Navigation – Plan du site
Études & travaux
Récrire pour penser, entre création et pédagogie

Traduire et adapter les textes du Moyen Âge à l’intention des jeunes lecteurs : nécessité, contraintes, limites

Jean-Pierre Tusseau

Résumé

Pour rendre accessibles les textes du Moyen Âge à un vaste public, notamment scolaire, le point de départ indispensable devrait être une édition critique mais sa traduction littérale ne serait pas satisfaisante tant les conditions de réception de l’oeuvre ont changé. Quels sont les allègements et transpositions indispensables et leurs limites ? Quelles informations complémentaires faudrait-il aussi offrir au lecteur curieux d’en savoir plus ?

Haut de page

Texte intégral

1Même si sa transmission a été en grande partie orale, il existe une importante littérature du Moyen Âge conservée sous forme écrite. La langue ayant évolué, cette littérature n’est désormais lisible dans sa forme originelle que par des spécialistes qui ont appris cette langue à l’université. Or, l’étude du Moyen Âge figure au programme du collège. Les textes doivent donc être traduits ou adaptés pour être accessibles aux élèves de 5e. Il existe maintenant une gamme assez variée de ces traductions et adaptations. Ce n’était pas le cas il y a quelques années.

2Avant de détailler ma réflexion sur ces deux pratiques d’écriture, j’aimerais retracer l’expérience contrastée de ces textes qui fut la mienne.

D’anciens choix limités et discutables

3Lorsque j’étais élève, je n’ai eu accès à aucun texte intégral mais à quelques extraits de la Chanson de Roland, du Roman de Renart et de Tristan et Iseut. Je détestais le fanatisme de Roland. Je ne comprenais pas pourquoi Tristan et Iseut, après avoir pris la fuite, renonçaient à vivre ensemble s’ils s’aimaient vraiment. Les mauvaises plaisanteries de Renart ne m’amusaient pas beaucoup.

4Je n’ai formulé clairement ces reproches que beaucoup plus tard, dans L’École des Lettres qui consacrait un numéro à la fabrique des héros, et où l’on m’avait demandé d’évoquer les héros du Moyen Âge.

  • 1 « Modernité et actualité de quelques héros du Moyen Âge », L’École des Lettres 3-4, 2007-2008, p. 6

5J’y rappelle, à propos de Roland, que le traducteur Joseph Favre dédiait « à l’armée française » cette œuvre qu’il présentait comme « l’épopée du patriotisme ». J’y propose cette réflexion personnelle : « D’une part, il est fort probable que la plupart des élèves ne reprendront plus spontanément à leur compte l’idéal de mourir héroïquement pour Dieu, pour le roi et pour la patrie. D’autre part, l’enseignant aura, pour le moins quelques réticences à proposer pour exemple la conduite de Roland : se sacrifier volontairement en faisant le plus de morts possible parmi les ennemis afin d’avoir sa place au plus haut du paradis. C’est le raisonnement que tiennent aujourd’hui les kamikazes. »1

  • 2 Béroul, Le Roman de Tristan, poème du xiiie siècle édité par Ernest Muret, Paris Champion, 1969, v  (...)
  • 3 Ibid. v. 2211-14.
  • 4 Ibid., v. 2217-19.

6Regardant de près les raisons de la séparation de Tristan et Iseut, leur histoire d’amour me semble terriblement bourgeoise. Chacun regrette son ancien statut, son confort, sa vie mondaine. Dans le texte de Béroul, Tristan se dit : « Or deüse estre a cort a roi / Et cent danzeaus avoques moi, / Qui servisent por armes prendre/Et a moi lor servise rendre. » (« Je devrais être à la cour du roi avec cent jeunes gens en ma compagnie pour porter mes armes et être à mon service. »)2 Les raisons d’Iseut sont du même ordre : « Les damoiseles des anors, / Les filles as frans vavassors / Deüse ensenble o moi tenir / En mes chanbres, por moi servir. » (Les filles nobles, les filles des vavasseurs bien nés devraient constituer ma suite et me servir en mon palais). »3 Et elle conclut : « Amis Tristrans, en grand error / Nos mist qui le boivre d’amor / Nos aporta ensenble a boivre. » (Ami Tristan, celle qui nous a fait boire le philtre d’amour nous a soumis à de bien rudes épreuves. »4 Cela ressemble plus à une mésaventure de petits-bourgeois en mal de confort qu’à « la plus belle histoire d’amour ».

