Navigation – Plan du site
État de la recherche
Éditions & traductions

Gabriele Giannini, Un guide français de Terre sainte, entre Orient et Toscane occidentale, Paris, Classiques Garnier, 2016

Cinzia Pignatelli
Référence(s) :

Gabriele Giannini, Un guide français de Terre sainte, entre Orient et Toscane occidentale, Paris, Classiques Garnier, 2016, 352 p.

Entrées d’index

Œuvres, personnages et lieux littéraires :

Ave Maria, De situ terrae sanctae, Innominati, Otia imperialia

Index des médiévaux et anciens :

Gervais de Tilbury, Théodose
Haut de page

Texte intégral

1Les guides de Terre sainte apparaissent dans le Haut Moyen Âge latin pour « proposer le cheminement considéré comme le meilleur et le plus exemplaire » aux pèlerins qui faisaient le voyage d’outremer, et restent en vogue même « dans les derniers siècles du Moyen Âge, après la chute des États latins d’Orient, quand les guides continuent de proposer un itinéraire extensif des Lieux saints que les voyageurs ne peuvent plus guère suivre dans un territoire désormais contrôlé entièrement par les musulmans » (Matthieu Rajohnson, « Les guides de Terre sainte au Moyen Âge. Outils normatifs d'un voyage édifiant », Hypothèses 2013, p. 37-45, cit. p. 39). On peut citer par exemple le cas de l’un des premiers guides complets de Terre sainte, le De situ terrae sanctae rédigé par Théodose dans la troisième décennie du vie siècle (éd. Geyer 1898, nouv. éd. aug. dans CCL 175, Brepols 1965), qui fut recopié avec des ajouts et des adaptations au début du xiiie siècle dans les Otia imperialia de Gervais de Tilbury (éd. Banks et Binns 2002, p. 494-511).

2Le xiiie siècle nous a légué un nombre imposant d’œuvres se rapportant au pèlerinage en Terre sainte, en latin et dans les différentes langues vernaculaires. Le texte qu’édite pour la première fois Gabriele Giannini fait partie d’une « constellation » qui comprend aussi trois guides latins appelés Innominati, trois autres guides français (B, C et un dernier attesté en trois variantes V, P et W), ainsi qu’un volgarizzamento italien d’un texte français (tous déjà édités, cf. p. 143 sq.). Le court guide est contenu dans les derniers feuillets (173r-174r) du ms. F (Ferrara, Bibl. Ariostea, ii.280), plus connu pour nous transmettre la version F7 du Tresor de Brunetto Latini, copié par la même main, que des critères textuels, décoratifs et linguistiques portent à identifier avec celle de l’un des pisans faits prisonniers à Gênes après la bataille de la Meloria de 1284, et qui furent employés comme copistes dans les ateliers de la ville jusqu’en 1299.

3À partir des six colonnes d’un texte très peu soigné, Giannini nous offre un volume de 350 pages d’étude très denses. Conformément à ce qu’il annonce dans son Préambule (p. 9), on y trouve dans l’ordre : la description détaillée de chacun des manuscrits qui contiennent le guide français (p. 11-142), l’étude de la tradition textuelle de l’ensemble de ces guides latins et vernaculaires (p. 143-159), l’analyse des différentes couches de la scripta du manuscrit de Ferrare (p. 161-190) et du contexte socioculturel où il aurait été copié (p. 191-205), pour terminer par l’édition finement commentée de chacun des guides français (p. 207-326), suivie d’une Bibliographie, d’un Glossaire qui « se veut complet » (p. 339) et d’un Index des noms propres. Dans le vaste ensemble qui en résulte, on se trouve à regretter, sans pour autant pouvoir proposer un choix éditorial qui aurait été exempt de défauts, l’éloignement entre les éditions et la présentation de chaque manuscrit, éloignement qui dans le cas du ms F entraîne aussi celui du chapitre sur sa scripta et son contexte de production.

