténèbres ayant été dit à la chapelle, tous les confrères allèrent en procession visiter la grande église de la Canourgue, et celle des religieux Dominicains, en chantant un Stabat Mater, à suite le Miserere mei…

  • 5 Terme italien pour pâte à papier.
  • 6 Archives de la confrérie de Pénitents Blancs de Montpellier, premier registre de délibération non c (...)

8Le document évoque une disposition en triptyque qui n’est pas sans rappeler celle des monuments catalans, des cartelami ligures et des sepolcru corses. Le fond est occupé par un dispositif permettant l’exposition du Saint-Sacrement, associé à la représentation du Christ en croix. De part et d’autre, sont placées des suites de personnages en relief illustrant la montée au calvaire. Le terme de « relief » pourrait évoquer des personnages réalisés en cartapasta5 et renvoie à la technique utilisée en Ligurie pour certains monuments. La mention avec les cierges et ornement accoutumés renvoie à une pratique déjà ancienne. On trouve dans le premier registre de délibérations de la confrérie une description très proche de celle de Serre6.

  • 7 Ibidem, f° 25v : L’an mil six cens dix et le Jeudy Sainct huitiesme jour du mois d’avril assemblés (...)

9Le même registre, pour l’année 1610, donne des informations précieuses sur le déroulement de la cérémonie du Jeudi-Saint ainsi que sur le monument7.On y apprend, qu’après la messe, le prêtre a pris le Saint-Sacrement et est allé le porter au monument en procession suivi de tous les confrères. Le Saint-sacrement a été placé entre les mains d’un Ecce homo peint. La toile était installée au centre du monument, au sommet d’un escalier formé de trois marches éclairées par des cierges. Les côtés du degré tendus de toile étaient peints. Cette représentation du Christ aux outrages semble avoir remplacé le Christ en croix décrit dans le monument de l’année précédente, sans que l’on sache s’il s’agit de la modification du monument de 1609 ou de la création d’un nouveau décor. La cérémonie se poursuit dans l’enceinte de la chapelle où le prieur de la confrérie assisté de deux frères lavent les pieds à douze pauvres qui reçoivent un pain et la somme de cinq sous.

Les livres de comptes : l’exemple des pénitents noirs de Pézenas

  • 8 Ces comptes ne sont pas complets et ne couvrent que quelques années de fonctionnement de la confrér (...)

10Les comptes de la confrérie des Pénitents Noirs de Pézenas apportent d’intéressants renseignements sur les monuments du Jeudi saint au début du XVIIe siècle8.

  • 9 AM Pézenas. GG 34. Livre pour la chapelle des pénitans noirs de l’année mil cinq cens quatre vingt (...)
  • 10 AM Pézenas. GG 34. Livre de recepte et despence faicte en la chapelle des Pénitants noirs de Pézena (...)

11On apprend ainsi que les monuments du Jeudi saint sont remontés d’une année sur l’autre, avec d’éventuels ajouts ou remplacements en fonction de l’usure des éléments. En 1591 et 1593, les comptes ne contiennent aucune mention de monument9. En 1596, le trésorier de la confrérie rembourse à Claude Gontier, sous‑prieur, la somme de huit livres quatre sols qu’il a avancé pour fère le monument du jeudy sainct10.

  • 11 AM Pezenas. GG 34. Compte du Sr d’Eglise trésorier de la chapelle e Pénitants Noirs de la ville de (...)

12Le monument de l’année 1602 fait l’objet d’un soin particulier et d’une dépense importante11.Le peintre Robert Labro en exécute les peintures pour la somme de cinq écus. La même année, le compte mentionne diverses fournitures, pour le monument de 1599 et celui de l’année en cours, qui sont payées au frère Odet pour un montant d’un écu. Le trésorier de la confrérie se rembourse la somme de neuf écus quarante‑neuf sols qu’il a avancé pour l’occasion. Une telle dépense ainsi que l’intervention d’un peintre connu de la compagnie ne peuvent s’expliquer que par la construction d’un nouveau monument. Le peintre, dont le travail fût certainement apprécié, est intervenu à nouveau pour la confrérie l’année suivante et en 1611, année où il a réalisé le retable et les peintures du chœur de la nouvelle chapelle que les pénitents viennent de faire construire.

  • 12 AM Pezenas. GG 34. Livres des receptes et despance faicte par frère Roustan Bertrand receu esten le (...)

13Les comptes de l’année 1602-1603 comportent de nombreux paiements de matériel pour le monument de l’année 1603 et fournissent des renseignements précieux sur sa mise en œuvre12.

  • 13 Clous de bande : ils servent à attacher les bandes sur les roües des carrosses (Encyclopédie Didero (...)
  • 14 Clous pataguals : noms donnés localement des clous dont la forme n’est pas connue.

14Dès le samedi précédant la Semaine sainte, les confrères achetèrent diverses fournitures pour le monument : un filet pour coudre le ciel, plus de mille épingles, cent clous de bande13 et cinquante clous pataguals14. Ils firent porter à la chapelle d’importantes quantités de buis devant servir à l’ornement du monument. Comme l’éclairage joue un grand rôle dans la mise en scène de ces décors éphémères, les confrères ont acheté onze mesures d’huile pour garnir le grand lampezier et trente lampes servant à l’illumination du degré et du ciel du monument.

  • 15 Clous dineyrals : noms donnés localement des clous dont la forme n’est pas connue.
  • 16 Main de papier : c'est un paquet de papier plié en deux, qui contient vingt - cinq feuilles. Vingt (...)