7J’étais soulagé de ne plus entendre parler du Moyen Âge le reste de ma scolarité secondaire. Aussi, lorsque, en licence de lettres, après avoir surmonté l’épreuve de grammaire et philologie qui comprenait l’étude de l’ancien français, j’ai eu accès à quelques textes du Moyen Âge, j’ai vraiment fait des découvertes extraordinaires.

Les découvertes permises par l’accès aux textes

  • 5 Lancelot, roman en prose du xiiie siècle, éd. critique avec introduction et notes par Alexandre Mic (...)
  • 6 Ibid, vol. IV, p. 380.
  • 7 Les romans de Chrétien de Troyes. II, Cligès, publié par Alexandre Micha, Champion, 1965, v. 3105-3 (...)

8Ainsi, un chevalier n’était pas toujours aussi fanatique que Roland. Il pouvait, comme Guillaume d’Orange, adresser quelques critiques au roi, même s’il s’agissait de Charlemagne ou de son fils Louis, tomber amoureux d’une princesse sarrasine et faire sa vie avec elle. En outre, un chevalier comme Raoul de Cambrai pouvait se révolter contre un roi injuste et défendre, les armes à la main, les terres dont le souverain voulait le priver. C’était un personnage tout à fait intéressant, alors que l’ambiance commençait peut-être à préfigurer mai 68. Par ailleurs, Renart, loin d’être un simple mauvais plaisant voleur d’anguilles, se permettait de « biscoter » la louve, de « beluter » la lionne, se moquait des pèlerinages et assumait la régence du royaume. Une belle figure anarchiste ! Quant à Lancelot et Guenièvre, au lieu d’être malheureux toute leur vie, arrivaient à s’aimer et avoir de véritables rapports amoureux de manière durable, même s’ils étaient illégitimes. Cet amour, loin de les avilir, leur permettait de se surpasser, comme quand Lancelot dit à Guenièvre : « Sachiez que ja ne fusse venuz a si grant hautesce com je sui, se vos ne fussiez, car je n’eusse mie cuer par moi au conmencement de ma chevalerie d’amprandre les choses que li autre laissoient par defaute de pooir. » (Ma Dame, sans votre amour, je n’aurais jamais eu le courage d’entreprendre les aventures auxquelles renonçaient les autres. C’est en cet amour que j’ai trouvé mon énergie.)5 Guenièvre pour sa part lui avait dit : « […] car se je cuidoie que vos ampieresiez por moi amer, je sui cele qui jamais ne vos aimeroit » (Si je pensais qu’à cause de votre amour vous perdiez votre vaillance, je cesserai de vous aimer.) »6 Enfin, Chrétien de Troyes lui-même émettait de sérieuses réserves sur l’amour de Tristan et Iseut en faisant dire à Fénice s’adressant à Cligès : « Mialz voldroie estre desmanbree/Que de nos deut fust remanbree/L’amors d’Ysolt et de Tristan. » (J’aimerais mieux être écartelée que d’entendre rappeler à notre sujet l’amour d’Iseut et de Tristan.) « Se je vos aim, et vos m’amez, /Ja n’en seroiz Tristanz clamez,/Ne je n’an serai ja Yseuz. » (Si je vous aime et si vous m’aimez, jamais vous ne serez appelé Tristan et moi je ne serai jamais Iseut.)7.

  • 8 Mes commentaires sur Tristan et Lancelot sont développés dans un article « Lancelot, l’anti-Tristan (...)

