Navigation – Plan du site
État de la recherche
Essais

Eleazar Moiseevič Meletinskij, Archetipi letterari, Macerata, EUM, 2016

Antonella Sciancalepore
Référence(s) :

Eleazar Moiseevič Meletinskij, Archetipi letterari, edizione italiana a cura di Massimo Bonafin, Macerata, EUM, 2016, 214 p.

Texte intégral

  • 1 Ce compte rendu de lecture est une version remaniée de celui paru dans Acta fabula en octobre 2017 (...)
  • 2 Il suffit de feuilleter la Norton Anthology of Theory and Criticism (éd. Vincent B . Leitch, New Yo (...)
  • 3 C’est le cas aussi de Vesselovsky, qui, en dépit de son importance pour la constitution du formalis (...)

1Ce volume est la traduction italienne – ainsi que la première traduction dans une langue occidentale – du livre d’Eléazar Mélétinsky, O literaturnych archetipach (Moskva, Rossiskij gosudarstvennyj gumanitarnyj universitet, 1994)1. La critique littéraire italienne a toujours eu un rapport privilégié avec les linguistes et les sémiologues russes. Certes, les travaux des folkloristes comme Propp ou des sémiologues comme Lotman ont été traduits aussi dans d’autres langues européennes, et ils ont été intégrés très tôt par la critique littéraire internationale2. Cependant, d’autres auteurs de la même période, malgré l’efficacité de leur théorie pour l’analyse littéraire et culturelle, ont été ignorés, surtout à cause de l’absence de traduction de leurs travaux3. Pour combler en partie ces lacunes, Massimo Bonafin, directeur de publication, et Laura Sestri, traductrice, s’efforcent de rendre accessible au public européen la bibliographie d’EMM et proposent ici un second ouvrage qui fait suite à la Poetica storica della novella (Macerata, EUM, 2014). À la différence de ce premier volume, cet ouvrage de Meletinskij ne s’intéresse pas à une question d’ordre générique, mais à une vexata questio de la théorie littéraire : la définition et l’application dans l’analyse littéraire du concept d’archétype. À cette fin, EMM organise son ouvrage en deux parties radicalement différentes : la première, strictement théorique, passe en revue les définitions antérieures de la notion d’archétype pour en proposer une nouvelle, en s’appuyant sur des sources mythographiques et folkloriques ; la seconde propose une analyse de la phénoménologie des archétypes du récit héroïque dans la littérature russe du xixe siècle.

2Comme l’explique Massimo Bonafin dans la Nota introduttiva (p. vii-xxv), l’« archétype » est un concept qui a suscité de nombreux débats entre chercheurs venus de disciplines très variées tout au long du xxe siècle, depuis Carl G. Jung et Jessie Weston jusqu’à Northrop Frye et Gilbert Durand. Si EMM se positionne face aux définitions antérieures, l’originalité de sa contribution à ce débat réside surtout dans l’intérêt qu’il porte aux intrigues et aux schémas narratifs impliquant les personnages. En effet, si EMM estime que les personnages précèdent les intrigues dans la genèse de la narration, il refuse de les considérer comme des éléments isolés et se concentre sur leur flexibilité, sur leur rapport avec le contexte social, sur la fixation progressive ainsi que sur la transformation des intrigues mythiques au fil du temps. Ainsi, EMM ne se préoccupe pas de retrouver les racines de l’acte de narrer pour les ancrer dans un passé figé. Il s’attache plutôt à retracer l’évolution de la fonction et de la phénoménologie de ces modèles anciens, lesquels « non cessano di vivere e di offrire forme per pensare la realtà in modi sempre nuovi » (p. xiv).

3La première partie (p. 1-90) porte ainsi sur l’origine des archétypes dans la mythologie et dans le folklore, et sur leur développement historiques et génériques. Comme dans l’ouvrage consacré au genre de la nouvelle, la traductrice Laura Sestri a procédé à une division en paragraphes titrés, qui facilite considérablement la lecture, et elle s’est appliquée à rechercher les sources des citations qui, dans l’ouvrage original, sont souvent dépourvues de références ; de plus, elle a ajouté en annexe, un Indice dei nomi (p. 189-201) qui fournit un aperçu des figures épiques et mythologiques citées par EMM. Le souci premier d’EMM est de clarifier sa position face à la psychologie analytique et à la critique mythologique-rituelle : l’auteur critique chez Jung et ses successeurs la réduction du mythe à un pur mécanisme psychologique, mais il stigmatise aussi l’approche des ritualistes comme Jessie Weston et de Northrop Frye. Bien qu’il reprenne les schémas identifiés par Durand et les autres, EMM refuse tout réductionnisme, qui mènerait « a una modernizzazione del mito arcaico e a un’arcaizzazione della letteratura di epoca moderna » (p. 12). C’est pourquoi il revendique une contextualisation culturelle et sociale des archétypes.

