Navigation – Plan du site
Études & travaux
Pratiquer les études médiévales : expériences et perspectives
Formations générales et continues : l'ancien et le nouveau
Interdisciplinarité

Ponts et carrefours : enjeux pour la littérature médiévale des pratiques interdisciplinaires au collège

Mathilde Grodet

Résumé

Si la recherche en littérature médiévale se nourrit depuis longtemps du dialogue entre les disciplines, les pratiques interdisciplinaires dans l’enseignement supérieur restent rares. A l’inverse, dans le secondaire, l’interdisciplinarité se développe depuis une quinzaine d’années avec la volonté affichée de renouveler les approches pédagogiques. L’organisation des enseignements, mise en œuvre dans le cadre de la réforme du collège, accorde une importance accrue à l’interdisciplinarité dans l’apprentissage des élèves. Mais quelle place pour la littérature médiévale dans les nouveaux dispositifs interdisciplinaires au collège ? Souvent limités à la classe de 5e et à des partenariats avec l’histoire, les projets portant sur des œuvres médiévales pourraient pourtant être plus nombreux et diversifiés et offrir une image plus juste de la littérature du Moyen Âge.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les nouveaux programmes sont consultables sur le site www.education.gouv.fr, tandis que des ressour (...)

1À l’occasion de cette journée d’étude consacrée à l’enseignement de la littérature et de la langue médiévales, plusieurs communications ont fait état de la place des textes médiévaux dans les programmes et les pratiques du secondaire. Nous voudrions ici poursuivre cette réflexion en sortant un peu du cours de français pour mettre l’accent sur les pratiques interdisciplinaires au collège. Le thème est d’actualité, puisque la nouvelle organisation des enseignements, mise en place cette année dans le cadre de la réforme du collège, accorde une importance accrue à l’interdisciplinarité dans l’apprentissage des élèves, avec la volonté affichée de renouveler les approches pédagogiques1.

2Nous avons souhaité interroger l’inscription de la littérature médiévale dans ces pratiques interdisciplinaires, en particulier au cycle 4, cycle des approfondissements qui recouvre les classes de 5e, 4e et 3e. L’ intention est de voir si, par rapport à un enseignement plus traditionnel, l’interdisciplinarité peut apporter à la littérature médiévale un éclairage plus éclatant et plus juste, à même de corriger les maux dont elle souffre, à savoir une visibilité modeste et une approche qui l’apparente souvent à une enfance de la littérature ou à une littérature pour enfants. Ce questionnement s’appuie sur notre propre pratique de médiéviste et de professeur de Lettres au collège, sur le retour d’expériences de collègues, mais aussi sur la consultation des différents supports, tant privés qu’institutionnels, proposés aux enseignants à l’orée de cette réforme. Après quelques rapides rappels historiques et notionnels sur l’interdisciplinarité, nous confronterons les pratiques interdisciplinaires à l’Université et dans l’enseignement secondaire. Nous évoquerons enfin les dispositifs interdisciplinaires proposés par la réforme du collège de 2015, fil conducteur des travaux de cette journée.

  • 2 Voir Nicole Rege Colet, Enseignement universitaire et Interdisciplinarité. Un cadre pour analyser, (...)

3Au même titre que les disciplines, l’interdisciplinarité est une construction sociohistorique dont il n’est pas inutile de rappeler les principes constitutifs. Nous voudrions donc nous attarder pour commencer sur les fondements théoriques et sur l’évolution de cette notion. Afin d’éviter les ambiguïtés, il convient de poser quelques définitions, en gardant toutefois à l’esprit que la terminologie en la matière est loin d’être figée2. Au sens générique, l’interdisciplinarité est la mise en réseau des savoirs scientifiques. On distingue cependant, selon le type d’interaction, pluridisciplinarité, multidisciplinarité, interdisciplinarité et transdisciplinarité. La pluridisciplinarité ou multidisciplinarité consiste à juxtaposer des approches disciplinaires, sans véritable interaction entre elles, afin d’aborder un même objet d’étude ou un même questionnement. L’interdisciplinarité au sens strict implique la collaboration entre les disciplines autour d’un objet commun, dans une perspective de co-production des connaissances. Enfin, la transdisciplinarité se situe au-delà des champs disciplinaires. Elle suppose une mise en perspective systémique, globale et intégrée des disciplines scientifiques. Dans la suite de cet exposé, nous emploierons le terme « interdisciplinarité » au sens large, conformément à l’usage qui en est fait dans la plupart des textes officiels relatifs aux programmes du secondaire.