9J’étais rassuré et définitivement séduit par la littérature du Moyen Âge.8

Traduire les textes du Moyen Âge

10On peut considérer deux types de traductions : la traduction littérale dont le but est d’aider à déchiffrer le texte original et la traduction abrégée ou adaptation destinée à être lue comme une œuvre indépendante qui doit permettre de découvrir la littérature du Moyen Âge au lecteur non initié à l’ancien français.

Une traduction littérale

  • 9 La Prise d’Orange, Chanson de geste de la fin du xiie siècle, traduite et annotée d’après l’édition (...)

11Enseignant la littérature médiévale à l’université du Québec, je voulais faire connaître à mes étudiants un personnage comme Guillaume d’Orange. Voilà pourquoi j’ai entrepris, avec mon collègue de Lyon III Claude Lachet, une traduction littérale de La Prise d’Orange9. Cette traduction n’est pas vraiment une œuvre indépendante. Elle est destinée avant tout à être placée face au texte original, comme dans une édition bilingue. Claude Régnier qui avait édité le texte en ancien français en a recommandé la publication chez le même éditeur (Klincksieck).

12Ensuite, j’ai voulu élargir la démarche et rendre accessible à un large public, notamment scolaire, tout l’itinéraire de Guillaume, Raoul de Cambrai, Lancelot du Lac, ou Mélusine, alternant les choix personnels et les réponses à des demandes de l’éditeur, en fonction des œuvres dont la lecture était recommandée dans les programmes du collège.

Deux types de projets de traduction abrégée : une œuvre ou un cycle ?

  • 10 Jean-Pierre Tusseau, Les Exploits héroïque de Guillaume d’Orange chevalier au court nez, Medium, L’ (...)

13On peut considérer deux types de projets ne présentant pas la même complexité : d’une part, traduire un texte, même en l’abrégeant ; d’autre part rendre compte en un seul volume du Lancelot en prose ou de l’ensemble d’un cycle comme Guillaume d’Orange.10

  • 11 Lancelot, roman en prose du xiiie siècle, éd. critique avec introduction et notes par Alexandre Mic (...)

14Il existait une édition critique en neuf volumes du Lancelot en prose, réalisée par Alexandre Micha11, disponible chez l’éditeur. Il suffisait de se la procurer. Pour Guillaume, c’était beaucoup plus difficile. Les œuvres avaient été éditées séparément et n’étaient plus toutes disponibles dans le commerce, à part le Couronnement de Louis et la Prise d’Orange. Il a fallu beaucoup de temps et d’énergie pour les localiser en bibliothèque, et obtenir des photocopies des autres textes comme Aliscans ou Le Moniage Guillaume.

15S’il faut, pour rendre compte de l’ensemble d’un cycle en un seul volume, bien évidemment abréger davantage que lorsqu’on travaille sur une œuvre seule, les principes directeurs sont les mêmes.

Les contraintes

16Ayant été initié en maîtrise à l’édition critique, au contact direct avec les textes et les variantes d’une même œuvre, cette démarche a été déterminante dans ma méthode de travail.

Partir d’une édition critique et les outils de travail

  • 12 Ralf de Gorog, Lexique Français Moderne-Ancien Français, University of Georgia Press, 1973.

17Je ne travaille ni de mémoire ni de manière approximative. Le point de départ est toujours une édition critique en ancien français, que je mentionne à la fin de l’ouvrage, dans une rubrique intitulée « Pour en savoir plus ». J’ai donc aussi inévitablement recours à quelques outils fondamentaux comme les dictionnaires d’ancien français de Godefroy, Greimas ou de Gransaignes d’Hauterive, et au moins connu mais bien utile Lexique Français moderne-Ancien Français de Ralf de Gorog12.

  • 13 Raoul de Cambrai, coll. Médium puis « Classiques abrégés », L’École des Loisirs – fondé sur l’éditi (...)
  • 14 Jean-Pierre Tusseau, Le Roman de Mélusine, Paris, L’École des Loisirs, collection « Classiques abré (...)
  • 15 « Classiques abrégés », L’École des Loisirs, 2007.
  • 16 Chrétien de Troyes, Perceval ou le conte du Graal, « Classiques abrégés », L’École des Loisirs, 201 (...)
  • 17 Le Conte du Graal ou le Roman de Perceval, édition du manuscrit 354 de Berne, traduction critique, (...)

