Navigation – Plan du site
Études et travaux
Le politique et la définition du Moyen Âge

Historiens d’aujourd’hui et d’hier et “nouveau Moyen Âge”. D’une formule acceptée, voire utilisée, à son rejet

Laurent Broche

Entrées d’index

Mots clés :

nouveau Moyen Âge

Keywords :

new Middle Ages

Parole chiave :

Nuovo Medio Evo
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Laure Verdon, Le Moyen Âge. 10 siècles d’idées reçues, Paris, Le Cavalier bleu, 2014, p. 11.
  • 2 Ibid., p. 201.

1La médiéviste Laure Verdon dit de sa spécialité : « Aucune autre période de l’Histoire n’a […] cristallisé autant de poncifs, que les travaux des historiens ne cessent cependant de remettre en cause sans réussir vraiment, force est de le constater, à rétablir une vision plus nuancée et plus juste de cette époque auprès du grand public1. » Au terme d’un ouvrage consacré à cette ambition, elle conclut sur le peu d’efficacité de l’entreprise « tant les idées reçues sur le Moyen Âge ont la vie dure depuis l’époque moderne, au grand désespoir des médiévistes »2.

  • 3 « Travaillait-on plus au Moyen Âge alors que les 35 heures n’existaient pas ? », Écrit et présenté (...)

2L’insistance de la discipline historique à combattre ces clichés dévalorisants a même inspiré une vidéo humoristique – « 35 Heures et Moyen Âge » – qui circule beaucoup sur la toile depuis 2011 et rejaillit régulièrement au gré des débats sur la durée légale du temps de travail. Elle commence par l’évocation d’une conversation entre deux collègues qui parlent « des 35 heures ». Soudain, l’un a dit à l’autre : « abandonner les RTT, ça serait un retour au Moyen Âge ! ». Le chroniqueur lance alors : « Alors là moi je dis stop, il faut arrêter de dire du mal du Moyen Âge. Nos ancêtres n’étaient pas les brutes de travail qu’on imagine ». Il explique ensuite que l’on chômait – pour des fêtes religieuses, corporatives et autres – environ un jour sur deux, que l’on ne travaillait pas après le coucher du soleil dans les villes à cause de l’interdiction de le faire à la lueur des bougies par peur des incendies, que dans les campagnes de longues périodes de l’année offraient du grand calme et conclut par : « “Moyenâgeux”, n’est pas égal à “arriéré”3 ».

  • 4 Anders Günther, La menace nucléaire. Considérations radicales sur l’âge atomique, Paris, Le Serpent (...)
  • 5 Voir Laurent Broche, « “nouveau Moyen Âge” et “apocalypses sans royaume” : investigation sur des sc (...)

3Dans ce sketch, un protagoniste use de l’expression « retour au Moyen Âge » pour marquer sa révulsion envers l’éventuelle suppression des RTT. Cette formule, et ses associées « retour du Moyen Âge » et « nouveau Moyen Âge », ainsi que leurs variantes et dérivées – sous des formes verbales telles que « revenir au Moyen Âge » et « renvoyer au Moyen Âge » ou d’unités lexicales légèrement différentes comme « prochain Moyen Âge », « futur Moyen Âge » – habitent les discours depuis au moins deux siècles. Même si certains points centraux persistent, elles ont connu des embellies et des éclipses, ainsi que d’importantes variations de sens et d’applications. Aujourd’hui, massivement, mais pas exclusivement, elles portent l’idée, ressentie comme une angoissante appréhension, de l’installation de certaines caractéristiques attribuées au Moyen-âge, et plus précisément à ses débuts – les invasions barbares – et à son achèvement – la grande crise du xive siècle, encore qu’il semble que dans beaucoup de cas « Moyen Âge » se suffise à lui-même sans renvoyer vraiment à un moment du passé. Dans leurs versions les plus extrêmes, ces vocables accompagnent l’annonce d’une « apocalypse sans royaume », c’est-à-dire une « fin du monde n’impliquant pas l’ouverture d’une nouvelle situation positive (la situation du “royaume”)»4, mais un recul durable et radical des modes de vie5.

  • 6 Parmi les livres, signalons : François Lenglet, La crise des années 30 est devant nous, Paris, Perr (...)

4L’entre-deux-guerres fut l’apogée des expressions « nouveau Moyen Âge » et consorts. Des journalistes, des intellectuels et des historiens ont rapproché notre temps des années 306, et encore récemment des personnalités politiques, telles le Président Macron. Cet article ne revient pas sur les aspects stimulants et les réserves qu’inspire une telle démarche. Il interroge l’attitude des historiens universitaires envers ces formules à partir de l’entre-deux-guerres. Depuis un quart de siècle, la critique et le rejet de ces locutions par les praticiens de la discipline historique constituent une des formes de leur combat contre les clichés sur le Moyen Âge. Qu’en était-il de leurs devanciers alors que ces locutions étaient encore bien plus envahissantes qu’aujourd’hui ?

I – L’hostilité des historiens d’aujourd’hui envers les expressions « nouveau Moyen Âge » et consorts

  • 7 Jacques Le Goff, La Civilisation de l’Occident médiéval, Paris, Arthaud, 1964, p. 16 (cette express (...)
  • 8 Jacques Le Goff, « Ruggiero Romano ou le voyage au centre par tout l’extérieur », Revue européenne (...)
  • 9 L’émission « Le Salon noir » de France Culture le 3 octobre 2015 a titré « Pour un nouveau Moyen Âg (...)
  • 10 Jean-Louis Triaud, « L’éveil à l’écriture : Un nouveau Moyen Âge sahélien. », Afrique & Histoire, 2 (...)
  • 11 Stephen G. Nichols, « Writing the New Middle Ages », Publications of Modern Language Association, V (...)
  • 12 Alain Boureau, « il a su élaborer un nouveau Moyen Âge central (1200-1330) », Annales. Histoire, Sc (...)
  • 13 Jacques Le Goff, Pour un autre Moyen Âge : temps, travail et culture en Occident, Paris, Gallimard, (...)
  • 14 Florian Mazel, « Une révolution totale », L’Histoire, vol. 381, n°. 11, novembre 2012, p. 66.

5En 1964, dans une synthèse qui a fait date, Jacques Le Goff, soulignant l’apport décisif de l’archéologie, écrit : « un nouveau Moyen Âge est en train de naître, de renaître »7. L’expression revient sous sa plume en 1983 : « Dans les années 60 des archéologues anglais révèlent un nouveau moyen âge, celui des villages désertés »8. Suivant son exemple, d’autres spécialistes ont désigné par cette formule l’apport roboratif de récentes fouilles archéologiques9, d’un immense travail épigraphique sur le Sahel10, d’études novatrices d’œuvres littéraires11 ou les résultats de la « ténacité », d’« une connaissance rigoureuse des archives » et d’« un renouvellement des questions » déployés par un médiéviste12. De manière similaire, pour marquer un radical changement de perspective, Le Goff jugeait que dans l’œuvre de Michelet, après les volumes sur la Révolution, « surgit un nouveau Moyen Âge » car, avec la parution de La Sorcière, « resurgit (…) un Moyen Âge satanique, mais (…) porteur de lumière et d’espoir »13. D’autres historiens en ont usé pour souligner une transformation majeure dans cette longue période. Ainsi, un article de L’Histoire sur la réforme grégorienne porte en chapeau l’annonce suivante : « Sous l’autorité des papes du xie siècle, les clercs se distinguent des laïcs et prennent le contrôle de la société. Un nouveau Moyen Âge s’ouvre14 ».  

6Peut-être Le Goff s’amusait-il d’un clin d’œil à des formules alors moins en vogue, mais qui avaient largement agité la génération précédente. Et si, chez des médiévistes qui ont repris l’expression, il y a une forme d’hommage dans cet écho, on y trouve certainement aussi une forme de dérision et d’ironie. Car leur aîné, référence quasi unanime de leur profession, s’opposa farouchement à l’usage tonitruant de l’expression « nouveau Moyen Âge » par deux intellectuels médiatiques.

  • 15 Alain Minc, Le nouveau Moyen Âge, Paris, Gallimard, 1993.
  • 16 Séduit, il propose néanmoins un scénario plus optimiste, « avec une période de transition vers de n (...)

7En 1993, Alain Minc publie Le nouveau Moyen Âge. Selon l’essayiste, depuis la chute du Mur de Berlin, l’humanité s’engage vers un « nouveau Moyen Âge », c’est-à-dire un monde totalement déstructuré, en proie au tribalisme, aux crises, sans centre, où apparaissent des « zones grises » dominées par les mafias et la corruption, où vivent de plus en plus d’exclus, où la raison recule au profit d’idéologies primaires, de superstitions et de peurs ancestrales, où les souverainetés se défont et les structures s’effacent, où l’émiettement et le désordre gagnent15. L’essai attire les commentaires de personnalités politiques, notamment Raymond Barre16 (ancien premier ministre) et Jacques Delors (alors président de la Commission européenne), ce dernier tiquant un peu sur la formule phare :

  • 17 Jacques Delors, « L’avenir invisible », Le Monde, 7 novembre 1993.

un de nos plus brillants essayistes […] lance une expression qui pourrait bien connaître le succès : celle du “nouveau Moyen Âge”, dans lequel nous serions entrés depuis la chute du communisme. La formule frappe parce que, sous la plume de Minc, elle revêt une connotation péjorative – trop péjorative à mon sens, mais passons, ce serait un autre débat17

  • 18 L’inventaires des archives de l’homme politique mentionne : « Lettre et projet de commentaire de l’ (...)

8Deux semaines plus tard, Jacques Le Goff ne laisse pas passer18. Tout en admettant « l’intérêt » de l’essai, il déplore qu’un « esprit de la qualité d’Alain Minc » perpétue des clichés négatifs, alors que les historiens, tout en n’en niant pas « les ombres et faiblesses », ont largement rectifié l’idée erronée d’un Moyen Âge « période catastrophique ». Il conteste la perspective « fausse » et « dangereuse » présupposée par cette formule : celle de l’ « éternel retour » en histoire qui, loin d’appréhender l’actualité par un prudent comparatisme, ferme « la compréhension de l’essentiel de ce qu’elle est, et qui est spécifique » car

  • 19 Jacques Le Goff, « Les vieux habits du Moyen Age », Le Monde, 20 novembre 1993, p. 2.

« [r]ecourir à une formule qui est d’autant plus frappante qu’elle est facile et profite de la mode que connaît un Moyen Âge toujours englué dans les ignorances d’antan, c’est remplacer un effort d’analyse original nécessaire à la compréhension de notre temps par un slogan démagogique »19.