  • 4 Pour rester dans le champ des études médiévales, il faut citer Daniel Poirion (Résurgences. Mythe e (...)

4Telle partie de l’ouvrage pourrait déstabiliser le lecteur pour l’ancienneté de points de repères théoriques et son extranéité au débat européen et américain sur les applications littéraires du structuralisme. Cette sensation est certainement due à la date de la première publication de l’ouvrage, il y a plus que vingt ans, et au relative isolement intellectuel du sémiologue russe. Déjà à partir des années 70, le paysage théorique avait changé direction : Jacques Lacan et ses exégètes avaient bouleversé le débat sur les archétypes jungiens ; la critique des archétypes, encore populaire pendant les années 70 et renouvelée par René Girart, cessait progressivement d’être à la une de la critique littéraire, maintenant préoccupée avec le débat sur le poststructuralisme. Les attaques polémiques d’EMM en 1994 contre Jung et Frazer (et Propp, plus loin) semblent donc appartenir à une autre époque. Néanmoins, l’ouvrage d’EMM a le mérite de s’intégrer à la vague d’intérêt pour les structures mythiques de la littérature qui apparaît à la fin des années 80, en France et ailleurs.4 Comme ses contemporains, EMM manifeste une attention particulière pour la longue durée des formes littéraires, mais il l’approche en associant un structuralisme souple et instruments de l’ethnographie et de la littérature comparée.

  • 5 Vvedenie v istoričeskuju poetiku eposa i romana, Moskva, Nauka, 1986 ; traduction italienne : Intro (...)

5En effet, après cette pars destruens, EMM se penche sur les structures fondamentales du mythe, sur les types de héros, sur les motifs de la biographie héroïque et sur les intrigues archétypales du récit héroïque. L’auteur identifie la cosmogonie en tant que mythe fondateur : dans le récit de création de l’univers, le héros se situe du côté de la culture, en tant que représentant de la communauté humaine face au chaos et aux forces obscures de la nature. EMM reprend ici des analyses antérieures sur les liens entre récit mythique et poétique de l’épopée5. Puis il définit les traits caractéristiques du héros et de sa biographie (le combat contre le dragon ou contre un clan rival, l’initiation, l’enfance, les vertus divines, la fureur). À partir de ce schéma de base, d’autres se développent au fil du temps, et EMM en identifie les traits persistants et les variations génériques : le mythe, le conte surnaturel, l’épopée archaïque, l’épopée européenne médiévale, le roman chevaleresque et picaresque, le récit bref, le drame théâtral, le roman réaliste. Le corpus analysé est impressionnant.

  • 6 Pour ce qui concerne l’épopée médiévale, on peut citer l’utilisation de Cúchulainn comme exemple de (...)

6Si l’on devait adresser un reproche à l’égard de cette démarche, c’est que l’analyse reste parfois superficielle tant le corpus est monumental6. Mais, en dépit des imprécisions, la méthode n’est pas sans intérêt. Tout d’abord le lien entre mythe, récit bref et roman picaresque permet à EMM de mettre en relief une figure décisive pour caractériser le conte héroïque : le trickster. L’auteur considère cette figure, qui trouverait son origine dans les mythes de fondation où il est le double mauvais et fripon du héros, le protagoniste de plusieurs intrigues narratives au fil du temps, et en valorise son poids héroïque et civilisateur à côté de sa valeur comique et destructrice. De plus, lorsque Bakhtine, tout en reconnaissant les origines médiévales de la culture carnavalesque, avait placé à la Renaissance son émergence dans la littérature, EMM souligne la présence du carnavalesque déjà dans la littérature héroïque du Moyen Age européen. Un autre aspect original de la théorie d’EMM est que l’identification des motifs reçoit des explications socio-culturelles, liées aux étapes du développement des communautés humaines (comme le passage de l’endogamie à l’exogamie) ou à la dynamique de conflits entre générations et classes sociales, alors que toute explication psychanalytique des liens familiers dans le folklore et le mythe est rejetée.