  • 3 Pour une présentation plus complète de l’histoire de l’interdisciplinarité, voir Nicole Rege Colet, (...)
  • 4 Patrick Charaudeau, « Pour une interdisciplinarité « focalisée » dans les sciences humaines et soci (...)

4Cette notion d’interdisciplinarité apparaît au début du xxe siècle, mais elle connaît un développement décisif dans les années 60 et 70. Jusqu’alors l’enseignement est plutôt généraliste, et il repose sur une certaine idée de la culture humaniste. À partir des années 60, on assiste à un double mouvement dans la recherche et l’enseignement : d’une part une tendance à la spécialisation, d’autre part la recherche de passerelles entre les disciplines et l’exploration des zones intermédiaires entre deux domaines de savoir3. L’interdisciplinarité accompagne donc le développement des disciplines scientifiques depuis une cinquantaine d’années et vise non à leur disparition, mais à leur décloisonnement. C’est avant tout, comme l’explique Patrick Charaudeau, une démarche consistant à « articuler entre eux les concepts, les outils et les résultats d’analyse de différentes disciplines »4. Elle exige par conséquent un ancrage, qui peut être disciplinaire, thématique ou méthodologique.

  • 5 L’exemple des études de genre a donné lieu à un article intéressant concernant les tensions profess (...)
  • 6 Il existe cependant des entreprises plus strictement interdisciplinaires. Signalons à titre d’exemp (...)
  • 7 Pour un état des lieux des situations d’enseignements interdisciplinaires à l’université, voir Nico (...)

5L’aboutissement de ce phénomène à l’Université est la reconfiguration des partages disciplinaires, avec l’apparition de nouveaux domaines à la frontière entre deux disciplines, comme la biochimie ou l’astrophysique par exemple, ou la définition de champs de recherche plus transversaux, dont les études de genre ou gender studies sont un bon exemple5. Nous voudrions attirer l’attention sur l’intérêt particulier des médiévistes pour l’interdisciplinarité, un intérêt qui est lié en partie à l’ancienneté de leur objet d’étude. Étudier des œuvres du Moyen Âge nécessite en effet le recours à des connaissances et à des compétences de linguiste, des notions de paléographie, des rudiments de théologie, ou des savoirs en histoire que la littérature médiévale contribue également à construire… On peut se demander également s’il n’y a pas chez les médiévistes une façon d’envisager le savoir qui serait héritée des arts libéraux médiévaux, ou à tout le moins une conscience accrue de la non-permanence des disciplines. Quoi qu’il en soit, les équipes de recherche, les associations, les colloques, les ouvrages proposant une approche interdisciplinaire du Moyen Âge sont nombreux, même s’il s’agit le plus souvent de pluridisciplinarité6. Il faut toutefois noter que ce goût pour l’interdisciplinarité dans la recherche, que ce soit en études médiévales ou de façon générale en sciences humaines, se prolonge rarement dans l’enseignement supérieur qui reste soumis à l’hyper-spécialisation7.

  • 8 Pour se faire une idée des enjeux de l’interdisciplinarité dans l’enseignement primaire et secondai (...)
  • 9 Voir Jacques Hamel, « La pédagogie comme pivot de l’interdisciplinarité », Revue internationale d’é (...)
  • 10 Les TPE visent, grâce à une démarche interdisciplinaire, à diversifier les modes d’appropriation de (...)
  • 11 Les parcours diversifiés et travaux croisés avaient pour objectif de mettre en place des pratiques (...)