15Les achats se poursuivent le lundi : de nombreux clous pataguals, dineyrals15 ou de bande, à nouveau des épingles, une main de grand papier16, de la teinture orange appelée miguy pour le colorer. Des palmes sont apportées à la chapelle. Les emplettes continuent le mardi.

16On apporte à nouveau des palmes, des clous. Un menuisier est engagé pour le montage du monument et la construction du degré qui doit être placé au centre. La mention du degré rappelle le dispositif du monument de Prats-Balaguer (fig.1) ou celui de Santa Maria de Seguero en Catalogne (fig.3). Cette succession de marche permet de mettre en valeur, par sa position surélevée, le « sacraire », terme catalan désignant le tabernacle provisoire utilisé lors des cérémonies du Jeudi saint pour enfermer le ciboire.

Fig. 3

Fig. 3

Seguero (Catalogne), église Santa-Maria ; monument

Carles Aymerich © CRBMC Centre de Restauració de Béns Mobles de Catalunya

17La mise en place du monument se prolonge tard le soir, à la lueur des chandelles achetées par le trésorier de la confrérie. Le montage se termine le mercredi dans la soirée. Cinq mesures d’huile supplémentaires sont achetées pour garnir les lampes que l’on vient d’acquérir et de nombreux lampions sont fournis par le frère Jehan Peyrolle afin d’améliorer l’éclairage de l’ensemble.

18Le papier teint en orange par le frère Gontier sert à couvrir les pilliers cornisses et autres fassons que sera faict aud monument. Les piliers et la corniche renvoient à une construction architecturée qui rappelle la boccascena (ouverture de scène) des monuments, des cartelami ou des sepolcru. Cette structure, véritable arc triomphal, souvent gardé par des soldats romains, marque l’entrée du monument qui se développe à l’arrière.

  • 17 Feuille d’étain recouverte d’un verni coloré. Voilà ce qu’en dit d’Encyclopédie de Diderot : Il se (...)

19L’ensemble est doté d’un ciel de tissu cousu sur une structure qui doit être très proche de celle du sepolcru de l’église de Ficaghja en Corse (fig.4). Le décor d’architecture est complété par la mise en place d’éléments végétaux. Le buis acheté par les confrères rappelle les herbes fraîches, mentionnées dans la description de Pierre Serre. Les palmes servent à décorer le couronnement des bancs des confrères et les quatre piliers du dehors, sans que l’on sache s’il s’agit de la façade du monument ou de piliers décoratifs placés sur la façade de la chapelle. Il est aussi prévu de faire confectionner une boîte en bois pour ranger les flammes et estoilles que lon fait de clinquant17. Elles peuvent être réutilisées pour une autre occasion.

Fig. 4

Fig. 4

Ficaghja (Haute-Corse), église de l’Immaculée

Conception : « sépulcru ». © Elisabeth Pardon

  • 18 AM Pezenas. GG 34. Compte de Frère Moyse Escudier trésorier de la chapelle en l’année mil six cens (...)

20Le monument est à nouveau mis en place au mois d’avril 161218. Monsieur de Fabrègues et Monsieur Granjon sont sollicités pour prêter leurs tapisseries. Les confrères empruntent à un charron, dont le nom n’est pas connu, et au frère Coste, douze coubles (pièces de bois) pour faire la structure du monument. Une autre pièce de bois doit être percée d’un trou. Intégrée au décor, elle sert à exposer le Saint‑Sacrement en remplacement du traditionnel tabernacle. Les fourniers apportent quatre‑vingts fagots pour faire une montagne qui doit être couverte de parchemin acheté à maître Bringuier, probablement pour imiter des rochers du Golgotha. Trois charges de buis complètent le décor du monument. Il est probable que les confrères y installent un Christ en croix. Une main de grand papier doit servir à faire des larmes. Une fois de plus le luminaire est complété par l’achat de nouvelles lampes ainsi que par l’achat de liège et de coton utilisés pour la fabrication des mèches. À la fin de l’exposition, il est nécessaire de remplacer treize lampes prêtées par Donne Rousette et qui ont été cassées.

Les registres de délibérations à Béziers et à Pézenas

21Les confréries de Pénitents tiennent des registres dans lesquels sont transcrites les délibérations de la compagnie. On y consigne les élections annuelles du prieur et sous‑prieur, les grandes décisions prises collégialement, les travaux à faire à la chapelle ainsi que les manquements au règlement des confrères et les amendes qu’ils sont tenus de payer.

  • 19 AM Béziers. GG 212, f°25v-26. Registre des délibérations de la confrérie des Pénitents Minimes de B (...)
  • 20 Idem, f°36-37.

22À Béziers, les Pénitents Minimes délibèrent le 1er mars 1612 à propos de la mise en place du monument de la Semaine sainte19. Il est décidé que les prieurs et sous-prieurs qui entreront en charge devront faire faire le monument et toutes les despanses, tableaux et autres choses desd monuments à leurs frais. En 1617, le prieur et le sous-prieur décident de faire un imposant monument représentant la Cène, composé d’un grand tableau et de douze autres figurant les apôtres20. Les confrères leur rappellent que, conformément à la délibération de 1612, ils doivent aussi prendre en charge l’illumination du monument. À la fin de la Semaine sainte, alors que les œuvres devaient rester à la chapelle, les commanditaires veulent retirer les douze tableaux à cause quils se pourraient gaster dans la chapelle et proposent de prêter les tableaux lorsque cela sera nécessaire. Les confrères mécontents obtiennent qu’ils restent dans la chapelle jusqu’au Jeudi saint prochain. Cette décision met en avant la conservation et le remploi d’éléments de monuments d’une année sur l’autre ; pratique certainement liée au coût élevé de ces monuments et de leur éclairage.