  • 20 Jacques Derrida, « Penser ce qui vient », in René Major (dir.), Derrida pour les temps à venir, Par (...)

9L’intervention du médiéviste ne marqua guère au-delà de sa profession. Par exemple, Jacques Derrida, dans une conférence à la Sorbonne le 18 janvier 1994, déclare que parmi les trois motifs « secondaires », qu’il ne détaillera pas, pour lesquels il est « obligé d’objecter » contre un essai qu’il a apprécié, figure : « la référence au Moyen Âge », même si « la rhétorique très subtile d’Alain Minc à ce sujet, une rhétorique dans l’usage de cette référence qui le met sans doute à l’abri de certaines objections d’historiens mais non peut-être de toute objection20 ». Les « objections » de Jacques Le Goff, pourtant seulement vieilles de deux mois, étaient donc déjà oubliées.

10En 2000, Jacques Attali déclare dans Libération :

  • 21 Jacques Attali, « La nouvelle économie est par nature anticapitaliste », Libération, 5 mai 2000. Il (...)

Nous entrons dans une période de nouveau Moyen Âge. […] Se constituent des îlots d’abondance, comme ce fut le cas en Europe, dans la période de déclin de l’Empire romain entre le iiie et le xie siècle. Des hordes sauvages regroupant tous ceux qui ne sont pas les privilégiés du système se constituent. Ce Moyen Âge bunkérisé est déjà là : ce sont les guerres locales, les banlieues qui s’isolent, les riches qui s’isolent, les touristes qui se font prendre en otage21.

  • 22 Jacques Le Goff, « Les fantasmes de Jacques Attali », Libération, 15 mai 2000. Il y avait peut-être (...)

11Dans un article publié peu après dans le même quotidien, Jacques Le Goff reprend son argumentation de 1993, mais plus virulemment. Il dénonce « devant l’emploi injustifié de l’expression […] déjà peu judicieusement utilisée par Alain Minc » la non-appréciation du travail des « médiévistes français » qui « ont scientifiquement démontré la réalité historique d’un autre Moyen Âge » que celui des ténèbres que continue à charrier le slogan « nouveau Moyen Âge » ; il critique la vision sous-jacente de « retour de l’histoire », fausse et dangereuse, d’autant plus quand elle s’appuie sur une représentation erronée de cette période et sur une conception « périmée » des « grandes invasions » ; il attaque enfin une explication simplificatrice et déterministe de la mutation globale de la société contemporaine qui y voit l’effet des seules conséquences d’une innovation technologique et un inéluctable mauvais destin22.

12Peu après, Jacques Attali réplique que le « plus grand médiéviste français », mauvais « douanier » des savoirs, a mal lu son article. Et il enfonce le clou du Moyen Âge négatif :

  • 23 Jacques Attali, « Moyen Age : défense d’entrer », Libération, mardi 23 mai 2000.

La science française crève de ces ridicules défenses de territoires [...]. On y retrouve là le pire du Moyen Âge, celui de la Sorbonne et de ses docteurs rancis, confondant le savoir avec la préservation obstinée des dogmes, envoyant au bûcher tous les vagabonds de la pensée23.

  • 24 Jacques Le Goff, « L’essayiste et le médiéviste. Le Moyen Age est à tous », Libération, 27 mai 2000

13La polémique se poursuit le 27 mai par un « Dernier acte », selon le chapeau de Libération. Dans un texte court, mais cinglant – « Jacques Attali fait un usage élastique de la métaphore et rare de l’information exacte » –, le médiéviste rappelle trois points à « l’éminent “consultant et essayiste” » qui n’a pas répondu à son texte, et a juste « opposé […] des invectives à la place d’arguments » : il n’y avait pas « d’amertume de spécialiste » dans sa critique ; l’école médiéviste française, fidèle à Marc Bloch, est ouverte aux non-historiens… qui lisent vraiment les travaux des chercheurs ; sa « pratique de l’histoire » contrecarre la « perspective “essentiellement catastrophique” du Moyen Âge » déployée dans l’entretien critiqué, bannit « le retour d’un Moyen Âge fantasmé » puisque jamais l’histoire « ne se baigne deux fois dans le même fleuve » et réfute l’idée réductrice que les innovations technologiques sont le moteur des mutations profondes24.

  • 25 Jacques Attali, « La géopolitique du Net. Vers une “Goodwill PlaNet” », Revue des Deux Mondes, fév. (...)

14Le 15 mai 2000, Le Goff, un peu conciliant, avait écrit : les « déclarations » de l’essayiste étaient « sans doute plus schématiques que sa pensée réelle ». Mais Attali a réitéré l’usage de la formule dans plusieurs écrits25, confirmant qu’il s’agissait de sa pensée ou de l’usage délibéré d’un langage à sensation. Encore récemment, partageant son goût pour certaines séries télévisées américaines, il expliquait le succès de « la plus grande » de l’heure actuelle – Game of Thrones – par ses « moyens financiers inédits », une efficace utilisation des réseaux sociaux et :

  • 26 Jacques Attali, « Un planétaire Moyen-Age », L’Express, 7 avril 2014, p. 146. L’article fut repris (...)

sans doute surtout, parce que son scenario renvoie très précisément à ce que notre planète va bientôt vivre : une sorte de nouveau Moyen Âge, plein de violences, de désordres, de catastrophes naturelles, de seigneurs de la guerre, de querelles de pouvoir aux rebondissements très rapides. Games of Thrones décrit le monde qui s’annonce après la fin de l’Empire américain, un nouveau Moyen Âge flamboyant où aucun pouvoir n’est stable, où tout devient possible. 
On peut refuser la globalisation. On peut vouloir s’enfermer dans son petit univers. Heureusement, ou malheureusement, c’est impossible : le nouveau Moyen Âge est là. Il nous fascine. Il est plein de belles histoires et de promesses ; plein de barbaries aussi. Il nous attend ; à nous d’en faire le meilleur usage26.

  • 27 Voir parmi tant d’autres : Alain Minc (Propos recueillis par Sarah Belhadi et Philippe Mabille), « (...)
  • 28 Alain Minc, Un Français de tant de souches, Paris, Grasset, 2015, p. 102.

15Comme pour Attali, la mise au point de l’historien n’a pas changé le vocabulaire d’Alain Minc. L’essayiste n’a jamais renié le titre de son essai Le nouveau Moyen Âge lorsque des journalistes s’y référaient dans des interviews27. Plus tard, il a raconté, qu’apportant L’après-crise est commencé à Fernand Braudel, il craignait : « une volée de bois de vert telle que celle que m’administra plus tard Jacques Le Goff pour un titre, Le nouveau Moyen Âge, qui portait atteinte à ses droits quasi patrimoniaux sur l’usage du mot Moyen Âge »28. Ainsi, il a réduit cette intervention à une défense corporative obtuse qu’il oppose à l’ouverture supposée de Braudel dont il se proclame « disciple ».

16Plusieurs médiévistes ont réitéré le jugement de Jacques Le Goff. Ainsi, dans Les tendances actuelles de l’histoire médiévale, paru en 2002, on trouve trois commentaires négatifs sur l’essai d’Alain Minc :

  • 29 Dominique Iogna-Prat, « Le médiéviste face aux défis de l’ “histoire du sens”, in Jean Claude Schmi (...)

avec la chute du communisme qui ne peut être comparée qu’avec la fin de l’Empire romain, Alain Minc fait appel à “la grâce” du cartésianisme français pour échapper au naufrage d’un nouveau Moyen Age, compris cette fois comme un temps de ténèbres. Blanc ou noir, ce concept globalisant de Moyen Âge, utilisé de façon non réfléchie par les prophètes de notre temps29

  • 30 Jacques Krynen, « La souveraineté royale », Ibid, p. 301.

bien que faisant preuve de vitalité certaine, nous, médiévistes français, ne rayonnons surtout que sur les médiévistes. Si quelques-uns rayonnent sur les médias, cela ne doit pas faire illusion. N’a-t-on pas vu récemment un de nos intellectuels médiatiques intituler un de ses best-sellers Le nouveau Moyen Âge pour illustrer l’anarchique avenir que nous réserve l’Europe ?30

  • 31 Pierre Monnet, « Conclusions », Ibid., p. 630.

A. Minc […] ne voit pas qu’une fausse conception du Moyen Âge engage en dernier lieu une fausse conception de la modernité ? » [cette note commente l’affirmation] un savoir […] dont les emplois à des fins politiques échappent pour beaucoup au discours rationnel31.

  • 32 Joseph Morsel (avec la collaboration de Christine Ducourtieux), L’Histoire (du Moyen Âge) est un sp (...)

17Dans la même ligne, Joseph Morsel, relevant que le « médiévialisme […] est une forme pour dire autre chose que le Moyen Âge, pour dire l’irrationalisme et l’inhumanité […] [n]on parce que le Moyen Âge était tel, mais parce que son image comme tel a servi à la société libérale à conjurer (et non à régler) une partie de ses tensions “congénitales” », signale en note : « Par conséquent, l’érosion des “valeurs” libérales ne signifierait en aucun cas un retour à un “nouveau Moyen Âge”, comme le pronostiquait Alain Minc »32.

  • 33 Patrick Boucheron et Nicolas Offenstadt (dir.), L’espace public au Moyen Âge. Débats autour de Jürg (...)

18En dépit des mises au point énergiques de Jacques Le Goff, prises de position largement suivies par la profession, et qui rejoignent la volonté générale des historiens de retirer au Moyen Âge les clichés négatifs qui l’accompagnent depuis longtemps, les vues proposées par Attali et Minc continuent de prospérer dans les médias grand-public et « nouveau Moyen Âge » conserve son statut d’ « expression médiatiquement obsédante »33.

II – Le rejet de la formule « nouveau Moyen Âge » : une attitude qui n’était pas celle des historiens passés

19Beaucoup historiens d’aujourd’hui vilipendent, ou au moins s’en agacent, mais sans vraiment en diminuer l’usage, l’omniprésence des expressions « nouveau Moyen Âge » et « retour au Moyen Âge ». Mais qu’ont fait leurs prédécesseurs du temps où elles étaient encore plus répandues qu’aujourd’hui ?

  • 34 Marc Bloch, Lucien Febvre, Correspondance. Tome II, De Strasbourg à Paris 1934-1937, Edition établi (...)