6Dans l’enseignement secondaire, l’interdisciplinarité est apparue comme un moyen de lutter contre l’impression de morcellement que peuvent ressentir les élèves face aux enseignements par matières, afin de redonner du sens aux apprentissages et de montrer que chaque discipline participe d’une façon qui lui est propre à l’intelligibilité du monde8. Les pratiques interdisciplinaires au collège et au lycée sont de ce fait indissociables des notions de décloisonnement et de pédagogie de projet9. Elles ont pris des formes variées selon les niveaux d’enseignement et selon les époques. On peut citer pour le lycée les travaux personnels encadrés (TPE) en classe de 1ere générale et les projets pluridisciplinaires à caractère professionnel (PPCP) dans les filières professionnelles10. Au collège, les expérimentations en ce sens sont plus nombreuses et plus anciennes. Retenons les parcours diversifiés en classe de 5e et les travaux croisés en 4e à la fin des années 90, puis les itinéraires de découverte mis en place en 2002 et aujourd’hui abandonnés11, et enfin, les enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI) définis dans les textes de la réforme du collège de 2015 qui ont fourni à la présente journée son contexte. C’est sur ce dernier dispositif que je concentrerai mon attention.

  • 12 Pour plus de précisions sur le dispositif, on consultera la page spécifique du portail « La réforme (...)

7Les enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI) constituent un dispositif d’enseignement nouveau, faisant intervenir deux disciplines ou plus autour d’une problématique commune12. Les EPI doivent permettre de construire et d’approfondir des connaissances et des compétences par une démarche de projet conduisant à une réalisation concrète, individuelle ou collective. Ils donnent lieu par ailleurs à une double évaluation, au moment de leur réalisation, puis lors d’une épreuve orale pour le brevet des collèges en fin de 3e. Les EPI sont une modalité nouvelle de mise en œuvre des programmes disciplinaires : leurs contenus sont établis en fonction des objectifs de connaissances et de compétences du socle commun de connaissances, mais ils doivent s’inscrire dans l’une des huit thématiques suivantes : « Corps, santé, bien-être, sécurité », « Culture et création artistiques », « Transition écologique et développement durable », « Information, communication, citoyenneté », « Langues et cultures de l’Antiquité », « Langues et cultures étrangères ou, le cas échéant, régionales », « Monde économique et professionnel », « Sciences, technologie et société ». Enfin, les EPI doivent également contribuer à la mise en œuvre des trois parcours éducatifs : le parcours citoyen, le parcours d’éducation artistique et culturelle (PEAC) et le parcours individuel d’information et de découverte du monde économique et professionnel (PIIODMEP). Le dispositif des EPI est souple : chaque établissement définit pour chaque niveau quels thèmes sont travaillés, quelles matières sont impliquées, sur quelle durée se déploie chaque projet. Mais il est aussi très complexe à mettre en œuvre, puisque les projets doivent s’inscrire dans les thématiques et dans les parcours éducatifs que nous venons de mentionner, ainsi que dans la progression pédagogique de toutes les disciplines concernées. La difficulté est encore accrue par le fait qu’aucun temps de concertation entre les équipes n’est prévu et que peu de moyens supplémentaires sont alloués pour la réalisation attendue à la fin du projet. Une dernière difficulté tient à la nouveauté du dispositif et des programmes qu’il faut mettre en œuvre en bien peu de temps, d’où un certain nombre d’incertitudes et de tâtonnements cette année.

