Navigation – Plan du site
Études & travaux
Pratiquer les études médiévales : expériences et perspectives
Formations générales et continues : l'ancien et le nouveau
Littérature

Pratique des anciennes instructions et nouveaux programmes de collège : réflexions, propositions

Sandrine Legrand

Résumé

L’article s’appuie sur des pratiques de classes menées dans le cadre des anciens programmes de collège afin de proposer des pistes de travail pour aborder les nouvelles instructions. Il convient à l’enseignant de sensibiliser les élèves à la variété et à l’étrangeté de la littérature médiévale en prenant comme support des textes authentiques qui susciteront la curiosité des jeunes. L’article prend l’exemple d’une séquence sur le personnage du roi Arthur, figure emblématique de la matière de Bretagne. Ce projet, qui articule cinéma, textes médiévaux et travail sur le manuscrit, permet de montrer aux élèves, de manière simple, comment se constitue une tradition littéraire et comment s’écrit la littérature médiévale. Ce type d’activité qui rencontre un grand succès auprès des collégiens, est facilement transférable dans le cadre des cours et des EPI des nouveaux programmes, notamment via des travaux transdisciplinaires.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Bulletin officiel spécial n° 6 du 28 août 2008.
  • 2 Bulletin officiel spécial n° 11 du 26 novembre 2015.

1Les anciens programmes de collège1 accordaient une place importante au Moyen Âge en classe de cinquième. Dans la partie consacrée à la lecture, il était préconisé de faire lire, intégralement ou par extraits, un roman de Chrétien de Troyes, une chanson de geste, Tristan et Yseult ou encore le Roman de Renart, des fabliaux et des farces. Charles d’Orléans trouve sa place dans la partie réservée à la poésie. Pour l’étude de l’image, on conseillait au professeur de s’intéresser prioritairement à la « représentation des époques médiévales et classiques ». Une vaste matière s’offrait donc, dans ces anciens programmes, à l’enseignant de collège. Notre objectif est ici de mener une réflexion sur les pratiques de classes dans le cadre de ces anciens programmes, afin d’aborder de manière plus efficace les nouveaux2. En s’appuyant sur une expérience de professeur de collège, mais aussi sur une sensibilité de médiéviste, on se propose donc de présenter quelles questions se pose un enseignant de cinquième qui veut aborder la littérature médiévale dans ses classes, et quelles réponses on peut y apporter.

Que transmettre de la littérature médiévale aux élèves ?

2L’enjeu est de taille, car la classe de cinquième est – à peu près – le seul moment où l’enfant dans sa scolarité est en contact avec la littérature médiévale.

  • 3 On peut citer, par exemple, dans le Merlin de Robert de Boron, le rire du héros éponyme quand il pr (...)
  • 4 Méthodologies informatiques et nouveaux horizons dans les recherches médiévales, éd. Jacqueline Ham (...)

3Tout d’abord, il est important de montrer la variété de cette littérature, dont les anciens programmes se font l’écho : des textes de chevalerie à la farce, il y en a pour tous les goûts et pour tous les publics, comme c’était le cas à l’époque médiévale. En montrer les différentes facettes – en y accordant le temps nécessaire afin d’éviter de tomber dans l’erreur d’un saupoudrage faussement exhaustif – permet aux élèves s’immerger dans un imaginaire, qui le plus souvent leur plaît beaucoup. C’est pourquoi c’est aussi sur l’« étrangeté » de cette littérature qu’il faut mettre l’accent : ce sont des textes qui projettent dans un ailleurs et font rêver, par leur dimension merveilleuse ou épique, par exemple. Ils mettent en contact avec cet autre monde qu’est l’époque médiévale, par un effet que l’on pourrait appeler l’« exotisme historique ». Or, il semble important d’apprendre aux élèves à s’intéresser à l’inhabituel, et à des manières de faire et d’écrire qui ne sont pas celles de leur quotidien, de leur monde. La littérature médiévale, par ses règles d’écriture différentes, le comportement parfois surprenant de ses personnages3, est un support de choix pour mener un apprentissage de l’altérité, d’autant plus que cette question tient souvent une place importante dans l’œuvre, en particulier dans la chanson de geste. La notion même de livre est différente : la dimension matérielle du livre au Moyen Âge procède aussi de son étrangeté à l’heure des traitements de texte4. Étudier le manuscrit et les conséquences de ses particularités sur la composition des textes est aussi une manière d’amener les élèves à réfléchir sur des pratiques différentes de celles d’aujourd’hui, et d’en voir l’intérêt.

