Navigation – Plan du site
État de la recherche
Ouvrages collectifs

La fascination pour Alexandre le Grand dans les littératures européennes (xe-xvie siècles), tome III, Turnhout, Brepols, 2014

Danielle Buschinger
Référence(s) :

La fascination pour Alexandre le Grand dans les littératures européennes (xe-xvie siècles), tome III, dir. Catherine Gaullier-Bougassas, Turnhout, Brepols, « Alexander redivivus », 2014

Entrées d’index

Mots clés :

Alexandre le Grand

Parole chiave :

Alessandro il Grande
Haut de page

Texte intégral

1Sous la direction de Catherine Gaullier-Bougassas, ancienne élève de l’École Normale Supérieure, professeur de langue et de littérature médiévales françaises à l’Université de Lille 3 et membre de l’Institut universitaire de France, une équipe internationale et pluridisciplinaire de dix-sept chercheurs littéraires et historiens, dans un programme sélectionné par le Contrat Plan État Région (CPER), puis par l’Agence nationale de la recherche française (ANR), a réalisé cet ouvrage de quatre volumes, dans un programme sélectionné par le Contrat Plan État Région (CPER), puis par l’Agence nationale de la recherche française (ANR). C’est la première étude d’ensemble du corpus européen médiéval sur Alexandre le Grand, de l’Espagne à la Russie, de la Grande-Bretagne à la Grèce byzantine.

2Le but de cette recherche de grande ampleur est d’analyser comment la transmission et la réécriture des textes antiques en Europe, à partir du xsiècle et jusque dans la première moitié du xvisiècle, sont à l’origine d’une floraison d’œuvres littéraires qui montrent la création d’une figure médiévale et renaissante d’Alexandre, à la fois une et multiple. Le corpus choisi s’inscrit donc dans une longue durée – six siècles et demi – et il prend en compte les littératures de l’Europe occidentale (médio-latine, française, italienne, hispanique et aljamiada, hébraïque, anglaise, allemande, néerlandaise et scandinave) et celles de l’Europe orientale (slaves, avant tout tchèque, serbe et russe, byzantine avec son développement arménien). La nécessité s’impose en effet de dépasser les frontières entre les langues et les littératures, pour tenter, en embrassant tout l’espace des lettres européennes, de comprendre la portée et le sens des exploitations et des réinventions du mythe d’Alexandre à l’échelle du continent.

3Le tome III, ici considéré, est composé de deux parties, la partie IV « L’Alexandre scientifique et aventurier. Un imaginaire de la connaissance savante et des lointains exotiques » et la partie V « Alexandre et la formation d’un espace littéraire européen ». Il contient la bibliographie des tomes I, II et III (il est dommage que la traduction française du Parzival de Wolfram von Eschenbach publiée chez Honoré Champion en 2010 n’ait pas été mentionnée), l’index des œuvres et des auteurs cités dans ces trois tomes et la table générale des matières.

  • 1 Une étude analogue, mais de bien moins grande importance et dans un autre contexte, a été réalisée (...)