  • 21 AM Pézenas. GG 39. Registre de délibérations de la confrérie des Pénitents Gris de Pézenas.

23Les registres de délibérations de la confrérie des Pénitents Gris de Pézenas attestent aussi de la réalisation de monuments du Jeudi saint et du rôle joué par le prieur dans leur mise en place21. Au mois de mars 1621, Blaise Naves, sous-prieur de la confrérie, se plaint de l’absence du prieur Charles Roques. Malgré les appels fréquents tant pour pouvoir faire le monument pour la semaine saincte que pour autres affaires, celui‑ci ne se rend pas à la chapelle et répond aux frères qui viennent le chercher, de faire comme ils peuvent pour construire le monument et s’occuper des affaires de la confrérie. Il est mis à l’amende ; et comme il ne veut pas payer, il est exclu de la confrérie au mois d’octobre.

Des artistes reconnus dans le biterrois au début du XVIIe siècle

24On conserve, pour la confrérie des Pénitents Noirs de Béziers, trois prix faits relatifs à la commande d’un monument, l’un datant de 1619 et l’autre de 1627.

  • 22 AD Hérault. 2 E 14/91, f° 25v-26. Sans titre (construction du monument de la semaine Sainte pour la (...)

25Pour le monument du Jeudi-saint de l’année 1619, Jean-Paul de Pradines prieur et Barthélémy Espanhac sous prieur engagent le maître menuisier biterrois Pierre Crouzal22. Celui-ci agit en véritable entrepreneur. Il doit fournir les bois nécessaires à l’élaboration du monument, les toiles peintes ainsi qu’un important éclairage composé de quatre cent trente lampes. Le menuisier doit se conformer à la gravure mise en couleur fournie par les confrères. Le monument représente diverses scènes de la Passion, depuis le jugement du Christ par Pilate, jusqu’à la crucifixion. Le menuisier est autorisé à utiliser le bois et tout ce qui se trouve dans la chapelle pour la construction du nouveau monument. Peut-être s’agit-il d’éléments d’un monument plus ancien.

  • 23 AD Hérault. 2 E 14 116, f° 63v. Prix fait pour Mr Me Jacques de Cassan conseiller du roy contre Pie (...)
  • 24 AD Hérault. 2 E 14 116, f° 62. Prix fait bailhé par Mr Me Jacques Cassan avec Cousin (texte publié (...)

26En 1627, Jacques Cassan, conseiller du roi et prieur de la compagnie, passe commande à deux artisans de la ville : le peintre Pierre Barral23 et le menuisier Jean Cousin24. Le peintre conçoit le monument, en fournit un dessin au commanditaire et en réalise les peintures : sept toiles peintes et toutes autres peintures quy seront nécesaires aud monument. Le menuisier exécute les châssis destinés à recevoir les toiles peintes tendues et les éléments de bois servant à la fixation des décors. Le prix des tableaux peints à la détrempe est fixé à cinquante-quatre livres. La construction du bastimant que led Sr Cassan dézire faire à ceste présante année est évaluée à soixante livres.

27Le nombre de toiles permet d’imaginer une disposition régulière, une des toiles placée au fond et les autres placées de manière symétrique, trois de chaque côté. Cependant, rien ne permet d’indiquer la forme et la fonction des autres éléments réalisés par les deux entrepreneurs.

  • 25 [Exposition. Béziers, musée des Beaux-arts, 17 juin-25 septembre 2001]. NEPIPVODA Denis, RICHE Nico (...)
  • 26 AD Hérault. 2 E 2/47, f°70v-71. Prix faict des chaises de l’église cathédrale d’Agde.

28Le prieur Cassan n’engage pas de simples artisans, mais de véritables artistes au ta lent reconnu. À cette époque, Pierre Barral exerce la charge de peintre des consuls de la ville25. À ce titre il conçoit en 1633 les arcs triomphaux de l’entrée du duc d’Alluin. C’est probablement lui qui avait réalisé ceux de l’entrée de Louis XIII en 1622. En 1637, il conçoit les décors du ballet de cour donné pour le duc d’Alluin à la suite de la prise de Leucate. Quant à Antoine Cousin, il exécute, en association avec Didier Gros et Bernard Valrus, les stalles de la cathédrale Saint‑Etienne d’Agde en 161326.

Des monuments réalisés en dehors de la semaine sainte

29Les archives de la Confrérie des Pénitents Noirs de Pézenas indiquent que des monuments peuvent être mis en place en dehors de la Semaine sainte. En témoignent, par exemple, ceux élevés en 1601 et 1611, soit pour honorer saint Jean-Baptiste le patron de la confrérie, le jour de sa fête, ou pour célébrer celles de Noël. Cependant rien n’indique que celui de Noël soit une crèche.

  • 27 Blanc d’Espagne ou de Bougival : terre ou marne blanche, qui se fond très facilement dans l’eau, et (...)
  • 28 AM Pézenas. GG 34. Livres des receptes et despance faicte par frère Roustan Bertrand receu esten le (...)