  • 5 Anne Besson, Constellations : des mondes fictionnels dans l’imaginaire contemporain, Paris, CNRS, 2 (...)

4Enfin, paradoxalement, c’est aussi une littérature que l’on peut aborder dans sa continuité avec la culture contemporaine. En effet le Moyen Âge est un monde qui rayonne dans l’imaginaire actuel, y compris dans celui des élèves, comme en témoignent les avatars chevaleresques de l’heroic fantasy5. C’est ainsi que le code d’honneur d’un chevalier arthurien sera d’autant plus facile à faire comprendre à un collégien si celui-ci a déjà rencontré ce type de comportement chez ses héros familiers.

5Au terme de ces réflexions préalables, il apparaît clairement que la sensibilisation à cet imaginaire doit être le fil directeur des pratiques de classe. L’étude des œuvres médiévales est l’outil de cette découverte et non une fin en elle-même. En cinquième, il ne s’agit pas, selon nous, de transmettre une culture établie, ce qui donnerait l’image fausse d’une littérature médiévale figée dans quelques grands textes. Le choix des œuvres ne doit pas être un préalable à la mise en œuvre de séquences pédagogiques, mais il doit découler d’une réflexion sur les objectifs que l’on veut atteindre. On peut ainsi faire le choix de surprendre les élèves, de les marquer, et de les rendre sensibles à des textes vivants, mouvants et à une littérature qui se démarque des autres.

6Dans ce cadre, il semble que ce serait une erreur de renoncer à l’extrait d’œuvre médiévale authentique, au profit d’un texte adapté, voire complètement réécrit. La tentation est grande au collège, et même au lycée, de simplifier pour aider à la compréhension. Un texte adapté, qui explicite par exemple un détail obscur ou rend cohérent ce qui ne l’est pas dans un texte original ou inspiré de la littérature médiévale, trouve tout à fait sa place dans le cadre d’une lecture personnelle, car il permet à l’élève d’être autonome et de comprendre l’histoire sans avoir besoin d’explications supplémentaires. En revanche, il est beaucoup plus intéressant d’utiliser pour support des cours des extraits qui vont davantage attiser la curiosité, précisément parce qu’ils résistent, dans un premier temps du moins, à la lecture, ce qui justifie ainsi que l’on s’arrête à leur étude. L’expérience montre même qu’un élément de compréhension qui gêne l’élève ou lui pose problème est un point de départ tout à fait pertinent pour mener le cours, car il permet à l’élève, avec l’aide du professeur, de construire un savoir ou de développer une compétence pour résoudre cette difficulté. Pour les mêmes raisons, ce serait également une erreur de partir d’un texte authentique mais d’en caricaturer le propos, en réduisant par exemple le chevalier arthurien à une suite de clichés, ou en limitant l’étude du Roman de Renart au comique. La tâche est donc ardue, car il faut transmettre un savoir juste mais simple. C’est pourquoi nous nous intéresserons plus particulièrement à la manière d’aborder l’étrangeté de la littérature médiévale : comment amener un collégien à s’intéresser à des aspects des textes médiévaux inhabituels voire déroutants pour lui.

Un exemple de mise en œuvre : une séquence pédagogique sur le roi Arthur

  • 6 Voir notamment Christine Ferlampin-Acher et Denis Hüe, Mythes et réalités. Histoires du roi Arthur, (...)
  • 7 http://expositions.bnf.fr/arthur/
  • 8 Le premier, Jacques de Longuyon, dans les Vœux du paon, établit une liste de neuf figures de cheval (...)