4La description des manuscrits, très minutieuse, montre des compétences codicologiques, historiques et scriptologiques tout à fait impressionnantes de la part de l’éditeur. On y trouve aussi beaucoup d’informations sur la tradition des textes qui accompagnent le guide dans chaque manuscrit, et dont Giannini se plaît à en éditer certains, en toute modestie mais avec la plus grande rigueur philologique, comme il le fait pour l’Ave Maria en français contenue au f° 1v du ms F (p. 33-34), pour les sonnets italiens qui occupent les f° 1r, 172v et 174v du même manuscrit (p. 38-43), pour la prière à la Vierge transcrite aux f° 60r-61r du ms B (p. 59-60), ou pour quelques passages des pièces 4 et 5 du ms V (p. 73-75). La finesse des remarques de l’éditeur sur les relations entre les textes et la mise en page et décoration des manuscrits dans lesquels ils sont assemblés lui permet de classer les manuscrits contenant les six guides français « en deux groupes cohérents, suivant le modèle de transmission du guide qui y est pratiqué » : « appendice à la suite d’un texte majeur », « destinés aux élites laïques occidentales et orientales » pour les uns, produits modestes insérés dans des recueils à la destination fortement individuelle pour les autres (p. 137 sq.).

5Le chapitre sur « La tradition des textes » est fondamental pour comprendre « le positionnement des différents spécimens de l’ensemble par rapport à la source latine commune » (p. 152) et pour situer les différentes versions et rédactions vernaculaires les unes par rapport aux autres. L’observation de l’agencement des textes et l’analyse de certaines références géographiques permettent d’établir dès cette première partie du volume que l’Orient latin est directement ou indirectement à l’origine des différentes versions du guide (et même des textes principaux de la plupart des manuscrits) : les faits lexicaux cités p. 139 (puis repris p. 153 sq.), comme l’emploi de aigue ‘eau’, boire ‘vent du nord’, Griffons ‘Grecs’, luec ‘là’, etc., peuvent par conséquent être légitimement considérés comme « des traces résiduelles du français du Levant », ce qui, dans l’examen consacré plus spécifiquement à la langue de F, copié à Gênes à la fin du xiiie siècle, permettra ensuite à l’éditeur d’attribuer un mot comme chanton 6.2 ‘coin, côté’ au système linguistique du texte source, et évitera de le traiter comme un italianisme remontant à la langue du copiste, puisqu’il est attesté dans le lexique levantin de l’époque (Rectorique de Cyceron, Guerra de Federico ii). Il en va de même pour pile 6.2, 7.2 ‘cuve ou cuvette pour le bain’, que connaît aussi la Bible d’Acre (éd. Nobel 2006, p. 27, l. 10), alors que d’autres formes s’expliquent mieux à la lumière de l’italien du copiste, telle partuire 15.3 (de l’it. partorire ‘enfanter’, p. 238), charcere 3.3, 18 (plus répandu en italien et français d’Italie qu’en français médiéval, p. 215), trefune 3.1 ‘abside’ (attesté dans le nord de l’Italie, p. 186), manue ‘mangea’ (manuer est bien connu dans les français d’Italie, et manucare/manicare « ne se trouvent que dans les textes de Toscane et d’Italie centrale et méridionale », p. 235), l’emploi de adorer à la forme pronominale 5.4 pour ‘prier’ (« solidement attesté » en ancien italien, p. 218), ou encore chartre ‘carte, feuillet’ (adaptation de l’it. carta, que Giannini n’a toutefois pas intégré dans son Glossaire, simplement parce que le terme figure au dernier feuillet du texte de Brunet, où le texte suivant est annoncé par la rubrique E∙la chartre devant sont escrit li saintuari d’outre la mer).