30Pour celui de la Saint Jean-Baptiste de l’année 1602, du papier, du bol d’Espagne27 et de la teinture sont achetés pour faire des flammes et des fleurs de lys destinées à orner le monument28. Le trésorier se procure une feuille de clinquant auprès du Sieur Gibelin. Pour l’occasion, Jean Gallut fournit une planche de bois destinée à peindre la figure du saint patron, peut-être une silhouette découpée comme on en voit dans les monuments conservés. L’effigie du saint patron est réalisée par le peintre Robert Labro qui reçoit la somme de cinq sols. Des clous, environ 500, sont achetés probablement pour restaurer des éléments de décor pré existants. Un homme carde du coton fourni par les confrères pour faire les mèches des lampes à huile ; des femmes apportent une jonchée de fleurs et de feuillage pour décorer le sol de la chapelle.

  • 29 AM Pézenas. GG 34. Compte de Frère Moyse Escudier trésorier de la chapelle en l’année mil six cens (...)

31Pour la fête de la Saint-Jean 1611, la nef de l’église est tendue de tapisseries qui servent d’écrin au monument29. À cet effet, on amène de chez Monsieur de Fabrègues vingt‑huit pièces de tapisserie et huit sont apportées du château de la ville. Des pattes de scellement, destinées à tenir les barres servant de support aux tentures, sont spécialement mises en place pour l’occasion avec du plâtre de Saint-Christol. Des clous sont achetés pour réparer le monument. Ils doivent aussi servir pour l’autel, les colonnes et le degré. Cependant, rien ne permet de dire si ces éléments font partie du monument ou bien du retable de l’église. Comme chaque année, du fil est acheté pour le montage du monument, ainsi que du liège et du coton.

  • 30 Ancienne mesure valant environ 137 litres.

32Au mois de décembre 1611, les confrères François Maurin et Pierre Geinde travaillent au monument de Noël. Ils reçoivent pour leur dépense de bouche la somme d’une livre quatorze sols, à laquelle il faut ajouter la somme de douze sols pour l’achat de clous. Ils se sont aussi fournis en coton servant à faire la mèche des lampes et en fil pour coudre le ciel du monument, pour un montant de deux sols. Le décor est complété par une tenture de tapisserie que les Pénitents ont fait chercher chez Madame de Rieux qui réside près de Pézenas, à Cazouls‑d’Hérault. D’autres pièces de tapisserie sont empruntées à Monsieur Granjon. Comme à l’accoutumée, le luminaire est important. Rousset fournit huit petites lampes et une grande. Les Pénitents achètent vingt‑huit fulhètes30 d’huile.

L’oraison des quarante heures

  • 31 DOMPIER Bernard. Un aspect de la dévotion eucharistique dans la France du XVIIe siècle : la prière (...)

33Le XVIIe siècle voit se développer le culte eucharistique. En plus d’affirmer le dogme de la transsubstantiation, le culte rendu au Christ réellement présent dans l’hostie permet à l’Église catholique d’affirmer sa différence face à la religion protestante. L’oraison des 40 heures pendant laquelle on s’adresse à Dieu en présence du Saint‑Sacrement a été créée au début du XVIe siècle. Elle prend un tour nouveau au siècle suivant. Elle se célèbre alors dans un édifice richement décoré et éclairé d’une multitude de cierges et de lampes. Décor peint et tableaux allégoriques structurent l’espace dans lequel est placé le Saint-Sacrement. Les Capucins en sont les promoteurs en France31. Il est normal qu’ils choisissent la chapelle des Pénitents Noirs, voisine de leur couvent, pour l’organiser à Pézenas. Elle est célébrée en 1611 par le père Archamp capucin provincial de son ordre, en présence du connétable de Montmorency. Rien n’indique qu’elle ait atteint la somptuosité de celles organisées à Annemasse en 1593 ou à Thonon en 1594 et 1595 par le père Chérubin. Cependant le secrétaire de la confrérie précise qu’il se fit de grandes assemblées de dévotion au son de la musique et instruments et que pour l’occasion, on avait achepté une grande quantité de porte lampe pour servir de luminaire à lad oraison qui était fort grand et honorable, car oultre le luminaire de l’autel, la chapelle estait garnye d’une sentaine de lampes. Il s’agit de toucher le croyant en éveillant ses sens. Cependant, le texte reste muet sur la décoration de la chapelle.

La mise au tombeau de l’église Saint-Pierre de Bessan

34À ce jour, un seul fragment de décor de la Semaine sainte a été repéré dans le département de l’Hérault. L’église de Bessan conserve une curieuse mise au tombeau. Elle est peinte sur six planches de bois assemblées à rainure et languette et est découpée à la manière d’une silhouette (fig.5). L’ensemble est maintenu à l’arrière par deux planchettes fixées par des clous en fer forgé (fig.6). Deux pitons, également en fer forgé, servaient à la fixation de ce panneau ; des renforts de bois ont été ajoutés à une époque récente. Elle rappelle les nombreuses silhouettes utilisées dans les décors du Jeudi saint, aussi bien en Corse qu’en Ligurie ou en Roussillon comme celles conservées dans l’église paroissiale Saint‑Jean‑L’Évangéliste d’Oms dans les Pyrénées‑Orientales ou celles de la chapelle du Saint‑Sépulcre à Nice.

35La mise au tombeau est conforme à l’iconographie des monuments qui mettent l’accent sur les scènes de la Passion du Christ. Elle est représentée de manière conventionnelle, Joseph d’Arimathie soutenant la tête du Christ et Nicodème les pieds, sous les regards de Marie, de saint Jean l’Évangéliste et d’une sainte femme.