18Si tout est relativement simple lorsqu’il n’existe qu’un seul manuscrit, comme Raoul de Cambrai13, parfois le choix de l’édition critique peut poser problème. Pour Mélusine14, j’ai choisi le texte de Coudrette et non celui, plus connu, de Jean d’Arras mais qui me paraissait sans doute plus éloigné du modèle original. Mais je disposais des deux textes et lorsqu’il y avait une différence notable entre eux, je l’ai mentionnée dans des notes en bas de pages. De même, lorsque plusieurs éditions critiques sont disponibles, comme pour Erec et Enide15 de Chrétien de Troyes, je mentionne celles que j’avais sous les yeux en travaillant — ainsi, celles de Roques et de Forster. Pour un texte très emblématique comme Perceval16, je disposais même de trois d’entre elles, celle de Charles Méla comme texte de base mais aussi celle de Dufournet et, plus ancienne, de Félix Lecoy.17

Tenir compte de l’époque et du lecteur

19Traduire, c’est transcrire dans une autre langue mais aussi en tenant compte du public auquel on s’adresse, pour lui permettre une approche aussi fidèle que possible de l’œuvre à laquelle il n’aurait pas pu avoir accès. C’est une démarche que j’ai parfois définie comme anti-élitiste. Je crois qu’on peut parler de traduction horizontale et de traduction verticale. Dans le premier cas, le plus habituel, on transcrit d’une langue dans une autre des œuvres sensiblement de la même époque. Dans le second, on transcrit d’un certain état d’une langue, qui n’est plus compréhensible, vers un autre état, contemporain celui-ci, de la même langue. Il faut tenir compte alors aussi des conditions nouvelles, bien différentes de l’époque médiévale, dans lesquelles cette œuvre sera reçue.

Transcrire en prose

  • 18 Chrétien de Troyes, Perceval ou le Conte du Graal, « Classiques abrégés », 2012, p. 219-220.

20La contrainte de base, incontournable lorsqu’on traduit un roman du Moyen Âge, souvent écrit en vers, est de le transcrire en prose. Je précise, à propos de Perceval ou le Conte du Graal : « Traduire ce texte de plus de neuf mille vers aux rimes suivies, écrit en ancien français, la langue utilisée par Chrétien de Troyes, c’était le réécrire en prose, dans une langue contemporaine… »18. On ne conçoit plus, à notre époque un roman en vers.

Éviter les répétitions

21Pour aboutir à un texte vraiment indépendant, lisible par un lecteur contemporain qui ne consultera pas le texte original en ancien français, certains allègements s’imposent presque logiquement.

22Même si le texte original est écrit, il est diffusé oralement, contient des redites et des récapitulations pour l’auditoire, lesquelles seraient insupportables dans un texte destiné à être lu. Le lecteur peut revenir en arrière, ce qui était impossible à l’auditeur médiéval.

Abréger les combats

23Il est indispensable d’abréger les combats. Si le récit n’en est plus perçu comme le déroulement d’un match en direct, l’évocation répétitive des différentes phases ou des échanges de coups, identiques d’un combat à l’autre, serait absolument insupportable au lecteur. Le rite se répète à quelques variantes près : on prend son élan, on s’affronte à la lance, la lance se brise, le combat se poursuit à l’épée… Il ne faut garder que l’essentiel des combats les plus importants. D’ailleurs souvent, l’auteur propose lui-même une formule récapitulative pour l’auditeur distrait. Je citerai seulement quelques formules extraites de l’évocation de la bataille de Salisbury, à la fin de La Mort du Roi Arthur :

  • 19 La Mort le Roi Artu, roman du xiiie siècle édité par Jean Frappier, Droz, 1964, p. 238, l. 33-36 et (...)