  • 7 Vladimir J. A. Propp, Les Racines historiques du conte merveilleux, Paris, Gallimard, 1983 (trad. f (...)
  • 8 Pour une panoramique a de ces contributions, cf. Horst S. Daemmrich, « Themes and Motifs in Literat (...)

7Dans les dernières pages de la première partie, l’auteur analyse les intrigues, c’est-à-dire les unités narratives universelles faites d’actions qui impliquent le héros et les personnages qui lui sont liés. EMM prend ses distances par rapport à la démarche de folkloristes comme Propp : à ces derniers, il reproche la tendance à ramener ces intrigues à l’intérieur de structures figées, ainsi ratant, à son avis, la production de sens des intrigues ainsi que la continuité et flexibilité des intrigues au fil du temps. Cependant, si la vis polémique d’EMM cible l’interprétation très rigide des motifs par Propp, et elle omet de considérer tant la démarche historiciste de Propp7 que les actualisations de l’étude des motifs apparues dans les années 60 et 70.8 En revanche, EMM se montre encore assez proche du structuralisme quand il affirme que les intrigues seraient constituées de toute une série de motifs, définies comme des micro-intrigues, qui forment les briquettes narratives (« mattoncini narrativi » : combat contre le démon, noces surnaturelles, etc., p. 66), dont les fonctions évoluent avec les genres et les époques. Toutefois, l’auteur n’abandonne pas sa visée anthropologique, et il remarque que malgré ces transformations, « l’archetipo originale traspare in modo sufficientemente chiaro, poiché si trova, in un certo senso, al livello profondo della narrazione » (p. 85).

8La seconde partie (p. 91-188) fait passer de la théorie à la pratique, et l’auteur applique au roman russe classique des typologies d’intrigues archétypiques moyennant des analyses littéraires pointues portant sur un corpus restreint. Dans son analyse des œuvres de Pouchkine, Gogol, Dostoïevski, Biély et Tolstoï, EMM y met en évidence la présence d’intrigues archétypiques. Résumer toutes les caractéristiques narratives identifiées par l’auteur dépasserait le cadre de ce compte rendu ; cependant, il est utile d’en souligner les aspects clé. Ce qui intéresse EMM, c’est le processus de démythification du héros qu’il constate chez Pouchkine, et qui culmine chez Dostoïevski où le personnage de Stavrogin combine traits typiques du héros mythique et caractéristiques du anti-héros « sans qualités » du roman réaliste.

9EMM souligne également la présence du trickster et du carnavalesque, chez Gogol, par exemple, qui met en scène un vrai héros fripon de type picaresque dans Les Âmes mortes ; Dostoïevski quant à lui exploite le couple mythique formé par le héros et son double, en le psychologisant ; Biély utilise le carnavalesque afin d’accentuer l’atmosphère démoniaque et symboliste de ses romans. D’après EMM, ces changements sont le miroir d’une transformation générale de l’intrigue de base de la narration humaine, voire la lutte entre Cosmos et Chaos. Mais si le Chaos, chez Gogol, est transposé dans la vie quotidienne pour être banalisé, Dostoïevski fait revivre le souffle mythique du récit cosmologique et transpose l’opposition Cosmos/Chaos dans la vie psychologique des personnages, tandis que Tolstoï refuse explicitement ce schéma mythique et le remplace par l’opposition entre spontanéité et artifice.

  • 9 Gilbert Durand, « Pas à pas mythocritique », Champs de l’imaginaire, éd. Danièle Chauvin, Grenoble, (...)

10L’impact le plus évident de cet ouvrage, porte sur le renouvellement des questions de base posées par la mythocritique. Cette dernière, qui prétend étudier la relation de tout récit avec les modèles mythiques « structuré[s] par des schémas et archétypes fondamentaux de la psyché du sapiens sapiens »,9 a connu des fortunes diverses depuis les années 70. Bien que l’herméneutique littéraire ait intégré des concepts comme ceux d’archétype et de motif, l’utilisation de ces derniers a aussi souvent fait l’objet d’une certaine résistance. Le faible nombre de travaux théoriques sur ces sujets, qui s’ajoute à l’origine extra-littéraire des textes de références qui viennent de la psychologie et de l’ethnographie, a conduit à une mésinterprétation et une certaine méfiance à leur égard. EMM intervient donc pour réactiver les enjeux de la mythocritique, en corrigeant le courant jungien grâce à sa sensibilité littéraire, et en rendant une certaine épaisseur historique à la théorisation de Frye.