Fig. 5

Fig. 5

Bessan (Hérault), église Saint-Pierre ; déposition de croix, vue d’ensemble

M. Kérignard © Région Languedoc-Roussillon, Inventaire général, 2015

Fig. 6

Fig. 6

Bessan (Hérault), église Saint-Pierre ; déposition de croix, ensemble du revers

M. Kérignard © Région Languedoc-Roussillon, Inventaire général, 2015

36La même scène est représentée sur un fragment de monument provenant de l’église Saint‑Martin d’Odeillo (Pyrénées‑Orientales). On la retrouve traitée cette fois en ronde bosse à l’aide de draperies de toile apprêtées et peintes dans l’église d’Espira‑de‑Conflent et, d’après le témoignage d’habitants du village, cette scène était installée dans le monument. La mise au tombeau n’est pas la seule à être représentée dans les monuments. Très souvent, comme dans le sepolcru de San‑Damiano, le centre du monument est occupé par une représentation de la déploration sur le corps du Christ. On peut aussi trouver une image de la Crucifixion comme dans le monument décrit par Pierre Serre en 1609.

37D’un point de vue technique, la mise au tombeau a été directement peinte sur les planches de bois, sans couche de préparation. La peinture semble avoir fait l’objet d’une restauration ancienne. Par son style, elle pourrait dater de la fin du XVIIe siècle et être l’œuvre d’un artiste de talent qui reste à découvrir. La mise au tombeau pourrait provenir de la chapelle des Pénitents Gris, voisine de l’église paroissiale.

  • 32 Instrument formé de deux planchettes articulées, utilisé pendant l’office des Ténèbres pour faire d (...)

38Signalons aussi, qu’à côté de ce panneau unique, on trouve des objets liés aux pratiques de la Semaine sainte. L’église de Bessan conserve une croix de la Passion (fig.7). Ces croix, sur lesquelles figurent les instruments de la Passion, étaient utilisées par les confréries de Pénitents pendant les processions de la Semaine sainte. L’église de Nizas (fig.8), proche de Pézenas, conserve une croix très proche de celle de Bessan. On peut s’interroger sur l’utilisation pendant les cérémonies de la Semaine sainte ou pendant l’année liturgique de deux tabourets ornés de têtes de morts, conservés dans l’église de Pomerols (fig.9). Ils étaient conservés dans l’ancienne chapelle de la confrérie des pénitents du Village. Comme dans les églises roussillonnaises ou catalanes, on trouve en Bas‑Languedoc de nombreux chandeliers des ténèbres (fig.10) ainsi que des claquoirs32 utilisés pendant la Semaine sainte.

Fig. 7

Fig. 7

Bessan (Hérault), église Saint‑Pierre ; croix de la passion

M. Kérignard ©Région Languedoc-Roussillon, Inventaire général, 2015

Fig. 8

Fig. 8

Nizas (Hérault), église Saint-Pierre ; croix de la passion

M. Kérignard © Région LanguedocRoussillon, Inventaire général, 2015

39Comme on vient de le voir, le Bas-Languedoc participe pleinement à ces pratiques post‑tridentines. On y réalise des monuments très proches de ceux des régions étudiées. La mise au tombeau de l’église Saint‑Pierre de Bessan rappelle les silhouettes utilisées lors de l’aménagement des monuments. Il est probable que d’autres fragments de décors se cachent dans les sacristies des églises et des chapelles de confréries.

Fig. 9

Fig. 9

Pomerols (Hérault), église Saint-Cyr et Sainte‑Julite ; escabeaux

M. Kérignard © Région Languedoc-Roussillon, Inventaire général, 2015

Fig. 10

Fig. 10

Pézenas (Hérault), collégiale Saint-Jean-Baptiste ; chandelier des Ténèbres

© Denis Nepipvoda, 2015

  • 33 Livre des Marguillers de Notre-Dame de Marceille. Archives Municipales de Cépie, non côté.
  • 34 BONNET Émile. Dictionnaire des artistes et ouvriers d’art du Bas-Languedoc (Aude, Gard, Hérault, Lo (...)

40Les documents découverts à ce jour permettent de dégager certaines spécificités propres au Bas‑Languedoc. Dans l’Hérault, il semble que les Pénitents aient joué un grand rôle dans la mise en place des monuments. Toutefois, ils ne sont pas les seuls. Les marguilliers de l’église Notre‑Dame de Marceille, près de Limoux, se chargent de l’installation du monument durant le XVIIe siècle33. En 1634, à la demande du chapitre, le peintre Jean Barré exécute un tableau pour celui érigé dans la cathédrale Saint‑Pierre de Montpellier, représentant le Christ et les douze apôtres34. Comme on l’a vu pour la confrérie des Pénitents Noirs de Pézenas, des monuments sont aussi élevés en d’autres occasions (fête de la Saint‑Jean ou Noël). Cette pratique est-elle marginale ou se retrouve‑t‑elle ailleurs ?

41La mise en place des monuments semble disparaître en Bas-Languedoc à la fin du XVIIIe siècle alors qu’elle perdure dans les régions voisines jusque dans les années 1950. Seul un dépouillement systématique des archives conservées dans l’Hérault et dans les départements voisins permettra de mieux comprendre ces particularités et de préciser leur aire de diffusion.

Haut de page

Annexe

Monument du Jeudi Saint 1619 commandé à Pierre Crouzal pour la chapelle des Pénitents Noirs de Béziers

AD 34, 2 E 14/91, f° 25v-26 : sans titre (construction du monument de la semaine Sainte pour la chapelle des Pénitents Noirs de Béziers).