7Pour amener un élève à comprendre des textes médiévaux qui pourraient le dérouter, le plus simple est de partir de la représentation qu’il se fait lui-même du Moyen Âge, qu’elle lui vienne de Walt Disney, des séries, de lectures voire de son cours d’histoire. Nous prendrons l’exemple de la littérature arthurienne. Les entrées possibles dans la matière de Bretagne sont multiples. Les programmes et les éditions faites pour les enseignants inciteraient à l’aborder à travers les figures de Lancelot, Yvain ou Tristan, alors que la figure qui s’impose est en vérité celle d’Arthur. En effet, force est de constater le nombre important d’études que les médiévistes, littéraires et historiens, ont consacrées à ce personnage6. Pour le grand public, Arthur est ainsi le personnage principal des fictions actuelles qui recyclent la matière de Bretagne. C’est à lui que la BnF a consacré une exposition7. Et dès la période médiévale, n’est-ce pas le nom d’Arthur qui est retenu dans la liste des Neuf Preux8 ? Arthur est donc un mythe qui traverse les siècles. C’est pourquoi cette figure nous est apparue comme le fil directeur évident d’un travail avec les collégiens.

  • 9 Robert de Boron, Merlin, éd. critique par Alexandre Micha, Paris, Droz, 2000, § 83. Le Morte Darthu (...)
  • 10 L’intervention de la Dame du lac se trouve notamment dans La Suite du Roman de Merlin, édition crit (...)

8Pour aborder ce personnage, nous avons testé différentes approches, mais la plus satisfaisante a été de partir d’extraits de l’Excalibur de John Boorman, car ce film permet d’aborder Arthur à travers l’image qu’un artiste du xxe siècle en donne mais donne aussi du monde arthurien. Cette étude permettait d’esquisser un premier portrait du héros et d’identifier un certain nombre de motifs ou de thèmes du mythe arthurien : le merveilleux, la quête, l’amour, le Graal, etc. Dans un second temps, ces représentations étaient confrontées aux textes médiévaux : extraits du Merlin de Robert de Boron, de la Suite du Roman de Merlin et de la Mort le Roi Artu et de la Morte d’Arthur de Malory. Les élèves y retrouvaient un certain nombre d’éléments déjà connus, ce qui permettait d’attirer leur attention sur des détails plus spécifiques aux textes, comme les qualités d’Arthur ou l’ambiguïté de Merlin. Ainsi, pour étudier la naissance d’Arthur, les élèves avaient lu l’extrait de Robert de Boron où Merlin vient enlever le bébé à Ygerne pour le confier à Antor. Cette scène qui met l’accent sur la douleur de la mère surprend les élèves, qui s’attendaient surtout à y trouver de la magie à cause de la présence de Merlin, aspect que le film de Boorman met en valeur. Ce détail les fait réagir sans que cela devienne une difficulté de compréhension, puisqu’il fait appel à leur sensibilité. Or, cette manière de faire permet de travailler sur les clichés attachés aux figures arthuriennes, et de mesurer ainsi la différence entre le personnage de roman et le mythe. L’extrait où Arthur prend possession d’Excalibur est aussi très intéressant à étudier : si Boorman en donne dans un premier temps, comme Robert de Boron ou Thomas Malory, la version « chrétienne » où l’épée est extraite du perron9, il fait intervenir un peu plus tard la Dame du Lac afin qu’elle répare l’épée brisée, s’inspirant ainsi de la version païenne de son origine10. Montrer aux élèves qu’il ne s’agit pas d’une relecture du réalisateur, mais d’une variante qui existait dès le Moyen Âge (on peut leur lire la version de la Suite du roman de Merlin par exemple) est une manière très simple d’aborder un des aspects les plus originaux de la littérature médiévale : sa mouvance. Il n’y a pas un roman d’Arthur ou un roman de Lancelot, comme il y a une Madame Bovary, mais une matière qui se réécrit sans cesse.