8Pour préparer cette communication, nous avons cherché des exemples d’EPI mettant en œuvre l’étude de textes médiévaux. Nous avons tâché de varier les sources en effectuant nos recherches dans les nouveaux manuels, sur des sites institutionnels du ministère ou des rectorats, sur des sites internet souvent collaboratifs de collègues, dans des revues et même sur twitter ! Et, à la vérité, la moisson a été plutôt maigre. Peu d’EPI mettent à profit la langue ou la littérature du Moyen Âge. Ceux qui le font, sans surprise, concernent exclusivement la classe de 5e et font intervenir presque systématiquement le français et l’histoire, comme, par exemple, cet EPI consacré à la découverte des légendes arthuriennes proposé sur une page du site de l’académie d’Aix-Marseille13. D’autres disciplines peuvent être amenées à collaborer, en particulier le latin et les arts plastiques, mais toujours dans le cadre de la classe de 5e. Ainsi le manuel « Passeurs de textes » offre un beau dossier sur le jardin médiéval, tandis que « Jardin des lettres » consacre plusieurs pages à la figure d’Hildegarde de Bingen14. Nous avons nous-même proposé à l’une de mes classes, avec mes collègues d’arts plastiques et d’histoire, un EPI consacré au manuscrit médiéval dont l’objectif était d’amener les élèves à comprendre les modes de productions matérielles et de créations littéraires et artistiques du manuscrit médiéval. Cette prévalence du lien histoire-français en classe de 5e pour l’étude des textes médiévaux s’explique par la concordance des programmes des deux disciplines qui suivent, en matière d’histoire des civilisations et d’histoire de la littérature, un même déroulement chronologique. La classe de 5e est d’ailleurs le seul niveau où des œuvres médiévales figurent explicitement dans le programme de littérature. La rareté des projets différents tient peut-être aussi, malheureusement, à la méconnaissance des œuvres du Moyen Âge par les enseignants de Lettres, laquelle trouve sa source dans la faible représentation de la littérature médiévale dans leur cursus scolaire, universitaire et professionnel.

9Pourtant, la littérature médiévale pourrait tout à fait trouver sa place dans des EPI plus variés. À bien y regarder, les programmes de français des niveaux 4e et 3e proposent pour de nombreux sujets d’études de choisir comme support des textes « de l’Antiquité à nos jours », ce qui laisse tout à fait la possibilité aux enseignants de proposer des œuvres médiévales15. Par ailleurs l’histoire des arts est devenue un domaine d’enseignement au même titre que le français ou les mathématiques, avec cette particularité qu’il s’agit d’un « enseignement de culture artistique transversal et co-disciplinaire »16. Or, son programme s’organise autour de huit thématiques dont quatre concernent le Moyen Âge : « Arts et société à l’époque antique et au Haut Moyen Âge », « Formes et circulations artistiques (ixe-xve siècle) », « Le sacre de l’artiste (xive-début xviie siècle) » et « État, Société et modes de vie (xiiie-xviiie siècle) ». Nous nous sommes amusée à imaginer des EPI possibles qui, tout en respectant les programmes de français et d’histoire des arts, permettent de tisser des liens avec des disciplines variées. Parmi eux, un EPI sur « Les mots voyageurs » pourrait porter sur la constitution du lexique français et anglais et sur les variations de sens en classes de 5e ou de 4e. Un EPI « Gestes de chevaliers et de dames » aboutirait à une mise en scène chorégraphiée du Roman de Tristan, en interdisciplinarité avec l’EPS et la musique, voire les arts plastiques en 5e. Un EPI « Dans ses yeux » en classe de 4e permettrait d’étudier les réactions physiques et émotionnelles au stimulus visuel, conjointement en français et en SVT. Pourrait alors être lus, par exemple, des extraits du Roman de la Rose de Guillaume de Lorris ou de La Belle Dame sans Merci d’Alain Chartier. Il serait également possible de concevoir, en classe de 3e, dans le cadre du parcours citoyen, un EPI consacré à la place de la femme dans la société, qui donnerait lieu à l’étude de textes de Christine de Pizan. En réalité, les possibilités sont infinies. Il faut simplement un peu d’imagination et une bonne connaissance de la littérature médiévale pour diversifier les projets. En définitive, il manque bien peu de choses pour que la littérature médiévale trouve dans le cursus scolaire de nos élèves la place qui lui revient et qui leur permettrait de mieux appréhender non seulement leur héritage culturel, mais une part bien vivante de la littérature française.