L’an mil six cent dix neuf et le dixhuitiesme jo[ur] de février dans Bézeirs après midy régnant très chrétien prince louis Pierre estably en personne Pie[rre] Crouzal m[aîtr]e menuisier de Béziers lequel a promis et promet ausd Sr Jean Pol de Pradine prieur et Barthélémy Espanhac marchand soub pieur des Pénitents Noirs de Béziers de f[aire] et construire le momument de le Sepmaine Sainte prochain en lad chapelle des Pénitents Noirs, f[aire] et fournir tout ce qui conviendra à icelluy a ses frais et despans dud Crouzal comme bois peinture luminaire huile pour nombre de quatre cent trante lampe au plus bruslant despuis le St Sacrement mis le jeudy St jusqu’à midy de vendredy St, laquelle construction dud monument led Crouzal promet sera tenu de f[aire] le tout a ses despans moyennant la some de cens vingt livres que le Sr prieur et soubprieur seront tenus payer aud Crouzal, scavoir la moitié lhors quil aura fait la moitié dud monument et lautre moitié à la fin d’icelle, lequel monument led Crouzal à charge come promet f[aire] et a cest fin y travalher au plustost et icelluy avoir parfait le mercredi St à peyne de respondre de tous despans domaiges et intherest, sera représenté par icelluy monument le der[nier] jugement de Dieu suivant et conformement à une carte peinte en taille douce ou sont représentées trois croix avec toute l’histoire en icelle contenu qua esté signé par led Sr prieur et soub prieur au pied d’icelluy et remis au pouvoir dud Crouzal avec pacte que led Crozal pourra retirer tout le bois et paintures quil conviendra mettre aud monument et toutes les autres choses que huilles clous peinture et plus générallement touts les autres choses quil aura mis, pourra led Crouzal se servir du bois quil trouvera dans lad chapelle sans estre ny rompu ni gasté lequel il laissera après dans lad chapelle et sera tenu led Crouzal bien et duement f[aire] et parfaire le susd monument conformement à lad carte et embellir come il conviendra…

Quittance finale dans la marge, du 8 avril 1619.

Monument du Jeudi Saint 1627 commandé à Pierre Barral et Antoine Cousin pour la chapelle des Pénitents Noirs de Béziers

AD 34, 2 E 14 116, f° 63v-64 : prix fait pour Mr Me Jacques de Cassan conseiller du roy contre pierre Barral peintre

L’an mil six cent vingt sept le quinsième jour du mois de mars, dans Béziers après midy ré gnant très chrétien Prince Louis par la grâce de dieu roy de France et de Navarre, en présance de moy notaire royal de lad ville et tesmoins bas nommés a esté présant en personne Me Jacques de Cassan conseiller du roy et son advocat en la cour de Monsieur le sénéchal de la présante ville lequel a bailhé à prix fait à Pierre Barral m[aî]tre peintre de lad ville cy présant à peindre le monument que led sieur Cassan comme prieur de la companie des Pénitents Noirs dézire faire dans la chapelle conformemant le dessain quy luy a esté bailhé et icel rapporté en sept pièces et faire toutes autres peintures quy seront nécesaires aud monument et cest moyennant la somme de cinquante quatre livres scavoir trante livres pour sept tableaux à la détrampe et le surplus pour la peinture quil conviendra faire aud monument en déduction desquelles led Sieur Cassan a présentemant payé la somme de huict livres en dix quart de sous par luy receu à son contentemant et le surplus de lad somme quy est quarante quatre livres iceluy sieur Cassan les promet paier aud Barral à la fin de la besoigne, laquelle besoigne il promet avoir parachevée entre icy et le Jeudy sainct prochain, le tout a ses despans sans que led Sr Cassan ne soit tenue à rien que luy paier les quarante quatre livres et pour tous ce dessus garder icelles parties comme les concerne ont obligés leurs biens présant et advenir soubmis à toute rigueur de justice, ainsi l’ont juré faict et récité dans la maison dud Sieur Cassan en présance de Jean Aandré et Pierre Thoutza dud Béziers…

Quittance finale dans la marge, du 7 avril 1627

AD 34, 2 E 14 116, f° 62v-63 : prix fait bailhé par Mr Me Jacques Cassan passé avec Cousin

L’an mil six cent vingt sept le quinsième jour du mois de mars, dans Béziers après midy ré gnant très chrétien Prince Louis par la grâce de dieu roy de France et de Navarre, en présance de moy notaire royal de lad ville et tesmoins bas nommé a esté présant en personne Me Jacques de Cassan conseiller du roy et son advocat en la cour de Monsieur le sénéchal de la présante ville lequel en la qualité de prieur de la companie des Pénitants Noirs de la présante ville bailhé à prix fait à Anthoine Cousin Mtr de menuisier dud Béziers cy présant la construction du bastimant du monumant que led Sr Cassan dézire faire à ceste présante année dans leur esglise suivant le dessain quil a bailhé aud Cousin et cest moyennant la somme de soi xante livres en déduction de la quelle il a présentemant paier à icel Cousin la somme de seitze livres en car d’escus et doutzain par icel Cousin receue et emboursée à son contentemant et le surplus quest quarante livres led Sr Cassan le promet paier aud Cousn à la fin de lad besoigne, laquelle icelluy Cousin promet avoit faite entre icy et le jeudy St le tout à ses frais et despans auquel il sera permis de reprandre après le bois quil en aura fourny sans que led Sr Cassan soit tenu en rien que de paier tant seulemant lad somme de quarante quatre livres, est pour tout ce dessus garder lesd parties comme les conservent en ont obligé leurs biens présant et advenir soubmis à toutes rigueur de justice et ainsi l’ont juré , fait & récité dans la maison dud Sr, en présance de Jean André et Guilhaume Pugeant dud Béziers… Quittance finale dans la marge du 7 avril 1627.