20Le 9 mars 1934, Lucien Febvre écrit à Marc Bloch : « J’hésite depuis quarante-huit heures à signer un papier ridicule, une déclaration d’amour au Peuple, qui ne veut rien dire ». Son ami lui répond le 20 mars : « J’ai comme vous reçu le “manifeste” Langevin-Rivet-Alain ; comme vous, il m’a paru fort mauvais et le nom d’Alain, en particulier, m’a fait me rétracter ; j’ai signé tout de même » 34.

21Les deux hommes discutent du manifeste fondateur titré « Aux travailleurs » lancé par le Comité de Vigilance des intellectuels antifascistes (CVIA), créé aux lendemains des violences antiparlementaires du 6 février 1934, qui affirme :

Nous ne laisserons pas l’oligarchie financière exploiter comme en Allemagne le mécontentement des foules gênées ou ruinées par elle. Camarades, sous couleur de révolution nationale, on nous prépare un nouveau Moyen Âge.

  • 35 Victor-Lucien Tapié, compte rendu de Mr Vaclav Černy, Hospodarské Instrukce. Prehled zemedelskych d (...)
  • 36 Pierre Chaunu, Histoire de l’Amérique latine, Paris, Presses Universitaires de France, 1949, p. 58.

22Les fondateurs des Annales critiquent le manifeste, mais ne s’emportent pas contre l’image d’un Moyen Âge rétrograde qu’il véhicule, et ils ne firent à ce sujet aucune remarque directe dans leurs écrits. D’ailleurs, ils avaient laissé leur jeune collègue, Victor-Lucien Tapié, employer l’expression pour exprimer le retour, en Bohème, dans les années 1620, à une situation où la noblesse accentue la féodalité : « les désastres de la guerre de Trente Ans, (…), ont produit en Bohème un nouveau moyen âge. La population rurale s’est trouvée affaiblie et la noblesse a resserré son emprise, son emprise économique surtout35. » Et en 1949, Pierre Chaunu, alors jeune historien dans la mouvance des Annales, dans son « Que sais-je » sur l’histoire de l’Amérique latine, utilise l’expression pour avancer l’idée que, sans l’argent de l’Amérique, l’Europe de la deuxième moitié du xvie aurait régressé : « C’est elle qui déclenche la crise des prix du xvie siècle, et sauve l’Europe d’un nouveau Moyen Âge en reconstituant son stock métallique »36.

23S’il ne critiquait pas la formule « nouveau Moyen Âge », Marc Bloch n’en était pas moins sensible aux résurgences des termes médiévaux dans le vocabulaire contemporain. Dans la Société féodale, cherchant à définir le sens du terme « noblesse », il précise :

  • 37 Marc Bloch, La société féodale, Paris, Albin Michel, 1994, (1re éd. 1939), p. 395-396.

Traitons-nous aujourd’hui, sinon par ironie, nos grands bourgeois de noblesse capitaliste ? Là même où, comme dans nos démocraties, les privilèges légaux ont disparu, c’est leur souvenir qui nourrit la conscience de classe : point de noble authentique, s’il ne peut en prouver l’exercice par ses ancêtres37.

24L’allusion au fait de qualifier les « grands bourgeois » de « noblesse capitaliste » revient à la fin du volume, quand l’auteur, rassemblant les fils de son développement pour définir la « féodalité comme type social », écrit, à propos de la multiplicité flottante des usages du terme :

  • 38 Ibid., p. 604.

Dès 1783, un modeste agent municipal, le hallier de Valenciennes, dénonçait comme responsable du renchérissement des denrées “une féodalité de gros propriétaires campagnards”. Que de polémistes, depuis lors, ont voué aux gémonies les “féodalités” bancaires ou industrielles ! Chargé de réminiscences historiques plus ou moins vagues, le mot semble, sous certaines plumes, n’évoquer rien de plus que la brutalité du commandement ; mais souvent aussi, d’une façon moins élémentaire, l’idée d’un empiétement des puissances économiques sur la vie publique38.

  • 39 Augustin Hamon et X. Y. Z, Les Maîtres de la France, t. 1, La féodalité financière dans les banques(...)

25Par « polémistes », Marc Bloch désigne divers auteurs à succès, en particulier le très antisémite Augustin Hamon39, qui dénoncent la « féodalité financière » dans différents secteurs de l’économie française, ou parlent de « baron capitaliste » et de « fief capitaliste ».

26En 1949, sans apprécier favorablement ces expressions, mais sans non plus les rejeter, Pieter Lambrechts, antiquisant de l’Université Libre de Bruxelles, commente :

  • 40 Pieter Lambrechts, « Le problème du dirigisme d’état au IVe siècle : À propos de quelques publicati (...)

Car ce n’est qu’à partir de la première guerre mondiale que le problème de la décadence matérielle et spirituelle du monde antique a présenté un caractère “actuel”, en ce sens que de bons esprits ont cru déceler dans notre civilisation occidentale les mêmes phénomènes alarmants de décomposition que ceux qui annoncèrent le Moyen Âge. Combien de fois n’a-t-on pas répété ces dernières années que le monde s’acheminait vers un nouveau Moyen Âge ? L’éminent historien hollandais J. Huizinga a analysé d’une façon cruellement pénétrante, surtout sur le plan moral, les prodromes de la déchéance à laquelle notre XXe siècle semble irrémédiablement voué40.

27À côté de ces historiens universitaires des années 1930-1940 évoquant sans émotion l’omniprésence des formules « nouveau Moyen Âge » et apparentées, on trouve même quelques-uns de leurs collègues les utilisant dans leurs commentaires sur l’actualité.

28Ainsi, selon un de ses anciens élèves, Charles-Edmond Perrin, ancien combattant et maître des études historiques médiévales en Sorbonne,

  • 41 André Corvisier, Sources et méthodes en histoire sociale, Paris, SEDES, 1980, p. 43.

dès 1941 […] avait coutume de dire à ses étudiants : “Messieurs, en 1914 un nouveau Moyen Âge a commencé”. À l’appui de cette affirmation il citait la primauté de la guerre qui allait cesser d’être la seule affaire des militaires, les exodes, les transferts de peuples dont l’Europe avait perdu le souvenir, la primauté du social et de l’universel dont le Bas-Empire avait déjà donné des signes, la primauté des techniques41.

  • 42 Georges Balandier, Histoire d’autres, Paris, Stock, 1977, p. 136.

29Et Georges Balandier se rappelle qu’un de ses professeurs du Collège Colbert à Paris parlait de la Guerre d’Espagne comme d’un « nouveau Moyen Âge motorisé »42.

30En plus de ces commentaires publics, il faut signaler des interventions d’historiens de ce temps qui ne rechignaient pas à recourir aux expressions, aujourd’hui honnies par leur profession, pour contribuer à des interrogations et débats sur l’actualité.

  • 43 Walter Deonna, « La nuit vient… Un nouveau moyen âge ?», Bibliothèque universelle & suisse, T. 103, (...)

31Ainsi, en 1921, Waldemar Deonna, alors professeur extraordinaire d’Archéologie classique à l’Université de Genève où il enseignera jusqu’en 1955, publie un long article titré : « La nuit vient… Un nouveau moyen âge ? »43. Ses premiers paragraphes définissent ce qu’il entend par « moyen âge » :

  • 44 Ibid., p. 32. Il y eut ainsi, selon Deonna, qui s’appuie sur divers auteurs, un premier « Moyen Âge (...)

Le monde européen a, plus d’une fois déjà, vu la décadence succéder à une brillante culture matérielle et spirituelle, et l’humanité revenir à son point de départ, pour gravir lentement à nouveau la même pente que bien des siècles plus tôt. Il n’y a pas un unique “moyen âge”, si l’on entend par ce terme une époque où l’homme, après la clarté de la civilisation, s’enfonce momentanément dans la nuit de l’ignorance et de la grossièreté44.

32Puis il pose le problème à examiner :

  • 45 Ibid., p. 39.

Serions-nous aujourd’hui à la veille d’un nouveau moyen âge, et, dans cette Europe déséquilibrée par le cataclysme de ces dernières années, devrions-nous reconnaître les symptômes d’une régression partielle et momentanée, ou générale et durable, symptômes analogues à ceux qu’offre le monde romain dès le iiie siècle, alors qu’il s’achemine vers la décadence ?45.

  • 46 Ibid., p. 360.
  • 47 Ibid., p. 360-361.

33La réflexion de Waldemar Deonna conclut à « un parallélisme entre la civilisation antique à son déclin et la civilisation contemporaine »46. L’archéologue préfère n’envisager que sous forme de questions et d’hypothèses le spectre des évolutions à venir depuis de simples régressions partielles et momentanées n’atteignant qu’une partie du monde avancé jusqu’au recul d’ampleur qui pourrait « amener un nouveau moyen âge » avant que plus tard le progrès reprenne47. Un an après, dans la très sérieuse Revue des études grecques, tout en renvoyant à cette première série d’articles, il reprend son constat :

  • 48 Waldemar Deonna, « L’éternel présent. Guerre du Péloponnèse (431-404) et guerre mondiale (1914-1918 (...)

La ruine de la civilisation romaine, dès le iiie siècle, offre […] des symptômes analogues à ceux que nous constatons aujourd’hui ; et le monde actuel s’avance peut-être vers une même barbarie, vers un nouveau moyen-âge48

34Un peu avant, Albert Pauphilet, jeune spécialiste de littérature médiévale qui achevait alors une thèse sur la quête du Graal – quelques mois plus tard il allait intégrer en tant que maître de conférences la Faculté des Lettres de Clermont-Ferrand avant de devenir un des maîtres de la discipline – analysait, en ancien combattant peu rassuré par le récent Armistice, l’actualité angoissante :

Un nouveau Moyen Âge commence, où l’humanité sera aussi divisée en particularismes hostiles, aussi soumise à l’impitoyable loi du plus fort qu’aux environs de l’an mil. Nous n’aurons même plus entre nous, comme en l’an mil, le lien de la fraternité religieuse ; notre dernière croyance commune se sera écroulée dans la violence et l’incohérence.

  • 49 Albert Pauphilet, « Les Dangers du principe des nationalités », La Paix des peuples. Revue internat (...)

35Il poursuivait le rapprochement médiéval en mettant en garde contre un dirigeant qui, tel un « nouveau Pierre l’Ermite » – il pensait probablement à Woodrow Wilson – appellerait à une croisade pour la paix – car c’était ainsi que certains avaient présenté cinq ans plus tôt la guerre qui avait « abouti à une faillite sanguinaire et absurde »49.