10Certes, les EPI ne constituent pas encore le cheval de (Chrétien de) Troyes de la littérature médiévale dans le secondaire. On peut le regretter, car les liens possibles avec d’autres disciplines que le français pourraient être nombreux, les échanges, fructueux et les projets, passionnants. Le cadre de la réforme du collège le permet. Il convient donc de rester optimiste et de promouvoir cette littérature auprès des collègues du secondaire afin qu’ils se saisissent de toutes les ressources textuelles et littéraires de cette époque. La Société de Langues et de Littératures Médiévales d’Oc et d’Oïl peut jouer un rôle actif dans cette diffusion. Nous pourrions notamment réactualiser la page du site Conjointures17 consacrée à l’enseignement secondaire, et surtout la faire référencer par les sites internet qu’emploient habituellement les professeurs de lettres. Il serait judicieux d’y faire figurer des liens vers des EPI consacrés à langue ou à la littérature médiévale, ainsi que des liens vers des ressources en ligne de qualité sur le Moyen Âge. Nous pourrions également travailler plus étroitement avec les rectorats, pour proposer davantage de conférences à destination des enseignants des collèges et des lycées, et davantage de stages portant sur le Moyen Âge dans les plans académiques de formation. Enfin, un travail important d’édition de textes médiévaux à destination des publics scolaires reste à faire, puisqu’à l’exception des romans de Chrétien de Troyes et du Roman de Renart, il faut reconnaître que l’offre n’est pas pléthorique. Voilà quelques suggestions. Avis aux bonnes volontés !

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages et revues

Florence Castincaud, Jean-Michel Zakhartchouk, Croisements de disciplines au collège, CRDP Amiens, 2002.

Patrick Charaudeau, « Pour une interdisciplinarité « focalisée » dans les sciences humaines et sociales », Questions de communication 17, 2010, p. 195-222.

Croiser les disciplines, partager les savoirs, Cahiers pédagogiques 521, Mai 2015.

Le Défi de l’inter- et transdisciplinarité. Concepts, méthodes et pratiques innovantes dans l’enseignement et la recherche/Herausforderung Inter- und Transdisziplinarität. Konzepte, Methoden und innovative Umsetzung in Lehre und Forschung, dir. Frédéric Darbellay et Theres Paulsen, Lausanne, Presses Polytechniques Universitaires Romandes, 2008.

Barbara Dufour, Alain Maingain, sous la direction de Gérard Fourez, Approches didactiques de l’interdisciplinarité, Bruxelles, De Boeck, 2002.

Enjeux et positionnements de l’interdisciplinarité/Positioning Interdisciplinarity, dir. Claudine Armand, Vanessa Boullet et David Ten Eyck, Nancy, Éditions Universitaires de Lorraine, « Regards croisés sur le monde anglophone », 2014.

Farinaz Fassa, Sabine Kradolfer, « Discipliner les Etudes Genre ? », Disciplines académiques en transformation. Entre innovation et résistance, dir. Adrina Gorga et Jean-Philippe Lereschu, Paris, Éditions des Archives Contemporaines, 2015, p. 119-133.

Français 5e, dir. Évelyne Ballanfat, Paris, Magnard, « Jardin des lettres », 2016, p. 200‑201.

Français 5e, Livre unique, dir. Corinne Abensour, Paris, Le Robert, « Passeurs de textes », 2016, p. 254‑257.

Jacques Hamel, « La pédagogie comme pivot de l’interdisciplinarité », Revue internationale d’éducation de Sèvres 30, juin 2002, p. 143-151.

Nicole Rege Colet, Enseignement universitaire et Interdisciplinarité. Un cadre pour analyser, agir et évaluer, Bruxelles, Éditions De Boeck Université, « Pédagogies en développement », 2002.