« […] poïssiez veoir chevaliers verser a terre et trebuschier les uns morz et les autres navrez ; si ne veïstes onques plus dolorex encontre que ce fu, a ce qu’il s’entrehaoient de mortel haine. » (Il fallait voir les chevaliers désarçonnés rouler à terre, les uns blessés, les autres morts. Jamais affrontement ne fut aussi terrible que celui-là tant les chevaliers des deux camps se vouaient une haine mortelle) ; ou encore « Si poïssiez veoir a l’encontrer meint chevalier verser et morir, et meint cheval ocirre et meint estraier, dont li seigneur gisoient par terre les ames parties des cors. La bataille dura jusqu’à eure de none, car il avoit grant gent de part et d’autre. » (Vous auriez pu voir maint chevalier être renversé et mourir, tuer bien des chevaux et bien des chevaux errer parce que leur maître reposait à terre. La bataille se poursuivit jusqu’à l’heure de none vu qu’il y avait des deux côtés beaucoup d’hommes.)19

24Notre souci de ne pas lasser le lecteur semblait déjà préoccuper Chrétien de Troyes qui interrompt parfois une description dans Perceval par « Mais n’en voil ore point retraire/ Ne devisser totes choses » (v. 7648-49) (Mais je ne veux pas m’attarder davantage et décrire toutes les choses) ou « De plus deviser n’ai cure/Que paine gastee me samble » (v. 3862-62) (En dire davantage serait une perte de temps).

  • 20 Jean-Pierre Tusseau, Lancelot du Lac, Paris, L’École des Loisirs, « Classiques abrégés », 2000, p.  (...)

25Lorsqu’on s’attaque à un cycle, il faut évidemment faire des coupes très sévères. Par exemple, pour Lancelot, je précise à la fin : « Dans notre souci de concision et d’unité, nous avons dû délibérément –quitte à essuyer les reproches de ceux qui rappellent à juste titre, que ce roman n’est pas un biographie de Lancelot- omettre les exploits de Gauvain et d’Hector, qui occupent une place importante. Dans l’oeuvre médiévale, la supériorité de Lancelot est mise en relief par le récit de l’échec des chevaliers de la Table Ronde dans les mêmes circonstances, ce qui amène l’auteur à reprendre plusieurs fois le même épisode. Ainsi, Lancelot arrive au Val sans Retour en compagnie du duc de Clarence et d’Yvain. Le récit de l’échec du duc, puis celui d’Yvain, précèdent la réussite de Lancelot. Cette multiplication des doubles ou triples narrations serait aujourd’hui insupportable. »20

26Dans un autre contexte, et pour des raisons semblables, je n’ai pas gardé toutes les descriptions de villes du Livre des Merveilles de Marco Polo. Je me suis limité aux traits distinctifs originaux. Il y a tant d’autres éléments essentiels à découvrir dans cet extraordinaire témoignage.

Quelques unifications indispensables

27Au niveau de la réécriture en français moderne, quelques adaptations sont nécessaires.

  • 21 Perceval ou le Conte du Graal, « Classiques abrégés », L’École des Loisirs, p. 221.

28On ne peut pas faire alterner, comme dans le texte original, le passé simple et le présent. Il faut unifier le temps du récit et réserver le présent pour un effet spécial : gros plan ou effet de direct. Dans les rapports entre les personnages, on doit choisir entre le tu et le vous. Voilà par exemple ce que j’explique dans la rubrique « Établissement du texte » à la fin de Perceval : « Nous avons (…) évité l’alternance tu/vous dans un même dialogue et uniformisé l’emploi de la 2e personne du singulier lorsque la mère ou Gornement s’adressent à Perceval […] En revanche, le brutal passage du vous au tu nous semblait justifié, par exemple, par la colère de Guiromelan, lorsqu’il identifie son interlocuteur. »21 De même dans le Merlin, j’explique dans la même rubrique : « Merlin s’adresse à Vertigier en lui disant “Je vos garderai cette plevine…parlez a conseil et a moi” (Je vous dispense de cet engagement, parlez-moi en privé), et il poursuit quelques lignes plus bas : « Je te mostrerai…et t’enseignerai » (je te montrerai et t’apprendrai). Il n’y avait pas de raison précise comme l’instauration d’une familiarité nouvelle entre les personnages justifiant le passage de la 2e personne du pluriel à la 2e personne du singulier. » Dans la même œuvre, j’ai opté pour le tutoiement entre les deux frères Uter et Pandragon.