Haut de page

Notes

1 ALBERT-LLORCA, Marlène, ARIBAUD, Christine, MATHON, Jean-Bernard (et al.). Monuments et décors de la Semaine Sainte en Méditerranée. Arts, rituels, liturgies, actes des Premières Rencontres Méditerranéennes sur les décors de la Semaine Sainte. Toulouse : CNRS – Université de Toulouse-Le Mirail, 2009, (coll. Méridiennes).

2 [Exposition. Gênes, Palais ducal, 2013]. BOGGERO, Franco, SISTA, Alfonso (dir.). Il Gran Teatro dei Cartelami. Scenografia tra mistero e meraviglia. Milan : Silvana Editoriale, 2013.

3 Messe des Présanctifiés : office du Vendredi Saint, où les saintes espèces utilisées ont été consacrées par avance le Jeudi saint. Entre le jeudi et le vendredi, elles sont conservées dans un tabernacle provisoire placé au centre d’un reposoir.

4 Messe des Présanctifiés : office du Vendredi Saint, où les saintes espèces utilisées ont été consacrées par avance le Jeudi saint. Entre le jeudi et le vendredi, elles sont conservées dans un tabernacle provisoire placé au centre d’un reposoir.

5 Terme italien pour pâte à papier.

6 Archives de la confrérie de Pénitents Blancs de Montpellier, premier registre de délibération non côté (1602-1629), f° 20.

7 Ibidem, f° 25v : L’an mil six cens dix et le Jeudy Sainct huitiesme jour du mois d’avril assemblés tous les confrères en lad esglise apréz l’office du St Sacrement la messe a esté célébré par Révérand père Archange Naguidut provencial des capuchins et a present prédicateur de Montpellier des mains duquel sont conjoints tous les confrères et après a esté faict en l’esglise la procession portant ledit père Archange le saint sacrement et apres lesdits Rudanel prieur, assisté de fr Finot et Sarret a laver les pieds a douze poures suivant lestil de l’esglise romaine et a esté donné a chasque poure un pain et cinq sous, apres les pies lavés. Cest monument estant beau un ecce homo au haut dun cintre du degré tenant en ses mains le St sacrement les costé peint sur toile aux trois marches chasque costé et son luminaire a chasque degré.

8 Ces comptes ne sont pas complets et ne couvrent que quelques années de fonctionnement de la confrérie (1591, 1593, 1601-1602, 1602-1603, 1612 et 1753-1788). Le livre de compte du XVIIIe siècle ne comporte aucune mention de monument.

9 AM Pézenas. GG 34. Livre pour la chapelle des pénitans noirs de l’année mil cinq cens quatre vingt et unze ; Compte pour l’année 1593 (manque la page de titre).

10 AM Pézenas. GG 34. Livre de recepte et despence faicte en la chapelle des Pénitants noirs de Pézenas durant l’année commencée le lendemain de Pasques 1595 et finissant semblable jour 1596.

11 AM Pezenas. GG 34. Compte du Sr d’Eglise trésorier de la chapelle e Pénitants Noirs de la ville de Pézenas en l’année commancée le lendemain de Pasques 1601 et finissant semblable jour de 1602.

12 AM Pezenas. GG 34. Livres des receptes et despance faicte par frère Roustan Bertrand receu esten le lendemain de Pasques 8 jour du mois d’apvril 1602 et finissant sa charge le lundi de Pasques penultiesme du mois de mars 1603, que frère César de la Palme a esté receu recteur et frère Anthoine… soub recteur.

13 Clous de bande : ils servent à attacher les bandes sur les roües des carrosses (Encyclopédie Diderot et d’Alembert).

14 Clous pataguals : noms donnés localement des clous dont la forme n’est pas connue.

15 Clous dineyrals : noms donnés localement des clous dont la forme n’est pas connue.

16 Main de papier : c'est un paquet de papier plié en deux, qui contient vingt - cinq feuilles. Vingt mains de papier composent ce qu'on appelle une rame de papier. (Encyclopédie Diderot et d’Alembert).

17 Feuille d’étain recouverte d’un verni coloré. Voilà ce qu’en dit d’Encyclopédie de Diderot : Il se tire de Hollande une autre espece d'étain battu dont les feuilies sont très - minces & ordinairement roulées en cornet ; elles sont ou toutes blanches, ou mises en couleur seulement d'un côté. Les couleurs qu'on leur donne le plus communément sont le rouge, le jaune, le noir, & l'aurore ; ce n'est qu'un vernis appliqué sur l'étain : c'est de cette sorte d'étain que les marchands Epiciers - ciriers appellent de l'appeau, dont ils mettent sur les torches & autres ouvrages de cire qu'ils veulent enjoliver, & dont les Peintres se servent dans les armoiries, cartouches, & autres ornemens, pour les pompes funebres ou pour le fêtes publiques.

