Navigation – Plan du site
État de la recherche
Éditions & traductions

Beuve de Hamptone. Chanson de geste anglo-normande de la fin du xiie siècle, Paris, Honoré Champion, 2014

Claude Lachet
Référence(s) :

Beuve de Hamptone. Chanson de geste anglo-normande de la fin du xiie siècle, édition bilingue établie, présentée et annotée par Jean-Pierre Martin, Paris, Honoré Champion, Champion Classiques, Série « Moyen Âge » 38, 524 p.

Entrées d’index

Œuvres, personnages et lieux littéraires :

Beuve de Hamptone, Placide Eustache
Haut de page

Texte intégral

1Proposer aujourd’hui une édition bilingue de Beuve de Hamptone était une entreprise ardue pour plusieurs raisons. Déjà la première édition de cette chanson de geste, publiée en 1899 par Albert Stimming, n’avait pas été un travail facile parce qu’elle reposait sur deux manuscrits incomplets, le premier de la Bibliothèque nationale de France, sous la cote NAF 4532 (ms. B), contenant les vers 1 à 1268 et le second de la Bibliothèque de l’université de Louvain, sous la cote G 170 (ms. D), comprenant les vers 912-1081 et 1190-3850 ; en s’appuyant notamment sur les versions galloise et norroise, le philologue allemand parvenait à amender un texte anglo-normand difficile, parfois confus, non dépourvu d’erreurs de copiste, d’incohérences, de bourdons, de répétitions, d’interversions de vers et d’irrégularités métriques.

2Toutefois la tâche de Jean-Pierre Martin se compliquait encore davantage dans la mesure où le manuscrit D qui fournit les deux tiers du poème épique fut détruit en 1940 lors des bombardements allemands de la ville de Louvain. Or, en reprenant la transcription de son prédécesseur dont il approuve ou conteste les corrections (40% des notes sont consacrées à ce « dialogue » avec son devancier) et en restaurant des leçons du manuscrit abusivement écartées par Stimming, il réussit à nous offrir le texte le plus cohérent possible, doublé de la première traduction en français moderne après celle méritoire publiée en anglais par Judith Weiss, en 2008.

3L’introduction comporte toutes les rubriques habituelles : la description des manuscrits, l’analyse du récit, les dates de composition de la chanson (1165-1175 pour la première partie et après 1190 pour la deuxième), sa fortune littéraire avec des remaniements épiques et deux mises en prose en français, des versions en vers ou en prose, en moyen anglais, en irlandais, en gallois, en norrois, en italien, en néerlandais, en russe et en yiddish, l’examen de sa structure en deux parties, la première fondée sur le schéma des enfances du héros (jusqu’au vers 2398) et la seconde inspirée du conte folklorique, type 938, Placide Eustache. Le commentaire littéraire s’intéresse brièvement mais avec pertinence à la tradition épique, aux redoublements d’épisodes et aux différents personnages, y compris le cheval Arondel. L’auteur souligne judicieusement « la disqualification des pères » et « la refondation d’un ordre par une nouvelle génération, tant au plan moral que politique et religieux. » (p. 50). L’étude relative à la versification et celle qui relève toutes les caractéristiques graphiques, phonétiques, morphologiques et syntaxiques de la scripta anglo-normande sont en tout point remarquables.

4La traduction juxtalinéaire est agréable à lire. Cependant le choix de rédiger une « traduction rythmée », « constituée de modules de 4, 6, 8 syllabes » (p. 94) entraîne parfois l’omission de termes tels que bon (v. 426), bonement (v. 1359), l’esquier (v. 1577), li (v. 385), lur (v. 515), mult (v. 378, 417), tretuz (v. 415, 423), voire d’un syntagme : De le fort roi Bradmound (v. 514). D’autre part il me semble étonnant de traduire si taint cum carboun (v. 693) par « devint pâle comme cendre » (malgré la note explicative) ; Unkes mellurs ne furent forgez (v. 3373) par « les meilleurs qui jamais seront forgés » et de laisser en français moderne amaçour (v. 3625, 3629, 3634), alors que le vocable haubert est rendu par « cotte de mailles » pour une meilleure compréhension. Mais ce ne sont là que broutilles qui ne diminuent pas la qualité de la traduction.

5De nombreuses notes, très riches (plus de 280 dans les p. 389-445) tantôt ressortissent à l’établissement du texte, tantôt concernent le sens de certains mots (bacheler, bliaut, destrier, écuyer, malfé, vin claré), quelques motifs épiques ou folkloriques variés (le prologue, l’adoubement, le nom des épées et des chevaux, l’Orient et ses merveilles, la prison sarrasine, les divers moyens magiques de protéger la chasteté, la prière du plus grand péril, le symbolisme du lion, les géants, l’équipement du pèlerin, le songe, le déguisement de la femme en homme), la religion (Mahomet, l’idolâtrie, la conversion forcée des Sarrasins vaincus) et la civilisation (les langues parlées en Angleterre ou les deux royaumes d’Arménie).

6Un index des noms de personnages avec les références exhaustives, y compris pour le héros Beuve (près de 550 références de vers), un index des toponymes et un glossaire (p. 469-521), pourvu de plus de 1050 entrées, forment les compléments indispensables de cette solide édition critique. Il ne manque guère que la liste des expressions sentencieuses ; citons par exemple Ore oiez, ke il fest graunt pecché/ Que doune jofne femme a viel homme barbé (v. 120-121) qui rappelle les propos d’Aragon à l’égard de son père Tibaut, l’époux de la jeune reine Orable dans la Prise d’Orange : Trop par est fox vielz hom qu’aime meschine/ Tost en est cous et tornez a folie. » (v. 627-628) ; « Ke meynte fez en mun age ai oÿ conter/ Ke meuz valt un ke deus ke aver dey. » (v. 1584-1585) ; « Itel me manasse la teste couper/ Ke dunc ne me avera ja talent de procher. » (v. 1612-1613).

7Par conséquent grâce à Jean-Pierre Martin, la communauté des médiévistes dispose désormais d’une édition bilingue de Beuve de Hamptone, fiable et insigne, qui devrait susciter articles et études multiples.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Lachet, « Beuve de Hamptone. Chanson de geste anglo-normande de la fin du xiie siècle, Paris, Honoré Champion, 2014 », Perspectives médiévales [En ligne], 40 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 21 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/peme/16285

Haut de page

Auteur

Claude Lachet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page