9C’est aussi pour cette raison que nous avons décidé de laisser dans un premier temps de côté Chrétien de Troyes et de privilégier la matière sur l’œuvre. D’une part, nous avons fait le choix d’un groupement de textes, qui permet de varier les supports, plutôt que du parcours dans une œuvre – un choix non seulement pertinent mais plutôt nécessaire pour qui veut traiter de la diversité d’une littérature. D’autre part, il s’agissait de montrer comment une œuvre, celle de Robert de Boron ou celle de Chrétien de Troyes en l’occurrence, s’intègre à une tradition, ce qui donne une image beaucoup plus juste de la littérature médiévale.

10C’est pourquoi cette première séquence, dont l’objectif revendiqué était de réfléchir à la constitution d’un mythe – non seulement mythe médiéval mais aussi mythe littéraire –, était suivie d’une deuxième, qui portait plus spécifiquement sur des destins de chevalier du monde arthurien. Selon les années, nous avons choisi de présenter plusieurs héros ou de suivre le destin d’un seul d’entre eux. C’est à l’occasion de cette deuxième séquence qu’on abordait les textes de Chrétien de Troyes. Les extraits étaient choisis en fonction de scènes types dans lesquelles évoluait le chevalier arthurien : épreuve, duel, etc. Le but de cette approche était de montrer aux élèves qu’il s’agissait de destins individuels, mais qu’ils s’intégraient dans l’histoire arthurienne travaillée précédemment et dans des modèles codés. À l’issue de ces deux séquences, les collégiens avaient donc une image de la littérature arthurienne relativement juste : construite à partir de motifs et de modèles communs, elle n’en est pas moins en constante réécriture.

  • 11 Voir Jean-Luc Deuffic, Du scriptorium à l’atelier : copistes et enlumineurs dans la conception du l (...)

11À partir de ce constat, était proposé un travail d’écriture, qui courait sur plusieurs séquences : rédiger un court roman de chevalerie. Les élèves étaient invités à réécrire une scène ou à en inventer une autre, de sorte que ces rédactions mises bout à bout forment finalement un récit cohérent. Des extraits de romans autres que ceux étudiés en cours étaient donnés en médiation, ce qui leur permettait d’élargir leur connaissance des textes médiévaux. De plus, lors de la phase de finalisation, les collégiens avaient eu la consigne de présenter leur travail à la manière d’un manuscrit ; de cette manière ils étaient initiés, par le geste, à la diffusion des textes à l’époque médiévale : en premier lieu, ils prenaient conscience du temps et du risque de fautes liés à l’acte même de la copie ; ils mesuraient aussi la nécessité d’écrire droit, de répartir harmonieusement le texte sur les pages, de laisser de la place pour les lettrines et des miniatures. Ils trouvaient la solution à ces problèmes, grâce à une recherche sur les pratiques des copistes, dont ils assimilaient ainsi le travail. Ils étaient également invités à rechercher des modèles existants d’enluminures et de bordures, dans les manuels ou dans des pages sélectionnées du catalogue de la BnF, qu’ils pouvaient décalquer ou recopier en fonction de leurs propres compétences artistiques ; et cette démarche était rapprochée de celles des artistes médiévaux, qui puisaient eux aussi dans des listes de modèles11. Tout cela permettait de comprendre assez précisément, et de manière très simple, ce qu’était la transmission des livres avant l’imprimerie et le traitement de textes. Le projet était vraiment motivant pour les collégiens, dont le travail d’écriture ne se réduisait plus à une rédaction isolée et prenait une toute autre ampleur, mais aussi par le caractère ludique de sa réalisation.

Bilan et perspectives : comment adapter ces pratiques aux nouveaux programmes ?

  • 12 John Boorman s’est lui-même inspiré de tableaux préraphaélites dans certaines scènes de son film Ex (...)