4Tome III
Quatrième partie IV – L’Alexandre scientifique et aventurier
Un imaginaire de la connaissance savante et des lointains exotiques
Introduction. La curiosité d’Alexandre dans le contexte épistémologique médiéval : sciences et savoirs occultes, observation, expérimentation et aventure
I – Alexandre explorateur des merveilles de l’Orient dans l’Historia de preliis
A- Les merveilles de l’empire perse B- Les merveilles de l’Inde : le terrifiant, l’utopique et le sacré - a- Le règne du tératologique b- Les communautés humaines alternatives c- La somptuosité d- Le monde des dieux C- Alexandre, héros de science-fiction : les aventures aérienne et sous-marine
II – Rex illiteratus. Alexandre et le savoir, selon Gautier de Châtillon
III – Rêves de connaissance et d’exotisme : l’Alexandre aventurier en français
A- Les Romans d’Alexandre, leurs réécritures et le Secret des secrets (xiie-xve siècle) a -Nectanabus, l’astronomie, l’astrologie et la magie orientales b- Aristote et les sciences de la nature : savoirs rationnels et savoirs occultes c- Alexandre et l’exploration de la nature : la science par l’observation d- L’Orient et la création littéraire : du savoir encyclopédique à la fiction romanesque e- Les finalités de l’exploration : de la science à la sagesse ou à l’aventure personnelle f- Les limites de la révélation et les ambiguïtés du portrait d’Alexandre explorateur
B- L’historiographie du xve siècle et la mise à distance des mirabilia a- L’exotisme oriental : entre ethnocentrisme et démystification b- Une éducation savante : Alexandre et les philosophes c- Au bout du monde, la désolation
IV – Science, magie et exploration : Alexandre et la connaissance en Italie
A-La transmission des savoirs techniques, scientifiques, magiques - B-Voyage et savoirs géographique, zoologique et ethnographique C-Un Orient de fiction
V – La cristallisation des savoirs : Alexandre, vecteur de connaissances dans l’Espagne médiévale
A-La formation du monarque : Libro de Alexandre et General estoria a- L’Alexandre aristotélicien : le Libro de Alexandre. Les clercs et l’ordre nouveau. Le milieu de composition. Trivium et quadrivium. Le roi, conquérant du monde inconnu, et le contexte argumentatif b- Alphonse X, alter Nectanabus : savoir lire la surface de l’eau B- Le monarque Alexandre, maître du monde a- Le clerc et le roi : lire le monde b- Parler et entendre des langages nouveaux c- L’Orient de l’Alexandre hispanique C- Les textes sapientiels : la quête de savoirs et de mondes merveilleux - a-Désir de savoir et passion pour les savants b- La transmission des savoirs occultes
VI – Alexandre aljamiadorey šabidor
A- Les maîtres d’Alexandre a- Aristote b- Al-Khadīr c- Les anges B- Alexandre explorateur explorateur du futur dār al-islām a- L’Andalousie b- Désintérêt pour les observations « scientifiques »
VII – Un parcours anglais difficile, de la méfiance et du mépris à l’éloge de la connaissance
A- Éducation savante B- Alexandre explorateur et le savoir empirique C- Création littéraire et [science-] fiction, entre célébration et condamnation
VIII – Savoir et merveilles dans les textes en langue allemande
A- Connaissance et création littéraire dans les récits issus de Lambrecht  a- Figures du savoir et statut du récit b- Alexandre, scripteur des aventures orientales c- L’Orient et la création littéraire dans le Straßburger Alexander d- L’acclimatation des aventures orientales à l’idéal de cour e- Regards sur la curiositas d’Alexandre B- Ulrich von Etzenbach : expérience de l’infini et écriture innovante a- Orient et savoir encyclopédique : entre fascination et scepticisme b- Immensité des espaces et limites du savoir rationnel c- Ambivalence de l’amour en Orient et échec de l’initiation à la sagesse d- Bonne et mauvaise chevalerie : la question du rapport aux richesses C- Alexandre et le savoir dans les textes du Moyen Âge tardif a- Seifrit : intérêt pour la connaissance et vraisemblance du récit b- Hartlieb : le conquérant face à son libre arbitre
IX – Alexandre en Orient : deux lectures opposées de la merveille en Russie
A- Aristote et Nectanébo : une éducation inutile ? B- Alexandrie des Chroniques : l’Orient redoutable et la crainte de la mort C- Alexandrie de Serbie : la maîtrise manquée de l’Orient et de ses merveilles
X –Voyages de l’Alexandre grec : le goût des merveilles et sa mise en question
A- De l’apprentissage à l’investigation du monde a- Formation d’Alexandre b- Alexandre explorateur B- L’écriture de la merveille a- Deux versions fidèles à l’héritage paradoxographique ancien b- La recension ζ : vers une réduction du merveilleux païen ? 
Cinquième partie – Alexandre et la formation d’un espace littéraire européen
I- Rythmes comparés de la création littéraire sur Alexandre
en Europe du xe au xvie siècle
II- Rayonnement des littératures et espace littéraire européen
III- Milieux d’écriture et publics
IV- Alexandre, entre histoire et fiction
V- Les raisons du succès : le prestige d’un héros toujours d’actualité
a- Alexandre et l’illustration de nouvelles écritures et de nouvelles langues littéraires
b- Le didactisme politique, éthique et scientifique : les exemplarités et les ambiguïtés d’Alexandre.
 Cet ouvrage d’une rigueur scientifique sans égale est la première – et la seule – étude d’ensemble du corpus sur Alexandre dans l’Europe médiévale1.

Haut de page

Notes

1 Une étude analogue, mais de bien moins grande importance et dans un autre contexte, a été réalisée en Allemagne (« Alexanderromane ». In: Historische und religiöse Erzählungen. Germania Litteraria Mediaevalis Francigena (GLMF) IV. Herausgegeben von Geert H.M. Claassens, Fritz Peter Knapp und Hartmut Kugler. Redaktion: Nils Borgmann. Berlin, De Gruyter, 2014 (Manuskriptsabschluss: Juni 2011), p. 35-78.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Danielle Buschinger, « La fascination pour Alexandre le Grand dans les littératures européennes (xe-xvie siècles), tome III, Turnhout, Brepols, 2014  », Perspectives médiévales [En ligne], 39 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/peme/14498 ; DOI : 10.4000/peme.14498

Haut de page

Auteur

Danielle Buschinger

Université de Picardie-Amiens

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page