36L’historien Henri-Irénée Marrou a relevé l’usage de l’expression « nouveau Moyen Âge », l’a utilisée et, lui non plus, ne l’a pas condamnée. En 1943, dans son « Introduction » au volume collectif Le christianisme et la fin du monde antique, sous le pseudonyme Henri Davenson, il constate :

  • 50 J.R. Palanque, H. Davenson, Pierre Fabre, G. de Plinval, J. Champomier, M. E. Lauzière, Le christia (...)

Aujourd’hui, où bien des voix s’élèvent pour nous annoncer un “nouveau Moyen Âge”, on se retourne volontiers vers ces temps lointains, où, pour la première fois, les chrétiens ont été aux prises avec ce redoutable problème, vers ces siècles tourmentés où le monde antique expirant cède la place à des sociétés nouvelles et où se réalise dans notre Europe occidentale ce phénomène qui n’apparaît peut-être pas aussi étonnant qu’il l’est vraiment si l’on y réfléchit bien : un monde antique déjà christianisé s’effondre et meurt ; les sociétés nouvelles qui naissent sur ses ruines seront chrétiennes elles aussi, différemment sans doute, plus profondément peut-être50

37Sans chercher à détailler les différents types de Moyen Âge annoncés, craints ou souhaités par certains de ses contemporains, l’antiquisant ne retient de l’expression que l’idée qu’elle signifie que certains croient que, comme vers le ve siècle, un bouleversement considérable va advenir et des « sociétés nouvelles » émergeront.

38Marrou utilise d’ailleurs la formule dans ce sens pour d’autres sociétés et d’autres moments de l’histoire. Ainsi, dans un texte de 1952 ouvrant un numéro d’Esprit consacré au Canada français, il évoque le « rôle », « si surprenant pour nous [les Français], de l’Église dans la vie nationale » :

  • 51 Henri-Irénée Marrou, « Préface Française », Esprit, n° 193/194, août-sept. 1952, p. 172.

Il ne faut pas y voir une survivance de l’Ancien Régime, voire du moyen âge : c’est le résultat d’un nouveau départ, littéralement d’un nouveau moyen âge. Comme aux temps mérovingiens chez nous, le clergé canadien s’est trouvé en 1763 seul représentant de la culture, de la conscience nationale, seule élite51

39À des esprits français ne concevant la modernisation que détachée de l’Église et l’État moderne que séparé de l’Église, Marrou souligne qu’un article de la revue montre le contraire : au Québec, la persistance d’une culture spécifique, malgré son passage en 1763 sous administration anglaise, et son adaptation aux changements, doivent beaucoup à l’institution catholique. Et il indique comme exemple que l’ « Université Laval de Québec qui célèbre cette année son premier centenaire s’est lentement différenciée du grand séminaire, exactement comme nos universités médiévales étaient sorties des écoles épiscopales. »

40Il recourt également à cette formule dans un article sur l’URSS. Passant sur ses réticences personnelles envers l’idéologie marxiste, il explique la violence de son application en Union soviétique par des circonstances historiques :

  • 52 Henri-Irénée Marrou, De la connaissance historique, Paris, Seuil, 1954, n. 28 p. 195.

Son caractère barbare s’explique par les conditions où la culture soviétique s’est trouvée placée du fait de la Révolution : l’intelligentsia russe décimée, que dis-je, presque anéantie par la “liquidation” ou l’émigration, la culture a dû prendre en Russie un nouveau départ, dans un climat presque carolingien ; ce fut vraiment un nouveau Moyen Âge52.

41Ailleurs, il évoque ceux qui, dans les années 30, avançaient le Moyen Âge comme un modèle de société. Ainsi, il écrit de l’historien Arnold Toynbee :

  • 53 Henri-Irénée Marrou, « D’une théorie de la civilisation à la théologie de l’histoire », Esprit, n° (...)

ne peut-on craindre de le voir s’orienter, un peu à la manière de Berdiaev, vers le mythe d’un Nouveau Moyen Âge ? N’est-ce pas confondre, ou risquer de confondre, église et chrétienté, la société spirituelle et une civilisation plus ou moins authentiquement inspirée de l’idéal religieux ? 53.

42Si Marrou intellectuel ouvertement catholique, mais tenant d’une Eglise non passéiste, critique la pensée de certains penseurs usant de la formule « nouveau Moyen Âge », Marrou historien de Sorbonne ne s’offusque pas de cet usage.

43On retrouve la même attitude dans son compte-rendu, fort critique, de La Civilisation de l’Occident médiéval de Jacques Le Goff, titré « D’un nouveau Moyen Âge ». Il y convoque le début des années 20 :

  • 54 Henri-Irénée Marrou, « D’un nouveau Moyen Âge », Esprit, n° 344, déc. 1965, p. 1200.

Dans ma jeunesse, il y a quarante ans de cela, le Moyen Âge était l’objet d’une vénération unanime : ce n’était pas seulement le fait des hommes de droite […] ; qu’il me suffise d’évoquer le souvenir du grand livre de Berdiaev dont je viens de pasticher le titre, ou encore (nous le lisions vers le même temps, 1926-28) La nouvelle découverte de l’Amérique, de Waldo Frank, un marxiste pourtant, ou tout au moins marxisant, ce qui ne l’empêchait pas de célébrer le temps où “le pape et l’empereur, Dante et son valet”, partageaient la même conception du monde et de la vie. Ce qu’on admirait alors dans le Moyen Âge, c’étaient moins ses grandes réalisations que le prototype qu’il nous fournissait d’une civilisation “saine”, c’est-à-dire organisée autour d’un même système idéologique, par opposition à l’anarchie des valeurs du monde contemporain54.

44La « vénération » n’était alors pas si « unanime » que le dit Marrou. Ce qui compte, dans la perspective de cet article, c’est que l’historien parle, sans en critiquer l’usage, de l’extrême fréquence de l’idée et de la formule dans les années 30. Marrou évoquait des penseurs, mais il aurait pu citer certains de ses collègues. Ainsi, en 1931, Guglielmo Ferrero, historien italien opposant au fascisme réfugié à l’université de Genève, devant les tensions grandissantes, et ne voyant plus les ressorts du « christianisme et de l’humanitarisme » suffisamment forts pour empêcher les peuples de succomber au déchainement, désigne comme inéluctable une « explosion fantasmagorique de violence » et annonce : 

  • 55 Guglielmo Ferrero, « De la guerre autrefois et aujourd’hui », Europe, n° XXVII, sept-déc. 1931, p. (...)

Nous ne trouverons le salut qu’à travers un nouveau moyen-âge, produit par le déchaînement de la force monstrueuse que nous avons créée et que nous ne savons plus diriger; un moyen âge – hélas! – à la nitroglycérine, sans Giotto, sans Dante, sans Christ55.

45Pour Ferrero, le « nouveau Moyen Âge », assuré sauf surprenant sursaut du sens moral et de la volonté des peuples, sera, malgré la récession terrible, un « salut ». En effet, le premier Moyen Âge est advenu à la suite de « l’immense crise » qui « a démoli presque toute la civilisation antique » et qui « n’a servi qu’à détruire pour toujours » la « monstruosité » qu’était l’exagération du « principe de hiérarchie » poussé « jusqu’à diviser l’humanité en dieux et brutes ». Le prochain « moyen âge », à redouter, mais certainement inévitable car correspondant au fonctionnement historique des civilisations, purgera la modernité de son terrible revers : « la guerre hyperbolique ».

  • 56 Henri-Irénée Marrou, « D’un nouveau Moyen Âge », op.cit., p. 1200.
  • 57 Voir Mathieu Mohler, « La défense spirituelle : la contre-propagande en Suisse pendant la Seconde G (...)

46Dans son compte rendu de 1965, Marrou désigne les tenants du « nouveau Moyen Âge » de sa jeunesse comme des « chrétiens nostalgiques » qui « auraient tellement préféré vivre avant 1789, […], ou mieux encore, au bon vieux temps de monseigneur saint Louis »56. Parmi eux, l’historien suisse Gonzague de Reynold. En 1935, il publie L’Europe tragique. Ce vice-président de la Commission de coopération intellectuelle (l’ancêtre de l’UNESCO), docteur de la Sorbonne (1909), enseigne alors la littérature à l’Université de Fribourg, après avoir occupé des postes dans les universités de Genève et Berne57. Cet aristocrate, figure intellectuelle de droite, s’il partage avec son compatriote Deonna le constat du déclin de la civilisation européenne, ne craint pas le nouveau Moyen Âge, au contraire il le souhaite :

  • 58 Gonzague de Reynold, L’Europe tragique, Paris, Spes, 1934, p. 272.

Que faut-il faire ? Revenir au point de départ d’où nous avons pris la fausse route : c’est ce que nous ne cesserons de répéter. Si nous avons défini le moyen âge : l’ère des préoccupations spirituelles et religieuses, ne devons-nous pas sentir, une fois de plus, et plus fortement, les affinités profondes qui, par-dessus l’époque moderne, nous rattachent à ce moyen âge ? S’il est vrai – et il est vrai, évident – que notre seule chance de salut est de remonter l’escalier, de remonter aux valeurs spirituelles et aux conceptions religieuses, entrons donc virilement, consciemment, dans un nouveau moyen âge. S’il est vrai enfin que le moyen âge avait le génie de la synthèse, le sens de l’unité, il est impérieusement nécessaire que nous nous remettions à son école58.

  • 59 Nicolas Berdiaeff, Un nouveau Moyen Age. Réflexions sur les destinées de la Russie et de l’Europe, (...)
  • 60 Rémi Brague, Le propre de l’homme. Sur une légitimité menacée, Paris, Flammarion, 2013, p. 35-37 et (...)
  • 61 Ibid., p. 248. Voir aussi Rémi Brague, Modérément moderne, Paris, Flammarion, 2014, p. 10.

47En ce temps d’apogée des formules « nouveau Moyen Âge » et consorts, Reynold, dans la lignée de Nicolas Berdiaev59, n’en use pas pour exprimer la répulsion envers des menaces contre la modernité, mais pour dire qu’autrefois était meilleur qu’aujourd’hui et qu’il faut y revenir, ou au minimum s’en inspirer, afin de sortir de la décadence. Assurément, Reynold, avec L’Europe tragique, comme dans une grande partie de son œuvre, est plus essayiste et penseur politique que chercheur. Néanmoins, son exemple montre qu’un universitaire patenté ne reculait pas devant l’expression maudite par les historiens actuels et en son temps si populaire. Aujourd’hui, quand Rémy Brague, penseur catholique et ancien professeur de philosophie à la Sorbonne, explique qu’il souhaite un « retour au Moyen Âge » pour dépasser l’humanisme exclusif athée qu’il accuse d’avoir entraîné l’humanité vers des idées destructrices et des menaces totales60, il prend davantage de précautions, et revendique le « goût de la provocation »61 de la formule, dont il connait le potentiel répulsif constamment exploité par ceux qu’il qualifie de « plumitifs » et autres « imbéciles », bienheureux de lui accoler l’adjectif « réactionnaire » sans argumenter, et précise le sens qu’il lui attribue.