12La réalisation d’un roman de chevalerie, telle que nous venons de la décrire, est une activité qui peut tout à fait trouver sa place dans les nouvelles pratiques des collèges. En effet, on peut construire un EPI (enseignement pratique interdisciplinaire), où les professeurs de français et d’arts plastiques travaillent conjointement sur la découverte du manuscrit et des enluminures ainsi qu’à la mise en forme du roman écrit par les élèves. Un professeur d’histoire pourrait aussi s’adjoindre à l’équipe, pour faire découvrir comment s’organisait un scriptorium. Dans cette perspective, on gagnerait à s’appuyer sur des extraits de films comme Le Nom de la rose de J.-J. Annaud ou Brendan et le secret de Kells de Tomm Moore. D’autres activités, ordinairement faites par le seul enseignant de français, pourraient devenir des projets d’EPI : ainsi, dans le cadre des anciens programmes, au cours des deux séquences précédemment présentées, nous nous appuyions également sur des représentations iconographiques, par exemple des tableaux préraphaélites, pour étudier comment le mythe arthurien s’était construit à l’échelle européenne12. La présence d’un enseignant d’arts plastiques apporte une aide précieuse à ce travail dans le cadre d’un EPI qui peut aboutir, au sein de l’établissement, à la réalisation d’une exposition sur la figure du chevalier arthurien.

13Mais l’étude de la littérature médiévale ne doit pas bien sûr se limiter à des EPI. Les nouveaux programmes offrent un cadre où des séquences semblables à celles présentées plus haut trouvent toujours leur place. Il serait dommage dès lors de se priver de supports et d’activités qui plaisent beaucoup aux collégiens. Ces travaux avaient eu des effets très positifs sur les élèves, qui apprécient toujours qu’on leur fasse confiance en leur proposant des textes nuancés sur lesquels ils peuvent échanger leurs impressions et débattre, précisément quand leur signification leur apparaît problématique. On peut aisément imaginer les débats que suscite chez les collégiens l’attitude de Merlin envers Ygerne. C’est pourquoi, dans les nouveaux programmes, l’œuvre médiévale, au même titre que tout extrait d’une œuvre littéraire, doit rester un support de choix qui suscite la parole de l’élève. Il revient à l’enseignant de choisir ses extraits de manière à construire cette connaissance juste et nuancée de la littérature médiévale car il est possible, même avec des collégiens, d’aborder la littérature sans sacrifier la justesse du propos. C’est la démarche pédagogique qui doit simplifier l’apprentissage, en partant du familier pour arriver au nouveau et à l’inattendu.

14L’autre raison qui doit inciter les enseignants à continuer d’utiliser les textes médiévaux dans leurs cours est tout à fait concrète : ces séquences reposent sur des textes traduits en français moderne. Cela pourrait sembler anecdotique mais la difficulté par excellence à laquelle se heurte un élève de cinquième aujourd’hui est bien celle de la compréhension littérale. En travaillant à partir de traductions, que l’on choisira dans une langue contemporaine et courante, on propose des textes beaucoup plus faciles à appréhender que ceux du xviie siècle par exemple, voire du xxe siècle. Le sens littéral du texte ne représentant plus une difficulté, les efforts des élèves peuvent se concentrer sur l’analyse du sens littéraire de celui-ci.

  • 13 Pour une réflexion générale sur les enjeux et les pratiques de la traduction, voir : Giovanni Dotol (...)