Antonio Valzan, Interdisciplinarité et situations d’apprentissage, Hachette, « Hachette Éducation », 2003.

Sites internet

http://eduscol.education.fr/pid34185/cycle-4.html

https://www.pedagogie.ac-aix-marseille.fr/jcms/c_10452174/fr/a-la-decouverte-des-legendes-arthuriennes-epi

https://readymag.com/edugouv/college-2016

http://www.cahiers-pedagogiques.com

http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=94717

Haut de page

Notes

1 Les nouveaux programmes sont consultables sur le site www.education.gouv.fr, tandis que des ressources d’accompagnement sont disponibles sur le portail Eduscol mis à disposition par le Ministère de l’Education Nationale. Voir en particulier les pages suivantes :

http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=94717

http://eduscol.education.fr/pid34185/cycle-4.html.

2 Voir Nicole Rege Colet, Enseignement universitaire et Interdisciplinarité. Un cadre pour analyser, agir et évaluer, Bruxelles, Éditions De Boeck Université, « Pédagogies en développement », 2002 (chapitre 1, « Une réalité diversement définie » p. 19-30), ainsi que Le Défi de l’inter- et transdisciplinarité. Concepts, méthodes et pratiques innovantes dans l’enseignement et la recherche/Herausforderung Inter- und Transdisziplinarität. Konzepte, Methoden und innovative Umsetzung in Lehre und Forschung, dir. Frédéric Darbellay et Theres Paulsen, Lausanne, Presses Polytechniques Universitaires Romandes, 2008 (« Le défi de l’inter- et transdisciplinarité : enjeux et fondements théoriques », p. 1-10).

3 Pour une présentation plus complète de l’histoire de l’interdisciplinarité, voir Nicole Rege Colet, Enseignement universitaire et Interdisciplinarité…, op. cit. (chapitre 4, « Quelques aspects historiques de l’enseignement interdisciplinaire », p. 49-58).

4 Patrick Charaudeau, « Pour une interdisciplinarité « focalisée » dans les sciences humaines et sociales », Questions de communication 17, 2010, p. 195-222 (citation p. 205).

5 L’exemple des études de genre a donné lieu à un article intéressant concernant les tensions professionnelles, politiques et institutionnelles que suscite l’institutionnalisation de ces savoirs interdisciplinaires : Farinaz Fassa et Sabine Kradolfer, « Discipliner les Études Genre ? », Disciplines académiques en transformation. Entre innovation et résistance, dir. Adrina Gorga et Jean-Philippe Lereschu, Paris, Éditions des Archives Contemporaines, 2015, p. 119-133.

6 Il existe cependant des entreprises plus strictement interdisciplinaires. Signalons à titre d’exemple la récente tenue du Ier Congrès international franco-italien « Philologie et musicologie » : « Qui dit tradition dit faute ? » La faute dans les corpus chantés du Moyen Âge et de la Renaissance, organisé par Christelle Chaillou-Amadieu, Gisèle Clément, Federico Saviotti et Fabio Zinelli, les 21‑24 Mai 2017, à Saint-Guilhem-le-Désert. La perspective adoptée était résolument interdisciplinaire, puisque toutes les communications résultaient de collaborations entre philologues, musicologues ou musiciens.

7 Pour un état des lieux des situations d’enseignements interdisciplinaires à l’université, voir Nicole Rege Colet, Enseignement universitaire et Interdisciplinarité…, op. cit. ; Le Défi de l’inter- et transdisciplinarité, op. cit. ; Enjeux et positionnements de l’interdisciplinarité/Positioning Interdisciplinarity, dir. Claudine Armand, Vanessa Boullet et David Ten Eyck, Nancy, Éditions Universitaires de Lorraine, collection « Regards croisés sur le monde anglophone », 2014 (voir essentiellement la première partie « Interdisciplinarité et Institutions » p. 33-83). Il faut toutefois noter qu’aucun de ces ouvrages n’est consacré spécifiquement aux pratiques de l’Université française, où l’interdisciplinarité demeure marginale.