  • 62 « Contrairement à ceux qui ont craint, au-delà du déclin de l’Occident, un retour à un nouveau et “ (...)
  • 63 Sylvain Bensidoun, « Á propos d’un centenaire : Le choléra et les émeutes de 1892 dans l’Empire de (...)

48Une quarantaine d’années après l’essai de Reynold, L. S. Stavrianos publie The Promise of the Coming Dark Age. Le professeur à l’université de Californie de San Diego, spécialiste des Balkans, mais aussi pionnier de l’histoire globale, y avance que le « Dark Age » qui a suivi la chute de Rome fut tout sauf sombre. Bien sûr, l’Empire se désintégra, mais il laissa la place à une ère de grande créativité et de fort dynamisme. Selon Stavrianos, la civilisation globale contemporaine va aussi se désagréger, mais « a new Dark Age » apparaîtra, et il sera positif. L’Occident est dans une impasse faite d’impérialisme économique, de dégradation environnementale, d’ossification bureaucratique et de montée de l’irrationalisme et du mysticisme. Par contre, dans les périphéries, telles la Chine maoïste ou les pays récemment sortis de la domination coloniale, des systèmes où le peuple participe davantage émergent, et il y a là des germes d’un monde nouveau qui progressera, comme avait progressé l’Occident après la chute de l’Empire romain, mais sur des bases autres. Si certains principes du schéma de Stavrianos font réfléchir, son analyse de maintes situations d’alors – la Chine maoïste, le Cambodge après le départ des Américains en 1975, etc. – souffrent d’un déficit d’informations, d’illusions ou de déformations idéologiques. L’historien n’use pas de l’expression « new Middle Age », mais, dans le compte rendu que publie la Revue historique, Dimitri Kitsikis, universitaire grec professeur d’histoire des relations internationales à Ottawa, qui avait fait sa thèse à la Sorbonne sous la direction de Pierre Renouvin, utilise à deux reprises « nouveau Moyen Âge »62, donc à l’époque cette dénomination pouvait passer dans une des revues les plus reconnues de la discipline historique. Et il en fut de même dans un article sur le choléra et les émeutes de 1892 en Russie publié en 1992. Á la fin de son introduction, l’auteur marque les terribles conséquences de l’épidémie : « Ce fléau réveillant des réflexes ancestraux de peurs, de résignation, de colères, de crimes, ramena la Russie à un nouveau Moyen Âge que la mémoire collective enveloppait de couleurs tragiques63. »

III – Épilogue. Réflexions sur une répudiation sélective

  • 64 Voir par exemple les travaux de Jean-Paul Ferrier, « Habiter /Penser la Terre : géographie et idée (...)

49Le contraste est donc patent. Alors que depuis un quart de siècle, les historiens sont allergiques aux formules « nouveau Moyen Âge » et apparentées, leurs prédécesseurs – y compris les fondateurs des Annales qu’ils reconnaissent comme maîtres – n’y étaient pas rétifs, et certains les utilisaient. Quelles raisons avancer pour expliquer cette réprobation récente ? Assurément l’aura de Jacques Le Goff a pesé, et continue de peser, sur cette attitude des historiens. Probablement, le médiéviste, ancien jeune résistant, et ardent défenseur d’idées progressistes, s’ulcérait de voir ces expressions, si utilisées par ceux qui se réjouissaient pendant la guerre d’un nouvel ordre en construction par Vichy et les nazis, et qui avaient symbolisé dans l’esprit de beaucoup ces régimes honnis, revenir sur le devant de la scène par le biais d’essayistes influenceurs d’opinions. Cependant, virulent à l’égard de Minc et d’Attali, Le Goff et les historiens n’ont pas contrecarré l’utilisation de ces vocables par des praticiens d’autres sciences humaines et sociales – géographie64, analyse des relations internationales, etc.

  • 65 Arnold Wolfers, Discord and Collaboration: Essays on International Politics, Baltimore, The Johns H (...)
  • 66 Hedley Bull, The Anarchical Society. A Study of Order in World Politics, London, McMillan, 1977, p. (...)

50La première page de l’essai d’Alain Minc indique que l’idée d’un « nouveau Moyen Âge » n’était « étrangement pas neuve et Berdiaev se l’était, en son temps, appropriée ». La référence est un contre-sens. Car Minc redoute un « nouveau Moyen Âge » potentiellement destructeur de valeurs et d’idées modernes à défendre : humanisme, raison, héritage des Lumières, État-nation, alors que Berdiaev le désirait car il redonnerait à l’humanité une société capable de renouer avec le divin en remplaçant ces mêmes valeurs et idées qu’il jugeait néfastes. L’essayiste était plutôt dans la mouvance des études des relations internationales – dont il ne disait rien. En effet, des spécialistes comme Arnold Wolfers de l’Université de Yale, dès 196265, ou Hedley Bull d’Oxford en 197766, utilisaient, mais avec prudence, le concept de « new medievalism » pour décrire des configurations nouvelles des questions internationales. Á l’automne 1992, dans Le Monde, commentant la situation complexe de l’après Guerre froide, le politologue Pierre Hassner déclarait :

  • 67 « Nous entrons dans un nouveau Moyen Age », entretien avec Pierre Hassner, Le Monde, 27 octobre 199 (...)

Nous entrons dans un nouveau Moyen Âge qui, pour les uns, est porteur d’universalité et de flexibilité, de multiplication féconde des types d’appartenance et d’allégeance, et donc d’ouverture et de tolérance, pour les autres, de guerres de religion, de bandes armées, de mendiants et de pirates, bref d’anarchie et de conflits permanents67.

  • 68 Voir par exemple Pierre Hassner, La violence et la paix. De la bombe atomique au nettoyage ethnique (...)
  • 69 Voir par ex. Marc Nouschi, Le XXe siècle. Temps, Tournants, Tendances, Paris, Armand Colin, « U », (...)
  • 70 Umberto Eco, La Guerre du faux, Paris, Grasset, 1985, p. 63-82 (1ère éd dans Umberto Eco, Documenti (...)

51Ce spécialiste de sciences politiques réitéra cette formule dans des publications spécialisées68. Le Goff, ou un autre historien, ne s’irritèrent pas contre lui. Des ouvrages historiques ont d’ailleurs repris, sans critique envers sa terminologie, son analyse69. De même, la corporation n’a pas reproché à Umberto Eco d’avoir joué avec une hypothèse de « nouveau Moyen Âge »70.

52À cette admonestation historienne sélective correspondrait une répudiation corporative, les universitaires étrillant les essayistes et se montrant conciliants avec leurs pairs ? L’affaire est plus complexe. Chez Hassner, « nouveau Moyen Âge » ne reprend pas unilatéralement l’idée d’une période noire, dangereuse et obscurantiste. La formule lui sert à qualifier un temps où, après la bipolarité de la Guerre froide et le règne du système westphalien fondé sur la territorialité et la souveraineté des États, le monde devient plus compliqué avec « la multiplicité des types d’acteurs, d’allégeances et de conflits », la diversité des régimes politiques, la concurrence à l’intérieur des territoires des autorités étatiques et de pouvoirs exercés par des instances supra-étatiques politiques, économiques, culturelles, certaines résultant de l’action collective de pays comme l’UE, l’ONU, etc., et d’autres d’acteurs privés comme les ONG, les firmes multinationales, les mafias, etc. C’est en cela que pour le politologue cette configuration complexe, et difficile à débrouiller,

  • 71 Pierre Hassner, La violence et la paix, op. cit., p. 338-339.

nous fait remonter, à certains égards, au xvie siècle, avec le pouvoir des villes marchandes ou les guerres de Religion, voire au Moyen Âge, avec son mélange de désordre et d’ordre hiérarchique. Mais c’est un Moyen Âge sans pape et sans empereur, même si l’ONU et les États-Unis s’efforcent de manière ambivalente et contradictoire de jouer ces deux rôles71.

  • 72 Les trois auteurs ne se citent pas.
  • 73 L’historien Garton Ash indique « the notion of a “new Middle Ages”, first cautiously advanced by Pi (...)

53Ainsi, avec les mêmes mots, Hassner, Minc ou Attali ne disent pas la même chose72. Surtout, Hassner ne brandit pas la formule comme un slogan analogique alarmiste. Il en use comme d’un concept pour essayer de décrire l’actualité, et la rapprocher avec du déjà connu, donc comme d’une analogie illustrative qui pose une hypothèse – d’ailleurs le sous-titre du paragraphe cité est interrogatif : « Un nouveau Moyen Âge ? »73. Par ce geste, le politologue ne véhicule pas la vision sombre de cette période, donc tient compte des apports historiographiques. Hassner rapproche le temps présent avec certains éléments du vrai Moyen Âge que tentent de cerner et de décrire les historiens, tandis que Minc ou Attali l’assimilent avec un Moyen Âge qui est l’étiquette négative et évocatrice du chaos plutôt qu’une période.

  • 74 Christopher Frayling, Strange Landscape: Journey Through the Middle Ages, London, BBC Books, 1995.
  • 75 Christopher Frayling, «The strange allure of the Middle Ages », The Independent, 28 may 1995, p. 32 (...)
  • 76 « le Moyen Âge de M. Tout-le-Monde prend fort peu en compte les recherches des historiens, […] il r (...)
  • 77 Jérôme Baschet, La civilisation féodale. De l’an mil à la colonisation de l’Amérique, Paris, Aubier (...)