15Pourtant, si l’on veut vraiment faire un tableau juste des perspectives ouvertes à l’enseignement de la littérature médiévale au collège, il faut admettre qu’un certain nombre d’obstacles très concrets font hésiter les enseignants de français à s’emparer de cette matière. Il est facile de conseiller de diversifier les supports et de chercher dans la masse de la littérature arthurienne l’extrait qui fera de Lancelot un chevalier que les élèves n’oublieront pas de sitôt. Il est surtout facile d’appliquer ces conseils quand on est soi-même médiéviste. De même, il n’est pas toujours facile de trouver la traduction d’un texte qui sera accessible aux élèves. Beaucoup d’enseignants dès lors éliminent des textes, par ailleurs intéressants, faute de trouver une traduction abordable ou d’oser corriger celle qu’ils ont trouvée. De fait, la plupart des enseignants de collège travaillent avec les outils dont ils disposent, manuels ou éditions scolaires, et ils se sentent souvent dépourvus lorsqu’ils veulent quitter les sentiers battus des séquences habituelles que l’on rencontre depuis des décennies. Quand on regarde les éditions de textes médiévaux proposées pour le collège par les différentes maisons d’édition, le nombre de volumes consacrés à la littérature médiévale est important ; mais en réalité ce sont toujours les mêmes titres que l’on rencontre : Yvain et Lancelot de Chrétien de Troyes, Tristan et Yseut, le Roman de Renart et les fabliaux. Les manuels ne proposent que rarement davantage de variété. Qu’en est-il de la richesse de la littérature médiévale dans cette liste ? On peut espérer que les nouveaux programmes, moins limitatifs, ouvriront de nouvelles perspectives qui rendront davantage compte de la diversité et de la mouvance de cette littérature, ce qui incitera également à une plus grande variété éditoriale. Un autre problème tient au contenu même de ces textes mis à disposition de l’enseignant, qui sont « adaptés » sans que soit le plus souvent précisée la mesure de cette adaptation. Enseigne-t-on dans ce cas la littérature médiévale ? À titre de comparaison, quelle maison d’édition oserait proposer une version « adaptée » de l’Avare de Molière ? Le problème, qui se pose dans les mêmes termes pour les textes antiques proposés en sixième, est celui de la traduction, intermédiaire nécessaire et privilégié de l’accès à la littérature en ancien français – un problème complexe, dont on ne saurait rendre compte ici en quelques phrases13.

Conclusion

  • 14 La transposition par Gustave Cohen du Miracle de Théophile de Rutebeuf (Paris, Delagrave, 1934) off (...)

16Nous avons donc pu constater, combien, dans le cadre des anciens programmes, l’enseignement de la littérature médiévale avait eu de l’intérêt pour les élèves comme pour les enseignants, et comme il avait pu faire naître des projets variés. Dans les nouveaux programmes de collège, ces textes, par leur richesse et les perspectives d’activités qu’offrent les différents supports, sont des outils privilégiés pour mettre en œuvre projets et EPI, que les plus motivés des enseignants n’hésiteront pas à exploiter. Mais, à l’inverse, rien n’oblige plus désormais un enseignant à étudier la littérature médiévale. Or beaucoup ne se sentent pas à l’aise avec ces œuvres, sans doute parce qu’ils ne les ont étudiées qu’à l’université, ce qui en fait, à leurs yeux, une littérature de spécialistes qui n’aurait pas d’intérêt pour des collégiens. Il existe cependant des solutions pour faire mentir cette prédiction peu optimiste : offrir aux enseignants des supports textuels plus variés ; leur apprendre, dans le cadre de la formation continue – si contrastée selon les académies –, à s’emparer d’outils qui leur permettront d’enrichir leurs projets (par exemple, savoir trouver sur le site de la BnF des manuscrits à exploiter ou d’anciennes expositions qui y figurent encore, et qui sont enrichies de parcours pédagogiques). Il serait également utile que soient spécifiquement réalisées pour les élèves de cinquième des traductions d’œuvres médiévales, plus accessibles pour eux que des traductions universitaires14, voire d’anciennes traductions libres de droit, réalisées pour un public adulte. Enfin il faut continuer à cultiver la diversité de cette littérature et en faire connaître les richesses, surtout les plus méconnues, afin de susciter chez les enseignants des projets riches et stimulants pour leurs élèves.

Haut de page

Notes

1 Bulletin officiel spécial n° 6 du 28 août 2008.

2 Bulletin officiel spécial n° 11 du 26 novembre 2015.

3 On peut citer, par exemple, dans le Merlin de Robert de Boron, le rire du héros éponyme quand il prédit un malheur ou encore, dans Le Chevalier de la charrette de Chrétien de Troyes, des ressorts narratifs (pourquoi Arthur et Guenièvre ont à l’imprudence de faire à Keu le don « en blanc » ?) ou l’implicite qui sous-tend certaines scènes (comment Lancelot sait-il que la reine a été enlevée ?) qui déconcertent le lecteur qui aborde la littérature médiévale.

4 Méthodologies informatiques et nouveaux horizons dans les recherches médiévales, éd. Jacqueline Hamesse, Turhnout, Brepols, 1992 ; Testi, manoscritti, ipertesti : compatibilità, informatica e letteratura medievale, ed. Lino Leonardi, Florence, Galluzzo, 1998.