6Dans le chapitre consacré à la scripta de F, Giannini ne se limite pas à constater la forte pression que l’italien exerce sur la scripta française du texte, mais prend soin de distinguer et de hiérarchiser les différentes couches linguistiques à l’œuvre dans la copie, entre le français du Levant, langue probable du texte source, la langue d’oïl en usage dans les milieux lettrés, et les habitudes des copistes de Toscane occidentale, selon les paramètres identifiés par Geneviève Hasenohr pour les copies « franco-italiennes » du Lancelot (dans Lancelot/Lanzelet, dir. Danielle Buschinger et Michel Zink, Greifswald, Reineke Verlag, 1995, p. 220). Sachant que la scripta d’Orient est fortement polymorphe et s’est constituée à partir des influences de plusieurs variétés galloromanes et italoromanes présentes sur place (cf. Minervini dans RLR 74, 2010, p. 119-198), la distinction est délicate à réaliser. Mais que ce soit pour la graphie ou la morphosyntaxe, les analyses de l’éditeur sont irréprochables, appuyées par des références à la littérature linguistique et à d’autres éditions de textes qu’il exploite avec une grande maîtrise. On retiendra, comme dignes d’un intérêt particulier pour circonscrire le système propre à la langue maternelle du copiste, ses remarques sur la présence de parfaits de verbes du 1er groupe terminés par –e à la P3, « hautement caractéristique du français écrit entre Ligurie et Toscane occidentale à la fin du xiiie siècle » (p. 169) et dont Giannini s’était déjà occupé précédemment (compte rendu de A scuola con ser Brunetto dans Romania 129, 2011, p. 239 sq.) ; quant aux infléchissements joués par l’italien, la lecture de la forme ancois dans le sens du français médiéval ancui ‘encore aujourd’hui’, malgré sa ressemblance avec ainçois ‘avant, auparavant ; plutôt’, est bien inspirée, et justifiée avec l’attraction sémantique par l’adv. et conj. de l’italien anco ‘aussi ; même ; en outre ; encore’. À propos de la responsabilité pisane dans le calque français chant saint 8.2 ‘cimetière’, l’hypothèse de Giannini (p. 194 sq. et 227 sq.), qui remarque que « avec les débuts des travaux pour la réalisation du nouveau cimetière de Pise (1277), la dénomination de camposanto devint courante à Pise et dans sa région » (p. 228), est tout à fait convaincante. En revanche on comprend moins bien pourquoi esue 5.1 ‘sortie’ devrait être mis en relation avec l’infinitif de la variété toscane occidentale scire < exire (p. 189), alors que la forme est très proche de l’ancien français eissue, ni en quoi la forme sepoucre attesterait la faiblesse de l implosif, « bien documentée outre-mer » (p. 176, cf. Minervini, RLR 74, 2010, p. 171), puisque le l est ici normalement vocalisé, comme dans la forme continentale d’évolution non-savante bien documentée dans le dictionnaire de Tobler et Lommatzsch.

  • 1 Un exemple comparable se trouve dans la traduction française des traités d’Albertano contenue dans (...)

7À la liste de phénomènes linguistiques dans lesquels Giannini croit avec grande sensibilité reconnaître la pression directe de l’italien on pourrait peut-être ajouter encore deux constructions : l’espital de saint Johan cité en 5.2 serait probablement désigné comme l’espital saint Johan sous la plume d’un scribe français, alors qu’un italophone n’utilise pas spontanément un complément de nom sans préposition1 ; enfin, une autre lecture paraît possible pour la séquence enluec vindrent li trois mais aorer et a offrire 15.1 : la présence de la préposition a devant l’infinitif offrire fait écho à l’emploi qui est de règle en italien après un verbe de mouvement ; pourquoi alors, au lieu de fabriquer une dissymétrie syntaxique, ne pas décomposer aorer en a orer, et restituer ainsi le même verbe qu’on reconnaît facilement comme conjugué à l’imparfait orava en 9.2, et peut-être aussi dissimulé dans le même paragraphe sous la forme aorer, qui là aussi dépend d’un verbe de mouvement (alerent) ? Cette solution serait plus économique à la fois pour la syntaxe et le lexique de notre texte.

8Dans le travail d’édition, on apprécie la décision de Giannini d’utiliser un point à mi-hauteur pour signaler l’assimilation de la nasale, sans lequel certaines séquences seraient méconnaissables (e∙le titre, e∙la 11, e∙mon 7.3) ; en revanche le choix de « n’ajouter de cédille nulle part ailleurs », en raison de l’« emploi caractéristique que le copiste fait de ç » (p. 207), est un principe contestable, même si pratiquement il n’entraîne pas de conséquences gênantes dans ce texte très court.

9Il est regrettable que dans l’édition de F le découpage en paragraphes ne tienne aucun compte des unités textuelles reconnues par le scribe et signalées par la présence d’une initiale alternativement rouge ou bleue dans les trois premières colonnes du manuscrit: l’éditeur aurait en effet pu, si ce n’est faire correspondre ses paragraphes avec ceux du copiste médiéval, au moins mettre en évidence typographiquement les lettrines tracées à l’encre colorée. Et si les éditions des autres guides français sont présentées modestement comme des éditions « de service, aux prétentions limitées à la mise à disposition de textes indispensables à l’intelligence de F » (p. 251), elles sont toutefois établies avec soin, avec entre autre un découpage qui facilite le repérage textuel ; on se permettra alors de suggérer à l’éditeur d’introduire un tréma sur la forme veu, participe passé de veoir dans le ms B (15.1), du moment que la prononciation de la séquence eu y est différente de celle qu’on trouve par exemple dans le même texte pour le mot cheveus 11.7.