54Bien entendu, l’irritation des médiévistes tient à la défense de leur spécificité, à la volonté de se dissocier d’autres producteurs de discours sur le passé. Et en ce domaine, la trahison, par confusion ou méprise, peut venir des siens. Ainsi, Christopher Frayling, historien, critique, présentateur d’émissions culturelles à la BBC qui diffusait alors sa série documentaire « Strange landscape » sur les merveilles de l’art et la pensée du Moyen Âge74, a écrit : « the negative view is put by the French historian Alain Minc in his book Le nouveau Moyen Âge (1993)75 ». Quand les intellectuels médiatiques usent du pouvoir rhétorique d’une expression qui continue de charrier une image cliché du Moyen Âge, ils contribuent à entretenir ce contre quoi les historiens travaillent76. Alors que les acquis des recherches historiques ont changé l’image du Moyen Âge, l’usage de « nouveau Moyen Âge » comme un slogan analogique alarmiste en perpétuent les stéréotypes les plus négatifs. La forte irritation des médiévistes envers « nouveau Moyen Âge » et consorts exprime leur frustration à ne pas pouvoir vraiment réussir à transformer le « mépris indéracinable », ancré dans le langage et les représentations, envers ces mille ans d’histoire de l’Europe occidentale, et le fait que leur « obstination […] à pourfendre les lieux communs n’y fait rien ou très peu »77.

Haut de page

Bibliographie

Timothy Garton Ash, The Direction of Europan History. The Tanner Lectures on Human Values, Delivered at Charles University (Prague), 27 November 1997, https://tannerlectures.utah.edu/_documents/a-to-z/a/Garton-Ash99.pdf.

Jacques Attali, « La nouvelle économie est par nature anticapitaliste », Libération, 5 mai 2000.

Jacques Attali, « Moyen Âge : défense d’entrer », Libération, mardi 23 mai 2000.

Jacques Attali, « La géopolitique du Net. Vers une “Goodwill PlaNet” », Revue des Deux Mondes, fév. 2001, p. 80–84 

Jacques Attali, Fraternités. Une nouvelle utopie, Paris, Lgf, 2002 (1ère éd. 1999).

Jacques Attali, Survivre aux crises, Paris, Fayard, 2009.

Jacques Attali, « Un planétaire Moyen Âge », L’Express, 7 avril 2014, p. 146. (article repris sur de nombreux blogues et sites, par exemple : « Game of Thrones », le Moyen Âge qui vient », (http://www.slate.fr/story/85815/games-of-thrones-moyen-age-attali)

Georges Balandier, Histoire d’autres, Paris, Stock, 1977.

Raymond Barre, « Nouveau Moyen Âge ou nouveaux temps modernes », Le Point 1113, 15 janvier, p. 28-31.

Jérôme Baschet, La Civilisation féodale. De l’an mil à la colonisation de l’Amérique, Paris, Aubier, 2004.

Sylvain Bensidoun, « À propos d’un centenaire : le choléra et les émeutes de 1892 dans l’Empire de Russie », Revue historique, avril-juin 1992, p. 379-385.

Nicolas Berdiaev, Un nouveau Moyen Âge. Réflexions sur les destinées de la Russie et de l’Europe, Paris, Plon, 1927 (1ère éd. à Berlin, en russe, en 1924).

Pascal Blanchard, Farid Abdelouahab, Les années 30. Et si l’histoire recommençait ?, Paris, Éditions de La Martinière, 2017.

Marc Bloch, La Société féodale, Paris, Albin Michel, 1994, (1re éd. 1939).

Marc Bloch, Lucien Febvre, Correspondance. Tome II, De Strasbourg à Paris 1934-1937, édition établie, présentée et annotée par Bertrand Müller, Paris, Fayard, 2003.

Patrick Boucheron et Nicolas Offenstadt (dir.), L’espace public au Moyen Âge. Débats autour de Jürgen Habermas, Paris, Presses Universitaires de France, 2011.

Alain Boureau, Compte rendu de travaux de William Chester Jordan, Annales. Histoire, Sciences Sociales , sept.-oct. 2010, p. 1251-1255.

Rémi Brague, Le propre de l’homme. Sur une légitimité menacée, Paris, Flammarion, 2013.

Rémi Brague, Modérément moderne, Paris, Flammarion, 2014.

Laurent Broche, « “Nouveau Moyen Âge” et “apocalypses sans royaume” : investigation sur des scénarios catastrophistes (1870-xxie siècle) », Revue ¿ Interrogations ? 26, 2018, « Le médiévalisme. Images et représentations du Moyen Âge », http://www.revue-interrogations.org/nouveau-Moyen-Age-et-apocalypses.

Hedley Bull, The Anarchical Society. A Study of Order in World Politics, London, McMillan, 1977.

Pierre Chaunu, Histoire de l’Amérique latine, Paris, Presses Universitaires de France, 1949.

André Corvisier, Sources et Méthodes en histoire sociale, Paris, SEDES, 1980.

Philippe Corcuff, Les années 30 reviennent et la gauche est dans le brouillard, Paris, Textuel, 2014.

Renaud Dély, Pascal Blanchard, Claude Askolovitch, Yvan Gastaut, Les Années 30 sont de retour. Petite leçon d’histoire pour comprendre les crises du présent, Paris, Flammarion, 2014.

Walter Deonna, « La nuit vient… Un nouveau moyen âge ? », Bibliothèque universelle & suisse 103-307/309, juillet-août 1921, « 1ère partie [juillet] », p. 31-46, « Seconde partie » [août], p. 197-213, « Troisième et dernière partie. », p. 347-362.

Waldemar Deonna, « L’éternel présent. Guerre du Péloponnèse (431-404) et guerre mondiale (1914-1918) », Revue des études grecques 35-160, janvier-mars 1922, p. 1-62.

Waldemar Deonna, « L’éternel présent. Guerre du Péloponnèse (431-404) et guerre mondiale (1914-1918) (suite et fin) », Revue des études grecques 35-161, avril-juin 1922, p. 113-179.

Jacques Derrida, « Penser ce qui vient », Derrida pour les temps à venir, René Major (dir.), Paris, Stock, 2007.

Umberto Eco, La Guerre du faux, Paris, Grasset, 1985, p. 63-82.

Guglielmo Ferrero, « De la guerre autrefois et aujourd’hui », Europe XXVII, sept-déc. 1931, p. 213-244.

Guglielmo Ferrero, La fin des aventures - Guerre et paix, Paris, Éditions Rieder, 1931.

Jean-Paul Ferrier, « Habiter /Penser la Terre : géographie et idée de l’avenir (Nouveau Moyen Age et sortie de «crise») », Méditerranée 3, 1986, p. 3-10.

Jean-Paul Ferrier, Antée I. La géographie, ça sert d’abord à parler du territoire ou le métier de géographe, Aix en Provence, Édisud, 1983.

Jean-Paul Ferrier, Le Contrat géographique ou l’habitation durable des territoires, Lausanne, Payot, 1999.

Christopher Frayling, Strange Landscape: Journey Through the Middle Ages, London, BBC Books, 1995.

Christopher Frayling, «The Strange Allure of the Middle Ages », The Independent, 28 may 1995, p. 32.

Sergi Giuseppe, L’Idée de Moyen Âge. Entre sens commun et pratique historique, Paris, Flammarion, 2014.

Anders Günther, La Menace nucléaire. Considérations radicales sur l’âge atomique, Paris, Le Serpent à plumes, 2006 (1ère éd. 1981).

Augustin Hamon et X. Y. Z, Les Maîtres de la France, t. 1, La féodalité financière dans les banques, Paris, Éditions sociales internationales, 1936, t. 2, La féodalité financière dans les assurances, la presse, l’administration et le Parlement, Paris, Éditions sociales internationales, 1937 ; t. 3, La féodalité financière dans les transports ferroviaires, routiers, aériens, maritimes, dans les ports, canaux, entreprises coloniales, Paris, Éditions sociales internationales, 1938.

Augustin Hamon et G. Bachot, La France politique et sociale, Paris, A. Savine, 1891-1892, 2 vol.

Pierre Hassner, « “Nous entrons dans un nouveau Moyen Âge”. Entretien », Le Monde, 27 octobre 1992, p. 2.

Pierre Hassner, La Violence et la Paix. De la bombe atomique au nettoyage ethnique, Paris, Esprit, 1995.

Dimitri Kitsikis, « L. S. STAVRIANOS, The Promise of the Coming Dark Age, San Francisco, W. H. Freeman, 1976 », Revue historique, avril-juin 1977, p. 501-502.

Pieter Lambrechts, « Le problème du dirigisme d’état au ive siècle : à propos de quelques publications nouvelles (1)», L’Antiquité classique, T. 18, fasc. 1, 1949, p. 109-126.

Jacques Le Goff, La Civilisation de l’Occident médiéval, Paris, Arthaud, 1964.

Jacques Le Goff, « Ruggiero Romano ou le voyage au centre par tout l’extérieur », Revue européenne des sciences sociales 21-64, 1983, p. 191-199.

Jacques Delors, « L’avenir invisible », Le Monde, 7 novembre 1993.

Jacques Le Goff, Pour un autre Moyen Âge : temps, travail et culture en Occident, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des Histoires », 1977.

Jacques Le Goff, « Les vieux habits du Moyen Age », Le Monde, 20 novembre 1993, p. 2.

Jacques Le Goff, « Les fantasmes de Jacques Attali », Libération, 15 mai 2000.

Jacques Le Goff, « L’essayiste et le médiéviste. Le Moyen Âge est à tous », Libération, 27 mai 2000.

François Lenglet, La crise des années 30 est devant nous, Paris, Perrin, 2007.

Henri-Irénée Marrou, « D’une théorie de la civilisation à la théologie de l’histoire », Esprit 192, juillet 1952, p. 112-129.

Henri-Irénée Marrou, « Préface Française », Esprit 193/194, août-sept. 1952, p. 169-175.

Henri-Irénée Marrou, De la connaissance historique, Paris, Seuil, 1954.

Henri-Irénée Marrou, « D’un nouveau Moyen Âge », Esprit 344, déc. 1965, p. 1200-1206.

Florian Mazel, « Une révolution totale », L’Histoire 381-11, novembre 2012, p. 66.

Alain Minc, Le nouveau Moyen Âge, Paris, Gallimard, 1993.

Alain Minc (Propos recueillis par Sarah Belhadi et Philippe Mabille), « Je souhaite la défaite de François Hollande en 2017 », La Tribune 5818, 20 octobre 2015, p. 9.

Alain Minc, Un Français de tant de souches, Paris, Grasset, 2015.

Mathieu Mohler, « La défense spirituelle : la contre-propagande en Suisse pendant la Seconde Guerre mondiale », Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin 47-1, 2018, p. 109-119.

David Morley, « EurAm, Modernity, Reason and Alterity: or, Postmodernism, the Highest Ssage of Cultural Imperialism? », Critical Dialogues in Cultural Studies, David Morley and Kuan-Hsing Chen (ed.), London, Routledge, 1996, p. 324-359.