  • 22 Vers 6455 et 6465.

29Il faut aussi éviter les redondances qui pourraient être désagréables au lecteur contemporain. Ainsi pour le père d’Erec « qui vialz ert et de grant aage », il fallait choisir entre « vieux » et « très âgé » ou, un peu plus loin « qui morz estoit et trespassez »22

Trouver l’expression équivalente

30Enfin, aidé en cela peut-être par le cours de traduction anglaise que j’avais suivi au Québec, je considère que traduire, c’est réécrire dans la langue d’arrivée. Au lieu d’une traduction trop littérale, je n’hésite pas à chercher l’expression équivalente. On ne traduit pas « It rains cats and dogs » par « il pleut des chiens et des chats » mais « des cordes » ! De même, dans Perceval, « cinq cenz merciz » (v. 5529) a été traduit par « mille fois merci », « qui plus est maigres d’un poucin » (v. 7190) par « maigre comme un coucou », ou « sept vinz anz » (v. 7948) par « cent sept ans ».

  • 23 Les romans de Chrétien de Troyes. IV, Le Chevalier au Lion (Yvain), publié par Mario Roques, Champi (...)
  • 24 Chrétien de Troyes, Yvain le Chevalier au Lion, adaptation nouvelle par Jean-Pierre Tusseau, « Médi (...)

31Il faut parfois oser aller un peu plus loin. Dans Yvain, le Chevalier au lion, lorsque le sénéchal Keu dénonce la vantardise d’Yvain qui veut se rendre à la fontaine qui fait pleuvoir, il raille : « Après mangier, sans remüer, /Vet chascuns Loradin tüer, /Et vos iroiz vengier Forré ! » (v. 595-597)23 (Après le repas chacun, sans bouger, se vante d’aller tuer Loradin et vous, vous irez venger Fourré), j’aurais pu expliquer que Loradin était une déformation du nom du sultan Nour al-Din et Fourré un personnage secondaire de certaines chansons de geste. J’ai préféré rendre tout simplement le sens de cette exclamation par la formule : « Qu’on accomplit de grands exploits après les banquets ! »24

32Enfin, tout en gardant certains termes techniques comme ceux désignant l’équipement du chevalier (cotte, énarmes, hampe, haubert, haubergeon, heaume, …) ou les vêtements (bliaut, chausse, guimpe, mantel, surcot…) qui sont expliqués dans le glossaire, j’évite certains mots qui feraient sourire ou ricaner le jeune lecteur comme « pucelle », que je traduis par « jeune fille ».

33Et, c’est un choix personnel, je bannis systématiquement l’emploi du subjonctif imparfait.

Version courte ou version longue ?

34Ce genre de travail évidemment n’offre pas la version vraiment authentique du texte médiévale, mais une version accessible à un large public alors que la version initiale ne l’était pas.

35D’autre part, pour le lecteur curieux d’en savoir plus, mes traductions sont toujours complétées par une rubrique intitulée « Pour en savoir plus ». Le texte de base y est toujours indiqué en bibliographie ainsi que les éventuelles traductions littérales. Les variantes importantes entre différentes versions sont indiquées en notes et les grands principes suivis pour l’adaptation du texte sont également mentionnés.

36En fin de bibliographie sont également indiquées les principales études sur l’œuvre traduite.

37Pour terminer, n’oublions pas qu’il existait au Moyen Âge des versions courtes et des versions longues de certaines œuvres très populaires. Il ne semble donc pas contraire à l’esprit du Moyen Âge de se livrer à ce genre d’exercice.