10Signalons qu’en 6.4 « vez en celle aigue et ˂te˃ baigne ! » devrait être préféré à « se baigne ! » retenu par l’éditeur.

11Quant à l’interprétation de nu comme pronom pers. régime ‘nous’ dans et qui nu fu offert Nostre Seingnor dedenz le braz de saint Symione 5.2, elle n’emporte pas l’adhésion : non seulement la syntaxe de cette phrase est bancale (quelle est la fonction de qui ?), mais rien ne justifie dans ce texte descriptif de la Terre sainte un renvoi au narrateur ou aux lecteurs ; le texte latin source (« ibi fuit oblatus rex regum de Virgine natus manibus iusti Simeonis », Innominati IX, cité p. 218) ne nous est pas d’une grande aide pour comprendre ce qui pourrait être à l’origine d’une mauvaise transcription ; ne peut-on pas voir alors dans nu l’adjectif resté inchangé en français moderne et qui soulignerait l’état dépouillé du nouveau-né ? En tout cas la solution alternative proposée par Giannini dans son Glossaire, « ne expl. » (p. 343), est sûrement une bévue.

12Toujours dans le Glossaire, il semble imprudent de traiter ymage 4 comme un féminin (qui serait déterminé par une forme d’article du Nord plutôt improbable dans ce manuscrit), alors que ce mot est bien répertorié comme un substantif à genre fluctuant en ancien français.

13Dans l’Index des noms propres on regrette l’absence de l’espital de saint Johan, mentionné en 5.2, et dont le vocable mériterait une majuscule dans l’édition (Saint Johan ne renvoyant pas ici à la personne mais au lieu) ; il en va de même pour l’église dou sepoucre dont il est question dans les premiers paragraphes du texte (la basilique du Saint-Sépulcre), qui devrait être répertoriée en tant que nom de lieu, avec une majuscule pour son vocable. Il est d’ailleurs surprenant que Giannini, qui explique bien comment l’église San Sepolcro in Chinzica est devenue le siège pisan de l’Hôpital (p. 201), n’ait pas souligné davantage le rapport entre l’installation des Hospitaliers à côté du Saint-Sépulcre à Jérusalem et le choix du patronage de leur église à Pise.

14Dans la Bibliographie enfin on aurait préféré trouver citées les éditions plus récentes des ouvrages de Marchello-Nizia (2005) et Ménard (1994).

15Pour conclure : un travail impressionnant d’érudition, et où le français de l’éditeur laisse à peine percevoir qu’il ne s’agit pas de sa langue maternelle. On ne signalera que quelques emplois incorrects (interdisa p. 101, ne pas avoir cesse p. 161), parmi lesquels certaines constructions (émanés par p. 101, partager les vers de la prose dans le sens de ‘séparer’ p. 122, l’emploi systématique de outre que comme préposition, ainsi que l’amour des phrases trop longues et trop lourdes) reflètent les habitudes de la syntaxe italienne. On se permettra d’ailleurs ici de rappeler à l’éditeur que tous les lecteurs ne partagent pas ses connaissances en italien et autres langues originales dans lesquelles il fournit ses citations tirées de la littérature secondaire, abondantes, rigoureuses et toujours pertinentes.

Haut de page

Notes

1 Un exemple comparable se trouve dans la traduction française des traités d’Albertano contenue dans le manuscrit Bibliothèque nationale de France, fr. 1142, et copiée selon toute vraisemblance elle aussi dans le milieu des intellectuels pisans faits prisonniers à Gênes après la bataille de la Meloria : dans les colophons insérés par le copiste il est question par deux fois de la parrofie de sainte Agathe (Traité de l’enseignement dou parler) / la paroche de Sainte Agathe (Livre de consolacion), là où un locuteur francophone aurait probablement eu recours à un cas régime absolu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cinzia Pignatelli, « Gabriele Giannini, Un guide français de Terre sainte, entre Orient et Toscane occidentale, Paris, Classiques Garnier, 2016 », Perspectives médiévales [En ligne], 40 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 21 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/peme/16406

Haut de page

Auteur

Cinzia Pignatelli

Université de Poitiers – CESCM

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page