11Cette traduction italienne, qui rend accessible l’ouvrage d’EMM, met à la disposition des chercheurs une boîte à outils efficace dans le domaine de l’anthropologie de la littérature, moyennant la mise en évidence de similarités entre les textes, de leur longue durée et de leur valeur en tant que produits de l’espèce humaine (p. xx).

Haut de page

Notes

1 Ce compte rendu de lecture est une version remaniée de celui paru dans Acta fabula en octobre 2017 (Antonella Sciancalepore, « Archétypes littéraires. Nouvelles perspectives pour l’anthropologie de la littérature », Acta fabula, vol. 18, n° 8, Notes de lecture, Octobre 2017, URL : http://www.fabula.org/acta/document10506.php).

2 Il suffit de feuilleter la Norton Anthology of Theory and Criticism (éd. Vincent B . Leitch, New York, WW Norton & Co, 2001), vadémécum de critique littéraire pour les étudiants universitaires anglo-américains : on n’y trouve que Eichenbaum, Bakhtine et Jakobson.

3 C’est le cas aussi de Vesselovsky, qui, en dépit de son importance pour la constitution du formalisme russe, n’est accessible aux non-slavophones qu’en italien.

4 Pour rester dans le champ des études médiévales, il faut citer Daniel Poirion (Résurgences. Mythe et littérature à l’age du symbole (xiie siècle), Paris, PUF, 1986), la collection d’essais Pour une mythologie du Moyen Âge (études rassemblées par Laurence Harf-Lancner, et Dominique Boutet (dir.), Paris, École normale supérieure de jeunes filles, 1988), d’Arco Silvio Avalle (Dal mito alla letteratura e ritorno, Milano, Il saggiatore, 1990), Philippe Walter (Mythologie chrétienne. Rites et mythes du Moyen Age, Paris, Entente, 1992), Jean-Jacques Vincensini (Pensée mythique et narrations médiévales, Paris, Champion, 1996). Les années 2000 voient une mise à au point comme avec les Questions de mythocritique. Dictionnaire, (sous la direction de Danièle Chauvin, André Saganos, et Philippe Walter (dir.), Paris, Imago, 2005), lorsque tandis qu’en Italie le débat continue plus se poursuit depuis longtemps, comme en témoigneé, entre autre, par les essais recueillis par Carlo Donà sur dans Medioevo romanzo 34-/1, 2010 (actes du séminaire Dal mito alla letteratura e ritorno. Il rapporto fra testi e folklore nel Medioevo romanzo, Napoli, Istituto Italiano di Scienze Umane, 5-6 novembre 2009).

5 Vvedenie v istoričeskuju poetiku eposa i romana, Moskva, Nauka, 1986 ; traduction italienne : Introduzione alla poetica storica dellepos e del romanzo, avec une introduction de Cesare Segre, Bologne, Il Mulino, 1993.

6 Pour ce qui concerne l’épopée médiévale, on peut citer l’utilisation de Cúchulainn comme exemple de héros qui combat des ennemis monstrueux (p. 23), et une surprenante mention du héros-bandit islandais Grettir comme d’un « respectable guerrier » (p. 33).

7 Vladimir J. A. Propp, Les Racines historiques du conte merveilleux, Paris, Gallimard, 1983 (trad. fr. de Istoričeskie korni volšebnoj skazki, Leningrad, Izdat. Leningradskogo Gosud. Univ., 1946).

8 Pour une panoramique a de ces contributions, cf. Horst S. Daemmrich, « Themes and Motifs in Literature : Approaches, Trends, Definition », The German Quarterly, 58-/4 , 1985, pp. 566-75. Il sera est intéressant remarquer que dans les mêmes années, Jean-Jacques Vincensini recherchait les rouages mythiques de la littérature d’oïl, mais il en esquivant soigneusement esquivait la classification des motifs des contes, en implicite polémiquaent de façon ilplicite avec Propp (Pensée mythique, op. cit., p. 6).

9 Gilbert Durand, « Pas à pas mythocritique », Champs de l’imaginaire, éd. Danièle Chauvin, Grenoble, ELLUG, 1996, p. 230. Pour faire le point sur la mythocritique, on consultera le volume relativement récent et très utile Questions de mythocritique. Dictionnaire, Danièle Chauvin, André Siganos, Philippe Walter (dir.), Paris, Imago, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antonella Sciancalepore, « Eleazar Moiseevič Meletinskij, Archetipi letterari, Macerata, EUM, 2016 », Perspectives médiévales [En ligne], 39 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2007, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/peme/14049

Haut de page

Auteur

Antonella Sciancalepore

Université Catholique de Louvain

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page