Joseph Morsel (avec la collaboration de Christine Ducourtieux), L’Histoire (du Moyen Âge) est un sport de combat… Réflexions sur les finalités de l’Histoire du Moyen Âge destinées à une société dans laquelle même les étudiants d’histoire s’interrogent, LAMOP–Paris 1, 2007. (http://lamop.univ-paris1.fr/W3/JosephMorsel/Sportdecombat.pdf).

Stephen G. Nichols, « Writing the New Middle Ages », Publications of Modern Language Association120-2, March 2005, p. 422-441.

Marc Nouschi, Le xxe siècle. Temps, tournants, tendances, Paris, Armand Colin, coll. « U », 2011.

J.-R. Palanque, H. Davenson, P. Fabre, G. de Plinval, J. Champomier, M. E. Lauzière, Le christianisme et la fin du monde antique, Lyon, Les Éditions de l’Abeille, 1943.

Albert Pauphilet, « Les Dangers du principe des nationalités », La Paix des peuples. Revue internationale de l’organisation politique et économique du monde 8, 10 juin 1919, p. 273-285.

« Pour un nouveau Moyen Âge. Rencontre avec Joëlle Burnouf et Isabelle Catteddu », « Le Salon noir », France Culture, le 3 octobre 2015 (https://www.franceculture.fr/emissions/le-salon-noir/pour-un-nouveau-moyen-age).

Gonzague de Reynold, L’Europe tragique, Paris, Spes, 1934.

Jean Claude Schmitt, Otto Gerhard Oexle, (dir.), Les tendances actuelles de l’histoire médiévale de l’histoire médiévale en France et en Allemagne, Paris, publications de la Sorbonne, 2002.

L.S. Stravianos, The Promise of the Coming Dark Age, San Francisco, W. H. Freeman, 1976.

Victor-Lucien Tapié, compte rendu de Mr Vaclav Černy, Hospodarské Instrukce. Prehled zemedelskych dejin v dobe patrimonijního velkostatku (Les instructions économiques), Annales d’histoire économique et sociale 4-13, 1932, p. 100-103.

« Travaillait-on plus au Moyen Âge alors que les 35 heures n’existaient pas ? », « La minute de connaissance » de Ça m’intéresse, écrit et présenté par Jean-Pierre Vrignaud, (http://www.caminteresse.fr/economie-societe/travaillait-on-plus-au-moyen-age-alors-que-les-35-heures-nexistaient-pas-1164928).

Jean-Louis Triaud, « L’éveil à l’écriture : un nouveau Moyen Âge sahélien. », Afrique & Histoire, 2005/2, p. 195-243.

Laure Verdon, Le Moyen Âge. 10 siècles d’idées reçues, Paris, Le Cavalier bleu, 2014.

Arnold Wolfers, Discord and Collaboration: Essays on International Politics, Baltimore, The Johns Hopkins Press, 1962.

Haut de page

Notes

1 Laure Verdon, Le Moyen Âge. 10 siècles d’idées reçues, Paris, Le Cavalier bleu, 2014, p. 11.

2 Ibid., p. 201.

3 « Travaillait-on plus au Moyen Âge alors que les 35 heures n’existaient pas ? », Écrit et présenté par Jean-Pierre Vrignaud, pour « La minute de connaissance » de la revue Ça m’intéresse (http://www.caminteresse.fr/economie-societe/travaillait-on-plus-au-moyen-age-alors-que-les-35-heures-nexistaient-pas-1164928).

4 Anders Günther, La menace nucléaire. Considérations radicales sur l’âge atomique, Paris, Le Serpent à plumes, 2006 (1ère éd. 1981).

5 Voir Laurent Broche, « “nouveau Moyen Âge” et “apocalypses sans royaume” : investigation sur des scénarios catastrophistes (1870-XXIe siècle) », Revue ¿ Interrogations ?, N° 26, 2018 « Le médiévalisme. Images et représentations du Moyen Âge », http://www.revue-interrogations.org/nouveau-Moyen-Age-et-apocalypses.

6 Parmi les livres, signalons : François Lenglet, La crise des années 30 est devant nous, Paris, Perrin, 2007 ; Philippe Corcuff, Les années 30 reviennent et la gauche est dans le brouillard, Paris, Textuel, 2014 ; Renaud Dély, Pascal Blanchard, Claude Askolovitch, Yvan Gastaut, Les Années 30 sont de retour. Petite leçon d’histoire pour comprendre les crises du présent, Paris, Flammarion, 2014 ; Pascal Blanchard, Farid Abdelouahab, Les années 30. Et si l’histoire recommençait ?, Paris, Éditions de La Martinière, 2017.

7 Jacques Le Goff, La Civilisation de l’Occident médiéval, Paris, Arthaud, 1964, p. 16 (cette expression ne figure plus dans la nouvelle introduction de l’édition de 1982).

8 Jacques Le Goff, « Ruggiero Romano ou le voyage au centre par tout l’extérieur », Revue européenne des sciences sociales, T. 21, N°. 64, 1983, p. 196.

9 L’émission « Le Salon noir » de France Culture le 3 octobre 2015 a titré « Pour un nouveau Moyen Âge » une rencontre avec Joëlle Burnouf et Isabelle Catteddu, auteures d’Archéologie du Moyen Âge, Inrap/Editions Ouest France, 2015 (https://www.franceculture.fr/emissions/le-salon-noir/pour-un-nouveau-moyen-age).

10 Jean-Louis Triaud, « L’éveil à l’écriture : Un nouveau Moyen Âge sahélien. », Afrique & Histoire, 2005/2, p. 195-243. À propos de Paulo Fernando de Moraes Farias, Arabic Medieval Inscriptions from the Republic of Mali. Epigraphy, Chronicles and Songhay-Tuareg History, Oxford, Oxford University Press, 2004.

11 Stephen G. Nichols, « Writing the New Middle Ages », Publications of Modern Language Association, Vol. 120, N°. 2, March 2005, p. 422-441.

12 Alain Boureau, « il a su élaborer un nouveau Moyen Âge central (1200-1330) », Annales. Histoire, Sciences Sociales, n° 5, sept.-oct. 2010, p. 1251 (à propos de travaux de William C. Jordan).

13 Jacques Le Goff, Pour un autre Moyen Âge : temps, travail et culture en Occident, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des Histoires », 1977, p. 23 (voir aussi p. 37).

14 Florian Mazel, « Une révolution totale », L’Histoire, vol. 381, n°. 11, novembre 2012, p. 66.

15 Alain Minc, Le nouveau Moyen Âge, Paris, Gallimard, 1993.

16 Séduit, il propose néanmoins un scénario plus optimiste, « avec une période de transition vers de nouveaux temps modernes ! », Raymond Barre, « Nouveau Moyen Âge ou nouveaux temps modernes », Le Point, N° 1113, 15 janvier, p. 28-31.

17 Jacques Delors, « L’avenir invisible », Le Monde, 7 novembre 1993.

18 L’inventaires des archives de l’homme politique mentionne : « Lettre et projet de commentaire de l’historien Jacques Le Goff au sujet de l’article de Jacques Delors et de l’ouvrage d’Alain Minc (07/11) », voir http://archives.eui.eu/en/fonds/240074?item=JD-04.01.06-1807

19 Jacques Le Goff, « Les vieux habits du Moyen Age », Le Monde, 20 novembre 1993, p. 2.

20 Jacques Derrida, « Penser ce qui vient », in René Major (dir.), Derrida pour les temps à venir, Paris, Stock, 2007, p. 33-34.

21 Jacques Attali, « La nouvelle économie est par nature anticapitaliste », Libération, 5 mai 2000. Il y recourait déjà dans Jacques Attali, Fraternités. Une nouvelle utopie, Paris, Lgf, 2002 (1ère éd. 1999), p. 61 : « La domination du marché sur la démocratie ouvre donc sur une monstrueuse simultanéité du Bien et du Mal. Sur une sorte de nouveau Moyen Âge où la barbarie va jouxter l’abondance. »

22 Jacques Le Goff, « Les fantasmes de Jacques Attali », Libération, 15 mai 2000. Il y avait peut-être dans sa charge le souvenir des soupçons de plagiat de certaines de ses pages par l’essayiste.

23 Jacques Attali, « Moyen Age : défense d’entrer », Libération, mardi 23 mai 2000.

24 Jacques Le Goff, « L’essayiste et le médiéviste. Le Moyen Age est à tous », Libération, 27 mai 2000.

25 Jacques Attali, « La géopolitique du Net. Vers une “Goodwill PlaNet” », Revue des Deux Mondes, fév. 2001, p. 80–84 ; Survivre aux crises, Paris, Fayard, 2009, p. 125-126.

26 Jacques Attali, « Un planétaire Moyen-Age », L’Express, 7 avril 2014, p. 146. L’article fut repris sur de nombreux blogues et sites, par exemple : « Game of Thrones », le Moyen-Âge qui vient », (http://www.slate.fr/story/85815/games-of-thrones-moyen-age-attali)

27 Voir parmi tant d’autres : Alain Minc (Propos recueillis par Sarah Belhadi et Philippe Mabille), « Je souhaite la défaite de François Hollande en 2017 », La Tribune, n° 5818, 20 octobre 2015, p. 9.

28 Alain Minc, Un Français de tant de souches, Paris, Grasset, 2015, p. 102.

29 Dominique Iogna-Prat, « Le médiéviste face aux défis de l’ “histoire du sens”, in Jean Claude Schmitt, Otto Gerhard Oexle, (dir.), Les tendances actuelles de l’histoire médiévale de l’histoire médiévale en France et en Allemagne, Paris, publications de la Sorbonne, 2002, p. 48.

30 Jacques Krynen, « La souveraineté royale », Ibid, p. 301.

31 Pierre Monnet, « Conclusions », Ibid., p. 630.

32 Joseph Morsel (avec la collaboration de Christine Ducourtieux), L’Histoire (du Moyen Âge) est un sport de combat… Réflexions sur les finalités de l’Histoire du Moyen Âge destinées à une société dans laquelle même les étudiants d’histoire s’interrogent, LAMOP–Paris 1, 2007, p. 60-61. (http://lamop.univ-paris1.fr/W3/JosephMorsel/Sportdecombat.pdf).

33 Patrick Boucheron et Nicolas Offenstadt (dir.), L’espace public au Moyen Âge. Débats autour de Jürgen Habermas, Paris, Presses Universitaires de France, 2011, p. 14.