5 Anne Besson, Constellations : des mondes fictionnels dans l’imaginaire contemporain, Paris, CNRS, 2015, p. 352-357.

6 Voir notamment Christine Ferlampin-Acher et Denis Hüe, Mythes et réalités. Histoires du roi Arthur, Rennes, éditions Ouest France, 2012, réédité en 2017 ; Laurence Mathey-Maille, Arthur, roi de Bretagne, Paris, Klincksieck, « Les grandes figures du Moyen Âge», 2012 ou encore le travail de l’historien Alban Gautier, Arthur, Paris, Ellipses, 2007.

7 http://expositions.bnf.fr/arthur/

8 Le premier, Jacques de Longuyon, dans les Vœux du paon, établit une liste de neuf figures de chevaliers remarquables par leur prouesse, qu’il répartit en trois trilogies : l’antique (Hector, Alexandre, César), la biblique (David, Judas Macchabée, Josué) et la chrétienne (Arthur, Charlemagne et Godefroy de Bouillon). Sur ce motif, voir la revue Bien dire et bien aprandre 31, « Les Neuf Preux », Centre d’études médiévales et dialectales de Lille 3, 2016.

9 Robert de Boron, Merlin, éd. critique par Alexandre Micha, Paris, Droz, 2000, § 83. Le Morte Darthur : Sir Thomas Malory’s Book of King Arthur and of His Noble Knights of the Round Table, the Text of Caxton, Edited with an Introduction, by Sir Edward Strachey, London, Macmillan (Macmillan’s Globe Library), 1909 Réimpr. : 1941, Book I, ch.4 (cette édition de Malory est accessible sur Internet. Il existe cependant des éditions plus récentes dont celle de Stephen H. A. Shepherd : Sir Thomas Malory, Le Morte Darthur or The Hoole Book of Kyng Arthur and of his Noble Knyghtes of the Rounde Table, New York et London, Norton, 2004.) Sur l’origine de ce motif, voir : Alexandre Micha étude sur le Merlin de Robert de Boron, Genève, Droz, p. 57-58.

10 L’intervention de la Dame du lac se trouve notamment dans La Suite du Roman de Merlin, édition critique par Gilles Roussineau, Paris, Droz, 2006, § 64.

11 Voir Jean-Luc Deuffic, Du scriptorium à l’atelier : copistes et enlumineurs dans la conception du livre manuscrit au Moyen Âge, Turnhout, Brepols, 2011 ; et Le texte médiéval : de la variante à la recréation, Cécile Le Cornec-Rochelois, Anne Rochebouet, Anne Salamon dir., Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2012.

12 John Boorman s’est lui-même inspiré de tableaux préraphaélites dans certaines scènes de son film Excalibur (cf. François Amy de la Bretèque, Le Moyen âge au cinéma : panorama historique et artistique, Paris, A. Colin, 2015, p. 200 ; pour une approche approfondie du sujet, voir : François Amy de la Bretèque L’Imaginaire médiéval dans le cinéma occidental de François Amy de la Bretèque, Paris, Champion, 2004)

13 Pour une réflexion générale sur les enjeux et les pratiques de la traduction, voir : Giovanni Dotoli, Traduire en français du Moyen Âge au xxie siècle, préface d’Alain Rey, Paris, Hermann, 2010.

14 La transposition par Gustave Cohen du Miracle de Théophile de Rutebeuf (Paris, Delagrave, 1934) offre un exemple de ce type de démarche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Legrand, « Pratique des anciennes instructions et nouveaux programmes de collège : réflexions, propositions », Perspectives médiévales [En ligne], 39 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 20 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/peme/13949 ; DOI : 10.4000/peme.13949

Haut de page

Auteur

Sandrine Legrand

Professeur de Lettres, Académie de Lille, Docteure en littérature médiévale (Université de Lille 3 « Charles de Gaulle », EA 1061 ALITHILA - Analyses Littéraires et Histoire de la Langue)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page