8 Pour se faire une idée des enjeux de l’interdisciplinarité dans l’enseignement primaire et secondaire, voir Croiser les disciplines, partager les savoirs, Cahiers pédagogiques 521, mai 2015. Le lecteur pourra également lire avec profit l’analyse très éclairante d’Yves Lenoir, « Quelle interdisciplinarité à l’école ? » parue sur le site internet des Cahiers pédagogiques en juillet 2015 : http://www.cahiers-pedagogiques.com/Quelle-interdisciplinarite-a-l-ecole. Pour une approche plus méthodologique des démarches inter- et trans-disciplinaires, voir Barbara Dufour, Alain Maingain, sous la direction de Gérard Fourez, Approches didactiques de l’interdisciplinarité, Bruxelles, De Boeck, 2002 ; Florence Castincaud, Jean-Michel Zakhartchouk, Croisements de disciplines au collège, CRDP, Amiens, 2002 ; Antonio Valzan, Interdisciplinarité et situations d’apprentissage, Hachette, « Hachette Éducation », 2003.

9 Voir Jacques Hamel, « La pédagogie comme pivot de l’interdisciplinarité », Revue internationale d’éducation de Sèvres 30, juin 2002, p. 143‑151.

10 Les TPE visent, grâce à une démarche interdisciplinaire, à diversifier les modes d’appropriation des savoirs et des savoir-faire établis par les programmes et à développer les capacités d’autonomie des élèves. Sur un sujet dont ils ont délimité les contours en accord avec leurs professeurs, les élèves élaborent en groupe une production individuelle ou collective, qui fait l’objet d’une synthèse écrite et orale. Les PPCP ont les mêmes objectifs, mais aboutissent à une réalisation concrète liée à une situations professionnelle.

11 Les parcours diversifiés et travaux croisés avaient pour objectif de mettre en place des pratiques interdisciplinaires permettant aux élèves de percevoir la cohérence des différents programmes d’enseignement du collège et aux professeurs de pratiquer des méthodes pédagogiques innovantes, autour d’un projet. Les itinéraires de découvertes étaient assez proches de ces dispositifs, mais à la différence des précédents, ils étaient obligatoires et inclus dans le temps d’enseignement du cycle central. Ils associaient au moins deux disciplines articulées entre elles par une problématique commune ou un thème fédérateur, appartenant à l’un des quatre domaines suivants : la nature et le corps humain, les arts et les humanités, les langues et les civilisations, la création et les techniques.

12 Pour plus de précisions sur le dispositif, on consultera la page spécifique du portail « La réforme du collège en 10 points » mis en place par le Ministère de l’Éducation Nationale : https://readymag.com/edugouv/college-2016/11.

13 Le descriptif de cet EPI est disponible sur la page suivante : https://www.pedagogie.ac-aix-marseille.fr/jcms/c_10452174/fr/a-la-decouverte-des-legendes-arthuriennes-epi.

14 Voir Français 5e, Livre unique, dir. Corinne Abensour, Paris, Le Robert, « Passeurs de textes », 2016, p. 254‑257 ; et Français 5e, dir. Évelyne Ballanfat, Paris, Magnard, « Jardin des lettres », 2016, p. 200‑201.

15 Voir http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=94717.

16 Ibid.

17 Cf. http://www.conjointures.org.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Grodet, « Ponts et carrefours : enjeux pour la littérature médiévale des pratiques interdisciplinaires au collège », Perspectives médiévales [En ligne], 39 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/peme/13989 ; DOI : 10.4000/peme.13989

Haut de page

Auteur

Mathilde Grodet

Docteur en études médiévales (Université Paris 4), membre de l’EA 4349 « Études et édition de textes médiévaux », enseignante dans l’Académie de Créteil.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page