18 AM Pezenas. GG 34. Compte de Frère Moyse Escudier trésorier de la chapelle en l’année mil six cens unze finie 1612.

19 AM Béziers. GG 212, f°25v-26. Registre des délibérations de la confrérie des Pénitents Minimes de Béziers.

20 Idem, f°36-37.

21 AM Pézenas. GG 39. Registre de délibérations de la confrérie des Pénitents Gris de Pézenas.

22 AD Hérault. 2 E 14/91, f° 25v-26. Sans titre (construction du monument de la semaine Sainte pour la chapelle des Pénitents Noirs de Béziers).

23 AD Hérault. 2 E 14 116, f° 63v. Prix fait pour Mr Me Jacques de Cassan conseiller du roy contre Pierre Barral (texte publié en annexe).

24 AD Hérault. 2 E 14 116, f° 62. Prix fait bailhé par Mr Me Jacques Cassan avec Cousin (texte publié en annexe).

25 [Exposition. Béziers, musée des Beaux-arts, 17 juin-25 septembre 2001]. NEPIPVODA Denis, RICHE Nicole. Peinture et sculpture à Béziers au XVIIe siècle. Béziers : Magenta Print, 2011, p 62-67.

26 AD Hérault. 2 E 2/47, f°70v-71. Prix faict des chaises de l’église cathédrale d’Agde.

27 Blanc d’Espagne ou de Bougival : terre ou marne blanche, qui se fond très facilement dans l’eau, et qui ne s’emploie qu’en détrempe ou avec le blanc de céruse dans la détrempe lorsqu’il y a plusieurs nuances à faire : la céruse en acquiert du moelleux, et se travaille plus facilement. Jamais on ne s’en sert à l’huile, parce qu’il n’a pas assez de corps lorsqu’il y est mélangé ; On le vend en pain dans le commerce, (WATIN, Jean-Félix, Présentation par Thierry Verdier. L’art du peintre, doreur, vernisseur. Éditions de L’Espérou, 2005, p 19.)

28 AM Pézenas. GG 34. Livres des receptes et despance faicte par frère Roustan Bertrand receu esten le lendemain de Pasques 8 jour du mois d’apvril 1602 et finissant sa charge le lundi de Pasques penultiesme du mois de mars 1603, que frère César de la Palme a esté receu recteur et frère Anthoine … soub recteur.

29 AM Pézenas. GG 34. Compte de Frère Moyse Escudier trésorier de la chapelle en l’année mil six cens unzz finie 1612.

30 Ancienne mesure valant environ 137 litres.

31 DOMPIER Bernard. Un aspect de la dévotion eucharistique dans la France du XVIIe siècle : la prière des 40 heures. Revue de l’histoire de l’Église de France, 1981, vol 67, n° 1778, p 5-31.

32 Instrument formé de deux planchettes articulées, utilisé pendant l’office des Ténèbres pour faire du bruit.

33 Livre des Marguillers de Notre-Dame de Marceille. Archives Municipales de Cépie, non côté.

34 BONNET Émile. Dictionnaire des artistes et ouvriers d’art du Bas-Languedoc (Aude, Gard, Hérault, Lozère). Montpellier : AVL diffusion, 2004, p. 34.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Prats-Balaguer (Pyrénées-Orientales), église Sainte-Marie ; monument
Crédits Jean‑Bernard Mathon © Centre de Conservation et de Restauration du Patrimoine des Pyrénées-Orientales
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/926/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Fig. 2
Légende Espira de Conflent (Pyrénées-Orientales), église Sainte‑Marie ; monument
Crédits Jean-Bernard Mathon © Centre de Conservation et de Restauration du Patrimoine des Pyrénées-Orientales
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/926/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Titre Fig. 3
Légende Seguero (Catalogne), église Santa-Maria ; monument
Crédits Carles Aymerich © CRBMC Centre de Restauració de Béns Mobles de Catalunya
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/926/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre Fig. 4
Légende Ficaghja (Haute-Corse), église de l’Immaculée
Crédits Conception : « sépulcru ». © Elisabeth Pardon
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/926/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 5
Légende Bessan (Hérault), église Saint-Pierre ; déposition de croix, vue d’ensemble
Crédits M. Kérignard © Région Languedoc-Roussillon, Inventaire général, 2015
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/926/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Titre Fig. 6
Légende Bessan (Hérault), église Saint-Pierre ; déposition de croix, ensemble du revers
Crédits M. Kérignard © Région Languedoc-Roussillon, Inventaire général, 2015
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/926/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 7
Légende Bessan (Hérault), église Saint‑Pierre ; croix de la passion
Crédits M. Kérignard ©Région Languedoc-Roussillon, Inventaire général, 2015
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/926/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Fig. 8
Légende Nizas (Hérault), église Saint-Pierre ; croix de la passion
Crédits M. Kérignard © Région LanguedocRoussillon, Inventaire général, 2015
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/926/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Fig. 9
Légende Pomerols (Hérault), église Saint-Cyr et Sainte‑Julite ; escabeaux
Crédits M. Kérignard © Région Languedoc-Roussillon, Inventaire général, 2015
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/926/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 916k
Titre Fig. 10
Légende Pézenas (Hérault), collégiale Saint-Jean-Baptiste ; chandelier des Ténèbres
Crédits © Denis Nepipvoda, 2015
URL http://journals.openedition.org/pds/docannexe/image/926/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Nepipvoda, « Les monuments en Languedoc méditerranéen révélés par les archives »Patrimoines du Sud [En ligne], 2 | 2015, mis en ligne le 01 août 2015, consulté le 31 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/pds/926 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pds.926

Haut de page

Auteur

Denis Nepipvoda

Historien de l’art

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Patrimoines du Sud est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals