Navigation – Plan du site
État de la recherche
Éditions & traductions

Aiol. Chanson de geste (xiie-xiiie siècles), Paris, Honoré Champion, 2016

Claude Lachet
Référence(s) :

Aiol. Chanson de geste (xiie-xiiie siècles), éditée par Jean-Marie Ardouin d’après le manuscrit unique BnF fr. 25516, Paris, Honoré Champion, « Classiques Français du Moyen Âge » 176, 2016, 992 p. en 2 volumes.

Entrées d’index

Œuvres, personnages et lieux littéraires :

Aiol
Haut de page

Texte intégral

1Jean-Marie Ardouin a eu raison de proposer une nouvelle édition critique de la chanson de geste Aiol après celle de Wendelin Foerster publiée en 1876 puis complétée en 1882 par des notes et un glossaire, et celle de Jacques Normand et Gaston Raynaud datant de 1877, une parution quasi simultanée qui entraîna une très vive polémique entre le philologue allemand et les médiévistes français. Il est d’ailleurs étrange de constater que cette concomitance s’est reproduite au xxie siècle puisque Sandra Malicote et Richard Hartman ont composé en 2014 une édition bilingue anglaise : Aiol. A Chanson de geste. Modern Edition and First English Translation, New York, Italica Press, 2014, XIII, 634 p., un ouvrage dont J.-M. Ardouin n’a pu tenir compte et qu’il n’a pu joindre à sa bibliographie.

2Son travail très sérieux se fonde sur le manuscrit unique appartenant à la Bibliothèque nationale de France sous la cote 25516 du fonds français. La chanson comprend 10984 vers assonancés (pourquoi avoir gardé la numérotation erronée de Normand et Raynaud qui avaient omis le vers noté ici 357b ?) avec deux types de mètres : des décasyllabes a majori (6/4) dans la première partie (jusqu’au vers 5367) et des alexandrins dans la seconde. L’examen très minutieux de la versification relève les passages d’un mètre à l’autre à l’intérieur de chaque partie, les césures lyriques et enjambantes ainsi que les différentes laisses masculines et féminines. L’étude linguistique montre aussi clairement de « nombreux traits dialectaux du Nord » rattachant le manuscrit de la seconde moitié du xiiie siècle au domaine picard.

3La chanson actuelle dont la composition se situe entre la fin du xiie siècle et le début du xiiie siècle offre maintes aventures se rapportant d’abord à « un récit d’enfances traditionnel », marqué par la volonté du protagoniste de rétablir l’honneur et la puissance de son père chassé de la cour de France par les calomnies de Makaire, ensuite par la conquête amoureuse d’une épouse, la belle Sarrasine Mirabel. Malgré sa niceté originelle qui le rapproche de Perceval, Aiol, par sa loyauté, sa modération, sa sagesse, sa magnanimité, sa générosité et sa vaillance, s’avère un justicier qui se venge de tous les traîtres rencontrés sur sa route et châtie les félons, les brigands et les païens. De surcroît « l’auteur sait construire des caractères bien individualisés » (p. 124), notamment pour les femmes qu’il prend soin de différencier. Au demeurant peut-être aurait-il fallu comparer Mirabel à d’autres Sarrasines amoureuses d’un chevalier chrétien, telles que Floripas, Gaudisse, Josiane, Malatrie, Nubie, Orable ou Rosamonde, afin de mettre en valeur ses particularités : polyglotte (v. 5420-5423), clairvoyante, énergique, capable de se défendre contre le voleur Robaut en lui arrachant les poils de sa barbe (v. 6353-6355), puis en lui tirant les parties génitales quand il tente de la violer (v. 6398-6402), Mirabel qui refusait d’abord de se convertir s’éprend d’Aiol en admirant ses prouesses chevaleresques et devient par amour une fervente chrétienne capable de briser les idoles ; enfin, après son mariage, elle donne naissance à des jumeaux.

4J.-M. Ardouin souligne avec justesse la cohérence du récit dont plusieurs épisodes se répètent. On songe aux calomnies de Makaire, aux coups de sabot portés par le cheval Marchegai, à l’exercice de la quintaine pratiqué par Elie (v. 8637-8652), Aiol (v. 9921-9933) puis ses fils (v. 10352-10353), et aux multiples moqueries dont le champ lexical se révèle fort riche : blamer, blastengier, bufois, contraire, contraloier, escarnir, gab, gaber (le plus usuel), gabois, honir, huer, laidement, laidengier, laidir, lait, mesdire, noisi[er]es, outrage, ranproner, ranprones, reprover, reprovier, ris, risees, vergonder, vergongier, vieuté. Les thèmes et motifs épiques (combats individuels et collectifs), ambassades, scènes de conseil, siège d’une ville, songe prémonitoire, prières du plus grand péril, etc.) alternent avec des éléments merveilleux (comme le destrier faé), des scènes tendres, « des croquis pris sur le vif », des passages d’un comique burlesque ou trivial. De nombreux exemples auraient pu illustrer davantage « le style réaliste du poète », comme ces descriptions de l’équipement du pèlerin (v. 1534-1540, 1596-1598) et du faux moine (v. 6574-6579), l’évocation des repas (v. 4034-4045, 8606-8614) ou l’insistance sur l’ivresse (v. 172-173, 217, 911-913, 1020-1022, 2587, 2867-2870, 8786, 10088).

5L’introduction fournit encore une liste des proverbes ou expressions sentencieuses auxquels il convient d’ajouter : « Car nus ne se doit faindre de son signor aidier/ A cel’eure qu’il voit qu’il en a le mestier. » (v. 4590-4591), une analyse schématisée, précise et précieuse (p. 159-180), les principes d’édition adoptés et une bibliographie satisfaisante malgré l’absence notamment de la thèse de Jean-Claude Vallecalle, Messages et ambassades dans l’épopée française médiévale. L’illusion du dialogue, Paris, Honoré Champion, 2006, et de l’article de Caroline Cazanave, « Étude de moeurs et de vocabulaire : “Grater” et “Tastoner” au xiie et au xiiie siècles », Pratiques du Corps. Médecine, hygiène, alimentation, sexualité, Publications de l’Université de La Réunion, 1985, Diffusion Didier-Érudition, p. 41-71, pour la note consacrée à cet usage (p. 648).

6Le texte est établi avec grand soin et le souci constant de favoriser la compréhension. Toutefois on peut regretter l’emploi excessif de parenthèses pour distinguer les présents de l’indicatif des passés simples : tient et ti(e)nt, vient et vi(e)nt, ou permettre la « non-prononciation  d’une voyelle », ce qui est habituel pour la pénultième atone de plusieurs mots proparoxytons, laquelle est muette même si elle reste graphiée ; c’est le cas d’avene (v. 1604, 9309, 9814, 10457), ideles (v. 6232), indeles (v. 9726) et jovene (v. 132, 144, 435, 454, 983, 1090, 1359, 1379, 2506, 3031, 4119, 8615). D’autre part bien que le copiste agglutine le pronom sujet à la forme verbale, il nous semble préférable de les séparer : a je (v. 583, 1522, 5433), avra ge (v. 5848), dira ge (v. 4607, 9442), doin ge (v. 6496, 10276), dou ge (v. 1782), fa ge (v. 2027), fera ge (v. 5770),  plevi ge (v. 307, 1278), querra je (v. 5600, 5610), sui ge (v. 10386), vi ge (v. 4693), voil je (v. 7300). De même mieux vaut éditer son neveu ssecore et lie ss’en que son neveus secore (v. 10555) et lies s’en (v. 10557). À la P5 de l’impératif présent, on peut rencontrer des formes contractées sans s final devant un pronom atone en postposition : aportéme (v. 8593), garisiéme (v. 3016), laisiéle (v. 171), laisiéme (v. 1069, 2595, 2704, 2808), rendéles moi (v. 3538), avec accent aigu pour faciliter la prononciation. Autres remarques au fil de la lecture : m’out (v. 722), a(s) gent cors (v. 1779), tou[s] ciaus (v. 2833), et c’on nasquis (v. 4136 = et qui naquis homme), ceval mor[t] (v. 4993), atou[t] le pié (v. 6157), toute[s] ses teres (v. 8663), n’erme[s] (v. 9454).

7Le second tome comporte plus de 800 notes (p. 623-720) relatives à l’établissement du texte, au sens de quelques mots ou expressions tels que estoire, vair, plaine sa lance, gavai, auqueton, dïoré, tremerel, à des commentaires pertinents sur divers épisodes ou motifs narratifs : le dilemme d’Aiol, des gestes de soumission, le don en blanc, la recherche d’un gîte par un chevalier errant, saint Marcel, les métiers les plus honnis (bûcheron, charbonnier, forgeron, meunier, boucher), l’exhibition des têtes d’ennemis rapportées comme trophées, les fonctions du prévôt, la commune urbaine, la dépréciation des Lombards, la statue creuse et « parlante » de Mahomet, la mort lamentable du prophète. L’index des noms propres (anthroponymes et toponymes mélangés) et des personnages anonymes comprend toutes les références de vers (on en compte ainsi 900 pour Aiol). Le glossaire (p. 771-973) est absolument remarquable avec plus de 3700 entrées : les différentes graphies et significations sont mentionnées avec justesse et pour chaque verbe relevé, toutes ses formes (modes, temps et personnes) sont indiquées.

8Par conséquent on ne peut que féliciter Jean-Marie Ardouin pour cette solide édition et l’inciter à en publier au plus tôt la traduction. Aiol est une belle chanson de geste qui mérite d’être connue d’un large public.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Lachet, « Aiol. Chanson de geste (xiie-xiiie siècles), Paris, Honoré Champion, 2016 », Perspectives médiévales [En ligne], 40 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 20 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/peme/16319

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page