Haut de page

Notes

1 « Modernité et actualité de quelques héros du Moyen Âge », L’École des Lettres 3-4, 2007-2008, p. 6.

2 Béroul, Le Roman de Tristan, poème du xiiie siècle édité par Ernest Muret, Paris Champion, 1969, v 2173-76.

3 Ibid. v. 2211-14.

4 Ibid., v. 2217-19.

5 Lancelot, roman en prose du xiiie siècle, éd. critique avec introduction et notes par Alexandre Micha, Droz, vol. V, p. 3.

6 Ibid, vol. IV, p. 380.

7 Les romans de Chrétien de Troyes. II, Cligès, publié par Alexandre Micha, Champion, 1965, v. 3105-3107 et 5199-5201.

8 Mes commentaires sur Tristan et Lancelot sont développés dans un article « Lancelot, l’anti-Tristan », L’École des Lettres, second cycle, 8, 2001-2002, p. 3-15.

9 La Prise d’Orange, Chanson de geste de la fin du xiie siècle, traduite et annotée d’après l’édition de Claude Régnier par Claude Lachet et Jean-Pierre Tusseau, Klincksieck, 1972 ; cinquième éd. revue et corrigée en 1986.

10 Jean-Pierre Tusseau, Les Exploits héroïque de Guillaume d’Orange chevalier au court nez, Medium, L’École des Loisirs, 1987, puis Guillaume d’Orange, Classiques abrégés.

11 Lancelot, roman en prose du xiiie siècle, éd. critique avec introduction et notes par Alexandre Micha, Droz, 1978-1983, 9 volumes.

12 Ralf de Gorog, Lexique Français Moderne-Ancien Français, University of Georgia Press, 1973.

13 Raoul de Cambrai, coll. Médium puis « Classiques abrégés », L’École des Loisirs – fondé sur l’édition de Meyer et Longnon, SATF, Paris, 1882, en consultant aussi celles de Edward Le Glay, 1848.

14 Jean-Pierre Tusseau, Le Roman de Mélusine, Paris, L’École des Loisirs, collection « Classiques abrégés », 2004.

15 « Classiques abrégés », L’École des Loisirs, 2007.

16 Chrétien de Troyes, Perceval ou le conte du Graal, « Classiques abrégés », L’École des Loisirs, 2012.

17 Le Conte du Graal ou le Roman de Perceval, édition du manuscrit 354 de Berne, traduction critique, présentation et notes de Charles Méla, Livre de Poche, « Lettres gothiques », 1993 ; Perceval ou le conte du Graal (édition bilingue), traduction inédite et présentation par Jean Dufournet, Garnier Flammarion, 1997 ; Le Conte du Graal (Perceval) publié par Félix Lecoy, Champion, 1984.

18 Chrétien de Troyes, Perceval ou le Conte du Graal, « Classiques abrégés », 2012, p. 219-220.

19 La Mort le Roi Artu, roman du xiiie siècle édité par Jean Frappier, Droz, 1964, p. 238, l. 33-36 et p. 254-55, l. 22-27.

20 Jean-Pierre Tusseau, Lancelot du Lac, Paris, L’École des Loisirs, « Classiques abrégés », 2000, p. 264.

21 Perceval ou le Conte du Graal, « Classiques abrégés », L’École des Loisirs, p. 221.

22 Vers 6455 et 6465.

23 Les romans de Chrétien de Troyes. IV, Le Chevalier au Lion (Yvain), publié par Mario Roques, Champion, 1965.

24 Chrétien de Troyes, Yvain le Chevalier au Lion, adaptation nouvelle par Jean-Pierre Tusseau, « Médium poche », 1993, puis « Classiques abrégés », p. 25-26,.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Tusseau, « Traduire et adapter les textes du Moyen Âge à l’intention des jeunes lecteurs : nécessité, contraintes, limites », Perspectives médiévales [En ligne], 39 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 20 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/peme/14012 ; DOI : 10.4000/peme.14012

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Tusseau

Ancien enseignant à l’Université du Québec, auteur aux Classiques Abrégés de l’École des Loisirs

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page