Navigation – Plan du site
État de la recherche
Éditions & traductions

Perceforest, sixième partie, Genève, Droz, 2015

Damien de Carné
Référence(s) :

Perceforest, sixième partie, édition critique de Gilles Roussineau, Genève, Droz, Textes Littéraires Français 631, 2015, deux vol., CXXXI+1427 p.

Entrées d’index

Œuvres, personnages et lieux littéraires :

Perceforest
Haut de page

Texte intégral

1Enfin s’achève l’édition intégrale du Perceforest. Après cinq ans d’intervalle entre la publication de la première partie (2007, ultérieurement aux quatrième, troisième et deuxième parties) et celle de la cinquième (2012), trois ans seulement ont vu la dernière partie succéder à l’avant-dernière.

2Les précédents volumes sont trop connus pour revenir longuement sur les qualités éclatantes de cette entreprise unanimement saluée, qualités encore à l’œuvre dans cette nouvelle somme de plus de 1500 pages : une analyse très détaillée qui rendra bien des services à ceux qui ne connaissent pas par cœur la succession virtuose des aventures (p. LXXIX-CXXXI), un soin remarquable apporté à l’étude de la langue du Perceforest (glossaire de plus de 260 pages, 30 pages d’étude de la langue avec une mise en valeur des traits lexicaux les plus nouveaux et les plus remarquables, contenu volontiers linguistique des notes, p. 1003-1097). À ces outils, ajoutons la table des rubriques, la table des armoiries, et un Index des noms propres qui présente (comme le glossaire) l’intégralité des occurrences. Les notes élucident les renvois ou allusions aux autres livres du Perceforest et s’attachent beaucoup aux phénomènes impliqués par l’intégration de textes allogènes. Ces notes sont d’une érudition et d’une précision absolument remarquables, bien que l’on puisse regretter que n’apparaisse aucune mention des articles récents et importants de Noémie Chardonnens sur le sujet des insertions (je pense notamment à « De l’apocryphe à la fiction : l’intégration de l’Évangile de Nicodème dans le Perceforest », Perceforest. Un roman arthurien et sa réception, dir. Ch. Ferlampin-Acher, Rennes, PUR, 2012, p. 87-100). Quant à l’établissement du texte et à sa documentation, ils font l’objet d’un travail attentif : près de cent pages (911-1002) sont consacrées aux seules variantes de l’imprimé E. C’est sur cette unique question que je formulerai une remarque.

3En effet, à part E, le manuscrit C est pour cette dernière partie le seul témoin existant et c’est sur sa base qu’est publié le texte. L’édition, qui a adopté la méthode du manuscrit de base, aura donc changé de support à plusieurs reprises (ms A pour I-III puis V, ms B pour IV, ms C pour VI). Or, et même s’il est habituel que ce décalage entre la méthode adoptée et la réalité de la procédure suivie ne suscite aucune question théorique ni aucun commentaire méthodologique, quelques lignes sur les conséquences possibles de ce changement de modèle, sur la continuité entre les textes de A et de C, sur le rôle de E (qui fait partie d’une autre branche du stemma que C selon les volumes précédents) dans les corrections, auraient peut-être été bienvenues. Notable, à cet égard, est l’absence de paragraphes introductifs concernant l’établissement du texte, contrairement à l’usage des volumes précédents. Si la qualité du résultat n’est pas en cause, et si l’on ne peut certainement pas reprocher à l’édition de se montrer avare en éclaircissements de tous ordres au bénéfice du lecteur, un tel exposé aurait pu cependant clarifier certains points.

4Sur le rôle de E, par exemple, on peut être surpris de lire ici, dans la présentation des variantes, que « par rapport à C, il lui arrive également d’abréger. Toutefois, même s’il est apparenté à la rédaction AB dans les autres parties de l’œuvre, son témoignage n’implique pas nécessairement que la version AB était elle-même plus resserrée dans les endroits où E présente un texte plus condensé que C ». (p. 911) Quoique cette assertion soit vraie stricto sensu (on ne peut, bien sûr, être positivement assuré que l’accord entre E et A se poursuivait dans cette sixième partie), les volumes précédents offraient de quoi nourrir une forte présomption sur ce sujet. L’introduction de l’édition de la cinquième partie présentait les choses d’un point de vue inverse : elle disait que le rédacteur de C « se plaît à ajouter des développements personnels. D’autres additions, dans la même variante, laissent perplexe. [...] La rédaction AE est plus sobre et se dispense de tels ajouts. » (V, p. LXII). Dans C, l’éditeur notait « une abondance de détails qui ralentissent inutilement le rythme », des variantes qui « allongent la narration sans apporter de nouvelles informations indispensables au sens et à la conduite du récit », un texte parfois « inutilement amplifié et distendu » (V, p. LXII-LXIII), « les mêmes phénomènes d’amplification dans d’autres variantes développées » (V, p. LXIV) et « dans les variantes plus courtes, [...] la même tendance à l’amplification » (V, p. LXV ; signalons en revanche que, dans la quatrième partie, l’éditeur avait « l’impression que la rédaction AB condense le texte », IV, p. XV). On comprend bien le choix prudent qui a été fait : s’appuyer sur le manuscrit plutôt que sur l’imprimé, d’autant que ce dernier contourne parfois les difficultés du texte (p. 911) et n’autorise pas, en toute rigueur, à améliorer C aussi souvent que l’éditeur, peut-être, aurait pu le vouloir. Il n’y a rien à redire à cette raisonnable façon de faire, mais pourquoi ne pas l’avoir formulé ainsi ? La présentation adoptée donne l’impression, d’une part, que l’on fait table rase de ce que les volumes précédents ont affirmé, et qui se reproduit probablement ici puisque les caractères respectifs de C et E que l’on constate sont demeurés les mêmes ; d’autre part, que le jugement porté sur les deux rédactions est inversable (qui abrège ? qui délaie ?). Si les leçons de C sont préférables ici à celles de E, que penser des remarques portées contre C dans l’édition de la cinquième partie, à partir de la comparaison avec AE ?

5Cette réflexion de méthode, qui ne remet pas en cause les choix éditoriaux opérés par Gilles Roussineau et qui n’est appelé que par la constitution malheureusement changeante de la tradition manuscrite, est le seul élément un tant soit peu critique que l’on peut formuler sur l’achèvement d’une entreprise si rare par son ampleur et sa réussite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damien de Carné, « Perceforest, sixième partie, Genève, Droz, 2015 », Perspectives médiévales [En ligne], 39 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/peme/14174 ; DOI : 10.4000/peme.14174

Haut de page

Auteur

Damien de Carné

Professeur en langue et littérature françaises du Moyen Âge, université Nancy 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page