34 Marc Bloch, Lucien Febvre, Correspondance. Tome II, De Strasbourg à Paris 1934-1937, Edition établie, présentée et annotée par Bertrand Müller, Paris, Fayard, 2003, p. 45 et 55.

35 Victor-Lucien Tapié, compte rendu de Mr Vaclav Černy, Hospodarské Instrukce. Prehled zemedelskych dejin v dobe patrimonijního velkostatku (Les instructions économiques), Annales d’histoire économique et sociale, vol. 4, n° 13, 1932, p. 101.

36 Pierre Chaunu, Histoire de l’Amérique latine, Paris, Presses Universitaires de France, 1949, p. 58.

37 Marc Bloch, La société féodale, Paris, Albin Michel, 1994, (1re éd. 1939), p. 395-396.

38 Ibid., p. 604.

39 Augustin Hamon et X. Y. Z, Les Maîtres de la France, t. 1, La féodalité financière dans les banques, Paris, Editions sociales internationales, 1936. ; t. 2, La féodalité financière dans les assurances, la presse, l’administration et le Parlement, Paris, Editions sociales internationales, 1937 ; t. 3, La féodalité financière dans les transports ferroviaires, routiers, aériens, maritimes, dans les ports, canaux, entreprises coloniales, Paris, Éditions sociales internationales, 1938. Bien plus tôt, le même auteur s’attaquait à la « Haute banque » comme une « sorte de féodalité » dans Augustin Hamon et G. Bachot, La France politique et sociale, Paris, A. Savine, 1891-1892, 2 vol.

40 Pieter Lambrechts, « Le problème du dirigisme d’état au IVe siècle : À propos de quelques publications nouvelles (1)», L’antiquité classique, 1949, T. 18, fasc. 1, p. 109.

41 André Corvisier, Sources et méthodes en histoire sociale, Paris, SEDES, 1980, p. 43.

42 Georges Balandier, Histoire d’autres, Paris, Stock, 1977, p. 136.

43 Walter Deonna, « La nuit vient… Un nouveau moyen âge ?», Bibliothèque universelle & suisse, T. 103, n° 307-309, Juillet-Aout 1921, « 1ère partie [juillet] », p. 31-46, « Seconde partie » [août], p. 197-213, « Troisième et dernière partie. », p. 347-362.

44 Ibid., p. 32. Il y eut ainsi, selon Deonna, qui s’appuie sur divers auteurs, un premier « Moyen Âge » après la civilisation paléolithique, un autre après la ruine de la civilisation égéenne et un après la chute de l’Empire romain.

45 Ibid., p. 39.

46 Ibid., p. 360.

47 Ibid., p. 360-361.

48 Waldemar Deonna, « L’éternel présent. Guerre du Péloponnèse (431-404) et guerre mondiale (1914-1918) », Revue des études grecques, t. 35, n° 160, janvier-mars 1922, p. 9. Article issu de « Leçons faites à l’Université de Genève, conférence d’histoire ancienne, 1921-2 ; conférence au Cercle libéral-démocratique à Lausanne, 1922. », Ibid., n. 1 p. 1. Il se poursuit par : Waldemar Deonna, « L’éternel présent. Guerre du Péloponnèse (431-404) et guerre mondiale (1914-1918) (suite et fin) », Revue des études grecques, t. 35, n° 161, avril-juin 1922, p. 113-179.

49 Albert Pauphilet, « Les Dangers du principe des nationalités », La Paix des peuples. Revue internationale de l’organisation politique et économique du monde, n°8, 10 juin 1919, p. 279.

50 J.R. Palanque, H. Davenson, Pierre Fabre, G. de Plinval, J. Champomier, M. E. Lauzière, Le christianisme et la fin du monde antique, Lyon, Les Editions de l’Abeille, 1943, p. 2.

51 Henri-Irénée Marrou, « Préface Française », Esprit, n° 193/194, août-sept. 1952, p. 172.

52 Henri-Irénée Marrou, De la connaissance historique, Paris, Seuil, 1954, n. 28 p. 195.

53 Henri-Irénée Marrou, « D’une théorie de la civilisation à la théologie de l’histoire », Esprit, n° 192, juillet 1952, p. 128.

54 Henri-Irénée Marrou, « D’un nouveau Moyen Âge », Esprit, n° 344, déc. 1965, p. 1200.

55 Guglielmo Ferrero, « De la guerre autrefois et aujourd’hui », Europe, n° XXVII, sept-déc. 1931, p. 244. Ces pages sont des extraits significatifs de Guglielmo Ferrero, La fin des aventures - Guerre et paix, Paris, Éditions Rieder, 1931.

56 Henri-Irénée Marrou, « D’un nouveau Moyen Âge », op.cit., p. 1200.

57 Voir Mathieu Mohler, « La défense spirituelle : la contre-propagande en Suisse pendant la Seconde Guerre mondiale », Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin, vol. 47, n° 1, 2018, p. 115-117.

58 Gonzague de Reynold, L’Europe tragique, Paris, Spes, 1934, p. 272.

59 Nicolas Berdiaeff, Un nouveau Moyen Age. Réflexions sur les destinées de la Russie et de l’Europe, Paris, Plon, 1927 (1ère éd. à Berlin, en russe, en 1924).

60 Rémi Brague, Le propre de l’homme. Sur une légitimité menacée, Paris, Flammarion, 2013, p. 35-37 et 42.

61 Ibid., p. 248. Voir aussi Rémi Brague, Modérément moderne, Paris, Flammarion, 2014, p. 10.

62 « Contrairement à ceux qui ont craint, au-delà du déclin de l’Occident, un retour à un nouveau et “sombre” Moyen Age, Stavrianos le souhaite comme un bien. », « Le mot clef du nouveau Moyen Age », Dimitri Kitsikis, « L. S. STAVRIANOS, The Promise of the Coming Dark Age, San Francisco, W. H. Freeman, 1976 », Revue historique, avril-juin 1977, p. 501-502.

63 Sylvain Bensidoun, « Á propos d’un centenaire : Le choléra et les émeutes de 1892 dans l’Empire de Russie », Revue historique, avril-juin 1992, p. 379-385.

64 Voir par exemple les travaux de Jean-Paul Ferrier, « Habiter /Penser la Terre : géographie et idée de l’avenir (Nouveau Moyen Age et sortie de «crise») », Méditerranée, 3-1986, p. 6, Antée I. La géographie, ça sert d’abord à parler du territoire ou le métier de géographe, Aix en Provence, Édisud, 1983, p. 7., etc. Le géographe désigne par cette expression le moment récent où s’instaurent de nouveaux rapports au temps, au travail et à la nature. Mais il a préféré ensuite le terme de « Modernité 3 » dont il précise « que j’ai appelée, dans de précédents travaux, “Nouveau Moyen Age”. », Jean-Paul Ferrier, Le contrat géographique ou l’habitation durable des territoires, Lausanne, Payot, 1999, p. 26.

65 Arnold Wolfers, Discord and Collaboration: Essays on International Politics, Baltimore, The Johns Hopkins Press, 1962, p. 242, qui, prudent, écrit : « Prudence “a kind of “medievalism” ».

66 Hedley Bull, The Anarchical Society. A Study of Order in World Politics, London, McMillan, 1977, p. 254-255 et p. 264-276.

67 « Nous entrons dans un nouveau Moyen Age », entretien avec Pierre Hassner, Le Monde, 27 octobre 1992, p. 2.

68 Voir par exemple Pierre Hassner, La violence et la paix. De la bombe atomique au nettoyage ethnique, Paris, Esprit, 1995, p. 14 et p. 55 (ce chapitre propose l’article « La Guerre et la Paix » alors à paraître dans Philippe Raynaud, Stéphane Rials, Dictionnaire de philosophie politique, Paris, Presses Universitaires de France, 1995).

69 Voir par ex. Marc Nouschi, Le XXe siècle. Temps, Tournants, Tendances, Paris, Armand Colin, « U », 2011, dont le chapitre 8 comporte une sous-section titrée « Le “nouveau Moyen Âge” (Pierre Hassner) », p. 465-498, surtout p. 485-491.

70 Umberto Eco, La Guerre du faux, Paris, Grasset, 1985, p. 63-82 (1ère éd dans Umberto Eco, Documenti su il nuovo medioevo, Bompiani, 1973, article publié préalablement dans L’Espresso en 1972).

71 Pierre Hassner, La violence et la paix, op. cit., p. 338-339.

72 Les trois auteurs ne se citent pas.

73 L’historien Garton Ash indique « the notion of a “new Middle Ages”, first cautiously advanced by Pierre Hassner, then flaunted in full feather by Alain Minc », Timothy Garton Ash, The Direction of Europan History. The Tanner Lectures on Human Values., Delivered at Charles University (Prague), 27 November 1997, https://tannerlectures.utah.edu/_documents/a-to-z/a/Garton-Ash99.pdf, p. 192

74 Christopher Frayling, Strange Landscape: Journey Through the Middle Ages, London, BBC Books, 1995.

75 Christopher Frayling, «The strange allure of the Middle Ages », The Independent, 28 may 1995, p. 32. Même attribution – « The French historian, Alain Minc, argues that what the future of Europe offers is something rather similar to the experience of its own “Middle Ages”. » –, dans David Morley, « EurAm, modernity, reason and alterity: or, postmodernism, the highest stage of cultural imperialism? », in David Morley and Kuan-Hsing Chen ed., Critical Dialogues in Cultural Studies, London, Routledge, 1996, p. 351.

76 « le Moyen Âge de M. Tout-le-Monde prend fort peu en compte les recherches des historiens, […] il répond tout au contraire à des exigences tenaces de la psychologie collective qu’alimentent et avalisent les médias […] La recherche historiographique du XXe siècle a difficilement prise sur ces images formées au long des siècles, à mesure que se façonnait l’idée même de Moyen Âge. », Sergi Giuseppe, L’idée de Moyen Âge. Entre sens commun et pratique historique, Paris, Flammarion, 2014, p. 1.

77 Jérôme Baschet, La civilisation féodale. De l’an mil à la colonisation de l’Amérique, Paris, Aubier, 2004, p. 18.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Broche, « Historiens d’aujourd’hui et d’hier et “nouveau Moyen Âge”. D’une formule acceptée, voire utilisée, à son rejet », Perspectives médiévales [En ligne], 40 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 21 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/peme/15366 ; DOI : 10.4000/peme.15366

Haut de page

Auteur

Laurent Broche

Enseignant-chercheur à l’Institut des Études internationales de l’Université du Zhejiang – Chine

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page